AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

J'embrassai d'un regard la destinée d'un homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 18 Fév 2018 - 14:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


Le faux Cyllian n’avait pas des réactions normales, ni même un instinct de survie. Il se croyait hors de tout ça, mais la convoitise, la jalousie, l’envie ne lui était pas inconnus. L’attrait du pouvoir n’était pas vraiment une lubie chez lui, simplement le pouvoir lui permettait de vivre et de prendre la place de son créateur. La vengeance, en revanche, ça, il connaissait très bien.

La curiosité, pour son malheur était trop présente dans l’esprit de son créateur pour qu’il n’en hérite pas d’une façon ou d’une autre. Il fut impressionné par la démonstration de pouvoir du magicien du feu, mais ne ressenti pas l’once d’un remord d’avoir sacrifié un « allié » pour jauger les pouvoirs de son adversaire. Pouvoirs qui s’avéraient bien plus important qu’il ne l’aurait cru.
Alors que son ennemi le menaçait, ayant visiblement compris qu’il était un imposteur, il espérait gagner du temps, pour que l’enchantement-piège se déclenche.

« tu cherches un objet, un artefact. Je puis t’en donner plusieurs. Il y en a ici, comme tu le sais. Je ne cherche qu’a exister, et j’ai les moyens d’y parvenir. Ton ami n’a pas besoin de mourir, il peut dormir éternellement, ça ne changera rien pour moi. Le jeune garçon, lui, n’aura pas cette chance. Mais il n’est rien pour toi, ni pour mon créateur. Il faut faire des sacrifices, au nom de la magie. Et mon affinité particulière aux fils noués de pouvoir pourrait ouvrir de nouvelles perspectives mystiques. N’y est tu pas sensible ? »

Ses mains firent un drôle de crochet, alors que l’enchantement de la tapisseries au portail de fer se déclenchait.

Jet de dé. 1
Réussite : L’enchantement se déclenche suffisamment rapidement pour surprendre Dante
Échec : Dante est sur ses gardes, il ne se fait pas avoir

Jet de Dé 2 (si réussite au 1)
Réussite : l’enchevêtrement est réellement fort, et entrave temporairement toute magie extérieure.
Échec : l’enchevêtrement n’agit que physiquement, ne bloquant nullement la magie.


Du mur proche de Dante, la tapisserie représentant le jardin et les grilles ouvragées se mit à luire, sans doute trop pour surprendre le dragon. Les barreaux coulèrent tel du métal liquide, mais pas assez vite pour se refermer sur les jambe et les bras de leur cible. Le magicien du feu n'eut qu'a esquiver, presque négligemment, le piège vicieux et les barreaux se solidifièrent dans un bruit de métal, n'enfermant que du vide. L'ombre de Cyllian ne pouvait pas transpirer, mais à cet instant l'on aurait pourtant cru le contraire.

Cependant, la tapisserie qui voulait être un homme n’avait pas encore dit son dernier mot. Son instinct de préservation était tel qu’il avait toujours un tour d’avance. Peut être ne serait-ce pas suffisant cette fois ci, car, bien qu’il est pu berner son créateur, trop naif et confiant dans son Art pour sentir la trahison avant qu’elle n’ait lieu, il n’allait pas être aussi simple de faire de même avec le dragon, qui avait vécu mille vies de plus que l’ombre de Cyllian.

De ses pieds partait un fil, qui se perdait dans l’ombre de l’atelier. Voyant venir sa fin, et ne souhaitant pas subir le même sort que la créature sylvestre, il « tira » dessus et sembla se rembobiner à grande vitesse, sans doute dans sa tapisserie d’origine. Peut être avait-il comme projet de fuir via les fils enchantés dans un ailleurs plus propice, mais le dragon n’était pas de ceux qui réagissent avec la lenteur des rochers ou des arbres…

Il ne fallut pas longtemps pour que le fuyard soit rattrapé et son sort de nouveau entre les mains enflammées de son adversaire. Qu’allait-il advenir de lui ? Et son projet serait-il révélé ?
Aidan, dans son lit, semblait en proie à un cauchemar. Il s’y voyait enfermé dans une boite étroite et sombre, endoloris, sans aucune possibilité de fuir ni de casser sa prison. Pire que tout, il n’arrivait pas à se réveiller et avait l’impression de hurler silencieusement. Il se sentait si faible, comme si quelque chose drainait ses forces.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 18 Fév 2018 - 14:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3659
ϟ Nombre de Messages RP : 3283
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Blake Correy' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 19 Fév 2018 - 16:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8025
ϟ Nombre de Messages RP : 843
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Sans faire aucun amalgame, et sans vouloir à tout prix trouver des correspondances, des coïncidences, des liens entre certaines croyances du passé et celles qui hantent l'imaginaire des hommes contemporains, il est inévitable de constater qu'il y a bien des points communs entre le mythe du dragon, animal de légende, et celui du dinosaure, dont nous savons qu'il a existé mais qui ne semble pas moins fantastique au public des non-initiés.

D'une certaine manière, le dinosaure a peut-être quelqu'un chose d'encore plus irréel que le dragon, en cela que plusieurs millions d'années séparent les hommes de sa présence sur Terre... or comment l'homme pourrait-il comprendre ce que signifient ces millions d'années, lui qui ne vit qu'à peine soixante-dix ou quatre-vingt dix ans à peine ? Le grand reptile du mésozoïque serait-il l'ancêtre du dragon dans ce qu'il représente à l'esprit des hommes ? Serait-il possible que l'être humain ait conservé, dans les couches profondes de sa mémoire psychique, des traces inconscientes de l'existence de ce grand reptile ? Nul n'affirmerait encore jamais rien à ce sujet, faute de preuves solides... mais Dante n'était-il pas justement l'exemple même de la preuve irréfutable, n'était-il pas ce chaînon manquant qui ferait le lien entre l'iconographie du dragon, figure permanente de l'imagine collectif à travers le monde, et l'existence authentique des dinosaures de la préhistoire ?

Questions pour les plus sages... Dante cédait peu à peu aux tressautements de la colère, à mesure que chaque seconde venait s'agiter sous son nez comme la plume d'un faisan, et chatouillait sa patience pour le mieux pousser à bout. L'ancien dragon, tout comme on s'imagine le dinosaure, était un concentré d'énergies primordiales, un potentiel de destruction massive qu'un rien suffisait à réveiller. Cette puissance créatrice et destructrice, céleste et terrestre, ne se considérait qu'avec prudence et grand respect, car de la bouche du dragon s'écoule un soufre purificateur ; le faux Cyllian jouait avec le feu et se brûlerait bientôt.

Dante n'avait ni la patience des moins bénédictins, qui peuvent consacrer leur vie à l’œuvre unique qu'ils parachèveront dans une apothéose d'enluminures, ni la vertu des femmes de marin qui vont tous les jours au port prendre des nouvelles du bateau qui partit, emportant avec lui l'époux et le chagrin. Le discours de l'usurpateur aurait pu le séduire et la proposition le tenter, mais il est un détail que le faux Cyllian ignorait : ce qu'il proposait de partager, le dragon pouvait le trouver ailleurs ; il n'était lié par aucune temporalité et ce qu'il n'obtiendrait pas ce soir, il l'obtiendrait mille ans après.

Dante l'écouta donc, d'une oreille distraite, puis fut surpris par un piège qui se déclenchait à son côté. Ce fut l'erreur du faux Cyllian. Tout à son étonnement, Dante eut assez de vivacité pour échapper aux serpents de métal qui le menaçaient d'une étreinte ; rapide, il se déroba sous le piège métallique, mais ses yeux se plissèrent, car la colère montait en lui. Ce qui aurait dû être une excursion simple et facile se transformait en promenade au milieu d'un nid de vipères. Il y mettrait bon ordre. Le falsificateur prétendit s'enfuir.

C'était la solution préférable. S'il s'était confronté directement à son adversaire, Dante n'aurait pas lésiné sur les moyens pour le vaincre, pour l'anéantir, quitte à ruiner l'ensemble du bourg sous un déluge de feu, de sel et de sang.  « Tu peux fuir, mais tu ne peux te cacher. » Le flair du dragon avait accroché les parfums subtils du faux Cyllian, qu'il retrouva dans sa tapisserie d'origine, figure immuable et textile. « Détestable doppelgänger... je devrais te tuer tout de suite. » Une main embrasée où couraient des flammes iridescentes s'approcha du lourd tissu qui couvrait le mur. Le visage du dragon rayonna d'un éclat rougeoyant, quand l'ombre projeta sur lui les reliefs d'une colère monstrueuse. Sa voix gardait un calme étonnant.  « Mais je n'en ai pas fini avec toi. »

Alors le dragon ne porta pas le feu au cœur de la toile, mais il frappa le mur à ses côtés de plusieurs symboles pyrogravés. À droite, il fit apparaître un triangle porté par une croix ; à gauche, il fit apparaître deux lettres, H et E, ainsi qu'un autre triangle, lui aussi pointé vers le haut.

    Jet de dé – I :
    Réussite : le faux Cyllian ne pourra plus quitter la tapisserie.
    Échec : le sceau de clôture est inefficace.


Dante vit avec délice la tapisserie rougir des fils qu'il y ajoutait ; l'hermétisme, cette discipline transversale à toutes les autres, lui réservait là une belle surprise, alors il se contenta d'un sourire et sans dire un mot de plus, il abandonna l'usurpateur à sa prison de toile. Il se promit d'en toucher quelques mots à son ami le tapissier, et même de le sermonner quelque peu.

 « Alors, où en étais-je... ah, oui ! » glissa-t-il, non content d'en avoir fini avec cette étape imprévue. Il se dirigea dans le couloir le plus proche, pour gagner la salle où la tapisserie qui montrait Aidan se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 19 Fév 2018 - 16:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3659
ϟ Nombre de Messages RP : 3283
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Dante Visconti' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 20 Fév 2018 - 12:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


L’ombre de Cyllian avait beau avoir toutes les connaissances de ce dernier, il ne les avait pas vécu, senti au fond de son corps, car il n’avait pas à proprement parler de corps, et c’était justement le but de son projet. Aussi ne s’était-il pas méfié, et n’avait-il pas pu envisager que sa porte de sortie devienne sa propre geôle. Combien ironique était la situation, lui qui avait enfermé son créateur, et se retrouvait ainsi pris au piège de la magie hermétique du dragon.

Il essaya de ruer dans les brancards, en vain, et sentais déjà se figer son environnement, son envie, et même ses pensées. Il ne serait pas malheureux, ici. Il ne serait pas, tout court. L’idée le mettait en rage, mais il n’avait aucun moyen de sortir d’ici. Peut être son créateur, dans la même situation aurait pu trouver une solution, mais il lui manquait, quant à lui, la créativité et la réactivité nécessaire pour inventer un stratagème.

Le feu amer de sa défaite se reflétait dans les runes de contention qui entouraient à présent son monde en deux dimensions.

Pendant que lui permettait encore sa vision qui se figeait, il regarda, impuissant, s’éloigner de son champ de vision son geôlier. Cependant, maigre consolation, mesquine, pourrait-on dire, l’enchantement mis en place sur la tapisserie représentant le gamin agissait toujours, de part sa propre inertie mystique. Il ne pourrait en bénéficier, mais le garçon serait sacrifié dans le processus, et, quand bien même cela bénéficierait à son créateur, la vile créature contrefaite qui ne pourrait bientôt plus bouger, en tirait une certaine satisfaction primaire, sans aucune intelligence. La vengeance, avait-on mentionné plus tôt, était un sentiment bien connu de cet usurpateur. Un rictus satisfait fut donc la dernière chose qu’il se permit, avant de redevenir une image sans aucune velléité de mouvement ou de vie.

Arrivé dans le couloir, Dante n’eut pas de mal à trouver la tapisserie. Elle était exposée dans le couloir, éclairée par des petites lanternes de bronze martelé. Il se dégageait d’elle une aura de magie assez puissante, et en action. Ce qui détonnait le plus était, à l’extrême droite, la représentation de Cyllian, la ou aurait du se trouver celle d’aidan, plus âgée. Le gamin qu’il était à l’heure actuelle semblait figé, réaliste et plein de vie, sur la gauche. Et au centre, l’on y voyait Aidan tel qu’il était apparu brièvement dans le réseau de miroirs enchanté, dans la pleine gloire de sa jeunesse d’homme, vingt cinq printemps glorieux, et une stature de seigneur qu’il n’avait pas à l’heure actuelle.

De si près, il n’était pas difficile d’entrevoir un très mince fil de magie qui partait de la tapisserie, et passait le long du mur, puis de la fenêtre, pour aller en direction de la partie haute de la cité, vers la demeure du seigneur ou dormais aidan, d’un sommeil loin d’être réparateur.
Un magicien exercé tel que Dante pouvait voir sans peine la force vitale émaner de l’autre bout du fil, en direction de la tapisserie, et absorbée par elle. Et, de façon subtile, la dernière figure, à droite, celle de Cyllian, devenait plus colorée, plus vivante…

Pour la noble discipline de l’Enchantement, c’était un acte détestable, mais représentant tout de même une prouesse technique. Qui qu’en fut l’auteur, il était en train de ponctionner la vie et le pouvoir brut d’Aidan à son profit, sans doute dans le but de s’octroyer un plus grand pouvoir et une longévité accrue.

Sans doute l’œuvre de l’imposteur, mais maintenant qu’il était hors d’état de nuire, l’enchantement bénéficiait-il au vrai Cyllian ? Et ou se trouvait ce dernier ?
Pour un odorat exercé aux effluves magiques, Dante n’aurait sans doute pas de mal à isoler la trace du mystificateur et retrouver ainsi l’endroit ou il avait amené son créateur. Le coffre dans lequel ce dernier se trouvait était scellé par magie, mais rien qui ne fut insurmontable pour le dragon.

De son côté, Aidan était toujours prisonnier de son mauvais rêve, et se sentait très faible.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 20 Fév 2018 - 17:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8025
ϟ Nombre de Messages RP : 843
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Sous les petites lanternes de bronze, le regard du dragon balayait la tapisserie. L'enchantement à l’œuvre empestait la magie noire et s'il ne reconnaissait là aucune des traces caractéristiques de la nécromancie, Dante comprenait quelle était la fonction de ce fil mince et presque invisible, qui s'échappait le long du mur et par la fenêtre, pour fondre en une quelconque direction de la cité.

Il l'observa de plus près et fut très intrigué par ce que révélait cette découverte. S'agissait-il d'un enchantement destiné à prélever sur quelque source extérieure une dîme magique, dans le but d'alimenter en suc et en sève la tapisserie ?

Qu'était-ce, alors, qui la rendait si importante, qui la faisait si cruciale, et quel était le plan du concepteur farfelu qui prenait tant de risques pour l'exécution d'un projet si subtil ? Dante posa son doigt sur le fil et sous la chair, il fut piqué d'une sensation soudaine ; une secrète indulgence le gagna et quelques démangeaisons se firent jour au creux de sa main qu'il retira pour la mieux observer.

Le filin magique ne parut pas s'émouvoir de ce premier contact, alors Dante gagna la fenêtre pour observer les environs. Les ténèbres enveloppaient l'ensemble du bourg, comme la main noire de la nymphe qui resserre ses doigts sur la poignée de glaise qu'elle arrache au lit de la rivière. Le fil se perdait dans l'obscurité ; le dragon fut curieux : où allait-il, ce filin, où disparaissait-il, et qui ou quoi trouverait-il au bout ?

Mutatis mutandis, il songea un instant à faire comme autrefois le fit Thésée, dans le labyrinthe, pour retrouver le chemin de la sortie, mais du mouvement sur la tapisserie attira son attention. Il s'inquiéta. Ce que la trame lui révélait ne ressemblait guère au souvenir qu'il avait de l’œuvre, quand son ami le maître-artisan l'avait achevée.  « Où es-tu donc, Cyllian ? »

Dante se concentra quelques instants. Il laissa choir ses paupières et quand il fut dans l'obscurité, une sphère enflammée apparut devant lui ; la lune ainsi créée lévita à ses côtés, diffusant dans les environs la chaleur et la lumière de Fuzon l'implacable.

Dante se prit à goûter cette chaude promiscuité et quand il rouvrit les yeux, ce fut pour plonger son regard droit au cœur de la flamme. Ô vérité de toutes les vérités qui n'apparaît qu'au cœur des buissons embrasés, que montras-tu au dragon ? Pendant près d'une minute, le dragon s'abîma dans la contemplation des flammes qui, sous ses yeux, dansaient et révélaient leurs secrets.

La pyromancie ne produit jamais que des fruits nuancés, mais ce qu'il cueillit dut suffire au dragon, puisqu'il dispersa aussitôt les flammes et se précipita vers la cave de la bâtisse, où Cyllian conservait quelques tonneaux de vins et salaisons, où l'usurpateur avait enfermé son créateur. Dante le trouva dans un coffre somptueux dont il détruisit les fermetures à regret, car le meuble était fort beau. Sans laisser au captif libéré le temps de se reposer, de se remettre et, surtout, de s'habiller, car il était plus nu qu'un ver à l'affleurement de la terre vaseuse, Dante l'accabla d'un chapelet de reproches en forme de joyeuses taquineries.

Il lui expliqua en quelques phrases concises qu'il s'était mis en tête de le retrouver et de le libérer après avoir compris qu'un usurpateur le singeait à la ville et en son atelier ; sans exiger plus de remerciements, sans entrer dans le détail de ses plus indicibles motivations, Dante lui fit promettre d'inspecter l'ensemble des œuvres exposées dans sa belle demeure, afin d'y traquer et débusquer les éventuels « souvenirs » laissés par le falsificateur.

 « Tu ne veux pas qu'il revienne, n'est-ce pas ? » railla-t-il avec rudesse, insensible à la nudité complaisante de Cyllian, qu'il informa du sort de son double enfermé dans sa tapisserie avant de prendre rapidement congé de lui.

 « Voyons où tu me mènes, petit fil éperdu... et espérons que je ne sois pas Susano-wo à l'approche d'Amaterasu. » Il n'avait pas de poney tacheté à jeter sur le toit de chaume de la bicoque où le fil le guiderait peut-être... mais quand il passa la fenêtre, Dante comprit que sa quête le mènerait loin du bourg, non vers la campagne, mais vers la partie haute de la cité, où les plus fortunés et les mieux nés vivaient, installés dans de belles maisons, de beaux manoirs, voire de petits palais.

Son périple ne fut pas long, mais sa surprise fut grande, quand il retrouva la trace du filin vampire, qui pénétrait la fenêtre d'une maison seigneuriale, loin dans les étages, et dans la chambre de quelqu'un qu'il connaissait. Y pénétrer fut simple.

Avec prudence, il entra par la grande fenêtre ouverte sur l'immensité des cieux, et découvrit l'autre bout du fil : c'était Aidan, qui dormait, inconscient peut-être du maléfice qui le frappait.  « Voilà qui est bien curieux... » murmura-t-il, sans trop y croire, puisque les pièces du puzzle peu à peu s'assemblaient et lui révélaient un tableau des plus évidents.  « Victime ou complice, jeune homme, nous allons voir... »

Il serait assez facile de le déterminer. Dante ôta son masque et s'assit sur le rebord de la fenêtre. Il s'éclaircit la gorge et parut même toussoter un moment. « J'imagine qu'il est un peu tôt pour faire chanter le coq... » Cette fois, il ne murmurait plus et parlait clair.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 24 Fév 2018 - 17:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


Il est de coutume, à qu’à cet instant précis de l’histoire, l’on vous raconte monts et merveilles, et des dénouements ensoleillés. Mais ce n’est pas un conte de fée, ni même l’aventure d’un héros. Ce n’est, ni plus ni moins, que la rencontre entre un dragon et un garçon, et le début d’une amitié.
Pendant qu’Aidan se débattait, mimant sans doute les mouvements du vrai Cyllian, le dragon usait de magie du feu pour y voir plus clair. Notez que c’est tout de même plus sage qu’user de magie noire pour les mêmes propos. Les analogies sont puissantes, dès qu’il est question de magie.
Ainsi, maître Cyllian était enfermé dans la cave, alors qu’il était descendu bien bas dans l’usage de son Art, afin, semblait-il, de combler sa solitude. Les loquets de sa cellule de bois frémirent, puis cédèrent sous la volonté de Dante, et maitre Cyllian sortit de sa prison, nu comme un ver, ses pensées recouvrées avant sa dignité.

Lorsque son sauveur lui expliqua la situation, il se sentit bien las. Comment un enchantement avait-il pu tourner de la sorte ? A la base, expliqua-t-il au dragon, il souhaitait simplement de la compagnie, comme il avait pu le faire pour les autres tapisseries. Simplement des créatures ou des miroitements qui pourraient prendre vie quelques instants, le temps d’une conversation ou simplement le temps de s’épancher. Il pouvait ainsi imaginer des mondes, des choses et des merveilles et presque y croire. Mais jamais il n’avait pensé qu’une de ses créations ait suffisamment d’esprit d’indépendance pour lui jouer ce tour-là. Peut être avait-il mis trop de lui dans cette création, insufflant jusqu’à l’étincelle de pouvoir qui permettait à son tour de créer. Une boucle bien trop dangereuse. Un pygmalion bien trop amer.

S’habillant à la va vite, et vérifiant dans un miroir que ses ecchymoses et blessures n’étaient pas trop graves, Cyllian se mit en devoir d’inspecter ses tapisseries, quitte à couper les fils enchantés si il sentait une chausse trappe. Arrivé devant la tapisserie le représentant, il fut impressionné des symboles mystiques qui enfermaient son double. Ne sachant pas combien de temps ils dureraient, peut être toujours, peut être un jour, il noua des nœuds compliqués aux fils qui retenaient à présent son double. Aucune chance qu’il arrive à les défaire de l’intérieur. La tâche l’épuisa bien vite lorsqu’il du faire de même avec quelques chausse-trappes trouvées un peu partout dans sa maison.

Mais sa plus grande inquiétude et sa plus grande lassitude vint lorsqu’il vit ce qu’avait fait son double avec la tapisserie représentant le fils du seigneur. A la place du troisième stade de sa vie, la vieillesse noble et bien portante, il y avait une représentation de lui. Ou plutôt de son double. Et l’horreur de ce qu’avait fait ce dernier le frappa, car il ne connaissait aucune méthode pour renverser. Tenter de tisser de nouveau la représentation initiale ne ferait que précipiter la mort du jeune garçon, maintenant intrinsèquement lié à la tapisserie. Il pourrait détourner le pouvoir pour le recevoir lui-même, plutôt que son ombre ou. peut-être…

Il pariait gros sur la potentialité du jeune garçon. Mais il n’avait pas le choix. Alors il construisit un réseau complexe de fils, ajoutant l’or et l’argent, utilisant leur reflet pour détourner le fil vampirique de son but, et le renvoyer à celui qui était ponctionné. Dans un premier temps, ça ne ferait que stabiliser le jeune garçon, sans lui rendre sa force déjà drainée. Son pari était simple et effrayant : si le jeune garçon, comme il le soupçonnait, possédait en lui le noyau de magie nécessaire, lorsqu’il serait face à lui-même, il pourrait nouer définitivement le lien entre lui et sa représentation. Cyllian n’avait aucune idée du résultat et des effets secondaires, mais il savait que cela le sauverait. Une fois le réseau détourné, il s’attela à la tâche, pouvant enfin changer la dernière représentation, et, installé à son métier, il fit renaitre de ses cendres le phénix d’Aidan dans la force de l’âge. A présent, il ne fallait pas tarder, mais sans alerter son père adoptif. La tapisserie devait lui parvenir, avant la fin de la semaine, ou il serait trop tard.

Cyllian se coucha, bien las, et s’endormis du sommeil du juste, avec tant de regrets au cœur que ce dernier fut bien lourd et du travailler bien fort.

(…)

Pendant ce temps, dans la chambre du jeune garçon, se dernier avait finit par se calmer. Il transpirait, comme sous l’effet d’une forte fièvre, mais la douleur avait cessé, et, bien que faible, il se sentait apaisé. Lorsque la voix déjà entendu quelques jours plus tôt le réveilla, il observa l’inconnu qui ne l’était plus vraiment à travers ses cils juvéniles et son regard si particulier.
« J’ai rêvé que je mourrais à petit feu, enfermé dans un espace étroit… Je me sens si faible… comment êtes-vous entré ici ? Et m’avez-vous envouté ? »

Ça devait être l’explication, sinon comment comprendre cette faiblesse si singulière. Il avait déjà vu le magicien du feu exercer sa magie, et il avait l’air de très bien connaitre cet Art. Soudain, quelque chose le frappa. Il se rappelait de tout ! Y compris du fait que, d’ordinaire, tout souvenir des séances avec Cyllian, et du fait qu’il était lui-même un magicien, lui avait été ôté…

« je. je me souviens ! Par la grande cornue et la fille aux quatre vents ! Pourquoi maitre Cyllian m’effaçait mes souvenirs ? Que. Que me voulez vous, tous les deux ? »

IL s’était redressé, mais faible comme un enfant, alors même qu’il avait une musculature développée dans les champs et par les passes d’armes… Aucune chance d’affronter qui que ce soit ce soir. Son visage était cerné, et ses lèvres plus pales que d’ordinaire. Mais dans son regard brillait encore la volonté de se battre, si nécessaire.

Le lit trembla un peu, et se recula sur ses "pattes", mouvement inconscient de recul et de méfiance, sans qu'Aidan ne se rende compte qu'il venait de l'animer quelques secondes.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 25 Fév 2018 - 13:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8025
ϟ Nombre de Messages RP : 843
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
 « Je n'envoûte jamais le premier soir. » Sa voix prenait les apparences d'un voile sombre, tombé sur la face mystérieuse de l'apparition de minuit, celle qui pénètre la chambre et s'installe au coin, silencieuse, sépulcrale, sans voix, sans ombre, sans rien que l'impression légère et pénétrante d'une présence secrète.

Assis sur le rebord de la fenêtre, Dante observa la chambre avec plus d'attention et constata qu'il ne s'y trouvait rien d'anormal, rien qui pût déterminer Aidan comme le criminel qu'il suspectait à l'origine des filins vampiriques attachés à la tapisserie, chez maître Cyllian.

 « C'est pourtant clair, je suis entré par la fenêtre. Comme le naturel qu'on chasse par la porte... » Le garçon ignorait sûrement la référence, hélas, puisqu'il était d'un monde qui ne connaissait point les subtilités poétiques du rimeur de Château-Thierry. Aidan s'énervait comme un enfant.

Dante jeta sur lui un regard amusé, comme s'il anticipait des réactions tempétueuses, comme s'il devinait, aux sombres nuages amoncelés sur l'horizon, qu'un orage se préparait pour la nuit prochaine. Le dragon commandait aux éléments : les foudres naïves du garçon ne l'impressionnaient guère ; cependant il se trompait, Aidan n'était pas en colère.

Sa combativité soudaine n'était que le fruit d'une méfiance toute naturelle, à l'approche de ce qui s'apparentait à un prédateur. La plus petite des proies réserve à son chasseur des surprises parfois touchantes et douces. Dante ôta son masque et abattit son capuchon pour ne plus rien cacher de son identité.  « Pour ma part, je ne te veux rien ; pour Cyllian, je crois deviner le secret mystère qui se joue ici. Je n'ai que des suppositions, pour l'heure, mais ta surprise n'est pas feinte et je suppose que tu n'es coupable de rien de ce que j'ai vu chez l'artisan... »

Il était même victime, ce pauvre jeune homme, ce malheureux garçon si plein de sa jouvence, si débordant de cette vitalité qui colore et l’œil et le cœur des vivants. Aidan était pâle, affaibli et rongé par les vers d'une fatigue surnaturelle. Dante se leva pour s'approcher de lui, il s'arrêta cependant à quelques mètres. Dans sa main une flamme apparut qui rayonna dans toute la chambre ; l'ombre n'y trouva aucun refuge, tout apparut dans la clarté d'un jour naissant.

 « Sois tranquille, veux-tu ? Épargnons-nous les cris, gagnons du temps. Tu es envoûté, et j'entends bien découvrir par qui, mais je ne peux y réussir qu'avec ta coopération. » Dante préférait traiter avec Aidan plutôt qu'avec son cadavre, quoique ce dernier se montrerait sans doute plus naturellement coopératif...

Le lit s'était reculé sur ses pieds, comme animé de la vie singulière des êtres conscients ; ce geste craintif, témoin de la peur qui frappait le ventre d'Aidan, interrogea la pensée du dragon qui voyait se produire, sous ses yeux, une maïeutique impressionnante.

 « Calme-toi. Je ne suis pas ton ennemi. » Dante regretta de ne jamais s'être ouvert aux voies de la télépathie. Il aurait été plus facile d'imposer sa volonté au jeune homme, de pénétrer son esprit pour y dérober le suc de la vérité et s'en nourrir, afin de mieux comprendre l'enchevêtrement des causes et des effets. Ce regret disparut comme il était venu, toutefois, car le dragon n'avait que mépris pour les chicaneurs de la pensée.

Il apaisa la flamme dans sa main, geste destiné à tranquilliser l'esprit d'Aidan. Il se prit à sourire.  « Plutôt élégant, cet enchantement ad hoc. Mais ce lit ne te conduira pas très loin. » Il était trop large pour passer la porte de la chambre, et la fenêtre donnait trop haut sur la façade ; le lit était-il un lit-volant comme ces tapis des Mille et une nuits ?

Dante flairait quelque entourloupe, cependant il comprit très vite que le jeune Aidan baignait dans un environnement parfumé de magie jusqu'à l'excès ; chaque fragrance vint lui percuter les naseaux et s'y répandre, signalement continuellement renouvelé, tant les effluves étaient multiples et différentes !

C'était comme s'il avait plongé au cœur du creuset d'un parfumeur de la Grasse du XVIIIe siècle, comme s'il avait ouvert les yeux sur l'immense océan des étoiles sans nombre. Il n'y avait là qu'un échantillon du pouvoir que détenait Aidan sans même le savoir, et pourtant la saveur présentait des richesses considérables. Dante se ressaisit.

Il fallait d'abord couper ce fil, interrompre la ponction fatale, rendre à Aidan la pleine souveraineté de sa jouvence. Le reste viendrait ensuite. Mais le jeune homme comprendrait-il que le dragon n'entendait pas lui nuire ?  « Je ne te veux aucun mal et tu le sais. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 28 Fév 2018 - 16:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


Le dragon était dans la chambre du jeune garçon comme la vérité dans la bouche des enfants. Simple, inéluctable, vivante et irréfutable. « Je n’envoute jamais le premier soir ». Malgré sa peur, le jeune Aidan avait perçu l’humour derrière la phrase, mais il ne contrôla pour autant pas la manifestation spontanée de son pouvoir et ne perçu que plus tard le recul qu’avait effectué son lit.
Le masque tombé, les soupçons du jeune homme s’étaient avérés réels.

C’était bien le beau magicien aperçu l’autre jour dans l’atelier de Maître Cyllian. Mais ses paroles étaient comme des notes dissonantes dans la mélodie du bonheur qu’était sa joie d’avoir retrouvé la mémoire, et de comprendre avec cette dernière que la magie existait et qu’il pouvait l’exercer lui-même. Ou que, sous la bonne égide, il y arriverait plus tard.

Que s’était-il passé au juste chez Maître Cyllian ? A en croire la phrase si pleine de mystères du mage, il y avait eut des choses sombres, ou répréhensibles, et sans doute liées à son Art. Quand, dans la paume du mage à la pomme apparu de nouveau une flamme, des images réminiscences lui parvinrent. Lui, dans le miroir, en train de regarder le mage manger sa pomme caramélisée. Lui, avec environ dix ans de plus, et un pouvoir brut à façonner.

« Sois tranquille, veux-tu ? Épargnons-nous les cris, gagnons du temps. Tu es envoûté, et j'entends bien découvrir par qui, mais je ne peux y réussir qu'avec ta coopération. »

Aidan avait-il déjà été envouté avant ? Il n’en savait rien, mais il comptait bien donner son entière coopération dans cette affaire. Quant à crier, il n’en était plus la depuis longtemps. Les entrainements avec le maître d’armes n’étaient pas une sinécure, en étaient témoins les bleus et ecchymoses régulières sur ses bras et jambes. Pour le rude professeur, Aidan n’était qu’un parvenu, qui ne méritait pas sa place. Il ne l’aurait jamais avoué cependant, mais n’hésitait pas à rudoyer son « apprentis ».

Lorsque le magicien le félicita sur son « enchantement », Aidan se rendit compte de ce qu’il avait fait, et une certaine fierté, parsemée de peur et d’espoir, vint lui donner la force nécessaire à affronter son destin immédiat. Non, il ne fuirait pas, et oui, il désirait connaitre le fin mot.
A la dernière clarification du mage, Aidan hocha la tête, bravement, et vint de lui-même s’approcher sur ses jambes qui nagèrent le portaient avec plus de vigueur, et qui, il l’espérait, ne lui ferait plus défaut bientôt. Il n’y eut nul cri, nulle appréhension.

Mais, à l’étage, une mère inquiète se réveilla, dans la couche de son mari. Elle était en proie à une grande angoisse, et fut tenter d’aller chercher ses broderies, mais la situation ne lui permettait pas. Alors elle resta la, dans le noir, faisant écho à l’angoisse endormie que ressentait son fils quelques minutes plus tôt. Elle n’avait aucune idée de ce qui se jouait dans la chambre de son fils. Le destin lui épargna donc de devoir affronter, par erreur, le dragon qui n’aurait fait qu’une bouchée d’elle. La femme était puissante, mais pas suffisamment face à un dragon. Elle resta la, les yeux dans le vague, espérant que l’aube vienne la délivrer de ses angoisses.

« Vous allez me désenvouter ? » demanda maladroitement et naïvement Aidan, de ses yeux parsemés d’éclats d’or… Le mage ne lui répondit pas, mais continua a l’observer à travers le spectre de ses sens particuliers, éclairés par la lumière d’un feu qui ne voulait pas se comporter comme il l’aurait du.

Baigné par les flammes révélatrices, il apparu bientôt aux deux protagonistes que la force vitale, mais aussi le pouvoir brut d’Aidan était absorbé et dirigé vers la tapisserie. L’Ombre de Cyllian comptait sans doute devenir plus qu’une ombre, exister pour de vrai, et avait eut besoin de magie et de vie pour y parvenir. Mais, maintenant que Dante et le vrai Cyllian étaient intervenus, une partie du pouvoir et de la vie d’Aidan était maintenu dans la tapisserie, sans pouvoir être détournée. Il fallait couper le lien, mais il fallait aussi, selon toute vraisemblance, confronter Aidan à sa représentation pour que l’enchantement soit complet. Ce qui résulterait d’une telle confrontation restait incertain. Aidan récupérerait-il sa vitalité ? Serait-il absorbé entièrement ? Serait-il lié d’une façon ou d’une autre à la tapisserie ?

Une seule chose était sure, et Aidan le sut au moment ou la révélation se fit, au fond de ses tripes. Il ne survivrait pas une semaine sans cette confrontation.
« je préfère encore mourir en affrontant mon destin plutôt qu’en attendant qu’il me rattrape » annonça -t-il bravement, menton relevé, au dragon dont il ignorait la vraie nature.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 28 Fév 2018 - 23:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8025
ϟ Nombre de Messages RP : 843
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
S'en remettre aux pouvoirs de la Flamme... quel prodige ! Un geste de la main du dragon dans la torsion rouge, geste délié et rubato, teinta d'un bleu soudain l'ensemble des voiles chimériques qui se déployaient sous leurs yeux. Aidan embrassait son destin, comme il le dirait ensuite, et s'approchait.

Dante laissa faire, sans dire un mot ; il hocha simplement la tête. Son geste se fut plus entêté, plus régulier, ses doigts s'attardaient, tendre ostinato qui donnait aux flammes les allures d'une spirale ou de plusieurs cercles concentriques, d'où jaillirent les images sereines d'une interrogation au-delà des heures, des jours, des semaines, des âges. Dante comprit l'étrange œuvre qui se jouait sous leurs yeux.

L'essence vitale d'Aidan lui était arrachée ; quelque sombre maléfice puisait en lui pour en extraire la brute force de son pouvoir, de ce potentiel qui ferait de lui, plus tard, un enchanteur accompli et méritant. Surprenante alchimie qui distillait en lui et la jouvence et la magie pour nourrir de cette sève duale un arbre aux racines suspectes, au tronc perfide, aux branches malveillantes, aux fruits corrompus.

Les flammes devinrent nuances puis se turent, laissant au dragon le soin d'expliquer ce moderato qui jetait le trouble sur les dernières évocations divinatoires.  « Si nous laissons faire, tu mourras. Tout à l'heure, demain, peut-être la semaine prochaine. Le vampire n'entends pas tirer de toi un peu de ta jouvence, il entend substituer à ta vie la sienne. »

Il en était ainsi, dans ce monde, pour donner vie à ce qui n'existe pas, il faut puiser l'énergie vitale où elle se trouve ; et la naissance n'est pas autre chose qu'une terrible spoliation, consentie et sacrée, quand la mère cède à son enfant un bout d'elle-même, afin que le petit être, venu au monde, se laisse pénétrer par les agapes d'une monde ivre de ses perpétuels mouvements et de son chaos.

Piu lento, le dragon s'exprima encore :  « Ce sera douloureux. Insuffisant, mais nécessaire. Il faudra certainement aller chercher la fraction de toi qui t'a été volée... là où elle se trouve. » Dante tut ses appréhensions. Il n'était pas certain de ce que produirait la confrontation du véritable Aidan à cette « autre » qui, dans la tapisserie, captait jusque-là et son pouvoir et sa jouvence. Quels seraient les effets de la confrontation ? Dante reconnaissait volontiers son ignorance, le cas était unique. La cadence d'une vilaine chanson résonna dans sa tête, quand il imagina le pire, pour le jeune homme.

La rencontre était inévitable ; inutile d'alarmer le garçon. Sa voix se fit cantabile.  « Essaie de ne pas bouger. » Les flammes autour d'eux s'agitèrent pour tomber en pluie d'or et d'étincelles sur le parquet de la chambre ; elles laissèrent dans le bois les traces d'un cercle griffé de nombreuses runes. Aidan aurait à les expliquer plus tard aux domestiques qui viendraient briquer le bois de la pièce...

Dante évoqua l’œil ouvert d'Arun, le Sept fois relevé, la Flamme-changeante, l'Imprécis des nuées ; très vite la température dans la chambre chuta pour atteindre un niveau sensible et douloureusement supportable à qui n'était pas familier des froids de la haute montagne. Cela ne dura qu'une minute et pourtant, la douce musique du grelottement se fit connaître à leurs oreilles. Dante en était préservé. Quant à Aidan... il était au cœur du cercle.

La chaleur y était plus intense et plus concentrée, il était le point éruptif de la zone du rituel. Sa voix se fit basse, quand l'enchantement fut rompu.  « Voilà pour la première étape... » Aidan reprendrait des couleurs et ne connaîtrait plus cette fatigue pernicieuse et malsaine. Il serait rendue à sa vie. Le filin magique se dispersa comme se consume la traînée de poudre noire ; son murmure glissa dans leurs oreilles jusqu'à s'éteindre tout à fait, bientôt couvert par le bruit d'apparition d'un portail dimensionnel.

 « Suis-moi. » L'ordre était clair. Dante avait parlé d'aller chercher quelque chose, Aidan n'aurait qu'à obéir et le suivre, il se trouverait aussitôt de l'autre côté du portail, face à la tapisserie incriminée, face à l’œuvre que les perfides mains d'un ambitieux avaient souillé de leur cupidité. Le bond dimensionnel serait chose nouvelle, pour Aidan, dont l'estomac peut-être, faute d'une préparation suffisante ou du relief de l'habitude, souffrirait un peu.

Dante pratiquait les sauts depuis si longtemps qu'il en oubliait, parfois, que le premier venu ne peut franchir un portail sans être littéralement tordu en tout sens, à l'issue du voyage. Imaginez sauter du haut de la plus grande tour, et faire avant l'impact au sol quelques tourbillons erratiques, à la merci des mains joueuses d'un Zeus qui s'ennuie... autant dire que l'estomac s'ébranle de la gorge aux talons !

Tandis qu'Aidan arrivait derrière lui, Dante observait, sur la tapisserie, les effets rapides et immédiats de la rupture opérée dans la chambre, quelques instants plus tôt. Ses yeux s'absorbèrent dans la contemplation. Il ne voulait rien oublier de ce qu'il voyait.  « Fascinant ! » laissa-t-il échapper. Car le potentiel du garçon était réel ; promesse d'un pouvoir qui irait grandissant...
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 6 Mar 2018 - 18:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


La conviction du jeune homme se frotta contre les écailles de la vérité. Celle-ci venait d’être présenté sous son jour le plus cru par l’homme qui était un dragon. Selon lui, Aidan était condamné si il n’agissait pas, et le vampire responsable de son état comptait tout bonnement prendre sa place, vivre alors que le jeune homme disparaitrait, totalement absorbé par le maléfice.

Avec un recul qui lui fit froid dans le dos, le jeune garçon compris ce qu’impliquait de tels maléfices. Il en avait une compréhension intuitive, et savait également qu’il ne se lancerait jamais dans de telles entreprises. Il n’y avait nulle notion de morale là-dedans, mais plutôt d’affinité. Aidan se sentait lié à la lumière, aux chausse-trappes, aux plaisanteries, à l’enfance, au chaos, aux rêves, et aux éléments. Mais pas à la nécromancie, pas aux ténèbres, pas au vampirisme. Il y avait quelque chose de poisseux dans cette notion, poisse dont il avait peur de ne jamais pouvoir se défaire.

« Ce sera douloureux. Insuffisant, mais nécessaire. Il faudra certainement aller chercher la fraction de toi qui t'a été volée... là où elle se trouve. »

Il hocha bravement la tête, il avait déjà pris sa décision.
« Et que faire de celui qui veut voler ma vie ? » Dante n’allait certainement pas répondre, car la décision ne lui appartenait pas. Il pourrait, par caprice ou par compassion, décider de mettre fin à la vie de l’imposteur, mais peut-être, aussi, était-ce une épreuve nécessaire au jeune enchanteur dans sa vie de mage et dans sa vie d’homme, tout simplement.

Sa décision étant prise, celle du dragon lui succéda tout naturellement. Le cercle mystique, bordé de runes de feu, qui se dessina sur le sol de la chambre ne fit pas peur au jeune garçon. De fait, Aidan fut plutôt attiré comme un papillon vers la lumière, comme un enfant vers la vraie magie. Il se sentait spécial, assis au milieu du cercle de conjuration.

La température chuta drastiquement cependant, et Aidan tenta de s’accrocher à l’idée de la chaleur et du feu pour ne pas grelotter. Cela marcha à peu près, bien qu’il espéra que la situation ne dure point trop longtemps.

Cela ne dura pas, effectivement. A peine le temps de sentir la connexion pernicieuse qui prenait petit à petit possession du pouvoir et de la vie d’Aidan. Soudain cette connexion, ce grappin nécromantique fut rompu, et quelques chuchotement indignés murmurèrent aux oreilles d’Aidan, soulagé de ce fardeau. Il décida de graver dans sa mémoire les chuchotements, non pas pour s’adonner lui-même à des telles pratiques, mais pour pouvoir les reconnaitre, et les combattre s’il le fallait.

Puis sa première révélation sur les portails eut lieu sous ses yeux. Ce fut sans doute ce qui déclencha en lui son propre vouloir et son propre pouvoir sur ce voyage particulier. L’ordre était une injonction. « Suis moi ». Mais jamais Aidan ne douta du bien fondé de l’injonction. En revanche il n’était pas préparé au voyage lui-même. Il fut heureux d’avoir été aussi faible et de ne rien avoir voulu avaler depuis quelques jours, car il lui en aurait surement couté un peu de dignité et de nouveaux habits. Cela dit, il n’arriva pas frais et dispo, mais avec un sentiment de malaise et la tête qui tournait.

Il ne vit dans un premier temps que le dos impressionnant du magicien, et se rendit compte de la taille de ce dernier à l’occasion. Puis, s’écartant, il se trouva face à son propre dilemme, à son propre double et il fut choqué de comprendre de quoi il en retournait.

La tapisserie était pour les deux tiers telle que dans ses souvenirs, mais la partie à droite représentait maitre cylian, plutôt que sa propre version dans la force de l’âge. Cependant, il n’aurait su dire à quelle intervention il devait le nouveau prodige, mais petit à petit, revenait l’image qu’il avait vu il y a quelques temps, et qui le représentait, lui, plus âgé.

La main tendue, il approcha de la tapisserie, ressentant des picotements aux bouts des doigts. Alors que ça main s’approchait de son double, il y eut comme un arc d’énergie, baigné de lumière bleue, et il se sentit totalement absorbé par la tapisserie. Soudain, il voyait Dante depuis sont nouveau point de vue, et semblait se mouvoir aux ralentis. Son cri resta muet, mais provoqua des broderies et des arabesques d’or et d’argent à la surface de la tapisserie. Tournant autour de lui, il eut soudain la révélation qu’il était dans un autre monde, une autre réalité, avec une fenêtre donnant sur la précédente, ou était resté Dante. Il sut aussi que s’il restait ici, ce serait finit.

A cet instant, il eut aimé pouvoir voyager comme le dragon. Mais, si proche de son noyau de pouvoir, pulsant depuis son nouvel espace, il su qu’il pouvait le faire. D’une autre façon. Alors il chercha une ouverture, une porte. La fenêtre qui s’ouvrait à lui, le narguant, serait aussi sa porte de sortie. Avec une lenteur exaspérante, il en redéfinit les contours, et il sentit l’ouverture se faire. Le cœur battant, bien qu’au ralentis, il franchit de nouveau le seuil, mais sentit qu’une partie de lui était resté en arrière. Une partie essentielle. Son âme, ou ce qui y ressemblait.
De retour dans la pièce, il sut qu’il avait vu juste.

« il y a une partie de moi qui est resté dedans ». Au moment ou il dit ça, une onde de pouvoir, comme des ricochets de fils et de toile, se propagea sur toute la tapisserie. Son double de 25 ans sembla lui sourire, et il reproduisit le même mouvement que lui, comme un miroir.
Il sut alors avec certitude, qu’une fois qu’il aurait atteint cet âge, il ne vieillirait plus, mais serait à jamais lié à cette tapisserie.
Maître Cyllian apparu derrière eux, le souffle court.

« Pauvre enfant… Si jeune et déjà impliqué dans les maléfices… Il vaudrait mieux laisser ressurgir ce souvenir plus tard. Bien plus tard. L’on peut superposer un enchantement de gorgone pour figer les mouvements et que cette tapisserie passe pour une simple œuvre d’art. Il sera bien temps plus tard pour les découvertes et leurs implications. »
Mais Aidan éclata de colère.

« NE JOUEZ PLUS AVEC MON ESPRIT ! »

Sa colère était trop imbibée de magie pour rester une simple colère d’enfant… Le métier à tisser s’actionna, et sembla vouloir se mouvoir, sans succès… Une chaise bougea. Puis une table. Un tableau se décrocha, et tout semblait aller de mal en pis, au fur et a mesure que la colère se nourrissait de magie.



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 12 Mar 2018 - 10:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8025
ϟ Nombre de Messages RP : 843
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
L'apparition de maître Cyllian n'aurait pu être plus inopportune, ses mots plus maladroits. Dante avait assisté à une scène infiniment terrible et, médusé, il s'était contenté d'observer le voyage d'Aidan en lui-même, à travers l'écran de cette tapisserie si belle et si funeste. Les fils d'or et d'argent n'étaient si précieux qu'à l'aune de la magie qu'ils tissaient à même la trame de l’œuvre, comme les ratures et les ajouts de l'écrivain sur le premier imprimé de ce qu'il croit être ce roman qui fera sa gloire et sa renommée. Hélas ! Trompettes et cors se taisaient dans le couloir, pour laisser les mots du jeune homme éclater ; sa colère s'élevait et se propageait, gamme ascendante, épouvantable !

Aidan jetait autour de lui les fusées d'une magie qu'il ne maîtrisait pas, qui s'élevait et retombait comme les feux d'artifices sur un champ de foire. La supplique avait jailli aux oreilles de maître Cyllian, une chaise le bouscula. Il dut rouler au sol pour échapper à la dent d'une quenouille en fureur. Dante demeurait en retrait, toujours attentif et l’œil rivé sur la tapisserie où le double d'Aidan le montrait dans la force d'un âge qu'il ne dépasserait jamais. En apparence, en tout cas ! L'ardente humeur du garçon chatouilla ses narines pourtant habituées aux embrasements soudains. Il s'approcha de lui, il cherchait à apaiser l'incendie qu'une simple remarque avait jeté sur la forêt des émotions d'un jeune homme faible et innocent. Il expédia la chaise folle contre un mur où elle se brisa.

 « Calme-toi ! » déclara-t-il sans crier, mais avec dans la voix toute la profondeur enflammée de sa nature originelle.  « Le secret des intentions de Cyllian nous révélerait son visage sous la plus sombre lumière, mais il ne t'appartient pas encore de les questionner. L'agresser, le blesser, le tuer ne te servira guère, tu n'en seras pas davantage soulagé. »

Toutes ces découvertes pesaient sûrement sur le garçon et sur son esprit juvénile encore trop léger pour la pesanteur de toutes les informations collectées cette nuit. Le bûcher de sa colère s'allumait encore, dans le couloir apparut une statue de bois peint, un vieillard taillé dans le style simple et naïf des ornements de temple ; il s'animait avec lenteur, il traînait ses jambes de bois sur le parquet. Cyllian vit avec horreur que la statue se rapprochait de lui. À quatre pattes et piteusement il chercha refuge auprès du dragon, jusqu'à s'abriter derrière lui. Dante ne prêtait qu'une attention distraite à celui qu'il avait connu plus courageux et digne.  « Ne m'oblige pas à brûler cette statue. Recouvre ton calme. Tu as des décisions importantes à mûrir. Pourquoi gaspiller ton temps en vaine colère ? »

Que faire de la tapisserie ? Que faire de ce potentiel découvert en si curieuses circonstances ? Dante assistait à une drôle d'épiphanie. Aidan n'aurait aucune réponse, s'il cédait à la fournaise et laissait exploser le feu de ce pouvoir enfin rendu au jour. S'il s'énervait trop, le dragon le maîtriserait. Peut-être même devait-il faire ainsi tout de suite...

[…]


Dante et Aidan se trouvaient assis l'un face à l'autre, dans un verger où bruissaient les pêchers en fleurs. Autour d'une petite table de bois marqueté à l'effigie d'un dragon en sommeil, deux chaises d'acajou laqué accueillaient les deux hommes installés sur deux coussins de brocart. Un soleil invisible baignait l'ensemble de sa lumière ; les fleurs aux arbres riaient, exhalaient des parfums doux et légers. Quelle qu'eût été la réaction d'Aidan à l'égard de Cyllian, chez le maître-artisan, Dante avait ouvert un portail dimensionnel donnant sur ce jardin. De gré ou de force, il y avait entraîné le jeune homme.

Là, il l'avait enjoint au calme, à la tranquillité ; Aidan avait accepté de partager avec lui le silence et la sérénité qui régnaient en ces lieux. À perte de vue le verger s'étendait dans les environs. Rien ne les viendrait troubler ici. Cyllian n'avait pas suivi – Dante ne l'aurait pas permis.  « Il est des façons plus paisibles de se découvrir le don de l'enchantement. Ce coup d'éclat te destine-t-il à de grandes choses ? Je l'ignore. Peut-être n'es-tu qu'un médiocre qui aura raté sa vocation. Le temps rendra son verdict. Es-tu bien conscient que tu ne rêves pas, Aidan ? »

Le jeune homme se croyait-il encore au lit, docilement installé et en proie aux chimères d'un rêve original ? Il aurait sûrement des questions. Quel meilleur lieu que ce jardin pour y répondre ?

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 12 Mar 2018 - 14:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


Aidan était sur un bateau qui prenait l’eau. Et la mer qui semblait vouloir le submerger était celle de la colère et de la magie. Mais plus le jeune homme écopait pour ne pas sombrer, plus il sentait son propre pouvoir lui échapper. Il avait un nouvel horizon, après avoir été emprisonné tant d’années au fond de lui. Et cet horizon était vaste. L’on pouvait y croiser de la magie, des idées, et d’autres mondes. Tant de mondes à explorer, si peu de temps pour le faire.

Quoique…

Après sa confrontation avec son devenir dans la tapisserie, il avait compris, non sans une certaine peur, qu’il ne vieillirait plus. Il n’était pas immortel pour autant. Simplement, tant que son essence serait contenue dans la tapisserie, il ne vieillirait plus. Cela lui donnait le tournis. Comment rencontrer des gens, s’y attacher, puis les perdre… Il n’était pas fait pour la solitude, ni les études enfermé dans des bibliothèques poussiéreuses. Il lui fallait de l’espace, de la vie, des opportunités, et il avait peur d’avoir beaucoup plus perdu que gagné dans cette histoire de transfert « d’âme ».

Et sa colère se cristallisait sur maître Cyllian, sans aucune pitié, lui qui avait, semble-t-il si souvent murmuré à son esprit pour le confondre et le mystifier. Dante se débarrassa de la chaise devenue de façon saugrenue meurtrière, et cette dernière finit en lambeaux…

Il écouta cependant les mots du dragon, qui avaient une curieuse saveur d’épice et de pomme caramélisée. Ce « don » en particulier ne lui servait guère à autre chose qu’apporter un peu de poésie dans sa vie. C’étaient les paroles de sa mère « la saveur des mots apportent un peu de poésie dans ta vie. Et, plus tard, tu en feras des mets délicats et raffinés ». Elle l’avait regardé avec fierté, très énigmatique…


« je. Je… Il m’a embrouillé l’esprit plus d’une fois. Comment faire confiance à présent ? Quels morceaux de ma mémoire sont enfouis, ou détruits, quels autres vont ressurgir au plus mauvais moment… ».
Maître Cyllian le regardait, un air triste visiblement sincère sur le visage. Il avait voulu que le don chez l’enfant se révèle, pas causer tout ça. Mais à présent, qui pouvait le croire, lui qui avait été berné par sa propre création ? Celle-là même qui avait pervertis son œuvre d’initiation.

Il serrait et desserrait ses mains, et la fine laisse qui le reliait à son pouvoir s’était distendue, donnant la possibilité à la bête encore vive d’aller animer une statue représentant un vieillard. Au fond de lui, Aidan ne voulait pas tuer Cyllian. Mais donnez un tel pouvoir à un presque enfant, et voyez quelles conséquences ponctuent une telle assertion…

La statue se rapprochait lentement du vieux tisseur, mais Aidan n’avait aucune idée de ce qu’il voulait réellement faire de lui. Tant de questions, encore..

Les paroles de Dante lui firent l’effet d’une gifle. Il y avait trop de ce ton. Celui qu’employait parfois sa mère. Il regarda la statue et même s’il n’en aimait pas le style, il ne souhaitait pas non plus la voir réduite en cendres. Il tenta vainement de refluer son pouvoir en lui, d’essayer de le comprendre, de trouver le positif dans la situation. Mais les pulsations de pouvoir et de colère semblaient infinies.

Un haut le cœur le pris au dépourvu alors qu’il franchissait un nouveau portail.

Puis tout fut finit

Il était loin de l’atelier, loin, même, de son propre monde, il le sentait, d’une certaine façon. Mais la colère avait disparue, comme si elle ne pouvait exister que dans son contexte. Le cadre était idyllique. Aidan avait envie de mordre dans une pêche. Il était confortablement assis, baigné par une lumière quasi divine. La chaleur lui faisait du bien. Il avait l’impression de se laver, de dévêtir des vêtements sales et lourds, et de se retrouver, enfin.

Le bruit des oiseaux, lointains, lui paraissait amusant. Il savait qu’il pourrait, à terme, imiter ce bruit qui avait une saveur de myrtille, ou peut être de menthe, et attirer à lui les oiseaux. Il y avait soudain tellement de possibilités, de poésie dans le monde. Voila ce à quoi il devait se raccrocher. Son pouvoir pouvait amener de la poésie dans le monde. Et pas le pervertir.

Il est des façons plus paisibles de se découvrir le don de l'enchantement. Ce coup d'éclat te destine-t-il à de grandes choses ? Je l'ignore. Peut-être n'es-tu qu'un médiocre qui aura raté sa vocation. Le temps rendra son verdict. Es-tu bien conscient que tu ne rêves pas, Aidan ?


Il regarda le magicien du feu avec une certaine gravité. Car ses paroles étaient importantes.
« oui, je sais que je ne rêve pas. Dans mes rêves, les mots n’ont pas de saveur. Depuis tout petit je sens le gout et l’odeur de certains mots. Mais ça n’arrive que dans la réalité. Votre voix, sur certains mots, leur donne un gout d’épice et de pomme caramélisée, mais aussi des choses moins agréables dont je ne connais pas la référence. Je sais que ce don ne sert à rien, mais ma mère n’est pas d’accord. Elle dit que ça amène de la poésie dans le monde, et que plus tard je pourrais m’en servir.. Comme des ingrédients… je crois que je n’avais jamais compris ce qu’elle voulait dire jusqu’à aujourd’hui »…

Une révélation. Une épiphanie. Soudain il fut comme transporté de joie, ivre de pouvoir, conscient qu’il avait ses limites, mais qu’il passerait sa vie à les repousser. Il ne voulait pas de la noirceur du monde, et il ne voulait pas connaître un monde désenchanté. Il ne le permettrait plus.
« je crois que je ne vais pas pratiquer l’enchantement comme maitr… comme Cyllian ». Il ne voulait plus le considérer comme son maître.

« Je crois que je commence à comprendre ce que voulait dire ma mère. Se doutait-elle de mon don ? J’ai… j’ai comme l’impression que certains sons, certains mots ont un pouvoir si on leur donne un peu de magie. Et les gouts et les saveurs que je perçois parfois dans les paroles peuvent me permettre d’assaisonner les enchantements, comme un cuisinier assaisonne les plats. Un peu de ci, un peu de ça. Pour que la magie opère. »

Il y avait une grande joie dans les yeux, la voix et les propos du jeune homme. Il n’était pas naïf, bien que jeune, au point de croire qu’il lui suffirait dorénavant de prononcer certains mots ou faire certains gestes pour que tout ce qu’il souhaite arrive. Mais il se savait à présent capable de certaines choses. Donner vie aux objets pour quelques instants... Et. Oh oui… Enchanter les choses…

Il y avait une coupe devant lui. Dans un métal qu’il ne connaissait pas. Il avait toujours trouvé à l’eau une saveur particulière. A l’eau et au mot « eau » « source » « soif ». Il avait l’impression, à présent, de pouvoir parler d’une certaine façon, entre deux mondes. De tordre sa langue comme ceci, de mimer certains bruits, et d’y ajouter une certaine saveur. Il lui faudrait apprendre pour faire autre chose que des petits tours, mais dans ce cadre, ici, et en compagnie d’un magicien du feu, qui semblait en vérité être bien plus, il avait envie de réaliser son premier enchantement. Quelque chose qui éloignerait définitivement sa colère nourrit de révélations.

Alors il regarda au fond de la coupe. Son regard vert constellé de poussière d’or s’illumina un bref instant, et il prononça un mot étrange, qui avait plusieurs racines, et aucune, mais qui faisait penser à de l’eau, à la fraicheur, à la pureté… Il y ajouta le gout de la rivière de son enfance, et la coupe sembla se rafraîchir. Apeuré par sa propre témérité, il la laissa retomber sur la table, et elle se renversa, pleine d’eau…

Aidan ne savait plus s’il devait pleurer ou rire, mais il opta néanmoins pour la deuxième solution, conscient que ce n’était rien, mais que ça représentait tout pour lui.
« il va me falloir apprendre d’autres mots, d’autres gestes… Et tout ne sera pas si simple, n’est-ce pas ? Mais je ne tisserai pas de tapisserie. » L’air effronté d’Aidan était comique, et sa bonne humeur aussi soudaine que le fut sa colère sembla gagner le dragon.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 15 Mar 2018 - 10:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8025
ϟ Nombre de Messages RP : 843
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Dans la singulière lumière de ce jardin, Aidan et Dante échangeaient des mots d'une rare douceur ; la gravité n'était jamais loin, le dragon couvait l'homme d'un regard éperdu de ce sérieux qui ne convient qu'aux heures de l'imminent destin.

Ceux qui ne savent plus rêver ne sont-ils pas des égarés ?  « Ta mère a eu des paroles sages. »

Un sourire vint tordre les lèvres charnues du magicien, qui s'amusait des volontés d'Aidan ; celui-ci colorait ses mots et cherchait à découvrir, à travers eux, un peu plus de cet interlocuteur inattendu et mystérieux. Dante se savait spécial à l’œil d'autrui ; il en éprouvait du plaisir.

Il observa près d'eux l'arbre qui les couvrait de son ombre ; le beau pêcher s'élançait vers le ciel et, ce faisant, surgissait plus haut que les autres arbres qu'il surplombait, lançant un regard sur le reste du verger qu'il embellissait par sa seule présence, tout en glorifiant sa propre beauté. Aidan déclara un souhait intéressant : il ne souhaitait pas « pratiquer » l'enchantement à la façon du maître-artisan.

Dante l'écouta sans dire un mot et ce n'est qu'après un silence qu'il reprit la parole. Sa voix emplissait l'espace comme le vin dans le verre, rouge et luisante comme la promesse du baiser de Dionysos.

 « Les mots n'ont guère besoin d'aide pour porter en eux ce qu'il faut de magie. Leur coloration, leur sens, la voix même qui les porte... ce sont là les éléments d'un charme ineffable, les ingrédients d'un rituel qui peut lier les cœurs ou, au contraire, les diviser sans retour. Crois bien que je connais des hommes qui, sans avoir besoin de tutoyer les dieux ou te marcher parmi les étoiles, ont fait un usage beau et terrible de leur parole. »

Le dragon voyageait à travers les mondes depuis l'éternité, il avait connu des époques où l'homme, en tant qu'espèce, en tant que primate supérieur, n'existait pas même dans l'imagination des plus fertiles esprits.

Il se souvenait pourtant avoir rencontré, dès l'aube de l'âge des hommes, ces figures éminentes qui, par le Verbe, s'imposèrent aux autres et fondèrent ce qui plus tard ferait le lit des plus belles civilisations.

 « Cette magie-là nous est commune à tous. Dès lors qu'une bouche s'anime pour émettre des sons articulés, dès lors que ces sont deviennent langage, dès lors que ce langage revêt le champ des symboles et donne aux songes la trace et la couleur... eh bien, la magie opère. Vois ce jardin. Je pourrais d'un geste embraser chaque fleurs, réduire au néant de la cendre la beauté suprême de ces arbres... et ce serait toujours dérisoire, à côté de ce qu'une phrase trop adroite peut produire dans le cœur d'un homme sensible. »

Aidan l'ignorait, mais ils n'étaient pas dans n'importe quel jardin. Ce verger était la projection dimensionnelle d'une idée forte, la sérénité. C'était le lieu que Dante choisissait quand il désirait entraîner quelque esprit furieux où la colère, sans prise et sans objet, serait toujours contrainte à la dispersion.

Cet endroit n'existait nulle part ailleurs, puisqu'il était assujetti à la volonté du dragon, à son esprit et bientôt à l'architecture structurelle du Cérébropyre.

Sans le savoir, Aidan avait reçu un privilège secret. Quand il renversa l'eau de la coupe, Dante sourit.  « Sois patient. La peur n'est qu'une étape avant l'élévation. » L'eau renversée parut se rassembler pour former devant le jeune homme trois volutes torsadés, trois colonnes aqueuses et dansantes. Elles sautillèrent pour emplir à nouveau la coupe argentée.

 « L'enchantement est le domaine de la complexité. Tu devras te montrer prudent et méticuleux, sinon tu ne feras jamais rien qu'éclabousser. Apprendre sans réfléchir est un gâchis, n'est-ce pas ? Réfléchir sans apprendre est dangereux. Les mots, les gestes, les postures. Rien ne sera simple, en effet, mais la difficulté n'est jamais un obstacle à l'esprit désireux de se nourrir. N'as-tu pas faim de savoir au-delà du voile ce que te réserve l'avenir ? »

Ces mots virent apparaître au-dessus de la coupe où l'eau sommeillait une flamme soudaine ; vestale improbable, elle s'agitait sous le nez d'Aidan, comme pour le provoquer, comme pour l'inviter à un échange de regards. Le jeune homme ne verrait rien de plus qu'une chevelure d'incendie, mais le dragon, de son côté...
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 20 Mar 2018 - 19:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


Nous sommes responsables de notre humeur, de nos visions et de notre joie. Voila ce que se disait le jeune Aidan, porté par une naïveté qui ne le quitterai à présent jamais totalement, même si la vie allait lui apprendre à réserver sa confiance pour se protéger.

Mais ici, au milieu du jardin d’Aidan, ou plutôt de Dante, il avait envie de croquer la pomme de la connaissance. Non pas pour avoir du pouvoir, même si c’était corrélatif, mais pour pouvoir FAIRE des choses. Pour la première fois de sa vie, il n’était pas balloté de ci de la et il avait l’impression qu’il pouvait agir sur le monde, même si c’était temporairement. Les conséquences, bonnes ou mauvaises, elles, seraient véritables.

Il y avait de la magie partout autour de lui, il lui suffisait de savoir la discerner.

Mais les paroles du dragon le firent réfléchir. Il serait en effet présomptueux de sa part, et sans doute d’une malice peu flatteuse, de se croire supérieur à d’autres, juste parce qu’il portait l’étincelle du pouvoir en lui. Elle risquait de mettre le feu à un ego qui s’alimenterait de cette chaleur fictive, dont les bienfaits ne seraient jamais partagés, et dont l’Energie serait perdue, inutile comburant à des valeurs éphémères.

L’homme qui était devant lui semblait avoir vu et vécu bien des choses, et le plus sage, selon Aidan, était encore de l’écouter, car il savait reconnaitre un professeur. Même si maître Cyllian l’avait déçu, il avait néanmoins appris auprès de lui.

Il observa le jardin comme le lui demandai le magicien du feu. Ses paroles étaient terribles, mais il n’y avait aucune crainte dans l’esprit du jeune enchanteur. Il s’imagina néanmoins le verger en feu, et ne put y trouver une sagesse, ni de la peur. Simplement le sentiment d’un grand gâchis si cela arrivait. D’une certaine façon, le lieu même semblait une allégorie du calme et de la réflexion.

Il eut l’idée saugrenue que le magicien du feu ne l’avait pas amené dans un autre endroit, plus loin, sur son monde, peut être hors de la ville, mais dans un autre monde. Le concept même lui donna bien trop mal à la tête pour qu’il le retienne à l’époque, mais il lui arrive encore, aujourd’hui, de penser que c’est peut-être cette visite entre toutes qui lui permit de vaincre ses peurs afin de tester un voyage entre les réalité. Après tout, si un tel lieu existait, il devenait intéressant d’en trouver des semblables.

Mais pour l’heure, aucune pensée ainsi orientée ne vint titiller l’esprit déjà bien occupé du jeune enchanteur.

Puis, sous les yeux émerveillés d’Aidan, l’eau renversée sembla se rassembler, entamer une chorégraphie, puis rejoindre de nouveau la coupe. Alors le magicien du feu était aussi un magicien de l’eau. La question qui lui brûlait les lèvres était bien sur « comment faites vous ? », mais il n’avait pas l’aplomb, à l’époque, de poser de telles questions… Il était trop innocent et inconscient de ses propres capacités pour tenter de les développer dès qu’il en avait une occasion. Il fit des progrès sur ce point, depuis, ce qui lui sauva probablement la vie.
Puis Dante lui posa la question la plus importante. Avait-il faim de pouvoir, soif de connaissance ?
La flamme qui apparu devant lui semblait l’inviter à se confier, tout en l’hypnotisant. Il ne put que la contempler, fasciné par ses mouvements.

Ses mots furent plus lents, comme si ils venaient d’un endroit lointain. Mais, pour les mêmes raisons, ils sentaient le sable d’un pays inconnu, les épices d’exquises gourmandises, et les saveurs de plats nouveaux et succulents.

Du moins apparaissaient ils à Aidan de cette façon.
« Pourquoi dit-on toujours affamé de pouvoir ou assoiffé de connaissance ? C’est comme si c’était un besoin vital, on doit boire et manger pour vivre, alors un magicien ou un enchanteur doit boire et manger pour vivre son art, même si se sont des vérités ou des mots qui lui servent de nourriture et de boisson ? Peut-on dormir de savoir ? Puisque c’est un autre besoin ? Ou aimer d’apprendre ? Tout ce qui fait ce que nous sommes ? Je crois que Cyllian va beaucoup dormir, il me semble. Il a voulu apprendre trop de chose, sans les digérer… »

Aidan n’était pas particulièrement sage. Mais en lui coulait un sang ancien et si empreint de magie qu’il lui soufflait à ses oreilles juvéniles des paroles d’un autre temps, et la gravité pour les dire. Puis son regard se figea, entièrement absorbé par la flamme dansante.


Revenir en haut Aller en bas



J'embrassai d'un regard la destinée d'un homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» J'embrassai d'un regard la destinée d'un homme.
» " L'INTENSITE D'UN REGARD "
» Prise en main de sa destinée!
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????
» Elkäèl, l'histoire d'une destinée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-