AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Ariel Rivers: Le monde change à chaque perspective

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 15 Mai - 22:23 Message | (#)

Informations Personnelles
ϟ Nom : Rivers
ϟ Prénoms : Ariel
ϟ Sexe : Demoiselle
ϟ Âge : 27
ϟ Date de Naissance : Quelque part en 1990
ϟ Lieu de Naissance : Côte ouest des Etats-Unis
ϟ Nationalité : Américaine
ϟ Orientation : Obsessive
ϟ Métier : Infirmière
Administration
ϟ Avatar : Gemma Ward
ϟ Crédits : euh...c'est moi qui l'ai coupé
ϟ Pseudo : Iphigelina
ϟ Âge réel : 24
ϟ Parlez-nous de vous : La lecture, rêvasser, me faire belle, quelques séries...
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? Luck et topsite
ϟ Que pensez-vous du forum ? Beaucoup d'infos à intégrer au début mais je vais y aller en douceur :)
ϟ Quelques conseils à donner ? lol, laissez-moi le temps de tomber sur mes pattes avant de me poser cette question!
Historique
Les livres d'histoires aiment s'attarder sur la bataille titanesque qu'engendra l'invasion Terminus menée par Oméga et ses armée destructrice comme d'un exemple symbolique d'espoir et d'union. La preuve que l'humanité et toutes les races qui coexistes sur Terre peuvent oublier leur orgueils et cultures opposées face à un besoin plus grand. Beaucoup furent rassuré de constaté que dans un monde ou la différence était vaste, l’instinct de survie était une valeur universellement partagée. Confronté à la destruction de tout concept de civilisation tous les plus grand héro choisirent de s'unir.

Un miracle qui sauva bien plus que nos vies, car peu d'âmes avertis ignorent que la mort est loin d'être le pire des dénouements. Mais un miracle payé dans le sang de ces héros venu des quatre coins. De tous ceux qui se rendirent à la bataille guidés par cet espoir fou de triomphe dans l'union, nombreux furent ceux qui ne prirent jamais le chemin du retour. Et aussi grisante que fussent l'euphorie de la victoire, l'a disparition de ces héros de provinces ne fut pas sans conséquences. Le crime fleurit dans le chaos engendré par l'absence de ses anciens opposants. Star city était à l'épicentre des efforts de reconstruction et de réorganisation mais la Ligue des étoiles ne vit pas le jour immédiatement pas plus qu'elle ne développa son efficacité et sa cohésion du jour au lendemain et c'est dans cet espace de temps que le reste du pays se trouva à son plus vulnérable.

Mes parents furent victimes de ce climat instable alors que je n'avais guère plus de cinq ans, deux ans après ce que tous désignaient déjà comme l'un des plus grand tournant de l'histoire de notre planète. Je me souviens du visage de ma mère si pâle et immobile qu'on aurait dit un ange figé dans le temps (...ses yeux vitreux ou fleurissait des tâches écarlates figés dans l'horreur et la détresse, sa bouche à la lèvre déchirée grotesque et tordue sur un ultime cri d'impuissance...). Sa robe claire, rose ? jaune ? comme un halo autour d'elle (...retroussée sur ses cuisses couvertes d'hématome et luisante de fluides encore humides...). Elle semblait si calme, étendue et sans mouvement, presque comme si elle était en train de rêver (...image de cauchemars et de mort...).

Je ne me rappelle plus vraiment ce qu'il se passa après que je trouve le corps de ma mère et je n'ai aucuns souvenirs d'avoir vu mon père même si je sais qu'il périt cette nuit-là également. Sans aucunes ressources je me retrouvais vite perdue dans le monde de la rue ou la misère côtoie indifférence et cruautés. Les autres enfants dans la même situation que moi n'avaient guère d’intérêt à m'offrir leurs aides. Pas sans que je puisse le leur rendre et je n'avais rien à offrir qui puisse les tenter.

Les livres d'histoires aiment s'attarder sur la bataille titanesque qu'engendra l'invasion Terminus menée par Oméga et ses armée destructrice comme d'un exemple symbolique d'espoir et d'union. La preuve que l'humanité et toutes les races qui coexistes sur Terre peuvent oublier leur orgueils et cultures opposées face à un besoin plus grand. Beaucoup furent rassuré de constaté que dans un monde ou la différence était vaste, l’instinct de survie était une valeur universellement partagée. Confronté à la destruction de tout concept de civilisation tous les plus grand héro choisirent de s'unir.

Un miracle qui sauva bien plus que nos vies, car peu d'âmes avertis ignorent que la mort est loin d'être le pire des dénouements. Mais un miracle payé dans le sang de ces héros venu des quatre coins. De tous ceux qui se rendirent à la bataille guidée par cet espoir fou de triomphe dans l'union, nombreux furent ceux qui ne prirent jamais le chemin du retour. Et aussi grisante que fussent l'euphorie de la victoire, l'a disparition de ces héros de provinces ne fut pas sans conséquences. Le crime fleurit dans le chaos engendré par l'absence de ses anciens opposants. Star city était à l'épicentre des efforts de reconstruction et de réorganisation mais la Ligue des étoiles ne vit pas le jour immédiatement pas plus qu'elle ne développa son efficacité et sa cohésion du jour au lendemain et c'est dans cet espace de temps que le reste du pays se trouva à son plus vulnérable.

Mes parents furent victimes de ce climat instable alors que je n'avais guère plus de cinq ans, deux ans après ce que tous désignaient déjà comme l'un des plus grand tournant de l'histoire de notre planète. Je me souviens du visage de ma mère si pâle et immobile qu'on aurait dit un ange figé dans le temps (...ses yeux vitreux ou fleurissait des tâches écarlates figés dans l'horreur et la détresse, sa bouche à la lèvre déchirée grotesque et tordue sur un ultime cri d'impuissance...). Sa robe claire, rose ? jaune ? comme un halo autour d'elle (...retroussée sur ses cuisses couvertes d'hématome et luisante de fluides encore humides...). Elle semblait si calme, étendue et sans mouvement, presque comme si elle était en train de rêver (...image de cauchemars et de mort...).

Je ne me rappelle plus vraiment ce qu'il se passa après que je trouve le corps de ma mère et je n'ai aucuns souvenirs d'avoir vu mon père même si je sais qu'il périt cette nuit-là également. Sans aucunes ressources je me retrouvais vite perdue dans le monde de la rue ou la misère côtoie indifférence et cruautés. Les autres enfants dans la même situation que moi n'avaient guère d’intérêt à m'offrir leurs aides. Pas sans que je puisse le leur rendre et je n’avais rien à offrir qui puisse les tenter.

J'appris rapidement à me rendre aussi peut intéressante et remarquable que possible. N'étant pas capable de me battre, la meilleure option pour moi était encore de ne pas attirer l'attention de ceux qui n'auraient aucun mal à s’emparer de mes maigres trouvailles. La plupart du temps je me contentais de chercher dans les poubelles et de ramasser ce que je pouvais trouver. J’évitais soigneusement les endroits trop populaires, préférant éviter toutes rencontres. J’écoutais de temps à autres les histoires d’horreur qui circulaient sur « le système » et les « famille » d’accueil que certains n’avaient pas eu la chance d’éviter (…ils ont laissés Sarah crever en se camant sur l’argent de son traitement…ils l’ont buté…c’est leurs fautes si ma sœur est morte !... et personne va rien dire parce que leur putain de beau-frère est lieutenant chez les stups…[i]).

Dans la rue, personne ne prêtait vraiment attention à ce qu'il se passait à Star city, les histoires de sorcier maléfique et d’élection n'avait aucun impact sur notre quotidien. Les rumeurs et murmures inquiet sur la formation mystérieuse d'un culte d'assassin étaient à peine plus digne d’intérêt. Ni héros ni vilains ne se souciaient vraiment de nous...ils y avaient juste ceux d'entre nous qui se retrouvaient parfois à la mauvaise place au mauvais moment et que l'on ne revoyait pas. Le plus sage était encore de ne pas écouter ce qu'ils avaient à dire et d'attendre qu'ils disparaissent.

A cette époque je me contentais d'exister. Jour après jour je survivais tant bien que mal au froid et à la faim, protégée par un écrin de solitude qui était autant refuge que prison. Je n'étais personne et j'aurais pu mourir sur mon lit de carton sans que l'on découvre mon corps avant qu'il ne commence à se décomposer. Au plus quel qu’inconnus chargé de disposer de mes restes se serait laissé aller à un bref moment de pitié distante. Il naît un certain désespoir difficilement descriptible face à cette connaissance de soi. Je n'étais rien, ma vie était insignifiante. Aucune raison d'être ne m'animait ([i]...dans le miroir mes yeux avaient presque le même éclat vitreux et abhorrant que ceux de maman il y a si longtemps...
).

C'est là qu'Il me trouva.

Celui qui deviendrait le centre de mon univers, l'homme qui s'avança et choisit de me donner une raison de continuer à vivre. L'architecte de mon être tel que je suis aujourd'hui. En un sens, c'est lui mon véritable créateur, car il prit ce qui n'était rien d'autre qu'une coquille vide de sens et il la magnifia en un outil utile capable de le servir...non, gravitant sur l'orbite du moindre de ses désirs, vivant pour répondre à ses demandes et servir son rêve. Il prit soin de moi d'une façon bien plus essentielle que je n'aurais pu le concevoir. Il était le Dieu qui avait étendu son bras et choisit de m'accorder le droit de me soumettre à ses desseins. Jamais je n'aurais pu le trahir...il ne m'avait pas créé capable d'un tel acte.

Adam Scheindstatt, administrateur régionale de la Pénombre en charge d'une cellule centrée sur l'étude de divers artefacts récupérés par les agents de SHADOW. Homme charismatique d'origine allemande avec un père ayant travaillé en tant qu'officier SS et une mère impliquée dans les plus hauts échelons du parti nazi, Adam fut recruté par SHADOW peu avant le lancement de son premier assaut majeur en 1962. Malgré l'échec cuisant de cette opération d'envergure il continua sa lutte vers les plus hauts échelons de l'organisation dont les idéaux appelaient à sa nature et à ses convictions.
Dote d'un doctorat en psychologie ainsi qu'en histoire des civilisations il fut choisi pour diriger l'étude d'artefact ancien dont SHADOW avait fait l'acquisition sans toutefois savoir quelle pouvait être leur valeur.

Bien entendu, j'ignorais tout de cela à mes débuts sous son aile. A sept ans, plus ou moins, je n'étais guère utile à la cause. Mon rôle était plus restreint, centrée entièrement sur le piller de mon existence. J'étais à ses côtés et il veillait sur moi (...ses yeux glissent sur mon corps juvénile, reflets obscènes dansant derrières ses pupilles dilatées...). Il m'apprenait le monde et sous son tuteurage je me découvrais (...ses mains sur ma peau visite des lieux interdits, corrompant une innocence qui n'a pas le réflexe de se défendre et se laisse pervertir...). Il faisait de moi le calice de ses ambitions, un réceptacle de sa volonté et de son désir (...déchirure...douleur cruelle et sans merci...tâche sanglante sur des draps moins souillés que celle qui reste étendue comme une poupée brisée sur leur blancheur oubliée....

Je n'avais qu'amour et déférence pour lui.

Au fil des années mon rôle s'élargit et je me glissais dans celui d'aide et d'assistante pour mon protecteur, l'aidant dans la mesure de mes moyens grandissant. Mon éducation restait sous sa supervision mais j'étais seule responsable du travail à fournir. Mes études étaient focalisées autour des différentes cultures que nous étions amenés à étudier. Je ne cherchais pas à émuler mon maître dans ses études de la psyché humaine car ce n'était pas un domaine qu'il souhaitais me voir développer. Je ne rencontrais toutefois nulle opposition lorsque j'exprimais le désir de m'éduquer en médecine et en soins d'urgence. Le nombre grandissant de héros et leur organisation grandissante me mettant mal à l'aise quand à ce que cela pouvait signifier pour nous.

J'avais treize ans lorsque notre base fut la victime de l'assaut d'une faction mineur de sorcier corrompu cherchant à s'armer d'artefact occultes dans le but de semer le chaos. Je tenais dans les mains une statuette récemment acquise sur le marché noir lorsque le mur près duquel je me tenais implosa. Au même instant les agents chargés de la sécurité du complexe firent intrusion dans la salle. La bataille entre sorcier et soldats s'engagea presque immédiatement et je me retirais dans l'ombre d'une caisse ouverte, évitant de peu un sortilège pourpre qui laissa un des soldats derrière moi s'écrouler (...ses boyaux perçant son abdomen violemment pour venir l'étrangler...). Je me perdis dans un instant d'éternité, noyée dans la cacophonie des explosions et des cris.

Sur ma gauche le miroir des bêtes, fracassé par une balle perdue manqua de peu de m'écraser et je reculais plus en arrière, mes doigts crispés autour de la statuette aux trois singes...pour être directement percutée par une vague de magie pur déclenché par le dernier acte d'un sorcier mortellement blessé. Une force ésotérique (...teintée et distordue, reflets des actes dépravées ayant terni jusqu'à l'âme de son hôte se faisant sentir au-delà de la simple présence de la magie...) me projeta contre le mur de concret renforcé. Craquements d'os brisés...souffle coupé, je m'affalais. Vaguement consciente d'une chaleur inconfortable dans ma poitrine. Des éclats de verre ainsi qu'un liquide pétillant et acre cascadant sur moi. Je sombrais dans l'inconscience.

Lorsque je revins à moi je sus immédiatement que quelque chose était différent. Je n’étais plus la même, une part fondamentale de moi avait été altérée. Mais je pouvais être plus précise car malgré le changement que je savais s'être produit, c'était comme si j'avais toujours été comme ça. Comme si ce qui était différent s'était infiltré si profondément dans mon expérience que je n'étais plus capable de voir ce qui avait été remplacé.

~Extrait du rapport sur l'étude du sujet B-delta~

Le choc extrême provoqué par la situation et l'état pubère du sujet semble avoir créer les conditions parfaites pour l'éveil de sa mutation. Par ailleurs le besoin immédiat et vital du sujet semble avoir favorisé l'intensité de son facteur régénératif. Des tests ultérieurs ont prouvés que le facteur de la mutation du sujet B-delta est d'ordre passif et faiblement actif à l'intérieur du sujet. Son usage apparaissant orienté vers une utilisation sur autrui ou le sujet B-delta concentre le facteur de sa mutation pour régénérer des tissus étranger d'une manière contrôlée et efficace.

....

La survie du sujet B-delta après l'intégration de l’artefact 742 (sculpture datant de 1623 réalisé par le mage/prêtre Hidari Jingore) dans son essence peut être attribuée à différents facteurs. Premièrement, l’absence totale de magie existante chez le sujet et donc l'impossibilité d'une réaction de rejet entre différente énergie ésotérique. L'entrée en contact avec l'onction d'Apollon dont le sujet était recouvert et l'éveil de ses pouvoirs mutants, dont l'aptitude inné a facilité la stabilisation du traumatisme rencontrée par le sujet. Le fait que l’artefact intégré au sujet B-delta n'était pas un artefact majeur de pouvoir à également joué en la faveur de la possibilité d'un tel phénomène.

...

Le sujet B-delta à été jugée définitivement altérée par la magie présente dans l’artefact 742 qui s'est associé à son être sur un plan non physique. La possible transmission génétique de ces altérations reste indéterminée.

...

D'ultérieur recherche sur l’artefact 742 ont permis de déterminer les effets imposés au sujet B-Delta.

I shall tell no lies

Le sujet B-Delta est incapable de prononcer un fait qu'elle sait être incorrect. Il lui néanmoins possible de retenir des informations et tant que le sujet B-delta n'est pas consciente de la fausseté de ses propos elle est capable de dissimulation.
Le sujet B-delta ne présente aucune aversion au concept en lui-même du mensonge, pas plus qu'elle ne décrit son utilité ou sa nécessité mais elle reste incapable physique de prononcer la moindre fausseté.

I shall hear no traitors

Le sujet B-Delta semble avoir développé une incapacité à entendre tout propos visant à la pousser à la sédition vis-à-vis de l'organisation. Lors de l'évaluation de sa loyauté elle à fait preuve d'un conditionnement excellent. Toutes tentatives d'utiliser des techniques similaires à celle employées par l'agent Scheindstatt pour briser sa loyauté sont rester inaudibles par l'agent B-Delta. Il est théorisé que l'activation de ce handicap ne dépend pas de la perception du sujet B-delta mais de l'intention de son interlocuteur. L'agent B-delta a été jugée complètement immune à toute tentative forcée de déconditionnement.

I shall see no evil

Le sujet B-delta est incapable de se porter témoin oculaire de tout acte de cruauté ou d'immoralité trop grande. Sa perception du monde semble avoir similairement reversé à celle d'une enfant au fait mais incapable de vraiment comprendre les perversions de la société. Le regard qu'apporte le sujet B-delta sur son passif s'est déjà retrouvée compromis et entre en conflit avec les données que nous possédons. La compréhension des objectifs ainsi que des moyens employés par l'organisation s'est également trouvé grandement altéré. Actuellement la description apportée par l'agent B-delta de SHADOW ne permet pas de la considérer comme moralement criminelle. Certains éléments de notre équipe ont émis l'hypothèse que si l'agent B-delta se retrouvait directement en face de l'ombre elle serait incapable de le percevoir.

Recommandations : L'agent B-delta serait parfaitement adaptée pour un travail sous couverture ou dans un rôle de soutiens dans une unité plus active.
Transfert sur le site de Star city fortement recommandé du fait de la perte de l'agent Scheindstatt dans l'incident.

~Fin du rapport~

Les années suivant l’incident furent...difficiles. Je n'aime pas évoquer cette époque de ma vie ni l'effroyable douleur qui l'assombri. La perte de mon architecte me laissa démunie, à l'abandon et si je n'avais pas eu la possibilité de continuer à le servir au travers de mon introduction formelle dans les rangs de SHADOW. Ses idéaux reposaient dans le travail de l'organisation et en apportant ma contribution je continuais de lui être loyal. Je gardais ma raison d'exister, je continuais d'être utile et d'avoir de la valeur.
Je me retrouvais donc à suivre un entrainement moins intellectuel que ce que j'avais pu expérimenter en faveur d'une mise à niveau physique qui me faisais cruellement défaut. Je restais toutefois prévue dans un rôle de soutiens et de ce fait je n'appris à me battre que dans une optique de self-défense et restais à un niveau modeste.

Mes connaissances médicinales furent développées et je passais officiellement mon diplôme d'infirmière dans le but d'établir ma couverture. Je travaillais également sur cette capacité acquise si longtemps auparavant à me faire discrète. J'appris à me déplacer silencieusement et à me fondre dans les ombres. Il semblait bien que comme autrefois mon rôle ne se trouvait pas dans la confrontation directe. Mais à présent j'avais une valeur, j'étais chargée des soins d'urgence sur le terrain.
Après plusieurs missions test réussi je fus officiellement mutée à Star City l'année de mes 23 ans peu après l'affaire du porte-conteneur russe. Dix ans après la tragédie qui avait bouleversée mon univers je me sentais enfin prête à faire mes preuves.

L'entrée dans le monde extérieur à l'organisation m'obligea à me choisir une identité et je pris le nom d'Ariel Rivers, ne me souvenant pas de comment mes parents avaient pu m'appeler autrefois et m'inspirant d'une de mes histoires favorites. La vie à star city s'avéra particulièrement chaotique, ponctuée de catastrophes toute plus invraisemblables que les autres, mais pas moins coûteuse en vie humaine pour autant. Affectée dans les ambulances de premiers secours je me retrouvais souvent sur les lieux de ces carnages. Curieusement je n'en gardais jamais un souvenir aussi perturbant que mes collègues semblaient en avoir et de ce fait le stress constant de mon occupation me pesait bien moins qu'à d'autre.
La plupart de mes missions jusqu'à présent étaient relativement simple et ne nécessitait pas de travailler en équipe. SHADOW tenait à assurer l'établissement de ma couverture avant de possiblement mettre à l'épreuve ma crédibilité. On m’a toutefois récemment fais comprendre que je serais bientôt contactée par des agents déjà établis sur place.
Dossier Médical
ϟ Corpulence : Svelte et délicate, toute en courbes douces et en lignes épurés, elle forme un tableau attachant aux imperfections négligeables.
ϟ Visage : Encadré par une cascade d'or pâle et abritant un regard bleu d'innocence elle rayonne de cette jeunesse naïve que possède ceux pour qui le monde est resté pur de ses horreurs cachées. Ses traits fins mais à la définition harmonieuse se font l'écrin d'une bouche aux lèvres rosées dont les sourires semblent habités d'une candeur ingénue.
ϟ Particularités : Rien ne la différencie en apparence de toute autre jeune jolie blonde emplie de joie de vivre.
Seul les individus suffisamment désillusionnés se retourneront sur la présence de cette honnête impression d'innocence aveugle se dégageant de son aura. Car vraiment, ne reste-t-il pas que les enfants pour croire que les monstres dans le noir ne détruisent pas sans cesse humanité et raison?
ϟ Qualités et défauts : ~Qualités~
Loyal, honnête, serviable, compétente, charismatique

~Défauts~
Obsessive, perceptions défectives d’autrui et de la réalité, détachée sur un plan émotionnel profond
ϟ Goûts et dégoûts : ~Elle aime~

Servir, être utile, rendre service, être jolie, les crêpes au chocolat, les petits chiens,...

~Elle déteste~

L'échec, décevoir, être impuissante, que l'on s'attaque à ses convictions, toutes tentatives de raisonnement, les légumes vert, abîmer ses vêtements favoris.
ϟ Rêves et peurs : ~Rêves~

Retrouver un autre individu digne de la même loyauté obsessive qui la lie même après sa mort à celui qui l'a façonnée.

~Peurs~

Être abandonnée par Shadow.

(..irrationnel, tout éléments jugés défectueux seraient tout simplement éliminés, mais sa propre mort de la main même de ses maîtres ne dérange nullement la jeune femme, juste l'idée d'être rejetée et laissée seule et sans aucune raison justifiant son existence)
ϟ Quelle vision votre personnage a-t-il des autres ? De manière générale Ariel est plutôt ouverte à la discussion et paraît d’un naturel amical avec autrui. La vérité c'est qu'en dépit d'un abord bienveillant et généralement compatissant Ariel éprouve de réelles difficultés à former des liens avec ceux qui l'entoure. Actuellement elle n'a pas d'amis ni de relation amoureuse mais la plupart des gens qui l'entoure au travail l'apprécie très favorablement.
En ce qui concerne ses supérieurs Ariel est totalement loyale et obéissante. Elle cherche rarement à imposer ses vues, sauf si elle croit réellement pouvoir apporter un élément important à considérer.

ϟ Où se placerait-il dans l’échelle qui va du Super-Vilain au Super-Héros ?

ϟ Est-il prêt à tout pour arriver à ses fins ?

ϟ Serait-il prêt à blesser ou tuer pour gagner un combat ?

ϟ Pourra-t-il user de violence pour se sortir d'une situation de crise ?

Super Dossier
ϟ Groupe et raisons : SHADOW ...Parce qu'Il en faisais partie et qu'Il fut l'architecte de sa reconstruction. Sans lui elle n'aurait rien, ne serait rien, ne vaudrait rien. La loyauté qu'elle possède envers SHADOW est à peine moins obsessive et dérangée que celle qu'elle put avoir pour celui qu'elle considère son créateur.

ϟ Pouvoirs et capacités : Pouvoir Mutant de Guérison:

Présent sous forme latente chez elle: elle se remettra plus vite qu'un humain normal de ses blessures mais certainement pas au point de voir une coupure se refermer à vue d’œil, elle a aussi moins de chance de garder des séquelles graves. Mais dans l'ensemble cet aspect est plutôt négligeable et se résume au fait qu'elle est de santé légèrement plus robuste que la normal.
La vrai utilité de son pouvoir concerne son application sur autrui.
Son utilisation lui demande de la concentration et s'appuis sur ses propre connaissances médicales pour la visualisation nécessaire. Elle lui permet de régénérer les blessures d'une personne autre qu'elle-même à vitesse exponentielle.

ϟ Surnom et costume : Miss Alice => en référence au fait que le monde qu'elle perçois est sensiblement que celui que le reste du monde peut percevoir.
Costume standard des agents SHADOW.
Informations Complémentaires


Ps: si je dois changer mon noms de famille dites-le moi et dans ce cas je prendrais Oceanus :p
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

La Maire

Maître du Jeu
Généralités
Madame la Maire

ϟ Nombre de Messages : 9495
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Mar 16 Mai - 19:39 Message | (#)

Salutation à toi et bienvenue sur le forum !

Je vais m’occuper de ta fiche en commençant directement par la forme de manière générale ! Il y a malheureusement beaucoup de fautes d’orthographes qui viennent gêner le récit. Il s’agit principalement de problèmes d’accords et de conjugaisons ou d’homonyme comme « ou » et « où ». Une relecture de ce côté-là serait appréciée pour la validation !

Ensuite, l’histoire en elle-même nous apporte peu d’information sur Ariel en elle-même. Nous savons que ses parents sont morts et qu’elle s’est retrouvée à la rue. Il faudrait préciser comme une gamine de quelques années a d’ailleurs réussi à éviter d’entrer dans le système, pourquoi est-ce que les agresseurs présumés de ses parents ne n’en sont pas pris à elle. La façon dont est écrite la fiche est intéressante, mais on attend plutôt des informations claires pour bien présenter ton personnage ! Ce qui manque un peu tout au long de sa fiche. Tu feras aussi attention que la première partie de ta fiche est en double.

Ensuite vient le personnage d’Adam Scheindstatt. S’il est un administrateur régional, il s’occupe d’une région particulière du monde, comme par exemple l’Amérique du Nord et non pas d’une cellule avec une tâche bien définie. Par exemple, Renan le Guerec est un Officier de la Pénombre et donc le chef de la cellule de Mannheim (ainsi que les cellules de l’est des Etats-Unis). Il faudrait donc mieux expliquer ce qu’un membre de la Pénombre venait faire à Star City, sachant que Mannheim a été dirigé par l’oncle de Renan, Jack Talley, avant lui. De la même façon, pourquoi un haut gradé de SHADOW choisirait-il de s’enticher d’une orpheline trouvée dans la rue ? SHADOW a un processus de recrutement particulièrement long pour s’assurer de la fidélité de ses membres ainsi que des moyens de générer des clones. Il faudrait aussi mieux décrire le personnage dans ce cas, notamment au niveau de son âge, la généalogie que tu en dresses a l’air assez confuse. Il faut aussi garder en tête que SHADOW s’est tout de même éloigné des idéaux nazis initiaux.

Ce n’est pas très clair quand est-ce qu’Ariel découvre véritablement l’existence de SHADOW par ailleurs. L’entrée dans l’organisation doit être un moment assez important je suppose, un moment où Adam lui aurait fait confiance et est malheureusement absent de la fiche. Il est difficile d’imaginer qu’il lui ait confié un tel secret alors qu’elle n’était qu’une enfant ramassée dans la rue, mais à treize ans ton personnage se trouvait dans la base. Ce qui est d’ailleurs surprenant, c’est qu’une secte de sorciers ait pu la localiser. Officiellement, SHADOW n’existe plus et l’organisation protège jalousement ses secrets, qu’il s’agisse des artefacts en sa possession que de l’emplacement de ses bases (surtout si cette dernière accueille un administrateur régional). De la même façon, ce n’est pas vraiment le genre du groupe de laisser des artefacts traîner à la portée de tout le monde.

Il faudra d’ailleurs prendre le temps d’expliciter les pouvoirs connus de ces artefacts et surtout leurs origines. Les objets magiques ne courent pas les rues et pour le moment on ne sait littéralement rien de leur influence véritable sur Ariel. Il est compréhensible de vouloir conserver des zones d’ombre, notamment pour pouvoir développer ton personnage, mais ce n’est pas ce qui est attendu dans une fiche. Si ton personnage peut rester ignorant de la véritable nature de ces objets, nous devrons la connaître dans la fiche ! Il faudra donc expliciter ce que sont l’artefact mais aussi l’onction d’Apollon.

Un autre problème qui survient dans ta fiche est l’incapacité de ton personnage à mentir. C’est un élément particulièrement gênant pour un agent de SHADOW qui en plus se mêle au reste de la population. Clairement, Ariel apparaîtrait comme une faille dans le secret qui entoure l’organisation et pourrait être éliminée. Comment pourrait-elle répondre à des questions sur son passé sachant qu’elle se refuse à mentir ? Même si elle se contente de ne pas y répondre cela reste quelque chose de suspicieux. Ensuite, SHADOW est une organisation criminelle et terroriste, ne pas pouvoir assister à des actes moralement répréhensibles est un handicap, sachant que les agents peuvent être amenés à en commettre pour l’organisation. A voir la description de ton personnage, on pourrait s’imaginer qu’Ariel resterait à la base pour soigner des agents blessés, sauf que dans ce cas, elle n’aurait aucune utilité d’une vie civile ce qui limiterait énormément tes possibilités de jeu. Puis Ariel devrait détourner les yeux dès qu’elle assisterait sur le terrain des agents qui commettraient certains actes pour leur mission.

Si Ariel est à Star City depuis 2014, elle a forcément déjà eu des contacts avec le reste de l’organisation et notamment avec l’officier de la Pénombre : Renan Le Guerec. Difficile de voir à quoi fait référence la dernière phrase de ton histoire donc.

Pour ce qui est des descriptions physiques je n’ai pas de remarques à faire. Par contre, pour celles mentales, il faudra aller plus loin que des listes et rédiger pour mieux cerner le personnage. De la même façon, tu n’as répondue qu’à une seule des questions et pour ce mode de fiches, des réponses sont demandées à chacune de celles-ci bien entendu.

Au niveau des pouvoirs, sépare bien les deux pouvoirs distincts que ton personnage a actuellement ! C'est-à-dire un pouvoir de régénération d’un côté et un pouvoir de guérison de l’autre. Il faudrait donner plus d’éléments sur la vitesse de soin de la seconde capacité par ailleurs et s’il y a des blessures trop graves qu’elle ne peut pas encore soigner ! Ce qui serait logique étant donné qu’il s’agit d’un pouvoir de base pour le moment. Je note aussi que tu n’as doté ton personnage d’aucun pouvoir lié à l’artefact mentionné dans l’histoire et je me pose des questions quand à la pertinence de ce passage.

Pour conclure, il y a donc beaucoup de travail sur cette fiche. Une première relecture orthographique, puis de nombreux éléments à remanier pour que l’ensemble soit cohérent avec le contexte du forum. Tu fais quelques références à celui-ci, mais ton personnage pose problème quand on fonctionnement de SHADOW. Il faudra aussi étoffer les points demandés, finir les descriptions psychologiques et mieux décrire les pouvoirs. Si tu as la moindre question, n’hésite pas à m’envoyer un message privé sous le compte d’Abigaïl Faust.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Ariel Rivers: Le monde change à chaque perspective

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Quand le monde change (pvAlban Chaos,Conrart et Nero)
» sebastian&ariel - tout le monde dit toujours que le pieu mensonge est positif mais du négatif en ressort toujours !
» Notre monde change de visage [MAJ 25/01/15]
» Le monde change mais pas les hommes...
» DOLLARISATION / À chaque entreprise son taux de change

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Citoyens-