AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Une occasion d'apprendre [Gabrielle Tessier]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Mer 4 Avr 2018 - 0:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


Une occasion d'apprendre

Gwen ne venait pas à Mannheim uniquement pour recevoir des missions de vol classique par l’officier de la pénombre et d’aller rédiger un débriefing de ces mêmes missions, elle venait aussi pour peaufiner ses compétences martiales ainsi que ses pouvoirs dans le simulateur de combat. Il lui est arrivé à maintes reprises de devoir se battre pour échapper aux personnes qui voulaient l’empêcher de fuir avec le fruit de ses larcins. Certes, sa force, sa résistance ainsi que son agilité surhumaine compensaient ses compétences au corps à peine moyen, mais ses décennies d’expérience sur le terrain lui avaient prouvé que cela ne suffisait pas tout le temps. Notamment dans des situations critiques où elle avait bien failli se faire tuer par les propriétaires de ses vols si elle n’avait pas eu le soutien de ses agents. Ce n’est donc pas pour rien qu’elle consacre une journée hebdomadaire à travailler sa mémoire musculaire, afin d’optimiser ses chances de survie lors de missions de vol qui tournent mal. Ce n’est pas parce qu’elle n’a pas peur de mourir en mission, ou de mourir tout simplement qu’elle doit négliger sa survie. Elle a encore de belles années derrière elle avant de prendre sa retraite !

Après deux heures et deux pauses d’un quart d’heure, Gwen sort du simulateur de combat pour aller se prendre une douche dans les vestiaires pour femmes afin de chasser l’odeur de transpiration, avant d’aller rejoindre le salon détente de la base vêtu de son inséparable armure symbiotique sous la forme d’une combinaison d’un noir et d'un rouge foncé luisant qui revêt l’intégralité du corps de Gwen jusqu’au sommet de son cou. Un costume vivant tellement moulant que cela ressemble quasiment à du body peint, mettant en valeur tous ses atouts dans une indécence débridée pour la satisfaction de son ego, où chaque regard porté sur elle est une flatterie, peu importe ce qui est visé. Un agent recru passant à côté de Gwen manque même de se prendre une porte en se rinçant l’œil sur le postérieur du superviseur qui esquisse un sourire coquin sans se retourner vers son père. Le gout pour les tenues suggestives et indécentes n’était un secret pour personne, en dehors des nouvelles recrues voyant Gwen pour la première fois. Et puis Gwen était loin d’être le seul agent à se balader dans Mannheim dans une tenue aguicheuse. Elle se souvient même une fois d’avoir vu un agent faire un rapport à l’officier dans un style vestimentaire n’ayant rien à envier à celui de Gwen, donc….

Elle s’installe sur un canapé circulaire posé contre l’angle mural de l’immense salon, où se tiennent trois écrans plafond formant un triangle au centre de la pièce, diffusant la chaine principale montrant des rediffusions. Elle constate qu’elle est en avance de dix minutes de son rendez-vous prévu ici avec l’agent ténébreux Tessier, après avoir envoyé Annabelle pour lui faire passer le message. Un nom qui n’est pas inconnu du superviseur puisqu’elle a déjà travaillé en équipe au côté d’un agent ténébreux portant le même patronyme par le passé, lors de nombreuses missions. Un certain Christian Tessier si ses souvenirs sont bons. La première fois qu’elle le rencontra, ce fut lors de sa longue mission qui aura précédé à l’assaut de SHADOW sur les dirigeants de l’UNSA. Quant à sa dernière mission à ses côtés, elle remonte il y a de cela un an et que depuis elle n’a plus eu de ses nouvelles. Ce qui ne l’étonnait pas puisque c’était un agent appartenant à la base française de Shadow dont elle a oublié le nom. Elle avait même noué une solide relation amicale avec Christian qui aurait pu évoluer en relation amoureuse s’il était beaucoup moins vieux qu’elle physiquement parlant. Déjà qu’il y avait au moins dix ans d’écart d’âge sur le plan physique au début des années quatre-vingt-dix qui auraient frisé à la pédophilie, cela ne s’était pas arrangé avec le temps. Christian est-il encore vivant ? Gwen l’ignore, mais elle espère pouvoir le découvrir dans pas très longtemps.

Lorsque l’agent ténébreux entre dans le salon, Gwen attend que l’agent remarque sa présence avant de prendre la parole en première.

- Ah, vous voilà enfin ! je vous en prie, asseyez-vous. lâcha-t-elle avec un sourire sincère avant de l’invité à s’asseoir, les Jambes croisées et les bras posés sur le large dossier. Elle préférez la tutoyer plutôt que de la vouvoyer. Elle contemple son visage avec intérêt pour ensuite reprendre. Christian ne m’avait jamais dit qu’il avait eu une fille aussi ravissante. Je ne sais pas s’il t’a parlé de moi, mais crois-le ou non ton père est un ami de longue date depuis vingt-huit ans. Cela fait depuis l’année dernière que je n’ai pas eu de ses nouvelles. La dernière fois qu’on s’était croisée, c’était durant une mission de récupération assez coriace à Las Vegas. J’ai bien essayé de lui laisser des messages, mais je n’ai eu aucune réponse de sa part.

De ce qu’elle savait de lui c’était un homme d'affaires très occupé, comme tous les hommes d’affaires en majorité.

- D’ailleurs en parlant de lui, comment il va de son côté ?


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 8 Avr 2018 - 15:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

avatar
Agent Ténébreux

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 196
ϟ Nombre de Messages RP : 29
ϟ Doublons : Natalia Greene
ϟ Crédits : Tyrell
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Veuve
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard glacial. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

1 rose d'Eve, 1 rose de Misha

Statut RP : Fermé (2/2)
Gabrielle n’aimait pas Mannheim, elle ne l’avait jamais aimée, dès les premiers instants où les choix de son père l’avait conduite dans ses entrailles. Dès lors, c’était comme si la lumière s’était éteinte et quelque chose en elle avait irrémédiablement changé, peut-être parce qu’elle ne s’était jamais vraiment sentie chez elle au pays de l’Oncle Sam. Et certainement parce que la base américaine de l’organisation n’avait pas la moitié de l’élégance de son équivalent français. Et c’était encore sans compter les agents qui la dévisageaient tandis qu’elle évoluait dans les couloirs sans fin ; Nul n’ignorait qui elle était, de qui elle portait le nom ou quel était sa fonction depuis qu’elle avait été affectée en ces lieux. Parfois, Paris et son réseau souterrain lui manquait. Son standing, son service, son savoir vivre, son cachet. Ici, tout se ressemblait et c’était particulièrement frappant dès lors qu’on quittait la vaine vie civile pour redevenir l’agent au service d’une cause plus grande. C’était aseptisé et fade. C’était Américain. Elle avait le mal du pays.

Ses yeux clairs caressaient les murs lisses, gris souris, qui semblaient s’étendre à perte de vue sous Star City. Mannheim était un dédale à bien des égards, un labyrinthe dans lequel il avait fallu savoir, très tôt, s’orienter et faire fi des murmures, des coups d’œil et des racontars. Il avait fallu un temps, mais de curiosité, elle était devenue visage connu. Et de visage connu, elle était devenue anonyme. Aujourd’hui, on l’ignorait la majorité du temps et c’était encore ce qu’elle préférait. Ainsi, ses contacts avec les autres agents se limitaient encore à l’Officier de la Pénombre en charge de la base américaine, à la scientifique de l’ordre Maura O’Hare, à la Pénombre et parfois à l’Ombre elle-même. C’est pourquoi elle avait été très surprise d’apprendre que l’un des superviseurs de l’organisation souhaitait la rencontrer. Il n’était pas dans leurs habitudes de se préoccuper d’elle dans la mesure où elle ne dépendait pas de leurs équipes et ne répondait pas à leurs ordres, mais poussée par la curiosité, Gabrielle n’avait pas cherché à refuser l’invitation de l’agent Shade.

Il lui fallut plusieurs détours pour parvenir au lieu de leur rendez-vous, mais elle parvint finalement à la salle de repos avec plusieurs minutes d’avance et ne fut pas surprise de trouver son interlocutrice déjà prête à l’accueillir. D’un pas déterminé, elle se dirigea vers la femme et, sur son invitation, s’installa sur le canapé qui lui faisait face sans manquer de lui retourner son sourire. La première chose que l’on pouvait remarquer, c’était que l’agente qui la dévisageait était une belle femme. La deuxième chose que l’on pouvait remarquer, c’est qu’elle savait très bien à qui elle avait affaire alors pourtant qu’elles ne s’étaient jamais rencontrées. Son sourire en disait long ; Par « chance », il ne fallut pas longtemps à la française pour savoir quel était le but de cette rencontre.

Christian.

Voilà un nom qu’elle n’avait pas entendu depuis une éternité. Elle ferma les yeux et secoua doucement la tête tandis qu’un sourire mélancolique ourlait ses lèvres. Il ne lui était jamais agréable de parler de son père. La douleur était encore trop présente, la blessure trop peu guérie. Le pincement de cœur trop cinglant et les souvenirs, eux, trop effacés. Le plus lancinant était d’imaginer que pour ses collaborateurs, Christian Tessier n’avait disparu que depuis une année, alors qu’elle avait dû dire adieu à son père presque dix ans auparavant. Dix longues années où elle l’avait vu sans le voir, dix années de sa vie où ses souvenirs de lui avaient été brouillés, effacés, méthodiquement remplacés. Et dont elle avait encore des séquelles aujourd’hui. Se souvenir faisait mal, presque autant que de ne pas se souvenir.

« Agent Shade, c’est cela ? Demanda-t-elle tout en connaissant la réponse. Je n’ai pas souvenir que mon père m’ait parlé de vous, mais à sa décharge, nos contacts ont été très limités ces dix dernières années... Comme vous le savez peut-être. »

Puisqu’elle le connaissait, elle ne devait pas ignorer sa participation au projet Duality. Mais étant donné qu’elle ne semblait pas savoir qu’il avait eu une fille, elle ne devait probablement pas non plus avoir connaissance du fait que l’expérimentation portait sur une dénommée Gabrielle Tessier.

« Je suis désolée de vous l’apprendre ainsi, mais mon père nous a quitté il y a un peu plus d’un an. Lors d’une mission. Elle marqua une pause. Les risques du métier, j’imagine... Comment l’avez-vous connu ? »

Le dire de vive-voix ne faisait qu’ajouter à l’horreur et au déracinement dans laquelle sa disparition l’avait plongée.
Revenir en haut Aller en bas


I was told they felt no emotion, that their hearts never beat
But at the moment of the kill, they are never more alive.

Message posté : Lun 9 Avr 2018 - 18:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


Une occasion d’apprendre

Rien que le fait de voir la façon dont l’agent secoue sa tête laissée présager que quelque chose de dramatique s’est passé entre elle et son père. Ou du moins, que son paternel semble être un sujet épineux que Gwen est en train d’aborder. Par ailleurs, le visage de cette dernière cesse d’être enthousiaste en s’exprimant avec un air intrigué, comme si elle s’attend à recevoir de mauvaises nouvelles concernant l’agent Duality. Après tout, ce n’était pas un simple clone ou agent recru qu’elle a l’habitude de se coltiner dans chacune de ses missions, mais bien d’un authentique agent ténébreux avec qui elle s’entendait très bien. Bien entendu, Gwen n’oubliait pas l’une des règles premières que tout agent de Shadow doit savoir et mettre en pratique : ne pas s’attacher aux personnes de son entourage, quel qu’il soit. Toutefois, cette règle ne l’empêche pas d’aimer des agents qu’elle apprécie tant que son allégeance et amour pour Shadow restent primes avant tout.

Gwen hoche la tête positivement pour confirmer son identité d’agent à la jeune Tessier, apprenant par la suite que son père ne lui a jamais parlée de Shade. Qu’elle a même eu des contacts assez restreints de son géniteur pendant toute une décennie, pour des raisons dont elle ignore les tenants et aboutissants. Gwen a beau être superviseur, elle n’est pas au courant de tous les dossiers et projets, récents comme antérieurs, de Mannheim. Ce privilège était réservé à l’officier de la pénombre.

- Hum… je vois. Elle penche légèrement sa tête sur le côté en prenant un air curieux, maintenant sa posture nonchalante et légèrement suggestive. Hé bien pour être honnête avec toi je n’ai pas été mise au courant pour les contacts restreints que t'as eu avec ton père. Tu m’apprends quelque chose de nouveau même. Tu peux m’en dire plus si cela n’est pas trop te demander, ma chérie. Elle secoue une main en l’air comme pour refuser quelque chose. Après, si c’est trop douloureux pour toi à raconter, je respecte ton choix de ne pas le faire. Je ne vais pas t’y forcer.

Gwen ne fait pas partie de ces superviseurs tyranniques qui abusent de leurs statuts pour se permettre tout permis avec ses subordonnés. Tant que ces derniers savent leurs places dans la hiérarchie et se montrent respectueux à l’encontre de Gwen, celle-ci le leur rend bien. Pour elle, cela permet de forger la confiance des agents à son égard qui porte ses fruits au cours des missions où ils se trouvent dans l’équipe du superviseur. Ce n’est pas pour rien qu’elle est très bien vue pour un bon nombre d’agents de Mannheim.

Et pas seulement pour sa plastie plantureuse.

Gwen apprend avec regret que cela fait déjà un an que Christian est ajouté à la liste des agents morts en mission. Elle pousse soupirée dépitée alors que son visage prend un air pensif, laissant planer un petit moment de silence pour digérer la nouvelle. Ce n’est pas la première fois qu’elle apprend la mort d’un agent au cours d’une mission. Comme la jeune Tessier le dit si bien, ça fait partie des risques du métier. N’empêche, cela fait quand même mal au cœur de perdre un pair avec qui on a passé de bons moments pendant presque trente ans, en mission comme en dehors. Ce n’est pas la même chose que d’apprendre la mort d’un agent qu’elle a tout juste connue pendant quelques missions, bien que cela ne la laisse pas de marbre. Après tout, Shadow est sa deuxième famille. Ou plutôt sa principale famille.

Elle finit par dévisager la fille de Christian avec un regard maternel quand elle demanda à Gwen comment elle a connu son père. Elle leva les yeux au plafond en dessinant un sourire nostalgique sur ses lèvres comme pour se remémorer des souvenirs, tout en prenant une profonde respiration.

- La première fois que nous nous sommes connues, c’était en quatre-vingt-neuf. Il fut de passage à Star City ce soir-là pour une mission importante qui aura duré un an, où nous avons voyagé dans tout le pays pour trouver les dirigeants de l’UNSA. Ça n’a pas été une mince affaire, mais on y est parvenue. Elle pose son regard sur la jeune fille. Mine de rien, c’était un vrai pro de la gâchette qui ne ratait jamais sa cible. Une fois je l’ai même vu tirer une balle qui a ricochet sur deux murs et un plafond avant de toucher sa cible. J’ignore si c’était l’œuvre de son talent, d’un pouvoir mutant ou de munitions spéciales voir les trois, mais c’était impressionnant à voir. Un sourire concupiscent ourlent ses lèvres. Il avait surtout un certain charme et savait parler aux femmes. Le charme français dira-t-on.

Gwen se pencha sur sa gauche pour attraper d’une main habile une bouteille de bourbon dans une boîte en bois laqué rectangulaire qu’elle avait embarquée avec elle en venant ici, posée sur le côté gauche du canapé circulaire. Elle le regarde d’un air mélancolique en le faisant virevolter du bout de l’index par la base durant une poignée de secondes, avant de le tenir entre ses doigts.

- Vosne-Romanée au brulé, le vin préféré de Christian. Avant que l’on se quitte, je lui ai promis de lui offrir un verre à notre prochaine mission en équipe, mais vu qu’il n’est plus de ce monde… Avec son autre main elle attrape entre ses doigts deux verres dans la boîte. Tu veux prendre un verre ?


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 15 Avr 2018 - 15:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

avatar
Agent Ténébreux

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 196
ϟ Nombre de Messages RP : 29
ϟ Doublons : Natalia Greene
ϟ Crédits : Tyrell
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Veuve
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard glacial. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

1 rose d'Eve, 1 rose de Misha

Statut RP : Fermé (2/2)
Comme on l’attendait d’un membre de SHADOW, l’agent Shade ne sembla pas particulièrement chagrinée d’apprendre la disparition de Christian Tessier. C’était ainsi au sein de l’organisation. En dehors de ceux qui ne quittaient jamais la base, les agents de l’Ombre étaient perpétuellement mis en danger par l’essence même de leurs missions et les agents ténébreux n’y faisaient pas exception, bien au contraire. Il pouvait arriver d’apprendre tous les jours qu’un de ses proches avaient disparus, c’est pourquoi il faisait partie intégrante de leur formations d’apprendre à se détacher émotionnellement les uns des autres. Ce n’était pas toujours évident car malgré leurs desseins, les membres de l’organisation restaient avant tout des humains – du moins pour la plupart – et il fallait alors apprendre à faire avec le deuil et la disparition, se confronter à la mort en se disant qu’on était peut-être le prochaine sur la liste et passer à autre chose. Avec la disparition de son père, Gabrielle s’était efforcée de songer aux années qui les avaient séparées plutôt qu’aux souvenirs vivaces de son enfance. Elle avait ainsi pris le parti de croire que son père avait disparu des années auparavant et parfois cela suffisait à atténuer la douleur.

Mais pas toujours.

Se mettant à son aise, Gabrielle dévisagea son interlocutrice tandis qu’elle lui demandait s’il était possible d’en apprendre plus sur la mission auquel Christian et elle-même avaient participé. Le dossier Duality n’était pas sensible, et le grade de la femme qui lui faisait face lui permettait sans doute d’y avoir accès relativement facilement. De fait, elle n’avait aucune raison de lui refuser ces informations outre le fait de conserver sa pudeur au sein d’une discussion qui se voulait cordiale. En somme, elle n’avait tout simplement aucune raison de lui refuser ces informations, bien qu’elle appréciât que l’agent Shade lui laisse le choix de les partager ou non. Un sourire ourla finalement ses lèvres.

« Il y a à peu près une dizaine d’années, j’ai participé à un projet nommé Duality supervisé par mon père. La scientifique Maura O’Hare a fait de moi un agent dormant en effaçant ma personnalité et en en construisant une nouvelle et j’avais pour consigne de séduire et de soutirer des informations sensibles sur SHADOW à un agent de l’UNISON. Elle marqua une pause. La mission a été une réussite technique, puisque j’ai réussi à vivre à ses côtés pendant des années sans éveiller les soupçons. Mais cela fut au prix de mes liens avec ma seule famille. Après un instant, elle conclut finalement : lorsqu’il est mort, j’ai été réveillée pour prendre sa place. »

Aussi simplement que cela, la Pénombre avait placé toute sa confiance en elle pour en faire un agent ténébreux. Et elle n’avait pas failli à sa mission jusqu’à présent, ce qui lui permettait de jouir d’une relative liberté au sein de Mannheim, si tant est qu’elle se montre d’une loyauté indéfectible avec l’Officier en charge de la base. Par chance, et à la faveur de leurs nombreux points communs, c’était le cas et leur dernière mission en disait encore long sur leur capacité à agir en synergie.

Elle laissa néanmoins de côté ces considérations pour mieux appréhender ce que lui narrait son interlocutrice. Elle en savait finalement peu sur les missions auxquelles son géniteur avait participé et n’avait guère eu le temps de vraiment se pencher sur la question. Gabrielle n’avait connu que l’agent efficace mais vieillissant, qu’on envoyait sur les missions les plus délicates et qui nécessitaient une expérience et un savoir-faire qu’il possédait. Qui du jeune Christian Tessier ? Un mirage, quelques photos écornées et des portraits qui ornaient les murs de leur Château en Beauce. Peut-être, un jour, trouverait-elle le temps de se pencher sur ce pan de son histoire. En attendant se contenterait-elle des anecdotes dont on voudrait bien l’abreuver.

« Oui, mon père était connu pour son charme indéniable. Cela le rendait incroyablement dangereux. » Souffla-t-elle d’un air amusé.

On lui aurait donné le bon Dieu sans confession et ça aurait été une erreur monumentale. Christian Tessier, de son temps, avait été un homme redoutable et nombre d’individus – avec une grande part de femmes – en avaient fait les frais. Sa mère faisait partie du lot. Et le temps n’avait fait qu’ajouter à son charme ; Comme un vin qu’on voudrait boire jusqu’à la lie.

« Un verre, oui, pourquoi pas. Après tout, je n’ai pas d’obligations dans l’immédiat. » Elle venait juste de rentrer de mission, et il fallait encore qu’elle soit médicalement et psychologiquement examinée avant de reprendre le service. « C’est cocasse, j’ai toujours cru que le vin préféré de mon père était le Petrus. Les caves du Château en débordaient à l’époque. Comme quoi, il y a plein de choses que j’ignore à son sujet... » Conclut-elle d’un air mélancolique.
Revenir en haut Aller en bas


I was told they felt no emotion, that their hearts never beat
But at the moment of the kill, they are never more alive.

Message posté : Mar 17 Avr 2018 - 22:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


Une occasion d’apprendre

Gardant toujours sa posture suggestive, Gwen écoute attentivement la fille de Christian qui lui en apprend plus sur ce projet Duality. Ainsi donc, Christian avait fait de sa fille un agent dormant dans le but d’approcher plus efficacement un agent de l’unisson afin de lui soutirer des informations sans que sa cible ne se doute de quelque chose…

Gwen était parfaitement au courant de ce type de protocole pour le moins commun, que seuls les agents fraichement recrutés ignorent ce secret de polichinelle. Il s’avère efficace pour qu’un agent puisse s’infiltrer dans une organisation précise et espionner des cibles particulières, mais qui comporte des inconvénients pour le moins pénibles, notamment pour les agents tout juste activés qui peuvent varier en fonction de leurs anciennes vies de couverture. Gwen ignora qu’elle fut la vie de l’agent à ses côtés, mais la réussite de sa mission en tant qu’agent dormant fut au prix du lien avec son père, comme elle vient de le dire. Père qui était son unique parent.

Gwen était bien concerné par ce protocole d’agent dormant, car ce n’était qu’une question de temps avant que la pénombre confie une mission à ses filles nécessitant de passer obligatoirement par la case « agent dormant » comme l’avait fait Christian avec sa fille. Elle le sait depuis longtemps et c’est pour cela qu’elle s’est préparée à ce moment fatidique le jour où elle a mis au monde ses jumelles. Gwen n’hésitera pas un instant à livrer ses filles aux agents scientifiques de Shadow pour en faire des agents dormants pour qu’elle s’infiltre dans des organismes gouvernementaux. Elle aura un pincement au cœur, mais ce sera temporaire.

Elle espère juste de ne pas vivre le même sort que Christian durant toute la période où ses filles deviendront elles aussi des agents dormants. Probablement par cette Maura O'hare qui ne lui est pas inconnue.

- Tant mieux si la mission fut un succès, au moins ça aura valu la peine. le contraire aurait certainement causé sa mort dans le pire des cas. crois l'ou non, mais ton père aurait été fier de toi pour ta réussite. Je le pense sincèrement. Toutes mes condoléances pour ton père, au passage. après tout, c’était un agent qu’elle aimait bien et avec qui elle avait passé de nombreuses missions, certaines plus périlleuse que d’autres.

En tout cas, le commentaire de la fille de Christian démontre bien que la réputation de séducteur à ce dernier n’est plus à prouver. Une version maléfique et plus efficace d’un James Bond qu’appréciait Gwen chez l’agent ténébreux. Ce n’est pas pour rien que la totalité des partenaires de lits qu’elle avait eue tout le long de son adolescence et durant ses études au HIT était toute des hommes bien virils excellant dans les ébats.

Suite à la réponse positive de Tessier pour prendre un verre, Gwen dépose ses verres sur la table basse, pour ensuite remplir les verres avec la bouteille de vin et être la première à prendre une longue gorgée qu’elle savoure allègrement. Gwen ne boit jamais d’alcool pour se bourrer, mais pour trouver du plaisir dans le gout de chaque saveur. De plus, l’alcool facilite les échanges et aide Gwen à en savoir un peu plus sur Tessier, comme le fait que Christian était un châtelain et qu’il possédait une cave chargée de pétrus.

- Peut-être qu’il en avait marre du pétrus et qu’il voulait tester une autre marque de vin, qui sait. Il se passe beaucoup de choses en dix ans. Répond-elle sur un ton songeur, avant de boire un coup. Je ne voudrais pas paraître indiscret avec cette question, mais est-ce que ton père t’aurait laissé quelque chose de lui comme une vidéo ou un enregistrement audio comme testament ? Ordonné et prévoyant comme il était, le contraire serait étonnant de sa part. Gwen regarde dans le vide un instant avec un sourire mélancolique, pour ensuite se tourner vers Tessier. Je me souviens encore des fois où il me rabâchait de ne pas être assez « prévoyant » comme il le disait si bien. Je n’hésitais jamais à le charrier de mon côté qu’il devait se décoincer l’arrière-train de temps en temps, tellement coincé qu’on pourrait faire de l’huile d’olive en lui enfonçant une olive entre les deux pommes.

Car même si elle s’entendait assez bien avec le père de son interlocutrice, cela ne voulait pas dire qu’il n’y avait pas de dispute entre eux, bien au contraire. Sitôt son verre terminé dont elle le remplit de nouveau pour aussitôt boire un coup.

- Vu que tu es la fille de Christian, j’imagine que tout comme lui tu dois être un assassin d’élite, je me trompe ?


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 28 Avr 2018 - 11:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

avatar
Agent Ténébreux

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 196
ϟ Nombre de Messages RP : 29
ϟ Doublons : Natalia Greene
ϟ Crédits : Tyrell
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Veuve
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard glacial. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

1 rose d'Eve, 1 rose de Misha

Statut RP : Fermé (2/2)
Gabrielle passait un bon moment. Même elle, éternelle insatisfaite d’autres présences que la sienne, devait en convenir ; Dans la tourmente des missions qui s’enchaînaient à un rythme infernal, prendre le temps de simplement déguster un verre était un luxe qu’elle ne pouvait pas se permettre. Depuis le début de l’invasion, les sorties sur le terrain se multipliaient, si bien que son alter égo mondain était obligé de faire profil bas et de décliner toutes les invitations qu’elle recevait. Par chance, aucun n’osait demander la raison pour laquelle la fille de l’illustre homme d’affaire Christian Tessier n’apparaissait plus dans les soirées. Et, au fond, ce n’était pas une mauvaise chose ; Bien sûr, la Française aimait le luxe, le faste de ces réceptions indécentes, mais elle n’était pas certaine d’avoir la patience de supporter les pourritures égoïstes qui tenaient les clés de la ville et continuaient de se gaver lorsque d’autres crevaient dans la rue, au milieu des décombres et des effluves mortifères.

« Je vous remercie. Ce que vous me dites me touche énormément, répondit-elle poliment avant de déglutir une gorgée de vin. La suavité piquante claqua délicieusement à son palais. J’ai connu une période où j’ai rejeté ses enseignements, rejeté son modèle et rejeté son héritage. Elle marqua une pause. Avec le temps j’ai compris que nos racines étaient ce que nous avions de plus cher, et j’en viens à regretter ce temps perdu. Aujourd’hui, tout ce que j’espère, c’est être à sa hauteur. »

De fille modèle, elle était devenue une adolescente indocile qui ne désirait rien de plus que de rejeter les enseignements de la seule figure parentale qui lui restait. Elle n’avait pas rendu la vie de son père facile, jetant l’opprobre sur son nom à de multiples reprises, lorsqu’on se plaisait à étaler sa photo dans la presse people. Malgré cela, malgré son éloignement, il n’avait jamais cessé de veiller sur elle, jour après jours – ce qui n’avait fait qu’ajouter à sa hargne pugnace d’enfant rebelle. Très probablement pour le bien être de son projet, mais qu’importait les raisons ! Il avait toujours été là quand il le fallait.

« Peut-être bien, peut-être bien, répondit-elle d’un air songeur avant de reprendre brusquement contenance : la question de son interlocutrice l’avait désarçonnée. Il a laissé un testament des plus formels oui, mais je n’ai pas souvenir que le notaire ait mentionné une vidéo ou un enregistrement non. Elle réfléchit quelques instants, les sourcils délicatement froncés au-dessus de ses prunelles claires. En tout cas il n’y avait rien dans son penthouse lorsque j’ai déménagé ses affaires. Peut-être au Château… »

Cela faisait des années qu’elle n’était pas allée là-bas. Chez elle. Depuis son départ pour les Etats-Unis, elle n’y avait remis les pieds qu’une seule fois, pour signer les papiers du notaire et accepter l’héritage que son père laissait derrière lui. Elle savait que plus rien ne l’attendait entre les murs froids de la demeure, dans ses couloirs étroits, ses colonnades et ses tentures. Il n’y avait plus rien sinon une sensation de vide que nulles richesses ne sauraient jamais combler.

« Oui, mon père était prévoyant. Peut-être trop d’ailleurs. Son sourire s’effaça doucement. Il avait ce… Besoin de tout contrôler en permanence. Dans sa vision du monde, tout le monde devait lui obéir, tout devait fonctionner comme il l’entendait, comme il l’avait prévu. Elle marqua une pause. C’est incroyablement dur de vivre avec une personne comme ça, je comprends que ma mère ait fini par nous quitter. »

L’abandon d’une mère. En gardait-elle encore des séquelles ? La colère profonde s’était ancrée dans son cœur d’enfant pour croître comme une graine pourrie, se développer, enraciner ses souvenirs tortueux pour les modifier, les détourner, les pervertir. Ainsi, les images de sa mère battue par un époux dominateur, volatil et menteur étaient devenues celles d’une femme capricieuse, hystérique et violente. Celles d’un départ forcé du domaine familial, d’Elizaveta hurlant à l’encontre de sa fille unique alors qu’elle était emmenée de force en Europe de l’Est avaient peu à peu été remplacées par la vision d’une mère qui claquait la porte derrière elle pour ne plus jamais revenir. Parce que c’était plus facile à accepter, mais surtout parce que c’était ce dont son père voulait qu’elle se souvienne.

« Effectivement oui, il m’a entraînée très jeune. Combat au corps-à-corps, combat à l’arme blanche, maniement des armes à feu, poisons… Rien n’a été laissé au hasard. Un sourire goguenard ourla sa lippe. L’argent était un avantage indéniable mais j’ai eu beaucoup de chance. »

Elle trempa de nouveau ses lèvres dans le vin, rond sous sa langue, en sirotant une lampée qui ne manqua pas de laisser exploser les saveurs du bois et des fruits à son palais. Lorsqu’elle reposa son verre sur la table basse qui les séparé, Gabrielle planta ses prunelles dans celles de son interlocutrice.

« Nous parlons beaucoup de mon père et moi depuis le début de cette conversation mais qu’en est-il de vous ? Avez-vous des enfants ? »
Revenir en haut Aller en bas


I was told they felt no emotion, that their hearts never beat
But at the moment of the kill, they are never more alive.

Message posté : Mer 2 Mai 2018 - 16:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil


Une occasion d’apprendre

Gwen ne peut que tirer un sourire flatté pour le compliment de Tessier. Flagrant de sincérité. Ça lui fait toujours plaisir de pouvoir réconforter des agents ayant traversé des moments difficiles et qui savent se montrer reconnaissant quand Gwen fait preuve de sociabilité. Pour elle, ça a le mérite accroître la dévotion pour l’Ombre ainsi que la confiance en soi. C’est déjà ça de bien. Surtout lorsqu’elle apprend pour la période difficile avec son père par le reniement de son héritage que tout fils et filles d’agents sont destinés à accepter à un moment donné dans leurs vies. Gwen, elle, ne l’avait pas accepté : elle l’avait complètement embrassé les bras ouverts.

- Et je suis certaine que tu y arriveras. Encourage-t-elle sur un ton confiant.

Contrairement à son père, la blonde venait d’emménager à Star city au lieu de rester en France. Cela veut donc dire que Gwen risque de la voir à Mannheim bien plus souvent que son père qui, lui, ne venait à Starcity que ponctuellement et que le reste du temps il était rattaché à la base française de SHADOW. Du moins c’est ce qu’elle croit, car en vérité il y avait certaines choses dont elle ignorait de lui malgré le temps passé avec lui dans ses missions, peut-être avait-il un penthouse quelque part à Starcity en guise de résidence secondaire. Ça tombe bien, Tessier le confirme en mentionnant l’habitation qu’elle a emménagée. Venant d’un châtelain, le contraire l’aurait étonné. D’ailleurs, elle est peut-être sûre que son père lui a laissé un testament audio ou vidéo dans son château qu’elle n’a pas fouillé avant de vivre au pays de l’oncle Sam.

- S’il a bien laissé un enregistrement au château, mais que ton notaire n’en a pas fait mention, c’est qu’il a certainement dû le cacher dans un lieu bien caché. Ma foi… je ne serais pas étonné d’apprendre qu’il ait voulu te tester une dernière fois. Surtout venant d’un homme aussi prévoyant que lui. Ou qu’il n’a tout simplement pas laissé d’enregistrement par précaution, aussi.

Toujours sur le sujet de son père, l’agent ténébreux met bien en avant le côté autoritaire et méticuleux de son père qu’elle se souvient et qui a valu le départ de sa mère que Gwen peut très bien comprendre. Mais du temps où elle était encore un agent de son équipe, son père adoptif lui en avait fait part du superviseur à aussi entendue parler d’agents ayant forcé, d’une manière ou d’une autre, leurs partenaires pour obtenir une descendance viable pour ensuite se débarrasser d’un des parents en maquillant leurs éliminations par des accidents ou bien par d’autres méthodes. Est-ce que ce fut le cas pour la fille de Christian ? C’est une possibilité, mais elle préfère se le garder pour soi.

- Ce n’est pas moi qui vais dire le contraire, pourtant il n’a pas été toujours comme ça. J’ai connu un Christian moins coincé, moins perfectionniste et plus affable, surtout au début de nos missions ensemble. Ça à durer quelques années… la suite tu la connais déjà. Malgré le temps que je le connais, je ne connais pas énormément de choses sur lui. C’était un homme assez réservé.


Surement qu’il ne voulait pas faire part de ses moments dans sa vie privée, comme la formation de sa fille à devenir un agent ténébreux comme lui et que cette dernière confirme bien les propos de Gwen. Elle reconnaît bien là toutes les compétences de Christian que l’agent mentionne. Comme feu son père adoptif avec Gwen dans le vol professionnel, peu de temps après avoir été recueillie. Une certaine forme de transmission générationnelle du savoir-faire aux successeurs. Mais il arrivait que les descendants d’agents s’orientent vers une spécialité autre que celle de leurs prédécesseurs, car se montrent bien plus efficaces dans un autre domaine. C’est recommandé, mais pas obligatoire. C’est justement ce qu’a fait Gwen en laissant ses filles jumelles de se spécialiser chacune dans un domaine propre différent de leur mère.

- Dans ce cas je suppose que cela ne te dérange pas que tu me fasses une démonstration de tes compétences dans la salle de simulation de combat, vite fait ? Sauf si tu dois bientôt partir en mission et dans ce cas-là on fera ça une autrefois.

Après tout viendra un jour où elle aura besoin de ses compétences dans une future mission. Autant avoir un aperçu de ce dont elle est capable maintenant. Gwen sait très bien que les agents ténébreux comptent parmi les meilleurs agents de SHADOW. Son statut hiérarchie l'autorisant de prendre un agent ténébreux dans son équipe. En attendant, c’est à son tour de vider son sac à Tessier, chose qui ne la dérange pas des moindres. Un sourire ourle ses lèvres pulpeuses, faisant danser la liqueur carmine de son verre en le faisant tournoyer dans une main. Son autre main sert d’appuie-tête contre le haut du dossier.

- En effet, j’ai bien des enfants. Des jumelles qui ont à peu près le même âge que toi. Ce ne sont pas encore des agents recrus, mais elles le seront dans pas longtemps. Actuellement je les héberge chez moi jusqu’à ce que la crise du Terminus se termine. De la bonne ou de la mauvaise manière, bien que dans le cas de cette dernière cela n’aura plus aucune importance.

L’endoctrinement de ses filles s’était mieux passé que ce qu’elle aurait prévu. Leur formation d’agent étant terminée depuis quelques jours, elle attend le résultat de leurs petites missions « tests » pour voir si les fruits sont entièrement mûrs pour être recueillis.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 11 Mai 2018 - 9:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Agent Ténébreux
Agent Ténébreux

avatar
Agent Ténébreux

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 24/02/2018
ϟ Nombre de Messages : 196
ϟ Nombre de Messages RP : 29
ϟ Doublons : Natalia Greene
ϟ Crédits : Tyrell
ϟ Célébrité : Margot Robbie
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Veuve
ϟ Métier : Rentière
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : Gabrielle est une grande blonde au regard glacial. Athlétique, sa silhouette laisse à penser un entraînement et une hygiène de vie strict. Son visage peut sembler beau mais un éclat de folie indicible est indéniablement niché au creux de ses prunelles et met ses interlocuteurs mal à l'aise.
ϟ Pouvoirs : Gabrielle est un assassin d'élite qui met ses services à la disposition de l'organisation SHADOW. La liste de ses pouvoirs est disponible ici, la liste de ses équipements est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

1 rose d'Eve, 1 rose de Misha

Statut RP : Fermé (2/2)
Il était aisé d’imaginer son père en train d’organiser un plan pour l’« après ». L’agent Shade l’avait bien compris : Christian Tessier était un homme prévenant. Il avait parfaitement millimétré sa vie depuis le moment d esa conception jusqu’à son mariage avec Alexandre Lacourt. Même l’imprévisible avait été prévu et consciencieusement intégré au grand chantier qu’était sa vie. Il semblait dès lors inenvisageable qu’il n’ait rien fait pour s’assurer de l’avenir – autre que financier – de sa fille adorée. Sauf qu’elle ne savait absolument pas par où commencer. Le lieu semblait évident, ou tout du moins le point de départ, mais le château était immense et elle ne pouvait décemment par sonder chaque pierre et soulever chaque chandelier ! Il fallait réfléchir, elle devait faire appel à ce qu’il lui avait enseigné si tant est que ce message caché, fantasmé, existe. Peut-être son vieux majordome détenait la clé pour lui permettre de commencer ses recherches ?

« J’imagine que ça vaudrait bien un coup d’œil. Certainement la prochaine fois que j’irai en France. »

Ce qui n’était pas prévu dans l’immédiat, encore qu’elle ne serait pas contre une petite semaine de vacances une fois que toute cette histoire d’invasion serait terminée ! Tu parles, songea-t-elle. Il ne fallait pas y compter ; Avec tout ce que l’organisation était parvenue à récupérer, il allait falloir décider d’un plan d’attaque et les premiers concernés seraient sans nul doute les agents ténébreux. Elle s’était étonnée de ne pas avoir eu de nouvelle de l’ombre, dernièrement, mais force était de constater que son emploi du temps était plus que rempli. Voilà des mois que ses semaines se résumaient à partir en mission, faire un check-up médical, faire un débriefe et repartir en mission. Il y avait tant à faire et si peu de temps pour le faire maintenant que l’invasion touchait à sa fin !

« Je me permets de décliner votre offre à une prochaine fois. Ces messieurs les docteurs ne verraient pas d’un bon œil que je fasse des folies juste avant la batterie de tests qu’ils me réservent pour le reste de la journée. »

Elle promettait d’être longue. Peut-être après coup Gabrielle s’organiserait-elle une journée au SPA, histoire de se détendre un peu ! Ou peut-être serait-elle tout simplement déjà prête à y retourner… Il apparaissait qu’une nouvelle cible avait été repérée par l’organisation. Une cible en chair et en os qu’il allait falloir enlever, faire parler ou éliminer. Ou ? Et ! Si l’homme ne leur apportait rien de plus que ce qu’ils voulaient savoir, s’ils ne valaient rien pour eux en dehors des informations qu’il détenait, il périrait comme beaucoup d’autres avant lui. Gabrielle n’était pas cruelle – et au sein de l’organisation, il y en avait ! – mais elle n’éprouvait pas non plus de remords à ôter la vie d’un autre homme. Surtout quand l’homme en question n’avait rien d’une blanche colombe.

« De mon âge ? Vous ne faites définitivement pas le vôtre ! » S’exclama-t-elle dans un gloussement.

D’âge, cela allait s’en dire. La femme qui lui faisait face avait tout d’une toute jeune trentenaire, et elle-même n’était plus de prime jeunesse. En somme, il était tout à fait impossible qu’elle ait des enfants de son âge à moins qu’elle-même dispose de capacités lui permettant d’adopter – ou de conserver – une apparence jeune. Ce n’était pas invraisemblable, loin de là ; Si Gabrielle ne connaissait pas grand-chose de l’agent Shade et de ses capacités, elle savait que SHADOW disposait d’une très large variété de talents dont elle ne doutait pas que Gwen fasse partie. Quant à savoir ce dont il retournait en réalité… Ce serait pour une autre fois. Elle n’en avait pas besoin dans l’immédiat.

« Aaaah le Terminus… Enchaîna-t-elle d’un air songeur, après avoir déglutit une gorgée de vin. Voyez-vous, je ne suis pas pressée d’en voir la fin. SHADOW a fait de grands progrès depuis le début de l’invasion, elle gagne indéniablement du terrain. Assassinats, enlèvements, vols de données,… Ses agents ne chômaient pas depuis plusieurs mois et leurs efforts commençaient enfin à payer. J’ai moi-même l’opportunité de délaisser ma couverture civile pour me concentrer sur mes missions et ce n’est pas pour me déplaire. Mais il va falloir commencer à penser à l’après. »

La richissime héritière Gabrielle Tessier allait nécessaire devoir faire son retour sur le devant de la scène et elle appréhendait déjà. Pendant des mois, l’agente avait eu le privilège de ne pas avoir à jouer de rôle, de ne pas avoir à se parer de cette fausse identité qui ne lui seyait pas. Elle pouvait être elle-même, dans une moindre mesure. Une fois Omicron repoussé, il allait falloir sortir de son penthouse blindé, raconter à tous l’horreur de l’invasion et recommencer à organiser des soirées, participer à des galas, donner pour des œuvres de charité,…. Quelle ironie.

« Quelque chose de prévu pour vous ? »
Revenir en haut Aller en bas


I was told they felt no emotion, that their hearts never beat
But at the moment of the kill, they are never more alive.



Une occasion d'apprendre [Gabrielle Tessier]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Pour une occasion très spéciale !
» Gabrielle Delacourt
» L'homélie de Mgr. Louis KÉBREAU à l'occasion de l'investiture du président Marte
» apprendre les noeuds de cordes
» une école pour apprendre la politesse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-