AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Grief, Dance to Death

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 8 Déc 2018 - 23:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles
En ligne

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Pizza-Girl

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 24/02/1994
ϟ Arrivée à Star City : 12/06/2018
ϟ Nombre de Messages : 776
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Doublons : Eden Wells, Alex Sorensen
ϟ Crédits : Myself
ϟ Célébrité : Bex Taylor-Klaus
ϟ Âge du Personnage : 23
ϟ Statut : Statue*
ϟ Métier : Réalisatrice, propriétaire de la Pizza Box
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m60, Cheveux courts bruns, yeux bleus, allure assez masculine, cicatrices imposantes sur le bras et le flanc droit.
ϟ Pouvoirs : Imitation de voix
Imitation de sons
Mémoire auditive absolue
Reconnaissance vocale
Détection de mensonge
Langage animal
Super-ouïe
Projection Sonore
Cri de Guerre
Armure sonore
Sonoportation
Oreille interne infaillible
----
Souffle Glacial
Désarmement / Paralysie
Allégeance Animale
Voix Vitale
----
Casque renforcé avec ATH
Montre Multi fonctions
Amulette de protection
Sonic Staff
----
Régénération
----
Maîtrise du bâton
Généralement, une jeune femme qui se promenait seule et de nuit dans le quartier des marais devait surveiller ses arrières. Au mieux, elle n’avait pas froid aux yeux. Au pire, elle était inconsciente du genre d’individus peu délicats qui rôdaient dans les environs. On ne venait généralement pas ici sans raisons, mais les raisons pouvaient être variées : Certains cherchaient les divertissements adultes que pouvaient proposer les établissements qui se partageaient cet espace. D’autres rentraient chez eux dans les appartements peu cher que l’on pouvait y louer. On y trouvait aussi aisément des dealers pour satisfaire des besoins plus chimiques.

Ceci dit, Susan n’entrait dans aucune de ces cases. Elle avait simplement fait une virée nocturne pour s’introduire en toute discrétion dans un immeuble dont les appartements étaient inoccupés depuis quelques années. Enfin, légalement tout du moins. L’endroit avait servi de squat pour des travailleurs et travailleuses du sexe pendant un moment, de ce qu’elle savait, puis avait été déserté après l’invasion. Plus personne n’y était revenu, et la mutante était toujours en quête de nouveaux lieux pour tourner ses clips et autres courts métrages. Flirter avec la légalité n’était pas un souci, tant qu’on ne la prenait pas la main dans le sac. Et puis même si c’était le cas, elle s’en était toujours sortie avec le prétexte de chercher des endroits pour un tournage, et le fait qu’elle ne faisait aucune dégradation sur les lieux qu’elle visitait. Bien sur, avec ses pouvoirs, elle pouvait se contenter de disparaître avant qu’on ne lui mette le grappin dessus.

Le froid avait commencé à saisir Star City depuis quelques semaines déjà. Susan portait une paire de docs, un jean, mais surtout une double couche de pulls, incluant un hoodie à capuche dont l’intérieur était fourni de moumoute qui parvenait tant bien que mal à la tenir à une température correcte. Ses cheveux étaient couverts par un bonnet noir vissé sur sa tête, une écharpe occupait son cou, et elle fourrait ses mains dans les poches de son hoodie dans une tentative vaine d’éviter le moindre courant d’air.

Sa soirée s’était déroulée à peu près comme prévu, à ceci près qu’elle avait fait une pause sur le toit de l’immeuble pour y fumer quelques plantes dont la provenance était presque inconnue. Ce qu’elle savait, c’est que Kelly devait avoir un sacré bon fournisseur, et qu’elle lui avait ramené un petit quelque chose de façon tout à fait spontanée. Elle la connaissait bien !
Sur ce soit, Susan resterait certainement une petite heure avant de rentrer chez elle. Avec ça, la sensation de froid était retournée loin dans sa tanière et la mutante profitait d’un moment tranquille, éloignée de presque tout. Personne ne viendrait la chercher ici. Elle pouvait réfléchir. Elle pensait au message qu’elle avait reçu de la part de Mikhaïl, qui la rassurait, mais qui lui rappelait aussi à quel point elle était proche du précipice. Pas si rassurant que ça, au final. Susan fit un effort de concentration pour se vider la tête. Pas besoin de prendre sa musique avec elle : Elle n’avait qu’à tendre l’oreille et à écouter ce qu’elle voulait, parmi tout ce qui passait à portée de son ouïe. La musique des boites de nuit venait chatouiller ses tympans. D'autres sons plus intimes qu'elle évitait soigneusement. Des discussions à voix basse, des échanges... Elle préférait se concentrer sur la musique, c'était moins propice à ruiner son moment.

Elle essaya vainement de faire quelques ronds avec sa fumée lorsqu’un bruit tout proche lui parvint. Quelqu’un avait décidé de visiter le même endroit qu’elle ? Étrange coïncidence, qui vint troubler la douce quiétude de la mutante pour la rendre méfiante. Elle qui s'était allongée sur le toit de l'immeuble, elle s'était redressée pour guetter le seul escalier qui menait jusque là.
Revenir en haut Aller en bas


Dame Pizzan
Princesse des Ronds qui se mangent

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 9 Déc 2018 - 0:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Cassandre

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 30
ϟ Nombre de Messages RP : 15
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal
ϟ Crédits : Kai
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : sans métier fixe
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital I
• Lien ancestral I
• Parler aux morts
• Lecture des auras
Les Marais sont un repère habituel pour Cassandra. Elle aime les bas-fonds de Star City d’un amour passionnel. C’est là qu’elle a fait ses premiers pas, là qu’elle a trouvé son indépendance comme son étrange forme de liberté. Une liberté viciée par ce qu’elle s’inflige à elle-même avec constance, mais la seule qu’elle ait jamais connu. Elle y erre souvent, parfois accompagnée d’une âme ou d’une autre, en mal de conversation ou d’une compagnie consciente. A la recherche d’un frisson, d’une façon de vivre un jour de plus en perdant la vie. Amoureuse du danger, de la souffrance infligée et reçue, amoureuse du péché.

Il fait froid, mais comme d’habitude, elle n’a accordé sa tenue qu’à moitié. Si les collants qu’elle porte sous sa robe légère sont chauds et épais, sa veste ne la protège pas totalement du froid. Quelqu’un, sans doute, lui a tout de même passé une écharpe autour du cou, mais elle l’a dénouée, si bien que les pans sont posés de part et d’autre, inutiles. Elle n’a pas assez froid pour être frigorifiée, mais elle ne peut guère prétendre avoir réellement chaud.

De toute façon, qui irait s’inquiéter d’elle ? Cassandra se laisse porter par les courants de la ville depuis deux ou trois jours. Quand elle s’en lassera, sans doute retournera-t-elle vers Lukaz, pour quelques temps. Puis au Pandémonium à nouveau. Dans d’autres bras, auprès d’autres âmes. Il y a des jeux dont elle ne parvient pas se lasser, quoi qu’il se passe. Ce soir là, elle ne cherche rien de particulier. Elle a le coeur un peu fatigué, sans doute. Des bleus fleurissent sur sa peau, certains visibles, d’autres non. Sa soirée s’est déroulée sans qu’elle ne se sente concernée. Peut-être a-t-elle un certain vampire à l’esprit, le manque comme une blessure ouverte dans son âme.

Elle gravit les marches d’un immeuble qu’elle sait abandonné sans s’y attarder. Elle vise le toit, pour aller s’asseoir à son bord, contempler le vide en espérant qu’y tomber l’achève une bonne fois pour toute, ou au moins assez longtemps pour arrêter un peu de penser. Même si en définitive, elle ne se laisserait jamais rattraper volontairement par la gravité. Non, la plupart du temps, elle se contente d’attendre sagement. Une idée, une main tendue, n’importe quoi qui la sorte de la torpeur qui est la sienne.

Elle ne s’attendait pas à y trouver quelqu’un. Sans l’aura éclatante du mutant - non, de la mutante, elle n’y aurait sans doute pas prêter attention. Mais la pureté de ce qu’elle perçoit attire son oeil. Une moue contrariée sur ses lèvres. Un soupçon de mépris qui dispute sa place à un brin de pitié. Les âmes pures ne sont que des péchés en devenir, selon elle. Des erreurs à venir. Elle n’a jamais côtoyé personne qui soit capable de rester bon, vraiment, de bout en bout. Les hommes finissent par céder aux sirènes du mal. Parfois pour faire le bien, mais la souillure ne se pose pas de question, elle.

Elle s’apprête à tourner les talons quand elle se rend compte d’autre chose. Cette aura, elle la connaît. Cette fille, elle l’a déjà vue. D’abord avec Vladislas. Mais aussi, surtout, a une des soirées de Lady Satan, ces soirées auxquelles elle participe volontiers, parfois comme alliée, parfois comme sacrifice volontaire, une âme de plus à disposition des élans de violence et de luxure générés par la fille du Diable. Une héroïne, une empêcheuse de tourner en rond, justicière en herbe qui s’est vue rétribuer sa peine. Cassandra n’a pas assisté à la sanction, à peine à un morceau du combat, avant de vaquer à ses propres occupations. Mais elle n’a pas oublié.

Voyez vous ça, lâche-t-elle d’un ton joyeux.

Un ton qui ne rend pas justice à sa mine désapprobatrice. On ne contrarie pas ceux qu’elle aime, oh que non.

Mademoiselle Rabat-Joie en personne.

Elle secoue la tête d’un air désapprobateur, ses cheveux longs retombant dans ses yeux par la même occasion avant qu’elle ne les dégage de là.

Qu’est-ce que tu fais là ?

Elle râle un peu, Cassandra, mais elle est aussi curieuse. Cette femme est une ennemie mais aussi un jouet. Elle ne s’immiscerait pas dans les jeux de sa bienfaitrice, mais elle peut bien essayer de comprendre un peu.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 9 Déc 2018 - 15:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles
En ligne

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Pizza-Girl

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 24/02/1994
ϟ Arrivée à Star City : 12/06/2018
ϟ Nombre de Messages : 776
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Doublons : Eden Wells, Alex Sorensen
ϟ Crédits : Myself
ϟ Célébrité : Bex Taylor-Klaus
ϟ Âge du Personnage : 23
ϟ Statut : Statue*
ϟ Métier : Réalisatrice, propriétaire de la Pizza Box
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m60, Cheveux courts bruns, yeux bleus, allure assez masculine, cicatrices imposantes sur le bras et le flanc droit.
ϟ Pouvoirs : Imitation de voix
Imitation de sons
Mémoire auditive absolue
Reconnaissance vocale
Détection de mensonge
Langage animal
Super-ouïe
Projection Sonore
Cri de Guerre
Armure sonore
Sonoportation
Oreille interne infaillible
----
Souffle Glacial
Désarmement / Paralysie
Allégeance Animale
Voix Vitale
----
Casque renforcé avec ATH
Montre Multi fonctions
Amulette de protection
Sonic Staff
----
Régénération
----
Maîtrise du bâton
Susan vit bientôt l’intruse sur le toit. Physiquement, elle ne lui disait pas grand chose. Pas au beau milieu de la nuit ni perdue sur un toit au beau milieu des Marais. Et puis, la mutante ne comptait plus vraiment sur ses yeux pour lui apporter des informations. Elle avait appris à croire son ouïe avant quoi que ce soit d’autre. Ceci dit, elle n’était pas trop inquiète. Pas pour le moment. Déjà parce que son joint avait fait son travail pour la détendre un peu, mais aussi parce qu’elle était parfaitement apte à se défendre contre la plupart des agressions.

Pourtant, une seule seconde à entendre la voix de l’intruse fit frissonner Susan. Pas parce qu’elle avait peur d’elle. Elle ne connaissait pas cette jeune femme, elle ne saurait dire si elle représentait un réel danger ou non. En revanche, sa voix rappelait immédiatement à l’héroïne tout ce qu’elle avait vécu de plus terrible. Qui était-elle, pour se trouver d’abord auprès du vampire, puis de Lady Satan ?

J’ai un surnom, maintenant ?

Commenta d’abord Susan. Son ton était plus désabusé qu’agressif.
Parce qu’en plus, c’était elle qui devait justifier sa présence ici ? Elle était arrivée la première, et elle n’avait pas besoin d’excuses pour y être. Aussi, elle se contenta de dire ce qu’elle faisait ici, littéralement. Enfin, non sans exprimer son avis sur la situation.

Je profitais d’un moment tranquille, pour me rafraîchir les idées.

Elle souffla la fumée de son joint droit devant elle. L’emploi du passé était choisi tout à fait à dessein : Elle avait voulu se changer les idées, se vider la tête, et la présence de cette jeune femme n’avait fait que réveiller les plaies de son esprit. La peur et la douleur que Susan enterrait au plus profond d’elle-même, qu’elle soignait avec le peu de moyens qu’elle avait à sa disposition, et que le vampire comme la démone avaient créé.
Des questions lui venaient déjà en tête. D’abord, il lui parut tout naturel de lui retourner sa question :

Qu’est ce que tu fais là, toi ?

Il paraissait assez peu probable à Susan que Lady Satan aie décidé d’envoyer quelqu’un la voir maintenant. Si elle avait vraiment voulu s’immiscer dans sa vie, elle aurait pu le faire à bien d’autres occasions. La mutante n’avait rien fait pour s’attirer ses foudres, cette fois en tout cas. Et heureusement. Elle ne voulait rien avoir à faire avec les enfers, et plus elle s’en tenait éloignée, mieux elle se portait.
Et malheureusement… C’était cette fois l’enfer qui semblait venir à elle. Elle ignorait la nature de cette jeune femme, mais il ne fallait pas avoir la vie la plus saine pour se trouver là où Susan avait perçu sa voix par le passé.

T’es qui ?

Après tout, elle semblait savoir qui était Susan. Elle avait le droit de savoir aussi.
Revenir en haut Aller en bas


Dame Pizzan
Princesse des Ronds qui se mangent

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 9 Déc 2018 - 15:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Cassandre

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 30
ϟ Nombre de Messages RP : 15
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal
ϟ Crédits : Kai
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : sans métier fixe
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital I
• Lien ancestral I
• Parler aux morts
• Lecture des auras
Cassandra se rapproche d’un pas léger, les yeux plissés à cause de l’éclat de l’aura de celle qui a soulevé sa curiosité ce soir. Elle l’observe un temps, oubliant de répondre à ses questions, laissant un silence étrange s’installer entre elles. S’étirer encore et encore. Puis elle finit par s’asseoir en face d’elle. Enfin, disons plutôt qu’elle se laisse tomber, avec une certaine grâce mais sans la moindre délicatesse.

La tranquillité est tellement, tellement ennuyeuse.

La médium s’installe à son aise, laissant échapper ce constat dans un soupir où sommeille un peu d’ennui. Elle se demande si elle n’aurait pas mieux fait d’aller voir si l’on n’avait pas besoin d’elle, au Pandémonium. Quelques péchés de plus à ajouter à une liste qui ne fait jamais que s’allonger, depuis qu’elle a rencontré Vladislas. Avant ça, on aurait pu la taxer de victime. Depuis, elle participe activement à sa propre damnation, quand elle n’entraîne pas d’autres âmes dans son sillage.

Je ne sais pas comment tu t’appelles, ajoute-t-elle avec un haussement d’épaules. Il faut bien un surnom, du coup, non ?

Cassie jette un regard étonné à Susan, comme si elle aurait dû pouvoir deviner seule la raison de la dénomination que la médium lui a choisi.

Je ne savais pas où aller.

Un aveu misérable, teinté d’une détresse qu’on ne comprend jamais trop, dans son cas. Ce qui l’angoisse et l’inquiète n’est pas tant de ne pas avoir de toit sur la tête, plutôt de devoir tuer le temps, ce temps qui lui joue des tours depuis qu’elle a découvert qu’elle n’arrivait pas à mettre fin à sa vie. Cassandra ne vit que pour l’instant. Et un instant vide est une offense à tout ce qu’on lui a donné. Tout vaut mieux que l’ennui, alors elle offre une identité sans trop se faire prier.

Je m’appelle Cassandra. Cassie, si tu veux ? Je t’ai déjà vue. Deux… Trois fois ? Je ne sais plus.

Elle hausse les épaules, comme si la question n’avait finalement pas tant d’importance pour elle. Le nombre d’occasions où son regard a embrassé l’aura de la jeune femme n’est rien. Elle sait où elle l’a vue, et cela lui suffit amplement. Elle sait que l’héroïne a cru pouvoir rivaliser avec le Mal, et qu’elle a fini par échouer. Elle sait ses blessures parce qu’elle les porte elle-même, autant de souvenirs amers de cette époque où elle ne savait que faire des souffrances que ses pouvoirs lui infligeaient. La médium ramène ses jambes sous elle, agitée d’un petit frisson.

Tu as voulu résister.

Un constat, teinté d’une vague pitié, pour celle qui n’a pas su embrasser les ténèbres quand elle l’aurait dû.

Tu n’aurais pas dû. C’est plus facile de lâcher prise.

Comme la pitié s’efface pour faire place à la désapprobation, Cassandra toise Mademoiselle Rabat-Joie, le regard un peu plus froid. De son point de vue, Susan n’est jamais qu’une épine dans le pied de Lady Satan. Mais elle n’est pas le bourreau de la fille de l’Enfer, pas même un bras armé. Elle se contente d’être là et d’apprendre, de juger à l’occasion, de saigner quand on le lui demande. Elle ne ferait rien de pire que de remuer quelques souvenirs déplaisants, terrifiants.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 9 Déc 2018 - 18:00 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles
En ligne

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Pizza-Girl

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 24/02/1994
ϟ Arrivée à Star City : 12/06/2018
ϟ Nombre de Messages : 776
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Doublons : Eden Wells, Alex Sorensen
ϟ Crédits : Myself
ϟ Célébrité : Bex Taylor-Klaus
ϟ Âge du Personnage : 23
ϟ Statut : Statue*
ϟ Métier : Réalisatrice, propriétaire de la Pizza Box
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m60, Cheveux courts bruns, yeux bleus, allure assez masculine, cicatrices imposantes sur le bras et le flanc droit.
ϟ Pouvoirs : Imitation de voix
Imitation de sons
Mémoire auditive absolue
Reconnaissance vocale
Détection de mensonge
Langage animal
Super-ouïe
Projection Sonore
Cri de Guerre
Armure sonore
Sonoportation
Oreille interne infaillible
----
Souffle Glacial
Désarmement / Paralysie
Allégeance Animale
Voix Vitale
----
Casque renforcé avec ATH
Montre Multi fonctions
Amulette de protection
Sonic Staff
----
Régénération
----
Maîtrise du bâton
Une chose était certaine, ses sens le lui confirmaient : Son interlocutrice n’était pas une vampire. Elle avait un pouls, contrairement à celles et ceux qu’elle avait pu côtoyer malgré elle les années passées. Elle en croisait bien moins depuis que Vladislas Markov avait disparu de l’horizon de Star City, et c’était à son plus grand soulagement. Ceci dit, elle avait la mauvaise impression de les voir remplacés par des démons et autres créatures de la nuit vouées à semer le chaos dans les esprit autant que dans la ville.

Un chaos en face duquel la tranquillité pouvait certainement paraître ennuyeuse, oui. Mais Susan avait besoin de ça aussi. Elle passait tant de temps à noyer ses problèmes sous ses occupations qu’elle perdait parfois l’occasion de faire le point sur son état à elle. Ce que cette pause nocturne lui indiquait, c’est qu’elle allait… Moins mal. Mieux ? Elle n’en était pas certaine, pas avec cette jeune femme qui s’asseyait en face d’elle en retardant les réponses aux questions que Susan lui avait posé.
Elle ravivait les souvenirs de la mutante, mais Susan constatait aussi qu’elle ne se laissait pas submerger comme elle aurait pu l’être quelques mois ou quelques semaines plus tôt. C’était une bonne chose.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette jeune femme était difficile à cerner. Elle avait l’air perdue. Elle avait l’air de ne pas savoir ce qu’elle faisait ici, ni même pourquoi elle engageait la conversation. Susan n’en savait pas plus, d’ailleurs, mais elle n’était pas dans de trop mauvaises dispositions. Plus encore, elle était curieuse.

J’m’appelle Susan.

Lâcha simplement la mutante, par réciprocité autant que pour éviter de se retrouver avec un surnom pas terrible sur le dos jusqu’à la fin de leur rencontre.
Au fond, par coïncidence, elles étaient un peu toutes les deux là pour la même raison. Susan n’avait pas vraiment su quoi faire de sa soirée et avait décidé de la finir sur ce toit.

Pareil.

Avait-elle simplement ajouté, même si elle ignorait jusqu’à quel point celle qui lui faisait face avait ou non un toit sous lequel se poser. Comment les proches des enfers et de ses agents s’en sortaient-ils, dans la vie ? Elle avait vu d’un peu trop près à son goût celles et ceux qui dirigeaient ces groupes à Star City. Cette pensée la fit frissonner. Mais les autres ? Elle n’en savait trop rien. Elle supposait qu’ils devaient rester regroupés pour assurer leur survie.

On s’est vues trois fois. J’ai reconnu ta voix... Deux, ça m’aurait arrangé.

Fit la mutante. Pas difficile de faire preuve d’honnêteté dans cette situation là : Elle aurait souhaité mille fois se trouver ailleurs à chaque fois qu’elle avait croisé la route de Lady Satan, tout comme celle du vampire. A chaque fois, elle avait simplement été au mauvais endroit au mauvais moment. La première fois, elle avait simplement refusé de mourir. La seconde, elle avait résisté. La troisième aussi, mais cette fois-ci, elle avait perdu la partie, et sa cuisante défaite hantait toujours ses nuits.
Et elle ? C’était ça, son histoire ? Elle avait lâché prise ? Après de telles paroles, c’était tout ce que Susan pouvait imaginer. Avec effroi, d’ailleurs, car elle n’osait pas s’avancer sur ce qu’il avait pu lui arriver. Elle ne faisait qu’entrevoir les cicatrices qui pavaient son corps là où son écharpe dévoilait son cou - un peu comme celles qui pavaient le sien d’ailleurs -. Elle pouvait deviner les causes de certaines d’entre elles.

C’est ce que t’as fait, toi ? T’as lâché prise ?

Au fond, elle pouvait comprendre. Ca ne voulait pas dire qu’elle soutenait cette décision, et encore moins qu’elle comptait l’imiter. Elle était fière de résister, même lorsque ça ne lui apportait que de la souffrance, parce qu’il y avait des victoires pour compenser ces défaites. Parce qu’elle avait fait ses choix et préférait jouir de ses actes et du sens qu’elle leur donnait, plutôt que ne profiter que de plaisirs immédiats. Enfin, ça ne l’empêchait pas de profiter aussi, à l’occasion, de plaisirs immédiats. Elle était en train de fumer de l’herbe et ça ne portait préjudice à personne, aux dernières nouvelles.

Ca te va peut-être à toi, mais pas à moi. C’est pas parce que c’est plus simple que c’est mieux. Si j’devais le refaire, je résisterais encore.

C’était difficile pour elle d’avoir ces mots alors même que les souvenirs de ses derniers instants avec la démone lui revenaient furieusement en mémoire. Elle trouverait d’autres moyens de résister. Elle savait maintenant ce que l’on ressentait lorsque l’on perdait face à elle, et elle ne voulait pas reproduire cette expérience. Elle enfonça un instant son nez dans son écharpe pour y récupérer un peu de chaleur. Peut-être aussi pour masquer un peu ses émotions.

Tu veux ?

Proposa-t-elle à son interlocutrice, en levant le joint qu’elle tenait entre ses doigts. Elle ne savait trop quelle idée lui passait par la tête. Simplement parce que Cassandra était là et qu’elle devait avoir froid. La mutante ignorait encore si elle regretterait cette discussion, si elle regretterait d’avoir laissé une proche de ses ennemis l’approcher.
Revenir en haut Aller en bas


Dame Pizzan
Princesse des Ronds qui se mangent

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 9 Déc 2018 - 23:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Cassandre

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 30
ϟ Nombre de Messages RP : 15
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal
ϟ Crédits : Kai
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : sans métier fixe
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital I
• Lien ancestral I
• Parler aux morts
• Lecture des auras
Susan. Cassandra essaye d’enregistrer le prénom, en sachant pertinemment qu’il y a de fortes chances qu’elle l’ait oublié dès qu’elle tournera le dos à ce toit. Mais Susan doit en valoir la peine, se dit-elle. Elle est différente des autres, parce qu’elle a touché du bout du doigt son monde. La médium hausse les épaules, tandis que la mutante la reprend. Elles se sont vues trois fois, soit. Elle n’a jamais trop parlé à la victime de ses maîtres. Sans doute qu’avec Vlad, elle était postée derrière lui, le corps orné des dernières morsures en date, le regard perdu sur des horizons qui n’appartiennent qu’à elle ou absorbé par des êtres fantomatiques, ses amis de l’au-delà. Elle ne se souvient pas.

Trois fois, alors, accepte-t-elle sans rechigner.

Si elle le dit, c’est sans doute vrai. Les âmes innocentes n’ont pas le mensonge facile. Cassie ne ment guère non plus, mais il ne faut y voir qu’un désintérêt pour l’effort de cacher la vérité. Elle est ce qu’elle est, voilà tout. A quoi bon vouloir dissimuler des faits qui ne la blessent pas ?

Cassandra sourit aux suppositions de la mutante. Un sourire franc, qui se termine en un petit rire. Elle s’amuse à ses dépends. Est-ce qu’elle a lâché prise ? Oui, cent fois oui, mais ce lâcher prise date de presque dix ans. Elle a accepté son sort bien avant, compris très tôt qu’elle finirait détruite par ce qu’elle est. Lâcher prise, c’était juste faire avec son esprit en miettes, redevenir capable de mettre un pied devant l’autre. Etre heureuse dans la misère.

Oui. Non. C’est différent, pour moi. Les autres ne peuvent pas comprendre, souffle-t-elle.

Elle a baissé la voix par réflexe, pris le ton du secret.
Mais elle n’explique rien, pas vraiment. A l’époque de Vladislas, elle a appris à cacher son lien avec ses ancêtres, pour mieux les protéger. Même si celui qui parviendrait à la faire trahir n’est pas encore né, mieux vaut ne pas tenter les ennemis de ses maîtres avec des informations faciles. A tout savoir sur ces démons, elle est une arme, quelque part. L’avantage de sa folie latente, c’est que personne ne s’imagine pouvoir tirer quoi que ce soit d’utile d’elle. Elle en use et abuse sans le moindre remord, d’ailleurs.

Tu ne peux pas comprendre ce que c’est.

Elle se rapproche pour attraper le joint et le porter à sa bouche, tirer une latte. Elle exhale la fumée, les yeux rieurs.

C’est ce que tu dis, que tu résisterais encore.

Cassandra rit de nouveau, malgré elle. Elle est persuadée que toute vaillante qu’elle soit, Susan finira par craquer si elle se frotte de nouveau à Lady Satan. Manque de chance pour elle, elle a attiré son attention en essayant de l’arrêter.

Si tu avais vécu ça cinq, dix, cent fois, à chaque jour qui passe, tu ne dirais pas la même chose.

A un point ou un autre, l’esprit se brise, c’est un fait. Tout le monde a ses limites, plus ou moins grandes. A sa façon, Cassie a résisté longtemps.

Céder plus vite épargne juste un chemin plus long. Plus douloureux. Plus pénible. Pour toi, pour tes proches, pour les autres. Ce n’est pas ta faute.

La médium lui rend le joint avec un remerciement comme si de rien n’était.

Mais peut-être que tu seras différente.

Elle a encore envie de rire, et ça se voit. Parce qu’elle n’y croit pas une seconde. Ce n’est pas pour autant qu’elle se moque de Susan. Son destin ne lui fait ni chaud ni froid, oui. Cassandra n’influence pas les évènements, elle les observe et en cajole les souvenirs. Elle n’ira pas vendre la mutante et ses occupations, elle ne dira peut-être même pas à Evelyn qui elle a croisé ce soir. Pour quoi faire ? Sa bienfaitrice n’a pas besoin d’elle, Susan est encore aux prises avec les conséquences de sa résistance, en prime.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 10 Déc 2018 - 18:06 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles
En ligne

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Pizza-Girl

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 24/02/1994
ϟ Arrivée à Star City : 12/06/2018
ϟ Nombre de Messages : 776
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Doublons : Eden Wells, Alex Sorensen
ϟ Crédits : Myself
ϟ Célébrité : Bex Taylor-Klaus
ϟ Âge du Personnage : 23
ϟ Statut : Statue*
ϟ Métier : Réalisatrice, propriétaire de la Pizza Box
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m60, Cheveux courts bruns, yeux bleus, allure assez masculine, cicatrices imposantes sur le bras et le flanc droit.
ϟ Pouvoirs : Imitation de voix
Imitation de sons
Mémoire auditive absolue
Reconnaissance vocale
Détection de mensonge
Langage animal
Super-ouïe
Projection Sonore
Cri de Guerre
Armure sonore
Sonoportation
Oreille interne infaillible
----
Souffle Glacial
Désarmement / Paralysie
Allégeance Animale
Voix Vitale
----
Casque renforcé avec ATH
Montre Multi fonctions
Amulette de protection
Sonic Staff
----
Régénération
----
Maîtrise du bâton
Les humeurs volatiles de son interlocutrice perturbaient Susan. Elle ne savait pas trop sur quel pied danser avec une jeune femme qui avait l’air tantôt perdue, tantôt d’avoir bien trop sa place ici pour l’être réellement. Elle avait décidé de ne pas faire demi-tour lorsqu’elle l’avait vue et reconnue, malgré tout ce qui les opposait. Était-ce par intérêt, par curiosité, ou juste pour occuper le temps ?

Une chose était certaine, ou lui semblait l’être en tout cas : Cassandra ne semblait pas exprimer d’animosité particulière à son égard. Ca n’était pas forcément pour mettre Susan plus à l’aise, car elle avait l’impression de manipuler un objet fragile et changeant. Apparemment, elle ne pouvait pas comprendre.
Et Susan acceptait ça. Il était parfois meilleur d’accepter son ignorance et ne pas chercher à se mettre à la place de tout le monde, et encore moins de parler en leur nom. Elle n’avait pas de raison de lui voler la parole. Assez particulièrement lorsqu'il s'agissait de quelqu'un suffisamment à l'aise pour flirter avec le diable. Elle se contenta donc de l’écouter, écouter et questionner.

Elle haussa les épaules.

J’ai pas besoin de tout comprendre, de toute façon. Je fais ce que je peux.

Si Susan espérait avoir la force de résister aussi longtemps qu’elle le devrait, et autant de fois qu’elle le devrait, il était évident que Cassandra voyait les choses autrement. Elle voyait les choses avec les yeux de quelqu’un qui en avait surement subi bien plus que l’on ne pouvait en subir. Elle avait le droit d’arrêter de se battre, elle avait aussi le droit de penser que c’était la bonne solution, mais Susan ne s’y résoudrait pas.
C’était toujours plus facile à dire qu’à faire, bien sur. Quelque part, le rire léger de Cassandra la terrifiait et cette angoisse lui serrait le cœur. Il lui rappelait la facilité et la désinvolture avec laquelle Lady Satan pouvait blesser, torturer et tuer. La joie presque enfantine que la démone avait eu à la combattre et à la manipuler.

C’est vrai, je changerais peut-être d’avis un jour. J’suis humaine, quoi. Mais j’espère jamais en arriver là.

Au fond, Susan se pensait lucide. Elle avait de la volonté, elle voulait faire le bien et protéger son entourage, protéger celles et ceux qui n’avaient rien demandé, empêcher les Super-Criminels et les êtres comme Lady Satan de répandre le chaos et le mal autour d’eux. Elle combattrait autant qu’elle le pourrait, mais elle n’était pas invincible ni immortelle. Elle n’était pas incorruptible non plus. Elle ne pouvait pas tenir toutes les promesses du monde, mais ça ne l'empêchait pas de s'y accrocher.
En tout cas, elle ne se voyait évidemment pas retourner sa veste pour rejoindre les rangs de ses ennemis, loin de là. Pourtant, elle avait déjà du se rendre et cesser de se battre une fois pour sauver des vies. Ce sacrifice l’avait blessée comme aucun autre. Elle pourrait le refaire si nécessaire. Au plus grand désespoir de son entourage, elle était bien souvent prompte à se sacrifier pour leur bien être.

Seulement, Susan n’était pas seule ni livrée à elle-même pour affronter tout ça.

Pour le moment, j’arrive à m’en remettre en tout cas. J’suis pas toute seule, et j’ai pas besoin de faire face à ça toute seule non plus : Ça rend les choses vachement plus simples. Et ça me rend plus forte aussi.

Accepter de parler lui avait pris du temps, mais Susan avait réussi à s’ouvrir à ses proches. Partager ses peurs et ses douleurs était certainement le plus grand pas en avant qu’elle aie pu faire depuis sa dernière altercation avec les enfers. C’est ce qui lui avait permis de faire preuve de résilience. Elle n’avait pas besoin de tout garder pour elle.
Cassandra avait-elle déjà fait cette expérience ? Il était certainement déjà bien trop tard. Elle devait penser qu’il n’y avait aucune issue et qu’elle était vouée à s’enfoncer toujours plus dans ces ténèbres là.

Du coup, toi, tu fais quoi ? T’attends juste que ça passe ? T’y trouves ton compte ?
Revenir en haut Aller en bas


Dame Pizzan
Princesse des Ronds qui se mangent

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 10 Déc 2018 - 23:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Cassandre

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 30
ϟ Nombre de Messages RP : 15
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal
ϟ Crédits : Kai
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : sans métier fixe
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital I
• Lien ancestral I
• Parler aux morts
• Lecture des auras
Cassandra se laisse tomber en arrière, allongée mais la tête tournée vers Susan, comme attirée par la lumière de son aura. Les mutants apparaissent avec un halo légèrement bleuté. Les expériences marquantes, choquantes, laissent des traces, aussi. Comme un accroc dans le tissu bien dessiné de ce reflet de l’être. C’est joli, dit souvent Cassie. Comme une preuve de ce que la personne a pu vivre, mais sans en connaître tout le détail. Un indice, à peine.

Oh, ça, ça change, remarque-t-elle.

Beaucoup de gens se sentent obligés de tout comprendre sur tout. Ou de faire semblant. Même s’il y en a tout autant qui préfèrent détourner le regard de la frêle silhouette de Cassandra, plutôt que de devoir se demander ce qu’il y a derrière ces prunelles hantées et ces cicatrices exhibées sans pudeur.

Si tu la laisses tranquille, elle fera peut-être pareil, non ?

La médium interroge, vraiment. Elle n’est pas sûre que Susan soit encore au stade où détourner le regard suffira à la préserver. Les monstres aiment leurs jeux plus que tout, comme un travers allant de paire avec l’éternité devant soi. Elle a l’air dubitatif, quand l’héroïne en appelle à ses relations. Pas parce qu’elle ne croit pas que ça aide, mais à long terme ? Les cauchemars finissent par vous rattraper, et faire fuir les autres. Du moins en est-elle convaincue, avec à l’esprit ces yeux plein d’impuissances et ces mains qui se tendaient vers elle sans jamais savoir quoi faire. Cassie se souvient comme en écho de toutes ces fois où elle aurait eu besoin d’une oreille attentive, capable de croire en ce qu’elle, elle voyait. Ça, ça réussit encore à faire mal. Elle détourne le regard, déglutit péniblement, chasse péniblement ces réminiscences qui la dégoûtent.

Si tu le dis. Je peux encore ?

Elle tend la main sans la gratifier d’un regard, demandant après le joint. Même si elle tape généralement dans des drogues bien plus lourdes, elle ne crache pas sur ça, loin de là. Ça la détend agréablement, en plus de l’empêcher - un peu - de se rappeler qu’elle a froid.

C’est différent, vraiment. J’ai vécu plus longtemps avec tout ça que sans, précise-t-elle. Les morts, le sang, la douleur, et on recommence. J’avais même pas dix ans, la première fois.

Elle sourit paisiblement. Ce n’est pas, ce n’est plus si grave.

Maintenant, j’aime bien. Je me suis adaptée. Avoir mal, vraiment mal, ça me fait me sentir en vie. C’est un aussi bon déclencheur que le désir ou le plaisir.

Elle observe les nuages, à défaut de parvenir à voir plus de quelques étoiles éparses.

Peut-être même un meilleur, complète-t-elle d’une voix un peu assombrie par l’envie qui se réveille en écho à ses paroles. Plus de peur, plus de regrets, plus de remords. Crois-moi, ça fait un bien fou.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 11 Déc 2018 - 19:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles
En ligne

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Pizza-Girl

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 24/02/1994
ϟ Arrivée à Star City : 12/06/2018
ϟ Nombre de Messages : 776
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Doublons : Eden Wells, Alex Sorensen
ϟ Crédits : Myself
ϟ Célébrité : Bex Taylor-Klaus
ϟ Âge du Personnage : 23
ϟ Statut : Statue*
ϟ Métier : Réalisatrice, propriétaire de la Pizza Box
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m60, Cheveux courts bruns, yeux bleus, allure assez masculine, cicatrices imposantes sur le bras et le flanc droit.
ϟ Pouvoirs : Imitation de voix
Imitation de sons
Mémoire auditive absolue
Reconnaissance vocale
Détection de mensonge
Langage animal
Super-ouïe
Projection Sonore
Cri de Guerre
Armure sonore
Sonoportation
Oreille interne infaillible
----
Souffle Glacial
Désarmement / Paralysie
Allégeance Animale
Voix Vitale
----
Casque renforcé avec ATH
Montre Multi fonctions
Amulette de protection
Sonic Staff
----
Régénération
----
Maîtrise du bâton
Susan finit par s’allonger elle aussi, après avoir replié sa capuche sous sa tête. Ca rendait le béton brut qui couvrait ce toit un poil plus confortable. L’herbe aidait aussi à rendre toutes les situations les plus bizarres un peu plus confortables, d’ailleurs. Sans ça, elle ne saurait pas trop où en serait sa discussion. Elle ne saurait pas trop non plus jusqu’à quel point elle aurait souhaité discuter avec Cassandra.
Les choses étaient ce qu’elles étaient, et elle ne se posait pas trop de questions. D’ailleurs, elle haussa un nouvelle fois les épaules :

J’essaie de rester le plus loin possible de ses affaires, ouais. A chaque fois que j’ai eu affaire à elle, c’était malgré moi.

Enfin, malgré elle, c’était une façon de voir les choses. Susan s’était bien trouvée au mauvais endroit au mauvais moment, elle n’avait jamais sciemment choisi de se trouver dans la même pièce, ni même dans la même maison, que la démone. Seulement, elle avait pris la décision de lui résister et de lui faire face plutôt que de fuir ou de se laisser entraîner dans la débauche et la violence.

Aux dernières nouvelles, j’ai rien fait de plus pour attirer son attention, en tout cas.

Elle avait tiré une nouvelle fois sur son joint avant de le tendre de nouveau à Cassandra. La mutante ne voyait pas d’inconvénient à partager ça avec elle. Etait-elle encore une fois trop naïve ? Faire tourner son matos était un moindre risque, à priori : La jeune femme n’avait pas d’herpès à lui transmettre !

Elle écoutait Cassandra en silence, sans l’interrompre. Elle avait de la peine pour elle, même si la jeune femme ne voulait certainement pas de la pitié ou de la peine d’une opposante. Elle sentait sa résignation. Ce qui avait été une terreur ponctuelle pour Susan était le quotidien pour Cassandra. C’était devenu une norme, une façon de vivre. Dans une autre mesure, aller au devant du danger, risquer sa vie et cumuler les cicatrices faisait partie de la sienne, là où la plupart des citoyens cherchaient la quiétude et la sécurité d’un foyer stable.
Elle avait commencé par se défendre, simplement, puis avait fini par prendre les devants.

Comme on disait que le café était un goût acquis, la jeune femme avait pris goût à la souffrance.

Lorsqu’elle se faisait du souci, Susan n’hésitait pas à se servir de ses pouvoirs. A défaut de toujours savoir trouver les mots, elle savait qu’elle ne pouvait pas se tromper avec certains gestes. Aussi avait-elle commencé à générer son habituel ronronnement, presque inaudible, mais toujours rassurant. Elle-même n’était pas vraiment affectée par ses propres pouvoirs, mais elle avait appris à apprécier ce son comme ceux qui l’entendaient pouvaient ressentir une douce chaleur et un agréable sentiment de confiance les saisir. C’était peu perceptible, pas flagrant, mais ça avait généralement son petit effet.

Je te crois.

Et elle ne mentait pas. Ca n’était certainement pas comparable, mais elle aussi avait pu trouver des vertus à la douleur lorsqu’elle était rentrée en France, dépressive. Elle avait eu la chance d’être bien entourée et de s’en sortir sans trop d’y enfoncer… Mais l’isolement faisait des ravages. Elle s’était déjà blessée volontairement. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle y trouvait, mais elle en avait ressenti le besoin.

A choisir, je préfère quand même le plaisir.

Fit Susan, en toute honnêteté. De toute façon, ça ne surprendrait pas son interlocutrice. Elle savait qu’elle était Mademoiselle Rabat-Joie, après tout.

Partager des moments avec mes proches, aider les gens, tu vas me dire c’est super niais, mais ça me donne l’impression d’avoir ma place ici.

Ce sentiment d’appartenance, Susan en avait besoin. Plus que de plaisir, elle avait besoin de compagnie, elle avait besoin d’être entourée. Lorsqu’elle était seule, elle se voyait toujours déraper vers ses torts, se négliger, s’entêter, s’inquiéter.
Même discuter avec quelqu'un qu'elle devrait considérer comme une ennemie lui faisait un peu de bien.
Revenir en haut Aller en bas


Dame Pizzan
Princesse des Ronds qui se mangent

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 12 Déc 2018 - 1:16 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
Cassandre

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 30
ϟ Nombre de Messages RP : 15
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal
ϟ Crédits : Kai
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : sans métier fixe
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital I
• Lien ancestral I
• Parler aux morts
• Lecture des auras
L’héroïne s’allonge, ce qui ajoute à la tranquillité d’esprit temporaire de Cassandra. Il est rare de la trouver couchée à ne rien faire, à vrai dire, surtout depuis la mort de Vlad. Elle est toujours en mouvement, toujours occupée, et lorsque ce n’est pas le cas, c’est généralement que quelqu’un a pris sur lui de la tuer. Autant dire que ce genre de soirées n’est que très loin dans la liste de sa vision de l’amusement. Elle-même ne saurait sans doute pas expliquer pourquoi elle n’a pas déjà repartie. Sûrement parce qu’elle n’a rien de mieux à faire ce soir-là.

Sage décision. Si ce n’est pas trop tard, elle ajoute tout doucement.

Puis elle passe déjà à autre chose, totalement désintéressée du sort de Susan, de ses proches. Elle-même a pris soin d’oublier jusqu’à l’existence de son frère. Elle s’est peu à peu persuadé qu’il était mort, car son affection enfantine pour lui n’a jamais disparu, et qu’elle ne veut pas qu’on le cible pour l’atteindre elle. Elle récupère du bout des doigts le joint que lui tend la jeune femme, étrangement détendue. Pas de visions, pas de pensées qui s’entrechoquent dans sa petite tête, rien d’autre qu’un calme étranger. Cassandra ne se rend pas compte que c’est Susan qui a cet effet sur elle, littéralement. Elle préfère largement accepter cette agréable solution et faire avec.

Rabat-joie, marmonne-t-elle pourtant, mais le ton est gentiment moqueur, cette fois, pas froid comme précédemment.

Elle tourne la tête vers l’héroïne, pour recommencer à la détailler, hésitant un peu. Ça non plus, ça ne lui ressemble pas mais elle se sent un peu perdue comme elle parle d’avoir trouvé sa place. Ou de l’avoir toujours eu. Cassie ne s’était jamais sentie à sa place nulle part, avant Vlad. Même avec Lukaz, même avec Evelyn, aujourd’hui, il lui manque la présence rassurante d’une des seules constantes de son existence. La pièce maîtresse du puzzle. Et son don de médium, le véritable, lui manque cruellement. Trahie par tout ce en quoi elle croit, Cassie soupire après des souvenirs, quand elle oublie de se rappeler qu’ils ne sont jamais que cela, qu’elle a tout ce qu’il faut aujourd’hui aussi.

C’est super, super niais. Je ne sais pas ce que ça fait. Mais je suis très contente avec elle. Et puis...

Cassandra s’arrête, ravale le prénom de Solar, machinalement. Susan connaît Lady Satan, mais pas l’autre personne qui fait partie de son existence.

Enfin, de toute façon aider les gens, c’est pour se donner bonne conscience. Pour faire croire qu’on vaut mieux que tous les autres.

Elle roule sur elle-même, croise ses chevilles et pose son menton sur ses mains entrecroisées, plus proche de Susan, amusée.

Les humains sont comme ça. Soit ils trahissent leurs principes, soit leurs proches les trahissent, soit… Oh, bref, on a tous notre petit coin de noir là dedans, dit-elle en pointant sa tête du doigt, mais on essaye de faire croire que non.

Bon, Cassie a du mal à voir où se trouve la noirceur en Susan, mais elle est réellement persuadée qu’en cherchant, elle trouverait quelque chose.

Espérer autre chose, c’est le meilleur moyen d’être très, très déçu. Au moins mes monstres à moi, ils ne se cachent pas, rit-elle.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Aujourd'hui à 18:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles
En ligne

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil
Pizza-Girl

ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 24/02/1994
ϟ Arrivée à Star City : 12/06/2018
ϟ Nombre de Messages : 776
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Doublons : Eden Wells, Alex Sorensen
ϟ Crédits : Myself
ϟ Célébrité : Bex Taylor-Klaus
ϟ Âge du Personnage : 23
ϟ Statut : Statue*
ϟ Métier : Réalisatrice, propriétaire de la Pizza Box
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : 1m60, Cheveux courts bruns, yeux bleus, allure assez masculine, cicatrices imposantes sur le bras et le flanc droit.
ϟ Pouvoirs : Imitation de voix
Imitation de sons
Mémoire auditive absolue
Reconnaissance vocale
Détection de mensonge
Langage animal
Super-ouïe
Projection Sonore
Cri de Guerre
Armure sonore
Sonoportation
Oreille interne infaillible
----
Souffle Glacial
Désarmement / Paralysie
Allégeance Animale
Voix Vitale
----
Casque renforcé avec ATH
Montre Multi fonctions
Amulette de protection
Sonic Staff
----
Régénération
----
Maîtrise du bâton
Ici, Susan ne pouvait que s’accrocher à l’idée qu’il n’était pas trop tard pour elle. Que Lady Satan la laisserait dans une paix relative - pouvait-elle vraiment retrouver la paix après ce qu’elle lui avait fait ? -. Elle ne pouvait qu’espérer la fin de ces tourments. Seulement de ceux là, car la mutante en avait d’autres à gérer et savait qu’avec son activité, elle ne cesserait jamais d’avoir des ennemis.

Elle restait néanmoins détendue et chassait ces funestes idées au loin. Elle avait prévu de passer une soirée tranquille et de reposer son esprit. La présence de Cassandra n’allait rien changer à ces plans là, même si elle avait déjà changé un paquet de choses dans sa conception de cette soirée. Déjà, au lieu de poser son cerveau, elle écoutait et répondait. Mais elle n’allait pas s’en plaindre : Susan ne se plaignait que très rarement d’avoir de la compagnie. Tant qu’elle n’était pas agressive, tant qu’elle n’était pas un danger imminent, la mutante profitait simplement d’une présence.

Une présence qui, d’ailleurs, semblait se faire à elle. Susan avait évidemment perçu le sourire dans sa voix lorsqu’elle l’avait de nouveau taxée de rabat-joie. Aussi, elle se permettait de la charrier gentiment, mais c’était la mutante qui avait tendu la perche, c’était donc amplement mérité. Aussi, la mutante n’avait pas de raison de se formaliser de ça, au contraire : Elle se réjouissait de la familiarité !
Ceci dit, il était vraiment étrange d’entendre dire qu’elle était très contente avec Lady Satan, comme Susan aurait pu dire qu’elle était très contente avec sa colocataire. Absolument incomparable. Mais si Cassandra y trouvait son compte, que pouvait elle dire ? Rien que la jeune femme ne sache déjà, en tout cas. Lui dire que la démone était le mal incarné et qu’elle tuait et répandait la souffrance était visiblement quelque chose que Cassandra acceptait, et qu’elle recherchait même.
Elle allait ajouter quelque chose, mais s’était interrompue. Détail qui n’échappa pas à la mutante, mais qu’elle ne reprit pas : ce n’était pas un interrogatoire.

Bah, après j’vois pas le mal à vouloir se donner bonne conscience. Si ça me fait du bien et que ça fait pas de mal. De toute façon personne est parfait. On a tous nos bons points.


Elle fit une pause, et ajouta aussi, comme Cassandra le soulevait.

Et nos mauvais points aussi. Faut s’y préparer, de toute façon. Les déceptions et les trahisons et les pertes, bah ça fait partie de la vie.

Elle en avait connu sur tous les plans. Des déceptions, des trahisons, des pertes… Susan avait été épargnée avant d’attaquer la vie adulte, et c’est à Star City que tout s’était enchaîné. Pourtant, elle s’était accrochée. Elle-même avait failli perdre la vie plus d’une fois et y avait perdu des proches. C’était juste dans l’ordre des choses, mais ça ne rendait pas ces passages plus faciles à encaisser. Elle avait au moins une chose à accorder à Cassandra :

Ouais, le seul retournement de situation que tu peux voir c’est qu’ils deviennent gentils du jour au lendemain. On a vu pire. Bon, franchement j’y crois pas trop, ça a l’air bien parti pour rester comme c’est.

Est-ce que Cassandra saurait trouver le coin de pénombre dans la tête de Susan ? Peut-être. Elle-même ne contrôlait pas ces choses là. Elle avait eu la chance de ne jamais avoir vraiment perdu pied pour le moment, elle avait toujours eu ce petit coup de pouce d’un ou d’une proche pour retomber sur ses pattes. Si elle devait mal tourner, ça ne serait probablement pas beau à voir : Elle connaissait ses compétences autant que son potentiel destructeur.

Elle posa son regard sur le ciel nocturne, pensive. Star City ne leur offrait pas vraiment les étoiles. Trop de pollution lumineuse. Ce soir, les nuages lui bloquaient la vue.
Revenir en haut Aller en bas


Dame Pizzan
Princesse des Ronds qui se mangent



Grief, Dance to Death

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
» [Validée]Death The Kid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Centre Ville :: Le quartier des Théâtres :: Les Marais-