AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Nothing beats a pair of queens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mer 3 Mai - 21:02 Message | (#)

Tout comme Lady Death en son fort intérieur, Atia se doutait que tout ne se passerait pas sans encombre entre leurs groupes. De base, le fait qu'une partie des activités de la Moisson soit criminelle pouvait empiéter sur d'autres terrains. D'autant plus que les différents clans appartenant au Cartel Rouge disposaient d'une certaine liberté quant à leurs activités. La César imposait d'une main de fer le respect de limites au sein du Cartel. Ainsi, deux groupes faisant partie de son organisation n'auront pas le droit de se mettre des bâtons dans les roues. Mais pour ce qui était des autres groupes, externes au sien, la César ne pouvait imposer la moindre restriction parmi ses hommes. Toutefois, en s'ouvrant à la discussion avec la nécromancienne en chef, Atia espérait qu'il y aurait toujours de la place pour les négociations entre elles. Ce n'était pas comme si la quadra n'avait pas l'habitude de servir de modératrice. Cependant, tant que la Moisson resterait indépendante du Cartel, la César favoriserait toujours les siens. Aussi, il restait à voir si une association plus poussée serait éventuellement possible. Après tout, la combattante doutait fortement que la Légion et les Super Héros soit disant protecteurs de la veuve et de l'orphelin voient d'un très bon œil les activités e la Moisson.

Enfin, ne mettons pas la charrue avant les bœufs.

– Absolument. Après tout, je me doute que vous savez déjà comment m'aborder. Pouvoir communiquer faciliterait grandement nos éventuelles collaborations et nos échanges.

Lady Death avait prouvé qu'elle était un minimum informée au sujet de la César. Celle-ci pouvait donc facilement supposer que son interlocutrice était au courant pour le Circus. Il fallait dire que maintenir son arène dans la discrétion complète serait grandement contre-productif. En tout cas, la discussion avançait bon train et sa direction plaisait assez bien à la César qui sourit à son tour en voyant la mystique faire de même, d'un air passablement sinistre. Elle fut d'ailleurs la seule à supporter cette vision sans broncher, ses hommes ayant pris soin de détourner le regard, sauf Keith qui cependant n'avait pas pu réprimer un frisson. Ceci dit, il fallait reconnaître que cette femme savait y faire. Elle était bien largement au dessus du commun des criminels avec lesquels Atia avait pu collaborer. Finalement, rare seraient ceux pouvant faire un tel effet. Mais la patronne du Circus resta de marbre. Fidèle à son éducation et à son caractère. Par contre, elle eut un peu plus de mal à rester totalement neutre quand la mystique parla d'une éventuelle marche sur la Russie contre la Bratva.

– Vous y allez fort, vous. c'était dit sur un ton élogieux. J'avoue être assez tentée de dire oui mais je crains de faire partie de ces gens qui aiment prendre leur temps pour faire ce genre de choix. Il faudra donc attendre notre prochaine entrevue pour vous répondre.

Après tout, les Russes vs le Cartel, c'était un chapitre qui ne la concernait pas uniquement. Ces enfoirés avaient réussi à casser les pieds à pas mal de monde et Atia se doutait qu'une partie des concernés la bouderaient en apprenant qu'elle avait mené un tel projet à bien sans même les inviter. Accessoirement, la César ne savait pas trop si la nécromancienne était digne de confiance. La laisser assurer le transport de ses hommes, et d'elle-même, ça n'était pas rien. Au final, un tel projet revenait à se montrer un peu trop entreprenant. Atia n'avait rien d'une pucelle effarouchée, mais tout de même, il lui fallait un minimum de sérénade. Sur la longueur. Se raccrocher à l'instant présent semblait plus productif. Même si cet instant allait bientôt se révéler fatal pour certains individus.

– Je n'en vois pas non plus, renchérit Atia presque avec gaieté. Ce qui ne manqua pas de geler le sang des oreilles concernées capables de comprendre l'anglais.

Quant à la suite, elle avait de quoi donner quelques cauchemars aux voyous les plus aguerris et même Atia devra sans doute s'enquiller quelques verres avant de pouvoir dormir.

– Si vous pouviez m'informer d'une éventuelle réponse de leur part, j'en serais enchantée. Cette histoire est plus passionnante que les films Star Wars. En espérant que Lady Death ne demandera pas un petit prix rien que pour cette réponse.

Le regard de la baronne du crime s'attarda sur les nouveaux morts-vivants tout frais (façon de parler), pensive. Le spectacle lui rappelait vaguement quelque chose. Un type avec qui le Circus faisait parfois affaire qui leur proposait des créatures intéressantes pour les combats.

– Dites-moi, seriez-vous liée à un certain Dread Doctor ? (si je me souviens bien) demanda-t-elle avait curiosité.

Pourquoi un tel rapprochement venait-il de se dessiner dans son esprit, elle l'ignorait un peu. Mais quelque chose lui donnait l'impression qu'il y avait un rapport. Inconsciemment, la César se découvrait une certaine sensibilité tardive avec la magie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 4 Mai - 21:14 Message | (#)

Pouvoir compter sur une sorte de pacte de non-agression avec le Cartel Rouge avait déjà son intérêt, mais si la collaboration pouvait être plus poussée, la nécromancienne n’allait pas s’en plaindre non plus. Il y avait toujours un avantage à avoir des vivants prêts à faire ce que les morts ne pouvaient accomplir et favoriser le commerce local, même criminel pouvait avoir des retombées bénéfiques. Après tout, elle avait utilisé le trafic humain des Ymirs à son avantage lorsque la Moisson avait commencé à se manifester à nouveau.

« En effet. Me contacter est assez facile, il vous suffit d’aller dans un cimetière et de prononcer mon nom. C’est assez rustique et beaucoup de gens se sentent stupide en le faisant, mais croyez-moi, c’est fiable et surtout sécurisé. »


Les morts servaient Lady Death et même si certains se contentaient simplement de reconnaître son autorité sans vraiment lui obéir, ils ne seraient pas assez stupides pour tenter de s’en prendre à elle. Surtout dans un cimetière. Il s’agissait des lieux où elle avait accès à la quasi-totalité de ses pouvoirs, pouvait apparaître et disparaître avec une facilité déconcertante, voyager partout dans le monde et entre les dimensions. Puis pour un esprit désincarné suffisamment retors, hanter un cimetière valait toujours mieux que de finir moissonné par la faux de la nécromancienne et rejoindre ses légions fantomatiques.

En parlant de Légion, c’était probablement là que le Cartel Rouge pourrait briller. La Moisson faisait son possible pour rester sous le radar de la Légion des Etoiles et de l’UNISON, mais certaines altercations étaient inévitables. Comme lorsqu’Anton attaquait l’hôpital en relâchant une peste nécrotique et laissait un golem de chair dans la morgue. Autant dire que cela attirait l’attention et que si la Corpse Squad avait été créée en théorie pour occuper les Légionnaires, Abigaïl ne se faisait pas d’illusion : le Cartel était bien mieux équipé pour une confrontation directe. Surtout que les rumeurs plaçaient toujours l’Archimage à Star City. Abigaïl ne savait pas toujours si elle craignait de rencontrer cet individu ou au contraire, si elle avait hâte de découvrir si elle pouvait le vaincre.

« Nous n’avons pas à mener un assaut contre eux dès maintenant. Je comprends bien que les vivants ont besoin de repos. » Abigaïl pouvait partir en guerre même après son petit tour ici, mais pour affronter la Bratva elle préfèrerait tout de même rassembler quelques forces avant. « Même moi j’aimerais me préparer avant un tel affrontement, mais sachez qu’il tient toujours du possible. Je peux nous mener jusqu’aux portes de notre ennemi commun et apporter un poids considérable à une telle attaque. »

Et dès que quelque chose mourrait, la Moisson en profitait. Si les russes se faisaient effectivement anéantir, leurs âmes et cadavres finiraient sûrement au service de la nécromancienne. Le Cartel Rouge pourrait toujours bénéficier de leur territoire à Star City, Abigaïl aurait aussi la satisfaction de ne jamais avoir à craindre qu’ils ne s’en prennent à nouveau à l’une de ses acolytes. Puis même si un tel assaut échouait, il y aurait toujours des morts, toujours des victimes… Et la Moisson trouverait toujours un moyen d’en profiter.

Comme elle venait de le faire à cet instant, en transformant le bordel ennemi en nouvelle pile de cadavres et armée de zombie. Abigaïl porta son regard sur ses nouvelles recrues qui étaient maintenant impossibles à différencier des êtres qu’elle avait elle-même amenés. Oh, elle n’allait pas les laisser là. La police risquerait de les enfermer si la Bratva ne les détruisait pas. Puis les filles, mêmes mortes, pouvaient encore avoir une utilité. Les mieux conservées pourraient toujours servir de serveuses voir de danseuses au Necropolitan. C’était autant de main d’œuvre qu’Abigaïl venait joyeusement de récolter. Il ne manquait qu’une seule personne finalement : l’acolyte qu’elle était venue sauver et qui était absente apparemment. Non pas parce qu’elle n’était pas là, mais elle avait rejoins les rangs des non-morts. Abigaïl ne tolérait pas l’échec et si une de ses apprenties se laissait capturer aussi facilement, elle la servirait bien plus efficacement dans la non-mort.

« Je vous tiendrais au courant. J’espère que vous ferez de même si jamais vous venez à subir quelques répercussions après avoir été vue en ma compagnie ce soir. »


Quelques mois plus tôt, la nécromancienne aurait probablement demandé à Atia ce qu’était Star Wars. Mais elle avait ingurgité suffisamment d’informations en côtoyant les morts qu’elle possédait enfin les références de pop culture les plus élémentaires.

Elle haussa toutefois un sourcil à la mention du Dread Maker. Anton avait fait combattre quelques golems au Circus et avait eu ses démêlés avec le Cartel mais Abigaïl ne se serait pas attendue à ce que son frère jumeau ait attiré l’attention de la mafieuse.

« En effet, il s’agit de l’un de mes lieutenants les plus proches. » Son second en commandement presque. Même s’il remplissait aussi le rôle de superviseur de son empire économique et se tenait de plus en plus éloigné de la scène super-héroïque. « Il a fait combattre certaines de ses créatures dans votre arène si je ne m’abuse. »
Revenir en haut Aller en bas

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Ven 5 Mai - 17:46 Message | (#)

– Je dirais plus pratique que rustique, commenta Atia Mais c'est vrai qu'on doit se sentir un peu bête la première fois que l'on passe ce genre d'appel.

Aussi la César comptait bien déléguer ce genre de tâche. Le ridicule n'étant pas particulièrement sa tasse de thé. Une question d'habitude sans doute, après tout, elle se souvenait s'être sentie un peu bête la première fois qu'elle avait parlé à Kasai no Burēdo, quoique dans ce cas-ci, le ridicule avait vite été chassé par le lien qui s'était tissé entre le katana et sa propriétaire. La César nota au passage que Lady Death ne mentionna pas un cimentière en particulier mais plutôt un lieu général, ce qui pouvait sous-entendre que tous les cimetières étaient des zones stratégiques pour elle. Voilà une information à prendre en compte dans sa carte d'opération de la ville. Déjà que celle-ci était encore plus compliquée à gérer que les sept royaumes de Westeros... Enfin, il n'était pas question de passer à côté. Le Cartel n'avait pas pour habitude d'opérer dans des cimetières mais il fallait avouer que ce genre de lieu présentait certain avantages. Savoir qu'une personne externe pouvait y exercer une telle influence risquait donc de changer la donne. En négatif comme en positif. Et la situation Russe allait clairement de ce dernier côté, partie comme elle l'était.

– Je n'en doute pas. avoua Atia, en particulier après ce qu'elle venait de voir ce soir. En plus, Lady Death ne semblait même pas exténuée, si ce genre de chose lui était familier, évidemment En tout cas, je vous rassure : cette perspective me tente beaucoup. Et c'était le cas. Je tâcherai de vous répondre dans les délais les plus brefs.

Parfois, la César se surprenait à causer comme ces baratineurs de l'administration. Il était évident qu'elle ne s'exprimait pas comme ça avec ses hommes, parce qu'ils ne comprendraient pas un mot et aussi parce que ce n'était pas dans son caractère. Mais c'était là la forme d'expression la plus polie qu'elle pouvait employer. Fayoter n'était pas vraiment dans ses habitudes, elle se contentait d'enjoliver un minimum ses propos. En général, ça passait, et le cours de cet entretien semblait le confirmer. Dans d'autres cas, ça se soldait généralement en fusillade.

– Oh croyez-moi, si je venais à subir le contre-coup de votre initiative vous en serez la première informée. c'était dit sur un ton blagueur mais il y avait quand même une pointe d'avertissement dans ce propos : si jamais un tel scénario venait à se produire, Atia veillerait à ce que Lady Death se rattrape comme il faut.

Les affaires étaient les affaires. Et par ailleurs, celles de ce docteur Frankenstein avaient eu le mérite d'être assez originales et marquantes pour attirer l'attention d'Atia. Sans doute grâce à un effet miroir produit par l'apparence de ces créatures. Forcément, des cicatrices, la César en voyait dans son reflet, alors il y avait une sorte d'écho. Mais c'était surtout à cause de cette sensation impossible à identifier qui faisait tressaillir sa nuque qui l'avait incité à parler de ça avec Lady Death. En effet, la nécromancienne lui faisait penser à ce type. Sa réponse confirma ce que le petit doigt d'Atia avait essayé de lui souffler. Comme quoi, l'instinct...

– Je vois, il me semblait bien qu'il y avait un air familier... mais quel genre d'air, exactement, telle était la question. Aussi, Atia n'avait encore aucune idée à quel point elle était proche de la vérité, mais ce n'était pas là son but : C'est exact. De fait si tous vos lieutenants, pour reprendre ses termes exacts disposent d'autant de ressource que lui, j'en déduis que vous avez de quoi lever une belle armée... Ce qui en soit méritait la crainte et le respect mais qui, en l'occurrence, incitait Atia à arborer un regard des plus gourmands. C'en est à se demander quels individus pourraient vous poser problème.

Voilà une invitation subtile pour que Lady Death partage ses soucis avec tata César afin de voir si les graines d'une alliance plus profonde étaient possibles. Mais cette conversation devra peut-être attendre un autre moment, lorsqu'une confiance un peu plus solide basée sur une entraide concrète aura été installée. C'était donc une manière de voir comment sa nouvelle et toute fraîche (façon de parler) partenaire la congédierait ou encore détournerait la conversation. Atia comptait bien apprendre à interagir avec cette femme afin d'en tirer un profit optimal. Comme avec toutes les sommités du monde criminel, somme toute, qu'elles soient mortes, vivantes, robotiques ou végétales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 7 Mai - 10:12 Message | (#)

Abigaïl n’était pas connue pour sa patience, ce qui était probablement assez ironique quand on pensait qu’elle avait passé près de deux siècles dans un cercueil, prisonnière d’une malédiction. Ou bien c’était justement parce qu’elle avait perdu autant de temps qu’elle n’appréciait plus d’en perdre, même en étant immortelle. Après, elle n’avait pas envisagé d’aller attaquer les russes ce jour même, en fait, si Atia ne l’avait pas suggéré, elle n’aurait pas vraiment envisagé d’aller porter la guerre jusqu’à la mère patrie de la Bratva.

« Ne vous inquiétez pas, je ne compte pas y aller seule. Je vous attendrais. »

Autant dire qu’elle était presque certaine de la réponse de la mafieuse vis-à-vis de son offre. Atia César avait suffisamment insisté sur la nuisance que représentaient les russes à Star City et pour le Cartel pour qu’elle ne passe pas à côté d’une occasion d’en finir avec eux : ou tout du moins de les affaiblir considérablement. Tuer le corps de l’hydre et ses têtes multiples sont soudainement incapables de repousser et bien plus faciles à gérer. Ce qui était finalement l’essence même de ce plan. Bien sûr, si la César voulait emmener toute une petite armée au travers des carrefours mystiques de cimetières qu’empruntait Abby, la nécromancienne allait devoir fourbir quelque peu ses sortilèges. Surtout que les vivants étaient bien plus fragiles que les morts. Créer des Portes de la Mort et faire passer de telles troupes par Erehwon pourrait être plus simple… Mais cela signifierait révéler l’existence de la Nécropole extra-dimensionnelle au Cartel Rouge. Une information qui ne se donnait pas à la légère.

« Je n’en doute pas une seconde. » Répondit Abigaïl avec un léger sourire.

Après tout, elle imaginait mal une mafieuse comme celle qui lui faisait face, se lamenter dans son coin si elle se faisait frapper par la Bratva à cause des actes de ce soir. Non, sûrement qu’elle viendrait demander réparation ou quelque chose comme cela, ce qui donnerait lieu à de nouvelles négociations probablement tendues. Car après tout, c’était elle qui avait décidé de l’approcher ce soir et avait été vue en sa compagnie. Mais la nécromancienne était bonne joueuse, quand elle était de bonne humeur, ce qui n’arrivait pas souvent diraient certains, elle trouverait bien un petit service à rendre à la vivante.

« La façon dont il commande des morts-vivants sans doute ? Enfin, vous avez vu mon serviteur Silence, celui avec la grande masse, il a été créé par les mêmes procédés que les créatures du Dread Maker. » Des procédés mis en place par Victor Faust, qui était connu à l’époque sous le nom de Victor Frankenstein, ayant repris le nom de jeune fille de sa mère pour éviter qu’on l’associe avec la triste renommée de son propre père. Assez ironiquement, il immortaliserait le nom de Frankenstein à son tour avec ses expérimentations sur les golems de chair. Expérimentations dont profitaient pleinement à la fois Abigaïl et Anton maintenant, même si Anton avait clairement plus d’affinité pour la nécro-chirurgie que sa sœur. « Les meilleurs serviteurs sont ceux qui ont eux-mêmes des serviteurs. C’est quelque chose de très important dans ma… Congrégation. » Après tout elle ignorait ce qu’Atia savait exactement de la Moisson, le groupe restant relativement secret. « Lever une armée n’est pas un problème, le plus compliqué est presque de trouver contre qui la faire marcher. J’ai de nombreux ennemis, tout comme vous je m’en doute. Autant vous dire que la Bratva ne m’effraie pas en comparaison. »

Le Culte du Ver était en sommeil depuis la disparition du Dévoreur maintenant, ils n’essayaient plus d’apporter l’Apocalypse, ce dont Abigaïl n’allait pas se plaindre. Le Cancer-Monde, cette entité qu’elle osait à peine mentionner se trouvait à l’autre bout du multivers, en train d’assimiler tous les êtres d’une autre dimension probablement. L’Opus Dei avait d’autres chats à fouette et finalement, il restait actuellement les Impérissables, ainsi que la menace omniprésente de l’Archimage. Peut-être que si la relation entre les deux femmes prenait un bon tour face aux russes, Abigaïl chercherait le soutien d’Atia. Mais en vérité, la nécromancienne avait déjà pour projet d’utiliser certains membres du Cartel. Le criminel Wildcard notamment, quelqu’un qui pourrait assassiner des personnes diverses à Star City, en apparence simplement par hasard.
Revenir en haut Aller en bas

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Dim 7 Mai - 21:14 Message | (#)

La perspective d'aller mettre la pâtée aux Russes chez eux, pour leur donner goût à leur propre recette, était tellement grisante qu'Atia en aurait presque le vertige, la voix qui tremble, des sueurs froides, chaudes ou tiède. Heureusement que la César savait se tenir et surtout garder ses émotions pour elle. Surtout les plus fortes. En particulier lorsqu'il s'agissait de business. Et puis les faits suffisaient largement à montrer son sentiment sur le sujet. De fait, elle ne paraissait pas trop expressive. D'abord pour garder le contrôle sur ce qu'elle renvoyait à Lady Death, ensuite parce qu'elle commençait à réfléchir à une stratégie. A qui demanderait-elle de venir en Russie avec elle ? Accessoirement, prévoir un plan de secours sera nécessaire, question de principe. Atia ne partait jamais sans avoir quelques cartes supplémentaire dans sa manche. Mais ça prendrait du temps. D'ailleurs, maintenant que des bases à peu près solides et surtout prometteuses étaient en place, il serait peut-être temps de procéder à une séparation en bonne et due forme, histoire de digérer tout ce qui venait de se passer. Sans même parler des horreurs qui s'étaient données en spectacle et qui allaient assurément mener plusieurs des hommes de la César à vouloir sombrer dans l'oubli alcoolisé. En dehors de leurs heures de service, il fallait espérer pour eux.

– Oui, la patte artistique est également un bon signe distinctif. commenta la criminelle Chacun ses préférences dans ce domaine. Encore que, j'imagine que si tous les criminels disposaient de talents comme les vôtre, on ferait tous pareil. Question de pragmatisme, et tant pis pour la diversité.

Le fait était que, stratégiquement, les capacités de Lady Death étaient impressionnantes et avaient de quoi créer des envieux. Mais si Atia n'ignorait pas les qualités de cette nécromancie, elle ne les laissait pas l'aveugler. La magie pouvait être puissante pour ceux qui la maîtrisaient, mais elle n'était pas une force absolue. Aucune force ne l'était, du moins pas à la portée de ceux qui étaient trop matérialistes pour disposer d'un corps et errer sur une bête planète. Mais laissons là ces considérations métaphysiques. Tant que la César n'avait rien de plus concret pour étudier la magie des morts, elle mettrait le sujet de côté, aussi intéressant soit-il.

– Vous essayez de me rassurer ? demanda-t-elle, amusée par cette idée et par les images qui allaient avec.

Pourtant, Atia n'avait rien d'une petite fille apeurée à qui l'on devait susurrer des paroles réconfortantes tout en lui frottant le dos. Elle n'était pas inquiète. Jamais. Même si elle n'aimait pas les défaites (euphémisme), elle savait qu'elle pouvait toujours s'en servir comme d'un tremplin pour rebondir et revenir plus forte qu'avant. Cela, son père le lui avait appris lui-même. Non, en fait, ils l'avaient appris ensemble. Mais bon, ce n'était pas la peine de penser tout de suite à un scénario catastrophe. Ça allait lui porter la poisse.

– Du coup, pour ce soir, je pense qu'on a fait le tour de la question. D'autant plus qu'il n'y a plus rien d'intéressant à voir ou à faire ici. son regard balaya les lieux, théâtre tout frais d'un film d'horreur plongé dans le réel Le spectacle est terminé, je présume. A moins que vous ayez encore quelque chose à montrer ?

Si Atia était venue pour s'informer, elle n'ignorait pas que l'inverse était tout aussi vrai mais qu'en plus, Lady Death avait pu se servir de sa prestation du soir pour faire passer un message. Celui qui abordait le sujet de sa puissance et de son sérieux était limpide mais peut-être y avait-il autre chose à ajouter.

– Si ce n'est pas le cas, je crois qu'on se reverra très rapidement. Le pique-nique russe qu'on a mentionné risque de hanter mes pensées pendant un long moment.

Et on savait comment Atia gérait ses obsessions... Cela dit il fallait tout de même gérer son timing. Avec les élections qui approchaient, entre autres. Et puis certains de ses hommes étaient à deux doigts de tomber dans les pommes... elle avait intérêt à les éloigner de la vue de Lady Death si la César ne voulait pas se payer la honte. Vraiment, il faudra qu'elle double leurs heures au Circus pour les endurcir encore un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 9 Mai - 16:06 Message | (#)

Abigaïl n’était pas du genre à apprécier les copycats et autre copieurs. En fait, toute personne qui aurait tenté de l’imiter aurait bien pu gagner un aller simple pour la zombification express et la damnation éternelle de son âme dans Deuil. La nécromancienne n’était d’ailleurs pas très tendre avec ceux qui l’ennuyaient profondément, l’ex-femme de son amant avait connu un triste sort en tentant de nuire à Lady Death. En fait, elle connaissait toujours un triste sort, car Abigaïl ne rechignait pas à la ressusciter de temps à autre si elle avait besoin de passer ses nerfs sur quelque chose. Puis il fallait aussi considérer une autre chose : si les Fausts fédéraient les nécromanciens à travers la Moisson, c’était aussi pour avoir un certain contrôle sur les savoirs nécromantiques, qui les recevaient et les manipulaient.

« Oui, heureusement que ce n’est pas le cas. J’aime à garder le nombre d’individus possédant un savoir semblable au mien assez restreint. Cela maintient un certain équilibre entre les vivants et les morts que vous ne pouvez qu’apprécier. »

Car la Moisson ne faisait pas que se tailler une part du gâteau lorsque quelque chose mourrait. Ses membres ne faisaient pas qu’asservir les morts-vivants les plus remarquables, créer de nouvelles abominations ou réunir des savoirs interdits pour le bon plaisir de leur reine. Ils le faisaient aussi pour s’assurer qu’aucun nécromancien trop zélé ne se décide à envahir Star City avec une armée de zombie, n’attire l’attention de l’Archimage et ne provoque une nouvelle purge des créatures de la nuit comme après l’invasion d’Hadès. Une fois avait suffi et si Abigaïl n’avait pas vraiment connue cette époque à cause de la malédiction qu’elle avait subi, elle en avait appris assez des bouches des morts. Bien sûr, ce raisonnement pouvait sembler hypocrite, surtout après l’attaque qu’elle venait mener contre les russes. Mais le monde avait suffisant de place pour une Lady Death, surtout tant qu’elle restait assez ambiguë quant à ses actions. Ne venait-elle pas de débarrasser Star City d’une antenne d’un réseau de prostitution ? Bien sûr, personne ne viendrait chanter ses louanges à elle.

« Vous avez besoin d’être rassurée ? Vous m’avez l’air d’une grande fille et vous tenez mieux le coup de vos hommes quant à la vision de mes serviteurs, ce qui est d’ailleurs assez impressionnant pour une vivante. »

Les gens sous-estimaient bien souvent l’horreur que constituaient les morts-vivants. En fait, plus ils étaient frais, plus la vision était terrible, alors que les stigmates de la mort se mêlaient habilement aux restes d’humanité. Un squelette n’éveillait pas trop d’empathie, mais une créature tout juste morte et réanimée ? C’était autre chose, quoique les blessures béantes et le sang épais presque coagulé qui en coulait donnaient facilement la nausée.

« Oh, j’ai encore quelques détails à superviser, mais en effet, rien qui n’intéresse plus les vivants. Puis je ne vais pas tout vous montrer lors de notre premier rendez-vous, non ? »

Relever les morts était une chose facile, presque à la portée de n’importe quel nécromancien. Mais se promener avec une horde de cadavres ambulants à ses côtés n’était pas discret et c’était probablement à un simple détail qu’on différenciait les mages noirs classiques de ceux qui feront l’histoire : leur capacité à déplacer leurs armées à l’insu de tous. Abigaïl avait suffisamment de cadavres pour ouvrir une porte des goules temporaire. Quand les forces de l’ordre ou les renforts de la Bratva arriveraient, ils ne trouveraient plus que le sang et les entrailles répandues.

« La hantise est l’une de mes spécialités, au plaisir d’entendre de vos nouvelles donc. »

Abigaïl s’était levée et inclinée dans une sorte de révérence. Après tout il fallait admettre qu’elle avait finalement utilisé cette attaque pour faire étalage de ses capacités. Elle n’avait pas eu besoin d’invoquer sa cour de spectres, Silence ou de zombifier tous les survivants. Mais faire impression devant la cheffe du Cartel Rouge pouvait avoir son avantage. Il y avait de ceux qui aimaient à paraître inoffensifs, Abigaïl aimait prétendre être insaisissable, aussi fugace et omniprésente que la mort elle-même. Bien sûr, rien n’était jamais aussi simple et elle se doutait bien qu’au mieux, elle s’était dénichée une alliée potentielle qui reconnaîtrait ses capacités.
Revenir en haut Aller en bas

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mar 9 Mai - 18:55 Message | (#)

– L'exclusivité est une bonne manière de contrôler un marché, ça me parle !

Appliquer les règles de l'économie criminelle à la manipulation des morts avait quelque chose de décalé qui n'était pas pour déplaire à la César. D'ailleurs, la criminelle-femme d'affaire songea à sa propre exclusivité, celle de la Méta-X... et elle se demanda, l'espace d'un bref instant, si le combo nécromancie et drogue serait possible... Après tout, le mélange mutation drogue l'était bien... A voir, mais ce genre de projet était trop « personnel », sans doute pour être abordé aussi tôt dans leur relation. Atia voyait la Méta comme étant son petit bébé (d'une manière tout à fait différente de Livia, évidemment) et la quadra semblait avoir compris que Lady Death nouait un lien au moins aussi étroit, probablement plus, avec sa spécialité. Ne mettons donc pas la charrue avant les bœufs. Et puis un tel projet nécessiterait une certaine osmose au niveau des caractères.

– Si vous répondez à mes questions rhétoriques par d'autres du même genre, on va finir par devenir des prêtresses de la langue de bois. commenta la César avec un sourire.

Un sourire sincère mais dur, le genre qu'elle ne sortait que lorsqu'elle menait des affaires ou qu'elle était confrontée à un collaborateur. Pour les personnes qui lui étaient plus proches, elle avait un sourire un peu plus chaleureux. Mais celui-ci était déjà un bon signe de sa part. Mais sinon, elle s'abstiendra de préciser qu'elle était déjà adepte de la langue de bois, à sa manière... autrement dit elle n'avait pas le niveau de certains politiciens et puis surtout, il lui arrivait de laisser ses émotions prendre le pas dans certains discussions. Et c'était pour cette raison qu'elle ne faisait pas de politique elle-même. Elle était plus à l'aise avec le sang. D'ailleurs Atia tourna la tête vers un Russe fraîchement décédé... apparemment, quelque chose lui avait arraché une partie de la gorge. Le souvenir de son premier meurtre lui revint en mémoire. Un sourire amusé et un peu nostalgique franchit ses lèvres. Pour le coup, celui-là était sincère, quoique adressé à personne en particulier.

– Oui, laissons une part de mystère. Sans quoi la vie deviendrait vite ennuyeuse... mais peut-être est-ce la même chose pour la mort ?

Là-dessus, la criminelle ne s'avancerait pas. Mais cette remarque visait surtout à souligner le fait qu'Atia reconnaissait la valeur de ce qu'elle avait sous les yeux, de cette force qui avait produit le résultat dans lequel ils se trouvaient : ce bordel anéanti par les morts. Cela méritait largement le respect. Peut-être même la crainte... un peu à la manière dont les créations d'Otaku lui inspiraient une méfiance naturelle... ou encore certains tours et habitudes de Wildcard... Enfin, elle saura gérer cette nouvelle carte.

Sur ce, elle répondit à la petite révérence de Lady Death par un hochement de tête, simple mais aux accents cérémonieux, pour montrer son respect. Et sans rien ajouter, car cette conclusion leur suffisait, pour le moment, elles se séparèrent. Atia mena ses hommes hors du bâtiment pour retourner au Circus, pour le plus grand soulagement d'une majorité d'entre eux. Une fois dehors, Keith ne put s'empêcher de se placer près de sa cheffe pour l'interroger en prenant soin de ne pas être entendu par les autres.

– Patronne, vous pensez vraiment qu'on pourrait s'allier avec... avec ça ?

Un sourire amusé apparut sur le visage d'Atia qui avait remis son masque. Elle comprenait que son garde du corps ait choisi une telle dénomination. Difficile d'utiliser le terme de « femme » quand on faisait référence à un être aussi puissant que Lady Death. Surtout quand cette puissance était aussi... macabre.

– Je ne sais pas pour toi, mais moi cela fait longtemps que la mort fait partie de mes habitudes de vie. J'suis trop vieille pour changer mes habitudes.

Surtout une qui était aussi ancrée en elle. Cela dit, si certains changements étaient impossibles, quelques évolutions n'étaient pas de refus. Cette rencontre allait certainement en entraîner plusieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Nothing beats a pair of queens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


Sujets similaires

-
» épées, rondache, paire d'épées et parades?
» La presse et nous...
» Armorial de Champagne [en construction]
» Une nouvelle histoire, pour une nouvelle vie. -By Nut-
» the pearl is the queen of gems and the gem of queens. ▽ (aranel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-