AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Burning of the Midnight Lamp | Lawrence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 11 Aoû 2018 - 13:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent de l'UNISON
Agent de l'UNISON

avatar
Agent de l'UNISON

Afficher le profil
An-Lara

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 50
ϟ Nombre de Messages RP : 7
ϟ Doublons : Natalia Greene, Gabrielle Tessier
ϟ Crédits : Maleficent
ϟ Célébrité : Lauren Cohan
ϟ Âge du Personnage : 36 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Membre du peloton d’intervention de l’UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Ni musculeuse, ni trop mince, ni trop épaisse, elle a un physique dans la moyenne. Pourtant, Andrea est une femme qui transpire la force. Ses cheveux châtains encadre un visage expressif et harmonieux aux yeux particulièrement saisissants ; Leur couleur de jade ne cache rien de sa perspicacité, ni de son intégrité.
ϟ Pouvoirs : Andrea est une Ultime, une humaine améliorée qui manipule des forces dérivées des énergies cosmiques. La listes de ses pouvoirs est disponible ici.
D’un regard, Andrea embrassa l’open space et poussa un soupir contrarié, que l’un de ses collègues intercepta avec une moue compatissante. Cela l’irrita, comme souvent, et elle ne lui offrit un sourire qu’à contrecœur. Il le comprit, tous le comprenait. Et cela l’irrita encore plus. Il n’était pas un agent qui ne sache pas qui elle était et pourquoi elle était là et chacun de leurs sourires pincés lui rappelait pourquoi, comme autant de miroirs qui lui renvoyaient l’image de son échec. Son bureau, individuel, lui manquait, mais c’était moins par confort, moins du fait des autres agents que par ce que sa présence dans cette salle signifiait. C’était un retour en arrière pur et simple, un coup de massue un peu trop brutal après tout ce qu’elle avait accompli au sein de l’organisation. Et cela la mettait d’humeur exécrable ; Après tout, elle n’était pas partie pour rien, elle avait quitté la ville sur avis médical... Elle n’était pas partie sans prévenir. Pourquoi alors ? Elle avait demandé. Parce que, lui avait-on répondu, elle n’était pas revenue à temps. À temps pour être auprès de son équipe, des citoyens, et elle ne trouva rien à redire à cela. Comment expliquer que revenir du cercle polaire prenait du temps ? Comment justifier qu’elle avait dû faire appel à une ancienne magie Atlante pour traverser les lignes ennemies ? C’était impossible... Et alors qu’elle estimait pourtant ne pas l’avoir mérité, elle comprenait et acceptait la sanction. Elle savait qu’il fallait passer par là pour pouvoir retrouver son grade, son statut et son aptitude à diriger une équipe.

Elle le ferait donc.

Mais ça n’en demeurait pas – à son sens – moins injuste. Un autre regard autour d’elle et un autre sentiment de l’assaillir ; Elle avait compris que son malaise venait du fait qu’elle ne se sentait plus à sa place à Star City. Les mois qu’elle avait passé en Hyperborée l’avait subrepticement changée, elle peinait à reprendre ses marques dans cette ville métamorphosée par la présence du Terminus. Finalement, il n’y avait qu’au cœur de l’action qu’elle parvenait à retrouver un semblant de normalité et qu’elle revenait plusieurs mois en arrière. Avant Vladislas, avant Kovacs, avant Omicron,... Elle délaissa son bureau et sortit de l’Open Space, traversa les couloirs en saluant promptement certaines de ses connaissances et poussa l’une des portes secours qui bardaient le bâtiment de part en part. Là, elle se laissa choir le long de l’escalier de métal et laissa un rayon de soleil bienvenu caresser son visage et une bourrasque ébouriffer ses cheveux. Parfois, souvent, elle se demandait si elle avait bien fait de revenir... Revenir pour prêter assistance à ceux qui se battaient sonnait comme une évidence, mais voilà plusieurs semaines que la menace du Terminus n’était plus qu’un souvenir – trop vivace, elle en convenait – et la question se posait toujours : pourquoi était-elle encore là ? Elle ne se sentait plus chez elle.

Plus rien ne la retenait.

Sa mère, sa seule famille, était restée là-bas, elle aussi, comme ses espoirs, ses rêves et son avenir. Non ici, où tout avait fini par tomber en poussière, où ses souvenirs s’étaient étiolés, où ses amours étaient mortes et où on la traitait comme une déserteuse ou comme quelqu’un à prendre en pitié. Comment en était-elle arrivée là ? Pourquoi était-elle encore là ? Ses doigts s’étaient insinués entre les barreaux de métal que, sous le coup de la colère, elle avait tordu sans sa main aussi facilement que s’il s’était agi de pâte à modeler. Lorsqu’elle la retira, l’empreinte de ses doigts était moulée dans l’acier et un nouveau soupir avait trouvé son chemin jusqu’à ses lèvres. À ses pieds, la ville s’étendait à perte de vue, au milieu des champs de grues qui s’affairaient à la reconstruire brique par brique. Si haut, elle était incapable de voir nettement l’ampleur mais elle avait parcouru les décombres au cours des dernières semaines... Et c’était un spectacle désolant qu’elle aurait préféré effacer de son esprit. Malheureusement pour elle, la haute flèche de l’antenne qui se dressait au milieu des ruines était là pour lui rappeler, chaque jour, le prix qu’ils avaient dû payer pour libérer la ville.

Et alors elle avait compris.

Elle ne pourrait pas échapper à ses souvenirs, pas plus qu’à ses responsabilités. Elle ne quittait pas Star City parce que c’était ici qu’elle était chez elle, ici qu’elle avait tant vécu et surtout, ici qu’on avait besoin d’elle. Nulle part ailleurs. Une voix ne cessait de lui rappeler que d’innombrables vies auraient pu être sauvées si elle n’avait pas essayé d’échapper à ses démons et elle ne parvenait pas à les faire taire. Pas plus qu’elle ne parvenait à faire disparaître le sourire carnassier du vampire qui, toujours, la suivait comme une ombre terrible et silencieuse ; Suspendu à ses cauchemars, derrière le revers de ses rêves. Mais avait-elle seulement vraiment essayé ?

Non, la culpabilité était un moteur comme un autre.

Perdue dans ses pensées, Andrea n’entendit pas la porte de secours s’ouvrir et libérer le passage à un visage qu’elle connaissait bien. Elle ne sursauta que lorsque son regard sur l’individu, interrogateur ; D’ordinaire, personne ne la sollicitait et c’était encore plus vrai lorsqu’elle venait quérir la tranquillité à plusieurs mètres au-dessus du sol. Donc s’il était là, c’est qu’il cherchait quelque chose de précis. Elle le salua d’un signe de tête et attendit qu’il prenne la parole.
Revenir en haut Aller en bas



We are bits of energy floating about in various guises
(c)ambrose

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 11 Aoû 2018 - 19:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

avatar
Sergent de l'UNISON

Afficher le profil
Sergent Chastel
ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 15
ϟ Nombre de Messages RP : 4
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices
Aucun tatouage ou piercing

ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale (10T)
- Sens aiguisés (odorat)
- Régénération
Lawrence était habitué à ne pas être en phase avec ses collègues. En fait, il était habitué à ne pas être en phase avec les êtres humains de manière générale. Ils avaient une intuition, un instinct, qui leur permettait de ressentir le fait que malgré son apparence, Lawrence n’appartenait pas vraiment à leur espèce, pire encore, qu’il était leur prédateur. Il existait pour traquer, massacrer et dévorer tous ces gens lors des nuits de pleine lune et ils le ressentaient. Même s’il avait pris soin de réécrire son histoire, de ne pas laisser ce qu’il était dicter ses actes, il n’avait jamais pu changer ce qu’il dégageait, ce qui poussait les gens à changer de trottoir quand ils le croisaient et à baisser les yeux plutôt que d’affronter son regard.

La situation était pire à Star City, pire encore au Brett Building. La ville en elle-même n’était pas si différente que cela de Londres, enfin, pas plus que n’importe quelle grande mégalopole américaine par rapport à une capitale européenne. Cela manquait de ruines et de monuments historiques, les rues avaient été tracées droites là où un peuplement anarchique avait fait de Londres un labyrinthe. Mais les odeurs étaient les mêmes. La transpiration, l’urine, la pollution, le sang. La graisse des fish’n chips avait été remplacée par celle des hot dogs. Mais dans l’essentiel tout y était, toutes les senteurs des humains qui vivaient les uns par-dessus les autres. Alors pourquoi ce malaise exacerbé ? Parce que Lawrence n’était pas un survivant. Il n’avait pas affronté l’invasion Terminus, il n’avait pas vécu dans une ville assiégée pendant des mois en étant coupé du monde. Non, même s’il avait passé tout ce temps à traquer les menaces mystiques en Europe, aux yeux de ses collègues, l’anglais n’était qu’une seule et unique chose : un touriste.

Sûrement que s’il avait laissé son ouïe se manifester il aurait pu entendre ses collègues parler de lui, du fait qu’il ne resterait pas longtemps en charge parce qu’il ne pouvait pas savoir, parce qu’il n’avait pas vécu l’invasion et qu’il ne pourrait pas les comprendre. Mais il ne le faisait pas car à Star City, la bête ne devait être appelée qu’avec parcimonie, jamais elle n’avait été aussi proche, rôdant aux recoins de son esprit. Il avait été convaincu que retrouver sa famille aiderait et cela avait été le cas, mais il y avait aussi sa présence à elle, dans la même ville, qui portait son sang à ébullition à chaque fois qu’il y pensait. Non, il devait se concentrer, diriger toutes cette furie animale avec la précision d’un chirurgien sur ceux qui le méritaient vraiment. Sur les monstres. Et comme toutes les villes, voir bien plus encore, Star City regorgeait de créatures rôdant dans l’obscurité. Il avait noté de nombreux signes d’activité vampirique et avait réuni au cours des dernières semaines tous les dossiers sur le sujet qui concernaient la ville. Le fléau mort-vivant dans sa forme la plus commune trouvait sa source en Europe et Lawrence avait affronté un grand nombre de ces suceurs de sang. Cette maladie avait franchi l’Atlantique avec les colons et il y avait eu des épisodes réguliers dans l’histoire du pays. Star City avait toutefois été grandement impactée, jusqu’à posséder sa propre mafia vampirique. Aujourd’hui détruite et pourtant, d’après ce que Lawrence avait pu rassembler, ils étaient toujours présents et particulièrement actifs.

Le dossier les plus conséquent, et le seul vraiment digne d’intérêt, était constitués de rapports rédigés par Andrea Parker. L’une des seules personnes avec qui Lawrence avait eu des contacts plus que cordiaux. Il avait appris que comme lui elle n’avait pas été présente lors de l’invasion et en avait fait la cause de leur rapprochement. Comme lui, elle devait être considérée comme un mouton noir. Sauf que cela finirait par s’estomper, quand les gens auront fait leur deuil et que la ville aurait été reconstruite. Lui, serait toujours un loup en habit d’agneau. La jeune femme ne se trouvait pas à son bureau, mais on lui indiqua rapidement l’endroit où elle se trouvait. Pas qu’il en eut besoin. Leurs discussions lui avaient permis de retenir son odeur, hors du commun, et de pouvoir la retrouver sans trop de mal.

« Agent Parker. » Commença-t-il. Finalement, il était plutôt content de la trouver dans un endroit relativement isolé. S’il avait bien compris, l’affaire vampirique dans laquelle elle s’était retrouvée impliquée l’avait affectée émotionnellement. Il pouvait comprendre pourquoi… Même en Europe il avait entendu parler de celui qu’elle avait affronté et il savait de par ses recherches personnelles qu’elle était la seule proie à lui avoir échappé. Mais surtout, il savait à quel jeu se livrait le vampire avec celles-ci, comment il les isolait, comment il les détruisait pour en faire ses choses. « Désolé de vous déranger. Mais j’aurais besoin de quelques informations sur un dossier qui vous concerne. » La discussion était bien différente de celles qu’ils avaient pu entretenir avant. Lawrence était en chasse, concentré, plus qu’il ne l’aurait lui-même admis. « Cela concerne Vladislas Markov. »

Sûrement s’en était-elle doutée. L’affinité de Lawrence pour les menaces occultes n’était pas un secret. Son manque total d’affinité pour les relations sociales non plus. Il se rendait compte à sa façon presque mécanique de s’exprimer à quel point il était rouillé. Son équipe, celle avec qui il avait réussi à tisser des liens malgré sa nature en Angleterre était restée à Londres. Parfois il se demandait s’il parviendrait à avoir à nouveau la même chose ici. Quelque chose qui ressemblait trop à une meute.
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 12 Aoû 2018 - 1:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent de l'UNISON
Agent de l'UNISON

avatar
Agent de l'UNISON

Afficher le profil
An-Lara

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 50
ϟ Nombre de Messages RP : 7
ϟ Doublons : Natalia Greene, Gabrielle Tessier
ϟ Crédits : Maleficent
ϟ Célébrité : Lauren Cohan
ϟ Âge du Personnage : 36 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Membre du peloton d’intervention de l’UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Ni musculeuse, ni trop mince, ni trop épaisse, elle a un physique dans la moyenne. Pourtant, Andrea est une femme qui transpire la force. Ses cheveux châtains encadre un visage expressif et harmonieux aux yeux particulièrement saisissants ; Leur couleur de jade ne cache rien de sa perspicacité, ni de son intégrité.
ϟ Pouvoirs : Andrea est une Ultime, une humaine améliorée qui manipule des forces dérivées des énergies cosmiques. La listes de ses pouvoirs est disponible ici.
Si Andrea n’était pas exactement évitée au Brett Building, ou plus généralement dans son quotidien, sa présence n’était plus vraiment recherchée non plus ; Ses connaissances se comptaient sur les doigts d’une main, si l’on exceptait ceux qui lui avaient tourné le dos, et même les membres de son ancienne escouade n’avaient pas cherché à reprendre contact avec elle à son retour... Mais elle ne pouvait pas vraiment leur en vouloir, en particulier lorsqu’on savait qu’ils avaient eux-mêmes coupés les ponts les uns avec les autres après l’incident. Ils s’étaient décidés à tourner la page et elle aurait aimé pouvoir en faire autant, mais c’était un luxe qu’elle ne pourrait certainement plus se permettre. Sûrement parce qu’elle savait avoir plus que sa part de responsabilité dans la mort de l’agent Morrison. C’était ainsi ! Les premiers jours de son retour avaient été particulièrement difficiles, parce que l’invasion battait encore son plein et qu’elle avait aussitôt été envoyée sur un terrain d’horreurs après avoir goûté à la quiétude de l’Hyperborée pendant plusieurs mois, mais aussi parce qu’elle semblait être devenue une étrangère dans sa propre ville. Esseulée certainement, et ce de toute les façons possibles ; Elle savait qu’elle s’était isolée elle-même, dans une bulle maintenue magiquement, à des milliers de kilomètres de là.

Timidement, elle avait noué des liens avec les membres de sa nouvelle escouade, mais restait malgré tout en marge, créant le malaise parce qu’elle était destinée à diriger et qu’on peinait à comprendre pourquoi elle suivait aujourd’hui des ordres au lieu d’en donner. Elle n’avait pas cherché à le leur expliquer et s’était contentée de ce compromis de questionnements, d’incompréhension et de respect mutuel. Cela lui convenait, pour le moment : elle aurait plus d’une occasion pour prouver sa valeur et leur savoir qui elle était vraiment. En attendant, elle ferait ce qu’on attendrait d’elle...

« Sergent. » Le salua-t-elle poliment en se relevant.

Quoiqu’il advienne dans les semaines à venir, elle était actuellement moins gradée que lui et entendait bien agir comme telle. Malgré tout, le Sergent Lawrence Chastel était l’un des rares membres de l’organisation qu’elle avait réellement appris à apprécier au cours des dernières semaines. Sûrement parce qu’il jouissait du même statut de paria qu’elle, qu’on lui parlait peu si l’on n’avait pas besoin de lui et que la machine à café était souvent désertée en sa présence ! Une attitude de la part de ses collègues qu’elle peinait à comprendre. Car malgré un humour noir qui pouvait déranger, mais qu’elle-même avait appris à apprécier, Lawrence était un compagnon des plus agréables. Tout du moins si l’on exceptait l’impression étrange qu’il laissait à ses interlocuteurs ; Il y avait quelque chose d’indescriptiblement bestial dans ses prunelles, quelque chose qui pouvait faire froid dans le dos de celui qui n’avait jamais plongé son regard dans celui d’une bête. Ce qui n’était pas son cas à elle, bien qu’elle n’en réalise pas encore la raison.

Pour Andrea, il était Britannique et rien d’autre.

Lorsqu’il mentionna qu’il avait à lui demander des précisions au sujet d’un dossier qu’elle avait monté, un large sourire était apparu sur ses lèvres... Qui s’était aussitôt effacé lorsqu’il avait parlé du dossier en question, au profit d’un air grave qui fit aussitôt écho au rictus du vampire dans son dos. En être vaniteux, il aimait qu’on parle de lui ; Elle l’ignora. Un instant, elle se demanda pourquoi il désirait se plonger dans un dossier dont elle avait été déboutée, mais elle jugea qu’il devait avoir ses raisons et ne chercha pas à en savoir plus. Le mieux qu’elle puisse faire, c’était l’aider dans ses démarches. Secouant la tête, l’Ultime plongea ses prunelles claires dans celles de son supérieur.

« Bien entendu, en quoi puis-je vous aider ? »

Après quelques instants, elle ajouta en désignant la porte de secours :

« Vous préféreriez qu’on rentre ? Ce serait peut-être plus pratique pour discuter. »

Ouvrir un dossier aux quatre vents n’était peut-être pas la meilleure des choses à faire.
Revenir en haut Aller en bas



We are bits of energy floating about in various guises
(c)ambrose

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 12 Aoû 2018 - 16:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

avatar
Sergent de l'UNISON

Afficher le profil
Sergent Chastel
ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 15
ϟ Nombre de Messages RP : 4
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices
Aucun tatouage ou piercing

ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale (10T)
- Sens aiguisés (odorat)
- Régénération
Vivre dans une grande ville avec un odorat aussi développé que le siens pouvait parfois se révéler complexe. Certaines odeurs étaient plus qu’insupportables et il avait fumé un temps avec abondance rien que pour inhiber ses sens. Il avait arrêté quand cet aspect de sa malédiction s’était révélé plus utile qu’autre chose pour mener ses investigations. Combien de sorciers avait-il pu retrouver grâce à son flair ? Ils pensaient généralement à couvrir leurs pistes étherique ou leur aura, mais pas toujours à prendre une longue douche après leur méfait.

Là, seul avec Andrea Parker, son odorat était surtout déstabilisant. Pas parce que la jeune femme n’avait pas pris de douche, il ne se serait pas permis d’émettre des suppositions sur son hygiène quotidienne, mais parce que même aux quatre vents, il pouvait percevoir des bribes de son odeur. Une odeur particulière, humaine, mais pas véritablement, qui pourrait probablement avoir quelque chose d’enivrant pour la bête. Il comprenait pourquoi le vampire avait pu la prendre pour proie, même s’il n’était pas fier de cette constatation. Car la Bête n’était pas bien différente.

Un regard en direction des barres de fer qu’elle avait tordue le rassura toutefois. Même s’il perdait tout contrôle, même si le loup décidait de la prendre en chasse pour ce qu’elle dégageait, il doutait de pouvoir lui causer le moindre tort. Il y avait aussi quelque chose de rassurant dans l’idée que si jamais il menaçait qui que ce soit, elle n’aurait aucun mal à lui briser la nuque, même transformé. Comme tous les autres agents, elle n’était pas au courant de sa véritable nature, mais il savait que ses supérieurs n’hésiteraient à l’utiliser si jamais cela se révélait nécessaire.

« En effet. Mais je pense que nous devrions nous occuper de cela dans mon bureau. En privé. »

Il avait senti son trouble, ou tout du moins lu le changement de ton quand il avait mentionné le nom du vampire. Il savait que toute cette histoire était personnelle et il s’en voulait de la replonger dans ce qui avait dû être une terrible épreuve. L’approcher était déjà la replonger dans cette épreuve, pensa-t-il, après tout il n’y avait pas de grande différence entre ce qu’il était et ce qu’avait été Vladislas Markov.

Il ouvrit la voie jusqu’à son bureau. Celui-ci était encore embarrassé de quelques cartons. Lawrence s’était plongé dans ses dossiers en cours sans vraiment prendre le temps de s’installer. Le travail, la traque, était ce qui lui faisait le plus de bien, ce qui rassasiait le plus la bête. Pas de poser des bibelots sur des étagères. Il avait quand même eu le temps de placer certaines choses, certains livres, dossiers sensibles ou babioles ésotériques. Aucune d’entre elle n’était parfaitement inutile toutefois. Elles possédaient des fragments de pouvoir, pas suffisamment pour être dangereuses mais pour être utile dans des situations bien particulières. On ne réalisait jamais l’importance d’un chapelet d’ail jusqu’à ce qu’on se trouve face à un vampire.

« Vous pouvez vous installer. J’aimerais dire que nous n’en aurons pas pour longtemps, mais honnêtement je n’en ai aucune idée. » Il lui montra le siège et prit place en face d’elle.

Il avait affronté son regard sur le toit, mais avait bien fait attention à ne pas le croiser sur le chemin. Ses sentiments étaient les siens, même ceux liés au dossier et il ne voulait pas être intrusif. Plus encore, il ne voulait pas donner plus de raisons à la bête de concentrer son imagination macabre sur Andrea. L’odeur de ses chairs était déjà suffisamment distrayante.

« Il y a eu de l’activité vampirique à Star City récemment. » Commença-t-il en plaçant ses mains devant son visage et en plongeant cette fois-ci son regard dans celui d’Andrea. « C’est plutôt discret, surtout avec l’invasion. Beaucoup de gens ont disparu et on ne sait pas toujours pourquoi. Vladislas Markov… N’était pas n’importe quel vampire et je pense qu’une partie de se progéniture se terre toujours dans la ville. Vous êtes la personne qui le connaissez le mieux et surtout celle qui a réussi à lui survivre et à le détruire. Je pense que vous êtes la plus à même de m’aider à déterminer qui a pu prendre la tête de sa progéniture et quels membres de celle-ci se trouvent encore en ville. »

C’était brutal, il l’avait plongée dans le problème directement, sans lui accorder vraiment de temps de préparation. Pour voir comment elle réagirait ? Peut-être. Ou bien parce qu’il se doutait qu’elle avait envie de tourner la page définitivement et probablement de détruire tout ce que le Bloodfather avait bien pu engendrer à Star City.

« J’aimerais beaucoup que nous puissions établir une liste des vampires ou serviteurs humains que vous avez pu rencontrer lors de vos rencontres avec lui. »

Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 13 Aoû 2018 - 1:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent de l'UNISON
Agent de l'UNISON

avatar
Agent de l'UNISON

Afficher le profil
An-Lara

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 50
ϟ Nombre de Messages RP : 7
ϟ Doublons : Natalia Greene, Gabrielle Tessier
ϟ Crédits : Maleficent
ϟ Célébrité : Lauren Cohan
ϟ Âge du Personnage : 36 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Membre du peloton d’intervention de l’UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Ni musculeuse, ni trop mince, ni trop épaisse, elle a un physique dans la moyenne. Pourtant, Andrea est une femme qui transpire la force. Ses cheveux châtains encadre un visage expressif et harmonieux aux yeux particulièrement saisissants ; Leur couleur de jade ne cache rien de sa perspicacité, ni de son intégrité.
ϟ Pouvoirs : Andrea est une Ultime, une humaine améliorée qui manipule des forces dérivées des énergies cosmiques. La listes de ses pouvoirs est disponible ici.
Lawrence avait visiblement considéré qu’ils seraient mieux installés dans son bureau, ce à quoi Andrea répondit d’un hochement de tête compréhensif. Docilement et sans un mot, elle lui emboîta le pas dans le dédale vivace qu’était le Brett Building. Chaque couloir, chaque pièce fourmillait d’agents affairés à leurs tâches ; Le siège de l’UNISON était une immense ruche, structurée qui vivait nuit et jour au rythme de son personnel et bourdonnait de leurs discussions, de leurs rires et parfois de leurs cris. De temps en temps, elle croisait le regard d’un agent qui les considérait avec curiosité ; Il fallait dire qu’il semblait évident qu’ils n’étaient pas là pour prendre du bon temps, mais le peloton d’intervention et le projet Hermès n’avaient pas grand-chose en commun lorsqu’il ne s’agissait pas d’une opération. Malgré tout, personne ne les arrêta, si bien qu’au bout de quelques minutes, ils étaient arrivés au siège du projet Hermès et une poignée de secondes plus tard, au bureau du Sergent Chastel. Toujours sans un mot, l’Ultime avait pénétré les lieux à sa suite et les avait balayés de son regard tandis qu’il passait derrière son bureau et proposait de prendre place sur le siège qui lui faisait face. Des cartons traînaient çà et là, si bien qu’il semblait que le Britannique n’était arrivé que quelques jours auparavant tandis qu’elle tenait pour acquis qu’il était arrivé il y a plusieurs semaines de cela...

S’exécutant, Andrea s’installa face à son supérieur et se tint à son écoute. Au fond de son esprit, une question la taraudait toujours ; Pourquoi cherchait-il à déterrer un dossier dont elle avait de toute façon été déboutée ? Si les informations contenues dans la chemise avaient pu faire pencher la balance en sa faveur, elle n’aurait pas eu à prendre elle-même les choses en main et se débarrasser de Vladislas Markov par ses propres moyens. Au lieu de ça, elle avait pu constater jusqu’où s’étendait son réseau et la facilité avec laquelle il avait tordu le cou de la justice qu’elle essayait d’obtenir pour ses victimes. Un constat effroyable qui l’avait poussée à un acte qu’aujourd’hui encore, elle remettait en question... Si ce qu’il supposait était avéré, il allait falloir qu’il s’oppose à ce genre de résistance, en plus du fait de s’appuyer sur les propos d’une femme qui, elle-même, n’avait rien réussi à prouver ! Mais si le Sergent Chastel était déterminé à aller au bout de l’engeance du vampire, elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour l’y aider. Tant que ça ne lui portait pas préjudice... À lui, évidemment.

« Je vois. C’est préoccupant. » Admit-elle.

Les bras croisés sur sa poitrine, Andrea prit quelques instants pour réfléchir. Bien sûr, elle avait quelques noms en tête mais, de manière générale, Vladislas l’avait toujours tenue éloignée de ses enfants et de ses femmes... Elle n’en avait jamais bien compris la raison – non qu’elle s’en plaigne ! –mais il lui était rapidement apparu que le vampire n’était pas des plus partageurs avec ses proies. Malgré cela, elle avait fait quelques rencontres et obtenu quelques informations qui pouvaient servir à Lawrence. En tout cas elle l’espérait.

« Je n’ai pas beaucoup pu côtoyer sa progéniture en dehors des rares fois où je m’aventurais de moi-même sur son terrain de jeu, expliqua-t-elle. Et lorsqu’il venait me trouver, il était en général seul. Mais il parlait. Beaucoup. L’agente marqua une pause, triant les informations, exhumant les identités, réprimant les souvenirs douloureux. Il avait deux... Non, trois femmes. J’ignore leurs identités, mais aucune ne résidait à Star City, précisa-t-elle. Elles étaient gestionnaires de ses propriétés, ailleurs. Ce n’est pas impossible que l’une d’elle ait voulu s’occuper de ses affaires à Star City ou simplement reprendre la lignée en main. »

Après tout, le Seigneur vampire tenait plusieurs commerces florissants qui ne pouvaient être laissés à l’abandon, sans parler des autres trafics auxquels il était mêlé. Puis il y avait la composante sentimentale – si l’on osait appeler ainsi le lien impie qui existait entre Vladislas et ses abjectes épouses ; Pouvaient-elle réellement laisser impuni le meurtre de leur maître ? Andrea ne s’était jamais réellement posé la question, et elle priait pour ne jamais avoir à le faire. À dire vrai, elle avait espéré tirer un trait sur cette histoire en mettant un terme à l’existence du vampire et supposé que ses épouses pratiqueraient la politique de la terre brûlée en effaçant leur marque sur la ville. Force était de constater qu’elle se trompait sur toute la ligne.

« À ma connaissance, il avait aussi une fille biologique. Elena Markov, si sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Elle était très impliquée dans les affaires de son père à Star City donc je devais porter mes suspicions sur quelqu’un, ce serait sur elle. »

Bien sûr, c’était son enquête à lui, à lui donc de suivre ce que lui dictait son instincts. Mais en y réfléchissant, il était peu probable que sa fille se soit simplement contentée de quitter la ville en délaissant les affaires familiales.

« Quant à ses serviteurs... L’ensemble des personnels du Bite Night et de l’Evil Shaker, à minima. Rien qu’à y penser, c’était décourageant. Une vampire du nom de Denise gérait particulièrement tout ce qui concernait le Bite Night, c’était un peu ses yeux et ses oreilles. Après un court instant de réflexion, elle ajouta : il y avait aussi l’avocate, une humaine qu’il avait asservie pour en faire son pantin. Je ne sais pas ce qu’il a pu advenir d’elle après sa disparition. Elle s’appelait Elise Schade. Peut-être que vous pourriez en tirer quelque chose. »

Si elle n’avait pas été supprimée ou rendue folle sur un caprice de son maître, peut-être que son emprise avait disparu le jour où Andrea avait planté un pieu dans son cœur assoupi. Qui savait ce qu’elle allait être capable de raconter ? Après quelques instants, elle ajouta dans un soupir :

« Je suis désolée, je ne peux pas beaucoup plus vous aider. Comme je vous l’ai dit plus tôt, je n’avais pas vraiment affaire à ses serviteurs. Malheureusement pour elle, c’était son attention à lui qu’elle avait attiré. Après quelques seconde, l’agente se mordit la lèvre et ajouta : Lawrence, je... Comment avez-vous su que c’était moi qui l’avais supprimé ? »

Ce n’était pas exactement le genre chose dont elle avait parlé autour d’elle et, à dire vrai, elle doutait même que quiconque soit au courant dans l’organisation en dehors du Major.
Revenir en haut Aller en bas



We are bits of energy floating about in various guises
(c)ambrose

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 13 Aoû 2018 - 19:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

avatar
Sergent de l'UNISON

Afficher le profil
Sergent Chastel
ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 15
ϟ Nombre de Messages RP : 4
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices
Aucun tatouage ou piercing

ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale (10T)
- Sens aiguisés (odorat)
- Régénération
Lawrence avait imaginé Andrea plus proche du vampire. Mais peut-être était il bien plus affecté par l’arôme de la jeune femme qu’il ne l’imaginait et que la passion qu’elle faisait naître en lui, chez la Bête, avait quelque peu altéré son jugement. Elle était exceptionnelle, il n’y avait qu’à voir ce dont elle était capable. Rien ne l’aurait empêché de devenir une Légionnaire, mais non, elle avait choisi l’UNISON. Ce qui la rendait encore plus brave aux yeux du lycanthrope. S’il pouvait le voir, alors il imaginait que cela avait été le cas de Vladislas aussi. C’était la proie ultime mais surtout, elle aurait été une terrible championne des enfers si elle avait succombé à la morsure du vampire. Il avait imaginé que celui-ci avait désiré faire d’elle sa quatrième épouse et qu’il l’aurait préparé en lui en révélant plus sur sa nature.

Mais apparemment, il était plus prudent que Lawrence ne le pensait et ce qu’elle savait, elle le devait à l’arrogance du mort-vivant. Un léger sourire se dessina sur les lèvres du loup-garou. Il avait côtoyé suffisamment de minions des ténèbres pour savoir à quel point ils pouvaient s’aimer entendre parler. Comment il avait pu entendre des liches, des sorcières et des démons déblatérer sur la supériorité des ténèbres. Oh, elles contenaient du pouvoir, il était bien placé pour le savoir.

« Ses trois femmes oui. J’ai des suppositions sur leurs identités. J’ai même eu affaire aux agents de certaines d’entre elles en Europe. » Il croisa les mains devant son visage, songeur. La première épouse de Vlad gérait la plus grande lignée de vampire qu’il connaissait depuis Paris. Il y en avait une autre en Irlande, plus solitaire, qu’il avait affronté une fois lors d’une mission. Cela n’était pas son meilleur souvenir. « Et une troisième aux Etats-Unis. A la Nouvelle-Orléans. Insaisissable. » Il aurait aimé éradiquer cette engeance mort-vivante, mais c’était plus compliqué pour les anciens. Ils avaient eu des siècles pour étendre leur influence au sein des sociétés mortelles. « Elles se sont occupées des vampires à Star City. Ou tout du moins c’est ce que m’ont dit mes informateurs. Elles ont éradiqués les vampires les plus jeunes à la disparition de leur époux pour éviter qu’ils n’attirent trop l’attention. Quelques uns ont survécus je pense toutefois. »

Il y avait toujours des signes, invisibles aux yeux de ceux qui ne croyaient pas en l’existence des monstres. Quelques égoutiers avaient trouvés que les rats formaient des meutes plus grandes, qui hantaient des coins particuliers. Les chauves-souris se faisaient plus agressives, le comportement des loups étaient altérés dans les zoos (même s’il pouvait être le responsable pour ça). Surtout, il y avait des disparitions fréquentes, des cadavres exsangues… Cela avait diminué avec la disparition de Vladislas, voir pendant un temps, cela avait complètement disparu, puis cela avait repris mais de manière plus discrète.

« La dhampire… Oui. Elle a fait son retour en Europe à la disparition de son géniteur d’après mes informateurs. » Elle était insignifiante dans toute cette histoire. Une mortelle dans un jeu d’immortels. Elle était un jouet il en était certain et son père disparu, elle n’avait plus la moindre utilité. « Le fait qu’elle soit une hybride la rend plus faible que certains de ses congénères et surtout, elle ne partage pas le même lien à leur lignée qu’eux. Je ne pense qu’elle aurait pu avoir le charisme nécessaire pour les contrôler. Non. Si ce n’est pas l’une des épouses de Vladislas, un autre vampire, plus âgé. »

Ou quelque chose d’autre… Et c’était ce qu’il craignait. La puanteur des enfers était à Star City. Elle s’était manifestée en la personne de sa demi-sœur, une créature entièrement dévouée à sa génitrice et ses desseins diaboliques. Lawrence avait besoin de savoir si les vampires, en tant que créatures démoniaques, avaient aussi prêté allégeance à Lady Satan.

« Denise… Je vois. C’est peut-être notre meilleure piste. Car pour ce qui est d’Elise Schade. » Lawrence ouvrit son dossier. « Elle a fait un passage dans un asile psychiatrique. Mais apparemment elle s’en est sortie et travaille maintenant pour un cabinet d’avocat. » Dont le plus gros client était Wormwood Entertainments, un détail insignifiant. Il fit une pause, songeur. « Mais vous avez peut-être raison. J’ai éliminé rapidement la piste de miss Schade parce qu’elle était humaine et devait s’occuper de son maître uniquement le jour. Mais un tel rétablissement, aussi rapide… C’est presque trop beau pour être vrai. »

Si tout ce qu’il savait était vrai… Vladislas Markov avait complètement détruit la vie de l’avocate. Tout comme il avait essayé de le faire avec Andrea Parker. D’ailleurs, le changement de ton l’arracha à ses réflexions et il leva les yeux du dossier. Il avait oublié, presque trop rapidement, à quel point cette affaire avait été terrible pour son interlocutrice. Ce n’était pas son fort, ne le serait probablement jamais.

« Pour une raison très simple Andrea… Vous êtes toujours en vie. Ce monstre existe depuis des siècles et il a laissé sa marque partout dans l’histoire. S’il disparait régulièrement, ce n’est jamais seul. Il corrompt et il détruit. J’ai lu votre dossier… Je sais ce qu’il a fait, ce qu’il a essayé de vous faire et je sais qu’une telle chose ne pouvait se terminer que d’une façon. Soit vous le détruisiez, soit c’était le contraire. Ou pire. »

Le monde n’aurait pas survécu à une hybride ultime changée en vampire, il en était certain. Lawrence était convaincu de plus que les plus grands maux étaient issus de la corruption des plus grands biens. Andrea lui apparaissait comme quelqu’un de foncièrement juste et bon. Si elle avait rejoins les ténèbres, sûrement en aurait-elle été la plus grande championne.

« Je sais que vous avez les pouvoirs de le détruire. Le fait que vous ayez réussi à le faire me renseigne aussi sur votre force de conviction. Vous avez débarrassé le monde de l’un de ses plus grands fléaux. Je pense que vous avez sauvé des générations de femmes et apporté le repos à bien des âmes. »

Andrea Parker avait détruit un monstre. Et il espérait bien qu’elle serait capable de recommencer si cela devenait nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 15 Aoû 2018 - 15:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent de l'UNISON
Agent de l'UNISON

avatar
Agent de l'UNISON

Afficher le profil
An-Lara

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 50
ϟ Nombre de Messages RP : 7
ϟ Doublons : Natalia Greene, Gabrielle Tessier
ϟ Crédits : Maleficent
ϟ Célébrité : Lauren Cohan
ϟ Âge du Personnage : 36 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Membre du peloton d’intervention de l’UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Ni musculeuse, ni trop mince, ni trop épaisse, elle a un physique dans la moyenne. Pourtant, Andrea est une femme qui transpire la force. Ses cheveux châtains encadre un visage expressif et harmonieux aux yeux particulièrement saisissants ; Leur couleur de jade ne cache rien de sa perspicacité, ni de son intégrité.
ϟ Pouvoirs : Andrea est une Ultime, une humaine améliorée qui manipule des forces dérivées des énergies cosmiques. La listes de ses pouvoirs est disponible ici.
Visiblement, les informations que lui fournissait l’agente donnait de quoi réfléchir au Sergent Chastel. Malheureusement, il semblait que la plupart des pistes qu’elle avançait avaient déjà été envisagées ou ne menaient à rien. Malgré tout, elles méritaient d’être considérées ; Dans une situation comme celle-ci face à une engeance aussi insidieuse que celle du Seigneur vampire, qui avait appris à se cacher dans l’ombre, il ne fallait négliger aucune hypothèse, aucune possibilité – mais ça, elle n’allait pas le lui apprendre. Même si elle n’avait fait sa connaissance que récemment, les faits d’arme de Lawrence en Europe étaient connus et alimentaient les bruits de couloir du Brett Building. Et les gloussements de la gente féminine. Elle-même n’y prêtait qu’une attention très limitée, mais quelques-uns lui étaient malgré tout parvenus – en dépit du gouffre interactionnel que le peloton d’intervention entretenait avec le reste de l’UNISON – et elle devait admettre être très impressionnée. C’était une chose de se retrouver confronté à des monstres, elle-même avait pu en croiser au cours de sa carrière... Mais dédier sa vie à les traquer et les punir en était une autre. Et elle l’admirait pour cela.

Au fond d’elle, une part de son esprit se demandait s’il s’accordait le temps de vivre – mais un coup d’œil à son bureau, toujours envahi par les cartons, eut tôt fait de la renseigner. Elle nota consciencieusement cette information dans un coin de son esprit et se concentra sur ce que lui rapportait son interlocuteur.

Somme toute, il semblait évident qu’il était déjà parfaitement renseigné et elle fut déçue de ne pas lui être d’une plus grande utilité que cela. Malgré tout, elle analysa silencieusement les précisions qu’il lui apportait et tira les conclusions qu’il y avait à en tirer, acquiesçant parfois mais se contentant souvent d’un « mmh » pensif. Car il fallait admettre que ça donnait à réfléchir ; Les disparitions, le départ de sa fille biologique, qu’il jugeait incapable de reprendre sa suite, ses épouses insaisissable qui avaient assaini sa lignée avant de disparaître dans la nature, son avocate qui avait repris du service après un passage dans un asile psychiatrique… Cette dernière information la laissait d’ailleurs particulièrement perplexe ; Comment le barreau avait-il pu la juger apte à assumer de nouveau son rôle ? Comment un cabinet d’avocats avait-il pu placer sa confiance en elle ? Comment avait-elle elle-même réussi à reprendre du service ? Non, quelque chose ne collait pas...

« Je ne pense pas que ses épouses aient pu reprendre sa suite, pour être honnête, avança-t-elle. Ses entreprises ont été liquidées de façon légale, ce qui signifie qu’elles ont bien fait un passage par Star City. Mais si elles avaient prévu de s’y implanter, elles auraient préparé le terrain. D’après ce que vous me dites, je n’ai pas l’impression que ça soit le cas... »

Visiblement, il sous-entendait que les actes vampiriques étaient discrets, isolés,… Lorsque Vladislas était encore au pouvoir, les égouts grouillaient de nuisibles, les disparus se comptaient en dizaines et les établissements au nom équivoque se multipliaient, détail qui l’avait, d’ailleurs, toujours beaucoup amusée. Tout ce temps, il s’était caché en plein jour. Tout ce temps, et même quand elle avait fait la lumière sur ses agissements, elle n’avait pas réussi à faire tomber son masque d’humanité. Quelle ironie, quelle peine…

« Par contre, vous me dites que l’avocate a repris du service ? Ses sourcils s’étaient froncés lorsqu’elle avait braqué ses prunelles virides dans celle de son interlocuteur. Je veux dire, ça me paraît étrange. On ne ressort pas... Indemne de ce genre d’influence. Pas aussi vite, et je suis surprise qu’elle ait réussi à trouver une place dans un cabinet avec son passif. »

Sauf si elle n’avait pas mentionné son passage en institution psychiatrique ? Si sa réputation la précédait, il y avait la possibilité qu’ils n’aient pas cherché à en savoir plus, mais… Toujours est-il qu’elle se contentait de lui donner son avis tandis la décision de suivre cette piste ou pas lui revenait entièrement. D’ailleurs, son esprit fut rapidement accaparé par un tout autre sujet et par le malaise qu’il lui instilla. Dans la bouche si séduisante du Sergent Chastel, des mots qu’elle avait déjà entendus lui firent froid dans le dos. Sauf que la dernière à les avoir prononcés était bardée de crocs et ils avaient alors résonné comme une promesse. Ils avaient trouvé l’écho, plus tard, dans ses actes et devraient la hanter toute sa vie.

Destruction mutuelle assurée.

Ainsi, elle avait irrémédiablement liée son destin à celui du vampire : l’oubli ne serait plus permis, il s’en serait assuré. Sachant cela, l’avait-elle vraiment effacé du monde ? Non, lui susurrait une voix. Non, il ne disparaîtrait jamais vraiment et elle devait s’y résoudre.

« À vous entendre je suis une héroïne, ironisa-t-elle. Ses lèvres se pincèrent et après un instant, elle ajouta : ce n’est pas si simple, je le crains. Nombreux sont ceux qui ne pensent pas comme vous, pour eux j’ai simplement supprimé une vie. Comme c’était le cas d’Eldoth. J’ai dû me battre pour prouver que la menace était réelle, parce qu’il avait été rejeté et qu'on ne me prenait plus au sérieux. Elle désigna le dossier d’un signe de tête. Mais étonnement, contrairement à mes supérieurs, vous n’avez pas l’air de désapprouver. »

Mais peut-être avait-il eu mauvaise expérience avec les créatures du mal ? Après tout, l’Europe, disait-on, était le berceau des vampires.
Revenir en haut Aller en bas



We are bits of energy floating about in various guises
(c)ambrose

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 16 Aoû 2018 - 13:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Sergent de l'UNISON
Sergent de l'UNISON

avatar
Sergent de l'UNISON

Afficher le profil
Sergent Chastel
ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 18/12/1991
ϟ Arrivée à Star City : 01/08/2018
ϟ Nombre de Messages : 15
ϟ Nombre de Messages RP : 4
ϟ Doublons : Evelyn Wormwood
ϟ Crédits : Creepy Crawly
ϟ Célébrité : Henry Cavill
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Sergent de l'UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Dégage une aura sinistre imperceptible
Nombreuses cicatrices
Aucun tatouage ou piercing

ϟ Pouvoirs : - Lycanthropie
- Force primale (10T)
- Sens aiguisés (odorat)
- Régénération
Les réflexions d’Andrea sur les épouses du vampire ne faisaient que confirmer les suspicions de Lawrence. Ces trois femmes, ou tout du moins deux d’entre elles, voyaient sur le long terme, au-delà des caprices de leur créateur. Pour elles, ce que Vladislas avait construit à Star City n’était pas viable, surtout pas sans lui et le loup-garou ne pouvait qu’acquiescer. Laisser des jeunes vampires sans supervision était un grand risque. Même si l’attaque d’Hadès remontait à plus de cinquante ans maintenant, il y avait toujours de jeunes idiots pour idéaliser la chasse aux monstres et les vampires et autres créatures de la nuit avaient tout intérêt à se laisser retomber lentement dans le folklore. Que la progéniture impie de Vladislas Markov prenne trop d’importance sans supervision et ils auraient eu droit à une nouvelle purge.

« Non en effet. Elles préfèrent garder le secret, jouer dans l’ombre. Contrairement à leur maître. Elles n’en sont que plus difficiles à débusquer, mais dangereuses sur le long terme. »


Comme sa mère. Cette pensée lui arracha un frisson de dégoût qu’il cacha avec soin. Lady Satan n’était pas si différente de Vladislas Markov ou de ses épouses morbides. Et il se doutait bien que si ses superfiends n’étaient pas au devant de la scène ces derniers temps, c’est qu’elle devait préparer autre chose. Peut-être qu’une purge pourrait permettre de mettre tout cela au grand jour finalement… Même s’il n’y survivrait probablement pas lui-même. Sans compter de multiples « monstres » innocents.

« Oui. J’avais laissé ces détails de côté, mais vous avez raison. Il y a quelque chose d’étrange du côté d’Elise Schade. Son séjour à l’hôpital a été bref et apparemment elle en est ressortie en pleine possession de ses moyens. Officiellement, je crois qu’elle a simplement eut un burn out à cause de la disparition de son employeur. Les gens ne sont pas tous au courant de sa servitude involontaire. A se demander si elle était vraiment involontaire si elle s’en remet aussi bien. Elle ne serait pas la première avocate à vendre son âme au diable. »

Malheureusement. Ils étaient même d’après l’expérience de Lawrence l’engeance mortelle à préférer le plus ce genre d’arrangements. Ce qui l’avait poussé à botter en touche lors de nombreuses investigations. C’est pourquoi il préférait chasser les monstres dans l’ombre. Combien de fois avait-il suivi une piste en sachant qu’elle allait le confronter à la créature qu’il traquait ? Puis il laissait la bête s’en charger quand il pouvait. Il en était devenu un maître dans l’art de gérer la paperasse délicate. Ses supérieurs n’étaient pas dupes. Mais nombre d’entre eux partageaient sa frustration de voir des monstres marcher parce qu’ils avaient de bons avocats.

« Je pense que j’irais lui rendre une petite visite. Si vous voulez m’accompagner. »

Il avait un mauvais pressentiment vis-à-vis d’Elise Schade. Elle pouvait n’être qu’une femme amorale qui avait servi un tueur millénaire de son plein gré et qui avait bien joué ses cartes pour ne pas attirer les soupçons. Mais la vie d’Elise Schade était bien trop normale avant que tout cela n’arrive. Elle avait un fiancé, une carrière prometteuse. Sa seule erreur avait été de croiser la route du vampire. Comme Andrea. S’il ne pouvait jauger la profondeur des cicatrices de l’hybride ultime, il se doutait qu’elle avait la volonté pour ne pas se laisser submerger. Mais Elise Schade ? Une simple avocate ? Il en doutait.

Le regard de Lawrence se posa une nouvelle fois dans celui d’Andrea. Il était froid. Comme bien souvent. Il pouvait être compatissant, mais il trouvait bien souvent de terribles lacunes dans ce domaine. Le fait qu’il soit un monstre ne le rendait pas mauvais. Mais il avait besoin de faire plus d’efforts que les autres.

« Je ne crois pas aux héros. Donc non. »
Il inspira. « Je crois à la survie tout simplement. J’ai affronté les semblables de Vladislas Markov de nombreuses fois, je les ais étudiés et je sais ce qu’ils sont. Vous n’avez pas tué un être vivant, mais un fragment de mal. Cette créature n’était pas motivée par des émotions, par sa propre survie comme n’importe quel organisme, c’était une monstruosité qui ne se repaissait que du désespoir et de la destruction. Un vampire ne fait que corrompre. Rien d’autre. Son existence est une aberration pour tout ce qui vit. Donc non, je ne désapprouve pas. »

Combien de créatures avait-il tué lui-même ? Les vampires, les morts-vivants, il ne les comptait même pas. Ils étaient des cadavres ambulants, rien que des parodies d’êtres vivants. Mais il y avait les sorcières, qui elles étaient bien humaines. A la base tout du moins. Elles avaient choisies les ténèbres et il les avait éliminées lorsqu’elles s’étaient retournées contre lui. Il ne regrettait rien.

« Ces personnes qui désapprouvent votre choix ne savent pas ce que c’est de se retrouver face à quelque chose de véritablement mauvais. Même le Terminus est animé d’objectifs qu’ils lui sont propre. Vladislas Markov n’était pas qu’un mégalomane avec sa vision du monde victime d’un mauvais environnement. C’était un monstre. Vous l’avez tué, vous avez survécu. C’est tout ce qui compte. Qu’auriez-du vous faire ? L’emprisonner jusqu’à ce qu’il ne se libère et tue d’autres personnes ? Quand il en vient à ce genre d’êtres. Vous avez fait le bon choix. »
Revenir en haut Aller en bas



Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 16 Aoû 2018 - 15:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent de l'UNISON
Agent de l'UNISON

avatar
Agent de l'UNISON

Afficher le profil
An-Lara

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 50
ϟ Nombre de Messages RP : 7
ϟ Doublons : Natalia Greene, Gabrielle Tessier
ϟ Crédits : Maleficent
ϟ Célébrité : Lauren Cohan
ϟ Âge du Personnage : 36 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Membre du peloton d’intervention de l’UNISON
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Ni musculeuse, ni trop mince, ni trop épaisse, elle a un physique dans la moyenne. Pourtant, Andrea est une femme qui transpire la force. Ses cheveux châtains encadre un visage expressif et harmonieux aux yeux particulièrement saisissants ; Leur couleur de jade ne cache rien de sa perspicacité, ni de son intégrité.
ϟ Pouvoirs : Andrea est une Ultime, une humaine améliorée qui manipule des forces dérivées des énergies cosmiques. La listes de ses pouvoirs est disponible ici.
Les réflexions sur les épouses de Vladislas Markov laissaient songeur. À entendre Lawrence, elles semblaient bien plus dangereuse que ne l’était leur époux, et c’était vrai. Dans une certaine mesure. La puissance du Seigneur Vampire lui avait semblé infini et si elle n’avait réussi à l’éliminer, ce n’était que parce qu’elle l’avait attaqué dans un instant de faiblesse et parce qu’elle avait eu les moyens de se frayer un chemin sanglant jusqu’à lui. Sur elle, les crocs ripaient, les contrôles mentaux rebondissaient et elle pouvait d’une main arracher la tête, le cœur ou l’échine d’un monstre. S’il avait été en pleine possession de ses moyens, le combat aurait été plus qu’incertain.

Mais Vladislas – comme l’avait si bien relevé son interlocuteur – était un impulsif ; Il aimait consumer, consommer à outrance. Les limites mortelles ne s’appliquaient pas à lui et son ersatz de vie trouvait son apogée dans l’instant présent, dans le désir de l’autre, dans l’envie de la chose. À sa connaissance, il ne voyait pas sur le long terme… Peut-être était-ce parce qu’il avait trop vécu, parce qu’il avait vu les empires s’élever et retourner à la poussière ? Parce qu’il savait la vanité des constructions mortelles ? Elle ne le saurait sans doute jamais. Mais ses épouses, elles, étaient des maîtresses de l’ombre, de la manipulation, de la planification… Andrea se plaisait à penser que leur empire était immense par-delà l’Atlantique, mais que jamais leurs noms n’étaient prononcés, jamais leurs visages n’étaient connus.

Elles étaient plus dangereuses que lui parce qu’elles étaient plus prudentes. Et la prudence dont elles semblaient faire preuve ne nourrissait que plus ses interrogations en ce qui concernait Elise Schade.

« Elle en savait beaucoup et son maître n’est plus. Elle secoua la tête. À moins qu’elle n’ait trouvé un nouveau protecteur, la vérité est que je suis surprise qu’elle soit encore en vie. Si j’avais été l’une de ses épouses… Sa voix s’étrangla dans sa gorge, elle ferma les yeux et laissa passer un instant avant de reprendre. Si j’avais été l’une de ses épouses, je l’aurais éliminé en même temps que sa progéniture. Une humaine n’aurait pas valu que je risque que certaines informations atterrissent entre de mauvaises mains. »

Elle ne savait pas exactement ce dont elle pouvait être au courant mais qu’importait ? Aux yeux de ces créatures, la vie ne valait rien. Elles n’auraient pas eu plus de scrupules à la tuer qu’à écraser un insecte, la preuve en était qu’elles n’avaient pas cherché un instant à épargner les vampires engendrés par leur époux. Elles les avaient balayés lors de leur passage par Star City… Si elles y étaient effectivement passées. Cette perspective lui faisait froid dans le dos. Savaient-elles qui avait supprimé leur époux ? Est-ce que cela avait une importance pour elles ? L’Ultime ne savait guère que penser de la relation qu’ils entretenaient, mais depuis son retour à Star City, elle s’était étonnée de ne pas avoir essuyé de représailles. Mais peut-être, après tout, qu’elle comprenait moins bien la société vampire qu’elle ne le pensait. Lorsque le Sergent Chastel lui proposa de visiter l’avocate avec lui, elle avait acquiescé silencieusement avant de répondre :

« Bien sûr, quand vous voudrez. »

Elle savait que mener l’enquête n’était plus dans ses prérogatives depuis qu’elle avait rejoint le peloton d’intervention, mais elle espérait pouvoir l’aider à tirer cette affaire au clair. Une part d’elle savait qu’elle était tout autant mue par le désir de savoir ce qu’il était advenu des ruines de l’empire Markov, et ainsi tourner cette page de son histoire, que par celui de lui apporter son soutien. Peut-être était-ce parce qu’il avait choisi de s’intéresser à son histoire quand d’autres avaient choisi de la dénigrer, mais elle éprouvait pour lui une reconnaissance silencieuse. Et lorsqu’elle fut happée par l’intensité de son regard – pourtant incroyablement froid – une douce chaleur lui étreignit la poitrine.

« Je suis heureuse de vous l’entendre dire. » C’était sincère.

Peu avait vu d’un bon œil ce qui s’était produit ; Ses supérieurs avaient craint que la presse ne s’empare de l’affaire, ceux qui ne croyaient pas aux histoires de vampires s’étaient demandé si la rupture de ses fiançailles ne l’avait pas perturbée plus que de raisons. Et parmi ceux qui avaient cru, il y avait ceux qui songeaient qu’elle avait outrepassé ses fonctions et n’avaient pas cru à l’explication de la légitime défense – à juste titre. Mais sitôt qu’ils l’avaient acquittée, elle n’en avait eu cure ; La justice se mettait trop souvent du côté des monstres alors qu’importe ce qu’ils pensaient d’elle tant qu’elle était mise hors de cause ? Elle savait qu’elle avait fait ce qu’il fallait en mettant un terme à son règne de terreur.

« Pendant longtemps, j’ai cru que c’était moi qui avais fait fausse route… Sa voix s’était faite douloureuse, lointaine et blanche. Son pouvoir de persuasion était immense. En une phrase, en un regard, il pouvait ébranler vos fondations et vous faire remettre en questions toutes vos certitudes. Il n’y avait plus de bien, plus de mal. Sa vérité devenait peu à peu la vôtre et votre volonté s’effaçait. Comme si tout ce que vous aviez été n’était qu’un lointain mirage, vain et éphémère. Il arrivait à vous pousser à croire qu’il était l’ordre naturel des choses, qu’il était la vérité et que vous étiez simplement trop jeune pour le comprendre. »

Qui était-elle face à lui, immuable ? Si elle s’opposait à lui, il ferait de sa vie un enfer. Il l’avait fait… Mais pas parce qu’elle s’était opposé à lui, simplement parce qu’elle avait essayé de vivre. Et si elle l’avait laissé faire, il aurait scrupuleusement brisée, aurait rompu tous ses liens, annihilé tous ses proches jusqu’à ce qu’elle soit isolée. Jusqu’à ce qu’elle soit prête à être cueillie.

« Mais la vérité, c’est que si c’était à refaire je le referai. Elle secoua la tête et un sourire triste ourla ses lèvres. Excusez-moi, ce n’est pas le propos. »

Pensivement, du bout des doigts, elle avait effleuré une babiole sur son bureau. Une babiole magique, elle pouvait le sentir ; Autour d’elle, les flux d’énergie cosmique se distordaient çà et là, et elle en percevait chaque relief comme si elle passait ses doigts sur les aspérités d’une surface lisse. C’est ainsi qu’elle remarqua que Lawrence lui-même perturbaient les flux cosmiques autour de lui…

Revenir en haut Aller en bas



We are bits of energy floating about in various guises
(c)ambrose



Burning of the Midnight Lamp | Lawrence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [BD Gratuite] Dragons : Burning Midnight (2016)
» Legend of the burning sands
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Kyurem Sparkling Blue / Kyurem Burning Red
» Midnight FairyTales; demande de parto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Centre Ville :: Le quartier du Parc :: Brett Building-