AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Spirits path [Natalia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 9 Mar 2018 - 12:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Personnel Civil de l'UNISON
Personnel Civil de l'UNISON

avatar
Personnel Civil de l'UNISON

Afficher le profil
Mind Device

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 21/11/1992
ϟ Arrivée à Star City : 12/02/2017
ϟ Nombre de Messages : 445
ϟ Nombre de Messages RP : 115
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Pas très grand sans pour autant être petit Lou est fin et fluide sans que cela ne soit à l'excès. Souvent vêtu de sombre, il porte toujours un blouson de cuire un peu usé. Il a des yeux bleus et des oreilles décollées un peu cacher par une tignasse blonde qui n'a de toute évidence jamais vu un peigne.
ϟ Pouvoirs : → Maîtrise des nouvelles technologies
→ Maîtrise de l'informatique
→ Voie des ancêtre
(Don passif qui permet de voir des spectres qui le guident)
→ Ancêtre gardien (Bouclier)
→ Communication avec les morts
→ Meute fantôme
Il n'y avait pas à dire, une invasion alien, ça mettait une jolie pagaille...   
Ça faisait exploser des laboratoires avec des portails alors que vous étiez encore dedans, ça assiégeait la ville où vous habitez et ça vous poussait à faire des trucs que vous n'auriez jamais, au grand jamais, faits en temps normal, comme se porter volontaire pour une mission de terrains dangereuse ou accepter que votre personnel civil parte pour une mission de terrain dangereux paracerque vous n'aviez plus assez d'agents sous la main par exemple...  
Du coup, c'est sûr, on se retrouvait un peu cabossé, avec une épaule bien luxée, des points de suture au côté de l'abdomen et tous plein d'ecchymoses, coupures et autres bobos à la pelle.  
Mais bon, on est vivant alors on ne va pas se plaindre en non plus, hein ?...  
 
L'UNISON n'avait pas voulu que je remette les pieds au travail. Enfin, non, c'était plutôt moi qui ne voulais pas retourner au Brett Building de peur que les collègues ne me séquestrent dans mon bureau pour s'assurer que je ne force pas trop durant ma convalescence...  
La maison avait peut-être fermé les yeux par nécessiter sur mon changement non officiel de grade en son sein, mais elle fessait tout de même son maximum pour prendre soin de ses employés en général.  
C'est qu'ils peuvent se montrer mère poule, les copains... 
 
Du coup j'avais très vite fait en sorte de ne pas trop rester dans les parages une foi de nouveau à peu près sur pied et la bibliothèque du manoir Pennington était devenue mon refuge. 
Cela m'avait permis de reprendre mon apprentissage et mes recherches sur la magie, malheureusement interrompue avec l'invasion du Terminus, et j'avais donc entrepris de bouquiner tout ce qui me passait sous le nez et qui concernais de près ou de loin toutes les formes de magies amérindiennes en attendant de pouvoir recontacter ma famille pour, j'en étais sure, en apprendre plus auprès d'eux.  
 
Et comme il me fallait aussi ma dose de lumière bleue dans les yeux pour ne pas me sentir mal, j'en avais également profité pour finaliser quelques bricoles sur le logiciel.  
J'avais notamment scanné ma magie pour l'ajouter aux sources reconnues et nommé du programme. Enfin, j'avais essayé de scanner ma magie, plus facile à dire qu'a fait... Après quelques tentatives infructueuses, j'étais finalement parvenue à un résultat relativement concluant en scannant une petite pièce avant et après que j'y ai invoqué un esprit et en fessant la soustraction des résultats obtenue. J'avais donc pu ajouter la catégorie "Magical Lou" dans le logiciel. Plutôt foireux, je vous l'accorde...  
Mais toujours était-il qu'en tripatouillant dans les archives du programme j'avais pu trouver quelques correspondances entre la magie scanner et des magies répertoriées. Un lieu tout particulièrement semblait abriter des occurrences de cette magie de manière récurrente et jusqu’à assez ressèment d'après les derniers relevés, bien qu'ils commencer à dater...  
 
Mais l'invasion ayant fait tomber toutes les communications, y compris celle avec les satellites météos qui servaient pour le logiciel, j'avais dû me servir, comble de l'horreur, d'une carte physique - imprimer sur du papier et tout ! - pour retrouver l'adresse du lieu. 
Nettement moins pratique que Google Map, il n'y a pas à dire...  
 
Me voilà donc, mon bout de papier à la main, planté devant une jolie petite boutique du front de mer nommer le Bourgeon Vert... 
Je n'étais pas à 100% sûr que c'était le lieu que je cherchais, mais j'avais eu un bon pressentiment sur l'endroit dès que mes yeux s'étaient posés dessus. Il ne restait plus qu'à espérer que ce n'était pas le même pressentiment qui me poussé à manger les yaourts périmés depuis trois mois qui trainait dans mon frigo en me disant que ça aller passer...  
 
Et comme je n'allais quand même pas faire le prunier pendant trois plombes tout en me demandant ce que j'allais bien pouvoir trouver de l'autre coter, je finis par prendre une grande inspiration et pousser les portes de la boutique pour me retrouver immédiatement entourer de fleurs et de leur lourde odeur de verdure.  
 
Les gens achetaient encore des fleurs en temps de siège ? 
 
"Mmm, bonjour ?" 
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 10 Mar 2018 - 10:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/12/2017
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 94
ϟ Doublons : Gabrielle Tessier, Andrea Parker
ϟ Crédits : Susan Tropicana
ϟ Célébrité : Felicity Jones
ϟ Âge du Personnage : Vingt-huit printemps
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Légionnaire, fleuriste et gestionnaire de sa propre entreprise
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Natalia est une petite brune aux yeux pers. Elle n’est ni très grande, ni très musclé, mais son corps est robuste et bien proportionné. Son visage aux traits doux trahit un caractère affable, mais rien ne laisse moins transparaître sa détermination que l’éclat farouche de son regard.
ϟ Pouvoirs : Natalia est une druidesse qui maîtrise les forces de la nature et qui met ses dons au service de la protection de la vie. La liste de ses pouvoirs est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

Statut RP : fermé (3/2)

1 rose de Lukaz, 1 rose de Eve, 2 rose de Susan, 1 rose d'Ethan, 1 rose de Lou
Le moins que l’on puisse dire, c’était que le Bourgeon Vert avait perdu de sa superbe depuis quelques mois. En cause ? Omicron et les horreurs qu’il avait apportées dans son sillage. On peinait à croire qu’il fut un temps où pas un centimètre carré de la boutique n’était recouvert de verdure tant elle semblait maintenant vide et terne. D’aucuns l’auraient même trouvé déprimante s’il n’y avait eu ces plantes grimpantes qui couraient encore sur les poutres apparentes ou ces pots de fleurs qu’elle n’avait pas pu se résoudre à enlever et qui ornaient la pièce çà et là malgré le fait que toutes les étagères aient été repoussé sur les bords de la pièce pour aménager des lits et des espaces de vie. Il continuait d’y régner une forte odeur de végétation, des exhalaisons printanières que distillaient la serre depuis le fond de la boutique et qui n’avaient rien à envier aux effluves que le printemps amenait avec lui tandis que passait l’hiver et que perdurait l’invasion. Les vieilles habitudes avaient la peau dure.

Oui, le Bourgeon Vert avait perdu de sa superbe mais sa propriétaire aussi. Amaigrie, les traits tirés, Natalia ne ressemblait plus guère à la jeune femme bien en forme qu’elle avait été quelques semaines auparavant. Les larges cernes se jouaient des ecchymoses et tatouaient sa peau d’auréoles pourpres et ses yeux d’ordinaire si pétillants semblaient s’être irrémédiablement voilés. Rien d’étonnant à cela. Certains auraient pu se demander comment elle s’était débrouillée pour tenir aussi longtemps sans craquer ; Une question légitime quand on savait qu’elle ne dormait que quelques heures par jour, qu’elle passait ses journées et une partie de ses nuits dans les ruines de la ville pour sortir des rescapés des décombres et les exfiltrer de la zone de guerre qu’était devenue Star City. Quand elle ne se battait pas contre les forces du Terminus, elle était ici. Dans sa boutique réaménagée en hôpital d’appoint et en refuge pour ceux qui avaient tout perdu.

Un éclat de sang vint marquer sa peau d’une myriade d’étoiles écarlates. Elle jura entre ses dents, tentant de tenir en place l’homme qui se tortillait sous ses yeux pour lui prodiguer des soins. IL n’en était pas au point de se vider de son sang, mais il s’épuisait à se débattre. Et elle s’épuisait à essayer de s’occuper de lui. C’était sans compter sur ses plaintes intempestives, sur son manque de reconnaissance et ses insultes à peine voilées. Oh, elle se fustigerait sans doute pour avoir pensé ça, mais il y avait des gens qui ne méritaient vraiment pas d’être sauvés.

« Aidez-moiiiiiiiiiiiiiiii, j’veux pas mouriiiiiiiiiiiiiiir. »

Natalia jeta un regard désemparé à Michael, qui ne savait pas trop s’il devait rire ou pleurer devant la scène. Malheureusement pour eux deux, il était lui-même trop occupé à prendre soin d’une autre des victimes pour l’aider à mettre un terme aux souffrances de l’individu. Son regard se perdit un instant sur l’enfant qui accusait les soins du jeune homme sans moufter. L’attaque avait été aussi rapide que brutale ; Alors que l’invasion perdurait, les attaques des forces d’Omicron sur les quartiers protégés de la ville s’étaient intensifiées. En l’occurrence, ils avaient cette fois presque réussi à faire une percée au front de mer et les victimes collatérales avaient été nombreuses avant que les forces de l’ordre – et quelques supers dont elle faisait partie – ne parviennent à les repousser. Devant l’urgence vitale de quelques-uns des civils et la surpopulation à laquelle les hôpitaux avaient à faire face, la jeune femme avait demandé à ce que les blessés soient amenés chez elle.

Bien sûr, elle n’avait pas tout l’équipement nécessaire à des soins en bonne et due forme.
Mais c’était mieux que rien.

« Si vous continuez à vous agiter comme ça, je ne vais pas y arriver ! » S’exclama-t-elle d’un air agacé. Nouveaux gémissements.

Ce fut à ce moment-là qu’elle l’entendit ; Quelqu’un venait de pénétrer dans la boutique. Bondissant sur ses pieds, c’est une Natalia suante et couverte de sang et de poussière qui débaroula du fond de la pièce pour tomber nez à nez avec le nouvel arrivant, qu’elle jaugea un instant. Elle connaissait cet homme. Mais d’où ? Non. La Légionnaire secoua la tête et planta ses prunelles avec fermeté dans celles du jeune homme.

« Venez s’il vous plaît, j’ai besoin de votre aide. »

Et elle disparut dans la serre qui servait d’arrière boutiqué, réaménagée pour l’heure en salle de soins improvisée. Lorsque son patient s’inquiéta de savoir si le jeune homme dégingandé qui l’avait suivie était un médecin, Natalia ne prit pas la peine de répondre.

« Il faudrait que vous puissiez le maintenir le temps que je lui administre ses soins. Elle marqua une pause. Ça va aller ? »

De toute façon, elle n’avait plus trop le choix et tant pis s’il menaçait le bon déroulement de ses soins. C’était ça ou prendre le risque qu’il finisse par faire un choc ou attraper une infection. Sans prendre le temps d’attendre sa réponse, Natalia se pencha au-dessus de lui et apposa ses mains sur la plaie qui balafrait son abdomen en fermant les yeux. Elle se coupa du monde extérieur, se coupa des cris et des insultes, des menaces de dépôt de plainte et se plongea dans le flux vital qui l’entourait. Doucement, elle ouvrit son esprit aux circonvolutions de la vie elle-même, tissant doucement mais sûrement le sort guérisseur du bout des lèvres et le guidant jusqu’au bout de ses doigts. Des arabesques chatoyantes naquirent de ses avant-bras et glissèrent jusqu’aux paumes de ses mains, qu’elles baignèrent un instant de leur lumière sinople. Il était aisé de voir qu’elles rampaient jusqu’à la plaie, la recouvrant et la suturant, restructurant les tissus et arrêtant l’hémorragie.

En quelques minutes, il n’y avait plus de trace de la blessure.

« Michael, tu peux t’occuper de lui ? Le voyant s’exécuter et emmener le patient - maintenant calmé - au sous-sol, la Légionnaire s’empressa de le remercier. Et merci à vous aussi, enchaîna-t-elle en se tournant vers Lou, vous êtes tombé au bon moment, je n’arrivais à rien avec lui. Elle eut un rire gêné. Excusez-moi mais… On se connaît ? » Ajouta-t-elle après un moment.

À bien y regarder, elle était certaine de l’avoir déjà croisé quelque part.
Revenir en haut Aller en bas



Lady of the woods
La nature, pour être commandée, doit être obéie.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 14 Mar 2018 - 22:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Personnel Civil de l'UNISON
Personnel Civil de l'UNISON

avatar
Personnel Civil de l'UNISON

Afficher le profil
Mind Device

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 21/11/1992
ϟ Arrivée à Star City : 12/02/2017
ϟ Nombre de Messages : 445
ϟ Nombre de Messages RP : 115
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Pas très grand sans pour autant être petit Lou est fin et fluide sans que cela ne soit à l'excès. Souvent vêtu de sombre, il porte toujours un blouson de cuire un peu usé. Il a des yeux bleus et des oreilles décollées un peu cacher par une tignasse blonde qui n'a de toute évidence jamais vu un peigne.
ϟ Pouvoirs : → Maîtrise des nouvelles technologies
→ Maîtrise de l'informatique
→ Voie des ancêtre
(Don passif qui permet de voir des spectres qui le guident)
→ Ancêtre gardien (Bouclier)
→ Communication avec les morts
→ Meute fantôme
Je frôlais l’arrêt cardiaque quand une figure ensanglantée sortie de ce qui devait être l’arrière-boutique tel un diable monté sur ressors sortirait de sa boîte. L’apparition soudaine me fit méchamment sursauter en plus de me tirer un petit couinement de surprise fort peut virile que je nierais avoir poussé jusqu’à la mort.
Nous nous observâmes tous deux en chien de faïence pendant un instant, juste assez pour que cela devienne gênant et que je me rende compte que cette frimousse, en dépit de sa couche de sueur, de crasse et de sang, ne m’était pas étrangère. Je connaissais ces prunelles perses et le pli de ces lèvres, j’en étais certain. Mais d’où ?!

C’est elle qui brisa notre contemplation mutuelle et fit éclaté notre bulle d’étrangeté en élevant la voix la première.

« Venez s’il vous plaît, j’ai besoin de votre aide. »

Le ton ne me semblait souffrir aucune contrariété et d’ailleurs la femme n’attendit pas que je lui donne une quelconque réponse avant de tourner les talons et de repartir vers l’arrière-boutique aussi vite qu’elle en était venue.
Je clignais bêtement des yeux quelquefois avant de lâcher un très intelligent et perspicace « Euuuuuuu… Eu, ok… » et de lui emboiter finalement le pas.

L’arrivée dans l’autre pièce me fit un choc.
La serre avait été transformé en hôpital de fortune, lit de camp et gémissement en remplissaient tous les recoins. J’avais déjà vu des refuges, j’avais même aidé à en organiser quelques-uns depuis le début de l’invasion, mais les contempler, se retrouver au milieu de leur atmosphère au relent de désespoir, était toujours aussi dure et mes entrailles se nouèrent en même temps que ma gorge.
Mais pas le temps de s’apitoyer ! La femme me guida un chevet d’un soufrant qui, malgré ses jérémiades, prit tout de même le temps de demander si j’étais médecin. Autant dire que mon levèrent de sourcil dubitatif ne dut pas le rassurer des masses….
Heureusement ma guide ne laissa à aucun de nous l’occasion de faire un commentaire de plus et me donna mes instructions. À sa question, je hochais simplement la tête et fis de mon mieux pour maintenir l’homme alors qu’elle apposait ses mains sur la plaie. Le bougre ne me facilita pas vraiment la tâche, se débattant à tout vas comme si nous essayons d’écourter sa vie plutôt que de la prolonger et l’envie de l’assommer une bonne fois pour toute se fit très, trèèèèèèèèès, forte.

C’est alors que je la sentis, tout juste un effleurement sur mon esprit, une caresse sur mes sens, cette drôle de sensation que j’avais appris à associer à la magie, jamais elle n’avait été si forte ! Enfin… je n’avais jamais été si proche d’un utilisateur entrain de performer non plus à vrai dire, il y avait des chances pour que ça joue…
Je ne pus que contempler, émerveiller et la bouche ouverte, les volutes se détacher de la femme, cascader gracieusement entre ses doigts pour venir glisser sur la plaie qui commença immédiatement à guérir. C’était magnifique… Je relevais les yeux vers la magicienne, regardant son visage désormais marqué de concentration, et enfin je la reconnu. Nous nous étions en effet déjà rencontré, et la situation de Stars City à l’époque, certes plus enviable que maintenant, n’était pourtant pas une promenade de santé…
Comment avais-je donc fait pour l’oublier en premier lieux ? S’il y a bien une personne dont vous n’êtes pas supposé oublié le faciès, c’est celle qui vous à sauver la vie, celle qui vous a glorieusement porté telle une princesse pour vous éviter de finir au fond de l’estomac d’une chimère ou piétiner par un mouvement de foule panique qui fuyait Port-Royal, probablement un peu des deux d’ailleurs…
Les événements de la fête de la music de 2013 étaient une autre tragédie de plus comme seul Stars City sait si bien les faire qui avait frappé notre ville. Le jour aurait pu être des plus funestes pour ma personne si une justicière au visage découvert, une justicière qui se trouver présentement pile en face de moi, n’était pas intervenue. Mon plus beau sauvetage de miche par un super-héros, encore aujourd’hui !

Un mouvement un peu plus violent que les autres de l’homme sous moi m’arrachèrent à mes souvenirs et à ma contemplation en réveillant la blessure de mon ventre et je ne pus retenir un sifflement de douleur. Alors, en guise de représailles, j’affermis sans pitié ma prise sur lui avant de lui grogner dessus.

« Suffit maintenant ! Pas bouger ! »

L’agressivité de moi voix figea le blesser quelques instants, juste assez pour que la femme termine ses soins, qui n’étaient heureusement plus très longs.
Je profitais qu'une troisième personne emmène notre soufrant pénible je ne savais trop où – loin j’espérais – pour me redresser et passer une main prudente sur mon flanc, essayant de diagnostiquer ma plaie sous son pansement. Elle ne me sembla pas rouverte, mais cela ne l’empêchait pas de m’élancer désagréablement.

La femme - l’héroïne - se tourna vers moi, se ré-intéressant à ma personne et je souris à ses remerciements.

« Contant d’avoir pu aider… »

Ce n’était pas une réponse des plus sincères - après tout, j’avais vraiment envie de taper l’autre maintenant – mais il faudra que la mage fasse avec…
En revanche je fus vraiment surpris quand elle me demanda tout d’un coup si elle me connaissait, voilà quelque chose auquel je ne m’attendais pas et mon sourire se fit un peu gêner.

« Euuu oui, nous nous sommes déjà rencontré, mais j’avoue que je pensais pas que vous vous souviendrez de moi… Vous rappelez vous donc de tous les gens que vous avez sauvé ou seulement ceux de la fête de la musique ? »

Après tout, si l’expérience avait pour moi était inoubliable, je n’avais dû être pour elle qu’une victime de plus parmi tant d'autres, non ?

« Je n’avais jamais eu l’occasion de vous remercier pour ce jour, alors merci… Merci beaucoup. »

Je jetais un nouveau regard circulaire à la salle, autant pour cacher ma gêne et le bout de mes oreilles rougissantes que pour l’inspecter rapidement une nouvelle fois.

« La boutique est à vous ? Vous parvenez à vous en sortir ici ?»
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 18 Mar 2018 - 21:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/12/2017
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 94
ϟ Doublons : Gabrielle Tessier, Andrea Parker
ϟ Crédits : Susan Tropicana
ϟ Célébrité : Felicity Jones
ϟ Âge du Personnage : Vingt-huit printemps
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Légionnaire, fleuriste et gestionnaire de sa propre entreprise
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Natalia est une petite brune aux yeux pers. Elle n’est ni très grande, ni très musclé, mais son corps est robuste et bien proportionné. Son visage aux traits doux trahit un caractère affable, mais rien ne laisse moins transparaître sa détermination que l’éclat farouche de son regard.
ϟ Pouvoirs : Natalia est une druidesse qui maîtrise les forces de la nature et qui met ses dons au service de la protection de la vie. La liste de ses pouvoirs est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

Statut RP : fermé (3/2)

1 rose de Lukaz, 1 rose de Eve, 2 rose de Susan, 1 rose d'Ethan, 1 rose de Lou
Le visage du jeune homme la projeta aussitôt des années auparavant. Elle était à Port-Royal et la fête de la musique battait son plein. Un soleil haut la noyait de ses rayons, caressant ses jambes nues, livrées au vent d’été qui battait la côte est des Etats-Unis. Elle n’était pas une héroïne, seulement une commerçante, une citoyenne qui avait choisi de s’octroyer un jour de juin pour participer aux célébrations qui animaient les rues de la ville. Rien de plus, rien de moins. Elle n’avait pas immédiatement entendu les cris, masqués par le son des basses d’un groupe de pop qui se donnait en spectacle sur l’une des scènes érigées par la ville. Pourtant, elle avait rapidement compris que quelque chose n’allait pas ; Elle l’avait compris quand ses sens l’avaient mise en alerte, quand elle avait senti la vie souffrir autour d’elle, quand elle avait compris qu’ils étaient attaqués et que des gens perdaient la vie. La mort empestait les bosquets d’arbre, la peur lui étreignait le ventre. Lorsqu’elle cessa, la musique balaya avec elle le soleil et les festivités pour ne laisser place qu’à un immense carnage.

Natalia revoyait avec une netteté cruelle le corps d’une femme hurlant d’horreur et de douleur, écharpée par les créatures immortelles, déchirées par leurs crocs immatériels sous les yeux de sa fille, figée par la terreur. Elle se revoyait prendre la petite dans ses bras et courir, courir aussi vite que cela lui était permis. Elle se vit confier l’enfant à un agent de police qui tentait au mieux de conduire les civils en sûreté, elle se vit tentée de le suivre et d’échapper au massacre. Et elle se vit réaliser que ce n’était pas derrière la barrière énergétique qu’était sa place et faire demi-tour mieux mieux plonger au cœur du chaos. Sa place, elle était parmi ceux qui se battaient, à leurs côtés. Sa place, elle était entre les victimes et leurs assaillants.

« Je me rappelle de la plupart, avoua-t-elle un sourire triste aux lèvres. Je préférerais pouvoir dire que c’est parce qu’il n’y en a eu peu, mais ce serait un mensonge. Elle marqua une pause avant d’ajouter : mais la fête de la musique m’a particulièrement marquée. »

Comment pouvait-elle oublier d’une manière ou d’une autre ? Oui, il n’avait été qu’une victime parmi tant d’autres et c’était bien là le problème. Si Natalia se souvenait de ceux qu’elle avait sauvés, elle se souvenait tout aussi bien de ses échecs, et de ceux qu’elle n’avait pas pu aider. Figée un instant, la jeune femme se détourna de son interlocuteur pour prendre une serviette propre qui baignait dans une vasque d’eau claire. Elle l’utilisa pour nettoyer ses mains couvertes de sang et son visage, nimbé de poussière.

« C’était mon devoir. Comment vous appelez-vous ? Moi c’est Natalia. » Ajouta-t-elle dans un sourire.

En même temps que son interlocuteur, la jeune femme jeta un coup d’œil circulaire dans sa petite boutique qui faisait peine à voir. Il n’y avait plus rien de printanier, de gai ou de coloré. Seulement des murs bruts et nus, des draps blancs tirés, des lits portatifs dépliés, des lumières crues et du sang. Elle avait remisé ses photographies dans des tiroirs et repoussé étagères et plantes contre les cloisons. Etait-ce bien sa boutique ? Un soupir silencieux s’insinua d’entre ses lèvres.

« Malheureusement oui, j’y ai placé toutes mes économies ! Elle aura besoin d’un bon coup de peinture quand tout sera fini. La risette amusée qui avait ourlé ses lèvres s’affaissa péniblement. Ce n’est jamais simple. Quand les journées sont calmes, c’est que je n’ai pas trouvé de survivants. Quand je ramène des blessés, c’est qu’une attaque a eu lieu et qu’il y a eu des pertes. Elle secoua la tête, l’air las. Heureusement, j’ai toujours des gens sur qui je peux compter pour m’aider. »

Des civils, d’autres commerçants, des légionnaires,... Natalia était loin d’être seule lorsqu’il s’agissait d’affronter l’horreur dans son plus simple appareil. Elle avait reçu tant de soutiens qu’une vie entière ne lui suffirait pas à les remercier. Alors elle tentait au mieux de mettre ses dons au profit d’autrui ; Aider de la façon dont on avait été aidé, n’était-ce pas la meilleure façon de remercier ceux qui nous avaient apporté leur aide ? Peut-être bien, ou en tout cas voulait-elle le croire. Dans le cas contraire, sa dette serait un lourd fardeau à porter.

« Mais dites-moi plutôt, qu’est-ce qui vous amène ici ? »

Il n’y avait que deux types de personnes qui se présentaient chez elle dernièrement : ceux qui nécessitaient des soins et ceux qui désiraient lui apporter son aide. Or, ces derniers savaient généralement où ils se trouvaient et à qui ils s’adressaient...
Revenir en haut Aller en bas



Lady of the woods
La nature, pour être commandée, doit être obéie.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 4 Avr 2018 - 22:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Personnel Civil de l'UNISON
Personnel Civil de l'UNISON

avatar
Personnel Civil de l'UNISON

Afficher le profil
Mind Device

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 21/11/1992
ϟ Arrivée à Star City : 12/02/2017
ϟ Nombre de Messages : 445
ϟ Nombre de Messages RP : 115
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Pas très grand sans pour autant être petit Lou est fin et fluide sans que cela ne soit à l'excès. Souvent vêtu de sombre, il porte toujours un blouson de cuire un peu usé. Il a des yeux bleus et des oreilles décollées un peu cacher par une tignasse blonde qui n'a de toute évidence jamais vu un peigne.
ϟ Pouvoirs : → Maîtrise des nouvelles technologies
→ Maîtrise de l'informatique
→ Voie des ancêtre
(Don passif qui permet de voir des spectres qui le guident)
→ Ancêtre gardien (Bouclier)
→ Communication avec les morts
→ Meute fantôme
L’humble tristesse de l’héroïne face à ses actes pourtant extraordinaires et bénéfiques me plombât le cœur. Cela devait être si dur de faire tout son possible et de ne pourtant pas être capable de sauver tout le monde à chaque foi. Cela était si dur....
Avions-nous oublié des gens à Bayview ? Combien était mort avec leur désespoir pour seule compagne et de l’acide pour linceul avant que Scarlett Mind et moi ne fessions sauter la cuve et sortir les survivants de leurs cages ? Ceux que nous avions escortés étaient-ils vraiment en sécurité où certain avaient-ils déjà succomber dans d’autre attaques du Terminus ?

J’inspirais brusquement tout en relevant la tête dans un mouvement soudain, essayant d’en chasser les présentes idées. Je ne voulais pas y penser, je ne pouvais pas y penser, je n’arriverais probablement pas à le supporter, ce serait signé pour un aller simple vers les bas fonds sans espoir de ne jamais remonter la pente. C’est pour cela que je ne voulais pas de cet arrêt forcé à la base, c’est pour cela que j’étais ici aussi, à la poursuite d’une magie qui pourrait être similaire à la mienne, l’esprit focalisé sur quelque chose, n’importe quoi, pourvue qu’il m’empêche de me tourner vers ces réflexions trop sombres.
Je dus m’éclaircir quelque peu la gorge avant de pouvoir lui répondre d’une voix claire.

« Lou, je m’appelle Lou… »

Et d’un mouvement mue autant par les réflexes inculqués par la société, autant par le besoin de contact qui se faisait denrée rare ces derniers temps, je lui tendis la main.

Mes pupilles glissèrent furtivement sur les murs mornes tachés de sang tout aussi terne.

« Cet endroit devait être magnifique avant… Je suis sûre que vous parviendrez à lui rendre sa splendeur. »

J’adressais un petit sourire que je voulais encouragent à Natalia.

« On a besoin les uns des autres en ce moment, même si n'est pas dans nos habitudes… »

Murmurais-je plus à moi-même qu'autre chose.

Sa dernière question me prit au dépourvu et je restais là quelques secondes, la bouche entrouverte tel un animal à branchie hors de son élément naturel. Pourquoi étais-je venu ici déjà ? Ah oui ! La magie…
La raison de ma venue me parut tout d'un coup quelque peu futile et égoïste en comparaison aux tâches accomplies entre ces murs…

« Oh oui, je suis venue pour la magie, pour la voir quoi, enfin... je crois pas que l'on peut voir la magie mais... Bref vous m'avait compris.»

Il se passa quelque instant de silence que j'eus immédiatement besoin de combler...

« En fait, je vois des fantômes creepy depuis tout petit et je pensais vraiment que j'étais bon pour l'asile, mais j'ai rencontré un mage et j'ai manqué de me faire bouffer par un vampire et embrasser par une nécromancienne, pas dans cet ordre-là, et du coup on s'est dit que j'étais peut pas barge en fait, enfin pas trop... Du coup j'ai cherché des sources de magie qui était proche de la mienne grâce... »

Mmm, je ne devrais probablement pas lui parler du logiciel.

« ... à mon logiciel, enfin c'est plutôt le logiciel d'Adrian, mais je l'ai bidouillé pour lui parce qu'il n'y comprend vraiment rien et j'ai scanné ma magie, enfin j'ai essayé, à peu près quoi, et j'ai cherché un truc qui s'en approche dans les archives et j'ai trouvé votre boutique et … ben... me voilà quoi... »

Est-ce que je venais vraiment de faire une résumer grossier de ma vie à une vitesse ahurissante sans reprendre mon souffle devant une totale étrangère ? Et merde...
Bon, comme elle doit déjà avoir conclu que j'avais une case en moins de toute façon, autant y aller les deux pieds dans le plat...

« Vous êtes chaman ? »
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 8 Avr 2018 - 20:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/12/2017
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 94
ϟ Doublons : Gabrielle Tessier, Andrea Parker
ϟ Crédits : Susan Tropicana
ϟ Célébrité : Felicity Jones
ϟ Âge du Personnage : Vingt-huit printemps
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Légionnaire, fleuriste et gestionnaire de sa propre entreprise
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Natalia est une petite brune aux yeux pers. Elle n’est ni très grande, ni très musclé, mais son corps est robuste et bien proportionné. Son visage aux traits doux trahit un caractère affable, mais rien ne laisse moins transparaître sa détermination que l’éclat farouche de son regard.
ϟ Pouvoirs : Natalia est une druidesse qui maîtrise les forces de la nature et qui met ses dons au service de la protection de la vie. La liste de ses pouvoirs est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

Statut RP : fermé (3/2)

1 rose de Lukaz, 1 rose de Eve, 2 rose de Susan, 1 rose d'Ethan, 1 rose de Lou
Les larges prunelles pers de Natalia observaient le visage du dénommé Lou avec attention. L’homme ne semblait pas vraiment à sa place ici, mais à dire vrai, elle ne l’imaginait pas vraiment à sa place ailleurs non plus. Pendant un instant, elle se demanda même s’il n’était pas entré par hasard, le regard hagard mais la tête haute ; Un coup d’œil circulaire à sa boutique eut tôt fait de lui rappeler que personne ne voudrait entrer dans son taudis à moins d’avoir une excellente raison de le faire. Et dans son regard, qui s’était aussitôt mué, affermi alors qu’il se présentait à elle, elle vit que son interlocuteur savait très bien qu’il se trouvait au bon endroit et qu’il n’en avait pas poussé la porte du Bourgeon Vert sans raison. Toujours silencieuse – il avait tout d’une cocotte-minute sur le point d’exploser – elle pressa doucement la main qu’il lui tendait, se félicitant de s’être consciencieusement rincé les mains du sang et de la poussière qui les souillaient quelques instants auparavant. Elle accueillit son compliment sur sa boutique avec un sourire mais n’eut guère le temps de remercier son interlocuteur ; L’homme s’était mis à déblatérer à une vitesse infernale. Les informations et les images se mélangeaient dans son esprit ; Elle vit les crocs d’un vampire, elle vit la peau glacée d’une nécromancienne, elle vit des fantômes. Et elle vit un logiciel.

Et pas n’importe quel logiciel : un logiciel pour détecter la magie.

Il n’y avait aucune coïncidence là-dedans, ni dans la raison de sa venue, ni dans le fait qu’il lui parle explicitement de cela et certainement pas dans leur rencontre. C’était tout bonnement impossible. Ce qui signifiait qu’Eldoth... Son sang ne fit qu’un tour, se glaça dans ses veines à mesure qu’il parlait et son souffle se fit court, si bien qu’il lui sembla à peine entendre ce qui suivait. Faisant tout son possible pour conserver une expression neutre, elle finit éventuellement par raccrocher les wagons lorsqu’il lui demanda si elle était chamane. Elle ouvrit la bouche quelques instants sans qu’aucun son n’en sorte. Lorsqu’elle recouvra enfin la parole, ce fut pour répondre d’une voix bégayante et blanche :

« N-non. Consciente du tranchant de sa dénégation, elle secoua la tête et enchaîna : Venez, je vais nous faire un café, je crois que nous avons beaucoup à nous dire. »

Et Natalia tourna les talons, repassant à l’avant de la boutique où elle se faufila derrière son comptoir en poussant quelques cartons du pied. Prestement, elle tira deux tasses d’un meuble bas qu’elle remplit d’un café noir et fumant fait par les soins de Michael quelques heures auparavant. Toujours silencieuse, elle les posa sur le bois qu’elle avait pris soin de dégager des cartons qui l’envahissaient. Après quoi elle s’installa finalement sur l’une des deux chaises hautes qui se faisaient face et invita Lou à en faire autant. Lorsque ce fut fait, elle déglutit une gorgée de café et prit la parole.

« Je ne suis pas chaman, je suis une druidesse, lui précisa-t-elle. Ma magie ne s’adresse pas particulièrement aux esprits ou aux éléments, même si elle le pourrait. Je me tourne plutôt vers le soin, vers la protection de la vie, vers la Nature. C’est en ce sens que j’ai été formée par mon Cercle. »

Elle déglutit une nouvelle gorgée de café fumant. D’ordinaire, elle n’aimait pas parler du Cercle, des Grandes Terres d’Arcadie ou, de manière générale, de la mission dont elle était investie, sauf si elle savait précisément à qui elle s’adressait comme c’était le cas pour Eldoth. En l’occurrence, dans le cas de Lou elle l’ignorait mais quelque chose lui disait qu’elle pouvait avoir confiance en lui et il s’était montré honnête d’une telle façon qu’elle n’imaginait pas le tromper sur son identité, sur ses capacités ou sur son lien avec leur connaissance commune. Après un instant, elle enchaîna :

« Je connais... Adrian. Sous sa langue, le prénom roula d’une drôle de façon. Mais je le connais sous un autre nom et je sais qu’il tient à son anonymat. Je vous demanderais de ne pas m’en dire plus à son sujet, s’il vous plaît. »

Il n’aimerait pas voir la distance qu’il s’évertuait à mettre entre eux voler en éclats simplement parce qu’elle avait fait la rencontre d’un « ami » commun. Adrian... L’information la laissait toutefois songeuse et elle ne pouvait pas s’empêcher de mettre bout à bout les pièces du puzzle pour recomposer son identité. Pour se l’enlever de la tête, elle reposa son attention sur son interlocuteur et lui offrit un sourire doux et las.

« J’imagine que ce n’est pas ce à quoi vous vous attendiez, mais si je peux vous aider d’une manière ou d’une autre, n’hésitez pas. »

Que ce soit pour des rescapés ou non, la jeune femme était toujours prête à tendre la main à autrui.
Revenir en haut Aller en bas



Lady of the woods
La nature, pour être commandée, doit être obéie.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 11 Avr 2018 - 21:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Personnel Civil de l'UNISON
Personnel Civil de l'UNISON

avatar
Personnel Civil de l'UNISON

Afficher le profil
Mind Device

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 21/11/1992
ϟ Arrivée à Star City : 12/02/2017
ϟ Nombre de Messages : 445
ϟ Nombre de Messages RP : 115
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Pas très grand sans pour autant être petit Lou est fin et fluide sans que cela ne soit à l'excès. Souvent vêtu de sombre, il porte toujours un blouson de cuire un peu usé. Il a des yeux bleus et des oreilles décollées un peu cacher par une tignasse blonde qui n'a de toute évidence jamais vu un peigne.
ϟ Pouvoirs : → Maîtrise des nouvelles technologies
→ Maîtrise de l'informatique
→ Voie des ancêtre
(Don passif qui permet de voir des spectres qui le guident)
→ Ancêtre gardien (Bouclier)
→ Communication avec les morts
→ Meute fantôme
Trop pris dans mon flot de mots effrénés et, avouons-le, pas très cohérent, je passais complètement à côté du brusque changement de teint de mon interlocutrice. Encouragé par mon anxiété je déblatérais sans même y prendre garde, tout un flot d'informations continu aussi inutile que personnel, ou du moins je le pensais naïvement.

Je finis – enfin ! - par l’interrogation qui m’avait fait pousser les portes de cette boutique de fleurs reconverties en hôpital de fortune. Y avait-il quelqu'un ou quelque chose entre ces mures qui était, ne serait-ce qu'un peu, comme moi ? Qui pourrait m'aiguiller, m’apprendre ou tout simplement partager ?

Je reconcentrais, sur la femme en face de moi, toute mon attention et mon regard où se disputaient l’espoir et l’inquiétude. L’inquiétude d’avoir fait buger Natalia et de l’avoir irrémédiablement cassé, ce serait bien dommage tout de même... Et l’espoir que cette personne était bel et bien un chaman.
Espoir qui s’effondra d’un simple mot, d’une simple injonction fataliste : Non…
Mes épaules s'affaissèrent d’un seul coup alors qu’un petit « Ah… » dépité franchissait mes lèvres.

Tout à ma dépitétur, je mis un moment à suivre l’héroïne quand elle tourna les talons et sortit de la pièce. Qu’avons-nous donc à nous dire ? Mais la promesse d’un café me fit finalement lui emboiter le pas, après l'ascenseur émotionnel que je venais de me prendre, un noir breuvage amer ne serait pas de refus.
Le temps que je franchisse la porte et je me retrouvais avec un mug brulant entre les doigts, il ne me resta plus qu’à m’installer en face de Natalia et d’attendre qu’elle daigne commencer, ne sachant au final pas où elle voulait menait la conversation.

Je fronçais légèrement les sourcils quand elle me dit être druidesse. Si le terme me disait bien quelque chose, il m’évoquait plus de vieux barbus avec des marmites et des serpettes qu’autre chose… Mais d’après la description qu’elle m’en faisait sa discipline semblait partager plusieurs points communs avec ce que j’avais lue du chamanisme, la protection de la vie et de la Nature en tête…

Je laissais le temps au silence de s’installer, ne souhaitant pas couper mon interlocutrice et me plongeant dans mes propres réflexions jusqu’à ce qu’elle reprenne la parole.
Et il me fallut du temps pour comprendre ces propos, beaucoup de temps… Sourcil de plus en plus froncé, j’ouvris et refermais la bouche de manière infructueuse jusqu’à ce que mon cerveau ne décide enfin de connecter ses deux neurones et que je saisis toutes l’implication de ce que me disait Natalia. Mes yeux s’exorbitèrent détonement alors que ma bouche se déforma en un cercle parfait et qu’un léger « Oh ! » ne s’en enchape dans un murmure.

Évidemment, mais sous mon nez, tout cela faisait affreusement sens. Adrian était un mage, et si je me référais à la taille de sa bibliothèque et de ses connaissances, un sacré bon mage. Nymphéa était une légionnaire, si elle connaissait le professeur sous une autre identité, la conclusion la plus logique et probable était donc qu’Adrian était lui aussi un légionnaire
Ça n’aurait pas dû me choquer antan que cela, vraiment, mais je mis pourtant un certain temps à digérer l’annonce. Je finis éventuellement par stocker l’information dans un dossier que je relayais à l’arrière-plan de mon esprit pour plus tard. Le sens moral aurait voulu que je n’y retouche plus jamais, mais je savais déjà que je n’y parviendrais pas, j’étais bien trop curieux pour cela.

Je secouais la tête et reporter mon attention sur mon interlocutrice qui me proposais aimablement son aide avec un sourire doux auquel je répondis pour un des mien, plus hésitant.

« Non en effet, j’étais venue ici pour trouver de la magie chamanique, soit des utilisateurs, soit des objets… » Confessais-je tout en me mettant à jouer distraitement avec le petit bracelet d’os attaché à mon poignet où la meute fantôme dormaient paisiblement.

« Après, comme j’ai découvert mes capacités juste avant l’invasion et que je n’ai pas pu contacter ma famille faute des communications qui ont été coupé, il y a toujours une infime chance pour qu’en fait je sois un druide, mais… » Je me mordis légèrement la lèvre inférieure, réfléchissant à comment formuler ma penser. « …Je ne sais même pas en fait, ça ne me semble pas juste, c’est tout… »

Mes origines Mohawk, de même que mon éducation, m’avais fait naturellement supposer que j’étais chaman, mais il était vrais que je n’étais, au final, pas à l’abri d’un retournement de situation.
Mes origines Mohawks, de même que mon éducation, m’avait fait naturellement supposer que j’étais chaman, mais il était vrai que je n’étais, au final, pas à l’abri d’un retournement de situation.

« Vous vous servez de vos pouvoirs pour faire pousser vos plantes ou vous avez juste naturellement la main verte ? »

J’hésitais une petite seconde tout prend prennent une gorgée de café, il y avait une autre question que je souhaiter poser, mais je n’étais pas sure qu’elle soit la bienvenue. Je finis par décider que je n’étais pas à mon premier faux pas social et que Natalia me paressait quelqu’un de très patient.

« Pardonnez-moi si ma curiosité dépasse les bornes, mais qu’est-ce qu’un cercle ? »
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 15 Avr 2018 - 15:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/12/2017
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 94
ϟ Doublons : Gabrielle Tessier, Andrea Parker
ϟ Crédits : Susan Tropicana
ϟ Célébrité : Felicity Jones
ϟ Âge du Personnage : Vingt-huit printemps
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Légionnaire, fleuriste et gestionnaire de sa propre entreprise
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Natalia est une petite brune aux yeux pers. Elle n’est ni très grande, ni très musclé, mais son corps est robuste et bien proportionné. Son visage aux traits doux trahit un caractère affable, mais rien ne laisse moins transparaître sa détermination que l’éclat farouche de son regard.
ϟ Pouvoirs : Natalia est une druidesse qui maîtrise les forces de la nature et qui met ses dons au service de la protection de la vie. La liste de ses pouvoirs est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

Statut RP : fermé (3/2)

1 rose de Lukaz, 1 rose de Eve, 2 rose de Susan, 1 rose d'Ethan, 1 rose de Lou
La déception de Lou avait rapidement fait place à une surprise absolument compréhensible, mais qui ne pouvait signifier qu’une chose : le jeune homme ne savait rien d’Eldoth, et elle venait de lui apprendre l’existence de l’alter-égo héroïque de son employeur. Pendant un instant, Natalia se figea avec horreur, prenant entièrement compte de ce que cela signifiait mais elle se rasséréna en réalisant que c’était la meilleure façon de faire – la seule – et qu’elle n’avait pas vraiment eu le choix. Ainsi, elle savait qu’Eldoth portait le nom d’Adrian et pas plus. Lou savait que l’homme chez qui il travaillait n’était pas qu’un simple citoyen et pas plus. C’était un compromis raisonnable, non ? Après tout la Légion comptait plus de mystique en ses rangs qu’il était possible de les nommer et Natalia comptait bien ne pas dévoiler plus d’informations au sujet de son ami. Elle respectait sa volonté d’anonymat, même s’il lui arrivait de regretter que le super ne s’ouvre pas plus à elle alors pourtant qu’il semblait lui faire confiance. Elle aurait souhaité être plus proche de lui, tout simplement.

Un relent de culpabilité continuait cependant de lui étreindre le cœur et elle ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’il aurait peut-être existé une autre façon de faire. Malheureusement pour elle, Lou semblait être un homme remarquablement intelligent et il ne lui avait pas fallu bien longtemps pour comprendre ce dont il retournait vraiment. Et il ne lui resterait plus qu’à assumer les conséquences. Mais il n’y avait pas que les capacités de réflexion de son interlocuteur qui soient remarquables ; L’homme avait aussitôt changé de sujet, respectant sa demande de ne plus aborder la question de leur ami commun et elle lui en était reconnaissante. Déglutissant une gorgée de café brûlant dont l’amertume ne manqua pas de lui faire oublier sa déconvenue, Natalia préférant se concentrer sur ce dont lui parlait son interlocuteur. À la mention de l’invasion et de la rupture des communications, une moue agacée ourla ses lèvres.

« Je comprends, annonça-t-elle simplement. J’étais très jeune lorsque j’ai commencé à développer des capacités magiques, et il n’a fait aucun doute que c’était à la magie naturelle que j’étais liée. C’est le genre de choses que l’on ressent au plus profond de soi. Parler avec les animaux, comprendre les plantes, ressentir la vie,... Sa mère s’était fait un point d’honneur à développer ces capacités. Je ne doute pas que vous aurez rapidement la possibilité de renouer le contact avec votre famille et moi avec la mienne, il n’y a pas à douter que l’invasion touche à sa fin. »

Elle-même n’attendait que de pouvoir prendre des nouvelles du Cercle Arcadien, des enfants de l’Orphelinat Underwood et voir l’invasion toucher à sa fin. L’état de siège permanent dans laquelle se trouvait la ville des supers n’étaient pas seulement physiquement éprouvante en raison de la déprivation, mais aussi psychologiquement. Elle se sentait morne, épuisée, à bout de souffle. Elle se sentait coupée des flux vital des Grandes Terres d’Arcadie. Elle se sentait dépérir. Malgré tout, la question innocente – presque hors de propos – de Lou ne manqua pas de lui arracher un sourire fatigué.

« Un peu des deux, avoua-t-elle en jetant un regard circulaire à sa boutique où ne subsistait que quelques pots. Je ne les fais pas pousser à proprement parler, mais je comprends parfaitement leurs besoins et je m’adapte en fonction pour chacune d’elle. De cette manière, elles peuvent se développer au mieux. Mais dernièrement mon lien avec elles est plus... Diffus. Certainement à cause de la bulle autour de la ville. »

La ville des supers, isolée de tout, même des dimensions parallèles. Elle avait remarqué dès les premiers jours que ses capacités en étaient grandement affectées et il n’y avait eu aucune amélioration depuis. Bien au contraire.

La seconde question de Lou la désarçonna quelque peu. La Légionnaire n’était pas certaine de pouvoir lui répondre sans que cela ne mette en danger le Cercle Arcadien, et en tant que Gardienne, il était de son devoir de le protéger coûte que coûte. Pourtant, son interlocuteur ne semblait pas être un individu mal intentionné et son instinct lui soufflait de lui faire confiance. Considérant que la définition même d’un Cercle ne mettait pas ses frères et sœurs en danger, elle prit une grande inspiration et entreprit son explication.

« Lorsque vous entrez dans un Cercle, vous faites partie d’un Cercle et un Cercle ne se rompt pas, si on veut garder l'équilibre. Elle marqua une pause avant de reprendre : il faut voir cela comme une grande famille dont tous les membres sont des druides. Vous avez devoir d’entraide, de respect, de loyauté, de sincérité envers votre Cercle. Vous ne devez pas trahir son secret. Vous ne devez pas non plus trahir ses idéaux et, au contraire, les défendre coûte que coûte. Vous êtes lié par un serment magique qui, s’il est violé, scelle vos pouvoirs. Une manière de rappeler que ce qu’offre le Cercle peut aussi être repris. »

Et les exemples étaient nombreux. Des druides déchus qui avaient cru pouvoir utiliser leurs capacités pour accroître leurs richesses ou qui avaient une idée biaisée de la mission qui était la leur, l’histoire de leur Cercle en était ponctuée. Par chance, cela faisait des décennies qu’ils n’avaient pas eu d’incidents du genre... Et elle espérait que ça continue. Il n’y avait rien de plus affreux pour un Gardien que de devoir arrêter l’un des siens.
Revenir en haut Aller en bas



Lady of the woods
La nature, pour être commandée, doit être obéie.

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 25 Mai 2018 - 18:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Personnel Civil de l'UNISON
Personnel Civil de l'UNISON

avatar
Personnel Civil de l'UNISON

Afficher le profil
Mind Device

ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 21/11/1992
ϟ Arrivée à Star City : 12/02/2017
ϟ Nombre de Messages : 445
ϟ Nombre de Messages RP : 115
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Pas très grand sans pour autant être petit Lou est fin et fluide sans que cela ne soit à l'excès. Souvent vêtu de sombre, il porte toujours un blouson de cuire un peu usé. Il a des yeux bleus et des oreilles décollées un peu cacher par une tignasse blonde qui n'a de toute évidence jamais vu un peigne.
ϟ Pouvoirs : → Maîtrise des nouvelles technologies
→ Maîtrise de l'informatique
→ Voie des ancêtre
(Don passif qui permet de voir des spectres qui le guident)
→ Ancêtre gardien (Bouclier)
→ Communication avec les morts
→ Meute fantôme
Savoir qu’Adrian était un légionnaire était déjà en savoir beaucoup, tout en ne sachant absolument rien en même temps et le sujet fut de tout façons closes. Je me débattrais entre ma curiosité et ma morale à un autre moment...

Je souris faiblement au discoure plein de positivité de la druidesse. La plupart du temps je me disais également que nous étions juste dans une mauvaise passe, mais que nous allions nous en sortir comme Stars City s’en sort toujours : après en avoir bavé et avec une bonne mandale dans la bouche de nos ennemies. Mais certains jours, plus sombre, je n’en étais plus si convaincue.
Un sourire fatigué étira faiblement mes lèvres.

«J’espère que tu as raison...»

J’écoutais religieusement tout ce que voulut bien me dire la druidesse, notamment ses explications sur le cercle, lui adressant à la fin de ces dernières une moue rêveuse.

«Ça semble juste... Ça doit être agréable de faire partir d’un cercle, d’avoir des pères avec qui tout partager. J’aimerais bien que les chamans aient quelque chose d'équivalents, je n’ai encore rien trouvé qui aille dans ce sens, mais comme la culture amérindienne est essentiellement orale... Enfin, il faut encore que je sois bel et bien un chaman... Je t’envie ta certitude, tu sais. Rien ne s’est montré si certain, si catégorique pour moi, à part peut-être le fait d’être lié aux esprits... Et encore, je me demande si je ne suis pas plutôt lié à la mort... Après tout mon principal dont est de voir des fantômes, alors... »

Mais en même temps plus j’y songeais, moins je ne pouvais me nier une certaine affinité avec le vivant. Si les plantes étaient un domaine dans lequel je n’excellais pas particulièrement les animaux, eux en revanche, avait toujours semblé beaucoup m’apprécier, dans la limite du raisonnable bien sûre...
Mais enfin, j’avais aussi une affinité indéniable avec les machines et ça, ce n’était pas dit que ça rentre dans ni dans la case druide, ni dans celle de chaman...

Un grognement de frustration m’échappait alors que je me pris la tête entre les mains. Cette réflexion était stérile et ne me menait à rien, la seule chose que j’allais bientôt obtenir, c’était une migraine a force de comparer le peut de chose que je savais de la légionnaire et mon expérience quasi inexistante.
J’étais paumé dans ce nouveau monde aux règles et dogmes qui m’étais encore inconnus alors je cherchais désespérément des repères, des points d’encrages... Et pour ce faire je me forçais à rentrer dans ce que je pensais être des stéréotypes, me plier en quatre pour rentrer dans ces cases.
Sauf que les cases et moi, ça n’avait jamais fait bon ménage...

«Je suis ridicule...»

Je poussais un profond soupir frustré avant qu’un je ne relève vivement la tête, me souvenant d’un détail de la discussion qui fit se froncer mes sourcils.

«Attends, tu as dit que le dogme t’affecte ?»

Voilà qui semblait être encore une différence entre nous deux, le dogme ne semblait pas avoir d’effet sur mes pouvoirs, que ce soit sur ceux que je contrôlais ou les autres. Mais peut-être était-ce due au fait que je les avais majoritairement développé durant l’invasion ?...
Presque par réflexe mon esprit se tendit vers mon totem qui répondit immédiatement, toujours en périphérie de mon esprit qu’il était ces derniers temps, je n’eus plus qu’à me concentrer légèrement pour accentuer sa présence à mes côtés. La sensation d’une douce fourrure se glissant sous mes doigts se fit alors sentir tandis que, dernière nouveauté tout récemment remarquée, une légère odeur de terre humide et de forêts flotta jusqu’à mes narines.
Me souvenant que j’avais pué voir et ressentit la magie de Natalia un peu plus tôt, quand elle avait prodigué le soin, je me tournais vers elle pour observer ses réactions, me demandant si elle aussi pouvait sentir celle que je devais certainement dégager. Peut-être même pouvait elle voir les loups gris qui se frotter amoureusement à mes jambes...
Revenir en haut Aller en bas





Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 7 Juin 2018 - 18:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

avatar
Légion des Etoiles

Afficher le profil

ϟ Âge : 26
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 06/06/1992
ϟ Arrivée à Star City : 23/12/2017
ϟ Nombre de Messages : 380
ϟ Nombre de Messages RP : 94
ϟ Doublons : Gabrielle Tessier, Andrea Parker
ϟ Crédits : Susan Tropicana
ϟ Célébrité : Felicity Jones
ϟ Âge du Personnage : Vingt-huit printemps
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Légionnaire, fleuriste et gestionnaire de sa propre entreprise
ϟ Réputation : Niveau 4
ϟ Signes particuliers : Natalia est une petite brune aux yeux pers. Elle n’est ni très grande, ni très musclé, mais son corps est robuste et bien proportionné. Son visage aux traits doux trahit un caractère affable, mais rien ne laisse moins transparaître sa détermination que l’éclat farouche de son regard.
ϟ Pouvoirs : Natalia est une druidesse qui maîtrise les forces de la nature et qui met ses dons au service de la protection de la vie. La liste de ses pouvoirs est disponible ici.
ϟ Liens Rapides :

Statut RP : fermé (3/2)

1 rose de Lukaz, 1 rose de Eve, 2 rose de Susan, 1 rose d'Ethan, 1 rose de Lou
Natalia se montra conciliante et attentive envers son interlocuteur. Le jeune homme semblait perturbé et elle ne pouvait que le comprendre ; Les temps étaient troublés pour tout le monde, et s’il devait existe une pire période pour prendre conscience de capacités inexplicables, c’était certainement celle-là. Depuis l’invasion, il n’y avait plus réellement d’individualité ; La plupart des individus se terraient ou agissaient pour le bien commun, il n’était pas impossible d’imaginer que Lou s’était retrouvé seul et dépourvu face à ses pouvoirs et à l’incapacité de faire confiance à quelqu’un pour aider à les comprendre. En cela, elle était satisfaite que le curieux logiciel d’Eldoth ait fini par guider le jeune homme sur sa route – si tant est qu’elle puisse l’aider d’une manière ou d’une autre – mais elle déplorait que son ami n’ait pas remarqué le trouble qui agitait l’esprit de son assistant. Mais peut-être n’était-ce clair que pour elle ? Après tout, tout le monde ne bénéficiait pas de son empathie et si lire le cœur des gens lui était naturel, ce n’était peut-être pas le cas du mystique.

« Ils m’apportent en effet un soutien exceptionnel. Mais connaître des gens qui ne partagent pas nos connaissances, nos capacités, peut nous aider à en apprendre plus sur nous-mêmes. Elle pensait évidemment à Eldoth et à l’aide précieuse qu’il lui avait apporté depuis qu’ils se connaissaient. L’important c’est que tu ne perdes pas espoir, tu finiras par trouver ta voie. Quelle qu’elle soit. La jeune femme réfléchit un instant à ce qu’il venait de lui dire. Je dis peut-être une bêtise mais... As-tu essayé de questionner les esprits que tu vois ? As-tu cherché à entrer en contact avec des ancêtres à toi ? Peut-être qu’ils pourraient t’aider essayer de comprendre la source de tes capacités. »

Elle ne pouvait lui apporter plus d’informations. La réponse était en lui, probablement nichée au plus profond de son arbre généalogique. Des mystiques avaient théorisé que toutes les magies trouvaient leurs origine dans un arcane primaire, un flux brut d’énergie qui parcourait le monde. Après tout, la mort se trouvait dans la vie, alors pourquoi semblait-il impossible que les esprits soient liés au chamanisme ? Natalia n’avait jamais été si catégorique en ce qui concernait la source de son pouvoir, mais il lui était rapidement apparu que c’était à la Nature qu’elle répondait le mieux. N’était-ce pas pour cela qu’elle avait été déposée à l’Orphelinat Underwood par un mystérieux bienfaiteur ? L’heure n’était pas l’introspection, sous ses yeux, Lou s’était admonesté en disant que ses doutes étaient ridicules avant d’embrayer sur un détail dont elle avait parlé un peu plus tôt. Doucement, elle posa sa main sur la sienne et lui transmis un peu de son espoir, de sa confiance et de son calme ; L’un des avantages d’une empathie qui fonctionne à double-sens.

« Ce n’est jamais ridicule de chercher à comprendre qui on est... Son passé était dissolu, elle en savait quelque chose. Je peux peut-être t’aider à trouver la réponse, si tu veux essayer d’entrer en contact avec les tiens. Je ne connais rien à la magie des esprits, mais je suis sûre que nous pouvons y arriver ensemble. »

Elle laissa planer un instant avant de répondre. Et alors qu’elle s’apprêtait à lui expliquer, un flux de magie qu’elle n’identifia pas au sien vint caresser sa conscience. Il l’effleurait, la faisait frémir, rafraîchissant comme la caresse d’une brise du nord. Aussitôt, elle comprit que c’était de Lou qu’elle émanait et ses sens en alerte s’apaisèrent. Si elle n’avait pas – comme lui – la capacité de ressentir les esprits ou le passé, elle avait pu voir sans trop de mal se matérialiser aux pieds du jeune homme la forme d’un loup authentique. Mais translucide. Immatériel. Il y en eut rapidement un deuxième, puis un troisième,... Puis ce fut une meute fantomatique qui se pressa un instant aux jambes de son interlocuteur. Agréablement surprise, Natalia resta un instant à les observer en silence, curieuse à l’idée de voir que son esprit ne pouvait les atteindre... Ce qui n’était pas étonnant, puisqu’ils se trouvaient dans un autre plan de l’existence. Celui des esprits.

« Lors de notre formation, nous sommes liés à un Esprit Sauvage, expliqua-t-elle doucement après un instant de silence. C’est lui qui nous offre une partie de ses pouvoirs. Ce qui signifie que si l’on s’éloigne de ses enseignements, il peut nous les reprendre. Mais ça n’est pas toujours le cas, notamment si nos pouvoirs trouvent une autre source. Dans le temps, une druidesse a trahi notre Cercle en se livrant aux esprits élémentaires de la dimension fuzonique. Elle est devenue une druidesse de la flamme et nul n’a pu rien y faire,... »

Et elle a disparu du jour au lendemain, probablement consumée par les flammes de ce plan élémentaire où rien ne savait vivre et dont elle cherchait la puissance. Une leçon nécessaire pour les jeunes druides avides de pouvoir...
Revenir en haut Aller en bas



Lady of the woods
La nature, pour être commandée, doit être obéie.



Spirits path [Natalia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [L5R JCC] Path of the Destroyer (prochaine extension)
» Commande de Path of Destroyers
» Milana Natalia Nina Mednikova [M.N.N.M~FINISHED]
» (F) Natalia Dyer (négociable) ϟ lil' sis, pregnant.
» (F/pris) NATALIA DYER ⊿ little little girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Centre Ville :: Le quartier du Front de Mer :: Les boutiques et commerces :: Le Bourgeon Vert-