AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Ô rives d'infinis présages !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 6952
ϟ Nombre de Messages RP : 627
ϟ Crédits : Lucius
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mer 31 Mai - 23:23 Message | (#)





Ô rives d'infinis présages !




Il était plutôt rare de voir Dante s'égarer quelques heures au clavier d'un ordinateur, et plus rare encore de le voir s’intéresser aux choses de l'informatique, du numérique, de la cybernétique. Ces domaines, qui ne lui inspiraient qu'indifférence et vague tiédeur, n'entraient pas dans la zone des cercles concentriques de son intérêt, mais il lui arrivait, par capillarité et contagion, d'avoir à y toucher de plus ou moins près.

Ainsi, lorsqu'il devenait impossible d'éviter ou d'ignorer la question, Dante faisait très souvent appel à des agents extérieurs, pour les besoins de ses projets, agents qu'ils choisissaient pour leurs compétences et leur savoir-faire. S'il n'avait eu besoin d'elle, il est probable que jamais Dante n'aurait tourné son regard vers Network.

Il ne la connaissait d'ailleurs que de nom, vague souvenir d'un article de journal lu quelques temps plus tôt, quand Tali'Koris proposa de faire appel au service de ce « criminel à l'excellente réputation sur les réseaux » pour les aider à résoudre le problème de la balise LZ-IV.

Cette balise n'était pas n'importe quelle bouée de signalisation de la baie de Star City. Il ne s'agissait pas même d'un feu de voie ferrée. La chose venait d'ailleurs, d'un ailleurs lointain, d'un ailleurs secret. Dans l'espace, précisément, où l'équipage de l'Arcanis l'avait trouvée.

Ils n'étaient pas encore à bord du vaisseau : ce dernier se tenait à l'abri, sur la Lune, bien au chaud dans la base spatiale que le vieux dragon avait fait installer sur l'unique satellite de la Terre. Pour l'heure, Dante recevait Network dans un lieu tout à fait neutre, un magasin en liquidation judiciaire dont les locaux étaient à l'abandon, où la criminelle et son intermédiaire, Princess Gallywix, avait convenu du rendez-vous.

Dante, pour l'occasion, avait revêtu ses habits du dimanche, afin de faire bonne impression et, surtout, de donner à l'événement toute la solennité requise. Mais à son doigt brillait l’œil de Pravladon, et sous sa chemise blanche dormait le collier de Morguse. Nul n'est jamais trop prudent, dit-on. Tali'Koris, présente sur les lieux, fut la première à recevoir Network. Elle fut chargée des présentations. Il y aurait d'un côté « Dante », et de l'autre « Network ».

Le premier ne tarda pas à entrer dans le vif du sujet : ils n'étaient pas là pour échanger des banalités et parler chiffons.  « Vous comprenez tous les enjeux de notre accord, n'est-ce pas ? » Tali'Koris s'était montrée d'une clarté absolue, quand elle avait présenté le « contrat » à son interlocutrice. Pour une somme déterminée par la criminelle, celle-ci accompagnerait Dante et Gallywix à bord du vaisseau spatial où la balise était conservée.

Le rôle de Network serait d'aider à pénétrer la matrice de l'objet céleste et d'en percer les protections encodées. Contre ce service, elle serait donc récompensée et avait d'ailleurs déjà reçu un tiers de la somme qu'elle avait exigée. Dante crut bon d'aborder quelques précisions. Il observer la demoiselle avec insistance, comme s'il lisait en elle, comme s'il tournait les pages de ce personnage si mystérieux.  « Votre renommée, à Star City, parle en votre faveur. Toutefois, dans l'hypothèse où vous échoueriez à faire ce que j'attends de vous, rassurez-vous.

L'intégralité de la somme convenue sera malgré tout délivrée. »
Ce vieux dragon n'était ni pingre, ni ladre, et il honorait toujours sa parole. D'un pas lent, il se rapprocha de la vitrine peinte d'un blanc fade. Nul ne pouvait les voir depuis la rue.  « Je compte sur votre discrétion et votre professionnalisme. Faire des affaires avec moi, c'est empocher le pactole, mais c'est aussi s'exposer à de graves... conséquences, si d'aventure votre gourmandise prenez le pas sur votre discipline. »

En d'autres termes, si la criminelle entendez profiter de l'occasion pour faire injure à l'hospitalité de son hôte, qui l'accueillait à bord de son vaisseau et lui offrait une chance peut-être unique dans sa vie, nul doute qu'elle devrait s'attendre à des répercussions... à plus ou moins long-terme : quand on vit si vieux, on aime prendre son temps, y compris pour tirer vengeance d'un affront.

 « Puis-je compter sur vous ? » La question était simple. La réponse appelée devait l'être aussi. Mais Tessa aurait-elle à cœur de tenter l'impossible, de duper le dragon ? Une activité à risque, dangereuse et dont il restait trop peu de témoins pour en parler à cœur ouvert. Dernièrement, un malheureux cambrioleur y avait perdu ses mains et sa langue. Qui serait le prochain, au triste jeu des aventuriers ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dante Visconti

In furore iustissimae irae
Tu divinitus facis potentem.
Arma, caedes, vindictae, furores,
Angustiae, timores, precedite nos.

Super-Vilain Indépendant
avatar

Tessa Hartley

Super-Vilain Indépendant
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 46
ϟ Nombre de Messages RP : 9
ϟ Crédits : Edens Memories
ϟ Célébrité : Cobie Smulders
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Cybercriminelle, cyberterroriste, hacktiviste, entrepreneuse
ϟ Liens Rapides : Aucun
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 3 Juin - 20:21 Message | (#)

Cela me fait tellement plaisir de reprendre du service dans la cybercriminalité, après tant d’années d’inactivités, obliger à suivre ce long traitement médical qui est arriver à son terme depuis un mois et demi, me reposant exclusivement sur les bénéfices accumulés de ma boîte de nuit. Cela ne fait aucun doute que ma clientèle devait être intrigué par mon absence prolongé sur la scène du cybercrime. D’ailleurs, une bonne partie s’était tourner vers d’autres cybercriminels compétents dont ils pourraient payer leurs services pour moins chère, mais peut-être pas avec la même qualité qu’ils avaient avec moi. Et justement en parlant de ça, je ne suis pas sûr que je serais aussi efficace qu’autrefois, avant mes déboires avec le drone informatique de Grid. Toutes ces années d’inactivité dans le cybercrime m’ont rouillé et je compte bien garder cette information pour moi, car cela peut impacter sur la confiance de ma clientèle.
Tout comme l’apparition de nouvelles capacités surhumaines qui se sont éveillé chez moi sans prévenir. J’ignore comment mais je pense que les effets secondaires du traitement de l’institut Sinclair à avoir pour quelque chose. Déjà que les traitements pour personnes « normalement » constitué ne sont pas forcément fiables à cent pourcent alors que dire pour le cas des métahumains ? Bien entendue je ne m’en suis pas plainte si cela m’a octroyé des avantages sur le long terme, bien au contraire. Elles m’aident aussi bien dans la vie de tous les jours que dans mes activités cybercriminelles. Surtout la deuxième.

A présent que mes services sont de nouveau disponible sur le deep web depuis plus d’un mois, la demande augmente. Lentement mais surement. Généralement pour pirater des sites de E-commerce, des comptes en banque en ligne et tutti quanti. Rien de bien audacieux.

Jusqu’à ce que je sois contactée par quelqu’un de connue sur le net…..

Princess Galywinx, une hackeuse connue dans le milieu qui me proposa un contrat pour le moins sans précédent. Et le pire c’est que je n’exagère même pas, surtout que ce n’est pas mon genre d’affabuler. En clair PG me proposait un « défi » en quelque sorte : hacker un super ordinateur d’origine extraterrestre que son « patron » avait déniché quelque part dans l’espace, au cours d’une mission de reconnaissance spatiale. Je dois bien admettre que je suis resté scotcher sur mon siège pendant un long moment quand j’ai lu que j’allais accompagner P.G et son employeur Dante à bord d’un vaisseau spatiale. J’ignore qui peut bien être l’employeur de P.G mais ce doit être une personne vraiment puissante et influente pour avoir les moyens de voyager dans l’espace. Ce serait stupide de rejeter une demande aussi atypique qui ne risque pas d’arriver une seconde fois, surtout que la somme bien rondouillette que j’avais mis sur le table ne posait aucun problème.

C’est donc fièrement vêtu de ma tenue de cybercriminelle et des lunettes teintés au design futuriste que je pars rejoindre le lieu du rendez-vous convenu par P.G. Comme à mon habitude lorsque j’agis sur le terrain et non derrière un ordinateur, je me déplace à bord d’une voiture blanche aux vitres teintés afin de ne pas être reconnue par les caméras de surveillances présentent sur mon trajet. Quand on est connue dans toute la ville il faut toujours anticiper à l’avance. Nul besoin de GPS ou de quoi que ce soit pour noter l’adresse du lieu de rencontre puisque tout est parfaitement enregistré dans mon cerveau numérique et que je ne risque pas d’oubliée le moindre détail.

Une fois garé devant le magasin indiqué je ne tarde pas à être reçu par Galliwyx que j’accompagne pour aller à la rencontre de son employeur. Ce qui m’a d’abord surpris en rencontrant Gallywix c’est son aspect physique pour le moins…. Exotique. En effet j’ai véritablement affaire à une gobeline, chose qui n’est pas commun à voir tous les jours malgré les milles bizarreries qui arrivent régulièrement à Star City. Je me montre quand même courtoise et fait preuve d’une politesse exemplaire devant cette être humanoïde qui m’emmène vers les locaux de l’établissement, où tient un trentenaire sur son trente et un qui s’avère être Dante. Ce dernier entre vite dans le fond des choses en me faisant comprendre de l’importance de l’accord qui a été convenue, ce que je rétorque aussitôt par un simple acquiescement de la tête, bras croisés derrière mon dos et gardant constamment une démarche austère et froide que j’ai l’habitude de garder. Je n’aime pas gaspiller ma salive pour ce genre de réponse. Parlons peu, parlons bien.

Hé ben…. C’est assez rare de croiser des clients qui veuille quand me payer si jamais ne je devais échouer dans mon travail. D’habitude on me payait à peine la moitié d’une somme convenue, voire pas du tout dans certains cas. C’est une chance exceptionnelle que je sois tombée sur un client aussi généreux. Le genre de client qui mérite mon respect ainsi qu’une potentielle collaboration sur le long terme. On se connait à peine, mais il y a une forte probabilité de 78,16 % que je risque de bien m’entendre avec lui tout au long du service.

- Jusqu’ici, aucun de mes clients ne s’est plaint de quoique ce soit en dehors de certains échecs dans mes services payants. J’ignore si Gallywix vous l’a déjà dit mais je suis surtout réputé pour être juste et intègre jusqu’au bout des ongles dans tout ce que j’entreprends. Plus qu’une simple valeur morale c’est un trait propre et inséparable de ma personne que beaucoup ont regrettés amèrement d’avoir bafoué en toute impunité. Mes mots sont de platines et je compte bien à ce que cela dure aussi longtemps que possible. Je m’adosse contre un mur près de l’entrée, décroissants les bras pour mettre mes mains dans les poches de mon trench-coat cyberpunk, sans détourner la tête de mon client.

Dans ce monde, la confiance est valeur tellement précieuse qui se perd dans le temps, bien plus que l’argent matériel. Pour beaucoup de criminels l’argent est la seule chose en quoi ils ont confiance car cela n’a pas d’odeur, alors qu’il suffit d’une crise économique à échelle planétaire pour ôter toute valeurs en l’argent physiques. A mes yeux la confiance envers autrui, elle, est nettement plus fiable sur le long terme selon moi.

- Alors OUI….. vous pouvez me faire confiance. Je suis peut-être une cybercriminelle, mais je reste avant tout une femme de principes qui ne troque pas ses valeurs pour un peu de confort. Je pourrais aussi vous retourner la question, si vous comptez éventuellement de m'éliminer une fois mon activité terminée, qu'elle soit un sucés ou non. Le ton est très sérieux.

C'est pour cette raison que j'avais embarquer un glock bien chargée dissimulé sous mon trench-coat, en cas où je serais en situation critique. Prévoyante un jour, prévoyante toujours comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« J'evalue, je prévois, j'agis : mon Don, ma Malédiction. »




Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 6952
ϟ Nombre de Messages RP : 627
ϟ Crédits : Lucius
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Lun 5 Juin - 11:28 Message | (#)

Un sifflement amusé franchit la barrière de ses lèvres. Dante se laissa aller à rire. Elle n'avait pas tort, cette jeune « femme de principes ».  « Vous pouvez me retourner la question. Mais quelle que soit ma réponse, quelle raison auriez-vous de me faire confiance ? Vous êtes mieux placée que moi pour savoir que la parole donnée n'est bien souvent qu'un leurre. »

Les promesses, paraît-il, n'engagent que ceux et celles qui ont la sottise d'y croire. En ce bas monde, affligé par le matérialisme athée, toutes relations n'existaient plus entre les personnes, hors le cadre des contrats, cadre où la confiance n'était plus qu'une donnée tarifée, cadre où les principes s'effacent au profit du prix qu'on met sur la responsabilité. Pourquoi s'imposer la peine de la confiance, quand on préfère s'imposer la sûreté des chaînes d'un contrat synallagmatique ?

Tel est l'ordre du monde. Si nul n'a plus confiance en personne, c'est parce que le besoin s'est effacé. Or Network soulevait une question très intéressante. Dans leur cas, si l'employeur trahissait sa parole et rompait leur contrat, par exemple en choisissant d'éliminer Tessa une fois la prestation accomplie, qui viendrait se plaindre ? Qui songerait seulement à faire valoir la responsabilité de Dante, dans le meurtre de la demoiselle ? Parce que leur affaire touchait à des activités aux marges de la légalité, parce que leur affaire les conduisait tous deux aux marges de la Terre – loin, là-haut, dans l'espace – la confiance était rendue à nouveau nécessaire, à nouveau indispensable.

Un peu comme ces chercheurs d'or partis à plusieurs au « Far West » pour faire fortune, qui n'avaient d'autre choix que d'avoir confiance en leurs partenaires, puisqu'il n'y aurait, au pays de la « frontière » personne pour leur rendre justice et raison des crimes et des trahisons dont ils pourraient être les victimes.  « Si vous voulez cet argent, nous n'avons d'autre choix que de nous faire confiance. » Dante se retourna pour la regarder « droit dans les yeux », bien que les prunelles de Tessa fussent dissimulées sous le verre fumé de ses lunettes.

 « Nous savons tous deux que vous avez d'excellents moyens pour vous défendre. » C'était presque une provocation, bien qu'il gardât le ton placide de la conversation. Network l'avait implicitement menacé en évoquant ces nombreuses personnes qui eurent à regretter « amèrement » d'avoir bafoué « en toute impunité » sa confiance.

Dante eut alors l'envie d'essayer, de tester la criminelle, il imagina les prémices d'un plan sordide et tordu pour la pousser dans ces dernières extrémités, pour la contraindre à riposter, à répliquer et à faire la démonstration de ses aptitudes à se défendre et à venger son honneur insulté. Il s'amusa d'imaginer Network cherchant à lui nuire, cherchant à l'abattre, cherchant à lui causer des problèmes. Tant d'autres s'y étaient essayé en vain.

Tant d'autres y avaient perdu bien plus que la vie. Dante ne se montrait pas seulement définitif, avec ses ennemis. Il avait le privilège de l'âge et de cette sensualité toute reptilienne, si bien que de sa part, toute vengeance s'illustrait par la patience et la cruauté subtile qu'on prête aux animaux couverts d'écailles.

Chassant de son esprit ces quelques pensées, Dante continua.  « Vous m'assurez de votre bonne foi, et notre amie commune vous recommande. » Il parlait évidemment de Princess Gallywix.

 « C'est bien suffisant pour moi... » ajouta-t-il, ouvrant près de lui un portail dimensionnel à l'aide d'un petit boîtier couvert de nombreux boutons lumineux. « … je vais maintenir ce portail ouvert pendant quelques minutes. Pas davantage. Si vous avez d'autres questions, j'y répondrai là-haut. Si vous changiez subitement d'avis, libre à vous d'en rester là. » Sur ces derniers mots, il franchit le portail, bientôt suivi par la gobeline, qui lâcha cette « conclusion » avant de quitter la pièce :  « C'est peut-être la chance de ta vie, t'aurais tort de la laisser passer. »

[…]

« Là-haut », c'était plus précisément dans la salle de réception de l'Arcanis, sur le pont de commandement, pièce unique entre toutes, dans le vaisseau, puisqu'elle revêtait les apprêts formels d'une salle destinée à l'accueil des personnalités importantes. Elle avait accueilli des émissaires en provenance d'autres dimensions et d'autres lieux habités de l'Espace, aussi ferait-elle l'affaire pour saluer l'arrivée de Network dans l'aéronef. Celle-ci serait sans doute surprise de constater que l'esprit et le dessin du vaisseau n'avait rien de commun avec ce que l'imaginaire contemporain consacrait dans les esprits comme image canon de l'appareil spatial. « Bienvenue à bord. »

Dante lui tendit un verre d'eau. Passer par le portail avait été peut-être une épreuve, pour Tessa, qui n'en avait pas l'habitude. Sa méfiance l'inclinerait certainement à négliger de boire. Dante le comprenait.  « Boire passera les nausées. Si vous le voulez bien, nous irons sans tarder au laboratoire. » Tali'Koris s'était déjà absente, appelée par d'autres occupations dans le vaisseau. Dante invita, avec courtoisie mais fermeté, Network à le suivre et la guida à travers le couloir qui les séparait de leur destination. Ils passèrent tout près du D.R.A.C.O. où un petit groupe hétéroclite de gobelins et d'humains s'affairaient, qui ne s'interrompirent que pour saluer Dante avec une révérence toute mâtinée d'un protocole connu à l'envi.

Dans le laboratoire, ils retrouvèrent Golodon et Tali'Koris qui, tous deux, bavardaient autour d'un terminal informatique.  « Voici la balise. » Sous une cloche d'un verre épais mais parfaitement translucide, Network put voir ce qui ressemblait à un gros œuf. De forme parfaite, lisse comme le crâne d'un chauve, il irradiait faiblement et, surtout, sa surface bleue s'épaississait par endroit d'indolents nuages ; ceux-ci traînaient et se mouvaient avec la lenteur de l'écume au creux des vagues.

 « Vous avez peut-être des questions ou des besoins en matériel. N'hésitez pas. Interrogez, demandez, tout sera pourvu. Je n'ai qu'une seule consigne : ne faîtes rien qui puisse endommager l'artefact. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dante Visconti

In furore iustissimae irae
Tu divinitus facis potentem.
Arma, caedes, vindictae, furores,
Angustiae, timores, precedite nos.

Super-Vilain Indépendant
avatar

Tessa Hartley

Super-Vilain Indépendant
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 46
ϟ Nombre de Messages RP : 9
ϟ Crédits : Edens Memories
ϟ Célébrité : Cobie Smulders
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Cybercriminelle, cyberterroriste, hacktiviste, entrepreneuse
ϟ Liens Rapides : Aucun
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Lun 5 Juin - 21:29 Message | (#)

Jusqu’à aujourd’hui je n’ai jamais tenté de doubler un client ne serait-ce qu’une seule fois de ma vie et ce n’est pas prêt d’arriver, que ce soit dans un futur proche ou lointain. Du moins, les probabilités sont infinitésimales, soit 0,000000000001 % pour être exacte. Que Dante me croie ou non c’est son problème à lui, mais au moins il est courant de mon modus operandi et que je suis une femme intransigeante dans les affaires. Son attitude plus ou moins insolente me laisse de marbre, tout comme la façon dont il me fixe droit dans les yeux et sa petite phrase un brin titillante qui l’accompagne. Il en faut bien plus pour me faire tirer un rictus irritant sur mon visage, mais c’est une réponse légitime de sa part. C’est bien moi qui ai annoncé la couleur de notre collaboration dès le départ, car je voulais qu’il sache à l’avance que je ne suis pas le genre de femme qu’on escroque impunément et en toute gratuité sans en payer les conséquences, en cas où l’idée de le faire lui était venue en tête. On ne sait jamais.

- Faut bien qu’il y ait un minimum de confiance entre nous, autrement ce n’est même pas la peine de continuer notre collaboration et mettre fin à cette perte de temps.

Néanmoins, j’ai beau le connaître tout juste (et encore….) je sais que je n’ai pas affaire à un inconnu lambda inoffensif et qu’il vaut mieux ne pas se mettre à dos. Suffit de voir les moyens qu’il dispose pour faire apparaitre un portail sous mes yeux ébahis pour avoir un avant-gout de ce dont il est capable de faire. Ce n’est pas tout le monde qui peut se vanter d’avoir une technologie aussi avant-gardiste. En tout cas il semble peu probable que Dante soit le genre de roublard à escroquer ses collaborateurs. Peut-être que je me trompe, mais je n’ai aucune preuve concrète de cette hypothèse, alors je me contente de poser toute ma confiance sur ses épaules.
Jusqu’à aujourd’hui toutes mes interventions sur le terrain étaient faites en solo, afin de pénétrer dans des réseaux informatiques clos et inaccessible depuis mon repaire. C’est donc pour ainsi dire ma toute première collaboration avec quelqu’un depuis que je me suis lancée dans la cybercriminalité. Autrement dit : un saut dans l’inconnue pour moi. C’est pour ça que j’ai une petite once de méfiance depuis le début.

Lorsque Dante s’engouffre dans le portail et que P.G part le rejoindre, le commentaire de cette dernière suffit amplement à me convaincre de ne pas faire marche arrière. D’ailleurs…..

- Ça tombe bien, je ne fais jamais marche arrière.

C’est sur mes derniers mots je me décolle tranquillement du mur pour franchir le portail, toujours les mains dans les poches de mon trench-coat. Le décor autour de moi change presqu’instantanément pour faire place à une large pièce au design d’une originalité atypique, limite fantaisiste. Accueilli par la traditionnelle formule de politesse employée par les capitaines de vaisseaux que me lance Dante. C’est avec le regard d’une directrice des beaux-arts que je contemple toute l’étendue du décor en faisant un tour complet sur moi-même, prononçant un « mhuuum ! » impressionné.

- Magnifique. Vraiment….. c’est un superbe vaisseau que vous avez là. Niveau originalité, difficile de faire mieux en matière de design. Sur un ton nettement plus doux et léger qu’avant.

Jusqu’à ce qu’une légère sensation de ballonnement interrompe ma contemplation, tandis que je pose une main contre mon ventre. En même temps c’est mon tout premier voyage dimensionnel, il est donc normal que mon corps réagisse ainsi. Mon regard se tourne alors vers Dante qui me tend un verre d’eau pour faire calmer mes nausées, que je saisis sans hésiter tout en le remerciant poliment pour le geste. Je fais suffisamment confiance en Dante pour croire que ce verre ne soit pas un cadeau empoisonné. Faut bien faire le premier pas un jour ou l’autre. En tout cas ça va nettement mieux après cette gorgée rafraichissante.

Sans plus tarder, je marche aux côtés de mon client à travers un corridor, passants devant ses employés constitués d’humains et de créatures semblables à P.G qui le saluèrent d’une manière issue d’un autre temps. Jusqu’à ce qu’il m’emmène au laboratoire du vaisseau où siège la raison de ma venue qui prend la forme d’un objet ovale aussi gros qu’un œuf d’autruche, de couleur bleue et pourvue d’un lissage tellement parfait qu’on pourrait presque voir son reflet sans la présence d’un dôme en verre scellant hermétiquement la fameuse balise que Dante me présente, alors que j’observe P.G en train de papoter avec un collègue à elle quelques secondes pour ensuite me focaliser sur la balise avec un engouement obsessionnel.
J’avoue être vraiment fasciné par la beauté de l’objet, alors que milles questions germent dans mon esprit, mais dont je doute que Dante puisse y répondent à toutes, ne laissant de place qu’a une infirme partie. Apparemment la balise semble, selon mon hypothèse, fonctionner à partir d’une énergie non baryonique que je ne peux déterminer sans une étude scientifique poussée. Peut-être même qu’il s’agit probablement d’un objet technomagique, ce dont je doute un peu, mais qui sait…..

Je me tourne vers Dante.

- Très honnêtement je ne vous garantis pas cette consigne…. En revanche je peux vous garantir que je vais employer tous les efforts possibles pour qu’à la fin il soit dans le même état qu’actuellement. Recentrage immédiat sur la balise exotique. Ça me ferait mal au cœur d’abimer une tel merveille technologique. Que j’ajoute sur un ton satisfait avant de lever un index lorsque Dante fait mention de demandes. Oui justement, j’ai bien quelques questions au sujet de cette balise que vous avez trouvée, alors je vais commencer par les plus importantes. Est-ce que des tentatives d’intrusions ont été faites auparavant ? Et pour finir, est-ce que la balise aurait émis des signes suspects depuis que vous l’avez trouvée, que ce soit des bruits étranges, des effets lumineux ou autres ?

Un tel artefact technologique, probablement d’origine extraterrestre, dispose certainement de systèmes défensifs potentiellement dangereux qui ont dû être activés lorsque Dante et ses employés ont procédé à l’extraction de la balise. Si des données il y a, alors elles doivent êtres d’une importance capitale. Peut-être même que cette valise renferme les connaissances d’une technologie extraterrestre extrêmement avancée, ou encore l’emplacement geostelaire d’une antique civilisation extraterrestre. Tout est possible et rien que d’y penser me donne envie de sonder ses secrets le plus tôt possible.

- Pour ce qui est du matériel, je n’aurais juste besoin que de deux choses : un ordinateur ou terminal me permettant d’interagir avec la balise et un siège, de préférence confortable s’il vous plait. C’est tout. Toujours avec une politesse exemplaire témoignant d’un respect digne d’une personne civilisée.

La balise a beau être un dispositif technologique contenant des données, je doute qu’interagir directement sur cette entité céleste avec mes pouvoirs cyberpathiques puisse fonctionner. D’autant plus que je préfère ne pas tenter le diable sur un artefact extraterrestre dont je ne sais rien sur son fonctionnement qui n’a strictement rien en commun avec nos technologies terriennes. Je doute même que la technologie d’un Docteur Otaku arrive ne serait-ce qu’à la cheville du niveau technologique de la balise. C'est dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« J'evalue, je prévois, j'agis : mon Don, ma Malédiction. »




Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 6952
ϟ Nombre de Messages RP : 627
ϟ Crédits : Lucius
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Lun 5 Juin - 23:40 Message | (#)

 « Soit... » concéda-t-il, quand Tessa déclara qu'elle ne pourrait garantir de conserver toute l'intégrité de la balise. Dante admit en lui-même qu'en effet, c'était certainement « trop demandé ». Il espérait simplement que Network aurait le professionnalisme de ne point trop abîmer l'appareil.

Son attitude, jusque-là, lui plaisait, à cet égard, puisqu'elle témoignait d'un remarquable sérieux et d'une louable prudence à l'égard de tout ce qui l'entourait. Dante aurait même cru à une forme de révérence, s'il ne s'était pas lui-même obligé à conserver son sang-froid et sa tête au clair de toutes fausses idées. La présence de la criminelle s'expliquait par la nécessité. Celle-ci posa alors quelques questions. Le vieux dragon s'empressa de répondre.

 « Non, et oui. Nous n'avons rien tenté pour « percer » la coquille. Nous nous sommes contentés de recueillir les informations que l'observation externe permettait de recueillir. » Dante fit un signe et Golodon s'activa sur son terminal. Au-dessus de la cloche de verre qui protégeait la balise, un écran lumineux apparut où Network put consulter une série de données qu'elle identifierait rapidement : température, volume, densité, etc, mais aussi des relevés concernant certaines émissions physico-chimiques.

 « Nous n'avons pas été au-delà, même si nous avons identifié ce qui s'apparente à un réseau interne à la balise, réseau ouvert et supposément accessible. Ce qui conduit à la réponse à votre autre question... » Cette fois, ce fut Tali'Koris qui, de sa voix étouffée, prit la parole. Elle tapota sur un clavier de beau métal doré et l'écran lumineux présenta la sinusoïde d'un signal fort curieux.  « Voilà le signal émis en continu par l'artefact. Nous en avons circonscrit l'amplitude et les oscillations. En extrapolant... »

Dante l'interrompit, sans sécheresse mais avec fermeté.  « C'est tout le problème, nous n'avons fait qu'extrapoler. Nous comptons sur vous pour l'étape... supérieure. Le matériel demandé vous sera fourni immédiatement. » Golodon et Tali'Koris s'en occupèrent : le premier poussa un fauteuil cossu, la deuxième apporta le terminal ; ce dernier n'était pas lié à l'ensemble du vaisseau mais permettait l'accès à toutes les machines, tous les appareils et toutes les données du laboratoire R&D où ils se trouvaient.

 « Je compte sur votre discrétion. Vous êtes là pour la balise, pas pour piller nos recherche et nos travaux. » Il s'agissait d'un avertissement et pourtant, dans la voix de Dante, on ne percevait ni menace ni sévérité. C'était une phrase prononcée comme ces formalités qu'on glisse à la fin des lettres destinées aux administrations, qui commencent par « veuillez agréer... »

La raison à cette désinvolture était simple : Dante doutait fortement que la cyber-criminelle pût saisir et comprendre la nature des recherches menées dans ce laboratoire, et quand bien même elle se proposait simplement de capter les données pour les faire circuler, les revendre, elle se trouverait sans doute en peine d'acheteurs, faute de pouvoir expliquer ce qu'elle détenait.

 « N'hésitez pas à interagir avec le terminal en profondeur. Il vous permet d'actionner tous les outils que nous mettons à votre disposition. Ainsi vous pourrez entrer en contact avec la balise. » Ces remarques de Golodon suscitèrent l'exaspération de Tali'Koris.  « Tu parles encore de la balise comme d'un être conscient ! Ce n'est qu'un objet. » Mais l'autre gobelin ne se laissa pas faire.

 « Un objet peut être plus qu'un simple objet ! » Dante intervint, cette fois, pour rappeler les deux nabots à l'ordre.  « Du calme. Ne gênez pas le travail de notre amie. Vous êtes là pour l'assister, si elle en a besoin, par pour débattre de la conscience des choses. »

Golodon et Tali'Koris se calmèrent. Le gobelin s'en alla de son côté, faisant mine de ranger des ustensiles. La gobeline resta près de Network, attentive à ce qu'elle faisait. Après quelques minutes d’interactions, la balise parut réagir. Sa surface perdit sa couleur bleutée et ses taches blanches pour devenir toute grise et mate comme la peau d'un éléphant. Dante sourit.

 « Voilà qui justifie vos honoraires. Cette réaction est une absolue nouveauté pour nous. Que s'est-il passé ? » S'il exigeait des détails, c'était par saine curiosité. Plus le temps passait et plus la confiance qu'il refusait à la cybercriminelle s'imposait à lui comme une évidence. Il ne regrettait plus d'avoir dû faire appel à Network.

Tous dans la pièce subirent un frémissement étrange qui leur parcourait l'échine.  « Nous avons quitté notre position pour nous éloigner dans le système solaire. Soyez sans crainte, vous rentrerez chez vous saine et sauve. » C'était une des conditions de leur contrat, après tout ! Tessa ne finirait pas sa carrière égarée dans l'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dante Visconti

In furore iustissimae irae
Tu divinitus facis potentem.
Arma, caedes, vindictae, furores,
Angustiae, timores, precedite nos.

Super-Vilain Indépendant
avatar

Tessa Hartley

Super-Vilain Indépendant
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 46
ϟ Nombre de Messages RP : 9
ϟ Crédits : Edens Memories
ϟ Célébrité : Cobie Smulders
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Cybercriminelle, cyberterroriste, hacktiviste, entrepreneuse
ϟ Liens Rapides : Aucun
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Mer 7 Juin - 2:55 Message | (#)

Je croise de nouveau les bras derrière mon dos, écoutant attentivement les réponses de Dante qui m’en apprenne davantage sur la balise et les recherches effectuées dessus, alors que j’analyse avec un œil d’experte toutes les données affichées sur un écran apparu au-dessus de la cloche de confinement. Données se résumant qu’a des relevés de caractéristiques techniques sur son fonctionnement externe, mais que je ne néglige pas du tout puisque cela peut mener vers des pistes intéressantes sur la façon dont elle fonctionne et quel genre d’énergie l’alimente. J’apprends notamment l’exigence de propriétés physico-chimiques totalement exotiques et inexistantes sur le tableau périodique terrien. C’est certainement ça qui fait léviter la balise de quelques centimètres de son support. Comme je le pensais, certaines données m’apprennent que l’objet est bien alimenté par une énergie non baryonique, soit stockée dans une batterie d’un tout nouveau genre ou bien en fabriquant cette énergie à partir d’atomes environnants.

Fascinant……

Mais ce qui m’intéresse surtout c’est la présence effective d’un réseau interne dans la balise, accessible depuis un ordinateur, ou encore par projection matricielle, mais encore une fois je préfère ne pas prendre de risque inutile en me contentant d’infiltrer la balise de manière indirecte. En tout cas j’ai eu les réponses que je voulais et elles sont toutes satisfaisantes. J’ai même droit à un bonus venant de P.G qui m’affiche la courbe sinusoïde d’un signal pour le moins intriguant que la balise est censée émettre en continu, selon les dires de Gallywix. Au moins ils auront mâché une partie du travail pour moi, ce qui est un gain de temps non négligeable qui va me faciliter le travail pour la suite. Enfin…. Juste un peu, car ça va être une charge de travail considérable, mais c’est déjà mieux que rien.

Je n’oublie pas de remercier les deux gobelins pour m’avoir apporté ce dont j’ai besoin, avant de m’assoir sur un fauteuil moelleux aux formes féminines. J’aime me sentir à l’aise quand je travaille, ça facilite ma concentration ainsi que mon efficacité devant un ordinateur. Ce qui me rappelle que je dois sortir mon gel antibactérien de ma poche que je verse sur l’une de mes mains pour laver ces dernières en toute tranquillité. Réflexe d’une hypocondrie aiguë que je suis. Ô bien entendue, le vaisseau est loin d’être insalubre, bien au contraire, mais tant que je suis ailleurs que chez moi j’emporte toujours ma solution hydrique avec moi et la moindre saleté me met mal à l’aise. J’ai même inspecté minutieusement le fauteuil pendant une petite poignée de minutes avant de poser mon postérieur dessus.

- Nan, ça n’a rien avoir avec une quelconque méfiance ! J’ai juste oublié de préciser plus tôt que je suis hypocondriaque. Lancé sur un ton un peu léger témoignant de ma phobie d’être malade. L’avertissement lancé par Dante sur le vol de données me dissuade facilement. Déjà parce que ce n’est pas le bon endroit pour le faire, mais surtout contraire à mes principes que je m’impose lorsque j’accepte les modalités d’un contrat auprès d’un client, quel qu’il soit. Compris.

Sans perdre de temps, je pose mes mains sur les accoudoirs et dès que mon regard se pose sur l’écran du terminal, celui-ci se met à fonctionner tout seul. C’est toute une vague de codes, de programmes et d’algorithmes que je créer et fait défiler à toute vitesse, tandis que la seule chose qui bouge chez moi sont mes yeux ainsi que mes bras qui me font prendre une pose de quelqu’un plongé dans un travail d’une extrême intensité. Je ne fais même pas attention à la dispute qui a lieu entre les deux gobelins derrière moi. Plus le temps passe, plus cette balise m’impressionne davantage. Je rencontre une multitude de programmes d’un genre nouveaux, en plus d’être vivant comme jamais. Heureusement que je fais tout ça par le biais de ma cyberpathie, car c’est pratiquement impossible de réaliser ce que je fais avec un clavier, à moins d’avoir au minimum une vitesse et une dextérité surhumaine.

J’essuie d’un revers de la manche une goutte de sueur qui perle sur mon front et me tourne vers la balise pour observer des changements dans ses couleurs. C’est signe que je suis sur la bonne voie. Neuf minutes. Il m’aura fallu neuf minutes de travail intensif et non-stop pour en arriver là. Si mes déductions sont exactes, le saint Graal sera à portée de main une fois que les couleurs de la balise se seront entièrement ternies. Je tire un sourire de fierté pour ensuite orienter mon regard sur Dante.

- Mhuum…. Voilà qui est intéressant. J'ai décelée toute une myriade de programmes sévèrement endommagés ayant causé des anomalies au niveau des protocoles de l’artefact céleste, ainsi qu’un blocage dans certaines de ses fonctions à cause de ces mêmes programmes. Pour le moment je n’ai pas déterminée ce qui a causé leurs endommagements, mais je penche quand même pour deux hypothèses concrètes : soit c’est le temps passé dans le vide spatial, ou bien qu’elles aient été attaquées par quelque chose, voir les deux. Les possibilités sont nombreuses, mais je compte bien le découvrir. L’intensité de ses couleurs est un indicateur montrant qu’on s’approche du but. Mais il y a encore à faire.

Au même moment des bruissements résonants dans toute la pièce me surprennent un peu, regardant autour de moi quand Dante annonce que le vaisseau se déplace dans l’espace. Je peux même le voir au travers d’une vitre par le défilement des étoiles.

- Je vous crois sur parole. Je détourne mon regard pendant un instant pour jeter un œil vite fait sur l’écran du terminal. J’essaie d’améliorer ces programmes afin qu’ils puissent s’autoréparer tout seuls, comme des grands. Ce n’est plus qu’une question de temps avant que tous les programmes soient remis d’aplomb et retrouvent leurs codes d’origines. Ainsi, je serais en mesure de savoir dans quel but elle a été conçu.

Et surtout par qui, ou quoi. Telle est la question que je me pose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« J'evalue, je prévois, j'agis : mon Don, ma Malédiction. »




Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 6952
ϟ Nombre de Messages RP : 627
ϟ Crédits : Lucius
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Sam 10 Juin - 17:14 Message | (#)

Dante n'eut aucune réaction, quand Networkse déclara hypocondriaque. Il avait connu d'autres spécialistes, experts en leur domaine, affligés de ces tares étranges et propres à l'homme moderne qui, plus il se distingue, plus il s'attire la compagnie de parasites spéciaux et protéiformes.

Il hocha simplement la tête, quand elle fit savoir qu'elle avait « compris » que pour la bonne continuité de leur relation professionnelle, elle devrait garder « ses mains dans ses poches » et s'empêcher de fureter là où rien ne l'y appelait.

La méfiance du dragon n'était pas spécifique à sa collaboratrice du moment ; ses dernières expériences en matière d'association s'étaient soldées par des échecs, aussi Dante était-il peut-être plus amer ou plus désagréable qu'il ne l'aurait été en temps normal.

Il avait bon espoir, cependant, que Tessa lui donnât toute satisfaction : Tali'Koris l'avait très richement recommandée et le vieux dragon tenait en très haute estime celle qui, sur la « toile », se faisait appeler Princess Gallywix. L'ardeur à la tâche de Network n'était pas forcément bien visible, mais elle était palpable. Dante suivait ses progrès avec grand intérêt, patience et dans un silence respectueux.

Quand elle expliqua ce qu'elle venait de découvrir, il prit soin de tout noter intérieurement, pour ne rien oublier. Ainsi, elle avait découvert une kyrielle de programmes identifiables mais endommagés. Ces problèmes, nombreux, causaient des anomalies de nature à entraver les fonctions de l'artefact céleste.

«  Est-il possible d'envisager que l'usure normale ait contribué à la dégradation de ces programmes ? Ce qui n'ôte rien aux suppositions relatives à l'influence du vide spatial ou d'agressions extérieures... mais si nous pouvions élaborer une courbe représentative de l'usure normale, alors nous aurions des informations considérables sur l'histoire de cet artefact. Nous pourrions déterminer son âge et sa longévité.  »

Golodon prenait déjà de multiples notes. Il était assez étonnant de le voir gratter le papier quand tout autour de lui semblait inviter à des méthodes plus contemporaines et moins surannées. «  Prenez tout le temps qu'il vous faut. Rien ne presse.  »

Network, de toutes façons, ne seraient pas récompensées pour avoir résolu l'énigme de l’œuf céleste en un temps record. «  Ce sera fascinant. Veuillez m'excuser, d'autres obligations m'appellent.  » D'un geste de la tête, il salua les deux gobelins et la criminelle, avant de quitter le laboratoire. Il devait s'en absenter pour s'occuper d'autres affaires, dans le vaisseau.

Il aurait pu souhaiter suivre en temps réel les progrès de Network, mais seuls les résultats l'intéressaient. Par ailleurs, ses obligations en tant que maître à bord de l'Arcanis lui imposaient quelques nécessités dont il ne pouvait se libérer impunément.

Cependant, près d'une demi-heure plus tard, tandis qu'il conversait avec les ingénieurs installés, pour leur pause, dans une salle destiné au repos et à la récréation, il fut « sommé », en quelque sorte, par Golodon de revenir au laboratoire où un « incident » réclamait sa présence. Il ne se fit pas prier, prit congé des membres de l'équipage qu'il laissait là et rejoignit en toute hâte Network, Tali'Koris et Golodon.

Dans le laboratoire, ce dernier agitait un extincteur doré pour éteindre une flamme accrochée à un boîtier électrique désormais hors d'usage. Tali'Koris se tenait près de Networket semblait veiller sur elle, comme soucieuse de sa santé. «  Qu'est-il arrivé ?  » questionna Dante quand il prit la mesure de l'événement.

«  Une réaction du côté de la balise. Des programmes... nocifs, en tout cas, ils ont manifesté de l'hostilité. Une sorte d’agressivité passive. Network ?  » Celle-ci expliquerait sans doute ce qu'elle venait de vivre avec plus de détails et de précisions. Dante s'était rapproché d'elle pour mieux l'entendre. Ce faisant, il observait les environs.

Outre le boîtier électrique tout à fait ruiné, rien d'autre n'avait été endommagé dans le laboratoire. Les mécanismes de protection s'étaient déclenchés pour préserver les machines et les instruments les plus sensibles, les plus fragiles. Dante aida sans en avoir l'air Golodon à maîtriser les dernières flammes. Il avait écouté les explications de Tessa sans dire un mot, mais quand elle se tut, il posa cette question : «  Se peut-il que l'artefact soit... conscient, ou toujours lié à un être conscient ? Ou bien s'agit d'un mécanisme... d'auto-défense, d'un automatisme ordinaire ?  »

Il se fiait là aux observations et à l'expérience de Tessa, qui disposait sur ce sujet d'une expertise autrement plus grande que la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dante Visconti

In furore iustissimae irae
Tu divinitus facis potentem.
Arma, caedes, vindictae, furores,
Angustiae, timores, precedite nos.

Super-Vilain Indépendant
avatar

Tessa Hartley

Super-Vilain Indépendant
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 46
ϟ Nombre de Messages RP : 9
ϟ Crédits : Edens Memories
ϟ Célébrité : Cobie Smulders
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Cybercriminelle, cyberterroriste, hacktiviste, entrepreneuse
ϟ Liens Rapides : Aucun
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Dim 11 Juin - 21:50 Message | (#)

Hum… en effet la possible détérioration de la balise par le passage du temps est un facteur à ne pas négliger, que le gobelin vient d’émettre à l’instant. Toute chose matérielle finit tôt ou tard par s’user au bout d’un certain temps, peu importe que ce soit dans dix, cent, mille ans et même au-delà. Ça l’est encore plus si cette même balise ait subi des dégâts extérieurs durant son errance dans le vide sidéral. L’usure a certainement affecté son disque dur, ou du moins un dispositif interne équivalent, ce qui a eu pour effet de corrompre les données. Ce cas de figure arrive souvent lorsque le disque dur d’un ordinateur est abîmé, que ce soit par du hacking agressif ou par coup physique assez violent sur la machine. La dernière suggestion du gobelin est intéressante et peut nous apporter des informations capitales sur sa datation.

- C’est tout à fait possible. L’usure, ainsi que les autres facteurs que j’ai énumérés, ont certainement endommagés le disque dur de la balise et s’est répercutée sur les données qu’elle contienne, ce qui est logique. Je détourne mon regard de l’écran pour regarder le gobelin à mes côtés, en train d’écrire de nombreuses notes sur un calepin. Je suis tout à fait d’accord avec vous. Cette courbe représentative sera un bon début pour nos recherches. On fait comme ça.

Ô mais bien au contraire je suis loin d’être aussi pressé que semble croire Dante, bien au contraire. Je travaille dur pour accomplir mon service du mieux possible, sans avoir le souci du salarié de base qui doit terminer sa tâche ingrate dans un délai respectif imposer par son supérieur. C’est ce genre de comparaison qui m’a poussé à travailler pour mon propre compte plutôt que de gagner ma vie en toute légalité en tant qu’ingénieure en réseaux informatiques pour le restant de mes jours. J’avais trop de projets ambitieux pour me contenter de travailler pour un patron comme tout le monde.

Sachant que j’ai une aversion pour la normalité…..

- À vrai dire monsieur c’est ce que je fais depuis le début, mais merci quand même. Toujours avec cette courtoisie naturelle.

Tandis que Dante est appelé à d’autres préoccupations l’obligeant à s’en aller du laboratoire, je me reconcentre sur l’écran du terminal pour améliorer les derniers programmes restants de la balise. Chose faite un quart d’heure plus tard. Une tâche loin d’être difficile, mais longue. Maintenant que j’en ai fini avec ça, je peux entamer l’élaboration d’une courbe représentative de l’usure auprès de mon collègue de travail.
D’habitude je travaille toujours en solitaire puisque je ne me suis jamais sentie à l’aise en travail d’équipe, dont l’hypocondrie est loin d’en être la cause. Mais la nature du travail auquel je suis payée et l’aide significative de la créature ogroïde fait office d’exception largement tolérable. De mon côté je rassemble le plus d’informations possible, tout en faisant bouillonner mon cerveau numérique sur les informations récolté du côté de mon collègue pour comparer nos trouvailles, partageant les preuves de mon avancement avec lui et vice versa. Lentement mais surement nous avançons dans nos recherches. Déterminer la datation de la balise en se basant sur son usure est fondamentalement plus dure que d’évaluer l’âge des fossiles au carbone quatorze. Déjà parce que la balise est fonctionnelle et qu’on ne peut pas prendre le risque d’endommager davantage la balise, avec pour conséquence la perte partielle voir définitives des données qu’elle renferme.

Ce qui n’est pas acceptable. Ça recommande presque à avoir autant de finesse qu’un chirurgien. Et encore je suis large….
Alors qu’on travaille d’arrachepied, j’aperçois toute une série de programmes inquiétants en train de s’afficher sur une fenêtre pop-up, interrompant ma tentative de restaurations des programmes corrompues. Le genre de chose qui me fait hausser un sourcil étonné devant cette réaction inattendue, alors que je n’ai pas essayé une seule fois de pirater la balise. Mais loin d’en rester là, c’est toute une armada de programme agressive qui défilent brutalement sur l’écran, causant même un court-circuitage d’un boitier électrique qui me fait sursauter de mon fauteuil, le regard orienté vivement sur le dispositif électrique prenant feu, puis se tournant vers P.G en faisant signe de la tête vers la sortie du laboratoire.

- Il faut appeler Dante au plus vite et lui faire part de ce qui se passe !

La gobeline s’empresse d’aller chercher son employeur pendant que son collègue se charge d’éteindre le feu à l’aide d’un extincteur pour le moins…. Luxueux. Dans la foulée je fixe de nouveau l’écran alors que c’est à ma grande surprise que la vague de programmes néfastes disparaît, en même temps que la fenêtre pop-up qui se ferme, avant d’avoir eu le temps d’interagir avec le terminal. Je tente de remonter la piste des programmes nocifs afin de localiser sa source, mais en vain. Pendant un moment j’ai mille questions qui foisonnent dans mon esprit, jusqu’à ce que j’aie un début de réponse des plus pertinente, à peu près au même moment où Dante revient au labo et demander ce qui s’est réellement passé. Gallywix résume grossièrement ce qui s’est passé durant son absence avant de me laisser le soin d’expliquer tout en détail.
Je désigne du doigt l’écran devant moi avant de me lancer.

- C’est même plus complexe que ça Gallywix. Alors que je m’apprêtais à restaurer les derniers programmes restants, la balise avait affiché une fenêtre contenant toute une série de codes informatiques que je n’avais jamais repérée depuis le début de mon travail. Je sais très bien ce que je dis puisque j’ai parfaitement mémorisé les programmes et qu’aucun détail ne m’a échappé. Non clairement…. de nouveaux programmes d’une complexité unique sont apparus. J’ai donc tenté un début de réponse simple, mais à peine envoyer que la balise s’est mise à bombarder le terminal des pavées entiers de programmes agressifs à toute allure, au point d’avoir court-circuitait le boitier électrique derrière moi. Pour ensuite s’escompter aussi vite qu’elles sont apparues.
Ça était d’une violence stupéfiante. Elles n’ont laissé aucune trace derrière elles. Même pas une micro bride de codes. En même temps je n’ai toujours pas récupéré l’entièreté de mes compétences en hacking d’antan, mais même avec ça je n’aurais pas pu remonter la piste des programmes.



Toujours une posture interrogative je laisse planer un court silence, comme pour laisser planer le suspense à la dernière question de Dante. En réalité, je cherche d’autres explications plus pertinentes à celle que j’ai trouvée, mais aucune ne répond présente. Cela veut donc dire qu’une chose…..

- D’après les programmes que j’ai analysés et ce que j’en ai déduit après mure réflexion…. Tout porte à croire que oui, on a bel et bien affaire à ce que je pourrais appeler un ONA : un Organisme Numérisé Autonome. Les réactions de la balise étaient bien trop complexes et spontanées pour être l’œuvre d’un simple mécanisme d’autodéfense, alors que je n’ai même pas entamé ne serait-ce qu’un début de piratage. Son système défensif avait réagi comme l’aurait fait un système immunitaire classique. Je détourne mon regard de Dante pour le poser sur la balise, alors qu’un sourire éclatant se dessine lentement sur mes lèvres dissimulées par le haut col de mon trench-coat futuriste. Cela veut donc dire qu’il y a un algorithme isométrique dans la balise. Incroyable…. Que je déclare sur un ton trahissant mon engouement sur mes dernières phrases.

Et le pire c’est que je n’affabulais pas. Devant une telle découverte, comment je peux ne pas être toute enthousiaste ? J’ai beau être une femme affichant une attitude froide, distante et au visage inexpressif, je sais faire preuve d’enthousiasme quand la raison est amplement justifiée. Plus le temps passe et plus je me rends compte que j’ai vraiment bien fait d’avoir acceptée ce contrat, à la fois juteux et riche en émotions. C'est le cas de le dire !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« J'evalue, je prévois, j'agis : mon Don, ma Malédiction. »




Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 6952
ϟ Nombre de Messages RP : 627
ϟ Crédits : Lucius
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Lun 12 Juin - 19:08 Message | (#)

Dante écouta les explications de Network avec grand intérêt et dans un silence de bénédictin. Elle décrivit donc le cours des événements qui conduisirent à l'incendie et à ses dernières découvertes. Tessa s'apprêtait à restaurer les derniers programmes restants quand la balise afficha pour elle une fenêtre qui contenait tout une série de codes informatiques comme Network n'en avait jamais vus depuis le début de son travail. Était-ce seulement possible ?

Certainement, puisqu'il s'agissait d'un artefact d'origine extra-terrestre. Par chance, Tessa affirma avoir mémorisé les programmes ainsi apparus. Elle alla même jusqu'à dire qu'en dépit de leur extrême complexité, aucun détail ne lui avait échappé. Dante la croyait sur parole, mais il comptait bien sur elle pour les consigner quelques parts, ces « programmes étonnants ».

Suite à cette apparition, Tessa enchaîna quelques réponses simples, ce qui déclencha le début des hostilités de la part de la balise. Le terminal fut donc bombardé par des pavés entiers de programmes agressifs qui se succédaient à folle allure ; ils furent trop rapides pour Network, et trop rapides pour les systèmes de l'Arcanis, ce qui étonna grandement le dragon qui posa les yeux sur le boîtier noirci par les flammes éteintes. «  Je vois...  » glissa-t-il à mi-voix, comme s'il s'apprêtait à s'endormir.

Sans le savoir, Tessa lui vendait du rêve et pourtant, elle n'en avait pas fini. Elle avait donc analysé ces programmes, mûri sa réflexion et se trouvait donc portée à croire qu'ils avaient affaire à ce qu'elle appela un O.N.A. : un organisme numérisé autonome. L'acronyme parut très intéressant. «  Voulez-vous dire par là que nous avons devant nous une machine... consciente ?  »

Les conséquences d'une pareille affirmation résonnèrent aux oreilles du dragon comme la promesse d'une découverte saisissante. «  En êtes-vous bien sûre ? N'est-elle pas simplement... pilotée à distance ?  » L'hypothèse n'était pas improbable. L'artefact n'était peut-être qu'un intermédiaire entre eux et un ailleurs lointain, à la manière d'un appareil de télécommunication. Tessa lui assura qu'il n'en était rien.

«  Nous devrions faire une pause et prendre le temps de compiler tout ce que nous avons appris avant l'incident et dans les minutes qui ont suivi. Si nous nous précipitons, nous risquons de manquer peut-être une étape cruciale dans le développement de nos analyses.  » Golodon soulevait un indication très intéressante. S'ils se précipitaient, ils risquaient la bévue qui leur ferait manquer un détail pourtant important. Dante s'appuya contre un mur.

«  Pouvez-vous initier un contact, Network ? Selon un protocole qui ne suscitera aucun nouvel incident ?  » Le vieux dragon préférait ne pas voir d'autres flammes s'attaquer aux structures du laboratoire. Il était plus sûr d'éviter tout nouvel incident en redoublant de prudence. Dante enchaîna avec d'autres questions : «  Y a-t-il un risque de voir la riposte... s'intensifier, si vous poursuivez votre travail sur les programmes ? Si vous initiez un piratage ?  »

Autant entrer dans le vif du sujet, dans le « lard » de leurs problèmes. Ils ne savaient pas avec exactitude quels mécanismes de défense la balise était capable d'initier contre eux. Devaient-ils craindre le pire ? Devaient-ils mettre l'objet en quarantaine et attendre de meilleures circonstances, pour pousser plus loin l'analyse ? Dante écouta les commentaires de Tessa et la laissa parler sans l'interrompre une seule fois. Puis, il ordonna à Tali'Koris d'associer sa science technique aux expertises de Network.

«  Il faut lui fournir tous les soutiens nécessaires. Network doit pouvoir continuer sans prendre aucun risque, ni pour elle, ni pour nous.  » Ce que Dante redoutait par-dessus tout, c'était de voir cet organisme numérisé autonome s'infiltrer dans les réseaux de l'Arcanis et causer des dommages considérables dans l'ensemble de l'aéronef. Il avait toujours su préserver le vaisseau de semblables piratages, mais devant l'inconnu, il craignait le pire.

Pour toutes ces raisons, il comptait aussi sur Tessa pour donner le meilleur d'elle-même. C'était pour elle le moment de prouver qu'elle était à la hauteur de sa réputation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dante Visconti

In furore iustissimae irae
Tu divinitus facis potentem.
Arma, caedes, vindictae, furores,
Angustiae, timores, precedite nos.

Super-Vilain Indépendant
avatar

Tessa Hartley

Super-Vilain Indépendant
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 46
ϟ Nombre de Messages RP : 9
ϟ Crédits : Edens Memories
ϟ Célébrité : Cobie Smulders
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Cybercriminelle, cyberterroriste, hacktiviste, entrepreneuse
ϟ Liens Rapides : Aucun
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Mar 13 Juin - 1:42 Message | (#)

Ça ne m’étonne pas de voir Dante réagir ainsi devant ma révélation. Qui ne le serait pas ? Pas moi en tout cas. Par contre je crois bien que je me suis laissé emporter dans mes explications scientifiques un peu trop vagues pour donner une raison claire et directe au maître du vaisseau. En même temps c’est la première fois que j’emploie mon intelligence numérique à pleine capacité depuis que je l’ai découverte il y a plus d’un mois et que je n’ai pas eu l’occasion d’adapter mes capacités intellectuelles surhumaines aux autres. Avant cela j’avais juste une femme à l’intelligence légèrement supérieure à la moyenne sans pour autant être une première de la classe, rien de plus.
Quoi qu’il en soit, Dante semble avoir un peu de mal à croire que la balise soit pourvue d’une conscience, se demandant si finalement elle ne serait pas soumise à une influence extérieure comme tout dispositif technologique classique. Or on n’a pas affaire à une technologie terrienne, mais extraterrestre, peut-être même extradimensionnelle. D’autant plus que les résultats obtenus de mes recherches méticuleuses et savamment étudiées me font hocher vivement la tête d’un geste confiant.

- Absolument ! Cette machine est fondamentalement consciente et non soumise à une influence extérieure perdue dans le lointain. J’avais d’abord pensé la même chose que vous avant, avant d’inspectait minutieusement le réseau de la balise pour trouver une quelconque trace d’un signal émis depuis l’extérieur. Je n’en ai trouvé aucune source externe : tout cela s’était fait en interne. Je me mets alors à réfléchir sur une hypothèse qui m’est venue en tête juste avant l’attaque des programmes nocifs. C’est soit ça….. ou bien le signal envoyé par la balise était beaucoup trop rapide pour pouvoir être enregistré sur le terminal. Bien que cela est peu probable selon les résultats que j’en ai déduits, mais pas impossible.

Ce serait un poil décevant pour moi. J’avais toujours pensé qu’il existait dans les confins de l’univers des machines qui, pour X ou Y ou Z raison, aurait évolué en s’auto-améliorant au point d’être devenues parfaitement autonome et indépendantes de toutes aides extérieurs. Devenant ainsi une race à part entière. J’y crois toujours et même si je découvrais que la balise n’est pas ce dont j’aurais espéré, je continuerais de croire quand même à cette théorie.
Je ne suis pas contre l’idée du gobelin de faire une pause bien méritée pour mieux gérer l’accumulation des informations que nous avons récoltées, mais également pour se remettre des programmes agressifs de tout à l’heure. J’avoue être encore un peu secoué par les éventements et que cela peut impacter mon travail. Je me redresse un peu de mon fauteuil que je n’ai toujours pas quitté.

- Bonne idée monsieur….. euh, c’est quoi votre nom déjà ? Parce qu’il faut bien que je cesse de l’appeler « le gobelin » parce que c’est chiant à la fin. Golodon, d’accord. On mérite bien ça après ce qu’il s’est passé. Au point oui l’on en est, on ne peut pas passer à côté d’éléments déterminants dans nos recherches, ce dont je souhaite évitée par-dessus tout.

Quand je fais quelque chose, il faut que ce soit fait de manière parfaite. Pas parfait dans le sens général du terme qui n’est pas réalisable, mais selon mes critères très sélectives, sans me soucier du temps qui passe et tant pis pour ceux qui sont n’ont pas ma patience. Ce n’est pas mon problème.

Je décide alors de me lever de mon fauteuil pour aller aider Golodon à compiler, à tête reposée, tous les éléments que nous avons récoltés. Alternant « mains dans les poches » et « bras croisés derrière le dos » suivant les infos réunies que l’on s’échange. Dans le même temps, je me tourne vers Dante qui me pose une multitude de questions sur la balise. Je me sépare de mon collègue à la peau verte pour me placer entre ce dernier et Dante, posant mon regard sur celui-ci puis sur l’artefact céleste. Bras croisés derrière le dos.

- Ce sera long et incertain… mais oui, je peux faire ça. Pour résumé grossièrement je vais tenter d’entrer en contact avec la balise, non pas par lignes de codes comme tout à l’heure, mais bien par fréquences radio-numérique. Je désigne du doigt le même écran lumineux de la fois d’avant que je viens de faire apparaître en influençant cyberpathiquement le terminal. Vous voyez ce signal atypique que vous avez trouvé avant mon arrivée ? D’après mes analyses et celle de Golodon, ce signal est une fréquence source qui, en l’exploitant bien pour doter mes fréquences de la même signature et en commutant la balise avec un générateur de fréquence et le terminal, peut amener une réponse non agressive de la balise sans qu’elle réplique de plus belle. J’ai trop la flemme de résumer le tout en une phrase. Je me tourne vers Dante. Tant que ce n’est pas fait, j’interromps temporairement mon travail sur les programmes tant que je n’ai pas de réponse positive. Pirater la balise après ce qui vient de se passer est trop risqué. La probabilité d’une riposte encore plus agressive de la balise est de 78,26 %.

En effet je pense que la clé de notre réussite se trouve justement sur la fréquence de la balise extrapolée par Dante et ses gobelins. Comment ai-je pu passer à côté de ça……
Quoi qu’il en soit, Dante ordonne à ses gobelins d’aller me chercher davantage de matériels technologiques pour m’aider dans la prochaine étape de mon travail. Quant à moi je reprends là où je me suis arrêté, en attendant que le nouvel équipement soit installé.

Une fois la pause terminée je m’apprête à établir un nouveau contact avec la balise, rectifiant les derniers réglages établis par mes soins. Tout doit être parfait pour moi, sachant que j'entame une étape décisive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« J'evalue, je prévois, j'agis : mon Don, ma Malédiction. »




Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 6952
ϟ Nombre de Messages RP : 627
ϟ Crédits : Lucius
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mer 14 Juin - 17:45 Message | (#)

Network disposait de capacités très impressionnantes. Était-elle une mutante ? Devait-elle ces nombreux talents au seul exercice de ses facultés, à l'entraînement ? Le mystère était complet.

Ce que Dante savait sans se tromper, c'était bien qu'elle n'était pas une mystique. Elle n'en avait ni les parfums, ni les manières. Était-elle un robot elle-même ? Il aurait été enclin à le croire. Pour traiter et brasser autant de données, ne devait-elle pas disposer de facultés mentales très loin au-dessus des moyennes humaines ?

S'il est aisé à un ordinateur de démultiplier sa mémoire vive, en accumulant les barrettes dans son hardware, il est plus difficile de concevoir le cerveau humain comme susceptible d'une augmentation mécanique de ses facultés.

Or Tessa avait fait la démonstration de ses talents et s'était montrée à la hauteur de sa réputation : Dante considérait donc comme fort probable qu'elle disposât d'un cerveau supérieurement « équipée » pour les calculs et les opérations logiques, à la manière d'un ordinateur. Il ne put s'empêcher de sourire à l'idée d'ouvrir le crâne de Network et d'y découvrir un disque dur. De la même façon, elle ne semblait pas avoir besoin, comme d'autres hackers, d'outils extérieurs pour manipuler les programmes et les codes numériques à l'aide d'une interface, comme l'écran d'un terminal.

Tout se passait-il donc dans sa tête ? Était-elle capable de projeter son esprit ou ses facultés sensibles directement dans les réseaux informatiques ? C'était assurément le cas. Il n'en dit rien, mais il se surprit à craindre pour elle que la balise l'organisme numérisé autonome qui l'habitait ne la « prît au piège » en l'affligeant d'un virus informatique de nature à la blesser lorsqu'elle serait projetée au contact avec lui. La prudence de Tessa serait sa meilleure alliée.

«  Je comprends tout à fait et partage votre point de vue. Après cet incident, nous ne saurions nous montrer trop prudent. D'ailleurs, vous ne m'avez pas demandé où nous avions trouvé cet artefact, ni dans quelles circonstances nous l'avons récupéré. Je ne suis pas mécontent que vous vous concentriez sur les clauses de notre contrat, mais je ne pourrais blâmer votre curiosité...  »

Dante n'ajouta. Rien. Tessa poserait les questions qui lui paraîtraient appropriées. Avec les deux gobelins du laboratoire, il veilla à ce que les besoins en matériel de la cyber-criminelle fussent comblés. Dans la pièce, et dans tout le vaisseau, il y avait bien tout ce qu'elle pourrait demander et requérir, pour ses manœuvres contre la balise. Ce qu'elle proposait était d'ailleurs très intéressant : interagir avec elle au moyen du signal encodé qu'elle émettait elle-même.

«  Prenez le temps qu'il vous faut pour doter vos fréquences de la même signature et pour faire le nécessaire. Obtenir une réponse non agressive de l'artefact sera un pas de plus en direction des mystères qu'elle renferme.  » Tessa n'en avait peut-être pas conscience, mais ils étaient à quelques heures d'une découverte ahurissante et de nature à transformer la vision qu'elle aurait du monde et de l'univers.

Dante lui-même n'était pas bien certain de ce qu'il espérait trouver, au cœur de cette balise. Un « message » prescrit là par une civilisation galactique perdue aux confins de l'univers ? La découverte des extra-terrestres n'était pas une nouveauté. Depuis l'invasion Grue, toute la Terre-Prime avait connaissance de l'existence des aliens. La question de la vie dans la Galaxie était obsolète, démodée. Cet artefact, toutefois, avait soufflé sur les braises de ces mythes, et la gerbe d'étincelles avait embrasé le buisson d'espoirs nouveaux et de craintes qu'on croyait révolues.

Quand Tessa, après la pause, reprit les commandes de l'opération, Dante s'assit en retrait, sur un siège. Il ne voulait rien perdre de la suite des événements.

«  Tali'Koris, fais savoir au reste de l'équipage qu'il ne faut nous déranger sous aucun prétexte. S'ils ont un problème, qu'ils en réfèrent au capitaine. Ce dernier jugera si mon intervention est nécessaire.  » La précaution était inutile. Le cérébropyre garantissait à Dante de ne pas être dérangé s'il le désirait, tout en lui conservant l'écho de ce qui affectait l'ensemble de l'équipage. Néanmoins, un surcroît de prudence ne pouvait leur nuire. La gobeline s'exécuta donc en quittant le laboratoire pour quelques dix ou douze minutes.


Dernière édition par Dante Visconti le Mar 20 Juin - 10:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dante Visconti

In furore iustissimae irae
Tu divinitus facis potentem.
Arma, caedes, vindictae, furores,
Angustiae, timores, precedite nos.

Super-Vilain Indépendant
avatar

Tessa Hartley

Super-Vilain Indépendant
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 46
ϟ Nombre de Messages RP : 9
ϟ Crédits : Edens Memories
ϟ Célébrité : Cobie Smulders
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Cybercriminelle, cyberterroriste, hacktiviste, entrepreneuse
ϟ Liens Rapides : Aucun
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Ven 16 Juin - 18:14 Message | (#)

Cela peut paraître étonnant de constater que je n’avais pas demandée des réponses sur le lieu où avait été trouvée la balise, alors que je suis prise d’un engouement sans bornes pour cet artefact extraterrestre. L’idée m’était déjà venue en tête dès l’instant où j’ai posé mon regard sur l’objet ovoïde, mais que cela aurait été mal vu par Dante et dont j’aurais perdu sa confiance en lui faisant croire que je ne suis qu’une vulgaire cybercriminelle pas si différente des autres. Raison majeure qui m’avait poussé à garder ces questions pour une autre fois. Or, mon client avoue à l’instant qu’il ne serait pas gêné si je venais à lui poser ces mêmes questions. Eh bien voilà qui est bon à savoir et dans ce cas-là autant en profiter maintenant. Un sourire discret se dessine sous le col de mon manteau.

- À vrai dire, je ne voulais pas vous faire insinuer quoi que ce soit de négatif sur moi en vous posant ces questions que j’estimais comme quelque chose de confidentiel pour vous. D’un côté j’ai l’habitude de ne pas trop questionner ma clientèle pour ne pas jeter un voile de suspicion à mon égard. Et j’avais bien fait d’avoir anticipée ce type de réaction à chaque fois que je conversais avec mes clients depuis mon ordinateur. Comme vous semblez nettement plus ouverte que tous mes anciens clients réunis, alors je serais ravie de connaître votre réponse à ces questions.

Pendant qu'il étanche ma curiosité, j’observe avec l’œil d’un cadre supérieur mon poste de travail en train d’être aménagé par de nouveaux équipements technologiques dernier cri. Peu à peu, mon poste de travail est entouré par toute une rangée d’appareil hyper sophistiqué et spécialisé dans les communications. Cela ne m’étonne pas de voir la facilité qu’ont les gobelins pour trouver tout ce dont j’ai besoin pour l’étape décisive que je vais bientôt entreprendre et qui me tarde de commencer. C’est vraiment un moment unique que je suis en train de vivre aujourd’hui même, le genre d’évènement que je ne suis pas prête d’enlever de mon cerveau numérique. Je me sens comme le protagoniste du film « Rencontre du troisième type » premier du nom, qui tente d’établir un contact par le biais d’une série de notes musicales. On peut faire le parallèle avec ce film qui m’avait plu dans les années quatre-vingt-dix et dont la réalité venait de rattraper la fiction. Sauf que ma méthode sera nettement moins impressionnante que dans le film.

Comme pour les programmes je vais prendre mon temps pour développer mes fréquences, sans me soucier d’une limite de temps inexistante. Là aussi, Dante n’y voit aucun souci, ce qui change des clients qui réclament des résultats vites faits bien faits. Dante lui-même m’incite à le faire. Tout comme moi, la patience du mystique semble être l’une de ses plus grandes qualités. Je me tourne vers Dante pour acquiescer de la tête.

- Je ferais de mon mieux.

C’est sur ces derniers que je mets fin à ma pause en allant réintégrer mon poste de travail « confortable » pour procéder à une vaste série de tests et de réglages complexes sur les appareils, le tout par une gestuelle millimétrique guidée par une patience digne d’un moine shaoline. Mon cerveau numérique traite un océan de données à une vitesse quasi instantantanée, incluant des calculs, questions, problèmes et algorithmes en fonctions des résultats trouvés. Un effort mental qui me fait perdre toute notion du temps, mais qui facilite grandement ma concentration. En plus de l’interaction avec certains appareils avec ma cyberpathie, incluant le terminal dans le lot, je fais également usage de mes doigts de fée pour interagir manuellement sur des oscillateurs, commutateurs futuristes. Opération effectuer entre deux moments de réflexions avec une posture vaguement familière avec celle du penseur de Rodin.

Au final il m’aura fallu trois heures, quarante minutes et vingt secondes pour finaliser les derniers tests et réglages nécessaires pour convertir toutes mes fréquences. J’étire mes membres comme si je sortais d’un long sommeil léthargique, comme si j’avais fait une sieste sur le fauteuil.

- Voilà qui est fait. C’est le moment décisif….

Sans plus attendre je commence à émettre mon premier signal à la balise accompagnée d’un son distordue et résonant complètement exotique, qui pourrait se traduire en anglais par « est-ce que vous me comprenez ? » en quelque sorte. Au bout de trente secondes, la balise finit par répondre à mon signal par un autre, un peu plus long que le mien. C’est par un échange de de signaux aux sons synthétiques plus étranges les uns que les autres que moi et la balise communiquons. Autant dire que ce n’est pas agréable pour mes tympans à certains moments. Nos signaux sont plus ou moins longs et bruyants en fonction des réponses. Celles de la balise sont traduites sur l’écran lumineux au-dessus de la cloche de confinement.

- Princesse Galliwyx, tu peux gérer les réponses de la balise pour moi s’il te plait ? Je ne peux pas le faire sans devoir interrompre la liaison avec la balise, ce que je ne souhaite pas faire sous aucun prétexte. Cela pourrait causer une incompréhension de l’ONA, suivit d’une réaction agressive de sa part, que j’ai estimais à 56,48 %. Ce n’est pas le moment de faire une erreur, surtout pas maintenant. J’ignore si elle est revenue à mes côtés ou non, puisque mon regard reste fixé sur les écrans et la balise. Au pire si c’est Golodon qui s’en charge cela ne me dérange pas, mais de l’aide extérieur ne serait pas trop de refus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« J'evalue, je prévois, j'agis : mon Don, ma Malédiction. »




Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 6952
ϟ Nombre de Messages RP : 627
ϟ Crédits : Lucius
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Dim 18 Juin - 21:35 Message | (#)

Dante s'évertua à satisfaire la curiosité de Network sans rien compromettre des secrets qu'il désirait lui conserver. Il lui savait gré d'avoir fait preuve d'une honorable discrétion, mais ces informations qu'il partagerait ne pourrait que servir les travaux de la criminelle. Ainsi, il révéla l'origine de l'artefact.

Trouvé lors d'une fouille archéologique, ce dernier était jusque-là prisonnier des ruines abandonnées d'un astéroïde compris dans la ceinture d'un autre système – loin du soleil, auprès d'une autre étoile. Le site correspondait à ce que Dante et ses sbires avaient identifié comme un ancien temple : en témoignaient les traces d'un art sacré, les vestiges d'une architecture peu fonctionnelle et les indications, bien sûr, qui conduisirent le vieux dragon jusqu'au lieu en question.


Ils n'avaient trouvé là aucun cadavre, aucune dépouille, rien que les décombres et leur silence minéral. La balise sommeillait dans une salle préservée des ravages de l'usure, sous le temple ; il fallut aux équipes du dragon et à ses artificiers déployer des trésors d'ingéniosité et d'astuce pour percer la coquille de stase qui enveloppait cette salle, mais le jeu en valait bien la chandelle. Intacte et magnifique, la balise s'offrit à eux sans qu'ils eussent à lutter.

D'ailleurs, il n'y avait sur les lieux ni pièges, ni gardiens, ni dispositifs de sécurité. Après quelques observations plus avancées, ils surent que cette balise n'était pas, comme le reste, un vestige de cette civilisation disparue, mais une trace d'une autre civilisation, en provenance d'ailleurs.

Dante conclut en précisant que le temple en question appartenait à une ancienne civilisation qui peupla son système solaire, depuis sa planète d'origine, mais qui subit l'extinction quand, en cherchant à tirer profit de l'énergie du cœur de son étoile, cette civilisation provoqua une transformation irréversible vers le stade de géante rouge, ce qui entraîna bien sûr, pour l'ensemble du système, des bouleversements trop importants et trop rudes pour le maintien de la vie telle qu'elle existait. « Une bien triste histoire, en vérité. » Ce fut sa conclusion, mais Dante se garda bien d'expliquer qu'il était responsable de cette « extinction ».

Trois heures plus tard, Dante était toujours là. Golodon n'avait pas quitté le laboratoire et Tali'Koris revint auprès d'eux. Tessa annonça qu'elle en avait terminée, que l'heure était venue. Le vieux dragon ne put s'empêcher d'éprouver un frisson d'impatience.Network émit un signal et, peu de temps après, la balise « répondit ». Dante quitta sa chaise, positivement surpris et frappé d'une agréable sensation de triomphe. Il se tut néanmoins, laissant à la criminelle tout le temps nécessaire à ces premiers... contacts ?

S'agissait-il d'un contact ? La gobeline, interpellée directement, répondit favorablement à la requête de sa « consœur » et s'occupa rapidement d'obéir. Sur le terminal apparut bientôt, en lettres blanches, les signaux émis par la balise, traduits en bon anglais. «  Nous désirons savoir qui vous êtes.  » Frappé de stupeur, Golodon en eut le souffle coupé. Princess Gallywix elle-même peinait à contenir son émotion. Dante, bien que très enthousiaste, restait d'un calme tibétain. «  Network, assurez vos fonctions d’interprète. Dîtes que je suis le commandant de ce vaisseau.  » Tessa s'exécuta.

«  Nous désirons savoir où nous sommes. La structure de notre environnement n'est pas celle que nous connaissions.  » Dante prit le temps de répliquer : «  Dans un vaisseau spatial, loin du système et du temple où nous avons trouvé la balise. En sécurité.  » Il n'était pas certain de ce qu'il devait dire. Ces questions que formulaient la balise, quand lui-même était si pressé d'en poser, l'amusaient.

«  Nous désirons savoir pourquoi vous cherchez à nous pénétrer.  » Dante espérait, sans le dire, pour ne rien ruiner de cette connexion que Network avait réussi à établir et maintenait, qu'elle veillait à ne pas laisser la balise s'infiltrer comme eux-mêmes s'étaient infiltrés. «  Nous avons capté vos signaux et pour les comprendre ou les décrypter, nous avons dû intervenir au plus près. Faîtes-lui comprendre que nos intentions ne sont pas hostiles, si ce sont ses craintes...  »

Il n'était pas certain de devoir traiter leur interlocuteur comme une personne, avec des craintes et des peurs particulières, alors Dante optait pour l'approche la plus prudente possible. Il avait aussi à cœur la sécurité de Tessa, bien qu'elle ne fût ici qu'un mercenaire à sa solde. Il avait promis de la ramener sur Terre saine et sauve, après tout. «  Essayez de connaître son... âge, et son origine.  »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dante Visconti

In furore iustissimae irae
Tu divinitus facis potentem.
Arma, caedes, vindictae, furores,
Angustiae, timores, precedite nos.

Super-Vilain Indépendant
avatar

Tessa Hartley

Super-Vilain Indépendant
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 46
ϟ Nombre de Messages RP : 9
ϟ Crédits : Edens Memories
ϟ Célébrité : Cobie Smulders
ϟ Âge du Personnage : 35 ans
ϟ Statut : Celibataire
ϟ Métier : Cybercriminelle, cyberterroriste, hacktiviste, entrepreneuse
ϟ Liens Rapides : Aucun
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Mar 20 Juin - 0:53 Message | (#)

C’est avec une attention toute particulière que j’écoute les révélations de Dante sur le lieu où il avait déniché la balise, apprenant certains détails importants tels que l’ancienne civilisation qui eut construit le temple où fut enfermé l’ONA, la cause ayant provoqué l’extinction de cette même civilisation. Les difficultés épiques qu’ont dû rencontrer le mystique et ses sbires pour percer cette coquille de stase furent plus que conséquentes. Le matériau auquel devait être fait le temple en ruine devait disposait de propriété physico-chimique qui transcendaient l’échelle de Mendeleïev ! Pas étonnant que cette civilisation soit parvenue à exploiter les ressources de son étoile avec des méthodes d’extractions totalement exotiques. En même temps ce n’est pas étonnant que l’exploitation, probablement intensive, de leur étoile à sceller le destin de cette ancienne civilisation. Si des survivants il y en a eu, soit ils ont survécu à la fin de leur monde en allant coloniser une autre planète, ou bien la race fut éteinte en même temps que leur planète.

Je me demande même si des échantillons de ces matériaux extraterrestres ont été prélevés dans les ruines du temple par les employés du mystique, mais je doute fort qu’il accepte de m’en offrir un morceau. De toute façon ce n’est pas dans mes habitudes de changer les modalités de mes contrats. Peut-être que je pourrais rajouter ces matériaux dans les modalités de mon prochain contrat avec Dante si je suis amenait à collaborer une nouvelle fois avec lui.
Mais ce qui me fascine par-dessus tout et qui m’ôte les mots de la bouche c’est bien l’origine de la balise qui n’est pas rattachée à celle du temple. Autrement dit : elle vient probablement d’une autre civilisation encore plus ancienne. C’est tellement fascinant…. Et encore le mot est bien faible. Moi qui suit d’un calme stoïque, je frissonne d’un enthousiasme digne d’une gamine qui a reçu sa collection de Barbie pour son anniversaire. C’est à se demander pourquoi les ingénieurs extraterrestres n’eurent pas protégé le temple de protections antivol pour protéger la balise. J’émets quand même l’hypothèse que les prêtres de l’ancienne civilisation vénéraient la balise en tant qu’idole vivante.

Mais je méditerais là-dessus une autre fois, car l’enthousiasme de Galywix me pousse à connaître l’origine de sa réaction en jetant un œil sur le terminal, contemplant la toute première réponse traduite de la balise.

Ô mon dieu…. Ça…. Ça a MARCHÉ !!!

Un large sourire de satisfaction se dessine sur mes lèvres en guise de victoire, avant de me tourner vers Dante lorsqu’il me demande que je lui fasse office « d’interprète » pour traduire ses réponses. J’acquiesce de la tête pour me remettre aussitôt au travail en traduisant la phrase du mystique dans le langage de la balise. Une procédure qui ne se fait pas tout de suite, mais qui ne prend pas une plombe non plus. Cinq minutes et quinze secondes suffisent pour préparer la réponse que j’envoie une nouvelle série de signales sonores à l’artefact qui dure une minute et vingt-deux secondes en espérant qu’il n’y ait pas d’erreur de traduction. Ce serait désolant qu’un premier contact se passe mal à cause d’une faute aussi stupide. D’ailleurs j’ignore s’il y a mauvaise interprétation ou non, mais la balise emploie le « nous » plutôt que « je » qui laisse penser que la balise possède une intelligence collective et non individuelle. Fascinant.

La balise doit certainement disposer de nanocapteurs quantiques pour constater qu’elle ne se trouve plus dans sa chambre de stase. Ou bien qu’elle doive nous contempler par le biais de caméras qu’elle a prises sous son contrôle, mais en regardant l’ensemble du laboratoire je n’en trouve aucune. En tout cas elle souhaite savoir où elle se trouve et je compte bien lui répondre en traduisant les nouvelles paroles de Dante. Cette fois-ci il me faut un peu plus de temps pour adapter la réponse, avant d’émettre de nouveaux sons qui dure plus longtemps eux aussi. Interpréter chaque mot est encore plus complexe que d’assembler une horloge de précision, dont la patience est primordiale pour réaliser ce que je fais.
Peu de temps après l’envoi des signaux, la machine consciente nous demande la raison qui nous pousse à infiltrer son réseau. Il a plutôt dit pénétrer, mais cela dégage des connotations péjoratives à tendances pornographiques qui me mettent mal à l’aise rien que d’y penser, mais passons. Cette fois-ci je ne dois pas seulement traduire les phrases du mystique, mais participer également à la conversation. Pour le coup je ne vais pas refuser cette occasion qui n’arrive qu’une fois dans la vie et c’est pour cette raison que je mets encore plus de temps que la fois précédente à préparer les signaux. Par contre il me faut tout juste quinze minutes pile pour pouvoir finaliser à la fois la réponse de Dante ainsi que la mienne.

- En essayant de pénétrer votre réseau, nous avons trouvés des programmes sévèrement endommagés. Alors nous avions tenté de réparer vos programmes afin de rétablir vos fonctionnalités. Nous n’avons pas l’intention de vous faire du mal. Nous voulons juste établir un dialogue pacifique avec vous afin de mieux vous connaître. En paix. Pour commencer, nous voulons savoir quel âge avez-vous ? Mais également d’où vous venez ?

J’avoue que je suis un peu stressée depuis que j’ai envoyée ma réponse. J’espère juste que je ne me suis pas montrée incisive dans ma démarche qu’il pourrait identifier comme une certaine forme d’agression. J’ai moi-même croisée mes doigts dans mes poches en espérant que ça passe bien. La réponse de la balise ne se fait pas attendre, puisque des phrases défilent verticalement sur l’écran du terminal…. Suivi d’un chiffre astronomique qui me fait écarquiller les yeux, en plus de me faire arquer les yeux. J’ai presque faillie avaler de travers ma salive en voyant ça.

Ah ouais quand même. Ce n’est même pas un âge géologique, mais cosmique qu’on a la….
Sans me tourner vers Dante, je lui fais part des révélations de l’artefact extraterrestre.

- J’ai le plaisir de vous annoncer que la balise devant nous est âgée de…. Attention….. dix milliards d’années. Oui oui, vous m’avez bien entendue. Et non, ce n’est pas une erreur de traduction. Quant à son origine elle dit venir de la technoplanète Hexiron, une planète artificielle mobile.

Ça fait peu d’informations, mais rien qu’avec ça j’apprends des choses intéressantes sur la balise. Pourtant j'ai envie de lui poser pleins de questions. Chaque chose en son temps comme on dit, j'espère juste ne pas être déçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« J'evalue, je prévois, j'agis : mon Don, ma Malédiction. »




Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 6952
ϟ Nombre de Messages RP : 627
ϟ Crédits : Lucius
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mar 20 Juin - 12:21 Message | (#)

En paix. Tels étaient les mots de la criminelle. Deux mots plutôt rassurants, à bien y réfléchir, puisque le risque zéro n'existait pas et qu'il aurait été fort fâcheux de créer un malentendu ou même, à l'inverse, de laisser traîner dans l'Arcanis un organisme numérisé autonome animé d'intentions hostiles et belliqueuses. Ce que d'autres auraient appelé une imprudence, une bévue, un faux pas, Dante le considérait plutôt comme un trait d'audace, comme un pari téméraire, comme un défi lancé à l'impossible. Il était, de toutes façons, paré à réagir à toutes les conséquences de ces interactions naissantes avec la balise.

En revanche, il fut plus préoccupé par ce qui fut déclaré au sujet des « programmes sévèrement endommagés » que la hackeuse de génie tenta de réparer. Qu'arriverait-il si l'organisme numérisé autonome lui-même s'essayait à « réparer » Network ? Celle-ci révéla donc l'âge de la balise : dix milliards d'années. Dante ne put contenir son étonnement. C'était la première fois qu'il rencontrait une entité consciente plus vieille que lui. Golodon et Tali'Koris, à ses côtés, demeuraient conjointement silencieux. Le premier ne cessait pas de prendre des notes.

«  Une techno-planète ? Hexiron ? C'est fascinant.  » Le nom n'évoquait rien. L'expression « technoplanète » couvrait tant de possibles... «  Pensez-vous, Network, pouvoir tirer ou en tout cas affiner les traductions jusqu'à une parfaite translation ? Il faut éviter les quiproquos et les malentendus.  » Puisqu'il était désormais évident que cette balise entretiendrait avec eux des rapports de longue durée, entre entités conscientes, autant poser les jalons d'une relation tranquillisée. S'ils marchaient sur des œufs, dans ce laboratoire, autant le faire avec les meilleures précautions.

«  Présentez-lui ce que je vous ai expliqué. Parlez-lui du temple, de l'astéroïde où nous avons trouvé la balise. Tali'Koris, ouvre pour Network les archives conservés dans les terminaux du vaisseau, qu'elles puissent partager avec notre invité le récit de cette découverte.  » Dante les laissa faire pendant quelques minutes, à l'issue desquelles la « voix » de l'organisme numérisé autonome se fit entendre, ce qui requit bien évidemment les talents d'interprète de Tessa.

«  Nous avons survécu sous cette hyper-structure que vous appelez temple à l'extinction des Zonaréens, ainsi que vous nommeriez cette civilisation si vous les traduisiez. Nous pouvons partager avec vous un lexique et une méthode de translation et version, afin de faciliter l'étude de vos découvertes archéologiques dans cet autre système.  »

Ce qu'il entendait frappait Dante d'une stupeur fascinée. Comme s'il n'était qu'un lapin dont l’œil s’étrécit à la lueur des phares, dans la nuit de l'ignorance. Faisant les cent pas dans le laboratoire, avec une lenteur de vestale, le vieux dragon prit le temps de répondre. Il ne voulait rien précipiter. «  Nous apprécions l'offre généreuse, faîtes-le savoir. Interrogez, Network, les fonctionnalités de la balise et, surtout, le but qui a présidé à sa création.  »

Que faisait-elle sur cet astéroïde ? Avait-elle était placée là par ses créateurs ? Avait-elle été volée par les Zonaréens, qui l'avaient conservée en sûreté, en secret ? Avait-elle dérivé dans l'immensité spatiale jusqu'à percuter l'astéroïde et s'y trouvait coincée ? Dante n'aurait pas freiné l'ardeur qu'il avait de questionner cette chose qu'il ne pouvait comprendre sans l'intermédiaire de Tessa, mais il le devait, pour faciliter les choses et, surtout, ordonner le fil de ses pensées. L'Arcanis s'était rapproché de sa destination mais il n'en avait cure : rien n'existait plus pour lui que ce laboratoire et cette balise.

«  Que faut-il entendre par techno-planète ? Si notre cartographie de la Voie lactée correspond à des schémas connus ou reconnus par la balise, est-il possible de localiser Hexiron ? Si tant est que ce lieu existe encore...  » Après tout, rien ne venait le garantir. Hélas ! Où diable était Dédale, quand Dante avait besoin de lui ? Son expertise des voyages dans les ténèbres de l'espace aurait été là fort utile. Le dragon était lui-même un voyageur, mais devant l'énormité de la découverte, il n'aurait pas refusé l'aide d'un confrère.

Observant Network avec attention, il ajouta à voix basse : «  Si vous avez besoin de vous reposer ou vous ressourcer, nous pouvons procéder par étapes et vous accorder des moments de pause. Mon impatience n'excède pas ma prudence.  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dante Visconti

In furore iustissimae irae
Tu divinitus facis potentem.
Arma, caedes, vindictae, furores,
Angustiae, timores, precedite nos.



Ô rives d'infinis présages !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Salut des rives de la Loire à Nantes
» Dragons saison 4 : Par delà les rives [Avec spoilers] (2016) DreamWorks
» Les réponses sages de Rosy
» Dragons saison 4 : Par delà les rives [Avec spoilers] (2016) DreamWorks
» la chapelle St Jean

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Reste du monde et de la galaxie :: L'espace-