AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

Quand il ne reste rien, il y a la place pour tout...[rp libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 17 Fév 2018 - 15:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3642
ϟ Nombre de Messages RP : 3266
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Blake Correy' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 18 Fév 2018 - 19:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

avatar
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
La Morrigan
ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 22/04/1994
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2017
ϟ Nombre de Messages : 234
ϟ Nombre de Messages RP : 71
ϟ Crédits : blondiepsychedelique (tumblr)
ϟ Célébrité : Merve Bolugur
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Traqueuse d'artefact magiques
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Grande femme d'une taille de 1m72,
Ses yeux tournent au violet lorsqu'elle use de magie.
Souvent vêtue de noir.
Possède des cicatrices de brûlures veinées de lignes verte sur une bonne partie du côté gauche de son anatomie, dont un peu sur la gauche de son visage.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la magie de conjuration I

Enfant de Samhain II

Avatar de la Morrigan

Cri de la Morrigan

Abigail II

Ectomancie IV

Tout les pouvoirs
ϟ Liens Rapides : Présentation
Liens
Passeport
Journal
Quand il ne reste rien, il y a la place pour tout
Coming down from the mountain, She's a killer machine, Arm strong and her aim is true, And now she's looking at you. She's got force like a tiger; she’s the style of a dragon. When she's making her move, There's nothing you can do!

Faelan & Blake ;
Face de selkie. Faelan était certainement bien creative dans ses surnoms o u ses insultes. En ce sens, ce n’était pas tout à fait une insulte. Les phoques, à la base, étaient des adorables créatures marines, surtout leurs petits et le selkie mâle prenait la forme d’un bel homme lorsqu’il émergeait de ses eaux pour séduire les femmes aux cœurs brisés. Bref, la sorcière n’était pas tout à fait insensible aux charmes physiques du magicien, mais pas assez pour être distraite de ce qu’elle devait faire.

La sorcière arrêta brièvement ces gestes lorsqu’elle entendit d’étranges mots de la part de son compagnon improvisé. Celui-ci avait fait référence à sa mère, certes, mais le plus étrange était la mention du roi Brian Boru. Une autre époque, un autre lieu, disait-il, mais qui était donc ce jeune homme et pourquoi parlait-il soudainement d’un roi d’Irlande, le fondateur de la dynastie O’Brien? Faelan haussa un sourcil intrigué en fixant momentanément la face de selkie.

- Tu me raconteras ça quand nous aurons fini avec cette chose, rétorqua finalement la jeune femme, un peu incrédule face aux propos de l’homme. Quand on appartenait au monde de la magie, des choses semblant impossibles à certains devenaient réelles pour elle. La Morrigan avait découvert la capacité de cet individu à créer des portails, visiblement il n’était pas irréaliste de croire qu’il pouvait venir d’une autre réalité différente, mais semblable à la sienne.

Bordel, elle n’avait pas le temps de songer à ce genre de chose quand une dégoûtante créature du Terminus s’amusait à faire des dégâts dans son monde à elle. Elle secoua vivement la tête et courut dans la direction opposée à celle de la face de selkie, cherchant à confondre l’ennemi. Il ne possédait tout de même pas des yeux tout autour de la tête! Un à un, elle lança les stalactites glaciales vers les yeux de la bête. Elle allait surtout le chatouiller avec ça plus qu’autre chose, mais cela attirait sûrement son attention vers elle.

La Morrigan n’avait pas le temps d’examiner tout les faits et gestes du magicien, elle pouvait seulement lui faire confiance et se dire qu’il savait ce qu’il faisait. De toute façon, elle aurait pu difficilement le protéger contre les attaques du charognard. Même s’il n’était que partiellement matérialisé dans son monde, ses mouvements bougeaient furieusement l’air autour de l’Irlandaise qui en invoqua le pouvoir de son joyau pour faire tenir ses pieds au sol.

Quand la créature reçu son corps grotesque sur elle-même, Faelan retint son souffle sous la force de l’impact. Le sol trembla violemment sous ses pieds qu’elle encastra à nouveau partiellement dans la glace pour demeurer fermement en place. Malheureusement, le magicien n’eut pas autant de chance de se tenir fermement au sol meuble et elle aperçu son corps voltiger à quelques mètres plus loin. Faelan n’eut nullement le temps de lancer un sortilège pour amortir son envol et son corps frappa durement un arbre suffisamment coquin pour entraver la voie.

Le corbeau s’inquiéta du sort du jeune homme sur le coup, mais quand il se redressa, la haine dans la face, l’expression de la sorcière s’adoucit aussitôt. Dans ces yeux brillait la lueur du guerrier, le courage du fénnid !

Ce qui suivit cette courageuse force laissa une Faelan bien hébétée sur le champ de bataille. La bouche entrouverte, les yeux stupéfaits et le corps sous transe. L’énergie qui émana du magicien la fit frémir, non de peur, mais d’une excitation similaire à ce qu’elle avait ressentit lorsqu’elle était tombée sur les images d’un dragon qui survolait Star City, il y avait un moment déjà de cela. C’était sa fascination face aux prodiges de la magie.

- An cloidheamh solais ? souffla rêveusement la jeune femme en voyant l’arme se matérialiser dans les mains de la face de selkie. L’énergie qui circula hors de l’épée lumineuse était celle qui sabotait la magie et les sortilèges. Malgré l’ébahissement initial, la Morrigan comprit aussitôt ce qu’il désirait faire.

À peine eut-il finit de parler qu’elle hocha doucement la tête.

- Glaine ár gcroí, elle posa la paume de sa main sur sa poitrine, là où se trouvait le cœur, Neart ár ngéag, cette même main se transforma en poing, Beart de réir ár mbriathar ! s’écria-t-elle finalement telle une prière en rejetant furieusement sa main et traçant une ligne diagonale devant elle comme si elle tranchait une vie d’une épée invisible.

La sorcière le vit bondir vers la forme grossière du charognard, l’épée de lumière en main. Il trancha les filets mystiques qui tiraient la dégoûtante bête hors de sa dimension originale. Le magicien se frappa d’abord à une résistance propre à la puissance du rituel. Le tout ressemblait plutôt à un combat de volonté. Quelle magie tiendrait bon? Quel sortilège s’effondrerait en premier?

Jet de dé 1 :
Succès – Le rituel est brisé par la force, le charognard est renvoyé au Terminus, créant quelques dégâts au passage, mais le plus gros est avalé par le portail.
Échec – Le rituel est brisé par la force, certes, mais le portail par lequel le charognard voulait s’infiltrer est sur le point d’exploser ainsi que la magie noire et de sang entourant le rituel de base.

Faelan plongea dans la direction du magicien et invoqua un tapis de givre pour amortir la chute dû à son inconscience. La surface poudreuse attrapa le corps affaibli comme une mère attrapait un enfant qui s’élançait dans ses bras. Le rituel se désagrégea avec force et sur lui-même, la silhouette déjà dégueulasse du charognard tourna sur elle-même, formant une espèce de vortex rendant la chose encore plus hideuse qu’avant. Des particules magiques volaient en tout sens, suivant le rythme rond du portail qui se refermait agressivement sur lui-même. La Morrigan cru voir la bouche de la chose bouger et par instinct, elle se jeta sous la panique sur la face de selkie qui reposait sur son lit de neige.

Elle n’avait pas une minute pour songer à son dédain d’être toucher par les gens et atterrit sur le magicien en le prenant dans ses bras. Un cocon de glace noire bleutée se forma rapidement au-dessus des deux individus. D’une vue du dessus, on aurait pu croire à un œuf recouvert d’écailles, un spectacle tout à fait étrange, mais le but de sa création fonctionna.

Les résidus d’un terrible hurlement provenant des restants de la silhouette qui se dématérialisait peu à peu fit vibrer les parois glaciales, mais protégea les corps de la sorcière et du créateur de portails. Des briques tombèrent lourdement sur le froid cocon ainsi que des fluides rougeâtres et poisseux.

*

La Morrigan était plus ou moins consciente lorsqu’elle se rendit compte qu’il n’y avait plus aucun bruit au-dessus de sa tête. Était-ce terminé? Un mal de tête l’assaillit et elle su pour certains qu’elle était toujours de ce monde. Un long bruit de craquement se fit entendre et le cocon tomba peu à peu en morceaux, laissant à nouveau la lumière du soleil frapper de ses rayons la face de selkie et le corbeau.

Faelan cligna des paupières à quelques reprises. « Merci, Abigail… » Une douleur au niveau de son poignet lui fit relever la manche de sa tenue de sorcière et ses yeux s’agrandirent de stupeur en apercevant lignes sombres qui se mouvaient pernicieusement jusqu’à son coude. Était-ce un effet secondaire provenant des pouvoirs de sa bague-armure, de l’esprit qui occupait l’objet mystique?

Le corbeau rabaissa aussitôt la manche, étirant ses doigts et les repliant sur eux-mêmes. Tout semblait fonctionner normalement, il n’y avait que cet étrange inconfort dans son bras droit. Elle replaça une mèche d’ébène qui lui couvrait les yeux et secoua l’épaule du magicien. La rumeur d’un chant d’oiseau parvint jusqu’à ses oreilles et elle voulut croire que c’était bon signe. Si les animaux osaient revenir en ces lieux, c’est qu’ils avaient fait un bon travail.

Elle tourna la tête en direction de l’Église et n’arrive pas à croire qu’elle tenait toujours debout malgré toute l’action qui s’était déroulée sur les lieux. Enfin, si, elle tenait debout, mais une partie du flanc de celle-ci avait été défoncé. Beaucoup de bancs avaient été endommagés, des vitraux cassés, mais le plus gros du bâtiment tenait toujours arrogamment en place. Si la sorcière n’avait aucune sympathie pour cette religion et ses croyants, ainsi que ces pratiques, au moins ne pouvait-elle respecter l’âge, l’histoire et la beauté de l’endroit.

Le regard de Faelan tomba sur le faciès de l’étranger. Un petit sourire ourla le coin de ses lèvres sombres. Elle ne remarqua pas que son masque de plumes était tombé après les quelques minutes passées dans le cocon givré et que son visage en entier était révélé en plus de ces cicatrices distinctes.

- Oi, réveille-toi, dit-elle doucement en lui tapotant gentiment la joue. Son attitude changea subitement lorsqu’elle distingua dans le lointain la forme d’un hélicoptère qui se dirigeait tout droit vers eux, suivit de bruits de sirènes qui étaient encore heureusement éloignés. Merde, souffla la jeune femme avant de foutre une bonne claque à la face de selkie. Réveille-toi, j’ai dit!




b l a c k f i s h

Revenir en haut Aller en bas



They will never hurt me again. Nobody will be able to hurt me. I am the storm, the sun that burns, the ice that freezes and the flood is me. I will become so powerful that as long as the world exists,
there will be no sorcerer more powerful than me!
by wiise

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 18 Fév 2018 - 19:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

avatar
Maître du Jeu

Afficher le profil
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin
ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 3642
ϟ Nombre de Messages RP : 3266
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Faelan Blackbird' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 22 Fév 2018 - 22:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



Quand il ne reste rien...



L’inconscience à ceci de merveilleux que tous les problèmes disparaissent. C’est une sorte de procrastination des sentiments. Angoisse, peur, colère, tristesse, tout disparait pour un plus tard, qu’on espère très lointain. En fait non, on n’espère plus rien, on se contente de vivre l’espèce de rêve conscient, peut être dans l’espoir d’apprendre une vérité. Une de plus qu’on ne saura interpréter, avec un peu de chance, que bien plus tard.

Son épée avait frappé au cœur du rituel, et la force de la déflagration l’avait directement amené au pays des songes, ou le temps n’existe pas. Il avait eut l’impression étrange d’avoir été cueillis, rattrapé, pour qu’il ne se fasse pas mal.

Comme un film au ralenti, il repensait à ce qui s’était passé et aux signes d’encouragement que la Morrigan, lorsqu’elle lui avait parlé dans l’ancienne langue qu’aimait tant sa mère, et qu’il comprenait toujours, la chérissant comme des épices lointaines dont il aimait parsemer ses phrases et ses mots, cuisinant ses propos comme on mijote un plat.

Les paroles de Dame corbeau étaient fortes, pleines de saveur et donnaient du courage et de la conviction. Il ne saurait dire ce qu’il avait rêvé ou ce qui était réellement arrivé. Mais dans son rêve, il l’avait vu plonger vers lui et invoquer un tapis de neige pour amortir sa chute. Plus encore, elle l’avait pris dans ses bras, lui rappelant douloureusement sa mère, et les avait enveloppés, elle et lui, dans une gangue de glace, alors que les résidus violents du sortilège et du rituel d’invocation faisaient tomber de la magie, des pierres et des regrets sur les deux héros involontaires de cette aventure.

Le sang avait toujours un grand pouvoir, surtout dans le domaine de la magie. Mais ce qu’on en faisait dépendait surtout de celui qui l’utilisait. La magie du sang n’était ni bonne ni mauvaise, même si l’acte de sacrifier un être humain était moralement répréhensible. La magie de l’enchantement suivait les mêmes règles, même si orienté « lumière ». De ce qu’il en savait, la nécromancie était intrinsèquement tourné vers le côté sombre. Mais peut être se trompait-il. Bien que la Morrigan utilise la glace, il n’avait aucune idée de ce que pouvait être son orientation mystique. Mais elle l’avait protégé, et sauvé. Il lui devait au moins ça, et il payait toujours ses dettes.

Le froid l’enveloppait à présent, signe que son corps réclamait le retour de sa conscience, et Blake le savait, il ne pourrait résister trop longtemps à cet appel. De même qu’il ne résistait pas à l’appel de sa tapisserie, au risque de perdre son humanité si il passait outre cette injonction.
Battant des paupières, il revenait à lui, surpris de voir une si grande promiscuité avec la belle sorcière, dont il voyait enfin le visage, chose dont elle n’avait apparemment pas conscience.
Accommodant difficilement alors qu’elle le secouait gentiment, Blake fut réellement étonné que l’église soit encore debout. Il n’avait pas placé sa foi dans cette religion en particulier, mais il savait à quel point la foi pouvait être puissante. La seule magie dont les secrets ne seraient surement jamais percés.

Comme elle lui souriait, il ne put qu’en faire autant, et constata que ce n’était en rien un réflexe mimétique. Il y avait ce moment un peu suspendu, ou les êtres ont beaucoup de choses à se dire, et peu de temps pour le faire, alors tout passait par le regard. Les yeux de la sorcière de glace étaient incisifs, et analysaient semble-t-il rapidement la situation. Mais son sourire venait adoucir cette impression. Elle était complexe, et donc bien plus intéressante que la plupart des gens.
Quand elle l’alerta sur la proximité probable des autorités, il constatât, en même temps qu’elle, qu’un hélicoptère venait se poser, sans doute des journalistes vu le logo présent sur les flancs de l’appareil qui rêvait d’être un dragon.

Gentiment, Blake ramassa les plumes qu’il apercevait par terre, supposant à tord que c’était le masque de la Morrigan, murmurant quelques mots qui semblaient craquer comme le ferait le cuir. Les plumes semblèrent hésiter, comme si Blake faisait fausse route, mais sa volonté et l’enchantement étaient plus forts que leur hésitation. Le masque sembla se reconstitué, tel qu’il était dans les souvenirs de Blake. Il le lui tendit et elle avait un sourire presque moqueur quand elle le prit. Il comprendrait plus tard qu’elle ne portait pas de masque, mais que c’était son avatar de corbeau qui la protégeait des regards scrutateurs.

Il était trop tard pour tracer un portail, concernant les journalistes qui braquaient déjà leur lumière et leur question sur eux, mais il n’avait pas trop envie d’affronter les autorités.
L’air soulevé par les pales de l’hélicoptère n’était rien par rapport à ce qu’allaient soulever les questions des journalistes. Une femme qui semblait avoir la trentaine, habillée à la garçonne, s’approcha, micro directionnel en main, et ne perdit pas de temps.

« Sacha Velour, du Daily Star. Nous avons pu filmer la scène depuis les hauteurs et nous voudrions vous poser des questions. Qui êtes-vous ? Et qu’avez-vous fait ici ? Il y a -t-il des victimes à déplorer ? Avez-vous une déclaration à faire ? Êtes vous tous les deux de nouveaux héros ? Savez vous ce qu’était cette chose et devons-nous nous attendre à la revoir ? Êtes vous responsables des dégâts à l’église ? »

WOW !

Les deux compères n’avaient même pas le temps de répondre à une question qu’elle en posait déjà trois autres à la suite, comme si elle avait un planning chargé et qu’elle comptait monter tout ça ensuite en studio…

« je… Rien.. enfin si, on a sauvé une jeune fille.. Non.. Mais .. Elle allait être sacrifié. Et.. NON ! Cette chose vient de .. de Terminus, et nous ne pensons pas qu’elle revienne de si tôt. Si vous allez dans l’église, vous verrez le profanateur qui a tenté de la faire venir.. HEY ! Non, on attenté de la protéger, l’église, pas de la détruire ! »

Il tentait de se protéger du mieux possible des projecteurs, ne désirant pas plus que ça devenir un sujet aux actualités, et songeait soudain à quel point le masque de sa partenaire était judicieux. Il lui faudrait songer à une telle chose lui-même.

Des caméramans partaient déjà filmer l’intérieur de l’église, et au vu des cris écœurés qu’ils poussèrent, ils avaient du tomber sur le corps, le bras sectionné, le sang et toutes les horreurs qu’on pouvait imaginer dans pareil cas. La Morrigan l’avait protégé, aussi se sentit-il le devoir d’en faire autant. Prenant l’espace consacré aux questions, il la laissa se cacher dans les ombres. Un bruissement d’aile lui indiqua qu’elle s’était envolée, sans doute pas très loin, mais en tout cas à l’abri des questions et de l’embarras qu’elles amenaient toujours avec elle, comme un invité mal poli qui viendrait piquer les saucisses-cocktails dans une soirée privée.

Il trouvait désagréable toutes ces questions enchainées, et il profita d’un mouvement d’humeur écœurée d’un des caméramans, et de l’intérêt soudain de la journaliste pour un détail croustillant, pour utiliser une excuse vieille comme le monde, aussi malpolie que les pic assiettes à la soirée privée.

« Désolé, mais avec tout ça, j’ai besoin d’aller au petit coin… »

La tête de la journaliste valait mille récompenses en soit, et si un corbeau avait put rire, Blake aurait juré entendre un cri qui y ressemblait fort non loin, peut être dans cet arbre biscornu, la bas.

Il n’entendait déjà plus les remontrances indignées de la journaliste, mais il n’en avait pas moins la caméra qui le filmait en vue. Alors il leur joua un tour dont il se savait capable sans que ça parte en catastrophe. Il anima la caméra, selon sa volonté, et la força a revenir au moment ou ils avaient filmé son visage. Il ne toucha pas à l’audio, mais décala la superposition de trames, simplement en activant l’effet intégré à l’engin, et la laissa reprendre ou elle en était. Ils auraient une bonne surprise en arrivant au studio. Son visage serait flouté, comme on peut le voir parfois dans les interviews chocs, et lui en attendant, il irait soulager sa vessie. Il avait eut de la chance que l’hélicoptère n’embarque pas un studio de montage en direct, comme ça arrivait parfois. Le support avait beau être numérique, il enregistrait et pouvait être corrigé, comme il l’avait appris depuis qu’il arpentait le monde moderne.

Cependant les sirènes de polices s’approchaient un peu trop à son gout, aussi indiqua -t-il en celte, pour que la Morrigan entende, qu’il comptait prendre la porte de derrière. Il avait repéré la porte de la remise. Elle ne tenait que par un pan de mur, mais ça suffirait. Délimitant le contour de la porte, il se remémora l’hôpital, et lorsque la porte s’ouvrit, ce fut sur le hall d’accueil de ce qui allait, il l’espérait, être la chance de salut de la jeune femme. Il attendit qu’une forme ailée traverse avec lui pour refermer la porte. Il leur faudrait sans doute revenir et comprendre ce que l’invocateur voulait faire exactement, mais il voulait prendre des nouvelles de la victime.

« C’est ici que je l’ai amené ». Dit-il simplement.








Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 28 Fév 2018 - 2:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

avatar
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
La Morrigan
ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 22/04/1994
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2017
ϟ Nombre de Messages : 234
ϟ Nombre de Messages RP : 71
ϟ Crédits : blondiepsychedelique (tumblr)
ϟ Célébrité : Merve Bolugur
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Traqueuse d'artefact magiques
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Grande femme d'une taille de 1m72,
Ses yeux tournent au violet lorsqu'elle use de magie.
Souvent vêtue de noir.
Possède des cicatrices de brûlures veinées de lignes verte sur une bonne partie du côté gauche de son anatomie, dont un peu sur la gauche de son visage.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la magie de conjuration I

Enfant de Samhain II

Avatar de la Morrigan

Cri de la Morrigan

Abigail II

Ectomancie IV

Tout les pouvoirs
ϟ Liens Rapides : Présentation
Liens
Passeport
Journal
Quand il ne reste rien, il y a la place pour tout
Coming down from the mountain, She's a killer machine, Arm strong and her aim is true, And now she's looking at you. She's got force like a tiger; she’s the style of a dragon. When she's making her move, There's nothing you can do!

Faelan & Blake ;
L’Irlandaise ne comprit pas immédiatement pourquoi le jeune homme s’empressa avec délicatesse à saisir ses plumes qui étaient tombées. D’ailleurs, c’était aussi à ce moment-là qu’elle comprit que son visage révélé, mais cela ne la dérangeait pas dans le fond. Ils étaient maintenant égaux au niveau de leur identité, elle en oublia presque la marque de brûlure qui possédait une partie de sa joue. Quand elle vit avec ses mains pleines de ses plumes sombres murmurer quelques paroles magiques, la sorcière ne put s’empêcher de le fixer. Que faisait-il? Les plumes se mouvaient avec hésitation, puis lentement et sûrement, son masque se reconstitua.

Lorsqu’il le lui tendit amicalement, la Morrigan le considéra momentanément en silence. Un simple sourire moqueur étira ses lèvres et elle accepta le présent inattendu. Cette adorable face de selkie n’avait pas pigé qu’elle ne « portait » pas un masque. Elle glissa le masque réparé dans une moche intérieure de sa tenue de sorcière en se détournant légèrement après avoir soufflé un simple merci non sans étouffer un petit ricanement sincère.

Et elle se rendit compte que c’était la première fois qu’on lui offrait un cadeau, si on pouvait le considérer comme tel et un sentiment inconnu lui vrilla l’estomac.


Naturellement discrète, Faelan échappa à l’assaut des journalistes, dont la plus embêtante qui s’était nommée Sacha Velour, mais ce qu’elle raconta dans son monologue empressé était plus inquiétant. Ils avaient filmé à partir des hauteurs? Qu’avait-il enregistré dans leur appareil? Avaient-ils captés l’affrontement au complet? Est-ce que son visage allait être reconnu? Heureusement qu’elle avait plongé derrière un arbre qui avait survécu aux combats. Sous sa forme de corbeau, elle considéra longuement la scène et d’un froncement de sourcils plumeux, elle ordonna aux résidus d’Abigail de se défaire en givre balayé par le vent. Pendant ce temps, la face de selkie répondait maladroitement aux bombardements de questions de madame Velour. Ça servait vachement à rien de dévoiler des détails à des journalistes, de toute façon, ils changeaient toujours tout pour injecter l’intérêt dans des individus privilégiés cachés derrière leurs écrans.

Un peu trop attentive à ce que racontait le magicien, la Morrigan trouva le moyen de s’esclaffer sous sa forme d’oiseau. Est-ce qu’il avait sérieusement dit cela devant les caméras? Quel étrange garçon! D’ailleurs, il attira également son attention en mentionnant quelques paroles dans sa langue natale. Tient, voilà qui était intéressant. Il était rare, même en Irlande, de croiser quelqu’un qui pouvait lui adresser la langue de ses ancêtres.

Quelques battements d’ailes et elle s’envola dans son sillage. Ensemble, ils traversèrent le fabuleux portail du magicien et se retrouvèrent prestement dans le hall d’accueil qui sentait bon le désinfectant et le liquide antibactérien. Faelan avait oublié qu’elle n’aimait pas trop les hôpitaux. Ces endroits où on voulait aider les gens, mais qui possédaient un manque flagrant d’humanité. Était-ce ironique?

Faelan remonta habilement son large capuchon par-dessus sa tête. C’était toujours moins dérangeant de se faire regarder sous cette apparence qu’avec seulement son masque de plumes sur le visage.

- Et elle est où maintenant? S’enquit l’Irlandaise en posant ses mains sur ses hanches et en toisant les alentours. Elle remarqua bien un groupe d’infirmière aux yeux cernés qui se tenait docilement près d’un comptoir administratif, mais la sorcière n’avait pas particulièrement envie de leur parler.

Heureusement, une chance inattendue fit son apparition sous la forme d’un médecin armé d’un dossier pas très épais dont il lisait distraitement les notes.

- Ah, c’est vous! Débita le médecin qui portait une étiquette de plastique indiquant « Dr Killian ». Vous avez apporté cette jeune femme, un peu plus tôt, n’est-ce pas?

La sorcière échangea un regard avec le magicien.

Spoiler:
 




b l a c k f i s h

Revenir en haut Aller en bas



They will never hurt me again. Nobody will be able to hurt me. I am the storm, the sun that burns, the ice that freezes and the flood is me. I will become so powerful that as long as the world exists,
there will be no sorcerer more powerful than me!
by wiise

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 6 Mar 2018 - 12:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



Quand il ne reste rien...



L’endroit contrastait énormément avec le chaos qui était le point de départ de nos deux aventuriers. Pas de monstre titanesque, de sang, de destruction. Pas de sacrifice, de puanteur, de fin du monde… Et pas de journaliste horripilante avec autant de questions que d’incompréhension dans l’esprit du jeune enchanteur.

L’odeur caractéristique de l’hôpital était contrebalancée par un parfum subtil, plus humain. Les lieux semblaient avoir connu des jours meilleurs, mais ils étaient opérationnels, fonctionnels. Même avec un effectif réduit, on se sentait en sécurité ici. Comme si on allait être pris en charge, sans jugement, sans question, sans paperasserie. Il y avait quelque chose de singulier dans cet endroit.

Blake n’avait jamais aimé les hôpitaux, et se portait bien mieux loin de tels lieux. Mais étrangement, ici, il se sentait bien.
Faelan lui demanda ou était passé la victime, ayant recouvert son visage de son capuchon. Décidemment, il lui faudrait lui aussi trouver un moyen de préserver son identité. Il n’avait tout simplement pas pensé à ce genre de désagréments en se lançant spontanément dans la carrière de héros, poussé dans cette voie par un sucrier un peu trop enthousiaste.

Le médecin playboy aperçu à son arrivée fit soudain irruption, dossier en main, et le reconnu.
« oui, nous venons pour savoir comment elle va… Elle a été… vraiment malmenée … »
« Malmenée ? !! Elle a failli y rester… C’est d’une cruauté sans borne ce qu’on lui a fait subir. Il est heureux qu’elle soit dans le coma à l’heure actuelle, car je ne pense pas qu’elle aurait pu supporter le choc de la vérité ! » son regard était dur et perçant.

« D’ailleurs, ça vous ennuierait de me dire concrètement ce qui lui est arrivé ? ».
Son expression sembla se radoucir, sans doute conscient que sans ses deux interlocuteurs, la pauvre fille serait morte. Il était loin de se douter que ça allait beaucoup plus loin que ça.
Leur faisant signe de s’assoir dans un salon qui était resté accueillant contre toute attente, il leur proposa du thé et du café.

« Attention, ce dernier s’appelle « Lazare lève-toi » ! il est tellement amer ! »
. Blake mit un moment à comprendre la référence, mais ris de bon cœur lorsqu’il pensa au fameux Lazare, proche de jésus. Mais il retint un commentaire acerbe sur le fait que les gens partaient décidément beaucoup trop du principe que le christianisme était la religion « par défaut ». Pour sa part, Aidan / Blake n’était pas vraiment proche de cette obédience, y préférant les anciens dieux et le paganisme…
Après quelques instants à « siroter » leur café amer, Blake se lança.

« la pauvre faisait parti d’un sacrifice complexe, visant a priori à faire venir sur notre monde un titan de Terminus… Grace à Dame Co.. A cette charmante jeune femme, nous avons pu y mettre un terme. Mais nous redoutons une suite, ou que ce ne soit que la partie immerger de l’iceberg… Nous ne pouvons garantir que cet invocateur agissait seul, ni que cette pauvre femme soit la seule victime… C’est pour cela que nous devons l’examiner, si vous voulez bien ».

Le jeune médecin fronça les sourcils. Ce n’était pas protocolaire du tout que de laisser « des étrangers » examiner une victime. Mais le plus étrange avait sans douté été qu’il n’avait pas tremblé, ni semblé surpris des propos. Avait-il l’habitude de travailler avec des mutants ou des supers ?
Blake regarda autour de lui.
« Comment cet hôpital tient-il encore debout ? »
Le médecin rougit.

« et bien j’y contribue… Je ne le laisserai pas tomber. Il y a trop d’enjeux ici, comme vous venez d’en faire la preuve. Mais nous manquons beaucoup de moyens.. écoutez, je devrais pas, normalement, mais je vais vous faire confiance… Suivez-moi ».

Il les amena à la chambre de soins intensifs ou était maintenue la victime. Le protocole leur intima de porter des masques et gants, tant que l’état général de la jeune femme ne serait pas stable, ce qui déplu à Blake, visiblement autant qu’a Faelan…

Avec d’infinies précautions, ils révélèrent les marques de mutilation de la jeune femme… Il y avait clairement des symboles ésotériques, mais le plus surprenant était qu’elle possédait également des scarifications mystiques qui semblaient dater d’avant sa mésaventure.
« elle n’a pas été choisi au hasard », nous indiqua Faelan, étant visiblement arrivé aux mêmes conclusions que Blake.

« Non. Et il y en a peut-être d’autres… Il doit y avoir une raison pour l’avoir choisi… Mais ses symboles ne me disent rien.. Et toi ? »
Faelan semblait plus versée que lui dans la sorcellerie… Avec un peu de chance…



Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 8 Mar 2018 - 0:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

avatar
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
La Morrigan
ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 22/04/1994
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2017
ϟ Nombre de Messages : 234
ϟ Nombre de Messages RP : 71
ϟ Crédits : blondiepsychedelique (tumblr)
ϟ Célébrité : Merve Bolugur
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Traqueuse d'artefact magiques
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Grande femme d'une taille de 1m72,
Ses yeux tournent au violet lorsqu'elle use de magie.
Souvent vêtue de noir.
Possède des cicatrices de brûlures veinées de lignes verte sur une bonne partie du côté gauche de son anatomie, dont un peu sur la gauche de son visage.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la magie de conjuration I

Enfant de Samhain II

Avatar de la Morrigan

Cri de la Morrigan

Abigail II

Ectomancie IV

Tout les pouvoirs
ϟ Liens Rapides : Présentation
Liens
Passeport
Journal
Quand il ne reste rien, il y a la place pour tout
Coming down from the mountain, She's a killer machine, Arm strong and her aim is true, And now she's looking at you. She's got force like a tiger; she’s the style of a dragon. When she's making her move, There's nothing you can do!

Faelan & Blake ;
La sorcière ne s’attendait certainement pas à cette soudaine énergie provenant du médecin, mais cela n’était pas si étonnant que cela vu la condition catastrophique dans laquelle elle était arrivée. Surtout que son « héro » était disparu aussitôt sans laisser de trace après l’avoir apporté à l’hôpital en premier lieu.

- La vérité où elle était trop faible pour se défendre elle-même? Évoqua à voix basse un peu méchamment Faelan en roulant des yeux.

Faelan suivit docilement les deux hommes et déposa son séant sur un fauteuil qui en avait déjà vu plusieurs. Elle n’accepta ni le café, ni le thé et ne comprit pas la référence à ce fameux Lazare. Le magicien semblait avoir compris la référence ou la blague, peu importe ce que c’était, après un moment. La jeune femme se contenta de regarder les deux messieurs l’un à la suite de l’autre, pressée d’en finir et de mettre ses mains sur la fameuse victime. Pendant que le silence régnait entre les trois individus, la dame corbeau arpenta les alentours du regard, ce n’était vraiment pas un hôpital digne d’un grand film, mais ça représentait bien la réalité, selon elle.

- J’espère qu’il n’agissait pas seul, cela serait une perte d’un si grand rituel, commenta la jeune femme sans vraiment attention à ses paroles qui pouvaient sonner terriblement étranges à des inconnus. L’examiner n’est pas une mauvaise idée, visiblement, la chose n’avait pas à lui arracher le cœur ou le foie pour faire fonctionner le moindrement son invocation, enfin peut-être qu’on est arrivé juste avant cette partie là…

Elle se retint de répondre à son nouvel allié que l’hôpital était certainement toujours debout parce que des gens en avaient encore besoin. Même si les gens étaient dépourvus de maux et de maladies, les riches viendraient encore lécher les bottes des chirurgiens pour recevoir des modifications corporelles coûteuses.

Faelan dissimula le plus possible sa surprise devant la facilité avec laquelle le magicien avait attisé la confiance naïve du médecin. Est-ce que les humanistes étaient tous comme ça? Le cœur dans la main, mais dépourvu de suspicions? Voilà donc pourquoi les gentils se faisaient toujours tuer en premier!

*

- Sérieusement? Évoqua la dame corbeau en fixant le masque médical et les gants de la même couleur bleu d’hôpital. À vrai dire, elle comprenait le but de tout cela, la sécurité du patient, les bactéries et les fluides corporels qui s’infiltraient partout, mais cela n’en était pas moins déplaisant.

Elle enfila les gants et le masque en ronchonnant, heureuse qu’ils soient déjà décontaminés dans le processus de fabrication et s’approcha doucement de la victime avec ses compagnons masculins. La première fois, ils n’avaient certainement pas eu le temps de contemplé la victime et ses blessures ou n’importe quoi d’autre sur son corps nu. Cependant, maintenant qu’ils se retrouvaient dans le calme et en sécurité, ils pouvaient apercevoir et recueillir diverses informations sans même la voix de la victime.

Immédiatement, elle partagea son opinion, clamant que la jeune victime n’avait pas été choisie au hasard. Est-ce que cela indiquait qu’il s’agissait d’un évènement longuement planifié? Ou avait-elle vraiment été attaquée au hasard? Était-ce ElCaminoX300?

- Ces symboles sont étranges, oui, reconnut Faelan qui s’approcha davantage. Armée de ses gants, elle devait bien être autorisée à toucher la victime? Était-ce une attaque à son intégrité puisqu’elle était toujours vivante, mais inconsciente? Je ne suis pas médecin, je ne sais pas comment analysée complètement toute les blessures, mais ces scarifications ont visiblement été causées bien avant et je ne crois pas qu’elles ont été faite… cruellement? Ou comme une forme de torture.

Elle se pencha, frôla les marques du bout de ses doigts, cherchant à tracer les divers symboles qu’elle arrivait plus ou moins à bien décelés.

- Certaines personnes ou groupe d’individus de diverses cultures procèdent de plein gré à ce genre de modification corporelle au même titre que certains reçoivent des tatouages qu’ils apprécient, commenta évasivement la Morrigan en tant de traduire ne serait-ce qu’un symbole.

Sa main monta le long du bras de la jeune femme comateuse, puis ses yeux fixèrent subitement un symbole en particulier, puis d’autres. Ils étaient discrets et un peu endommagé, était-ce dû à une mauvaise cicatrisation, était-ce voulu, était-ce dû à de plus récentes blessures? De son index, elle traça quelques lignes.

- Ô grande reine fantôme, souffla la sorcière, mais c’est, elle n’hésita qu’une brève seconde, c’est une druidesse!

Elle fit signe à la face de selkie de s’approcher afin qu’il puisse voir ce qu’elle apercevait.

- Il ne sont pas à fait identiques à ce que l’on voit habituellement, mais regarde, elle pointa quelques symboles, arbre… vie, l’arbre de vie!

La sorcière était tellement animée par cette révélation qu’elle en envoya le dos de sa main avec force sur l’épaule du magicien, comme s’il s’agissait d’une évidence depuis le début.

- Que le sang d’une enfant de la terre souille le sol qui la vit naître, qu’il y soit enraciné les pas du mal! Dit-elle en voix basse, presque craintive que ces paroles malsaines puissent entamer à nouveau le rituel, même s’il manquait des ingrédients nécessaires tels qu’un cercle magique de bonne taille et la mort de la victime qui se reposait toujours sous les yeux de tout les curieux.

En voyant la mine sérieuse de médecin, elle effaça immédiatement son petit sourire fasciné de son expression ou plutôt ses yeux rieurs, elle portait heureusement toujours un masque médical.

- Ahem, pas que découvrir une druidesse dans cet état soit une situation dont il faut se réjouir, ajouta-t-elle plus doucement en croisant le regard du médecin qui avait les bras croisés sur sa poitrine. Une minute trop tard et elle aurait effectivement rejoint la terre, d’accord, rangez vos sourcils désapprobateurs!

Elle se détourna froidement, évitant de ponctuer sa dernière phrase d’un « stupide médecin ».

Soudainement, ses yeux s’arrêtèrent sur une marque particulière qui n’avait étrangement pas attiré immédiatement son attention lors de son observation initiale. Une sensation désagréable et terrifiante gronda en elle et sa tête hurlait de tourner les yeux dans une autre direction, qu’il n’y avait rien d’intéressant à voir ici. Pourquoi diable était-elle née avec cette obsession de tout connaître, cette curiosité digne de tuer un chat trop intrépide?

L’Irlandaise s’approcha lentement des pieds de la druidesse, une boule se formant dans sa gorge, ses doigts frémissant sous une terreur qu’elle tentait toujours de maintenir enchaînée au plus profond d’elle-même.

Elle s’arrêta subitement vers les pieds partiellement recouvert de la victime et découvrit des talons recouvert de marques de brûlures veinées de lignes verdâtres. À la vue de cela, la sorcière perdit momentanément l’équilibre et recula brusquement. Une douleur lui comprima la poitrine et elle commença à haleter en portant une main tremblante à son visage qui portait partiellement des cicatrices similaires.

La lame d’un grand couteau transperça lentement la vieille chair de la matriarche du culte de la Morrigan. Le regard de Faelan était rivé sur la fleur pourpre qui s’étendait sur la robe de la femme qui l’avait élevé... ou presque. La lame du poignard rougeoyait du sang poisseux de la vieille sorcière dont l’expression était tordue par l’incrédulité et une douleur qui n’allait pas être brève. Au plus profond d’elle-même, l’Irlandaise savait clairement que se faire poignarder dans le ventre était une mort très lente et douloureuse, aussi longue que s’ouvrir les veines sous le coup du désespoir.

L’odeur de la chair brûlée se mêla aux cris de terreurs environnants, à la fumée étouffante et aux flammes vertes qui avalaient absolument tout sur leur passage. Des langues de feu se précipitèrent agressivement dans sa direction, mais son corps ne bougea pas d’un poil. Elle était coincée ici et elle allait mourir comme ses ancêtres, immolée dans un torrent de flammes et de flammèches.


Une pression sur son épaule ramena violemment Faelan à la réalité, ou presque. Elle se trouvait maintenant assise par terre, le corps froid et les pupilles dilatées. Son regard affolé croisa celui du médecin qui s’était agenouillé devant elle et qui semblait non seulement inquiet, mais aussi en douleur.

- Ça brûle, j’ai mal! Dans sa tête, les flammes infernales étaient toujours sur elle, en train de lui arracher de force chaque brin de peau saine. Aidez-moi, quelqu’un!

La pression se fit plus ferme, c’était en fait une main sur son épaule qui la maintenant fermement en place. Ses yeux dilatés trouvaient à nouveau ceux du docteur Killian. Ses lèvres bougèrent, mais elle n’entendit pas sa voix, prisonnière d’une autre réalité.

Puis peu à peu, son corps se détendit et elle cligna plusieurs fois des paupières. Elle découvrit peu à peu qu’il n’y avait pas de flammes verdâtres dans la chambre d’hôpital et qu’elle était en sécurité, selon les circonstances. Le docteur Killan était toujours agenouillé devant elle, ses mains sur ses épaules et la raison pour laquelle il semblait en douleur étaient parce que les pouvoirs d’Abigail s’étaient manifestés sous l’idée d’un danger imminent et la glace noire avait partiellement avalée la main du médecin. « Oh non » songea avec horreur la jeune femme en reprenant ses sens en main.

La glace ensorcelée disparue aussitôt et le docteur pu enfin reprendre possession de sa main. Heureusement, il semblait y avoir eu plus de peur que de mal, sa main ou son bras n’étaient pas blessés, peut-être juste un tantinet frigorifié.

- Je suis… désolé, marmonna vaguement Faelan qui désira de se relever de son derrière, mais ses jambes tremblantes refusèrent d’écouter ses ordres. Je vais bien, dit-elle ensuite en détournant un regard honteux.

- Ah oui, ça ressemblait vachement à un état de choc tout ça! Déclara un peu sèchement le pauvre médecin au bras encore recouvert de givre sombre.


- Parfois le commentaire le plus intelligent est le silence! Rétorqua agressivement Faelan en matérialisant faiblement des griffes glacées sur le bout de ses doigts. Ou vous voulez que je vous arrache vos cordes vocales, docteur?

La sorcière voulut arracher le stupide masque médical de son visage, mais elle sentit de la moiteur sur ses joues et elle se rendit compte avec horreur qu’elle avait possiblement laissé couler quelques vilaines larmes.


Spoiler:
 



b l a c k f i s h

Revenir en haut Aller en bas



They will never hurt me again. Nobody will be able to hurt me. I am the storm, the sun that burns, the ice that freezes and the flood is me. I will become so powerful that as long as the world exists,
there will be no sorcerer more powerful than me!
by wiise

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Mar 2018 - 11:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Indépendant Neutre
Indépendant Neutre

avatar
Indépendant Neutre

Afficher le profil
l'Enchanteur.
ϟ Âge : 25
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 02/12/1992
ϟ Arrivée à Star City : 31/01/2018
ϟ Nombre de Messages : 243
ϟ Nombre de Messages RP : 67
ϟ Crédits : (myself)
ϟ Célébrité : Bernardo Velasco
ϟ Âge du Personnage : 26
ϟ Statut : célibataire
ϟ Métier : enchanteur, artiste (peinture et sculpture)
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : hétérochromie (yeux verts, petites touches d'or dans les yeux)
Semble ne pas vieillir
ϟ Pouvoirs : Enchantement ("Charme"/"tempestus"/Hommes/bêtes/objets)
Animation d'objets
Création de portails
Création d'atouts (visualisation/discutions)
Épée de l'Âme (absorption / redirection)
Avatar du printemps (cerf / résistance aux compulsions / force)



Quand il ne reste rien...



Ce docteur Killian n’avait pas l’air spécialement étonné ni même affolé des révélations de Blake. En fait, tout dans son attitude transpirait la sérénité, ce qui, vu les circonstances, n’était pas commun. Blake soupçonna aussitôt ce médecin d’être bien plus que ce qu’il laissait transparaitre.
Chacun avait le droit à ses petits secrets, et d’ailleurs, quand Blake lui demanda comment cet hôpital tenait encore debout, le Dr Killian lui répondit simplement qu’il y contribuait, malgré le manque de moyen. Il restait encore de l’espoir, donc, si des gens agissait, à leur niveau, pour aider les autres.

Blake n’avait pas spécialement de grands élans de solidarité. Simplement, il ne voyait pas pourquoi il n’aiderait pas s’il en avait l’occasion. Quant à déployer ses moyens surnaturels simplement « pour faire le mal », il n’y voyait, la encore, aucun intérêt. Et puis à présent il avait une conscience de porcelaine qui l’attendait à la maison.
Cette pensée le fit sourire, comme un gamin.

Les marques sur la jeune femme étaient vraiment étranges, et dérangeantes, pour il ne savait quelle raison exactement. Il avait déjà vu des horreurs, notamment auprès des vikings de son enfance, mais il y avait comme un air de maléfice persistant autour de cette jeune femme. Qui était-elle ? Et comment s’était-elle retrouvée embarqué dans cette horrible histoire de sacrifice… Le pouvoir, il le savait bien, pouvait être volé.

Lorsqu’il était jeune homme, a l’aube de ses quinze printemps, l’on avait essayé de lui voler son essence vitale et son pouvoir. A présent une partie de son âme était emprisonnée dans une tapisserie ancestrale, qu’il gardait dans un endroit secret, et qu’il devait observer régulièrement sous peine de perdre toute empathie..

La texture des gants de plastique ne lui plaisait pas. Il n’aimait pas le plastique, décréta -t-il sur le champ. De toutes façons, aucun mot de plastique de sa connaissance n’avait un bon goût. Il ne voyait tout simplement pas quoi faire avec cette matière première, ou pas si première que ça, d’ailleurs.

Dame Corbeau était visiblement concerné par l’observation attentive de la victime, car elle ne tarda pas à commenter ce qu’elle trouvait au fur et à mesure.

Je ne suis pas médecin, je ne sais pas comment analysée complètement toute les blessures, mais ces scarifications ont visiblement été causées bien avant et je ne crois pas qu’elles ont été faite… cruellement? Ou comme une forme de torture.

« oui, donc des scarifications rituelles. Elle s’est infligé ça toute seule, ou son clan, quel qu’il puisse être… Mais je ne vois pas… »

Faelan continua, allant dans son sens. Des scarifications rituelles, pas forcément mystiques, d’ailleurs. Comme des rites de passages, ou simplement des signes ostentatoires d’appartenance à un groupe ou une ethnie, peut être même une certaine religion.
Puis le verdict de la sorcière de glace tomba. Une druidesse ? Voila qui lui parlait.

« Une druidesse ? Donc avec un lien spirituel fort avec la nature, la forêt, les bénédictions et malédictions, et les transformations… Si.. Si quelqu’un trouvait le moyen de pervertir ces dons mystiques, il aurait un pouvoir assez effrayant sur un sol consacré déjà désacralisé.. Au hasard, une église… »

Oui. Mais dans quel but réel ?
La main claquée sur son épaule ne le dérangea pas. Mais les paroles suivantes, oui.
- Que le sang d’une enfant de la terre souille le sol qui la vit naître, qu’il y soit enraciné les pas du mal!

Et puis une chose étrange se produisit. Blake, qui observait tout naturellement Faelan, la vit soudain observer les pieds de la jeune femme, et tout son corps criait une terreur enfouie depuis longtemps, bien que le masque lui cache une partie du visage… Que lui rappelait cette marque en particulier ? Qu’avait-elle vécu ? Qu’avait-elle vue, peut-être, dans des cendres divinatoires ou dans les tripes d’un oiseau sacrifié ?

Blake voulu se rapprocher et consoler, mais ne savait pas vraiment comment s’y prendre. Surtout avec une quasi inconnue, même s’ils s’étaient sauvés la vie l’un l’autre.

Le docteur Killian, lui, savait quoi faire. Il pressa alors simplement son épaule, alors qu’elle s’était affalée par terre, sous le regard affolé de Blake. Ce dernier savait que dame corbeau pouvait être plus forte, et il eut peur qu’elle n’use de cette force envers le médecin. Mais le médecin en question semblait serein, sur de lui. Blake n’aurait juré de rien, mais il lui semblait qu’il y avait comme une sorte d’aura... Autour de lui, qui maintiendrait son intégrité… Etait-il magicien lui aussi ? Il n’en avait pas les caractéristiques, mais après tout, la magie était aussi versatile et polymorphe que ses utilisateurs…

Mais la sorcière de glace avait agit, sans doute contre sa volonté, et une glace noire recouvrait à présent la main et une partie du bras du docteur. Blake n’avait pas envie de blesser Faelan, aussi ne tenta-t-il pas d’attaquer la glace, d’autant plus que la maitrise de la jeune femme sur cette dernière était évidente, vu la vitesse à laquelle elle parvint à la faire disparaitre. Il ne valait mieux pas l’avoir comme ennemie, et Blake se félicita que ce ne fut pas le cas.

Dr Killian perdit en partie son flegme et fit un reproche à Faelan, qui ne tarda pas a exploser à son tour… Le petit écureuil qui rebondissait dans l’arbre de ses pensées ne trouva aucune solution immédiate pour gérer cette crise. Mais Blake savait que lui et elle avaient des racines communes, et elle avait semblé positivement étonnée d’entendre des anciennes paroles dans la langue natale de Blake, à l’époque ou il arborait fièrement son vrai nom, Aidan.

Il n’était pas un grand enchanteur. Pas encore. Mais il connaissait quelques tours… Comme celui d’emprisonner un son et de le diffuser sur une autre surface, pendant un temps relativement court, mais souvent suffisant pour une musique. L’hôpital était très peu encombré, ni par les gens, ni par les meubles, aussi lui fut-il aisé d’imaginer une harmonique dans les échos.

Alors, faisant les gestes nécessaires, il avisa le couloir non loin, les murs, et imagina les fissures, la porosité des matériaux les entourant. Et il chanta. Cette vieille chanson que sa mère usait autant que son aiguille sur son ouvrage, mais qui pourtant semblait flambant neuve à chaque interprétation. Dans une langue ancienne, aux origines celtes et vikings, elle chantait l’histoire d’une fille qui était la proie d’une malédiction, car elle était sorcière, mais qui trouvait néanmoins la force de se battre et de vaincre. Il avait longtemps cru qu’elle racontait sa propre histoire. Aujourd’hui, Blake la chanta à son tour et y mêla son pouvoir d’enchantement pour qu’elle se réverbère, en écho, décalés, en harmoniques simples et enchanteresses…

La musique et le chant ne dura pas longtemps, mais suffisamment pour que l’enchantement opère. Ce n’était qu’un petit tour, mais il apportait un peu de poésie au monde. Voila pourquoi il voulait s’améliorer. Pour que ses petits tours deviennent des œuvres…. Il savait danser, sculpter, dessiner. Le chant, il se débrouillait. Mais la musique venait du pouvoir, et de l’idée, tout simple, que des sons, des rimes pouvaient tout changer

Il ne lui fit pas l’affront de l’aider à se relever, mais il ne baissa pas les yeux non plus, lui signifiant qu’il n’y avait pas lieu d’avoir honte.

Quand la décence le lui permit, il commenta simplement.

« ils voulaient donc désacraliser les lieux, et les pervertir, en plus d’invoquer cette monstruosité titanesque… M’est avis que l’église et les environs auraient pu servir de base de corruption. Mais notre ami le desacralisateur ne doit surement pas être seul. On a un peu de répit, car les journalistes sont sur place, mais on doit enquêter là-bas. Qui sait quelles autres horreurs trainent… »

Le dr Killian semblait réfléchir… Blake aurait juré qu’il voulait les accompagner…



RP FINIT ET SUITE:
 

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Mar 2018 - 18:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Vigilant Indépendant
Vigilant Indépendant

avatar
Vigilant Indépendant

Afficher le profil
La Morrigan
ϟ Âge : 24
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 22/04/1994
ϟ Arrivée à Star City : 25/11/2017
ϟ Nombre de Messages : 234
ϟ Nombre de Messages RP : 71
ϟ Crédits : blondiepsychedelique (tumblr)
ϟ Célébrité : Merve Bolugur
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Traqueuse d'artefact magiques
ϟ Réputation : Niveau 2
ϟ Signes particuliers : Grande femme d'une taille de 1m72,
Ses yeux tournent au violet lorsqu'elle use de magie.
Souvent vêtue de noir.
Possède des cicatrices de brûlures veinées de lignes verte sur une bonne partie du côté gauche de son anatomie, dont un peu sur la gauche de son visage.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la magie de conjuration I

Enfant de Samhain II

Avatar de la Morrigan

Cri de la Morrigan

Abigail II

Ectomancie IV

Tout les pouvoirs
ϟ Liens Rapides : Présentation
Liens
Passeport
Journal
Quand il ne reste rien, il y a la place pour tout
Coming down from the mountain, She's a killer machine, Arm strong and her aim is true, And now she's looking at you. She's got force like a tiger; she’s the style of a dragon. When she's making her move, There's nothing you can do!

Faelan & Blake ;
Le docteur et la sorcière n’avaient visiblement pas débuté cette rencontre dans la joie et la bonne humeur, mais Faelan savait bien au plus profond d’elle-même qu’il voulait simplement bien faire. C’était un médecin qui gérait un hôpital croulant sous les catastrophes et les patients, cela prouvait bien qu’il avait un bon caractère et qu’il n’était pas ceux du métier qui couraient qu’après l’argent. Cependant, même si elle s’était calmée, cela ne changeait pas qu’elle détestait être touchée, surtout par un étranger et qu’elle ne portait pas les hôpitaux dans son cœur. Jamais elle ne comprendrait d’où venait ce dédain, elle qui avait vécu dans les plaines et les bois ou dans un domaine renfermé, loin de la population normale.

Elle grimaça, tentant de chasser les mauvaises images du passé hors de son esprit, cherchant le sang-froid avec lequel elle se comportait normalement. Les cicatrices douloureuses n’étaient rien à comparer aux visions d’autrefois.

Une calme mélodie parvint soudainement aux oreilles de Faelan qui jeta immédiatement un regard en direction du magicien. Elle plissa ses yeux partiellement verdâtres et se concentra sur les paroles de ce chant bref et revigorant. Si la langue de ses ancêtres pouvait un jour être le signe d’un grave danger, cette fois-ci, elle se sentait tout bonnement en sécurité. La rumeur des paroles passèrent calmement au travers des murs, apportant sa douceur au sein de l’hôpital.

La poésie l’aida à reprendre son calme, puis elle se releva finalement par elle-même. Elle s’était débrouillée toute seule jusqu’à maintenant, elle parviendrait à poursuivre cette voie. Les commentaires de la face de selkie ne la laissèrent pas indifférente. Elle réfléchit donc à la meilleure méthode à suivre.

- Le sol d’une Église est pourtant un endroit tellement « consacré », même si cette religion est une épine dans le pied, je n’irais pas là-bas nécessairement pour procéder à un rituel démoniaque ou à quelque chose qui y ressemble, ça compliquerait inutilement la chose, elle réfléchit silencieusement pendant un instant, à moins que… cela ne soit une attaque directe envers l’Église et se qu’elle représente.

Il y avait plusieurs groupes qui ne se gêneraient pas d’envoyer leur majeur au christianisme, aux églises et ce qu’elles représentent ou juste à la religion en tant que tel. Cependant, si elle voulait insulter le Dieu chrétien, ne serait-il pas plus simple d’invoquer un démon après avoir perverti suffisamment les lieux? Cette histoire devenait de plus en plus compliquée.

- Et si le sacrifice n’était pas supposé avoir lieu là-bas? Songea la jeune femme à voix haute. Une druidesse sacrifiée dans un lieu dédié à son mode de vie apporterait certainement de meilleurs résultats... ou alors le contraire. Elle songea à la nature elle-même qui pourrait ne pas apprécier que l’on s’en prend à l’un de ses serviteurs. Les druides sont également connus pour s’adonner à la divination, je me demande si elle savait ce qui l’attendait…

Peut-être était-elle ElCaminoX300.

La dame corbeau fixa les deux hommes de son regard perçant et s’attarda un peu plus sur le docteur Killian. Pourquoi avait-elle l’impression qu’il était très intéressé par leur conversation et qu’il semblait presque vouloir se joindre à eux?

- La face de selkie a raison, il faudrait retourner sur les lieux du crime ou alors avoir une conversation avec la victime, même si je ne suis pas certaine qu’elle va se réveiller bientôtt, dit-elle finalement avant de toiser le médecin.

Elle arracha le masque médical sans prévenir et les plumes noires qui parsemaient son regard disparurent lentement sous sa chair. Maintenant à découverte, elle observa les deux hommes en silence.

- Je m’appelle Faelan, dit-elle sérieusement, révélant ainsi son identité à tous.

To be continued...


b l a c k f i s h

Revenir en haut Aller en bas



They will never hurt me again. Nobody will be able to hurt me. I am the storm, the sun that burns, the ice that freezes and the flood is me. I will become so powerful that as long as the world exists,
there will be no sorcerer more powerful than me!
by wiise



Quand il ne reste rien, il y a la place pour tout...[rp libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


Sujets similaires

-
» Quand un homme a honte de lui, il est impitoyable pour les autres. [PV Take et Shy]
» Pédophilie: pourquoi la justice ne fait rien ?
» Rien de mieux que l'air marin! (libre!)
» [CLOS] Quand la valse s'emmêle... {Aoi}
» Il y a un temps pour tout [Pomona]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-