AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Les ruines dans les bois [Alex]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Personnel Civil de l'UNISON
avatar

Lou Gravet

Personnel Civil de l'UNISON
Généralités
Mind Device

ϟ Nombre de Messages : 303
ϟ Nombre de Messages RP : 73
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 25 Avr - 18:25 Message | (#)

Yeux fermés, j'écoutais les bruits des bois qui m'environnaient. Les beaux jours étaient de retour et avec eux, la nature s'éveillait doucement, les insectes se remettaient à voleter pour notre plus grand déplaisir et le moindre buisson où arbuste se retrouvait à envahir d'oiseaux migrateurs sur le retour et d'autres bruits qui m'étaient incongrues. J'étais un citadin, j'avais toujours grandi entouré de béton et de brique et les bruits d'animaux qui m'était familier tenais plus de l'aboiement et du miaulement qu'autre chose. Les vacances à la compagne, je n'avais pas vraiment connu non plus, faute de moyens et d'embrouille familiale plus ou moins obscure, et au final, mon contact avec de la végétation se résumait souvent à des balades dans des parcs plus ou moins grands…

Et pourtant me voila, devant ce ridicule abribus, guerre plus qu'un poteau avec un panneau bleu affichant des horaires pour la plupart effacés par le temps à vrai dire, entouré d'une végétation bien plus dense et désorganisée que ce que j'avais l'habitude de connaitre. C'était assez nouveau et je me demandais fugacement si c'était une bonne idée. Un moment de réflexion suffit à me convaincre que non, l'idée n'était pas complètement stupide et que je ne vais pas inutilement mettre une amie chère en danger.
C'est que j'avais sérieusement fait mes devoirs, je m'étais assuré que le lieu où nous contions nous rendre était "safe". Bien conservé malgré son âge, couvert par les opérateurs réseaux, sans risque d'effondrement aux dernières nouvelles et sans gardien fou qui vous accueillez avec du gros sel… a priori. Le bâtiment avait apparemment été, dans son heure de gloire, un centre de repos et de convalescence. La personne qui m'avait indiqué le lieu m'avait aussi venté son allure et encensé sa beauté, m'assurant qu'il ne pourrait que me plaire.
Bref, sur le papié c'était le site idéal pour faire ses premiers pas dans la discipline de l'exploration de ruine urbaine et s'était tendu mieux, car quitte à embarquer ma grande ficelle multicolore préféré dans l'aventure, autant que ce soit sur un site cool non ?

Je ne me considérais pas comme quelqu'un de particulièrement sociale, n'allant pas naturellement vers les autres à moins qu'ils une face le premier pas ou qu'ils n'aient besoin d'aide… Avec Alex, cette question n'avait même pas eu le temps de se poser. Le courant n'avait pu que passer entre cette pille électrique et moi. On ne bossait pas du tout dans le même secteur, mais on avait quand même trouvé le moyen de se rentrer dedans un peu par hasard. Elle avait la conversation facile, pour sure, et j'étais de suffisamment bonne humeur se joue là pour lui répondre. On avait papoté, j'avais fait une plaisanterie un peu nul ou un calambour foireux, je ne sais plus, elle avait du rire, on avait commencé à blaguer et elle avait fini par proposer une farce tordue impliquant, forcement, un objet magique… Et roule ma poule, voila comment notre amitié a démarré, comment notre complicité s'est créé.

Je ne sais plus vraiment comment on en est venu à parler de l'Urbex, probablement un lundi matin lors de l'inévitable conversation "salut, comment ça va ? T'as fait quoi ce week-end ?" devant la machine à café. Je n'étais pas un explorateur assidu de ruines à vrai dire, la majorité de mes week-ends consistaient plutôt à rester enfermé chez moi, les mains dans les programmes du moment ou le nez dans le cambouis d'un appareil en perdition quelconque, mais il arrivait, dans de très rare cas, que l'envie de prendre l'aire me prenne. Comme quoi tout peut arriver… Dans c'est cas là plutôt que de suffoquer dans un centre commercial ou dans n'importe quel autre lieu empli de monde et beaucoup trop brouillant pour moi, je préférais aller me perdre dans des ruines abandonnées, oublier de la plupart des gents. Mouais je sais, ça fait pas du tout asocial…
Alex s'était montré intéressé. "J'aime bien me balader" qu'elle m'avait dit, alors c'est tout naturellement que je lui avais proposé de m'accompagner la prochaine fois que je partirais en exploration.

Et nous voilà. Enfin, me voilà quoi, elle, elle doit être en chemin. Je lui envoyais un petit message pour lui dire que j'étais sur place et que je l'attendais avant de ranger l'appareil dans ma poche, je n'attendais pas particulièrement de réponse, surtout si elle conduisait… ou pédalait.
Vous pensez qu'elle viendra en vélo ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 25 Avr - 22:38 Message | (#)

Alex était toute excitée à l’idée de retourner dans la forêt de Watson pour explorer des étrangetés. La dernière fois qu’elle avait été là bas, elle avait fini en émoi devant une famille de cerfs et de biches au coeur d’une clairière. Passage presque émouvant, la norvégienne en avait presque oublié qu’elle avait été là bas pour chercher des pierres magiques dans le sol.
Cette fois, l’initiative était différente, et pour le mieux. Déjà, c’était son Loulou qui l’avait rencardée, donc ça démarrait forcément bien, non ? Elle ne l’imaginait pas trop gambader dans les bois, vu qu’il était un bonhomme de la ville et de la technologie, mais en même temps elle non plus n’était pas une grande naturaliste. Ni une naturiste d’ailleurs, précisons-le.
Quoi d’autre ? Cette fois, ils allaient explorer un bâtiment abandonné depuis un bon bout de temps. La nature avait certainement commencé à reprendre ses droits dessus, et ça promettait de jolies vues et une esthétique toute particulière. Rafraîchissante, selon l’avis d’Alex, voir même surnaturelles. Et elle adorait tout ce qui était surnaturel, pour ceux au fond qui n’écoutaient pas.

En résumant l’affaire, la norvégienne allait donc passer un moment : De curiosité, d’étrangeté, d’ambiance et d’esthétique toute particulière. Ce qui faisait quatre points positifs. Sans oublier la compagnie de son collègue de l’UNISON qui valait son pesant de cacahuètes !

Alex avait respecté les conditions de sa venue : Prendre un appareil photo, prendre un masque. Lou ne s’imaginait probablement pas qu’elle allait venir avec un masque de Pikachu sur le visage. Et pourtant, elle l’avait fait. C’était drôle, non ? Et ça dissimulait potentiellement bien son identité. Pour peu qu’on ne connaisse pas l’unique nana dans Star City qui s’habillait tout en couleurs, se coiffait tout en couleurs aussi, et assumait ce genre de déguisements.
Quand à l’appareil photo, elle avait hésité, et finalement craqué : Le polaroïd, fallait l’admettre, c’était super stylé. Elle avait des recharges de papier photo à ne plus savoir quoi en faire, et un appareil en parfait état de fonction, pourquoi s’en priver ? Ca donnerait un petit côté film des années 80 à leur virée.

Elle ne s’était pas encombrée avec le métro. Björg connaissait tous les chemins de son pays, et fut donc à même de la déposer à l’arrêt de bus où l’attendait son camarade. Le vélo arriva d’abord par les airs, à vive allure, et descendit progressivement vers la route pour qu’elle puisse se garer sans incidents.

Tada ! Me voilà ! Ca roule ? T’as pas attendu trop longtemps j’espère, hein ? J’suis en retard ? On a du contourner un vol d’oiseaux migrateurs, tu sais, c’était un peu compliqué. Enfin, je te passe les détails, je voulais pas avoir de la fiente sur mes vêtements. Et Björg non plus.

A peine arrivée, elle moulinait déjà les paroles ! Enfin, elle tendit la paume de sa main vers son collègue pour un high five, un vrai. Puis regarda partout autour d’eux.

Alors, c’est par où ? Toi au moins tu vas pas t’arrêter en chemin pour chasser des cailles. T’sais, la dernière fois que j’suis venue, c’était avec une nana comme ça. A l’arc et tout.

Elle parvint à se taire quelques instants, déjà pour respirer, puis pour laisser à son ami éventuellement le temps de lui répondre. Et de démarrer leur trajet vers une terre à l’abandon. Qui sait, peut-être qu’ils y découvriraient des choses ? Au moins l’histoire des lieux. D’ailleurs, elle avait pris une bombe de peinture et des marqueurs avec elle, au cas où Lou aurait des pulsions artistiques. Ou l’envie d’écrire “Lou was here” sur un mur.
Revenir en haut Aller en bas

Personnel Civil de l'UNISON
avatar

Lou Gravet

Personnel Civil de l'UNISON
Généralités
Mind Device

ϟ Nombre de Messages : 303
ϟ Nombre de Messages RP : 73
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 29 Avr - 10:10 Message | (#)

J'avais fini par m'adosser à l'abribus, pas que ma comparse du jour était terriblement en retard ceci dit, mais mon regard s'était attardé sur la végétation alentour, se promenant sur les moindres détails qui attire mon attention, sautant de brindille en brin d'herbe, de brin d'herbe en racines, de racines aux premières branches pour finir par se perdre dans la cime des arbres. C'est parce que j'avais le nez lever ainsi, à contempler les jeux de lumière au travers des feuilles, que je la vis arriver. Juste un mouvement dans ma vision périphérique qui me fit tourner la tête, il grossit bien vite pour se révéler être le Pikachu le plus colorée de l'univers chevauchant fièrement un vélo volant. La normalité même quoi, Alex était là...

L'engin finit tranquillement sa course à mes côtés et j'accueillis mon amie avec un grand sourire collé sur le visage.
À peine arrivé et la voilà déjà à jacasser dans tous les sens, un flot rapide de paroles amicales et énergiques qui m'assaille les oreilles. Cela ne fit qu'étirer encore plus ma mimique et je me contentais de secouer la tête, amusé, en attendant patiemment de pouvoir en placer une. Elle s'arrêta éventuellement, le temps d'un high-five retentissant et embrailla tout de suite après. À se demander comment elle faisait pour respirer…

« Eh bien, tu as l'aire en forme, ça fait plaisir ! Ne t'inquiète pas, tu es à peine en retard, juste assez pour me laisser le temps de repérer le chemin. Eh non, il y a, en effet, assez peu de chance pour que je m'arrête en chemin débusquer des volailles, je n'ai pas d'arc…» Et la chasse n'était définitivement pas dans la liste de mes compétences, pas plus que l'archerie soit dite en passant. « Ce n'est pas là. »

Je ramassais mon sac à mes pieds et d'un geste ample je le remis sur mon dos tout en me dirigeant vers une route de terre qui s'enfonçait entre les arbres un peu plus loin. Cette dernière était large, pas assez pour permettre à deux véhicules de se croiser, mais suffisamment pour qu'un camion puisse la pratiquer sans problème. Seule la mauvaise herbe qui l'envahissait doucement tout au long de la route était un indicateur de son abandon et de son manque de fréquentation.

J'y guidais mon amie tout en réengage la conversation d'un ton léger.
« Et toi alors comment vas-tu ? Quoi de neuf ? Tu as débusqué des babioles magiques dernièrement ? » Sous-entendu : des trucs drôles que l'ont peu utilisé contre nos pauvres collègues pour les faire tourner en bourrique parce que c'est qui est marrant !

« C'est quand la dernière fois que tu es venue ici ? Et c'était qui cette chasseresse ? » Ça m'intriguait et connaissant l'énergumène qui marchait à mes cotés, l'histoire devait être rocambolesque !

Au bout d'une quinzaine de minutes de marche nous étions arrivé à destination. Devant nous se dressait un imposant bâtiment tout en noblesse et en décrépitude, protégé par un portail fermé par une lourde chaine auquel était suspendu un écriteau "défense d'entrer, propriété privé". Je ne peux retenir le sifflement d'admiration qui m'échappa devant la taille et la beauté du lieu. Niché au creux de son parc sauvage qu'était la forêt environnante, semblant tranquillement endormies, les ruines étaient larges, très larges et s'élevaient sur trois étages sans compter les combles et les sous-sols. Je souris à Alex, les yeux pétillants tels ceux d'un gosse découvrant tous ses cadeaux de Noël au pied du sapin.

« Elle est énorme, je savais pas quelle était si grande ! Ok, ça va être géniale ! »

Plus qu'enthousiaste, je sortis mon propre masque de mon sac. Bien plus simple et bien moins flashy que celui de mon amie, son cuire noir marquait le bas de mon visage, de ma mâchoire à l'arrêt de mon nez, mais ne cachait pas mes yeux. Pour le reste je me contentais de rabattre ma capuche sur mon crâne. Toute sa précaution pour marquer nos identités était parfaitement inutile, il y avait assez peu de chance pour que nous ne croisions âme qui vive dans les lieux, mais ça faisait partie des traditions de la discipline. Et c'était tout de suite plus fun et plus classe ainsi non ?

Je me retournais une dernière foi vers ma comparse pour lui faire un clin d'œil avant d'entreprendre d'escalader le portail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 30 Avr - 19:49 Message | (#)

Alex trépignait d’impatience à l’idée de découvrir l’endroit que Lou leur avait déniché. Et en voir l’extérieur, ça serait une chose, mais visiter l’intérieur, c’était ça le plus fou ! Elle ne serait certainement pas avare en photographies. Tout serait observé, documenté, et probablement même conservé quelque part dans le bazar de la norvégienne. Enfin, elle en donnerait aussi à son camarade : C’était lui qui avait lancé l’idée de cette aventure, après tout.

Elle avait servi une moue toute désolée du genre chaton abandonné à Lou lorsqu’il lui dit, l’air de rien, qu’elle n’avait qu’un tout petit peu de retard. Un petit peu de retard, c’était du retard quand même ! Du coup, si la norvégienne n’était pas connue pour sa ponctualité, c’était pas pour autant qu’elle aimait faire attendre les gens. Surtout ceux qui étaient trop gentils comme Lou.
Enfin, elle non plus n’était pas venue les mains vides, puisqu’elle avait de quoi grignotter, et de quoi survivre, genre briquet, lampe torche et autres babioles dans un sac à dos couvert des badge et de patchs. En plus du matériel artistique.

Sagement, elle entreprit de répondre aux questions que lui posait son collègue. Alex n’avait généralement pas de raisons de jouer la mystérieuse. En fait, parfois, elle devrait, mais elle n’était pas assez prudente pour garder certains détails de sa vie secrète.

J’ai pas trouvé grand chose de rigolo. Par contre j’ai eu des histoires marrantes. Genre y’a un mec qui a embarqué ma valise pendant que je dormais dedans, du coup quand j’suis sortie bah j’étais chez lui. Mais ça va il était sympa.

N’importe qui d’autre aurait surement paniqué, mais pas Alex. Alex était un peu différente. Elle ne s’était même pas inquiétée une seule seconde, probablement assez sure de pouvoir sortir de là par ses propres moyens, ou de suffisamment étonner son interlocuteur pour pouvoir partir les mains dans les poches. En attendant, ça avait fonctionné !

La chasseresse… ben en fait c’est une ingénieur ou je sais pas trop quoi qui fait de la technomancie. Et inuit. Elle voulait un composant spécial pour transformer un flux électrique en flux magique, et y’a un coin dans la forêt avec des trucs comme ça, alors j’l’ai aidée à en trouver. Enfin, ça date, c’était genre cet hiver j’crois.

Une affaire banale pour la Norvégienne. Elle filait volontiers des coups de main à droite à gauche à qui osait lui demander. Elle n’avait pas une excellente notion du temps et ne saurait dire précisément il y a combien de temps cette petite affaire s’était déroulée. Et puis, peu importait, dans le fond.

Le temps de faire la discussion, ils finirent par trouver la demeure qui ferait l’objet de leurs explorations et autres petites frayeurs du jour ! Et c’était grand, ça en jetait vachement, plus que ce qu’aurait imaginé l’agent de l’UNISON. Elle qui s’attendait à visiter une cabane au fond du jardin, ou un bête entrepôt de bûcherons…

Trop cool ! T'es trop trop fort.

Elle jubilait. D’ailleurs, elle franchit d’un bond-escaladé assez approximatif le portail d’entrée. Elle avait certainement fait un trou à son pantalon au passage, mais n’en avait cure. Elle s’avançait déjà vers la porte d’entrée, sertie d’une chaîne et d’un volumineux cadenas qui semblait la tenir relativement fermée.

On entre par une fenêtre ?

Elles étaient pratiquement toutes cassées, c’était certainement fait pour ça. Et potentiellement plus discret que de faire péter la serrure. Bien sur, la norvégienne ne se priva pas de tourner un peu devant la façade et de prendre quelques photos, d’un oeil d’artiste probablement incomprise. Ou si ? Elle était tellement excitée qu’elle n’attendit pas vraiment, ni n’écouta d’ailleurs la réponse de son camarade avant de se hisser par une fenêtre entrouverte. L’ensemble grinçait et craquait sous son maigre poids, donnant une ambiance encore plus éthérée aux lieux. La lumière filtrait des rayons épais à travers la poussière qui se soulevait dans les airs. Tout était vieux, on distinquait quelques traces de pas à semi recouvertes par la saleté sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas

Personnel Civil de l'UNISON
avatar

Lou Gravet

Personnel Civil de l'UNISON
Généralités
Mind Device

ϟ Nombre de Messages : 303
ϟ Nombre de Messages RP : 73
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 4 Mai - 13:07 Message | (#)

Si Alex avait amené tout ce que je lui avais demandé, moi en revanche, je n'avais pas suivi mes propres indications. Si j'avais bien un masque je n'avais, en lieu et place d'un appareille photo, que mon téléphone portable. Et oui, pas de cliché pour Loulou, l'engin suffirait amplement si je voulais vraiment photographier quelque chose, ce qui risquait assez peu d'arriver. Je n'avais pas le réflexe photo, je ne l'avais jamais eu, allez savoir pourquoi… Je préférais avoir l'instant que je vivais gravée dans les rétines plutôt que couché sur une pellicule… Je ne m'étais donc pas encombré d'appareil. Quand on inventera les lentilles photographiques via clignement d'œil, je ferais peut-être un peu plus de cliché…

Je devais avoir attendu, appuyé sur ce poteau, moins d'une petite dizaine de minutes, ce qui était pour moi plus qu'acceptable, mais ça ne sembla pas l'être pour la Norvégienne qui me tira une tête de chaton malheureux comme pas deux en guise d'excuse et franchement… Cette expression devrait être sur la liste des armes interdites par l'ONU, surtout si elle s'affiche sur le visage d'une grande ficelle multicolore à en rendre jalousent les licornes. Comment voulez-vous que je résiste moi ?! Non pas que j'en ai la moindre attention, mais bon…
Je ne peu retenir un bruit de gorge parfaitement attendri avant de passer le bras autour de sa taille et de me hisser sur la pointe des pieds, parce que évidemment j'étais plus petit qu'elle, pour venir déposer un baiser sur sa joue.

« T'inquiète, fait pas cette tête. »

Je lui souris et l'entrainais sur le sentier qui devait nous mener jusqu’à notre destination. Chemin faisant, elle entrepris de répondre à mes questions et je rie de bon cœur de sa "mésaventure".

« Vraiment, il n'y a que toi pour en faire des comme ça… » En même temps je n'étais pas sure que les valises-maisons magiques était si fréquente que cela alors, forcement. « Où l'avaient tu posé pour qu'il te l'embarque ? Tu devrais faire plus attention quand même… Si tu as besoin tu sais que ma porte est ouverte. »

Il y avait tellement de brique à braque dans ce loft, ce n'était vraiment pas une petite valise de plus qui aller changer quoi que ce soit ! Je ne m'avançais pas trop quand je fessais cette proposition, ce n'était après tout pas comme si Alex aller envahir mon espace de vie puisqu'elle avait déjà le sien dans sa valise et si ce petit geste lui permettait d'être plus en sécurité, je serais plus qu'heureux de le faire ! Enfin, vu l'instinct de survie défaillant de ma compagne, je devrais sans doute insister beaucoup plus pour qu'elle emménage chez moi, ou chez quelqu'un d'autre, pourvu que la personne sois de confiance et l'endroit sois sûr. Je n'avais pas vraiment envi qu'un beau matin elle se réveille dans un camion poubelle ou sur un bateau au large de Stars City…

Je prêtais une oreille attentive à ses explications sur la chasseresse. Technomagie ? Transformer un flux énergétique en flux magique . Voilà qui était intéressant. J'avais bien avancé sur le logiciel d'Adrian, mais j'étais toujours entrain de l'améliorer, ou du moins d'y apporter des modifications. Un échange avec un technomage pourrait beaucoup m'apporter. Sans compter que le principe même de la discipline avait attiré mon attention et attisé mon intérêt.

« Elle bosse à l'UNISON ? »

Nous finîmes par arriver à destination et le moins que l'on puisse dire c'est que ça en jetait ! Je n'étais d'ailleurs pas le seul à être apprécié….

«Trop cool ! T'est trop trop fort ! » « Mouais je sais… » Ah, modestie quand tu nous tien…

En deux-trois mouvements la voilà déjà de l'autre côté du portail alors que j'étais encore dessus, essayant de l'escalader sans me rétamer lamentablement par terre. Ce que je réussis finalement à faire sans trop de mal. Je pris le temps de regarder autour de moi, m'imprégnant méticuleusement de l'ambiance du lieu alors qu'Alex prenait déjà des photos avec cet entrain qui lui était si caractéristique tout en proposant de passer par une fenêtre. Il était hors de question de faire sauter la serrure de la porte pour la même raison qui m'empêcherait probablement d'utiliser les bombes de peinture de la Norvégienne, j'éviter au maximum de dégrader les lieux sur lesquels je me rendais, ne laissant derrière moi le moins de marque possible.

« Ouaip, on va rentrer par une fe… » Je me retournais pour voir deux jambes bariolées et leurs chaussures tout aussi colorées disparaitre par un encadrement. «...nêtre. »

Je souris au travers de ma marque, secouant un peu la tête devant l'impatience de ma collègue, avant de finalement lui emboiter le pas, pénétrant à mon tour dans cette bulle hors du temps. L'imposant vestibule dans lequel nous venions de pénétrer était nimbé d'une belle ambiance chaude, tirant presque sur l'oranger et je me fis la réflexion que, malgré cette gamme, la poussière en suspension dans l'aire donnait un certain coter aquatique à la scène.
Je ne remarquais nullement les traces de pas plus ancien qui nous précédaient.

Et nous voilà au moment le plus difficile de cette balade : l'heure de choisir par quoi nous voulions commencer….

De chaque côté du hall, des portes menant probablement à des bureaux administratifs ou à des pièces dédiées à la vie commune, alors qu'en face de nous s'élever un grand escalier se séparant élégamment pour partir de chaque côté. Il y avait aussi des accès derrière ce dernier, dissimulé dans son ombre, menant probablement aux partit techniques" du bâtiment comme la chaudière ou d'autre pièces dans cet esprit-là.

Les aventuriers ne vont jamais tout droits n'est-ce pas . Alors, il était temps de faire un pied-de-nez à la logique.
Je m'avançais prudemment, posant un pied après l'autre sur les marches de bois, testant leurs solidités.

« Montons, il faudra bien redescendre de toute façon alors on pourra visiter le rez-de-chaussée à ce moment-là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 9 Mai - 21:22 Message | (#)

Ah, les aventures d’Alex n’en finissaient pas d’étonner le monde. Elle la première. Enfin, pas toujours, puisqu’elle semblait s’être presque habituée aux truculences de sa vie quotidienne. Elle répondit avec un grand naturel aux questions de Lou, avec des réponses qui auraient inquiété n’importe qui d’autre :

Ben ma valise était chez moi, sur mon lit. Mais bon il a rien volé d’autre.

Et puisqu’il n’avait rien volé d’autre et l’avait laissée partir sans vraiment réclamer des trucs en échange, c’est qu’il n’était pas un mauvais bougre, cet Hermès, non ? La norvégienne avait promis de garder son identité pour elle, et elle tiendrait sa parole. Elle ne voulait pas qu’il mette la main sur sa boule à thé favorite.

C’est gentil de proposer ton toit ! Mais bon, j’voudrais pas faire traîner mes affaires chez toi. Et non, elle bosse pas à l’UNISON. C’est euh… Quelque chose Kello. Elle fait ses trucs dans son coin un peu, et pouf elle a toqué à ma porte pour un coup de pouce. Plus ou moins.

D’ailleurs, elle devait toujours lui réclamer une compensation pour son aide, mais rien ne lui venait. Est-ce qu’elle savait faire des robots ? Quel genre d’objets magiques pouvait-elle produire ? Plein de questions dont elle n’avait que de très vagues réponses, qui ne l’avaient pas vraiment satisfaite. En plus, elle se débrouillait avec ce qu’elle avait et ne manquait de rien.

En tout cas, une fois dedans, elle oublia complètement ces petits tracas de pauvre mortelle et admira les lieux. Les objets qui y reposaient, le mobilier en partie dissimulé par des draps poussiéreux, les choses anciennes… Elle n’y sentait rien de magique, en tout cas. Bonne chose, ou mauvaise ? Au moins, elle pouvait profiter de la découverte sans vouloir absolument dénicher un artefact qui se cacherait entre ces murs.

Va pour en haut !

Aussi, la norvégienne suivit de près son collègue, après avoir pris quelques photos des lieux. Elle profitait bien de l’endroit avec ses yeux à elle, avant de tenter, avec plus ou moins de réussite, de capter l’âme de cet endroit avec ses images. C’était beau, presque vivant, et finalement elle ne tenait pas tant que ça à déposer une marque ici. Les précédents qui étaient passés ici avaient veillé à être discrets, si bien que la bâtisse semblait réellement ne jamais avoir été visitée. En excluant les traces de pas à moitié couvertes.
L’agent à masque de Pikachu ne montrait pas la moindre trace de peur ou d’hésitation. Au contraire. Une fois en haut, elle prenait les devants dans un long couloir rythmé par des portes régulières. Probablement des chambres ? Il n’y avait qu’une façon de vérifier. Elle poussa l’une des portes, qui s’ouvrit sans la moindre difficulté pour dévoiler une pièce effectivement équipée d’un lit, d’une table et quelque chaises. Plus important : Une caisse en bois, probablement contenant de vieux jouets, laissait deviner qu’il s’agissait d’une chambre d’enfant. Au plafond, on pouvait deviner quelques étoiles collées. Est-ce qu’elles brillaient dans le noir ? Alex aurait adoré. Enfin, l’abandon des lieux et la poussière rendait l’endroit légèrement effrayant. Malgré son absence de peur, elle eut un frisson face au rayon de soleil qui perçait les rideaux troués et la poussière dans l’air pour se poser sur une peluche toute râpée.
Si elle pouvait décrire cet endroit en quelques mots, elle le ferait sûrement ainsi :

Waouh… C’est chargé en émotions cet endroit. Tu sais pourquoi c’est abandonné ?”

Pas qu’elle sente spécialement ce genre de choses, mais elle était touchée par la scénographie improvisée des lieux. Si elle avait voulu le faire exprès, elle n’aurait jamais fait mieux que l’état dans lequel était la pièce. Elle s’efforçait même de marcher à pas de loups pour ne pas faire trop craquer le plancher sous ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas

Personnel Civil de l'UNISON
avatar

Lou Gravet

Personnel Civil de l'UNISON
Généralités
Mind Device

ϟ Nombre de Messages : 303
ϟ Nombre de Messages RP : 73
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Ven 19 Mai - 18:24 Message | (#)

Il fallait définitivement que j'arrête de poser des questions à Alex sur cette histoire de valise sinon j'allais péter une durite, c'était forcé…

« Bon bin, s'il a rien volé d'autre alors… »

Mon sarcasme du s'entendre, mais bon on n'allait quand même pas me reprocher d'être un minimum protecteur envers mon arc-en-ciel étincellent tout de même !
Je pris bonne note du nom de Kello, on verra bien ce que j'en ferrais plus tard, pour l'heure je n'étais même pas sure de véritablement exploiter l'information, la technomagie avait l'aire, certes, très intéressante, mais de là à dire que c'est une voix que je voulais arpenter il y avait tout un monde… Et puits j'avais d'autres soucie en tête niveau magie en ce moment et je n'avais pas encore décidé comment les résoudre, même si l'aide d'un certain consultant en magie à l'UNISON devenait de plus en plus évidente…
Mais pour le moment l'heure n'était pas aux sortilèges ni aux introspections métaphasiques car la magie d'un lieu enchanteur nous attendait.

Je montais le reste des marches de l'escalier avec plus d'assurance, rassuré quant au fait que l'édifice n'allait pas s'écrouler sous mes pas, Alex sur mes talons. Arrivés en haut nous débouchâmes sans trop de surprise sur long couloir agrémenté de portes bien aligné de chaque côté. Il faisait bien plus sombre ici dû à la quasi-absence de fenêtres, mais l'on pouvait toujours deviner les épaisses couches de poussière tranquillement agglutiné sur les lustres et les cadres. Je m'approchais d'un de ces encadrements de bois rongé pour essayer de distinguer ce qu'il contenait et bien qu'il était assez difficile d'affirmer quoique se sois entre l'obscurité et l'épaisse pellicule de crasse agglutiner sur le verre il me semblait que c'était un portrait. Levant la main, j'hésitais, dérangé se décore le moins possible ou assouvit ma curiosité . Ne rien toucher où au contraire déblayer la poussière et connaitre l'identité de celui ou celle qui se cachait dessous ?

Finalement la porte que poussa Alex attira mon attention, me faisant oublier le cadre et mon dilemme. Je me décollais du mur pour la suivre dans une chambre, une chambre d'enfant avec caisse de jouer à demi vide et petit lit aux draps lourds de poussière. Je laissais mes yeux se promener dans ce nouvel espace, ce nouveau lieu, sur la table de nuit où trônait un cadre à pied visiblement vide … Décidément, j'avais quelque chose avec les cadres photos aujourd'hui…
Je poussais l'exploration jusqu’à la salle de bain, une petite pièce attendant qui avait dû avoir du charme et du confort autrefois et qui aujourd'hui avait toujours du charme mais avec beaucoup plus de poussière, d'ébrèchement et d'insectes. Je sortis de la salle d'eau en même temps que la question d'Alex sortie de sa bouche et je ne peux m'en empêcher bien sure, ce fut plus fort que moi.

« Je ne sais pas très bien, je n'ai pas vraiment creusé. Une sombre histoire de fantôme de mannequin en plastique et de tapie cannibale du peu que j'en ai lue… »

Ce n'était pas vrai, évidemment. Je n'avais pas creusé du tout, préfèrent d'abord élaborer mes propres théories bien qu'elle soit souvent fumeuse et beaucoup trop fantasque…
J'adressais mon éternel sourire de salle gosse à mon amie avant de sortir de la chambre, continuant un peu notre exploration. Certaines portes étaient fermées, d'autres étaient ouvertes révélant d'autres chambres tantôts d'enfant, tantôts d'adulte, dans le même état que la première.

Nos pas nous menèrent à l'une des extrémités du bâtiment où se trouvait une grande pièce à vivre lumineuse. Là, d'imposants canapés côtoyer des rocking-chair et des tables basses, sures certaines d'entre elles étaient encore posées des livres ou des échiquiers. C'était étrange ce lieu, cette ambiance, elle était chargée de souvenir et d'émotion comme l'avait dit Alex, mais pas que, il y avait autre chose, c'était comme si…

« C'est comme si cet endroit avait été oublié. Comme si les gens étaient parti se coucher en laissant les choses là pour les réutiliser le lendemain sauf que quand le matin est venu, au lieu de reprendre leurs quotidiens, ils ont juste fait leurs valises et ils sont partis…»

Je grimaçais un peu sous mon masque à la formulation maladroite de mes propos, mais c'était basiquement ce que je ressentais dans ce lieu, dans ce grand séjour où l'on pouvait imaginer sans mal les pensionnaires se prélasser et jouer entre eux pour faire passer le temps… Ce sentiment d'oubli mélancolique qui se mélanger petit à ce mal-être grandissant qui m'avait saisi depuis que nous avions mis les pieds dans cette pièce et qui m'iriser doucement les poils…

« Dit Alex, t'as pas une drôle de sensation ? Comme des picotement dans la nuque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 19 Mai - 21:38 Message | (#)

Alex était assez loin d’imaginer le comportement protecteur que pouvait avoir Lou à son égard. Dans sa tête, à elle, elle était une grande jeune femme autonome et qui savait parfaitement s’en sortir dans la vie. En réalité, la façon dont elle s’entretenait tenait plutôt de l’adolescent qui passait le week end seul pendant que ses parents étaient vacances, mais soit. Au moins, elle savait faire sa lessive, ce qui était déjà quelque chose.
Enfin, elle n’allait pas non plus pousser le vice en détaillant sa petite histoire avec le dieu grec. C’était dans son intérêt à elle, et aussi à l’autre concerné qui lui avait demandé de garder tout ça plus ou moins sous silence. Le Monde ne devait pas savoir qu’il se promenait en liberté. Quelque chose dans cette idée là.

Innocente et potentiellement crédule, donc fidèle à elle-même, la norvégienne était à deux doigts de croire les explications de Lou ! Peut-être que pour lui, elles étaient farfelues, mais pour elle, c’était dans le domaine du quotidien. D’ailleurs, elle relia la proposition avec son expérience au Jardin du dragon quelques mois plus tôt :

Oh, j’ai vu un tapis cannibale une fois ! J’ai hésité à l’acheter, mais j’ai pas assez de place dans ma valise pour le mettre alors j’ai laissé tomber l’idée.

Fallait avouer que c’était un sacré piège à intrus. Qui s’imaginait qu’un adorable paillasson pouvait vous débarrasser en quelques instants de votre chaussure et du pied qui allait avec ?
En tout cas, pour le moment, elle ne sentait rien du tout qui venait étayer l’hypothèse du truc magique. La maison avait une ambiance bien à elle, mais rien de surnaturel n’était venu chatouiller les sens de la norvégienne.

C’est curieux.

Commenta-t-elle sobrement, en suivant son collègue. Pourquoi aurait-on abandonné l’endroit dans son état parfait, sans rien emporter ? Quoi qu’il se soit passé ici, ça avait du être relativement fulgurant, à moins que ?

Peut-être que les propriétaires sont partis et ont eu un accident, et leurs héritiers ont pas voulu reprendre le bâtiment ?

Cet endroit aurait facilement pu devenir un squat. Un beau squat. Mais peut-être bien trop loin du centre ville pour vraiment intéresser qui que ce soit. Le bus n’était pas si loin, mais ça restait une sacrée trotte pour aller chercher le pain à la boulangerie. Ou quel que soit l’équivalent local de ce genre de pratiques. En tout cas, il y avait de la place pour loger pas mal de personnes qui devaient hanter malgré eux les rues de Star City.
Mais du coup, à part la distance, pourquoi l’endroit était résolument désert ? Etait-ce la seule raison à l’absence de vandalisme ou d’occupants sauvages ?

Alex était bien trop curieuse à ce propos ! Elle voulait tout savoir.


Lancer de dé
Réussite : Y a un truc
Echec : Y A UN TRUC


Aussitôt elle mit le pied dans cette grande pièce à vivre, aussitôt ses poils se hérissèrent sur sa nuque, et la douce sensation de la magie vint effleurer ses sens. Il semblerait que celle-ci ne se soit manifestée que lorsqu’il eurent mis le pied dans ce lieu précis. Alex se pencha vers le sol, observant la délimitation entre le couloir et cette pièce, cherchant la trace d’un glyphe ou d’une frontière invisible entre deux mondes. Forcément, c’était invisible, donc elle ne le voyait pas. Mais elle le sentait.

Que sentait-elle, du coup ?

Il n’y avait plus aucun doute à émettre là dessus :

C’est hanté. Enfin, je veux pas vous vexer ! - Continua la norvégienne sur un ton poli, au vide dans la pièce. - Excusez-nous de nous introduire chez vous, nous sommes d’humbles visiteurs curieux. On ne va toucher à rien. Vous pouvez vous montrer, si vous voulez. Ou pas, c’est vous qui voyez. Moi c’est Alex, je serais ravie d’entendre votre histoire.

Clairement, l’agent honorait son titre de fille innocente et vaguement diplomate, apte à tailler le bout de gras avec n’importe qui, surtout s’il s’agissait d’une entité magique.
Elle ne sentait pas la moindre menace peser sur eux, mais l’être qui habitait ce lieu lui évoquait un sentiment d’une grande empathie, mais également de peur. Surement un moyen de défense contre les visiteurs qui voudraient saccager les lieux.

Maintenant : L’esprit voudrait-il se dévoiler à eux ? Voudrait-il leur raconter son histoire, ou tenterait-il de les faire fuir comme n’importe quel brigand ?


Dernière édition par Alex Sorensen le Ven 19 Mai - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3396
ϟ Nombre de Messages RP : 3046
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Ven 19 Mai - 21:38 Message | (#)

Le membre 'Alex Sorensen' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Personnel Civil de l'UNISON
avatar

Lou Gravet

Personnel Civil de l'UNISON
Généralités
Mind Device

ϟ Nombre de Messages : 303
ϟ Nombre de Messages RP : 73
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 24 Mai - 21:46 Message | (#)

Il semblerait que j'avais oublié que c'était d'Alex que l'on parlait, elle était déjà si excentrique et voyait des choses si farfelus qu'il était évident qu'un tapi cannibale n'est qu'il banalité pour elle... Pour le coup je regrettais de ne pas avoir parlé de robot tueur ou d'autre chose du genre, ça aurait un peu dépaysé la jeune femme.
Ceci dit un paillasson boulimique pouvait être une sacrée force de dissuasion pour les indésirables, à condition que ses derniers passent par la porte bien sure. Mais du coup, une question se posait...

« Tu crois que ça s'apprivoise ? »

Histoire d'éviter de finir unijambiste juste parce que l'on avait essayé de rentrer chez sois...

nous avançâmes jusqu'à la salle de vie où j'exprimais à voix haute mes impressions et où j'écoutais les explications beaucoup trop rationnelles et possibles de ma collègue...

« C'est le plus probable... Plusieurs héritiers doivent se partager le lieu, mais tous ne sont pas d'accord sur quoi d'en faire, le conflit traine et au final tombe dans l'oubli. Ça expliquerait pourquoi absolument rien n'a été touché... »

J'avançais dans la pièce, inspectant l'endroit d'un œil émerveillé et je ne vis donc pas tout le manège d'Alex dans l'encadrement de la porte. C'est pour cela que je me retournais vers ma collègue, pas plus surpris que cela et l'œil taquin.

« Hey, tu peux pas refaire le coup des esprits frappeurs des mannequins en plastiques mort, je l'ai déjà faite ! »

Sauf qu'Alex avait l'air tout à fait sérieuse, continue son monologue pacificateur auprès de la supposer entité immatérielle qui résidait ici, ce qui eut le don de me faire flipper plus qu'autre chose.

« Ah... C'est pas une blague n'est ce pas ? Tu ressens quoi ? »

Histoire de savoir si l'on devait se préparer à fuir ou à combattre. Quoi que dans mon cas la décision était vite prise !
Je déglutis, mal à l'aise et me concentrais sur ce que, moi-même, je resetais, cherchant la sensation familière de mes propres fantômes et parcourant la pièce due regarde, m'attendant à tomber sur les formes squelettiques et les yeux vides de vie qui avait occasionnellement hanté ma vie jusqu'à présent. Mais je ne trouverai rien, je ne sentais rien si ce n'était ce désagréable picotement dans la nuque associé à la sensation d'être observé. Je ne sais si cela me rassura un peu ou au contraire, m'effraya davantage encore...
Pour le coup je préfèrerais largement devoir affronter des robots tueur plutôt que les esprits frappeurs, eu au moins avait un comportement logique et pouvait se pirater...

C'est alors que sur ma droite, un livre s'ouvrit avec fracas, me faisant violemment sursauter. Il n'y avait ni courant d'air, ni secousse, rien qui ne justifie brusquement ce mouvement. Je j'étais un coup d'œil à Alex avant de m'approcher de l'ouvrage que je pris pour le lire. Si je n'en reconnus par la prose je me souviens des noms des personnes ainsi que la scène décrite pour l'avoir déjà vue dans un film et un téléfilm où l'ont m'avait forcé à regarder de nombreuses fois dans ma jeunesse. Que voulez-vous, j'ai trois sœurs, dont deux qui peuvent se montrer particulièrement niaise et fleurent bleu quand elles le veulent et il paraît que les filles aiment beaucoup Orgueil et Préjugés... Enfin je ne vais pas trop me plaindre, elles m'ont fait voir bien pire !

C'était le passage où toute la famille Bennett attablée constatait à quel point leur cousin, M. Colins, manquaient d'intelligence. Je tendais l'ouvrage à ma comparse pour qu'elle puisse parcourir le texte.

« Tu crois qu'il veux que l'on trouve ... Euuuu ... La salle à manger ? »

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 27 Mai - 15:20 Message | (#)

Alex s’était surprise elle-même en parvenant à trouver des explications presque plausibles rapport à l’état d’abandon des lieux. Habituellement, elle aurait surement avancé l’hypothèse d’un truc magique qui avait tué tout le monde d’un coup. Ou bien le kidnapping extra-terrestre, version soucoupe volante qui se postait au dessus de la baraque et aspirait tout le monde à l’intérieur avec un rayon conique.

Et elle n’aurait pas eu tort, vu l’apparition soudaine de magie en ces lieux.
La norvégienne avait pris toutes les précautions du monde pour montrer à l’entité qu’ils n’étaient pas menaçants. Elle avait été polie, et pas aussi fouineuse que d’habitude, ce qui était déjà un grand pas. Et puis il fallait le dire : Elle avait cette sorte d’aura qui poussaient les entités surnaturelles à la voir d’un bon oeil. Et pour le coup, c’était peut-être ça qui avait décidé l’esprit à leur faire confiance. Suffisamment pour… Des indices !

Tout semblait indiquer que la chose ne pouvait leur parler directement, mais pouvait influer sur la physique des lieux. Genre, au hasard : Ouvrir des livres.

Je sens pas de menace. Il était inquiet, y’a surement des gens qui ont un peu abusé avant nous.

Et à en voir ce qu’il leur présentait avec ce livre, Alex était rassurée… et intriguée. Elle n’était pas une fana de littérature, mais elle s’imaginait qu’il y avait quelque chose de précis que l’entité voulait leur montrer, ou leur faire comprendre. L’instinct de Lou n’était pas mauvais, et Alex hocha donc la tête.

Ouais, on va voir ça. Je pense que l’esprit veut un coup de main pour quelque chose.

A en croire ce qu’elle savait sur les esprits, résoudre cette mini enquête permettrait sans doute de libérer ce fantôme aux attaches qui le retenaient ici, et il pourrait aller reposer en paix. Enfin.
S’il avait voulu les menacer, il aurait surement fait voler des objets pointus, ou fait lire une page de meurtre sanglant à son collègue. Ce n’était pas le cas. Du coup, Alex était toute enjouée de pouvoir aider un esprit à partir en bons termes avec ce vieux monde ! Bon, Lou n’était probablement pas aussi emballé qu’elle à l’idée d’être potentiellement enfermé avec un fantôme, et de devoir résoudre cette affaire au lieu d’explorer cet endroit en toute liberté.

Ça te dérange pas, hein ? C’est pour la bonne cause et tout.

Demanda la norvégienne, pour s’assurer qu’elle n’embarquait pas son ami dans un truc pas rassurant. Elle en tout cas, se dirigeait déjà vers d’autres portes, à la recherche de la fameuse salle à manger. Semblait que celle-ci soit au rez-de-chaussé, puisqu’Alex ne fit face qu’à des portes verrouillées et à des bureaux ou des chambres désertés et poussiéreux. Lorsqu’elle se trompait, l’esprit s’amusait à refermer les portes lui la notifier de son erreur.
Escaliers descendus, Alex foulait de nouveau le parquet poussiéreux du rez-de-chaussé, et se dirigea comme une grande vers la porte qui la séparait de la salle à manger. Qu’allaient-ils y découvrir, au juste ?
Elle l’ouvrit, accompagnée comme un grincement qui ne sonnait pas comme une sinistre lamentation, mais plutôt comme un soupir contenté : Ils étaient sur la bonne voie, pas de doute là dessus.

La pièce était vaste, classe, de beaux buffets ternis par le temps et le soleil bordaient la pièce, et une grande tablée reposait là, au milieu de l’espace. Heureusement pour les deux visiteurs, il n’y avait pas de nourriture abandonnée ici. Sinon, ça aurait été un peu sale, et probablement malodorant. A moins que l’esprit protège également l’endroit des insectes destructeurs ?
La norvégienne était bien tentée de s’attarder sur tous les détails de l’endroit, mais un seul retenait son attention : La lumière d’une applique murale qui clignotait faiblement.
Est-ce que c’était aussi un indice ? Une défaillance ? Une direction à prendre ou mieux encore : un levier secret ?!
Revenir en haut Aller en bas

Personnel Civil de l'UNISON
avatar

Lou Gravet

Personnel Civil de l'UNISON
Généralités
Mind Device

ϟ Nombre de Messages : 303
ϟ Nombre de Messages RP : 73
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 5 Juin - 12:42 Message | (#)

Franchement ?... Je me serais bien passé de manifestations mystiques ou surnaturel. Je voyais des fantômes régulièrement, certes, mais il pouvait se passer plusieurs années d'une apparition sure l'autre, pas assez pour me laisser oublier, mais assez pour ne pas me rendre fou, si je ne l'étais pas déjà bien sure... Alors là, à quelques mois d'intervalle seulement, ça avait beau ne pas avoir l'air d'être tout à fait le même type de spectre, c'était quand même bien trop rapproché pour moi !
Les paroles d'Alex me rassurèrent quelque peu, après tout c'était elle l'experte en magie ici. Si le résidant de ses lieux ne nous était pas hostile et n'était pas en colère non plus, c'était un bon début. J'inspirais profondément en essayant de calmer mon rythme cardiaque qui avait sensiblement augmenté depuis quelques minutes, et en tentent de ravaler ma propre peur espérant que mon masque m'aiderait à la cacher quelque peut. Deux êtres terrorisés dans la même pièce ne donnerait rien de bon...

« Prenons garde à ne pas lui faire plus peur alors... »

Je souris sous le cuire, assez fier de ma voix. Elle n'avait pas tremblé, ne s'était pas cassé, elle était juste un peu plus aiguë qu'à l'accoutumer, ceux qui me connaissaient bien pouvaient le remarquer, mais je préférais me dire que le spectre, lui, ne me fréquentez pas assidument - ou alors c'était vraiment, vraiment flippant - et qu'il se laisserait donc prendre au change.

« Ça te dérange pas, hein ? C’est pour la bonne cause et tout. »


Je soupirais doucement avant de sourire à Alex, oubliant que j'avais le bas du visage recouvrait et qu'elle ne pouvait donc pas me voir.

« On ne va pas laisser quelqu'un qui a besoin d'aide dans la merde, qu'il soit mort ou vivant... Et puis, je n'ai jamais fait de jeu de piste avec un esprit, ce sera une expérience ! Tu vas juste m'entendre râler sur cette histoire jusqu'à la fin des temps, mais t'as l'habitude à ce que je ronchonne. »

Et je ponctuait ma réplique d'un clin d'œil pour la rassurer, affichant encore une fois une assurance que j'étais loin d'avoir. C'est que j'allais devenir bon a ce jeu-là à force…

Je reposais sagement le livre là où je l'avais trouvé pour emboiter le pas à ma collègue, la laissant mener l'expédition.
Nous parcoururent le premier étage sans nous attarder sur nos trouvailles, nous avions une pièce à chercher et l'esprit ne nous laissaient jamais nous en détourner trop longtemps. Faire une exploration de ruine urbaine avec pour guide un être immatériel et invisible était pour le moins ... original. Je n'étais pas un très grand adepte des visites organisées, mais il me semblait que de manière générale les guides touristiques étaient plus causés et ne prenaient visiblement pas autant de plaisir à claquer les portes qu'il croisait. Aussi paradoxale que cela puisse paraître tout ce petit jeu et se bouquant détendit l'atmosphère. En ce faisant aussi explicitement connaître à tout instant l'entité nous habituait à sa présence et devenait le troisième membre du groupe, explorant elle aussi ce centre de repos tombé en désuétude sauf qu'elle, elle connaissait déjà les lieux.
À la cinquième porte claquante qui retentit je ne pus m'empêcher de commenter.

« Joueur non ?... »

Et comme pour confirmer mes dires une fenêtre s'ouvrit brusquement en grand, manquant de m'écraser le nez au passage, avant de se refermer tout aussi brusquement, me faisant sursauter. La surprise passé, je soufflais fortement, marmonnant dans mon inexistante barbe contre cet esprit joueur. Le temps d'un instant je jugerai avoir entendu un rire légé. Salter !

L'étage étant essentiellement composé de chambre et de salon nous redescendîmes au rez-de-chaussée pour trouver les autres pièces de vie, et surtout la salle à mangé. Mon rythme cardiaque augmentait doucement, mais sûrement, cette nervosité que j'avais essayé de museler refaisait surface, plus forte encore, coulant dans mes tempes, rampant sous ma peau. Je n'étais pas le garçon le plus courageux du monde, loin de là, et si ma collègue n'avait pas été là, me dispensant son calme et sa sérénité - ou son inconscience, au choix - j'aurai vraiment réfléchi à prendre la poudre d'escampette...

Elle ouvrit une porte et nous pénétrâmes dans la pièce désirée, une grande salle au charme d'antan décoré de boiseries fine aux coupes élégante et recouvert de poussière, bien sure.
Au centre trônait un imposant tablé dressé, prête à recevoir ses invités. On pourrait croire qu'il suffisait de s'assoir pour que le repas commence et que l'on vienne nous servir, les assiettes étaient des porcelaines et on devinait les verres de cristals. Pas le genre de choses qui restaient à sa place quand les lieux étaient abandonnés… L'esprit devait avoir protégé cette pièce des visiteurs trop avare.

Elle ouvrit une porte et nous pénétrâmes dans la pièce désirée, une grande salle au charme d'antan décoré de boiseries fine aux coupes élégante et recouvert de poussière, bien sure.
Au centre trônait un imposant tablé dressé, prête à recevoir ses invités. On pourrait croire qu'il suffisait de s'assoir pour que le repas commence et que l'on vienne nous servir, les assiettes étaient des porcelaines et on devinait les verres de cristals. Pas le genre de choses qui restaient à sa place quand les lieux étaient abandonnés… L'esprit devait avoir protégé cette pièce des visiteurs trop avare.

« Il y a encore de l'électricité ici ?! »


Cela paressait hautement improbable. Peut-être était-ce l'œuvre de notre intangible ami ? Quoi qu'il en soit cela valait le coup d'y jeter un œil. Je tirais une chaise jusqu'à la lampe et grimper dessus pour pouvoir l'inspecter. Je me permis de faire courir mes doigts dans la poussière, la faisait un peu tombée. Je la sentis avant de la voir, cette petite vise, ce petit visse qui n'avait rien à faire là et qui n'avait aucune utilité. Une visse décorative ? Non, non, pas si discrète et ainsi dissimulée. Cette visse là, c'était la vissé d'un mécanisme bien planqué. 
Je souris et enroulais mes doigts autour de l'applique avant de l'abaissait.


Lancé de dès :
Réussite Réussite : Ça s'ouvre !
Réussite Échec : Ça s'ouvaaaaaaaaaaaaaaah !!!
Échec Échec : C'est gripper…


Il ne se passa rien pendant quelques secondes, un court instant de silence et d'attente pour faire monter la pression et pour préparer à ce qui se passa par la suite. Le mécanisme fonctionna, accompagné d'un sombre bruit de raclement il révéla un passage dans le sol de la pièce. Un passage qui s'ouvrit pille en dessous de la chaise sur lequel j'étais monté, ÉVIDAMENT !
Se sentir tomber n'est jamais une sensation très agréable, se prendre le bore du trou dans lequel vous chutez et se tordre la cheville sur les marches un peu plus bas n'arrange pas vraiment la chose. La vive douleur qui me remonta le long de la jambe m'arracha tout une floper de jurons plus ou moins colorés. Non, mais franchement, qui est l'abruti qui m'a pondu un système aussi foireux ?! Je relevais la tête vers le haut de l'escalier.

« J'ai trouvé l'entrée… »

Au cas où qu'Alex ne l'est pas remarqué…
Je me redresse et examinez-la voler de marche qui s'enfonçait dans l'obscurité d'un sous-sol. Splendides, de plus en plus rassurent, vraiment. Tout en tirant ma lampe torche d'une des poches de mon sac je me mis à bouger prudemment ma cheville malmener en attendant que ma collègue me rejoigne. Ça fessait mal mais je pensais ne rien avoir de grave, la douleur partirait probablement dans quelques minutes…

« Tu penses que l'on est toujours sur le bon chemin ? »


Dernière édition par Lou Gravet le Lun 5 Juin - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3396
ϟ Nombre de Messages RP : 3046
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Lun 5 Juin - 12:42 Message | (#)

Le membre 'Lou Gravet' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 18 Juin - 21:11 Message | (#)

Alex était impressionnée, véritablement, par ce qui était en train de se dérouler. Le hasard avait tellement bien fait les choses ! Son âme d’enfant explorateur de l’inconnu et dénicheur d’objets et de cachettes s’était totalement réveillée. Enfin, elle n’était jamais vraiment endormie non plus.

En tout cas, s’il y avait une chose dont la norvégienne ne pouvait pas se plaindre, c’était son camarade d’aventure ! Il n’avait même pas rechigné à aider le fantôme qui habitait ces lieux. Bon, il râlerait après coup, mais dans l’immédiat, il était volontaire et bienveillant, et ça faisait chaud au coeur. Il n’allait pas essayer de s’enfuir en cassant le délire d’Alex et en vexant l’esprit par la même occasion. Tout allait bien, quoi !

Si tu ronchonnes, je ronchonnerais aussi. T’es prévenu !

Le claquement des portes n’incommodait pas vraiment Alex. Elle y trouvait même un rythme. Bon, sans pour autant se mettre à danser dans le couloir, mais il y avait un petit quelque chose. Malgré tout, elle faisait attention aux tapis : Qui sait si le fantôme désirait lui faire une boutade en lui tirant le tissu sous les pieds ! La preuve en étant, il avait failli écraser le nez du pauvre Lou. La norvégienne se retint de rire. Bien sur, s’il avait été frappé, elle se serait plutôt inquiété, mais le coup semblait assez bien calculé pour être inoffensif.

Alex était trop occupée à fouiner partout et à s’émerveiller de la pièce pour réagir à temps lorsque Lou grimpait sur le mobilier. Elle avait songé à l’aider, évidemment ! Ne serait-ce que pour tenir la chaise et l’empêcher de glisser, mais… Mais finalement, tout ça aurait été futile, puisqu’elle serait tombée avec lui dans la trappe qui venait de s’ouvrir.
Là, pour la norvégienne, il y avait une lutte entre l’excitation de la découverte, et l’inquiétude pour son camarade tombé façon looney tunes.

Elle accourut aux abords de la trappe.

Tu vas bien ? T’as rien de cassé ?

C’était important, quand même ! Mais vu qu’il n’y avait pas plus de plaintes pour le moment, Alex se contenta de le rejoindre sans le forcer à lui montrer ses bobos. Elle avait quand même quelques pansements dans son sac au cas où, mais clairement elle n’avait pas prévu de soigner des entorses aujourd’hui.

T’es sur sur que ça va, hein ?

Elle insistait un petit peu. Quand même. Parce que c’était Lou ! Mais elle lui faisait confiance. Son regard se porta vers les profondeurs, dans lequel un courant d’air assez peu naturel s’engouffrait maintenant. Tout pour les pousser à s’y enfoncer un peu plus. Manquait plus que le fantôme leur ferme la trappe au dessus de la tête pour finir de la convaincre, mais rien de ce genre ne se produisit.

J’vais devant, pour le moment ! J’suis plus légère, du coup si je tombe je me fais moins mal, non ?

Logique approximative. Alex n’était ni médecin, ni physicienne. Et puis elle était une grande perche, alors elle n’était pas forcément si légère que sa carrure fil-de-fer laissait paraître.
Enfin.
Elle posait les pieds avec une certaine nonchalance sur les marches en pierre. On aurait dit qu’elle descendait les escaliers de son immeuble pour aller aux toilettes. Alors que pas du tout. D’ailleurs, lorsqu’enfin ses pieds rencontrèrent un sol plat, qui avait aussi l’air d’être de pierre, l’esprit qui les accompagnait se manifesta. D’une façon franchement cordiale, d’ailleurs : Une ligne de torches venaient de s’embraser comme par magie (en même temps, c’en était) devant elle, éclairant un sombre couloir et dévoilant de nouvelles portes. Cet endroit était une sorte de labyrinthe ? Elle n’avait pas entendu parler d’un sous sol en venant ici, en tout cas. Il était à noter que les flammes des torches vacillaient, et semblaient se pencher vers une direction précise, comme poussées par l’air ambiant : Elles désignaient l’une des portes.

Cette fois c’est moi qui vais l’ouvrir. Tu sais, au cas où on tombe et tout.

Avec prudence, elle marchait en évitant les lignes par terre, comme si marcher sur les lignes allaient lui attirer dix ans de malheur. Ou seulement par réflexe plus ou moins enfantin ?
Une fois devant la porte, elle posa la main sur la vieille poignée rouillée en espérant ne pas attraper le tétanos, et … Tenta de l’ouvrir. Seulement voilà : C’était verrouillé. Il leur manquait un truc, et ce truc était vraisemblablement…

Une clé ! Il nous faut une clé. T’as pas vu une clé quelque part ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Personnel Civil de l'UNISON
avatar

Lou Gravet

Personnel Civil de l'UNISON
Généralités
Mind Device

ϟ Nombre de Messages : 303
ϟ Nombre de Messages RP : 73
ϟ Crédits : Nepy
ϟ Célébrité : Jamie Bell
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Spécialiste en nouvelles technologies à l'UNISON et assistant d'Adrian Pennington.
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 18 Juil - 21:25 Message | (#)

Des fois, je me demande si je ne suis pas trop influençable...
Pas du point de vue des opinions, du moins je ne crois pas, il ne faisait aucun doute que j'avais mon petit caractère et que je pouvais me montrer terriblement têtu... On vous le dira, une foi que j'ai décidé de quelque chose, il est très dure de m'en faire démorde. En revanche je m'interroge régulièrement de l'influence que pouvaient avoir les autres sur mes sentiments et mes humeurs. J'avais toujours ce sentiment réconforte de sécurité qui m'assaillit quand Gabriel était dans les parages alors qu'Adrian avait un effet calmant sur mes nerfs, et ceux même dans les pires situations, en plus de me pousser à me montrer honnête avec lui sans qu'il soit besoin de m'extirper les vers du nez. La chasseuse d'artefacts, elle, faisait indubitablement ressortie mon coter espiègle et joueur, faisant ressortir par sa seule présence ma curiosité naturelle et mon coter enfantin, m’entraînant sans mal dans ses délires auquel je participais bien vite. Preuve en est, s'il en faux, l'instant présent...
Jamais, au grand jamais, je ne serais resté dans cette ruine pas si abandonné que cela au final. Il y avait fort à parier qu'en bon petit couard que je suis j'aurais probablement d'étalé comme un lapin dès la première manifestation de l'esprit, alors autant dire que je n'aurais enduré ni fenêtre manquante de m'écraser le pif et encore moins chute catastrophique dans un escalier d'un passage secret...

Je me relevais tout en m'aidant de la mure avant de faire doucement tourner ma cheville, la pointe du pied encré au sol, pour faire passer la douleur.

« Tous va bien, plus de peur que de mal ! »

Alex me rejoins bien vite, aussi excité que visiblement inquiète, je tentais alors une petite moue que je voulusrassurante avant de clairement rire à sa logique pour le moins intéressante.

« Ne t'inquiète pas, je vais bien, juste quelque bleu en devenir, rien qui ne nécessite tes talents de secouriste. En revanche je ne suis pas sure que ton raisonnement tienne la route, ni que ta masse n'est une quelconque influence sur la résistance de ton cops... » Me moquai-je gentiment.

Pour autant, pas chevaleresque pour un sou, je la laisse passer devant moi et lui emboita le pas. À notre passage les torché s'allumèrent, révèlent couloir et portes, ce qui n'est pas sans me rappeler l'épisode des nécromanciennes en herbe survenu quelques mois plus tôt. Ce pensé me fit déglutir avec difficulté, il faut dire que l'aventure ne s'était pas terminé de la meilleure des manières et avait soulevé beaucoup d'interrogation personnelle que je ne parvenais pas à chasser de mon esprit guerre longtemps. Inconsciemment, j'allongeais le pas pour me rapprocher de ma collègue, histoire de me rassurer sans doute…

« Je n'ai vu de référence à un sous-sol nul par quand je me suis renseigné sur la battisse, s'il y a une autre entré, elle est aussi bien planquée que celle-là…»

Je n'avais, certes, pas fait les recherches les plus approfondies du monde, mais j'avais tout de même suffisamment fouillé pour savoir ou j'allais mettre les pieds et si nous devions nous préparer pour quelques risques en plus de ceux récurrents à la discipline, or un sous-sol était un risque en plus ! S'il aurait était découvert par d'autres, il y en aurait forcément eu mention sur le net…

Je grimaçais, mécontent de la remarque d'Alex quant à ma ressente mésaventure. Une moue boudeuse fleurie sur mon visage avant qu'un très mature «Nyanyanyanyanya ! » ne m'échappe. Je n'essayais pourtant pas d'ouvrir la porte à la place de ma collègue.
Porte qui de toute façon refusa obstinément de s'ouvrir et pour cause, elle se trouvait être verrouillée à double tour !

Je me penchais sur le côté, inspectant à mon tour la serrure d'un œil critique. Elle était imposante, vraiment Roullier et semblant incroyablement complexe à première vue, une belle ouvrage en somme qui ne manquait pas d'allure et que l'on devinait efficace, non pas que j'ai une quelconque compétence en crochetage, mais bon…
Je me redressais et fis courir le faisceau de ma lampe torche le long de l'embrasement ce qui me tira un reniflement de contrariété. Quoiqu'il se cache derrière cette porte, cela devait avoir son importance pour nécessité une fermeture aussi redoutable.

« Eh bien… Il semble que l'on sois repartie pour de l'exploration. L'avantage c'est que vue la taille de la serrure la clef doit aussi en imposer un au minimum, on aura moins de chances de passer à coter… »

Me désintéressant alors de la lourde porte désignée, je me tournais vers celle, moins imposante, qui se trouvais directement à sa gauche. Il y avait peu de chance pour que l'on trouve l'objet recherché aussi facilement mais autant se montrer méthodique...


Jet de dès :
Réussite : Pas de serrure, pas de verrou !...
Échec : ... Mais un beau cadenas !

Si réussite premier jet de dès :
Réussite : c'est intéressant
Échec : C'est un placard…



Ce qui ne sers pas grand-chose quand on se retrouve face à un cadenas et que l'on n'a toujours pas de compétence de crochetage ! Plus qu'un soupire, c'est un véritable grognement de contrariété et de frustration qui m’échappe. Comment sommes-nous supposés avancer si tout ce fichu porte sont fermés à double tour? Contrarier, je m'acharnais contre la structure de bois, essayant de faire céder les gonds à défaut du verrou.

« Nan mais elles ne vont pas être toutes fermées quand même ! C'est quoi cette arnaque ?! Alex, passe-moi ton fémur, j'ai besoin de faire levié ! »


Dernière édition par Lou Gravet le Mar 18 Juil - 21:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Les ruines dans les bois [Alex]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]
» [ a trasher ] Prom'nons nous dans le bois...
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois, tant que la nuit n'est pas là.... oups, trop tard ! || Neil J. Smith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-