AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre Categorie2_1Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre Categorie2_3
 

Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 13 Mar 2019 - 11:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Ezio Valentino
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre RangEzio

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 01/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 224
ϟ Nombre de Messages RP : 41
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : moi
ϟ Célébrité : Paul Bettany
ϟ Âge du Personnage : 38 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Prêtre catholique
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : 1m92 pour 85 kilos. Cheveux blonds très courts. Yeux bleus. Accent italien. Porte une tenue avec un col romain.
ϟ Pouvoirs : Liste détaillée des pouvoirs et capacités disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Pendant ses journées, Ezio avait beau être un prêtre bon sous tous rapports, la nuit cette donnée changeait légèrement. Oh, pas de son point de vue. Après tout, l'homme de foi qu'il était se montrait convaincu de la logique de ses actions : il ne s'agissait pas de mauvaises choses, mais juste d'offrir la pénitence à des âmes égarées. Lorsque le soleil allait se reposer, Ezio abandonnait sa soutane pour enfiler une tenue plus pratique et lui permettant de remplir la mission qu'il s'était fixée : purger Star City du mal qui la gangrenait. C'est donc vêtu de son pantalon et de son haut noir qu'il avait quitté l'église qui lui servait de lieu de vie, rabattant sa capuche sur son front marqué d'une croix tracée pour l'occasion. La lance qui l'accompagnait dans ses périples était aussi de sortie : il la gardait précieusement à l'abri des curieux et des autres membres de l'église de manière à ne pas éveiller les questions déplacées.
Désormais, il ne restait plus qu'à débusquer le mal pour le combattre.

Faisant le choix de s'éloigner de Little Italy où il pourrait être reconnu – sait-on jamais – le prêtre jetant son dévolu sur un quartier où les criminels étaient légion – s'il en croyait la rumeur. Localiser un pêcheur n'allait pas être compliqué et lorsqu'il arriva au pied d'un immeuble, l'Italien décida d'y grimper pour avoir une vue d'ensemble de la zone. Son entraînement lui avait permis d'acquérir un bon cardio et il savait comment s'économiser pour rivaliser contre des méta-humains. Ezio avait beau être né humain, sa foi lui conférait des talents particuliers et il comptait bien être à la hauteur de ma tâche que le Vatican lui avait confiée. Il avait traqué des succubes, des démons ou d'autres créatures de ce type, ce n'était donc pas pour échouer face à des criminelles qui détournaient les bons croyants du chemin du Seigneur.

Arrivé là-haut, il promena son regard bleu sur les environs. Plusieurs mouvements furent rapidement remarqués non loin de là, mais il semblait que c'était des jeunes en train de s'amuser entre eux. Même en imaginant qu'ils soient en train de consommer de la drogue, le prêtre n'allait pas agir, pas en tant que Trinité du moins. Ezio s'occupait d'approcher les adolescents perdus pour leur montrer le chemin de l'église, mais le traqueur se débrouillait pour offrir une nouvelle chance aux criminels en leur ôtant la vie de telle sorte à ce qu'ils puissent se racheter là-haut. C'était donc au « gros gibier » qu'il s'intéressait ce soir-là.

L'Italien patienta un bon moment. Peut-être une demi-heure, peut-être plus, mais quelque chose lui disait qu'il allait être récompensé. Il s'agissait sans aucun doute d'un avertissement du Tout Puissant et le prêtre n'était pas homme à ignorer son instinct. Grand bien lui fit, car quelques minutes après son dernier tour d'horizon, Ezio aperçut des mouvements plus sérieux à quelques immeubles de celui où il se tenait. Un groupe de trois individus s'était formé et rien qu'à la manière dont ils se mouvaient, n'importe qui aurait compris qu'ils cherchaient quelqu'un à malmener. Voire pire. Sans perdre davantage de temps, l'homme descendit à nouveau au pied de l'immeuble en empruntant l'escalier de secours, puis se débrouilla pour gagner la ruelle empruntée par les hommes suspects, le tout sans se faire repérer bien évidemment. Il y avait plus normal qu'un homme tout de noir vêtu, en train de se promener avec une lance accrochée au dos. Dès lors qu'il arriva derrière le groupe, Ezio comprit qu'il avait affaire à des criminels de haute volée. Ils étaient armés et en train de discuter du casse d'une supérette qui se trouvait au coin de la rue. Son arrivée ne manqua pas d'attirer l'attention du trio et celui qui devait être le chef lui adressa la parole.

« Hey, mec ! C'est quoi ton déguisement ? Tu t'es paumé ? ! »
« Les pénitents seront pardonnés, les pêcheurs seront châtiés. Qu'êtes-vous ? »
« Qu'est-ce qu'y dit ? T'as fumé ou quoi ? »
« Il est encore temps de vous confesser. »

Ezio ne tuait pas sans avoir cherché à obtenir la confession de ses adversaires. Ils devaient le faire pour qu'il puisse leur accorder l'absolution et leur permettre de se racheter dans l'autre vie. Cependant, ces hommes ne semblaient pas motivés à l'aider dans sa tâche, car, agacés par les paroles du prêtre, son interlocuteur dégaina un couteau à cran d'arrêt avant de s'approcher de lui pour essayer de le planter. Ezio avait été entraîné à se battre à la lance et il détacha cette dernière de son dos pour maintenir l'homme à distance. Fidèle à lui-même, il tenta à nouveau d'obtenir la confession de l'homme, mais celui-ci – ainsi que ses comparses – refusa, contraignant le prêtre à agir. Sa maîtrise surclassait clairement celle des trois petites frappes qui avaient appris leurs techniques sur le tas et il n'eut aucune peine à les dominer. Le combat se solda finalement par le châtiment des trois individus – à comprendre leur passage dans l'au-delà. Ezio était en train de leur accorder les dernières attentions qu'un prêtre offrait aux morts lorsqu'une présence se fit sentir. Se redressant, l'Italien se tourna pour faire face au nouvel arrivant.

« Ami ou ennemi ? »

Au moins la question était claire, autant entrer dans le vif du sujet.

Précisions:
 
 
Revenir en haut Aller en bas


Qui sur Dieu s'appuie est bien établi
Os iusti meditabitur sapientiam, Et lingua eius loquetur indicium. Beatus vir qui suffert tentationem, Quoniqm cum probates fuerit accipient coronam vitae. Kyrie, fons bonitatis. Kyrie, ignis divine, eleison. O quam sancta, quam serena, Quam benigma, quam amoena esse Virgo creditur. O quam sancta, quam serena, Quam benigma, quam amoena, O castitatis lilium.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 6 Avr 2019 - 18:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Timothy Sterling
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
Le Gardien
ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 03/04/1989
ϟ Arrivée à Star City : 28/03/2019
ϟ Nombre de Messages : 23
ϟ Nombre de Messages RP : 8
ϟ Crédits : HoneyLily
ϟ Célébrité : Brenton Thwaites
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Rentier
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Liens Rapides : Tia Sekhmet : Amie, protégée ... et plus si affinités ?
Ce costume représente le bien et le mal. Il est l'incarnation de ce qu'il y a de meilleur en moi, de ce que je pourrai être : un héros protégeant les innocents et les citoyens de la ville. Il est aussi la représentation de ce qu'il y a de pire en moi : rouge comme le sang que je verse quand je le porte, punitif parfois par-delà la raison. Oeil pour œil, dent pour dent dit l'adage, quand je deviens Rain, quand j'enfile ce costume, c'est l'homme que je deviens, un vengeur du karma, le contre-poids dans la balance. Je n'agis pas ainsi par gaieté de cœur, j'agis ainsi parce que mon père m'a appris à le faire, parce qu'il m'a montré comment me battre, comment me défendre, comment être plus malin que mes adversaires, comment être plus rapide. Mon père avait une part d'ombre que tout le monde ignorait, les gens voyaient Gunner et s'imaginaient un héros baigné de lumière, un véritable parangon de la bienséance, un avatar du Bien le plus pur. Mais moi, il m'a montré son vrai visage, il m'a montré ce que le masque dissimulait : le mal derrière le bien. Violent, impitoyable, cruel avec moi, il m'en demandait toujours plus qu'il ne s'en demandait à lui-même ou qu'il ne pouvait m'en demander. Je n'ai vécu avec lui que poussé dans mes retranchements, rejeté bien derrière mes lignes, effondré derrière mes défenses. J'ai appris à rendre les coups qu'il abattait sur moi, j'ai appris à me relever même quand la douleur était insoutenable, j'ai appris à ne jamais perdre espoir. J'ai appris que seul un mal plus grand peut apaiser un mal inférieur. J'ai appris qu'il n'existe pas une définition absolue du bien ou du mal. Qu'un bien peut servir une mauvaise cause, un médecin qui soigne un super-vilain fait le bien en sauvant une vie mais au service du mal. Pourtant ça reste une bonne action. Un mal peut servir un bien, le tireur d'élite qui tue un preneur d'otage avant qu'il n'abatte sa victime fait quelque chose de mal en prenant une vie. Pourtant qui oserait condamner cet homme qui finalement vient de sauver une vie ? Le bien et le mal sont comme les gentils et les méchants dans l'Histoire. Juste une question de point de vue.

Alors démolir des ennemis, les foudroyer de coups jusqu'à sentir leurs os craquer sous mes points, cela ne me pose aucun problème. J'ai été aux côtés de mon père, tentant de baigner dans la même lumière qu'il affectionnait tant mais j'y ai découvert que cette retenue au moment de punir était le meilleur moyen de ne pas agir, de ne rien faire contre ces criminels que de les enfermer ne leurs faisaient pas peur, pire encore ça ne faisait que leurs donner envie de recommencer encore et encore. Il fallait des exemples, il fallait des os briser, il fallait de la souffrance, des larmes et du sang pour qu'ils comprennent une fois pour tout un message simple et clair : Faites le mal et vous aurez mal. Ok, je l'admets, ce slogan est plutôt minable, voir même lamentable mais je m'en moque bien. C'était l'idée que je voulais que les criminels retiennent de mon œuvre, de mon travail. Ce héros, anti-héros, vigilant comme la presse l'appelait, qu'était Rain était né dans le sang et dans la souffrance. Le sang répandu de mon père, mort en libérant Port-Royal, à mes côtés, sous mes yeux, dans mes bras. Le sang répandu par un petit braqueur de supérette qui tremblait tellement que son doigt a glissé et enfoncé la détente de son arme, tuant ma mère sur le coup. La souffrance d'avoir perdu deux parents par les actions criminels de vilains qu'on ne punirait jamais que par l'enfermement en raison de nos lois. La justice n'existe pas, elle s'est perdue, la justice est absolue, elle est totale et personne n'ose jamais la répandre car celui qui le fait est vu comme l'homme mauvais, comme le criminel. C'était ma façon de faire et à voir l'état des hommes à ses pieds, c'était aussi le cas de ce que j'aurai presque pu prendre pour un curé. Si les curés bottaient des culs et tuaient. Il me plait déjà le cureton.

Je dois l'avouer, il a fait un sacré ménage, il n'a eu que quelques minutes d'avance sur moi mais bon sang, il n'a pas perdu son temps pour éliminer les trois crétins. J'ai du mal à comprendre la confession, les derniers sacrement juste après les avoir tués mais si c'est son truc, je ne vais pas aller à l'encontre d'une personne qui punit les criminels, si radicales que soit sa méthode. Ma limite était la mort mais qu'il la franchisse ne me faisait ni chaud, ni froid. A sa question je pourrai sourire, à la place je fais tomber le quatrième homme, celui avait cru pouvoir se faire oublier en fumant près d'une fenêtre ouverte par laquelle j'étais entré. Un épais scotch lui paraît la bouche, son œil droit était fermé et portait séquelle du coup qu'il avait ramassé, son poignet gauche qui tenait son arme est plié dans le mauvais sens et son œil valide pleure sa douleur. Il gémit, il sanglote, il aurait de quoi briser le cœur de la bonne ménagère mère de famille. Il est juste pathétique. Il tombe lamentablement aux pieds du prêtre, il semble presque chercher un refuge chez lui, le pauvre n'a rien compris, il était plus en sécurité avec moi.

« Ami. Toujours avec ceux qui arrêtent les criminels. »

D'une main je désigne le spectacle de son carnage.

« J'exercerai sur eux de grandes vengeances, En les châtiant avec fureur. Et ils sauront que je suis l'Eternel, Quand j'exercerai sur eux ma vengeance. »

Il en avait fait une application très littérale et particulièrement efficace. Je ne désapprouvais pas. Je n'approuvais pas pour autant. Il avait fait ce qu'il jugeait nécessaire. Tout simplement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 6 Avr 2019 - 21:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Ezio Valentino
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre RangEzio

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 01/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 224
ϟ Nombre de Messages RP : 41
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : moi
ϟ Célébrité : Paul Bettany
ϟ Âge du Personnage : 38 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Prêtre catholique
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : 1m92 pour 85 kilos. Cheveux blonds très courts. Yeux bleus. Accent italien. Porte une tenue avec un col romain.
ϟ Pouvoirs : Liste détaillée des pouvoirs et capacités disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
Les prunelles du prêtre se glissèrent de la silhouette à l'individu qui l'accompagnait. L'homme était neutralisé, mais vivant. S'agissait-il d'un autre criminel ? Il pouvait aisément lui avoir échappé : Ezio ne considérait pas être passé maître dans l'art de traquer le crime. Il savait qu'il avait encore beaucoup à apprendre. Comme le nouvel arrivant le poussa vers lui, l'Italien recula légèrement pour éviter que l'autre ne trébuche sur ses pieds, puis s'accroupit à ses côtés avant de poser une main sur son épaule. Ce n'était pas un geste menaçant, mais plutôt rassurant, ce qui devait sans doute sembler assez décalé – voire hypocrite – après ce qu'il venait de faire aux trois autres individus.

La voix du nouvel arrivant s'éleva enfin, attirant brièvement l'attention du prêtre sur lui. Cela dit, Ezio ne s'attarda pas trop dans sa contemplation, peu désireux de voir l'homme allongé devant lui sortir un pouvoir de sa poche et réussir à le blesser alors qu'il semblait entravé. Lorsqu'on était un « simple humain », on apprenait à se montrer d'autant plus méfiant à l'égard des criminels. Et celui-ci en était assurément un.

Alors que les paroles de la Bible sortaient de la bouche de l'inconnu, le prêtre se redressa tranquillement puis lui répondit d'un ton calme mâtiné d'un accent italien aisément reconnaissable.

« Ézéchiel 25:17. »

Visiblement, cet individu n'était pas un novice en matière de religion pour connaître ainsi des passages de la Bible. Mais Ezio était bien placé pour savoir que cet ouvrage se contredisait souvent. Certaines pages prônaient la compréhension et la tolérance tandis que d'autres disaient le contraire. Tout était une question d'interprétation comme c'était souvent le cas dans bien des situations, malheureusement.

« Plutôt adapté à la situation, à la différence que ce n'est pas Lui qui a agi, mais moi. Et je ne me considère pas comme Son égal. »

Si ces paroles sembleraient nébuleuses à bien des gens, Ezio pensait que l'homme le comprendrait. Il connaissait des passages de la Bible après tout.

L'individu s'était donc présenté comme un ami, ce qui signifiait sans doute qu'il n'appartenait pas à la Légion des Étoiles et ne jouait pas les héros en indépendant. Un autre partisan de la justice comme lui ? Le prêtre savait qu'il était perçu comme un criminel, mais avait aussi entendu le terme de « Vigilant ». Au fond, tout cela lui était égal. Il n'agissait pas pour le compte des humains et si un policier décidait de l'interpeller, l'Italien se laisserait faire sans hésiter plutôt que de prendre le risque de le blesser.

Sa lance pivota légèrement de manière à pointer vers le ciel. Il ne souhaitait pas s'en servir à moins d'y être formellement obligé et quelque chose lui disait que la silhouette debout non loin de lui était ouverte à la discussion. Même s'il restait un léger détail à régler : l'homme toujours allongé sur le sol et qui semblait attendre la suite. La panique était clairement perceptible dans son regard lorsque ce dernier croisé celui du prêtre.

« Je me demande toutefois pour quelle raison vous avez décidé d'amener cet individu ici. Fait-il partie de la même bande que les jeunes hommes que je viens de châtier ? » Car il s'agissait bien d'un châtiment et non d'un meurtre gratuit. Même si certains prétendraient sans doute que c'était la même chose. « Vous l'avez apparemment arrêté. Il serait donc temps de le traîner devant la justice. »

Et pour le moment, le concerné se traînait plutôt sur le sol à ses pieds. Une fois de plus, le prêtre bougea afin de tourner sa lance pour la mettre hors de portée du « prisonnier » et pouvoir s'accroupir à ses côtés. D'une main à la poigne ferme, il le retourna pour que l'individu soit un peu mieux installé, mais conversa une pression sur son épaule pour lui faire comprendre qu'il était préférable de ne pas bouger pour le moment. Les prunelles azurées de l'Italien se glissèrent alors jusqu'à la zone où se trouvait le visage de son interlocuteur mystérieux, puis il reprit une dernière fois :

« Qu'attendez-vous de moi mon enfant ? »

Dans son esprit il n'y avait pas le moindre doute au sujet du fait que cet homme attendait effectivement quelque chose de lui. Une discussion ? Des réponses ? Il le saurait bien assez tôt.
 
Revenir en haut Aller en bas


Qui sur Dieu s'appuie est bien établi
Os iusti meditabitur sapientiam, Et lingua eius loquetur indicium. Beatus vir qui suffert tentationem, Quoniqm cum probates fuerit accipient coronam vitae. Kyrie, fons bonitatis. Kyrie, ignis divine, eleison. O quam sancta, quam serena, Quam benigma, quam amoena esse Virgo creditur. O quam sancta, quam serena, Quam benigma, quam amoena, O castitatis lilium.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 9 Avr 2019 - 18:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Timothy Sterling
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
Le Gardien
ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 03/04/1989
ϟ Arrivée à Star City : 28/03/2019
ϟ Nombre de Messages : 23
ϟ Nombre de Messages RP : 8
ϟ Crédits : HoneyLily
ϟ Célébrité : Brenton Thwaites
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Rentier
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Liens Rapides : Tia Sekhmet : Amie, protégée ... et plus si affinités ?
L'homme trébuche, tombe au sol, rampe vers le prêtre. Enfin ce qui ressemble à un prêtre parce que de là où je suis, la scène ressemble plus à un passage du second volet des Rivières Pourpres. Il tient d'avantage de l'Ange de l'Apocalypse que du prêtre et pourtant la tenue est la même que celle d'un immaculé donneur de leçon. Oui j'ai du mal avec la religion, mais qu'aucun croyant ne le prenne pour lui, qu'aucun Dieu ne le prenne pour lui, je ne crois tout simplement pas à l'existence d'une puissance absolue et supérieure. Je crois qu'il y a des êtres sur cette Terre qui ont des capacités particulières et certains ont été assez malins pour faire croire être des divinités. Quelque part ça tient du génie quand on y pense un petit peu. La question du prêtre avait eu de quoi me faire sourire, ami ou ennemi, allons, tant qu'il s'en prendrait uniquement à des criminels nous serons amis. Je ne condamne pas sur les méthodes employées par les uns et les autres. Si certains veulent croire dur comme fer aux arrestations en douceur, à ne faire usage que strict minimum de force ça les regarde. Simplement qu'ils ne viennent pas faire les bienséants devant moi à me dire que mes méthodes sont mauvaises. Il y a dans ce monde assez d'hommes bien qui font de mauvaises choses et de mauvais hommes qui font des choses bien pour que j'ai une assurance : enfer ou paradis n'est pas défini par le Dieu dans lequel on croit, ni par la foi qu'on prête ou non à une religion mais tout simplement par le chemin qu'on emprunte. Selon les textes anciens, ceux de ce testament qu'on avait voulu enterrer sous le nouveau testament se trouvait un autre Dieu. Un Dieu punisseur, un Dieu violent et impitoyable envers ses ennemis. Rien à voir avec le Dieu du nouveau testament qui pardonnait à quiconque se repentait. C'était un Dieu qui détruisit deux villes : Sodome et Gomorrhe sans semonce, sans avertissement, parce que les habitants avaient péché. Avaient quitté le droit chemin. Le Dieu du nouveau testament les aurait prévenu, aurait proposer à chacun de se repentir d'une façon ou d'une autre. Je préférais l'ancien Dieu, le premier, celui qui n'avait pas peur de se souiller les mains dans la fange et de se tremper le visage dans le sang de ses ennemis.

Il connait le passage que je cite mais ça n'a rien d'impressionnant pour ce qui ressemble à un prêtre. Un cinéaste un peu averti aurait même été capable de savoir d'où provenaient les mots que j'avais emprunté à la Bible à condition d'avoir jamais vu un film de Tarantino. Un sourire sur mes lèvres quand il réplique sur la personne qui a agis, se sentait-il responsable des gestes qu'il avait eu pour prendre la vie des hommes à ses pieds ? Pourquoi vouloir dédouaner son Dieu.

« Serait-il un Dieu si l'on pouvait être son égal … Mais si c'est vous qui avez agi, rien ne dit que Lui n'a pas agi à travers vous. »

Après tout, bien des fois, Dieu avait agi à travers ses fidèles dans les textes sacrés. Et cela ne s'arrêtait pas seulement à Dieu, tous les dieux de toutes les confessions l'on fait un jour ou l'autre. Quoi que les dieux antiques, ceux bien avant l'an 0 théorique, avaient tendance à d'avantage se salir les mains. Grand bien leurs en a fait, ils ont fini dans l'oublier. Pour ainsi dire. Je souris en entendant sa remarque sur le fait d'amener le criminel devant la justice. Il y avait deux ans que j'avais arrêté de croire dans le système judiciaire quand un petit braqueur de supérette qui en était à sa troisième condamnation avait tué ma mère faute de place dans les prisons.

« Ca serait une idée. Malheureusement je dois admettre que le système judiciaire dans lequel j'ai longtemps cru semble en panne depuis quelques années. Qui plus est, j'ai fini par douter de l'existence d'une réelle justice que dispensent les Hommes. Les Hommes dispensent le droit, tout au plus, mais certainement pas la justice. »

La balance … J'aurai peut-être dû en faire mon symbole plutôt que ce R en lettre d'or sur le plastron de ma tenue. La balance et l'équilibre encre le crime commis et le châtiment qui le punira. Oeil pour œil, dent pour dent.

« C'est en effet un copain aux châtiés, il était en train de fumer à l'étage. »

Mon enfant ? C'est avec ça qu'il choisit de conclure sa question suivante, se croyait-il dans un confessionnal ? Je n'avais rien à me faire pardonner, mon âme est en parfaite paix avec mon corps et je dors du sommeil du juste chaque nuit que je me couche. Je n'ai rien à confesser qui pèse sur mon âme ou ma conscience.

« Je n'attends rien de vous. En fait vous m'avez quelque peu forcé la main, ces hommes doivent recevoir d'un instant à l'autre une livraison de drogues que leur réseau distribue ensuite devant des écoles notamment. Mais aussi des orphelinats. Les enfants font des cibles faciles et ceux privés de parents d'avantage encore. Le revendeur qui m'a "gentiment" parlé de cette livraison opérait devant l'orphelinat Saint-Jude. »

Je ne mentais même pas. Si les drogues m'insupportaient, qu'on en vende à des enfants, plus encore dans la détresse sans leurs parents me semblait bien pire encore.

« Alors si je n'attends rien de vous, je peux vous proposer mieux que quatre idiots, je peux vous proposer de détruire cette livraison et demander poliment au chauffeur où il cherche ses produits. Remonter à la source de ce trafic et le faire taire. »

Je croyais sincèrement que nous avions les moyens de collaborer, après tout il n'est pas aisé pour un vigilant d'avoir un partenaire mais c'est toujours un plus, même si la collaboration est brève.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 10 Avr 2019 - 11:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Ezio Valentino
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre RangEzio

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 01/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 224
ϟ Nombre de Messages RP : 41
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : moi
ϟ Célébrité : Paul Bettany
ϟ Âge du Personnage : 38 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Prêtre catholique
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : 1m92 pour 85 kilos. Cheveux blonds très courts. Yeux bleus. Accent italien. Porte une tenue avec un col romain.
ϟ Pouvoirs : Liste détaillée des pouvoirs et capacités disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
« Sans doute. »

Ezio n'avait jamais été très prolixe au sujet de son lien avec le Seigneur, mais ce que venait de dire l'inconnu rejoignait précisément ce qu'il pensait. L'Italien n'était pas vaniteux, bien au contraire, mais il avait toujours été persuadé que ses actions étaient dirigées par Dieu. Oh, ce dernier ne passait pas son temps à le surveiller bien évidemment, mais le Seigneur était omniscient et pouvait influencer la vie de millions de personne sans se détourner de ce qu'il était en train de faire. Le prêtre était donc convaincu qu'en tombant sur ces individus, il avait été guidé par Lui.

Quoi qu'il en soit, son calme et ce qu'il venait de faire ne semblait pas décourager l'homme qui lui faisait face. Il était même prêt à échanger quelques mots, indiquant qu'il n'avait plus foi en le système judiciaire des humains. Ezio ne pouvait pas lui jeter la pierre. Combien de fois avait-il entendu des histoires qui laissaient penser que seuls les criminels étaient gagnants face à la justice ? Il savait aussi que certains innocents étaient jugés coupables en raison de leur physique, de leur origine ethnique ou encore d'autres choses aussi futiles. La justice humaine était imparfaite, mais comme bien des choses. Ezio ne considérait pas qu'il puisse les juger, lui-même était loin d'être un modèle de vertu. Ironique lorsqu'on savait qu'il souillait son âme en désobéissant aux Commandements justement pour aider le Seigneur !

Calme et silencieux, le prêtre continua d'observer l'homme panique toujours à demi allongé sur le sol. Son interlocuteur du moment avait une idée derrière la tête et souhaitait apparemment le voir l'assister. Oh, cela ne dérangeait guère l'Italien, il était toujours prêt à mettre la main à la pâte, mais il lui semblait important d'éclaircir certains points. Il comprenait qu'au sein d'une ville où les habitants se faisaient souvent justice eux-mêmes, cachés derrière des masques, son comportement puisse être interprété comme celui d'un héros masqué. Mais ce n'était pas le cas. Il ne se battait que pour une chose et ce n'était pas sa propre justice.

La main toujours posée sur l'épaule du criminel, le prêtre reprit de sa voix calme, comme s'ils étaient en pleine discussion au sein de son église.

« Je comprends. Je ne refuse jamais de prêter assistance et cela même si vous n'attendez rien de moi. » Il esquissa un très léger sourire. « Cependant, il me semble important de préciser quelque chose. Je ne suis pas l'un de ces justiciers masqués comme cela semble être votre cas. Je ne suis pas ici pour répandre la justice des hommes. Je n'agis que pour l'intérêt des enfants du Seigneur, comprenez-vous ? »

Ses yeux se glissèrent à nouveau sur la silhouette masquée. Après quelques secondes de silence, le prêtre déplia sa longue carcasse pour se remettre d'aplomb, relâchant en même temps la pression effectuée sur l'épaule du criminel qui recommença à s'agiter comme s'il sentait que quelque chose était en train de se passer. Oscillant du regard entre les deux hommes présents avec lui dans cette ruelle, Ezio enchaîna :

« Je ne tue pas par plaisir. Je tue par châtiment, lorsqu'une âme est définitivement perdue et qu'il s'agit de la seule solution. Même si ce n'en est pas vraiment une. »

La mort n'était qu'un passage vers l'autre vie, mais avec une âme aussi noircie que ces individus, la porte du Paradis resterait fermée et leur vie éternelle se terminerait en Enfer. Un sort peu enviable que le prêtre se sentait forcément coupable d'infliger. Il ne tuait donc pas avec légèreté, bien au contraire.

« Ce que j'essaye de vous dire, c'est que nos visions respectives de la justice ne se rejoindront pas forcément. Vous n'avez toutefois rien à craindre de moi, je ne lèverai pas la main sur vous. » C'était la vérité, mais l'autre pouvait penser qu'il mentait. « Je vais donc vous accompagner. J'imagine que vous savez où il faut se rendre ? Il ne reste qu'un léger détail à régler. » Ses prunelles se glissèrent jusqu'au criminel, toujours silencieux. « Est-ce que tu es un repenti mon enfant ? »

Il n'était pas vraiment sûr que son collègue du moment soit partisan de ce mode de fonctionnement, mais tant pis. Toutefois, ce n'était pas lui qui avait traîné l'individu ici. Ainsi donc, si l'inconnu masqué décidait de s'occuper lui-même de son sort, Ezio n'interviendrait pas. Il avait promis qu'il ne lui ferait aucun mal et il ne s'était jamais parjuré. Ce n'était pas maintenant qu'il allait commencer.
 
Revenir en haut Aller en bas


Qui sur Dieu s'appuie est bien établi
Os iusti meditabitur sapientiam, Et lingua eius loquetur indicium. Beatus vir qui suffert tentationem, Quoniqm cum probates fuerit accipient coronam vitae. Kyrie, fons bonitatis. Kyrie, ignis divine, eleison. O quam sancta, quam serena, Quam benigma, quam amoena esse Virgo creditur. O quam sancta, quam serena, Quam benigma, quam amoena, O castitatis lilium.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr 2019 - 18:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Timothy Sterling
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
Le Gardien
ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 03/04/1989
ϟ Arrivée à Star City : 28/03/2019
ϟ Nombre de Messages : 23
ϟ Nombre de Messages RP : 8
ϟ Crédits : HoneyLily
ϟ Célébrité : Brenton Thwaites
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Rentier
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Liens Rapides : Tia Sekhmet : Amie, protégée ... et plus si affinités ?
Les voies du Seigneur sont, parait-il, impénétrables. Alors le débat de savoir s'il avait agi parce que son Dieu le guidait ou s'il agissait de son plein gré et que son Dieu ne faisait que regarder, je n'avais pas envie de m'y aventurer. Chacun croyait ce qu'il voulait. J'ai toujours été agnostique. Difficile de ne pas imaginer l'existence d'une force supérieure, d'une entité au-dessus de tout, dans un monde comme le nôtre. Cependant je ne cherchais pas à connaître son nom et ses revendications. Que ça soit la Force, Dieu, la Divine Providence, le Hasard, la Chance, je m'en moque bien. Il y a une force qui doit agir pour faire pencher la balance du bien et du mal en la faveur d'un camp parfois, de l'autre d'autres fois mais sa nature, son nom, cela ne m'intéresse pas. Je laisse à ceux qui veulent croire à une identité pour cette force de démêler le sac de nœud du divin mystère et moi je m'attellerai pendant ce temps à dénouer le sac de nœuds que sont les humains. Parce que si les Dieux sont incompréhensibles, que le hasard est capricieux, la chance une alliée sur laquelle on ne peut pas compter et la Force probablement un mythe sans fondement, les humains semblent être tout ça à la fois. Et chaque fois que je crois que je ne peux pas voir pire que ce que j'ai déjà vu, chaque fois que je pense que l'être humain a touché le fond dans les exactions commises sous mes yeux, un autre parvient à faire pire encore. Comme si tous les criminels de la terre s'affrontait dans un concours idiot dont le but serait de faire la chose la plus affreuse possible pour tester la réaction du bien en face. Ce que je fais moi-même est mal. Frapper quelqu'un, le punir pour un crime sans que ça ne réponde à la loi est mal. Mal selon le code des hommes. C'est la justice selon la nature. Quand à Dieu dans tout ça … Il a donné ses règles mais presque autant de moyen de les plier à son avantage ou carrément de les violer en toute impunité. Encore un débat qui ne m'intéresse pas.

Alors que j'indique au prêtre, faute de mieux appelons-le ainsi, que je ne souhaite rien de sa part, je lui demande s'il accepterait de m'assister. Oui je sais, on dirait que je lui demande quelque chose finalement et peut-être que c'est un peu le cas. Avec ou sans lui j'arrêterai ces criminels ce soir, je ferai tomber cette filiale de drogues mais puisqu'il était là, que certains pourraient dire que Dieu l'a mis dans mon chemin ou moi dans le sien, autant s'allier le temps de faire régner ce semblant de justice que nous dispensions lui et moi. Sa réponse aurait presque pu provoquer un sourire. Les intérêts du Seigneur, de la façon dont j'ai compris le bouquin quand je l'ai lu, sont plutôt ceux du peuple en général, des innocents, ce qui fait de nous des alliés selon le vieil adage : l'ennemi de mon ennemi est mon ami.

« La justice des hommes est une voiture en panne au moteur noyé dont on a retiré la batterie et ronger les câbles du démarreur. J'applique la justice de la nature, celle où tout crime se paie au centuple, où les maux réparent les maux. Vous appliquez la justice du Seigneur. Ce que je vois c'est que nous arrêtons des criminels qui s'en prennent à des innocents, ça me suffit amplement. »

Je me moquais de ses motivations, des raisons qui le poussaient à agir, chacun avait les siennes. J'agissais parce que je le pouvais, parce que mon père m'avait entrainé dans cette voie, m'avait formé à l'héroïsme, que ma mère était morte en innocente des mains d'un criminel. J'agissais pour toutes ces raisons. Pourquoi lui le faisait, pourquoi il avait la Foi, pourquoi il voulait contenter son Seigneur, cela ne m'intéressait pas et très sincèrement je crois que ça ne me regardait pas.

« Je ne vous empêcherai pas de faire ce que vous avez pour habitude de faire tant que vous n'attendez pas de moi que je le fasse. La mort est ma limite. Je ne tue pas. »

Une affirmation que je pensais sincère. Quid du jour où je me trouverai face à face avec celui qui a tué ma mère ? Ce jour serait sans doute une exception mais y avait-il un retour une fois la ligne rouge franchie ? Une fois la mort donnée, pouvait-on faire machine arrière ?

« Oui, ce n'est pas loin d'ici. »

Je laisse le prêtre faire son office, c'était sa façon de faire et s'il avait promis de ne pas s'en prendre à moi, j'avais promis de ne pas intervenir dans ses habitudes. La rédemption, quel que soit le nom qu'il donnait à ce qu'il faisait, c'était son truc, c'était son habitude et je tenais promesse, je le laissais en finir avec le criminel.

« Ils travaillent dans un entrepôt soi-disant désaffecté, ils seront huit s'il n'y a pas de livraison en chargement, autrement ils seront dix. Leurs armes sont principalement des armes de poing mais je n'exclue pas la possibilité que l'un d'eux puisse avoir une arme plus puissante. Les entrées les plus discrètes sont une porte arrière et la verrière du toit. Il y a aussi une vitre brisée à l'étage mais je ne sais pas si la porte du bureau dans laquelle elle donne est ouverte. Vous avez une entrée de préférence ? Une façon d'agir que vous préférez ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr 2019 - 19:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

Ezio Valentino
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre RangEzio

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 01/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 224
ϟ Nombre de Messages RP : 41
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky
ϟ Crédits : moi
ϟ Célébrité : Paul Bettany
ϟ Âge du Personnage : 38 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Prêtre catholique
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : 1m92 pour 85 kilos. Cheveux blonds très courts. Yeux bleus. Accent italien. Porte une tenue avec un col romain.
ϟ Pouvoirs : Liste détaillée des pouvoirs et capacités disponible ici.
ϟ Liens Rapides :
On ne pouvait pas vraiment dire que le jeune homme soit d'une grande positivité. Mais Ezio le comprenait : certains individus devenaient défaitistes avec le temps et finissaient par considérer que l'humanité était condamnée à péricliter. Il n'allait pas le juger : chacun était libre de penser ce qu'il désirait et même si le prêtre faisait tout son possible pour aider les gens, il lui semblait évident que cet inconnu n'en avait pas besoin. Il semblait relativement équilibré. Mais l'Italien était bien placé pour savoir que les apparences ne faisaient pas tout.

Toujours est-il qu'ils semblaient être sur la même longueur d'ondes, à l'exception que le jeune homme ne tuait pas. C'était plutôt surprenant venant d'une personne qui ne lui avait pas reproché d'avoir châtié des cambrioleurs au lieu de les arrêter. Et cela éveillait aussi des questions dans l'esprit du prêtre. Si l'inconnu ne tuait pas, que faisait-il des criminels qu'il interpellait ? Il les battait jusqu'à être sûr qu'ils ne récidiveraient pas ? Peut-être. Mais les résultats devaient être assez discutables, parce que le quadragénaire avait eu plusieurs fois l'occasion de constater que certains d'entre eux ne se souciaient pas des risques. Cela aurait été le cas des hommes qu'il venait de tuer : dès qu'il serait parti, ils auraient recommencé.
Toutefois, cela ne le concernait pas. S'ils devaient en arriver là, Ezio aborderait le sujet, en attendant, ils avaient un but commun.

Avant qu'ils ne quittent les lieux, l'Italien aida le survivant du massacre à se remettre sur ses pieds et le sonda pour savoir ce qu'il comptait faire. Le type était visiblement terrorisé. C'était un suiveur, une brebis égarée et non un loup affamé. Avec les bonnes personnes, il devrait s'en sortir. Ezio l'averti donc : il devait se débrouiller pour trouver une nouvelle voie, car la prochaine fois que leurs routes se croisaient dans un tel contexte, l'issue ne serait pas aussi pacifique. Vu la peur que le prêtre lisait dans le regard de l'homme, il avait tendance à penser qu'il obéirait, mais sait-on jamais.... Toujours attristé à l'idée de devoir éveiller la peur pour aider les enfants du Seigneur, Ezio défit les liens qui entravaient le jeune homme et le laissa filer. Son regard le suivit quelques instants, espérant qu'il ferait le bon choix, puis il s'en détourna pour se diriger vers son binôme du soir.

Celui-ci lui expliqua un peu la situation : les cibles se situaient dans un entrepôt et étaient en surnombre. Il ne savait pas vraiment à quoi s'attendre, mais se décida pour ce qui était de l'entrée et du mode de fonctionnement.

« J'ai une préférence pour la verrière. Peu de personnes s'attendent à voir quelqu'un entrer par là. » Ils auraient donc l'avantage de la surprise. « Quant à ma façon d'agir, je dirais qu'il s'agit de cibler la tête du réseau. En prenant le contrôle du chef, nous nous assurerons certainement la collaboration des autres. Toutefois, si vous considérez que ce n'est pas une idée viable, nous pouvons nous débrouiller pour les isoler et les neutraliser un-à-un. Sauf si vous avez une autre idée. »

Le prêtre n'était pas du genre à se sentir humilié à l'idée d'obéir aux ordres d'un inconnu. Ainsi donc, si le jeune homme estimait qu'il était préférable de se séparer et d'attaquer directement, Ezio lui ferait confiance. Bien évidemment, il y avait des limites, mais puisque le vigilant avait laissé entendre qu'il refusait de tuer, c'était assez peu probable qu'ils en viennent à les dépasser.

Ezio attendit donc que son binôme expose son potentiel plan, puis le laissa les guider jusqu'au fameux entrepôt. Arrivé sur place, il préféra prendre quelques secondes pour observer les lieux et essayer de mémoriser les chemins d'accès. Il y avait peu de chances pour qu'une descente de police se fasse juste au moment où ils se lanceraient à l'assaut, mais sait-on jamais ! Prudence est mère de sûreté.
Après avoir relevé tous les éléments intéressants, Ezio posa son regard clair sur le visage masque de son collègue et reprit la parole d'un ton posé.

« Je vous laisse l'honneur de débuter ? »

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas


Qui sur Dieu s'appuie est bien établi
Os iusti meditabitur sapientiam, Et lingua eius loquetur indicium. Beatus vir qui suffert tentationem, Quoniqm cum probates fuerit accipient coronam vitae. Kyrie, fons bonitatis. Kyrie, ignis divine, eleison. O quam sancta, quam serena, Quam benigma, quam amoena esse Virgo creditur. O quam sancta, quam serena, Quam benigma, quam amoena, O castitatis lilium.

 
Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre Categorie2_6Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre Categorie2_8


Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre Categorie2_1Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre Categorie2_3
 Sujets similaires
-
» Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre
» Organigramme du conseil des grands maîtres.
» PRESCRIPTION NON APPLICABLE POURLES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ SELON MICHEL FORST
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» Les grands poetes russes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre Categorie2_6Aux grands crimes les dieux réservent de grands châtiments ▬ Libre Categorie2_8
Sauter vers: