AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Un voyage inattendu [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 10 Fév 2018 - 8:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Super-Héros Indépendant

avatar
Super-Héros Indépendant
Afficher le profil
Lily
ϟ Âge : 14
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 01/01/2004
ϟ Arrivée à Star City : 22/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 105
ϟ Nombre de Messages RP : 23
ϟ Célébrité : Millie Bobby Brown
ϟ Crédits : By Amon
ϟ Âge du Personnage : 14 ans
ϟ Statut : Célibaire
ϟ Métier : Etudiante
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Pouvoirs :
- Télékinésie
- Déflexion
- Vol télékinésique
À la maison, une routine s'était installée. Je lisais, regardais des films, voir faire de la musique avec maman, je dessinais quelques-fois, j'avais customiser des vêtements et accessoires… Maman, quand elle ne lisait pas, chantait, ou dansait … Il y avait que mon père que tout ça ne dérangeait pas. Il travaillait à la maison, dans son bureau… Je n'y entrais pas, jamais, papa fumait et je détestais ça. Aujourd'hui, on avait regardé quelques films, avec maman, Édouard aux mains d'argent, Big Fish, Charlie et la chocolaterie pour finir avec Alice aux pays des merveilles, tous de Tim Burton. J'adorais ce réalisateur. Le décalage des couleurs et ses histoires folles. Il avait une façon unique de faire les choses.Après tout ça, maman était partie vaquer à ses occupations. Moi j'étais repartie dans ma chambre, m'ennuyant fermement. Je m'étais jetée sur le lit et d'un mouvement des doigts dans l'air, j'avais actionnée quelques notes le piano. Cette capacité que j'avais à faire bouger les choses sans les toucher étaient réellement un don pour une flemmarde telle que moi. Je pouvais changer de DVD, prendre un livre, me servir un verre de soda sans même lever le petit doigt. Pour la musique c'était encore mieux, je pouvais jouer des partitions à quatre mains, seule. Évidemment, cela demandait de l'entraînement et de la concentration qui, à haute dose, me fatiguais beaucoup. Mais j'étais contente de voir qu'avec de l'entraînement, je pouvais arriver à faire ce que je voulais. Il fallait laisser du temps, au temps. Puis, après avoir abandonnée le piano, j'étais retourné dans mon livre. J'adorais lire. Je lisais tout ce que je pouvais ! Surtout la science fiction et la fantaisie. J'avais refait le tour de mes livres. Le semi-homme était bien arrivé à sa montagne, le chevelu à la cicatrice avait vaincue Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. La jeune femme du district douze avait renversée le président du Capitole. J'en avais encore beaucoup mais, pour le moment, grâce à ma mère, je m'étais replongée dans Alice aux pays des merveilles. Même si je dois avouer préférée les films… Mes personnages préférés ? Le Chat du Cheshire et le Chapelier fou, en particulier dans le film !

Puis, un peu plus tard, ma mère m'appela de sa voix douce pour aller manger. Un plat de pâte tout simple au beurre… Normalement, après manger je prenais une douche, mais là, je voulais attendre un peu. Aussi, j'étais entrée dans ma chambre, toujours habiller de mon legging bleu nuit et d'un tee shirt trop petit qui m'arrivait au-dessous du nombril avec une polaire rose duveteuse avec des pattes de chats cousus au bout des manches en guise de gants. J'avais poussée un soupire avant de me laisser tomber sur le dos sur mon lit. Très vite, je m'étais endormie, j'avais rêvée du jeu vidéo que j'avais jouée durant ses jours-ci, j'étais entourée petite bête de couleur avec des fleurs sur la tête, visitant une planète inconnue quand soudain, je fus réveiller en sursaut …

- Mais … Qui êtes-vous ? avais-je dis surprise, les yeux grands ouvert. Que faites-vous dans ma chambre ? avais-je ajoutée d'une voix faible.
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 10 Fév 2018 - 20:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 204
ϟ Nombre de Messages RP : 50
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discution)
Épée de l'Âme


Un voyage inatendu



Ce qu’il y a de curieux avec l’humanité, c’est que quoiqu’il arrive, l’homme (et la femme) trouvent moyen de faire la fête. Pour oublier, pour se rappeler, pour enterrer ou pour accueillir. L’on boit, l’on danse, et parfois on utilise d’autres artifices plus forts, plus extrême. Il vous est déjà arrivé, n’est-ce pas, qu’on vous raconte votre soirée, en vous donnant l’impression que ce n’est pas vous, mais un autre. Non… vous n’avez pas autant bu, vous ne vous êtes pas retrouvé en pleine rue en après-ski en train de chanter « étoile des neiges » sur des poubelles, chemise ouverte…….
Seulement quand plusieurs personnes, ne se connaissant pas spécialement entre elles, vous racontent la même chose, alors vous avez beau essayer de tordre la vérité dans tous les sens, elle reste quand même la vérité, même parée de ce voile pudique, de moiteur et de coton mental, de vapeurs d’alcool ou de drogue.

J’avais du mal à trouver ma place dans ce monde. Et j’y étais un peu coincé, en fait, car j’étais venu à la demande de Dante, et j’avais bien trop de dette envers le magicien pour les traiter avec légèreté. La dimension qui tentait d’envahir celle-ci était hostile, et rendait les gens paranoïaques, sans doute pour leur bien parfois.

J’avais enchainé quelques aventures sans lendemain, parfois littéralement, quand j’apprenais la mort d’un amant au journal. Je n’avais pas d’attache, pas d’amis, et mon cœur battait toujours, c’est sûr, mais il avait un gout de nostalgie, du temps ou il était plein de vie, plein d’espoir et rempli de la saveur d’un autre qui lui était lié. Ce temps était révolu, mais j’en gardais une douloureuse plénitude. Oh comme je l’aimais ma culpabilité chérie. Tomber amoureux n’était pas la chose la plus facile au monde. J’étais surtout doué pour tomber tout court. Mais jamais à court d’idées.

Et voilà. Un soir de plus, à noyer le poisson. Noyer mon chagrin. Noyer tout ce que vous voudrez, mais pourvu que ce soit dans l’alcool. Je savais pourquoi je me retrouvai là. Pourquoi j’avais fait ce parcours, pourquoi j’empruntai de nouveau ce sentier qui ne menait à rien, si ce n’est hors de portée de d’un mec dont je pourrais m’enticher, pour le protéger. Mais ça me manque. Douloureusement. Alors je remplace une addiction par une autre. Je remplace les caresses et les baisers par des glaçons et de la vodka. Je remplace des mots et des sentiments par des injures et des instincts primaires. L’odeur de la peau par celle du whisky… L’enivrement des lèvres par la brulure dans mes veines…

Certains soirs, il ne se passait rien, a part une gueule de bois pour moi. Je passai alors les jours suivants à travailler, à jouer le rôle dans la pièce de théâtre merdique qu’était ma vie. Mais pas ce soir. Oh non. Ce soir, c’était un soir avec des bleus et du sang.

Tout avait commencé par des commentaires désobligeants, dans le bar, parce que j’avais souris à un beau mec, qui me l’avait rendu d’ailleurs. Le beau mec en question s’était vite taillé alors que les mots « tafiole » , « tarlouze » et autre « chochotte » commençaient à fuser… Alors j’avais levé un regard noir sur l’individu et lui avait fait une proposition qui l’avait fait rougir jusqu’aux racines et qui lui avait valu d’être la risée de sa bande de connards qui gravitaient autour de lui comme des mouches autour d’un étron. Il était parti bien vite, suivi de sa bande.

Le temps de me vider mon verre, je me rendis compte qu’il était temps d’aller vider ma vessie, et prendre un peu l’air. C’est à ce moment-là que je me suis retrouvé, en après ski, que j’avais jugé bon d’emprunter à un touriste allemand, rond comme une queue de pelle, à chanter « étoile des neiges ». Plusieurs témoins me l’ont dit… Il était loin le seigneur poli, à la langue policée et suave qui savait se tenir, sourire et attendre …

« Dans un coin perdu de montagne
Un tout petit savoyard
Chantait son amour dans le calme du soir
Près de sa bergère au doux regard
Étoile des neiges, Mon coeur amoureux
S'est pris au piège, De tes grands yeux
Je te donne en gage, Cette croix d'argent
Et de t'aimer toute la vie, Je fais serment »


Je sus que j’avais fait une erreur. Ou, plutôt, je su que je cherchai ça depuis le début de la soirée. Des pas sur le bitume me renseignèrent avant même d’entendre le connard de tout à l’heure.
« Alors chochotte, on traîne tout seul ce soir ?? »

- non mais ne cherche pas, toi et moi, ça ne pourra jamais coller. J’ai même plus envie de te dépanner, tu vois… Les petits outils, ça m’intéresse pas…

« Chopez moi cette… »


Je pris un poing en pleine figure, le type étant plus rapide que ce à quoi je m’étais attendu. Le temps de secouer la tête, et de cracher un peu de sang, je relevais le visage, un sourire provocateur accroché. Mes yeux étaient la promesse de bien des douleurs, car le type recula d’un pas. Un autre en profita pour s’approcher, dans le but manifeste de m’en coller une.
La borne d’incendie m’obéit obligeamment, et lui cracha tout son contenu au visage. Il ressemblait à une carpe se contorsionnant sur le bitume, recrachant un trop plein d’eau venu bien trop fortuitement dans son gosier malpoli.

« Hélas, soupirait la bergère
Que répondront nos parents
Comment ferons-nous, nous n'avons pas d'argent
Pour nous marier dès le printemps
Étoile des neiges, sèche tes beaux yeux
Le ciel protège les amoureux
Je pars en voyage, pour qu'à mon retour
À tout jamais, plus rien n'empêche notre amour »


Ses comparses ne cherchèrent pas à en voir ou en savoir plus… Surtout par les temps qui courent. Alors c’est ce qu’ils firent. Ils coururent… Quant à mon adversaire du moment, je n’allais pas le laisser partir sans lui avoir déclamé toute la chanson…

« Et quand les beaux jours refleurirent
Il s'en revint au hameau
Et sa fiancée l'attendait tout 1à-haut
Parmi les clochettes des troupeaux
Étoile des neiges, Les garçons d'honneur
Vont en cortège portant des fleurs
Par un mariage finit mon histoire
De la bergère et de son petit Savoyard »


Oh. Vous allez me dire, comment je m’en souviens ? Ben en fait, je ne m’en souviens pas. C’est juste que ça a été filmé, et qu’on me l’a montré ensuite dans le bar que j’avais rejoint de nouveau sur un portable dont l’écran était aussi abimé que mon cœur… Dante m’aurait fait boire une potion et ça aurait été réglé. Pour l’alcool et pour la peine de cœur, sans doute. Mais Dante n’était pas la… Alors je bu tout mon saoul, et je n’aurai pas juré que certains verres n’étaient pas exempt d’autre chose que de l’alcool…

Au bout d’un moment, quand je me rendis compte que la force d’attraction terrestre, la gravité, semblait m’appeler à elle, et que je renonçais à récupérer mon écharpe, offrande séculaire au bitume de la ville, je me dis que ce serait peut-être pas mal de rentrer chez moi… Si j’avais eut tous mes esprits, j’aurai pu rentrer chez moi, effectivement, mais je pensai uniquement à un bon lit, une chambre tranquille, et du calme… J’avais envie de musique douce aussi, peut être un petit air de piano.

Avais-je entendu ce son en particulier non loin ? Peut-être. Mais quand je traçais ma porte sur un mur d’une ruelle sombre, à la craie, et que je l’ouvris, je sus que quelque chose avait foiré.

Il y avait bien un lit. Mais il y avait une jeune fille dans le lit. Avec des patounes de chat au bout des manches, des trucs roses de fille et des jouets… Et merde….

Que faites-vous dans ma chambre ?

« shhhhhjjjjzztt » dis-je, du moins essayai-je… Je fus tout de même assez fier d’avoir pu viser ma bouche avec mon doigt, plutôt que mon œil, et de ne pas avoir bavé non plus. Même si la prononciation du « chut » laissait à désirer, au moins c’était à peu près compréhensible.

« Désolé c’est une erreur. je suis personne.. Je.. je zuis un rêve. Voilà, un rêve sorti tout droit de.. De… tu peux arrêter de tourner autour de mon œil ? »

Je m’approchais pour trouver de quoi étayer la thèse du rêve… Elle était bien cette petite. Entourée de livres. Quiconque était entouré de livres ne pouvait pas mal tourner. Un attira particulièrement mon attention, car je ne le connaissais pas. L’écrivain était inconnu au bataillon d’où je venais, et je fus captivé dès les premières lignes, ignorant les interrogations de la jeune fille. Je fus surpris quand elle m’arracha le livre des mains sans même le toucher.

« heyyyyyyyy c’est pas simpa.. Puisque c’est za, che retourne au pays des rêves tiens… »

Quand même, le résumé au dos m’avais mis l’eau à la bouche. Des roses parlantes, un chat qui disparait, un bar avec un chapelier fou, ou un truc du genre, et une chenille qui fume le narguilé… Dépité, espérant ne pas avoir une trop grosse gueule de bois le lendemain, je fermais le placard par ou j’étais entré, me concentrant dessus, avant de le rouvrir pour enfin atterrir chez moi….

Note pour plus tard… Ne jamais refaire ça drogué ou bourré… J’allais apprendre à mes dépends qu’un nombre infini de mondes existait… Dont celui qui avait du inspirer l’auteur de ce roman… Je fus poussé violemment par une gamine dont j’avais presque oublié l’existence alors qu’un labyrinthe végétal, dont les fleurs gouttaient de la peinture rouge, nous entourait. Et évidemment, la porte s’était refermée. Un violent mal de crâne m’indiqua que ma batterie à voyage dimensionnel était à plat. Je n’allais pas rouvrir une porte de sitôt.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 11 Fév 2018 - 14:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Super-Héros Indépendant

avatar
Super-Héros Indépendant
Afficher le profil
Lily
ϟ Âge : 14
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 01/01/2004
ϟ Arrivée à Star City : 22/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 105
ϟ Nombre de Messages RP : 23
ϟ Célébrité : Millie Bobby Brown
ϟ Crédits : By Amon
ϟ Âge du Personnage : 14 ans
ϟ Statut : Célibaire
ϟ Métier : Etudiante
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Pouvoirs :
- Télékinésie
- Déflexion
- Vol télékinésique
- Que faites-vous dans ma chambre ?

- « shhhhhjjjjzztt » dit l’homme devant moi, un doigt mal assuré devant la bouche.

J'avais froncée les sourcils avant d'en lever un. Que venait faire cet homme dans ma chambre ? Comment il était entré ? Et surtout, qui était-il ? Je l'avais regardée de haute en bas… Des après ski ? Ici ? Il avait vraiment une allure bizarre… Mon regard avait remonté sur sa chemise ouverte puis sur son torse quelque seconde avant de regarder ses yeux.

« Désolé c’est une erreur. je suis personne.. Je.. je zuis un rêve. Voilà, un rêve sorti tout droit de.. De… tu peux arrêter de tourner autour de mon œil ? »

J'allais ouvrir la bouche pour répliquer mais, cet homme à l'allure bizarre m'intriguais. Qu'avait-il ? Il était malade ? Ou bien … Ou bien comme papa, quand il abusait un peu trop du “ne le dis pas à maman”, synonyme d'alcool. À moins que je rêve vraiment … après tout, pourquoi, j'étais dans mon lit et il n'était passé par aucune porte vacante. Et surtout, il m'était arrivée de faire des rêves bien plus bizarres …

- Mais… Qui-êtes-vous ? Même si vous étiez un rêve, vous auriez un nom…

Il regarda ma chambre, semblant chercher quelque chose. Mais quoi ? Puis il attrapa une de mes livres. Alice, il avait pris mon livre d'Alice aux pays des merveilles. Il commença à lire le dos du livre, oubliant de me répondre. Mais… Pourquoi ? Il semblait alcoolisé et je n'avais aucune idée de qui il était. Si c'était vraiment un rêve, j'aurais reconnue le visage ! Le cerveau ne pouvait pas imaginer, créer un visage !
Je finis par faire lui arracher le livre des mains sans le toucher. Le livre vola à travers la pièce et tomber lourdement sur mon bureau, fermé. J'allais réitérer mes demandes quand il répliqua :

« heyyyyyyyy c’est pas simpa.. Puisque c’est za, che retourne au pays des rêves tiens… »

- Quoi ? Mais comment ?

Je le regardais fermer la porte de mon placard avant de la rouvrire. Il utilisait les portes pour voyager ? J'avais eu un léger sourit, pensant à monstre&co. un film que j'adorais.
Ma mère m'avait souvent répété qu'une trop grande curiosité était un vilain défaut, ce à quoi mon père répliquait que la curiosité, aussi grande soit-elle, ne pouvait en aucun cas être un défaut. La recherche du savoir ne devait pas avoir de limite. S'en suivait une discussion mouvementée entre mes parents pour finir par un silence tendu.
En cet instant, après coup, ma mère avait raison. J'étais curieuse de ce que pouvait faire cet homme avec mon placard. Aussi, j'avais voulu, peut-être trop rapidement, aller voir ce qu'il faisait. Malheureusement, je m'étais pris les pieds dans la couverture et sur les livres qui entouraient mon lit. Partie tête en avant, j'avais heurté les cotes de l'homme qui partit en avant, moi avec lui.

J'avais atterrie à plat ventre sur un sol d'herbe tondu très court. Dans ma chute, je m'étais écorchée le menton. Maugréant a voix basse une flopée d'injure, Je m'étais assise pour m'essuyer les mains avant de les porter à mon visage. J'avais mis quelques minutes à me rendre compte nous étions dans un labyrinthe végétal. Des fleurs goûtaient d'un liquide rouge, peut être de la peinture… Puis, une peur me serra le ventre. La porte, la porte était toujours ? Je m'étais retournée en vitesse. J'avais écarquiller les yeux en regardant d'où on venait.

- La …. La porte ?! avais-je dis terrifiée de ne plus pouvoir rentrer chez moi. Où est la porte ?

J'avais fermée les yeux un instant, essayant de me calmer. Un homme inconnu était entré dans ma chambre, j'étais sortie de ma chambre par la porte du placard… Et me voilà, à genoux dans le d'herbe, le menton en sang. Je devais rêver… Personne ne pouvait sortir de sa chambre comme ça … Et les fleurs, peinte à la peinture, si cela en était vraiment …

- On est où là, chez vous ? avais je dis en touchant une des fleurs du bout du doigt.

La fleur n'était pas sèche. J'avais le bout du doigt rouge. Puis, je m'étais levée. J'avais regardé les haies qui nous entouraient. Par ou aller ? Sans attendre cet homme inconnu, j'avais commencée à m'éloigner, me demandant ce qu'il y avait au bout du chemin. Arrivée au bout, le chemin se divisait en deux, à droite, le chemin continuait, avec une statue d'une femme à grosse tête et aux lèvres maquiller en coeur. Le chemin de gauche lui, se terminait presque tout de suite en impasse. Il n'y avait qu'un étrange buisson à fleure multicolore. Pour ne pas perdre mon inconnu, j'étais revenue vers lui me demandant ce qu'il allait faire, ou s'il était vraiment réel.

- Je… Je ne me suis pas présentée, dis-je à voix basse. Je m'appelle Allison. Le plus souvent, on m'appelle Lily. Vous savez où allez ? La-bas le chemin tourne à droite, il y a une étrange statue mais, je n'ai pas vu de sortie… Vous êtes sûr d'aller bien ?
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Fév 2018 - 12:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 204
ϟ Nombre de Messages RP : 50
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discution)
Épée de l'Âme


Un voyage inatendu



Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas pris une telle cuite. Et, en fait, je crois que c’était la première fois que je tentai à la fois de prendre une cuite ET de voyager entre les dimensions. L’on peut apprendre de ses erreurs, mais j’espérais, avec mes pensées embrumées, que ce ne serait pas une erreur fatale. En tout cas, visiblement, il ne faisait pas bon être cuité et tenter de voyager dans une autre dimension, surtout en ayant des pensées parasites. Je mis du temps à comprendre ce qui s’était passé, et ce temps la n’était pas encore arrivé à ce stade de l’histoire, mais il s’avéra que nous nous étions retrouvés, mon otage involontaire et moi, dans une version particulièrement tordue d’Alice au pays des merveilles.

Il est dit, je ne sais plus où, que tous les mondes, potentiellement, existent. Je venais d’en avoir la preuve de façon un peu trop empirique à mon goût, et la simple idée que mon état global, mon surmoi ou toutes ces choses liées à la psychologie, puissent influencer ma destination quand je voyage de cette façon, me donnait le tournis et la nausée. Bon. Pour la nausée, les shooters paillettes et les whisky ne devaient pas complètement être étrangers à cet état.
Tout d’un coup, nous étions dans un endroit ou l’air était chaud, ou le soleil était vif, et ou mes après ski étaient totalement incongrus. Je m’en débarrassai donc et restait en pantalon, et, par pudeur, j’eus tout de même l’idée de reboutonner ma chemise, qui n’était cependant plus de première fraicheur… Un enchantement mineur me venait en tête à ce sujet, mais vu la sarabande qui avait décidé de faire un concert surprise dans mon crâne, je décidais qu’il serait peut être plus prudent de ne pas tenter le diable.

L’air était agréable mais pas la situation. Cependant la gamine m’impressionnait, car elle ne semblait pas du tout effrayée, mais bel et bien émerveillée, curieuse de la suite et du monde dans lequel nous étions arrivé. C’est exactement ce qui me plait dans l’enchantement, retrouver ce sentiment de perpétuelle curiosité. Même si la jeune fille avait semblé angoissée de ne plus voir de porte de retour, elle n’en avait pas moins pris les devants pour explorer le labyrinthe végétal.
- On est où là, chez vous ?
Je réussit à faire un sourire pas trop étrange.

« je crois, et zen chui désolé, qu’on est dans ton livre de Bewis Paroles.. Alice. Du moins dans un monde qui a peut être inspiré l’auteur… Mais pour le moment je suis incapable de nous ramener chez toi… Va falloir que mon mal de crâne s’arrête et que mes batteries se rechargent ».

Je regardais, fasciné, la peinture rouge des fleurs, dont une goutte tombait à présent du doigt de ma jeune protégée, ou otage involontaire, selon le point de vue.

"Je… Je ne me suis pas présentée", dit-elle à voix basse. "Je m'appelle Allison. Le plus souvent, on m'appelle Lily. Vous savez où allez ? La-bas le chemin tourne à droite, il y a une étrange statue mais, je n'ai pas vu de sortie… Vous êtes sûr d'aller bien ?"
… Le temps qu’elle eut finit sa présentation, le sol avait finit par se stabiliser et ça ne tournait pas trop.

« en fait, je suis cuité.. Che suis désolé. C’est juste un mauvais moment, je suis pas un aclo.. alllcloooo… je suis pas un type qui boit normalement. Du moins pas trop… Je m’appelle Blake et je te pries de m’excuser d’avoir débarqué ainsi chez toi. Ce n’était pas prévu… Je voulais rentrer dormir chez moi à la base… On a qu’a aller vers la statue. Ça ou autre chose… »

C’est la qu’un espèce de météore à poil blanc sortis des fourrés, en hurlant « je suis en retard, je suis en retard », filant entre nos jambes et tournant justement à droite, un « tic tac tic tac » retentissant ponctuant son passage éclair…

« c’était quoi ça ? »
Bon, je ne pouvais décemment pas rester attifé comme ça, aussi je pris la décision osée de tenter de nettoyer par un enchantement mineur mon accoutrement.

Jet de dé :
Réussite : ohhh qu’il est beau, propre et tout blanc, le monsieur
Echec : ben… non… et il dépose une offrande dans les fourrés, car ça lui a donné la nausée.

je tentais de redorer mon blason, mais au moment ou je prononçai la simple formule, j'eus un haut le cœur, et je restais donc dans le même état, ce qui ne m'empêcha pas d'aller agrémenter les rosiers d'un compost de mon cru. Au moins, je me sentais un peu moins nauséeux après m'être délesté de ce qui, à vue de nez, devait être un cheeseburger noyé dans l'alcool..



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Fév 2018 - 12:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3596
ϟ Nombre de Messages RP : 3227
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Blake Correy' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Fév 2018 - 23:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Super-Héros Indépendant

avatar
Super-Héros Indépendant
Afficher le profil
Lily
ϟ Âge : 14
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 01/01/2004
ϟ Arrivée à Star City : 22/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 105
ϟ Nombre de Messages RP : 23
ϟ Célébrité : Millie Bobby Brown
ϟ Crédits : By Amon
ϟ Âge du Personnage : 14 ans
ϟ Statut : Célibaire
ϟ Métier : Etudiante
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Pouvoirs :
- Télékinésie
- Déflexion
- Vol télékinésique
- On est où là, chez vous ?
Il m'avait souri. C'était un peu étrange mais, il avait l'air gentil. Il ne portait plus ses après ski, il semblait moins bizarre, si ça pouvait l'être… Chemise boutonné, il était pas mal. J'étais sûr qu'il pouvait être vraiment mignon avec une chemise blanche et un gilet noir …

« je crois, et zen chui désolé, qu’on est dans ton livre de Bewis Paroles.. Alice. Du moins dans un monde qui a peut être inspiré l’auteur… Mais pour le moment je suis incapable de nous ramener chez toi… Va falloir que mon mal de crâne s’arrête et que mes batteries se rechargent »

J'avais froncé des sourcils, le doigt rouge. Ses batteries ? Combien de temps j'allais rester ici ? J'espérais que cela ne dure pas trop longtemps … Puis, quoi ? Nous étions dans le livre, ou dans un monde comme le livre ? Je ne savais pas si je devais avoir peur, ou être excitée de tout ce que j'allais découvrir.

- [color=Hotpink]Lewis Carroll. Alice est écrit par Lewis Carroll. Vous pouvez me jurer que nous pourrons rentrer chez nous ? Que nous ne sommes pas bloqués ici à jamais ?

La peur au ventre, j'attendais qu'il me réponde. En fait, peur, pas tellement. Je m'étais laissée prise au jeu, à sa théorie du rêve. C'était beaucoup plus facile pour moi gérer la théorie du rêve que d'être bloquée ici, pour une durée inconnue.
J'étais partie explorée les abords de notre lieu d'arriver, le menton endolorie. Des haies de partout, une statue bizarre, un buisson multicolore et des fleurs peinent à la peinture… Oui, nous étions chez Alice, ou du moins, sa résidence d'hivers … Revenue vers cet homme bizarre, je m'étais présentée :

- Je… Je ne me suis pas présentée, dis-je à voix basse. Je m'appelle Allison. Le plus souvent, on m'appelle Lily. Vous savez où allez ? La-bas le chemin tourne à droite, il y a une étrange statue mais, je n'ai pas vu de sortie… Vous êtes sûr d'aller bien ?

Il semblait vraiment ne pas être bien, j'avais l'impression qu'il allait tomber à chaque instant. J'avais posée une main sûr son avant bras, comme pour le retire s'il tombait. Chose invraisemblable, il était plus grand et plus lourd que moi, s'il tombait, je serais entraînée avec lui…

« en fait, je suis cuité.. Che suis désolé. C’est juste un mauvais moment, je suis pas un aclo.. alllcloooo… je suis pas un type qui boit normalement. Du moins pas trop… Je m’appelle Blake et je te pries de m’excuser d’avoir débarqué ainsi chez toi. Ce n’était pas prévu… Je voulais rentrer dormir chez moi à la base… On a qu’a aller vers la statue. Ça ou autre chose… »

J'allais répliquer quand une boule de poile passa entre nos jambes comme une fusée. « je suis en retard, je suis en retard » Il arriva à l'angle des haies et tourna à droite. J'étais restée stupéfaite. C'était … C'était le lapin ? Le lapin blanc ? Je n'avais pas eu le temps de voir s'il avait son gilet bleu et sa montre à gousset. Quoi que le « tic tac tic tac » ne me laissa pas vraiment dans le doute.

« c’était quoi ça ? »

- Ça ? Le lapin blanc. Si on est bien chez Alice, va falloir s'habituer ! Ça va être génial, avais-je dis tapant dans mes mains avec une mine réjouie.

- Je suis enchantée de vous rencontrer, Blake. Mais je suis triste de ce qui vous arrive. Pourquoi boire autant ? lui avais-je demandée.

Je l'avais regardée prononcer une chose bizarre. Je pensais qu'il avait essayé de me répondre, mais, avant même que je puisse lui demander, il commença à voir un haut le coeur et commença à dégobiller dans les rosiers. J'avais posée une main sur épaule pour la lui tapoter avec empathie.

- Il faut croire que c'est mieux dehors que dedans … Venez, allons trouver quelque chose pour vous rincer la bouche.

Sans lui laisser le choix, j'avais attrapée son bras pour le passer par-dessus mon épaule pour l'aider à marcher. Ou du moins le stabiliser. Je ne savais pas s'il y arrivait tout seul. Mais le pauvre avait l'air d'avoir besoin de quelqu'un en cet instant.

- Alors, monsieur Blake, que vous arrive-t-il ? Déjà, vous avez quel âge ? Moi j'ai 14 ans. Je viens de Londres.

On avait tournés à droite, là où le lapin avait disparu. En temps normal, je ne parlais jamais à des inconnues. Déjà parce que mes parents me l'avaient très souvent répété. Mais aussi parce que je n'aimais pas vraiment ça. Mais, je m'étais dit que cela lui ferait peut-être du bien, de parler. Surtout qu'avec sa cuite, il semblait encore vraiment en baver… Je n'avais jamais bu d'alcool et cela ne m'intéressait pas. J'étais très bien avec mon soda… En parlant de soda… Je commençais à avoir soif ! Nous étions passés devant la statue de ce qui semblait être la reine rouge. La maudite grosse tête.
Après la statue, j'avais accompagnée Blake à droite. Enfin surtout parce que c'était le seul chemin… Puis, nous étions passés à côté d'un gros champignon.

- Regarde, Absolem, la Chenille !

Au sommet du champignon se trouvait une grosse chenille bleue, assise, les bras croisés. Elle fumait le narguilé, sans nous prêter attention. J'avais souri, contente de l'avoir vu. J'avais beau connaître Alice, enfin son histoire et les films, cela faisait drôle de tout voir en vrai …

Puis nous étions arrivés doucement une sorte de place, qui ressemblait en fait plus à un carrefour. En son centre, sur une dalle de marbre blanc, se tenait une grande table avec à manger et à boire. Elle pouvait facilement accueillir dix personnes. À la vu de cette table, on pouvait deviner qu'elle avait déjà servie. Les plats étaient à moitié entamé et il restait des assiettes et des verres sales. Je m'étais arrêtée. J'avais examinée les alentours, cherchant d'éventuelle propriétaire. Ne trouvant personne, j'avais accompagnée Blake à une chaise avant de lui dire :

- Je sais que ce n'est pas très bien de faire ça, mais… Prend un peu d'eau…

Je nous avais servi un verre d'eau chacun. Elle était bonne, fraiche. J'avais fait attention de regarder si rien n'était écrit sur la cruche. Après tout, nous étions chez Alice …

- Ça vous fait du bien ? avais-je dis d'une petite voix.
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 16 Fév 2018 - 12:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 204
ϟ Nombre de Messages RP : 50
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discution)
Épée de l'Âme


Un voyage inatendu



Lewis Carroll. Alice est écrit par Lewis Carroll. Vous pouvez me jurer que nous pourrons rentrer chez nous ? Que nous ne sommes pas bloqués ici à jamais ?

« c’est presque pareil », dis-je, avec un mouvement théâtral mal assuré… « t’inquiètes pas, je suis jamais tombé sur une dimension-piège, d’où on ne pourrait pas revenir. C’est juste que ce n’est pas simple d’enchainer les voyages dimensionnels, ça épuise… » Surtout quand votre cerveau était imbibé d’alcool. Note pour plus tard… l’alcool, c’est le mal.

La jeune fille qui m’accompagnait devint soudainement Allison, et non plus « la jeune fille qui m’accompagnait ». En fait, ça c’était arrivé avant mon offrande aux rosiers du coin, mais vous m’excuserez d’avoir du mal à tout recoller dans l’ordre…

- Je… Je ne me suis pas présentée. Je m'appelle Allison. Le plus souvent, on m'appelle Lily. Vous savez où allez ? La-bas le chemin tourne à droite, il y a une étrange statue mais, je n'ai pas vu de sortie… Vous êtes sûr d'aller bien ?
Je la regardai bizarrement.

« non je vais pas très bien en fait… Mais c’est de ma faute… J’aurai du m’arrêter aux 4eme verre.. Et je n’aurai jamais du tenter un voyage dimensionnel sous ces conditions. Normalement il faut que ze chasse.. Que je sache ou je vais avant de faire ça. C’est pour ça que je me suis retrouvé chez toi au lieu de chez moi, et c’est pour ça qu’on se retrouve ici… Et… je suis pas sur que ça corresponde complètement au livre que tu connais, donc méfiance… on est pas à l’abri d’un truc vraiment bizarre ou dangereux »

En tant normal, je n’aurai jamais dit ça, mais j’avais pas vraiment conscience qu’effrayer une fille de 15 ans qui pouvait déplacer les objets par la seule force de son esprit était ou non une superbe idée…
J’aurai donné n’importe quoi pour une des potions magiques de Dante. Le vieux dragon avait une solution pour tout, enfermée dans des bouteilles, flacons, élixirs ou poudres… Bon.. souvent ça avait mauvais goût, mais la n’était pas la question.

- Il faut croire que c'est mieux dehors que dedans … Venez, allons trouver quelque chose pour vous rincer la bouche.

Hein ? A oui c’est vrai, donc la c’est le moment ou je venais de déposer ma gerbe de fleur. Ou ma gerbe dans les fleurs, plutôt. Mais elle n’avait pas tort, ça allait beaucoup mieux. Et puis je n’en étais pas à ma première cuite, donc à cœur vaillant, rien d’impossible. Etant donné que je ne pourrai pas ouvrir de portail de sitôt, autant suivre « Lilly » qui avait l’air de savoir ce qu’elle faisait..
- Alors, monsieur Blake, que vous arrive-t-il ? Déjà, vous avez quel âge ? Moi j'ai 14 ans. Je viens de Londres
Hmmm.. sujet délicat…. Et mon âge, et d’où je viens

« j’ai débarqué à Star City il y a finalement peu de temps. J’ai vécu l’invasion comme tout le monde, et je tente de faire ce que je peux à ce sujet. Sinon j’ai à peu près 25 ans… » jetons un voile pudique sur cette demi vérité…

Lorsqu’elle me parlait d’une amie à elle qu’elle semblait connaitre, j’aperçus une énorme chenille en train de fumer le narguilé. Eh ben ! il y en a qui ne s’ennuyaient pas ici !
Je ne sais pas comment on était arrivé à cette espèce d’endroit étrange, mais la chaise que me tendit Allison était la bienvenue, et encore plus l’eau fraiche que j’avalais tel un rescapé du désert… Cependant la cruche d’eau était déjà vide, et mon désert pas du tout rassasié… J’étais têtu… Un petit enchantement mineur ?

Jet de dé
réussite : une cruche d’eau perpétuelle (temporaire)
échec : ben non !

Je sifflais-chantait des sons faisant penser à de l'eau qui murmure, regardant dans la cruche d'eau. Le pouvoir chantant mis un instant à agir, et il ne durerait sans doute pas plus d'une heure, mais il fonctionna tout de même, ce qui mit un peu de baume sur mon coeur, ou mon ego.
La cruche se remplit de nouveau, et chaque fois que j'en versai, pour moi ou ma jeune comparse, elle se remplissait. j'en profitait pour faire un brin de toilette, histoire d'être un peu plus humain.

Cependant un phénomène étrange arriva. Du moins, encore plus étrange... Au lieu de la table, des lieux relativement déserts, et alors que je reprenais mes esprits, c'est comme si la dimension de poche dans laquelle on avait atterrit reprenait ses droits.

Petit à petit le paysage se flouta, comme ce que l’on peut parfois apercevoir sur l’asphalte, quand le soleil tape un peu trop fort. Une sorte de distorsion, de flou de mouvement. Je faillis de peu me retrouver assis par terre, alors que les chaises et la table disparaissaient, me laissant avec ma cruche d’eau dans la main et beaucoup d’interrogations dans la tête. Je regardait benoitement Lilly, qui n’avait pas l’air de plus comprendre que moi ce qui se passait…

Au fond de ce qui devenait notre nouvelle scénette, l’on pouvait voir un peintre, affairé à peindre non seulement des roses, mais le reste de notre décors. Dès qu’on tournait la tête dans ce coin particulier, ça « piquait les yeux », et on avait plus trop envie de regarder. De l’autre côté, proche de nous, apparaissait un bar, tenu par un drôle de personnage, exubérant, avec un chapeau vraiment ouvragé. Ses cheveux hirsutes et flamboyants attirait invariablement le regard, et quand il nous dit « santé », je regardais ce qui était avant une cruche d’eau et qui était devenu une pinte de bière dans ma main.

« non mais c’est encore de l’alcool, la ».
« c’est bien ce que je dis » répondit le chapelier fou. « sans thé ! Mais permettez que je m’en serve un, pour ma part… Que fêtons nous au juste ? ».

A côté de lui, un grand sourire en croissant de lune, luminescent, s’esclaffa. Autour de ce sourire, une tête étrange, mais clairement féline, se matérialisa…
«Excusassiez le, voyageurs indélébiles… Il peut être parfois si casannier… Hmm je sens de la magie autour de vous ». Il disparu en un instant, avant de se retrouver à flotter autour de Lilly et moi, nous reniflant sans vergogne.

« ouiiii oui…. Attention, jeunes prodiges, vos pouvoirs pourraient bien agir de façon inopinée dans ces lieux… Mais mangez, buvez, courrez… ». et il réapparu derrière le comptoir, lapant ce qui n’était vraisemblablement pas du lait. Ou alors le lait d’ici était bleu fluorescent..

A l’autre bout du comptoir, était assis un drôle de bonhomme avec une tête d’œuf, et qui semblait en équilibre précaire… A tout instant il semblait sur le point de tomber et fêler sa « tête »… Quel monde de dingue !

Trempant le bout de mes lèvres dans la choppe, je sus reconnaitre un réel bon produit. Cependant il n'était sans doute pas très opportun de reprendre de l'alcool, quand bien même il parait que c'était un bon moyen de faire passer une cuite.. Reboire, modérément, à la suite... Oh et puis après tout, je n'avais pas vraiment grand chose à perdre.. Je bu donc des gorgées de façon modérée, et appréciait le goût de miel qui se dégageait de la boisson. J'étais sur le point de commenter la boisson qui semblait être une sorte de soda de Lilly, quand un énorme bruit, comme un rugissement, se fit entendre au loin.
"hmmm .. ca barrigoutle, au loin non ?" Fis le chat étrange. Je n'avais aucune idée de ce que c'était qu'un barigoulement;..
"c'est quoi, un barigoulement ? Lilly ? toi qui a lu le livre ?"

Le bonhomme à la tête en coquille d’œuf cru bon d'ajouter, tout en maintenant son équilibre.
"bandersnatch ? Jaberwookie ? Ou peut être une mandille rouge, elles imitent bien le barrigoulement..."
Je ne comprenais strictement rien à ce que racontait tête d'oeuf, mais un nouveau rugissement au loin me fit me dresser les poils des bras et les cheveux sur ma tête... Ce machin, peut importe son nom, n'avait pas franchement l'air amical et je n'avais pas plus que ça envie de le rencontrer...

Le deuxieme barigoulement avait tellement surpris tête d'oeuf qu'il était sur le point de tomber. J'esperai que Lilly puisse agir à temps pour lui éviter une telle déconvenue.





Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 16 Fév 2018 - 12:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3596
ϟ Nombre de Messages RP : 3227
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Blake Correy' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 19 Fév 2018 - 0:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Super-Héros Indépendant

avatar
Super-Héros Indépendant
Afficher le profil
Lily
ϟ Âge : 14
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 01/01/2004
ϟ Arrivée à Star City : 22/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 105
ϟ Nombre de Messages RP : 23
ϟ Célébrité : Millie Bobby Brown
ϟ Crédits : By Amon
ϟ Âge du Personnage : 14 ans
ϟ Statut : Célibaire
ϟ Métier : Etudiante
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Pouvoirs :
- Télékinésie
- Déflexion
- Vol télékinésique
« non je vais pas très bien en fait… Mais c’est de ma faute… J’aurai du m’arrêter aux 4eme verre.. Et je n’aurai jamais du tenter un voyage dimensionnel sous ces conditions. Normalement il faut que ze chasse.. Que je sache ou je vais avant de faire ça. C’est pour ça que je me suis retrouvé chez toi au lieu de chez moi, et c’est pour ça qu’on se retrouve ici… Et… je suis pas sur que ça corresponde complètement au livre que tu connais, donc méfiance… on est pas à l’abri d’un truc vraiment bizarre ou dangereux »

Au fil de ce qu'il disait et surtout au vu de sa dernière phrase, mes yeux c'était grand ouvert. “Dangereux” ? J'avais jetée un coup d'oeil autour de nous, un noeud au ventre. Cet homme était bizarre, d'après ce qu'il a dit, il pouvait faire des voyages dimensionnels ? Voilà quelque chose de singulier et d'intéressant. Je m'étais promise de lui poser des questions, quand nous serions en sécurités. J'avais essayée de me calmer, inspirant par le nez et expirant par la bouche doucement. Sachant ce qui se passait quand j'avais un trop grand stresse ou peur, il ne fallait pas prendre de risque. Je n'allais pas m'éloigner de cet homme. J'avais beaucoup trop peur de ne pas pouvoir revenir chez moi …
Puis, le pauvre voyageur s'était vu forcer de rendre son diner et une bonne partie de ce qu'il avait bu. J'avais évité de trop m'approcher… Si j'avais vu, ou même sentie… Je me serai mise à vomir moi aussi …
J'avais essayée de lui parler, gentillement, je l'avais aidé à marcher comme je pouvais, étant là si jamais besoin d'un appuie ou d'un tuteur pour marcher droit. J'avais parlée, pour détendre l'atmosphère, ne sachant pas si j'allais le revoir après cette virée fantastique.


« j’ai débarqué à Star City il y a finalement peu de temps. J’ai vécu l’invasion comme tout le monde, et je tente de faire ce que je peux à ce sujet. Sinon j’ai à peu près 25 ans… »

À peu près 25 ans… J'avais souri. Il n'avait pas encore 25 ans mais, c'était tout proche, où il ne voulait pas dire son âge ? À première vue, je n'avais aucun doute à avoir. Et surtout, son âge m'importait peu… Pour le moment il est gentil avec moi et, en plus de cela, il était mignon. Je ne lui faisais pas totalement confiance pour autant mais, pour le moment, je n'avais que lui…

- Ca ne fait pas longtemps non plus que je suis arrivée à Star City… Je suis arrivée ici, enfin là-bas, en 2016.


Puis je m'étais laissée à digresser surtout et rien. Lui parlant de ce que j'avais laissée à Londres… Puis nous étions passé devant Absolem avant d'arriver à une grande place avec une table et des chaises. Blake semblait mort de soif et avait vidé la cruche à une vitesse incroyable…
Puis, il se mit à faire un son. Je ne savais pas si c'était un sifflement ou s'il chantait. Mais cela me faisait penser à de l'eau, comme un court d'eau qui ruisselle. J'avais été très perplexe. Je l'avais regardée, interrogateur, me demandant si tous ses voyages ne l'avaient pas détraqué.
Puis, la cruche ce remplie d'eau, comme si elle était revenue dans la cruche par magie. J'avais penchée la tête en avant, stupéfaite. Blake me resservit de l'eau que j'avais commencée à examiner.
A ma plus grande surprise, c'était de l'eau… Rien de plus, rien de moins. De l'eau. De l'eau très bonne et fraîche. Puis j'avais vu la cruche se remplit tout seul après chaque verre. J'avais ouvert la bouche, j'étais sans voix… Mon nouveau compagnon s'était mis à faire un peu de toilette. J'avais recommencée à boire. Puis, avant même que j'eus le temps poser une question, la table et les chaises avaient disparu dans une sorte de flou, distorsion. J'étais tellement prise avec le tour de magie de cette cruche que je n'avais pas pu comprendre, ni même analyser ce qui arrivait. J'avais sautée sur mes pieds, en renversant une partie de mon verre sur moi. J'avais étouffé un juron avant de regarder Blake. À la vu de son visage, j'avais compris qu'il ne savait pas plus que moi ce qui s'était passé.

J'avais regardée autour de nous. Dans un coin, on voyait un peintre. C'était donc lui qui avait peint les roses … Mais, il ne faisait pas que cela. Il peignait tout ! À telle point que ça faisait mal aux yeux. Il y avait trop à voir, trop de couleur. Cela me donnait même la nausée … Je m'étais rapprochée de Blake, pas rassurée de ce qui se passait. Non loin, un bar était apparu. J'avais tout de suite reconnu le personnage derrière le bar. Le chapelier fou, avec un chapeau finement ouvragé, ses cheveux roux dépassant de son chapeau et ses yeux verts plus gros que la moyenne. J'avais souri, avant de me rappeler ce qu'avait dit Blake un peu plus tôt. Le chapelier nous avaient regardés avant de dire « santé »

Je n'avais pas bien compris ce qui s'était passé, ni pourquoi ils nous disaient cela…

- « non mais c'est encore de l'alcool, la » dit Blake, alors que je m'étais quelque peu rapprochée pour me mettre à l'abri.

- « c'est bien ce que je dis » répondit le chapelier fou. « sans thé ! Mais permettez que je m'en serve un, pour ma part… Que fêtons nous au juste ? »

J'avais sourit. C'était bien lui. Je m'étais alors écartée un peu de Blake pour tendre mon verre, qui semblait être devenu un mug, vers le chapelier fou, j'avais jetée ce qui restait de mon eau, ou plutôt ce qui ne m'étais pas tombé dessus.

- Moi je prendrai bien du thé mon cher chapelier, avais-je dis avec un sourire.

Puis, un grand sourire en croissant de lune, luminescent, apparu à côté du chapelier. J'avais tout de suite reconnu le mystérieux sourire avant même que sa tête de chat apparaisse.

«Excusassiez le, voyageurs indélébiles… Il peut être parfois si casannier… Hmm je sens de la magie autour de vous ». Puis il disparu avant de se retrouver à flotter autour de moi et Blake.
Je sentais le pelage de sa queue passer sous mon cou, me faisant rigoler.

« ouiiii oui…. Attention, jeunes prodiges, vos pouvoirs pourraient bien agir de façon inopinée dans ces lieux… Mais mangez, buvez, courrez… ».

Il disparut à nouveau avant de réapparaître derrière le chapelier. Il se mit à boire un liquide bleu fluorescent qui ne me donnait pas envie …

-[color=Hotpink] Je … je m'étais retournée vers Blake à avant de regarder une nouvelle fois le chapelier. [color=Hotpink] Je pense que je me passais de thé pour aujourd'hui, avais-je alors dis en déposant le mug sur le comptoir avant de retourner derrière mon compagnon d'infortune.

- Pourquoi attendre ? Il est toujours l'heure du thé !


J'avais regardée mes mains, me demandant ce qui pourrait passer si j'essayais d'utiliser mes capacités… Tout c'était bien passé pour Blake… J'avais regardée autour de moi, essayant de regarder si je pouvais trouver une pierre ou quelque chose à essayer de bouger. Tout ce que j'avais, c'était ce mug, sur le comptoir…
Je l'avais regardée, essayant de la faire bouger. Comme Ryan me l'avait enseigné, je m'étais concentrée sur le mug. Mais, au lieu que la tasse se soulève, elle explosa. Les éclats ne volèrent pas partout comme une explosion normal. Tous les éclats c'était arrêté dans les airs, quelques micro-secondes après l'explosion. Du coup, tous les éclats formaient presque une tasse, avant de retomber sur comptoir dans un bruit de porcelaine. J'avais regardé ce que j'avais fait, stupéfaite d'avoir provoquée ça… Je n'avais jamais fait exploser les choses avant… Le chat du Cheshire avait donc raison… Ce n'est qu'à ce moment que j'avais remarqué le de drôle de bonhomme avec une tête d'œuf. Dans l'explosion de ma tasse, il avait faillit tomber, mais était revenu en équilibre, bien que je ne sache pas comment il avait fait.

- Oh, je suis désolée ! m'écriais-je alors, en me cachant derrière Blake. Je suis vraiment désolée !


J'avais reculée jusqu'à être dos à la haie. Il fallait absolument que j'évite d'utiliser mes pouvoirs si ça provoquait des explosions … Heureusement que je n'avais utilisée mes capacités sur Blake … Je me demandais ce qui pouvait arriver maintenant, j'avais peur qu'on me tienne rigueur de cette explosion mais j'avais encore plus peur de devoir les utiliser encore … D'un coup, la haie derrière moi c'était comme évaporée. De face, j'aurais vu que la haie c'était “juste rétracté sur elle-même”... J'avais basculée en arrière pour tomber lourdement sur le dos.

- QUI ÊTES-VOUS ?! s'écria une voix aigue derrière moi.

Étant sur le dos, je n'avais qu'à lever pour voir qui parlait. J'avais bondit sur mes pieds en voyant la reine rouge, entouré de quatre gardes. Comme je l'imaginais, les gardes étaient des cartes à jouer (des coeurs rouges évidemment) munis de bras, de jambe avec des casques d'armure médiéval. Les quatre gardes étaient armées d'épées blanches aux poignées rouges.
Aussitôt sur pied, j'avais reculé jusqu'à Blake.

- Nous… Nous sommes des voyageurs … avais-je bafouillée doucement. Je suis Lily…

J'avais continuée à reculer jusqu'à me cogner contre Blake. J'avais posé mes mains sur lui sans le regarder.

- Nous nous sommes perdu… ajoutais-je d'une voix plus forte. Aide moi, je ne sais pas quoi faire avec elle … avais-je dis dans un murmure. Faut partir de là et vite ! Tu cours vite ?


Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 21 Fév 2018 - 13:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 204
ϟ Nombre de Messages RP : 50
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discution)
Épée de l'Âme


Un voyage inatendu



Lilly n’était pas à star city depuis longtemps, d’après ce qu’elle m’avait dit. Elle n’avait eut, donc, tout comme moi, pas beaucoup de temps pour s’accommoder à sa nouvelle vie. Cette invasion d’un genre particulier n’en laissait pas vraiment aux gens, qui tentaient, malgré tout, de vivre le plus normalement possible vue la situation.

Des invasions, pour ma part, j’en avait connu, mais des humaines, quand bien même elles étaient choquantes et amenaient leur lot de barbarie et d’atrocités. Dans la situation présente, on ne pouvait pas vraiment parler d’invasion, mais, en tout cas, Lilly et moi étions étrangers à ce monde et comme je « n’accommodai pas », de la façon habituelle, je me doutais qu’il ne faudrait pas longtemps avant qu’on nous chasse manu militari d’ici, ou pire.

Et justement, ce « barigoulement » ou quoique ça puisse être, au loin, me faisait plutôt penser au pire.

J’avais remarqué, en outre, que Lilly observait la moindre nourriture ou boisson avant d’oser l’ingurgiter. Même mon cerveau embrumé par l’alcool pouvait comprendre de quoi il retournait. Dans cet univers de poche, n’importe quoi pouvait devenir un danger. Boisson, nourriture, fleur, chat ou peinture.

Le plus étrange fut de voir que la mise en garde du chat flottant au langage si particulier fut de réel augure. Ainsi, quand Lilly essaya de refaire le coup qu’elle avait fait dans sa chambre avec le livre, à savoir déplacer un objet avec la seule force de sa volonté, le mug qui était l’heureux élu de son attention éclata en des centaines de morceaux, mais restât quelques instants figés dans le temps, avant de retomber. Elle s’excusa, mais je lui fis signe que ce n’était pas sa faute. Plutôt celle de ce monde de dingue qu’on venait visiter bien malgré nous.

Soudain une voix nasillarde, que je mis tout de suite dans la catégorie « pénible », nous dit, avec un parfum aigre de curry et de rose

« Qui êtres vous ». Comme elle avait hurlé, j’en déduisis qu’elle avait un problème d’autorité. Lilly répondit à ma place, précisant que nous étions perdus… Visiblement plus au courant que moi de la dangerosité de la grosse tête, et de ses gardes en forme de carte à jouer, elle me glissa qu’elle était un peu effrayée et que la meilleure option que nous avions était encore la fuite.

Sauf que je ne me sentais pas du tout d’aplomb pour créer un portail, surtout sans être sûr de l’endroit où nous étions et ou nous allions atterrir. Je m’apprêtais à fuir, j’avais déjà pris Lilly dans mes bras, l’adrénaline chassant en grande partie mon état d’ébriété, quand un rugissement terrible se fit entendre, et le sol trembla.

Tout était en fait assez fascinant. J’éprouvai une sorte de léthargie dangereuse, tout était si beau et chamarré que j’aurai aimé rester ici et m’y perdre. Mais, une petite partie de moi avait aussi conscience de la dangerosité de telles pensées et des lieux. Le sol tremblait, la reine hurlait, les cartes ne savaient plus vraiment ou donner de la tête, quand la reine, visiblement, en avait après celle des étrangers.
« Qu’on leur coupe la tête ! » . Quoi ? Et pourtant, tout semblait comme au ralentis, comme figé, exactement de la même façon que le mug visé par le pouvoir de Lilly avait été figé dans les airs, dans le temps, entre les possibilités.

La chenille réapparue, posée négligemment sur un champignon, comme sorti de nulle part.
« qu’est-ce qui se passe ? » lui demandai-je, décrétant qu’elle était surement, avec le chat, la personne la plus sage et là plus au courant des loi physiques et mystiques des lieux. Le chat ayant encore disparu, il me paraissait opportun de me tourner vers Absolem, comme l’avait appelé Lilly.

« vous êtes tout simplement coincé dans votre boucle ? »
« hein ? »
Un petit cercle de fumée bleutée s’échappa de sa bouche, et je le regardait. Il semblait, chose étrange, que seul Lilly, absolem, le chat, et moi-même étions capable de bouger. La reine, les gardes, et la créature au loin semblaient pratiquement figés, même si on pouvait les voir bouger très lentement.

« C’est pourtant simple. Vous êtes venu par des moyens non conventionnels dans ces lieux, que vous avez imaginé à partir d’une vague description. Vous tournez en rond… » fit-elle, ponctuant justement ses paroles d’un rond de fumée.
« et. euh.. on fait comment pour se sortir de la boucle ? »
« J’en ai aucune idée… »

Je me tournais vers le chat pour demander son avis, alors qu’il se recomposait.
« Et vous ? vous pourriez me le dire ? »
« Et bien… je suppose qu’il y aurait une solution. Si vous connaissiez l’histoire complète, vous pourriez la rétablir, et trouver une porte de sortie… »

Le problème, bien sûr, c’est que je ne connaissais pas l’histoire.
« Lilly ? j’espère que tu connais bien l’histoire, car du coup tu es la seule à pouvoir nous sortir d’ici. » Je ne voulais pas mettre une trop grande pression sur les épaules de mon infortunée camarade d’expédition, mais il n’y avait aucun moyen pour moi de rattraper quelques jours ou semaines de lecture pour connaitre l’histoire.

« Et comment ? » j’allais lui demander comment nous pouvions faire pour la rétablir, quand le temps sembla reprendre ses droits. Les gardes fonçaient vers nous, mais ce n’était pas les seuls.

Une créature monstrueuse, avec une gueule gris métalis, des yeux flamboyants et une bouche toute en crocs, de laquelle tombait de la salive bleutée qui semblait se changer en fumée en touchant le sol. Il avait de nombreuses pattes, une queue très grande, des écailles sombres et un corps reptilien, rapide, agile, mortel. Ses crocs et ses griffes étaient rouges et il « barigoula ».
La reine et les gardes hurlèrent en même temps. « mon dieu ! Un Bandersnatch ! »

« un bandersnatch frumieux ! » corrigea le chat, bien urbain. Il fit glisser négligemment une épée qui semblait miroiter et onduler dans les ombres…

« J’imagine que vous pourriez avoir besoin de la vorpaline épée , mais pour l’emprunter il faut payer ».
« Mais nous n’avons pas d’argent ! »
« Il faut payer en vers, voyons, tout le monde sait ça ».

La scène était surréaliste, alors que la créature nous chargeait. Mais, heureusement pour nous, même si le sol tremblait, les gardes s’étaient interposés. Ils ne firent, hélas, pas long feu… Suffisamment cependant pour me permettre de déclamer des vers.

« le voyage n’est pas voulu, et même pas maitrisé
la destination incertaine et sans doute malmenée.
L’enchanteur et la psyché, voudraient bien garder leur tête,
n’en déplaise à la reine et la monstrueuse bête.

Lilly ne saurait périr avant d’avoir écrit
le reste de l’histoire et de nos aventures
Car pour la bravoure elle est suffisamment mure,
et la vorpaline épée nous l’achetons à crédit.

Que la jeune fille brandisse notre arme de salut,
qu’elle occise la bête et fasse taire le chahut
Que de son exploit les écrits ne tarissent
d’éloges, de concerts, et de sa formidable ire. »


« hmm .. oui ça ira… »

Et en moins de temps qu’il ne fallait à un bandersnatch pour barigouler, Lilly se trouva avec l’épée dans les mains. Elle était légère, maniable, et il semblait en la brandissant qu’elle sache la manier depuis toujours. Elle faisait de drôles de bruit, comme des « clic clac », et semblait constituées de centaines de papillons. Elle avait l’air redoutable, et elle l’était.

J’avais préféré laisser l’arme enchantée, dont je sentais les potentialités, à Lilly, car j’avais beau être dégrisé, je ne me sentais pas capable de me battre. Il était temps, car le dernier garde venait de se faire piétiner, et nous étions les prochains. La reine restait en retrait, suffoquant comme un poisson hors de l’eau, et observait la scène, à une distance convenable.
Je n’osai utiliser la magie de peur qu’elle ne se comporte étrangement, comme l’avait fait le pouvoir de Lilly précédemment. Mais je gardais tout de même quelques tours en réserve, au cas ou elle subisse quelque difficulté.

« Lilly, tu vas y arriver. Fais confiance à l’épée, elle te guidera… Débarrasse nous de ce… truc… »









Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 24 Fév 2018 - 14:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Super-Héros Indépendant

avatar
Super-Héros Indépendant
Afficher le profil
Lily
ϟ Âge : 14
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 01/01/2004
ϟ Arrivée à Star City : 22/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 105
ϟ Nombre de Messages RP : 23
ϟ Célébrité : Millie Bobby Brown
ϟ Crédits : By Amon
ϟ Âge du Personnage : 14 ans
ϟ Statut : Célibaire
ϟ Métier : Etudiante
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Pouvoirs :
- Télékinésie
- Déflexion
- Vol télékinésique
Je n'avais pas fait exprès ! Je m'étais cachée derrière Blake. Cet homme étrange essaya de me rassurer d'un signe mais, j'avais surtout peur de faire exploser quelque chose, ou quelqu'un…
Puis, la Reine rouge fit son entrée. Elle criait, comme à son habitude. Elle nous avait demandée qui nous étions, j'avais essayée de parler, reculant contre Blake. Je lui avais demandée si il courrait vite… Je ne voulais pas me mesurer à elle …
Nous allions fuir, Blake m'avait pris dans ses bras, je m'étais agrippée à lui comme si c'était ma bouée de sauvetage (ce qui était un peu le cas …) Un terrible rugissement retentit, me figeant sur place. Le sol tremblait … J'étais terrifiée … Les gardes de la reine, désordonné, cherchant sans voir d'où venait ce bruit.


« Qu’on leur coupe la tête ! »

J'avais écarquiller les yeux, prête à courir pour ma vie. Mais, personne ne bougeait. J'avais redressée la tête sans comprendre. Mais ? Tout le monde était comme figé … J'avais regardée une de mes mains, j'avais bougée les doigts… Pourquoi je pouvais et elle pas ? J'avais regardée Blake sans comprendre.

Sans un bruit, Absolem apparut sur son champignon, comme si il avait toujours été là mais, que nous ne l'avions pas vu.


« qu’est-ce qui se passe ? » demanda Blake.

« vous êtes tout simplement coincé dans votre boucle ? »

J’avais fais une grimace qui en disait long sur ce que j’avais compris, c’est à dire rien.

« hein ? »

- Quoi ?

Je ne savais plus si je devais courir, sauter, avoir peur, rire où même pleurer… J'avais refermée mes mains sur les avant bas de Blake prêt à partir au moindre problème … La chenille fumait, elle n'était pas figée non plus … Il continua de fumer tranquillement, rejetant des cercles de fumée bleuté…

« C’est pourtant simple. Vous êtes venu par des moyens non conventionnels dans ces lieux, que vous avez imaginé à partir d’une vague description. Vous tournez en rond… » fit-elle.

J'avais regardé la Reine rouge, sa grosse tête déformée par une colère sans borne. Mais, elle bougeait avec une telle lenteur que nous avions le temps de décider quoi faire.

« et. euh.. on fait comment pour se sortir de la boucle ? »

« J’en ai aucune idée… »

Blake c'était tourné vers le chat, j'espérais qu'il allait trouver une solution… La Reine rouge avait beau être ralentit, elle me faisait beaucoup trop peur pour rester ici… Et surtout, qui sait combien de temps elle et ses gardes seraient ralenties ! Je commençais vraiment à avoir envie de retourner dans ma chambre …

« Et vous ? vous pourriez me le dire ? »

« Et bien… je suppose qu’il y aurait une solution. Si vous connaissiez l’histoire complète, vous pourriez la rétablir, et trouver une porte de sortie… »

J'avais ouvert des yeux ronds… Mais, Alice, il avait tellement de version de l'histoire, les films, le livres, les dessins animées… et si je ne me souvenais plus ? J'avais regardée Blake, terrifiée.

« Lilly ? j’espère que tu connais bien l’histoire, car du coup tu es la seule à pouvoir nous sortir d’ici. »

J'avais ouvert, puis fermer la bouche, sans pouvoir émettre un son. J'étais restée devant Blake quelques secondes avant de pouvoir parler :

- Je … Je crois … Je me souviens mieux du film …

J'étais terrorisée, stressée et voir Blake me regarder comme ça, il comptait sur moi pour nous sortir de là …

« Et comment ? »

Mais, il n'y aucune réponse. Mes ongles s'enfonçaient dans c'est avant bras quand le temps repris son court. Ça y est, le temps était repartit et nous n'étions pas plus avancés. Allions nous mourir ici ?
C'est à ce moment qu'une créature sauta dans la partie. Un Bandersnatch… J'avais reconnu sa gueule métaliser, sa bave au reflet bleu qui partait en fumé en touchant le sol. Son corps était très agile et reptilien, recouvert d'écailles sombre. C'était surtout ses crocs et griffes rogues qui me faisait frissonner …

« mon dieu ! Un Bandersnatch ! » hurlèrent les gardes et la Reine.

« un bandersnatch frumieux ! » corrigea le chat.

J’avais regardée le chat, il ne semblait pas être préoccupé par les gardes ni même par la venue du Bandersnatch…

Je m’étais surtout concentrée sur les gardes et cette grosse bête dangereuse.

« J’imagine que vous pourriez avoir besoin de la vorpaline épée , mais pour l’emprunter il faut payer ».

Mon regard c'était à nouveau poser sur ce chat, ne comprenant pas pourquoi il nous demander de payer … Vorpaline était l'épée du héros, pas celle de n'importe qui … J'avais essayée de pousser Blake en arrière, mais autant essayer d'attraper de l'eau avec une passoire, il était trop fort pour moi … Puis j'avais regardée mes mains, me demandant si je ne pouvais pas m'en servir pour nous défendre.

« Mais nous n’avons pas d’argent ! »

« Il faut payer en vers, voyons, tout le monde sait ça ».

J'avais souri, malgré les événements, Chess restait égale à lui-même. Mais, j'avais vite perdu le sourire en reposant mes mains sur Blake, espérant qu'il ai une idée, autre que courir…
La créature nous arrivait dessus, j'avais essayée, encore, de pousser Blake, mais la passoire n'avait pas perdu ses trous … Par chance, du moins la nôtre, les gardes s'étaient interposés, mais… C'était des cartes à jouer. Je m'étais tournée vers Absolem, mais il se contentait de fumée, de faire des ronde bleutée…


« le voyage n’est pas voulu, et même pas maitrisé
la destination incertaine et sans doute malmenée.
L’enchanteur et la psyché, voudraient bien garder leur tête,
n’en déplaise à la reine et la monstrueuse bête.

Lilly ne saurait périr avant d’avoir écrit
le reste de l’histoire et de nos aventures
Car pour la bravoure elle est suffisamment mure,
et la vorpaline épée nous l’achetons à crédit.

Que la jeune fille brandisse notre arme de salut,
qu’elle occise la bête et fasse taire le chahut
Que de son exploit les écrits ne tarissent
d’éloges, de concerts, et de sa formidable ire.
»

« hmm .. oui ça ira… »

J'étais restée bouches bée. Lui qui devait être saoul… Bon … Les évènements l'avaient peut-être aidé à digérer… Puis une lame me tomba dans les mains. J'étais restée sous le choque du contacte avec le métal froid. Pourquoi moi ? Qu'est-ce que j'avais fait ? Je n'allais pas me battre ! Si ? J'avais regardé Blake, terrifiée. Puis, sans vraiment y penser, j'avais commencée à faire un moulinet du poignet, comme si je l'avais toujours fait … Elle était légère, maniable … A chaque mouvement, je voyais comme des papillons bleus argenté. Pourquoi c'était à moi de le faire ?

« Lilly, tu vas y arriver. Fais confiance à l’épée, elle te guidera… Débarrasse nous de ce… truc… »

Je l'avais regardée, pas tellement convaincue… Les gardes n'étaient plus, le Bandersnatch approchait … Comme l'avait dit Blake, j'avais laissée faire l'épée… Tout seul, elle avait accompagné ma main en l'air, pour me faire avancer, je l'avais suivie avec une hésitation palpable, me demandant si je me sortirais de ce guêpier… Puis, le montre arriva à portée d'épée. Il sauta de côté et l'épée me fit faire un tour sur moi-même, infligeant une entaille dans le flan. La bête hurla, j'avais lâchée un petit cris de surprise en retombant sur mes pieds. La bête se mit face à moi et lâcha un long grognement qui ne me disait rien … Il sauta en avant, un coup d'épée en l'air et du sang noir dégoulina sur ma polaire rose, au niveau de l'épaule. La bête poussa un hurlement de douleur avant d'atterrir en catastrophe sur le sol. Il tomba sur le flanc, en me regardant de ses yeux sans couleur. Il avait une grande blessure sur le nez, descendant sous l'oeil. La créature se releva et me tourna autour, comme un prédateur tourne autour de sa proie. Il tenta un coup de patte en avant, griffe dehors, mais j'avais sautée en arrière, sans même y réfléchir. En temps normal, je n'étais pas si agile … J'avais donné un coup d'épée dans le vide, faisant vibrer la lame papillons. Puis, quand il recula, j'avais sautée en avant, ou plutôt, la lame me fit sautée en avant pour se planter dans l'épaule de la créature. Ne s'y attendant pas, le Bandersnatch hurla de douleur avant de battre en retraite, détruisant sur son passage le décor florale de la Reine.

J'avais reculée, impressionnée de ce que j'avais fait. La lame goûtait d'un liquide poisseux sur le sol herbeux.

- QUOI ?! QU’AS TU FAIS A MON BANDERSNATCH ? Hurla-t-elle, le visage devenue rouge. Qu’on leur coupe la tête !

Mais, les gardes étaient au sol, incapable de se relever. Certain gémissaient, d’autre, essayait de se relever, aidé de certain.

- Tu ne t’en sortiras pas comme ça ! On s’en va ! cria-t-elle, en tirant sur sa robe rouge.

Elle tourna les talons, en levant sa grosse tête, un air boudeur sur le visage.
J'avais lâchée l'épée, qui tomba avec un bruit mat sur le sol. Aussitôt, une grande fatigue me coupa le souffle. Je m'étais assise sur le sol pour me reposer un peu. L'adrénaline retombait. J'étais soufflée de ce que je venais de faire. Tenir cette épée était une expérience unique… Je savais la magnée comme si je l'avais toujours fait alors que je n'avais jamais tenue une épée de ma vie …

- Je me souviens surtout du film … avais-je dis entre deux respirations. Si c'est ça, faut tuer le Jabberwocky… Son sang nous permettra de repartire, enfin il me semble… C'est ce qu'elle avait fait dans le film en tout cas …

J'avais regardée la chenille, elle n'avait pas bougées, elle fumait, sans approuver ni infirmer ce que j'avais dit. Elle semblait s'être coupée du monde, dans sa bulle faite de rond de fumée bleutée. Je m'étais retournée vers Chess, cherchant son approbation du regarde, mais tout ce que j'avais vu, c'était deux grands yeux vert avec un large sourire, flottant dans l'air à côté de Blake. Il restait là, à me regarder en souriant…

- Ou alors, faut trouver la petite porte … Sauf que nous ne sommes pas endormis…

Je m'étais relevée pour faire face à Blake.

- Si nous devons refaire le livre, au trouver le dodo qui danse …
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 24 Fév 2018 - 17:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 204
ϟ Nombre de Messages RP : 50
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discution)
Épée de l'Âme


Un voyage inatendu



Je ne savais pas au juste pourquoi j’avais eut l’intuition que l’épée saurait donner à sa porteuse force et habilité, mais étant en affinité avec les objets enchantés, c’est le genre d’intuition qui me prenait parfois. L’épée était splendide, et semblait avoir été conçu pour un héros ou une héroïne, et je trouvais curieux qu’on puisse « l’emprunter », quand bien même le paiement s’effectuait avec des vers. Mais, en même temps, nous étions chargés par un « bandersnatch frumieux », cernés par des cartes à jouer, aux ordres d’une reine à la tête disproportionnée et sous le regard blasé d’un chat eclypsiste et d’une chenille très douée avec un narguilé.
Alors après tout…

Lilly m’avait un peu rassuré en m’informant qu’elle se rappelait de l’histoire originelle, surtout grâce à un film, mais pour le moment je la regardait, fasciné, danser sa chorégraphie mortelle. Il y avait une telle beauté dans le fait qu’une jeune femme se batte ainsi contre un monstre. L’on pouvait y trouver bon nombre d’allégories, et je me sentais grisé, dessaoulé, en bien meilleure forme que quelques heures avant, mais pas forcément en meilleure posture. Car si le chat disait vrai, quand bien même je récupérai ma faculté à nous transporter, ça ne marchera pas, tant que nous n’aurions pas reconstitué l’histoire, même de façon parcellaire.

Quand elle porta un coup quasi fatal, l’horreur métallisée et à présent baignée de sang s’était enfuie, détruisant une partie du décor sur son passage. La reine rouge était visiblement furieuse, et elle portait encore mieux sa couleur de prédilection.

- QUOI ?! QU’AS TU FAIS A MON BANDERSNATCH ? Hurla-t-elle. Qu’on leur coupe la tête !

Mais ne trouvant aucun soutient dans l’assemblée, elle rebroussa chemin, tentant d’avoir une attitude royale, et disparue elle aussi sans demander son reste. Lilly avait laché l’épée, qui souillait le sol du sang de la bête. Je pensais que cette épée était sans doute destinée à quelqu’un d’autre, mais que le chat nous avait permis de l’emprunter vu les circonstances particulières.
Je la ramassais, et, remarquant un phénomène étrange, je l’agitais dans l’air, comme lors des passes d’arme dans la cour de feu mon père adoptif. L’épée, au contact de l’air, semblait se nettoyer, les bruissements des ailes de papillons s’agitant en même temps que le vent soufflait autour et dans l’épée. Quelques passes plus tard, elle était flambante neuve, immaculée. Je la rendis au Chat, qui précisa.

« D’habitude, nous réclamons une dîme pour l’emprunt, mais comme vous nous l’avez rendu nettoyée et impeccable, ce ne sera pas nécessaire. C’est que voyez-vous, elle est destinée à une Autre… »

- Je me souviens surtout du film … précisa Lilly. Si c'est ça, faut tuer le Jabberwocky… Son sang nous permettra de repartire, enfin il me semble… C'est ce qu'elle avait fait dans le film en tout cas

Tuer le jabberwocky.. ça me semblait un peu dangereux, tout de même, surtout que l’épée ne nous appartenait pas… et que je n’avais aucune idée de ce que pouvait être un jabberwocky.

- Si nous devons refaire le livre, au trouver le dodo qui danse …


Je la regardait, décidé à suivre ses indications.. Je fouillais mes poches, pour me rendre compte que je n’avais pas de quoi dessiner. Avisant le peintre, choqué, près du décors de carton, je m’approchais et lui pris un pinceau fin.

« vous permettez ? »

Je me mis ensuite au travail, demandant à Lilly, comme le ferait un dessinateur dans un poste de police, de me décrire le fameux dodo qui danse. Sur ma carte spéciale, il prenait vie, alors que je le rectifiais selon ses indications. Plus de plumes, un bec plus rond, des yeux plus stupides ou plus rapprochés, plus de rose ici etc…

Lorsque ce fut terminé, je claquais la carte dans l’air, mettant fin à l’enchantement. Puis, je lui indiquais de se rapprocher de moi, et je me concentrais sur la carte, un peu apeuré de ce que donnerai le pouvoir dans ces lieux.

Jet de Dé :

Succès : le pouvoir fonctionne normalement
Echec : le pouvoir fonctionne, mais le froid s’étend tout autour

Au début, tout sembla fonctionner normalement et la carte se mit à bouger, comme d'habitude. La sensation de froid vint, mais rien que de très normal. Cependant, comme l'avait prédit le chat, mon pouvoir se comporta de façon étrange, et le froid qui se cantonnait habituellement à la carte se mit à diffuser partout autour de nous, et bientôt tout fut recouvert de neige et de glace sur une surface de deux mètres carrés.

Nous avions froid, mais nous pouvions voir le dodo.
"ça vous dit quelquechose ? avant qu'on prenne un rhume ? VOus savez ou se situe l'endroit ou on le voit ?". En me concentrant dessus, je pouvais plus ou moins tourner autour du dodo, pour que nous puissions voir les lieux. Je commençais à claquer des dents, et ne pourrait tenir longtemps.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 24 Fév 2018 - 17:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu
Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3596
ϟ Nombre de Messages RP : 3227
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Blake Correy' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 1 Mar 2018 - 2:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Super-Héros Indépendant

avatar
Super-Héros Indépendant
Afficher le profil
Lily
ϟ Âge : 14
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Date de Naissance : 01/01/2004
ϟ Arrivée à Star City : 22/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 105
ϟ Nombre de Messages RP : 23
ϟ Célébrité : Millie Bobby Brown
ϟ Crédits : By Amon
ϟ Âge du Personnage : 14 ans
ϟ Statut : Célibaire
ϟ Métier : Etudiante
ϟ Réputation : Niveau 0
ϟ Pouvoirs :
- Télékinésie
- Déflexion
- Vol télékinésique
La Reine était partie, sa bête était gravement blessée était partie de l'autre côté. Moi je m'étais assise sur le sol pour souffler. Je ne faisais pas beaucoup de sport en dehors de chez moi … alors cette épopée épique m'avait vraiment fatiguée. J'avais laissée tomber l'épée, couverte de sang. Je l'avais regardée un peu, le sang coulait sur le sol et se mélangeait à la terre …

Blake avait ramassé vorpaline et l'agitât en l'air. Il avait l'air de savoir y faire… Je m'étais demandée pourquoi ce n'était pas lui qui l'avait manier… Mais j'avais fini par abandonner et sourire. Au contact de l'air, le sang disparut. J'avais ouvert des yeux rond, me demandant si ce n'était pas lui qui avait refait une tour de magie… Il la rendit à Chess qui lui dit :

« D’habitude, nous réclamons une dîme pour l’emprunt, mais comme vous nous l’avez rendu nettoyée et impeccable, ce ne sera pas nécessaire. C’est que voyez-vous, elle est destinée à une Autre… »

J'avais soupirée, heureuse ne pas être cette personne. Avoir cette épée entre les mains était une trop grosse charge, une trop grande responsabilité. J'avais parlée ce que je savais sur l'histoire, des films et leurs fins. Tuer le jabberwocky voulait dire reprendre l'épée et comme l'avait dit Chess, je n'étais celle qui devait la maniée. Surtout que cette bête était bien pire qu'un bandersnatch… Puis j'avais parlée du Dodo qui danse. Je me souvenais du début, mais nous n'étions pas dans la salle, donc j'avais sautée cette partie, qui sait si nous n'allions pas tomber dessus quand même …

Puis je l'avais vu fouiller dans ses poches, comme s'il cherchait quelque chose. Non, il cherchait bien quelque chose, qu'il n'avait apparemment pas. Il parla au peintre, qui tremblait de tous ses membres. En fait, Blake cherchait de quoi écrire. Je l'avais regardée, étonnée. Puis il me demanda de décrire le dodo. Il voulait le peindre, le dessiner. Je le lui avais décrit aussi fidèlement que je me souvenais. N'hésitant pas à lui demander de refaire certaine partie en essayant d'être le plus proche possible. J'avais l'impression d'être un témoin qui décrivait un homme pour un portrait robot … Une fois terminée, je m'étais approchée pour voir le résultat de plus près. C'était tout à fait ce que j'avais imaginée de lui, ce qui avait été décrit dans le livre, j'avais souri, émerveiller par ses talents ! Je l'avais félicitée pour son coup de crayon avant de lui sourire.
Mais, quelque chose ne se passa pas bien. Il avait dû essayer quelque chose, car la carte ce mit à bouger mais, avec elle, un froid glaçant, mordant, s'enroula autour de nous. Rapidement, tout fut recouvert de neige et de glace sur au moins deux mètres carrés.

"ça vous dit quelquechose ? avant qu'on prenne un rhume ? Vous savez ou se situe l'endroit ou on le voit ?"

Je regardais les yeux tourner autour du dodo, l'analysant sous toutes les coutures. Je tremblais sur place, essayant de descendre mon tee shirt trop petit et de resserrer ma polaire rose sur moi. C'est alors que je mis les mains sur la tache de sang du bandersnatch. J'avais poussée un petit cri de dégoût en essayant de m'essuyer sur ce que je pouvais. J'avais prise un peu de neige pour retirer le sang, la tachant de rouge sombre.

- Hmmm… Oui, dit le chat en regardant une dernière fois le dodo. Je pense savoir où cela pourrait vous conduire… Mais, il n'est pas d'information certaine dans mes propos. Suivez le chemin de gravier jusqu'à la forêt qui borde la mer. Je ne saurais trop vous conseillez de ne plus croiser la Reine, la maudite grosse tête ne se laissera plus piéger par un tour de passe-passe, jeune fille.

J'avais froncée les sourcils en lui jetant un regard noir. Ce n'était pas un jeu de passe-passe ! J'avais réussie à mettre en fuite une créature venimeuse sans me faire mordre alors qu'Alice si !

- Ça ressemble au Magicien d'Oz…. avais-je dis pour moi-même, sans attendre de réponse.

- Et d'où croyez-vous que tous ces gens tiennent leurs inspirations ? Le pays des merveilles est grand et remplie de mystère qui ne demande qu'à être découvert. Maintenant, excusez-nous, nous avons un thé à prendre !

Les yeux et la bouche du chat disparu pour réapparaître derrière le chapelier fou. Il regarda bien attentivement le chapeau, faisant plusieurs fois le tour pour bien tout voir.

- Sans thé à vous, jeune homme ! Même si jeune ne s'accorde pas à vous ! Jeune fille, prenez ce thé, car pour vous, il en sera vital si toutefois vous y aller !

Sur ses mots, il déposa une tasse de thé fumante avant de se retourner et partir par le trou qu'avait fait la créature en fuyant le combat. J'étais restée stupéfaite. Trop d'information, trop de questions … Le chat avait-il dit la vérité où m'avait-il jouer un tour ? Cet endroit était vrai, sinon ne serions pas là, si ? Et c'était quoi cette phrase du chat ? Du thé, vital ? J'avais regardée Blake comme s'il allait en savoir plus que moi. J'avais fini par secouer la tête, abandonnant de comprendre Chess. J'avais récupérée le thé, une tasse et sa soucoupe, puis j'avais avancée vers le chemin de gravier.

- Tu viens, on a un dodo à trouver ! avais-je lancée joyeusement à Blake. Tu as compris ce que Chess voulait nous dire ?

Nous étions partis sur le sentier de gravier, j'avais du mal à marcher, je n'avais pas de pantoufle chez moi, je me baladais pied nu, malgré ma mère qui essayait toujours de me faire enfiler des chaussons. Mais, j'avais toujours refusée, étant plus à l'aise pied nu. Mais, ces gravier me faisait mal, je marchais sur le bord, dans l'herbe, parfois sur des racines d'arbres plus grand que les immeubles de Star City. J'avais été surprise de voir un champ d'herbe rose, au bord du chemin. Je m'étais arrêtée, pour regarder, l'herbe était rose, aussi rose d'un surligneur ! Je m'étais laissée à imaginer broyer l'herbe rose pour faire de l'encre… Il fallait donc plusieurs champs de couleur pour pouvoir faire des boîtes de stylos ! Puis, j'avais secouée la tête. Je commençais à avoir les mêmes réflexions surnaturel et idiote qu'Alice dans le livre... Bientôt, nous sommes arrivés devant une porte. Je me demandais si je devais l'ouvrir, mais, le chat avait demandé à ce qu'on suivre le chemin de gravier… En y regardant bien, le chemin s'arrêtait devant la porte… J'avais actionnée la poignée avant d'entrer en faisant un signe à Blake de me suivre. Après avoir passée la porte, elle se referma et il nous fut impossible de l'ouvrir, nous étions obligés de suivre le couloir sombre. J'étais arrivée la première dans la pièce, remplie de porte. Je savais déjà qu'elles étaient toutes fermées, qu'il fallait passer par la plus petite.

- Eh Blake ! C'est là que commence l'histoire d'Alice après être tombée dans le terrier du lapin blanc ! avais-je dis avec un grand sourire.

J'avais l'impression d'être une touriste qui visitait un monument ou un lieu de tournage. Je m'étais précipitée vers la table pour trouver la petite bouteille, déposant au passage ma tasse. Mais, il n'y avait aucune petite bouteille… Il y avait la petite clé, mais rien de plus …
J'avais lâchée un juron en commençant à chercher dans la pièce. Il n'y avait rien de plus. 12 portes et une plus petite. Puis, je m'étais arrêtée pour regarder la table. J'avais presque sautée que la tasse pour la soulever. Sous la tasse, “Buvez-moi” était inscrit en lettre d'or sur la soucoupe. Faisant attention d'avoir la petite clé en main je m'étais tournée vers Blake.

- Nous allons faire comme Alice, avais-je alors dit. On va boire le thé du chapelier et nous allons rétrécir pour passer par la plus petite des portes. J'ai la clé.

J'avais bu un peu du thé à présent de température ambiante Aussitôt, j'avais commencée à diminuer. J'avais fait un signe à Blake, comme pour lui dire au revoir, avec un sourire et un gloussement. Une fois à la bonne taille, je l'avais attendu accoudée à la porte.
Revenir en haut Aller en bas







Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 6 Mar 2018 - 12:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre
Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 204
ϟ Nombre de Messages RP : 50
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discution)
Épée de l'Âme


Un voyage inatendu



Finalement, je décrétais que je n’aimais pas ce monde. Au début, il me semblait magnifique et très enthousiasmant. Seulement depuis deux phénomènes étaient venus me calmer. D’une part j’avais dé-saoulé, vu l’adrénaline, et d’autres parts, les choses les plus anodines semblaient mortelles ici. On était loin d’un conte pour enfant, et je me demandais ce que faisait un tel livre dans la chambre de Lilly, à moins que son histoire soit un peu édulcorée.
Et puis, après tout, c’était une chose assez connue : les contes masquaient souvent une réalité horrifique.

Jetant un regard compatissant, tout en claquant des dents, à Lilly, je tournais finalement la tête vers le chat qui semblait, qu’il soit béni par la cornue, avoir reconnu l’endroit.
« Je pense savoir où cela pourrait vous conduire… Mais, il n'est pas d'information certaine dans mes propos. Suivez le chemin de gravier jusqu'à la forêt qui borde la mer. Je ne saurais trop vous conseillez de ne plus croiser la Reine, la maudite grosse tête ne se laissera plus piéger par un tour de passe-passe, jeune fille. »

Cette satanée reine ne m’était vraiment pas sympathique… Elle semblait avoir le bras long, en plus d’avoir une grosse tête. Et une ménagerie plutôt impressionnante. Le bandersnatch n’était déjà pas une mince affaire, mais si les autochtones le comparaient au Jaberwocky, c’était en faveur de ce dernier. Rien de bien réjouissant.

Je ne compris pas la référence suivante de Lilly, mais le chat, si, visiblement. Ce magicien d’Oz aurait pu être un allié, si nous savions ou le trouver. Mais ce n’était sans doute pas le bon moment. Et puis je me méfiais des magiciens finalement. Ils pouvaient être fourbes et en quête de pouvoir. Non. Mieux valait compter sur nous même.
Le Chat, que je soupçonnais fortement être un pratiquant du grand Art, sans réussir à l’associer à un courant en particulier, déposa un nouveau présent. Du thé. Je n’étais pas naïf au point de considérer que ce thé soit standard, mais il était destiné à Lilly, et je ne préférais pas boire de nouveau pour le moment. J’avais beau avoir décuvé, je n’étais tout de même pas au meilleur de ma forme.
Je me contentai de sourire à Lilly, face à son enthousiasme débordant à trouver le dodo. En vérité, je n’avais pas compris grand-chose à ce que le chat avait bien pu vouloir nous dire, mais ses instructions étaient relativement claires…

Il apparu assez vite que Lilly risquait de se blesser si nous devions continuer ainsi, car elle était pied nu, et bien que l’herbe verdoyante soit présente, je soupçonnais des routes moins plaisantes… je n’osait pas tenter des enchantements trop poussés, mais un petit tour devrait pouvoir marcher.
Je lui fit signe de faire halte quelques instants.

« tu vas te blesser, à force… Je tente un truc »


Alors, déchirant une partie de mon jean, en bas, je découpais quatre bandes, que je croisais grossièrement, pour former un patron de chaussure… Le plus dur était à venir, surtout en ces lieux. Je me mis à cajoler le tissu, pour qu’il se conforme à l’idée que j’en avais. Je n’étais pas capable de grands enchantements de légendes, mais je savais faire quelques tours pratiques… ça ne faisait pas de moi un grand sorcier, ni même un héro convenable. Mais, au moins, je pouvais prodiguer quelques attentions à mes compagnons de route. Parlant dans le langage magique propre aux enchantements, je prononçais les mots qui ressemblent à du tissu, dans les diphtongues. Les bandes de jean se mirent à s’assembler formant la paire de chaussure. Restait à trouver une bonne semelle, qui fut constituée de cette étrange fleur qui ressemblait à du caoutchouc.

Ce n’était pas spécialement très beau, mais c’était confortable, et ça protégerait les pieds de Lilly. Je lui tendit la paire de chaussure improvisée, espérant qu’elle tienne un moment.
J’étais surtout soulagé de ne pas avoir déclenché de catastrophe.
Notre périple repris, jusqu’à ce curieux endroit remplis de portes et Lilly m’indiqua que l’aventure d’Alice commençait ici. Au moins nous semblions respecter l’histoire.
J’étais tout de même assez dubitatif quant à l’explication de Lilly, et n’aimais pas trop l’idée de rétrécir, mais je devais lui faire confiance.
« Si tu le dis. Je te suis en total aveugle, ici… »

Je fu assez impressionné par le courage de la jeune fille, et encore plus par le résultat spectaculaire du thé. Je mis quelques instants à me décider, puis en bu moi aussi une gorgée, avant de rétrécir et de me retrouver à la taille de Lilly
« Bien et maintenant ? il nous attend quoi derrière la porte ? »
Si j’avais su…





HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas



Un voyage inattendu [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Un Voyage Inattendu [Rp Solo - FINI]
» Bilbo le hobbit - le film
» Le Hobbit un voyage inattendu
» Le Hobbit: Un voyage inattendu [RPG Univers Tolkien]
» THE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU - RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Centre Ville :: Le quartier des Théâtres-