AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Death Proof

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 18 Mai - 22:04 Message | (#)

Il y avait quelque chose d’apaisant avec les autoroutes. Un moment où la conduite parfaitement machinale, faisant appel à un minimum de concentration permettait à l’esprit de s’élever, d’oublier. Il n’y avait alors plus que cette longue étendue bitumée et on en oubliait presque les autres passagers. Bien sûr, c’était dans ces moments là, quand l’esprit dérive, qu’on risquait le plus d’avoir un accident, de ne pas freiner à temps pour éviter une voiture en train de dépasser au rythme d’un escargot asthmatique.

Bien sûr, Abigaïl n’avait pas vraiment ce problème. La conduite était un délice moderne pour elle. Qui aurait pu croire qu’une jeune fille née au dix-huitième siècle connaîtrait un jour le plaisir de conduire ? Surtout, la nécromancienne ne craignait pas vraiment les accidents, principalement parce qu’elle ne craignait pas la mort. Des os cassés et des chairs distordues n’étaient que cela pour elle, une sorte de pâte macabre qu’elle pouvait réparer facilement. Bien sûr, il y avait toujours le risque de tuer d’autres personnes, un risque qui était des plus importants avec sa voiture d’ailleurs. Les autoroutes étaient de toute façon déjà emplies de fantômes. Elle pouvait les voir du coin de l’œil, des apparitions sombres et subites qui se tenaient sur le rebord de la route. Leurs lieux de trépas étaient anonymes et pour certains, leur sang était par trop incrusté au macadam pour qu’ils puissent espérer un jour trouver le repos. La voiture que conduisait la nécromancienne d’ailleurs, sa Plymouth Fury d’un rouge flamboyant avait d’ailleurs elle-même été responsable de certaines morts. Le véhicule était hanté et animé de pulsions meurtrières sans pareil. Ce qui en faisait un atout pour une sorcière comme Abigaïl qui avait la puissance nécessaire pour la contrôler. Puis elle aurait vraiment plaint celui qui aurait tenté de la lui dérober.

Un coup de clignotant plus loin et Lady Death, parfaitement anonyme par ailleurs, se dirigeait vers une aire de repos. Bien sûr, elle n’avait pas besoin de faire une sieste ou quoique ce soit. Son corps était mort, ce qui signifiait que la fatigue lui était étrangère. Il lui arrivait toutefois de méditer au lieu de dormir, possiblement dans un cercueil ou sous terre. En effet, les morts et les profondeurs terrestres avaient une affinité indescriptible. Jamais la nécromancienne ne s’était sentie aussi reposée que lorsqu’elle s’éveillait d’un tombeau par rapport à un lit. Mais elle n’avait jamais vraiment été normale. Abigaïl gara sa voiture et en sortit pour venir s’appuyer contre la portière. Il faisait beau et elle embrassa le décor de derrière ses lunettes de soleil. Les aires d’autoroutes étaient si calmes, si coupées du monde, comme des microcosmes. Un isolement qui en faisait des terrains de chasses parfaits pour certains psychopathes et c’était typiquement pourquoi Lady Death avait sorti son mini-short en jean, son débardeur et ses lunettes de soleil. Il y avait quelqu’un, ou quelque chose, qui avait tué sur cette autoroute, non loin de Star City. Les esprits des morts sans repos s’étaient faits plus nombreux ces derniers mois, leurs lamentations devenant peu à peu un hurlement alors que plus en plus de damnés venaient les rejoindre.

Un bruit qu’Abigaïl ne pouvait plus avoir le luxe d’éviter. Pour la police, ce n’étaient que quelques autostoppeurs disparus et conducteurs isolés disparus, il n’y avait jamais eu de cadavres. Ce qui signifiait qu’il n’y avait jamais vraiment eu de morts. Mais Abigaïl savait, elle. Ces gens avaient été tués et leurs esprits étaient toujours là. Communier avec eux depuis Gallows End s’était révélé parfaitement inutile. Elle pensait avoir plus de chances en venant directement sur la route en question, à la recherche des morts qu’elle entendait… Si possible avant que l’activité ectoplasmique ne vienne perturber ses propres sortilèges où attirer des fouineurs. Après tout la forêt de Watson n’était pas très loin et Gallows End aussi.

« Alors, voyons voir si il y a de quoi faire. » Il y avait des silhouettes sombres, des spectres visibles uniquement par elle. Mais ces derniers avaient été terriblement affectés. Leurs visages n’avaient plus rien d’humains et probablement qu’ils n’auraient plus beaucoup de souvenirs de ce qui leur était arrivé. Cela arrivait régulièrement avec les morts violentes et pouvait entraîner la formation de poltergeists. Ce qui n’était jamais bon pour personne. « Bon, il va falloir envisager le plan B. » Ou plan damoiselle en détresse. Abigaïl avait le profil type des gens disparus, ou plutôt assassinés sur cette portion d’autoroute. Autant dire que jouer les appâts ne faisait pas partie de ses activités favorites, mais elle devait bien trouver des moyens de se distraire.

Puis il n’y avait rien de mieux que le visage d’un tueur lorsqu’il se rendait compte que sa victime ne pouvait pas mourir. Abigaïl était par contre loin de s’imaginer qu’elle n’était pas la seule sur cette aire d’autoroute à cet instant et que sa petite enquête ne faisait que commencer…


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Légion des Etoiles
avatar

Cass Flemming

Légion des Etoiles
Généralités
Scarlet Mind
ϟ Nombre de Messages : 1121
ϟ Nombre de Messages RP : 416
ϟ Crédits : Ava : myself Sign' hellagifhunt (tumblr)
ϟ Doublons : Raphaël Mercury - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Willa Holland
ϟ Âge du Personnage : 21
ϟ Statut : célibataire à pizza
ϟ Métier : faiseuse de café au chômage/Légionnaire
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 20 Mai - 14:54 Message | (#)

Cass se posait une question, et doutait d’obtenir un jour une réponse. Pourquoi les aires d’autoroutes étaient toujours flippantes au possible? Peut-être était-ce liée au fait que cette aire de repos là n’était pas vraiment animée, peut-être était-ce à cause des disparitions récentes. N’empêche que même sans tout ça, les miroirs tâchés des toilettes, les bruits flippants - probablement les canalisations mais c’était flippant quand on était seul - les néons clignotants et les portes qui grinçaient donnaient une ambiance “film d’horreur”. Encore heureux qu’il faisait jour.

Ok, elle était peut-être un peu sur les nerfs songea-t-elle en sortant de la cabine des toilettes - la seule à peu près propre et en bon état - et qu’elle alla vers le lavabo se laver les mains. Elle était Légionnaire, elle pouvait gérer les crises, tout ça.

Elle laissa tomber son sac à dos à ses pieds, et dut appuyer plusieurs fois sur le bouton poussoir du robinet pour faire sortir un filet d’eau. Elle en était à frotter ses mains avec du savon quand elle leva la tête et hurla en apercevant un reflet rouge dans le miroir. Elle fit aussitôt volte-face, le cœur battant, et se calma instantanément en reconnaissant la Cape.

Non mais ça va pas ! J’ai dit quoi? Tu restes dans le sac! Tu m’as foutu la trouille de ma vie bordel!

La Cape, vêtement magique au caractère bien trempé, plissa le tissu de sa capuche pour former une expression désolée, ou contrite. Ou peut-être bien qu’elle avait fait exprès de lui faire peur et qu’elle se marrait, la saloperie. Difficile à dire au vue du caractère du vêtement. Dans le doute, Cass décida de bien lui faire comprendre qu’elle ne trouvait pas ça drôle du tout et lui pointa fermement le sac à dos de l’index. Les épaules invisibles du vêtement s’affaissèrent, et elle retourna tristement dans sa cachette.

Pourquoi il a fallu que ça tombe sur moi…” marmonna Cass.

Elle se rinça les mains et, face à l’impossibilité de se servir du sèche-main se résolut à essuyer ses mains sur son pantalon. Elle prit soin de rentrer le pan de la Cape qui dépassait dans le sac avant de le remettre sur ses épaules, et sortit des toilettes pour explorer les environs.

Une série de disparitions avait eu lieu dans le coin et il fallait croire que les disparitions, c’était son truc, au vu de ses dernières missions. Elle avait donc conduit jusqu’à l’aire de repos, en civil, pour mener l’enquête, mais prête à endosser son identité de super si jamais. D’où la Cape dans son sac qui s’amusait à la faire flipper.

Enfin pour l’instant, elle avait soif, aussi retourna-t-elle à sa voiture, louée pour l’occasion. Parce qu’il se trouvait que la Cape remplissait le sac qu’elle avait sur le dos, et qu’elle avait donc dû en prendre un deuxième. Pratique hein. Pendant son bref passage aux toilettes, une autre voiture, beaucoup plus tape-à-l’oeil que la sienne, s’était garée aussi. La conductrice - en tout cas elle le supposa puisqu’elle ne vit personne d’autre - avait l’air sur le point de partir en vacances. Cass espérait juste qu’elle ne l’avait pas entendue hurler. Mais elle n’avait quand même pas crié si fort hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 20 Mai - 15:56 Message | (#)

L’aire était globalement déserte. Si on faisait obstruction des spectres qui observaient toujours la nécromancienne de loin. Oh, ils avaient compris qu’elle les voyait, qu’elle pouvait les entendre. Dans un hôpital, un endroit où les gens comprenaient tout juste qu’ils venaient de mourir, ils se seraient précipités vers elle pour lui demander des faveurs ou des choses du genre, pour qu’elle aille porter leurs dernières paroles auprès de leurs proches. Mais ceux -là, ceux-là étaient en colère, ils étaient emplis de haine et surtout, ils comprenaient que quelqu’un capable de les voir, de les entendre, était une menace. Qu’ils s’approchent et ils pourraient bien devenir les serviteurs de la nécromancienne. Si elle avait amené Deuil d’ailleurs, la faux se serait fait un plaisir de voleter sous sa forme de corbeau pour récupérer ces âmes en peine.

Sauf que cela aurait été trop dangereux. Abigaïl voulait se faire discrète et jouer les appâts. Quelque chose impliquait de ne pas amener d’artefacts magiques millénaires gorgés d’âmes qui risqueraient d’attirer l’attention. Puis un corbeau ou une faux n’étaient pas très discrets. Pas plus que la pelle qui se trouvait dans le coffre de la voiture, mais Abigaïl n’allait pas venir sans protection non plus. D’ailleurs, elle perçut un cri et tourna aussitôt son regard vers les toilettes publiques. Ses sens allèrent à l’encontre du lieu insalubre alors que derrière ses lunettes noires, ses yeux, eux, devenaient complètement blancs. Communiquer avec les morts lui avait donné une affinité avec toutes les marques spirituelles que laissait le trépas. Une sorte d’omniscience qui se cantonnait au macabre… Et qui renseigna Abigaïl sur le fait que personne n’était en train de se faire assassiner dans ces toilettes.

« Fausse piste… Probablement. » Toutefois, elle avait été à deux fois de se précipiter vers le coffre, de sortir la Fossoyeuse et de commencer à chercher des cadavres pour l’assister. Le linceul des ombres était là aussi, mais parfois, rien ne valait mieux que des cadavres frais. « Tiens, voilà notre hurleuse. » Murmura-t-elle à elle-même en voyant une jeune femme sortir des toilettes. Plutôt mignonne, probablement. Abigaïl avait toujours du mal à se faire à son nouveau célibat de toute façon et elle n’était pas là pour aller conter fleurette. De toute façon, elle avait un peu trop la peau sur les os pour faire un bon zombie, tout au plus le squelette serait valable quoique pas bien épais non plus. Verrouillant la Plymouth, la nécromancienne se dirigea vers la jeune femme. Un squelette en plastique, assis sur des toilettes et en train de fumer lui servait de porteclé, on ne se refaisait jamais vraiment.

« Tout va bien ? J’ai cru entendre un cri. » Qui n’avait pas été lié à la mort, certes, mais cela ne signifiait pas qu’il ne s’était rien passé dans ces toilettes. Probablement que la jeune femme s’était contentée de voir un rat ou quelque chose du genre, un cafard qui courait sur le miroir sinon ou un bouton sur son front. Ce genre de choses qui faisaient sursauter les jeunes filles qui n’avaient pas été élevées dans un manoir par un nécromancien et qui ne s’était jamais amusé à réanimer la carcasse du poulet du dimanche midi. « Ce coin est un peu lugubre, vous ne trouvez pas ? » Surtout particulièrement silencieux, sauf pour le bruit de l’éventuelle voiture un peu plus loin sur la voie rapide. « Ce n’est pas l’endroit le plus rassurant pour des filles qui voyagent seules. » Abigaïl ne se rendit même pas compte à quel point sa réplique pouvait être dépassée. Même si elle voulait jouer les humaines plus souvent, elle restait une liche âgée de plus de deux siècles qui avait passé le plus clair de son temps ces derniers mois à posséder des cadavres d’autres individus.

Autant dire que ses capacités sociales n’étaient pas aux mieux de leur forme et que ses précédentes relations n’avaient rien arrangé de ce côté-là.
Revenir en haut Aller en bas

Légion des Etoiles
avatar

Cass Flemming

Légion des Etoiles
Généralités
Scarlet Mind
ϟ Nombre de Messages : 1121
ϟ Nombre de Messages RP : 416
ϟ Crédits : Ava : myself Sign' hellagifhunt (tumblr)
ϟ Doublons : Raphaël Mercury - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Willa Holland
ϟ Âge du Personnage : 21
ϟ Statut : célibataire à pizza
ϟ Métier : faiseuse de café au chômage/Légionnaire
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 20 Mai - 21:32 Message | (#)

Une gorgée d’eau plus tard, et Cass s’était remise de sa frayeur dans les toilettes. Ceci dit, ça n’avait pas été une grosse frayeur non plus, elle n’en avait pas été traumatisée. Ça prenait de court, ok, mais ça n’avait rien à voir avec une centaine de rats qui se battaient pour la dévorer vivante. Parce que ça faisait bien six mois, et qu’elle n’osait toujours pas regarder Ratatouille. Enfin elle n’arrivait pas à se défaire de l’impression désagréable qu’elle avait depuis qu’elle était sur cette aire d’autoroute parfaitement lugubre. En un sens, elle était plutôt rassurée de voir qu’elle n’était pas toute seule, et se demandait si elle ne devait pas rester jusqu’à ce que la jeune femme soit prête à partir. Une histoire de solidarité féminine, en quelque sorte.

Peut-être qu’elle avait eu exactement la même idée puisqu’elle s’approcha pour lui poser une question. Ce qui lui confirma, au passage, qu’elle avait crié peut-être un poil plus fort que prévu.

Oh euh… j’ai euh… vu un rat” bafouilla-t-elle. “J’ai horreur des rats”.

Elle aurait bien ajouté des détails, mais est-ce que c’était vraiment nécessaire? Flipper à cause d’un rat, ce n’était pas non plus bizarre comme peur. Pas genre “j’ai peur des yuccas”.

Complètement d’accord. Je sais pas si c’est la végétation à l’abandon, les néons qui clignotent ou les traces de rouille imitation sang mais je m’attends presque à voir un tueur en série à la tronçonneuse sortir des buissons”.

Elle ne savait pas trop comment elle devait interpréter la deuxième phrase en revanche. Clairement, si un homme lui avait sorti ce genre de réplique, elle aurait un peu flippé. Une femme, ça passait peut-être un peu mieux. Quoique… Les femmes aussi pouvaient être des tueurs en série. Ou peut-être, aussi, plus simplement, qu’elle psychotait pour rien, et que l’autre voulait juste sympathiser pour se rassurer, comme elle quoi.

Je m’appelle Cass” se présenta la canadienne, main tendue. “Cool le porte-clé. Si vous voulez, j’peux rester jusqu’à ce que vous soyez prête à repartir”.

Puisqu’elles en étaient à échanger quelques mots, autant être honnête sur sa volonté de solidarité féminine plutôt que de le faire en cachette. Évidemment, si elle avait su qu’elle était face à une nécromancienne vieille de plusieurs siècles et parfaitement capable de se défendre, elle ne se serait peut-être pas sentie obligée de proposer. Mais il se trouvait que puisqu’elle maîtrisait mieux sa télépathie, elle parvenait aussi à l’éteindre, et à la rallumer seulement quand c’était nécessaire. Pour l’instant donc, elle ne captait rien d’inhabituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 21 Mai - 17:08 Message | (#)

Abigaïl garda bien pour elle son respect pour les petites créatures. Les années parmi les vivants lui avaient bien fait comprendre que le commun des mortels ne partageait pas son affection pour une certaine partie de la faune, en particulier les nécrophages et autres charognards. Les rats étaient toutefois extrêmement intelligents et surtout essentiels au bon fonctionnement de la société humaine, notamment de la gestion des déchets. Enfin, depuis sa plus tendre enfance, la nécromancienne ne partageait pas les mêmes peurs que ses semblables. Autant dire qu’elle n’allait pas commencer dès maintenant sur une aire d’autoroute quasi-déserte juste pour faire amie amie avec une inconnue.

« Je comprends oui. Je doute que suffisamment de gens passent ici pour que quiconque ne prenne le temps de s’en occuper. »

Puis qui devait s’en occuper ? Une compagnie privée payée par la municipalité ? Ce genre de questions la dépassait complètement de toute façon. Mais sûrement que ce n’était pas l’endroit où on irait injecter du temps et de l’argent en priorité. Même pour y améliorer un petit peu la sécurité. Y avait-il seulement des caméras de surveillance ? Oh, pas pour prévenir un crime, mais plutôt pour retrouver le malade qui avait abandonné le cadavre d’une jeune auto-stoppeuse dans les toilettes publiques. Ce genre de petits détails. Sauf, se rappelait-elle, qu’on ne retrouvait pas les cadavres… Abigaïl avait savamment étudié le tracé de l’autoroute et cette aire était la plus isolée, la plus propice pour un crime.

« Je vois ce que vous voulez dire, on se croirait dans un décor de film d’horreur. »

Mais un tueur avec une tronçonneuse, une machette ou quoique ce soit de semblable serait le dernier de leurs soucis. Ce qui se passait ici était bien plus sinistre, elle en était certaine, quelque chose qui laissait des esprits agités, en colère, près à déverser leur rage sur les vivants. C’était un miracle qu’ils ne se soient pas mis à posséder des véhicules pour causer des accidents.

« Abigaïl. J’apprécierais oui. Je ne suis pas très rassurée pour tout vous dire. »
Ah, le rôle de la demoiselle en détresse ! Bien sûr, cela aurait pu être un peu plus crédible si le moteur de la Plymouth ne venait pas de se lancer tout seul, ses phares s’allumant dans la foulée. La nécromancienne relâcha la main tendue de Cass après la voir serrée, se tournant vers son véhicule. Un camion était en train d’entrer sur l’aire et la voiture possédée de la nécromancienne avait jugé bon de l’en avertir. Ce n’était pas gagné pour la discrétion décidément… Mais Abigaïl fut soudain plus intéressée par le véhicule qui venait de s’approcher. Ce dernier était dans un état pitoyable, avec un pare-brise opacifié par la poussière et la crasse. C’était à se demander ce que pouvait bien voir le conducteur.

« Voilà une épave peu rassurante. Cet endroit est décidément de plus en plus plaisant… »

Les sens de la nécromancienne étaient en alerte. Quelque chose lui disait que ce camion n’avait rien de normal, surtout alors qu’il s’arrêtait face aux deux femmes. Les ronronnements du moteur évoquaient plus les grognements rauques d’un prédateur qu’une machinerie bien huilée. Tout dans ce véhicule laissait penser à Abigaïl qu’il était lié aux disparitions, comme un vaisseau fantôme qui au lieu d’apparaître près d’un port isolé écumait les aires d’autoroutes. Il y avait aussi la possibilité qu’il s’agisse simplement d’un camionneur peu regardant sur la propreté et qui avait décidé de faire flipper deux jeunes femmes pour se rincer l’œil. La nécromancienne était suffisamment habituée à infliger la peur aux mortels pour savoir que cela pouvait procurer une sensation grisante, proche de l’excitation érotique même. Ce qui expliquait aussi pourquoi les films d’horreur étaient si populaires.
Revenir en haut Aller en bas

Légion des Etoiles
avatar

Cass Flemming

Légion des Etoiles
Généralités
Scarlet Mind
ϟ Nombre de Messages : 1121
ϟ Nombre de Messages RP : 416
ϟ Crédits : Ava : myself Sign' hellagifhunt (tumblr)
ϟ Doublons : Raphaël Mercury - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Willa Holland
ϟ Âge du Personnage : 21
ϟ Statut : célibataire à pizza
ϟ Métier : faiseuse de café au chômage/Légionnaire
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Lun 22 Mai - 22:04 Message | (#)

Cass n’avait jamais envisagé les choses sous cet angle, mais son interlocutrice n’avait effectivement pas tort. Quel intérêt d’entretenir un lieu où passait approximativement dix personnes à la semaine? La canadienne avait bien un argument : ne pas faire flipper ces dix personnes qui n’avaient rien demandé et leur donner envie de revenir. Quoique… personne n’allait sur une aire d’autoroute par plaisir, plutôt parce que les besoins de la nature se faisaient un peu trop pressant pour attendre encore trente kilomètres. Ou parce qu’on soupçonnait la présence d’un tueur en série.

Elle sursauta quand un moteur rugit, et en oublia presque la réponse de son interlocutrice, trop occupée qu’elle était à chercher l’origine du bruit. Quelques temps en arrière, elle aurait sûrement accusé son esprit fatigué de lui donner des hallucinations auditives, mais disons qu’elle avait un peu plus d’expérience sous les bottes maintenant. Ceci dit… une voiture magique, est-ce que c’était franchement le plus étrange qu’elle ait pu voir? Et puis c’était en admettant que la voiture eut été magique. Pour ce qu’elle en savait, c’était un faux-contact carabiné.

Pas de souci” assura la canadienn, une fois un peu remise de ses émotions. Encore une autre frayeur du genre, et son coeur finirait par la lâcher. Elle était… sur les nerfs. “Je vous préviens, si vous voulez aller aux toilettes, c’est à peine moins glauque qu’ici”.

Et si jamais elle voulait y aller, Cass se tâtait de l’y suivre, parce que le camion qui venait d’arriver était plus que flippant. Pas flippant genre “Roger le camionneur te mate de l’autre côté de son pare-brise dégueulasse”. Flippant genre “j’ai tué Roger le camionneur, enfilé sa peau, et maintenant, je vais vous découper en morceau et peut-être vous manger”. Cass n’était pas spécialement fan de films d’horreur. Alors dans la vraie vie, encore moins. Ce qui la faisait se poser une question : pourquoi persistait-elle à se fourrer dans des situations pareil? Au bout d’un moment, difficile de continuer à blâmer le karma.

N’empêche, elle était la première à admettre que c’était un peu bizarre. Deux femmes, seules, sur une aire d’autoroute glauque, et hop ! Un camion chelou apparaissait. De là à se dire qu’elles étaient surveillées, et que le conducteur avait repéré des proies… il n’y avait qu’un pas, que la canadienne se tâtait de franchir. Elle en était à se demander si elle n’allait pas finir dans le club des disparues aussi.

Entendre le moteur s’arrêter fut presque aussi flippant que de l’entendre continuer à rugir. Tout une série de bruits s’enchaîna. Le châssis qui grinçait, la portière qui grinçait et claquait en se refermant, le son des semelles de chaussures qui claquaient contre les grilles en métal du marchepied… il n’y avait qu’un seul problème. Elle entendait tous ses bruits… sauf qu’elle n’avait vu personne descendre de la cabine.

J’ai l’air ridicule si je vous dis que je flippe un peu?

Et par un peu, comprendre beaucoup? Parce qu’elle voulait bien gérer des rats, mais ce genre de trucs? Pas sûre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


"No heroism is simple, just like no simplicity is heroic'

"Heroes are made by the path they choose, not the powers they are graced with'

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 27 Mai - 12:18 Message | (#)

Heureusement pour Abigaïl, elle n’avait pas besoin des toilettes. Son corps était physiologiquement mort, bien que préservé de la décomposition bien évidemment. Elle n’avait pas besoin de manger, de boire, pas même de respirer, même si elle le faisait pour pouvoir parler et surtout paraître à peu près humaine. Pas besoin d’aller aux toilettes donc et de la même façon, comme elle ne pourrissait pas, elle n’était pas emplie de gaz de décomposition qui la pousseraient à chercher l’isolement dans une cabine… Sinon la réputation de Lady Death aurait vraiment été mise à mal. De toute façon, à force de fréquenter des cimetières et autres lieux de massacre, elle ne craignait pas vraiment ce genre d’endroits lugubres. Quand à la saleté et la crasse… Elle côtoyait des cadavres ambulants qui n’étaient pas vraiment des parangons de l’hygiène.

« Merci, heureusement j’ai pris mes précautions. »

Cela lui semblait la meilleure chose à dire. Elle n’était pas vraiment habituée non plus à ce qu’on la questionne sur un besoin fugace d’utiliser les toilettes. Quoiqu’il en soit, elle était bien contente d’être une mort-vivante habituée à côtoyer des sources de terreur et d’horreur car en effet, le camion qui s’était rapproché était des plus sinistres. Sûrement que si elle avait été celle qu’elle essayait d’incarner : une blonde un peu gourde dans une voiture de collection, son système uro-génital l’aurait couronnée d’une petite fuite face à une telle vue, une telle ambiance. Heureusement elle n’avait rien à craindre, même si elle avait un mauvais pressentiment. Ce n’était pas de la peur, ni l’instinct de survie d’ailleurs. Ce dernier ne fonctionnait plus trop bien quand c’était la magie noire qui animait vos ossements et non plus les mécanismes classiques. Le camion avait quelque chose à voir avec les disparitions et la nécromancienne risquait de ne pas pouvoir rester incognito très longtemps. Elle notait toutefois qu’il fallait deux jeunes femmes pour attirer un camionneur fantôme et non une seule.

« Ridicule non. Mais il va falloir garder la tête froide. »

Elle avait autre chose à faire que de s’occuper d’une fille qui hurlerait et courrait partout. Surtout que ce genre d’attitude signifiait généralement la mort. Abigaïl avait vu suffisamment de films d’horreur au cours des dernières années. Une sorte d’étude de terrain pour voir comment les vivants percevaient les morts. Autant dire que ce n’était pas glorieux, ni pour les uns, ni pour les autres. Abigaïl observait l’esprit qui conduisait le camion, un spectre à l’aura si noire, qu’elle ne décernait même pas ses traits. Il n’avait plus rien d’humain, si jamais il l’avait été. Un coup d’œil à Cass apprit à Abigaïl que cette dernière ne devait pas être capable de le voir. Ce qui était presque rassurant d’une certaine façon. Quand un mort devenait visible à tout le monde, c’était généralement mauvais signe. La plupart du temps, c’était parce qu’ils avaient accumulé suffisamment d’énergie et de rage qu’ils pouvaient vraiment impacter le monde des vivants. Enfin, le camion lui était bien tangible.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : le chauffeur fantôme commence à s’approcher d’elles.
Echec : le chauffeur remonte dans son camion.

Jet de dé n°2 si échec au précédent :
Réussite : le camion ne bouge pas.
Echec : le camion leur fonce dessus.

Jet de dé n°3 si échec au second :
Réussite : Abigaïl se jette sur Cass ce qui les empêche d’être écrasées.
Echec : Abigaïl pousse Cass mais se fait percruter.


Jet de dé n°4 si réussite au premier :
Réussite : le chauffeur se contente de les toiser.
Echec : le chauffeur attaque.

La sombre présence ne remonta pas dans son véhicule, au contraire elle s’approcha des deux femmes. Abigaïl avait l’impression de voir une flamme noire, à l’aspect vaguement anthropomorphe s’approcher d’elle. C’était un mort des plus maléfiques, comme elle n’en avait croisé que peu. Une créature qui avait causé la mort de son vivant, mais aussi après son trépas, chose encore plus rare. Bien souvent les esprits se contentaient d’effrayer les gens et les véritables cas de poltergeists dangereux étaient rarissimes. Mais il y avait cette chose, juste à côté de Star City… D’ailleurs les esprits sans repos de ses victimes s’étaient éparpillés, comme s’ils ne voulaient rien avoir à faire avec leur bourreau.

« Je suppose que vous ne le voyez pas. Donc il va falloir que vous me croyiez sur parole. Il y a une chose maléfique face à nous. » Peut-être pas aussi maléfique qu’elle-même, mais c’était sujet à débat. « Pour le moment elle se contente de nous observer mais j’ai peur que cela ne dure pas longtemps. »

Abigaïl lança un coup d’œil en direction de la Plymouth Fury… La Fossoyeuse et le linceul étaient dedans, mais surtout, il fallait passer à côté du camion pour parvenir jusqu’au véhicule. La nécromancienne ne savait pas si elle pourrait dominer l’esprit face à elle avec ses pouvoirs, en fait, elle savait qu’elle n’y parviendrait pas, il irradiait d’une malfaisance presque palpable. Ce serait trop pour qu’elle l’asservisse de manière efficace, surtout sans sa faux à proximité.

« Il faut que nous partions d’ici je pense. Vous savez conduire de manière sportive ou il va falloir prendre ma voiture ? » Or, si Abigaïl appelait son véhicule, elle pensait bien que le camion hanté n’apprécierait pas.


Dernière édition par Abigaïl Faust le Sam 27 Mai - 12:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3454
ϟ Nombre de Messages RP : 3102
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Sam 27 Mai - 12:18 Message | (#)

Le membre 'Abigaïl Faust' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Légion des Etoiles
avatar

Cass Flemming

Légion des Etoiles
Généralités
Scarlet Mind
ϟ Nombre de Messages : 1121
ϟ Nombre de Messages RP : 416
ϟ Crédits : Ava : myself Sign' hellagifhunt (tumblr)
ϟ Doublons : Raphaël Mercury - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Willa Holland
ϟ Âge du Personnage : 21
ϟ Statut : célibataire à pizza
ϟ Métier : faiseuse de café au chômage/Légionnaire
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 27 Mai - 21:59 Message | (#)

Vu le potentiel creepy du camion fantôme et de son chauffeur invisible, Cass n’était pas mécontent d’apprendre que sa compagne de galère n’avait pas besoin d’aller aux toilettes. Elle n’avait pas l’air aussi terrifié qu’elle, ou peut-être qu’elle le cachait bien, mais quelque part, c’était rassurant. Un encouragement à maîtriser sa propre peur.

Alors la super fit ce qu’elle faisait toujours quand elle flippait. Elle passait en revue toutes les fois où elle avait eu envie de se faire dessus, mais où finalement, elle avait réussi à s’en sortir. Les rats avec Wildcat, Otaku et son robot mitrailleur, Petula et son attaque sur le parc…

Elle continua la liste dans sa tête, mais l’exercice s’interrompit brusquement quand la jeune femme lui fit une révélation encore plus flippante que tout le reste. Elle espéra très fort pendant une demi-seconde que ce soit une mauvaise blague. Encore un peu, et elle aurait cherché les caméras. Sauf qu’il était difficile de douter de quelqu’un quand on pouvait lire dans son esprit. Comprenez bien qu’avec l’entraînement, elle essayait de plus en plus de se contrôler, et de ne lire les pensées des gens qu’à dessein. Là, elle paniquait un peu, son contrôle sur sa télépathie se relâchait un peu. Et puis honnêtement, même sans ça… un fantôme, enfin un truc invisible mais maléfique… est-ce que c’était si surprenant que ça?

Cass hocha la tête. Son regard passa de sa voiture de location à celle de la jeune femme, et son choix semblait vite fait.

Je pense que votre voiture est plus rapide”. Elle était aussi plus éloignée, mais ça n’aurait pas été drôle sinon hein? “Elle a démarré tout à l’heure. C’est un faux-contact, un démarrage à distance ou… elle est magique?

Notez qu’il n’y avait aucun jugement dans la voix de la canadienne. Encore une fois, c’était Star City, elle avait une Cape vivante dans son sac à dos, et un putain d’esprit invisible sous son nez.

Citation :
Jet de dés :
Jet I :

Réussite : Elles parviennent à se rapprocher de la voiture sans éveiller les soupçons de l'esprit.
Echec : “L’esprit”, en tout cas la créature, se met en mouvement.

Jet II : Si échec au I
Réussite : La cape peut retenir l’apparition.
Echec : La cape est impuissante.


Jet III :
Réussite : le camion reste inerte.
Echec : le camion démarre.

Jet IV : si échec au III
Réussite : le camion se contente de leur barrer la route.
Echec : le camion leur fonce dessus.

L’un des soucis majeurs dans cette histoire, c’est qu’elle ne voyait pas le conducteur. Elle en était donc réduite à faire confiance à sa compagne d’infortune. Impossible par exemple de savoir s’il réagissait en les voyant se déplacer. Ce qui était sûr en tout cas, c’est que le camion ne resta pas de marbre. Cass avait à peine fait un pas que les phares se rallumèrent et le moteur se mit à rugir.

Un autre pas déclencha le crissement des pneus, elle n’aurait pas eu le temps d’en faire un troisième que le véhicule les aurait percuté. Pendant les quelques secondes où elle crut franchement qu’elle allait finir en crêpe, son instinct prit le dessus. Elle attrapa la main de la jeune femme et plaqua la main au sol.

Elle savait que ça marcherait pour l’avoir déjà fait, par accident, un jour où elle avait rencontré une agente de l’UNISON haute en couleur. Son bracelet ne lui fit pas défaut, et les deux jeunes femmes se taguèrent dans le sol du parking. Le camion, lancé à une vitesse affolante pour un véhicule qui venait tout juste de démarrer, n’eut pas le temps de freiner et dépassa l’emplacement où elles étaient cachées. Tant mieux, parce qu’elles auraient eu un mal fou à se déplacer.

La canadienne ressortit aussitôt du sol, sa main toujours accrochée à celle de la jeune femme - elle avait les mains froides d’ailleurs - espérant sincèrement qu’elle n’était pas secouée par le voyage.

Où est le conducteur?” demanda Cass en regardant autour d’elle. Parfaitement inutile, puisqu’elle ne le voyait pas.

Elle ne l'avait pas entendu remonter dans son véhicule, comme il avait pu en descendre, elle supposait donc qu'il était toujours sur le parking. Mauvaise nouvelle d'ailleurs, puisque cela voulait dire que véhicule et chauffeur étaient indépendants.


Dernière édition par Cass Flemming le Sam 27 Mai - 22:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3454
ϟ Nombre de Messages RP : 3102
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Sam 27 Mai - 21:59 Message | (#)

Le membre 'Cass Flemming' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 28 Mai - 15:29 Message | (#)

Magique on pouvait dire cela ! Même si la Plymouth était surtout hantée. Enfin, c’était là un terme qui couvrait finalement des évènements différents. Est-ce que la voiture s’était animée à la conscience à cause d’évènements tragiques qui avaient eu lieu en son sein ? Ou bien parce qu’elle avait été utilisée comme un outil de mort par un tueur en série ? Ce qui pouvait expliquer en quelque sorte ses penchants meurtriers actuels. Dans ces cas là, il n’y avait pas vraiment possession, pas de spectre qui se trouvait dans le véhicule et le contrôlait par la force de son ectoplasme. A ce compte-là pouvait-on vraiment considérer que la voiture d’Abigaïl était hantée ? Enfin, ce n’était pas vraiment le moment de débattre de la véritable définition du mot, Cass n’aurait pas été véritablement réceptive.

« Oh, magique, oui. Enfin quelque chose comme ça. »


Même si la voiture aurait pu vouloir écraser Cass si elle l’avait voulue. En tout cas il y avait des avantages à avoir une voiture qui se conduisait toute seule. Cela diminuait le temps de réaction. La question par contre, restait de savoir comment l’atteindre ! Car si le chauffeur était tranquillement en train de s’avancer vers les deux femmes, le camion lui n’appréciait pas trop qu’elles acceptent de se déplacer. Un camion vivant par ailleurs… Enfin vivant, animé en tout cas ! Pouvait on le considérer comme hanté alors que le chauffeur, qui était clairement un spectre ne le conduisait plus ? C’était une très bonne question.

D’ailleurs Abigaïl s’attendait à passer un mauvais quart d’heure ! Se faire renverser par un camion infernal ne la tuerait pas. Cela ne la ferait même pas vraiment souffrir, la plupart de ses sensations étaient des plus inhibées. Mais cela compliquerait grandement les choses alors que ses os se briseraient et qu’elle perdrait probablement une bonne partie de son épiderme qui finirait incrusté dans le pare-choc du véhicule ou sur le macadam. Mais Cass lui prit la main ! Une chose qui n’avait rien de romantique, même si cela rappela à Abigaïl à quel point ses contacts physiques avec les vivants se faisaient limités ces derniers temps maintenant qu’elle n’avait plus d’amant régulier.

Quelques instants plus tard, le camion leur roulait dessus. Ce qui ne leur fit pas grand mal car apparemment, elles étaient en deux dimensions ! Un traitement auquel elle n’était clairement pas habituée, Abigaïl ne s’aplatissait d’habitude pour personne. Mais elle devait admettre que c’était plus utile.

« Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »
Se demanda-t-elle surprise, ne saisissant pas encore très bien ce que la magie de Cass avait réalisé. Heureusement qu’elle n’avait pas emmené Deuil, sinon les esprits protecteurs qui s’y trouvaient auraient cherché à protéger leur reine de toute influence mystique extérieure. Et le visage d’Abigaïl aurait servi à repeindre l’aire d’autoroute. « Juste là. »

Le spectre s’était rapproché et dans sa main apparaissait une longue chaîne emprunte de la même énergie noirâtre qui l’animait lui. Autant dire que c’était classique et même très kitsch le coup de la chaîne hantée pour un mec qui passait sa vie conduire des gros engins. Abigaïl remarqua toutefois que les maillons étaient aussi autour de son corps, même dans son être. Au fur et à mesure qu’il s’approchait, ses contours devenaient plus clairs et probablement qu’il deviendrait tangible à un moment. En tout cas il savait qui attaquer en premier apparemment : celle qui le voyait.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : Abigaïl arrive à éviter la chaîne.
Echec : Abigaïl se fait toucher.

Jet de dé n°2 :
Réussite : la voiture percute le spectre et l’envoie au loin.
Echec : le spectre devient intangible au moment où la voiture le traverse.

Jet de dé n°3 :
Réussite : le camion fait lentement demi-tour
Echec : le camion leur refonce dessus !

La chaîne vola pour venir s’enrouler autour de la gorge de la nécromancienne. Un coup sec de la part du spectre l’envoya au sol et il commença à la tirer vers lui alors qu’Abigaïl refermait désespérément ses mains contre les maillons. C’était douloureux, quelque chose qui attaquait l’essence et l’âme en plus des chairs. Une chose était certaine, il était temps pour Abigaïl de laisser tomber les faux semblants, elle avait besoin de ses capacités de non-morte. Sa peau devint incroyablement pâle, de même que ses cheveux étaient soudainement blancs, si ce n’était pour une mèche noire (qui devait symboliser son lien fugace avec les vivants, mais Abigaïl n’aimait pas faire trop de symbolisme capillaire lors de son temps libre).

La voiture fonça sur le spectre, mais au lieu de le percuter de plein fouet et de l’envoyer dans le décor (ce qui aurait probablement été désagréable pour la sorcière au bout de sa chaîne), il se rendit intangible. Cela permit à Abigaïl de se défaire de ses liens et de se redresser. Un peu plus et elle aurait dû se changer en nuée de corbeaux morts-vivants pour s’échapper et encore, rien n’était certain que la magie de la chaîne ne l’aurait laissée faire. La Plymouth fit un dérapage magnifique, qui aurait été irréalisable avec un vivant, ou même un mort-vivant, au volant, avant d’arriver près d’Abigaïl et Cass.

« Il faut y aller. » Annonça la nécromancienne d’une voix rauque, des marques de brûlures brillaient sur la peau laiteuse de sa gorge. « Le gros camion est de retour. » En effet, ce dernier avait bien compris qu’il ne les avait pas réduit à l’était de chewing-gum sanguinolent option traces de pneus. Abigaïl attrapa sans ménagement Cass, la lançant presque dans la voiture dont les portes s’étaient ouvertes toutes seules. La nécromancienne sauta à son tour dedans, évitant de justesse le poids-lourd. Elles étaient toutes deux pêle-mêle sur la banquette arrière que déjà la Plymouth démarrait en trombe, se dirigeant vers l’autoroute. « Toujours en vie ? » Demanda Abigaïl en essayant de se relever sans mettre son coude dans le visage de la canadienne.


Dernière édition par Abigaïl Faust le Dim 28 Mai - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3454
ϟ Nombre de Messages RP : 3102
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 28 Mai - 15:29 Message | (#)

Le membre 'Abigaïl Faust' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Légion des Etoiles
avatar

Cass Flemming

Légion des Etoiles
Généralités
Scarlet Mind
ϟ Nombre de Messages : 1121
ϟ Nombre de Messages RP : 416
ϟ Crédits : Ava : myself Sign' hellagifhunt (tumblr)
ϟ Doublons : Raphaël Mercury - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Willa Holland
ϟ Âge du Personnage : 21
ϟ Statut : célibataire à pizza
ϟ Métier : faiseuse de café au chômage/Légionnaire
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Dim 28 Mai - 22:24 Message | (#)

Alors comme ça, la voiture était magique. Vu ce qu’elle avait en face d’elle, Cass n’allait pas protester trop fort, au contraire. Les trucs magiques, c’était utile, la preuve avec son bracelet de Banksy qui les sauva d’un destin funeste - enfin elle surtout, mais ça, elle ne le savait pas - en les transformant temporairement en crêpe. Sauf qu’elle n’avait pas le temps d’expliquer en détail les effets du bracelet. Ni de les expliquer en très très gros. Il y avait un temps pour expliquer des pouvoirs et un temps pour échapper à une créature maléfique et son véhicule hanté.

Elle n’était pas bête au point de se croire tirer d’affaire, et elle eut raison car sa partenaire de galère se retrouva soudain attaquée, pas par le camion, mais par le conducteur, ce qui était d’autant plus problématique qu’elle ne pouvait pas le voir. Elle voyait les traces de la chaîne sur la gorge de la jeune femme, mais aucune trace de la chaîne en question.

Toute à sa panique, elle ne remarqua pas tout de suite ce trouble dans l’air. C’était difficile à décrire, comme si les choses étaient légèrement décalées, brouillées par les contours d’une silhouette invisible. Et quand elle s’en aperçut, elle le perdit aussitôt de vue dès que la silhouette bougea, lui faisant se demander si elle ne l’avait pas hallucinée.

Comme elle se demandait si elle n’hallucinait pas la transformation d’Abigaël. Probablement pas, pour être honnête. Elle en resta bouche bée, incapable de bouger. Heureusement pour elle, et malgré sa nouvelle apparence des plus terrifiantes, l’autre la fit monter avec elle dans la voiture.

Elle ne réussit à se reprendre qu’au moment où elle se redressa, échevelée, sur la banquette arrière d’une voiture magique. Heureusement, elle n’avait pas perdu son sac à dos -et surtout la Cape - dans l’histoire.

C’est plutôt à vous que je devrais demander ça!

Parce que ce n’était pas elle qui avait la marque d’une chaîne sur la gorge. Elle essaya de se démêler des membres de l’autre, et jeta un coup d’oeil derrière elle. Le camion les suivait, évidemment.

Ok, j’ai l’impression que vous êtes plus au fait que moi sur ce qui se passe. Qu’est-ce que c’est? Plus important, comment on s’en débarrasse?

A la limite, elle se fichait même de savoir ce que c'était si on lui disait comment s'en débarrasser.
Citation :

Jet de dés :
Jet I :

réussite : la voiture parvient à distancer le camion et à prendre de l’avance.
échec : Le camion les rattrape rapidement.

Jet II :
si échec au I
Réussite : La voiture parvient à éviter les tentatives d’embardées du camion.
Echec : le véhicule leur rentre dedans par l’arrière.


Jet III : Quelque soit le résultat au I
Réussite : le conducteur lance sa chaîne - apparemment extensible et dotée d’une certaine forme de conscience - pour tenter d’attraper l’une des passagères de la voiture, mais sans succès.
Echec : La chaîne attrape Cass au bras.

Jet IV :
Réussite : Cass peut maintenant voir le conducteur.
Echec : Cass ne le voit toujours pas.

Choisir la Plymouth avait été une excellente initiative, ne serait-ce que parce qu’elle parvenait à garder de la distance entre elles et le camion fou et fantomatique. Ça n’empêcha pas Cass de pousser un cri apeuré quand la chaîne claqua tout près d’elle. Encore un peu, et c’était son bras qui était happé, et elle avec. Vu ce que ça avait donné sur la jeune femme, elle n’imaginait même pas le résultat sur sa personne, surtout en prenant en compte le côté voiture lancée à pleine vitesse sur autoroute.

Vous pensez qu’il va nous poursuivre longtemps comme ça? Il est ptet retenu par… par quelque chose, non?

Dans les films et les séries, les fantômes et trucs du genre étaient attachés à des lieux. Par exemple, ils ne pouvaient pas sortir de la maison hantée. Sauf que si on suivait ce raisonnement, il était tout à fait possible que le fantôme soit attaché à son camion. Un truc mobile quoi.

Elle se redressa prudemment pour surveiller l’avancée du camion, et plissa les yeux pour mieux voir. A cette distance, c’était difficile à dire mais…

Elle retira son sac à dos et plongea la main à l’intérieur. Elle gratifia la Cape d’un sec “Pousse-toi !” et mit la main sur son masque. La fonction zoom lui apprit qu’elle ne s’était pas trompée.

Je ne sais pas ce que ça vaut… mais je peux le voir maintenant”.


Dernière édition par Cass Flemming le Dim 28 Mai - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3454
ϟ Nombre de Messages RP : 3102
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 28 Mai - 22:24 Message | (#)

Le membre 'Cass Flemming' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 29 Mai - 21:39 Message | (#)

Abigaïl fit une pause, dévisageant Cass qui se trouvait coincée sous elle, sur la banquette arrière de la Plymouth. Autant dire que dans toutes autres circonstance, la situation aurait pu être à la naissance de quelques remarques pour le moins graveleuses. Mais ni le spectre, ni son camion hanté, ne semblaient portés sur la chose. La nécromancienne se demandait si son interlocutrice avait compris qu’elle était face à une mort-vivante. La chaîne enroulée autour de sa gorge avait forcé Abigaïl à revêtir son apparence la plus « originale » ou plutôt « originelle » pour être exact. Celle qui n’avait que faire du vernis de l’humanité et qui n’était pas non plus infusée de puissance sinistre, comme la Force sous acide, pour faire peur à ses ennemis. Non, elle était au naturel. Ce qui en effet signifiait morte.

« C’est un fantôme, un spectre, un poltergeist… Enfin je crois. » Car les choses n’étaient jamais aussi simple et même si Abigaïl était probablement une sommité en la matière, cela ne signifiait pas qu’elle savait tout ! Après tout, la classification des morts-vivants était bien plus hasardeuse que celle des animaux, des plantes ou même des champignons (bien que cette dernière soit quelque peu complexe du fait des formes asexuées ou sexuées des petits fongus). Chaque folklore avait ses propres revenants, fantômes et vampires. Celui qui les pourchassait n’en venait d’aucun en particulier pourtant, même s’il donnait bien l’impression d’avoir été vomi par les enfers. « Quand à s’en débarrasser… Certains opteraient pour un exorcisme, mais s’il est lié à toute l’autoroute, j’ai bien peur que n’importe quel prêtre de Star City n’arrive à cour d’eau bénite avant que nous n’en ayons terminé. »

Ce qui laissait une autre option quand on affrontait ce genre de créatures. Toutes les entités dépendaient d’une source d’énergie. Pour les êtres vivants, c’était assez simple, nutriments, oxygènes… Pour les morts, cela devenait plus subtil. Mais Abigaïl savait que même face à un spectre, si on pouvait lui taper dessus suffisamment longtemps, il pouvait finir par se dissiper, au moins temporairement. Jusqu’à ce qu’on trouve une solution un peu plus définitive.

« Honnêtement, je n’en ai aucune idée. S’il s’était s’agit d’une simple victime de meurtre ou d’un chauffard, il aurait hanté un petit coin de l’autoroute, mais je crois que c’est plutôt lui qui fait les victimes. Enfin lui ou son camion. » Elle se souvenait de la chaîne qui semblait lier les deux êtres autant qu’elle servait d’arme. D’ailleurs Cass avait failli bien y passer et Abigaïl en profita pour riposter. Les mots de pouvoirs glissèrent sur ses lèvres alors qu’elle se livrait à une chose qu’elle n’aimait pas : une invocation. Mais il ne s’agissait pas d’un démon ou d’un chérubin : simplement d’une volée de corbeaux morts-vivants qui allèrent s’écraser contre le pare-brise du camion.

« Cela vaut que ce n’est pas bon signe. Si vous pouvez le voir cela veut dire qu’il est de plus en plus présent dans le monde des vivants et donc plus à même de vous blesser. Nous allons devoirs récupérer quelque chose d’un peu plus puissant que des corbeaux. » Sauf qu’Abigaïl n’avait pas Deuil, qu’il ne faisait pas nuit et que ses troupes supplémentaires se trouvaient dans le linceul des ombres… Qui lui se trouvait dans le coffre. Et la Plymouth était un vieux modèle : pas de communication entre la banquette arrière et l’objet des désirs de la nécromancienne. Elle devait trouver une solution et vite, à moins de devoir jouer les acrobates cascadeuses pour ouvrir le coffre pendant que la voiture filait à vive allure.

Citation :

Jet de dé n°1 :
Réussite : les corbeaux ralentissent un peu le camion : la Plymouth prend de l’avance.
Echec : le camion commence à rattraper son retard.


Jet de dé n°2 :
Réussite : la chaîne rate Abigaïl.
Echec : la chaîne se referme sur Abigaïl une nouvelle fois.

Jet de dé n°3 :
Réussite : Abigaïl parvient à conjurer un poltergeist.
Echec : Abigaïl n’y parvient pas.


Les corbeaux n’avaient clairement servis à rien. Si ce n’était éventuellement nourrir leurs congénères vivants de leurs carcasses, enfin, quand les dites carcasses seraient décollées du pare-brise du poids-lourd. Ce dernier n’avait pas ralenti le moins du monde. Au contraire, il semblait aller de plus en plus vite, se rapprochant dangereusement de la Plymouth qui peinait à conserver son avance. A chaque instant, l’écart qui séparait les deux véhicules se réduisait. Ce qui permit au conducteur de faire mouche.

La chaîne s’enroula autour du bras d’Abigaïl alors qu’elle réfléchissait au moyen d’atteindre son linceul. Un instant plus tard, elle décollait de son siège pour se retrouver sur le macadam, passer sous les roues du camion. Le bruit de ses os en train de se briser et de ses chairs se faisant concasser n’avait rien d’agréable. D’ailleurs elle perdit quelques morceaux. Car lorsqu’elle se retrouva à l’arrière du camion, traînée comme un morceau de bidoche moribond, la nécromancienne ne possédait plus qu’un bras (accroché à la chaîne), son torse, sa tête et une demi-cuisse. Le reste allait nourrir les corbeaux probablement. Mais malgré tout cela elle était toujours vivante et surtout, elle avait une idée. A croire que se faire écraser lui réussissait.

En fait, son regard s’était surtout posé sur une des silhouettes noires au bord de la route : les ombres des victimes du chauffard spectral. Des âmes en peine, ivres de colère mais ne pouvant agir, à moins qu’on ne leur donne un petit coup de main. Abigaïl se concentra, essayant d’ignorer les morceaux de peau et de chair qu’elle disséminait partout sur la route. Ces fantômes étaient si en colère, si las de leur impuissance qu’ils répondirent aussitôt à l’appel de la nécromancienne. Un nuage d’ectoplasme constitué de visages hurlants et de griffes éthérées se forma devant le camion, le frappant avec la force d’une tempête de poche. Le véhicule se coucha sur le côté, entraînant Abigaïl dans un dérapage incontrôlé. Il y eut de nouveaux craquements sinistres, mais son bras tint bon et surtout la chaîne se retira enfin. Non loin devant, la Plymouth tentait un dérapage pour s’arrêter et retourner vers sa maîtresse. Ou plutôt ce qu’il en restait. Autant dire que rampant au milieu des décombres, Abigaïl n’avait pas fière allure.



Dernière édition par Abigaïl Faust le Lun 29 Mai - 21:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Death Proof

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» Le calendrier des rps
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-