AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Un ennemi invisible est pire qu'un ennemi qu'on voit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Jeu 10 Jan - 17:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Le 10 janvier 2013.
Dana se rendait chez Lucrèce avec sa moto. C’est avec une allure calme et assurée que la Princesse conduisait. Quel plaisir elle avait à utiliser cet engin. Mais bientôt elle pourrait changer de véhicule et prendre une voiture. Enfin, seulement si elle avait réussi le permis. Elle attendait les résultats, ouvrant tous les matins sa boite aux lettres avec espoir. Mais non, depuis une semaine c’était le silence radio. La demoiselle restait cependant confiante, l’examinateur n’avait jamais eu à intervenir et ne pensait donc pas avoir fait de fautes graves. De toute manière, elle ne pouvait qu’attendre.

Bientôt une semaine que sa nouvelle recrue était rentrée dans son équipe. Dana était telle une enfant ! Rapidement elle s’était entendue avec Lucrèce et même si leur rencontre remontait à peu de temps encore, la Princesse était ravie d’avoir une amie pour travailler avec elle. Évidemment les rapports changeaient à l’UNISON mais l’Atlante voulait s’occuper personnellement de son amie et s’assurer que tout allait bien pour elle. Il était hors de questions de laisser l’Hyperboréenne se débrouiller seule ! C’est pourquoi elle se proposa elle-même pour apprendre le tir à la belle blonde. Elle maitrisait parfaitement une arme pour s’en charger elle-même. Concernant le combat au corps à corps, elle devait se rendre à l’évidence et laisser quelqu’un d’autre s’en occuper. Dana n’avait pas suffisamment de force pour se battre à main nue et évitait généralement que ça lui arrive sur le terrain. Son manque de force l’a rendait plus vulnérable et mis à part apprendre les bases à Lucrèce, elle ne pourrait pas faire grand-chose concernant l’art du combat ou du moins de la défense à main nue.
Aujourd’hui, elles iraient faire du tir. Lucrèce avait été prévenue la veille et Dana ne lui avait guère laissé le choix. L’arme représentait les forces de l’ordre et tout agent de terrain devait savoir le manier. Ceci n’impliquait pas qu’ils l’utilisent souvent mais Dana louait toujours la prévention à tout le reste. Sonnant, elle attendit sagement sur le palier que sa nouvelle protégée arrive. Lui montrant d’un signe de tête la moto, elle s’installa elle-même à l’avant après s’être assurée qu’elle allait bien. La demoiselle enfin installait, Dana démarra l’engin et alla au stand de tir de la base. Garant la moto, la Princesse pressa le pas pour rentrer, il faisait bien trop froid à l’extérieur pour y rester.

- Choisis le stand que tu veux, je vais te chercher une arme.

S’exécutant rapidement, elle revint avec une arme à la main et lui tendit. Elle se permit de lui montrer comment tenir son revolver en prenant le sien à la ceinture en guise d’exemple. L’Hyperboréenne ne semblait pas vraiment à l’aise avec son pistolet dans les mains. Dana lui sourit afin de la rassurer.

- Écoute-moi bien Lucrèce, il faut que tu tiennes fermement ton arme car avec la violence d’un tir, tu pourrais la faire tomber ou même rater ta cible. C’est primordial, toujours bien tenir son arme, des deux mains de préférence : ça te donne une certaine stabilité. Ensuite, pense à ta posture, tu dois être le plus ferme possible pour encore une fois maintenir au mieux ton arme. Regarde !

Alliant le geste à la parole, Dana se posta face à la cible. Elle incitait bien sur la manière de tenir son arme et visa. La balle toucha la poitrine du mannequin.

- Maintenant à toi, vise où tu veux, le tout c’est que tu touches le mannequin. Ensuite quand tu maitriseras parfaitement ça, nous pourrons cibler plus précisément.

Dans son travail, la demoiselle était moins bien naturelle qu’à son habitude. Elle semblait bien plus concentrée et exigeante. Il ne fallait cependant pas s’inquiéter pour autant, Dana savait bien que la demoiselle débutait, elle ne s’amuserait pas à la brusquer.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 11 Jan - 17:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
C’était son quatrième jour de travail. Grâce au docteur Takahashi elle s’était inventée une vie, Dana lui avait fait visité les locaux. On lui avait expliqué comment faire un compte-rendu. Elle avait croisé le chemin de bien d’étrange personne même si pour l’instant elle se limitait à parler à Dana, Mr. Takahashi et demandait comment allait Miss Parker quand elle la croisait. Les autres personnes elle leur disait juste bonjour n’ignorant personne, elle avait même dit bonjour à un… robot. Tellement de chose l’interpellait, les gens ici étaient très différents de ceux de la rue. Dana lui avait également présenté Maxime, un pilote qui les amènerait parfois aussi en mission. Physiquement il ressemblait à un hyperboréen, il était très grand et il avait l’air plutôt gentil. Enfin elle n’irait pas non plus le voir seul, elle ne voulait pas le déranger. Lucrèce restait discrète, elle ne voulait déranger personne.

Aujourd’hui elle allait s’entraîner pour la première fois au tir. Une arme, elle en avait vu dans les films et une fois dans la rue dans la main d’un policier. Les armes hyperboréennes n’étaient pas pareilles, elles habillaient complètement l’avant-bras ou faisait partir d’une armure complète, l’arme ne risquait pas ainsi de tomber des mains par accident. Elle en avait touché pour les étudier dans un contexte historique, mais n’en n’avait jamais utilisé. Devant sa commode elle hésita. Die n’aimait pas qu’elle porte des pantalons, mais Dana lui avait bien expliqué qu’il était plus facile de porter un jean pour ce qu’elles ferraient. Elle avait donc acheté pour 60 dollars trois jeans à sa taille, histoire qu’elle ne le perde pas en pleine action. Elle mourait de honte si cela devait arriver. Elle en choisit un parfaitement au hasard et prit son pull blanc préféré. Elle aimait cette couleur qui lui rappelait celle de la neige. Devant le miroir elle se fit quatre nattes à l’avant qu’elle rassembla à l’arrière pour dégager son visage, elle enroula ensuite le restant de sa chevelure à l’arrière et l’épingla. La coiffure en hyperborée était souvent agrémentée de perle et de fil d’argent. Ici cela ferait bizarre. Un peu de mascara, de gloss cerise et de parfum et c’était bon. Elle enfila sa parka, ses bottes et elle attendit que son interphone sonne.

Dana gentiment lui avait proposé de venir la chercher. C’était vraiment gentil. Oh sa sacoche ! Elle avait failli l’oublier, elle y mit son organiseur, une écharpe pour la nuit si il faisait plus froid, son déjeuner et deux-trois autres bricoles. Un son familier résonna à son oreille. Sol’ukah décrocha rapidement et lui demanda de monter. Un dernier petit mot doux griffonné à Die et elle ouvrit à sa collègue. Une fois face à Dana Luka posa son front sur le sien comme on faisait en Hyperborée. Devant la moto de la jeune fille elle hésita un peu, mais monta rapidement quand même confiante en la conduite de Dana. Une fois au stand de tir à la base, elle lui dit de s’installer ou elle voulait. Luka s’arrêta à un stand un peu au hasard. Dana revint avec une arme qu’elle lui tendit. Un peu hésitante Luka l’attrapa tout de même. Cette arme de mort dans ses mains, pourvu qu’elle ait le moins possible à l’utiliser. Elle inspira un bon coup, il lui fallait faire preuve de courage. Elle ne voulait pas être un poids pour sa coéquipière. Elle lui avait assez fait confiance pour l’intégrer à son équipe, elle devait se montrer digne de cette confiance. Voyant son visage probablement un peu déconfit, Dana la rassura, ce à quoi Luka ne put s’empêcher de sourire un peu amusée. Elle la fixa s’exercer sur le stand de tir attentive, Dana atteint la poitrine de la cible. Le regard de Luka brilla un instant d’admiration. Avant de tenter à son tour elle glissa quelques paroles à Dana.


- Ne t’inquiète pas pour moi. Je pense à peine sentir le choc du tir, je suis beaucoup plus forte qu’un humain normal. Je ne sais pas exactement l’ordre de différence, mais j’en suis certaine. Des extérieurs étaient venus nous chercher même si on a du effacer leur mémoire. On a pu les étudier, enfin pas comme dans les films, ils sont repartis en pleine forme on a même corrigé le problème de vue de l’un d’entre eux. Mais j’écouterai tes conseils bien sûr, dit-elle précipitamment ne voulant pas faire croire qu’elle était du genre insubordonnée, c’était faux elle voulait juste la rassurer. Merci beaucoup de m’aider Dana.

Et sur cette dernière phrase elle s’exécuta, elle attrapa l’arme à deux mains et mima la posture de l’Atlante, bien en équilibre sur ses deux pieds. Elle avait déjà fait du tir à l’arc avec son père et enfant, c’était pour améliorer sa précision, beaucoup d’hyperboréens pratiquaient cette activité en plus d’une autre activité physique. La crainte du peuple serpent, la peur d'être inutile si un conflit devait de nouveau éclater. Mais Luka n’avait jamais été spécialement assidue alors quand elle tira si elle ne rata pas la cible, mais elle l’atteignit de justesse. Elle fit une grimace peu satisfaite d’elle. Elle se tourna vers Dana.

- J’aurais du écouter plus mon père, fit-elle avec un sourire désolé. Il m'emmenait parfois faire de l'arc, c'est un peu différent mais pour la précision...

Elle n’allait peut-être pas être l’élève la plus douée de Dana malheureusement. Heureusement elle lui semblait assez patiente. Luka n’espérait pas la mettre à bout.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 13 Jan - 12:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana se sentit bien bête quand sa stagiaire lui rappela qu’elle était forte. Évidemment qu’elle l’était, c’était une caractéristique propre aux Hyperboréens. Comment avait-elle fait pour ne pas y penser. Malgré elle un sourire étira ses lèvres. La bêtise ne faisait de mal à personne tant que ce n’était pas en mission. Se reprenant dans ses paroles elle dit :

- Oh que je suis sotte ! Excuse moi, évidemment que tu auras moins de mal à gérer la violence du coup de feu. Et ne me remercie pas, c’est normal ! Je me suis engagée auprès de toi pour te former, il est hors de question que je me défile.

Dana était flattée qu’elle la remercie, mais elle n’allait pas se montrer sous ce jour alors qu’elle était sensée représenter l’autorité. Elle n’ignorait pas qu’un jour la demoiselle volerait de ses propres ailes mais pour l’instant Dana voulait la meilleure formation pour son amie. Si un jour il lui arrivait quelque chose, elle se sentirait bien mal. Il était de son devoir d’en faire un parfait agent pour qu’elle puisse toujours se défendre en cas de danger au cours des missions. Lucrèce choisit ce moment là pour exécuter son tir. Voyant que la balle touchée la cible, la Princesse sourit repensant à son tout premier tir. Sous la violence du coup la balle était partie dans le décor, à dix mille lieux de la cible.

- Lucrèce, c’est un très bon début. Je n’ai même pas réussit à toucher la cible quand j’ai tiré pour la première fois ! Concernant la précision, ça s’apprend et surtout ça s’entretient. Nous viendrons souvent ici pour que tu t’améliores et quand je jugerais que ça sera bon, tu pourras revenir seule pour t’entrainer.

Dana savait parfaitement bien que c’était important d’encourager ses élèves, d’autant plus que le tir de l’Hyperboréenne était loin d’être catastrophique. Évidemment il restait du travail mais Dana avait rapidement remarquée que son amie s’appliquait quand on lui demandait quelque chose, elle ne doutait pas que le progrès serait rapide. Elle lui sourit à nouveau, se positionna devant le mannequin pour refaire une démonstration. Quand elle appuya sur la gâchette, son téléphone portable se mit à sonner ce qui la surprit et lui fit rater son tir. Pestant, elle décrocha le téléphone après avoir dit à sa stagiaire de continuer sans elle.
Revenant peu de temps après, elle interrompit la demoiselle pour lui dire :

- Tu as vu, j’ai raté mon tir ? Et bien c’est parfait pour te montrer que même un tireur entrainé peu être surpris et donc se planter. La concentration est primordiale car la moindre surprise peut te faire rater ta cible et selon les situations, ça peut très vite déraper. Il ne faut rien laisser au hasard et même lorsque tu es sûre que rien ne peut te déconcentrer, reste quand même sur tes aguets. Regarde ce qui vient de se passer pour moi, j’étais loin de penser que mon téléphone sonne à ce moment là et pourtant. Elle marqua un arrêt puis reprit « Figure toi que ce coup de téléphone va te permettre de faire ta première mission sur terrain. Nous partons au musée historique, je t’expliquerais tout en route. »

Lui reprenant son arme pour la ramener dans la réserve de la base, elle lui dit de la suivre. Ainsi elle saurait où se trouvait la réserve pour venir s’entrainer si l’envie le lui prenait. En marchant elle lui expliqua qu’une relique Atlante avait été volé et qu’ainsi Dana était appelée car elle était directement concernée. Elle lui assura que la mission ne comprenait aucun risque vu que le voleur devait déjà être loin.
Le voyage en moto ne fut pas très long. Elles étaient enfin arrivées au musée. Saluant l’agent de sécurité de l’immeuble, il leur expliqua que le vol s’était passé en plein jour, qu’il n’y avait que cette relique qui avait disparu et qu’il n’avait rien entendu. La pièce présentant cet objet avait été fermé au public. Dana fit signe à Lucrèce de la suivre à l’intérieur, le gardien venant de leur ouvrir l’accès. Lui disant qu’il pouvait les laisser seul, celui-ci s’en allant. La Princesse referma la pièce derrière lui et se dirigea vers la vitrine où c’était trouvé l’objet peu de temps avant.

- Lucrèce vient voir, la vitrine n’a pas été fracturée. Le voleur devait donc avoir la clé. Dans une mission, nous devons être apte trouver qui a fait ça, comment mais aussi pourquoi. Ici on peut avoir plusieurs hypothèses très simples : le voleur connait bien le musée, et il doit avoir accès à la clé. Donc ça peut être le gardien par exemple. Ensuite pourquoi ? L’objet peut avoir de la valeur, c’est souvent le cas dans les vols. Mais j’en doute pour cette fois ci, car une relique Atlante se remarque très vite pour son originalité propre à mon peuple pour les œuvres, ainsi la revente est difficile. Et puis pourquoi ne prendre qu’un seul objet alors que la vitrine comprend d’autres éléments. Tout ce que je te dis là et infondé, il faut plus de temps et de travail mais je te donne des exemples simples pour que tu te situes facilement dans notre enquête. Nous allons interroger le gardien et vérifier s’il y avait des caméras.

Finissant son discours, elle la pria de la suivre. Posant la main sur la poignée, Dana ne parvint pas à l’ouvrir, comme si elles étaient enfermées. Il devait s’agir d’une erreur du gardien voilà tout. Ne paniquant pas pour autant, la demoiselle tapa sur la porte et sourit de manière désolée à Lucrèce. Attendant encore un instant, la Princesse commença à s’impatienter, elles n’allaient tout de même pas rester là indéfiniment. De l’autre coté de la pièce, elle remarqua une autre porte. S’y dirigeant d’un pas rapide, elle tenta en vain de l’ouvrir. Soudain, l’éclairage de la pièce s’éteint les plongeant toutes les deux dans un noir quasiment complet. Dana appela Lucrèce pour s’assurer qu’elle allait bien. Son esprit lui disait peu à peu qu’il y avait une chose pas normale dans tout ça. Puis elles purent entendre un rire.

- Lucrèce c’est toi ?

Mais avant que l’Hyperboréenne puisse répondre, une autre voix s’éleva dans le silence :

- Alors Thétis, on ne dit pas bonjour à ses vieux amis ? Le rire fut encore plus bruyant. Si la lumière avait encore été là, on aurait pu voir le visage de la Princesse se décomposer. Ainsi ce qu’elle redoutait depuis deux ans maintenant était en train de se produire. On l’attaquait sachant parfaitement qui elle était. Ce n’était pas faute de prendre des précautions pourtant. La voix en question lui disait quelque chose mais elle n’arrivait pas à se rappeler qui. S’adressant à sa stagiaire, elle dit d’une voix rapide « Lucrèce, reste où tu es. » La demoiselle ne devait rien y comprendre. En effet elle savait que Dana était Atlante mais elle ne savait pas qui elle était dans ce royaume. Peu à peu son regard se faisait à l’obscurité, devinant au loin la silhouette de Lucrèce. Soudain Dana prit un coup derrière la tête, la projetant au sol. Elle étouffa un cri pendant sa chute. La douleur dans son crane était telle qu’elle avait l’impression de ne plus pouvoir se relever avant un bon moment. Se tournant en s’appuyant sur ses coudes, elle chercha son agresseur qui ne pouvait qu’être une femme d’après sa voix.

La lumière se ralluma et Dana poussa un cri en voyant le spectacle devant elle. Une femme blonde tenait Lucrèce par le cou lui pointant une arme sur la tempe. La Princesse se leva aussitôt et couru vers elle en ignorant sa douleur. Elle s’arrêta soudain sachant très bien que son approche pouvait être fatale pour sa stagiaire.

- Lucrèce, ne bouge surtout pas !

Elle espérait que son élève suive son conseil. Mais la peur dans de pareil moment pouvait pousser à agir. Le regard de Dana s’attarda sur la femme qui tenait Lucrèce. Soudain elle comprit. C’était son amie.

- Carlïnis ?
La réponse fut immédiate
- Tu en as mis du temps ! Mais que fais la Princesse si loin de son royaume ? J’ai mis du temps à te retrouver Thétis, énormément de temps.

Dana n’avait que faire que son identité soit révélé, elle était focalisée sur le danger qu’encourait son amie. Rien d’autre n’était important. Regardant l’Atlante tenir Lucrèce, Dana fut choqué en voyant le regard marron de son ancienne amie qu’elle croyait morte.

- Carlïnis, tes yeux ils sont marrons… non ce n’est pas possible !
- Et si Thétis, je suis vivante. Mais dis moi, tu ne fuis pas ? Tu restes pour sauver cette femme ? Elle devrait être ravie de l’attention que tu lui portes, tu n’as pas eu la même pour moi !
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 13 Jan - 18:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana fut assez encourageante malgré que Sol’ukah ne fut pas complétement satisfaite de son premier essai, il faut dire qu’elle avait toujours eut tendance à être particulièrement dure avec elle-même. La jeune hyperboréenne avait toujours rêvé de faire ses preuves auprès de ses paires toujours plus âgés et souvent donc plus expérimentés quoiqu’elle fasse. Sa mère n’arrêtait pas de lui dire qu’elle était trop fière, qu’elle n’avait pas à chercher à être la meilleure en tout. Et même si elle écouta le restant des paroles de Dana, cela ne la soulagea pas pour autant de savoir que Dana avait raté son premier tir. Son père contrairement à sa mère l’avait toujours poussé à en faire plus, et visiblement ses leçons avaient plus imprégnés Luka que celle de sa génitrice. Mais comme le disait Dana il lui suffisait de s'entrainer pour progresser.

Etrangement le malaise vis-à-vis de l’arme c’était vite dissipé et maintenant elle n’avait qu’une envie: s’entrainer pour progresser, même si elle se doutait que tirer sur une cible inerte et sans vie ne procurait probablement pas la même sensation que tirer sur un être vivant. Mais ce n’était probablement pas demain que cela arriverait de toute façon, elle n’avait pas à s’en inquiéter, ce n’était même pas certain que cela arrive avant plusieurs mois. Luka avait lu les statistiques sur internet pour se rassurer en s’engageant, la police ne dégainait pas tous les jours leur arme et s’en servait encore moins souvent. Dana lui refaisait une petite démonstration quand son téléphone sonna et la fit rater son tir. Oui ça aussi ça pouvait arriver dans la vie réelle, les distractions. Dana lui conseilla de poursuivre sans elle, ce qu’elle fit avec application sans se presser. Ses tirs ne furent pas beaucoup plus réussis, mais mis à part un elle n’en rata aucun. Il faudrait probablement plus d’une séance d’entrainement. Au moins elle avait vaincu son appréhension à tenir une arme, c’était déjà ça.

Dana revint assez rapidement, elle n’avait même pas fait une demi-douzaine de tir. La théorie de la surprise et de l’inattention fut expliquée. Luka était plus que d’accord, elle opina doucement du chef. Une angoisse lui noua le ventre, celle d’une balle perdue, elle avait déjà vu ça dans les films, elle ne voulait surtout pas blesser quelqu’un par inadvertance elle s’en voudrait terriblement. Elle allait se montrer aussi attentive que possible quelque soit la situation et ne jamais se montrer trop confiante. Dana avait raison rien n’était complètement prévisible. Puis brusquement elle lui expliqua la raison du coup de fil, elle allait faire sa première mission, elles partaient au musée. Si le visage de Luka resta plus ou moins imperturbable, ses yeux brillèrent d’enthousiasme. Luka rendit son arme volontiers et les deux humaines améliorés se rendirent à la réserve ou l’arme fut reposée. Durant le chemin Dana lui expliqua qu’une relique Atlante avait été volée. Oh par ses ancêtres, si Luka n’avait pas eu autant envie de donner une image sérieuse d’elle-même elle aurait souri à pleine dent en lui répondant. Cette mission lui semblait tout à fait de son domaine.


- J’étais l’assistante d’un historien, si je peux avoir des photos de l’objet je pourrais probablement dire à quoi il servait et pourquoi alors il a été volé. Je lis l’Atlante ancien… Enfin faut-il encore que les voleurs n’y aient pas juste vu un joli bibelot, ce qui n’est pas impossible, dit-elle soudainement réfléchissant à toute allure.

Elle se contenait du mieux qu’elle pouvait, mais elle était surexcitée. C’était une enquête, pas une mission d’action, elle allait pouvoir faire marcher ses neurones et pour le moment elle était beaucoup plus qualifié à faire ça qu’à tirer dans tous les sens. Luka était contente que sa première mission soit quelque chose en rapport avec son domaine. Comment aurait-elle supporté de voir un cadavre ? Passant nerveusement une main dans sa nuque, elle chassa la pensée. Elles reprirent la moto de Dana pour se rendre au musée, elle s’y faisait de mieux en mieux, elle allait finir par s’habituer, même si elle aurait été plus rassurée de prendre les transports en commun ou même une voiture. Dire qu’elle allait devoir apprendre à piloter une de ses machines, adieu lien télépathique avec son véhicule… Dieter savait-il conduire ?

Le trajet fut rapide, un gardien du musée les accueillit. Luka le reconnut immédiatement, c’était lui qui l’avait expulsé de l’endroit la première fois. Elle baissa précipitamment la tête, mais le grand noir semblait l’avoir complètement oublié. Les guidant d’un pas sûr, il les amena dans la salle ou avait été commis le vol. Luka hésita à demander pour les photos, mais elle se dit qu’elle verrait après les explications de Dana. En Hyperborée il existait des protocoles, pas de raison qu’il n’en existe pas aussi ici. Le gardien s’en alla las laissant seule et Dana lui demanda s’approcher. C’était bizarre de s’entendre nommer Lucrèce, elle allait finir par lui demander comme à Die de l’appeler Luka, après tout cela pouvait être aussi bien le surnom de Lucrèce, c’était pour ça qu’elle avait choisi ce prénom. Luka s’approcha et écouta avec l’attention d’une petite fille modèle les propos de sa supérieure. Le voleur devait avoir la clé selon elle. En effet la vitre était intacte, la serrure également, une autre hypothèse lui vint à l’esprit, c’était un peu fantasque, mais avec tout ce qu’elle avait lu dans la presse concernant les Supers, il existait tellement de pouvoirs différents. Oui les caméras c’était une bonne idée aussi, elle opina. Luka n’était pas toujours très loquace, mais elle restait très attentive.

Alors qu’elle priait de la suivre, Luka s’attarda quelques instants pour lire le descriptif de l’objet. Le bruit d’une poignet s’agitant dans le vide la tira de sa lecture et elle fixa Dana qui ne semblait pas parvenir à sortir. La porte semblait bloquée, cela lui rappela ce qu’elle avait fait à la première porte bloquée qui avait croisée sa route. Ce n’était pas très correct de casser tout sur son chemin alors elle la laissa tambouriner la porte, le gardien ne pouvait pas être très loin, puis il y avait les caméras, il se rendrait bien vite compte de sa bêtise. Luka haussa les épaules au sourire désolée de sa collègue, ce n’était pas bien grave et surtout ce n’était pas de sa faute. Aucune raison de lui en vouloir pour ça. Dana s’agita se dirigeant vers une autre porte. Luka se sentit bête, elle n’y avait même pas songé. La porte se révéla aussi bloquée et Luka fronça les sourcils ça devenait un peu bizarre là, non ?

A ce moment-là la lumière s’éteignit. Des supers-pouvoirs Luka en avait, mais pas celui de voir dans le noir. Elle se sentit frissonner soudainement un peu inquiète, la situation commençait à tourner au mauvais film. Le rire qui résonna soudainement la fit sursauter, surtout quand Dana lui demanda si c’était elle. Une troisième voix se fit entendre, une voix inconnue qui ne parlait pas américain, mais atlante. Thétis… ce n’était pas elle, alors en toute logique elle parlait à Dana. C’était un prénom purement Atlante, probablement le vrai de Dana. Amis ? L’accueil n’était pas très amical, à moins que les Atlantes aient développé durant les millénaires de séparation des coutumes forts différentes de celles Hyperboréennes. Dana lui demanda de rester sur place, elle l’écouta d’abord par soucis d’obéir à l’autorité. Mais quand elle entendit un bruit de douleur et de chute et reconnu la voix de Dana, elle se décida à reculer espérant tomber sur le mur puis une porte qu’elle défoncerait, tant pis pour la casse.

Soudain une poigne fort puissante l’attrapa par le cou et l’immobilisa avant de lui coller quelque chose de froid et métallique sur la tempe. Luka poussa un petit cri, mais se reprit rapidement. Quand la lumière fut rallumée, elle comprit que la chose froide qu’elle avait senti sur la tempe était une arme à feu. Si elle savait qu’elle ne craignait pas les armes blanches, elle n’avait aucune idée des conséquences de cette arme de mort bruyante et puissante. Un glapissement léger lui échappa malgré elle de la gorge. Ses yeux tentèrent d’apercevoir vainement le visage de son agresseur qui s’appelait Carlïnis, c’était comme ça que Dana venait de la nommer. La suite de la conversation la fit ouvrir de grands yeux. Princesse ? Dana était une princesse atlante. Les hyperboréens avaient beau ne pas avoir de royauté et elle avait beau avoir du mal à comprendre ce genre de gouvernement, le fait d’être face à une princesse l’emplit de confusion.


- Votre majesté…

Dana était beaucoup plus importante qu’elle, maintenant elle le savait. Une chose était certaine contrairement à elle, même si elle pouvait se liquéfier, elle n’avait pas de super-force et elle n’était probablement pas aussi solide qu’elle. Puis de toute façon elle était beaucoup plus importante qu’elle, elle ne pourrait plus jamais revenir chez les siens, si elle mourait ses parents ne le sauraient même pas. Elle n’avait la responsabilité de personne sur ses épaules. La seule personne qui avait besoin d’elle était Dieter, et encore il avait dit qu’elle ne pouvait pas rendre un homme malheureux, mais qu’en savait-il ? Elle n’était même pas certaine de l’aimer pourtant elle abusait de sa chaleur et sa gentillesse. Elle n’entendit pas la remarque de Dana trop dans ses pensées, ni la réponse de son "amie". Il fallait agir maintenant.

- A terre ! hurla-t-elle tout en agissant.

Courageusement elle replia ses bras vers le haut et attrapa l’arme de son agresseur avec une vivacité surhumaine usant naturellement des ondes cosmiques pour améliorer les capacités de son corps. Elle attrapa le bout de l’arme de son agresseur, elle n’était pas certaine de pouvoir l’arracher vu la force folle qu’elle possédait, mais elle pouvait par contre tordre le canon facilement, ce qu’elle fit et cela ne remplit pas de joie la dénommée Carlïnis qui émit un grognement de dépit et la frappa de toute ses forces avec son arme. Le coup la mit au sol. Pourquoi l’inconnue se serait retenue, elle venait de prouver qu’elle n’était pas aussi inoffensive que prévu? L’hyperboréenne serra les dents pour s’empêcher d’hurler de nouveau, mais par ses ancêtres comme ça faisait mal et elle n’était pas habituée à avoir mal. Elle n’avait même à vrai dire jamais eu mal, qui l’aurait frappé en Hyperborée ? On n’élevait pas un enfant miracle avec des coups. Alors malgré ses efforts un cri bref mais déchirant s’échappa de ses lèvres purpurines. Sa tête tournait, la femme la rattrapa par le cou et serra plus brutalement avant de la relever. Luka se demanda si elle pouvait lui briser la nuque comme dans les films ou les récits guerriers. Ses yeux s’humidifièrent, mais elle retint ses larmes. Au moins à présent elle ne pouvait plus user de son arme sur Dana. L’objet extérieur était fichu. Pourvu que Dana réagisse vite pendant que la femme s’occupait à reprendre le dessus sur elle. Avait-elle pris avec elle son arme ? Elle ne savait même plus… Elle ne comprenait pas très bien qui était cette femme, mais si elle devait disparaître, elle ne la regretterait pas vraiment.

HRP : Si tu veux que j’ajoute des trucs, et si ça ne te déranges pas que je joue Carlïnis je peux ^^. MP-moi dans ce cas ^^.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 16 Jan - 16:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana regardait son ancienne amie avec le plus grand effroi. Les yeux marrons étaient synonyme d’abomination dans son peuple, c’était affirmer son dévouement aux peuples du Serpent, c’était dire tout haut qu’on était un barbare Atlante. Un flux de pensées l’assaillait tant elle ne savait plus quoi penser de la situation. La jeune femme en face d’elle n’était pas son amie Carlïnis, ce ne pouvait pas être elle. Dana n’aurait jamais pensé vouloir lui faire du mal volontairement, mais elle menaçait directement sa stagiaire et elle mettrait tout en œuvre pour qu’il n’y ait pas d’accidents. C’était déjà assez délicat comme ça, elle avait assuré à Lucrèce qu’il n’y avait aucun danger et voilà comment la situation tournée. La demoiselle regardait un instant sa protégée, qu’elle ne protégeait pas si bien que ça au final, quand soudain cette dernière hurla quelque chose. Dana s’exécuta aussitôt, se jetant au sol en se liquéfiant pour amortir le choc. S’il y avait bien une chose dont elle était certaine c’était que sa stagiaire savait ce qu’elle faisait. Les Hyperboréens n’agissaient pas à la légère en général et la confiance était vitale lorsqu’on faisait équipe. Dans la précipitation, l’Atlante ne vit pas ce que faisait la jeune femme. Ce n’est qu’en reprenant sa forme humaine qu’elle comprit ce qu’avait fait l’Hyperboréenne. L’état de l’arme parlait d’elle-même. Encore une fois la demoiselle avait oublié que son amie avait une force surprenante. Ce n’était pas si dur à retenir pourtant ! C’était un coup de maitre et l’agent d’élite l’aurait même félicité si la situation n’était pas si critique. Le souci c’était qu’elle avait attiré l’attention directement sur elle, se mettant un peu plus en danger encore. Et vu la tête que faisait Carlïnis, celle-ci n’avait vraiment pas prévu ça dans son plan. Les demoiselles avaient repris un peu l’avance sur la barbare.

- Laisse-la ! Hurla Dana en sortant son arme pour la pointer vers son ancienne amie.

Celle-ci laissa éclater un nouveau rire strident. Dana fut parcourue d’un frisson d’horreur, la femme en face d’elle semblait se délecter de la situation et ça n’était vraiment pas normal. La Carlïnis de son enfance était tout sauf sadique. Qu’avait-elle fait en l’abandonnant ? Elle avait fait d’elle un monstre sans cœur. Mais ce n’était pas le temps des reproches, elle ne pouvait pas se lamenter sur son propre sort alors que Lucrèce était en si mauvaise posture. Mais son ennemie avait bien fait les choses, s’en prendre à une amie était la meilleure chose à faire pour martyriser Dana. Elle avait déjà vu les gens tomber pour elle et avoir laissé Carlïnis aux mains des barbares des années plus tôt avait été une pure torture mentale pour la belle. Elle s’était promise mainte et mainte fois de ne plus fuir et c’était d’ailleurs pour ça qu’elle avait tué un homme à l’école des Supers, pour protéger une amie. Mais voir son amie d’enfance dans la cible de son arme la dégoutait au plus haut point, elle était incapable de tirer. Non tout bonnement incapable !

- Alors tu ne tires pas ? Tu es bien plus lâche encore ? Je ne pensais pas que tu pouvais l’être à ce point Thétis, siffla-t-elle entre ses dents avec toute la haine que sa voix pouvait exprimer.

Dana réfléchissait à toute allure. Tirer sur son adversaire la hanterait toute sa vie, mais la laisser tuer son amie serait pire encore. Mais elle n’était vraiment pas capable de la tuer. Doucement elle rangea son arme en disant : "Non je ne te tirerais pas dessus… je ne peux pas Carlïnis ." Plaçant ses mains derrière son dos pour ne pas montrer ce qu’elle faisait, elle espérait de tout cœur que Lucrèce ne croit pas qu’elle l’abandonnait à un triste sort. C’était tout le contraire, mais elle ne pouvait pas non plus tuer l’autre femme.

- Incapable ! cria-t-elle en serra plus fermement Lucrèce, - Tu vas la laisser mourir elle aussi ?

Dana secoua négativement la tête, évidemment que non elle n’allait pas laisser faire une chose pareille. D’un geste vif la jeune Atlante lança un pique de glace fraichement formé dans sa main sur son ennemie. Celle-ci ne vit rien venir et de stupeur lâcha son otage qui tomba au sol. La force du lancé permit au projectile de se planter facilement dans la chair. Hurlant de douleur et de rage, l’Atlante lança un regard assassin à Thétis en s’arrachant l’arme de l’épaule. Celle-ci comprit soudain qu’elle n’allait pas laisser tomber aussi facilement. Carlïnis fonça sur la Princesse mais celle-ci se liquéfia au dernier moment. De nouveau surprise, la jeune femme tomba par terre tant elle arrivait vite.

- Thétis ! Transforme toi, soit courageuse au moins une seule fois dans ta vie ! dit-elle en fixant la flaque d’eau qui rampait au sol.
N’attendant pas plus d’un instant, elle se releva habillement et fonça sur Lucrèce. L’attrapant de nouveau par le poignet, elle lui dit :

- Ta patronne est incapable de te protéger, regarde comme elle est lâche.

C’est à cet instant que Dana reprit sa forme humaine, non loin des deux femmes. Elle prit elle aussi le poignet de son ennemi pour la forcer à lâcher. Mais évidement leurs forces n’étaient pas comparables. La barbare afficha un sourire malicieux avant de lui donner un violent coup de poing avec son autre main. Dana fut projetée quelques mètres plus loin. La douleur était insupportable. Elle resta au sol, amenant ses mains sur son nez qui devait être cassé. La vue du sang sur celles-ci la conforta dans l’idée qu’elle n’était vraiment pas en bonne posture. Ses yeux s’embuèrent rapidement de larmes tant elle avait mal. A cet instant, elle ne voulait plus qu’une chose, détruire cette femme, la réduire en miette. Dana n’avait jamais éprouvé autant de haine et la voir ainsi n’était pas naturel. Stupéfaite de comprendre ce qu’elle venait d’espérer, ceci provoqua brusquement une vague de panique chez la demoiselle. Dana était tout sauf une sauvage sans cœur et méchante. Ce n’était pas elle qui pouvait ressentir autant de haine, non elle devait reprendre le dessus sinon Carlïnis aurait réussi à la détruire. La jeune femme était quasiment assommée et ce n’est que par des bruits lointains qu’elle comprit que les deux autres filles se battaient. Elle aurait voulu se lever, fonçait sur Carlïnis et la tapait jusqu’à épuisement. Mais son corps ne répondait tout simplement pas. Soudain elle comprit qu’elle pleurait, comme un enfant. Son corps lui jouait des tours et la douleur lui donnait la nausée. Elle n’avait pas la moindre idée de ce qui se passait à coté d’elle. Même les bruits lui étaient lointains. Et la vision embrumée n’aidait en rien. Dans un souffle court, elle réussit à dire un "Lucrèce…" Mais si la demoiselle en question l’entendait, ça relevait du miracle tant sa voix était faible.

Elle était incapable de dire combien de temps s’était écoulé depuis qu’elle était au sol, mais enfin elle réussit à s’assoir. Se regardant elle vit ses vêtements et ses mains recouvertes de sang. Elle ne devait vraiment pas être belle à voir. Dana n’avait jamais pu se démarquer dans le combat au corps à corps et elle le payait maintenant. Un simple coup de poing, certes avec une force incroyablement forte, l’avait mis sur le banc de touche. Cherchant autour d’elle, la Princesse retrouva enfin les deux jeunes femmes en plein combat. Carlïnis ne mit pas longtemps, malgré le fait qu’elle se battait, à comprendre que la demoiselle était enfin de retour parmi eux. Repoussant violemment Lucrèce contre une vitrine qui éclata sous le choc, elle se dirigea vers l’Atlante encore au sol. Elle l’attrapa par le col et la relava sans mal. Thétis regardait cette femme droit dans les yeux, totalement chamboulée par le fait que ce soit son amie d’enfance qui la faisait souffrir autant. Dans un murmure, elle réussit à dire "Pourquoi ?". Mais au fond, elle le savait ! Car l’abandonné avait détruit sa vie. Et que Dana ne méritait que le même sort. Toutes ses bonnes actions passées n’étaient rien face à la douleur qu’avait du éprouver Carlïnis loin de sa famille, loin des siens et de tous repères. La réaction fut immédiate, elle jeta Thétis au sol comme s’il s’agissait d’un vulgaire chiffon. "Tu oses demander pourquoi ?" cria-t-elle"Ta stupidité va couter la vie à ton amie". Elle fit volteface et se dirigea vers la stagiaire.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 17 Jan - 22:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Sol’ukah se sentait nauséeuse, elle n’aurait pas imaginé que la douleur puisse avoir autant d’effet sur son organisme. L’hyperboréenne n’avait jamais rien connu de tel dans son monde parfait. Il fallait qu’elle se reprenne, les héros hyperboréens n’avaient pas fléchi face à la douleur et au peuple serpent. Si elle acquérait suffisamment de gloire, son père, sa mère, elle voulait les revoir les serrer dans ses bras. Son ennemi parlait de lâcheté à Dana, mais qui était le plus lâche ? Certainement pas la princesse, elle n’était point d’accord. Etait-ce de la lâcheté de ne pas vouloir tirer sur un être vivant ? De ne pas vouloir risquer sa vie, aussi mauvais soit-il ? La femme était mauvaise, il n’y avait pas le moindre doute pourquoi elle se serait servi d’elle autrement ?

- La princesse n’est pas lâche, le courage ce n’est pas n’avoir aucun respect pour son prochain, souffla-t-elle à bout de souffle, si bien que ce fut presque inaudible, seule sa geôlière l’entendait probablement.

Elle se rappelait des légendes concernant Mi-Kel, un guerrier certes, mais ne manquant pas d’être généreux et miséricordieux. C’était ça le courage, c’était pouvoir user de la force quand il le fallait vraiment, mais jamais quand ce n’était pas véritablement nécessaire. Mi-Kel n’était pas parfait, elle savait qu’une fois il avait dépassé les bornes, personne n’était parfait, mais il avait essayé. La femme qui la tenait dans les bras elle le sentait n’avait pas ce panache. La princesse Thétis semblait plus de la même veine que le héros hyperboréen. Luka la vit ranger son arme et annoncer qu’elle ne tirerait pas. L’hyperboréenne ne savait pas si dans ce cas précis c’était la bonne solution, mais au moins cela prouvait que sa collègue n’était pas une sanguinaire. Cela ne plut visiblement pas à Carlïnis qui se fâcha. Elle cherchait l’affrontement, finalement ne pas y répondre était peut-être un bon moyen de lui faire commettre un faux pas par impatience. La pression sur son cou se renforça, Luka déglutit et pâlit. De l’air, il lui fallait de l’air, dire qu’elle avait eu peur de mourir bien avant Die… Au final c’était elle qui allait l’abandonner. C’était trop bête, tout le monde l’oublierait vite. Elle ne pouvait pas, qui protégerait la princesse si elle mourait. Elle s’apprêtait à tenter de se débattra une dernière fois, tenter le tout pour le tout quand avec un cri de douleur son ennemie la lâcha. Luka aurait voulu courir vite, mais le manque de souffle la fit juste s’écrouler

Un pic de glace c’était figé dans l’épaule de la femme. Elle était forte, mais son corps était fragile. C’était un bon point pour les deux agents Unison. Quelques gouttes de sang avait éclaboussé sur elle tâchant son pull blanc. Elle vit l’ombre de la vilaine s’éloigner d’elle pour foncer sur Dana, dans un sursaut elle tenta d’attraper sa cheville, mais ne fit que s’étaler au sol. Pas assez concentrée, elle n’avait pas été assez rapide. La blondasse revint sur ses pas et lui attrapa le poignet lui annonça que sa patronne était incapable de la protéger. Luka eut envie de grogner hargneuse qu’elle n’avait pas besoin de protection tout en lui envoyant un coup de poing « maitrisé » dans le ventre afin de lui couper un peu le sifflet, quand Thétis reparut pour attraper le poignet de son visiblement « ancienne » amie. Acte courageux bien qu’insensé au vu de sa force, Carlïnis l’envoya bien vite valdinguer dans le décor en lui écrasant son poing sur le nez. Pauvre Dana… Luka maitrisa mal sa force quand elle lui envoya finalement son poing dans le ventre. Ce n’était même pas certain d’être volontaire cette maladresse, cette femme était une garce. Sous la douleur elle la lâcha, peut-être même qu’elle lui avait pété une côté au passage. Cependant la femme devait être plus habituée à la douleur car elle se reprit vite, elle lui envoya un coup de pied sur la tête.


- J’aurais du te cogner plus fort sale vipère en chaleur des bas-fonds de Lémurie! hurla Luka sous la douleur, la fin fut incompréhensible, argot hyperboréen prenant le dessus.

Oui les Hyperboréens s’envoyaient aussi parfois des insultes à la gueule pour se défouler. Ils n’étaient pas non plus des anges. La femme n’en n’avait pas fini avec elle, un second coup nerveusement donné -mal donné- mais suffisant pour la pauvre fille pacifiste qu’était normalement Luka la sonna de nouveau. Elle se jura que c’était fini de se retenir. Elle trouvait qu’elle en avait assez bavé à essayer de se maitriser. L’hyperboréenne quand elle vit l’affreuse blonde lever son pied pour un nouveau coup, lui fit un croche patte, déséquilibrée par le fait de n’être que sur un pied la femme s’effondra sur elle. Plus vive qu’elle, car plus entrainée elle lui bloqua les poignets. Il allait vraiment falloir qu’elle s’entraine… La femme se redressa à moitié et lui envoya un coup de pied -pas retenu pour un sou cette fois-ci- à son avant-bras droit. Elle entendit son os craquer et elle hurla à s’en époumoner. La femme l’attrapa par le col et l’envoya rapidement valdinguer dans une vitrine. Sous le poids et la force de la projection cette dernière éclata. Luka se redressa tant bien que mal car son bras l’élançait atrocement en se balançant. Son regard se posa sur les objets que contenait la vitrine. Ils y en avaient plusieurs dont un qu’elle reconnut.

Ca ressemblait à un bracelet épais argenté, mais ce n’en n’était pas un ou pas seulement. Les extérieurs ne pouvaient pas savoir, d’ailleurs l’étiquette ne décrivait qu’un très joli bijou de datation inconnue. L’hyperboréenne l’enfila à son poignet droit, elle était gauchère mais elle savait que le bijou soutiendrait son bras et qu’elle aurait moins mal. Elle appuya sur une combinaison de pierre et le bijou se resserra autour de son poignet si fin pour ensuite se développer le long de son avant-bras et de sa main. Pièce par pièce et silencieusement. Une fois que l’objet l’eut entièrement enrobé l’avant-bras et la main, elle appuya sur un nouveau bouton. Ce n’était pas une arme de mort, c’était juste une arme d’immobilisation. Il y avait divers degré de puissance selon la morphologie, mais Luka n’avait pas le temps pour ça. Elle entendit son ennemie parler d’elle et pas dans des termes tendres. Si elle avait eu des doutes, Luka ne pouvait plus en avoir, la femme voulait la tuer pour punir Dana de quelque chose qu’elle ignorait. Alors que la blonde s’approchait, elle pointa son bras vers sa cible et murmura.


- Tire.

Une sorte d’onde magique partit pour toucher son ennemi qui tremblota un court moment avant de s’effondrer au sol. Luka ne fut jamais aussi heureuse d’avoir étudié ses armes pour les recherches de son patron, autrement elle n’aurait jamais su comment l’utiliser. Le bras immobilisé complètement par l’arme elle avait moins mal. Elle se précipita le plus vite qu’elle put vers son ennemie. Elle avait un sac, elle lui arracha par mesure de précaution, puis parti soulever Dana. Son bras valide glissa autour de sa taille et elle posa le bras de son amie sur ses épaules. Elle était aussi légère qu’une plume pour elle. Une fois arrivé à la porte la plus proche, ne pouvant pas frapper avec son bras abîmé elle donna un coup de pied à la porte pour la défoncer.

- Ca va aller Dana… Thétis.

Elle ne savait plus trop comment l’appeler. Son premier but était de s’éloigner un peu pour prévenir les secours. Le propre bruit de ses pas résonnait à ses oreilles, sa tête ne la tournait plus, mais elle avait encore envie de vomir. Jamais elle ne s’était sentie aussi mal. Elle hurla espérant que le gardien ne fut pas trop loin.

- Il faut appeler l’Unison et les secours vite ! Aidez-nous !

Elle posa Dana sur une banquette de velours qui était posé là pour que les touristes un peu fatigué puissent se reposer. Elle n’avait aucune idée de quoi faire et dire qu’elle avait recopié le guide de premier secours hyperboréen qu’elle avait pour Mr Takahashi, elle s’en souvenait à peine et puis elle n’était pas certaine que ce soit adapté à Dana. Rapidement elle l’observa, elle était en train de saigner du nez. Ses yeux bleus étaient rougis, elle avait pleuré, peut-être à cause de la douleur. Doucement elle passa une main caressante dans la chevelure dorée de sa collègue espérant que cela l’apaise un peu.

- Dana je fais quoi ? La fille est inconsciente, mais je ne sais pas combien de temps elle le sera, je suis désolée vraiment. Et toi tu vas bien ? Désolée, je suis nulle, je n’ai aucune idée de ce que je dois faire. La fille est super forte, je ne suis pas certaine que l’attacher avec les menottes soient une mesure efficace contre elle. Je ne peux pas te laisser, mais si le gardien ne nous a pas entendus. L’objet volé est là Dana !

Tandis qu’elle s’exprimait Luka avait commencé à fouiller la sacoche de la jeune femme pour vérifier si elle ne trouvait pas quelque chose d’utile ou l’objet volé. Il n’y avait rien de vraiment utile, mais l’objet volé était là c’était une sorte de petite sphère en acier incassable comme celui d’Hyperborée. Cette fois-ci elle n’avait aucune idée de ce que c’était alors elle lut à voix haute pour que Thétis puisse également entendre. La sphère s’ouvrit et une sorte de liquide rampa sur elle avant qu’elle ne puisse l’arrêter. Paniquée elle se palpa partout et découvrit bientôt quelque chose de froid dans sa nuque. Elle reconnut une sorte de motif, un triangle certainement, un croissant, probablement autre chose. Sans le moindre doute elle avait fait une grosse bêtise.

- Par mes ancêtres…
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 26 Jan - 16:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
La douce voix de son amie lui fit ouvrir les yeux. Elle tentait de la rassurer. La situation était pourtant très dégradante pour l’agent d’élite. Se faire envoyer dans le déco comme un vulgaire chiffon, non ce n’était vraiment pas glorieux. Elle avait fait fort cette fois ci, vraiment elle n’aurait pas pu faire mieux pour réduire à néant sa réputation au sein de son équipe et de l’UNISON. Elle le savait très bien que la jeune Atlante était plus forte qu’elle, pourquoi avait-elle foncé dessus sans réfléchir ? Puis ses prouesses en combat au corps à corps n’était plus un secret, pourquoi tant d’inconscience ? La peur pour l’Hyperboréenne… mais son métier lui avait appris à gérer ses émotions. Une erreur de débutante, rien de plus. Aujourd’hui, c’était la stagiaire qui avait été le plus apte, dépassant sans le vouloir sa tutrice. Mais Dana était bouleversée par le fait que son amie lui en veuille autant. Voilà des années qu’elle culpabilisait en silence et savoir que la jeune femme ferait tout pour la détruire ne présageait rien de bon. Effrayée par tant de haine à son égard c’est avec un énorme soulagement qu’elle vit la belle blonde dans son champ de vision. Elle était en vie. Et elle aussi. Par quel miracle ? Son nom d’origine lui fit du bien, comme un retour précipité en enfance lorsqu’elle était encore insouciante. La pauvre Atlante délirait quelque peu, ne comprenant pas de suite que son amie savait sa véritable identité désormais. Tout ceci ferait bien vite son chemin jusqu’à son cerveau et lui enlèverait ce sourire niais sur le visage. Visage totalement défigurée par le coup de poing. Elle devait être atroce à voir mais elle n’en prenait pas encore conscience. Seule la douleur vive dans son nez lui fit reprendre totalement ses esprits.

- Lucrèce… C’est Dana mon prénom. Tu n’as rien ? , formula-t-elle dans un souffle comprenant enfin la situation.

Elle ignorait si elle l’avait entendu ou non mais il était hors de question qu’on l’appelle par ce prénom en public. Elle avait assez pris de risques pour la journée ! Il fallait que sa stagiaire le comprenne rapidement et que plus jamais elle ne l’appelle ainsi devant les autres. Cette dernière eut la bonne idée de faire appeler l’UNISON et les secours. Dana tourna sa tête vers elle et ajouta :

- Non pas les secours, les gens comme nous ne peuvent pas être soignés par des docteurs normaux. L’UNISON fera venir son propre médecin.

Elle la savait intelligente, elle comprendrait très vite de quoi elle parlait. Dana était encore dans les vapes mais son esprit était de plus en plus ancré dans la réalité. Son amie parlait vite, s’excusait sans cesse, la panique se faisait ressentir. La Princesse posa une main sur son épaule et lui assura qu’elle avait parfaitement bien fait les choses, et qu’elle pouvait être fière pour une débutante. Mine de rien elle avait sauvée sa supérieure alors qu’elle était à l’UNISON depuis quatre malheureux jours. C’était impressionnant, et l’Atlante le savait. Elle lui serait éternellement reconnaissance. Mais d’un autre coté, elle culpabilisait, beaucoup trop même. Mais si elle n’avait pas abandonnée Carlïnis, Lucrèce n’aurait jamais eu d’ennuis. C’était bel et bien de sa faute…

- Reprends ton souffle Lucrèce, et aide moi à me lever, dit elle en s’appuyant sur son amie.

Ainsi debout, elle se sentit capable : ses jambes la tenaient, elle pouvait lâcher Lucrèce. Elle lui sourit, terriblement reconnaissante puis gênée. Elle ne voulait pas que la demoiselle s’en veule d’avoir agit seule. En mission classique, Dana aurait pu lui reprocher, mais là tout était différent.
Puis il fut question de l’objet volé. Dana s’apprêtait à l’observer quand Lucrèce lit à haute voix l’inscription dessus. Soudain, il vint de lui-même se placer sur la nuque de l’Hyperboréenne. Son regard manifestait de toute sa détresse à ce moment. La situation n’était pas classique et elle avait de quoi s’inquiéter. Dana lui souffla de ne plus bouger et de lui montrer. Relevant ses cheveux, elle observa la sphère sans toutefois la toucher, au cas où. Ça lui était étrangement familier. Rien d’étonnant vu que c’était Atlante. Mais chez elle, elle n’avait encore jamais vu de tel objet, mis à part en dessin. Mais oui, c’était bel et bien l’objet d’une légende bien connue des siens. L’objet que tant d’hommes avaient cherché en vain, laissant même penser qu’il n’avait jamais existé d’où le fait qu’on parle de légende dans son royaume. Il s’agissait d’un puissant artefact magique qui donnerait à son possesseur des dons. Cette légende était-elle donc vraie ?

- Lucrèce, c’est un objet magique. C’est une légende de mon royaume. elle marqua une longue pause, ne sachant quoi rajouter, d’autant plus que les pouvoirs de l’objet n’étaient jamais mentionnés dans les histoires à son sujet " Petite, ma grande mère me racontait cette histoire, une multitude d’Atlante était partie à la recherche de ce puissant objet construit par nos plus vieux ancêtres et renfermant des pouvoirs uniques mais jamais personne ne le trouvait. On raconte que son possesseur serait ainsi doté de son pouvoir. Mais je ne sais pas lesquelle. . " Songeuse, la Princesse se rendit compte qu’elle devrait peut être faire appel à ses contacts Atlantes pour en savoir plus et surtout savoir si son amie était en danger en possédant un tel objet. Mais peut être qu’après tout, ce n’était qu’une légende. Elle n’en savait strictement rien, et l’inquiétude se lisait clairement sur son visage. L’éventualité de retourner dans chez elle la fit blêmir, non elle ne voulait pas. Mais pour Lucrèce, elle le ferait, c’était ainsi l’amitié, on faisait des concessions pour le bien de l’autre même si ça peut couter. Cette angoisse était de plus en plus réelle, de plus en plus lourde à porter, l’Atlante avait sans cesse une boule au fond de la gorge quand elle pensait à son royaume et ce qui lui attendait là bas. Pourtant revoir sa famille et ses amis lui était important, seules ses responsabilités lui gâchaient le plaisir.

- Je ne sais pas si c’est dangereux... Elle laissa tomber cette phrase alors que le silence était pesant. Ce n’était peut être pas mieux mais son amie devait savoir, elle avait déjà assez subie pour la journée. Elle lui demanda de ne pas s’inquiéter et que sa famille et les spécialistes d’Atlantide pourraient surement l’aider. Le tout était qu’elle garde son calme, c’était primordial. C’est la douleur de son nez qui lui remit en mémoire Carlïnis. Elle saurait peut être ? ll fallait retourner dans cette salle et s’assurer qu’elle ne pourrait plus nuire. Mais les menottes étaient effectivement d’aucune aide pour cette fois. " Lucrèce, ton arme n’est pas mortelle ? Si c’est le cas, te sens tu de la tenir fermement pointer sur elle et de tirer si elle tente quelque chose ? " Il fallait du sang froid pour faire une telle chose, voilà pourquoi elle cherchait à s’assurer que ça serait bon pour elle. Hors question de lui faire quelque chose qui ne lui tenait pas à cœur, elle devait déjà être assez déstabilisée, autant ne pas en rajouter.
Le gardien revint essoufflé, et leur assura qu’il avait appelé l’UNISON. C’était une très bonne chose, mais il fallait s’assurer que son ancienne amie ne tente pas de fuir. Pas le temps d’attendre l’organisation donc. Elle prit tout de même quelques secondes pour s’enlever le sang sur le visage, du moins le maximum. La glace devant elle renvoyait une très mauvaise image, elle était défigurée, méconnaissable. En touchant délicatement son nez, elle fit une grimace de douleur, ça devait être cassé pour de bon. Le mouchoir utilisé était rempli de sang mais elle comprit qu’elle n’arriverait pas à tout enlever avec un simple bout de papier. Le médecin de l’UNISON arrangerait ça. Faisant signe à Lucrèce de la suivre et elle ordonna au gardien de rester ici et prévenir de leur position dès l’arrivée de ses collègues.
C’est en entrant dans la pièce que Dana comprit que l’autre Atlante n’y était plus.

Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 2 Fév - 19:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
HRP : J'éditerai les codes plus tard

La princesse avait corrigé Luka sur son prénom plus tôt avant qu’elle ne lui pose des questions. Sol’ukah n’était pas certaine de la raison de sa correction. C’était-elle trompée ? Ou préférait-elle qu’on l’appelle Dana par mesure de précaution, comme elle évitait de se faire appeler Sol’ukah ? C’était possible aussi. C’était même probablement ça, son amie tout le long de la confrontation avec Carlinïs n’avait jamais démenti un seul instant ses propos, se contentant de les subir comme si elle portait le poids d’une erreur passée sur les épaules. Dieter était parfois pareil. Son amie après qu’elle eut appelé les secours lui expliqua que pour elle ce n’était pas ça qu’il fallait car elle était différente, elle comprit rapidement qu’il lui fallait le Docteur Takahashi. Elle était vraiment bête, elle avait honte, elle aurait dû s’en douter. Dana avait l’air tellement dans les vapes et Luka n’avait aucune idée de quoi faire pour l’aider. L’hyperboréenne se sentit venir la larme à l’œil. C’était fragile comment un Atlante ? A quel point ? Une larme roula sur sa joue satinée, de la paume de la main elle essuya rapidement la larme, elle devait se montrer forte pour gérer la situation. Pour bien faire elle commença à lui poser un millier de questions. Sa supérieure lui expliqua qu’elle devait se calmer, car elle avait bien fait, un léger sourire soulagé traversa ses traits Au moins elle n’avait pas fait trop de bêtise dans ses dernières actions. Elle avait été si naïve de ne pas cogner plus fort dès le début, on ne l’y reprendrait pas.

Dana lui demanda de l’aide pour se lever et bien sûre elle lui accorda. Après l’avoir relevé et vérifié qu’elle tenait sur ses jambes –cela la rassura ça prouvait qu’elle n’allait pas si mal-, elle fouilla le sac de leur plus que probable voleuse ou elle retrouva l’objet dérobé. Stupidement –elle savait bien els précautions à avoir en présence d’objet ancien atlante ou hyperboréen- elle décrypta ce qui était écris sur l’antiquité. Son patron lui aurait hurlé de se stopper et d’attendre un mage spécialiste, Dana n’était pas historienne, ni mage, mais princesse. Aujourd’hui elle atteignait le sommet de la stupidité. Ce qui arriva la dépassa complétement et elle ne connaissait presque rien à la magie, juste la théorie qu’elle avait appris petite et les quelques connaissances qu’elle avait grappillé le long de ses recherches. Même si elle n’avait pas été surprise, elle aurait été incapable de répliquer à la chose lui grimpant dessus pour se greffer à la nuque. Clairement elle paniqua, cela du se voir, Dana lui fit soulever les cheveux pour examiner mieux la chose en métal. Anxieuse par la situation, mais confiante parce que Dana possédait peut-être la réponse car elle était Atlante, la jeune femme du nord ne la pressa pas de question. La princesse lui répondit vite heureusement.

C’était visiblement un objet magique, Luka déglutit ce n’était pas forcément la nouvelle la plus rassurante, surtout qu’elle fut suivit d’une longue pause et sans s’en rendre compte Sol’ukah commença à tapoter nerveusement du pied. Dana fini par reprendre en lui expliquant que sa grand-mère lui avait glissé quelques mots aux sujets de cet artefact. Luka l’écouta attentivement, beaucoup de gens l’avait cherché, il était objet de convoitise visiblement. L’être tremblotant qu’elle était à cet instant ne savait pas si elle en voulait elle. Visiblement il donnait des pouvoirs, mais quels pouvoirs ? Ce n’était pas ce qu’elle voulait, elle n’avait rien contre la magie, mais pourquoi c’était elle et pas Die. Si cet objet offrait l’éternité ou un truc dans le genre ça lui servirait à rien. Une chose si convoité ça ne pouvait servir qu’à ce genre de chose ? La pensée d’une éternité sans Die lui fila la nausée. Si elle perdait Die, elle serait à jamais seule, elle ne pourrait plus se dire qu’elle avait quelqu’un qui avait vu avec elle les paysages neigeux de l’Hyperborée et ses magnifiques aurores boréales. Ici on ne voyait même pas les étoiles. Elle se mordilla la lèvre, il fallait qu’elle se calme. Ca pouvait être tout et n’importe quoi, ce n’était pas forcément ça.

Les cheveux revinrent chatouiller sa nuque et Luka fit de nouveau face à son amie qui avait l’air inquiète. Pour rien arranger elle ajouta qu’elle ne savait pas si c’était dangereux ou non ? Luka serra les dents, ce n’était pas plus mal qu’elle sache qu’elle n’avait aucune certitude. Jusqu’à la Luka n’avait pas envisagé que cela puisse être dangereux pour sa vie immédiate, cela lui coupa le souffle. Son cœur palpita et sans doute qu’elle fut pâle comme morte. Car son amie s’empressa d’ajouter que tout irait bien, qu’elle allait demander des précisions à son peuple. Luka se força à sourire parce que c’était gentil, mais elle espéra de tout son cœur qu’elle pourrait les contacter le plus rapidement possible. Malgré ses pensées troublées, physiquement elle se reprit, surtout que comme lui fit remarquer Dana. Il fallait terminer ce qu’elle avait débuté en arrêtant la méchante blonde. Elle lui posa une question au sujet de l’arme.

- Non ce n’est pas fait pour tuer, juste pour immobiliser, appréhender, qui laisserait trainer une arme mortelle ? fit-elle avant de se rendre compte déconfite qu’au royaume des USA la vente d’arme était parfaitement légale. Oui, oui, il n’y a aucun risque, fit-elle piteuse d’être aussi « utopiste », c’est ce qu’on disait ici pour les gens comme elle. Je peux le faire, je l’ai fait une fois, je le referais si nécessaire.

Mais seulement songea-t-elle, elle ne voulait pas devenir comme les extérieurs dans les films usant de la voyance pour tout et rien. Le gardien revint les prévenir qu’il avait appelé l’Unison, cela la rassura un peu. Avec les autres elles seraient plus fortes et Dana serait bientôt soignée. Elle en oublia même son bras pour le moment protégé de son enrobage de fer. Dana sortit des mouchoirs de ses affaires et demanda à Luka si elle avait un miroir. Luka opina précipitamment et lui en trouva un dans sa sacoche. En rentrant dans le métro elle s’en servait pour se refaire une petite beauté pour son chéri. Ce soir elle le serrerait fort dans ses bras, enfin pas trop. Une fois que Dana eut épongé un peu de sang elle lui fit signe de la suivre. Toutes deux se dirigèrent vers la salle des antiquités d’origine inconnue. Quand elles entrèrent il n’y avait plus personne.

- Il faut rien toucher, j’imagine, proposa Luka hésitante se basant essentiellement sur ce qu’elle avait vu à la télé comme bien souvent. Il faut attendre l’équipe, fit-elle déjà plus affirmative. Et il faut te faire soigner, finit-elle complétement convaincue avant de murmurer à Dana. Tu es vraiment une princesse ?

Luka ne demandait rien de mieux qu’une affirmation ou au contraire une négation. Soudain elle se sentit épuisée et elle s’appuya contre le mur.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 4 Fév - 10:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana battit l’air de sa main gauche. La colère s’exprimait malgré elle. Trop d’émotions en si peu de temps. Son passé lui était revenu au visage si brutalement que la Princesse n’était pas sure de son objectivité dans cette affaire. Puis Lucrèce avait été mise en danger à cause de ses erreurs passées, pour ça elle s’en voudrait suffisamment longtemps. La douleur à son nez était si vive que l’arrivée du médecin se faisait attendre. Où pouvait-elle être ? Carlïnis n’avait pas le pouvoir de se liquéfier, elle ne pouvait pas avoir fui si facilement. Sa ruse et sa violence gratuite ne présageait rien de bon pour l’avenir de l’Atlante. Il fallait prévenir son royaume et avouer toutes ses fautes. Son père étoufferait surement son implication, mais elle verrait de la déception dans son regard. Il n’avait vraiment pas eu la fille qu’il aurait aimé avoir, celle-ci fuyait son devoir comme la peste et en plus de ça elle se faisait des ennemis qui devenaient adversaires d’Atlantide. Elle avait honte de faire autant de mauvais choix quand il s’agissait de son royaume natal. Elle n’avait rien d’une future héritière, quand est ce que son père s’en rendrait compte ? Oh mais qu’elle était sotte, il devait déjà s’en rendre compte. Elle ne savait pas ce qui était le pire.
Dana marcha dans la pièce, observant de plus près la vitrine détruite par la bataille. L’Hyperboréenne fit à ce moment là de très bonnes suggestions, si elle continuait ainsi, elle irait loin. Peut être que ça serait elle qui la remplacerait quand elle devra rentrer chez elle. Penser à cela lui fit monter les larmes aux yeux. Heureusement qu’elle était blessée au visage, avec le sang on n’y voyait plus très bien ce qui s’y passait.

- C’est exactement ça, mais restons dans la pièce. Je me demande où est passée Carlïnis …

Puis la question qu’elle redoutait le plus tomba. Voilà que le mot Princesse lui éclatait au visage, tout comme son passé. Une couverture de gâchée. Il ne fallait jamais minimiser les conséquences de vieilles erreurs. Elle tournait délibérément le dos à sa stagiaire, honteuse de lui avoir menti. Oui c’était pour des raisons politiques mais ça n’allégeait en rien l’acte en lui-même. Décidemment tout allait de travers, et Dana n’était pas certaine de pouvoir tout gérer. Après un long silence, elle se tourna enfin vers Lucrèce et en se dirigeant vers elle, l’Atlante dit :

- Je suis désolée que tu es pue l’apprendre ainsi. Je suis même désolée que tu es pue l’apprendre tout court. Ça ne doit rien changer à notre relation, ici je reste Dana et crois moi je préfère cent fois cette alternative à l’autre. Ici je ne suis qu’un agent d’élite, rien d’autre tu m’entends ?

Elle s’énervait malgré elle. Lucrèce n’y était pour rien, alors pourquoi levait-elle ainsi le ton ? Son visage se crispait, elle sentait que les larmes montaient à nouveau. Parler de tout ceci était bien plus dure qu’elle ne l’aurait pensée. Les seules personnes au courant ne lui demandaient rien à ce sujet, et c’était bien mieux ainsi. Peut-être se confirait-elle un jour à son amie, mais pas maintenant, elle était bien trop perturbée par tout ce qui venait de se passer.

- Excuse moi, je ne voulais pas m’énerver. Mais il ne faut vraiment pas que tu en parles, personne de l’équipe est au courant. Chez l’UNISON, il n’y a que le Commandant Colt.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 17 Fév - 23:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
- Moi aussi, appuya Luka.

L’hyperboréenne grimaça son bras l’élançait de nouveau, maintenant que l’action était terminée. Elle avait hâte de se faire soigner, même si la médecine extérieure n’avait pas l’air des plus efficaces. Il était à présent de poser la question qui comptait alors elle le fit. Dana lui tourna alors très soudainement le dos. Luka se laissa glisser contre le mur, la douleur lui donnait un peu le tournis. Quand Dana se fâcha, elle rentra un peu sa tête dans ses épaules penaudes. C’était évident si elle cachait son statut ce n’était pas pour rien, tout avait une raison. Pourquoi était-elle toujours désarmée quand quelqu’un se fâchait ? Ce n’était pourtant pas le cas en Hyperborée, elle était bien moins timide. Mais deux mois ici l’avaient transformé en petite chose craintive de tout.

- Je suis désolée, marmonna-t-elle les yeux au sol, n’osant les relevés. Je t’appellerai Dana comme tu veux…

Cela serait facile, par contre la traiter comme si elle n’était pas une princesse serait plus difficile. Il n’y avait pas de royauté en Hyperborée, mais il y avait les anciens, des sages qu’elle avait toujours respecté malgré sa jeunesse. Chaque famille avait son ancien, le plus vieil être de leur famille en vie, ce n’était pas forcément des dirigeants -son aïeul Sul’eika par exemple était prêtresse- mais ils étaient respectés par tous et écoutés. Dana fini par se calmer et Luka releva le visage.

- D’accord, promit-elle sans trop réfléchir.

Sa promesse sur le coup était on ne peut plus sincère. C’était sans le vouloir vraiment que le soir elle le dirait à Dieter, par réflexe, par habitude d’une complète sincérité avec son homme. Certaine vérité de ce monde avait encore du mal à pénétrer en elle. Fatiguée elle ferma les yeux et une poignée de minute plus tard après encore quelques paroles échangée avec Dana, une équipe Unison débarqua. Le Docteur Takahashi était là, après un rapide diagnostique il fut formel, son bras était bien cassé sans le moindre doute. L’hyperboréenne allait devoir porter un plâtre. Quand elle découvrit ce que c’était elle trouva ça fort incommodant et lent. Mais il fallait bien s’y plier encore une fois, alors elle le fit. Après ça Dana insista pour la ramener chez elle malgré qu’elle lui affirma qu’elle pouvait bien rentrer seule que ce n’était pas grande chose. Quand Dieter la vit arriver il sembla tout pâle, elle le rassura puis proposa des boissons chaudes. Dana ne partit qu’une heure plus tard après qu’elle l’eut rassuré bien des fois.
Revenir en haut Aller en bas



Un ennemi invisible est pire qu'un ennemi qu'on voit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Sois mon ennemi, au nom de l'amitié [Eris] - Terminé
» Le handicap et vous...
» Cadeau pour mon pire ennemi ( Museau Balafré) !
» [Jour 5] Ton plus grand ennemi, c'est toi-même.
» Notre pire ennemi ne nous quitte jamais, car c'est nous mêmes (With Rebecca)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-