AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Le chef du troupeau est un animal comme les autres ▬ Atia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Ven 5 Mai - 10:26 Message | (#)

« Je ne mens jamais », tiens, c'était nouveau ça, du jamais vu même. Atia avait parfoi entendu des trucs du genre « je ne ris jamais », « je ne crie jamais », « je ne laisse jamais de survivant », mais des « je ne mens jamais », jamais. Il fallait dire que ce genre de délire n'était pas tout à fait compatible avec son business. Dans le cadre du Cartel Rouge, quand on entendait quelqu'un dire qu'il ne mentait pas, on avait plutôt tendance à comprendre l'inverse. Dans le cas présent, la César était naturellement encline à croire à un foutage de gueule. Mais la suite du discours de l'intrus l'incita à revoir sa position. Il lui livra assez d'informations pour paraître sincère dans sa démarche. Principalement parce qu'Atia ne voyait pas pourquoi il lui ressortirait cette histoire pour une autre raison. Ce n'était pas le genre de business sensible qui exigeait des masses de prudence, c'était même relativement anodin et la criminelle ne cherchait pas particulièrement à garder le sujet secret, même si elle n'allait pas non plus jusqu'à transmettre l'information sur Twitter. Il n'empêche que l'ignorance de ce type était assez frustrante, pour un peu, la quadra le croirait presque. Et c'en serait hautement ridicule.

– T'as pas l'air particulièrement doué pour aller à la pêche aux informations, fit-elle remarquer, sur un ton légèrement moins moqueur que ce qu'elle avait utilisé jusque là.

Cela ne l'empêcha pas de manifester toute sa concentration et son talent lorsque le combat repris. Ce qui, une fois encore, lui paraissait étrange par rapport au profil auquel elle pensait avoir affaire. Si le but de ce gars était de la tromper, il serait resté dans ses mensonges et son histoire pour essayer de la rendre plus convaincante. Là, il se prêtait au jeu du combat sans pour autant émettre une haine ou une colère particulière, Atia sentait ce genre de chose, mais plutôt par une sorte... d'honneur ? Quoiqu'il en soit, la Caesar répliquait de manière correspondante. Parades et contre-attaques s'enchaînèrent et croyez bien que la combattante mit un point d'honneur à se montrer aussi offensive que défensive, si ce n'était plus. Et alors, le hasard, ou le talent, comme vous voulez, se tourna en sa faveur. Quoiqu'elle reconnut rapidement les symptômes d'une blessure incapacitante. Les mouvements de l'intrus semblèrent momentanément entravés et ses attaques et parades s'en virent perturbées au point de créer une ouverture des plus évidentes. Autant mettre un panneau éclairé indiquant « frapper ici ». Ainsi, Atia ne se gêna pas et son katana enflammé taillada le ventre de son adversaire.

A genoux, le sabre tendu, la César resta en position de combat le temps de voir son adversaire encaisser les dégâts qu'elle venait de lui infliger. Ceux-ci étaient bien handicapants mais ne seraient pas mortels. Elle n'avait pas frappé assez fort ni même assez profondément pour mettre sa vie en danger. Par contre, il n'allait sans doute pas pouvoir bouger facilement pendant un moment. Du moins si sa physiologie était normale, dans ce monde, on n'était jamais au bout de ses surprises. Enfin pour l'instant, Atia était plutôt optimiste. Si bien qu'en se relevant et en se tournant vers son adversaire, elle éteignit les flammes de son katana, même si elle garda celui-ci en main.

– Je me demande ce que ta vérité absolue dira en apprenant que c'est moi Atia César. déclara-t-elle.

Maintenant qu'elle se sentait au contrôle des commandes, elle pouvait adoucir sa stratégie. Sans doute parce qu'elle savait qu'elle pouvait à présent inciter physiquement cet homme à parler si jamais elle avait l'impression qu'il lui mentait. Après avoir attendu quelques secondes pour voir sa réaction et écouter sa réponse, la dirigeante du Cartel Rouge sortit son portable pour passer un coup de fil à ses hommes.

– Venez me rejoindre, j'ai ferré un poisson.

Restez encore à savoir si ce poisson verrait ses entrailles quitter son corps, s'il allait finir dans un aquarium ou si on allait le relâcher dans l'océan. Tout cela dépendrait de lui uniquement... mais aussi un peu de la manière dont Atia percevrait son discours à présent.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3186
ϟ Nombre de Messages RP : 75
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Ven 5 Mai - 11:30 Message | (#)

Il ne pouvait pas nier qu'il n'était pas forcément doué pour glaner des informations auprès d'individus comme son interlocutrice. Ces derniers avaient tendance à obliger leurs contacts à cracher le morceau et généralement de manière plutôt brutale, tandis que le slave préférait la méthode douce. Tant qu'elle était envisageable du moins. Car avec cette femme, il semblait évident qu'en la caressant dans le sens du poil, il n'arriverait à rien de plus que de la braquer. Au fond, l'immortel s'adaptait surtout à son interlocuteur. Quelques jours plus tôt, il avait rencontré le responsable du groupe qui avait fait venir le strigoï en Amérique et celui-ci s'était montré étonnamment conciliant une fois que Mikhaïl lui avait proposé un service en échange de ses informations. Il suffisait de trouver ce que l'autre désirait en somme et pour ça, le russe était assez doué.
Mais cette femme... elle semblait simplement vouloir se battre. Ou alors elle cachait vraiment bien ses pensées.

Il s'exécutait donc en espérant simplement réussir à la battre ou à l'impressionner suffisamment pour qu'elle décide de ne pas le tuer sur-le-champ et de le laisser rencontrer Atia César. S'il y arrivait, Mikhaïl avait une chance de pouvoir continuer sa traque. Sinon... ma foi, il aurait perdu tout ce temps et fait tout ce chemin pour mourir lamentablement dans une ruelle de Star City, loin de chez lui. Si tant est qu'il est un « chez lui ».

L'assaut du dhampire ne porta donc pas ses fruits et comme il le craignait, son adversaire parvint à saisir sa chance pour l'entailler au niveau du ventre. Elle resta pourtant assez passive sous ses apparences hostiles, puisque la douleur ne fut pas aussi cinglante qu'il le pensait. La femme s'était contentée de l'handicaper encore davantage, mais sans chercher à le tuer. Sinon, elle aurait pu lui ouvrir le ventre de bas en haut et au vu de son état de santé actuel, cela lui aurait certainement coûté la vie.
Le bicentenaire était désormais incapable de se battre correctement, les deux blessures récoltées depuis le début de cette « discussion » risquaient beaucoup trop de l'handicaper. Il recula légèrement, conservant son arme devant lui, mais dans une position défensive et non plus dans l'optique d'attaquer. Ses prunelles rougeâtres se levèrent vers la femme et il aperçut les flammes de son arme s'atténuer avant de disparaître totalement. Un signe de clôture du combat ? Il resta attentif, mais baissa à son tour son épée alors que la femme brisait le silence pour se présenter. Ainsi donc, il se battait contre Atia César depuis le début ? Celle qu'il désirait voir ? Il comprenait mieux sa méfiance face à son discours... Mikhaïl hésita quelques secondes avant de répondre d'un ton relativement calme et assez peu étonné.
En près de deux cents ans, il avait eu le temps d'apprendre à masquer ses émotions.

« On ne m'avait pas signalé que vous étiez douée dans le maniement des épées. »

Une manière de dire qu'il n'était pas au courant de son identité et c'était la vérité. Les gens lui avaient parlé d'une panthère ainsi que des nombreux alliés, mais aucun n'avait jugé utile de lui préciser qu'elle savait se battre ainsi. Tant pis. Elle semblait prête à l'écouter ou du moins c'était ce que son appel à ses alliés semblait laisser penser. Au cas où elle les appellerait pour l'achever, Mikhaïl décida de tenter sa chance durant ce bref laps de temps.

« Au moins cela m'économisera du temps dans les explications... » Toujours voir les choses du bon côté. « … comme vous l'avez compris, j’ai besoin de votre aide pour trouver la trace de l'un de vos anciens alliés. Il s'agit d'un vampire, il avait un club qu'il approvisionnait régulièrement en femmes. Généralement des russes. Mais il se trouve qu'il a aussi fait venir quelques autres personnes et ce sont elles qui m'intéressent.... »

Alors qu'il parlait, l'immortel avait échange son arme de main, la glissant dans la droite de manière à pouvoir la rengainer dans son dos. La douleur de son épaule et de son ventre était toujours aussi présente et maintenant d'autant plus depuis qu'il avait dû bouger et utiliser ses membres blessés, mais il faisait son possible pour rester stoïque. Masquer ses faiblesses était essentiel dans une discussion.

« J'ai rencontré le dirigeant des Ymir qui m'a parlé de ce vampire, mais il n'était pas beaucoup plus au courant. J'ai besoin de votre aide pour en savoir davantage à son sujet. Je suis prêt à payer chaque information que vous pourrez me communiquer. »

Que ce soit avec de l'argent ou des services, même si le premier point était assez problématique pour quelqu'un qui, comme lui, s'en fichait pas mal. Des bruits de pas approchaient, signe que ses hommes allaient débarquer sous peu. Restait à voir si elle allait décider de se débarrasser de lui ou de lui répondre.
Pour le coup, il ne savait pas trop sur quel tableau parier !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Sam 6 Mai - 11:13 Message | (#)

Remporter la manche d'un combat contre un adversaire de valeur, il n'y avait rien de mieux pour vous mettre de bonne humeur. Seule petite ombre sur le tableau : Atia n'y était pas arrivée seule, l'intervention de Next, quoique brève, y avait joué un grand rôle. Mais le sens de l'honneur de la César s'étant adapté aux modalités du monde criminel, elle s'en remettra. Et puis son esprit combatif pouvait toujours se rassurer en se disant que son opposant était encore vivant et qu'une éventuelle revanche serait possible. L'avenir le dira. Pour l'instant, la quadra savoura sa supériorité. Elle était tellement sensible aux échecs que ce succès, même amer, la combla royalement.

– Faudra que tu te trouves de meilleurs tuyaux, à l'avenir, conseilla la César, moqueuse.

Ce qui était plutôt optimiste pour lui car cela le laissait aspirer à un avenir. Enfin rien n'était encore déterminé à l'avance car la criminelle avait encore la main sur la poignée de son katana. Simple mesure de précaution, me direz-vous, après tout, ses hommes n'étaient pas encore arrivés. Mais on ne savait jamais. Surtout sur un tel sujet. Car si Atia commençait à s'interroger sur les origines de cet adversaire qui n'était peut-être pas ce à quoi elle avait pensé, elle ne rejetait pas encore complètement sa théorie initiale. De fait, une décapitation spontanée était encore possible. Du moins en théorie. Pour l'instant, elle allait l'écouter.

– Monsieur est pressé ? demanda-t-elle suite à son commentaire sur le temps gagné.

Mais la suite, elle l'écouta sans l'interrompre et en gardant les yeux sur son visage pour l'évaluer. Son regard ne le quitta que pour suivre ses mouvements. Atia remarqua que la douleur que lui envoyaient ses blessures ne semblait pas trop le gêner, du moins il n'afficha pas grand-chose. Cela dit, pour l'avoir vu se battre, la quadra constata qu'il y avait quand même une perte en fluidité. Ainsi il pouvait ressentir la douleur. On ne savait jamais, surtout avec une tête pareille... D'ailleurs, qu'est-ce qu'il était exactement ? Un extra-terrestre ? Une sorte de démon vomi par l'enfer ? Enfin... tant qu'il pouvait avoir mal, le reste était secondaire. Savoir que l'on pouvait faire souffrir quelqu'un était un indicateur de pouvoir non négligeable. Cependant, la César se concentrait aussi pour écouter ce que l'autre avait à dire. Il semblerait que cette histoire de vampire soit au cœur de ses intérêts ce qui démontait les hypothèses initiales de la criminelle. Enfin en apparence.

– Tu agi seul ? Pas de copains-copains pour assurer tes arrières ? interrogea-t-elle alors que ses hommes commençaient à arriver.

Avec une organisation presque militaire, quoique imparfaite techniquement parlant, ils encerclèrent le petit groupe et braquèrent l'intrus de leurs armes dont les calibres variaient selon les goûts et les moyens de chacun.

– Putain, il a une sale gueule, lui...
– Je ne vous ai pas faits venir pour écouter vos commentaires. Occupez-vous de Next.

Sans attendre, quelques hommes s'exécutèrent et se rendirent au chevet d'un Next encore dans le coltard mais en bon état de santé malgré tout. Une jolie bosse sera sa seule séquelle. Atia, de son côté, évaluait la situation. Elle n'avait rien répondu aux explications et à la requête de l'intrus et se contentait de le fixer sans ciller d'un regard penseur avant de finir par lancer.

– On l'amène.

Et sans rien ajouter, elle se détourna pour se diriger vers le Circus. Ses hommes la suivirent en prenant soin d'escorter l'invité du soir à bonne distance. Quelques minutes plus tard, ils passèrent par une entrée secondaire qui menait sur un long couloir mal éclairé avant d'entrer dans une pièce qui servait d'entrepôt pour les cadavres de ceux n'ayant pas survécu à leur combat. Ce soir, il n'y en avait que deux, humains, disposés dans des sacs poubelles, en attendant qu'on s'occupe d'eux. Quatre hommes entrèrent également pour assurer la protection d'Atia mais surtout la surveillance de l'autre. Deux restèrent près de la porte, deux autres derrière leur patronne qui alla s'asseoir sur une des chaises qui se trouvaient là. C'est que le traitement de cadavres pouvait être éprouvant pour les petites natures. Atia fit signe à l'intrus de s'asseoir également, après qu'un de ses hommes ait placé la chaise proposée à une distance respectable. Une fois qu'ils furent tous deux assis, La Caesar « rangea » son sabre dan l'une de ses côtes, laissant sa poignée dépasser, au cas où.

– Comment on t'appelle ? finit-elle par demander.

Une fois la réponse obtenue, elle reprit :

– Dis-m'en plus sur les personnes qui t'intéressent.

Un ordre qui n'en n'avait pas vraiment l'intonation, mais c'était ce qui en faisait toute la puissance. Pendant qu'il lui répondait, la César sortit son portable pour vérifier deux choses. La première étant la vidéo qu'elle avait trouvée des caméras de surveillance le jour de son attentat, histoire de voir si le profil du type en face pouvait correspondre ou si les différences étaient trop importantes. La deuxième concernait les informations que ce type semblait recherche. Sans lever les yeux de son écran (ô ultime impolitesse), elle déclara :

– Il se peut qu'on ait ce que tu recherches. Il se peut aussi que ça ne soit pas aussi complet et enrichissant que ce que tu espères. le ton de sa voix était légèrement sceptique, comme si elle avait encore du mal à croire à son histoire. Mais bon, vu la tronche de cet homme, apprendre qu'il cherchait un vampire n'avait rien de très étonnant en fin de compte Quoiqu'il en soit, rien n'est gratuit. C'qui m'intéresse, c'est soit le flouze, soit du taf bien fait. Tu sais te servir d'une épée, j'ai remarqué ça. T'es prêt à t'en servir pour quelqu'un d'autre ?

Cette fois elle releva la tête pour regarder son interlocuteur dans les yeux et le regard d'Atia ne laissait pas beaucoup de doute quant à la nature des services qu'elle exigerait. Celle-ci serait manifestement très très illégale et très très peu morale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3186
ϟ Nombre de Messages RP : 75
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 6 Mai - 12:24 Message | (#)

« Non, aucun. »

Il avait répondu sobrement, même s'il était parfaitement conscient que ce n'était absolument pas prudent d'avouer qu'il agissait seul. Kolyak qui avait souvent répété qu'il fallait toujours agir en binôme – ou en groupe plus important – et que si ce n'était pas possible, il fallait prétendre que vous n'agissiez pas seul. Question de sécurité : maintenant, cette femme pouvait se débarrasser de lui tout en sachant que personne ne viendrait le chercher ici. Mais Mikhaïl n'aimait pas mentir, pas lorsque ce n'était pas vraiment nécessaire du moins et il préférait encore prendre le risque d'être achevé plutôt que d'être pris en flagrant délit de mensonge. Car si cette femme était bel et bien Atia César, elle pourrait rapidement vérifier l'existence de ses prétendus alliés.

Le slave patienta donc, retombant dans le silence avant de leur emboîter docilement le pas. Pour le moment, les choses se passaient plutôt bien : il atteignait ses objectifs et c'était tout ce qui comptait à ses yeux. Discuter avec la César lui permettrait d'en apprendre davantage sur sa cible et une fois que ce serait fait, ma foi, il pourrait aviser si elle décidait de s'en prendre à lui. Oh, bien sûr, il n'était pas convaincu d'avoir le dessus et il y avait de fortes chances pour que le fait de se mettre une femme comme elle à dos soit la dernière chose à faire, mais s'il n'avait pas le choix...

Il se contenta donc de mémoriser le chemin qu'ils prenaient et qui traversait apparemment une sorte de hangar de stockage, puis il prit place sur le siège qu'on lui désigna. Être assis risquait de l'handicaper s'il devait se défendre, mais il n'était plus à ça près malheureusement.
Au moment où elle l'interrogea sur son prénom, Mikhaïl opta pour le surnom que les gens lui donnaient habituellement :

« Nikto. »

Si elle parlait couramment le russe, elle pourrait bien croire qu'il se moquait d'elle compte tenu de la signification de ce mot – Personne – mais il ne faisait que lui répondre. D'ailleurs, lorsqu'elle le questionna sur les personnes qui l'intéressaient, il enchaîna avec docilité :

« Je n'ai pas grand-chose de plus à ajouter aux autres informations. Il s'agit d'un vampire relativement âgé, natif des pays de l'est et qui a ouvert un club où il emploie des femmes. » Même si le terme « employer » était mal adapté. « Il en a fait venir beaucoup de Russie via le groupe de mercenaires répondant au nom « Ymir » et je le soupçonne d'être responsable de la venue d'une créature que je chasse. » Il n'en dit pas davantage. « Le problème étant donc relativement simple : ce vampire a disparu. Je sais qu'il avait été remplacé par une autre femme durant un bref laps de temps, mais elle a aussi disparue et je n'ai pas réussi à retrouver leurs traces. Or, on m'a dit qu'ils appartenaient au Cartel Rouge et comme vous en êtes la responsable, il m'a semblé naturel de venir à la source. »

Une logique qui lui semblait évidente, mais il ignorait si elle le croirait. La femme avait l'air encore relativement méfiante et triturait son appareil sans détourner le regard. Cherchait-elle des informations à ce sujet, ou se contentait-elle de vérifier si elle trouvait des traces de son identité ? Si c'était ce dernier point, elle risquait de perdre son temps étant donné qu'il n'y avait aucune trace de lui en Amérique.

Ce qu'elle répondit alors semblait plutôt encourageant, même si elle monnayait forcément chaque information qu'elle pourrait lui donner. Il s'y attendait et cela ne l'étonna donc pas.

« Si les informations en valent la peine, oui. L'argent n'a jamais été une priorité pour moi, je doute donc en posséder suffisamment pour vous payer, alors si je peux acheter mes informations par un service, c'est préférable. » Autant être franc, même si elle pourrait en profiter pour le faire chanter. « Et peu importe si vos informations restent sommaires, du moment que j'ai une piste pour la suite de mes recherches, c'est suffisant. » Il avait dû traquer des créatures sans rien savoir d'elle, alors ce serait toujours mieux ainsi. « Mais j'imagine que le prix de ces données sera adapté en conséquence ? »

Autrement dit qu'elle ne lui ferait pas payer plein pot si elle ne pouvait lui fournir que des informations assez basiques. Ce n'était pas parce qu'il était honnête qu'il était stupide pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Sam 6 Mai - 17:37 Message | (#)

Il était seul. Voilà qui contribuait à défaire la théorie, l'espoir d'Atia, sur les intentions de cet homme. S'il disait la vérité, bien évidemment. Mais plus les secondes passaient, plus sa César devait se rendre à l'évidence. Sa piqûre de rappel avec la vidéo n'avait rien donné de probant. Les visages des suspects n'étaient pas visibles, totalement masqués, et en cela, ils étaient radicalement différent de celui-ci qui était à visage découvert. Quoique le visage en question était peut-être un déguisement en lui-même... rha, c'était difficile de trancher, d'autant plus que la criminelle espérait avoir affaire à un de ces types... mais elle ne devait pas laisser ça occulter son jugement. Heureusement qu'elle s'était assise, finalement, ça allait l'aider à conserver son calme et rester objective.

– Nikto... très bien, commenta-t-elle distraitement sans vraiment avoir d'avis personnel sur ce pseudonyme.

Elle devinait qu'il était d'origine étrangère mais n'en connaissait pas les origines. Peut-être demandera-t-elle à son lieutenant, plus tard. Là pour l'instant, c'était surtout une procédure de passée. De fait, la patronne se concentra sur les informations qui arrivèrent ensuite. Elle ne put vraiment s'empêcher de penser que son calme docile était suspect... quelqu'un de nerveux lui aurait inspiré un peu plus confiance, paradoxalement. Mais enfin elle écouta sans l'interrompre ni même afficher ses hésitations sur son visage. Celui-ci resta aussi neutre que possible.

– Quel genre de créature ? demanda-t-elle avec un intérêt professionnel. Bestiale ? Humanoïde ? Intelligente ? Est-ce que tu la chasses pour des raisons personnelles ou juste pour le fun ?

Quand on avait affaire à des chasseurs du style d'Orion, on pouvait s'attendre à tout et à n'importe quoi. Mais finalement, la César interrogeait moins cet homme par intérêt pour la créature en question que pour vérifier son histoire. Pour le reste, elle n'en dit rien mais elle avait bien compris, maintenant qu'elle avait vérifié certains dossiers sur son portable, à quoi il faisait référence, même si les individus en question n'avaient pas eu l'immense privilège d'avoir directement eu affaire avec elle. C'est que quand les choses se passaient bien, la César n'avait pas forcément à s'y mêler et ça se goupillait tout seul. Après tout, elle aimait faire dans la simplicité et quand les choses devenaient trop complexes, sa politique était de faire table rase. Mais dans le cas présent, la situation semblait assez simple... si on oubliait les doutes qu'elle nourrissait personnellement.

– Je vois, dès qu'on parle business, t'es tout de suite moins philosophe, fit remarquer la César avec un sourire sarcastique. En vrai, ça ne la gênait pas du tout, elle avait l'habitude de ce genre de chose. Si elle devait compter tous les hypocrites qui prêchaient la bonne parole sauf quand le pognon était en jeu... Que mes infos te soient pertinentes ou pas, c'est du pareil au même. Tu cherches des infos sur quelque chose de bien précis, on peut te proposer des moyens que tu ne trouveras pas autrement ailleurs. Mais même si t'étais venu juste pour demander le numéro de téléphone d'une gonzesse à draguer, le prix est le même ici. Pour qu'on fasse du business avec des inconnus, faut qu'ils s'en montrent capables. Si ça ne te conviens pas, tu peux te barrer.

Il croyait quoi ? Qu'elle allait lui fournir des tarifs raisonnables alors qu'elle ne savait même pas qui il était, quel était son objectif et de quoi il était capable ?! S'il le pensait vraiment, alors il devait fumer de la bonne. A la limite, si le type avait fait parler de lui, ouais, il aurait pu négocier. Mais là, rien. Pas même quelque chose de croustillant qui pourrait les faire baver. Alors non, si ce deal ne l'intéressait pas, il pouvait se barrer... sans même recevoir de quoi se faire un pansement. Et peut-être même en se faisant tabasser par les hommes d'Atia, en prime. Histoire de lui donner une leçon.

Quant au job en question, il y avait de la place pour la variété. Selon les goûts de monsieur, ça pourrait aller vite en l'envoyant faire un sale boulot pour eux. Mais ça pourrait aussi être un peu plus long comme lui demander de monter dans l'arène du Circus à au moins trois reprises. Parce qu'une fois, c'était rien du tout, même un péquenaud pouvait le faire. Deux fois, c'est mieux mais à partir de trois, les paris qui se font rapportaient bien plus. Accessoirement, Atia en profiterait pour continuer à évaluer le personnage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3186
ϟ Nombre de Messages RP : 75
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 6 Mai - 20:42 Message | (#)

Mikhaïl se demandait si la César avait déjà entendu parler des strigoïs. D'un côté, ils pourraient faire de parfaites bêtes de foire et s'il se basait sur les rumeurs à propos des arènes qu'elle possédait, certaines pouvaient lui être passées entre les mains, mais d'un autre côté ces créatures restaient relativement rares sur le continent américain. Le mieux était certainement de lui dire sommairement de quoi il s'agissait et de la laisser se débrouiller pour la suite. Après tout, il ne tenait pas à ce que quelqu'un d'autre s'intéresse à sa cible.

« Humanoïde, mais bestiale et intelligente aussi. » Il haussa les épaules. « On ne peut pas vraiment la qualifier en un seul mot. C'est un strigoï suffisamment ancien pour être intelligent. » Et donc très dangereux. « Je la chasse parce que c'est ce pour quoi j'ai été formé. Elle est dangereuse et doit être neutralisée, c'est aussi simple que ça. »

Peut-être qu'elle le prendrait pour un bienfaiteur ou quelque chose de ce genre, mais peu lui chalait. La vérité, c'était que Mikhaïl ne pouvait pas tolérer qu'une telle créature fasse des victimes et détruise la vie d'autres personnes comme elles avaient pu le faire avec lui. Ce n'était pas par altruisme qu'il agissait, mais simplement parce qu'il était habité par une forme de désir de vengeance. Un détail toutefois bien trop personnel pour qu'il l'exprime ainsi. Et comme il n'apporterait rien à la discussion, le dhampire choisit de se concentrer sur la suite de la discussion qui promettait d'être compliquée. Il ne fut pas réellement étonné de l'entendre refuser un rabais, tout comme il s'attendait à la voir s'imposer en lui montrant qu'il n'était pas en mesure de négocier. Oh, Mikhaïl en était parfaitement conscient, mais il pouvait bien tenter, non ? Comme elle semblait particulièrement réticente à cette idée, le russe choisit de jouer le jeu en se montrant plus conciliant.

« Ça me convient. Je me contentais de chercher à comprendre comment vous fonctionnez. Les personnes que j'ai pu rencontrer jusqu'à présent ne demandaient jamais le même paiement, c'est normal de s'informer. »

De toute manière, un service resterait un service. Qu'elle lui demande de libérer un criminel de prison ou d'aller poster une lettre pour elle, la situation ne changerait pas vraiment ; il s'investirait à fond et remplirait la tâche du mieux possible. Bien sûr, la difficulté changeait forcément la donne, mais le slave n'était pas du genre à se reposer sur ses lauriers, alors un peu de challenge ne l'effrayerait pas.
Qu'elle le croit ou non importait peu, il enchaîna donc :

« J'ai tout de même une question à vous poser... vous me dites que vous faites du business avec des inconnus s'ils se montrent capables, mais qu'en savez-vous ? Est-ce que je vais devoir passer un test avant d'avoir le droit de vous rendre ce service et d'obtenir mon information, ou est-ce que vous allez vous contenter de me donner vos instructions et me laisser me débrouiller ? » Il était assez naturel de s'interroger sur ce qui l'attendait. « Quelle que soit votre décision, j'apprécierais que vous me confiiez rapidement vos instructions. J'ai déjà perdu beaucoup de temps en glanant les informations précédentes, j'aimerais pouvoir retrouver rapidement la trace de cette personne, ce qui inclut de vous rendre ce service avant. »

Autrement dit, elle serait bien aimable de se bouger les fesses pour lui dire quoi faire histoire qu'il puisse avoir ses informations et repartir dans la foulée. Mais quelque chose lui disait que ce type de femme n'était pas du genre à se laisser dicter sa conduite par qui que ce soit et même si c'était pour rendre service, surtout pour ça en fait, elle se contenterait certainement de le faire poireauter quelques jours avant de lui répondre.
Ne serait-ce que pour lui montrer qui était le maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Dim 7 Mai - 12:12 Message | (#)

– Voilà une simplicité qui me plaît. Enfin c'était surtout la description du spécimen en question qui plut à Atia Je serais même intéressée pour te racheter ta proie si tu venais à la capturer vivante.

Là, c'était du sérieux comme business. Évidemment, la César avait encore des réserves sur son interlocuteur mais si une telle créature existait, et c'était tout à fait possible – merci, monde de fou – en faire l'acquisition serait des plus profitables. Mais peut-être était-ce là une stratégie visant à attirer sa convoitise... Oui, la paranoïa d'Atia était encore vive. Quoique, dans le cas présent, elle s'apaisait progressivement. Son fameux petit doigt semblait commencer à voir autre chose qu'une hypothèse d'attaque organisée. De fait, parler de ses intentions « commerciales » semblait être un bon moyen de continuer à apprendre à connaître cet homme. Leur combat lui avait assimilé une certaine retenue digne d'un moine guerrier et il se pouvait que ce trait de personnalité soit complètement incompatible avec le monde des affaires, ce qui serait vraiment dommage, soit dit en passant, enfin, ça ne serait pas non plus catastrophique. Ce n'était pas comme si les affaires ne marchaient pas. Là, tout de suite, le plus intéressant était d'explorer le caractère de cet individu pour en apprendre les subtilités et peut-être en discerner les pièges. Si piège il y avait.

– Ravie de voir que tu comprennes les choses. Connaître sa place dans le grand ordre criminel était toujours capital pour assurer sa survie Et effectivement, on a tous nos petites lubies pour ne pas parler de caprices de star dans certains cas Et il se peut qu'on te demande des prix différents selon les gens à qui tu demandes des services ou des infos. C'est le jeu. Mais si t'es réglo et que je décide de faire affaire avec toi, personne dans le Cartel ne devrait te claquer la porte au nez. Ce qui était un avantage non négligeable lorsqu'on opérait dans la clandestinité, bien évidemment.

Toujours au niveau des évidences, on comprendra que ce « laisser-passer » n'était pas gravé dans le marbre. Si jamais ce Nikto s'amusait à faire de la merde comme poser des problèmes à l'un des gangs du Cartel, l'offre se verrait promptement retirée. Enfin la vérité était plus complexe que ça, après tout, ça se crêpait facilement le chignon au sein du Cartel et il n'y avait pas toujours de grosses punitions. Mais bon, la règle était supposée être plus stricte avec les autres. Au final, Atia ne promettait pas la clé d'un réseau complet et loyal, bien sûr, mais plutôt une opportunité. Le simple fait d'être reconnu suffirait à empêcher les membres du Cartel de le tuer à vue, en théorie du moins. Pour le reste, tout dépendrait de lui, et surtout de ce qu'il était prêt à faire et/ou à offrir en échange de ce qu'il recherchait. Et à ce niveau, pour l'instant, la César se contenta d'apprécier le pragmatisme de cet homme. Une qualité de la plus haute importance pour la criminelle car elle était synonyme de bons profits.

– Eh bien pour m'être battue contre toi, je sais déjà que tu te débrouilles dans ce domaine, c'est le minimum syndical que j'exige. Pour le reste, tu sembles assez motivé donc c'est un point positif. encore fallait-il savoir si ces motivations correspondaient bien à ce que ce type disait. Décidément, il faudrait bien que la César mette la main sur un mentaliste compétent et surtout digne de confiance, un de ces jours Après le test, c'est très simple. Si t'arrives à faire ce qu'on te demande, tu réussis. Elle n'était pas du genre à demander à ce que ses associés remplissent un QCM, d'autant plus que certains criminels ne savaient même pas lire Là, j'te propose le choix. n'était-elle pas magnanime Soit tu montes sur l'arène de mon Circus pour trois combats. Soit tu t'occupes de libérer mes hommes qui sont en prison. Car ma partenaire RP a, encore une fois, lu dans mon esprit.

Avec ces deux tâches, Nikto n'allait certainement pas récupérer sa carte de visite en un soir. Surtout qu'il était encore blessé. Mais les deux proposaient des approches différentes de ce qu'Atia recherchait. Tout en étant aussi utile l'une que l'autre. Bien sûr, chacune proposait son lot de risque et d'un point de vue totalement objectif, il était tout à fait possible que Nikto meurt que ce soit dans l'arène ou face aux flics... voire même à un super héros dans le cas de l'opération libération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3186
ϟ Nombre de Messages RP : 75
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 7 Mai - 13:55 Message | (#)

Mikhaïl ne fut pas très étonné d'entendre Atia César lui parler de monnayer la liberté de la créature qu'il traquait. Elle devait être le type de femmes qui ne laissait passer aucune affaire et qui savait s'imposer. Le style de personnalité obligatoire pour mener la barque lorsqu'on occupait un poste aussi important que le sien ! Cependant, le slave ne pouvait pas envisager une seule seconde de faire affaire avec elle, d'une part parce qu'il n'était pas esclavagiste et que cette créature n'était pas un objet, mais d'autre part parce qu'il comptait la tuer lorsqu'il aurait retrouvé sa trace. La criminelle eut donc l'occasion de constater que le franchise de l'immortel n'était pas une excuse :

« Dès que je mettrai la main sur elle, je l'exécuterai. Il n'est pas question de la livrer à quelqu'un et encore moins pour d'éventuels combats, si j'en crois les corps qui traînent dans cet entrepôt. » Il n'était pas né de la dernière pluie non plus. « Tant que nous y sommes, je préfère que les choses soient claires entre nous : je vous respecte ainsi que votre organisme, mais si vous tentez de me doubler pour attraper cette créature, vous deviendrez un obstacle entre ma proie et moi-même. »

Il ne la menaçait pas, il se contentait de la prévenir en lui expliquant comment les choses se passeraient si jamais elle envisageait réellement de s'approprier cette créature. Mais Mikhaïl en doutait un peu : elle ne savait rien de cette histoire et elle devait certainement avoir bien d'autres choses à faire et à penser avant de s'amuser à courir après une ombre pour pimenter les combats qu'elle organisait.
Cependant, il préférait prévenir que guérir et cela même si ces paroles la contrariaient.

Pour le moment, elle semblait plutôt... conciliante dirons-nous. Bien évidemment, la perspective d'avoir un avantage lors de ses négociations avec d'autres membres du Cartel Rouge était une excellente chose, mais ce n'était pas son objectif principal. Si tout se passait bien, il pourrait normalement espérer régler cette affaire après avoir discuté avec le vampire – s'il retrouvait sa trace – ou son remplaçant comme la boîte avait certainement été rachetée depuis. Toutefois, comme il appartenait visiblement au Cartel Rouge et que c'était sans doute le cas de ses autres contacts, ce serait un atout non négligeable.
Mais encore fallait-il qu'elle le juge fiable.

Mikhaïl était un excellent mercenaire lorsqu'il se lançait dans une affaire, cependant il restait conscient du fait qu'il avait été grandement diminué avec ces plombs d'argent, il ignorait donc s'il pourrait être aussi performant qu'à l'accoutumée. D'ailleurs, lorsqu'elle commença à lui expliquer ce qu'elle attendait de lui, le slave réfléchit quelques secondes. Entrer dans l'arène était certainement le plus simple si l'on considérait le fait qu'il avait beaucoup d'expérience en combat, mais avec ses faiblesses actuelles, il n'était sûr de rien. Peut-être qu'une mission plus subtile serait préférable ? Tout dépendait de l'endroit où ces individus étaient retenus prisonniers bien sûr.

Après quelques instants de silence, le dhampire releva les yeux vers la patronne du Cartel avant de reprendre la parole d'un ton toujours aussi calme.

« Et où sont-ils retenus prisonniers ? J'imagine que si vous ne l'avez pas fait vous-même, c'est que la tâche ne doit pas être aisée. » Après tout, elle avait l'air d'avoir des hommes compétents sous ses ordres. « Quelles informations pouvez-vous me donner au sujet de cette mission-là ? »

Il ne serait pas spécialement étonné qu'elle lui dise qu'il devait se débrouiller, sauf s'il voulait alourdir sa dette avec de nouvelles informations à payer. Mais il pouvait aussi espérer qu'elle veuille réellement récupérer ses hommes et qu'elle décide donc de lui donner le maximum de chances de réussir. Au fond, le plus simple resterait certainement d'aller se battre dans son arène, mais il n'était pas homme à dévoiler ses compétences au premier venu. Et c'était sans compter qu'elle devait avoir son lot de créatures étranges qui pourraient être trop fortes au vu de son état actuel. Non, ce n'était définitivement pas prudent. Mieux valait perdre un peu de temps à libérer ces hommes plutôt qu'à se retrouver allongé à la place des cadavres qu'il avait croisés juste avant.

« L'arène ne me semble pas être une bonne option, je vais donc opter pour la libération de vos hommes. »

Même si elle risquait peut-être d'être déçue : elle donnait l'impression d'être une femme de spectacle.
Mais pas lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Lun 8 Mai - 13:26 Message | (#)

– C'est de bonne guerre, lâcha Atia, amusée par l'avertissement qu'elle venait d'entendre.

Sa tâche de chasseur était peut-être réelle... ou bien l'acteur jouait son personnage à fond. Encore une fois, tout était possible, mais Atia resta neutre et continua d'agir comme si elle croyait son interlocuteur. C'était mieux pour assurer le bon déroulement de cette discussion et faire avancer les choses. Bien sûr, si jamais la César venait « par hasard » à mettre la main sur la proie de Nikto avant lui, elle ne se priverait pas d'en faire bon usage. Quant à la suite et la colère éventuelle du chasseur, elle s'arrangerait pour la gérer comme il fallait. Ce n'était pas le genre de complication qui lui faisait vraiment peur. Après tout, quand on négociait avec Docteur Otaku, on prouvait déjà au monde qu'on avait des nerfs d'acier. Et puis surtout, pour l'instant, Atia ne craignait pas trop son interlocuteur. L'issue de leur précédent combat y contribuait pour beaucoup. Et même si elle se méfiait de lui, elle n'irait pas jusqu'à se laisser impressionner. Bref, dans tous les cas, elle comptait bien coller au « plan ». La discussion avançait, ils ne se laissaient pas bloquer par telle ou telle sensibilité, profitons-en. En plus, Nikto ne fit pas durer le suspense et manifesta rapidement son choix en commençant par s'informer sur une des propositions qui lui étaient faites. Voici donc le genre de tâche qui l'intéressait... La César ne put s'empêcher d'en tirer certaines conclusions. Le choix qu'elle lui avait présentait différenciait deux approches du monde criminel, l'une bling-bling visant à attirer l'attention et l'admiration ou la crainte des autres en opérant de manière visible. L'autre étant potentiellement plus discrète, concrète et sérieuse. Plusieurs interprétations étaient possibles, plus encore pour un psychologue chevronné, sans doute, mais Atia ne faisait pas dans la théorie alors elle se contenta de noter toutes ces données dans un coin de sa tête tandis qu'elle jouait avec son portable de ses deux mains, penchée en avant, les avant bras posés sur ses genoux, le regard planté dans celui de son interlocuteur, neutre et scrutateur.

– Dans la cellule d'un poste de police pour l'instant, mais ils vont être transférés d'ici peu. une bonne occasion pour intervenir, soit-dit en passant Si c'est bien le job que tu choisis, t'auras leurs noms, leur photo et d'autres renseignements utiles. comme l'adresse du poste de police en question, l'heure du transfert, le parcours prévu, le type de véhicule choisis... ce genre de chose.

Mais pas plus, car il y avait plus, évidemment, mais c'était réservé aux membres du Cartel. Et puis ce serait plus intéressant de voir comment ce type pouvait se débrouiller avec ça. Car, rappelons-le, cet exercice avait un double objectif : celui pour Nikto de montrer son sérieux et de prouver que le Cartel, qu'Atia pourrait tirer profit d'une collaboration, mais aussi d'évaluer ses capacités. Après tout, la criminelle hésitait encore sur les intentions véritables de ce personnage. Aussi, leur combat lui avait donné l'impression qu'il en avait encore sous le coude mais qu'il n'avait pas tout sorti... pour X raison. Ça l'intriguait beaucoup.

– Et au passage, si ce boulot n'a pas encore été mené, c'est plus par manque de temps que de moyen. précisa-t-elle en appuyant sa déclaration d'un regard qui signifiait clairement que la difficulté n'était pas un paramètre qui pouvait l'inquiéter.

Mais ce qu'elle ne dit pas c'était qu'une certaine altercation dans le Parc du Front de Mer lui avait fait perdre une partie de sa confiance envers ses hommes. Pas tant au niveau de leur implication et de leur dévotion qu'au niveau de leur compétence. Et puis pour ceux qui étaient en taule, c'était une bonne leçon. Faire durer les « vacances » ne la dérangeait pas vraiment.

– Tu penses que tu seras à la hauteur ? demanda-t-elle.

Rien sur son visage n'indiquait qu'elle fût déçue par le choix de cet individu. Certes, ses goûts personnels favorisaient l'arène et les combats glorieux mais elle n'était pas une gamine capricieuse au point d'imposer ses lubies aux autres. Ce ne serait pas pro du tout et contraire à ce qu'elle avait appris de son père. Parfois, il fallait faire preuve d'abnégation, sans quoi, l'empire stagnait, voire reculer. Hors de question.

– J'espère que tu ne t'attends pas à ce qu'on te tienne la main car tu risquerais d'être déçu. avertit-elle avec un sourire mauvais. Du coup tu penses en avoir pour combien de temps ?

Une façon comme une autre de prendre la température de son interlocuteur. Après tout, il semblait au moins aussi peu expressif qu'elle au niveau de ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3186
ϟ Nombre de Messages RP : 75
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 8 Mai - 14:54 Message | (#)

À son grand étonnement, la César lui donna quelques informations et laissa même entendre qu'il en aurait davantage s'il acceptait cette tâche. Est-ce que c'était la vérité ? Et si oui, quel genre d'informations obtiendrait-il ? En général, se lancer à l'aveugle n'apportait que des tracas, cependant il y avait belle lurette que le slave n'avait plus l'occasion de travailler en étant sûr de ce qu'il faisait. La traque n'était pas franchement le genre de métier « sécuritaire ».

Il écouta attentivement ce qu'elle disait, notant qu'apparemment la difficulté ne serait pas trop élevée, mais il ne s'enthousiasmait pas encore. Mikhaïl était bien placé pour savoir que toutes les missions pourraient réserver des surprises et qu'il devait donc se montrer prudent. Toutefois, il se borna à un simple « Je vois. » Lorsqu'elle lui souligna que le job n'avait pas encore été mené à bien par simple manque de temps. Il ne la croirait pas sur parole, une femme comme elle devait mentir sans la moindre difficulté et rien ne lui prouvait que ce n'était pas un manque de compétence, de confiance ou autre chose de ce type qui posait réellement problème. Cependant, comme il ne gagnerait rien à creuser de ce côté, le slave préféra jouer la carte du naïf qui gobait tout.

Notant mentalement tout ce qu'il avait pu entendre, Mikhaïl pesait une dernière fois le pour et le contre. Définitivement, cette mission lui semblait beaucoup plus prudente et plus réalisable. Si l'on occultait sa faiblesse physique, il y avait le côté « secret » que le slave cultivait généralement. La popularité et la célébrité allaient à l'encontre même de son mode de fonctionnement et même si'l ne crachait pas sur le fait de se faire un petit nom – ce qui lui assurerait d'avoir des informations plus facilement – il préférait rester dans l'ombre. Or, se battre à visage découvert dans une arène certainement peuplée de criminels n'était vraiment pas une bonne idée pour conserver sa tranquillité.
C'est donc sans la moindre hésitation qu'il répondit à la question qu'elle lui adressait :

« Oui. »

Sobre, mais honnête. Il ne voyait pas l'intérêt d'en faire des tonnes pour prouver ce qu'il valait, elle le constaterait bien par elle-même. Son regard restait dirigé vers celui de son interlocutrice tandis qu'elle enchaînait, précisant des détails qui coulaient de source et ne poseraient pas le moindre problème pour lui, puis il acquiesça d'un hochement de la tête pour indiquer qu'il avait compris. Pour ce qui était de savoir combien de temps il allait mettre pour les délivrer, Mikhaïl ne voulait pas trop s'avancer, mais il en avait une vague idée :

« Tout dépend des informations supplémentaires que vous pourrez me donner, ainsi que de la date de leur transfert. J'imagine que je ne vous apprends rien si je vous dis que ce sera le meilleur moment pour les faire s'évader. » Elle en avait certainement déjà fait en personne. « Alors, je dirais que j'agirai à ce moment-là. J'ai toutefois besoin de vérifier vos informations. Pas que je ne vous fasse pas confiance entendons-nous bien, mais si je tiens à réussir et à rester en vie, je préfère compter sur mes propres informations. » Ou celles qu'il avait pu vérifier avant. « Je présume donc que ça répond à votre précédente remarque : je n'ai pas besoin qu'on me tienne la main, j'ai une certaine expérience dans le travail en solitaire. »

Il songea à lui préciser qu'il travaillait déjà seul que son grand-père n'était même pas encore sorti des couilles de son père, mais ça risquait de faire un peu désordre. Surtout qu'il s'appliquait à garder un discours aussi poli et respectueux que possible, quel que soit son interlocuteur.
Arborant toujours un regard neutre et un visage de marbre, il reprit :

« Vous pouvez me communiquer les dernières informations, de cette manière je pourrai les vérifier et préparer mon approche pour agir le jour de leur transfert. » Il ne perdait rien à lui dire. « Lorsque ce sera fait, je reviendrai vous voir. Mais je présume que cette fois-ci je n'aurais plus à me battre avec vous avant de pouvoir débriefer ? »

Il l'espérait tout de même, pas que ce soit déplaisant, mais simplement parce qu'il risquait de perdre beaucoup de temps si tous leurs échanges débutaient ainsi.

« Dès que vous m'aurez répondu, je m'en irai et vous serez tranquille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Lun 8 Mai - 18:17 Message | (#)

Si Nikto ne s'était pas révélé être un combattant hors pair et si Atia ne nourrissait pas à son égard de sérieux soupçons, peut-être que la criminelle s'amuserait à essayer de le dérider un peu, au moins en le vannant dans son discours. Ce qu'il était trop sérieux. Peut-être trop pour correspondre à la théorie du complot. Si on avait voulu l'approcher de la sorte pour lui faire baisser sa garde, l'ennemi aurait sûrement opté pour une tactique plus décontractée avec une personnalité plus ouverte. Ou pas, ce genre de stratégie n'était pas vraiment la spécialité de la César qui, parfois, manquait de subtilité dans ce registre et préférait, si elle devait aspirer à une telle voie, déléguer ou au moins demander conseil. Droite dans ses baskets recouvertes de sang, diraient certains. C'est donc sans détourner le regard qu'elle écouta Nikto accepter sa tâche.

– Bien. se contenta-t-elle de répondre, sur un ton neutre, pas indifférent, mais presque.

Puis silence à nouveau pour écouter la réponse un peu plus longue de l'épéiste au sujet de l'estimation de son temps de travail.

– Très bien.

Il y avait de la répétition dans l'air. Sauf que cette fois, Atia se montra presque satisfaite dans sa courte déclaration. Nikto exprimait là une attitude qui lui plaisait bien. Pour peu qu'elle soit sincère, évidemment.

– Fais-en ce que tu veux de mes informations, tant que le travail est fait, je m'en balance un peu.

Sauf si bien sûr il venait à informer les flics ou la Légion de ses intentions. Mais Atia ne perdit pas de temps à indiquer ce qu'elle ferait en cas d'une telle trahison. Au final, que ce type préfère travailler seul, ce n'était pas un problème. Le Cartel avait l'habitude d'employer des éléments qui en faisait tout autant et ce n'était pas un gage d'incompétence, au contraire. Dans le monde du crime, la solitude pouvait être un synonyme d'audace, mais aussi de talent. Si Atia ne bénéficiait pas d'un nom et d'un héritage aussi riches, peut-être qu'elle aurait fait une carrière solo, elle aussi. Mais nous n'aurons jamais à savoir ce qui en aurait été, n'est-ce pas ?

– Ouais, comme ça j'imagine que tu pourras rentrer t'occuper de tes petites blessures. commenta-t-elle avec légèreté.

Petites, petites... ce n'était pas non plus une petite entaille de rien du tout. Enfin la César ne fit aucun autre commentaire là-dessus, même si elle comptait tout de même lui en toucher deux mots, histoire de fournir le minimum syndical de la décence. Le but était d'inciter les criminels et autres rats du systèmes à collaborer avec eux et non de les fuir comme la peste. Pour ce qui était des infos demandées par ce potentiel futur associé, Atia les demanda par SMS. Son lieutenant allait les lui faire parvenir et Nikto en aurait un échantillon écrit, comme ça, il pourra prendre tout le temps qu'il voudra pour faire ses devoirs. Pour ce qui était du sujet du protocole à suivre pour leur future rencontre, Atia arbora un sourire carnassier avant de rétorquer :

– Ça dépendra de tes résultats. Si tu t'es planté et que tu n'as rien de mieux à nous offrir ou si tu te dégonfles, il se pourrait qu'on croise à nouveau le fer, pour compenser ma déception... et pour le fun. Elle n'était pas du genre à proposer des soirées billard. Ou bien les boules finissaient là où ses adversaires n'avaient pas forcément envie de les avoir. Tu peux passer à l'infirmerie vite fait, si jamais... avant de partir. Cadeau de la maison, pour ta peine.

Là, c'était un signe de reconnaissance, ni plus ni moins. Atia pouvait parfois faire preuve de fair-play, même si celui-ci était toujours à sa sauce. Ce début de conclusion fut officialisé par l'arrivée d'un nouvel individu, un des larbins de la César entra pour délivrer des papiers. D'un signe de tête, la patronne lui fit signe de les faire passer à son « invité ». L'employé s'exécuta non sans tirer la gueule en voyant celle de Nikto. La quadra dut se retenir pour ne pas lever les yeux au ciel. Quelle chochotte. Sans rien dire, elle le congédia d'un signe de tête avant de se lever à son tour. L'entretien était terminé.

– Tiens moi au courant, Nikto, j'ai tendance à prendre la mouche quand un mec ne me recontacte pas.

Ce qui n'était pas une blague. Encore que, dans le domaine de « l'amûr » dont elle faisait sarcastiquement référence, la criminelle n'était pas si susceptible que ça. Radicale, certes, mais pas susceptible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3186
ϟ Nombre de Messages RP : 75
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 8 Mai - 20:56 Message | (#)

Qu'elle ne se vexe pas parce qu'il refusait de croire aveuglément à ses informations était une bonne chose. Il n'avait pas envie de tomber sur une femme tellement vaniteuse et arrogante qu'elle n'envisageait pas qu'une autre personne puisse douter de ses paroles. Cela dit, avec une mentalité pareille il était assez peu probable qu'elle ait pu tenir longtemps à la tête du Cartel Rouge.

Il ne releva pas lorsqu'elle parlait de ses blessures. Se soigner serait inutile compte tenu du fait que son organisme réagissait davantage comme celui d'un mort que d'un vivant. Ses cellules n'allaient pas se régénérer seules grâce au temps. Il allait devoir se nourrir de sang pour leur permettre de déclencher ce processus et pour retrouver un état plus acceptable. Cependant, Mikhaïl ignorait jusqu'à quel point les plombs d'argent dans son corps limitaient sa régénération. Leurs orifices d'entrée étaient toujours ouverts comme des plaies qui refusaient de se soigner et il espérait simplement qu'il n'en serait pas de même pour ces blessures nouvellement acquises. Sinon, autant dire qu'il pouvait demander à quelqu'un de l'achever sur-le-champ puisqu'il n'avait plus aucune chance d'en revenir à sa forme d'antan.

Mikhaïl constata qu'elle semblait très méfiante de nature compte tenu du fait qu'elle n'hésitait pas à émettre l'idée qu'il se dégonfle. Avait-elle une raison de penser ainsi ? Une éventuelle déception en employant une personne extérieure peut-être ? Au fond, peu importait : tout ce qui l'intéressait c'était de savoir qu'il aurait ces informations et qu'il pourrait travailler tranquillement de son côté. C'était ainsi qu'il fonctionnait le mieux au fond.

L'arrivée d'un nouveau personnage amena la conclusion de leur entrevue. Le russe ignora superbement le regard de l'homme, non sans lui en décrocher un suffisamment inquisiteur pour le mettre un peu mal à l'aise, mais saisit les papiers qu'il rangea aussitôt dans l'une des poches intérieures de sa veste. Se redressant en même temps que la César, il acquiesça d'un hochement de la tête alors qu'elle parlait de leurs futurs contacts. Elle n'avait pas à avoir peur et, de toute manière, s'il réussissait son coup, ses hommes rentreraient certainement à la maison dans la foulée. Alors, autant dire qu'elle saurait ce qu'il en était.

« Vous serez recontactée, quel que soit le résultat final. » Mais il osait espérer qu'il en sortirait victorieux. « Et je vous remercie pour l'infirmerie, mais ça ne sera pas nécessaire. »

Même s'il était inutile de préciser pour quelle raison.
Sans ajouter quoi que ce soit, le slave recula de quelques pas et lorsqu'il fut près de la porte, adressa un hochement de la tête à la César avant de pivoter pour ouvrir l'huis et se glisser à l'extérieur de la pièce. Tourner son dos à une pièce complètement remplie d'adversaires potentiels n'était pas vraiment compatible avec ses instincts de survie, mais il avait conscience que si la patronne du Cartel avait souhaité se débarrasser de lui, elle l'aurait fait depuis un moment à présent.

Quoi qu'il en soit, ces informations en sa possession, Mikhaïl n'avait plus aucune raison de traîner ici, il se dirigea donc aussitôt vers la sortie, rabattant à nouveau sa capuche sur son visage pour disparaître dans la ruelle et regagner ses pénates.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur











Le chef du troupeau est un animal comme les autres ▬ Atia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


Sujets similaires

-
» Nê-Nê, un animal de compagnie pas comme les autres.
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-