AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Quia Ego Sic Dico

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 10 Juil 2018 - 21:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8136
ϟ Nombre de Messages RP : 855
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits




Quia Ego Sic Dico




C'était une si belle soirée. Star City n'en avait connu de semblables depuis longtemps : l'invasion avait bouleversé tous les agendas, mais le dragon n'était pas mécontent de reprendre une part active dans la vie mondaine de la ville, surtout il appréciait de pouvoir rendre à « Dante Visconti » toute la profondeur de son rôle, même dans ses aspects les plus triviaux et superficiels.

Puisqu'il devait être la « tête » d'une multinationale de l'industrie du luxe, de la cosmétique et de la parfumerie, son « personnage » se devait à certaines civilités loin des nouilles, au plus près du gratin, là où ses beaux habits et son délicat sourire versaient l'huile nécessaire aux rouages d'une machinerie cent fois complexes. Quel homme du monde, quel magnat des affaires, quel heureux élu de Forbes seras-tu, si tu ne te plies pas aux rituels attendus, si tu n'admets pas les cérémonies et les solennités frivoles ? La couronne n'en est plus une, si ses joyaux lui tombent, si son or s'éteint dans le noir d'un coffre clos.

Dante avait donc réuni près d'une centaine d'invités à une fête organisée à sa demande, pour l'inauguration d'une toute nouvelle « Galerie Visconti » ; la première, partiellement détruite, cèderait la place à la seconde, et pour le premier vernissage, pour cette première occasion, les sommes récoltées lors de la vente aux enchères seraient intégralement reversées aux hôpitaux de Star City, car ceux-ci accueillaient encore les victimes de l'Invasion Terminus, et la publicité occasionnée par ce « geste charitable » assurerait le lancement économique de la galerie.

Il y aurait là nombre d'insignifiantes personnes, mais il y aurait aussi le jeune Andrei Velencei. Celui-ci ne participerait à aucune des enchères et n'achèterait aucune des œuvres présentées, a priori. Venu à Star City à l'invitation personnelle de Dante, pour fuir le vieux continent, l'Europe et ses démons, Andrei s'était placé sous l'égide bienveillante du dragon. Tous deux se connaissaient depuis plusieurs années et s'étaient rapprochés autour d'un sujet d'intérêt commun : l'alchimie et ses applications pratiques. Dante se flattait d'avoir mis le jeune homme sur le chemin d'un apprentissage dont il ne découvrait encore que les premiers arpents , bien que ce fût la curiosité toute « scientifique » d'Andrei qui l'eût amené à ses premiers succès – désormais le dragon entendait confronter les talents du garçon pour voir jusqu'où iraient leur progression, et qu'en ferait-il ?

Dante avait facilité l'arrivée d'Andrei en Amérique, usant de son influence pour l'installer à Star City comme pharmacien dans le quartier choisi par ce migrant de tous les hasards. Il comptait à présent lui faire la surprise d'un autre « cadeau », mais il devait d'abord se débarrasser de quelques parasites qui l'empêchaient, jusque-là, de se trouver seul avec Andrei ; ce dernier à quelques mètres, bavardait.  « Je suis ravie d'être là ! Vous avez fait un travail admirable, pour organiser cette réception si tôt après les derniers drames... et quelle élégance, monsieur Visconti ! Ce vert semble fait pour vous... c'est... olive, n'est-ce pas ? » La vieille bique à ses côtés palabrait depuis près d'une demi-heure et les personnes alentour s'ennuyaient visiblement. Dante demeurait pourtant tout sourire. « Absolument, » confia-t-il dans un souffle. « Superbe. Je dois convaincre mon Robert d'oser ce qui lui paraîtra une extravagance... vous savez, un anglais de plus de soixante-dix ans est encore plus têtu que les montagnes de l'Himalaya... »

Une occasion se présenta. Un serveur en livrée présenta sous leurs yeux un plateau d'amuse-gueule. La vieille s'empressa de saisir son dû. Dante déclina avec politesse et se déroba pour rejoindre le groupe d'Andrei. Quelques éclats de rire annonçaient un bavardage plaisant. Dante ignorait les tenants et aboutissants mais il se fendit d'un sourire. Puis, sans qu'il sût toujours pourquoi, quelqu'un leva son verre pour un toast improvisé. Il suivit donc l'exemple et fit de même, attentif à la moindre occasion qui lui permettrait de soustraire Andrei à ces badinages vains. Dante le devait reconnaître : l'homme est un animal étonnant ; n'est-il pas le seul capable d'oublier l'ennui dans les frivolités les plus mortellement ennuyeuses ? Tant d'énergie, de salive et de sueur gaspillées, sacrifiées sur l'autel de l'insignifiance ! Ces balivernes qu'une cigale dédaignerait...
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 12 Juil 2018 - 1:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
L'Interdit

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 06/09/1987
ϟ Arrivée à Star City : 06/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 9
ϟ Nombre de Messages RP : 3
ϟ Crédits : Série : Marvel's The Punisher / Créateur :Steve Lightfoot
ϟ Célébrité : Ben Barnes
ϟ Âge du Personnage : 31
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Pharmacien
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Liens Rapides : Fiche de présentation
La mer s’étendait à perte de vue, le sable marron sale était humide sous ses pieds. Il regardait l’océan plongé dans la pénombre. Nulle brise, nul souffle d’air ne venait caresser la nuque de l’homme nu. Puis la brume, le brouillard, le rivage disparu, l’eau roula entre ses orteils. Il tournait la tête de tous côtés, ses yeux le dupaient, mais son nez respirait les algues… Quelles algues ? Un chant emplit ses oreilles, sa douceur était menaçante, et son timbre naïf empreint d’une mélancolie désabusée. Une forme émergea de la mer sans vagues, la brume l’habillait, des masses noires flottaient autours d’elle, la chose appartenait à la mer, elle était la mer… Lourds sont les fardeaux, sourds tant amers, courbe bien le dos, bois, oui bois l’eau de la mer. Vient, suit le ressac, loin de l’enfer, tes ennemis te traquent, bois l’eau de la mer. La forme se pencha et sortit un bol de bois hors de l’eau. Elle le tendit vers l’homme aux cheveux noirs et à la barbe soignée qui fixait la mer, livide. Il sentit impuissant sa mâchoire s’abaisser et ses yeux se fermer. L’odeur d’algue se fit plus intense, un courant d’air s’égara sur son front. Il sentit sa respiration s’arrêter.

Monsieur ! Nous sommes arrivés ! répétait le chauffeur de taxi passablement agacé.

Andrei se réveilla en ouvrant grand les yeux et se rendit compte que sa salive avait taché la banquette de l’honorable conducteur. Il haussa les épaules, songeant aux autres fluides qui avaient sûrement tapissé le revêtement miteux des sièges. Le pharmacien s’acquitta du paiement de la course et s’empressa de sortir du véhicule, enfilant son manteau noir à rabat. Il secoua la tête pour chasser son mauvais rêve avant de se diriger vers le bâtiment d’où sortaient rires exagérés et musiques dépassées, typiques de ce genre de soirées mondaines.

Le pharmacien n’avait pas fermé l’œil la nuit dernière, trop occupé à aménager son établissement, et peut-être inquiet à l’idée que s’il trouvait le sommeil, autre chose le chercherait à son tour. Andrei plaça son anneau à son annulaire droit et le tourna de manière à afficher un petit triangle pointant dans sa direction. Il sourit de sa propre superstition tout en escaladant les marches menant à la réception.

Andrei restait perplexe sur l’invitation parfumée qui lui avait été remise. Dante devait bien être conscient qu’il ne disposait pas des fonds nécessaires pour acheter le moindre ouvrage qui serait vendu cette nuit-là. Alors qu’il terminait son ascension, un portier vint à sa rencontre, aussi aimable qu’un percepteur et plus vieux que le doyen de la Sapienza. Vous êtes ? grincha-t-il. Fort bien reçu à ce que je vois… ironisa le pharmacien. Andrei Velencei, une connaissance de l’organisateur de la sauterie. Le portier croulant éplucha sa liste d’une main tremblante avant de regarder l’homme et de lui annoncer quasi à regret qu’il pouvait entrer.

De Budapest à Rome, toutes les mondanités se ressemblaient, Andrei devait reconnaître qu’il y avait pris goût, il y trouvait le charme des mascarades des anciens, et la chaleur des réunions autours du foyer, appétit primal de se retrouver pour échanger sur la dernière trouvaille, le dernier sac à la mode ou du plus féroce politique du moment. Et pour l’âme épuisée par le labeur quotidien, un instant d’égarement bercé par les vagues des discussions et éclats de rires, cela valait bien tous les silences du monde. Mais pour l’heure, le jeune homme plissait les yeux, l’air captivé par les déblatérations de son interlocuteur. Je vous assure ! On ne cesse de dire que cette nouvelle collection surpasse la précédente ! Et je vous vois venir, comment cela est-il possible ? Eh bien c’est justement tout le génie de notre hôte ce soir ! Transfigurer l’impossible. Andrei qui n’avait pas vu une seule pièce de ces fameuses collections hochait la tête, tout sourire, faisant cent manières pour paraître sincèrement d’accord avec l’autre, malgré son ignorance crasse sur le sujet. Mais d’ailleurs, où diable pouvait bien s’être caché son hôte… Il lui en devait plus d’une.

Un couple s’approcha du passionné et lui-même, le pharmacien ne parvint pas à retenir leurs noms, cela lui valut de se maudire une énième fois pour son étourderie, l’esthète répéta son nom et Andrei se présenta à son tour. Avec un tel nom et un tel accent, il semble impossible que vous soyez du coin, je me trompe ? Madame devait sortir tout droit de Scotland Yard pour avoir un esprit aussi affuté, songea Andrei tout en tenant sa langue. En vérité je suis né en Hongrie, j’ai étudié en Italie pour enfin finir dans ce salon en votre charmante compagnie, très chère… Monsieur haussa les sourcils, sa moustache accompagnant le geste dans un ensemble comique. Mais que diable venez-vous donc faire dans cette ville ? Andrei se fendit de son sourire de charmeur : Je vous le dis en confidence, mais il y a trois endroits où j’ai toujours rêvé qu’un homme m’embrasse… Le moustachu écarquilla les yeux de surprise et sa femme devint pivoine, confirmant son effet au pharmacien déjà hilare intérieurement. Budapest, Venise et Star-City ! s’exclama-t-il avec aplomb. L’esthète éclata de rire, comprenant le trait d’esprit, suivi par le couple.

Andrei remarqua que Dante Visconti, paré d’olive, s’était glissé derrière l’esthète. Madame hochait toujours la tête, reprenant son souffle, elle leva ensuite son verre en fixant le pharmacien : Alors, Don Velencei, je lève mon verre à Star-City !

A Star-City ! s’exclama Andrei qui regardait désormais Dante, la coupe levée dans sa direction.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 12 Juil 2018 - 13:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8136
ϟ Nombre de Messages RP : 855
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Dante se joignit à l'hommage rendu à Star City, un vain sourire accroché aux lèvres, tandis que ses yeux demeuraient inertes, comme privés de leur expression naturelle ; il observait Andrei, il observait l'esthète, il observait les moustaches frémissantes et le teint pivoine.

 « Bien dit ! La ville se remet de ses tourments et déjà nous avons la chance d'un peu de temps pour honorer sa mémoire. Andrei, puis-je vous soustraire à cette compagnie un moment ? Il y a quelqu'un que je souhaite vous présenter, là-bas, sous le Piselli. Veuillez nous excuser. »

Le dragon se fendit d'un dernier salut à l'égard de la compagnie, puis il entraîna l'apothicaire à sa suite, quelques dix mètres plus loin en direction des tableaux exposés à la vue des curieux, des connaisseurs et des ivrognes qu'inspiraient l'art et la technique déployés sur la toile.

Ils approchèrent d'une œuvre quelconque, la Madone infinie, du susnommé Piselli ; l'essentiel du tableau montrait la figuration mathématique de la Vierge Marie, auréolée de la gloire sans fin des étoiles de l'univers. Difficile et peu compréhensible, l’œuvre n'attirerait l’œil de personne et serait vendue pour un prix somme toute dérisoire à un client mal renseigné et peu averti. Personne n'attendait là.

Dante s'y arrêta cependant, accorda un regard distrait aux yeux géométriques de la Madone et se tourna enfin pour mieux observer Andrei.

 « Je n'étais pas sûr que tu acceptes mon invitation. » C'était là un vain mensonge ; le dragon avait l'habitude d'être toujours obéi, puisqu'il ne demandait jamais rien que ce qu'il comptait comme dû. « Ta présence me réjouit. Apprécies-tu cette petite fête ? C'est vain et léger comme la crème fouettée sur la génoise d'un flan trop gras, mais que veux-tu, il y a des impératifs qui s'impose même aux plus libres d'entre nous. »

Dante n'avait pas souvenir d'un concept plus incongru que celui de la liberté ; le dragon avait vu les hommes se battre et se disputer pour en donner la plus exacte définition depuis quelques siècles, et jamais l'aventure de l'esprit ne s'était nouée, en définitive, qu'autour de cette notion qui lui était étrangère, absurde et redoutable.

Que de crimes commis en ton nom, Liberté ! Cet écho tragique, perdu dans l'histoire, résonnait pourtant aux oreilles écailleuses avec toute la férocité des rugissements du fond des plus profondes cavernes – car la mémoire de Dante était une vieille grotte, un vieux gouffre, un abîme.

 « Comment se passe ton intégration à Star City ? Rencontres-tu des difficultés particulières ? La pharmacie te convient-elle ? » Un serveur, passant près d'eux, leur présenta un plateau couvert de petits fruits confits, des pruneaux, qu'enrobaient des tranches de lard fumé.

Dante accepta cette invitation à la gourmandise, sans un regard pour le serveur, car il s'attachait à contempler le visage d'Andrei, ses yeux, sa bouche, sa silhouette : il le scrutait avec toute la rigueur du géologue qui soumet à son microscope les fragments d'une roche nouvelle qu'il veut étudier.

 « Si tu as le moindre besoin, tu sais que tu peux t'adresser à moi directement. » Dante nourrissait des ambitions particulières pour Andrei. Ses projets impliquaient le jeune homme et son installation à Star City n'était qu'une étape.

Le dragon n'en avait encore rien dit et il demeurait entre eux encore de nombreux secrets ; c'est qu'ils ne jouaient pas la comédie des tragédies grecques où tout se passe hors de la scène : cuillerée après cuillerée, ils boiraient la soupe, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un bol vide. Et n'est-ce pas sagesse que de considérer qu'un bol vide est plus utile qu'un bol plein ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 12 Juil 2018 - 23:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
L'Interdit

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 06/09/1987
ϟ Arrivée à Star City : 06/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 9
ϟ Nombre de Messages RP : 3
ϟ Crédits : Série : Marvel's The Punisher / Créateur :Steve Lightfoot
ϟ Célébrité : Ben Barnes
ϟ Âge du Personnage : 31
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Pharmacien
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Liens Rapides : Fiche de présentation
Andrei avala son verre d’une traite, sans lâcher des yeux Dante. Il sentit l’excellent champagne flatter son palais à mesure qu’il le buvait. Dante lui montra le tableau derrière lui, qui diable pouvait bien être ce Piselli… Mais le pharmacien comprit le message. « Madame, j’espère que votre époux vous fera visiter ma ville natale un jour, nous avons des thermes divins ! ». Andrei lui glissa un clin d’œil avant de sourire aimablement au reste du groupe. Il prit enfin congé, en compagnie du maître de cérémonie.

Il suivit de près Dante sur les quelques mètres qui les séparaient du tableau, quelques mètres qui ressemblaient à une épreuve d’infiltration. Il s’agissait d’esquiver les serveurs et leurs plateaux, éviter de se faire marcher sur les pieds par un quidam emballé dans quelques fringues survivants d’une mode révolue depuis un demi-siècle, frôler mais point rentrer dans une charmante épouse, au risque de risquer la confrontation avec son charmant partenaire… Mais Andrei était un habitué de l’exercice, il avait appris à maîtriser ses épaules carrées et sa carrure élancée, se mouvoir dans cette savante chorégraphie faisait ainsi partie de la mascarade.

Ils se trouvèrent enfin sous la madone, Andrei n’accorda pas d’intérêt pour l’œuvre, non pas qu’il n’aimait pas l’art, mais les couleurs de Dante intéressaient davantage son œil.

Citation :
« Je n'étais pas sûr que tu acceptes mon invitation. »

Andrei pencha la tête en souriant : « Et rater l’occasion de te croiser en catimini ? J’aurais été bien sot de rester à la pharmacie, changer d’air, ça fait du bien… ». Un arrière-goût d’algue s’invita dans son palais, et l’apothicaire chercha un serveur des yeux pour le passer derrière la saveur d’un petit-four.

Citation :
« Ta présence me réjouit. Apprécies-tu cette petite fête ? C'est vain et léger comme la crème fouettée sur la génoise d'un flan trop gras, mais que veux-tu, il y a des impératifs qui s'impose même aux plus libres d'entre nous. »

Libre ? Andrei n’avait pas eu un seul instant à lui depuis sa fuite de Venise, il était enchaîné à l’horloge du Temps et se débattait pour négocier avec les astres quelques instants supplémentaires pour stabiliser sa situation. Le pharmacien devait reconnaître que sans l’aide du généreux mécène, il se serait retrouvé dans une situation bien plus détestable… Il valait mieux être debout et fatigué à manger des canapés au fromage à une réception, plutôt que se trouver allongé dans une usine désaffectée du feu bloc soviétique. « Ta réception est une réussite, ne t’en fais pas pour ça, elle est digne d’un anniversaire aristocrate italien. Telle un fragment de la mosaïque qu’il faut reconstruire après l’invasion, mais morceau par morceau, cette ville retrouvera sa plénitude, j’en suis certain. »

Une ombre sembla traverser le regard de Dante, qui poursuivit malgré tout :

Citation :
« Comment se passe ton intégration à Star City ? Rencontres-tu des difficultés particulières ? La pharmacie te convient-elle ?»

Andrei saisit deux pruneaux et les savoura en fermant les yeux un instant, délivré de la réminiscence onirique. Il les rouvrit sur un Dante scrutateur, Andrei sentit ses joues s’échauffer et pensa à la femme du moustachu qui comme lui était bien incapable de dissimuler ce genre de bouffée de chaleur. Il détourna rapidement les yeux sur la toile avant de revenir instinctivement sur ceux de Dante. Finalement Andrei parvint à s’exprimer sans tremolo ou soupçon de malaise : « La pharmacie est parfaite, il n’y avait pas de cadavre dans le faux-plancher, ce qui n’est pas toujours acquis, crois-en mon expérience ! Là je suis occupé à réunir clientèle et fournisseurs, ce n’est pas une mince affaire mais je m’en sors. Puis rien de mieux que l’air marin pour garder les bronches limpides ! »

Citation :
« Si tu as le moindre besoin, tu sais que tu peux t'adresser à moi directement. »

Andrei acquiesça, il détestait devoir être redevable à qui que ce soit, mais il y avait plusieurs choses qu’il ne trouverait pas à l’épicier du coin, dont un matériel alchimique digne de ce nom, et pas des verreries fêlées vendues au rabais sur Internet comme il avait pu en voir. Cependant la bouche d’Andrei n’articula rien au sujet des ustensiles ésotériques à son grand détriment, et elle exprima une tout autre pensée plus diffuse : « Besoin de te voir, ça compte ? » Andrei pouffa pour déguiser sa réflexion absurde en boutade avant de reprendre : « Euh… Si tu as du matos pour moi ça m’arrangerait… Euh… Disons que je m’épuise rapidement ces temps-ci… »

Andrei tourna la tête vers le tableau et lui découvrit une splendeur toute soudaine, il afficha un air savant et tenta d’oublier la question qui lui trottait dans la tête : qu’était t’il venu faire dans cette galère !
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 14 Juil 2018 - 11:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8136
ϟ Nombre de Messages RP : 855
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
 « Vrai. » Un mot, un seul pour répondre aux remarques de Velencei sur la reconstruction de la ville, « morceau par morceau » ; ce serait la tâche de toutes les forces vives de Star City. Toutes les volontés n'auraient pas à cœur la même vision pour l'avenir.

Les rivalités donneraient du relief aux contrastes les plus saisissants et de l'entrelacs des véhémences, des ambitions et des dévotions naîtraient la nouvelle ville, plus forte, plus rayonnante, plus heureuse, nourrie de ces sources multiples... oui, comme vingt-cinq ans plus tôt, Star City connaîtrait une renaissance ; il s'agissait désormais d'en faire une période plus magnifique encore. Dante se questionnait volontiers : devrait-il y prendre une part plus active ? Les événements l'y contraindraient.

Il l'avait vu dans le feu de ses introspections, lorsqu'il questionna le futur dans la flamme. La danseuse échauffée lui révéla des visions dont le sens indiquait le rôle qu'il devrait jouer. Tout est comédie ! Les enjeux n'en sont pas moins cruciaux. Ils expliquaient pour beaucoup la présence en cette galerie, à cette soirée, du jeune Andrei.

 « Nous trouverons du temps pour nous voir plus souvent. Je t'aurais proposé de venir vivre chez moi si je n'avais cru plus utile que tu disposes d'un foyer où te retrouver en toute indépendance. » Andrei n'avait pas fui les chaînes du vieux continent pour s'offrir à celles du nouveau.  « Quant au matériel, c'est précisément l'une des raisons de ta présence ici. » Dante lâcha ces quelques mots pour produire un semblant de coup de théâtre. Il laissa le silence peser sur leurs épaules avant d'éclater de rire.

 « Pas sous ce tableau grotesque, non. Il n'y a rien à en tirer, même l'enduit est de piètre qualité. » Il parlait en connaisseur ; d'un geste de la main, Dante invita Andrei à le suivre et s'avança en direction du buffet. Là, il déposa son verre, puis se tourna vers le jeune homme.  « J'appointerai l'un des miens à ton service, il se chargera de prendre commande de tes besoins et d'organiser l'acheminement des marchandises. Naturellement, tu devras d'acquitter d'un certain prix. Dérisoire, certes, mais je dois me garder de toute insinuation de... favoritisme. »

Andrei l'ignorait encore, mais une surprise l'attendait au tournant : l'agent en question qui opérerait comme son fournisseur n'était autre qu'un gobelin, et comme Andrei n'en avait sûrement jamais rencontré, ce serait une première fois des plus... étonnantes, pour lui, car ces créatures font toujours une forte première impression – bonne, mauvaise, qu'importe ?

Ils auraient continué la conversation mais quelqu'un vint les interrompre. C'était un journaliste, Harry Broth.  « Ah, monsieur Visconti, je vous cherchais ! Avez-vous appris la nouvelle ? Sans doute pas, ça vient de tomber, je l'ai vu sur mon téléphone... la police a trouvé dans un squat des fans de Petula Bonbon, vous savez, la criminelle ? Ils sont tous morts après l'explosion d'un gaufrier qu'ils ont voulu transformer pour en faire une arme ou une bombe, on ne sait pas encore... »

Hélas, ils durent quelques instants consacrer de leur temps et de leur attention à cette conversation inopinée. Dante fit les présentations et Broth, en bon journaliste, s'intéressa pour quelques questions à Andrei et aux raisons de sa présence à cette soirée mondaine. Quand il eut rassasié sa conscience professionnelle et son goût pour les renseignements, il s'éclipsa, soucieux d'aller se faire voir ailleurs.

 « L'ordinaire revient à Star City. C'est bon signe. Mais comme je le disais... ah, non, je ne l'ai pas encore dit, j'ai une proposition à te faire, j'entends t'offrir de quoi poursuivre tes travaux et tes recherches... particulières, alors que dirais-tu de me suivre dans un endroit plus discret où nous pourrons parler plus sereinement ? » Nul ne remarquerait leur absence – c'était l'avantage d'être ici le maître de cérémonie et d'avoir réuni des amis, des fidèles, des clients ; des féaux.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Hier à 18:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
L'Interdit

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 06/09/1987
ϟ Arrivée à Star City : 06/07/2018
ϟ Nombre de Messages : 9
ϟ Nombre de Messages RP : 3
ϟ Crédits : Série : Marvel's The Punisher / Créateur :Steve Lightfoot
ϟ Célébrité : Ben Barnes
ϟ Âge du Personnage : 31
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : Pharmacien
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Liens Rapides : Fiche de présentation
Le pharmacien contemplait cette toile et se perdit dans son étude pour oublier son trouble, peu importe qui était ce Piselli, s’il devait bâtir sa gloire sur ce tableau, il ne sortirait jamais de l’ombre des grands. Composition triangulaire, figure commune de la Madone… Rien ne semblait rendre l’œuvre originale ou novatrice. Un travail de bon élève, mais un tableau de maître… Andrei restait dubitatif.

Dante le sortit de sa torpeur, et Andrei admira un instant l’écaille des lèvres de son hôte. Dante dégageait un charisme certain, et le pharmacien était indubitablement tombé sous son charme. Le propos du maître de cérémonie le fit sourire… Comme s’il n’avait pas délibérément choisi de s’établir près des quais. Puis habiter dans la résidence de Dante Visconti, cela aurait attiré l’attention, et lui n’avait besoin que d’une chose : de la discrétion pour quelques temps. Mais le sommeil le fuyait, à moins que ce ne soit lui qui cherchait à y échapper. En tout cas il ne pouvait pas se permettre de dormir seul. Ses tourments oniriques étaient trop vivaces, trop réels pour lui. Il avait adopté comme tactique de se réfugier dans un diner pour y piquer des sommes discrets, la proximité avec les buveurs insouciants l’apaisait.

C’est pourquoi lorsque Dante évoqua l’idée de pouvoir l’héberger, Andrei hocha la tête : « La pharmacie est parfaite, plutôt bien située, je n’ai pas à me plaindre et j’y suis largement à mon aise, toutefois je ne refuserais pas l’idée de pouvoir squatter tes murs si tu me le proposais, même si cela fait un bout de temps que nous ne nous sommes pas vus, j’ai toujours su apprécier ta compagnie, Dante. » Andrei se mordit la lèvre une fraction de seconde, il n’osait pas non plus avouer que depuis sa fuite, il était foutrement seul dans cette ville, plus de contacts scabreux, plus d’amis de la Sapienza, plus de famille…

La déclaration de l’hôte lui fit hausser les sourcils et il sourit amusé en regardant la toile. « Permet moi d’être étonné ! Mais je t'en prie, explique moi tout ça.»

Dante lui fit signe de l’accompagner près de la large table où s’entassaient verres et alcools. Il le renseigna sur ses intentions. « J’apprécie le geste, je verrais avec ton agent, mais il n’y a rien de sorcier dans ce que j’attends » Andrei lâcha ces derniers mots avec humour. « Pour ce qui serait du favoritisme, ne t’en fais pas, montre-moi les réfractaires et j’aurais autant de discussions que nécessaire avec eux. Autrement, le paiement en lingots d’argent te convient ? » Andrei passa discrètement ses doigts sur sa bague et changea les motifs alchimiques en cuivre avant de les retransformer, un sourire au coin des lèvres.

A peine eut il finit son petit tour de frime qu’un curieux s’approcha d’eux. Qui diable était cette Petula Bonbon… Andrei irait jeter un œil aux manchettes de journaux pour se renseigner. Monsieur Broth, apparemment journaliste ennuya Dante sous ses questions, laissant Andrei se gausser de cet interrogatoire impromptu. L’apothicaire déchanta très vite quand le journaliste se tourna vers lui. Il lui expliqua brièvement qu’il était le nouveau Pharmacien à proximité des quais et qu’en tant que nouveau modeste notable de la ville il s’était rendu à la réception pour rencontrer le monde de Star City. A sa plus grande satisfaction le journaliste n’en ressenti pas davantage d’intérêt et il alla chercher des noises à d’autres invités. Andrei n’appréciait pas ce genre de type fouineur, qui sous couvert de s’improviser inspecteurs mettaient leur nez dans certaines affaires et terminaient leurs jours au fond de la baie… Le bon temps, mais ici, il n’avait pas grand-chose à craindre de ces fouilles-merde.

Dante revint vers lui, et lui exposa la véritable raison de sa venue ici. Andrei fut véritablement surpris cette fois et lorsqu’il ouvrit la bouche, aucun son n’en sortit tout d’abord, il déglutit en acquiesçant : « Tu as la pierre philosophale dans ta poche ? » ironisa-t-il avant de poursuivre plus sérieusement, « Je n’ai pas laissé tomber mes travaux effectivement, mes notes sont sous clé à la pharmacie, mais je t’en prie, trouvons nous un coin moins… peuplé. »

Andrei posa son verre à son tour et tira sur sa veste de costume avant d’ôter une miette qui s’était posée sur sa cravate bordeaux. Il sourit à Dante, prêt à le suivre.
Revenir en haut Aller en bas



Quia Ego Sic Dico

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Le grand dico Ciné
» Dico des pouvoirs
» Institut Médico Légal de PARIS - 01/04/2011
» dictionnaire breton
» Neville Londubat, Filière Médico-Soins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Centre Ville :: Le quartier des Théâtres-