AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Le retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_1Le retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_2bisLe retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Le retour de l'enfant prodige - Victoria

 
Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 14:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il n’était plus besoin de rappeler cette capacité qu’avait raphaël à perdre la notion du temps. Quand on avait déjà vécu plusieurs millénaires, les minutes se fondaient en heures, puis en jours puis en semaines sans qu’on s’en aperçoive. Mais l’Olympien avait aussi le sens des affaires et si le marché parallèle institutionnalisé avec Casey était une création récente, il n’en était pas moins lucratif. Il n’avait pas besoin d’argent, mais n’allait pas non plus cracher sur la prime récoltée lors de leur unique transaction. Sans compter qu’ils s’étaient amusés, surtout à Amsterdam.

Un rendez-vous hebdomadaire avait été convenu, mais comme la jeune femme lui servait d’horloge - désolée pour elle, mais encore une fois, perte de notion du temps - il ne s’inquiéta pas outre-mesure d’avoir loupé un rendez-vous avant la deuxième semaine. Il ne se formalisa pas non plus de réaliser qu’il s’était déjà écoulé deux semaines. Une invasion, et on avait soudain beaucoup d’imprévus.

Le dieu des voleurs se rendit donc au Red Night, à l’heure prévue, le jour prévu. Il ne trouva pas Casey derrière le bar, mais Dawn. Comme elle ne pouvait pas le sentir, il ne s’en formalisa pas spécialement non plus. Il lui adressa tout au plus un vague geste de la main, et alla tout seul, comme un grand, vers les escaliers qui menaient au salon privé.

Elle est pas là”.

Il se retourna vers elle, les mains dans les poches. Autant dire qu’à se stade, il ne se souciait encore de rien.

Elle revient quand?

Histoire qu’il sache s’il pouvait se permettre de l’attendre ou non. Encore une fois, il connaissait l’opinion de la jeune femme à son égard. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle pousse l’audace jusqu’à lui rire au nez.

Sérieux, elle t’a pas mis au courant?

Au courant de quoi?

L’endroit était mal éclairé, mais il était évident qu’elle n’était pas dans son état normal. S’il avait dû mettre un mot là-dessus, il l’aurait qualifié de “bourrée”. Le verre qu’elle porta à ses lèvres juste après confirma sa première intuition. Elle ricana encore et poussa vers lui une feuille froissée et tâchée. Il la fixa encore une minute, puis se décida à lire le message. Son expression ne changea pas, il avait trop l’habitude pour ça, mais le contenu de la lettre ne le laissa pas indifférent. De toute évidence, il était inutile de s’attendre à Casey.

Quand?

Y a presque deux semaines”.

Hum… je vois”.

Il rendit la missive à Dawn.

Tu savais pas”.

Un constat, plus qu’une question, avec tout de même une pointe d’étonnement. Non, il ne savait pas. Il n’avait pas été en contact avec la jeune femme depuis Florence et leur périple autour du monde. Ni lettre, ni appel, ni prière. Rien pour lui annoncer le départ de Casey, et le retour de Victoria. Il se sentait un peu plus blessé qu’il ne voulait bien l’admettre. Disons qu’il s’interrogeait. Il pouvait comprendre une rupture. Il ne comprenait pas pourquoi il n’avait pas eu droit au même respect que les autres.

Au revoir Dawn”.

***

Star City n’avait plus aucun secret pour lui. Il savait où se rendre pour confirmer les dernières rumeurs, et le retour d’une Neutron-Grey, en disgrâce depuis presque un an, aurait fait les choux gras de la presse en temps normal. On était en temps de guerre, et il devait se contenter de rumeurs. L’occasion, au passage, d’apprendre des tas d'âneries sur à peu près tous les Légionnaires. Une rumeur disait qu’untel était mort, et une autre, qu’il avait détruit, à lui tout seul, l’équivalent d’une ruche de drones le lendemain.

Il s’installa dans deux bars, avant d’enfin entendre une rumeur sur le sujet qui l’intéressait dan le troisième. D’apparence concentré sur son verre, il avait néanmoins l’oreille tendue pour capter une conversation derrière lui, un agent de l’UNISON rapportait la dernière rumeur à un ami. A mi-voix, il lui raconta que Bidule, lui avait dit que Machin, lui avait dit que Truc avait croisé une blonde, alors qu’il partait du Bigsby Building, et qu’il était persuadé qu’il ne s’agissait de nul autre que Victoria Neutron-Grey. L’autre de répliquer qu’elle avait disparu, et le premier de pointer qu’elle avait l’un des visages les plus connus au monde, et que Truc savait encore à quoi elle ressemblait, merci.

Raphaël, bien sûr, savait que cette rumeur tenait sans doute du vrai. Contrairement aux deux hommes qui échangeaient à voix basse, il savait précisément ce qu’avait fait la jeune femme pendant cette année où elle avait disparu. Son retour au Bigsby avait également du sens, c’était le domaine des NG, et elle en était une. L’Olympien cherchait autant à confirmer cette hypothèse qu’à en confirmer une autre. S’agissait-il vraiment de Victoria, ou bien d’un sosie, et Casey était-elle en danger ? Tiré par les cheveux? Hum… Oui et non.

Il vida son verre, laissa un billet trop conséquent pour régler sa note, et fila vers la résidence des NG. Il se posa non-loin, sur le bâtiment le plus proche. Il était toujours un peu furieux, toujours déterminé, mais pas crétin au point de s’approcher trop près de l’immeuble en volant. Le plus simple aurait été d’ouvrir un portail à l’intérieur, mais encore fallait-il viser la chambre de Cas… Hum. Victoria. Il allait devoir s’habituer à ça.

Chaque chose en son temps, il fallait d’abord s’assurer qu’elle était bien là. Il claqua des doigts, et ouvrit un portail juste assez grand pour jeter un oeil dans la pièce de l’autre côté. Trois ou quatre essais plus tard, et il repéra ce qui semblait être sa chambre. Il aurait pu douter encore, mais la jeune femme s’était retournée, et il avait pu voir son profil. Il agrandit le portail d’une pensée et le franchit alors que la jeune femme, redevenue blonde, lui tournait le dos.

Je pensais avoir au moins l’honneur d’un message… je m’étais visiblement trompé”.

Il appuya son épaule contre le mur, les bras croisés. Ca ne se voyait pas, mais il était en rogne.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 14:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
29 novembre 2017.
Fin de matinée.

Malaise.

Quelques jours auparavant, elle était revenue à la demeure qu’elle pensait avoir quitté pour toujours. Les retrouvailles avaient été… Bizarres. Une chance pour elle, Adrian l’accompagnait à chaque étape, littéralement. Le vieux mage se sentait visiblement responsable, les mots blessants qu’elle avait eu à son égard en étant Casey lui causait un vague sentiment de culpabilité, même s’ils ne contenaient que la vérité la plus crue.
Elle n’allait pas se plaindre. Franchement, elle avait désespérément besoin d’Adrian, en ce moment.

Redevenir elle n’était pas si simple. Elle n’avait pas envisagé que ça le soit, comprenez, mais Dawn lui en voulait, Alice lui en voulait, et inutile d’évoquer le cas de Lukaz, qui était le plus en pétard de tous. Et encore, eux, avaient reçu un mot de sa part, contrairement à Raphaël.
Parce qu’elle ne savait pas quoi lui dire.
Parce qu’elle était morte de peur à l’idée qu’il ne la comprenne pas.
Parce qu’elle l’aimait vraiment trop pour son propre bien.

Le souci, songea-t-elle en contemplant son ancienne chambre, c’est qu’elle était Victoria… Sans l’être. Elle avait changé, durant l’année écoulée, depuis l’évasion de Dexter, en réalité. Elle avait évolué. Son premier acte de réappropriation de sa chambre avait été de déconnecter la webcam et de l’écraser violemment sous son talon. Elle s’était sentie mieux, comme une page qui se tourne.
Ensuite, elle avait trié ses vêtements.
Et quand Raphaël apparut dans son dos, elle contemplait les comics hérités de Chase, une boule dans la gorge.
Cette caisse avait symbolisé tellement : son engagement dans la Légion, sa relation qu’elle pensait indestructible avec son frère qui, finalement, l’avait abandonné.
Une autre vie.
Alors elle sursauta, en entendant la voix de son amant. Son cœur rata plusieurs battements et elle n’osa pas se retourner. Elle s’attendait à moitié à ne plus jamais le revoir, qu’il l’oublie, passe à autre chose, parce que c’était… Lui. Sa présence ici lui donnait des papillons de bonheur dans l’estomac, impitoyablement étranglés par les torsions de la crainte, de l’appréhension.
Ses mains recommencèrent à trembler et elle ferma les yeux quelques secondes.

Je…

Brillant. Débordant de lyrisme. Une argumentation en béton armé.
Elle s’obligea à se retourner, et le voir lui fit physiquement mal.
Parce qu’elle commençait à le connaître, et que cette expression neutre, elle savait ce qu’elle signifiait.
Elle l’avait blessé.
Le regarder dans les yeux était difficile, mais elle lui devait au moins ça. Des yeux absolument gris, absolument normaux.
Il ne restait rien de magique en elle, hormis les artefacts qu’elle portait. D’ailleurs, elle avait les escarpins des sept lieux sur elle.

Je suis désolée, murmura-t-elle finalement. J’ai pas arrêté d’y penser… Mais je trouvais pas… La façon… Les mots… Pour toi, tu vois, c'était trop difficile de dire au revoir. Même si t'as raison, c'est pas une excuse. Mais c'est pas que je m'en fou, c'est justement parce que ça me tient trop à cœur, avoua-t-elle toujours sur le même ton.

Elle étendit son bras pour fermer la porte à clé, parce que si Max et Tesla étaient absents, ce n’était pas le cas d’Héléna et du petit dernier de la fratrie. Comme Victoria était supposée être seule et qu’elle ne voulait pas que sa belle-sœur tombe sur son amant, pas sans une préparation préalable…

Je suis en train de trier mes affaires, même si je ne sais pas si je vais retourner vivre ici. Je squatte au Manoir depuis..., elle agita la main, vaguement.

En réalité, elle y avait réfléchi, et la raison qui la poussait à se prendre son appartement à elle se trouvait, ironiquement, debout et pas content, juste à sa porte.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 15:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La regarder était vraiment étrange. Il y avait certes le voile de la colère, mais pas seulement. Il reconnaissait son visage, sa silhouette… Mais les cheveux blonds et les yeux gris, il n’était pas habitué. Sans aller jusqu’à dire que la crinière rousse et les prunelles rouges lui manquaient la sensation n’en était pas moins étrange. Quelque part, il avait la sensation d’être face à quelqu’un qu’il connaissait, mais ne connaissait plus exactement, et commençait à comprendre ce que ça avait dû être pour les proches de Victoria, à l’apparition de Casey.

“Hey Raph’, j’ai beaucoup réfléchi, et je ne me sens plus moi comme Casey, j’aimerais redevenir Victoria” répondit le concerné en singeant une voix qui n’était pas la sienne. “Ca n’avait même pas besoin d’être en personne. J’aurais pu me satisfaire d’un message, d’une serviette en papier tâchée, d’un pigeon voyageur”.

Et en conséquence, il se fichait de ses excuses, et trouvait ses justifications risibles, parce que trop faciles. Il avait eu assez de relations avec les mortels pour savoir qu’elles duraient rarement toutes leurs vies. Il arrivait toujours ou presque, un moment où ils empruntaient des chemins qu’il ne pouvait ou ne voulait pas prendre. Aucun ne lui avait fait l’affront de couper les ponts sans explication, en tout cas, pas au point de changer à ce point.

Il se fichait aussi de savoir si elle restait ici ou ailleurs. Si elle ne voyait pas l’intérêt de braver quelques difficultés par respect pour lui, il ne voyait pas l’intérêt de se soucier de sa sécurité, ou de ses conditions de vie.

J’imagine que tu m’as encore prêté des intentions qui n’étaient pas les miennes, des réactions qui n’étaient pas les miennes, comme à chaque petite crise que Casey a pu piqué. Enfin que tu as pu piqué, j’imagine. Vous êtes bien une seule et même personne au final, non? Je t’avoue que je m’y perds…” Le sarcasme dégoulinait, bien sûr. Elle lui avait déjà expliqué tout ça, il savait très bien ce qu’il en était. Mais bon, pour une fois, il s’estimait en droit de réclamer des comptes. Il reprit sa voix singée pour continuer. “Maintenant qu’il a connu Casey, il n’aimera pas Victoria, et j’en suis tellement persuadée que je ne vais même pas lui laisser une chance de me dire le contraire.
Ce n'est pas comme s'il m'avait conseillé de m'accepter, n'est-ce pas? Et ne suis-je pas une pauvre mortelle insignifiante dans le grand tout de sa vie
”. Il retint un début de rire jaune. “J’imagine que ça vous fait déjà un point commun”. Dommage que c’était quelque chose qu’il détestait chez Casey. “Encore une fois, je pensais être au moins digne d’un message, même si c’était un au revoir. J’aimerais te souhaiter le meilleur, mais pour cette fois, ce ne serait même pas un mensonge convaincant”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 15:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle ouvrit la bouche, puis la ferma et l’écouta parler.
Sans avoir la force de continuer à le regarder.
Parce que, plus que des paroles, c’était du fiel. Un poison acide, qui lui vrillait l’âme, le cœur, le cerveau. Il lui arrachait le palpitant, le jetait au sol et sautait dessus à pied joins. Il la démolissait, mais elle l’avait bien cherché.
Il avait totalement raison.
En agissant ainsi, elle lui avait manqué de respect.
Comme à Lukaz, à Dawn, à Alice.
Et, même si elle en crevait d’envie, elle ne s’autorisa pas à pleurer.

Surtout que, à sa grande honte, qu’il le prenne aussi mal lui réchauffait un peu le cœur. Même s’il était probablement en train d’achever de la plaquer définitivement, il tenait à elle, un peu, pour se soucier qu’elle ne l’ait pas tenu au courant de ça.
C’était tordu, mais elle se satisfaisait de cette analyse.
Plus tard, elle songerait que c’était juste son ego.
Mais, heureusement, il y aurait Cass pour lui remettre les idées en place.

Elle se mordit la lèvre inférieure, aveu de culpabilité.

Oui, c’est exactement ce que j’ai pensé. Même si c’est en repensant à ce que tu m’as dit que j’ai pris cette décision. Mais bon, surprise, je suis une idiote égoïste et lâche !

Les paroles acerbes de Lukaz lui revinrent en mémoire et elle s’obligea immédiatement à les chasser. Elle serra les bras sous sa poitrine, pas pour la faire remonter, mais simplement parce qu’elle se sentait mal, nue malgré ses vêtements.

T’es digne d’un message, et je ne voulais pas, vraiment pas, te dire au revoir. Putain de merde, Raph, je t’aime et ça me rend dingue ! C’est pas parti avec le reste de l’essence onirique, c’est resté gravé, là.

Elle se frappa la poitrine avec un peu plus de violence que nécessaire.

T’avais raison depuis le départ, je suis juste longue à la détente. Mais tu sais quoi ? Ouais, j’ai totalement merdé, parce que je crevais de trouille. Je savais que Solar n’accepterait pas, que Alice n’accepterait pas, Dawn non plus, et toi… Toi, j’en savais rien, j’avais trop peur d’essayer. Parce que si j’avais parlé à un de vous quatre avant de partir voir l’Archimage, je me serai dégonflée, alors que c’est la chose que je devais faire ! Casey, c’était… Ma crise, mon médicament aussi. J’ai goûté la vie, je sais qui je suis, ce que j’aime, ce que je veux. Et oui, qui je suis inclus la crétine capable de planter des gens à qui elle tient sincèrement, parce qu’elle n’a aucune idée de la manière dont elle doit leur parler.

Et comme elle élevait la voix, elle se souvint vaguement qu’Héléna n’était pas loin. La seule qui ne débarquerait pas dans sa chambre. Peut-être la croirait-elle au téléphone…

Ce ne sont pas des excuses, t’as raison. J’ai rien de mieux à te dire, j’ai merdé, mais c’est ce que fait Victoria. Elle merde. Et elle assume. Crois-moi juste, quand je t’assure que je n’avais aucune envie de te blesser. Pas le moins du monde. J’ai juste…

Elle rit, amère.

Merdé.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 16:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle confirma qu’il avait tapé juste. Depuis le temps, il commençait à bien la connaître. Mais de toute évidence, c’était à sens unique. Elle prouvait, encore une fois, qu’elle avait de lui une image biaisée, qu’il n’avait jamais voulu lui donner, ou en tout cas, qu’il n’avait pas eu conscience de lui présenter. L’Olympien n’était même pas touché par son expression, alors qu’il était évident qu’elle était blessée. A cet instant, il s’en fichait. Disons plutôt qu’il se souciait surtout de lui. Pour autant, l’heure n’était plus au sarcasme.

Je ne sais pas qui tu prétends aimer, mais ce n’est pas moi. Tu ne me connais pas”.

Ils ne se connaissaient que depuis un an. Très peu pour lui, comparé à sa longue existence, pour elle, en revanche… Un an, c’était presque une éternité, bien assez en tout cas pour connaître quelqu’un. Il n’était certes pas n’importe qui, il était un Olympien. Sa divinité ne le rendait pas pour autant inaccessible.

“Et c’est ce que tu sembles refuser de comprendre. Ca n’avait pas à être un au revoir. Pour Casey, oui, peut-être, mais pas automatiquement pour Victoria. Parce qu’au fond, vous êtes la même personne, et que contrairement à ce que tu penses, je peux m’adapter à beaucoup de choses. J’aurais pu m’adapter à ce changement si tu estimais que c’était le mieux pour toi, et si tu m’en avais laissé la possibilité”.

Il perdait certes un contact utile dans le monde moins légal de Star City. Un réseau d’espionnage, quelqu’un pour gérer le côté administratif de certaines de ses activités. Mais il n’y avait pas eu juste ça, avec Casey. Et il n’y avait pas eu que le cul non plus, même s’ils avaient passé une bonne partie de leur temps nus. Ou habillés, d’ailleurs. Il était opportuniste quasiment tout le temps, intéressé, aussi. Mais il avait un intérêt pour la jeune femme. Elle représentait ce qu’il était venu chercher ici, quand il avait décidé de quitter l’Olympe, pendant un temps. De l’amusement, quelque chose de différent de l’immobilisme Olympien. Car on se lassait d’être toujours entouré du même millier de divinités après quelques siècles. On se lassait aussi des fêtes toujours somptueuses. Étonnamment, la vie sur l’Olympe était sans grande surprise. Avec Casey, il avait connu l’aventure. Avec Victoria, il y aurait certainement eu ça aussi. Il l’aimait bien. Pour une divinité comme lui, c’était comme un mortel qui aimait beaucoup, quelque part. Quand il y réfléchissait, l’affection qu’il ressentait pour elle était confuse. Un mélange de désir, forcément, avec l’affection qu’il avait pour des moments agréables, un intérêt pour un caractère qu’il appréciait et la sorte d’instinct qu’il avait toujours pour les orphelins.

En parallèle de ces pensées, en filait une autre, dans son esprit. L’Archimage avait été impliqué, et le manoir, mentionné plus tôt, prenait soudain une signification différente. Que le magicien se soit chargé de… Il n’était pas sûr, la revictorianiser? N’était pas étonnant. Que la jeune femme ait choisi de rester chez lui, par contre… Il ne savait pas encore quoi faire de cette information. S’il avait su que l’Archimage était le “papy” de la jeune femme…

Le plus ironique, c’est que nous avons déjà eu cette conversation. Tu es tellement terrifiée par l’idée de souffrir que tu préfères repousser les gens avant qu’ils n’aient supposément le temps de le faire. Que tu aies eu l’intention de le faire ou non, ça ne change rien. Tu blesses quand même les gens”.

Il se décolla du mur, avec cette impression de tourner en rond, et de se répéter, encore. Il avait mieux à faire de son temps.

Pour information, si tu avais eu le respect de m’en parler avant, ou même de me laisser un message, quelque part, je ne t’aurais pas poussé à changer d’avis. J’estime trop mon libre-arbitre et ma liberté pour la contraindre chez les autres. Je te fais surtout confiance, pour être la mieux placée pour savoir ce qui te convient le mieux. Sans doute aussi t'aurais-je proposé une partie de jambes en l'air, je suis obsédé comme ça. Voilà ce que tu aurais entendu, si tu m’avais fait confiance”.

Maintenant, il était bien sûr trop tard. En lui disant ça, maintenant, l'Olympien en était presque cruel.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 16:52 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cela, elle l’avait déjà entendu.
Et même si ça la blessait, elle préférait ne pas relever.
Qu’elle aime de lui une image faussée, c’était probable. Toujours est-il que ses sentiments n’étaient pas feints ou imaginés, qu’elle ne confondait pas désir et amour véritable. En changeant, elle avait aussi compris que ça ne servait à rien de se voiler la face, qu’il fallait appeler un chat, un chat.

Je ne te connais pas pourquoi ? Parce que j’ai tellement peur d’être rejetée que j’en deviens irrationnelle ? Tu crois que je ne le sais pas, tout ça ?!

Elle ne contrôlait simplement pas ses émotions, elle se laissait totalement dominer par son insécurité, et elle blessait, systématiquement, les autres. Ce n’était pas la première fois que Raphaël et elle se disputaient à ce sujet. Mais c’était peut-être bien la dernière.
Déjà, parce que ses mots la heurtaient vraiment.
Et surtout, parce qu’elle n’avait plus aucune carte en main pour le retenir, pour se justifier. Aucun trouble dissociatif de la personnalité. Juste ses actes, juste sa douleur à assumer.
Son erreur.

Oui, je blesse les gens. Je suis blessante, comme ça, singea-t-elle.

Elle grimaça, surtout pour retenir les larmes qui envahissaient ses yeux et menaçaient de s’écouler dans les secondes à suivre. Finalement, ç’aurait été moins douloureux d’aller lui parler, mais voilà… Victoria n’avait fait qu’un pas, dans la bonne direction. Il lui restait pas mal de chemin à parcourir, avant de pouvoir jeter un œil sur toute cette histoire, sans le moindre regret. Elle avait besoin, ou plutôt… Elle voulait que Raphaël reste avec elle, lui répète encore qu’il comprenait, la prenne dans ses bras et la baise tout court dans ce même lit où, un jour, dans une autre vie, elle avait perdu sa virginité avec son meilleur ami, sous l’œil de la caméra de Dexter.

Soudain, elle se sentit à l’étroit, dans cette pièce.

On en revient toujours à ça, souffla-t-elle.

Et la larme balafra sa joue. Suivie d’une autre, qu’elle essuya rageusement du dos de sa manche.

T’as le droit de croire que je ne te connais pas, t’as le droit d’affirmer que j’ai merdé, parce que t’as raison, j’ai merdé. Mais t’as pas le droit de me dire que je me plante, quand je t’ouvre mon cœur, et t’as pas le droit de me torturer en me montrant que si j’étais pas aussi névrosée, j’aurai eu une chance de te garder. Parce que ça, tu vois, je le sais déjà et ça me fait mal.

Elle prit une inspiration difficile, qui se mua en sanglot.

S’il te plait, laisse-moi. J’en ai marre de pleurer devant toi, je mérite pas que tu me prennes dans tes bras, laisse-moi, laisse-moi, LAISSE-MOI ! hurla-t-elle finalement.

Victoria connaissait assez Héléna pour savoir qu’elle avait la main sur la poignée, partagée entre le désir de respecter son intimité et la peur qu’elle disparaisse à nouveau sans rien dire. Elle avait remarqué le léger tremblement de la clenche. Depuis quand sa belle-sœur écoutait-elle ? Et combien de temps mettrait-elle à entrer ? Apercevrait-elle Raphaël, avant qu’il ne passe par son portail ?

Parce que ça ne faisait aucun doute qu’il allait la laisser.
Au fond, elle l’avait mérité.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 17:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il avait l’impression de parler à un mur. Une ironie, pour le dieu de l’éloquence, que d’être incapable de se faire comprendre de la jeune femme. D’ailleurs… Pourquoi avait-il à ce point envie qu’elle le comprenne? La réponse n’était pas si compliquée. Des mortelles, il y en avait partout, mais elle n’était pas… eh bien Victoria, maintenant.

Qu’elle l’accuse d’être cruel, à remuer le couteau dans la plaie, à lui dire qu’elle avait eu faux sur toute la ligne, et qu’avec un peu de confiance en elle, en lui surtout, ils auraient eu une conversation bien différente, ne lui faisait ni chaud ni froid.

Il est bon de savoir que tu sais plein de choses. Il serait mieux de te voir les appliquer et apprendre de tes erreurs”.

Comme elle aurait pu apprendre de leurs précédentes conversations, sur cette même variation. Elle n’apprenait pas, à croire qu’elle ne voulait pas, ou qu’elle ne voyait pas les choses. Il avait pourtant ses torts, il aurait pu se montrer plus expressif, sur certaines choses, se montrer plus clair. Quand il avait ramassé le corps brûlé de Casey, durant l’été, il avait eu peur, mais il ne lui avait pas dit, trop fier pour ça. Et puis, il estimait quelque part que ses gestes, ce jour-là, avaient suffi.

Rassure-toi, je ne comptais pas le faire” répondit-il calmement à son dernier coup d’éclat.

Une partie de lui n’avait plus envie de la voir, encore moins de la toucher. Puisqu’elle s’obstinait à penser qu’il lui briserait le coeur, et qu’il la laisserait, et tout un tas d’autres bêtises… elle avait gagné. Elle avait enfin raison. L’Olympien n’avait, pour sa part, plus envie de se prendre la tête. Des mortelles, il y en avait d’autres. Pas comme elle, certes, mais en cet instant, Raphaël considérait que c’était un avantage. D’un claquement de doigts, il rouvrit un portail.

Je te renverrais tes affaires”.

Il n’avait aucune envie que le paquet de vêtements encombre encore son dressing. Libre à elle d’en faire ce qu’elle voulait. Elle doutait que son style vestimentaire soit toujours le même.

Bon vent” lança-t-il, sans un regard pour elle, sans émotion pour ses larmes. Le portail se referma dans la chambre de Victoria, mais aussi dans la sienne, pas dans son immeuble du quartier du Parc, mais dans son palais de l’Olympe. Il sentait qu’il avait besoin d’alcool, et celui qu’offrait la Terre Prime ne lui faisait aucun effet.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 17:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle n’eut pas le temps d’articuler un « ne te donne pas cette peine ».

Bon vent, murmura-t-elle dans un sanglot étranglé.

Elle attendit par contre que le portail soit refermé pour pleurer vraiment.
Et Héléna choisit cet instant pour entrer.
La prendre dans ses bras.
Ce qui ne lui apporta pas le réconfort qu’elle attendait, mais lui permis au moins de ne pas être seule. De ne pas souffrir seule. Sa belle-sœur lui caressa les cheveux, la serra assez fort, comme pour l’agripper et l’empêcher de s’en aller encore. Elle n’était pas revenue depuis assez longtemps pour que tout soit stable, et la trouver en larmes, en crise, ne la rassurait pas.

Victoria ne parvint pas vraiment à lui expliquer.
Et elle vit bien qu’Héléna ne la croyait pas entièrement, quand elle affirmait que ça allait.
Finalement, elle cracha le morceau, en partie.

J’étais avec quelqu’un, tout ce temps, et on s’est disputé, on a rompu, en quelque sorte, tu vois ? Là maintenant.

Elle voyait. Ça, c’était rationnel. Ça, elle le comprenait.

J’ai besoin… De prendre l’air… Mais je te jure, je reviens. Peut-être que demain, mais je reviens.

Héléna lui embrassa le front, la tint encore un peu dans ses bras, le temps que la première vague passe. Puis Victoria se redressa, s’éloigna vers la porte, s’arrêta.

Tu peux… Faire en sorte que la boîte de Chase ne soit plus là, quand je reviens ? Donne-les pour des enfants défavorisés, brûle-les, je m’en moque, mais je ne veux plus les voir.

Le pendentif d’Alkoor autour du cou, elle sortit dans la rue. Les yeux rougis, son maquillage, heureusement léger (et surtout waterproof) n’avait pas coulé. Elle chercha son téléphone portable, se rappela trop tard que le nouveau ne lui permettait pas d’accéder à ses archives. Elle fouilla dans sa mémoire, pesta, puis fit demi tour, parce que la réponse se trouvait dans un artefact qu’elle avait laissé dans sa chambre. Elle embarqué le journal de Malygos, qui rétrécit pour entrer dans la poche intérieure de sa veste d’hiver, après qu’elle y eut retrouver l’adresse de Cass.

Elle s’y rendit à pied, ce qui lui rafraichit un peu les idées.
Assez pour se rendre compte qu’elle ne devait pas se pointer les mains vides.

Elle s’arrêta dans une supérette du centre dont les rayons étaient assez vides, et en visita trois autres avant de trouver deux bouteilles d’alcool qu’elle paya à prix d’or. Puis elle s'arrêta sur le perron de la maison à Kane Street. Elle connaît bien le quartier, elle y a passé beaucoup de temps, ces derniers jours. Étrange, elle n'avait pas réalisé jusqu'ici.

Salut, merde, c’est génial que tu sois là, j’étais pas sure franchement. Et j’pouvais pas trop téléphoner à la Tour de la Paix, c’est toujours tendu avec Zack, tu vois… Je peux rentrer ?

Comme Cass ne protestait pas, Victoria y vit un accord tacite et pénétra dans sa maison. Elle espérait vaguement qu’aucun œil indésirable n’était braqué sur elles, mais vu les bouts de scotch qui cachaient les caméras de tous les appareils électriques, elle en doutait.

J’ai apporté ça. J’sais pas ce que ça vaut, mais y’avait plus que ça dans les rayons, alors en vrai, ça doit pas être terrible. Tant que ça se boit…

L’eau fonctionnait bien aussi, mais avait le désavantage de ne pas murger la gueule de qui que ce soit.

Désolée, j’suis paumée, et t’es la seule personne qui soit au courant pour Raph et moi, enfin… Qui comprenne le truc. J’ai besoin de parler. Je sais, c’est naze de débarquer comme ça pour balancer ça, mais hey, je suis une connasse égoïste, alors autant tenir le rôle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 17:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cass avait toujours été du genre à dormir dans des positions bizarres. Les fesses en l’air, en boule, étalée sur tout le lit. Parfois, à se réveiller avec la tête au pied du lit. En ce moment, son sommeil était souvent agité, ce qui ne faisait qu’aggraver son cas. Par exemple, elle s’était réveillée à presque midi - elle s’était couchée au petit matin avec sa dernière patrouille - emmêlée dans ses couvertures, le chien dans les bras, et la Cape par-dessus. Jasper, et heureusement, ne dormait pas chez elle à proprement parlé, mais dans le sanctuaire. Principalement, parce qu’il ronflait. Et aussi parce que le sanctuaire disposait d’une cellule et qu’il était toujours un pyromane névrosé.

La jeune femme se traina une bonne partie de la journée, du petit-déjeuner à la douche, à son canapé, trop épuisée, à bien des niveaux, pour faire quoi que ce soit. En temps normal, elle aurait allumé la télé, et aurait comaté devant, mais l'électricité faisait des va-et-vients, et surtout, on ne voyait plus grand chose à l’antenne.

Alors forcément, quand elle entendit frapper à sa porte, sa première réaction, inconsciente celle-ci, fut de sursauter. Déjà qu’elle ne recevait pas beaucoup en temps de paix, mais alors en temps de guerre… La seconde, fut de se demander si elle n’avait pas rêvé. Comme elle entendit frapper une nouvelle fois, apparemment non. En plus, Pepperoni, la chienne, aboyait comme une folle devant la porte. Elle parvint à s’extraire du canapé et traina des pieds jusqu’à la porte en se faisant la réflexion que, bizarrement, elle ne sentait personne.

Elle eut une réponse à sa question quand elle se retrouva face à une jeune femme qu’elle n’identifia pas tout de suite comme Victoria Neutron-Grey. Principalement parce qu’elle en était restée à la chevelure rousse et les yeux de la même couleur, et aussi parce qu’elle était comateuse. La preuve, elle était encore dans le jogging qui lui avait servi de pyjama, les cheveux mal attachés, et une veste trop grande par-dessus tout ça.

Il lui fallut une bonne minute, le temps que Victoria lui fasse son petit laïus pour qu’elle reconnaisse vraiment le visage qu’elle avait devant les yeux - ce qui impliquait au passage, une bonne centaine de questions. La canadienne ne dit rien, mais elle s’écarta du passage et poussa son chien du pied pour libérer le passage, ce que la NG interpréta correctement comme une invitation à entrer.

Quand la canadienne ferma la porte derrière elle, elle était tout au plus un peu mieux réveillée… mais toujours mindfuckée. Elle avait loupé combien d’épisodes exactement? Elle était peut-être en train de faire un rêve bizarre songea-t-elle alors que la blonde lui montrait deux bouteilles d’alcool et continuait à expliquer la situation. Enfin… expliquer la situation… Cass avait l’impression de la comprendre de moins en moins à chaque nouveau détail.

Oooook” lâcha-t-elle enfin.

C’était le premier mot qu’elle prononçait depuis l’arrivée de Victoria, et en prime, elle avait laissé passer, sans s’en rendre compte, une bonne minute entre la fin de sa demande et sa propre réponse, très élaborée.

Euh… ok, pardon. Est-ce que euh… est-ce qu’on peut s’attarder deux minutes sur… sur…

Elle désigna vaguement la jeune femme des deux mains. Elle rêvait là, non? … Non?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 18:27 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Victoria était installée dans le canapé de Cass et grattouillait l’oreille de sa chienne, qui remuait joyeusement la queue.
Non, n’y voyez aucun amalgame d’aucune sorte.
Elle avait fini par se taire et par comprendre que sa « BFF » proclamée après une soirée beuverie était plutôt choquée. Était-ce de la revoir ? D’apprendre qu’elle connaissait son adresse ? Ou cela avait-il plutôt un lien avec son changement d’apparence ? Oui, elle touchait au but !

Oh… Euh… Ouais. Tu sais quoi, installe-toi et moi, je vais trouver des verres.

Parce que vu ses fringues, ses cheveux en bataille et la marque de coussin sur sa joue, elle avait dérangé l’héroïne pendant sa journée de congé. Victoria se releva, trouva la cuisine et n’eut besoin d’ouvrir que trois placards avant de tomber sur des verres qui certes, n’étaient pas forcément prévus pour de l’alcool (rapport que c’était des gobelets en plastique fluo) mais qui serviraient bien pour cette fois. Elle ouvrit la bouteille, versa un demi verre pour chacune et tendit le sien à Cass.

Elle s’installa à côté d’elle, sur le canapé. Pas trop proche pour ne pas envahir son espace vital, mais assez pour qu’elles parlent tranquillement. La chienne décréta qu’elle serait très bien entre elles deux et sauta sur le canapé, sans doute dans l’espoir de recevoir quelques caresses. Elle lui rappelait Seto.
Et elle lui rappelait aussi qu’elle devait régler la question de son chat.
Enfin, de son bakeneko.

Surpriiiiiise, commença-t-elle parce qu’elle n’avait pas vraiment l’inspiration pour faire mieux. Je suis de retour. Et je te jure que je suis moi, pas un robot Otaku. Tu peux me frapper si tu veux, pour vérifier, ou euh.. En vrai, je ne sais pas trop comment vérifier, mais c'est moi, juré. Je sais, on s’y attend pas, mais j’ai eu une crise existentielle et j’ai compris où était vraiment ma place. Et, spoiler alert, ce n’était pas en tant que Noctis. Ce qui, évidemment, a causé pas mal de problèmes avec mon ancien associé qui a menacé de me tuer, avec ma meilleure amie qui a des crises psychotiques par ma faute, avec Dawn, ma barmaid, qui doit sûrement m’avoir maudit sur sept générations et avec Raphaël, qui vient de… Plus ou moins m’envoyer chier définitivement y’a oh, déjà quarante-cinq minutes. C’est dingue comme le temps ne passe pas.

Et pour faire passer la pilule, elle goûta à cet alcool qui se révéla avoir un goût très fort, plutôt désagréable, mais ça ne l’empêcha pas de vider la moitié de son demi-verre.

Et je peux pas vraiment en parler avec ma famille, parce que pour qu’ils comprennent le fond du problème, il faudrait qu’ils sachent que c’est un dieu. Sauf que, c’est son secret et même s’il me déteste, j’ai pas le droit de trahir son secret. C’est un peu comme Solar, il a menacé de me tuer si je parlais de ses installations, tout ça, mais ça m’est même pas venu à l’esprit. C’est bizarre, tu crois ? D’être du bon côté de la justice et, en même temps, de couvrir des criminels ? Ou des dieux, aussi. Parce qu’il est pas tout rose, mais je me dis, hey, c’est un dieu, et pas des moindres, alors quel genre de prison va le retenir ? Il se contente de voler des trucs, en plus, y’a pire. Qu’est-ce que je disais, déjà…

Elle vida son verre, le remplit, et la mémoire lui revint.

Puis je viens de revenir, je ne vais pas leur expliquer que le mec que je me tapais en étant Noctis vient de me plaquer, ils y verraient un point positif. Mais moi, tu vois… J’ai juste merdé, j’ai flippé, je flippe toujours, et je l’ai blessé. Ouais, j’ai blessé un dieu… Merde, c’est pas courant. Quand je fais des conneries, c’est pas à moitié. Euh, ça va ou t’as besoin d’un peu de temps ? Un petit café ?

Autant être serviable !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 18:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cass jugea que oui, effectivement, le mieux restait de s’asseoir. Au vu du tas d’informations qu’elle se prit dans la tête, elle jugea qu’elle avait bien fait. Elle se laissa tomber sans grâce sur le canapé, et réagit à peine quand la chienne vient fourrer sa tête entre ses mains pour réclamer des caresses. La Cape choisit de sortir de la chambre à peu près à cet instant. Le vêtement rouge flotta jusqu’à elle et s’installa sur ses épaules comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Heureusement que Victoria était bien Victoria, et qu’elle connaissait son identité héroïque. Si elle se fiait au euh… langage corporelle du vêtement, elle était intriguée.

Tellement à l’ouest, Cass accepta sans broncher son verre d’alcool, et écouta sans rien dire. Le temps que les informations montent jusqu’à son cerveau et s’y impriment, il valait mieux qu’elle se taise.

... Ok” lâcha la canadienne, une poignée de secondes après une explication, longue, confuse, et qui, encore une fois, soulevait une bonne dizaine de questions supplémentaires. Elle envisagea de boire une rasade d’alcool, porter le verre à ses lèvres, sentit l’odeur de l’alcool lui piquer les narines, et préféra le poser sur la table basse. “Ok” répéta-t-elle.

Elle se frotta le visage des deux mains, appuya sur ses paupières closes avec ses deux mains, inspira à fond, et rouvrit les yeux.

Une chose à la fois. Donc, tu es… re-toi. Enfin euh… Victoria, c’est ça?

Qu’est-ce que ça impliquait comme différence par rapport à son identité précédente? Aucune idée. Pas une vie à la frontière de la légalité, déjà, mais Cass pensait plutôt d’un point de vue… comment dire… personnalité. Une question pour plus tard. Elle était plutôt tentée de croire que ce n’était pas le robot d’Otaku, ne serait-ce qu’à cause du pendentif qu’elle avait reconnu. Solar, Noctis, elle connaissait, au moins de réputation. Pour le reste, elle n’était pas certaine d’être qualifiée pour commenter et renseigner sur les diverses conséquences de ce brusque changement existentiel.

Euh… qu’est-ce qui s’est passé exactement avec… avec Raphaël?” Elle se souvenait de lui comme du type tout nu de sa mission avec le Summoner, et comme le type tout nu qui pensait trop de sa beuverie avec celle qui était encore Casey. En tous les cas, il était tout nu, et bien doté, et apparemment bien un dieu. Ok. Ce n’était même pas le plus bizarre qu’elle avait entendu à Star City. Ou peut-être que si. Il n’en restait pas moins qu’une histoire de mec, même avec un mec divin, ça lui semblait plus facile à gérer que tout le reste, là, tout de suite. “... Comment ça tu euh… tu l’as blessé?” Bah oui, mais comprenez-là, elle ne comprenait, justement, pas grand chose. Elle avait vaguement compris qu’elle se le tapait, mais pas beaucoup plus. “Vous euh… étiez ensemble? Juste… amants? Fin je suis pas curieuse”. Si. Si elle l’était, parce que cette conversation ressemblait beaucoup à quelque chose de normal, et le normal lui manquait dans la vie. “J’t’avoue que j’aimerais bien comprendre. J’aimerais bien aussi comprendre comment t’es redevenue Victoria, aussi parce que euh... Casey, ça avait l’air définitif mais euh… fin… je juge pas hein, note mais… on peut parler de Raphaël, j’imagine. Vous… vous vous êtes dites quoi? Qu’est-ce qui s’est passé?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 21:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Victoria se fit la réflexion que peut-être, elle parlait trop vite. Que peut-être Cass était encore sous le choc d’autre chose. Mais comprenons la un peu, après tout… Elle était malheureuse, avait le cœur en morceau, et si elle parlait autant, aussi vite, c’était pour éviter de recommencer à pleurer.

Ce qui n’aiderait pas franchement l’héroïne.

Elle inspira profondément, et ressentit le besoin de ramener ses jambes contre elle. Alors, elle enlevé ses chaussures, songea à se débarrasser de sa veste, de son écharpe, de son bonnet aussi. Puis elle s’installa dans le canapé, dans une position beaucoup plus confortable, les bras autour de ses genoux.

Tout est lié, donc faut que je commence par là… J’ai eu un genre de révélation, ya deux semaines. J’ai compris que tout ce truc de Casey, fallait que j’arrête. Que c’était pas moi, tu vois ? Juste une conséquence de ma grosse dépression, de mon malaise, tout ça. Du coup, j’ai réfléchi. Et avec l’invasion, j’ai compris que j’étais pas une criminelle, pas faite pour être Noctis. Ça a remonté des trucs à la surface, donc j’ai été trouver les personnes aptes à m’aider, dont Zack. Qui a accepté, mais qui s’est tiré juste après. J’sais pas comment régler le truc, avec lui non plus, ça me prend la tête. Mais tu vois, ça s’est fait sur une matinée, même pas. J’ai laissé un mot à Solar, Alice, Dawn, mais j’ai pas prévenu Raphaël. Ce qui craint, j’en ai conscience, mais la vérité, c’est que je flippais de sa réaction, que j’avais peur qu’il réussisse à me convaincre de ne pas le faire. Je me suis encore laissée dominer par ma peur de l’abandon, alors qu’au final, je l’ai perdu quand même. Je ne savais pas quoi lui dire, comment aborder le temps, deux semaines se sont écoulées et c’est lui qui est venu, franchement énervé. Et tu sais, le pire ? Il a dit que si j’étais venue le lui annoncer, il aurait compris, qu’il m’aurait jamais empêché de rien, parce que le libre arbitre, ça compte pour lui.

Sa gorge se serra.

Enfin, le vrai pire, c’est que je le savais, au fond de moi. Qu’il comprendrait, mais j’ai totalement merdé, je me demande si je suis pas maso. Alors j’ai essayé de lui expliquer pourquoi j’avais agis de cette façon, mais il a pas voulu comprendre. En même temps… Je suppose qu’il en a marre. Moi aussi, j’en ai marre de moi.

Son bras s’étendit jusqu’à la table, pour récupérer son verre, qu’elle porta à ses lèvres après l’avoir rempli, toujours sans bouger. Ne plus utiliser les ombres la perturbait un peu, mais finalement, sa mutation n’était pas inutile.

Je pense qu’à moi, chaque fois, j’écoute rien. Regarde, même en venant ici, je pense qu’à moi. Je me suis pas dit tiens, je vais aller trouver Cass et lui dire que je suis de retour, non… J’y ai pensé quand il m’a plaqué, parce que t’es la seule personne vers qui je peux me tourner. Alors qu’on s’est vu deux fois dans nos vies, et que la deuxième fois, t’as fini en train de cuver sur mon canapé pendant que mon mec me baisait sur le comptoir. Tu vois, j’ai un vrai problème.

Heureusement pour la mentaliste, le bouclier mental de Victoria était en béton armé. Dans le cas contraire, elle aurait eu du mal à ne pas aller se pendre de désespoir.

D’un côté, tu vois, j’ai envie de le laisser partir, parce que je sais que sur le long terme, tout ça, ce n’est ni très bon, ni très sain. Que je suis amoureuse de lui, même s’il dit que c’est faux vu que je ne le connais pas, sauf que lui, c’est un dieu immortel qui va vivre bien longtemps après moi. Et que, objectivement, il ne peut pas me donner ce que je veux, on va pas se marier, on va pas fonder une famille, tout ça, en partie parce que je serais une mère affreuse mais c’est un autre débat. Sauf que j’ai pas envie qu’il sorte de ma vie et que je m’en fou d’avoir mal demain, si je peux le garder aujourd’hui.

Elle soupira, posa son front sur ses genoux.

Entre Solar qui menace de me tuer et Raphaël qui me plaque, ça ne commence pas terrible je t’avoue, ma nouvelle nouvelle vie. Elle tourna la tête vers Cass, toujours posée sur ses genoux. Et toi, sinon?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 19 Nov 2017 - 21:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il se passait un phénomène assez étrange ce jour-là, dans le salon de Cass. Déjà, Victoria Neutron-Grey était tranquillement installée dans son canapé. Ensuite, plus cette dernière ouvrait la bouche pour lui expliquer la situation, moins la canadienne avait l’impression d’y comprendre quelque chose. Une partie de ce qu’expliquait la jeune femme l’était, pourtant, mais ça ne s’imprimait pas dans son cerveau. Elle ne fit aucun commentaire pendant les nouvelles explications de sa nouvelle amie. Déjà parce qu’elle parlait trop vite pour qu’elle en ait le temps, ensuite parce qu’elle sentait qu’elle en aurait perdu le fil. Ah, et aussi, parce qu’il y avait des choses qu’elle essayait déjà d’oublier. Apprendre que sa pote avait profité de son coma éthylique pour se faire sauter, c’était une information qu’elle n’avait pas besoin de connaître. Regarder son bras s’étirer pour remplir son verre, ça aussi, c’était une drôle d’expérience.

... D’accord”. Finalement, elle se décida à boire une gorgée d’alcool, et grimaça, parce que c’était dégueulasse à ce point. Elle reposa le gobelet. “Tu déconnes pas quand t’as une crise existentielle toi, hein? J’pensais avoir des soucis… mais ça va en fait”.

Elle s’installa aussi plus confortablement sur son canapé. Encore un peu, et elle aurait tiré un plaid en pilou sur ses genoux, mais la Cape avait déjà cette fonction, et se serait vexée. En plus, les pilous ne faisaient pas de calins, contrairement à la Cape, qui non seulement resserrait ses pans sur elle dans ce qui ressemblait fort à une étreinte, mais en plus amusait Pepperoni en agitant ses coins sous sa mâchoire.

Donc en gros… Ton euh… mec t’en veut parce que tu ne lui as pas dit que tu passais de Casey à Victoria. Je comprends qu’il soit furieux, et je comprends aussi pourquoi tu n'as rien dit mais… Enfin, désolée, le prends pas mal… Je comprends bien pourquoi tu l’as pas prévenue avant, au cas où il aurait essayé de te faire changer d’avis, mais… je comprends pas pourquoi tu l’as pas fait après. Genre, en lui disant… j’sais pas moi… “Casey a disparu, longue vie à Victoria, viens, on en parle, et si tu veux pas, au revoir”? Parce que dans le fond bin… J’ai l’impression que c’est surtout pour ça, qu’il t’en veut. Pas que tu sois Victoria au lieu de Casey, mais qu’il ne l’ait pas appris de ta bouche. Ptet… Ptet qu’il suffit juste d’attendre un peu et euuuuuh… Bon, ok, là je t’avoue que je sais pas, en vrai, parce que d’ordinaire, les mecs de mes potes… bon, ok, déjà, j’ai pas spécialement de potes, en ce moment, mais quand j’en avais, avant, les mecs étaient parfaitement humains, et pas des dieux millénaires, donc j’imagine qu’il y a quelques différences…”.

Ne serait-ce que ce que Victoria avait déjà souligné. Mais bon, d’un autre côté, ça restait aussi un mec, non? Pouah, même ses problèmes “normaux” ne l’étaient pas en fait.

Tu crois pas que… tu devrais lui laisser un peu de temps? Ca se trouve, il a appris ça y a une heure, alors forcément, il était en colère et vexé, et vous vous êtes disputés sur le coup mais… je sais qu’il t’aime bien aussi, je l’ai lu dans son esprit. Pas quand j’étais bourrée, mais avant, juste avant de péter un plomb sur tout le monde là. Sérieusement, il était soulagé de voir que t’allait bien”.

Un soulagement chez un dieu, c’était genre du bonheur absolu chez les humains, non? Avec une maladresse palpable, elle se permit de lui tapoter l’épaule. Elle comprenait comment la jeune femme avait pu tomber amoureuse de lui. Cass l’avait vu deux fois, et elle avait senti… quelque chose. Son charisme, c’était sans doute le plus approprié. Elle ne l’avait vu que deux fois, brièvement, mais être sans arrêt à son contact… Et puis, sérieusement. Savoir qu’on était assez intéressante pour accrocher l’intérêt d’un dieu, c’était flatteur. Parce que de ça, elle ne doutait pas. Elle avait été dans sa tête, et ça faisait peur, en même temps que ça fascinait.

Hum… T’es pas obligée de répondre mais… Fin ça me trotte dans la tête depuis un moment. Je pense savoir, avec ce que j’ai vu, et ce que j’ai deviné mais… C’est… quelle divinité, exactement?

En toute honnêteté, une autre question lui trottait dans la tête sur les performance sexuelles de Raphaël. Il était quand même hyper bien foutu et si elle se fiait à la mythologie, il savait aussi s’en servir. Sauf qu’elle se demandait si elle était suffisamment proche de Victoria pour lui poser la question, et notait aussi que ce n’était pas du tout le bon moment. Rapport qu’elle avait l’air à deux doigts de pleurer.

Moi, ça va. Crevée, mais ça va. Je me suis excusée auprès de Zack pour… cette mission et euh… j’en ai fais d’autres et… voilà”.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 20 Nov 2017 - 15:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Victoria émit un rire sans joie. Non, elle ne déconnait pas avec ses crises existentielles, ç’avait toujours été ainsi… Jamais dans la demi-mesure, toujours dans les décisions extrêmes et souvent, mauvaises. Enfant star, elle devait bien connaître le déclin un jour. Il avait suffi d’une évasion et d’un plongeon dans la mer des angoisses.

Elle vida son sac à Cass, lui expliqua les détails, et ne se formalisa pas de sa cape qui semblait douée de vie, ni du chien qui prenait ses aises en lui faisant comprendre que bon, elle squattait quand même son canapé alors elle pouvait bien la dédommager avec des caresses.

Et Cass ne se rangea pas vraiment de son côté. Enfin, si, elle comprenait, mais elle n’avait pas totalement tort non plus. Elle aurait pu le mettre devant le fait accompli et aller le voir à son appartement le lendemain. Sauf qu’elle avait préféré voir sa famille, mettre les choses à plat, reconstruire sa vie, et que les jours s’étaient rapidement mués en semaines. Certes, deux semaines et Raphaël avait déjà disparu plus longtemps que ça, mais bon… C’était de la mauvaise foi pure et dure.

Victoria tourna lentement la tête vers Cass, quand cette dernière lui apprit que, dans l’esprit de Raphaël, elle l’avait lu qu’il « l’aimait bien ». Elle cligna des paupières et son cœur battit soudain plus vite. Trop vite. Ça lui filait un peu le tournis.

Euh… Ah bon ?

Et elle se rendit compte, qu’au fond, elle n’avait jamais vraiment cru Hermès quand il le lui disait. Parce qu’il était le dieu des menteurs, un dieu tout court, et que même s’il lui trouvait un intérêt, elle savait que ses sentiments seraient systématiquement à sens unique. Et elle avait appris à vivre avec. C’était plus facile, que de se dire qu’elle se trompait, d’espérer que ça évolue, qu’il puisse se contenter d’elle pour les prochaines années à venir.
Oui, se détacher, c’était aisé.
Vivre avec un espoir chevillé au corps, par contre…

T’as peut-être raison. Tu crois que je dois aller le voir, plus tard ? Je suis pas sure qu’il en ait envie, je suis pas sure que ça soit bien, pour lui, pour moi… Et en même temps, je n’ai pas envie que ça s’arrête sur une dispute, tu vois ?

Un soupir à fendre l’âme plus tard, Victoria redéposa son verre d’alcool sur la table basse. Franchement, il était dégueulasse et lui brûlait l’œsophage autant que l’estomac.

Ah, je pensais que tu savais. Mh… Bon, si jamais, tu l’as appris dans sa tête, ok ? C’est Hermès.

Et dire son nom à voix haute, dans un tout autre contexte que celui où elle l’utilisait habituellement, provoqua des papillons dans son bas-ventre. Elle avait associé son nom divin à une sexualité dépravée, scandaleuse, qui lui manquait. Parce qu’en plus des deux semaines écoulées depuis son changement, ils ne s’étaient pas vu la semaine précédente et elle avait tout fait pour éviter d’y penser. Les joues un peu rosies, elle ajouta :

Franchement, quand on rêve d’un dieu, on imagine plutôt un mec style Thor, grand blond baraqué, ou quelqu’un d’un peu plus célèbre, mainstream. La seule fois où j’ai vraiment entendu parler d’Hermès, c’est en mattant Hercule, tu sais, le dessin-animé ? Mais franchement, je ne le remplacerai pour rien au monde, il est…, elle s’interrompit et poussa ce soupir bizarre qu’ont les filles totalement accros. Il est impossible. Vraiment. C’est un obsédé, il n’a aucune notion de pudeur, d’espace personnel, il est hyper tactile, il me rend dingue. Mais c’est aussi quelqu’un de très intelligent, de cultivé, de drôle, il connaît plein de choses et aime les faire partager. Il a vécu pas mal de galères et pourtant, il trouve toujours le moyen de sourire. Je crois que c’est ça, qui m’attire le plus. Évidemment, je ne connais pas toute sa vie… Mais de ce que j’en sais, ça force le respect. Et pourtant, paradoxalement, je sais que c’est le dieu des menteurs, qu’il peut être manipulateur, qu’il ne sait pas garder sa queue dans son pantalon et ne la réserver qu’à moi. Qu’il n’est pas capable de m’aimer comme j’en ai envie, justement parce que c’est un dieu et que c’est comme ça. C’est même pas qu’il ne veut pas, c’est qu’il ne peut juste pas. On n’a pas les mêmes valeurs, je crois tout ce qu’il me raconte mais sans y croire vraiment. Je le laisse m’embobiner, parce que j’en ai envie, et j’évite de réfléchir à s’il est sincère ou pas. Hermès, c’est… Putain, faut que j’arrête de prononcer son nom divin, Raphaël, donc, c’est le genre de mec avec qui tu ne dois vivre que l’instant présent. Même si ça ressemble à un rêve. Faut penser ni au passé, ni à l’avenir. Juste profiter. C’est bizarre, ce que je dis ? J’ai l’impression que ça l’est.

Elle sourit, mais ça ne monta pas jusqu’à ses yeux.

C’est bien qu’au moins une de nous puisse s’excuser auprès de Zack. Merci de l’avoir fait. Et… Je sais ce que tu vis. L’invasion Grue, ya six ans, c’était pas une partie de plaisir non plus. Et y’a que des gens comme nous, qui peuvent se permettre d’aller en première ligne. C’est bien que tu te reposes. Désolée d’avoir débarqué comme ça, du coup.

Ce qui ne la poussait pourtant pas à repartir.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 20 Nov 2017 - 19:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cass se rendit compte qu’elle se reposait, sans le vouloir, un peu trop sur sa télépathie, quand Victoria lui retourna un grand regard étonné et une exclamation surprise, juste après qu’elle lui eut révélé que Raphaël l’aimait bien. Parce que la Neutron-Grey avait un bouclier mental, et que donc, la canadienne ne pouvait pas deviner ses réactions.

Bin… oui? Attends, fais pas genre, il a bien dû… ptet pas le dire, mais au moins le montrer, d’une façon ou d’une autre, non?

Sauf que Raphaël était un dieu. Peut-être que sa façon de montrer son affection était un peu trop éloignée de leur conception humaine, et que Victoria ne l’avait pas interprété comme ça. Difficile à dire. Il paraissait à la fois très divin, et très humain, dans ses réactions.

S’il compte autant pour toi… peut-être que tu devrais? Fin… Il a peut-être pas très bien réagi, mais… C’est toi qui a agi. Je dis pas que t’as été égoïste ou quoi hein, si tu avais envie d’être Victoria… est-ce que je peux me permettre de commenter que j’ai toujours pas capté tout ça j’crois? Bref, si tu voulais être Victoria, tu as eu raison de t’écouter j’pense, mais… Tu aurais dû lui dire. Même si c’était flippant. Je crois pas avoir compris qu’il l’avait mal pris, que tu sois Victoria…

Finalement, la jeune femme lâcha aussi l’alcool, et Pepperoni sauta sur l’occasion qu’elle ait ses deu mains libres pour essayer d’y fourrer sa truffe et lui grimper dessus en lui léchant les doigts. Même avec la diversion de sa chienne, Cass ne manqua pas sa réponse sur l’identité divine de Raphaël, qui ne faisait en réalité que confirmait ses doutes. Ok. Hermès, elle replaçait vaguement ce qu’elle avait pu lire ou apprendre à l’école. Et dans Hercules, même si Disney ne lui rendait vraiment pas grâce.

J’aurais une queue comme la sienne, je sais pas si je la garderais dans mon pantalon hein” marmonna Cass. Seulement ensuite, elle réalisa qu’elle avait dit ce commentaire à voix haute, et rougit violemment. Du genre : prendre la même couleur que la Cape. “Enfin ce que je veux dire… c’est que c’est un dieu grec, et qu’ils ont tous des gamins tout le tour du ventre, tout ça”. Elle se saisit de son gobelet et en avala une grande rasade pour faire diversion. Mais… qu’est-ce qui lui prenait ou quoi? Elle était en manque de cul, c’est ça? Au passage, l’alcool lui brûla la gorge, et elle manque de s’étouffer. “Et ce que je voulais surtout dire…” Oui, voilà, on continuait de faire diversion hein. “C’est que je crois pas que tu réalises la façon dont tu parles de lui. Désolée de te l’annoncer si t’avais pas encore remarqué, mais t’es accro ma grande. T’as pas juste envie de lui là, et quelque part, ça doit être important pour toi qu’il t’aime comme Victoria, ou en tout cas, qu’il… t’apprécie à sa divine façon après avoir apprécié Casey. Il peut pas t’aimer comme tu voudrais, ok, mais ça se trouve, c’est pas grave. Peut-être qu’il t’aime comme t’as besoin d’être aimée maintenant. Et ok, ça durera pas… mais ça en fait pas un drame pour autant. Ptet que dans un an, tu passeras à autre chose, mais que ce que tu auras appris avec lui te servira pour le reste de ta vie ensuite”.

Pour quelqu’un qui s’était surtout focalisé sur le côté “pénis”, Cass trouvait qu’elle s’était plutôt bien rattrapée. Elle aurait presque eu de quoi être fière, mais seulement presque. Fallait pas abuser non plus.

Zack est pas aussi fermé que tu le crois à la possibilité d’une discussion. Je crois qu’il en a envie, mais il sait pas comment s’y prendre”. Elle porta son verre à ses lèvres, se rappela ce qu’il contenait, réalisa qu’elle avait surtout besoin de s’occuper les mains, et préféra utiliser sa télékinésie pour aller le vider dans l’évier, et se remplir un verre d’eau. Tout ça, sans les mains, évidemment. “T’inquiète. Là, la gamine que j’étais à huit ans trépigne de joie à l’idée d’être avec Victoria NG. La moi actuelle trouve ça plutôt cool de passer un peu de temps à ne pas penser invasion. La gamine que j’étais à huit ans ne s’imaginait pas que les dieux grecs étaient réels et que certains étaient tranquillou sur Terre… mais la moi actuelle s’est faite à l’idée rapidement, et se demande aussi si Hermès est aussi doué avec son membre qu’il en a l’air, mais je voudrais pas paraître obsédée, ou quoi, mais est-ce qu’il l’est, en vrai?
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Le retour de l'enfant prodige - Victoria
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Le retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_6Le retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_8


Le retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_1Le retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_2bisLe retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Le retour de l'enfant prodige - Victoria
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
» La forteresse du Val sans Retour
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Ambassade Américaine le retour de Duvalier et Aristide n'apporterait rien utile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_6Le retour de l'enfant prodige - Victoria Cadre_cat_8
Sauter vers: