Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 

Requiem for a rockstar

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 3 Fév 2019 - 17:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Noélie A. Inagawa
Cartel Rouge

Afficher le profil

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 493
ϟ Nombre de Messages RP : 280
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : gif & vava par Renan (♥) ; code Sio
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / wakagashira de l'Otaku-Kai
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : • Compréhension innée des langages informatiques
• Hackeuse née
• Analyste niveau III (données et informations en tous genres, expression corporelle, détection du mensonge, calculs de probabilités et analyse situationnelle)
• I.A. (Inori)
• Book My Life
• Lentille connectée (connectée à Inori, interface d'informations, reconnaissance faciale)
• Implant neuronal (transmission d'instructions à Inori, bouclier psychique, bouclier magique)
• Drones de surveillance (connectée à Inori et donc à Noélie)
• Egide : Shiru (bouclier physique, réflexes améliorés, formation en protection rapprochée), Totsuka (Artefact : Ōtenta-Mitsuyo, grenades fumigènes, shurikens explosifs, maîtrise du ninpō no ken)

• Téléporteur de costumes 2.2
ϟ Liens Rapides :
1 rose de Susan ♥️ 2 roses de Lukaz ♥️ 1 rose de Mikhaïl ♥️ 1 rose de Natalia ♥️ 1 rose de Zeke ♥️
Oh oh, Abigaïl n’a pas l’air d’apprécier que je m’enquiers de ses conditions d’acquisition de son corps actuel. Je hausse les épaules et ose un petit sourire pour la rassurer. Moi, je m’en moque, au fond. Si Lily était morte, je ne pense pas qu’elle en avait de toute façon quelque chose à faire de voir son corps se relever et aller se balader de lui-même. Je ne vois pas quel tort ça lui fait. Enfin, vie surévaluée ou pas (je la trouve très bien, moi, la vie, surtout considérant que dans mon monde, quand on meurt c’est définitif et ça équivaut à un aller simple pour le néant), j’ai au moins gagné le droit de m’expliquer. Je me détends, à peine.

Je la trouve plutôt bien évaluée, mais chacun son avis, je rétorque sans pouvoir m’en empêcher.

Evidemment, curieuse comme je suis, j’ai déjà lancé des recherches sur l’Opus Dei comme sur les Impérissables. Je capte quand même qu’un bras armé qui tue les créatures du mal lui court après. Et c’est moi la menace dans l’histoire ? J’ai un bon feeling avec elle, mais si ça se trouve, elle est simplement maléfique et je vais finir dans une fosse je ne sais où. Ou pire. Mais bon… Je ne suis pas la plus mignonne de Star City non plus, même si j’évite de commettre des choses trop irréversibles comme tuer quelqu’un. J’évite. Ça ne veut pas dire que ça marche toujours.

Alors que j’ai réussi à me détendre sensiblement, cependant, Abigaïl dit quelque chose qui pour le coup me heurte vraiment. Je me sens pâlir comme elle mentionne le fait que Lady Satan me fait surveiller. Déjà parce que je n’ai pas du tout, mais alors pas du tout envie d’avoir cette malade sur le dos - pas pour l’instant, alors que j’en suis encore au stade où j’essaye d’en savoir plus sur elle. Ensuite, parce que ça m’effraie, oui, mais ça me rend aussi folle de rage. Enfin, parce que je n’ai pas du tout envie d’avoir quelqu’un qui sache ce à quoi j’occupe mes nuits.

Je n’ai rien fait à cette garce, je souffle doucement, avec l’impression que la température a très largement baissé. C’est elle qui a fait du mal à une de mes amies.

Et je compte bien trouver un moyen de le lui faire payer. Même si je dois y passer dix ans avant d’être de taille. Je crois que pour ça, je serais prête à me salir les mains. Ce serait un jeu dangereux, cela dit, et j’en ai conscience. Pas tant pour moi que pour ceux qui m’entourent. Moi, je suis prête à vivre ou mourir avec. Je n’ai pas peur de mourir, juste de souffrir, en fait.

Ce qui explique que, encore choquée par cette révélation et prise dans le bordel que sont mes émotions, je manque de sauter au plafond quand Abigaïl claque des doigts et que des spectres se matérialisent autour de nous. Si je pouvais, je serais en train de me fondre dans le mur, à ce stade. Je ferme les yeux et me force à respirer lentement, en essayant de me reprendre. Ça ne sert à rien de paniquer, comme j’avais compris aussi que ça ne servait à rien de fuir.

J’avais compris que courir ne servirait pas à grand chose, je crois, je me force à dire d’une voix un peu moins assurée, ayant rouvert prudemment les yeux.

La vue de ces… Choses me donnent envie de rentrer chez moi et ne plus jamais en sortir, mais bon…

Je ne vois pas ce que je risquerais de te faire qui soit un danger. Lady Death, sérieusement ? Est-ce que je dois faire la révérence ou un truc du genre ?

Elle a eu sa petite réputation, à l’époque, et j’ai pas mal fait mes recherches sur elle, même si c’est la magie n’est pas trop mon truc.

C’est ce que je fais. Apprendre des choses, sur les autres.

J’hésite et désigne finalement mon oeil droit.

J’ai une lentille connectée qui a un logiciel de reconnaissance faciale qui s’est lancé automatiquement tout à l’heure, c’est simplement comme ça que j’ai vu que les informations étaient… Originales.

Je fais tout mon possible pour la regarder elle, à ce stade, plutôt que ses charmants petits compagnons. Sérieusement, c’est super glauque, ces trucs. Surtout quand on sait très bien pourquoi ils me hantent. J’ai le coeur au bord des lèvres et l’impression que mes jambes ne me portent plus. On dit merci au mur de me soutenir.

Si je peux les trouver, je peux aussi les modifier, j’ajoute, mon meilleur argument de vente de ma survie à l’heure actuelle. Faire en sorte que tu aies l’air d’être une Lily tout à fait respectable même en ligne, empêcher qu’on retrouve ce certificat de décès. Je le ferais pour toi. Je t’aime bien. Je crois. Enfin, sauf quand tu parles de me tuer, mais c’est un peu logique, alors je suppose que je comprends. Je ne suis pas un danger, pour toi. La preuve, j’aurais pu faire comme de rien et te laisser te débrouiller avec, mais on ne bâtit pas une relation sur des mensonges.
 
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 3 Fév 2019 - 21:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 63
ϟ Nombre de Messages RP : 31
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Ah les vivants, toujours à s’accrocher à la vie comme s’il s’agissait de la chose la plus précieuse au monde ! Ils ignoraient les merveilles et les terreurs qui pouvaient se profiler de l’autre côté du voile ou à quel point la mort faisait partie de leur quotidien. La vie était précieuse, pleine d’expérience, mais toujours surévaluée aux yeux de la nécromancienne. Peut-être parce qu’elle avait passé presque plus de temps à souffrir en tant que vivante et à vivre en tant que morte que l’inverse. Chacun son avis, oui.

Abigaïl dévisage Noélie, les bras croisés sur son torse. Comme il est amusant devoir à quel point la situation a changé en seulement quelques minutes. Elles étaient au bar, en train de discuter de musique, de futurs hypothétiques. C’était si serein, si plein de vie et voilà qu’elle se retrouve de nouveau à proférer des menaces dans une allée sombre, comme si elle était Lady Death à nouveau. Ses doigts se crispent un instant. Lady Death, souveraine des morts-vivants et de la nécropole d’Erehwon. Elle se souvient de toutes les hordes squelettiques et esprits malfaisants qui s’agenouillaient devant elle. Non. Plus jamais. Un soupir glisse entre ses lèvres.

« Cela, je peux l’imaginer. »

Lady Satan semait la mort et la désolation dans son sillage, tout comme Abigail l’avait fait elle-même à une époque. La pomme n’était peut-être pas tombée si loin de ce pommier à l’écroce noir et au tronc empli de vers, pensa-t-elle un instant. Plus jamais elle ne voulait être ce qu’elle avait été et pourtant, elle se glissait à nouveau dans ce rôle. Ce rôle si semblable à celui de sa mère adoptive. Elle avait failli le dire à Noélie d’ailleurs, quand celle-ci avait traité Evelyn de garce. Mais mieux valait se retenir de trop en annoncer. Elle en savait déjà beaucoup trop.

« Mais ton amie a dû l’intriguer ou la vexer pour qu’elle veuille te faire surveiller. Enfin, cela importe peu. »

Lady Satan était une nécromancienne d’expérience, mais sa magie de mort n’était pas aussi pure que celle d’Abigaïl. Après tout, l’âme d’Evelyn Wormwood appartenait au Diable tandis que celle d’Abigaïl était à la Faucheuse. D’un geste de la main, elle prit le contrôle de l’ombre puis lui ordonna silencieusement de disparaître. Celle-ci laisserait Noélie tranquille. Mais Lady Satan ne se satisfaisait que rarement d’un seul espion.

La peur sur le visage de Noélie, après l’apparition des fantômes, n’est que trop réelle. Abigaïl ne sait trop quoi en penser. Oui, elle a voulu la menacer, lui montrer qu’il ne servait à rien de fuir. Ce qu’aurait fait Lady Death.

« Je ne suis plus Lady Death. » Lâcha Abigaïl, peut-être plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulu. « Donc pas de révérence, non. »

Plus jamais. Elle n’a jamais été une Lady. Son père était un docteur bavarois. Sa mère était la Lady et encore. Non, cela n’avait été qu’un titre. Probablement influencé par ses ténèbres en elle. Abigaïl observa un instant sa propre poitrine, sans trop savoir quoi penser. Est-ce qu’ils sont encore là ? Ces fragments d’enfer qui festoient dans son cœur ?

« Je vois… Je n’aime pas qu’on apprenne des choses sur moi. Pas comme ça. Mais je suppose que cela explique tout. Je suis… Désolée d’avoir réagit aussi vivement. Les gens qui me demandent si je sais que je suis censée être morte n’ont pas de bonnes intentions en général. »


Il y en avait même qui aurait été trop heureux de la disséquer. Les apparitions spectrales s’effacent alors que la magie d’Abigaïl les quitte. Qu’elles retournent à leur existence éthérée et vide.

« Ce serait… Très gentil de ta part. » Suspicieux. Pourquoi Noélie voudrait-elle l’aider ? Ah oui, pour rester en vie. Abigaïl se gratte un instant la tête sans trop savoir comment réagir. « Je ne vais pas te tuer. Je suis désolée. » L’honnêteté de Noélie lui fait mal. Car Abigaïl se rend compte à quel point ses précédentes relations ont été bercées de mensonges. Même avec Renan, il n’y avait que des non-dits et des secrets. « J’ai chassé l’espion de Lady Satan. Je vais chasser les autres aussi. Ils sont attirés par ta culpabilité, je suppose que tu sais pourquoi. »

Abigaïl ne va pas aller chercher plus loin. Elle a vu la terreur sur le visage de Noélie, celle-ci va repartir vivre sa vie en essayant d’oublier l’existence de la mort-vivante. C’est la seule chose sensée qui peut arriver. Des bruits de pas et des cris résonnent toutefois dans la ruelle. Un groupe de femmes débarque en courant dans leur direction. Une voiture de police se gare d’un côté.

« Qu’est-ce que ? »

Une autre vient se de bloquer l’autre bout de la ruelle. Noélie et Abigaïl sont maintenant entourées de ces jeunes femmes dont la tenue en dit beaucoup sur leur métier. La nécromancienne est juste heureuse d’avoir éloigné ses fantômes. Des officiers s’approchent de part et d’autre.

« Allez les filles, on va au poste, vous connaissez la routine. »

L’un d’entre eux braque sa lampe torche sur Abigaïl puis sur Noélie.

« Oh bah y a des originales ce soir. »
 
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 4 Fév 2019 - 16:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Noélie A. Inagawa
Cartel Rouge

Afficher le profil

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 493
ϟ Nombre de Messages RP : 280
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : gif & vava par Renan (♥) ; code Sio
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / wakagashira de l'Otaku-Kai
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : • Compréhension innée des langages informatiques
• Hackeuse née
• Analyste niveau III (données et informations en tous genres, expression corporelle, détection du mensonge, calculs de probabilités et analyse situationnelle)
• I.A. (Inori)
• Book My Life
• Lentille connectée (connectée à Inori, interface d'informations, reconnaissance faciale)
• Implant neuronal (transmission d'instructions à Inori, bouclier psychique, bouclier magique)
• Drones de surveillance (connectée à Inori et donc à Noélie)
• Egide : Shiru (bouclier physique, réflexes améliorés, formation en protection rapprochée), Totsuka (Artefact : Ōtenta-Mitsuyo, grenades fumigènes, shurikens explosifs, maîtrise du ninpō no ken)

• Téléporteur de costumes 2.2
ϟ Liens Rapides :
1 rose de Susan ♥️ 2 roses de Lukaz ♥️ 1 rose de Mikhaïl ♥️ 1 rose de Natalia ♥️ 1 rose de Zeke ♥️
Je commence à avoir l’impression d’être devant mon juge, vu comme elle me regarde. La si mignonne Abigaïl en impose, quand elle sourit moins et toise un peu plus. Ou alors c’est parce que le spectre de Lady Death étend son ombre sur elle. Ah ah, comme c’est approprié. Je croise les bras à mon tour, parce que je me sens franchement comme une gamine prise en faute, sauf que la punition potentielle, c’est un aller-simple pour le royaume des morts. Quel qu’il soit. Sympa. La voir se crisper, ça n’a rien de rassurant, dans ces conditions. Alors fatalement, je me sens me tendre aussi. Ce qui a l’agréable effet secondaire d’avoir l’impression d’être moins tremblante.

Je grimace. J’ai trop imaginé ce qui est arrivé à Susan. Elle n’est jamais entrée dans les détails, mais j’ai relié les blancs entre eux, avec deux ou trois cauchemars à la clé, et une colère très prononcée pour la responsable de tout ça. Ma colocataire est aussi et surtout une de mes meilleures amies. Elle a été là pour moi plus d’une fois, et à l’heure actuelle, je peux aussi dire que je lui dois ma vie. Elle est aussi adorable et solaire qu’il est humainement possible de l’être, et cette salope sortie de son trou infernal a essayé de lui voler un peu de ça. Et maintenant, elle me met ses larbins sur le dos ? Je suis censée accepter ça ? Non, même si je suis bien obligée. Je ne suis la lady de rien du tout, à peine une lieutenante acceptable pour un Docteur Mind exigeant, je passe ma vie à me dépasser pour ne pas finir dans de sales draps, mais là… Là, comme me l’a dit un certain prêtre, je suis plus que dépassée.

Moi, ça m’importe, je corrige malgré ma frayeur.

Je me demande si l’insulter alors que son machin regarde est une bonne idée.

Je ne veux pas d’elle dans ma vie, ou dans la sienne, ou nulle part à moins d’un kilomètre de nous. Elle n’avait pas méritée ça, j’ajoute, la gorge serrée.

Elle a juste voulu empêcher cette malade de faire plus de mal autour d’elle. Enfin, malade. C’est déplacé, elle n’est pas malade. Pour ce que j’en sais, elle m’a juste l’air profondément mauvaise. Point. Contrairement à Abigaïl. Elle, je ne sais pas trop ce qu’elle est. Plus Lady Death, apparemment, une précision qui me tire un sourire très hésitant. Est-ce que c’est bon signe pour moi ? Elle n’a pas l’air agressive, après tout. Je me redresse un petit peu, pendant qu’elle continue pour s’excuser.

Une réaction qui élargit mon sourire, cette fois empreint d’un certain soulagement. Celle qu’elle a été ne m’a pas vraiment l’air d’avoir été une enfant de choeur - encore que je n’en sais pas assez pour savoir ce que j’en pense réellement, je suis plutôt… Impressionnée par l’aura qu’elle traîne avec elle. Traînait. Du coup. Mais celle qu’elle est maintenant ne m’effraie pas. Bon, ne m’effraie pas trop, soyons honnêtes, elle est un peu flippante quand même quand elle se demande si on aura un cadavre de plus ce soir, mais sinon… Elle a été gentille avec moi.

Je ne vais pas dire que ce n’est pas grave parce que ça reste un peu angoissant, quand même, mais je ne t’en veux pas. Les gens se protègent. C’est un réflexe. Qu’on soit mort ou vivant, apparemment.

Je hausse les épaules, retrouvant un peu de ma tranquillité d’esprit. Surtout quand elle me dit qu’elle a chassé tout ce petit monde. Même si je ne suis pas complètement apaisée, parce que ma culpabilité ne s’est pas évanouie, elle.

Je sais pour quoi, oui. Et je sais que ça ne changera pas. Quoi qu’il se passe, on doit assumer nos choix, j’ajoute d’un ton pensif, déglutissant péniblement. Merci beaucoup de les avoir fait partir. Surtout pour Lady Satan. Tu n’étais pas obligée, je ne voudrais pas que tu aies des ennuis pour ça.

Je m’apprête à lui dire que je vais m’occuper de lui créer une identité un chouïa plus solide que celle qu’elle a actuellement - pas difficile, ceci dit - et lui demander ce qu’on fait maintenant qu’on s’est expliquées sur nos soucis spectraux respectifs. Sauf que je suis interrompue par des cris, des bruits de course, et surtout, les flics. Je me décolle de mon bout de mur - en plus je commençais à geler à force - et m’humecte nerveusement les lèvres. Ma main à couper qu’on va se retrouver dans les ennuis.

Quand la lampe torche de l’un des policiers se pointe sur moi, je grimace. Un peu parce que se prendre le faisceau dans la tête n’a rien d’agréable. Mais surtout, parce que j’ai un peu peur de comprendre ce qu’il se passe en fait. En prime, j’ai une mauvaise expérience avec eux, vu l’attention qu’ils ont portée à ma prise d’otages à l’époque. Mais comme d’habitude quand quelque chose tourne de travers dans ma vie, je ne peux pas m’empêcher de l’ouvrir pour essayer de régler ce qui est visiblement un énorme malentendu.

Euh, je crois que vous faites erreur, mon amie et moi étions juste sorties fumer, je commence, encore un peu secouée par notre discussion récente mais assez assurée quand même, en essayant de m’esquiver vers le bar.
Bien sûr, on connaît la chanson. En route mesdemoiselles, me vois-je répondre pendant que son collègue m’attrape par le bras.

Un peu surprise et sans doute plutôt déboussolée, parce que ça commence à faire beaucoup pour une soirée, je me laisse faire en protestant tout de même une nouvelle fois, marchant à la suite de l’officier. Je me demande même si je ne suis pas en train de rêver, mais je ne sais pas de quel recoin tordu de mon subconscient j’aurais pu sortir Lady Death réincarnée en Lily.

Ecoutez, ma copine vient de chanter dans le bar juste là, vous pouvez aller demander, je vous jure qu’on n’a rien à voir avec tout ça, on ne…

Des tentatives d’explications interrompues lorsqu’on me fourre dans une des voitures. Je n’arrive pas à y croire. Quelqu’un se fout de moi, ce n’est pas possible.

C’est une fichue blague, je crache en priant au moins pour qu’Abigaïl me rejoigne et ne termine pas ailleurs, elle qui fait figure d’alliée de l’année à cet instant précis.

Ce n’est pas non plus comme si nous n’avions rien à nous reprocher, l’une comme l’autre. Même si je doute qu’on puisse me relier à mes activités sanglantes, j’ai pris mes précautions. Par contre, si quelqu’un tombe sur le fait que Lily est morte depuis un petit moment, ça risque de faire désordre. Je pince les lèvres. J’ai vraiment envie d’hurler que ce n’est pas juste, et que je n’ai jamais vendu mes… Services à qui que ce soit. Au moins, je ne suis pas le genre à me sentir vexée d’être prise pour une prostituée. Je suppose que c’est déjà ça.

Hm, bonjour, j’ajoute finalement à l’intention de ma voisine de galère, qui est habillée un tout petit court mais plutôt bien maquillée.

Ensuite, je me concentre sur le plus urgent : faire disparaître cette histoire de mort des registres, et fissa. Je suis vraiment gentille. La deuxième étape, ce sera de faire appeler les avocats de ma famille. Bon, au moins, on m’a toujours dit que même si je me retrouvais dans de beaux draps par méprise, j’avais tout intérêt à la fermer et a demandé mon coup de fil et basta. Du coup, je compte appliquer cette méthode. Je ne veux pas envoyer de message via Inori, parce que je n’ai pas vraiment envie qu’on sache que j’ai un implant de haute technologie dans ma petite tête. D’ailleurs, il faudra que j’éteigne les circuits de la lentille dès que j’aurais réglé le problème de certificat, parce qu’on peut sinon la voir, avec un peu de concentration. Mauvais plan.
 
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 5 Fév 2019 - 22:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 63
ϟ Nombre de Messages RP : 31
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Abigaïl pouvait comprendre ce que ressentait Noélie. Elle avait bataillé des démons jusqu’en enfer pour libérer sa famille de leur emprise et contrairement à l’amie de la chanteuse, les Faust avaient voulu ce lien impie, ils l’avaient porté avec fierté dans leurs âmes et dans leur sang. Son amie n’avait pas voulu que Lady Satan, ses vices et les horreurs qui rampaient dans son sillage, n’entrent dans sa vie, dans leur vie maintenant. Comme à l’accoutumée, le regard de l’Antéchrist englobait tout, famille et ami, à la recherche de la moindre faille, de la moindre faiblesse qu’elle pouvait utiliser à son avantage.

Mais irrémédiablement, Lady Satan, Evelyn, était une force de la nature. Elle était les ténèbres et le mal incarnée, un fragment de la volonté du Diable avec une existence et une conscience propre. Elle était une tornade corruptrice dont Abigaïl était issue elle-même. A ses yeux, Lady Satan ne faisait que ce qu’elle pouvait faire : détruire et souiller. C’était dans la nature de cette femme ignoble que la nécromancienne considérait pourtant presque comme sa mère. Ou tout du moins comme ce qui s’en rapprochait le plus. Abigaïl pouvait comprendre. Elle pouvait compatir. Mais elle savait qu’elle ne pouvait faire plus que ce qu’elle avait fait ce soir en chassant l’ombre de l’Antéchrist. La mort ne jugeait pas. Elle était implacable, amorale et la nécromancienne se devait d’en faire autant.

« Ce n’est pas une question de mérite, de justice ou de je ne sais quoi. Ce n’est pas le destin non plus. Il est… Dommage que vous ayez fait sa rencontre de cette manière. »

Elle soupira. Elle aimait bien Noélie et ne pouvait imaginer ce que sa tante pouvait bien lui réserver. Peut-être qu’elle pourrait aller à l’encontre de ses principes, s’opposer à Evelyn. Sauf qu’il y avait son accord avec Lucifer. Plus jamais un démon ne convoitera l’âme d’un membre de la famille d’Abigaïl, tant que celle-ci ne s’opposera pas aux enfers.

« J’espère que vous vous en sortirez avec votre amie. »

Elle en doutait. Il n’y avait que peu d’espoirs pour ceux qui devenaient les jouets de la sorcière démon, ou pire encore, qui se dressaient contre elle. Certains pouvaient s’en sortir toutefois, s’ils étaient suffisamment intelligents, joueurs, divertissants. Noélie pourrait peut-être s’en sortir avec son âme. Si elle était aussi maligne qu’elle était dynamique elle pourrait tirer son épingle du jeu.

Un léger sourire finit par se dessiner sur les lèvres de la nécromancienne en écho à celui de Noélie. Elle a envie de la rectifier. Abigaïl ne se protège pas. Elle protège le corps de Lily tout au plus et les promesses qu’elle lui a fait. Même si les Impérissables et l’Opus Dei joignaient leurs efforts pour la détruire, ils n’y parviendraient pas. Tout au plus pouvaient-ils la priver d’une vie parmi les vivants, du foyer qu’elle avait construit avec Gary et les autres morts perdus qu’elle avait rassemblé autour d’elle.

« C’est la moindre des choses. Bien sûr, ce n’est probablement que temporaire. Tu ne trouveras une solution définitive qu’avec l’intéressée. Cette ombre ne viendra plus t’ennuyer, mais il y en a d’autres à son service. » Abigaïl soupira de nouveau. « Il y a toujours moyen de passer un accord avec elle si tu as quelque chose qu’elle désire. Un moyen de t’assurer que toi et ton amie n’ayez plus à craindre qu’elle ne fasse irruption dans vos vies. »

Elle pourrait lui en dire plus, mais pas sans risquer de se mettre dans une position délicate. Si Abigaïl a de l’affection pour cette jeune femme dynamique, elle en a aussi pour la sorcière rousse. Une affection mal avisée probablement dans les deux cas. Après tout, Noélie, comme Evelyn, sont vivantes. Mais la nécromancienne ne choisira pas entre elles. Pas ce soir. Puis même si la chanteuse venait à périr entre les mains de l’Antéchrist, cela ne serait pas la fin. Juste le début d’un autre chapitre de son existence. Peut-être même qu’Abigaïl lui offrirait une nouvelle chance à la vie comme elle le faisait d’une certaine manière en effaçant les preuves de la mort de Lily.

Abigaïl ne cille pas sous la lumière de la lampe torche. Ses yeux sont morts et certains de ses réflexes sont inexistants. L’agent de police la croit probablement défoncée par la drogue et l’emmène sans ménagement dans l’une des voitures avec d’autres filles. Elle ne cherche même pas à protester. Il lui serait tellement facile de s’échapper et ce de multiples façons. Quitter le corps de Lily rien qu’un instant et le récupérer dans la morgue. Il faudrait recommencer, mais avec l’aide de Noélie ce serait possible. Elle l’avait déjà fait une fois, en tant que Lady Death, lors d’un braquage. Un geste et elle pourrait transformer en mort-vivant l’un des policiers qui l’emmènerait à l’écart pour la laisser filer. Il y avait aussi d’autres solutions, plus violentes. La nécromancienne préféra s’abstenir pour le moment, glissant un regard en direction de Noélie. Il y aurait bien une solution parfaitement normale, digne d’une vivante, à leur petit problème, non ?

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : les policiers sont réglos.
Echec : les policiers sont ripoux.

Jet de dé n°2 : si échec au précédent.
Réussite : ils agissent de manière indépendante.
Echec : ils ont un partenariat avec une mafia.


Le temps d’être emportée jusqu’au commissariat puis parquées dans une cellule sans plus d’informations et Abigaïl peut enfin retrouver Noélie. Elle a essayé à un moment de parler au flic dans la voiture, mais celui-ci l’a superbement ignorée. De quoi lui faire regretter rien qu’un instant l’époque où des foules de morts-vivants étaient suspendus au moindre de ses mots. Leur petit domicile du soir est peuplé de femmes en tout genre, certaines n’étant par ailleurs pas des plus féminines.

« Voilà qui est gênant. » Lâcha Abigaïl plus pour elle-même que pour Noélie en rejoignant celle-ci. « On ne m’avait jamais pris pour une prostituée avant que je n’habite ce corps. » Elle observe un instant sa tenue, puis celle des autres femmes.

Autant elle comprend comment son costume de scène plutôt court peut prêter à confusion, autant le fait que Noélie se soit fait ramasser aussi la dépasse. Enfin, non. Elle sait comment fonctionne la bêtise humaine. Elle en a fait les frais plus d’une fois au cours de ses anciennes vies.

« Je me demande si Bernie va réussir à retrouver le chemin de la maison sans moi. »


 
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 5 Fév 2019 - 22:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4172
ϟ Nombre de Messages RP : 3790
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Abigaïl Frankenstein' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 6 Fév 2019 - 18:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Noélie A. Inagawa
Cartel Rouge

Afficher le profil

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 493
ϟ Nombre de Messages RP : 280
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : gif & vava par Renan (♥) ; code Sio
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / wakagashira de l'Otaku-Kai
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : • Compréhension innée des langages informatiques
• Hackeuse née
• Analyste niveau III (données et informations en tous genres, expression corporelle, détection du mensonge, calculs de probabilités et analyse situationnelle)
• I.A. (Inori)
• Book My Life
• Lentille connectée (connectée à Inori, interface d'informations, reconnaissance faciale)
• Implant neuronal (transmission d'instructions à Inori, bouclier psychique, bouclier magique)
• Drones de surveillance (connectée à Inori et donc à Noélie)
• Egide : Shiru (bouclier physique, réflexes améliorés, formation en protection rapprochée), Totsuka (Artefact : Ōtenta-Mitsuyo, grenades fumigènes, shurikens explosifs, maîtrise du ninpō no ken)

• Téléporteur de costumes 2.2
ϟ Liens Rapides :
1 rose de Susan ♥️ 2 roses de Lukaz ♥️ 1 rose de Mikhaïl ♥️ 1 rose de Natalia ♥️ 1 rose de Zeke ♥️
J’imagine que ce n’est pas le destin qui a placé Susan sur la route de Lady Satan. Ou alors le destin est une sacrée crevure. Enfin, personnellement je ne crois pas à ces choses là. Il faut arrêter d’accuser une entité ou une autre de ce qui nous arrive, c’est… Je ne sais pas, je trouve ça paresseux. Tout ça, c’est juste du hasard, la convergence de centaines de décisions que l’on prend jour après jour, voilà tout. Sauf que le hasard n’a pas de justice, donc, oui… Ça peut être injuste qu’il arrive quelque chose comme ça à une femme comme Susan. Point.

Je n’ai pas le douteux plaisir de l’avoir rencontrée, moi. J’ai juste… Fait mes devoirs quand j’ai appris ce qu’il s’était passé.

J’ai un petit sourire, vaguement fatiguée mais bien réel. Le cocktail spécial-Noélie. Un optimisme à toute épreuve, un soupçon d’inconscience et mon assurance, basée sur des faits. Je sais ce que je vaux, maintenant il ne me reste qu’à découvrir l’inconnue de l’équation. Comment négocier intelligemment avec ce qui ressemble à s’y méprendre à une démone, histoire de garder ce que je veux garder et de vendre ce que je suis prête à vendre.

Je sais que je ne peux pas rivaliser frontalement, alors je travaille à d’autres solutions. J’ai cru comprendre qu’elle n’était pas totalement fermée à la négociation.

Ce que je pourrais faire à cette femme ne sera jamais à la hauteur de ce qu’elle, elle a fait à mon adorable colocataire. En revanche, il y a d’autres moyens plus subtils de faire valoir mon désaccord et de régler le problème. Je suppose. J’en suis encore au stade où j’essaye d’imaginer lesquels pour être tout à fait honnête.

Enfin, passons. C’est mon problème, merci de cette solution temporaire. C’est déjà beaucoup et rien ne t’y obligeait.

La soirée prend un tour bien surprenant, ceci dit, après toutes ces très joyeuses considérations quand au potentiel funeste futur qui nous attend (pour l’enfer, hip hip hip…). Bon, je n’ai pas vu passer le voyage dans la voiture des flics - une chance, parce que j’aurais commencé à râler, je déteste les méprises - parce que j’étais occupé à autre chose. J’ai dû avoir l’air d’une parfaite idiote, à fixer apparemment le vide, alors qu’en fait, j’étais occupée à dicter des modifications diverses et variées à Inori, des lignes de code, et autres joyeusetés. De quoi empêcher qu’on tombe sur le certificat de décès de Lily, si on s’intéresse à Abigaïl. Je ne connais pas son nom de famille, enfin, le nom qu’elle utilise, alors j’ai improvisé, créant un faux profil sur facebook et instagram, en y ajoutant quelques photos de la défunte - de son vivant, évidemment - et des trucs du genre, couvertures d’albums, photos de chats et autres cimetières. Un peu glauque, un peu mignon, garanti presque naturel.

Ce n’est pas parfait, juste une couverture qui tiendra le temps que je nous sorte du poste de police et que je commence à travailler pour de bon. Mais il n’empêche qu’Abigaïl aura l’air un petit peu moins morte. Excusez moi, mais je trouve que c’est quand même une très bonne amélioration. Le temps que je finisse ça, je suis assise en face d’un agent de police qui remplit un dossier avant de me fourrer sans ménagement en cellule, avec, cette fois, un flot ininterrompu de récriminations diverses et variées, au nombre desquelles le fait que j’ai le droit à un fichu appel et pas plus tard que maintenant.

Complètement inefficace, vu que je finis assise dans la cellule, à m’amuser à deviner le plus de détails possibles sur nos compagnes, pour certaines assez… Originales, mais bon. Personne ne s’est intéressée à moi, au moins. J’ai envie de rire, mais c’est purement nerveux. Je crois que c’est pour éviter de paniquer parce qu’un crétin de flic m’a foutue en taule et pourrait potentiellement m’y oublier jusqu’à demain. Combien de temps ils peuvent me garder ici sans me laisser appeler mon avocat ? Dans cette ambiance, pas étonnant que je soupire de soulagement, en reconnaissant celle qui me rejoint, à savoir Abigaïl. Sa remarque me tire une moue fâchée.

Tu es une femme, qui porte quelque chose au dessus du genou, et t’étais dehors avec les autres. Il y a une tripotée de gens pour qui c’est suffisant, je soupire.

Je ne suis pas vexée, vraiment, mais c’est aussi la première fois qu’on me prend pour une prostituée. C’est assez étrange. Puis j’ai plein d’histoires horribles d’abus entre détenues à l’esprit, des rumeurs à peine plus élaborées que des bruits de couloir, pour la plupart, mais assez angoissantes quand même. J’ai carrément la tête d’une fille sage, même si je suis sage quand ça m’arrange, et je me sens… Je ne sais pas, vulnérable. Ça doit être l’effet cellule. Est-ce que j’ai déjà dit que ma vie craint sérieusement ?

Tu veux que j’envoie un de mes amis le raccompagner, je demande à Abigaïl.

J’imagine qu’on est un peu coincées pour le moment, mais je peux au moins faire ça.

Enfin, dès que ces idiots m’auront laissée téléphoner aux avocats de ma famille, ça ira mieux, j’ajoute avec un léger sourire.

    Lancer de dés
    Réussite : on laisse Abigaïl et Noélie tranquilles.
    Echec : quelqu’un leur cherche des ennuis.


J'essaye d'avoir l'air rassurante, mais je n'en mène toujours pas très large. Et j'ai toujours cette affreuse envie de rire, ça n'a absolument aucun sens. On réagit vraiment étrangement, parfois, décidément. Enfin, cette histoire d'avocats n'est pas tombée dans l'oreille d'une sourde, parce que c'est une de nos compagnes de cellule qui éclate de rire. Sauf que ça n'a pas l'air nerveux du tout, pour elle, plutôt carrément mauvais.

Les avocats de ma famille, répète-t-elle d'un air moqueur quand je me tourne vers elle.

Elle n'a pas l'air beaucoup plus grande que moi, je crois, brune avec des les yeux assortis. Mais il y a quelque chose dans sa façon d'être qui me fait froid dans le dos. C'est le thème de la soirée et on ne m'a pas mise au courant ?

Tu t'es perdue, ma chérie ? T'as rien à faire là, crache-t-elle en se redressant.
En fait, je suis assez d'accord, je ne peux pas m'empêcher de répondre.

En sachant très bien que c'est une mauvaise idée, mais ça ne m'évite pas non plus de lui jeter un regard courroucé, qui doit lui faire le même effet qu'un chaton au poil hérissé, à tous les coups. Deux secondes plus tard, et c'est elle qui m'a relevée et réfléchit visiblement à ce qu'elle a envie de faire. Définitivement, ma vie craint. Au moins, personne n'embête Abigaïl. Ça serait vraiment nul comme deuxième vie, et en prime, je n'ai pas trop envie que quelqu'un la fâche sachant qui elle est - était, mais là, c'est pareil.
 
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 6 Fév 2019 - 18:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4172
ϟ Nombre de Messages RP : 3790
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Noélie A. Inagawa' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 9 Fév 2019 - 21:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 63
ϟ Nombre de Messages RP : 31
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Abigaïl ne donnait pas très cher de Noélie dans un affrontement contre Lady Satan non plus. La jeune chanteuse était pour la nécromancienne quelqu’un de gentil et surtout pour le moment de plutôt normal et inoffensif, enfin quand elle ne fouinait pas trop dans son passé. Elle devait avoir fait quelques trucs pas très nets dans un passé assez proches pour être suivie par quelques fantômes aigris et attirés par sa culpabilité. Mais de là à pouvoir affronter l’Antéchrist ? Abigaïl elle-même ne savait pas si elle ressortirait gagnante d’un affrontement contre la fille du Diable maintenant qu’elle n’avait plus Deuil pour la soutenir. Les armées de spectres qui lui obéissaient par le passé avaient été relâchées dans le néant et avaient rejoins les mondes de la morts qui les attendaient. Evelyn avait toujours accès à ses légions infernales et si elle ne pouvait se risquer à utiliser des morts contre Abigaïl, les démons étaient des adversaires redoutables.

« Mieux vaut négocier oui. »

Quant Noélie avait évoqué le fait de travailler à d’autres solutions, le corps d’Abigaïl s’était serré. Elle avait imaginé que la jeune femme tenterait de se jouer de la sorcière, de la tromper d’une quelconque manière. Ce qui ne finissait jamais bien. On ne pouvait jamais faire confiance à un démon, ou une femme aurait ajouté Anton. Evelyn était les deux.

Abigaïl ne pouvait se permettre d’interférer dans tout cela. Tout au plus pourrait-elle plaider la cause de Noélie auprès d’Evelyn. Mais après cela ? Elle ne tenterait rien. Elle ignorait tout des détails de ce qui opposait sa tante à la chanteuse. Il était peu probable que la part humaine d’Abigaïl donne raison à l’Antéchrist, mais elle n’était plus humaine justement. Elle était une liche, elle était morte, elle était presque la Mort. Elle ne pouvait émettre de jugement et devait laisser les mortels et les enfers à leur petite danse macabre. Elle serait là quand il faudrait accompagner l’âme de Noélie vers les tourments de la Géhenne si c’était nécessaire.

Par contre, rien ne l’empêchait de les sortir du mauvais pas dans lequel elles venaient de se retrouver. Abigaïl observait calmement les alentours, sondant les alentours de ses pouvoirs. Peu de gens mourraient en prison de nos jours, mais les prisons étaient rarement des bâtiments récents et même quand c’était le cas, Star City était une ville ancienne. Les nouveaux bâtiments venaient en remplacer de plus anciens et entre les couches de bétons se trouvaient de la poussière d’os, des filaments de vies passées qui finissaient toujours par ressurgir pour s’enrouler autour des doigts d’Abigaïl. Même si on essayait de les étouffer sous les gravats et les fondations du commissariat. Elle rouvrit les yeux pour adresser un léger sourire à noélie.

« Je vois. »


Elle regarda toutefois le short qu’elle portait. Inconcevable avec les températures extérieures, sauf si on était morte et que l’on ne craignait pas le froid. Ou qu’on cherchait à attirer une certaine clientèle. Mais Noélie avait raison. Ces officiers n’auraient pas dû présumer. Toutefois, Abigaïl ne pouvait qu’admirer le progrès qui avait été accompli au cours des derniers siècles. Ce qu’elle portait, ce que portaient ces filles de joie était bien plus court que ce qu’elle avait vu dans les rues de Londres des décennies plus tôt. Quand elle avait été un temps une prostituée elle-même. Encore quelque chose qu’elle avait hérité de Lady Satan ? Peut-être.

« Non ce n’est pas la peine. Je le retrouverais facilement une fois que nous serons ressortis d’ici. Puis ce n’est pas comme s’il allait se fatiguer ou qu’il avait besoin de dormir. » Glissa-t-elle avec un sourire entendu. Noélie comprendrait bien rapidement que Bernie était plus mort que vif lui aussi.

La nécromancienne pose ses yeux sur la femme qui a répondu à Noélie. Ses années passées à converser presque exclusivement avec les morts ne l’empêchent pas de reconnaître l’hostilité dans sa voix. Les défunts sont loin d’en être dépourvus. Ses lèvres ses pinces un instant.

« Rassis-toi. » Dit Abigaïl d’une voix glaciale à la femme qui menace Noélie tout en posant sa main tout aussi froide sur son épaule. Elle serre, légèrement… Si elle se laissait aller, elle pourrait broyer la chair et les os sous ses doigts sans le moindre effort.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : La prostituée est intimidée.
Echec : la prostituée n’est pas intimidée.

Jet de dé n°2 si échec au précédent :
Réussite : la police n’intervient pas et tout le monde est calme.
Echec : la police intervient et pense qu’Abigaïl a déclenché un combat.


Jet de dé n°3 :
Réussite : Noélie a son coup de fil.
Echec : la police ne semble pas très pressée de faire son boulot.

Les deux femmes s’affrontent du regard. Abigaïl plonge ses doigts un peu plus profondément dans la peau de celle qui lui fait face, lui montre la facilité avec laquelle elle peut appuyer encore plus fort. Ses os, ses chairs, ses ligaments, tout cela n’est plus animé par la vie, par toutes ces petites cellules. Non, c’est la nécromancie qui lui permet de se mouvoir et elle n’a que faire des limites physiques du corps humain. Abigaïl pourrait lui arracher le bras à cet instant si elle le désirait.

Mais ce n’est pas cela qui convainc la prostituée de se rasseoir. Ce n’est pas non plus cette frêle étincelle de vie que la nécromancienne lui vole. C’est ce qu’elle voit au fond du regard de la fille de Victor Frankenstein. Si elle continue, si elle cherche la bagarre, elle ne s’en sortira pas seulement avec une épaule endolorie ou un bras en moins.

Elle y perdra la vie.

En silence, elle recule et retourne s’asseoir. Abigaïl lui accorde un sourire amical.

« Tout va bien ? » Demande-t-elle distraitement à Noélie ? La nécromancienne ignore tous les regards fuyants que l’on pose sur elle. Les autres femmes ont compris qu’il ne fallait pas s’approcher d’elle. Certaines murmurent entre elles. Ce serait une méta-humaine ou quelque chose comme ça. Elle devrait se trouver dans une prison spéciale.

« Alors les filles, qui a besoin d’un coup de fil pour prévenir son mac ? Pas toutes à la fois. »

« Elle ! » Lance Abigaïl en montrant Noélie et en profitant du silence qu’a causé sa petite démonstration de force.

 
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 9 Fév 2019 - 21:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4172
ϟ Nombre de Messages RP : 3790
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Abigaïl Frankenstein' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 10 Fév 2019 - 21:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Noélie A. Inagawa
Cartel Rouge

Afficher le profil

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 493
ϟ Nombre de Messages RP : 280
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : gif & vava par Renan (♥) ; code Sio
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / wakagashira de l'Otaku-Kai
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : • Compréhension innée des langages informatiques
• Hackeuse née
• Analyste niveau III (données et informations en tous genres, expression corporelle, détection du mensonge, calculs de probabilités et analyse situationnelle)
• I.A. (Inori)
• Book My Life
• Lentille connectée (connectée à Inori, interface d'informations, reconnaissance faciale)
• Implant neuronal (transmission d'instructions à Inori, bouclier psychique, bouclier magique)
• Drones de surveillance (connectée à Inori et donc à Noélie)
• Egide : Shiru (bouclier physique, réflexes améliorés, formation en protection rapprochée), Totsuka (Artefact : Ōtenta-Mitsuyo, grenades fumigènes, shurikens explosifs, maîtrise du ninpō no ken)

• Téléporteur de costumes 2.2
ϟ Liens Rapides :
1 rose de Susan ♥️ 2 roses de Lukaz ♥️ 1 rose de Mikhaïl ♥️ 1 rose de Natalia ♥️ 1 rose de Zeke ♥️
Les quelques remarques d’Abigaïl concernant son compagnon me font comprendre qu’il doit être tout aussi mort qu’elle. D’accord. J’ai très envie de lui demander s’il lui arrive encore de fréquenter des gens vraiment vivants, ou si elle préfère les plutôt décédés. C’est compréhensible, j’imagine, ça doit être plus facile comme ça. Personnellement, le fait qu’elle soit supposément un cadavre qui marche ne me dérange pas en soi, à partir du moment où elle ne se balade pas en ville pour dévorer un humain ou deux à quatre heures. Et encore, même dans ce cas, ça dépendrait pour partie du genre d’humains qu’elle dévorerait, mais c’est une autre histoire. En l’occurrence, je me contente donc d’un « oh » surpris, manquant singulièrement d’éloquence.

Je m’arrête là parce qu’avec ma dernière proposition, j’ai attiré l’attention d’une des femmes enfermées avec nous, et qu’elle n’a pas vraiment l’air bien disposée à mon égard. Ce qui ne m’empêche pas de lui répondre, d’ailleurs, même si je serais bien embêtée si elle devient un peu plus belliqueuse. Ça me fatigue, ce genre de réactions, mais en prime je n’aime pas du tout, mais alors pas du tout m’aplatir quand je ne suis pas en tort. Sauf circonstances exceptionnelles, parce que je sais aussi reconnaître que je suis complètement dépassée par une situation, mais là…

De toute façon, Abigaïl a dû en concevoir un peu d’agacement aussi (un peu ?), parce qu’elle s’approche et prend les choses en main. Et l’épaule de celle qui me cherche des ennuis. Sa voix est tellement glaciale que je suis à deux doigts de me rassoir moi-même, à vrai dire. Je recule d’un petit pas prudent en passant de l’une à l’autre. Rapidement, il m’est évident qu’il vaut mieux pour l’autre femme qu’elle se soumette à l’ancienne Lady Death. Il paraît difficile de manquer le fait qu’elle ne tolèrera rien d’autre. Sans surprise, ça fonctionne plutôt très bien.

Oui, oui, je réponds d’un ton pensif à Abigaïl, qui a l’air un peu ailleurs.

Je sais déjà qu’elle peut être dangereuse et qu’elle a un rapport à la mort particulier, mais je me demande quand même pourquoi elle est intervenue. J’ai envie de le lui demander discrètement, mais un des policiers se pointent pour demander qui a besoin de son coup de fil. Ma compagne me désignant volontaire, j’acquiesce aussitôt :

Oh, oui, moi !

Intérieurement je crie victoire, en même temps que je m’interroge sur l’heure qu’il est. Vu ce qu’on les paye, les avocats de mes parents sont joignables à n’importe quel moment, mais jamais mon père ou ma mère ne se permettrait de téléphoner en pleine nuit, donc… Je finis par décider d’appeler plutôt cette dernière, qui garde son portable allumé même en pleine nuit, elle pourra harceler ce pauvre avocat pour moi s’il a l’air endormi.

J’explique laborieusement la situation à ma mère quand elle décroche, lui expliquant que j’ai été victime d’un malentendu avec une de mes amies – plus simple d’entrer Abby dans cette catégorie que de lui expliquer que je l’ai rencontrée il y a une heure ou deux mais que je l’aime bien donc je n’ai pas envie de la laisser ici – où je suis et si elle pouvait se dépêcher par pitié. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, je suis de retour à la case départ, malgré tout.

Je me rapproche aussitôt d’Abigaïl avec un léger sourire, m’accrochant à mon optimisme à toute épreuve : elle a bien fait comprendre à toute la population du coin qu’il vaut mieux nous laisser tranquilles, avec sa petite démonstration, et il n’y a plus qu’à prendre notre mal en patience maintenant. Spontanément, je la serre dans mes bras brièvement – parce que je me dis vite qu’elle n’aime peut-être pas ça, donc je la relâche.

Tu n’étais pas obligée de m’aider non plus. Merci.

Je prends soin de parler tout bas, cette fois, pour éviter de jeter de l’huile sur le feu.

Ma mère s’occupe de réveiller nos avocats. Et j’ai remis à neuf ton compte facebook, j’ajoute avec un léger clin d’œil.

Depuis, ma lentille est éteinte, on ne la discerne même plus sur mon œil droit. Je préfère ne pas tenter le diable.

Ça va aller ?

J’imagine qu’elle n’est pas trop anxieuse, vu qu’elle doit pouvoir sortir de là n’importe quand, mais je préfère m’en enquérir. Personnellement, même si je ne suis pas vraiment inquiète, je n’en mène pas large. Je fais juste correctement semblant.
 
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 13 Fév 2019 - 20:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 63
ϟ Nombre de Messages RP : 31
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Abigaïl afficha un sourire emprunt de fierté quand elle vit Noélie sortir accompagnée des policiers pour passer son coup de fil et prendre les choses en main. C’était comme voir un petit poussin qui se lançait maladroitement à l’assaut de la vie dans toute son horreur. La jeune femme, malgré ses ressources, avait semblé quelque peu démunie face à la situation jusqu’à peu. Sa fâcheuse tendance à dire ce qu’elle pensait allait finir par lui attirer des ennuis ne pouvait s’empêcher de penser la nécromancienne. Elle avait failli la tuer dans la ruelle pour avoir mentionné tout ce qu’elle avait appris sur Lily et la même chose avait failli se répéter de la même façon dans la cellule.

Lorsqu’Abigaïl posa son regard sur son autre amie du soir, celle-ci baissa les yeux automatiquement. Il y avait encore des murmures qui se propageaient à l’intérieur de la cellule et la nécromancienne se doutait que tous n’étaient pas pour louer ses prouesses chevaleresques. L’hostilité était palpable et trouvait pour toute réponse l’indifférence splendide de la blonde. Celle-ci s’assit sur l’un des bancs et croisa les jambes, faisant glisser son regard d’une prostituée à une autre. Certaines d’entre elles avaient la mort dans les entrailles et ne survivraient pas plus de quelques mois. D’autres avaient du sang sur les mains et étaient au moins aussi hantées que Noélie. L’ombre de Lady Satan en moins.

Mais ce qui intéressait plus particulièrement la nécromancienne, c’étaient les fantômes plus anciens qui erraient toujours dans le commissariat et cette cellule. Un ivrogne qui s’était étouffé dans son propre vomi. Un dément qui s’était frappé la tête contre les barreaux jusqu’à ce que son crâne ressemble à un pot de confiture éclaté. Des victimes de débordements policiers aussi probablement.

Le retour de Noélie tira Abigaïl de sa rêverie. Elle lui adressa un léger sourire qui disparaît quand celle-ci l’enlace. Voilà une chose à laquelle la petite femme-cadavre n’est pas vraiment habituée. Depuis combien de temps n’a-t-elle pas eu droit à une telle démonstration d’affection ? Les gestes de Lady Satan sont toujours ponctués de vice, quand aux morts, ils sont pour la plupart peu tactiles. Puis cela frappe la nécromancienne. La dernière personne à l’avoir enlacée ainsi était sa fille. Avant qu’elle ne soit possédée par Méphistophélès et qu’elle doive la détruire. Les traits d’Abigaïl se figent un instant, mais elle se reprend avant que Noélie ne puisse voir sa gêne.

« Ce n’est rien. Il y a de meilleures morts que de se faire poignarder en prison. Je ne pense pas que ce soit la tienne. » Déclara-t-elle avec un sourire aussi bref qu’étrange.

La nécromancienne se rassoit et fait une place à Noélie. Personne n’a osé s’installer à côté d’elle.

« Merci. Tu n’étais pas obligée de m’aider. »


Elle lui adresse un clin d’œil en réponse.

« Oh, je vais bien, je vais bien. » C’était un demi-mensonge. Elle ne craignait aucune des femmes qui l’entouraient, elle ne craignait pas les hommes en uniforme non plus et elle ne croupirait jamais dans une cellule pour les décennies à venir. A moins qu’elle ne le veuille. Non. Abigaïl comme toutes les nécromanciennes ne craignait finalement qu’une seule chose : les souvenirs. « Ce n’est pas comme s’il pouvait m’arriver grand-chose ici bas tu sais. »

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : les autres filles restent calmes.
Echec : certaines filles veulent prendre leur revanche.

Jet de dé n°2 :

Réussite : les policiers ne s’en mêlent pas.
Echec : les policiers s’en mêlent.



« Puis crois-moi, ce n’est pas la pire prison dans laquelle j’ai mis les pieds. Au moins j’ai de la compagnie. »

« Hey toi. »

Abigaïl leva les yeux. Une des prostituées la toisait. Elle n’était pas particulièrement épaisse, mais relativement plus que la nécromancienne, ou plutôt que le corps qui l’habitait. Lily n’était pas particulièrement musclée et loin d’être enveloppée par ailleurs.

« Oui ? »


« Je n’ai pas aimé la façon dont t’a parlé à ma copine. »


« Dommage. »


« Ouai. Dommage. »


La femme sortit un couteau improvisé de sa poche et le planta dans le ventre d’Abigaïl. La nécromancienne lança un regard incrédule à l’arme de fortune, puis regarda la prostituée. Elle regarda de nouveau l’arme. Puis la prostituée. La nécromancienne continua ainsi quelques secondes encore. Elle avait pu voir le visage de son assaillante passer de la colère, à la satisfaction, puis à l’incrédulité, à l’inquiétude, la peur et enfin la terreur. Abigaïl se releva et retira l’arme de son ventre. Elle ne saignait pas.

« J’aimais beaucoup ce T-shirt. Maintenant… Donnez-moi une bonne raison de ne pas toutes vous trancher la gorge ? »


Un instant, Abigaïl avait conjuré un spectre dont l’expression macabre s’était superposée à son visage. Dix secondes plus tard, la nécromancienne et Noélie avaient la moitié de la cellule pour elles toutes seules.

« J’espère que les avocats de ta famille ne vont pas traîner. Je ne suis pas très douée pour repriser les vêtements et je n’ai pas envie d’autres trous. »


Elle était plus douée pour suturer les cadavres ensemble.
 
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 13 Fév 2019 - 20:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4172
ϟ Nombre de Messages RP : 3790
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Abigaïl Frankenstein' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 15 Fév 2019 - 1:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

Noélie A. Inagawa
Cartel Rouge

Afficher le profil

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 24/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 493
ϟ Nombre de Messages RP : 280
ϟ Doublons : Thalia Cristobal, Cassandra De Matteo, Jia Li Zhao
ϟ Crédits : gif & vava par Renan (♥) ; code Sio
ϟ Célébrité : Yuko Suzuhana
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chanteuse dans le groupe Borderland / développeuse web / wakagashira de l'Otaku-Kai
ϟ Réputation : Niveau 3
ϟ Signes particuliers : • Incroyablement bavarde
• Sort toujours apprêtée jusqu'au bout des ongles
• Cheveux très longs, parfois méchés de bordeaux, turquoise ou rose, au rythme de ses envies et de ses concerts

ϟ Pouvoirs : • Compréhension innée des langages informatiques
• Hackeuse née
• Analyste niveau III (données et informations en tous genres, expression corporelle, détection du mensonge, calculs de probabilités et analyse situationnelle)
• I.A. (Inori)
• Book My Life
• Lentille connectée (connectée à Inori, interface d'informations, reconnaissance faciale)
• Implant neuronal (transmission d'instructions à Inori, bouclier psychique, bouclier magique)
• Drones de surveillance (connectée à Inori et donc à Noélie)
• Egide : Shiru (bouclier physique, réflexes améliorés, formation en protection rapprochée), Totsuka (Artefact : Ōtenta-Mitsuyo, grenades fumigènes, shurikens explosifs, maîtrise du ninpō no ken)

• Téléporteur de costumes 2.2
ϟ Liens Rapides :
1 rose de Susan ♥️ 2 roses de Lukaz ♥️ 1 rose de Mikhaïl ♥️ 1 rose de Natalia ♥️ 1 rose de Zeke ♥️
Bon, bien entendu, la réponse d’Abigaïl me surprend un peu. Je veux dire, dans la bouche de n’importe qui d’autre, j’aurais pris ça comme une blague. Dans la sienne, en revanche… Ça donne un peu trop sérieux. Il n’empêche que je lui souris en retour. Je ne vais pas m’en offusquer, parce que sérieux ou non, c’est tout à fait vrai. Me faire poignarder dans une prison dans laquelle je suis enfermée par erreur (même si on pourrait m’y cloîtrer à raison, certes) n’entre pas vraiment dans le top dix de mes morts potentielles favorites.

Et bien, je ne sais pas si ça sera la mienne en définitive, mais je préfèrerais éviter aussi.

Enfin, si ça continue comme ça, peut-être que ce genre de décès prématuré va finir par me paraître enviable. Le repos qui vient derrière, je ne dirais pas non. Je suis toujours en train de penser à un millier de choses à la fois, j’essaye de cumuler trois vies en une, j’ai un clan de yakuzas assassins sur les bras, une créature infernale et cruelle dans le dos, un patron plutôt casse-pieds… Oh, rien que de m’y attarder, ça me tire un soupir.

Vite dissipé par le clin d’oeil de ma compagne presque morte mais pas tout à fait, parce que je la trouve adorable quand elle veut. Le contraste avec la partie sérieuse et morbide est un peu déconcertant, mais… Elle a quelque chose d’attachant. Assez pour que je n’aie pas envie qu’il lui arrive quelque chose par ma faute. Bon, ce n’est pas ma faute si ces flics qui nous ont arrêtées n’ont pas cherché plus loin que le bout de leur petit nez, certes. En revanche, on était dehors toutes les deux parce que je suis miss bonnes idées.

J’aurais dû choisir les toilettes, en fait, je marmonne avant de me murer dans le silence comme quelqu’un interpelle de nouveau la nécromancienne.

Sérieusement, mais ces femmes ont-elles le moindre instinct de survie caché derrière leurs charmants minois ? Il suffit d’avoir deux yeux pour voir - et sentir - qu’elle ne plaisante pas. Ça ne m’empêche pas de sursauter violemment quand cette connasse plante son couteau dans l’abdomen de ma compagne. Franchement, pendant qu’Abigaïl a l’air de se demander ce qu’elle va faire - je suis vite rassurée sur le fait que ça ne lui fait vraiment rien - j’hésite à lui coller mon poing dans la figure - merci Totsuka qui m’a au moins appris à faire ça, même si sauf en prenant quelqu’un par surprise, je ne suis pas super efficace. Sauf que je n’ai pas à agir à sa place alors qu’elle sait largement se défendre comme une grande, déjà, et qu’à part potentiellement avoir beaucoup plus mal si ce charmant couteau atterrit dans mon ventre à moi…

En plus, honnêtement, ça me rappelle méchamment la balle qui s’y est logée. Je me rends compte que j’ai plaqué une de mes mains sur la cicatrice par réflexe et que j’ai les lèvres pincées. Réflexes à la noix. Je me force à me détendre. Le temps que je sois de nouveau sereine, il y a eu un véritable mouvement de foules et les autres occupantes de la cellule sont entassées à l’autre bout de celle-ci. Bon, bon, bon. La jeune femme se réinstalle, et je lui souris. Tout plutôt que d’admettre que je suis en train de me décomposer à cause de mes souvenirs, et du fait que j’aimerais vraiment bien sortir d’ici aussi. Je ne sais pas pourquoi. Je suis plutôt de l’équipe “faisons contre mauvaise fortune bon coeur”, mais il faut croire que là, c’est trop. J’observe l’accroc à son t-shirt et hausse les épaules, gardant mes mains contre moi de peur qu’elles ne se mettent à trembler.

Tu dois pouvoir le rafistoler. Je te l’aurais bien fait pour m’occuper en attendant, mais je n’ai pas mon matériel sur moi, je m’amuse. Je t’expliquerais si tu veux, ça prend deux minutes.

Je croise les bras en observant pensivement les visages plutôt inquiets de nos compagnes en face. Il y en a au moins deux dans le tas qui ont l’air plutôt dégourdies, et dont la façon d’être m’interpelle. Il faudra que j’essaye de fouiner. Peut-être qu’elles ont envie de changer d’activités ?

Tu sais, ce n’est pas parce qu’il ne peut rien t’arriver, que tu es probablement plus en sécurité que n’importe qui, que tu n’as pas le droit de te sentir un peu atteinte. Enfin, c’est aussi bien que ça ne soit pas le cas.

Je souris tout en reportant mon regard vers elle.

Tu as l’air… Je ne sais pas, ailleurs. Difficile à lire. Comme si tu ne te laissais aller qu’à moitié ? Je ne sais pas pour quelle raison tu es revenue comme ça, mais c’est l’occasion de profiter un peu, non ?

J’imagine qu’être Lady Death, ça ne devait pas être drôle tous les jours.

Je ne devrais peut-être pas me permettre ça, je finis par ajouter, la mine contrite. Désolée, je parle un peu trop honnêtement. Mauvaise habitude. Normalement ils ne devraient pas tarder. Les avocats. Pour te répondre.

Je me renferme dans le silence. Au moins parler à tort et à travers m’a permis de penser à autre chose. C’est le nouveau thème du moment, penser à autre chose. Peut-être que c’est aussi pour ça que j’ai envie d’avoir Abigaïl dans le coin un peu plus longtemps. Parce qu’elle est extrêmement efficace pour occuper mon esprit ailleurs.

    Lancer de dés
    Réussite : Maman Nono a réussi à réveiller les avocats et l’un d’entre eux arrivera bientôt au poste de police.
    Echec : personne n’est disponible immédiatement, il va falloir au moins une heure pour que quelqu’un se pointe.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 15 Fév 2019 - 1:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4172
ϟ Nombre de Messages RP : 3790
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Noélie A. Inagawa' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 16 Fév 2019 - 16:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Abigaïl Frankenstein
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Living Dead Girl
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2019
ϟ Nombre de Messages : 63
ϟ Nombre de Messages RP : 31
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Lawrence Chastel
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Taylor Momsen
ϟ Âge du Personnage : 234 ans
ϟ Statut : Célibataire morte
ϟ Métier : Thanatopractrice, chanteuse
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : Une cicatrice en forme de Y sur la poitrine, dernier témoignage de son autopsie. Des cheveux presque blancs et une peau pâle, presque glacée au toucher.
ϟ Pouvoirs :
- Maîtrise de la nécromancie XXX
- Maîtrise de l'ostéomancie V
- Maîtrise de la carnomancie VI
- Moisson de vie III
- Communication avec les morts III
- Psychopompe VI
- Phylactère III
- Vigor Mortis V
- Forme spectrale V
- La Fossoyeuse (pelle magique)
- Avatar des cimetières (serviteur)
- Désespoir (cheval de la Mort, serviteur)
Abigaïl avait passé l’un de ses doigts à travers le trou qu’avait fait le couteau. Celui-ci lui faisait coucou, comme une sorte de gros ver blanchâtre qui s’extirperait du t-shirt noir. Elle sourit à cette image. Il n’y avait probablement qu’elle pour trouver cela marrant. Mais c’était peut-être aussi parce qu’il lui était déjà arrivé de converser avec des vers, ou tout du moins des cadavres qui étaient constitués à 99% de ceux-ci.

« Merci, c’est gentil. Je sais coudre et repriser les vêtements, mais je ne suis pas très patiente pour ce genre de choses. J’ai toujours préféré suturer les… » Elle allait achever sa phrase par les cadavres, mais elle se doutait que Noélie n’était pas prête pour imaginer les golems de chair que la nécromancienne avait conçue par le passé. Contrairement à son frère, les siens dépendaient plus de sa magie que de la science, mais le procédé de départ était le même. « Les gens. Mon père était médecin. » Ce qui était vrai. « Il m’avait montré comment faire. » Ce qui était vrai aussi.

Même s’il n’avait pas voulu qu’elle devienne médecin. Ce n’était pas envisageable à l’époque. Il ferait une syncope en voyant la façon dont elle était vêtue, mais si ce n’était plus le même corps que celui dans lequel sa petite fille adorée avait grandi.

« Noélie… Je suis morte plus de fois que je ne m’en souviens. Ce n’est pas la première fois que l’on m’enferme, volontairement ou par erreur et cette prison n’en est pas vraiment une pour moi. Je peux appeler des choses mortes qui me feraient sortir d’ici en quelques instants. Je peux abandonner ce corps pour le récupérer une fois qu’il sera à la morgue. Ce coup de couteau ? Il n’est rien. Une lacération sur la chair morte que je peux faire disparaître comme je le désire. »

Elle souleva son t-shirt pour montrer à Noélie la plaie qui ne saignait pas. Elle plaça sa main dessus et quand elle la retira, il n’en restait plus rien.

« Je peux réparer la chair morte comme je le désire. »
Ce qui était un grand avantage quand on était thanatopractrice. « Ne t’inquiète pas pour moi. » Ajouta-t-elle avec un sourire teinté d’une pointe de tristesse.

Abigaïl Frankenstein ne craignait rien. Mais la nécromancienne ne pouvait s’empêcher de se demander si ce n’était pas aussi parce qu’elle n’avait plus grand-chose. Plus de royaume, plus de fille, plus de vie. Des mensonges imbriqués les uns dans les autres. Elle n’était même plus Lady Death. Simplement Living Dead Girl. Un zombie anonyme.

« Je ne peux pas me laisser aller. » Elle marqua un silence avant de reprendre. « Si je me laisse aller, des gens meurent. Je me suis offert une nouvelle chance à la vie, c’est vrai. Je le fais. Mon métier, le groupe. C’est ça. Même si je ne sais pas trop bien comment m’y prendre avec tout. Argh. C’est compliqué. »

Elle ferma les yeux un instant. Elle ne comprenait pas tout ce fouillis en elle. Ce n’était pas des vers, cela elle en était certaine.

« Non, non. L’honnêteté est appréciable. Puis tu es probablement la personne la plus vivante que je connaisse. Tu es probablement la personne la mieux placée pour m’apprendre à être en vie. Je reste morte, il y a des choses que je ne ressens pas. Pas comme toi en tout cas. J’ai rencontré des dieux et des monstres, visité des enfers et des paradis. Mais je n’ai jamais été très douée à cela, être vivante. Puis comme je l’ai dis, je ne peux pas trop me laisser aller non plus. Regarde ces filles terrorisées. »


Elle pointa du doigt les prostituées.

« Elles ne sont pas prêtes pour ce que j’ai en réserve encore. Toi non plus je pense. »


Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : l'avocat a réussi à faire sortir Noélie et Abigaïl.
Echec :l'avocat n'a réussi à faire sortir que Noélie.

Un agent de police arriva près de la grille. Il s’arrêta un instant, posant un regard circonspect sur la configuration de la cellule. Toutes les filles d’un côté, sauf deux, qui avaient un banc juste pour elles toutes seules.

« Euh… Noélie Inagawa ? Vous et votre amie vous pouvez y aller. Votre avocat nous a expliqué la situation. »

Il ouvrit la grille et s’écarta pour les laisser sortir toutes les deux.

 
Revenir en haut Aller en bas



 
Requiem for a rockstar
 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  SuivantRevenir en haut 


 Sujets similaires
-
» Requiem du Guerrier [Ombre]
» REQUIEM V.2 ◑ « Flesh & Blood. // I'm Alive. »
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]
» WE need you : Requiem Momento Mori
» One Piece Requiem passe en V2.6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: