AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Fame clearly isn't everything

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Indépendant Neutre
avatar

Silas O'Hara

Indépendant Neutre
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 128
ϟ Nombre de Messages RP : 27
ϟ Crédits : Du Nord
ϟ Célébrité : Sebastian Stan
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Veuf
ϟ Métier : Ex-lieutenant de l'US Army
ϟ Liens Rapides :

#ae0b0b
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 25 Juin - 11:29 Message | (#)

Je fus soulagé d’apprendre que le comparse du magicien ne soit pas vraiment blessé. Je m’en serais voulu. Je me demandais d’ailleurs s’il n’avait pas dit cela de prime abord pour me tester ou me faire culpabiliser. Mais bon, peu importait. Il allait bien, c’était l’essentiel.

Après m’être posé dans le fauteuil du magasin, chose plus sage effectivement pour m’éviter une nouvelle maladresse, je fis le récit de ma mésaventure alchimique. Du moins la première ; celle qui m’avait valu le déclenchement de la seconde avec l’apparition du regretté malignus que le magicien ne manqua pas de commenter.
– Vous admettrez que ce n’est pas tous les jours qu’il est donné au commun des mortels d’être en présence d’une créature fuzonique.
Je n’en démordais pas. Nekusar avait éveillé la curiosité d’un passionné par les flammes ; on peut même parler d’une obsession dans mon cas ; et j’éprouvais une grande frustration de ne pas l’avoir vu ni d’avoir pu le questionner, aussi vil soit-il. Mais ce n’était plus l’objet de la discussion pour le moment. Aussi, pris-je mon mal en patience et me re-concentrai-je sur les faits qui m’avaient amené ici. J’avais repris le cours de mon récit afin d’énumérer les ingrédients et les étapes principales de la réalisation de ma potion avant que celle-ci ne déborde et que l’expérience alchimique ne vire à la catastrophe.

– C’est un vieux flacon qu’un confrère m’a donné.
Ce qui n’était pas tout à fait vrai. Je m’étais servi dans la réserve de mon grand père lors de mon dernier séjour en Irlande. Mais qu’importe. Tout cela n’était que détail sans grande importance pour le magicien puisque de toutes façons, j’ignorais la provenance exacte de la poussière de vampire.
– Je ne sais pas où il se l’était procuré.

J’esquissai un sourire amusé lorsqu’il parla de coup fourré de la part de mon fournisseur. Même si cela aurait tout à fait pu être possible, connaissant Newt, on ne pouvait pas vraiment dire qu’il s’agissait d’un fournisseur au sens commercial du terme. L’intéressé m’avait toujours autorisé à traîner dans son laboratoire et à me servir comme bon me semblait du moment que c’était pour apprendre ou réaliser quelque chose d’utile. J’avais d’ailleurs bien conscience de jouir d’un privilège dont peu de ses connaissances pouvaient se gausser et je ne m’étais jamais posé la question sur la provenance des ingrédients de son laboratoire, vouant une confiance presque aveugle à mon mentor. Quelle ironie !
– Vous croyez ?
Bien que le fait que l’ingrédient soit coupé fut tout à fait plausible, il me paraissait peu probable que Newt eut pu posséder une poussière de vampire daubée sans jamais s’en être rendu compte. Mais comme je m’étais servi sans lui demander son avis au préalable, il était également fort possible qu’il le sache et que ledit flacon ai été mal étiqueté. Cette hypothèse me paraissait également tirée par les cheveux au vu du tempérament maniaque du vieil Ecarlate, mais je ne pouvais en avoir le cœur net sans lui poser la question au préalable.

Les solutions proposées par le magicien me tirèrent de mes considérations familiales. La première ne me paraissait pas vraiment indiquée. Aujourd’hui j’étais aveugle et désorienté. J’ignorais quels autres symptômes je pourrais encore développer dans les prochains jours. J’avais vu les trous qu’avait laissé la potion sur mes fringues et je craignais quelques séquelles irrémédiables.
– Vendu ! Je pense que j’ai semé assez de bordel à cause de ce léger problème, autant le résoudre au plus vite.
D’autant plus que j’avais mon laboratoire à nettoyer ensuite.
– Je pense qu’il m’en faudra d’ailleurs une assez grande quantité. A moins que vous n’ayez en stock une autre potion ou un quelconque parchemin de sortilège pour me prémunir des attaques nocives de cette calamité car je vais sans doute devoir refaire incursion dans mon labo ensuite pour nettoyer mon échec.

Bien que le courant entre le vieux magicien et moi ait eu du mal à passer (car oui, dans ma tête il était acté que j’avais affaire à quelqu’un de plus vieux que moi), nos échanges actuels étaient redevenus cordiaux et professionnels. Et puisque j’avais fais le choix de venir ici pour remettre mon sort entre les mains d’un confrère qui y verrait plus clair, j’étais prêt à coopérer.
– Bien. Que voulez-vous savoir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be"
Queen - Innuendo

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7288
ϟ Nombre de Messages RP : 694
ϟ Crédits : Miss Victory
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Dim 25 Juin - 23:23 Message | (#)

 « Un confrère très imprudent. » Il n'y avait pas d'épithète plus approprié pour qualifier l'alchimiste effronté qui ne s'intéresse pas à la provenance et à l'exacte composition de ses produits.

Silas n'était pas à blâmer, puisqu'il avait été victime d'une erreur, d'une sorte de dol, mais fort heureusement pour lui les terribles conséquences de la bévue n'iraient pas au-delà de cette cécité imprévue. Il accepta la proposition de Dante, qui devrait donc préparer pour lui un remède à sa cécité, mais le vieux dragon fit la grimace – une moue désabusée – quand Silas évoqua le reste de ses problèmes.

 « Il n'y a que les paresseux pour croire que les parchemins de sortilège sont efficaces. C'est de la poudre aux yeux. » L'expert en lui parlait, et d'expérience : il avait vu de nombreux jeunes gens prétendre manipuler les énergies magiques et « lire » un parchemin pour s'approprier et lancer le sort inscrit sur le vélin ; l'idée même d'un maléfice « à disposition » sur un bout de papier aller contre la nature profonde de la magie, qui exigeait de tout adepte étude attentive et pratique régulière. La partition ne vient pas seule aux doigts du pianiste.

 « Il me paraît préférable de vous confier une flasque supplémentaire du remède. D'autant plus qu'en quelques jours, cette calamité, comme vous dîtes, sera dissipée, et vous pourrez accéder sans crainte à votre laboratoire... ce que j'ai dit pour vos yeux vaut pour le reste. » Silas n'était pas obligé de le croire sur parole. Dante connaissait son sujet et n'avait aucune raison de se montrer sceptique ou dubitatif : quand il était sûr de lui, il le montrait, surtout dans sa pratique « commerciale », ce petit jeu si vain qu'il s'accordait, de temps à autres, pour se rappeler au bon souvenir de l'humanité qu'il singeait parmi ses « contemporains ».

 « Si vous insistez, cependant, je verrai ce que je peux trouver, comme parchemin. » Il n'y en aurait sûrement pas un seul dans les stocks les plus immédiatement disponibles, mais il ne coûtait rien de faire un geste en direction de Silas.

 « Avez-vous des allergies, des contre-indications alimentaires ? Je connais six cent trente-trois façons de concocter un remède pour vous rendre la vue, mais j'aime autant limiter les risques d'effets secondaires fâcheux. Sauf si vous souhaitez partir avec la promesse d'une indigestion ou d'une groin de cochon. » Il parlait d'expérience et à son ton comme à son air, Silas comprendrait que son interlocuteur était des plus sérieux.

 « Idéalement, il faut aussi me raconter maintenant ce que vous avez omis par pudeur, par honte ou par négligence, de votre expérience ratée. J'ai aussi besoin de savoir depuis quand vous pratiquez la magie et à quel rythme, ou à quelle dose. Inutile d'être précis, le but n'est pas pour moi de mener une enquête de police. Il me faut simplement un cadre d'où commencer mes préparatifs. On ne soigne pas de la même façon quelqu'un qui serait constamment gavé d'autres potions... voyez-vous ce que je veux dire ? »

Si le tout jeune Silas était un junkie de l'alchimie, s'il consommait des potions à tour de bras comme d'autres s'extasient à l'héroïne, à la bibine ou à la compagnie des autres, il était préférable de le révéler tout de suite. Après tout, le risque était grand de créer, sans le savoir, un conflit entre le remède et les substances déjà présentes dans l'organisme de Silas, et la prochaine fois qu'il reviendrait au magasin, ce serait non pas aveugle, mais transformé en poulet, ou pire...

 « En janvier, une femme, qui n'avait pas tout dit, est revenu nous voir parce que le philtre de quiétude que nous avons composé pour elle n'avait pas eu l'effet escompté... il a fallu trois heures pour enlever tous les champignons qui pullulaient en lieu et place de ses cheveux. » L'exemple était éloquent et suffirait sûrement à incliner Silas au minimum d'honnêteté nécessaire... après tout, c'était pour son propre bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Indépendant Neutre
avatar

Silas O'Hara

Indépendant Neutre
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 128
ϟ Nombre de Messages RP : 27
ϟ Crédits : Du Nord
ϟ Célébrité : Sebastian Stan
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Veuf
ϟ Métier : Ex-lieutenant de l'US Army
ϟ Liens Rapides :

#ae0b0b
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 26 Juin - 21:44 Message | (#)

La remarque du magicien me fit sourire. Va donc lui dire ça au vieil Ecarlate, tiens ! Mais je gardai mes sarcasmes pour moi. Cela dit, cela prouvait que le vieux grigou n’était pas aussi parfait qu’il le prétendait et qu’il aurait très bien pu être victime de ses propres potions s’il avait utilisé cette fiole à ma place. Une partie du mythe venait de s’étioler. Que j’aurais aimé voir sa tête !

Mon amusement fut cependant de courte durée. Le magicien semblait posséder un don inné pour m’irriter. A défaut d’ouvrir les yeux et je me contentai de froncer les sourcils de désapprobation. C’était moi qu’il traitait de paresseux ?
– Vous plaisantez ?!
Personnellement, je n’en faisais que très rarement usage. En revanche, Newt était un spécialiste de la chose. Il les confectionnait lui-même et selon lui, cela permettait de réduire le temps d’incantation de certains sortilèges et d’en lancer des plus puissants. Je l’avais toujours vu se balader avec plusieurs rouleaux de parchemin à la ceinture.
– Ils sont moins efficace vous voulez dire. Si le lanceur ne maîtrise pas le sort. Non ?
La condition sine qua non pour que cela soit efficace était sans doute de maîtriser le sortilège à la base. Il n’avait jamais voulu m’enseigner cette technique, me répétant sans cesse que je devais d’abord acquérir une certaine maturité. Foutaises !
– Peu importe. Je ne suis pas familier des parchemins. Moi ce que je veux, c’est un truc efficace. Et rapide.

Pour mon labo, je n’avais d’autre choix que de prendre donc mon mal en patience mais je ne fus pas mécontent qu’il accède à ma requête de me procurer une fiole de potion supplémentaire ; juste pour le cas où. Les fumées se seraient peut-être dissipées, mais je doutais qu’il en fut de même pour l’espèce de goudron noirâtre qu’avait vomi mon chaudron.
– Merci. On n’est jamais trop prudent.
Et en ce qui concernait les parchemins, j’ajoutai :
– Ce n’est pas que j’y tienne particulièrement, je voulais juste un remède efficace. Si vous me certifiez qu’avec cette potion, je vais retrouver la vue, pour le reste, je ferais le nécessaire. Je vais me débrouiller.

Je ne pu réprimer le coin de mes lèvres de se relever à l’idée de me retrouver avec un groin de cochon.
– Non, rien de tout ça.
J’avais une santé de fer !

Je fis la moue à la suite de l’interrogatoire, tout en réfléchissant à ce que j’avais bien pu omettre d’important.
– Je pratique la magie depuis que je suis gosse. Je l’ai pratiquée plus ou moins intensément depuis mes 6 ans jusqu’à aujourd’hui. Mais je suis plus axé… magie du feu, vous l’aurez compris. J’ai bien entendu été initié à l’art des potions et je connais mes basiques. L’alchimie c’est plus récent… deux, trois ans, je dirais. J’expérimente des choses plus… complexes par rapport à mon enseignement initial on va dire. D’où la tentative de potion d’invisibilité… ratée.
Je préférais ne pas trop entrer dans les détails de mon parcours, ne fournissant que ce que j’estimais essentiel comme renseignement pour lui permettre de procéder. D’autant plus que les potions n’étaient pas l’essentiel de ma pratique alchimique. Mais comme il n’était question de potions ici, je n’avais pas besoin de m’étendre sur mes autres recherches.
– Ce que j’ai sans doute négligé, c’est cette fiole de poussière de vampire et… peut-être ai-je été trop absorbé par mon travail. Je n’ai sans doute pas remué la potion aussi souvent que j’aurais du.
J’avais entre autre été absorbé par le déchiffrage d’un des nombreux schémas cryptés du journal de mon père, à faire des calculs d’apothicaire.
– Mais si l’ingrédient était daubé, je ne pense pas que le fait d’avoir oublié de la remuer ai pu y changer quelque chose, si ?
Tout au plus, ça aurait changé la consistance de la potion, ou peut-être même que ça aurait modifié sa réaction… va savoir. L’alchimie est une science subtile et minutieuse, c’était peut-être cette négligence qui m’avait coûté mes yeux.
– Ptêtre bien que si. Me corrigeai-je moi-même avant de me faire sermonner par le magicien.

L’anecdote qu’il me conta ensuite me fit hésiter sur un autre aveu.
– Un philtre de quiétude… ?
C’était à croire qu’il lisait dans mon esprit. Ça me faisait chier de l’admettre, mais je ne tenais pas spécialement à être sujet à des effets secondaires.
– Personnellement, j’appelle ça la potion de sérénité. Mais elle doit s’y apparenter. Il m’arrive d’en consommer.
J’étais d’ailleurs devenu expert à la réalisation de celle-ci. Sur les conseils de mon second, je l’avais mise au point en Irak, lorsque je n’arrivais plus à trouver le sommeil. Même si j’avais réduit les doses, il m’arrivait encore d’en prendre quand les démons de la guerre revenaient me hanter.

Comme je me doutais qu’il allait me questionner sur la posologie, j’ajoutai :
– La dernière date de la semaine dernière. J’ai du en prendre deux ou trois depuis le début de l’année. Ce n’est pas très régulier… du moins, ça ne l’était plus. Est-ce que ça vous suffit comme renseignements ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be"
Queen - Innuendo

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7288
ϟ Nombre de Messages RP : 694
ϟ Crédits : Miss Victory
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mar 27 Juin - 19:31 Message | (#)

Un truc efficace et rapide ; Dante haussa un sourcil amusé. À l'entendre, Silas présentait le caractère typique de l'Américain pressé d'obtenir des résultats qui n'hésiterait pas à employer les raccourcis, plutôt que d'aller au fond des choses et d'approfondir. Ce caractère de tête de pioche était touchant. Il y avait sûrement plus de subtilités et de nuances, sous la surface de cette peau blanche et de ces yeux clairs, mais ces premiers abords, nerveux et coriaces, tenaient plus du chien fou que du vieux chat.  « Vous la recouvrerez. » Silas l'ignorait, mais il avait la promesse d'un vieux dragon ; pareille promesse vaut son pesant d'or.

Le jeune homme se décrivit davantage et répondit à l'interrogatoire qu'il subissait d'assez bon gré. Il déclara pratiquer la magie depuis l'enfance. Il s'était laissé séduire par la magie du feu. Ce n'est pas le dragon qui condamnerait cette « faiblesse ». Silas dit aussi avoir été initié à l'art des potions et Dante, par réflexe, se demanda qui avait été l'initiateur, le maître de ce disciple.  « D'accord. » Voilà donc près de trois ans que, pour s'ouvrir à la matière alchimique, Silas s'essayait à des « choses plus complexes ». Une description plutôt vague, mais Dante n'aurait pas besoin de plus de la part de l'aveugle.

Ce dernier entra dans les détails de ce qu'il avait fait ou, plutôt, omis de faire. Remuant la tête avec l'air pensif d'un nez qui passe près d'un arôme qu'il connaît, Dante répondit :  « Ingrédient daubé ou non, cet oubli n'aurait pas changé la nature de la potion, mais la clarté du résultat obtenu. En somme, l'invisibilité produite aurait pu n'être que partielle. Mais là encore, tout dépend de ce que vous entendez par « pas aussi souvent que j'aurais dû »... » Faute d'en savoir davantage et, surtout, d'avoir été là pour connaître le fin mot de cette histoire de cuillerées ratées, Dante ne pourrait affirmer avec certitude quel résultat aurait obtenu Silas s'il avait disposé d'une poussière de vampire véritable.

Il ne comprit pas très, cependant, pourquoi Silas mit en relation le philtre de quiétude et une autre potion qu'il déclara nommer « potion de sérénité ». Dante ne considérait pas qu'il existât un catalogue de potions disponibles et s'il existait assurément des potions semblables les unes aux autres, il existait autant de potions pour un même effet qu'il existait de préparateurs ; et cette potion de sérénité qu'il se préparait pour lui-même différemment sûrement, dans les détails, du philtre qu'un employé du magasin avait préparé pour la cliente dont il était question.

 « Ce n'est pas à moi de le dire. Vous êtes libre de me cacher ce que bon vous semble. Il faudra simplement accepter qu'un mensonge peut entraîner des conséquences désagréables. Il me semble très improbable qu'une potion aux vertus apaisantes entre en conflit avec un remède à votre cécité. » Les effets du second étaient trop ponctuels et localisés, les effets de la première beaucoup plus diffus et réguliers.

 « Si vous ne consommez pas, en ce moment, de potions qui ont une influence sur votre vision – j'entends par là vision au sens large de ce qui passe par les yeux ou par l'esprit, comme les rêves ou les pensées – alors je n'ai pas besoin d'en savoir davantage. Il en va de même des crèmes, des onguents, des poudres et autres substances que vous prendriez pour, par exemple, accroître votre acuité visuelle ou votre sagacité intellectuelle. »

Dante avait saisit un calepin et un crayon. Il s'en servait pour griffonner une liste d'ingrédients ainsi qu'un protocole de préparation.  « Avant de passer aux choses sérieuses, avez-vous un problème avec la consommation de produits animaliers ? »

La question put paraître étonnante, mais c'était une curiosité nouvelle, apparue avec la vogue du végétarisme et du veganisme : quelques clients réclamaient désormais des potions et des philtres sans œufs, sans laits, sans aucun ingrédient en provenance d'un animal quel qu'il soit.

Tout cela n'était qu'une lubie humaine comme il y en avait tant, aux yeux du vieux dragon, mais que ne fait-on pas pour satisfaire aux désirs d'un client...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Indépendant Neutre
avatar

Silas O'Hara

Indépendant Neutre
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 128
ϟ Nombre de Messages RP : 27
ϟ Crédits : Du Nord
ϟ Célébrité : Sebastian Stan
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Veuf
ϟ Métier : Ex-lieutenant de l'US Army
ϟ Liens Rapides :

#ae0b0b
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 27 Juin - 21:38 Message | (#)

Malgré notre anicroche de tout à l’heure, je ne savais pas pourquoi, mais je croyais le magicien lorsqu’il me certifia que j’allais retrouver la vue. Quelque chose dans sa voix, dans son intonation, ou dans ce qu’il dégageait ne me permettait pas de douter de sa sincérité. Allez savoir pourquoi. De toutes façons, avais-je vraiment d’autre choix que de m’en remettre aveuglément à son savoir faire et à son expérience ?

– Simplement qu’au lieu de la remuer à intervalles réguliers, il se peut que certains intervalles eussent été plus longs que d’autres. Mais si vous dites que ça n’aurait influé que la clarté du résultat…
Je laissai mon raisonnement en suspend, réalisant l’ampleur de ma sottise. J’avais merdé sur toute la ligne. Je m’étais montré négligeant en voulant courir deux lièvres à la fois. Je ne pouvais pas mener de front la concoction d’une nouvelle potion ainsi que mes recherches sur l’élixir de longue vie.
– Elle aurait été ratée de toutes façons. lâchai-je d’un ton sévère, pour moi-même, contraint de me rendre à l’évidence. Si la discipline de l’armée m’avait appris à dompter mon impatience, force était de constater qu’elle me jouait encore des tours lorsque je me laissai emporter par une nouvelle passion. C’était exactement ce qui se produisait à chaque fois que je me lançais dans l’alchimie. J’avais tendance à m’éparpiller et à tout vouloir faire, trop vite. Comme lorsque j’étais gosse. J’étais irrécupérable et cela avait le don de m’agacer. Il fallait croire qu’il y avait certaines choses qui ne changeaient jamais, même avec les années.

Je ne tenais pas particulièrement à étaler toute ma vie dans la boutique, aussi m’étais-je montré le plus succinct possible dans mes réponses aux questions du magicien. Ne lui en déplaise. Je précisais cependant, au cas où :
– Je ne cache rien. Je vous l’ai dit, la seule potion que je consomme en ce moment, c’est une potion de sérénité, aux vertus apaisantes, oui. Pour m’aider à dormir… sans rêves.
Si c’était cela qu’il voulait savoir… La précision avait peut-être son importance puisque la potion était effectivement en rapport avec l’altération de ma vision selon sa conception des choses ; telles qu’il me les décrivait ; puisqu’elle stoppait effectivement l’apparition des rêves.
– Mais comme je vous l’ai dit, la dernière que j’ai prise remonte à une semaine. Je pense que les effets ont du se dissiper depuis. Si besoin je peux vous en indiquer la composition. Je l’ai moi-même mise au point celle-ci.
Pour tout ce qui est du reste, non, je n’ai rien pris de tout ça. Ni poudre, ni onguent.

Même si je ressentais les effets de cette potion pendant plusieurs jours, trois, tout au plus, je pensais qu’ils étaient largement dissipés au bout d’une semaine. J’étais monté à une fréquence de deux potions de ce type par semaine lorsque je n’étais pas au mieux de ma forme, peu avant de quitter mon unité. Mais cela remontait à plus d’un an maintenant. J’avais toujours veillé à ne pas devenir dépendant de cette potion et j’avais très vite cherché à m’en sevrer.

J’appuyai mon menton contre mon poing. De l’autre côté, mes doigts battaient impatiemment la mesure contre l’accoudoir du fauteuil.
– Non aucun problème avec ça non plus. Vous pouvez y aller.
Je n’avais pas de régime alimentaire particulier. Je n’avais pas fait un métier qui m’avait permis de me montrer difficile sur l’alimentation et je n’étais pas du genre non plus à suivre les nouvelles lubies alimentaires à la mode. Je me contentais de manger équilibré, lorsque c’était possible.

– Vous allez la réaliser sur le tas ? Je veux dire… Une idée de combien de temps ça va prendre ? Impatience, quant tu me tiens….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be"
Queen - Innuendo

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7288
ϟ Nombre de Messages RP : 694
ϟ Crédits : Miss Victory
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mer 28 Juin - 19:15 Message | (#)

Là où d'autres auraient sûrement saisi l'occasion donnée par Silas pour lui poser des questions toujours plus intrusives, Dante n'en fit rien. Il nota dans un coin de sa tête l'information mais ne chercherait pas à savoir pourquoi le jeune homme désirait dormir sans rêver.

C'était très original, puisque d'ordinaire les gens sont plutôt heureux de rêver et certains même venaient à la boutique pour acquérir la tisane qui donne un sommeil clairvoyant, ou l'herbe qui apaise afin de mieux profiter de ce qu'offre les songes.

Il s'abstint d'émettre un commentaire, mais n'en espéra pas moins que cette potion de sérénité, qui privait Silas de la substance de ses rêves, n'était pour lui qu'une solution temporaire. En effet, le vieux dragon s'était convaincu, au fil des années à côtoyer les humains, que le rêve est aussi nécessaire à l'équilibre biologique et mental que le sommeil, l'oxygène et une saine alimentation. Parfois relaxation, parfois tension du psychisme, le rêve remplit une fonction vitale, et la mort ou la démence viennent sanctionner hélas un manque total de rêves qui se prolonge.

Le rêve sert d'exutoire aux impulsions réprimées, fait émerger les problèmes à résoudre, suggère en les jouant des solutions. Sa fonction sélective, comme celle de la mémoire, soulage la vie consciente. Pourquoi vouloir se priver de ses rêves ? Silas n'en était que plus original à sa façon. En réponse à son impatience, Dante se contenta de sourire.  « Cela ne devrait pas prendre plus d'une demi-heure. Vous pouvez m'accompagner pour « suivre » la préparation, si vous le désirez. »

Sinon, bien sûr, il était libre de rester assis sur le fauteuil et d'attendre. Il y serait confortablement assis et personne ne viendrait l'ennuyer jusqu'au retour de Dante. Celui-ci, suivi ou non de Silas, quitta cette zone du magasin pour gagner les ateliers, en retrait, où tout un matériel de laboratoire alchimique attendait ses mains expertes.  « Ne touchez à rien s'il vous plaît. »

Considérant l'état déplorable des yeux de Silas, il était sans doute préférable que ce dernier se contentât d'écouter ce que Dante lui dirait ; bien évidemment, il ne lui proposa pas de participer à l'élaboration du remède, d'abord parce qu'il n'avait guère besoin d'un assistant, ensuite parce que l'assistant en question n'avait plus tous ses moyens.

Sur le plan de travail, sur une trépied de fonte, Dante disposa un grand saladier de terre cuite, avant d'allumer un feu nourri sous ce creuset. Tout autour, aux murs, d'infinies étagères présentaient d'innombrables ingrédients dans leur pot, leur boîte ou leur sachet.  « Veuillez ne pas trop remuer, s'il vous plaît. »

Quelques instants plus tard, des murs s'envolèrent certains ingrédients pour répondre à l'appel du dragon – voilà pourquoi Silas devait ne pas trop remuer et parfois, il sentit peut-être l'esquisse d'un courant d'air près de sa tempe, de son épaule, ou du sommet de son crâne. Dante fit ainsi venir des œufs d'araignées, une dizaine, et trois perles du Pacifique, grosse comme des billes.

Ceux-ci roulèrent au fond du saladier. Dante versa le contenu d'une bouteille, un liquide ambré, dans le creuset et prit soin d'expliquer ce qu'il faisait.  « J'ai commencé par dissoudre, dans du fiel de djinn, dix œufs d'épeire et trois perles de Polynésie. »

Un léger crissement sifflait sa mélodie dans la pièce. Un épais nuage de fumée claire se formait au-dessus du saladier.  « Ce sont les trois ingrédients principaux. Les œufs vous rendront la vue, les perles purifieront votre vision, le fiel de djinn assure la concaténation magique du substrat. Cette première étape prendra quelques minutes. »

Dante éleva la main au-dessus du creuset. Les flammes rougeoyèrent, la préparation s'échauffa ; d'un geste circulaire des doigts, il imprima un mouvement de spirale à la préparation. D'autres ingrédients seraient bientôt ajoutés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Indépendant Neutre
avatar

Silas O'Hara

Indépendant Neutre
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 128
ϟ Nombre de Messages RP : 27
ϟ Crédits : Du Nord
ϟ Célébrité : Sebastian Stan
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Veuf
ϟ Métier : Ex-lieutenant de l'US Army
ϟ Liens Rapides :

#ae0b0b
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 29 Juin - 22:29 Message | (#)

Je m’étais effectivement attendu à des questions plus intrusives compte tenu des informations que je venais de divulguer, mais il n’en fut rien et je remerciais intérieurement le magicien pour son professionnalisme et sa discrétion; ce qui lui valu de remonter dans mon estime, malgré l’affront de tout à l’heure.

Si j’avais manifesté mon impatience, c’était d’une part parce qu’elle était effective et d’autre part, parce que étant initié aux potions, je savais que certaines concoctions pouvaient prendre plus ou moins de temps. N’ayant aucune idée de la composition de celle que le magicien projetait de me préparer, c’était tout naturellement que j'en étais venu à l'interroger sur la durée de préparation et je fus surpris d’apprendre qu’elle serait prête aussi rapidement.
– Wow ! C’est rapide !
J’acquiesçai du chef pour « suivre » la préparation; ou du moins écouter, à défaut de la voir. J’étais curieux et j’estimais que cela pouvait malgré tout être instructif. Je me levai donc du fauteuil et je me dirigeai au son des pas du magicien, tout en restant vigilant pour ne rien heurter au passage.

J’ignorais tout de l’endroit où il me conduisit, que je découvris par l’odeur et par le son. La voix du magicien qui m’apparut curieusement très près, m’interrompit dans mes contemplations olfactives et auditives. Je le frôlai en m’arrêtant à proximité. Comme je m’étais laissé distraire, je ne l’avais pas entendu s’arrêter.
Et si je touche le maître de cérémonie, ça compte ou pas ? pensais-je avec une ironie puérile. Cependant, si je m'en amusais, ce n’était pas du tout volontaire de ma part.
– Pardon. dis-je en reculant d’un pas.

Je restai un instant planté sur place, n’osant bouger, de peur de commettre un nouvel impair. Je me contentai de me familiariser avec les bruits des objets que le magicien disposait sur la paillasse que je devinais métallique. J'avais tout juste fait un pas de côté dans la pièce qu'il devança mes intentions de déplacement en me rappelant à l’ordre. Je m’interrompis aussitôt et je sentis quelque chose siffler à mon oreille, m’effleurer le dessus de la tête ainsi que l’épaule.
– Qu’est ce que vous faites ?
Je ne tardais pas à avoir ma réponse lorsqu’il me fit l’inventaire de sa préparation.
– Du fiel de Djinn ? répétai-je incrédule. Ce n’est pas un ingrédient courant par ici… fis-je remarquer.
C’était sans compter l’endroit où je me trouvais : au Jardin du Dragon, la boutique magique de Star City par excellence, l’endroit où l’on trouve tous les ingrédients nécessaires à la fabrication de potions et aussi, l’un des comptoirs de la Rose des Vents. Finalement, il n’y avait rien de si étonnant à trouver cela ici. Ce qui m’étonnait était d’avantage de découvrir un ingrédient que je n’avais encore jamais eu entre les mains.

Je sentis de nouveau l’appel du feu qui s’animait sous la préparation et cela me renvoya à Nekusar. Je ne savais s’il était très opportun de ramener le malignus sur le tapis, maintenant que la hache de guerre semblait sur le point d’être enterrée, mais mes interrogations à son sujet étaient demeurées sans réponses et j’étais toujours frustré à l'idée de sa disparition trop soudaine.
J’éprouvais toujours un très vif intérêt pour tout ce qui avait un lien plus ou moins direct avec l’élément feu, et Fuzon ne cessait de m’obséder depuis l’enfance. Je n’avais que rarement eu l’occasion de me trouver en présence d’êtres provenant de cette dimension. L’aubaine avait été trop belle et ma frustration n’en n’était que plus grande. Je ne pu garder mes questions pour moi plus longtemps.
– Comment se fait-il qu’un malignus ait réussi à franchir les barrières fuzoniques pour se retrouver ici ?
Je pouvais me revendiquer spécialiste opiniâtre coutumier à mettre les pieds dans le plat quand j'avais quelque chose en tête, sans aucun problème ! Je ne poussais pas encore mon indiscrétion jusqu’à lui demander ce qu’ils étaient vraiment en train de faire quand je les avais interrompus, son comparse et lui, mais la question était plus ou moins sous-jacente. Je doutais que ma simple maladresse soit uniquement à l'origine d’un tel prodige et, si c’était vraiment le cas, j’étais d'autant plus curieux de savoir concrètement ce que j’avais bien pu faire pour créer cette passerelle vers Fuzon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be"
Queen - Innuendo

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7288
ϟ Nombre de Messages RP : 694
ϟ Crédits : Miss Victory
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Ven 30 Juin - 22:49 Message | (#)

 « Rarissime, pour tout dire. Mais j'ai d'excellents fournisseurs. » Ce qui était une façon bien curieuse de dire qu'il pouvait obtenir n'importe quel ingrédient, à n'importe quel prix, puisqu'il était, en vérité, le principal fournisseur de tout le monde à Star City, comme dans le New Jersey, comme aux États-Unis, comme dans le monde entier. Installée depuis longtemps, mûrie au soleil des ans qui s'écoulent, la Rose jouissait d'une excellente réputation ; ses comptoirs ne manquaient de rien.

La fiel de djinn était un composé rare, mais qui connaît les bonnes adresses sait toujours où se fournir et se pourvoir en raretés et curiosités. Bientôt, ce furent des plumes de tourterelle et des becs de bergeronnette qui s'échappèrent de leur bocal pour se précipiter dans la mixture crépitante du creuset.

Dante s'apprêtait à commenter ce qu'il venait de faire quand Silas prit la parole pour poser une question inattendue – ou, en tout cas, imprévue. De toute évidence, l'apparition du malignus, ses propos et son attitude avaient semé trouble et curiosité dans l'esprit du tout jeune magicien. La chose était compréhensible.

 « Vous avez interrompu un rituel alchimique. Cette interruption a créé une réaction en chaînes de métamorphoses consécutives, qui ont dévoyé le cours du rituel et, à l'appui des éléments sur lesquels nous travaillions comme à la faveur de l'instabilité caractéristique du rituel, un portail s'est ouvert. Ces quelques instants chez nous ont été quelques heures sur Fuzon, ce qui a permis à un malignus de se ramener et de tenter l'aventure. »

Ce qui s'était donc passé, en des termes clairs et précis. Mais le détail des événements, quel heurt provoqua quel trouble, demeurait inconnu. Tout était allé trop vite et Dante n'avait pas eu l’œil constamment rivé sur la plaque de mercure. Il ne pouvait donc fournir qu'une explication globale – exacte, mais nécessairement fragmentaire.

 « Je viens d'ajouter six plumes de tourterelles de taille moyenne et trois becs de bergeronnette à la préparation. La teinte a changé, elle est désormais de couleur verte. » Hélas, Silas, ne pouvait profiter du spectacle des images qui se transformaient dans le creuset, sous l'impulsion des flammes et de la magie du dragon.

Ce dernier poursuivit, pour revenir sur la question du jeune homme :  « Je conduisais un rituel destiné à la création d'un talisman de Paracelse. Il s'agit d'un processus magique d'une extrême complexité. Tout comme le frémissement d'une aile de papillon déclenche au loin des ouragans, votre intervention, somme toute petite, a eu les conséquences que nous savons précisément parce qu'il y a eu cette réaction en chaînes nous n'identifierons jamais les maillons, hélas. »

Ce n'était pas tout à fait vrai. S'il en prenait la peine, Dante pourrait examiner la plaque de vif-argent, analyser sa surface et étendre son flair à l'ensemble de l'environnement de la pièce du rituel, qui demeurait inviolée depuis l'expulsion de Silas et le retour du malignus sur Fuzon. Mais pourquoi le ferait-il ? Un vieux dragon est une créature très occupée.  « Si vous désirez vous documenter sur ces créatures, en apprendre davantage sur leur biologie et leur éthologie, je vous prêterai un livre très intéressant. Vous apprendrez tout ce qu'il vous faut savoir, et saurez alors qu'il vaut mieux ne pas croiser la route de ces monstres. »

Il l'avait écrit lui-même, il s'agissait d'un grand bestiaire de la faune fuzonique – faune qu'il put voir de très et même de trop près du temps où il fut contraint à l'exil sur le plan du feu. Ah, le vilain temps de ce régime alimentaire exclusivement constitué d'éfrits et de salamandres... pour rien au monde il n'y retournerait. Terre maudite où la flamme consume tout ! Il en était sorti et en était bien content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Indépendant Neutre
avatar

Silas O'Hara

Indépendant Neutre
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 128
ϟ Nombre de Messages RP : 27
ϟ Crédits : Du Nord
ϟ Célébrité : Sebastian Stan
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Veuf
ϟ Métier : Ex-lieutenant de l'US Army
ϟ Liens Rapides :

#ae0b0b
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 2 Juil - 23:50 Message | (#)

Je goûtais la plaisanterie. Du moins, je pris la remarque du magicien pour tel et je m’autorisais même un commentaire :
– Ca je n’en doute pas une seconde !
C’était l’avantage de tenir une boutique comme le Jardin du Dragon où siégeait également un comptoir de la Rose des Vents. Cela devait conférer quelques avantages pour la fourniture de marchandise et expliquait aussi le large choix d’ingrédients que l’on pouvait trouver ici. Du moins, tel était le fond de ma pensée car j’ignorais tout de l’identité et du rôle de mon interlocuteur dans cette affaire, hormis le fait qu’il était le propriétaire des lieux.
– C’est entre autre pour cette raison que je me fournis principalement ici.
Et quand je n’étais pas à Star City, je m’arrangeais toujours pour trouver un comptoir de la Rose. J’avais hérité cette habitude du vieux Newt, même si lui, semblait avoir d’autres fournisseurs, à en juger par l’ingrédient coupé que j’avais récupéré dans son antre.

Je fis dériver la conversation sur une question qui me brûlait les lèvres depuis tout à l’heure et la réponse qu’il me donna, m’apporta partielle satisfaction, suscitant d’autres interrogations. Je restais dubitatif un instant, le temps d’analyser les informations qu’il venait de me donner lorsqu’il reprit la parole, mais pour m’indiquer ce qu’il était présentement en train de faire. Je me retins de justesse d’ouvrir les yeux et de commettre une nouvelle maladresse.
– Je n’ai d’autre choix que de vous croire sur parole.
Mais je lui étais reconnaissant des égards qu’il portait à mon infirmité temporaire.

Je faisais tourner pour la cinquième fois ma langue dans ma bouche avant de lâcher cette question sur l’ouverture du portail lorsqu’il m’apporta quelques précisions à me mettre sous la dent.
– Paracelse, comme l’alchimiste du même nom ? Et ça consiste en quoi exactement un talisman de Paracelse ?
J’avais du mal à concevoir le lien immédiat entre la conception d’un talisman, même très compliqué, et le malignus, bien qu’il m’expliqua que ma maladresse avait provoqué quelques transmutations imprévues qui avaient ouvert l’accès à cette créature. N’ayant aucune idée du processus magique employé pour la réalisation d’un tel talisman et n’étant que très récent dans la pratique de la discipline alchimique, il y avait encore beaucoup de choses qui étaient susceptible de m’échapper.
– Je vois. concédai-je.
Alors que non, je ne voyais rien du tout ; et ce, dans tous les sens du terme.
En revanche, si nous ignorions tout de ce qui avait provoqué l’ouverture de ce portail, je pouvais en déduire que :
– Donc, si j’ai bien compris, il n’y a aucun moyen de savoir comment ce portail s’est ouvert.
Je croisai les bras sur ma poitrine, accueillant avec un vif intérêt la proposition que le magicien me fit ensuite au sujet de ce livre qu’il envisageait de me prêter.
– Volontiers ! Je ne suis jamais contre un peu de lecture. Cela me fera sans doute me sentir moins bête, même si je ne mets pas votre parole en doute. Mais vous conviendrez que des écrits ne remplacent jamais l’expérience véritable.
Et têtu avec ça !
J’étais plutôt un homme de terrain et mon credo jusqu’à aujourd’hui avait toujours été d’avantage dans l’action et l’expérimentation. Je n’étais pas complètement inculte pour autant, mais lorsque l’on me donnait le choix entre la théorie et la pratique, j’avais tendance à ne pas m’embarrasser avec la théorie. C’était un peu comme me proposer d’étudier un sortilège, ou là, présentement, une créature, alors que je pouvais directement m’entraîner à la pratique du sort ou observer cette créature qu’il m’avait été donné de voir en vrai.

Et comme j’étais particulièrement curieux et qu’il m’arrivait parfois d’oublier d’être bête, j’ajoutai :
– En revanche, vous avez l’air de vous y connaître un peu sur Fuzon. Vous ne savez peut-être pas, effectivement, quelles réactions alchimiques ont ouvert ce portail, mais vous, vous saviez comment renvoyer la créature dans sa dimension.
Vous avez donc ouvert un autre portail pour la renvoyer n’est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be"
Queen - Innuendo

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7288
ϟ Nombre de Messages RP : 694
ϟ Crédits : Miss Victory
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mer 5 Juil - 17:31 Message | (#)

 « Paracelse comme Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim, alchimise du XVIe siècle, en effet. » Le bon docteur, qui fut autrefois médecin-chirurgien, était bien davantage qu'un alchimiste, puisque ses textes révélaient tout à la fois un mystique chrétien et un philosophe de la nature. Quelle importance, cependant, aujourd'hui qu'on ne savait plus rien de lui, sinon que son nom sonnait « magique » ?

Aux États-Unis et en Europe, combien d'herboristerie, de salons de thés et tisanes, de magasins « new age » pour hippie en mal de fortes sensations portaient le nom de l'illustre personnage, sans rien connaître ni de sa vie, ni de son œuvre ? Il est aisé de se vêtir de la couronne d'un roi mort, plus difficile de marcher dans ses pas.

 « Un talisman de Paracelse est une amulette gorgée de magie, dont l'usage est curateur et protecteur ; il est en théorie possible de se préserver de tout, mais l'emploi courant font de ces talismans des fétiches contre les maux du corps. Les maladies, les affections douloureuses, etc.  »

Silas comprenait bien, ils n'avaient aucun moyen de savoir comment le portail s'était ouvert, aussi Dante n'ajouta-t-il rien, sinon un hochement de la tête. Il nota à part lui de réserver l'ouvrage qu'il venait de lui proposer ; à la remarque du jeune homme, le dragon se contenta de répliquer :  « L'expérience véritable est souvent la source de ces écrits. Comme le disait un ami, apprendre sans réfléchir est un gâchis, réfléchir sans apprendre est dangereux. S'agissant de créatures de l'acabit des malignus, mieux vaut être paré et préparé. »

Si Dante « citait » là une connaissance vieille de plus de mille ans et disparue depuis, ce n'était pas sans raison : il convenait tout à fait de la valeur de l'expérience du terrain ; pour autant, il ne jetterait jamais le discrédit sur la valeur des témoignages, oraux ou écrits, tout comme il n'inclinerait jamais à choisir entre l'un ou autre, comme s'il fallait se priver d'une jambe au profit de l'autre pour marcher.

Dante poursuivit l'élaboration de la potion. Il répondait en même temps aux interrogations de l'aveugle Silas.  « C'est plus compliqué. Je n'ai pas eu besoin d'ouvrir un autre portail, puisque le premier était toujours là, béant et ouvert. Tout en contrôlant Nekusar pour qu'il reste près du vortex, il suffisait de procéder au rituel de bannissement, économie faite de toute l'énergie nécessaire à l'ouverture d'un conduit localisé entre la Terre-Prime et Fuzon. »

Là était toute la spécificité de l'événement. Qu'entendait Dante par « énergie » ? Cette notion ô combien abstraite serait intuitivement comprise par Silas, mais en auraient-ils tous deux la même définition ? De quoi l'énergie était-elle le nom, dans le cadre strict d'un rituel hermétique ? Entendue comme principe de conservation, l'énergie présidait à la cohérence holistique des choses. Ainsi nulle énergie ne fut jamais produite, mais seulement transformée.

 « C'est un rituel à connaître absolument, quand on prétend fréquenter régulièrement des créatures nées en dehors de la Terre Prime. Vous n'imaginez pas les monstruosités qui se cachent au-delà du rideau qui sépare notre monde des autres. Ce que j'ai fait, pour être précis, c'est capter la dérivée partielle de l'énergie du malignus par rapport à l'entropie à variable extensive constante, pour la reconduire par le portail et ainsi entraîner Nekusar sur Fuzon comme l'eau est aspirée dans le siphon. »

C'est toute la difficulté du processus de formulation des explications théoriques plaqué aux phénomènes magiques : la chose devient rapidement incompréhensible.  « Il me faudrait deux de vos cheveux, s'il vous plaît. » Le remède à la cécité de Silas serait bientôt terminé ; les derniers ingrédients seraient bientôt ajoutés, il suffirait alors de pratiquer les derniers gestes et l'incantation conclusive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Indépendant Neutre
avatar

Silas O'Hara

Indépendant Neutre
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 128
ϟ Nombre de Messages RP : 27
ϟ Crédits : Du Nord
ϟ Célébrité : Sebastian Stan
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Veuf
ϟ Métier : Ex-lieutenant de l'US Army
ϟ Liens Rapides :

#ae0b0b
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 6 Juil - 1:38 Message | (#)

Élémentaire mon cher Watson ! Paracelse comme l’homme à casquette multiple qu’il était et dont j’avais découvert la biographie en commençant à potasser des bouquins sur l’alchimie. J’avais eu l’occasion de lire d’autres choses à son sujet mais j’aurais été bien incapable d’en citer tous les noms comme venait de le faire le magicien. Cela lui conférait un petit côté professeur d’école, ou d'université; un conférencier peut-être ?
Si je connaissais Paracelse, en revanche, j’appris quelque chose à propos de ce talisman protecteur et de l’usage qui en était fait. J’acquiesçai donc du chef en emmagasinant les informations que le magicien me fournit.

– Aucun rapport avec le malignus, donc, déduisis-je.
Mon entêtement avait pour origine première ma frustration saupoudrée de rancœur de m’être un peu fait houspiller, mais également un besoin que j’avais de comprendre les raisons qui avaient poussé le magicien à agir de la sorte. C’était pourquoi mes questions avaient des atours de provocation et le magicien, lui, ne me laissait pas en reste puisqu’il avait réponse à tout. D’un côté, il était agaçant car forcément, il avait mis le doigt sur mon ignorance et mon inexpérience et je n’avais pas encore digéré la manière dont il m’avait tout à l’heure remis à ma place. Mais d’un autre, ses conseils me paraissaient sages et avisés et discuter avec lui commençait à devenir intéressant. Je devais reconnaître que, bien que je me sois braqué contre lui d’emblée, il avait un côté prévenant et davantage de tact que Newt. J’étais toujours un peu vexé, (les blessures à l'égo, ça met un peu de temps à passer) mais au vu des explications qu’il me fournissait, je reconnaissais, au moins pour moi-même, que je m’étais peut-être montré imprudent. Mais je n'en dis rien cependant, préférant méditer ses dires en silence.

Je n’avais pas vu le portail, mais effectivement, vu comme de cette manière, ça se tenait. L’économie d’énergie pour s'abstenir d’ouvrir un portail était donc légitime. Si je ne connaissais nullement le rituel nécessaire, je me doutais qu'il faille être un magicien aguerri et fichtrement puissant pour le réaliser. Dans tous les cas, cela me dépassait complètement.
– Et qu’en est-il de la fermeture ?
Je n’avais vraiment aucune idée du fonctionnement des portails dimensionnels et je devais avouer que tout cela m’intriguait. Je ne tardais pas à avoir un complément d’information sur le sujet.
– Effectivement, je n’imagine pas.
Mes connaissances en matière de créatures Fuzoniques ou d’ailleurs étaient simplement issues de l’enseignement théorique que j’avais reçu lors de mon apprentissage et les seules qu’il m’avait été données de voir étaient des créatures égarées sur terre ou bien le fruit d’un accident alchimique. Autant dire que cela se résumait à peau de chagrin.

Je n’étais pas certain de tout avoir compris à son explication, mais l'image du siphon était assez explicite et pour le reste, je pensais avoir saisi l’essentiel.
– Vous êtes un voyageur dimensionnel.
Ce n’était pas vraiment une question. C’était une autre déduction que je venais de faire à la volée. Peut-être que j’extrapolais un peu vite ses dires, mais j’étais presque convaincu d’avoir en face de moi un magicien qui non seulement maîtrisait plusieurs éléments mais qui était également capable de voyager entre les dimensions puisqu’il semblait coutumier des monstrueuses fréquentations exta-terriennes. Voilà qui expliquait en partie la puissante aura que je ressentais et qui émanait de lui. Je m’humidifiais les lèvres avant de les garder pincées quelques instants alors que j'arrivais au terme de mon raisonnement. Je me sentais un peu insignifiant à côté de ce mec.

Je sortis de ma torpeur pour m’exécuter et lui fournir les quelques cheveux qu'il demandait. Je fis deux pas dans la direction où je le situais à peu près et lui tendis la main au creux de laquelle se trouvaient les derniers ingrédients nécessaires à la potion.

– J’imagine que vous êtes capable d’ouvrir un portail vers Fuzon ?
Il s’était montré opportuniste cette fois-ci, mais s’il était effectivement comme je le pensais, un voyageur dimensionnel, ce devait être quelque chose à sa portée.

Et maintenant que j’y pensais…
– C’est comme cela que vous m’avez fait sortir de la pièce n’est-ce pas ? Un portail ?


Dernière édition par Silas O'Hara le Sam 8 Juil - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be"
Queen - Innuendo

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7288
ϟ Nombre de Messages RP : 694
ϟ Crédits : Miss Victory
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Sam 8 Juil - 12:28 Message | (#)

Voilà un jeune homme qui négligeait les raisonnements pour se précipiter vers les conclusions. Dans sa hâte, Silas brûlait quelques étapes. Amusé, le dragon eut un sourire et de ses lèvres déferla la bourrasque d'un soupir mystérieux :  « Peut-être. Accordons-nous pour dire que je sais comme ouvrir et fermer les portes de la Terre Prime. »

Bien qu'il parût ainsi doucher à l'eau glacée l'affirmation du jeune homme, Dante avait adopté le ton des prêcheurs et des vendeurs de petit électro-ménager au porte-à-porte – à l'entendre, il venait de dire quelque chose qui changerait la vie de Silas. Sans se départir de son sérieux, il continuait la préparation de la potion, proprement diverti par les questions brutales que son interlocuteur lui réservait. Non point brutales parce que violentes et pénibles, mais parce que soudaines et hâtives. Dante récupéra les deux cheveux donnés par Silas. Il plongea le premier dans le creuset bouillonnant. Mais que fit-il du second ?

 « Merci. Ouvrir un portail vers Fuzon entre dans le champ des possibles, pour moi, en effet. À vrai dire, il n'est aucune dimension dont je ne sache ouvrir la porte, sauf à ce qu'elle soit inconnue de moi. » Et comme le Multivers incréé et infini grossissait chaque jour de dimensions nouvelles, et comme il s'atrophiait chaque jours de dimensions perdues, disparues, éteintes... autant dire qu'une cartographie précise de l'ensemble des mondes était un pur fantasme de géographe.

 « Bien sûr, toutes les portes n'ouvrent pas sur d'agréables lieux de villégiatures ou de vacances. Il faut être un malignus, au moins, pour aller et venir sur Fuzon sans craindre de mourir. Tout comme il faudrait être fou pour aller dans n'importe quelle dimension caractérisée par un environnement hostile à toute vie, comme la Vallée des poisons ou le Fleuve de sang infini. »

Les noms de ces deux mondes, plutôt explicites, se passaient d'explications superfétatoires. La Vallée des poisons était un monde toxique, littéralement, dans sa faune, dans sa flore, dans ses minéraux, dans ses eaux, dans ses airs... rien n'y vivait qui ne fût immunisé à l'ensemble des milliers de poisons et toxines qu'on y trouvaient. Le Fleuve de sang infini était un monde sans vie, une longue rivière d'un liquide épais, rouge et corrosif, qu'on disait être le sang de la divinité fondatrice de ce monde ; blessée un jour au ventre par ceux-là même qu'elle avait créés et accueillis dans son paradis, sa vengeance posthume fut terrible, puisque de sa blessure déferla ce déluge de sang qui condamna toute la dimension à la mort...

 « Oui, plus précisément un duo de portail inscrit dans la même dimension, la nôtre, lié entre eux par les chemins du Terminus – l'espace interstitiel entre les mondes, naturellement poreux. Mais êtes-vous sûr que tout va bien ? Vous semblez distrait. » Dante se doutait bien que la cécité de Silas pesait sur lui comme les cieux sur les épaules d'Atlas ; pour quiconque n'a jamais vécu en aveugle, une pareille tare, si soudaine, ne peut qu'être source de bien des maux, y compris les maux silencieux de l'esprit.  « La potion est bientôt terminée. »

Il lui suffisait à présent de l'enchanter, pour favoriser la cristallisation magique et donner au breuvage toutes les vertus qui rendraient l'usage de la vue à quiconque en boirait. Dante y alla donc d'une incantation murmurée sur le creuset ; les flammes s'éveillèrent jusqu'à l'engloutir, la chaleur dans la pièce augmenta violemment ; mais ces danseuses de feu disparurent dans la main du dragon et celui-ci, à la louche, emplit une belle bouteille de verre, longue et dodue comme un oiseau de paradis.

 « Voilà ! La couleur est parfaite. Je ne vous la donne pas tout de suite, la bouteille est encore très chaude. Je vais la mettre dans une bourse de raphia et dans un sac. Ce sera plus sûr. » Pour le transport, et pour éviter à Silas de vilaines brûlures.  « Je vais vous verser un premier verre que vous pourrez boire tout de suite. Un chaque soir jusqu'à l'épuisement de la bouteille, pour éviter les risques de rechute. Sait-on jamais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Indépendant Neutre
avatar

Silas O'Hara

Indépendant Neutre
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 128
ϟ Nombre de Messages RP : 27
ϟ Crédits : Du Nord
ϟ Célébrité : Sebastian Stan
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Veuf
ϟ Métier : Ex-lieutenant de l'US Army
ϟ Liens Rapides :

#ae0b0b
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 10 Juil - 1:46 Message | (#)

J’avais sans doute tiré des conclusions hâtives, mais le seul moyen de m’en assurer était de les exposer afin de les confronter. Je ne vis pas le sourire du magicien et je ne su comment interpréter le soupir qui précéda ses propos, ce qui ne me facilita pas l’interprétation de sa réponse. Je ne saurais dire s’il était sincère ou s’il était en train de se payer ma tête, comme un mec qui me prendrait de haut, une fois de plus, en trouvant mon affirmation stupide. Être privé de la vue était un réel handicap pour qui savait se montrer fin observateur. Je du prendre encore sur moi pour ne pas ouvrir les yeux bien que la tentation fut grande. Le langage du corps revêtait bien souvent tout autant d’importance que les mots, voir même davantage et j’étais amputé de ce constat. L’incertitude avait tendance à m’agacer tout autant que celui qui chercherait à noyer le poisson.
– Sans dec ! C’était sorti tout seul.
Je m’abstins pour l’heure, d’autres commentaires, le laissant m’expliquer. J’avais cependant au moins une certitude, celle des faits que j’avais pu observer. Malgré l’absence de franchise dans la réponse du magicien cela ne suffit pas à chasser cette idée de voyageur dimensionnel de ma tête pour autant. S’il ne voyageait pas entre les dimensions, au moins y avait-il accès. C’était ce que je cherchais à me faire confirmer en le questionnant sans détour sur celle qui m’intéressait principalement : Fuzon. La réponse qu’il me fit cette fois me convint. Enfin presque. La perspective de mourir dans le plan du feu ne me doucha pas complètement et ne fit que tempérer toute la suite d’idées saugrenues qui affluaient dans mon esprit. Je n’avais pas tout à fait la prétention de ne pas craindre le feu, mais étant désormais capable de me constituer une aura protectrice des flammes, j’étais plutôt optimiste quand à l’entreprise d’une telle excursion, s’il m’était un jour possible de la réaliser. Un peu trop peut-être. Et pour quoi faire ? Je n’en savais trop rien. Le feu m’avait toujours attiré comme un papillon est attiré par la lumière d’un belvédère.
Je fus également surpris d’apprendre qu’il exista de telles autres dimensions hostiles.

J’avais donc fini par faire la liaison entre son pouvoir d’ouvrir des portails et le phénomène qui s’était produit dans la pièce où était apparu le malignus, bien que je ne me sois rendu compte de rien, sur le moment, à cause de ma cécité. Je me concentrais à la fois sur sa réponse et sur l’odeur qui parfumait la pièce dans laquelle nous nous trouvions et dont je ne savais rien. Le Terminus… voilà qui avait fait couler beaucoup d’encre lors de l’invasion Oméga et surtout après, lorsqu’il a fallu expliquer à la population d’où étaient arrivés ces drones. J’étais trop jeune à l’époque pour me souvenir de tout, mais j’avais été marqué par cette guerre qui avait gravé en moi des cicatrices indélébiles. J’avais longtemps craint le Terminus et tout ce qui pouvait en provenir. C’était sans doute le souvenir de cette appréhension infantile qui me fit me fermer d’un coup et peut-être même marqua légèrement mes traits. Jusqu’à ce que la question du magicien me rappelle à la réalité. Je souris afin de balayer ces mauvais souvenirs.
– Qu’est ce qui me dit que vous ne nous avez pas emmenés dans une autre dimension ? plaisantai-je à demi-mot, en reprenant le fil de la conversation. Après tout, je n’avais rien vu depuis un moment. Il lui aurait été aisé de me duper, même si je n’y croyais qu’à moitié. Et puis rien de tel qu’une pique de provocation pour retrouver mon aplomb tandis qu’il m’annonçait que la potion était bientôt prête.

Je ne compris pas ce qu’il murmura ensuite mais j’eus un mouvement de surprise lorsque je sentis la chaleur envahir la pièce. Si je ne vis pas les flammes se déployer, je n’eus aucun mal à me les représenter mentalement. C’était la seule chose que je n’avais pas vraiment besoin de voir.

En moins de temps qu’il ne le fallut pour le dire, les flammes avaient disparu et le magicien m’informa qu’il allait me conditionner le flacon que j’emporterais chez moi.
– Ok.
J’attendis patiemment.

Après quelques instants, le temps que le breuvage refroidisse un peu, je pris le verre qu’il me tendit. J’en humais le fumet, soufflais un peu dessus pour être sûr de ne pas me brûler et je m’interrompis pour demander :
– Les risques de rechute ? Que voulez-vous dire ?
Puis j’avalais la potion d’une traite.
J’ouvris doucement les yeux pour constater que le voile blanc était toujours là et je fus de nouveau pris d’un haut le cœur. Il fallait sans doute attendre un peu qu’elle fasse effet.
– Combien de temps faut-il avant que ça agisse ?
J’attendis une minute ou deux et retentais l’expérience. Cette fois je ne sentis pas le monde tourner autour de moi, ce qui était déjà un progrès en soit, et le voile blanc me semblait moins épais et tendait à se dissiper. Encore quelques instants et je distinguai le volume de la pièce, les étagères qui la composaient ainsi que le plan de travail où se trouvait encore le creuset. Puis ce ne fut pas sans une curieuse appréhension que mon regard finit par se poser sur l’homme qui se tenait devant moi, sur lequel je finis par faire la mise au point. Quelle ne fut pas ma surprise ! Je cru l’espace d’un instant être victime d’une hallucination foudroyante. Il n’avait absolument rien à voir avec celui que j’avais imaginé. Contre toute attente, il était en réalité beaucoup plus jeune que je ne le pensais et en plus, il était beau gosse le bougre ! La surprise était de taille et me fit me sentir un peu gauche. Carrément même ! Allez savoir pourquoi ! Inconsciemment, je passai ma langue sur mes lèvres que je pinçais avant de laisser échapper un rire , pour chasser mon trouble. Je reposai le verre sur le plan de travail.
– Salut ! dis-je.
Après tout, c’était la première fois que je le voyais vraiment.
– C’est drôle, je ne t…vous imaginais pas comme ça.
Comme il avait l’air d’avoir à peu près mon âge, j’étais tenté de le tutoyer. Mais il y avait quelque chose qui m’échappait et qui dénotait particulièrement avec le personnage d’âge mûr que j’avais cru avoir en face de moi. Il était un peu jeune pour un tel savoir et pour être le propriétaire d’une enseigne comme celle-là. Ou alors, c’était moi qui étais bourré de préjugés idiots. Je ne m’en remettais pas.
Dans ma confusion, j’en avais oublié l’essentiel.
– Merci. dis-je avec un sourire gêné.
Je fronçais une nouvelle fois les yeux tandis que je le détaillais du regard.
– On s’est déjà vus non ?
A bien y regarder, son visage ne m’était pas inconnu, même si j’avais vraiment le sentiment de le découvrir pour la toute première fois aujourd’hui.


Dernière édition par Silas O'Hara le Sam 15 Juil - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be"
Queen - Innuendo

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7288
ϟ Nombre de Messages RP : 694
ϟ Crédits : Miss Victory
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mar 11 Juil - 19:14 Message | (#)

 « Rien. Peut-être vous ai-je emporté avec moi sur la Terre Gemini, ou dans une dimension en tous points similaires, à quelque détail près. Quand vous ouvrirez le yeux, peut-être découvrirez-vous un monde tout à fait nouveau. Qui sait ? » Difficile d'imaginer qu'on pût rire de ce genre de plaisanteries, mais il faut pardonner au vieux dragon d'avoir l'humour de sa génération.

Plus tard, quand Silas s'inquiéta de ce que Dante entendait par « risques de rechute », ce dernier explicita :  « La potion fera effet, mais je ne peux vous astreindre à ne pratiquer aucun rituel alchimique pendant le temps de votre traitement... alors il se peut que vous vous exposiez à des effets secondaires, parmi lesquels la rechute. Si vous êtes prudents, cela dit, tout ira bien. »

Dante n'était pas docteur, ni guérisseur, ni rien de ces professions attachées à quelque serment, comme celui d'Hippocrate ; il comprenait la soif de connaissance qui anime tout élève ou aspirant alchimiste. C'était ce qu'était Silas, il serait donc bien normal et naturel que celui-ci cédât à l'impatience, il refuserait de s'imposer une discipline au lourd parfum d'ennui.  « C'est l'affaire de quelques minutes. »

Dante n'avait pas menti ; au petit jeu de la préparation des potions, il était l'un des meilleurs, sinon le meilleur, que Silas aurait pu trouver dans le coin. Et par chance, O'hara n'aurait pas l'impression de lécher le cul d'un crapaud, comme s'il avait bu un breuvage concocté par madame Otambo ; le dragon ne servait pas ce qu'on aurait pu prendre pour des cocktails fruités, mais il ne composait rien qui eût un goût trop détestable. Pendant que Silas reprenait peu à peu l'usage de ses yeux et découvrait son environnement, Dante s'occupait de ranger tout le matériel alchimique dont il avait eu besoin ; les appareils et les ustensiles regagnèrent leurs pénates, dans les tiroirs où les caisses de bois, comme portés par des mains invisibles.

Quand Silas s'étonna de l'homme qu'il avait devant lui, Dante inclina la tête de côté et eut cette moue, ce sourire amusé qu'il réservait à ceux que sa mine désorientait.  « On me le dit souvent. Ne soyez pas gêné. Les apparences sont trompeuses, dit-on, alors à rebours... »

Puisque Silas avait-eu droit à la « vérité » avant les apparences... encore que l'élocution, le savoir affiché et la maîtrise technique de Dante étaient tout autant parties de ces apparences qu'il livrait au monde, avec sa mine et son allure. L'ensemble était un trompe-l’œil, Silas ne pouvait qu'éprouver l'étonnement si courant des interlocuteurs du dragon. Une impression qu'il laissait à beaucoup de monde, ce qui n'était pas pour lui déplaire.

 « Peut-être nous sommes-nous déjà croisés dans la boutique, par le passé. » « Quand vous respectiez encore les limites entre les zones privées et publiques », manqua-t-il d'ajouter, mais Dante estima qu'il serait idiot et vain de revenir sur ce détail de leur rencontre ; à présent que tout était en ordre, que Ronald Boulard ne risquait plus rien, que le malignus était reparti sur Fuzon pour y faire ses malignes facéties, Dante n'avait aucune raison de se montrer plus désagréable qu'il n'avait déjà été. Il récupéra le verre de la main de Silas pour le mettre de côté.

 « Prenez le temps de vous faire à la vue retrouvée. Évitons une maladresse ou un accident fâcheux. » Il serait bien regrettable d'ajouter à la liste des maux de Silas une blessure nouvelle qui exigerait une autre intervention – qui, celle-ci, ne serait pas facturée.  « Je vais chercher le livre. » Dante disparut pendant quelques minutes, laissant Silas seul avec lui-même, près d'une chaise où il pourrait s'asseoir s'il le désirait. Sa vue lui serait totalement revenue quand le dragon serait de tour avec, sous le bras, le volume promis.

 « Voilà donc pour vous. Il faudra me le rendre. C'est une œuvre que j'utilise encore, à l'occasion. » Il n'en aurait peut-être « besoin » qu'un siècle plus tard, Silas serait sans doute déjà mort. Le livre était de taille moyenne, ancien comme un bouquin du début des années 1850. Bestiaire Fuzonique, tel était le titre ; la première page sous-titrait : De la vie sur Fuzon ? Nul doute que Silas serait sensible à l'étonnant ouvrage qu'il tenait entre les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Indépendant Neutre
avatar

Silas O'Hara

Indépendant Neutre
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 128
ϟ Nombre de Messages RP : 27
ϟ Crédits : Du Nord
ϟ Célébrité : Sebastian Stan
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Veuf
ϟ Métier : Ex-lieutenant de l'US Army
ϟ Liens Rapides :

#ae0b0b
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 31 Juil - 22:15 Message | (#)

Je ne savais pas vraiment sur quel pied danser avec le magicien. Et bien sûr, il ne laissa pas ma provocation en reste. Tout comme ma question mi-figue, mi-raisin, sa réponse fleurait les mêmes arômes ce qui n’endormit guère ma méfiance à son égard mais qui étira tout de même le coin de mes lèvres.
– Qui sait ? répétai-je après lui, avec un semblant de flegme accompagné d’un haussement d’épaules.

Difficile à dire si j’aurais la patience d’attendre une semaine pour réitérer l’expérience et puis… j’avais de toutes façons mon atelier à nettoyer. Je serais donc forcément confronté à quelques vapeurs, poussières et autres déchets susceptibles de me faire réagir si je ne me montrais pas vigilant.

Quelques minutes plus tard, j’avais recouvré la vue, bien que mes yeux eussent quelque mal à s’acclimater à la lumière ambiante. C’était d’avantage la surprise de découvrir la personne du magicien qui me désorienta le plus. Il ne sembla pas s’en formaliser et semblait même être coutumier de ce genre de méprise.
– Vous avez souvent affaire à des aveugles ? demandai-je au débotté, non sans une certaine pointe d'ironie dans la voix.
Ou alors se plaisait-il à surprendre ses interlocuteurs.
En ce qui me concernait, je n’aimais pas me faire surprendre. Surtout lorsque je remarquai le sourire en coin de la surprise en question qui semblait s’amuser de la gêne visible qu’il provoquait alors, et qui plus est, dépassait mon entendement. De plus le fait qu’il me le fasse remarquer ne fit qu’accentuer ce sentiment de malaise et mes pommettes, ces traîtresses, prirent une légère teinte rosée. Je détournais la tête en souriant pour chasser mon trouble.
– De toute évidence, dis-je.
La révélation m’avait fait de l’effet, c’était le moins que l’on puisse dire. Moi qui m’attendais à rencontrer un vieux sage bourru, le fait d’avoir affaire à un homme jeune biaisait légèrement mes perspectives et me coupait la chique, tout autant que ma réaction que je qualifiais pour moi-même de disproportionnée.

Bref, passons !
Je m’étais empressé de changer de sujet et j’essayais désormais de me concentrer sur du concret comme, essayer de me remémorer une précédente entrevue à la boutique. C’était forcément là que j’avais du le voir, ou plutôt le sentir. Je me rappelais d’avantage de son aura magique qui déjà, m’avait fait forte impression, mais son visage à l’époque ne m’avait pas marqué plus que cela. Ce que je trouvais passablement curieux aujourd’hui.
– C’est très probable. Je viens souvent ici, pour me fournir en ingrédients ou pour… la Rose. Se pourrait-il que j'aie déjà eu affaire à vous au comptoir de la Rose des vents ?

Je maintenais encore quelques secondes le verre que je tenais toujours sur le plan de travail lorsqu’il voulu le récupérer.
– D’ailleurs, vous ne m’avez toujours pas dit votre nom.
Je levais les yeux sur lui et lui adressai un sourire angélique avant de lâcher ma prise. Toutefois, j'avais une vague idée de son patronyme, puisqu’il m’avait dit être le propriétaire des lieux. S'il ne m'avait pas mentit, c'était un Visconti, pour sûr, mais sans doute le Jardin du Dragon était-elle une entreprise familiale ou quelque chose du genre ? Se pouvait-il que ce soit lui, Dante Visconti ?

Je restai effaré lorsqu’il quitta la pièce pour aller chercher l’ouvrage qu’il m’avait promis, comme si le temps était resté en suspend et que la tension venait de retomber d’un coup. Sauf que je n’arrivais pas à me détendre. Je m’appuyai dos contre le plan de travail sans savoir que penser. Ma tête me semblait complètement vide. Je passai ma main sur mon visage pour me ramener à la réalité, soupirais un bon coup puis entrepris de faire l’inventaire de la pièce pour me rattacher à des considérations matérielles.

Je finis par m’apercevoir des taches qui maculaient le bas de mon pantalon, dues aux fioles qui avaient explosées lors de mon entrée en fanfare dans la pièce ou le magicien et son comparse réalisaient leur incantation alchimique.
– Un jeans tout neuf, merde ! marmonnai-je dans ma barbe pour moi-même au moment où Dante fit son retour dans la pièce.
Je remis mon inspection vestimentaire à plus tard et reposai mon pied par terre et m’avançait vers le magicien.
– Merci.
Je me saisi délicatement de l’ouvrage ou que dis-je, du trésor qu’il me tendait. Je contemplai la reliure ancienne avec une admiration certaine pendant quelques secondes et ne pu m’empêcher de l’ouvrir pour en feuilleter délicatement les premières pages. Il fleurait bon le livre ancien et l’écriture du contenu était manuscrite. Je lu les titres ainsi que les premières lignes, avant de relever le nez sur Dante comme si ses paroles venaient tout juste de faire sens dans mon cerveau, quelques minutes plus tard.
– Oui, bien sûr. Combien de temps puis-je le conserver ?
J’étais comme un gosse qui venait de recevoir un présent inespéré pour Noël et étrangement, toute la rancœur que j’aurais pu encore éprouver contre le magicien venait de s’envoler. Voilà comment je mesurais le prêt qu’il me faisait. Même si pour moi, il était évident que la valeur de cet ouvrage soit inestimable, j’étais encore à mille lieues d’imaginer à quel point il l’était réellement.
Je le retournai afin de voir si quelque part à la fin de l’ouvrage, figurait une indication sur le ou les auteurs.
– Savez-vous quels sont les auteurs de ce livre ?

Je refermai soigneusement l’ouvrage entre mes mains et me risquai à demander sans détour cette fois-ci en cherchant à accrocher le regard de Dante :
– Êtes-vous déjà allé sur Fuzon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"You can be anything you want to be
Just turn yourself into anything you think that you could ever be"
Queen - Innuendo



Fame clearly isn't everything

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» Football Hall of fame
» BLAKE & FAME ▷ Do you wanna be my hero ?
» Entrer au Hall of Fame [NBA2K14]
» Gade ki bèl mèvèy doktè Famè ( Paul Farmer) fè an Ayiti.
» Aëron, enfant des rues ... [Vagabond]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Centre Ville :: Le quartier du Front de Mer :: Les boutiques et commerces :: Le Jardin du Dragon-