AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Red lips and pale skin ◊ Ambre&Abigaïl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Lun 24 Juil - 14:35 Message | (#)

Cela faisait des semaines qu’Ambre repoussait la chose. Pas consciemment, ça non. Plusieurs mois même. Six mois. Six mois qu’elle n’avait pas pris le temps de passer à la Petite Mort, de profiter quelque peu de cet accord qu’elle avait avec Lady Death. Il s’était passé beaucoup de choses depuis cet événement. Comme l’avait prédit la nécromancienne, il avait été plus difficile de dissimuler son don et sa nature au reste du monde… ou au moins de la ville, de son quartier. Il y avait eu cette étudiante qui était venue la confronter dans son salon de thé, directement, comme ça. Intrusion que la Française avait mal prise, c’était peu dire… Elle qui aimait à compartimenter sa vie pour ne pas s’attirer de problèmes et, surtout, ne pas perdre le Quill & Tea. Et puis, à peine quelques jours plus tard, il y avait eu un meurtre sous ses yeux, dans son précieux établissement. Un tueur à gages avait abattu son contrat et elle avait réduit son égo à néant en lui foutant une bonne raclée. Elle avait mis son secret en danger, mais elle ne pouvait pas laisser ce crime impuni… mais sa boutique avait dû fermer pendant plusieurs jours, le temps de l’enquête. Et puis il y avait eu la petite Légionnaire… Ça s’était plutôt bien fini, en vérité… même si ça avait présenté un certain inconfort de l’avoir comme voisine dans l’immeuble. Bref, beaucoup — trop ? — de choses s’étaient produites et Ambre avait perdu le fil du temps.

Mais, ce soir-là, la jeune femme voulait revoir la souveraine des morts. Elle voulait savoir ce qu’elle pouvait lui apporter concrètement sur ses pouvoirs. Elle voulait… s’amuser. Les semaines précédentes s’étaient révélées éprouvantes, d’une certaine façon… même sa sortie avec Susan n’avait pas été tellement distrayante, vu que le plan était de remonter le moral de la petite après un gros chagrin d’amour… Chagrin qu’Ambre ne comprenait pas, puisqu’elle n’avait jamais été amoureuse, ne s’était jamais attachée de la sorte à quelqu’un. Oh, elle appréciait particulièrement la compagnie de l’un ou de l’autre… mais pas au point de se mettre en couple et d’en souffrir quand il était… cassé. Ambre avait alors enfilé une des robes les plus sexy qu’elle possédait, avec un décolleté plongeant et un dos nu, la jupe s’arrêtant à mi-cuisse, et des talons hauts qui donnaient des allures vertigineuses à ses jambes fuselées. Un sautoir guidait le regard entre ses seins et une paire de boucles d’oreille encadrait sa mâchoire.

Elle sortit des ombres à proximité de la Petite Mort. Elle avait soif de chaos, mais elle préférait garder ses forces pour le reste de la soirée, et faire le trajet jusqu’aux Marais dans cette tenue l’aurait certainement obligée à utiliser ses dons avant que la fête commence. Elle passa devant le golem gardant l’entrée et lui adressa un sourire. En vérité, il l’inquiétait toujours un peu, mais comme elle était une alliée de sa maîtresse, ça devait la protéger d’une certaine façon. Quand elle pénétra dans le club, plusieurs regards se retournèrent sur elle. La dernière fois qu’elle était venue, elle arborait clairement un look bien différent, plus près de la bibliothécaire que de l’aguicheuse. Elle laissait un lent sourire fleurir sur ses lèvres et se dirigea vers le comptoir. Elle lança un regard vers la scène, mais il semblait que Medianoche ne se produisait pas ce soir… ou bien peut-être plus tard dans la soirée. La vampire lui avait fait une forte impression… et elle ne savait pas trop si elle désirait ardemment la revoir… ou tout le contraire. Se hissant sur un tabouret, elle offrit un sourire au barman. Bonsoir Surin. Sais-tu si la patronne est dans le coin ? lui demanda-t-elle. Un gin tonic, en attendant. Elle surprit le regard d’un autre client qui lorgnait sur ses jambes. S’amusant de la situation, elle frotta ses cuisses les unes contre les autres pour l’aguicher. Il n’y avait pas meilleur chaos qu’un homme frustré sexuellement… mais si elle pourrait le sentir sur sa langue, elle ne se nourrirait pas de lui… Ça aurait été bien malvenu de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 25 Juil - 10:57 Message | (#)

Il était un temps où Abigail passait son temps libre à flâner dans d’autres mondes ou bien à se divertir aux côtés de ses serviteurs morts-vivants. Mais l’existence même d’une liche se résumait toutefois à une chose : l’étude des arts noirs. La nécromancienne n’aurait pu dire depuis combien de temps elle se tenait dans la bibliothèque d’Erehwon, à parcourir les volumes anciens et emplis de secrets interdits que ses serviteurs avaient rassemblés au fil des siècles. Elle ne prenait plus la peine de dormir, de manger ou même de respirer. Il n’y avait aucune source de lumière dans la pièce si ce n’était l’espèce de phosphorescence si particulière que possédait l’air de la cité des morts. Ses yeux voyaient parfaitement dans l’obscurité, ils étaient gorgés des effluves délétères de la morte-vie, d’un feu mortifère qui faisait d’elle une parfaite nyctalope. Le fait est qu’elle aurait pu passer des décennies dans la bibliothèque sans jamais avoir besoin d’en sortir à simplement assimiler toutes ces connaissances, laissant son humanité flétrir au loin.

Le spectre se glissa à ses côtés pour murmurer à son oreille. Bien que coupée physiquement du monde extérieur, Lady Death se devait de rester informée et les ombres des trépassés venaient régulièrement lui porter des nouvelles de la Terre Prime, de ses biens terrestres. Celui-ci avait été envoyé par le vampire Surin. Quelqu’un attendait Lady Death et un sourire étira les lèvres flétries de la nécromancienne. Avec moult craquements d’os, elle s’arracha au tome qu’elle parcourait de ses yeux desséchés. Drainer l’énergie vitale d’un des prisonniers de la Moisson ne lui prit que quelques secondes, ouvrir une porte des goules seulement un peu plus longtemps. Le linceul des ombres se tortillait et s’enroulait autour du corps de sa maîtresse. Elle n’avait été vêtue que de lui dans la crypte et n’avait rien besoin d’autre. Le vêtement pouvait prendre la forme qu’elle désirait. La nécromancienne observa son reflet dans la glace. Contrairement aux vampires, celui-ci était parfait. Après tout elle devait son état de mort-vivante à ses propres pouvoirs occultes et non à une quelconque malédiction. Il s’agit du fruit d’un travail acharné et non du fruit du hasard. Elle laissa quelques ombres spectrales l’apprêter toutefois, chassant l’odeur rance et moisie de la crypte à travers une douche rapide. Sa peau ressentait le contact de l’eau, mais en rien la chaleur. Seule celle des vivants la marquait.

Finalement, au bout de seulement quelques minutes, Abigaïl fit irruption dans la salle principale de la Petite Mort. Tous les regards auraient pu se tourner vers elle, mais cela ne fut pas le cas. La nécromancienne était habillée de manière presque banale avec un jean noir et un débardeur de la même couleur. Quelque chose de décontracté… Elle était Lady Death, c’était un secret de polichinelle ici et elle n’avait pas besoin de le rappeler constamment à ses serviteurs. Deuil sur son épaule poussa un croassement alors que les yeux de la liche se posaient sur Ambre.

« Voilà une tenue pour le moins originale pour une visite dans un strip-club. » Glissa la nécromancienne en s’asseyant aux côtés de la jeune française. Surin avait déjà servi le Gin Tonic de cette dernière et Abigaïl ne commanda rien. L’alcool n’avait aucun effet sur ses chairs mortes. « On pourrait croire que je vous êtes venue ici pour vous offrir aux clients qui veulent plus qu’une simple danse. Enfin, je suis heureuse de vous revoir, j’ai cru un moment que vous m’aviez oublié. Moi comme les morts. »

Après tout Abigaïl avait relevé sa surveillance d’Ambre. Les goules ne la suivaient plus et les quelques spectres qui pouvaient toujours le faire étaient des plus discrets. Ils ne prenaient pas le risque de posséder les gens autour d’elle pour éviter justement de se faire dévorer si tant est qu’elle décide de se nourrir. Lady Death devait aussi admettre qu’elle n’avait pas cherché à faire revenir la jeune fille dans son entourage un peu plus tôt. Elle avait été coupée des vivants et préférait grandement qu’Ambre soit revenue d’elle-même à la Petite Mort.

« A moins que je ne m’abuse et que vous ne soyez revenue pour Medianoche ? Là encore je ne peux que vous remettre en garde contre le fait de s’acoquiner avec une vampire aussi âgée. »
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mar 25 Juil - 12:02 Message | (#)

Le barman resta silencieux à sa demande. Il avait été là quand Abigaïl l’avait amenée dans son établissement, pour que ses gens connaissent son visage et ne s’offusquent pas de ses pratiques. Ils n’avaient pas vraiment échangé beaucoup de mots, ça non, mais il connaissait la Française et le lien qui l’unissait à sa maîtresse. Si bien qu’Ambre ne s’inquiéta pas de son absence de réponse. Il lui servit son verre de gin tonic, qu’elle entreprit de siroter, se désintéressant déjà du client libidineux pour pivoter sur son tabouret et observer le reste de la salle. La pénombre ne la gênait pas. Les ombres n’avaient aucun secret, même si elle n’avait aucun pouvoir sur elle, si ce n’était leur condition de « porte » pour Umbra. Elle capta encore quelques regards sur sa silhouette, ses jambes, ses courbes élégamment dissimulées et suggérées par sa tenue un brin trop provocante. Elle ne cherchait pas à prendre la place des employées de la Petite Morte… mais elle n’avait rien contre le flirt… et s’abandonner dans les bras d’une personne de son choix… Malgré tout, si ses pouvoirs lui offraient des effets secondaires émoustillants son bas-ventre, ce n’était pas tant de sexe qu’elle avait envie.

Elle sirotait toujours paisiblement son verre, non-embêtée par quiconque pour l’instant, quand un croassement se fit entendre. Personne ne réagit vraiment à l’arrivée de la propriétaire des lieux, si ce n’était Ambre. Lady Death n’était vêtue que d’un jean et d’un débardeur noirs, loin de la tenue sulfureuse de son invitée. Un fin sourire étira ses lèvres alors que la nécromancienne la rejoignait au comptoir. Voilà une tenue pour le moins originale pour une visite dans un strip-club. Ambre haussa une épaule, presque nonchalante. On pourrait croire que je vous êtes venue ici pour vous offrir aux clients qui veulent plus qu’une simple danse. Enfin, je suis heureuse de vous revoir, j’ai cru un moment que vous m’aviez oublié. Moi comme les morts. Elle resta silencieuse encore un instant. Peut-être bien… mais je ne me permettrais pas de jouer avec vos clients… Elle pivota à nouveau sur son tabouret et posa son verre sur le comptoir, vide. Celui qui arrivera un jour à vous oublier sera bien idiot. affirma-t-elle. A moins que je ne m’abuse et que vous ne soyez revenue pour Medianoche ? Là encore je ne peux que vous remettre en garde contre le fait de s’acoquiner avec une vampire aussi âgée. Elle secoua légèrement la tête, ses mèches blond foncé caressant son échancrure comme de la soie. J’ai juste été pas mal occupée ces derniers temps. Et l’horloge ne s’arrête pas juste parce qu’on en a envie.

Elle ne put malgré tout s’empêcher d’esquisser un demi-sourire en pensant à Medianoche. La vampire la fascinait tout autant qu’elle éveillait la crainte et c’était une sensation qu’elle trouvait peut-être un peu trop exquise… mais ce n’était pas pour cela qu’elle était là. En vérité, je me disais qu’on pourrait sortir s’amuser un peu… Elle désigna vaguement sa robe. D’où ma tenue. Elle décroisa les jambes et les croisa dans l’autre sens. Vous prendre au mot sur votre proposition de m’enseigner à mieux maîtriser mes pouvoirs… et tout le reste. Elle esquissa une petite moue qui se voulait gênée. Si vous n’avez rien d’autre de prévu, bien évidemment. Elle laissa son index courir sur le tour du verre de gin tonic vide, attendant la réponse de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 25 Juil - 13:31 Message | (#)

Abigaïl était définitivement rouillée pour ce qui était de ses interactions avec les vivants. Si tant est qu’elle n’eut jamais de véritables amis vivants. Anton n’en était pas vraiment un et les rares alliés qu’elle avait n’étaient pas vraiment ses amis pour autant. Elle ne se voyait pas boire un verre en compagnie du mage-dragon ou du dieu des voleurs. De même, sa relation avec Renan avait été dénuée d’affection ou de véritable complicité. Abigaïl se rendait compte, rien qu’à regarder Ambre lui répondre et lui glisser une sorte de compliment qu’elle était toujours terriblement déconnectée de la réalité. Heureusement, ce n’était que peu important. Après tout elle ne prétendait en aucun cas être la souveraine des vivants, seulement des morts et puis cela faisait bien longtemps qu’elle ne prenait plus la peine d’essayer de se faire passer pour l’un d’entre eux.

« Ce ne sont que des clients. Si vous voulez jouer avec, cela ne me regarde pas tant que vous ne nuisez pas à la réputation de l’endroit. »

La nécromancienne n’avait que faire des quelques humains qui venaient à la Petite Mort à la recherche de quelque plaisir coupable. Quant à ceux qu’Abigaïl considérait comme ses sujets, ils n’offriraient pas vraiment satisfaction à Ambre. La majorité des morts allaient de toute façon plutôt se rassembler au Necropolitan. La nécromancienne avait récemment revu la privatisation du bar proche du cimetière à la haute. Si bien que les rares vivants qui y entraient étaient soit des nécromanciens eux-mêmes, soit sur le menu. Ce qui n’était pas vraiment le cas à la Petite Mort comme pouvaient le laisser entendre certains regards libidineux et tissus de pantalons tendus à la limite du raisonnable.

« Je comprends, je n’ai moi-même pas eu beaucoup de temps à consacrer aux vivants ces derniers temps. » Abigaïl, accoudée au bar, lança un regard à la cantonade. En fait, ce qui l’amusait le plus dans la Petite Mort, c’était la façon dont ses clients humains étaient complètement étrangers au fait qu’ils fantasmaient sur des mortes. La nécrophilie était pourtant l’un des tabous les plus notables de leur sexualité. Il y avait quelque chose de délicieux à rendre un cadavre irrésistible.

Si Abigaïl perçut le sourire d’Ambre, elle ne sut pas vraiment en deviner l’origine. Loin d’elle d’imaginer l’espèce de fascination mêlée de passion que la jeune française pourrait nourrir pour la vampire. L’aurait-elle deviné, sûrement qu’elle l’aurait tiré à son avantage. Il y avait des jours où Abigaïl hésitait à abandonner son enveloppe charnelle pour une autre, plus moderne. Le corps de la vampiresse bien qu’ancestral était toujours délectable, la nécromancienne pouvait au moins admettre cela. Abigaïl haussa un sourcil à la proposition d’Ambre, se demandant un instant s’il ne s’y cachait pas un sous-entendu graveleux.

« Tout le reste, je vois… » Elle avait presque oubliée que leur dernière entrevue s’était terminée sur un baiser. Ambre était belle, c’était assuré, mais la nécromancienne ne savait pas trop où en était sa libido ces derniers mois. Surtout en ce qui considérait les femmes. « Votre tenue est pour vous aider à mieux profiter des effets de vos festins ? » Demanda-t-elle avec un sourire amusé. « Je sais que la dernière fois les choses ont failli dégénérer avec Medianoche, alors que vous aviez une tenue beaucoup plus sage… A moins que vous n’ayez un autre but ? Si je comprends bien les effets de votre magie et que mon offre de vous aider tiens toujours, il va falloir que vous précisez les choses. Je suis disponible et intéressée, mais clairement vous me prenez au dépourvu. Mes relations avec les vivants ont été quelque peu éparses ces derniers temps. Vous semblez avoir quelque chose en tête. »

Sûrement qu’Anton aurait été là il se serait imaginé bien des choses. Mais le nécromancien était occupé, sa sœur veillait à ce qu’il le reste de toute façon. Même le démon Vulgrim n’était pas là pour l’assommer de ses commentaires. Il n’y avait que Deuil, qui restait un corbeau silencieux en train de dévisager Ambre.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mar 25 Juil - 15:33 Message | (#)

Ce ne sont que des clients. Si vous voulez jouer avec, cela ne me regarde pas tant que vous ne nuisez pas à la réputation de l’endroit. Ambre garda l’information dans un coin de sa tête. Généralement, ses « victimes » ne regrettaient pas tellement d’avoir servi d’encas. Soit parce qu’elles finissaient dans son lit, soit parce qu’elles ne se rappelaient guère de la soirée. C’était plus embêtant quand le chaos les menait à se retrouver sur le chemin de la police et à finir la nuit dans une cellule de dégrisement. Mais ça n’arrivait que peu. Si Ambre chassait dans les quartiers malfamés, la plupart de ses proies évitaient les uniformes et ça l’arrangeait bien. Peut-être pourrait-elle revenir à la Petite Mort… Assurément les clients n’allaient pas crier sur tous les toits qu’ils avaient vécus son grignotage dans cet endroit… parce que ça sous-entendait leur présence ici en premier lieu. Malgré une société en apparence plus libérée des carcans de la morale, les clubs de strip-tease n’avaient toujours pas une réputation des plus élogieuses aux yeux des « bonnes gens ». Elle pourrait peut-être s’amuser de ceux qui étaient trop à l’étroit dans leur pantalon… mais pas ce soir. Ce soir, elle avait autre chose en tête.

Je comprends, je n’ai moi-même pas eu beaucoup de temps à consacrer aux vivants ces derniers temps. De son côté, ils avaient un peu trop envahi son temps à son goût. Peut-être était-ce une des raisons sous-jacentes à sa venue à la Petite Mort. Peut-être en avait-elle assez des vivants et de tout le drama qui les accompagnait régulièrement. Une gamine qui avait peur des ombres qui venait la confronter à ce sujet. Un tueur à gages qui prenait des libertés pour venir buter quelqu’un dans son salon de thé. Une voisine légionnaire qui souffrait d’un cœur brisé. Sérieusement, pourquoi s’encombrer de tout cela alors que la vie pouvait être bien plus facile ? Ainsi, peut-être était-ce pour cela qu’elle venait chercher la compagnie de Lady Death et de ses sujets. Elle ne s’était jamais montrée particulièrement altruiste — sans être complètement asociale non plus — mais peut-être que sa nature modifiée par la Chasse Sauvage l’impactait plus que ce qu’elle pensait… peut-être se détachait-elle de son humanité. Est-ce que ça lui faisait peur ? Pas vraiment, en vérité. Est-ce qu’elle voulait faire marche arrière ? Toujours pas. Glissait-elle sur la voie de la « vilénie » ? Peut-être bien, mais, encore une fois, elle s’en fichait un peu.

Tout le reste, je vois… Ambre ne releva pas cette phrase. Qu’elles s’en tiennent à développer ses pouvoirs, ou bien qu’elles explorent d’autres choses, ça lui allait tout aussi bien. Votre tenue est pour vous aider à mieux profiter des effets de vos festins ? La Française eut un petit rire. Ce serait en premier lieu pour attirer les proies dans mes filets… Et vu comment vos clients me reluquent, je pense que ça marche plutôt bien. Elle décocha un sourire par-dessus son épaule au type qui avait lorgné ses jambes un peu plus tôt, mais son attention s’était déjà reportée à Abigaïl. Je sais que la dernière fois les choses ont failli dégénérer avec Medianoche, alors que vous aviez une tenue beaucoup plus sage… A moins que vous n’ayez un autre but ? Si je comprends bien les effets de votre magie et que mon offre de vous aider tiens toujours, il va falloir que vous précisez les choses. Je suis disponible et intéressée, mais clairement vous me prenez au dépourvu. Mes relations avec les vivants ont été quelque peu éparses ces derniers temps. Vous semblez avoir quelque chose en tête.L’habit ne fait pas le moine… Que je sorte du travail ou bien que je sorte m’amuser, je reste la même personne… Il y a seulement un temps pour chaque chose. Elle marqua une pause. Il était vrai qu’elle ne mélangeait pas boulot, perso et autre, mais ça n’avait rien à voir avec ses tenues. Je me disais que nous pourrions écumer quelques mauvais quartiers, afin de tester les limites de mes pouvoirs… Enfin, sans trop les dépasser. Il ne s’agirait pas de rejoindre vos rangs prématurément… mais avec vous à mes côtés, même si je vais un peu trop loin, je sais que je ne risquerais rien. Était-elle vraiment sûre de son affirmation ? Peut-être que Lady Death aimerait justement la voir rejoindre les rangs de ses serviteurs, qui sait ? Mais Ambre chassa cette bribe de pensée de son esprit. Elle ne faisait pas complètement confiance à la nécromancienne, mais elle estimait que leur accord avait un certain poids malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 27 Juil - 10:59 Message | (#)

Abigaïl aurait dû y penser. Le simple attrait des hommes pour le sexe, pour les femmes. C’était révélateur de la distance qui s’était installée entre elle et les vivants, si elle ne pensait même plus à quel point il était facile de leurrer les hommes avec un peu de peau dévoilée. Elle avait pourtant remarqué elle-même la tenue d’Ambre, mais plus encore, elle avait été de celles qui avaient besoin de ces artifices. N’avait-elle pas été une prostituée dans la France d’autrefois ? Même maintenant encore on aurait pu la targuer de maquerelle à voir les femmes qui dansaient pour elle et parfois faisaient plus… Enfin, il s’agissait de mortes, mais est-ce que cela changeait la moindre chose ? Cela pouvait être considéré comme pire, surtout quand on connaissait la facilité avec laquelle Abigaïl pouvait forcer la main de ses servants morts-vivantes.

Cela n’arrivait jamais. Les morts possédaient une sorte d’attrait lubrique pour le contact des vivants. La chaleur humaine était l’une des seules choses à pouvoir réchauffer un cadavre réanimé. Abigaïl en savait quelque chose, il lui arrivait de sombrer dans de tels appétits elle aussi.

« Bien sûr. J’oublie parfois à quel point les vivants sont soumis à leurs instincts. » Puis dans une société où la faim et la soif étaient généralement vaincus, baiser restait le plus gros de leurs problèmes. Un problème auquel Ambre prétendrait donc répondre. Si tant est qu’il s’agissait d’un odieux piège, comme les sucs suaves d’une plante carnivore. Un léger sourire s’en attardait sur les lèvres de la nécromancienne.

« L’habit possède plus d’importance qu’il n’y paraît bien souvent. Il forme bien souvent les attributs du pouvoir et le pouvoir lui-même réside en partie dans ces derniers. » En tant que reine des morts elle en savait quelque chose. Même si ses vêtements décontractés pouvaient signifier le contraire. Elle savait que la tenue qu’elle arborait en tant que Lady Death n’avait rien de bien humble, mais cherchait surtout à faire naître un mélange de crainte et de fascination dans l’esprit de ceux qui posaient leurs yeux sur elle. Ce qui était loin d’être le cas en cet instant. Non, Abigaïl n’avait pas trop réfléchi à sa tenue en venant ici, mais le résultat n’en était-il pas tout aussi saisissant ? Une apparente banalité qui aurait presque fait oublier le pouvoir sinistre qu’elle maniait. « C’est une bonne idée. Je suppose. Vous entrainer sur des individus que personne ne plaindrait… » Ambre pourrait affiner sa maîtrise de ses pouvoirs, mais aussi apprendre à se montrer plus discrète. Abigaïl s’occuperait d’assurer sa sécurité si la situation dégénérait.

En faisant quoi ? Tuant tout le monde ? Quelque chose comme cela, après tout elle était une nécromancienne, pas une justicière en collants qui s’occuperait de poser des pansements sur les bobos d’Ambre. « Par contre j’ai bien peur que ma tenue ne soit pas adéquate. » Les vêtements de la nécromancienne se mirent à changer alors que le linceul des ombres prenait une apparence assez semblable à celle de la robe d’Ambre. Les morts ne remarquèrent même pas ce que faisait leur maîtresse et les vivants étaient trop occupés à regarder les mortes. Un homme tout au plus recracha sa boisson par le nez alors qu’il reluquait les deux blondes. Mais il y avait plus étrange à Star City que ce genre de changement de tenue.

« Voilà qui est mieux. » Cela faisait un temps qu’Abigaïl n’avait pas usé ainsi de ses atouts féminins. Probablement parce qu’elle n’avait jamais véritablement eu besoin de séduire. Pas depuis longtemps. Son ancien amant lui avait offert une certaine satisfaction du côté de ses besoins charnels et elle ne manquait pas de distraction à Erehwon. Si tant est qu’elle en eut véritablement envie. « Je suppose que nous pouvons y aller maintenant. » Abigaïl s’était levée, offrant son bras à Ambre. Deuil poussa un croassement avant de s’envoler d’un air contrit. « Un corbeau mort-vivant ne serait pas des plus discrets et risquerait d’effaroucher vos proies. Vous avez peut-être une meilleure connaissance des ruelles mal famées que moi. J’ai tendance à y envoyer mes goules et spectres, mais je m’y rends rarement moi-même. » Puis elle ne s’amusait pas à jouer les appâts d’habitude. Elle avait suffisamment de filles à son service pour cela.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Ven 28 Juil - 16:26 Message | (#)

Bien sûr. J’oublie parfois à quel point les vivants sont soumis à leurs instincts. Ambre eut un sourire. C’était presque étrange à quel point elles pouvaient être différentes, toutes les deux. La Française ne comptait presque que sur ces instincts. Elle réveillait les plus chaotiques dans l’âme des hommes et les forçait à les exprimer, juste pour assouvir ses propres désirs, ses propres pulsions et envies. Pour satisfaire cet instinct qu’avait fait naître la Chasse Sauvage en elle. En face d’elle, Abigaïl en oubliait tout cela. Ambre se demanda à quoi pouvait bien ressembler la « vie » de la nécromancienne sans eux. D’un autre côté, elle devait malgré tout en être consciente, puisque ses établissements tablaient sur ces sombres désirs des hommes. L’habit possède plus d’importance qu’il n’y paraît bien souvent. Il forme bien souvent les attributs du pouvoir et le pouvoir lui-même réside en partie dans ces derniers. La jeune femme hocha la tête. Ses vêtements ne la faisaient pas, mais il ne lui serait jamais passé par la tête de s’habiller comme elle l’était à l’instant pour aller travailler. Il fallait croire qu’ils avaient en effet une importance, un rôle d’uniforme presque. Un uniforme pour le travail, un uniforme pour la chasse, un uniforme pour aller se coucher, un autre encore pour le sexe.

C’est une bonne idée. Je suppose. Vous entrainer sur des individus que personne ne plaindrait… Elle avait toujours chassé ses proies parmi les petites frappes et les malfrats que personne ne prendrait en pitié… parmi ceux qui verraient leur précieux égo froissé de s’être fait avoir par une femme. Qu’il était compréhensible que les sujets de Lady Death l’ait pris pour l’une des leurs… Elle agissait un peu à la manière d’un vampire, d’un succube même… Elle avait fait de sa féminité une arme, en plus des dons dont on l’avait gratifiée. Par contre j’ai bien peur que ma tenue ne soit pas adéquate.En effet. Ambre eut à peine le temps d’esquisser un sourire amusé que la tenue de la nécromancienne changeait déjà pour s’accorder avec leur objectif prochain. Voilà qui est mieux.C’est une capacité bien pratique que vous avez là… Est-ce que cela veut dire que vous n’êtes finalement vêtue que d’ombres ? Son rictus se fit plus malicieux mais elle en resta là. Peut-être que, après leur sortie dans les ruelles, elle se laisserait aller à ces pulsions que l’utilisation de ses pouvoirs réveillait en elle… mais pour l’instant, elles avaient autre chose à faire.

Je suppose que nous pouvons y aller maintenant.En effet. Ambre descendit à son tour de son tabouret et glissa son bras autour de celui d’Abigaïl. Le corbeau quitta son épaule, dans un croassement mécontent. Un corbeau mort-vivant ne serait pas des plus discrets et risquerait d’effaroucher vos proies. Vous avez peut-être une meilleure connaissance des ruelles mal famées que moi. J’ai tendance à y envoyer mes goules et spectres, mais je m’y rends rarement moi-même.Elles font partie de mon terrain de jeu favori. se contenta de répondre Ambre avec un sourire radieux. Elle se dirigea vers la sortie, la nécromancienne à ses côtés. Quel duo formaient-elles ! Clairement, elles ne tarderaient pas à attirer l’attention de quelques criminels de bas-étage en voulant à leur porte-monnaie ou à leurs courbes.

Dehors, la nuit était un peu fraîche. Ambre avait toujours tendance à l’oublier, lorsqu’elle passait par Umbra pour se rendre quelque part. Dans la dimension ténébreuse, la notion de température était aussi abstraite que tout le reste… et si on avait pu la mesurer, comme tout n’était qu’ombre, à moins de songer à prendre une forme plus tangible, on ne la ressentait pas vraiment. Malgré tout, le frisson qui dévala l’échine de la jeune femme était lié à l’excitation et non pas au froid. Elle prit la direction du fleuve. On y trouvait le plus souvent la racaille, qui s’adonnait à leurs trafics sous la lumière ambrée des lampadaires. Les deux paires de talons hauts claquaient sur le bitume. À quelques endroits, vestiges de la pluie tombée un peu plus tôt dans la journée, des flaques miroitaient comme de l’huile. N’est-ce pas amusant de retourner un peu sur le terrain ? demanda finalement Ambre à sa compagne pour la soirée. Elle-même ne pouvait pas s’imaginer rester en retrait comme semblait l’avoir suggéré Abigaïl. Elle avait besoin de sentir l’adrénaline, l’excitation de la Chasse… mais encore une fois, peut-être était-ce dû à cette nature qui était la sienne depuis quelques années… Elle aimait la traque, le jeu avec ses proies, le chaos apeuré que cela faisait parfois naître en elles.

Au détour d’une ruelle, elles croisèrent enfin une poignée d’hommes. Ambre leur donna la trentaine bien tassée. Son regard accrocha celui de l’un d’eux. Aussitôt, il donna un coup de coude à son pote le plus proche avant de les désigner toutes les deux du menton. Celui qui fut déranger dans ces affaires leva le nez et haussa un sourcil. Eh, mes jolies, vous vous êtes perdues ? leur lança-t-il. Ambre s’arrêta de marcher et fit mine de lancer un regard apeuré à la nécromancienne… pourtant, au fond de ses prunelles, celle-ci pourrait aisément deviner une lueur bien différente. Game on. Je ne crois pas non. On doit aller par là pour rentrer, n’est-ce pas, Mel’ ? Elle avait sciemment utilisé un prénom au hasard. Après tout, il n’était pas question que ces messieurs puissent savoir qui elles étaient. Elle tendit un bras pour accompagner ses paroles, dans une direction choisie au hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 28 Juil - 19:21 Message | (#)

Abigaïl porta ses yeux sur la robe qu’était devenu son linceul des ombres. La question d’Ambre soulevait de nombreuses interrogations sur la véritable nature de cet artefact. La nécromancienne n’en pensa même pas à ce que pouvait ainsi évoquer la française. Qu’était véritablement le linceul ? Oh il ne portait pas son nom pour rien, mais elle savait que les âmes des morts, à moins qu’il ne s’agisse de leurs ombres, faisaient partie de sa fabriquer si particulière.

« Je ne saurais vous répondre avec exactitude. Mon linceul n’est pas de ce monde, mais d’une autre dimension où certaines choses aussi abstraites et intangibles que les ombres ou les âmes peuvent se révéler matérielles. Sûrement est-il en partie constitué d’ombres et de ténèbres, mais je doute qu’il s’agisse de la seule chose. »

Ces considérations allaient devoir attendre de toute façon. La seule chose qui intéressait Abigaïl c’était de savoir que son linceul lui obéissait parfaitement et surtout lui permettait de toujours conserver des cadavres à portée de main. Avant qu’elle ne le possède, l’un des plus grands problèmes de la nécromancienne était de trouver la matière première nécessaire à son art lors de moments tendus. On ne trouvait pas des cadavres partout, surtout en pleine ville. Bien souvent elle avait dû utiliser des vivants pour en fabriquer avant.

Une époque que lui rappelaient les ruelles dans lesquelles Ambre la menait. Lorsque Lady Death n’était qu’une petite vigilante qui utilisait ses pouvoirs pour assurer le repos de quelques âmes égarées. Même s’il s’agissait plus d’une sorte d’échange que de la véritable bonne volonté de sa part. Les morts lui offraient leurs secrets et leurs richesses, voir même leurs dépouilles, si tant est qu’elle fasse quelques petites choses pour eux en échange. Elle avait passé un grand nombre d’heures à arpenter les ruelles mal famées de Star City en compagnie de Silence, son golem de chair de l’époque. Un spécimen peu raffiné du point de vue d’Anton, mais la nécromancienne avait eu une véritable affection pour celui-ci. Il était mort dans un autre monde, réduit en cendres par un nécromancien rival. Bien sûr elle espérait bien pouvoir le ressusciter un jour.

La présence d’Ambre et le contact de son bras contre le sien, qui semblait agréablement chaud à Abigaïl, était bien différente de celle de n’importe quel golem de chair. Même si maintenant la nécromancienne avait suffisamment appris de son frère pour pouvoir faire des golems parfaitement humains. Elle avait joué avec certains d’entre eux par ailleurs, mais le contact d’une vivante avait quelque chose de particulier, qui ne pouvait tenir qu’à la chaleur. Peut-être une sorte de fragilité qu’elle devinait. Si Abigaïl avait étendu ses sens, elle aurait pu envelopper toute l’énergie vitale d’Ambre et la siphonner, se ressuscitant complètement par la même occasion. Deuil aurait sûrement adoré l’idée et surtout se serait repue de l’âme de la française. Heureusement qu’Abigaïl savait se contenir.

« Cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Je ne crois pas avoir jamais arpenté ces quartiers dans cette tenue en tout cas. »

En tant que Lady Death oui bien sûr, voir même en tant qu’âme désincarnée. Mais habillée avec un tel décolleté ? Elles formaient de délicieux appâts c’était certain. D’ailleurs il ne leur fallut pas longtemps avant de tomber sur des prédateurs potentiels. Enfin prédateurs… Finalement il ne s’agissait que de vivants pathétiques qui ignoraient à qui ils avaient affaire. Il n’avait pas fallu longtemps au groupe d’hommes pour les entourer, leur coupant toute retraite. Abigaïl eut quelques souvenirs désagréables qui ressurgirent. L’envie de massacrer tous ces individus pour leur impudence, pour cette hostilité emplie de stupre qu’ils dégageaient était terriblement présente. Mais elle était là pour accompagner Ambre, pour que cette dernière utilise ses pouvoirs et non pour laisser d’anciennes psychoses prendre le dessus.

« Je crois que c’est par là en effet. Quoique je ne suis plus très sûre… » Abigaïl n’avait pas joué les femmes innocentes depuis un moment, mais elle ne se débrouillait pas trop mal. Son regard plongea dans l’homme qui se trouvait le plus près. Mais ce fut un autre qui porta l’une de ses mains à sa croupe. La nécromancienne se retourna avec un air outré sur le visage, ce qui était en partie authentique. Personne n’avait posé la main sur elle de cette manière depuis… Très longtemps. Sauf qu’elle n’était pas en position de se montrer outrée. Enfin, pas si elle restait dans son rôle de jeune femme innocente.

« Vous ne devriez pas vous balader dans ce quartier sans un mec pour vous protéger, ‘savez. »

« Heureusement qu’on est là maintenant. On peut même vous faire passer du bon temps. Vous avez l’air d’être le genre de filles qui aiment s’amuser. »

C’était partie pour la succession des paroles lamentables pré-viol apparemment. Abigaïl lança un coup d’œil à Ambre, se demandant quand elle ferait usage de ses pouvoirs ténébreux pour son petit entraînement. Après tout le moment était parfait.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mer 9 Aoû - 13:29 Message | (#)

Je ne saurais vous répondre avec exactitude. Mon linceul n’est pas de ce monde, mais d’une autre dimension où certaines choses aussi abstraites et intangibles que les ombres ou les âmes peuvent se révéler matérielles. Sûrement est-il en partie constitué d’ombres et de ténèbres, mais je doute qu’il s’agisse de la seule chose. Ambre pencha la tête, légèrement intriguée. Elle ne parvenait pas à percer cette masse d’ombres en tout cas, alors qu’elle pouvait voir comme en plein jour dans la plus épaisse des nuits… Est-ce que ça voulait dire que sa nyctalopie ne fonctionnait que sur les ombres « normales » ? Peut-être bien. Les normales et celles d’Umbra, bien évidemment… même si c’était encore un peu différent en ce qui concernait les ténèbres de ce plan parallèle. Elle s’interrogea aussi sur cette dimension mentionnée par Abigaïl qui ressemblait un peu à Umbra, au final… mais certainement qu’un nombre incalculable d’entre elles pouvaient correspondre à cette description. Mais ces questions devraient attendre, car ce n’était pas là leur objectif principal… pas celui de la jeune femme en tout cas.

Cela faisait longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Je ne crois pas avoir jamais arpenté ces quartiers dans cette tenue en tout cas. Un vague sourire flotta sur ses lèvres. C’était devenu son presque quotidien depuis qu’elle appartenait à la Chasse Sauvage. Un appât délicieux qui s’avérait être le prédateur. Un démon sous des allures d’ange ? Ambre ne savait plus très bien ce qu’elle était, à quel « camp » elle appartenait… Après tout, même si elle laissait libre cours à ses pouvoirs et qu’ils n’étaient pas des plus inoffensifs, elle s’attaquait toujours à des vauriens ou à des criminels… Qu’est-ce que ça faisait d’elle, au final ? Une sorte de vigilante ? Elle n’en savait trop rien. Ne cherchait pas à s’enfermer dans des cases non plus. Ce devait être ce chaos qu’elle appréciait tant qui lui intimait de simplement vivre sa vie et de le semer dans son sillage.

Il n’avait pas fallu si longtemps pour que les hommes les entourent. Elles ne pouvaient pas repartir d’où elles venaient, ni s’enfuir… à première vue. Mais ce n’était de toute façon pas dans leurs plans. Du moins, pas dans ceux d’Ambre. Je crois que c’est par là en effet. Quoique je ne suis plus très sûre… Abigaïl marchait dans sa petite combine. L’innocence était intéressante à découvrir sur ce visage, sûr qu’on ne l’y voyait pas souvent. L’expression outrée sur ses traits manqua de faire exploser de rire la Française mais elle se retint. D’autant qu’un autre s’était approché d’elle, avec moins d’audace que celui qui avait posé la main sur sa compagne de jeu, mais avec une lueur lubrique et perverse dans le regard. Vous ne devriez pas vous balader dans ce quartier sans un mec pour vous protéger, ‘savez.Heureusement qu’on est là maintenant. On peut même vous faire passer du bon temps. Vous avez l’air d’être le genre de filles qui aiment s’amuser. À nouveau, elle retint la réaction qu’elle aurait voulu afficher. Un roulement d’yeux vers le ciel aurait fait tâche… mais comment réagir autrement face à ce genre de discours, franchement ?

A l’inverse, visiblement. Ambre fit un petit pas en avant, vers celui qui était déjà dangereusement près d’elle. Elle leva le menton, puisqu’il était plus grand — et bien plus massif — qu’elle. Et quelle serait votre tactique…? ronronna-t-elle presque, sans pour autant préciser si elle faisait référence à la protection ou au bon temps. Elle leva la main, pour venir effleurer l’arc sévère de la mâchoire du malfrat. Là, elle n’avait même pas besoin d’insuffler de chaos : il en était déjà tout gorgé. Un sourire plein d’impatience étira les lèvres de la Française et elle alla toucher son âme pour en grignoter voracement un morceau. L’effet secondaire ne se fit pas attendre et elle vint se plaquer tout contre le corps du violeur qui n’en était plus vraiment un et posa ses lèvres sur les siennes dans un baiser aussi vorace que son pouvoir au creux de son ventre. Elle entendit les ricanements des autres autour d’elle. Hé, pourquoi c’est lui qui a droit à tous les trucs sympas, hein ? Moi aussi j’veux m’amuser. Le pauvre malheureux effleura son bras, puis un morceau de sa cuisse dénudée. Ambre perçut tout le chaos qu’il contenait, comme son copain et son pouvoir voulut s’en gorger à son tour. Elle pouvait presque voir cette magie sombre commencer à s’étendre vers la seconde âme… mais pouvait-elle s’en nourrir alors qu’elle était déjà occupée avec l’autre ? Elle n’en savait trop rien. Insuffler le chaos à plusieurs personnes en même temps, ça oui, elle savait en être capable… mais elle n’avait jamais essayé de grignoter plusieurs sources en même temps. Si on lui avait posé la question, elle aurait répondu que non, elle n’en était pas capable, qu’elle devait attendre six heures entre deux encas… mais deux morceaux d’âmes ne pouvaient-ils pas n’être qu’un encas au final ?

Un peu soucieuse, elle laissa malgré tout son pouvoir se diriger vers l’autre homme. Après tout, elle était là, dans cette ruelle crasseuse avec Abigaïl justement pour ça. Pour voir jusqu’où elle pouvait aller dans l’utilisation de ses capacités. Ses lèvres se détachèrent de celle du « chef » et son dos vint se coller contre le torse de l’autre. Ses paupières papillonnèrent et la grosse paluche du malfrat remontait dangereusement vers son entrejambe. Un soupir s’échappa de ses lèvres entrouvertes mais elle n’avait guère l’intention de lui donner satisfaction. Elle préférait être un peu frustrée par ce désir insufflé par sa propre magie que de le laisser la toucher plus que ce qu’il ne le faisait déjà. Alors elle le ponctionna un peu plus. C’était grisant, enivrant, étourdissant… mais elle finit par les repousser, une paume sur chacun de leurs torses. Doucement les gars… Il ne faudrait pas que le plaisir soit de courte durée, n’est-ce pas ? Sa voix était devenue un peu plus grave, lourde du désir éveillé au creux de son ventre. Elle posa pourtant les yeux sur Abigaïl, pour voir où elle en était de son côté. Assurément ne prendrait-elle pas autant de plaisir que sa protégée à la situation, mais, pour dire vrai, à cet instant, Ambre s’en fichait un peu, bien trop étourdie par son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 9 Aoû - 14:57 Message | (#)

Voir Ambre à l’œuvre avait quelque chose de terriblement fascinant, excitant même. Abigaïl avait déjà fait la connaissance de quelques succubes et incubes et nombreux étaient les vampires à son service qui faisaient usage de leur sexualité. Mais chez la jeune française, c’était quelque chose d’un genre nouveau. Le sexe était un outil, mais aussi une conséquence, elle était sujette au désir comme ses victimes. Elle n’était pas une créature infernale ou mort-vivante qui utilisait des résidus de sexualité et d’excitation seulement pour obtenir ce qu’elle désirait. Ambre semblait presque elle-même victime de ses pouvoirs.

Toutefois la nécromancienne ne pouvait vraiment s’adonner à la contemplation de sa protégée, même si le physique de cette dernière lui plaisait beaucoup plus que ceux des brutes qui les encerclaient toujours. L’une de ces dernières avait replacé sa main sur les fesses d’Abigaïl, profitant de sa distraction apparente pour commencer à s’amuser quelque peu, la malaxant de sa paluche meurtrière. Car si Ambre devinait le chaos dans leurs chers amis du soir, Abigaïl pouvait deviner sans mal qu’elles n’étaient pas en compagnie d’enfants de chœurs. Certains étaient encore innocents, des moutons qui suivaient le mouvement du troupeau et qui se contentaient de regarder les deux femmes presqu’en bavant. Abigaïl finit toutefois par saisir le poignet de la main intempestive pour l’éloigner une nouvelle fois, plongeant son regard glacial dans les yeux de l’homme.

« Je ne crois pas que nous en soyons là messieurs. » Ce n’était pas parce qu’Ambre avait besoin de ce genre de rapprochements qu’Abigaïl allait y céder elle-aussi. Après tout n’était-elle pas là pour superviser et s’assurer que tout se passe bien ? Une petite part d’elle-même, la plus mesquine et lubrique, se serait bien entendue délecter du spectacle, de laisser les malfrats jouer avec le corps de la française. Mais le reste de l’être de la nécromancienne y était parfaitement opposé. Puis elle préfèrerait largement utiliser ses propres serviteurs que ces sacs à viandes. « Oh allez soit sympa comme ta copine. » Un autre homme était arrivé par derrière pour attraper les deux mains d’Abigaïl et les lui ramener dans le dos. Sans attendre celui que la nécromancienne avait repoussé plaça sa main entre ses cuisses. Clairement ces types avaient pris l’attitude d’Ambre pour une invitation et ils ne voulaient pas être en reste par rapport à leurs camarades qui avaient pu se coller à la française. La subtilité de cette dernière lui permettait de mieux gérer les deux gorilles par rapport à l’attitude plus froide d’Abigaïl. Il fallait dire que la nécromancienne était particulièrement glacée. Sans même forcer elle se libéra de l’emprise du type, attrapant une troisième fois cette main et décidant cette fois-ci de briser le poignet de l’homme qui poussa un hurlement aiguë. « Je ne suis là que pour regarder. » Susurra-t-elle à son oreille. « Ce n’est pas mon petit jeu, mais le sien. Si vous voulez vous amuser ce sera avec elle. »

Les hommes ne savaient pas trop quoi penser, partagés entre la peur et l’excitation. Mais ils pouvaient voir qu’Ambre semblait bien plus réceptive et surtout qu’Abigaïl ne semblait pas s’opposer à quoique ce soit, tant qu’on la laissait tranquille. Abandonnant leur camarade qui pleurait en serrant son poignet contre son torse, à genou sur le goudron, les types marchèrent prudemment en direction de la française. Un sourire en coin flotta sur les lèvres de la nécromancienne. L’objectif de la soirée était qu’Ambre s’entraîne, deux cibles ce n’était rien et elle devait pleinement profiter du groupe de malfaiteur. « Je suis là. » Glissa Abigaïl avec un regard entendu en direction de la française. Si la situation dégénérait, elle interviendrait, tout simplement. Mais laisser des vivants la toucher sans son consentement ? Surtout qu’ils n’auraient rien pu faire de bien plaisant. Abigaïl avait largement étendue ses horizons depuis qu’elle n’était pas dans une relation inutile et compliquée avec un vivant. Pouvoir plier les morts à son volonté avait quelques avantages.
Revenir en haut Aller en bas



Red lips and pale skin ◊ Ambre&Abigaïl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Holden • I’m 147 pounds of pale skin and fragile bones. Sarcasm is my only defense. (100%)
» Poukisa Rico pa pale de atik sa.
» Nèg yo ap pale anpil apre dèt ekstèn peyi a anile.
» LE YON NONM AP PALE FOK OU VEYE DJOL OU !
» [Achat]Skin de chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-