AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

J'embrassai d'un regard la destinée d'un homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 5 Fév 2018 - 22:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8242
ϟ Nombre de Messages RP : 882
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits




J'embrassai d'un regard...

...la destinée d'un homme.




Dante visitait la dimension depuis longtemps. Il ne comptait pas s'y éterniser mais quelque chose l'y retenait. Non loin d'un bourg où il s'était installé, où il avait ses habitudes, où il passait pour un natif, où il connaissait une tranquillité relative, Dante connaissait une forêt. Cet amas séculaire d'arbres sans âge abritait, disait-on, la ramure du grand cerf, « l'arbre de vie », ce grand héraut de la fécondité, ordonnateur des rythmes de la croissance et grand maître de toutes les renaissances. Cette croyance était si présente à l'esprit des habitants des bourgs des environs qu'il n'existait pas une maison, pas un hôtel, pas un lieu sacré qui n'eût parmi ses ornements les deux branches caractéristiques du cervidé. Au coin du feu, quand tout le clan se réunit pour évoquer les vieilles histoires, le grand-père appelle tous les enfants et leur dit de s'éveiller, car tous les animaux sont éveillés, car ils quittent les gîtes où ils ont dormi et, conduits par le Cerf, ils vont vers la lumière du jour ; alors les cœurs en joie s'apaisent et la nuit commence en musique, en chanson, en danse.

Dante retrouvait là toute l'imprégnation de la culture celtique qu'il connaissait sur la Terre Prime ; le cerf y apparaît comme un animal hautement symbolique. Cernunnos, divinité gauloise, n'était-il pas celui qui a le sommet du crâne comme un cerf ?

Le dragon était loin de la Gaule et loin de la Terre Prime, mais il notait avec intérêt ce que cette dimension revêtait de commun avec la sienne. S'il se trouvait en ces lieux, c'était pour recouvrer une essence, celle d'Oisin, fils de Find, le grand héros, qu'il suspectait d'avoir trouvé ici un refuge et un abri pour échapper aux embûches du roi Loegaire. Toutes ces allégations, vraies ou fausses, n'intéressaient qu'assez peu le dragon qui trouvait ailleurs son intérêt et de quoi alimenter sa curiosité. Par exemple, la ramure du grand cerf des bois !

Il aurait aimé mettre la main dessus et mener quelques expériences... mais il n'en avait pour le moment rien fait, conscience de la sensibilité des natifs qu'il ne voulait en rien exciter contre lui.

Il connaissait l'inflexibilité des druides, dépositaires de la force et de la sagesse, et suspectait les habitants de cette dimension d'être taillé du même bois, dès lors qu'on touchait à leurs idoles et à leurs traditions.

Pour toutes ces raisons, Dante mûrissait son projet et attendait son heure. Il patientait, entre autres, en la demeure d'un artisan local parmi les plus réputés dans ses œuvres, un maître-tapissier et tisserand dont la renommée dépassait largement les limites de la contrée. Le dragon était devenu un de ses amis ; les deux s'entendaient à merveille, puisqu'ils étaient tous deux des initiés rompus aux arts mystiques.

Dante avait dissimulé sa nature profonde et l'ensemble de ses pouvoirs, mais il n'avait pas fait mystère de sa curiosité. À quoi bon dévoiler son vrai visage ? Il ne serait dans cette dimension qu'à peine un instant et ces braves gens vivraient mieux en ignorant tout de ses secrets.

Maître Cyllian, le tisserand, avait proposé à son ami d'assister à la confection de ce qu'il annonçait comme un « chef-d’œuvre » et le dragon, qui connaissait les talents d'enchanteur de l'artisan, n'avait pas refusé l'invitation.

Il se trouvait donc dans l'atelier en compagnie de Cyllian quand vint alors un visiteur. Le gamin de quinze ans, d'une physionomie agréable, était quelque peu effacé mais peut-être Dante avait-il cette impression justement parce qu'il ne le regardait que d'un œil fort distrait, bien plus intéressé qu'il était par les outils, les instruments et les matières que le maître se proposait de travailler. « Veux-tu bien me décrire chacun de ces éléments et m'expliquer leur emploi et leur fonction ? J'imagine que la longévité de l'enchantement  »

Le tisserand expliqua qu'il ne s'occuperait pas encore de l'enchantement, qu'il devait d'abord procéder à la fabrication d'une autre tapisserie dont le visiteur serait le modèle – un travail qu'il ne pouvait remettre à plus tard.

Dante accepta sans effort de rester pour observer le procédé de fabrication, même si cette première tapisserie revêtait moins d'intérêt pour lui que la suivante. Il alla s'asseoir sur un siège, épousseta les longues manches de son pourpoint d'émeraude et scruta d'un œil dubitatif le jeune homme. C'était à peine un enfant, quoiqu'il eût déjà les traits d'un futur bel homme.

 « Comment t'appelles-tu ? » questionna-t-il avec douceur et un brin d'indifférence, tempéré par l'odeur étonnante qu'il percevait quand il passait son regard sur les yeux de lin du gamin.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 5 Fév 2018 - 23:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 245
ϟ Nombre de Messages RP : 68
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)


Ma vie était bien différente de la précédente. L’ironie me frappe, aujourd’hui, lorsque je me remémore enfin ces bribes de souvenirs, et que, alors que je les convoite, que je les séduis, ils révèlent enfin de quoi ils sont faits, chair, passion, odeurs et ressentiments…

Mon défunt père était un brave homme, et ma mère le pleura le temps qu’il fallut. Son nouvel époux, le Seigneur Mael Fanhailam, m’était à bien des égards bien plus familier depuis quelques temps. Je voyais peu ma mère, elle était si secrète. Elle passait des heures enfermées dans la haute tour, brodant sans relâche. Pourtant, parfois, lorsque son humeur était tel le soleil écartant les brumes d’un rêve malin, son rire revenait, aussi joyeux et puissant que l’oiseau qui vient défier la mer.

Notre demeure était jouxtée, d’un côté, par une mer que je voyais depuis l’aplomb, situé bien en hauteur. Mon éducation se passait sans encombre, même si je n’y prenais pas vraiment de plaisir. En revanche, j’étais enfin accepté comme modèle, et comme apprentis, en sculpture, et en peinture. Rien ne me faisait plus plaisir que cet apprentissage-là. Je ne négligeais pas mon corps, et m’entrainais aussi régulièrement, car j’officiais en tant que modèle, et cela me permettait d’approcher les maîtres. Mais il est un art qui me fascinait, celui de la tapisserie. Je le snobais, dans un premier temps, jugeant tout ça bien démodé, déjà à l’époque. Mais lorsque j’avais commencé à observer tous les détails, toutes les subtilités et à quel point la lumière du jour ou des candélabres pouvait donner vie à ces œuvres, je m’étais naturellement intéressé à cet art aussi.

Quand mon nouveau père avait ordonné la réfection d’une tapisserie des murs du premier escalier, l’artisan était tombé sous mon charme et avait proposé de m’immortaliser dans un entrelacs d’or, de vert, de fils et de tissus… Je devais, bien sûr, venir souvent le voir afin qu’il s’imprègne de mon être, selon ses propres termes.

L’homme me paraissait bien étrange, en vérité. Mais il insistait pour ne pas travailler que d’après des croquis de ma personne. Il voulait me voir, que je bouge, que la lumière me convoite, et il voulait m’imaginer celui que j’allais devenir. Je comprends aujourd’hui ce qu’il voulait dire à l’époque, mais j’avoue que du haut de mes quinze ans, cela me paraissait bien obscur et peut être un peu malsain.

Mael n’avait pas opposé son veto, mais était assez curieux de cette lubie particulière. Après tout, cela ne lui couterait rien, si ce n’est quelques remerciements et des éloges sans doute méritées, mais tout de même c’était bien la première fois qu’on lui proposait d’officier gracieusement. Ma mère se contenta de sourire de façon énigmatique, et, sachant aujourd’hui qu’elle était une sorcière, je ne peux que m’imaginer qu’elle avait d’une façon ou d’une autre influencer cet homme. J’étais bien loin de la vérité, ayant pris, à tort, cet homme pour un simple artisan alors qu’il était, tout comme j’allais le devenir, enchanteur, lui aussi, bien que d’un style très différent.

Il est dit que ceux qui empruntent la voie grise, ou la voie rouge, ou les routes noirs, ou les pavés de lumières, et d’innombrables autres routes qui mènent à la magie, sont appelés à se rencontrer. Le destin veut bien être malmené par les hommes du grand Art, mais il leur réserve quelques surprises à son tour.
Lorsque j’arrivais, ce jour la en particulier, dans l’atelier de Maitre Cyllian, il n’était pas seul. Je fus immédiatement intimidé, ce qui n’était pas mon habitude, et encore moins aujourd’hui. J’aimais cet endroit, mais je fus pris d’une étrange jalousie, comme si on me volait un moment. Je ne dis rien cependant. Parmi les préceptes qu’on m’enseignait, il y avait la politesse et le respect des rangs. Je n’étais qu’un fils adoptif, et simple modèle.

Cependant je dressai l’oreille lorsque l’inconnu prononça le mot d’enchantement. Ce mot, bien sûr, faisait partie du langage courant, mais il l’avait prononcé d’une certaine façon. Une façon qui me faisait voir de nouvelles couleurs, qui m’indiquait que ma place était bel et bien maintenant et ici. Maitre Cyllian releva vivement la tête et me regarda inquiet, mais repris tout de même bel et bien le terme. Je fus intrigué au plus haut point.
Alors que je posais, j’observai l’inconnu. Il était fascinant. Pourtant, il aurait pu passer pour un autre seigneur, après tout il en avait vu défiler, mais il y avait comme une prestance, une assurance et une force que mon tout jeune moi d’alors ne pouvait comprendre. Émeraude le pourpoint, rouge mes joues.
Lorsqu’il me demanda mon nom, je répondis, avec une voix étonnamment assurée.

« AIdan, monseigneur ». Mes yeux verts mouchetés d’or se posèrent dans les siens. Il y eut un changement subtil d’attitude de sa part. J’avais l’impression d’être cet oiseau perdu dans l’immensité d’une mer agitée, mais qui poussait son cri de joie et de défi. Je cru même percevoir un rire intérieur, puissant, grondant, dont le son me fit penser à du feu, et la couleur à de l’émeraude… Il m’était arrivé, dans des états fiévreux, de dire à ma mère que je voyais les couleurs, et sentait les mots… Elle s’était contentée de tapoter ma tête et envoyer balader le médecin du seigneur avec ses folles idées de saignée…

Prenant la pose comme me l’indiquait Maitre Cyllian, je fus suffisamment courageux pour demander.
« Et vous ? ».. Mais je ne pus attendre la réponse avant de poser ma vraie question, qui battait des ailes, affolée, dans la cage de ma témérité. Avant qu’elle ne s’enfuie à tire d’aile, je la présentait, blanche comme une colombe, terrible comme un éclair :
« C’est quoi un enchantement ? »



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 7 Fév 2018 - 13:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8242
ϟ Nombre de Messages RP : 882
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
 « Je m'appelle Dante. Je viens de loin, au sud. » L'adolescent l'aurait sûrement deviné, sa voix conservait la parure d'un accent propre aux terres méridionales qu'il ne connaissait encore et qui, dans cette dimension, s'apparentait à l'Italie.

La voix du dragon, comme le songe ultramontain d'un roi de France, comme le tango brésilien de l'Odéon d'un Nazareth, résonnait de cent mélodies gorgées de soleil, comme ces fruits qui poussent aux branches des arbres penchées sur la mer. « Ravi de te connaître, Aidan, » ajouta-t-il avec indifférence, car Dante à nouveau se concentrait sur l'étude du matériel du tisserand.

Il admirait le métier à haute-lice, vertical et majestueux, bien plus sans doute que les autres machines de l'atelier de Cyllian. Combien de petites mains pour assister le maître ? Sous son autorité, combien de cartonniers spécialisés dans les patrons à grandeur, combien de lissiers chargés de la fabrication ?

Pas une maison du village n'avait sa tapisserie propre, et lors des fêtes, elles sont déplacées et transportées, exposées et montrées, car elles sont des moyens d'éblouir, d'affirmer la richesse et d'exposer la réussite d'une maisonnée. Dante les avait vues tendues dans les rues lors des sacres, lors des cérémonies, lors des mariages et des fêtes.

Les plus riches étaient d'or et de soie. Assister au travail de l'artisan serait un privilège immense. Il demeurait silencieux, comme s'il ignorait la question d'Aidan, comme s'il se préoccupait davantage de se préparer à l'exercice de son art. Dante consentit d'éclairer la lanterne du garçon.

 « Un enchantement, c'est un ensemble d'opérations magiques qui concourent à enchanter un objet, un être, un lieu, pour opérer un prodige, Aidan. En somme, douer cet objet, cet être, ce lieu d'un pouvoir surnaturel. » Dante ne réagit pas en voyant le maître tapissier qui tiquait dans son coin. Le dragon n'avait aucun mal à évoquer ces choses publiquement, au contraire peut-être de leur hôte qui tenait à sa réputation. L'inconfort de la discussion coulait sur les épaules d'émeraude, car jamais Dante ne s'était vraiment soucié de l'opinion d'autrui, mais il comprenait que Cyllian, coincé dans ce monde, préférât ne pas s'impliquer dans la conversation pour le moment.

 « Il s'agit par exemple d'enchanter un anneau pour lui conférer des pouvoirs magiques. Tu as certainement entendu parler de l'anneau de Nicanor, n'est-ce pas ? » L'adolescent n'avait pas l'air bien vieux, mais il était en âge d'avoir déjà assisté aux veillées du soir, quand les familles se réunissent pour partager les récits, les histoires, les ragots du moment.

Aidan aurait sûrement entendu parler de ce jeune homme qui, pour les beaux yeux de Gwenäl, dut la sauver des griffes d'une sorcière réputée si laide que sa seule apparence faisait fuir le soleil ; pour y parvenir, il usa d'une ruse au moyen d'un anneau enchanté, qu'il offrit à la sorcière...

Celle-ci s'en para et laissa le jeune homme lui conter une histoire, qui était en fait une berceuse, qui endormit la sorcière et la plongea dans un sommeil de sept jours et sept nuits ; ce temps fut nécessaire au héros pour libérer sa belle et tendre de la prison où la sorcière la retenait.

Nicanor y parvint et s'enfuit avec Gwenäl, tandis qu'à son réveil la sorcière ne put que constater la disparition de sa victime, et pleurer.  « L'anneau était donc enchanté pour répondre à la berceuse fredonné par Nicanor, qui endormit ainsi son ennemie pour en triompher... belle histoire, n'est-ce pas ? J'ai peur de la raconter sans lui donner la couleur dont les aèdes peignent leurs récits. Comment ? Ah, pardon. »

Tout à son histoire, Dante n'avait pas remarqué le tisserand ; celui-ci réclamait qu'il allât s'asseoir ailleurs, puisque l'emplacement jusque-là choisi par Dante était celui où la lumière naturelle produisait les meilleurs effets. De bon cœur le dragon obéit au maître de l'atelier.  « C'est à toi d'entrer dans la lumière, Aidan. C'est ton père qui a commandé cette tapisserie, n'est-ce pas ? J'ai cru le comprendre ainsi... »

Il ajouta à l'attention de Cyllian, car sa curiosité était piquée au vif, comme si quelque étoile filante avait passé sous ses yeux.  « Est-ce une pratique répandue dans les environs ou s'agit-il des fantaisies d'un seul homme ? »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 7 Fév 2018 - 16:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 245
ϟ Nombre de Messages RP : 68
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme



Dante. Le nom sonnait comme un vestige, ou plutôt comme quelque chose d’épique et d’ancestral. Je n’avais à l’époque aucune idée de mes pouvoirs, mais l’on m’avait souvent fait remarquer que j’appréciais les mots comme du vin, les laissant se décanter, humant leur saveur, avant de les gouter pleinement. Si les mots étaient du vin, j’avais parfois l’envie de m’enivrer.

Si les mots étaient du vin, les noms et les prénoms, eux, formaient de délicieux élixirs, de grands crus qu’il me fallait graver dans ma mémoire, si, un jour, je cherchais à les retrouver. Celui de Dante me paraissait fort, ambré, sucré et charriant du feu dans les veines si on le prononçait trop souvent. Alors je pris bien garde de ne pas le répéter immédiatement, mais de le garder dans le cellier de ma mémoire, en bonne place, pour qu’il libère sa saveur que je le gouterai, un jour, quand j’aurai mis suffisamment de sens dans ce prénom pour avoir le droit de le savourer.

La voix de l’étranger chantait, semblait venir de plus loin, la ou le soleil est plus généreux, et la mer moins outrancière. J’avais l’habitude de ne pas être l’intérêt des grandes personnes, même si mon âge faisait de moi un adulte à l’époque, et que j’aurai eut le droit d’avoir mes propres terres. Mon apparence avait toujours été plus jeune, ou plus innocente que mon âge véritable.
Peu importe, Dante finit par parler de ce qui m’intéressait vraiment, et dont je ressentais les vibrations comme à un concert de musique électro, quand les basses deviennent uniquement des sensations vibratoires. Ce n’est qu’a l’aulne de mes connaissances modernes que je puis faire ce genre de comparaison. Je pense avoir des goûts éclectiques, et aimer autant la musique baroque que la musique électro. Mais la question ne se posait bien sur même pas à l’époque et dans cette réalité.

Alors je l’entendis énoncer les principes magiques qui me paraissent si évident aujourd’hui. Ma mère n’évoquait jamais ce genre de choses. J’avais failli finir au bucher pour mon regard si particulier, et elle avait convaincu la foule que j’étais innocent, mais, selon ses termes, touché par la grâce de dieu… M’est avis que dieu, s’il existe, s’intéresse fort peu à moi…
Maître Cyllian tiqua. Mon cœur bondit. Je me sentais à ma place. Mais lorsque Dante me parla de l’anneau de Nicanor, je fus déçu.

« non messire. Je ne suis qu’un paysan qui accède enfin à l’éducation et à l’art. Je suis passionné et désireux d’apprendre mais les années perdues sont rarement retrouvées, du moins à mon jeune âge.. Mais j’ai appris près des voyageurs des mers sauvages, qui viennent du nord. Les vikings m’ont raconté l’anneau des Nibelungen. C’est un enchantement aussi pas vrai ? Bien que .. hmm.. divin ? » Pente glissante dans un monde majoritairement chrétien. Erreur de jeunesse, dira-t-on.

Mais Dante combla bien vite mes lacunes en ce domaine, et c’est avec un sourire ravi et des yeux émerveillés que j’écoutais l’histoire et ses conséquences.

Puis Maître Cyllian me demanda de me placer la ou se trouvait précédemment Dante. Tout en réfléchissant aux implications des révélations, je me mis à penser à ce que serait ma vie si la magie existait vraiment. Or, tout dans l’attitude de Dante et du tisseur semblait l’indiquer. Je soupçonnais depuis longtemps ma mère d’être bien autre chose qu’une femme de paysan devenue femme de seigneur. Bien plus qu’une brodeuse hors pair et une femme aimante et douce. Elle n’élevait jamais la voix, mais ne faisait ses demandes qu’une fois. Personne n’avait osé dire non à une telle femme.

Aussi, quand Dante me posa une question somme toute anodine, je me mis à réfléchir, un peu trop pour mon bien. Heureusement, Cyllian répondit à sa propre question, ce qui me permit de ne pas répondre à la mienne.
« Hmmm » fit il en se raclant la gorge. « Et bien, la grande tapisserie est une commande du seigneur Fanhailam, bien sûr. Mais… Pour le jeune homme, cette fantaisie particulière vient de moi… J’ai eut comme une révélation en le voyant, il me fallait l’immortaliser. ». Ce terme sonna comme un avertissement, une promesse, un danger et une catastrophe. Il avait l’odeur du miel, l’amertume du café et l’accoutumance de ce dernier.

Alors que j’étais dans cet étrange lumière, provenant d’un puit venant du toit de l’atelier, se reflétant sur des gemmes et des cristaux, j’eus comme l’impression qu’un regard pénétrait au tréfonds de mon être, passé, présent, futur. Loin d’être angoissante, cette impression me permit au contraire d’imaginer ma vie avec un intérêt soudain bien plus exaltant.
Je ne sais pas pourquoi j’ajoutais :

"Ma mère sait être persuasive »car je me rappelai avec acuité que l’idée venait, en fait, d’elle.

Par gêne, ou par nécessité, Maître Cyllian se remit à l’ouvrage. Je fus pris d’un étrange malaise alors que je l’entendis susurrer certains mots, que je n’étais pas censé entendre. Et, lorsque son regard se posa sur moi, il fut à la fois effrayé et émerveillé. Je me vis alors par un truchement de miroir, et j’en restai aussi interdit. Dans le miroir, et dans cette lumière, je n’avais pas quinze ans, mais bien dix de plus. Par vanité, et il était amusant de pensé que ce mot précis était associé aux miroirs, parfois, je m’observais, et j’y vis une image qui me plaisait. Non pas sur le physique, car j’étais alors bien peu doué pour jauger ces choses, mais sur l’aura qui se dégageait, ce pouvoir que je sentais et que je n’osais imaginer comme étant vrai.

Ça ne dura pas, bien sûr, nous ne pouvons être émerveillé que par un fragment d’éternité, un passage éphémère, qu’on cherche à retrouver.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 7 Fév 2018 - 21:58 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8242
ϟ Nombre de Messages RP : 882
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
 « L'anneau des Nibelungen... oui, c'est un objet enchanté. » Dante se montra circonspect. Cette dimension revêtait encore des mystères pour lui, ses yeux n'en avaient pas sondé toutes les profondeurs. Les Nibelungen, ces héros des mythologies scandinaves et germaniques, ces nains maîtres des richesses subaquatiques et souterraines, assoiffés d'or et de pouvoir, qui veulent dominer les hommes et les éléments... avaient-ils ici aussi leurs représentations ?

Dante les connaissait fort bien. Il les avait fréquentés. Il savait leur bonheur précaire et dérisoire, leurs rêves de bâtir par la force et la ruse un empire de cauchemar, dont les constructions sont toujours voués à l'écroulement. Obsédés par le vice, ils ne vivent que d'humilier, de brimer, d'offenser, de dominer tout ce qui est plus grand, plus fort et plus riche qu'eux, ce qui dressait là un portrait des plus détestables des Nibelungen.

Leurs ambitions démesurées, leur mégalomanie ridicule et leur insatiable convoitise devaient les conduire à la mort... la victoire de Siegfried était assurée. Dante s'en souvenait encore, mais il ferait le récit de cette histoire un autre jour.  « L'anneau était le gage de leur puissance. Ils en ont été désaissis par Wotan d'un coup de lance. Habile !

Mais l'homme n'était pas fait pour tenir en ses mains un tel pouvoir, Wotan le comprit, lui qui savait que la domination de l'homme sur la nature, pouvoir offert par l'anneau, asservirait ce même homme aux tourbillons du désir et aux douloureuses conséquences d'un pouvoir sans borne et sans discipline... ainsi les héros Siegfried et Brunhild ont-ils rejeté l'anneau dans le fleuve, en signe de renoncement à la puissance, pour supprimer le malheur du monde et le remplacer par la conscience des pouvoirs de l'amour... du moins, c'est la version de l'histoire que je connais. »
Il fit un clin d’œil au jeune homme.

Peu après, Dante s'était trouvé une autre place pour s'asseoir et observer le maître attardé sur son œuvre. Il l'écouta d'ailleurs qui expliquait les raisons à la présence d'Aidan et s'étonna en silence. Sans un mot, il laissa son regard glisser de l'un à l'autre, de l'artisan au modèle et du jeune homme au plus vieux qui les accueillait dans son atelier. Une fantaisie particulière ? Cyllian ne lui avait donc pas tout dit. Avait-il perçu comme lui cette étincelle qui pépiait sous le regard d'ambre du garçon ? Ils en reparleraient tous deux quand le gamin serait rentré chez lui.

 « Il n'est pas très gentil à toi de jouer avec les nerfs de cet enfant, Cyllian... » Dante, qui conservait au creux de sa gorge les premiers émois d'un éclat de rire, avait compris la manœuvre du maître-tisserand et vu comme les deux autres la silhouette adulte qui s'était formée sur le miroir enchanté. Un beau jeune homme s'y dépeignait, version vieillie de l'adolescent que sa mère avait ici envoyé.  « Dans quel but, mon ami, as-tu révélé cette image de lui-même à ce garçon qui ne sait pas ce qu'il voit ? »

C'était comme si Dante avait oublié la présence d'Aidan, comme s'il refusait de le voir, mais en vérité s'il parlait ainsi, c'était pour mieux l'aider à comprendre les réponses que formuleraient l'entêté artisan.  « Au reste, Aidan, tu devrais savoir que cet homme que tu deviendras gagnerais à ne pas considérer ses racines avec mépris. Le paysan n'a peut-être pas le lustre de l'artiste, mais il se donne chaque jour bien de la peine pour une œuvre qui n'est pas moins nécessaire que le chant des aèdes ou la toile des peintres. »

Sans les nourriciers, qu'advient-il des peuples ? Ils retournent au néant. Dante, qui avait connu l'extinction de son espèce dans les circonstances que l'histoire désignerait comme l'extinction du Crétacé-Tertiaire, s'était rapproché des humains par le biais d'une sociologie comparative, et toujours son admiration s'était d'abord tournée vers ceux qui, de leur main, font vivre tous les autres, comme si la vieille angoisse de la survie s'était en lui cristallisée...

Le dragon se tut pour laisser le maître travailler. D'une main lasse il tira d'un plateau près de lui un fruit rouge et gourmand, dont la cosse luisait avec délice. Entre ses doigts le fruit prit feu mais la flamme aussitôt élevée s'éteignit ; dans l'air se répandit l'odeur mielleuse d'une confiture, on vit Dante croquer à plein dans la pomme. Cet écart suscita peut-être l'exaspération de Cyllian mais l'artisan, très concentré, n'en dit rien et se contenta de hausser un sourcil dubitatif. Dante répondit d'un sourire amusé. C'est qu'il était taquin, le dragon, quand il se sentait à l'aise – et ne l'était-il pas constamment ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 7 Fév 2018 - 23:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 245
ϟ Nombre de Messages RP : 68
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


Un puit de science aurait dit ma mère, en parlant de ce Dante. Puis elle aurait surement cherché à en savoir plus. En fait, même si ma mémoire me fait aujourd’hui défaut, et que j’ai besoin d’évoquer son image via des artifices, dans ma nouvelle réalité, je ne l’ai jamais vu en défaut de ne pas savoir quelque chose. Simplement, la plupart du temps, elle ne faisait pas montre de son savoir, car il était plutôt mal vu que la femme d’un seigneur ou d’un paysan soit savante. Sage, oui, mais savante, non.

Pour ma part, je crois qu’à l’époque il n’y avait pas assez de place dans mon esprit pour toutes les questions, qui rebondissaient comme un écureuil de branche en branche, une idée en amenant une autre. Dans le monde ou je vis aujourd’hui, on aurait parlé d’enfant précoce, ou de zèbre… J’ai vu à quoi ressemble cet animal. Il est effectivement atypique.

Je connaissais l’histoire des Nibelungen uniquement via les récits enivrés des quelques vikings qui revendiquaient farouchement leur racines… Mais cette histoire ne leur appartenait pas vraiment, aussi l’avaient ils quelque peu transformée. Celle que racontait Dante se rapprochait sans doute beaucoup plus de la réalité, même si elle semblait dangereuse et cruelle.
Son clin d’œil fut juste une petite éclipse de soleil, mais ce dernier revint dans toute sa flamboyance en l’observant à nouveau. Cependant, avoir vu mon propre reflet futur me fascinait. Non pas parce que je me trouvais beau ou intéressant, mais le simple principe magique sous-jacent, et le fait que ce principe venait de confirmer ce que je soupçonnait, que le temps n’était pas linéaire, mais comme. Comme… une vague que l’on pouvait tenter de chevaucher, ou, plutôt, passer à travers, était fascinant.

Mais, comme s’il pouvait lire mes pensées, Dante formulait à haute voix les questions que je n’osait prononcer moi-même. Ainsi, Maitre Cyllian était celui qui était responsable de cette magie. Mais pourquoi me faire voir mon possible futur, dans quel but, pour tester ma vanité ? Pour me donner un avertissement ou pour me montrer que la magie existait pour de vrai ?
Cyllian répondit, un peu bourru.

« Parce que je déteste voir gâcher un talent. Et il en a. Il pourrait rejoindre la guilde plus tard. Ou voguer sur ses propres voiles enchantées… Ce monde, ici et maintenant, tente de le brimer. De le rapetisser. Et je ne supporte pas ça… Mais il ne restera pas ici. Pas éternellement. Je parle librement car on sait très bien toi et moi que tout sera oublié… Las ! comme je déteste cet artifice. Mais au moins l’étincelle en lui ne meurt pas quand il voit ça. Son corps, ses tripes, son sang et son pouvoir se rappellent. »

Je rougis a la déclaration suivante, que je trouvais injuste.
« ce n’est pas du tout ce que j’ai voulu dire » eh bien ! quelle témérité ! « Simplement que je n’ai pas encore suffisamment de mots et de subtilités pour décrire ce que je sais. Je suis fier d’avoir fais vivre ma mère de mon travail après la mort de père… Mais je ne connais pas encore toutes les saveurs des mots, je découvre à peine leur gout… »

Maitre Cyllian sourit, haussa un sourcil et sembla dire « qu’est ce que je te disais » à Maitre Dante… Quelque chose m’échappait, mais je comprend aujourd’hui que la façon que j’ai de décrire le Verbe était déjà, quelque part, de l’enchantement.

Bien que posant avec bienveillance, mon regard se tourna bien vite lorsque je senti une petite chaleur épicée sur ma droite. Ce n’était pas un tour de passe passe que l’on voit à côté d’un montreur d’ours, ou lors des soirées que mon nouveau père m’infligeait parfois. Non. De la vraie magie. Une simple pomme. Une simple flamme. Tellement de possibilités.

Quelque chose me frappa cependant, et je fus attiré tel un papillon vers la lumière à cette révélation. La tapisserie semblait se confectionner presque toute seule. Sous mes yeux ébahis, je voyais les fils se tisser sur le métier, mais aussi en dehors, et la concentration, perlée de sueur de Maitre Cyllian m’indiquait qu’il y mettait son art, que ce n’était pas de la triche, mais un autre type d’art. Je ne pus rester sur place et vint regarder les fils se tisser…
« Quoi qu’il se passe, ne touche à rien, Aidan. » Puis il ria très fort. « Ce truc me vient de mon mentor, une femme pratique qui, hélas, a passé le dernier portail, celui dont on ne revient pas. Elle aimait à se considérer comme une « sorcière domestique ». Lorsque je la courtisai, elle reconfectionnait aussi vite que je le défaisait son chandail, m’interdisant jusqu’à ce qu’elle aurait décidé du contraire, l’accès à .. hmm.. Bref, j’ai appris ce tour. Le tissu se répare, les fils se tissent. Mais la pensée dirige. ».

Pourquoi aujourd’hui, et maintenant, Maitre Cyllian me montrait tout ça, comme un professeur m’enseignait la peinture ? Au fond de moi, je su que ce n’était pas la première fois, mais que j’avais oublié maintes et maintes révélations de ce genre. Et je compris que tout n’était pas oublié, et qu’une partie de moi s’en souvenait en dépit de tout.

Si j’avais su que forcer ces souvenirs m’amènerai à réaliser un acte aussi dangereux et absolu quelques jours plus tard….


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 9 Fév 2018 - 13:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8242
ϟ Nombre de Messages RP : 882
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Sous les fils d'or de la tapisserie,
J'entends frémir les bras de l'ouvrier.
Sent-il l'amour dans la machinerie
Qui tremble auprès du madrier ?

Dante avait croqué dans la pomme avant de déclamer ces quelques verts, dans la langue de ses interlocuteurs, mais il les tenait d'un poète étranger à cette dimension ; il n'irait pas jusqu'à le nommer, puisqu'alors il devrait sans doute s'expliquer de ses talents de rimeur.

Pourtant, le bref échange du maître et du modèle lui évoquait les contrées lointaines qu'il fréquenta, au printemps de sa vie, où les démons veillent dans les déserts, où les djinns font des farandoles sous l’œil des vieux caravaniers. L'un deux faisaient commerce des tapis de l'Orient jusqu'à l'Europe, il lui avait expliqué tout ce que le métier à tisser symbolise de la structure et du mouvement de l'Univers. Pas une maîtresse de maison qui n'eut alors son métier chez elle ; près d'eux, Cyllian possédait un métier semblable à n'importe quel autre. Deux ensouples de bois supportées par deux montants, un cadre simple... l'ensouple du haut pour le ciel, l'ensouple du bas pour la terre, quatre morceaux de bois pour évoquer déjà tout l'univers.

 « Ne te laisse pas impressionner par les propos du maître, Aidan. Le travail du tissage est un travail de création, un enfantement, et l'enchantement procède du même élan de vie. » Il est des enchantements qui blessent et tuent, mais la nécromancie s'accommodait mal de la discipline lumineuse, ainsi qu'on la pouvait nommer, car les mages qui travaillent la mort dans le but d'en tirer la sève du pouvoir n'ont pas la vision d'euphorie créative qui convient à l'étude et à la pratique des enchantements. Du reste, lorsque le tissu est terminé, lorsque la tapisserie est achevée, le maître ne coupe-t-il pas les fils qui le retiennent au métier, comme la sage-femme coupe le cordon ombilical du nouveau-né ?

 « Il est un sage de Grèce... un pays lointain, chargé de mystères, qui désignait le monde comme un fuseau dont le peson, divisé en cercles concentriques, figure les champs planétaires des multiples ciels... un enchantement n'est rien d'autre. »

Bien sûr, le tissage, le fil, le métier à tisser, les instruments du maître qui servaient à filer, à tisser, à tresser la tapisserie, fuseaux et quenouilles, qu'importe... tous ces éléments participaient de l’œuvre d'enchantement que Cyllian joignait à ses activités. Il avait comme le dragon repérait sous le jeune verni d'Aidan une nature sensible et disposée pour les arts de la magie. Dante le devinait à ses propos ; s'il ne s'était déjà lassé du garçon, c'était pour cette même raison. La lune tisse les destins, Cyllian tisserait celui d'Aidan, en quelque sorte ? Le pari était audacieux. La manœuvre était belle.

 « Prends garde, Cyllian, si tu joues à singer les Moires, il t'en coûtera plus qu'un vague berceau de chagrin... » La phrase était mystérieuse. Dante savait à qui il s'adressait, il savait qu'il serait compris du maître et il importait peu, pour l'heure, que le jeune Aidan fût à même d'entendre le sens caché derrière chacun de ses mots. Le dragon acheva sa pomme flambée en silence, attentif à l'ouvrage et de plus en plus convaincu qu'il lui faudrait conserver cette tapisserie. Avant même la fin du tissage, Dante s'enquit de savoir s'il pourrait faire une offre.

Cyllian refusa avec une fermeté... qui n'était pas dans son habitude, car il s'était toujours montré très conciliant avec le dragon et c'était bien la première fois qu'il lui refusait quelque chose. Dante n'en fit pas cas. Il s'inclina, docile, mais se promit de fléchir la volonté de l'enchanteur.

Un soir, quelques jours après, Dante revint à l'atelier. La nuit couvrait le bourg, l'obscurité était sa complice. Aucun secret sur ses intentions, celles-ci étaient mauvaises, il comptait revoir la tapisserie et l'étudier de plus près, pour en détricoter les mystères, sans rien toucher à l’œuvre dans sa belle intégrité. Entrer dans la boutique fut facile, d'autant plus qu'il avait fait livrer à son cher ami Cyllian et à toute sa maisonnée une caisse de bouteilles merveilleuses, puisqu'elle contenait un vin du sud dénommé vino della luna. Le dragon n'en avait rien dit, le vin était drogué, additionné d'un supplément spécial, un sédatif puissant et imperceptible, la bave de selkie.

Ils dormiraient tous du dernier des sommeils. Tout de noir vêtu, cette fois, dans un habit près du corps et d'usage pratique dans le cadre de cette « mission », il prit son temps pour retrouver la tapisserie. Il portait un capuchon et se déplaçait dans la pénombre ; l'obscurité n'était pas pour lui un problème, ses yeux voyaient clair à travers les yeux du masque. Après tout, n'avait-il pas toute la nuit ?
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 10 Fév 2018 - 18:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 245
ϟ Nombre de Messages RP : 68
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


Je ne sais pas si mon amour, ou ma manie, selon, des vers me vient de cette époque, et de Dante. En fait, si je me souviens bien, ma mère récitait parfois des poèmes. Obscurs, dont le sens m’échappait quelque peu, mais dont la rythmique, aidée par la voix si particulière de ma mère, me berçait parfois, et m’éveillait à ces résonances. Mais lorsque Dante récita ses rimes, il y avait comme un exotisme particulier. Ces vers semblaient venir de si loin qu’il me paraissait difficile de pouvoir un jour les entendre dans leur contexte.

Je regardais, fasciné, la tapisserie prendre vie, et je comprenais que les « tours » que mentionnait Maître Cyllian n’avaient rien d’aussi anodin. Je voyais de la vraie magie devant moi, et quelque chose de beaucoup plus absolu. J’eu aussi une sorte de haut le cœur, comme un malaise, une faiblesse passagère, mais que je mis sur le compte des révélations qui m’étaient faites. Dante le remarqua peut-être, puisqu’il me dit ne me pas me laisser impressionner par les dires de Maître Cyllian. Plus important encore, il venait de comparer l’enchantement au don de vie. L’idée était à la fois merveilleuse et effrayante. Cela laisser peser sur les épaules de l’enchanteur un fardeau, celui de donner vie. Et, peut être encore plus intrinsèquement, le fait que cette magie en particulier était liée à la force vitale. Mon malaise me paraissait soudain encore un peu plus inquiétant. Comme si une partie de moi m’était arrachée, sans que je puisse vraiment accorder crédit à une telle hypothèse.

Je tournais cependant le visage de nouveau vers Dante, à l’évocation du pays qu’il semblait connaitre. Le monde, rien que ça, était à portée de l’enchantement. Et ce dernier était lié au monde, et au processus de création. Soudain de nouvelles perspectives, vertigineuses, s’ouvraient à moi, car j’en était sur à présent j’étais d’une façon ou d’une autre relié à ce nouveau monde, ce monde caché dont ma mère semblait vouloir me tenir à l’écart, tout en faisant en sorte que je brave cet interdis. Cette femme était complexe, je le sais d’autant plus aujourd’hui.

L’avertissement sibyllin de Dante fit redresser la tête de Maître Cyllian, et je le vis pour la première fois inquiète. J’y associait un gout putride, d’abattoir, mais ce fut bref. Je cru avoir défaillis, mais, hélas, mon intuition avait bien été la bonne, comme finit par me le narrer Dante plus tard. Les circonstances de sa découverte resteraient longtemps en mystère, de même que son implication dans ce qui fut, finalement, mon premier acte d’enchanteur. L’éclosion, comme on le nomme, et dont la puissance n’arrive qu’au début, une fois, et que l’on convoite ensuite, en s’entrainant et en apprenant.

Dante fit une offre pour la tapisserie, à laquelle Maître Cyllian opposa un « non » catégorique, ce qui me surpris sur le coup. Je ne voyais l’œuvre que partielle, mais elle me paraissait sublime. J’y étais représenté enfant, et adulte. Il restait une dernière partie, que je soupçonnais être réservée à mon moi vieillissant, ce qui me paraissait logique.

Mais Maître Cyllian mis fin à cette séance, décrétant qu’il finirait seul la dernière partie. Il s’approcha alors de moi, et, avec un air que je ne trouvais pas si navré que ça, me dit
« Je suis navré mon garçon, mais je dois détourner ton esprit de cet instant. » Et il murmura des mots étranges, dont le sens m’échappait, mais qui me faisait tournoyer sur moi-même tel un papillon découvrant le printemps pour la première fois. Il me sembla alors danser des heures, et je ne me souvins plus du tout de tout ce qui était arrivé ici, si ce n’est que j’étais venu poser. Je me réveillai, en sueur, dans mon lit, avec un sentiment de faiblesse très oppressant et une urgence absolue installée dans mes tripes, mais dont je ne pouvais trouver l’origine ni le but.

(…)

Quelques jours plus tard, alors que Dante visitait l’atelier, certaines réponses furent données, mais Aidan les appris bien après, de la bouche même de celui qu’il prit l’habitude de nommer « imagine dragon », rapport à un groupe qu’il aimait écouter dans sa nouvelle époque sur son nouveau monde. Cela était devenu une petite pique amicale, comme « face de selkie », le concernant, pour une autre de ses connaissances. Il ne jugeait pas le dragon. Il avait sa route, ses besoins, ses projets. Aidan avait les siens, et il avait pu compter sur l’aide et l’amitié de Dante depuis longtemps. A l’époque, il lui sauva probablement la vie, ainsi qu’a Maître Cyllian.

Tout le monde dormait dans la maisonnée, et l’atelier d’enchantement du tisseur semblait bien anodin. Dante n’eut pas de mal à approcher la tapisserie, lui raconta-t-il, sans lui donner les détails de son entrée, ni les moyens qu’il mit en œuvre pour y parvenir. Mais ce qu’il lui narra cependant resta gravé dans sa mémoire, afin de toujours se rappeler que la magie n’est qu’un moyen, et qu’elle n’est pas une force morale. Ainsi, même l’enchantement, qu’on associe à la création, la joie, la lumière, peut être détourné à des fins personnelles et perverties.

La tapisserie qu’il décrit à Aidan par la suite décrit était pratiquement semblable à celle qu’il découvrit de lui-même peu de temps après son aventure. Presque.

Aujourd’hui, il la regarde, souvent, pour garder le lien. Son regard n’a pas perdu le plaisir de parcourir les détails et les couleurs, qui ne sont pas passées. Une tapisserie richement ouvragée, dont la broderie et le tissage a dû demander beaucoup de temps, et dont les détails semblent vivants. Les fils d'ors, de vert, les brocards, les broderies d'argent, la passementerie sont un travail d'orfèvre. Il y est représenté un jeune homme à trois stades différents de sa vie. L'on peut l'y voir à 15 ans, habillé comme un jeune seigneur, posant dans une attitude un peu figée, pas franchement enjoué. On le voit également aux alentours de 25 ans, et cette représentation en particulier semble vivante, les couleurs de son visage chatoyantes, il y est représenté seul, heureux, dans la glorieuse jeunesse de son être. Le paysage est passé d'une demeure moyenâgeuse à une vaste prairie aux couleurs de l'automne. Enfin, en marge de la tapisserie, sa représentation âgée, mais en bonne santé le voit assis sur un trône de bois, sculptés aux motifs celtes et vikings... Cette partie de la tapisserie est plus sombre, moins en lumière. Les fils et le tissage semble anormalement résistant et les couleurs ne semblent pas se ternir.

Seulement Dante ne vit pas la dernière partie ainsi. A la place du futur d’Aidan, il y vit le présent de maître Cyllian, représenté sur le trône, et relié aux deux représentations d’Aidan. Le symbole celte de la vie et de la mort y était mêlé, sans l’ombre d’un doute, dans le but de drainer la force vitale et le pouvoir du garçon et donner une nouvelle jeunesse à Cyllian. Ceci expliquait sans doute les malaises à répétitions que ressentait le jeune enchanteur qui tentait de dormir dans la demeure de son beau père.

Mais, plus terrible encore fut la découverte suivante de Dante. Mu par une intuition, il ouvrit un coffre d’un simple geste, et y découvrit ce qui semblait être le vrai Cyllian, heureusement en vie, en position fœtale, et quelques ecchymoses sur le visage. Une voix familière le fit se retourner. Le double, qui qu’il puisse être, le regardait, méfiant, sans savoir qu’il avait affaire à un adversaire beaucoup plus puissant que lui. Mais il n’était pas seul.
Dans les ombres d’un tableau qui semblait abstrait, chose impossible à cette époque et sur ce monde, quelque chose bougea, et sembla émergé de la peinture, laissant des traces colorées sombre sur le sol, avec des bruits peu ragoutants. Le faux Cyllian semblait bien sur de lui. Il eut tort.

Elle semblait constituée de peinture, mais représentait plutôt une sorte d'humanoide-plante, comme issu d'un cauchemar printanier. Elle n'avait pas l'air franchement amicale, et ses capacités furent pour le moins surprenantes. Le faux Cyllian avait toute confiance dans son effet de surprise.


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 10 Fév 2018 - 18:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3711
ϟ Nombre de Messages RP : 3328
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Blake Correy' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Rencontre Naturelle' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 12 Fév 2018 - 20:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8242
ϟ Nombre de Messages RP : 882
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Enchanter ne signifie pas seulement prédestiner et réunir ensemble des réalités différentes, mais aussi créer, faire sortir de sa propre substance, comme le tisserand crée la tapisserie au fil qu'il passe entre ses doigts, comme l'araignée bâtit sa toile d'elle-même.

Ce qui se produisit dans l'atelier n'était pas différent et, surtout, se présentait par l'exemple. D'une tapisserie, un être végétal s'était échappé.

La créature ressemblait à ce qu'aurait été un être humain perdu dans le taillis, qui n'en serait jamais ressorti, qui y aurait trouvé la paix, qui aurait pris racine et se serait intégré au bosquet toujours plus luxuriant. Les feuilles s'amoncelaient où une chevelure autrefois ruisselait.

Le réseau de ses branches formaient un corps masculin et massif, à l'image de ces arbres-hommes que le dragon avait rencontrés dans les forêts du royaume d'Agamenor, le grand roi de Bruyère, dont la couronne réunissait les bois sombres et les plaines verdoyantes.

Il était loin de la cour des épines, pourtant, et dans cet atelier, la créature avait quitté son monde originel, cette tapisserie innocente, qu'une magie facétieuse avait animée par erreur. Où donc était le responsable ? Était-ce Dante lui-même ? Il pesta en silence, inquiet de n'avoir rien pour se faire invisible.

La créature ligneuse ne l'avait pas remarqué, pas encore du moins, ou peut-être qu'elle l'ignorait, puisqu'elle menait ses pas de mousse vers d'autres endroits de l'atelier. Dans le couloir, cependant, elle se trouvait coincée sous le regard d'un dragon soucieux de ne pas la perdre de vue. Il la suivit donc et s'arrêta un instant devant la tapisserie abandonnée de son sujet.

Un rapide coup d’œil lui montra que l’œuvre n'était en rien abîmée ou décousue, la seule altération était cette absence incompréhensible. Dante se tourna à nouveau vers la plante-humaine qui marchait avec la lenteur de sa nature.

 « Quelle idée d'avoir des sujets si originaux, Cyllian... » murmura-t-il pour lui-même, admiratif du réalisme expressif qui se dégageait de la créature dont il s'approchait encore avec toute la discrétion dont il était capable.

Hélas ! Il n'était point si soucieux de demeurer l'ombre invisible qu'on ne remarque jamais ; la bête, dont il ignorait les mauvaises intentions, faute d'avoir pu les connaître directement, se retourna brusquement et cracha dans sa direction une volée de bois vert... plus précisément une kyrielle des fléchettes empoisonnées, dards affûtés, empennés de pétales aux couleurs chatoyantes et dangereuses.

Le dragon les dévia d'un geste de la main qui balaya l'air autour de lui, comme l'éventail d'un pacha éloigne les mouches et chasse les mauvaises odeurs du harem. La créature l'attaquait sans un mot, sa bouche coulait une suite de grognements incompréhensibles.

Dante comprit alors que ces intentions hostiles dissimulaient une présence malveillante, qui n'était pas étrangère à cette apparition soudaine. Son flair ne pouvait être trompé, même en ce lieu où fourmillaient tant de parfums magiques.

 « J'aurais tenté l'approche douce... » glissa-t-il avant de lancer la riposte ; mais le combat prit une tournure des plus étonnantes.

    Jet de dé :
    Réussite : Salamèche contre Bulbizarre ?
    Échec : Sa tête de rouquin a roulé...


La main du dragon s'enflamma, entre ses doigts se formèrent les lignes d'un poignard incandescent. Il le lança droit sur la tête de l'être végétal et espéra le voir s'enfoncer entre les deux yeux fleuris ; les faits le détrompèrent et Dante assista à un prodige qu'il n'aurait cru possible ; déjà à l'époque, le vieux dragon se croyait maître de son propre feu.

Il avait là négligé un détail formidable : l'ensemble des tapisseries de l'atelier baignaient dans les mystères qu'un tisserand obsédé de son art avait partout tressés.

La lame flamboyante traversa le couloir mais se dispersa soudain, à mi-chemin, comme absorbée dans le vortex d'un enchantement plaqué sur le mur ; la flamme s'était dispersée dans le brouillard d'une tapisserie soudain réduite à quelques lambeaux cendreux et fumants.

Quel étonnement dut se lire dans l’œil de Dante ! Et quelle horreur de le voir soudain fouetter par l'implacable liane que la créature fit claquer sur lui. Un nœud se forma autour de sa cheville, il fut soulevé au-dessus du sol. Un geste vif le projeta contre le mur, contre le plafond, contre la voûte de pierre ; quand il retomba, il était sonné, abasourdi, plus encore par l'échec de son sortilège. Qu'était-il arrivé ?

Il le comprendrait plus tard : toutes ces tapisseries, investies par la magie de leur créateur, se répondaient entre elles et tissaient dans l'ensemble du bâtiment un réseau d'entraves et d'obstacles à l'exercice normal de toute magie proactive... autant dire que le magicien souffrait là d'un handicap terrible. Et comme il ne pouvait incendier l'ensemble de la bâtisse, par égard pour son ami Cyllian, il devrait trouver autre chose, pour rendre à sa tapisserie cette créature de feuilles, de bois et de fleurs.

Un peu de sang vint brouiller son regard. Le coin de son sourcil le brûla quand il se fut relevé.  « Voilà ma convoitise bien punie... » susurra-t-il.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 12 Fév 2018 - 20:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3711
ϟ Nombre de Messages RP : 3328
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Dante Visconti' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Fév 2018 - 15:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 245
ϟ Nombre de Messages RP : 68
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



La destinée d’un homme


Maître Cyllian n’était pas un mauvais homme. Il aimait son Art, son métier, et, tout au long des nombreuses années qu’il égrenait sur l’écheveau de sa vie, à exercer sa passion, il s’était entouré de tapisseries, dont chacune était un rêve tissé, une idée enchevêtrée, un égo confectionné ou un ami imaginaire brodé… Son Art, exercé de main de maître, n’était ni bon ni mauvais. Mais après tant d’années à être seul, Cyllian se sentait parfois le besoin de parler à ses créations. Et il n’est jamais bon d’emprunter ce chemin, car il mène invariablement à des carrefours dangereux, ou les accidents sont courants, et les dégâts importants.

Si une petite souris était venue observer les nuits de maître Cyllian dans son atelier, elle en aurait vu, des choses, et des merveilles. Mais il est habituel d’associer dragons et merveilles, et ce soir, les deux acteurs étaient réunis.

Un cyllian, en tout point identique à celui qui était séquestré dans un coffre à l’étage du dessus, observait, voyageant de tapisserie en tapisserie, l’impromptu visiteur, ne sachant pas encore vraiment à qui il avait affaire, bien qu’ayant discuté avec lui par le truchement de celui qui avait été son créateur, et qui était maintenant sa marionnette. Quel dommage qu’il se soit rebellé justement maintenant, le forçant à devenir violent et à distribuer des coups, puis à l’enfermer dans un coffre, du moins jusqu’à ce que son projet soit accomplis, ce qui n’aurait du tarder, n’eut été le magicien du feu horripilant qui avait insisté pour lui acheter sa tapisserie.

Quelle ironie du sort, n’est-ce pas, qu’une tapisserie incarnée en convoite une autre.
A ce point de l’histoire, il faut vous assoir, et peut être même profiter d’un bon thé aux vertus relaxantes, dont maître Dante aurait sans doute pu vous vanter les mérites, ainsi que certains élixirs dont il avait le secret. Vous êtes assis confortablement ? Bien.

Hors donc, il y a quelques mois de cela Maître Cyllian , un peu par vanité, beaucoup par solitude, tissa un ego de tissus et de moire, se représentant lui-même, et y insufflant une partie de sa magie si personnelle. Il eut alors de longues conversations avec lui-même, au milieu de son atelier enchanté, de son réseau de tapisseries vivantes. Mais ce dont il ne se rendit pas compte, c’est que son double, au demeurant fort affable, ne se contentait pas de jouer au surmoi avec une neutralité bienveillante. Petit à petit, il commençait à ressentir les affres des sentiments, des envies. Une de ces envies fut plus forte que les autres : exister, pour de vrai.

Se rendant compte qu’il pouvait influencer les autres tapisseries, car ayant été investi de façon plus intense, il finit par s’en faire des alliées, et, fort de cette nouvelle puissance d’influence, fit petit à petit ployer la volonté, pourtant forte, de son créateur, le Cyllian originel. Il le prit dans les mailles de sa propre trame, l’influençant, le cajolant, et il en vint à désirer l’incarnation définitive, peut être même en remplacement de son créateur.

Pourquoi, lui, devait-il se contenter des mondes abstraits et éphémères alors que son créateur arpentait le monde, créait d’après commandes, découvrait de nouvelles choses, goutait aux fruits, au sucre, au miel, aux baisers ? Non, sa décision était prise et les moyens de l’exercer lui vinrent récemment, alors que son créateur fut pris d’une passion soudaine pour un jeune garçon, dont même lui pouvait sentir l’étincelle de pouvoir magique. Une magie totalement accordée au tissage, à l’enchantement. Alors lui vint à l’idée que s’il pouvait drainer l’âme du jouvenceau dans une tapisserie représentant son essence, il serait à jamais vivant, incarné, libre de toute entrave.
Mais son créateur, le vrai maitre Cyllian, au cours de son entretien avec le magicien du feu, avait eut le déclic pour se libérer de son joug. Le soir même, alors que le jeune homme et le mage du feu étaient partis, il avait essayé de détruire sa propre création. Son ombre de fils et de tissus avait alors convoqué toutes les forces en présence pour le vaincre, mais sans le tuer. Tant qu’il ne serait pas réellement incarné, il ne devait pas tuer son créateur, car à sa mort tout serait perdu, y compris lui. Il l’avait mis hors d’état de nuire, puis enfermer dans un coffre, maintenu en vie, mais sans confort, et sans la possibilité d’entraver ses projets.

Le jouvenceau, se croyant bien à l’abri de la demeure familiale, commençait déjà à ressentir des faiblesses, et pour cause, tous les soirs depuis ce jour, le faux Cyllian tentait de drainer son essence. Ce n’était pas aussi efficace qu’un rituel en sa présence, et cela prendrait des semaines, mais il avait tout son temps à présent. Il avait convaincu son créateur de refuser l’offre de Dante, et il n’avait plus qu’a jouer de patience et de pugnacité.

Or voila que ce fameux Dante débarquait, venant fourrer son nez plein de magie dans ses affaires. Il avait appelé la créature sylvestre à la rescousse, pour jauger son adversaire.
Ce dernier avait fait montre d’une magie puissante, balayant comme si de rien n’était les attaques empoisonnées de son alliée. Mais l’atelier lui-même était un vrai piège entremêlé de chausse-trapes, conçu pour diriger et dévier les flux magiques. Lorsque le poignard de feu fut absorbé par le vortex lignifiant, l’ombre de Cyllian en profita pour incorporer la base élémentaire, la puissance brute, du sortilège détourné, qui avait tout de même réussi à carboniser la tapisserie sacrifiée dans le processus. Il gouta à cette puissance non sans satisfaction, mais non sans peur également. Son adversaire était puissant, et à ne pas sous-estimer.

L’allié végétal en profita pour attaquer de façon grossière, physique, l’ennemi commun. Cette créature ne réfléchissait pas, aussi, dès qu’elle avait un donneur d’ordre à portée, elle était ravie d’obéir. Le donneur d’ordre n’étant rien d’autre que l’ombre tissée de Cyllian, elle s’en donnait à cœur joie. Cependant, même malmené, l’ennemi demeurait étonnamment résistant et entêté.

Ne pouvant stoker l’énergie ignée plus longtemps, le faux Cyllian décréta qu’il était temps de l’utiliser. Avisant une broderie sur un tambourin, représentant une épée brodée sortant des nuages, sans doute en référence à un dieu quelconque, dont il se fichait éperdument, ces choses-là n’étant bonne que pour les humains, il fit dont à l’épée brodée de la puissance captée, dont il ne pourrait bien sur faire qu’une seule attaque, mais dont il espérait beaucoup.

Jet de dé :
réussite : l’épée enflammée tombe du plafond pour attaquer Dante avec une aura de feu.
echec : le tambourin brodé flambe, incapable de contenir cette énergie

La broderie n'était pas enchantée, ainsi que pu le constater le faux Cyllian, fort dépité du résultat et de la perte de cette énergie. Le tambourin flamba instantanément, détournant l'attention de la créature végétale. Au vu de se désastre, Cyllian, ou son double, plutôt, se consola en se disant que de toutes façons, selon toute vraisemblance, le mage du feu aurait été protégé de sa propre magie. Finalement, dans le domaine des sortilèges élémentaires, il était pour ainsi dire vierge de toute information, ne possédant que les connaissances de son créateur, et peu de temps pour les avoir mis en oeuvre. Il était partit du principe que tout, ici, était enchanté, et il se rendit compte avec cet échec que ce n'était pas le cas, et que son créateur pouvait aussi passer du temps à juste broder et tisser, ce qui le surpris énormément. Quelle perte de temps ! Quel manque de pragmatisme.
Il n'eut d'autre choix que de se révéler, pour tenter de gagner du temps.
"que viens tu faire ici, en pleine nuit, dans ma demeure ? Voila qui est bien décevant". Mais un fin observateur, et un ami de longue date, pouvait sans doute se rendre compte que, bien qu'étant en tout point identique, ce Cyllian la n'était rien de moins qu'un simulacre empestant la magie brute.
Il préparait un coup tordu, fait d'entrelacs de fer et de barreaux, qui s'animaient déjà derrière le mur ou il se trouvait, réquisitionnant l'aide d'un autre allié tissé. La tapisserie représentait un jardin fleuri, avec, au premier plan des barreaux de métal, ouvragés, interdisant l'accès au jardin, sans doute une allégorie du paradis à portée de main, mais qu'on ne peut atteindre, car spolié de la clef lui donnant accès.




Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Fév 2018 - 15:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3711
ϟ Nombre de Messages RP : 3328
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Blake Correy' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 15 Fév 2018 - 20:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
De Principatibus

ϟ Âge : 28
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 19/09/1989
ϟ Arrivée à Star City : 25/04/2014
ϟ Nombre de Messages : 8242
ϟ Nombre de Messages RP : 882
ϟ Crédits : Hedgekey
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Cheveux indisciplinés, bruns. Yeux chocolats, étirés. Peau hâlée. Lèvres pleines, grande oreilles. Grande taille. (193 cm). Grands pieds. (Pointure 45)
ϟ Pouvoirs : ♦️ Dragon (Ω)
♦️ Clairvoyance mystique (Ω : reconnaissance et identification des êtres et objets magiques)
♦️ Cœur de Feu (II : immunité et soin par le feu)
♦️ Magie des dragons (Strun Bah Qo, )
♦️ Cérébropyre (VI : super-intelligence, super-mémoire, bouclier de protection mentale, réseau de projection mentale)

♦️ Voyage dimensionnel (III)
♦️ Failles dimensionnelles (I)

♦️ Divination élémentaire (Ω : hydromancie, pyromancie)
♦️ Maître du feu (Ω : pyrokinésie, œil d'Héphaïstos IV, météores d'Héphaïstos IV)
♦️ Maître de l'eau(Ω : aquakinésie, griffes de Borée IV, frisson de Borée IV)
♦️ Maître de l'air(Ω : aérokinésie, fouet d’Éole IV, spirale d’Éole IV)
♦️ Maître de la terre(Ω : géokinésie, fléau d'Hadès II, rupture d'Hadès IV)

♦️ Maître des Potions (Ω : dont élixir de Jouvence, hystérie collective, potion de soins, potion d'anthropomorphisme, venin de Cronos, sérum de vérité, potion de résistance, antidote universel)
♦️ Maître de l'Hermétisme (Ω)
♦️ Mithridatisation (Ω)

♦️ Morguse (IV : robe, capuchon, gants, bottes)
♦️ Oeil de Pravladon (I : négation de la magie)

♦️ Gobelins (Torgnole, Châtaigne, Coquillard, Golodon, Sakashima, Napoléon, Tatie Musaraigne, Tali'Koris, Ishaï, Carcasse)
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
 « Des bras du maître des dieux... j'arracherai le tonnerre pour en embraser les cieux ! »

C'était à peu de choses près la pensée du dragon qu'une plante humanoïde malmenait au bout de sa liane ; Les tambours d'une colère furieuses frappaient leur peau tendue sous le front d'un Dante plus fébrile que jamais. Il n'avait pas prévu un piège si grossier, une trappe si évidente, un calembour si manifeste. Son flair s'était-il donc trompé, ou s'était-il cru dispensé d'en faire usage avec toute la diligence qu'on lui connaissait habituellement ?

Cet atelier, nid de vipères ésotériques, empestait la magie des enchantements et pas une tapisserie ne portait sur elle sa petite odeur singulière. Il lui aurait suffi d'un peu plus d'attention... mais l'heure n'était pas aux regrets.

Dante n'était pas dragon à laisser mûrir en lui les remords, il était plutôt de ces dragons qui portent le feu et le sang au cœur même de leur amertume, pour en calciner jusqu'aux dernières traces, afin que n'en reste plus rien qu'un tas de cendres que le premier coup de vent emporte.

Quand il vit près de lui s'embraser la trame d'une tapisserie dont les motifs évoquaient les symboles d'une divinité forestière consacrée par la fête, la danse et la mesure, Dante comprit que son adversaire, qui n'était pas seulement la créature végétale sortie de son monde de tissu, ne le connaissait pas et ignorait donc que jamais le feu ne serait pour lui un danger ; comment en aurait-il pu être autrement ?

Le dragon, née de la flamme et nourrie aux deux seins de Fuzon la Flamboyante, ne craignait ni le feu, ni sa chaleur caressante, ni sa morsure incendiaire. Quand il prenait le temps d'une sieste de mille ans, Dante s'en allait dormir au cœur de l'Etna, du Vésuve, ou d'un quelconque volcan de la Méditerranée, pour s'y repaître et s'y reposer, dans la délectation d'un bain de lave. Rien n'était si agréable pour lui que rêver au creux d'un cratère volcanique, là où la Terre échappe ses sanglots incandescents. Son adversaire se révéla quand, relevé, Dante épongea son front sous son masque.

 « Décevant ? Pas autant que ce pitoyable déguisement. » Le faux Cyllian ne le pouvait plus tromper. Tant qu'il demeurait à l'abri de sa tapisserie, tant qu'il restait cloîtré dans l'ombre protectrice de ces couloirs déserts, il avait échappé à la vigilance du dragon. Ce dernier l'avait vu désormais, et surtout il l'avait senti. Il avait remarqué l'odeur singulière de la magie qui enrobait le corps et l'esprit de ce Cyllian qui n'était qu'une copie déformée de l'original, dans le nez d'un dragon au flair trop aguerri.

 « Tu ne peux me tromper. Et tu devrais me donner une bonne raison de ne pas te tuer tout de suite. » Dante n'était pas de ce monde. Il n'était pas lié par les règles et les lois de cet endroit où il n'était qu'un visiteur passager. Son ami Cyllian, le vrai maître-tapissier, méritait bien qu'il s'occupât de ce double maléfique – ou supposé tel, puisque ses intentions hostiles n'étaient plus à démontrer. Les mains du visiteur nocturne s'agitèrent. Une flamme apparut dans le couloir. Cette fois, il était hors de question pour lui de tenter la noyade, dans cet océan de magies contraires et rivales. Le dragon restait maître de son feu.

    Jet de dé – I :
    Réussite : Dante enflamme la créature végétale.
    Échec : La flamme se disperse.

    Jet de dé – II, si réussite au I :
    Réussite : L'homme-arbre est dissout.
    Échec : L'homme-arbre est en colère !


La flamme se glissa dans le couloir jusqu'à envelopper tout entier l'homme descendu de sa tapisserie ; elle frôla le faux Cyllian pour embraser les feuilles et le bois de la créature. Surprise, celle-ci partit d'un gémissement sinistre, bientôt couvert par les craquements terribles que le feu laissait entendre. Caquètements horribles, atroce agonie !

La créature enchantée fut dissoute sous leurs yeux et plus le feu la consumait, plus la magie à l’œuvre pour la maintenir hors de sa réalité textile se dissipait. Ne resta bientôt plus qu'un tas de résidus magiques, un sel étrange que Dante se promit de récolter plus tard. Il ne pouvait cependant quitter des yeux le faux Cyllian.

 « Tu n'ignores pas qui je suis, et je devine ce que tu es. Je te laisse un instant pour me convaincre de t'écouter... si tu as quelque chose à dire. Fais vite. Je suis persuadé que mon ami Cyllian attend d'être rendu à lui-même, dans cette réalité. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 15 Fév 2018 - 20:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3711
ϟ Nombre de Messages RP : 3328
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Dante Visconti' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas



J'embrassai d'un regard la destinée d'un homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» J'embrassai d'un regard la destinée d'un homme.
» " L'INTENSITE D'UN REGARD "
» Prise en main de sa destinée!
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????
» Elkäèl, l'histoire d'une destinée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-