AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Qui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_1Qui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_2_bisQui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_3
Aller à la page : Précédent  1, 2
 

Qui a peur du grand méchant loup ?

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 30 Déc 2018 - 19:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

Lawrence Chastel
Sergent de l'UNISON

Personnage
Sergent Chastel
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 208
ϟ Nombre de Messages RP : 128
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs :
- Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale III
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Joueur
Sergent Chastel
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 208
ϟ Nombre de Messages RP : 128
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs :
- Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale III
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Si Lawrence avait été un homme, il n’aurait pas entendu les mots qui s’échappaient de la bouche de la jeune femme. Ils seraient morts dans le froid de l’hiver. Mais il n’était pas un homme, il était un loup et il en saisit chaque nuance. Cette phrase lui évoquait une sinistre prophétie qu’il espérait de tout son cœur ne pas voir se réaliser. Il venait déjà de se rendre compte à quel point il avait besoin de l’espoir pour rester lui-même, ou plutôt pour maintenir le cap qu’il s’était fixé, pour rester du côté de l’humanité.

Une part de lui sait toutefois à quel point sa résolution ne tient qu’à un fil. Qu’il lui suffirait d’un seul mauvais jour, d’une mauvaise nuit pour que tout bascule. A ce moment, ses rêves d’être un homme, un père de famille, de libérer le monde de ces monstres se briseraient. Son désir d’être quelqu’un de meilleur, de mettre fin au règne ténébreux de sa génitrice mourrait. Il deviendrait alors la bête qu’il redoutait temps, pas meilleur que ceux qu’il avait dévorés pour tenter, en vain, de rassasier la faim qui l’habitait.

Il repensa à ce qu’il avait dit lorsque Cassandra s’était présentée alors que celle-ci lui tournait le dos. Ah, comme il maudissait sa stupidité. Des prophéties qui se réalisaient toujours mais que personne ne croyait. Est-ce que cette jeune fille complètement folle, qu’il rêvait de violenter sans se l’avouer, venait de lui révéler son avenir ? Un avenir triste et sinistre.

« Peut-être. Mais aujourd’hui ce n’est pas le cas. Et tant que je le pourrais, je m’assurerais que cela ne soit pas le cas. » Un léger sourire se dessina sur ses lèvres malgré tout. « Puis peut-être que ce sont eux qui ne savent pas vraiment ce qu’ils désirent. »

Qu’ils se méfient de la bête qu’ils voulaient voir gagner. Car peut-être que l’homme, le détective, le sergent de l’UNISON, le père était la seule chose qui l’empêchait de se lancer dans une chasse terrible. L’humanité ne serait peut-être pas sa seule proie, mais peut-être le monde entier. Après tout, il avait déjà promis un monde sans monstres à Cassandra. Peut-être que le loup avait lui aussi des talents de prophète.

« En effet. J’ai menti. » N’était-il pas le petit fils du père des mensonges ? « Mais cela ne change rien au fait que je ne te goûterais pas. » Pas ce soir, ni jamais faillit-il ajouter. Mais ses résolutions étaient quelque peu ébranlées, chancelantes. Cette conversation les érodait. Ah comme il bénissait le ciel obscur et dénué de lune au-dessus de leur tête ! Que le chant de la dame pâle eut retentit dans sa tête et il aurait pu succomber aux promesses de ce sang.

« Je n’en doute pas. Nous verrons alors si la bête veut vraiment de toi et si je serais assez fort pour la contenir. » Oui. Il le faudrait. Sinon il n’y aurait pas de retour en arrière. Puis la bête n’aimait pas les proies qui se donnaient à elle. Cassandra aurait peut-être le bon sens de s’enfuir pour la forme. Mais elle était consentante. Lawrence le savait alors forcément, la bête le savait aussi. Il n’y avait pas de secrets entre eux, seulement des mensonges. « Mais peut-être aussi que tu ne me trouveras pas avant que j’en ai fini avec les monstres. Ou alors, peut-être que d’ici la prochaine pleine lune, je ne serais déjà plus et tu resteras à jamais insatisfaite. »

Il la contrariait par jeu, mais aussi pour se rassurer. Il était un loup-garou et sa faiblesse était connue de tous. Une balle en argent en plein cœur et il ne serait plus. Et s’il n’arrivait pas à appuyer sur la détente, il demanderait à Andréa de le faire pour lui. Elle avait réussit à enfoncer le pieu dans le cœur du vampire, elle le tuerait aussi s’il le lui demandait. Il l’espérait. La mort était son ultime échappatoire s’il perdait pied.

« Je suis prêt à courir le risque. Je ne vais pas te tuer ce soir Cassandra, même avec toutes ces belles prédictions. Non. Pourquoi sceller mon destin maintenant alors que j’ai encore une chance d’y échapper ? Peut-être que tu parviendras à faire gagner la bête, peut-être que tu échoueras. Tu as les enfers de ton côté, cela je n’en doute aucunement. Mais j’ai autre chose. »

 
Revenir en haut Aller en bas


The wolf that will eat the world


Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 31 Déc 2018 - 2:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Cassandra Wormwood
Indépendant Neutre

Personnage
The Omen

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 387
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Crédits : Misha
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Jia Li Zhao, Siobhan O'Reilly
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sans métier fixe, employée au Pandémonium
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital V (retour à la vie)
• Lien ancestral II (visions du passé, présent et futur de Lilith, Vladislas Markov et PJ liés)
• Oiseau de mauvais augure I (projection de visions dans l'esprit d'autrui)
• Parler aux morts II (maîtresse des esprits errants)
• Lecture des auras I
• Psychopathotactie II (lecture du passé d'objets imprégnés d'émotions négatives, lecture des moments marquants d'une personne décédée via les ossements)
• Lien miroir II
• Marcheuse de mondes I (passage dans le plan astral)
• Lignée démoniaque, Porteuse de doutes
• Héritière de Cassandre (don de prophétie)
• Chien infernal : Ptit Chou (souffle de flammes, invisibilité, lien psychique, invocation)

ϟ Liens Rapides : Présentation
Carnet d'adresses
Errances
Mémoires
Joueur
The Omen

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 387
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Crédits : Misha
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Jia Li Zhao, Siobhan O'Reilly
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sans métier fixe, employée au Pandémonium
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital V (retour à la vie)
• Lien ancestral II (visions du passé, présent et futur de Lilith, Vladislas Markov et PJ liés)
• Oiseau de mauvais augure I (projection de visions dans l'esprit d'autrui)
• Parler aux morts II (maîtresse des esprits errants)
• Lecture des auras I
• Psychopathotactie II (lecture du passé d'objets imprégnés d'émotions négatives, lecture des moments marquants d'une personne décédée via les ossements)
• Lien miroir II
• Marcheuse de mondes I (passage dans le plan astral)
• Lignée démoniaque, Porteuse de doutes
• Héritière de Cassandre (don de prophétie)
• Chien infernal : Ptit Chou (souffle de flammes, invisibilité, lien psychique, invocation)

ϟ Liens Rapides : Présentation
Carnet d'adresses
Errances
Mémoires
Cassandra soupire, malgré sa mine patiente. Elle a envie de lui dire d’arrêter de lutter, mais elle l’a déjà fait et elle sait bien qu’il en faudra plus que des mots pour le faire seulement trébucher. Les mots blessent, les mots peuvent tuer, mais il y a des causes devant lesquelles ils sont tristement impuissants. La médium observe le fin sourire de Lawrence et en ressent presque un peu de pitié. Parce qu’au fond d’elle, elle est réellement convaincue qu’il tombera. Et si cette perspective ne l’attriste pas, les illusions dont il se berce, elle, lui serreraient presque le coeur.

Peut-être, souffle-t-elle plutôt que de le contrarier.

Elle se demande s’il entend le mensonge dans sa propre voix. Elle dit peut-être et pense certainement pas, après tout. La jeune femme frissonne dans le froid de la nuit, et hausse les épaules devant une dénégation de plus d’un loup en proie aux doutes. Des doutes qu’elle peut imaginer, qu’elle dépeint dans son esprit avec espoir.

Je suis sûre que le loup me trouvera plus divertissante que toi, au moins, s’amuse-t-elle.

Du moins s’amuse-t-elle jusqu’à se rappeler la possibilité de perdre encore quelqu’un. Lawrence n’est certes pas Vlad, mais il est tombé sur sa route et elle le veut, assez pour que la possibilité de le voir mourir avant qu’elle n’ait pu apprécier tout ce qu’il a à offrir la chagrine. Elle le toise en silence, son sourire oublié, la détresse suscitée autant par des souvenirs qu’un futur possible bien visible dans ses yeux. Cassandra a mal chaque fois qu’on lui rappelle que ses monstres sont mortels, eux aussi. Elle a mal chaque fois qu’on lui rappelle l’absence d’un être cher dans sa vie. Elle a mal, alors, fâchée par les provocations du loup, elle répond d’un ton acide :

Tu as quoi ? L’espoir ? Le courage ? Une famille ? Un ou une partenaire ?

Elle fait mine de vomir.

Tous ces petits quelque chose que les gens comme toi aiment brandir en étendard comme s’ils pouvaient sauver qui que ce soit. Ce sont des mensonges.

La médium rit, un rire empreint de ses propres espoirs brisés, ces espoirs qu’elle n’a plus vraiment conscience d’avoir eu un jour. Une âme pure devenue une servante des Enfers des plus zélées. Et elle s’avance, inconsciente, elle réduit l’espace entre eux jusqu’à devoir lever la tête bien haut pour pouvoir emprisonner son regard.

Tu as une famille, Lawrence ? Oui, tu dois bien en avoir, des gens que tu aimes… Peut-être que je leur amènerais la bête, le jour où je t’aurais trouvé ? Peut-être que le loup chassera quelqu’un d’autre, finalement. Peut-être que tu verras tout ça, emprisonné dans ton propre corps. Que tu sentiras tes crocs les déchiqueter, que tu te nourriras de leurs chairs, sans rien pouvoir faire. Je les trouverais comme je t’ai trouvé toi, tu crois ?

Elle interroge d’un ton léger, comme si elle parlait de la pluie et du beau temps. Elle interroge avec toute l’innocence du monde, parce que toute fâchée qu’elle soit, à aucun moment elle ne profère de menaces, en parlant. Ce ne sont que des flopées de peut-être, des possibilités infimes qu’elle se plaît à dessiner pour lui, parce qu’elle sait tout l’effet que cela peut faire, de voir les siens tués devant ses yeux.

Peut-être que tu sentiras ton chagrin de n’avoir pu faire ce qu’il fallait pour les sauver. Peut-être que tu sentiras ton coeur se tordre, se déchirer, saigner d’une façon intangible, ton esprit se débattre contre une évidence qu’il refusera. Peut-être que tu devras dire adieu à ceux que tu aimes et que ce sera ta faute, juste ta faute.

Sa voix s’étrangle et ses yeux se voilent, comme ça ne lui ait arrivé que rarement. Comme elle parle, Cassie se souvient de sa faute à elle. De n’avoir pas vu assez tôt. De n’avoir pas pu prévenir son maître de sa fin à venir. D’avoir été impuissante, encore, alors qu’il se mourrait. Elle se souvient des yeux vides de ses parents, de sa soeur expirant son dernier souffle, elle se souvient d’un monstre qui ne cherchait qu’elle mais à briser sa vie entière. Elle se souvient de son coeur brisé en mille petits morceaux, encore, et de cette certitude de ne rien trouvé pour le recoller. De ses cris, de ses pleurs, de sa peine sans limites, de sa folie ravivée d’une façon brûlante, dévastatrice. Elle se souvient avoir voulu mourir, elle se souvient que si elle avait pu alors s’arracher le coeur pour effacer ce trop plein d’émotions, elle l’aurait fait. Elle se souvient et elle chavire un peu, un pied dans l’abîme qui la guette en permanence.

Tu ne devrais peut-être pas courir le risque, murmure-t-elle finalement, les yeux perdus sur des images qu’elle est la seule à voir. Rien ne vaut ce risque là.

La médium recule à l’aveugle, tremblante.

Si tu as peur, je peux le faire pour toi. C’est facile, de mourir, tellement facile. Mais non, il faut que ce soit toi, seulement toi.

Elle se force maladroitement à se détacher des réminiscences que son pouvoir est allé chercher au rythme de ses mots, pour tenter de concentrer son attention vacillante sur Lawrence, de nouveau.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 31 Déc 2018 - 23:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

Lawrence Chastel
Sergent de l'UNISON

Personnage
Sergent Chastel
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 208
ϟ Nombre de Messages RP : 128
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs :
- Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale III
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Joueur
Sergent Chastel
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 208
ϟ Nombre de Messages RP : 128
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs :
- Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale III
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Cela ne faisait aucun doute. Le loup adorait déjà Cassandra. Il adorait l’arôme de son sang qui s’immisçait dans les narines de Lawrence, qui dévalait ses nerfs, ses neurones pour glisser jusqu’au plus profond de sa psyché, là où la lune était toujours pleine et où le paysage se résumait à une forêt aux arbres d’ombres. Le loup, la bête, voulait jouer avec elle. Il voulait la voir courir, lui mordiller la nuque, faire couler le sang, l’essuyer d’un coup de langue. Il voulait qu’elle ait peur, qu’elle rit, qu’elle court devant lui. Il voulait la frustrer en refusant de la mordre, la satisfaire en plongeant ses crocs au plus profond de ses chairs.

Oui, le loup la voulait. Le loup la trouvait terriblement divertissante. Un véritable petit chaperon rouge. Alors Lawrence la voulait aussi. Un peu. Plus qu’il ne le voudrait. Surtout alors qu’elle lui rappelait sa fille. Il n’avait pas oublié l’excitation qui l’avait gagnée quand il l’avait saisie à la gorge, quand il l’avait sentie aussi frêles entre ses doigts.

Entre ses doigts.

Pas entre ses griffes.

La bête recule toutefois. Le ton acide de Cassandra lui déplaît. Elle n’est pas joueuse à cet instant. Elle est comme toutes ces proies qu’elle entend jacasser à travers les oreilles de l’homme chaque jour. Tous ces gens qui n’ont pas peur et passent leur temps à se plaindre de leurs existences moroses sans jamais tenter d’y changer quoique ce soit. Ceux-là il veut les massacrer. Sans jouer avec eux. Ils ne sont pas divertissants. Ils ne sont que des proies.

Lawrence reste silencieux, sentant la bête reculer. C’est une discussion d’humains qui se tient là. Pas une discussion de monstre. Si tant est qu’il y a encore une différence. Alors le loup s’endort, il rêve des chasses à venir, d’un fragment d’écarlate qui se glisse entre les troncs noirs des arbres. Un soupir d’aise glisse entre les lèvres de l’agent de l’UNISON. Il a l’impression qu’un poids vient d’être retiré dans son esprit. Pour être remplacé par quelque chose de tout autre.

« J’ai beaucoup de choses, oui. »

Il s’en rendait compte. Son travail n’était qu’un prétexte, une excuse pour traquer les monstres. Même cette chasse là, elle ne lui appartenait pas. Mais il avait ses convictions. Il avait le visage lumineux de sa fille dans la tête. Un petit soleil qui venait repousser la nuit, qui venait repousser la lune. Il avait le souvenir des moments passés avec sa femme… Avec son ex-femme. Oh il y avait de l’amertume aussi, beaucoup d’amertume. De la peur. Aussi. Il y avait le souvenir de Betty. Une sorcière. Qui avait vendu son âme au Diable à une époque lointaine et qui pourtant avait été pour lui plus une mère que ne l’aurait jamais été Lady Satan.

« Ils existent pourtant. L’espoir. Il est là. Le courage aussi. Le courage moral est plus rare, celui physique est omniprésent. » Il a un sourire en coin. « Je n’ai pas de famille. Plus de famille. Pas de partenaire non plus. Mais j’ai quelque chose contre les ténèbres. »

Quelque chose qu’elle avait aussi. Des souvenirs. Mais s’il parvenait à trouver du réconfort dans les siens, comme la chaleur d’une bougie, Cassandra ne semblait que s’y brûler. Il ferme les yeux, serre les poings alors qu’elle s’énerve.

Oh, les mots qu’elle profère sont loin de lui être étranger. Il ne s’agit que de ses pires cauchemars. Ce qui le pousse a avoir un revolver chargé d’une balle en argent chez lui, dans sa table de nuit. Prêt à servir. Il l’astique tous les jours. A passé de nombreuses soirées avec le canon dans la bouche. Il se sent le loup remuer dans sa tête. Comme si l’idée de dévorer sa propre progéniture l’excite. Pourquoi ne peut-il pas avoir un animal dans la tête, sous sa peau, plutôt qu’un monstre ? Ses yeux se teintent à nouveau d’une lueur rougeâtre. Mais c’est la colère de Lawrence et non celle du loup qui y couve.

« Et qu’est-ce que cela t’apporterait à toi ? » Glisse-t-il entre ses crocs. « Est-ce que tu es si amère que cela ? Si pathétique que tu ne peux que semer la mort et la désolation, non. Même pas. Tu laisses les autres le faire, tu ne fais que regarder. » Il soupire à nouveau.

Il a ses souvenirs chaleureux. Une lumière dans l’obscurité. Mais il ne peut s’empêcher de se demander, là au cœur de la nuit, est-ce que cela suffit ? Est-ce qu’ils peuvent vraiment lui permettre de vivre en tant qu’homme ? Ou est-ce que Cassandra lui offre une nouvelle prophétie et tout ce qu’il aime est condamné ?

« Je suis désolé pour toi. » Dit-il finalement. « Je… Je ne sais pas qui t’a infligé ça, ce que tu as vu. Mais j’en suis profondément désolé. » Une main maladroite se pose sur l’épaule si frêle de la jeune femme. Jamais il n’a pensé que des gens pouvaient aimer les monstres qu’il dévorait. Jamais. Ils n’étaient que des monstres comme lui. Pensait-il alors que sa famille l’aimait vraiment ? Ou bien s’était-il peu à peu convaincu que sa propre mort n’aurait aucun impact sur eux ? Il savait qu’il serait détruit s’il leur arrivait quelque chose. Que la bête gagnerait à jamais, qu’elle règnerait sur les débris de son humanité. « Mais je sais que même si j’échoue, même si le loup les dévore sous mes yeux. Cela ne change pas le fait que je les aime. » Il serait responsable de leur mort. Oui. Cassandra aussi si elle le guidait jusqu’à eux. Mais il doutait que Cassandra soit responsable de quoique ce soit. « Mais qu’est-ce qu’un petite fille comme toi aurait bien pu faire pour empêcher les gens de prendre les êtres qui lui sont chers ? Je doute qu’il s’agisse de sa faute. »

Il la tient par les épaules, s’approche d’elle, sentant en lui un élan bestial. Mais loin d’être sauvage, il est chaleureux, patient. Il dépose un baiser sur son front, comme s’il était face à sa fille. Il veut qu’elle arrête de trembler.

« Je prends le risque. Car je sais qu’il y a des choses en ce monde que je ne peux contrôler. »


Il priait juste qu’il ne soit pas lui-même l’une de ces choses. Il se ment à lui-même.
 
Revenir en haut Aller en bas


The wolf that will eat the world


Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 1 Jan 2019 - 18:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

Cassandra Wormwood
Indépendant Neutre

Personnage
The Omen

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 387
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Crédits : Misha
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Jia Li Zhao, Siobhan O'Reilly
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sans métier fixe, employée au Pandémonium
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital V (retour à la vie)
• Lien ancestral II (visions du passé, présent et futur de Lilith, Vladislas Markov et PJ liés)
• Oiseau de mauvais augure I (projection de visions dans l'esprit d'autrui)
• Parler aux morts II (maîtresse des esprits errants)
• Lecture des auras I
• Psychopathotactie II (lecture du passé d'objets imprégnés d'émotions négatives, lecture des moments marquants d'une personne décédée via les ossements)
• Lien miroir II
• Marcheuse de mondes I (passage dans le plan astral)
• Lignée démoniaque, Porteuse de doutes
• Héritière de Cassandre (don de prophétie)
• Chien infernal : Ptit Chou (souffle de flammes, invisibilité, lien psychique, invocation)

ϟ Liens Rapides : Présentation
Carnet d'adresses
Errances
Mémoires
Joueur
The Omen

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Féminin ϟ Date de Naissance : 23/12/1993
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2018
ϟ Nombre de Messages : 387
ϟ Nombre de Messages RP : 239
ϟ Célébrité : Emily Rudd
ϟ Crédits : Misha
ϟ Doublons : Noélie A. Inagawa, Thalia Cristobal, Jia Li Zhao, Siobhan O'Reilly
ϟ Âge du Personnage : 26 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sans métier fixe, employée au Pandémonium
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Signes particuliers : • Cicatrices nombreuses, dont deux visibles en permanence : une sous l'oeil gauche, verticale, plutôt fine, l'autre plus conséquente, sur le côté droit de son cou.
• Cheveux châtains
• Yeux bleu glace
• Petite taille (1m59)
ϟ Pouvoirs : • Lien vital V (retour à la vie)
• Lien ancestral II (visions du passé, présent et futur de Lilith, Vladislas Markov et PJ liés)
• Oiseau de mauvais augure I (projection de visions dans l'esprit d'autrui)
• Parler aux morts II (maîtresse des esprits errants)
• Lecture des auras I
• Psychopathotactie II (lecture du passé d'objets imprégnés d'émotions négatives, lecture des moments marquants d'une personne décédée via les ossements)
• Lien miroir II
• Marcheuse de mondes I (passage dans le plan astral)
• Lignée démoniaque, Porteuse de doutes
• Héritière de Cassandre (don de prophétie)
• Chien infernal : Ptit Chou (souffle de flammes, invisibilité, lien psychique, invocation)

ϟ Liens Rapides : Présentation
Carnet d'adresses
Errances
Mémoires
Beaucoup de choses pour le sauver. Beaucoup de choses pour l’enchaîner, surtout, du point de vue de Cassandra. Liens plus solides que d’autres, ceux que l’on s’imposent à soi-même. Mais cela, elle peut bien le comprendre, vu la façon dont elle aime. Farouchement, sans se poser de limites, elle ne sait pas donner dans la demi-mesure. Alors oui, elle peut comprendre l’attachement et les souvenirs. Elle peut comprendre qu’on veuille faire quelque chose pour quelqu’un d’autre, parce qu’après tout, c’est ce qu’elle fait bien souvent. A sa façon décalée, elle tente de plaire à ses monstres. Les défis constants lancés à la tête de Vlad ne l’ont jamais empêchée d’être la plus fidèle des suivantes, sans qu’il n’ait jamais eu besoin de l’y forcer. Mais l’espoir, pour elle, est un concept vain, mensonge. Le courage, ça, elle veut encore bien le comprendre. Elle-même a été courageuse, en d’autres temps. Comme une enfant peut tenter de l’être. Jusqu’au coup de trop.

Je ne crois plus dans ces chimères que l’on sert aux gamins pour les leurrer, renifle-t-elle avec dédain, convaincue d’être dans le vrai.

Elle, pas lui. Et puis elle se perd, dans un passé qui la ronge, des souvenirs qui la hantent et sont toujours prêts à grignoter sa raison un peu plus, si elle les laisse faire. Elle s’égare en parlant, en évoquant des futurs pas si incertains que cela. Tant qu’elle en rate l’éclat de rouge dans des yeux furieux. Mais elle entend ses mots. La colère, d’abord, et ce qu’elle perçoit comme de la pitié. Elle n’arrive pas à retrouver sa voix, pendant qu’il pose sa main sur elle, d’une façon si douce. Une minuscule partie d’elle est stupéfaite, se laisserait bien aller dans une étreinte qui ne la blessera pas. Tout le reste se rebelle contre cette preuve de son échec. Lawrence a repris le contrôle, et à la tristesse et la rancune s’ajoute la déception, amère. Cassie a envie de fuir. Cassie a envie de se blottir contre la chaleur que lui offre le fils d’Evelyn. De lui voler un peu de courage pour combattre sa peine. Alors elle finit par passer ses petits bras frêles autour de lui, sans lui demander son avis, sa tête contre son torse, attendant que ses tremblements se calment et ses yeux recommencent à voir quelque chose de réel, d’actuel.

Tu ne savais pas, mais vous ne savez jamais, vous autres redresseurs de torts, chasseurs de monstres. Même eux peuvent avoir des gens qui les aiment, et lui… Lui, je l’aimais plus que tous les autres et elle me l’a pris, se plaint-elle. On m'a pris mes rêves, mes espoirs, mon repos, ma vie, mon innocence, et quand j'avais enfin retrouvé quelque chose qui en valait la peine, on me l'a volé encore une fois.

On ne peut douter de la sincérité de l’affection qu’elle exprime.

Je suis pathétique, oui, comme tu le dis. Pathétique. Mais je ne sème rien, je ne fais que voir. C’est pour cela qu’on m’a faite, et c’est ce que j’aurais dû faire, pour lui, pour eux. J’aurais dû voir et prévenir, j’aurais dû être là avant leurs assassins. J’ai failli. Et je l’ai vue le tuer sans pouvoir intervenir.

Elle raconte sans réfléchir à ce qu’elle dit. Qu’aurait-elle fait, elle, contre celle qui est parvenue à tuer un vampire si ancien ? Mais Cassandra a besoin d’exorciser ces démons là.

— Je ne suis pas qu’une petite fille, Loup. Je suis une sentinelle, et je n’ai pas su faire ça, même pas ça.

Elle recule maladroitement et le regarde, la mine toujours chagrine.

Ne sois pas désolé, ordonne-t-elle malgré tout, impérieuse, tout à coup. Il n’y a rien à regretter, ce ne sont pas tes crocs ni même tes mains qui ont pris ces vies-là. Et il n’y a pas à être désolé pour moi non plus. Pas alors que tu menaces de me prendre ma vie de la seule façon qui peut me faire du mal.

Pas en la tuant, juste en détruisant tout ce qui l’anime.

Ce serait hypocrite de ta part. Ne sois pas désolé.

Elle lui sourit malgré ses yeux un peu brillants, peut-être. Malgré tout le reste.

Tu ne sais pas. Tu ne vois pas. Tu ne veux pas. Ah, tous ces refus, toutes ces dénégations, c’est d’une tristesse, se moque-t-elle presque gentiment.

Elle secoue doucement la tête, observant cet homme qui ne ressemble en rien à ce qu’elle s’attendait à trouver là, lorsqu’Evelyn l’y a envoyée.

Tout l’amour du monde, toute la pitié que tu ressens, ça ne change rien du tout. Je ferais ce que j’ai à faire.

Pour lui, pour sa bienfaitrice et pour elle.

Je viendrais briser tes chaînes, louveteau. Tu auras bien assez de temps pour me haïr pour ça.

Elle rit, passant d’un instant d’égarement et d’immense chagrin à l’hilarité en un claquement de doigts. Cassandra salue le loup d’un baiser déposé sur sa joue, sur la pointe des pieds, un effleurement presque fantomatique tant il a été rapide. Puis elle lui tire une révérence moqueuse, assorti d’un “Sire Loup”, avant de s’esquiver. Elle a froid, maintenant, vraiment, mais ça ne l’empêche pas de s’attarder dans la ruelle d’à côté le temps de ramasser un tesson de verre qu’elle serre entre ses mains à faire couler le sang. Un peu d’hémoglobine pour conjurer les souvenirs. La douleur physique pour détruire celle qui réside dans ce qui reste de son âme.

Cassandra ne sait pas où elle va, ni ce qu’elle va faire de ces prochains jours, assez lucide pour ne pas mener Lawrence tout droit à sa maîtresse et ses sbires. Mais elle sait au moins qu’elle reviendra. Sautillant d’un pas guilleret, abandonnant au goutte à goutte un peu de son sang derrière elle, elle tourne la tête vers le fantôme qui marche à ses côtés et interroge d’un ton pétillant.

Tu ne sais pas quand est la prochaine pleine lune, par hasard ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 2 Jan 2019 - 0:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

Lawrence Chastel
Sergent de l'UNISON

Personnage
Sergent Chastel
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 208
ϟ Nombre de Messages RP : 128
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs :
- Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale III
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Joueur
Sergent Chastel
ϟ Âge : 27
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 208
ϟ Nombre de Messages RP : 128
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood, Abigaïl Frankenstein
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices


ϟ Pouvoirs :
- Lycanthropie
- Force primale III (40T)
- Réflexes bestiaux
- Flair aiguisé II
- Ouïe aiguisée
- Nyctalopie
- Régénération V
- Endurance bestiale III
- Abomination
- Vigueur surnaturelle
- Bête intérieure
- Sombre Course
- Bond
- Pas de loup
- Hurlement de Terreur
- Meneur de loups
- Aura du lycanthrope
ϟ Liens Rapides : Première lune
La Meute
Chasses nocturnes
Livre de la Bête
Lawrence ne sait que penser. Il a son beau petit discours sur l’espoir, sur tout ce qui lui permet de s’accrocher à l’humanité, sur tout ce qui lui donne un ascendant sur la bête en lui. Mais il sait aussi que le monde est sinistre et violent. Plus que beaucoup. Probablement moins que Cassandra. Oh, les choses qu’elle a dû connaître pour être ainsi, si dénuée d’espoir. Il y a de la vérité dans l’amertume qui l’habite, il le sait aussi. Car elle a raison. On offre beaucoup de chimères aux enfants. On les fait croire au Père Noël, à la petite souris. On leur dit que les méchants sont rares, qu’ils s’habillent en noir et ont des cornes. On leur dit que leur papa et leur maman seront toujours là. Pour les habituer à croire à ce qui n’existe pas. Peut-être un peu, pour qu’ils puissent croire en d’autres chimères. Comme la justice. Le bonheur. La liberté. Est-ce que Lawrence croit en tout ça ?

Non. Il ne croit qu’en ce qu’il ressent. Qu’en l’affection qu’il a pour sa fille. Qu’au fait qu’il a envie d’être un homme pour elle, d’être meilleur pour elle. Pas parce que c’est juste. Mais parce qu’il en a besoin. Alors il a l’espoir. Qui apparaît à partir du vide. Est-ce que c’est une chimère de croire qu’il puisse être autre chose que le monstre que lui dépeint Cassandra ? Peut-être. Peut-être qu’il est un enfant alors. Car il a envie d’y croire. Car il a envie d’y croire.

Il écoute Cassandra contre lui. Si petite, si frêle. Le loup tremble un moment. Mais il reste calme. Il sait qu’il a perdu cette nuit. Il ne chassera pas. La lune est trop timide. Il ne sait que penser de ce qu’il entend. Sa famille l’aime. Il n’y pensait pas. Mais c’est une certitude. Est-ce que cela signifie que sa mère elle aussi peut être aimée ? Pas comme une idole ténébreuse, mais comme une mère ? Il ne sait rien de ses frères et sœurs après tout. De ce qu’ils ressentent. Puis il y a ce Il. Le mystérieux monstre que Cassandra aimait. Qu’elle aime toujours. Un il tué par une elle.

Les cicatrices sur sa nuque.

Elle parle de Vladislav. Elle parle du vampire. Du monstre qui a failli amener Andrea jusqu’au bord de la folie, de la damnation. Du monstre qui a tué des centaines, des milliers de gens. D’un violeur, un assassin. L’une des créatures les plus ignobles à n’avoir jamais existé. Pourtant elle l’aime. Et il sait alors qu’elle pourrait tomber amoureuse du loup aussi.

Il a envie de lui dire que ce n’est pas sa faute. Qu’elle ne pouvait pas le protéger. Mais les mots meurent dans sa gorge. Vladislav devait mourir. Il était une menace pour tout ce qui vivait, pour tout ce qu’il y avait de bon en ce monde. Il était un parasite cramponné à l’humanité depuis des siècles. Et voilà qu’il rencontre une jeune fille qui l’aimait. D’un amour qu’il trouve sincère. Il a envie de vomir. Comment est-ce seulement possible ? Elle est folle. C’est tout. Elle est complètement folle. Mais pourtant, elle vient de lui faire une terrible révélation. Même si Lawrence devenait un monstre. Il pourrait être aimé. Il a envie de vomir. Un soulagement profond l’envahit quand elle s’éloigne de lui. Il n’en montre rien.

« Cela aurait pu. J’aurais pu les tuer. J’aurais pu le tuer. Oui. J’ai tué ses semblables et si j’en avais eu l’occasion, je l’aurais fait. »
Il voulait le faire encore même. Car il voulait tuer son héritage. Tous les suceurs de sang qui hantaient encore Star City. « Et je n’aurais eu aucun regret. » Ses traits se ferment. « Je n’aurais aucun regret à te prendre cette vie Cassandra. Et c’est de cela dont je suis désolé. »

Pas de tuer des monstres. Mais de priver des gens comme elle du peu d’amour qu’ils avaient et de ne rien ressentir. Il ferme les yeux, baisse la tête. Le loup ne s’agite pas. Mais l’homme est au milieu de la tourmente pourtant. C’est un univers de possibilité qui s’est ouvert à lui, à eux ce soir. Cela l’effraie. Il est au bord d’un précipice. Il perd pied, il le sait. Depuis des années, depuis sa naissance.

« Et je ferais moi aussi ce que j’ai à faire. » Dit-il finalement. Il devait maintenir le cap. Il devait continuer à résister. Pour sa fille. Pour l’homme qu’il aurait pu être dans de meilleures circonstances. « Je résisterais, Cassandra. » Il n’aurait pas le choix. Elle l’embrasse sur la joue. Comme l’aurait fait une petite fille, une amie. Elle s’en va.

Il reste planté là, dans le froid.

La pleine lune est bien loin. Mais elle lui glace déjà les sangs. Sa malédiction lui semble un peu plus difficile à porter ce soir.
 
Revenir en haut Aller en bas


The wolf that will eat the world


 
Qui a peur du grand méchant loup ?
 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Revenir en haut 
Qui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_6Qui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_8


Qui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_1Qui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_2_bisQui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Wyclef, la peur et les élites, la gauche du populisme
» L'agneau et le Loup, Entrevue Secrète [PV Karin x Keisuke : Hentaï]
» [Hentaï] Le Grand Jeu
» Un loup parmi les chiens ▷ m o r d r e d
» [UPTOBOX] La Gloire et la peur [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Qui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_6Qui a peur du grand méchant loup ?  - Page 2 Categorie_8
Sauter vers: