AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Terminus ! Tout le monde descend !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7589
ϟ Nombre de Messages RP : 746
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 18 Mai - 22:57 Message | (#)





Terminus !

Tout le monde descend !




Dante avait entouré d'une grande prudence la préparation du séjour qu'il ferait avec Barrett, dans le Terminus. Quoique le terme puisse désigner quelque hôtel miteux du cœur des États-Unis, de ces bouis-bouis qu'on trouve à l'issue des chemins qui fuient dans le désert, il s'agissait bel et bien du vide interdimensionnel englobant l'infinité de mondes du Multivers, un lieu où la réalité se dissout jusqu'au néant, un lieu en contact avec toutes les dimensions parallèles, un lieu agissant sur elles comme un acide corrosif, rongeant peu à peu les univers jusqu'à les briser, les avaler, les consumer... c'est ainsi qu'est décrit cet endroit dans les esprits du commun, mais de rares initiés, dont le vieux dragon, connaissait la vérité. Dans ce flot d'infinité, les restes épars des mondes perdus s'y trouvaient noyés, agrégés, égarés, comme autant d'îlots encore propices à la présence de vie consciente.

Barrett aurait certainement en mémoire les sinistres événements de 1993. Il n'était pas encore né, à l'époque, mais l'Invasion menée par le seigneur Omega avait été si terrible que sa résonance s'était perpétuée jusqu'à dix ou quinze ans plus tard. Autoproclamé dirigeant du Terminus, le conquérant vaincu y consumait depuis sa rage et ses désirs de vengeance. Par chance pour Barrett, ils n'iraient pas lui rendre visite.

Dante avait opté pour une autre destination : il n'était guère besoin de tenter le diable, et le Terminus, en soi, était déjà un lieu dangereux par nature.  « Es-tu anxieux ? » questionnait-il, tandis qu'au bord d'une longue terrasse des gobelins s'occupaient de réunir des caisses et des malles, destinées à intégrer les soutes du vaisseau. Dante n'avait jamais fait que décrire, pour Barrett, l'aéronef qui leur servirait au « passage » dans le Terminus, mais le jeune homme ne l'avait jamais vu de ses propres yeux.

 « Sache que tu ne risques rien. Nous ne pouvons présager des réactions métaboliques ou physiologiques qui suivront ton immersion dans le Terminus, mais pour tout le reste, je veillerai à notre sécurité. » Dante avait le souvenir très précis des innombrables drones commandés par Omega. Ceux-ci ne leur causeraient aucun problème, si le seigneur respectait toujours les accords passés avec le dragon. Mais souvent seigneur varie, bien fol est qui s'y fie... à peu de choses près. Dante reçut des mains d'un gobelin deux combinaisons qui auraient pu servir à un skieur aux sports d'hiver. « Passe cet habit. Le vaisseau n'est pas ici, nous le prendrons ailleurs, où il fait... très froid. » En effet, l'Arcanis n'était pas simplement « garé » dans le jardin du palais.

Quand ils furent tous deux habillés et rejoints bientôt par d'autres gobelins eux-mêmes parés de vêtements chauds, Dante ouvrit un portail dimensionnel et tous s'y engouffrèrent en ordre de marche. De l'autre côté, ils se trouvèrent sur un caillou de glace, sur une île perdue du sud du Pacifique, appartenant à l'archipel des Balleny. Inhabitée, l'île présentée le cadre idéal – plat et discret – pour les manœuvres du vaisseau.

Au beau milieu de ce décor polaire, l'Arcanis apparut comme un étrange bijou. Des couleurs innombrables, des dorures infinies, des courbes féminines et un subtil élancement formaient l'ensemble de l'aéronef, qui ne s'apparentait en rien aux navettes et vaisseaux créés notamment par la mains de l'homme, homme si avide de conquête spatiale et pourtant si souvent prompt à sacrifier au pratique toutes considérations esthétiques.

Libéré des contraintes de temps et de moyens Dante avait patronné la construction de l'aéronef sans rien céder, et son goût transpirait de tous les éléments qui faisaient de l'Arcanis un vaisseau unique au monde. Tandis que les gobelins s'affairaient pour embarquer les caisses et les malles préparées pour le voyage, Dante invita Barrett à s'approcher.  « Impressionnant, n'est-ce pas ?

Aujourd'hui, hélas, tu ne le verras pas décoller. C'est un spectacle saisissant. »
Le vieux dragon n'avait aucune raison de feindre la modestie ou l'humilité. L'appareil était un condensé de prouesse et de conception techniques : un parfait exemple du mariage heureux de l'intelligence de la main et de la sagacité de l'esprit.  « Ne traînons pas.

À l'intérieur, nous pourrons ôter ces combinaisons. J'étouffe un peu. »
Avec Barrett, il marcherait jusqu'à une grande passerelle et le conduirait jusqu'à la salle de commandement. Là, il le présenterait à l'équipage et donnerait ses premiers ordres ; il n'était pas question de lambiner : bien que cette zone de l'antarctique fût très peu surveillée, il ne souhaitait pas rester à découvert plus longtemps que nécessaire, d'autant qu'il n'était pas assuré de la fiabilité des informations qu'il détenait concernant l'implication du gouvernement néo-zélandais dans les eaux environnantes. Abus de prudence ne nuit jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Agent Junior de l'UNISON
En ligne
avatar

Barrett Anderson

Agent Junior de l'UNISON
Généralités
Linguistic Nerd

ϟ Nombre de Messages : 1509
ϟ Nombre de Messages RP : 254
ϟ Crédits : L.
ϟ Doublons : Atia César - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Josh Hutcherson
ϟ Âge du Personnage : 23 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Analyste linguiste
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 20 Mai - 23:58 Message | (#)

Certaines rencontres vous changent la vie, paraît-il.

Voilà une affirmation que Barrett était bien disposé à croire, en particulier avec tout ce qui s'était passé depuis ce début d'année. Pas besoin d'en faire la liste, surtout avec les quelques exemples tragiques qui y figuraient, cela prendrait trop de temps. Concentrons-nous déjà sur un chapitre imposant : Dante Visconti, le dragon. Cet homme qui l'avait déjà invité à une expérience fantastique avec un voyage au Guatemala lui avait promis une nouvelle destination : le Terminus. Rien que ça. Il était difficile de déterminer qui était le plus curieux par rapport à ce projet peu commun, lui ou Dante ? Dans tous les cas, autant dire que le traducteur arrivait le cœur battant à chaque fois qu'il retrouvait le magicien pour une de leurs rencontres. Et plus l'organisation de ce projet totalement farfelu avançait, moins ça s'arrangeait. Si bien que Dante devait s'en rendre compte car il lui demandait régulièrement comment il allait. Et le jour du départ n'y fit pas exception.

– Je dois avouer que ce n'est pas le sentiment dominant, là, tout de suite, confessa-t-il avec une expression qui devait sans doute ressembler à celle de Charlie devant la chocolaterie de Willy Wonka. Mais pour être complètement honnête, j'imagine qu'il y a bien de l'anxiété quelque part, avec sa nuance de nervosité et quelques unes de leurs voisines.

Un sourire assorti accompagna cet aveux et le linguiste tenta de détourner le regard en observant le labeur des gobelins. Mais même ces drôles de créatures n'arrivaient pas à attirer toute son attention aujourd'hui. L'excitation était trop forte. Peut-être devrait-il leur proposer son aide pour occuper son corps et son esprit et se calmer un peu. Cela dit, il faudrait qu'il puisse être utile tout en surveillant...

– Zola ! Arrête, laisse ce gobelin tranquille, tu l'ennuies, lança Barrett à un Zola bien curieux et joueur qui voulait tripoter une des caisses que transportait ledit gobelin, ainsi retardé dans sa tâche.

L'ordre de son maître parvint à concentrer l'attention du fouineur concerné qui fila monter sur son épaule pour mieux observer le manège de ces drôles de créatures. Il était tout excité lui aussi, d'abord par le lien qui s'était créé avec Barrett, et ensuite parce qu'il n'était pas aveugle et qu'il régnait sur le moment une agitation palpable. Mais aussi risquée sa présence soit-elle, elle était importante pour le traducteur qui n'aurait pas pu se passer de son compagnon pour cette aventure. En plus, l'hypothèse selon laquelle Zola était d'origine extra-dimensionnelle s'avérait de plus en plus probable alors peut-être que ce voyage permettrait d'éclaircir certains points sur ses mystérieuses origines. Peut-être. En vrai, Zola était surtout une boule vivante anti-stress pour le jeune Anderson. Bien sûr, au niveau de l'UNISON, les choses seraient un peu plus délicates, d'un point de vue purement administratif, mais comme le Terminus ne faisait pas vraiment partie des zones dans lesquelles l'organisation étirait sa juridiction, le linguiste estimait ne rien faire de mal. Un raisonnement d'autruche, assurément. Mais cette fois, Barrett n'était pas seul et surtout il était avec quelqu'un qui savait ce qu'il faisait. Les chances que cela se passe mal ou ait des conséquences néfastes étaient donc bien réduites.

A ce sujet :

– Je ne m'inquiète pas là-dessus. Enfin, si, évidemment, un peu, mais j'ai confiance en toi. Et puis, ce qui s'est passé au Guatemala me rassure pas mal sur la question de la sécurité. Sans ça, je pense que j'aurais refusé d'emblée.

Curieux mais pas fou. Barrett se rappelait à quel point la protection de Dante avait été efficace dans ce temps enchanté. C'était quelqu'un de puissant, de toute évidence, et son âge et son vécu, même si bien évidemment l'agent junior n'était pas au courant du dixième du quart de la moitié, inspiraient largement la confiance quant à ses capacités. Et pour ce qui était de ses intentions, même chose, la confiance de Barrett était solide. Peut-être en partie grâce à ses pouvoirs justement. Même si Dante était un dragon, il arborait une apparence humaine et le muté s'était habitué à son langage corporel, au moins pour différencier les mensonges de la vérité. Cela dit, Dante ne mentait pas beaucoup. Il restait parfois vague sur certains sujets, peut-être, mais il ne lui racontait pas vraiment de bobards. De fait, quand le mage lui proposa une tenue des plus chaudes, le jeune homme fut certes étonné mais ne s'en inquiéta pas. Il l'enfila donc docilement. S'en suivit la cérémonie d'ouverture de portail dimensionnelle qui ne fut pas sans donner un sourire amusé/nostalgique à Barrett, songeant à Raphaël. Qui sait ? Peut-être que ces deux-là s'étaient déjà croisés au cours de leurs voyages. Mais bientôt, cette pensée, comme beaucoup d'autres fut balayée par la contemplation d'un certain Arcanis.

– Wow...

Simple, mais très à propos.

– On dirait qu'il n'a rien à envier à l'USS Enterprise, lâcha-t-il sous le coup de l'émotion.

Même Zola semblait admiratif. Barrett le sentait fébrile sur son épaule, comme si l'envie de foncer explorer ce véhicule le secouait jusque dans ses tripes. Heureusement, la créature se retenait, peut-être un peu perturbée par ce changement de climat. Ah, la glace ou le vaisseau, qu'est-ce qui pouvait être le plus intéressant ? Pour le traducteur, la réponse à ce dilemme était évidente. De fait, il ne traîna pas.

– Où est-ce qu'il est stationné en temps normal ? demanda-t-il, à peu près certain que le vaisseau n'était pas ici en permanence.

Ce fut là le début de toute une série de questions plus ou moins techniques, la plupart s'attardant avec gourmandise sur les logiciels et autres processus mathématiques à l’œuvre pour le contrôle de l'appareil. Une avidité qui ne prit fin qu'une fois à l'intérieur, lorsque l'imminence du départ frappa de plein fouet le corps de Barrett. La main qui tenait une lanière de son sac à dos tremblait légèrement. Il commençait à avoir un peu de mal à déglutir. Paradoxalement, Zola, sur son autre épaule, s'était calmé et adoptait une attitude observatrice et attentive. Après avoir ôté sa tenue chauffante, Barrett suivit Dante jusqu'à la salle de commandement. Profitant d'une conversation entre Dante et un gobelin, il fit descendre Zola sur une table et lui expliqua dans leur propre langue des signes qu'il pouvait se promener dans la pièce à condition de ne rien toucher. La créature s'employa alors à coller son museau contre chaque fenêtre et (ou) hublot à sa portée. Le traducteur détourna le regard de son ami poilu pour s'approcher de Dante et écouter ses instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7589
ϟ Nombre de Messages RP : 746
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Lun 22 Mai - 16:39 Message | (#)

L'anxiété et la nervosité de Barrett étaient bien compréhensibles. Ce dernier n'avait jamais mis les pieds dans le Terminus et sans doute n'avait-il jamais mis les pieds hors de la planète Terre. Voyager au moyen d'un vaisseau capable de franchir la barrière de l'espace et des dimensions constituerait pour lui une expérience nouvelle, une « première fois » qui le laissait d'avance fébrile et énervé ; Dante le comprenait et se promit de veiller à apaiser l'esprit du jeune homme.

Ce dernier, très impressionné, fut peu disert quand il découvrit l'aéronef, ce qui provoqua chez le vieux dragon un élan de satisfaction : il était toujours agréable pour lui de constater qu'en dépit des années, il disposait toujours de cartes intéressantes pour émouvoir et éblouir le public qu'il se choisissait. Certes, pour ce voyage, il aurait pu se contenter d'ouvrir avec Barrett un portail pour accéder directement au Terminus, mais leur projet de week-end exploratif nécessitait une organisation plus sérieuse et plus de bagages qu'un simple sac à dos de randonnée.

Quand l'étudiant questionna le lieu de « stationnement » de l'Arcanis en temps normal, Dante se contenta de sourire, puis il consentit à répondre :  « T'a-t-on déjà promis la Lune, Barrett ? » Le sous-entendu était clair. Bien qu'énigmatique, cette réponse en disait long et un jour, peut-être, monsieur Anderson – huhu – se laisserait tenter par une escapade sur le satellite naturel de notre chère planète. D'aucuns s'interrogeraient sûrement : pourquoi Dante révélait-il tant de choses à Barrett, pourquoi l'associait-il à ces renseignements particuliers, pourquoi lui dévoilait-il l'existence de l'Arcanis, alors même que ce vaisseau échappait à la vigilance d'acteurs autrement plus importants sur la scène mondiale, comme certains États ?

Barrett était agent de l'UNISON, Dante ne courait-il pas un risque ? C'était mal connaître dragon si prévoyant : ce dernier avait le bras assez long pour graisser la patte d'individus nombreux et installés en divers postes clefs non point tant de l'organisme lui-même que d'organismes dont l'UNISON dépendait. Dante pratiquait ce jeu depuis trop longtemps pour n'en pas connaître les rouages sur le bout des griffes.

À l'intérieur du vaisseau, dans la salle de commandement, Dante revint donc vers Barrett après quelques minutes d'échange avec une fraction de l'équipage.  « Bien, nous ne devrions plus tarder avant le transfert. Peut-être veux-tu que je t'explique comment tout cela fonctionne ? »

Dante se doutait bien que le jeune étudiant aurait la curiosité de son âge et de sa formation, qu'il serait comme le garçon qui découvre ses premiers émois à l'épreuve de la sensorialité débridée de l'adolescence, de la puberté. Dante rapprocha Barrett du carré central où une interface déployait une carte de la galaxie. Un regard du dragon suffit et un trio de gobelins s'agita près des terminaux pour donner à voir, cette fois, un plan luminescent non plus de la galaxie mais d'une géométrie schématique – pour l'exemple. À mesure que Dante ferait sa démonstration, des formes viendraient illustrer son propos.

 « Voici ce qu'il est commun d'appeler un trou noir, condition limite – le terme est important – qui prévaut lorsqu'une étoile très massive s'est effondrée. Les conditions gravitationnelles d'un tel lieu feraient en sorte que même la lumière ne pourrait s'y échapper. Les lois de la physique, comme nous les connaissons, ne s'y appliquent pas tout à fait, voire pas du tout, mais je t'épargnerai un discours trop théorique ; je ne veux pas t'ennuyer. Si tu le veux bien, plutôt que « trou noir », parlons de « singularité mathématique ». »

Dante se tut pour obtenir l'assentiment de Barrett et veilla à ne point ni l'ennuyer ni le perdre dans une explication trop confuse – encore qu'il s'était montré jusque-là très simple et, surtout, qu'il n'avait point fait intervenir la question du voyage extra-dimensionnel.  « Parlons maintenant des trous de vers. Imaginons une longue feuille de papier et plions-la sans la casser en ramenant un côté près de l'autre. On obtient une sorte de U, voilà... eh bien une fourmi qui vivrait sur cette feuille ne saurait rien de cette courbure, et pour aller d'une extrémité à l'autre, parce qu'elle croirait la feuille plate, elle devrait la parcourir tout entière. Maintenant... » Devant eux, les schémas lumineux s'étiraient toujours pour suivre la démonstration du dragon.

 « Imaginons qu'une paille unisse les deux parties opposées de la feuille, les deux extrémités du U schématique. La fourmi pourrait emprunter la paille, et aurait alors franchi une très grande distance, dans son référentiel, mais en très peu de temps. La fourmi pourrait alors croire avoir dépassé la vitesse de la lumière, mais nous savons qu'il n'en est rien, puisque nous l'avons vu prendre un raccourci. Ces raccourcis sont ce que les scientifiques osent à peine appeler « trous de vers », car ils ne sont pas encore sûrs de leur existence. » Dante et Barrett virent alors apparaître une reproduction holographique de l'Arcanis, qu'on vit aspirer dans un « tunnel » pour passer d'une extrémité à l'autre du cadran central.

La reproduction, en trois dimensions, en couleurs, était magnifique.  « Je n'entrerai pas dans les détails des applications technico-magiques qui président à l'opération, je me souviens bien que la magie te cause des migraines... mais voilà ce qui se passe : l'Arcanis s'absorbe dans une singularité mathématique artificiel pour joindre les autres mondes au moyen d'un trou de ver existant entre les parois de ces mondes et le nôtre. » Il s'agissait donc moins d'ouvrir un portail par où « passer le vaisseau » que d'enrober celui-ci d'une bulle de voyage interdimensionnel. Mais ces détails-là n'étaient que peu intéressants.

Dante ajouta :  « Nul besoin de s'asseoir et d'enclencher sa ceinture, la transition est indolore et presque insensible. Ce n'est pas comme si nous allions décoller pour prendre la route de l'espace... Mais enfin, nous devons attendre que l'embarquement ait pris fin avant de partir. Nous ne pouvons laisser Torgnole et sa clique sur la banquise, ils n'ont pas l'âme de pingouins... veux-tu venir avec moi dans la baie d'observation ? Nous serons plus à l'aise, et tu seras aux premières loges pour voir le Terminus quand nous arriverons. Ton ami est le bienvenue, naturellement. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Agent Junior de l'UNISON
En ligne
avatar

Barrett Anderson

Agent Junior de l'UNISON
Généralités
Linguistic Nerd

ϟ Nombre de Messages : 1509
ϟ Nombre de Messages RP : 254
ϟ Crédits : L.
ϟ Doublons : Atia César - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Josh Hutcherson
ϟ Âge du Personnage : 23 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Analyste linguiste
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 24 Mai - 14:01 Message | (#)

La réponse de Dante ne manqua pas de faire réagir le traducteur : d'abord avec un air d'incompréhension, perdu par le caractère énigmatique de cette réplique, puis avec des yeux ronds étonnés une fois que le sous-entendu fut aperçu.

– Non ? fit-il comme s'il n'y croyait pas.

Pourtant, une part croissante de lui le croyait. Il n'était plus à un miracle près, surtout avec un dragon vieux de plusieurs milliers d'années. Du coup, cette nouvelle vint s'ajouter à la liste des merveilles qui s'imposait aux yeux du traducteur. Un « wow » silencieux se formula sur ses lèvres alors qu'il s'abstint de réclamer plus de détails, de crainte de voir son esprit dérailler à cause de toutes ces révélations bouleversantes. Il y avait de quoi avoir le vertige. Et pourtant, Barrett hocha vigoureusement de la tête pour accepter les explications techniques du chef. Il y avait un peu de masochisme dans l'air, on est d'accord.

Pourtant, Dante présentait ces choses compliquées de manière très simple. Ce qui était relatif car le terme de « singularité mathématique » ne devait pas forcément parler à tout le monde. Mais dans le cas de Barrett, cela généra un assentiment des plus enthousiastes et spontanés. S'ensuivit une démonstration haute en couleurs, au sens propre, et riche en concepts physiques et géométriques plus ou moins obscurs. En grande partie, le linguiste arrivait à suivre le raisonnement de Dante, mais certains concepts lui paraissaient encore trop théoriques pour être bien clairs. Cela dit, son enseignant du jour semblait sûr de lui et au vu de son expérience, il n'y avait aucune raison de remettre son avis en question. Au final, considérer que l'Arcanis était une sorte de théorème spécialisé dans les singularités mathématiques dimensionnelles en question, fait pour être utilisé pour opérer des voyages inter-dimensionnels, c'était une conclusion assez simple. Elle aurait de quoi donner des migraines à un individu normal, mais c'était quand même simple. En tout cas, Zola semblait l'apprécier car il essayait de jouer avec les lumières holographiques. Barrett le regarda faire un moment, sans vraiment le voir, l'esprit un peu embrumé par tous les raisonnements et les perspectives que cette leçon venait de lui inculquer. La proposition de Dante réussit tout de même à le « réveiller ».

– D'accord. finit-il par dire, encore un peu perdu dans ses pensées Zola, ajouta-t-il pour que son compagnon l'accompagne.

Il n'avait pas spécialement envie de le laisser seul, moins pour sa sécurité que pour celle des gobelins... et du vaisseau. Ils suivirent donc docilement, Zola sur l'épaule de son maître, Dante qui les mena sur le pont d'observation (je n'en n'ai trouvé qu'un dans la description sur ton journal) situé sur le pont supérieur. Un pont manifestement dédié à des occupations secondaires et non mécaniques. Encore que les lieux étaient plutôt vastes et que Barrett ne pouvait pas trop formuler de conclusion définitive, même s'il pensait qu'il s'agissait des quartiers du responsable du véhicule, donc de Dante. Enfin tout ça n'était qu'un détail sans trop d'importance au milieu de l'excitation du moment. Sans avoir besoin d'y être invité, le traducteur s'approcha de la baie d'observation. Ils n'étaient pas encore partis mais déjà la vue était spectaculaire et offrait un contraste avec tout ce que Barrett avait connu avant ça. Et la situation actuelle lui donnait un caractère épique à couper le souffle. Et encore, le départ n'avait pas été lancé.

– J'ai l'impression d'être dans le sous-marin de Némo juste avant son expédition. avoua-t-il avec fébrilité.

Mais la parole lui manqua bien vite car le vaisseau n'allait pas tarder à partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7589
ϟ Nombre de Messages RP : 746
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 25 Mai - 17:55 Message | (#)

 « Nous n'allons pourtant pas vingt mille lieues sous les mers... » plaisanta-t-il avec douceur. Il avait conduit Barrett directement au pont supérieur, qui abritait les quartiers de l'amiral et les appartements réservés au dragon.

Ces derniers abritaient une salle de repos dont l'immense baie vitrée favorisait l'observation céleste ou spatiale. Le panorama, aux largeurs improbables, sur l'immense océan pacifique où rien n'apparaissait que les vagues et leur écume et quelques dents de glace, était formidable et peut-être apaisant.

Il aurait pu mener Barrett au troisième pont, où une baie d'observation, près du bar, offrait aux membres de l'équipage le loisir d'un peu de repos et de tranquillité, mais étant donné que le jeune étudiant et lui partageraient les lieux le temps de leur séjour dans le Terminus, c'était aussi l'occasion pour Barrett d'y poser son sac et d'y installer ses affaires.

L'impressionnant camaïeu de bleu qui s'offrait à leurs yeux disparut quand la noirceur d'une nuit soudaine enveloppa le vaisseau. C'était la bulle qui englobait l'Arcanis et le translatait hors de la matérialité de la Terre Prime. Quelques minutes furent nécessaires, sans secousses ni tressautements, pour parvenir à destination. Pendant ces quelques instants, Barrett put peut-être ressentir un long tressaillement lui parcourir l'échine, comme si quelque anguille se faufilait entre ses omoplates, sur ses flancs et jusque dans son pantalon.

 « Cela ira mieux tout à l'heure, après un bon jus de fruits. » Pour d'étonnantes raisons que la science médicale expliquerait sûrement, un apport de sucres rapides immédiatement disponibles aidait à contrer cette soudaine torpeur consécutive au saut dimensionnel. Quand la bulle se dispersa tout autour du vaisseau, une toute autre nuit s'offrit aux yeux de Barrett, qui découvrit un ciel d'encre noire que troublait à peine quelques loupiotes ici et là.

 « Bienvenue dans le Terminus. » Sans doute était-il déçu. Quelle différence avec le vide sidéral des abords de la Terre Prime, sinon l'absence manifeste d'une kyrielle d'étoiles ? Les spécificités de l'environnement du vaisseau ne se révélèrent pas tout de suite.

Pourtant, un regard plein d'acuité remarquerait sans peine que la « nuit » des alentours n'était pas l'obscurité du vide, mais l'obscurité d'un immense océan de ténèbres et sur les parois du vaisseau, sur l'immense baie vitrée, se remuaient quelques spirales et serpentins de cette matière noire et vaporeuse, comme la fumée qui jaillit d'une fracture sous-marine.

Et quelques instants plus tard, à peine quelques secondes, ce brouillard général, sans se dissiper, s'éclaircit pour révéler ce qu'était le Terminus, cet espace entre les dimensions, cette zone de la non-zone.  « Tu as de la chance. Il est plutôt rare de voir des lliwidâns rôder par ici. »

Devant eux, dans le lointain, passait une créature immense, d'une taille comparable à celle du vaisseau, sorte de baleine immense, au corps parcouru d'arcs électriques orangés et parée de voilettes lumineuses.  « Voilà le genre d'êtres vivants qu'on peut voir dans le Terminus. Sois sans crainte, ce ne sont pas des prédateurs. En vérité, ce sont plutôt... des fonctionnaires, en quelque sorte. »

En effet, sur le dos des lliwidâns, de multiples structures s'articulaient, installées comme autant de palanquins géants, pour permettre l'accueil et le transport d'un nombre considérable de passagers.  « Ils sont inoffensifs. Sauf quand ils s'échappent par erreur et arrivent dans des dimensions qui leur sont inconnues... »

La métaphore de l'éléphant dans le magasin de porcelaine était alors tout à fait pertinente. Par chance, la Terre Prime avait été jusque-là épargnée et jamais le Seigneur Omega ne s'était adjoint le service des lliwadâns pour ses guerres, à cause du tempérament très peureux de ces grosses bêtes.

 « Alors, par quoi veux-tu commencer ? Visiterons-nous ce qui ressemble le plus à un espace naturel... ou préfères-tu visiter un centre urbain ? Nous irons où tu voudras. Si tu préfères d'abord faire une sieste, prendre un bain, c'est également possible... » dit-il, un brin provocateur. Dante se doutait bien que Barrett serait pressé d'aller au plus tôt au contact de cette dimension pour lui si importante et essentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Agent Junior de l'UNISON
En ligne
avatar

Barrett Anderson

Agent Junior de l'UNISON
Généralités
Linguistic Nerd

ϟ Nombre de Messages : 1509
ϟ Nombre de Messages RP : 254
ϟ Crédits : L.
ϟ Doublons : Atia César - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Josh Hutcherson
ϟ Âge du Personnage : 23 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Analyste linguiste
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 27 Mai - 17:14 Message | (#)

– Oui et j'espère qu'aucun calamar géant ne viendra nous ennuyer. ajouta-t-il avec humour.

Un humour un peu timide de la part de son narrateur car je dois avouer ne pas avoir lu l'ouvrage en question ni même vu une seule adaptation. Honte sur moi, certes, c'est une lacune qui sera comblée, un jour. En attendant, Barrett restait assez émerveillé par le voyage imminent. Une exploration sous-marine ne l'aurait tout de même pas autant comblé. Sans parler du spectacle et des sensations générés. Le transport se déroula de manière assez étrange et si le traducteur n'avait pas bénéficié des explications préalables de Dante, il aurait probablement été plus perdu que ça. Mais c'étaient surtout les sensations qui l'envahissaient qui l'étonnèrent. Zola y fut sensible également mais pas autant que son maître qui était gratifié d'un autre symptôme que ceux mentionnés par Dante : un courant électrique sourd qui lui traversait le cerveau comme une brise rafraîchissante et pleine de promesses. Cela lui donna la chair de poule ainsi que la gorge sèche. Pourtant, sa bouche restait légèrement entrouverte sous l'effet de la surprise. Et dire que ses premiers vols en avion ne lui avaient pas procuré le quart de ces impressions. Le plus étonnant étant que le muté ne les trouvait pas dérangeantes. Mais ça, c'était sa sensation « à lui », électrique, qui parlait.

– C'est moins désagréable que les oreilles bouchées en avion, assura-t-il en parlant un peu trop vite pour bien cacher son émerveillement.

Ce fut pourtant avec une patience bien déployée qu'il vit le voile dimensionnel disparaître pour laisser place au spectacle du Terminus. Un spectacle somme toute peu original, dirait certains, pourtant, Barrett avait l'impression d'avoir sous les yeux une des merveilles de l'univers. Cette vision était à couper le souffle, mais de manière différente de ces paysages et monuments somptueux qu'il avait pu voir avec Raphaël ou encore avec Dante au Guatemala. Le jeune homme avait l'impression de fixer un abysse infiniment profond et ancien qui ne demanda qu'à l'avaler entièrement. Le tout avec une vague et étrange impression de déjà-vu.

Barrett ne répondit rien au message de bienvenue de Dante mais il avait réussi à fermer la bouche et s'avança pour mieux observer la vue, le regard grave et ému à la fois. Pour lui, c'était comme si le monde tournait au ralenti et sans son. Il paraissait que c'était ce qui arrivait quand on tombait amoureux. Il y avait donc d'autres occasions pour ce genre de phénomène ? Car cela décrivait bien ce qui se passait dans la tête de Barrett. Il voyait ces volutes sombres se mouvoir au ralenti contre le vaisseau, telle une brume qui s'étirait lentement. Il en fut de même pour la créature gigantesque qui  « nageait » au loin. Jusqu'à ce que Dante reprenne la parole et que, comme par miracle, au même moment, le son fonctionna à nouveau pour le traducteur et la vitesse des mouvements revint en mode normal.

– Je ne les voyais pas en prédateurs, ils sont plutôt... beau. jugea le jeune homme d'un air pensif en se rendant compte qu'il était plus sensible à la beauté de ces créatures qu'à celle des animaux qu'on pouvait voir sur Terre.

Cela devait inspirer une certaine jalousie chez Zola car le simien quitta la vitre d'observation pour pincer la jambe de son maître. Il voulait récupérer son attention. Barrett baissa la tête pour le regarder et lui sourire avant de revenir sur sa conversation avec Dante qui décida de le laisser décider de la suite du voyage. Le traducteur avait alors l'impression de se retrouver dans un nouveau jeu offrant un monde totalement ouvert, ignorant quelle direction il devait prendre...

– J'aurais pensé que tu avais prévu tout un programme à suivre à la lettre, fit remarquer Barrett avec humour, non sans montrer que cette liberté lui plaisait bien, malgré cette absence apparente de limite, J'irais bien dans ce que tu appelles un centre urbain, ça m'intrigue beaucoup.

Le terme semblait sous entendre une certaine organisation sociétale ce qui contrastait joyeusement avec l'opinion générale sur le Terminus. Après tout, Barrett était venu en partie pour décoder ces considérations et vérifier si elles étaient avérées ou non, la quête de vérité étant le fil conducteur de tout cela. Ce fut donc dans cette lignée qu'il quémanda de nouvelles information/instructions auprès de Dante une fois que celui-ci eut communiqué leur destination aux personnes concernées.

– Y a-t-il des règles capitales à respecter ou à connaître pour circuler sans accident ? demanda-t-il, désireux d'éviter de se faire des ennemis mortels par un mouvement de sourcils jugé comme étant un crime majeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7589
ϟ Nombre de Messages RP : 746
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Lun 29 Mai - 16:31 Message | (#)

Dante avait expliqué pour Barrett les quelques « règles de survie » nécessaires à tous les visiteurs qui, dans le Terminus, n'en connaissait ni les mœurs ni les coutumes. Il aurait été bien ambitieux de la part du dragon de faire un exposé en quelques minutes de tous les usages locaux susceptibles de s'inviter au détour de leurs aventures du week-end, car le Terminus était par définition et principe l'espace sans-limite, la frontière infinie qui, par porosité, s'étend entre les parois de tous les mondes du Multivers.

Comment dès lors croire décemment que même un être si vieux et si attentif que Dante pût connaître tous les lieux et tous les modes de vie du crû ? En proportion, le Terminus présentait, eu égard à son interminable « superficie », une très faible densité de population et celle-ci s'agrégeait par endroits en nœuds communautaires plus ou moins épais. Les plus connus étaient bien sûr ceux que le seigneur Omega avait placé sous sa directe suzeraineté, mais était-il idiot d'en imaginer mille autres, ailleurs, là où même les lliwadâns n'osent aller ?

Ainsi Dante avait donné ces quelques conseils : ne rien manger qu'il n'ait approuvé : ne pas suivre les lucioles, qui racolent pour les « travailleuses de la bonne et charnelle compagnie » ; ne pas attarder son regard sur les personnes qui se promènent « nues et sans aucun vêtement, car c'est pratique courante où nous allons » ; éviter de marcher dans les rigoles d'évacuation car le contenu des eaux usées peuvent ruiner les semelles des chaussures et jusqu'aux chaussettes.

 « Pour le reste, si tu croises le regard de quelqu'un que tu n'as pas sollicité, évite de le maintenir. Mieux vaut passer pour un timide ou un peureux qui servir de repas à un Chirodonien. Et si quelqu'un te propose « Bah'la, bah'la », tu refuses tout net. Sauf si l'expérience d'une castration tantrique t'intéresse, évidemment. » Dante n'entra pas dans les détails, mais là où ils allaient, les organes génitaux masculins, d'où qu'ils vinssent, à quelque espèce qu'ils appartinssent, étaient, une fois réduits en poudre, une épice de premier choix pour les gourmets locaux.

[…]

Ils étaient donc dans les rues d'un drôle de bourg. Âswall. Installé dans le creux d'une sorte de planète-astéroïde, aux abords d'un immense complexe minier d'extraction de la pythraïte, matière minérale dont le raffinement produit la poussière de Pythra, une substance narcotique dont les propriétés naturelles sont très utiles pour calmer et apaiser tous les êtres vivants ; souvent utilisé pour pacifier les individus animés d'intentions ou de sentiments hostiles, elle est aussi très en vogue dans les grandes « Fumeries » qui font la renommée de ce coin du Terminus, puisqu'on y vient « communier » avec Pythra la Grande, sorte de déesse locale des plaisirs et des révélations.

 « Comme tu le vois, ici, les lois de la physique prennent quelques libertés avec ce que nous connaissons sur la Terre Prime. » En effet, devant eux, la sur se prolongeait sur quelques dizaines de mètres jusqu'à s'élever, littéralement, à la verticale, comme si l'architecte urbain avait pris au mot l'injonction de construire « à angle droit ».

 « Pas trop déçu, Barrett ? On est loin des stations spatiales des grandes sagas cinématographiques... cela dit, je ne sais pas pourquoi l'imagerie populaire, pour illustrer ce que pourrait être le Terminus, s'appuie sur les canons de la science-fiction... nous ne sommes pas « dans l'espace », pourtant...  » Les drones qui suscitèrent tant de terreur et de massacres lors de l'invasion du début des années 1990 étaient sûrement responsables de l'analogie. Âswall n'était qu'une grande cité minière.

Futuriste, mais moins proche de Galactic City que d'une ville qu'aurait pu imaginer un Jules Verne ou un illustrateur de la mouvance steampunk.  « Comment te sens-tu ? Pas trop dépaysé ? » Il y avait sûrement de quoi l'être. Tout autour d'eux, pas un seul visage humain, et de trop rares figures humanoïdes ou anthropomorphiques. Les habitants du bourg ressemblaient à d'étranges mollusques en tenues et coiffés ou masqués d'une coquille de nacre. Ceux-ci les ignoraient, pour la plupart, à l'exception de quelques-uns qui, passant à proximité, saluaient Dante d'un large mouvement de la tête.  « Tu te demandes sans doute pourquoi je t'ai dit, en quittant le vaisseau, qu'aucune combinaison ne serait nécessaire... Eh bien il faut savoir qu'à quelques détails près, l'atmosphère est ici semblable à celui que nous connaissons chez nous. La proportion d'oxygène y est légèrement supérieure, alors n'hésite pas à me dire si quelque chose ne va pas. C'est due aux mines toutes proches : l'extraction de la pythraïte dégage entre autres gaz du dioxygène. »

C'était là une spécificité propre à quelques rares endroits du Terminus, ce qui expliquait certainement pourquoi Dante avait choisi Âswall pour leur première excursion.

Say hi ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Agent Junior de l'UNISON
En ligne
avatar

Barrett Anderson

Agent Junior de l'UNISON
Généralités
Linguistic Nerd

ϟ Nombre de Messages : 1509
ϟ Nombre de Messages RP : 254
ϟ Crédits : L.
ϟ Doublons : Atia César - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Josh Hutcherson
ϟ Âge du Personnage : 23 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Analyste linguiste
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 30 Mai - 15:20 Message | (#)

Le discours préventif de Dante aurait certainement paru étrange aux oreilles d'une personne considérée comme étant « normale », mais il comprenait exactement le genre de chose auquel l'esprit de Barrett s'était préparé. De fait, il ne fut pas si étonné que ça d'entendre parler de lucioles proxénètes ou encore de nudisme standardisé. Bon, pour être honnête, il n'avait jamais vraiment songé à ces exemples-ci tels quels, mais l'exotisme de ces mœurs correspondait assez bien à celui qu'il s'imaginait en pensant à u voyage inter-dimensionnel. Il était logique que le dépaysement soit encore plus radicale que le simple fait de changer d'hémisphère terrien. Et étant lui-même étranger à tout cela, le traducteur ne voyait pas l'intérêt d'émettre un jugement personnel. Ce n'était pas sa place.

– Entendu, je tâcherai de m'en souvenir. assura-t-il comme si on venait simplement de lui dire qu'un ascenseur était en panne.

Et puis au moins on n'avait pas à s'inquiéter de voir sa mémoire flancher. En particulier pour ce qui concernait des traditions les plus violentes. Sans avoir l'air complètement choqué (encore une fois, c'était une autre « culture »), le jeune homme encaissa avec sérieux les explications de Dante pour préserver ses organes sexuels.

– Je... Non... J'allais te demander comment tu as eu connaissance de cette pratique, mais je crois qu'il vaut peut-être mieux ne pas savoir. conclut-il après quelques hésitation.

Imaginer Dante se faire châtrer ou encore dégusté un plat assaisonné de cette épice exotique n'était pas franchement rassurant. Et même le muté se doutait que cela amènerait une certaine gêne dans la conversation.

… … …

Ce fut beaucoup moins gêné qu'enthousiaste que Barrett déambulait, aux côté de Dante, dans le petit bourg où il les avait amenés. Même Zola était assez béat pour ne pas laisser sa curiosité s'exprimer physiquement, il restait sur l'épaule de son maître, le regard vif mais sage. L'agent junior, pour sa part, savait encore moins sur quoi il devait se concentrer. Sur les espèces qu'ils croisaient ? Non, Dante lui avait déconseillé de trop dévisager les autochtones. Sur les merveilles architecturales ? Les petites/grosses entorses aux règles de la physique. Trop de choses. Trop de merveilles. Même si le jeune homme n'avait pas de sourire niais sur la frimousse, il n'en demeurait pas moins extatique. Et peut-être aussi un peu en adoration. Il n'avait jamais été du genre fanatique pour quoi que ce soit, mais dans cet endroit, dans le Terminus, plus généralement, il sentait des picotements et autres frissons le parcourir de partout. Pour la première fois, il comprenait la révérence spirituelle que certaines personnes pouvaient avoir dans certains lieux ou devant certaines créations. Comme si l'adjectif « sacré » prenait un tout autre sens à ses yeux, un sens presque palpable. Le jeune homme restait assez silencieux lors de son exploration, prenant rarement la parole de son propre chef. Par contre, il répondait volontiers aux questions de Dante, même si c'était avec un petit temps de retard qui ne lui était pas habituel.

– Je pense que j'aurais sûrement été déçu si ça ressemblait en tout point à ce que nos œuvres de fiction montrent. Et les gens pensent ça parce que c'est plus simple pour eux. Y a le même genre de raccourci qui se crée sur d'autres sujets, comme par exemple avec ces gens qui pensent que Frankenstein désigne le monstre et non son créateur. Le concept d'espace entre et autours des réalités est trop dur à concevoir. Ça changera peut-être un jour. Après tout, l'imagerie spatiale aussi a eu droit à beaucoup de tâtonnements dans ses représentations.

Avec ce genre de réponse, on ne pouvait pas trop s'inquiéter de l'état mental de notre jeune traducteur. Tout allait bien dans le meilleur ds Terminus.

– Étonnamment pas, non. Je me sens même très bien. répondit-il à la question légitime de Dante.

C'était assez étrange d'ailleurs. Il avait conscience du caractère « alien » de l'endroit où il se trouvait, ou encore de sa propre différence par rapport à ces lieux, mais il ne s'y sentait pas vraiment étranger. Au contraire. Même s'il ne comprenait pas tout ce qu'il voyait, rien ne l'étonnait vraiment... Il avait l'impression que tout était « normal », comme les choses devaient être. C'était assez perturbant à décrire d'ailleurs.

– C'est bizarre, d'ailleurs, non ? Je veux dire... C'est la première fois que je quitte la Terre, je devrais être... je ne sais pas, un peu jetlag, avoir la migraine, des crampes d'estomac ou quelque chose du genre, non ?

Dante lui apporta de petites précisions atmosphériques qui répondirent à certaines des vagues interrogations que Barrett avait sur le sujet. Pourtant, une part de lui avait l'impression qu'il savait déjà tout cela, avant même d'avoir atterrit. Vraiment très bizarre... Tellement que le jeune homme n'en parla pas, incapable d'y mettre de bons mots, et se contenta de hocher la tête. Par la suite, leur excursion les mena dans une sorte de cube géant à l'intérieur duquel chaque surface était accessible, autre caprice de la physique qui aurait pu faire de l'ombre au film Inception. C'était une sorte de marché où chacun proposait ses propres produits conçus à partir de cette fameuse pythraïte, un artisanat qui n'avait pas autant de succès que la revente de la matière première en elle-même mais qui devait tout de même être très profitable vu le nombre de stands qui s'y trouvaient. Au milieu d'une de ces allées, sur la face verticale A, d'après les estimations géométriques de Barrett, Zola quitta l'épaule de ce dernier pour approcher le museau d'une sorte de tapis recouvert de flacons semblables à ceux de parfums. Apparemment, l'odeur plaisait beaucoup à l'animal. Le traducteur se dépêcha d'aller le rejoindre pour modérer son enthousiasme.

Aucun d'entre eux ne réalisa qu'un peu plus loin, dans un petit vaisseau ouvert aux allures de camion de marchand de glace, un petit groupe d'aliens, à défaut d'un meilleur terme, aux silhouettes humanoïdes, observaient Barrett et Zola avec beaucoup d'attention. Un peu trop, peut-être.

[Langage inconnu] – Vous sentez ça ?
[Langage inconnu] – Comment-est-ce possible ? C'est un organique, pourtant !
[Langage inconnu] – Suivez-le. Discrètement. Maintenez les communications. N'entre pas en contact tant qu'on n'en saura pas plus. Je vais mobiliser nos contacts.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7589
ϟ Nombre de Messages RP : 746
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mer 31 Mai - 16:49 Message | (#)

Barrett les avaient entraînés dans un carrefour pluri-dimensionnel, au sein des « villes » du Terminus, comme il en existe tant en ce lieu de perdition des lois physiques et naturelles. Pourtant, se trouvait là recréée une scène commune à tous les carrefours de tout le Multivers, à toutes les « places » et autres nœuds urbains par où se croisent les rues, les routes, les liaisons et les corridors de circulation.

Tout autour d'eux se pressaient une foule dense de piétons et de badauds occupés à leurs affaires, mais pas seulement, car on remarquait aussi quelques animaux qui divaguaient, qui ajoutaient à la cacophonie des cris et des encombrements. Étrangement, personne n'osait faire obstacle au passage de Dante, si bien que ni lui ni Barrett n'étaient jamais coincés.

Il y avait là, dans ce cube et dans ses environs, tout un peuple de colporteurs, de batteurs de pavé, de boutiquiers ambulants et de chalands intéressés. Vendeurs à découvert, porteurs de tablettes, à pied, avec sacs et hottes sur les épaules, tirant charrette de ferraille ou menant quelque étrange bestiole de bât, ils étaient nombreux à interpeller, à apostropher, à faire une réclame grossière pour ce qu'ils avaient à la vente. Sur des tréteaux improvisés, parfois devant les portes des habitations ou sous les porches des immeubles, certains mêmes aux fenêtres et sur les balcons, pour la clientèle volante, tous formaient le concert des « crieries » d'Âswall.

Dante, habitué, n'y faisait plus attention. Sur les étals se côtoyaient sans ordre et sans rationalité les produits de toutes les sortes, des légumes aux poudres odorantes en passant par les poissons et les pâtés, les articles de quincaillerie et les huiles de moteur. Il n'était pas rare qu'un beau poisson d'ailleurs eût les écailles noircies d'une éclaboussure de vidange, ce qui parfois augurait de sévères disputes entre marchands.

Quand Barrett retrouva Zola et sut le convaincre de modérer sa curiosité, Dante laissa quelques billets d'une monnaie locale sur la table du vendeur à la sauvette. En effet, l'animal avait malheureusement mis le pied dans un saladier plein d'une poudre rosâtre, et la vendeur se plaignait dans sa langue qu'il ne pourrait plus ni la vendre ni la donner à ses compagnes pour le bain. L'argent le fit taire, bien qu'il gardât pour eux l’œil méfiant... encore qu'il fut difficile de distinguer des yeux bien nets sous cette coquille de nacre.

 « Vérifie surtout qu'il n'avale rien de la poudre qui lui barbouille le poil. » Mieux valait préserver Zola d'une réaction allergique et, surtout, d'une crise de folie passagère, avec hallucinations et hausse brutale de la tension...  « Nul ne saurait jamais prévoir quelles réactions suivront l'immersion dans le Terminus. Il y a des zones où je ne peux aller, si je veux survivre... je l'ai appris à mes dépens, ce qui est certainement illogique, mais après tout... »

La logique, ici, cédait le pas, souvent, à la déraison des phénomènes et de « l'inexplicabilité » générale.  « Tu te sens bien, vous semblez bien, ce n'est pas étonnant. Âswall reproduit un cocon, un environnement proche de ce que tu connais déjà, même s'il est pétri de tout ce qui fait l'originalité de l'espace entre les espaces où nous sommes... il ne me paraît donc pas étonnant de constater que tu ne souffres pas physiquement de cette escapade. » Le vendeur, qui les écoutait en silence et en toute discrétion, se rapprocha pour agiter sous leur nez un flacon de bel ambre, plein d'un liquide violacé.

 « [Langage inconnu][i]Non merci, le « sshêlin » n'a pas de puces. Enfin je crois ? Zola n'a pas de puces, n'est-ce pas ? » Dante aurait trouvé fort amusant d'avoir à imposer aux membres de l'équipage du vaisseau un grand nettoyage pour cause d'infestation de parasites... mais par chance, Zola jouissait des bons soins de son ami Barrett et ce dernier veillait à ce qu'il soit propre de toute présence microscopique hostile. Le vendeur, nullement impressionné, délesta le flacon pour un autre article, un coffret plein de mousse. Il en présenta les grandes vertus et les bonnes qualités mais Dante, une fois de plus, l'interrompit.

 « Nous n'avons pas besoin de nous divertir l’œil et l'esprit, merci. » Il fourra un dernier billet entre les tentacules de l'alien et invita Barrett à le suivre ailleurs, loin de ce trop envahissant démarcheur.  « Tu verras qu'ils sont tous comme ça, par ici. Impossible pour eux de concevoir que tu sois là pour seulement « visiter ». Certains te paieront même pour que tu leur achètes quelque chose ! Sauf s'ils voient les sergents, bien sûr. Mais c'est plutôt rare. »][/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Agent Junior de l'UNISON
En ligne
avatar

Barrett Anderson

Agent Junior de l'UNISON
Généralités
Linguistic Nerd

ϟ Nombre de Messages : 1509
ϟ Nombre de Messages RP : 254
ϟ Crédits : L.
ϟ Doublons : Atia César - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Josh Hutcherson
ϟ Âge du Personnage : 23 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Analyste linguiste
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 4 Juin - 18:01 Message | (#)

Ben voilà, cette merveilleuse expédition fut interrompue par les caprices de Zola. Barrett comprenait maintenant ce que certaines de ses connaissances avaient voulu dire en se plaignant de ne pouvoir voyager comme ils l'entendaient à cause de leurs animaux de compagnie. Mais enfin, le jeune homme était tout de même content d'avoir son ami avec lui pour cette aventure. Un peu sur le côté de l'allée où ils se trouvaient, pour ne pas déranger le passage, leur groupe resta là le temps que le traducteur dépoussière son compagnon poilu pour éviter les incidents que citait Dante. Cela ne l'empêcha pas de converser, naturellement.

– En quoi est-ce illogique ? demanda-t-il comme s'il se retrouvait confronté à un problème de mathématique surprise Juste parce que tu as dis que personne ne pouvait faire de prédiction avérée au sujet du Terminus ? Non je pense que ça ne s'oppose pas. L'inconnu n'empêche pas de générer des hypothèses vérifiées même si celles-ci finissent par être modifiées par de nouvelles découvertes.

Voilà un sujet cognitif assez particulier, pourtant Barrett était plutôt à l'aise avec ça. Sans doute parce qu'il menait lui-même ce genre de raisonnement au quotidien... mais avec des sujets sans doute plus « simples » que celui des lois de la physique au sein du Terminus. Enfin simples... pas pour lui, justement.

– Ah, tant mieux. répondit le traducteur en apprenant que son état de santé tout à fait sain n'était pas une aberration.

Cela dit, une part de lui-même ne savait pas s'il était réellement content de l'apprendre où s'il n'y avait pas aussi une petite déception. Cette pensée n'eut cependant pas l'occasion d'être approfondie car on leur proposa un produit pour soulager Zola de puces, ou quelque chose du genre. Après une petite seconde de silence, signifiant que son cerveau travaillait à analyser la langue parlée, Barrett répondit :

[Même langue inconnue] – Non, il n'a pas de puce, ni même de parasites de ce genre. Avec sa vitesse, les vibrations de son corps les expédient quasiment instantanément. expliqua-t-il.

Sauf si les puces en question étaient particulièrement tenaces et/ou bien équipées. Mais cela, il préféra ne pas le préciser. Peut-être que les vendeurs du coin n'hésiteraient pas à en venir à de telles extrémités pour rendre une journée aussi profitable que possible. Une préoccupation capitaliste décidément bien ancrée ici car Dante dut se délester d'un bille supplémentaire pour leur accorder un peu de liberté. Barrett tâcha donc de bien le suivre sans traîner, en incitant Zola à remonter et à bien rester sur son épaule.

– Il faudra que tu me dises combien tu as dû débourser. J'essaierai de te rembourser au plus vite.

Parce que bon, Zola était un peu responsable de cette pause dépensière et que sur Terre, Barrett aurait tout naturellement mis la main au portefeuille. Pas de raison que cela change ici. Sauf peut-être si le taux de conversion en ces lieux était beaucoup plus grand que ce qu'il pensait... Néanmoins, ce n'était pas ça qui le préoccupait le plus, pour le moment. Il repensait notamment à la langue qu'ils venaient d'entendre et d'utiliser.

– Cette langue... c'est étrange j'y ai trouvé de rares points communs avec la langue des Grues. Mais c'est tout, pour le reste, ça ne ressemble à rien de ce que j'ai pu étudier.

Un constat qui n'était pas sans lui laisser un enthousiasme fébrile assez visible. Si bien que le jeune Anderson oubliait parfois de maintenir son attention sur Zola et que celui-ci faillit s'échapper à nouveau au moins trois fois. Et ce n'était pas le seul sujet qui mobilisait la curiosité et l'intérêt du muté.

– Que sont ces « sergents » ? Est-ce l'équivalent des forces de l'ordre ? Mais alors quel est le...

Le torrent de questions de Barrett fut cependant interrompu par l'apparition d'un nouveau personnage de sexe féminin (si on se référait aux critères humains) et dont l'apparence ressemblait fortement à celle de ces shi'ar, qu'une rapide recherche google permettrait de visualiser. Le corps de celle-ci était assez mince ce qui lui donnait une silhouette élancée même si elle était un peu moins grande que Dante (sauf si on comptait les cheveux). Ce fut avec une voix à la fois mielleuse et excitée qu'elle s'écria :

– Des Terriens ! C'est merveilleux ! Depuis le temps que je n'en n'ai pas vus ! Je me présente, Dahea', chasseuse de merveilles et vous deux êtes des spécimens pour le moins rare. Laissez-moi vous dire d'emblée que je suis tout à fait prête à dépenser une véritable FORTUNE pour l'acquisition de vos organes sexuels. Il paraît que les scientifiques en raffolent. Mais... son discours dynamique prononcé dans un anglais à l'accent (indien?) très prononcé fut coupé dans son élan car elle vit quelque chose qui la perturba un peu. En effet, Dahea' avait les yeux baissés sur l'entrejambe de ses interlocuteurs, comme si elle pouvait voir à travers les vêtements qui les recouvraient Mais on dirait que votre espèce ne dispose pas d'une physiologie bien uniformisée. La forme, la taille, le diamètre ne sont pas identique... ce qui devait être sacrément triste pour elle, à en croire son air un peu déçu. De toute évidence, si elle connaissait les prix de la marchandise, elle n'en n'avait pas vue en vrai. Allez, ce n'est pas grave, foi de Dahea', je vous proposerais un prix proportionnel à l'importance de vos parties. Qu'en dites-vous, messieurs ?

Pour sa part, Barrett, complètement perdu, ne savait pas du tout quoi en dire... ni même quoi en penser. Enfin il n'y avait pas besoin de préciser qu'il ne comptait pas vraiment se départir de ses organes génitaux. Peu au fait de la démarche à suivre, il tourna la tête vers Dante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7589
ϟ Nombre de Messages RP : 746
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Lun 5 Juin - 22:45 Message | (#)

 « C'est illogique parce que je te parle de lieux « où je ne peux aller si je veux survivre ». Or si j'y étais allé, si j'y étais, mort, comment serais-je revenu pour en parler ? » avait-il répondu, en toute simplicité, à la question précise de Barrett.

Quand il fut question de Zola et des possibles parasites que la créature hébergeait sur son dos, Dante fit la moue. Le jeune homme, dont la naïveté avait le parfum touchant de sa jeunesse et de son inexpérience et éveillait dans les yeux du dragon des sentiments d'une infinie douceur, venait d'expliquer l'extrême « propreté » de Zola par sa vitesse : les vibrations émises par le corps de la bête seraient assez vives pour « expédier » sans délai les squatteurs et squatteuses indésirables.

Il venait de le dire dans la langue locale et bien entendu, le vendeur près d'eux n'en manqua pas un mot. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il ne se mettrait pas en tête de capturer le malheureux animal... Dante se demanda s'il n'aurait pas dû imposer à Barrett de tenir Zola en laisse... et lui-même se demanda s'il n'aurait pas dû faire ainsi pour garder Barrett à ses côtés et le préserver d'un rapt impromptu. Ils s'éloignèrent et Dante fut fort surpris d'entendre son jeune ami lui parler de le « rembourser au plus vite ».

Il en fut si surpris qu'il dut s'arrêter pour écarquiller les yeux, toiser Barrett et éclater de rire, d'un rire de taverne ou de bistrot, d'un rire où la franchise s'offrait au grand jour comme le soleil s'offre à l'aurore.  « Si tu y tiens... ça fait quarante zéons, ce qui doit correspondre à hum... bonne question... voyons... pas loin de seize cent dollars. »

Le vieux dragon, de toutes façons, ne réclamerait jamais cette dette qu'il considérait inepte et sotte ; il n'était pas là pour « pinailler », ni pour tenir, à l'égard de Barrett, des comptes d'apothicaires. Il est d'ailleurs saisissant de constater qu'on prétend d'abord aimer sans compter pour finalement s'adonner aux plus exécrables exercices de comptabilité, quand les sentiments s'éteignent et qu'il faut, dans la séparation, partager ce qui n'est plus la communauté, mais le butin.

 « C'est étrange, mais est-ce si étonnant ? Le Terminus, ne l'oublie jamais, communique « naturellement », avec toutes les dimensions, pas seulement par des canaux existants, mais un peu comme l'eau de la mer touche tous les poissons qui s'y promènent. Concernant les langues, mais pas seulement, tu trouveras ici des influences parfois familières, parfois étrangères. »

Il ajouta, plus léger :  « C'est assez amusant, tu vois les liens de la langue d'Âswall avec la langue Grue, mais à mon oreille j'entends une parenté avec trois autres langues qui pourtant n'ont rien de commun avec la langue de nos chers envahisseurs. J'imagine qu'un Champollion aurait ici de nombreux sujets d'émerveillement. » Il n'avait pas nommé la langue locale, et pour cause, elle n'avait pas d'intitulé spécial, puisqu'il s'agissait d'un agrégat de dialectes plus ou moins unis par la pratique courante, qui s'était constitué sur plusieurs siècles et servait à présent de « langue officielle » à tous les voyageurs et résidents de la cité minière. En général, il suffisait de quelques jours à n'importe qui pour en apprendre les fondamentaux et les rudiments nécessaires à un séjour réussi.

Ils marchaient en paix quand ils furent interrompus par l'apparition surprise d'une alien bien différente des mollusques à coquille faciale qui peuplaient en majorité la station-astéroïde. Celle-ci partit d'une déclaration fort curieuse et très orientée. Dante demeura impassible, mais il n'eut pas besoin de jeter un coup d’œil à son compagnon d'aventure pour deviner qu'il ne savait ni quoi dire ni quoi faire. Avec une placidité ou suspecte ou bienheureuse, Dante haussa les épaules et se frotta le menton comme s'il considérait l'offre de la dénommée Dahea'.

 « Je ne suis navré mais je crains d'être trop cher pour vous. Quant à ce jeune homme, je regrette, mais il n'est pas à vendre. Ni en entier, ni en pièces détachées. Il vous faudra vous rabattre sur les pénis d' Æchinodiens. La matière sera moins dense et ferme, mais vous trouverez toujours des vendeurs, puisque les appendices repoussent. Bonne journée. »

    Jet de dé – I :
    Réussite : Dahea', consciente qu'elle n'y réussira pas, renonce à insister.
    Échec : Dahea' insiste et prétend user de coercition.

    Jet de dé – II, si échec au I :
    Réussite : Des sergents passent tout près et interviennent.
    Échec : Les sergents ont mieux à faire.


 « C'est dommage, vraiment dommage... tenez, prenez ce xenophone, gardez-le, et si vous changez d'avis avant votre départ, n'hésitez pas, confiez-moi vos pénis, ils seront bien utilisés. » Et la belle Dahea' de s'en aller sans insister davantage. Dante l'observa qui partait et confia l'appareil qu'elle venait de lui donner au néant invisible d'une de ses poches. Il soupira.

 « Comme je te disais... ici, tout s'achète, tout se vend. » Dante regarda Barrett de la tête au pied. Il sourit et même quelques éclats de rire vinrent témoigner de son amusement.  « Sois sans crainte. Tes extrémités sont sauves, avec moi. » Il n'alla pas plus loin. Se souvenant de l'odieux tatouage qu'il avait vu sur le corps de Barrett, il n'avait pas oublié quel difficile rapport ce dernier entretenait à son intimité et aux contacts physiques. Ces choses-là avaient un peu changé, mais serait-il jamais guéri du traumatisme ?


Dernière édition par Dante Visconti le Lun 5 Juin - 22:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3458
ϟ Nombre de Messages RP : 3106
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Lun 5 Juin - 22:45 Message | (#)

Le membre 'Dante Visconti' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Agent Junior de l'UNISON
En ligne
avatar

Barrett Anderson

Agent Junior de l'UNISON
Généralités
Linguistic Nerd

ϟ Nombre de Messages : 1509
ϟ Nombre de Messages RP : 254
ϟ Crédits : L.
ϟ Doublons : Atia César - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Josh Hutcherson
ϟ Âge du Personnage : 23 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Analyste linguiste
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 7 Juin - 13:03 Message | (#)

Bon, apparemment, Barrett et Dante ne partageaient pas la même logique. Mais ce n'était pas étonnant car le jeune homme savait déjà que sa logique était rarement la même que celle des autres. Ceux qui la partageaient se comptaient facilement sur les doigts d'une main. Enfin en l'occurrence, le jeune homme ne trouvait pas le raisonnement de son interlocuteur très cohérent. Sans doute parce que lui ne connaissait pas les grandes lois du Terminus. Mais s'il comparait la chose avec ce qu'il connaissait, il obtenait des résultats contraires. Mais bon, comparer le Terminus à ce qu'il pouvait y avoir sur Terre, et autour, ça n'avait sans doute pas trop de sens, surtout du point de vue de quelqu'un comme Dante. Il y avait une différence de point de vue que Barrett ne pouvait pas combler pour l'instant.

Et ce n'était pas la seule différence qu'il y avait.

– Je vois... hum... tu accepterais les paiements en plusieurs fois ? demanda Barrett, sincèrement embarrassé par cette question financière.

Cela dit, de toute évidence, Dante ne prenait pas la chose au sérieux et ne s'était même pas attendu à ce que Barrett le rembourse. Drôle de façon de penser... encore une fois d'après le muté. Mais là, celui-ci arrivait à peu près à comprendre le pourquoi du comment. Les préoccupations du dragon devaient être bien éloignées de ces considérations financières. Surtout que d'après ce que le traducteur avait pu observer, son guide ne manquait pas de richesses. Cependant, ce sujet fut facilement emporté par le courant d'un autre, fascinant aux oreilles du linguiste : les langues, justement.

– C'est incroyable, cette pluralité linguistique. A croire que cette dimension... non, cette bulle à dimensions, est naturellement capable de les intégrer à son système... voire même à tout intégrer, apparemment.

Pas seulement les langues, donc. Cette théorie avait moins pour but de nourrir la conversation que d'exprimer les découvertes progressives de Barrett sur le Terminus ainsi que leur lien potentiel avec ses pouvoirs. Même si cette dernière partie restait encore très théoriques. Mais la théorie n'était pas maîtresse en ces lieux car tout le monde essayait de vous vendre ou de vous acheter quelque chose. Parfois même des choses assez importantes. Le jeune homme dut donc abandonner toutes ses réflexions pour gérer la situation. Heureusement, Dante y arriva efficacement. Une bonne chose car Barrett aurait eu du mal à refuser catégoriquement en s'empêchant de poser des questions sur les pratiques de cette Dahea' et sur l'utilité xéno-scientifique des organes sexuels masculins. Une curiosité qui aurait sans doute laissé le doute sur sa réponse réelle.

– C'est... étrange. On dirait que les considérations morales sont très différentes ici... Ou bien chaque individu possède sa propre morale. Mais alors la cohabitation de tous ces mœurs doit être délicate, non ? demanda-t-il, naturellement plus intéressé par l'aspect sociétal du sujet que par le fait d'avoir échappé à une émasculation ou même le fait d'avoir entendu une inconnue comparer les dimensions de son sexe à celles de Dante.

Chacun ses priorités, donc.

Et pour certains observateurs, ses priorités se résumaient soient à cet humain muté soit à Zola... soit encore peut-être à leur protecteur...

    Souci du Terminus 1 :
    Réussite : Les types intéressés par Barrett interviennent
    Échec: Pas encore

    Souci du Terminus 2 :
    Réussite : Le type intéressé par Zola intervient
    Échec: Pas encore

    Souci du Terminus 3 :
    Réussite : Une vieille connaissance de Dante se pointe
    Échec: Personne


[Langue inconnue #2] – Mais que vois-je ? Serait-ce ce vieux Dante ? Quelle étrange coïncidence que nous nous retrouvions ici ![/color] lança une personne emmitouflée dans ce qui ressemblait à une cape de voyage en s'approchant de Dante.

Le nouveau venu avait une voix manifestement non humaine et quant à la langue qu'il utilisait, Barrett ne la comprit pas tout de suite. Il fallait un peu de temps pour que son pouvoir s'active, surtout avec des langues non terrestres. Mais déjà, il n'arriva pas à déterminer si le ton utilisé était joyeux ou au contraire menaçant. C'était vous dire la complexité, ou plutôt l'originalité de la langue aux oreilles du traducteur.

Cela dit, le jeune homme n'aura pas vraiment l'occasion de se concentrer dessus car peu de temps après l'arrivée de ce nouveau personnage, plusieurs choses s'enchaînèrent. D'abord, la patrouille de Sergents qui se trouvait proche d'eux explosa, littéralement, ciblée par le groupe d'individus désireux de mettre la main sur Barrett. Ensuite, presque instantanément, bien que le Hasard y fût pour beaucoup, Zola reçu une fléchette dans le dos ce qui le fit sursauter et crier de douleur. La créature tomba par terre et tenta de s'éloigner comme pour se mettre à l'abri. Un peu plus loin derrière eux, à l'abri des regards de par le chaos qui régnait à présent, le tireur prépara son filet. Le jeune Anderson tenta pour sa part de rattraper Zola.

– Zola !? Qu'est-ce qui t'arrive ! Viens, dépêche-toi, laisse-moi voir ce qui ne va pas. Ça va aller.

Des paroles en partie un peu creuse car la panique et le chaos qui se développaient n'étaient pas pour rassurer Barrett, surtout que la foule réagit avec une violence qui n'était pas complètement différente de celle de la Terre, encore qu'il y avait ici plus de colère que de peur. Le problème, c'était que rattraper Zola en se faisant bousculer et sans perdre Dante de vue, ça n'allait pas être simple...


Dernière édition par Barrett Anderson le Mer 7 Juin - 13:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3458
ϟ Nombre de Messages RP : 3106
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Mer 7 Juin - 13:03 Message | (#)

Le membre 'Barrett Anderson' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7589
ϟ Nombre de Messages RP : 746
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Sam 10 Juin - 17:14 Message | (#)

Barrett n'avait pas tort. Le Terminus était le lieu de tous les possibles – à l'image de cette rencontre imprévue. Le figure encapuchonnée se révéla en même temps qu'elle apostrophait le vieux dragon. Ce n'était pas un inconnu. Dante, dont la mémoire était habile comme le petit ouistiti des îles, profonde comme la fosse des Mariannes, identifia naturellement la vieille connaissance.

Le fils de Samara, reine du Carnage, c'était le prince Alicâr. Sous la cape noire, plus épaisse que le ciel noir tout autour de l'astéroïde, le prince affichait des yeux d'or, une peau sombre et veloutée comme la tendre chair des citrouilles, des cheveux blancs comme l'écume des vagues.

«  Âlicar. Quelle surprenante... rencontre.  » Depuis combien de temps ne s'étaient-ils vus ? Plusieurs années ? Plusieurs décennies ? Plus de sept cent ans, en vérité, sept siècles d'absence et d'absolu silence, comme si quelque rideau hermétique entre eux s'était tendu. «  La dernière fois, tu m'as laissé croupir dans une cage de fer au beau milieu de la mer des Pleurs infinis.  » Le prince Alicâr ne put hélas s'en expliquer ni rien ajouter.

Une grande humeur saisit leur location, quand Barrett et Zola furent la cible d'une double conspiration aux tentacules s'enchevêtrant comme les racines de deux arbres luttant pour le même coin de terre. Dante vit le cours des choses s'emballer si rapidement qu'il en aurait éprouvé des nausées et des haut-le-cœur, s'il n'avait été homme d'action et de réaction. Dès l'explosion de la patrouille des sergents, qui projeta tout autour sa bouillabaisse d'éclats de coquille et de gelée puante, de chitine et de cartilage iodés.

Il ne restait plus rien de la maréchaussée locale, rien qu'un amas de vêtements, babioles et viscères ! Une chatte marseillaise n'y eût pas retrouvé ses petits. L'attentat provoqua la stupeur et la colère de tout le voisinage, mais quelqu'un en profita pour cibler Zola et tenter sa capture. Une fléchette, probablement vecteur d'un puissant narcotique, avait frappé la bête. Malheur !

Quelqu'un dans l'ombre préparait son filet. Mais ce n'était pas tout. Les sergents n'étaient pas les dommages collatéraux de la manœuvre destinée à embarquer Zola vers l'avenir sombre des bestioles qu'on braconne au fond du bois. Ils devaient leur triste sort à d'autres individus, dont les intentions n'étaient pas moins misérables. Ceux-ci en avaient après Barrett, mais demeuraient dans l'ombre, sans encore intervenir ouvertement, peut-être contrariés par la simultanéité de l'opération menée contre Zola.

Dante s'élança à la suite de Barrett, mais il fut très difficile de le garder en vue dans cette foule densifiée par le souffle d'un vent de panique et d'effroi. D'autres sergents seraient bientôt sur les lieux, alertés par la mort de leurs collègues, et seraient plus suspicieux qu'à l'ordinaire, ce qui inquiétait grandement les camelots et margoulins dont la « légalité » des activités n'était pas garantie.

«  Que se passe-t-il ?  » La belle voix du prince Alicâr suivit les pas du dragon, mais ce dernier ne répondit guère, comme s'il n'avait rien entendu. Il gardait l’œil fixé sur la chevelure de Barrett, sur ses épaules et sur sa nuque, seuls caractères qui le distingueraient du reste de la foule où Dante craignait de le voir s'enfoncer pour n'en plus sortir. «  Barrett !  » s'écria-t-il, pour couvrir le brouhaha, quand il vit le jeune homme s'abaisser et disparaître à sa vue. Un flot d'incontrôlables passants l'emportèrent sur le côté.

«  Disparu, le garçon...  » Dante ne prit guère la peine de répondre, sinon d'un soupir exaspéré. Il toisa son « vieil ami » d'un regard incendiaire et remarqua, derrière lui, la sombre figure d'un matou des rues qui armaient son pistolet. Le vieux dragon, habitué des lieux, reconnut le profil du braconnier, pour ainsi dire, et ces cartouches capables de déployer, sur de petites cibles mouvantes, des filets inexpugnables. Sans attendre une seconde, Dante poussa le prince Alicâr et se rua sur cette silhouette tapie dans les ténèbres d'un porche.

Il saisit au col le chasseur et le plaqua contre le mur avec brutalité. «  Toi ! Je te laisse quelques instants pour me dire ce que tu comptais faire avec cette arme et ce filet... sois raisonnable où ces moments seront tes derniers !  » Indifférent à l'agitation qui grossissait dans son dos, aux terreurs lisibles sur la face nacrée de l'alien, dont les tentacules bavaient de honte et de crainte, Dante laissait couler sous ses mains, qu'il plaquait sur la peau molle, un courant de magie élémentaire. S'il n'obtempérait pas, le triste sire serait bientôt de pierre.

«  Voilà qui est bien subtil de ta part.  » Dante n'était pas d'humeur à supporter les enfantillages d'Alicâr. «  Rends-toi utile, si tu tiens aux derniers stigmates de ta dignité, Alicâr ! Retrouve Barrett !  » Le prince répliqua, d'un ton jalousement taquin : «  Barrett... c'est ainsi qu'il se nomme, donc ?  » Dante le chassa d'un grognement. Alicâr haussa les épaules et suivit la consigne.

De son côté, Dante poursuivit l'interrogatoire musclé et, surtout, recueillit toutes les informations que voudrait bien lui donner le braconnier. Ce dernier, malheureusement, révéla une histoire qui ne surprit guère le vieux dragon. Zola avait attiré l'attention dès qu'ils avaient mis les pieds sur Aswâll et plusieurs commanditaires avaient mis un billet sur sa capture. Il en espérait une petite fortune, de quoi s'offrir quelques heures de plaisir éthérique dans une quelconque fumerie de pithraïte. Dante serra la tentacule qu'il faisait rouler entre les doigts de sa main gauche.

Le tégument, d'ordinaire mollasson, durcit soudain et d'un geste vif, il arracha le segment qu'il venait de pétrifier. L'alien partit d'un sinistre sifflement. Dante le libéra, non sans lui avoir confisqué son arme et lui avoir dit, dans sa langue : «  Fais savoir que la bête et son propriétaire sont sous ma protection. S'il arrive encore quoi que ce soit...  » Ces derniers mots, éloquents, n'eurent pas besoin d'être explicités. Le braconnier déjà s'enfuyait en rampant tel le ver qu'il était au fond de lui. Dante se détourna de cette piteuse vision pour contempler la foule, déjà plus clairsemée. D'autres argousins arrivaient. Mais où étaient donc Alicâr, Barrett, et Zola ? Le dragon entendit alors son nom et tourna la tête. Il les retrouva tous trois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 



Terminus ! Tout le monde descend !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant


Sujets similaires

-
» [TERMINE] Terminus, tout le monde descend. Le voyage prend fin ici.
» [Rp libre] Fiore, Terminus tout le monde descend...en enfer.
» Tout le monde s'en fout...
» DSL tout le monde
» bon tout le monde a joué au foot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-