AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

S'il te plaît, raconte moi un vol | Lukaz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 16 Juin 2018 - 23:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

avatar
Agent Ténébreux

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 208
ϟ Nombre de Messages RP : 36
ϟ Doublons : Natalia Greene, Andrea Parker
ϟ Crédits : Moi
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Veuve
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard glacial. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

1 rose d'Eve, 2 rose de Misha, 2 roses de DVDD, 1 rose de Lukaz, 1 rose de William

Statut RP : Fermé (2/2)
La fête battait son plein. À l’abri derrière son verre de champagne hors de prix, Gabrielle Tessier feignait l’amusement, la joie, le soulagement, enfoncée dans son large canapé en cuir. Car c’était ce qu’il fallait être, non ? Son penthouse hors de prix et interminable offrait à tous le loisir d’admirer sa richesse et une vue imprenable sur le paysage urbain de Star City, dont le spectre nocturne se dressait sur les décombre ; Une ville finalement libérée de l’emprise du Terminus et de ses sbires affreux – mon dieu, disait-elle, elle en tremblait encore – une ville qui méritaient qu’on fête dignement sa libération, qu’on porte un toast en l’honneur de ceux qui n’étaient plus là pour témoigner de l’horreur que ces mois d’autarcie avaient été. Ses invités avaient pleuré avec elle lorsque l’émotion l’avait submergé, ils s’étaient montrés compatissants lorsqu’elle leur avait avoué à quel point elle avait été terrifiée, terrée dans son appartement du centre-ville – miraculeusement épargnée par les feux ennemis. Et finalement elle les avait remerciés de leur fidélité, de leur présence, de leurs amitiés intarissables.

Un ricanement ourla sa lippe. Tout autour d’elle, c’était un festival de débauche et rien n’était laissé au hasard ; Comme l’argent, la drogue coulait à flots, les verres n’étaient jamais vides et les bouches toujours pleines. Pleines de quoi ? C’était au seul désir de celui à qui elle appartenait. Pour fêter dignement, haut à l’abri des regards, l’héritière n’avait pas lésiné sur les moyens et c’était mieux ainsi. Pour commencer, on n’en attendait pas moins de la fille du célèbre homme d’affaires français ; La Jet Set lui avait ouvert les bras et elle avait fait le choix de l’accueillir pleinement puisque sa couverture en dépendait. Par ailleurs, elle se devait de reprendre sa place sur la scène mondaine pour ne pas se faire oublier des bonnes gens qui grossissaient son carnet d’adresses et pouvaient tôt ou tard servir les intérêts de l’organisation. Enfin, c’était l’occasion rêvée pour elle de L’attirer dans sa toile.

Car si Gabrielle avait organisé cette orgie de concupiscence et n’avait pas encore feint une migraine fulgurante pour pouvoir s’éclipser, c’était pour une et une seule raison : elle voulait rencontrer l’émissaire de Solar. Et elle savait qu’il serait présent à cette soirée, bien qu’elle ignore son nom, son visage ou même la raison de sa présence. Ce pouvait être l’un de ses invités, mais ce pouvait tout aussi bien être l’un de ses serveurs ou l’un de ses danseurs. Tout ce qu’elle avait affaire, c’était attendre qu’il se manifeste ! Et il le ferait, elle n’en doutait pas ; Solar l’avait contacté pour lui proposer un marché après qu’elle ait laissé échapper lors de l’une de ses soirées mondaines qu’elle était à la recherche d’un artefact égaré par sa famille au fil des générations. La belle histoire !

Mais les origines françaises de Gabrielle Tessier avaient toujours attisé la curiosité de son entourage, et ses faveurs n’avaient jamais cessé de susciter les envies les plus fantasques. Certains auraient tout fait pour se retrouver dans son lit l’espace d’un soir, y compris tirer les ficelles les moins fréquentables pour attirer l’attention du célèbre cambrioleur. Une fois l’affaire conclue, il n’aurait plus resté qu’à présenter l’objet sur un plateau d’argent ! Mais Gabrielle n’était pas stupide, et Solar l’était encore moins. Si la française avait laissé filer l’information à dessein – n’ayant elle-même aucun moyen de contacter le criminel – il devait avoir compris d’une manière ou d’une autre le subterfuge et s’était directement adressé à elle. Ce qui l’arrangeait, au fond, lui évitant une confrontation aussi embarrassante qu’alcoolisée avec un amant à éconduire. Le désavantage étant qu’elle aurait à payer les services de Solar avec chacun de ses deniers... Par chance, elle n’en manquait pas !

Poussant un soupir imperceptible, l’héritière jeta un coup d’œil à l’immense horloge mural qui affichait bientôt minuit. Comme le lui avait dit le cambrioleur, son intermédiaire la rencontrerait à heure tapante, elle devait donc se préparer à l’accueillir comme il se devait.

« Monsieur Montgomery, gloussa-t-elle en se penchant sur l’épaule d’un homme d’âge mûr pour susurrer à son oreille, il va falloir que vous m’aidiez à me lever, je crois que j’ai beaucoup trop bu ! »

Elle glissa ses jambes fuselées entre les siennes, s’extirpa de sa gaine de cuir et déambula – faussement mal assurée – jusqu’à l’escalier de verre derrière lequel se trouvait la porte de service, sous les rires gras de ses invités. Lorsqu’elle fut certaine d’être hors de leurs vues, Gabrielle abandonna son verre sur le plateau d’un serveur et gravit les marches jusqu’à un hall, sur lequel s’ouvrait trois portes dont l’une d’elle était assurément sa chambre – en témoignait le double battant savamment ciselé. Là, elle extirpa un miroir de sa pochette et l’utilisa pour replacer une mèche folle. Et pour observer la silhouette qui venait d’arriver dans son dos.

Il était minuit.
Revenir en haut Aller en bas


No one can hide from my sight
(c)ambrose

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 16 Sep 2018 - 16:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6617
ϟ Nombre de Messages RP : 710
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz était plutôt ravi que l'invasion soit terminée. Il était vrai qu'une ville assiégée devenait beaucoup plus facile à piller mais dans le même temps, ça rendait le travail beaucoup plus difficile. Fuir les forces de police, c'était une chose, fuir des drones du Terminus, c'en était une autre... Surtout quand il n'y avait pas que des drones. En plus, à cause de tous les problèmes dans les communications, Lukaz n'avait pas eu beaucoup de demandes, sans compter que les gens avaient généralement d'autres trucs à penser. La fin de l'invasion signait donc un retour à la normale, de nombreux criminels reprenant les affaires, bien décidés à compenser les pertes subies au cours des derniers mois.

Pourtant, cette nuit-là, ce n'était pas un criminel que Lukaz allait rencontrer. Il fallait même dire que ce serait une rencontre assez inédite. De manière générale, on retrouvait toujours le même profil de commanditaires mais voilà quelques temps, les contacts de Solar lui avaient évoqué des rumeurs tournant autour d'une certaine Gabrielle Tessier. Visiblement, celle-ci cherchait à mettre la main sur un artefact familial perdu, rien de moins. Une sorte de chasse au trésor, en somme, même si elle n'avait pas grand-chose à voir avec les activités habituelles de Solar. Il n'y avait donc pas accordé plus d'attention que cela, dans un premier temps, mais avait ensuite fini par changer d'avis après quelques recherches supplémentaires. Gabrielle Tessier semblait effectivement être particulière riche, elle avait un père particulièrement riche et surtout, elle était Française. Finalement, cela s'avérait plus intéressant que prévu et une belle somme, ça pourrait lui permettre de se renflouer un peu.

Solar avait donc fini par contacter Gabrielle Tessier, lui laissant entendre qu'il pourrait s'intéresser à son affaire mais qu'elle devrait d'abord rencontrer l'un de ses agents. Pour cela, il n'y avait rien de mieux que d'organiser une fête. Aussi, le soir de cette fameuse fête, Lukaz s'était rendu chez Gabrielle Tessier. En effet, il allait jouer lui-même le rôle de son agent, ce qui lui permettrait d'étudier la question et ses détails avec beaucoup plus d'attention. Sans compter que ça lui permettait d'en découvrir davantage sur la jeune femme. Et si l'on pouvait dire une chose, c'était qu'elle ne lésinait pas sur les moyens. Déjà, elle occupait un appartement vraiment luxueux, ce qui s'annonçait plutôt avantageux pour son paiement. Ensuite, sa fête, c'était une putain de fête ! Elle ne faisait effectivement pas les choses à moitié et il n'y avait qu'à regarder la quantité de victuailles et leur qualité pour s'en convaincre. Surtout quand on pensait à l'état de ville, au dehors...

Quant à Gabrielle Tessier, elle correspondait parfaitement au stéréotype des jeunes femmes riches. Il suffisait de la voir pleurer ou raconter comment elle avait eu peur durant l'invasion pour se rendre compte qu'il s'agissait de l'occasion idéale pour réclamer un paiement particulièrement conséquent. Lukaz avait donc passé la soirée à boire et à manger, surveillant la jeune femme du coin de l’œil tout en slalomant entre les invités. Officiellement, il était l'un des jeunes hommes qui avaient accompagné une des riches femmes présentes même si dans les faits, personne ne pouvait se souvenir l'avoir vu arriver. Enfin, s'il était là, c'était qu'on l'avait laissé rentrer, non ?

Lorsque Gabrielle Tessier s’éclipsa en direction de l'escalier, Lukaz attendit un peu, lançant un regard en direction de l'horloge la plus proche. Il n'allait pas tarder à sonner minuit, c'était donc le moment qu'il attendait. Discrètement, le voleur s'approcha à son tour de l'escalier et l'air de rien, il en gravit les marches sans que personne ne lui accorde la moindre attention. Sa tenue dénotait peut-être un peu, à côté de tous les autres invités, puisqu'il ne portait qu'un jean et un tee-shirt pourpre qui mettait en valeur son corps finement musclé, mais c'était aussi cela qui avait rendu son histoire crédible. Il avait tout l'air d'être un de ces jeunes bad boys dont les riches célibataires étaient friandes.

Arrivant en haut des marches, Lukaz avisa directement la présence de Gabrielle Tessier qui se recoiffait, un petit miroir entre les mains. Parfait, comme ça, il n'aurait pas besoin de lui courir après. S'approchant d'elle d'une démarche nonchalante, Lukaz finit par s'arrêter, un mètre en retrait.

« Mademoiselle Tessier, je crois que nous devons parler. »
Revenir en haut Aller en bas






Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 23 Sep 2018 - 22:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

avatar
Agent Ténébreux

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 208
ϟ Nombre de Messages RP : 36
ϟ Doublons : Natalia Greene, Andrea Parker
ϟ Crédits : Moi
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Veuve
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard glacial. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

1 rose d'Eve, 2 rose de Misha, 2 roses de DVDD, 1 rose de Lukaz, 1 rose de William

Statut RP : Fermé (2/2)
Gabrielle n’avait pas eu à attendre trop longtemps pour que son interlocuteur ne se manifeste. Minuit tapante sonnait lorsque la voix d’un homme, attira son attention et elle salua silencieusement sa ponctualité, qui témoignait sans doute de la rigueur de son employeur. Lorsqu’elle se retourna pour l’observer, la jeune femme reconnut aussitôt l’un des hommes qu’elle avait vu déambuler parmi ses invités ; Il ne s’était pas démarqué du lot par son apparence, qui ne différerait guère des autres gigolos qu’elle savait être présent, mais par le fait qu’elle ne l’avait vu au bras d’aucune des riches bourgeoises qu’elle avait convié à sa fête. Elle connaissait évidemment, chacun de ses invités, elle savait reconnaître la plupart de ceux qui les accompagnait qu’il s’agisse de leurs conjoints ou de leurs amants. Lui, elle ne l’avait jamais vu, c’est pourquoi ses soupçons s’étaient portés sur le séduisant trentenaire. Mais la jeune femme avait également dû admettre qu’elle portait le flou sur ses employés – eux-mêmes recrutés par son majordome et pas par elle personnellement. Mais au fond, qu’elle n’ait pas su le repérer n’avait pas d’importance. En réalité, c’était même une bonne chose puisqu’elle y voyait une forme de discrétion et de prudence. Tout ce que requerrait cette mission.

L’héritière clôt son miroir et le glissa dans sa pochette dardant de ses prunelles perçantes l’individu qui venait de lui adresser la parole. D’un signe de tête, elle approuva ses dires et lui indiqua d’une main la double-porte immédiatement à gauche.

« Effectivement. Si vous voulez bien me suivre. »

Sans attendre de savoir s’il préférait faire cela dans le couloir, ç’eut été inconvenant, la jeune femme se faufila entre les battants de bois qui menaient à son bureau. Là, le cadre était assurément plus studieux ; De larges bibliothèques de bois sombre couvraient les murs et contenaient nombre d’ouvrages anciens, la lumière tamisée invitait au calme et à la réflexion et un bureau ouvragé se tenait au fond de la pièce. Après avoir refermé les portes derrière eux, à l’occasion de quoi son interlocuteur put remarquer que la pièce était parfaitement insonorisée, la jeune femme s’y dirigea et s’y assit nonchalamment, croisant ses jambes fuselées.

« Je suis ravie de voir que mon affaire a su susciter l’attention de votre patron. Vous le remercierez de ma part si notre petite discussion aboutit à un accord. »

Un sourire carnassier ourla ses lèvres. L’argent ne serait pas un problème et elle savait que Solar était réputé pour les braquages les plus audacieux ; Où que se trouve l’objet de sa convoitise, il lui serait ramené dès lors qu’elle y mettrait le prix. La seule chose qui risquait de faire capoter leur affaire, c’était qu’il se montre trop curieux quant à l’identité de celui qui requerrait ses talents. Gabrielle avait évidemment fait le choix de ne pas se présenter en tant que Duality mais sous son apparence civile, plus transparente, ce qui signifiait qu’elle devait maintenir un secret absolu sur la personne qui l’employait et qui n’était en réalité nul autre qu’elle-même. En attendant, elle devait rester la jet-setteuse fantasque qui ne lésinait pas sur les moyens – mais qui avait à qui elle avait affaire.

« Je suppose que des présentations ne sont pas nécessaires, alors permettez-moi de rentrer dans le vif du sujet : je ne suis pas la personne qui convoite l’objet. Elle marqua une pause de circonstances. Mais j’ai l’argent, la notoriété et les connaissances, c’est pourquoi on a fait appel à moi pour contacter Solar. Je suis entremetteuse et garante de mon client – lequel préfère garder son anonymat – et si cela ne pose pas de problèmes, je préfèrerais demeurer votre interlocutrice privilégiée. »

Autant commencer par-là. Elle savait que le cambrioleur faisait lui-même très attention à son identité, et elle supposait qu’il ne serait pas très regardant sur ces petits détails dans la mesure où le paiement serait fait comptant et que toutes les informations concernant le casse lui seraient fournies. En somme, il avait juste à récupérer l’objet, faire la livraison et il n’entendrait plus jamais parler de ce mystérieux mandataire. Simple comme bonjour.

« Concernant le paiement, le prix de votre employeur sera le mien – et je ne doute pas qu’il saura se montrer raisonnable. La moitié de l’argent sera versée avant, l’autre moitié après. Elle marqua une nouvelle pause. J’ai d’autres informations à vous fournir, mais avant j’aimerais savoir si tout vous convient jusque-là et si vous avez des questions. »

S’ils avaient un point de désaccord, il fallait le régler avant d’aller plus loin – qu’elle ne lui signale la dernière localisation de l’objet ou qu’elle ne l’identité, par exemple. Et s’il avait des questions, elle serait ravie de l’éclairer – tant que ça ne concernait pas l’identité de son alter-ego.
Revenir en haut Aller en bas


No one can hide from my sight
(c)ambrose



S'il te plaît, raconte moi un vol | Lukaz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [Libre] Raconte moi une histoire s'il te plaît
» "Maman raconte moi une préhistoire !!!"
» Père Castor, raconte nous une histoire! - Neal
» Raconte tes rêves !
» Hank et Angy:On raconte quoi dans le journal?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Centre Ville :: Le quartier du Parc :: 64th Avenue-