AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

You can't stop chaos ◊ Ambre&Susan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mar 18 Avr - 13:26 Message | (#)

Après sa discussion avec Lady Death et la confrontation de l’étudiante dans son salon de thé, Ambre avait décidé qu’il était peut-être temps de changer quelque peu d’endroit pour ses chasses nocturnes. Si elle ne s’y adonnait pas très souvent, elle avait ralenti encore un peu la cadence après l’attaque perpétrée au Quill & Tea. Il aurait été malvenu qu’elle se fasse surprendre alors que son établissement était fermé et qu’une enquête policière courait pour essayer de trouver le coupable. Il avait été vite décrété qu’elle n’avait aucun lien avec l’assassinat et qu’elle s’était juste trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, mais Ambre ne voulait pas jouer avec le feu. Elle ne s’était jamais considérée comme une vilaine, ni même une héroïne, mais il fallait bien avouer que ses pouvoirs n’étaient pas du genre à propager le bien. Le chaos était souvent associé au mal, bien qu’il puisse servir au bien. Et, grignoter l’âme des gens, ça n’aidait pas spécialement non plus. Mais Ambre n’avait jamais eu cure de ce qu’on pensait d’elle. Elle avait vite appris à se détacher des on-dit, dès qu’elle s’était plus préoccupée de son rêve à réaliser que de la mode et du maquillage.

Aujourd’hui, elle avait opté pour la Croisette. Elle savait qu’on y trouvait de nombreux touristes attirés par les casinos, et que les autorités faisaient particulièrement attention à ce qui pouvait bien leur arriver — ça aurait été dommage que quelqu’un fasse mal à une partie du porte-monnaie de la ville, n’est-ce pas —, mais ce n’était pas eux qu’elle avait en ligne de mire. Au contraire, Ambre s’attaquait souvent aux malfrats et petites frappes. Ça lui évitait bien souvent de devoir utiliser son don du chaos pour pouvoir se nourrir… Car ce n’était alors qu’un vilain cercle vicieux, comme l’instillation du chaos consommait une partie de son énergie, mais que se nourrir ensuite de l’âme lui en redonnait. Bref.

La Française s’était habillée tout en noir, contrairement à ses habitudes. Un pantalon slim, un pull à col roulé bien épais, des bottines à petits talons, un blouson orné d’une capuche pour dissimuler ses traits et ses cheveux dans l’obscurité. Elle s’était également maquillée plus qu’à l’accoutumée, soulignant ses yeux de noir comme si elle était adepte du smoky eye des starlettes il y a quelques années. Le tout pour que le moins de gens possible puissent la reconnaître dans la nuit. Car évidemment, quand on tenait un business la journée, c’était malvenu de prendre un quart d’heure pour aller se bouffer un morceau d’âme, vous en conviendrez. « Nous revenons bientôt, la propriétaire a besoin d’un encas ». Et puis elle était plus à l’aise dans l’obscurité qu’en pleine lumière. La faute à son lien avec l’Umbra.

Les mains dans les poches, ses talons claquant sur le bitume, Ambre dépassait les hôtels-casinos alignés au bord de l’eau, se dirigeant vers le Nord. Ce n’était clairement pas sur le devant des bâtiments qu’elle trouverait de quoi grignoter, mais plutôt dans une ruelle adjacente, là où les voleurs ou les dealers attendaient leurs victimes. La plupart ne s’attendait pas à ce que les rôles soient échangés. Après un casino tout en lumières et en néons, la jeune femme bifurqua. Le son de ses pas disparut, alors qu’elle était passée dans une tâche d’ombre qu’elle avait utilisée comme portail pour passer dans les Marches d’Ombre. Plan parallèle au plan primaire, il adoptait les mêmes contours. Pourtant, là, elle y perdait toute forme, toute consistance. Tant qu’elle s’y trouvait, elle était intouchable. Seuls ceux capables de s’y projeter avaient la possibilité de la blesser. C’était juste le temps de trouver sa future proie… car si bien évidemment personne ne pouvait l’atteindre, la réciproque était également vraie.

Le tout était de ne pas choisir quelqu’un de trop dangereux. Ambre connaissait ses propres limites et elle savait que son grignotage, s’il affaiblissait sa victime, ne l’incapacitait pas non plus totalement. Peut-être qu’un jour, cela changerait, mais ce n’était pas encore le cas. Là, finalement, elle repéra deux jeunes hommes. Ils avaient l’air de faire équipe, d’une façon ou d’une autre, pour s’attaquer aux pauvres touristes et leur voler leurs portemonnaies, sans pour autant les blesser ou les traumatiser. Une petite pièce de théâtre avec du bitume pour planches et l’éclairage public pour tout spot. Ça ne devrait pas être bien compliqué de s’attaquer à eux.

Dans l’ombre, sa nyctalopie lui permettant de se déplacer sans risque de culbuter quoi que ce soit, Ambre repassait dans le plan primaire à quelques pas de ses prochaines victimes. Ils se retournèrent au son de ses pas, mais elle était déjà trop près et il ne lui fallut qu’une poignée de secondes pour effleurer leur peau d’une caresse sur la joue à chacun. Elle sentit le chaos s’instiller dans leurs veines et un sourire étira ses lèvres. Elle ressentait toujours cette euphorie de voir le chaos se propager dans son sillage. Ça n’était rien comparé à ce qu’elle ressentait quand elle se nourrissait, mais c’était toujours amusant. Elle les observa un instant, pendant que son pouvoir les envahissait. Ils échangèrent un regard et commencèrent à se disputer pour une broutille. Ils la contournèrent et dirigèrent vers le bord du quai et donc vers l’allée passante. Ambre eut une petite moue boudeuse. Elle n’aimait pas faire de démonstration de ses pouvoirs. Ils se chamaillaient toujours, s’échangeaient des coups de plus en plus virulents. Elle savait pourtant que rien de ce qu’elle avait pu leur insuffler ne les conduirait à la mort. Alors que l’un des deux tituba dans la lumière d’un lampadaire à la vue de tous, Ambre rattrapa par le col le second et plaqua sa paume contre son cou, l’attirant à elle comme si elle allait lui donner un baiser. Il allait lui donner plus que ça, comme elle sentait déjà la vigueur la gagner…

Mais son comparse, ne trouvant plus son adversaire, se dirigea vers les touristes qui sortaient du casino. Ohoh, ça ne sentait pas bon tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 18 Avr - 15:56 Message | (#)

Ce soir, c’était patrouille.
Ca pouvait paraître un peu bizarre, comme façon de se détendre et mettre un peu entre parenthèses ses problèmes du moment, mais pourtant c’était la façon qu’avait choisi Susan de prendre un peu de distance avec les évènements récents de sa vie. Elle avait quitté la Star School for the Arts, et l’une des dernières journées qu’elle y avait passé s’était franchement mal terminée.
Elle avait encore été manipulée bêtement par Harvest, et n’avait même pas eu l’idée de la combattre. Du coup, il fallait qu’elle fasse autre chose pour se sentir utile, et si ça impliquait de la bagarre contre des criminels, c’était encore mieux.

En outre, se promener dans les rues et sur les toits sur la croisette avait un petit côté sympa, rafraîchissant. Son costume avait le mérite de lui donner ni trop chaud ni trop froid, d’être tout confort, et son casque lui permettait de voir parfaitement de jour comme de nuit. Bien sur, elle laissait traîner ses oreilles un peu partout, et sa super ouïe lui permettait de détecter rapidement les endroits où la situation se tendait. Elle avait déjà désamorcé plusieurs conflits en fin d’après-midi, et pensait bien continuer sur sa lancée encore quelques heures avant de rentrer chez elle.
Pour venir jusque là, elle avait pris sa moto et l’avait garée sagement sur un parking. Normalement, ça ne risquait rien.

Son errance avait fini par la mener aux casinos, et à ces ruelles sombres où l’on fermait les yeux sur la criminalité. Ben oui, on était dans un lieu de vice, et où de riches joueurs venaient dépenser leur argent et, pourquoi pas, acheter un peu de drogue aux dealers du coin.
Susan n’était pas complètement écervelée, elle évitait de s’attaquer à ces derniers pour ne pas risquer de saboter les enquêtes policières menées sur les réseaux de deal de la ville. Elle se contentait d’arrêter des agressions ou des flagrants délits plus graves.

Et en parlant d’agressions et de flagrants délits, elle entendait justement un homme commencer à agresser des clients sortant d’un casino. De ce qu’elle entendait, il ne lui fallait pas trop de prétextes pour s’attaquer à eux. C’était du genre “Eh toi t’es moche, tiens mange mon poing”. Pizza-Girl ne se posa donc pas trop de questions et alluma la musique de son walkman. Un appareil pas comme les autres qui lui permettait, maintenant qu’elle écoutait sa musique, de défier les lois de la gravité et de descendre jusqu’en bas de l’immeuble en courant sur sa façade, à la verticale.

Hey, on arrête tout là !

Forcément, une telle entrée en scène attira l’attention, mais elle devait séparer l’agresseur de ses victimes si elle voulait être efficace. Finalement, ça tombait assez bien puisque le type au sang chaud s’était comme senti provoqué par la Légionnaire. Et il voulait lui taper dessus ? C’était plutôt téméraire, mais Susan ne comptait pas trop lui en laisser l’occasion. Elle prononça les mots de pouvoir d’une voix forte et claire :

Zun Haal Viik !

Son cri, prononcé dans la langue méconnue des Dragons, toucha de plein fouet le bagarreur, qui se vianda au sol comme une bouse. Il était paralysé, ne pouvant plus contrôler ses bras ni ses jambes, mais ça ne l’empêchait apparemment pas d’insulter Susan de tous les noms. Elle l’ignora sereinement, et chercha des yeux le moindre policier ou vigile qui pourrait maîtriser le monsieur et le calmer. Ca n’était pas forcément la peine de le jeter en garde à vue pour ça, mais bon, tant pis pour lui si ça arrivait.

Vous pouvez le surveiller ? Il devrait rester comme ça genre cinq minutes, mais après il risque de recommencer.

Elle préférait s’adresser aux gens autour, puisque le principal concerné ne semblait plus très raisonnable. Elle ignorait pourquoi, mais il avait l’air hors de lui.
Ceci dit, elle n’en avait pas tout à fait fini. A l’écart, dans la rue perpendiculaire au plus grand axe, elle entendait des trucs. Genre, pas nets. Elle s’avança dans l’obscurité et bien que son casque lui permette d’y voir clairement, elle ne comprit pas tout à fait ce qu’il se passait.

Hey ! Il se passe quoi là ?” Il lui semblait que le type était dans une posture pas forcément bonne. D’ailleurs, l’image lui évoquait de façon très désagréable le vampirisme, mais ça n’était qu’une idée qui l’avait un peu trop marquée par le passé. Alors elle était déterminée à intervenir. Elle s’approcha au pas de course, prête à les séparer de force s’il fallait.

Écartez-vous !
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mer 26 Avr - 10:58 Message | (#)

Ambre pouvait sentir la vigueur passer dans ses veines, quitter celle de la petite frappe. Elle sentait ses muscles, son corps, tout contre le sien, qui s’avachissait faute d’énergie. Oh, rien de bien grave. Il aurait juste l’impression d’avoir sauté un ou deux repas et de manquer de trois ou quatre heures de sommeil… mais au lieu que la sensation ne s’étale sur plusieurs heures, elle était presque immédiate, sur ces quelques minutes que la Française avait prises pour se nourrir. En conséquence de son grignotage, Ambre ne faisait plus attention à ce qu’il se passait dans la rue, devant le casino. Elle ne savait pas ce que l’autre malfrat faisait, s’il cassait des nez aux touristes ou pas… Elle savait que, tout chaos qu’elle avait pu instiller en lui, il ne pourrait tuer personne. Son pouvoir n’allait pas jusque là. Les amocher, ça oui, mais pas les tuer. Peut-être était-ce également pour cela qu’elle s’abandonnait à sa victime du moment. Elle ne pourrait de toute façon pas se nourrir de l’autre. Pas avant plusieurs heures en tout cas. Elle serait rentrée chez elle bien avant.

Non, Ambre se laissait porter par son pouvoir, par la sensation d’ivresse qui s’accompagnait de son utilisation. À mesure qu’elle l’utilisait, elle se rendait compte qu’à chaque fois, la sensation était légèrement différente. Plus exquise, plus savoureuse. Elle se rapprocha du jeune homme sur lequel elle était en train de se nourrir. Le flot se tarissait déjà, mais l’exaltation se traduisait déjà par du désir. Un effet secondaire qui pouvait parfois se montrer handicapant, mais qu’Ambre affectionnait malgré tout. Elle n’avait jamais été prude et depuis qu’elle appartenait à la Chasse Sauvage, elle était vouée au chaos. Un comportement de la sorte ne faisait que la satisfaire encore un peu plus.

La Française cilla légèrement en entendant une voix forte dans la rue d’à côté. Zun Haal Viik ! Elle papillonna des paupières un instant, se demandant qu’elle pouvait bien être cet étrange langage. Mais, bien vite, ses pensées furent à nouveau embrumées par le désir. Sa victime, sans trop savoir ce qu’il lui arrivait, répondait à son étreinte et à ses caresses, malgré sa fatigue soudaine. Après tout, quand une jolie fille se colle à vous de la sorte, vous ne la repoussez pas, hein ? Ambre se concentra sur lui, se disant que ce n’était peut-être que l’autre qui faisait des siennes au milieu des clients du casino. Déjà, elle ne pensait plus très clairement. Tant pis.

Ses lèvres venaient effleurer celle de sa victime anonyme quand une silhouette se détacha à l’entrée de la ruelle. Hey ! Il se passe quoi là ? Ambre s’éloigna à peine du jeune homme, comme si elle le gardait toujours pour bouclier humain, pour essayer de détailler qui venait l’importuner. La personne était vêtue d’une sorte de costume, surmonté d’un casque. La Française fronça légèrement les sourcils. Visiblement, ce n’était pas un citoyen lambda. Un vigilente qui s’amusait à combattre le crime en solitaire ? Peut-être bien ? Mais tant qu’elle n’en savait pas plus, elle devrait faire attention. Malgré tout, elle glissa ses bras autour du jeune homme comme si elle ne voulait pas le lâcher. Écartez-vous ! Une petite moue déçue se dessina sur son visage. Mais on ne fait rien de mal, voyons… On cherchait juste un endroit calme où… enfin, vous voyez bien.

Mais malgré le brouillard qui embrumait quelque peu ses pensées, Ambre vit bien dans la position de la nouvelle venue que ça ne prenait pas vraiment. Elle poussa un petit soupir, détacha ses bras de sa victime et fit un pas en arrière. Son pouce droit vint essuyer la commissure de ses lèvres. Je vous promets qu’il n’y a pas à s’en faire pour lui. Après une bonne nuit de sommeil et un bon repas, il sera comme neuf. Il ne risque rien. Ambre ne s’était jamais considérée comme une vilaine. Certes son pouvoir ne lui permettait pas de se transformer en licorne qui pétait des paillettes, mais elle ne pensait pas avoir pour vocation le mal. Le chaos, oui, mais pas le mal. Bien que le chaos puisse être associé au mal, c’était uniquement parce que la société actuelle valorisait l’ordre… C’était tout. Rien de plus. Elle ne faisait rien de mal. Elle n’avait jamais tué personne. Elle répondait juste aux pulsions et aux envies induites par la nature qui était la sienne depuis presque trois ans et demi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 26 Avr - 11:42 Message | (#)

Susan était franchement perplexe face à se qui se passait dans la rue. D’accord, ça pouvait probablement arriver de vouloir niquer comme ça sans attendre entre deux poubelles, mais c’était quand même pas super probable, si ? En plus, y’avait un sacré bazar pas loin du tout, c’était un peu comme vouloir passer à l’acte pendant un accident de voiture. Non seulement il y avait ça, mais en plus elle perçut assez bien le mensonge dans les premiers mots de la jeune femme. Ceci dit, c’était un semi mensonge. Probablement une mauvaise excuse pour justifier des actes moins louables, en somme. Mais lesquels ?
La mutante avait beau voir assez clairement, le maquillage et autres artifices qu’avaient déployé son interlocutrice suffisaient à la rendre méconnaissable pour elle.

C’est pas plus tranquille de faire ça genre, dans une chambre ? Enfin je juge pas hein mais cette excuse là elle est pas terrible.

Le visage de l’héroïne était complètement masqué par son casque, alors elle se permettait de jauger du regard les deux comparses. Dont un qui semblait franchement très très très mou. Enfin, elle n’allait pas vérifier s’il était vraiment mou partout non plus, c’était pas ses affaires.
Curieusement, l’autre ne chercha pas à lui mentir ou à inventer un truc sur la suite. Du coup, elle avait piqué la curiosité de la Légionnaire.

C’est à dire ?

Elle entendait son cœur battre, donc de toute évidence, il ne s’agissait pas d’une vampire. Et c’était tant mieux. La communauté locale ne l’appréciait peut être pas forcément, si elle avait eu vent de ses antécédents.

Tire-toi, et fous pas le bordel.

Ordonna-t-elle à l’autre qui n’avait pas franchement l’air de comprendre la situation. Elle s’était donné un petit extra de charisme et d’autorité avec de subtiles ondes sonores dans sa voix, le genre qui faisaient passer un message un peu différent dans le cerveau des gens qui l’écoutaient. Comme l’autre n’était plus très combatif et fatigué, il s’exécuta sans discuter, comme si le fait de ne pas avoir plus d’emmerdes sonnait comme une évidence dans sa tête. Pas qu’il n’avait pas envie de mettre un peu de bordel, mais il était trop fatigué, et Susan lui avait insufflé la prudence. C’était un peu comme un combat à l’intérieur de lui, mais son corps fatigué l’emporterait surement.
Ainsi, l’héroïne pouvait être en tête à tête avec la suspecte d’elle ne savait trop quoi.

T’es pas une vampire. Tu lui as fait quoi au juste ? J’peux pas te laisser partir sans au moins avoir des explications. Pour la suite, bah ça dépend des explications. T’as un rapport avec le type que j’viens d’arrêter devant le casino ?

Poser des questions directes, c’était le meilleur moyen d’avoir des réponses directes, et de savoir si on allait tenter de l’embobiner ou non. Bien sur, Pizza-Girl n’allait pas se montrer agressive tant qu’elle n’était pas menacée, ou que l’autre ne menaçait personne. On était dans une ville civilisée, ou pas ? D’autres Légionnaires se seraient surement montrés beaucoup plus zélés qu’elle, mais Susan avait eu l’occasion de voir des méchants de très (trop) près. Idéaliste, elle était convaincue de pouvoir au moins tenter de raisonner ses interlocuteurs, sur le long terme, si on lui en laissait l’occasion. Sauf les forcenés ou les super vilains endurcis, quoi.

Evidemment, si cette nana tentait de s’enfuir, elle ne le prendrait pas super bien et, comme elle l’avait annoncé, ne la laisserait pas faire.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mar 2 Mai - 11:48 Message | (#)

C’est pas plus tranquille de faire ça genre, dans une chambre ? Enfin je juge pas hein mais cette excuse là elle est pas terrible. Ambre afficha une petite moue crispée. Elle n’était pas du genre à mentir. Au contraire, elle était souvent un peu trop franche… du coup, il n’était pas étonnant que ses excuses soient foireuses. Néanmoins, ça n’avait été en effet qu’un demi mensonge… et puis, il y avait quelque chose d’excitant à faire ça — à utiliser son pouvoir — alors qu’on aurait pu la surprendre si facilement. Elle semait le chaos dans son sillage, mais elle en était parfois aussi l’esclave bien volontaire. Sauf que cette fois-ci… et bien on l’avait surprise sur le fait. Et ce n’était pas l’un des spectres de Lady Death. La Française ne connaissait pas ce petit brin de femme — car sa voix ne trompait pas, même si peu de formes émanaient de son costume — mais elle avait tout de la vigilente contre lesquels la reine des non-morts l’avait mise en garde.

Un soupir et elle s’écarta de sa victime et assura à l’intruse qu’il serait comme neuf très bientôt. Il n’y avait pas de quoi en faire tout un plat. Ambre ne tuait pas (encore ?). Elle ne le pouvait pas. Et son pouvoir ne lui permettait pas non plus de mettre complètement K.O. un homme d’un seul baiser. La preuve : il tenait toujours debout, même s’il était un peu étourdi. C’est à dire ? Elle croisa les bras et leva les yeux vers le ciel étoilé. C’est à dire qu’il ne gardera aucune séquelle. Il ne va pas clamser dans quelques heures, ni se transformer en vilaine bestiole, ou que sais-je d’autre. Une fois qu’il aura récupéré des forces, ça sera comme s’il ne s’était rien passé. Qu’y avait-il de difficile à comprendre dans son explication précédente ?

Tire-toi, et fous pas le bordel. Ambre haussa un sourcil alors que l’autre s’éloignait, bien docile. La voix de son interlocutrice avait quelque peu changé. Elle était suffisamment raisonnable et directe pour passer au-delà du chaos qu’Ambre avait insufflé à sa victime. Peut-être que son état de faiblesse n’aidait pas. Elle finit par hausser les épaules. Elle n’avait que faire de son petit jouet de la soirée. Il n’avait été qu’une proie. Et, dans un sens, n’avait-elle pas fait une bonne action ? Elle avait évité qu’un touriste ne se fasse piquer son porte-monnaie. T’es pas une vampire. Tu lui as fait quoi au juste ? J’peux pas te laisser partir sans au moins avoir des explications. Pour la suite, bah ça dépend des explications. T’as un rapport avec le type que j’viens d’arrêter devant le casino ? Ses prunelles se posèrent à nouveau sur la petite héroïne. Non, clairement, je ne suis pas une vampire. Elle se rappelait très bien Medianoche et Vassilissa à la Petite Mort. Elle n’avait clairement aucune ressemblance avec ces deux femmes… si ce n’était que son pouvoir pouvait s’apparenter au leur… N’était-ce pas une des raisons qui avait poussé Lady Death à venir la rencontrer, craignant qu’elle soit l’un de ses sujets en goguette ?

Tu sais, je n’ai pas pour habitude de déballer ça à la première venue. Il n’y a que deux personnes à qui j’ai raconté tout ça… et on ne peut pas vraiment dire que tu aies fait quoi que ce soit pour que je t’accorde ce genre de confiance. reprit-elle. C’était vrai. Il n’y avait que Jendayi et Abigaïl, à qui elle s’était ouvert sur sa véritable nature. Ambre décroisa les bras. Mais oui, l’autre boulet devant le casino est ma faute. La Française tendit les mains devant elle, joignant ses poignets avec une petite moue. Allez-vous m’arrêter Madame l’agent ? fit-elle sur un ton presque moqueur. Clairement, les effets secondaires de son grignotage ne feraient rien pour qu’elle se sorte sans dommage. Chaos, quand tu nous tiens… Au moins ne se jetait-elle pas sur la demoiselle pour lui enlever tous ses vêtements et faire ce dont elle l’avait accusé un peu plus tôt… Quoi que… la nuit était encore jeune et ses pulsions ne s’apaiseraient pas avant une bonne demi-heure. Pour l’instant, elle ne cherchait pas à s’enfuir. C’était bien plus drôle de discuter avec la jeune femme en face d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 2 Mai - 20:40 Message | (#)

Susan haussa les épaules. Elle avait bien compris que la victime de son interlocutrice n’aurait pas de soucis plus tard. Ce qu’elle cherchait à savoir, c’était ce qu’elle lui avait fait, concrètement. Mais celle-ci continuait de tourner autour du pot et d’éviter le sujet avec un certain brio. Peut-être que l’héroïne n’avait pas posé la question de façon assez directe.
De toute évidence, la jeune femme à qui elle s’adressait ne se sentait pas vraiment prête à tout lui confesser juste parce qu’elle l’avait demandé gentiment. Zut. Pour autant, Pizza-Girl n’était pas en droit de la forcer à parler. Elle n’était pas un vigilant sans foi ni loi, et n’allait pas brutaliser quelqu’un pour des choses aussi insignifiantes : Elle ne l’avait pas prise en flagrant délit de frapper quelqu’un, de voler ou de tenter d’autres crimes plus condamnables. Tout au plus, elle avait un peu foutu la merde, et c’était plutôt le mec qui s’était mis à attaquer des passants qui allait finir en garde à vue.

Elle soupira.

Aaah, zut. J’suis légionnaire, en fait, pas flic.

Elle croisa les bras face au comportement particulièrement moqueur et impertinent de l’autre. Bon, okay, même avec son costume, elle ne faisait pas plus d’un mètres soixante-cinq, et n’en imposait pas vraiment. Mais quand même. Elle avait beau être jeune, elle était légionnaire et maintenant franchement connue dans toute la ville. Elle avait hélas une sorte de réputation à entretenir.

Et du coup on s’connait pas assez pour que tu m’expliques ce que t’as fait à un type qui met en danger des gens, et à un autre qui a l’énergie d’une feuille de pq mouillée. Tu vois qu’à un moment ça risque de poser souci, non ? Dans l’fond j’veux pas savoir ce que tu es, même si faut avouer que tout le mystère, là, bah ça rend curieuse.

Honnêtement ? Celle là lui mettait sérieusement le cul entre deux chaises. C’était un peu la première fois qu’elle tombait sur quelqu’un qui n’essayait ni de s’enfuir ni de l’attaquer. Du coup, était-il plus éthique de l’arrêter sans vraies preuves, ou bien de la laisser partir alors qu’elle était potentiellement un danger public ? Voilà, la seule solution viable était de lui poser des questions et de peut-être pouvoir la ranger dans l’une des catégories suivantes : Danger ou pas danger.
Sur une autre note, plus curieuse, la mutante avait une impression familière avec la voix de son interlocutrice. Sans mettre le doigt dessus pour le moment. Elle n’avait qu’à entretenir la discussion pour clarifier sa pensée.

Alors, va falloir faire un choix. J’pourrais te passer les menottes et essayer de te convaincre, mais franchement ça sonne super sexuel et c’est pas voulu.

Fort heureusement, son casque masquait son expression. Elle était du genre à rire à ses propres blagues, clairement.

Sinon, le truc c’est que c’est à toi d’me convaincre que t’es pas un danger pour la ville. Si j’dois pas t’arrêter, bah ça va rester entre nous. Et si tu t’obstines à rien dire, bah j’imagine que j’devrais faire ma chieuse et t’emmener au poste.

Et vu que rien ne sortirait d’intéressant d’une garde à vue, elle serait vite libérée puisqu’elle avait juste poussé un type à la bagarre. Mais Pizza-Girl pouvait se réserver un créneau pour l’espionner et tenter de percer à jour les secrets qu’elle refusait de révéler. Enfin, la vie privée de la demoiselle ne l’intéressait pas, elle voulait juste s’assurer de ne pas retomber sur une autre cinglée meurtrière ou manipulatrice en herbe. Pour le moment, son comportement lui semblait… Plutôt normal. En fait, elle-même était surement un peu comme ça après deux trois verres : Elle provoquait gentiment.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mer 3 Mai - 17:22 Message | (#)

Au soupir de son interlocutrice, Ambre eut un petit sourire, au-delà de la moue qu’elle avait affichée en tendant les poignets devant elle. Aaah, zut. J’suis légionnaire, en fait, pas flic. Elle haussa les épaules et laissa retomber ses bras le long de ses flancs. Tant pis pour toi alors. Son ton ne laissait aucun doute sur la malice qui s’était emparée d’elle depuis un moment déjà. Son sourire aurait aussi pu en témoigner, mais peut-être que dans la pénombre, avec en plus sa capuche rabattue sur ses cheveux, la légionnaire ne le voyait pas.

Malgré son apparence nonchalante, Ambre avait pourtant bien noté l’appartenance de son interlocutrice à la Légion. Ainsi, c’était une super-gentille qui combattait les super-vilains. Ambre n’avait jamais choisi aucun des camps. À vrai dire, elle les avait toujours un peu mis tous dans le même panier, puisqu’ils dérangeaient la vie des gens normaux, et n’avait jamais vraiment fait attention à qui était qui… mais depuis trois ans, elle ne faisait plus partie des « gens normaux »… Néanmoins, elle ne tuait pas, ne détruisait pas des immeubles, n’emmerdait au final que les petites frappes et les voyous quand elle avait envie de grignoter. Elle ne s’était jamais servi de son don pour semer le chaos chez un homme politique haut placé ou pour elle ne savait quoi d’autre… Si elle n’était pas gentille, elle n’était pas non plus vilaine… pas selon son système de valeurs en tout cas. Mais elle ne s’était pas non plus fait un cours intensif sur les supers de Star City… Elle aurait peut-être dû… Lady Death l’avait mise en garde au cours de leur rencontre… et, clairement, on lui portait de plus en plus d’attention et pas l’inverse. Ça allait finir par devenir problématique.

Et du coup on s’connait pas assez pour que tu m’expliques ce que t’as fait à un type qui met en danger des gens, et à un autre qui a l’énergie d’une feuille de pq mouillée. Tu vois qu’à un moment ça risque de poser souci, non ? Dans l’fond j’veux pas savoir ce que tu es, même si faut avouer que tout le mystère, là, bah ça rend curieuse. Ambre haussa les épaules et croisa les bras. On dit que c’est un mauvais défaut, tu sais ? Encore une fois, elle esquivait la question. Clairement, elle n’aimait pas déballer sa vie devant les gens comme ça. Qui sait quelle serait la réaction de la demoiselle en face d’elle, hein ? Quand on vous dit qu’on bouffe l’âme des gens comme un quatre-heures et que ça vous émoustille et sème le chaos dans votre sillage, généralement, on ne réagit pas très bien. Rien que sur la nature de ses pouvoirs, la légionnaire pouvait avoir envie de l’emmener au poste ou là où on pourrait lui poser plein de questions et l’empêcher de faire le mal. Mais le chaos n’était pas le mal.

Alors, va falloir faire un choix. J’pourrais te passer les menottes et essayer de te convaincre, mais franchement ça sonne super sexuel et c’est pas voulu. Un nouveau sourire malicieux étira les lèvres de la Française sous sa capuche. Dommage. lâcha-t-elle sans se départir de son sourire. Elle ne voyait pas le visage de la légionnaire à cause de son casque mais bon, pourquoi pas, hein ? Son grignotage avait bien laissé ses effets secondaires dans ses veines. Sinon, le truc c’est que c’est à toi d’me convaincre que t’es pas un danger pour la ville. Si j’dois pas t’arrêter, bah ça va rester entre nous. Et si tu t’obstines à rien dire, bah j’imagine que j’devrais faire ma chieuse et t’emmener au poste. Ambre poussa un petit soupir et observa un instant ses ongles pas manucurés du tout. Si je te dis que je ne peux tuer personne avec mon pouvoir, et qu’il ne peut pas les mener se causer ou à causer la mort, ça te va ? Si j’ajoute que je ne peux pas grignoter plus d’une personne toutes les six heures un peu près, ça te va aussi ? Je ne risque pas d’épuiser toute la ville en une soirée.

Elle bougea quelque peu de sa position dans la ruelle pour s’approcher de la légionnaire, d’une démarche féline. Elle resta pourtant dans la pénombre de la rue, ne s’approchant pas d’une quelconque lumière de lampadaire. Si elle décidait de s’évanouir dans les ombres et d’emprunter l’Umbra pour rentrer chez elle, la demoiselle ne pourrait pas l’en empêcher, à moins d’être capable de voyage dimensionnel. Et ça ne courrait pas spécialement les rues, si ? Ambre n’en savait rien en vérité. Je ne suis pas un danger pour la ville. Tout au plus pour un ou deux petits malfrats, c’est tout. Ou des machos. J’aime pas les machos. Elle recroisa les bras sur sa poitrine. Je veux juste vivre ma vie et m’amuser un peu la nuit… Si ça ne met personne en danger, tout va bien, non ? Il y a pire que moi dans cette ville, franchement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 3 Mai - 21:19 Message | (#)

Pizza-Girl avait beau être une héroïne, une Légionnaire qui tâchait de faire respecter l’ordre et la loi sur Star City, elle était aussi et avant tout Susan Suncana, et savait apprécier la répartie de son interlocutrice, même lorsque ça ne l’arrangeait pas du tout. Parce que les méchants aussi pouvaient avoir du charisme. Enfin, pas qu’elle aie déjà catégorisé l’autre de méchante, pas encore du moins, mais il y avait définitivement un truc pas net dans sa façon de faire. Quand à sa façon de lui répondre, elle y voyait plus de la rébellion et d’audace qu’autre chose. Rien de vraiment blessant ni agressif. Autrement dit, en tant que personne, elle ne voyait pas son interlocutrice d’un mauvais oeil. En tant qu’héroïne, c’était plus complexe.

Dans le fond, elle préférait passer pour quelqu’un d’un petit peu trop laxiste qui pardonnait de moindres actes que pour une chieuse qui allait faire enfermer des gens parce qu’ils avaient mal garé leur voiture. Son énergie était mieux rentabilisée lorsqu’elle arrêtait des altercations, ou devait s’occuper de missions particulièrement dangereuses.

Ouais, un super mauvais défaut.

C’était probablement à cause de ça qu’elle se trouvait dans ce costume maintenant. Enfin, aussi à cause de son penchant pour la charité et se mettre au devant des ennuis à la place de ses pairs. Un cumul de pas mal de choses, mais l’élément déclencheur venait définitivement de sa curiosité mal placée.
Finalement, le discours de son interlocutrice ne l’avait pas totalement convaincue, mais elle ne lui mentait pas, et l’effort valait d’être remercié. Tout au pire, une ou deux bagarres toutes les six heures, ça n’était pas une raison de s’inquiéter ou de retourner la ville. Elle ne la menaça pas non plus ni ne bougea d’un pouce lorsqu’elle s’approcha d’elle.

Bon, t’as pas tort. C’est pas la mort non plus. Mais j’vais garder un œil sur toi quand même, hein. Tu peux y aller. Ou bien j’y vais, j’sais pas, c’est un peu bizarre. Bonne soirée, et tout. Pas de bêtises.

Elle avait fait un clin d’oeil à son interlocutrice, en s’écartant d’un pas, mais elle portait un casque alors c’était un peu inutile. Pour ne pas laisser s’attarder une situation du genre “on sait pas qui part en premier et on se dit au revoir pendant quinze minutes”, l’héroïne fut la première à disparaître du champ de vision de l’autre. Comme ça, pouf, sans effets pyrotechniques ou visuels quelconques. Juste un claquement dans l’air, et elle n’était plus là.
En fait, elle était sur le toit du bâtiment, et songeait déjà à suivre son interlocutrice pour savoir si elle comptait foncer faire un crime quelconque ou rester sage, mais fut bien surprise de la voir s’évanouir à son tour. Comme ça.

Pizza-Girl eut de quoi se sentir un peu bête, mais elle relativisa alors qu’elle commençait à se diriger vers l’endroit où elle avait garé sa moto. Elle retira son costume en trajet, qui fut remplacé par l’un de ses accoutrements les plus classiques : Des baskets, un jean, un t-shirt et une chemise façon bûcheron.
Concernant sa “criminelle” du jour, ça pouvait être pire. Et puis, si c’était pire, elle en entendrait parler et essaierait de retrouver cette jeune femme pour lui expliquer deux trois trucs. Ou bien elle ne la reverrait jamais. Oups.
Dans le fond, elle était toujours aussi curieuse, sinon plus, de connaître sa nature et ce qu’elle avait fait à ses victimes pour qu’ils se trouvent dans de pareils états. Pour qu’elle se sente aussi à l’aise face à une Légionnaire aussi. Il devait y avoir un secret, et elle s’y intéresserait de près si elle en avait l’occasion.

Avec son engin, qui fonctionnait aux ondes sonores que lui fournissait la mutante, elle ne mit pas bien longtemps à retrouver son Front de Mer, son parc, ses rues familières et les passants qui la reconnaissaient ou pas. L’avantage des villes Américaines, c’est qu’il suffisait bien souvent de rouler tout droit dans un sens, puis tout droit après un virage pour arriver à peu près à toutes les destinations possibles et imaginables. Se compliquer le trajet ne pouvait servir qu’à contourner des embouteillages sur les plus grands axes. Elle, avec son deux roues, ne risquait pas d’être bloquée où que ce soit.
Enfin, elle put se garer tout près de l’entrée de son immeuble et s’y diriger à grands pas, teintés de déception, et un peu d’une sensation de ne pas avoir fait grand chose de ce bout de nuit. Seulement voilà, elle n’était pas seule à rentrer à cette heure tardive. La porte du hall s’ouvrit alors qu’elle était en train de tirer une liasse de publicités de sa boîte aux lettres. Susan n’eut aucun mal à reconnaître la silhouette qu’elle avait perçu sur la Croisette. Enfin, ses deux neurones firent une sorte de connexion, et elle tenta de jouer le naturel.

Toi aussi t’as genre dix mille pubs par jour dans ta boîte, ou c’est juste moi ?

Bon, elle exagérait à peine parce qu’elle ne vérifiait pas son courrier tous les jours, mais quand même. C’était à croire que quelqu’un d’autre s’amusait à jeter ses déchets dans son courrier. Aussi, malgré qu’elle travaille dans l’industrie audio-visuelle, Susan était une assez mauvaise actrice. Elle ne se gênait pas vraiment pour lancer des regards franchement insistants à l’arrivante. Non seulement elle cachait mal sa surprise de la voir ici, mais en plus elle commençait à se dire que cet immeuble devenait de plus en plus bizarre.
Elle espérait juste avoir une réponse, même mince, pour s’assurer que sa voix était bien la même que celle entendue plus tôt. Si c’était le cas, elle pouvait être rassurée en s’imaginant qu’elle n’avait pas eu le temps de mettre la ville à feu et à sang en revenant de la Croisette.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Ven 5 Mai - 12:14 Message | (#)

Ouais, un super mauvais défaut. Est-ce qu’Ambre avait été du genre curieux ? Elle aurait sûrement dit que non. Elle était ambitieuse et savait faire des recherches pour assouvir son ambition et atteindre ses buts. Elle ne pensait pas pratiquer la « curiosité gratuite ». Si elle s’intéressait à quelque chose ou quelqu’un, c’est que cette chose ou cette personne avait titillé ses sens, son instinct, ou bien qu’il y avait une proposition à étudier. Comme la soirée où elle avait rencontré Lady Death. Elle avait été curieuse de sa présence près de son salon de thé, des raisons pour lesquelles elle lui offrait une alliance… mais c’était parce que ça pouvait l’impacter directement. Est-ce que la Légionnaire la rendait curieuse ? Elle n’aurait su le dire. Elle attendait de savoir quelle décision celle-ci allait prendre. Si elle se faisait arrêter, ça serait sûrement mauvais pour les affaires… mais elle n’avait techniquement pas fait grand chose de mal. Surtout si on comparait avec ce qu’il pouvait bien se passer en ville. Face à des Dr. Otaku ou même à ce goujat qui avait osé flinguer quelqu’un à l’intérieur du Quill & Tea, Ambre ne s’élevait pas beaucoup plus haut que les petites frappes auxquelles elle s’en prenait.

S’approchant de la Légionnaire, Ambre lui expliqua tout cela. Son interlocutrice ne la menaça pas non plus, ni ne bougea face à sa proximité. Bon, t’as pas tort. C’est pas la mort non plus. Mais j’vais garder un œil sur toi quand même, hein. Tu peux y aller. Ou bien j’y vais, j’sais pas, c’est un peu bizarre. Bonne soirée, et tout. Pas de bêtises. La Française se contenta d’un sourire malicieux. En tout cas, on pouvait dire que la demoiselle n’était pas du genre super guindé qui pétait plus haut que son cul parce qu’elle était une Légionnaire. C’était déjà ça. Dans un claquement, elle disparut. Ambre haussa un sourcil, mais après tout, elle pouvait disparaître tout aussi rapidement. Et c’est ce qu’elle fit. Elle profita des ombres qui l’entouraient encore pour passer en Umbra.

Le temps passait différemment dans ce plan parallèle. Elle n’aurait jamais su vraiment le mesurer. Plus vite, moins vite, elle n’en savait trop rien. Toujours était-il qu’elle resta dans ce monde d’ombres dématérialisées jusqu’à rentrer chez elle. Elle pouvait voir les contours du Plan Primaire auquel Umbra était rattachée, même les gens. Mais elle, dans les ombres, personne ne la voyait. Elle profita du trajet pour réfléchir un peu. Qu’elle soit dans l’œil de la Légionnaire n’était pas forcément la meilleure des choses. Abigaïl l’avait mise en garde. Si elle voulait pouvoir continuer à s’adonner à ses petits plaisirs, il lui faudrait être discrète. Elle pouvait toujours venir grignoter à la Petite Mort, comme leur accord le stipulait… mais ce n’était pas pareil qu’une petite partie de chasse. L’exaltation et le chaos qu’elles engendraient étaient grisants… Si on lui enlevait ça, c’était comme de rester assis à attendre qu’on vienne lui apporter une bière et un gros kebab. C’était peut-être agréable, mais au final, pas très palpitant.

Ambre ressortit d’Umbra une fois arrivée à proximité de chez elle. En étant pas présente et matérielle sur le Plan Primaire, elle aurait eu du mal à ouvrir la porte de l’immeuble, et encore plus celle de son appartement. Ainsi, elle sortit des ombres dans une ruelle adjacente et se dirigea vers l’immeuble. Elle eut la surprise de découvrir quelqu’un d’autre dans le hall alors qu’elle y pénétrait. Elle se figea sur le seuil. Toi aussi t’as genre dix mille pubs par jour dans ta boîte, ou c’est juste moi ? Toujours affublée de sa capuche et de son maquillage sombre, Ambre haussa une épaule et laissa la porte se refermer derrière elle. Elle s’approcha des boîtes aux lettres — elles étaient sur le chemin pour gagner les étages après tout —, et jeta un coup d’œil à la demoiselle. Elle ne s’attendait pas à voir quelqu’un, mais après tout, était-il vraiment si tard ? Elle ne le savait même pas.

Ça aurait pu n’être qu’une coïncidence mais la demoiselle lui jetait des regards insistants et une certaine surprise était lisible sur ses traits. Il lui arrivait parfois d’être paranoïaque… mais peut-être que sa nouvelle interlocutrice l’était aussi et que c’était la raison de son comportement. Après tout, il n’était plus si tôt dans la nuit, Ambre était vêtue et maquillée de manière à dissimuler la plupart de ses traits… Franchement, avec toutes les agressions qu’on pouvait voir dans les rues — et Ambre était parfois l’agresseur, quand elle grignotait —, il y avait des raisons d’être un peu tendue. Elle haussa de nouveau les épaules et jeta un coup d’œil à sa propre boîte aux lettres. Elle l’avait déjà vidée un peu plus tôt, comme elle était passée chez elle après sa journée de boulot et avant de partir en vadrouille. Surtout beaucoup de factures pour ma part… Et puis j’ai mis un autocollant « STOP PUB ». Ils y font pas tous gaffe, mais ça diminue un peu le nombre. Elle aurait pu retirer sa capuche, mais la Française doutait que de voir une voisine avec du noir plein le visage serait plus rassurant que de garder la capuche.

Contournant la jeune femme, Ambre se dirigea vers les escaliers. Après tout, elle habitait au premier étage, ça ne servait à rien de prendre l’ascenseur. Bonne soirée. salua-t-elle quand même la brunette. Elle restait sur ses gardes malgré tout. Elle n’était pas complètement asociale, mais après sa rencontre avec la Légionnaire, elle se méfiait un peu de qui elle croisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 10 Mai - 12:21 Message | (#)

Après plus d’un an dans l’immeuble, Susan connaissait au moins de vue chacun de ses voisins. Fallait dire que ça n’était pas non plus immense : Une douzaine d’appartements, tout au plus ? La plupart étaient occupés, la plupart depuis bien plus longtemps que le sien. D’autres voyaient leurs occupants fluctuer au fil des mois : Son voisin de palier était en prison après avoir attenté à la vie d’une candidate à la mairie. Il avait été bien vite remplacé, mais le nouveau locataire avait déserté à son tour pour emménager avec sa copine. Si Susan avait bien compris.
Pas difficile : Avec sa super ouïe, elle avait tendance à capter tout ce qu’il se passait dans les appartements mitoyens au sien. Pas qu’elle s’amuse à jouer la fouine curieuse, mais lorsqu’elle s’ennuyait, elle entendait tout ça malgré elle.

Pour le coup, elle ne savait pas grand chose de cette voisine là. Elle ne l’avait que peu croisée et vit à la position de sa boîte aux lettres qu’elle vivait au premier étage. Ça pouvait expliquer des choses. Pourquoi n’avaient-ils jamais tenté de faire un genre de barbecue collectif dans la cour ? Ça serait un excellent moyen de voir à quel point ce bâtiment abritait des bizarreries de Star City.

Ouais, j’essaierais ça.

En tout cas, elle en sut bien plus sur sa voisine lorsqu’elle eut répondu à sa question : Pas de doute, c’était la même voix, la même personne. Toujours plus de surprises !

Dis, on peut discuter une minute ? Si ça t’embête pas, hein, il est un peu tard et tout. Sinon j’vis au troisième, tu peux toquer quand ça te chante. J’vais pas te proposer des cookies tout de suite mais ma copine en fait souvent.

Etant donné que son interlocutrice avait déjà “mangé” un peu plus tôt, si on pouvait dire ça comme ça, pas la peine de lui faire miroiter pizzas et merveilles pour l’attirer. De toute façon, elle n’avait pas forcément l’air d’être du genre qu’on appâtait avec des pâtisseries. Elle avait même plutôt l’air de clairement la fuir. Se doutait-elle de quelque chose, déjà ?
La mutante, qui n’était pas forcément la plus prudente, ne souhaitait pas spécialement baser une relation sur le mensonge. Surtout lorsqu’il était aussi flagrant. Si l’autre connaissait son identité secrète, la légionnaire connaissait ses activités nocturnes curieuses. Donc elles étaient quitte, quelque part, et n’avaient pas d’intérêt à se mettre des bâtons dans les roues.

Du coup j’suis contente que ça aie pas mal tourné tout à l’heure, sinon ça aurait été vachement plus awkward maintenant.

Il lui semblait avoir été assez claire dans son énoncé. La curieuse madame qui disparaissait dans la nuit et “grignottait” des gens avait l’air bien assez fine pour comprendre ça, même avec l’effet de surprise. Pas que Susan se sente spécialement subtile, tout l’inverse même, mais elle ne voulait pas rendre la situation encore plus étrange qu’elle ne l’était déjà.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Sam 3 Juin - 15:53 Message | (#)

Ouais, j’essaierais ça. Certains s’en fichaient malgré tout et déposaient leur pub, mais oui, ça diminuait quand même pas mal leur quantité. Surtout quand il y avait quelqu’un pour surveiller, en fait. Quand elle était encore en France, Ambre avait eu un propriétaire retraité qui faisait la chasse aux pauvres qui distribuaient tract en tout genre. Car si lui aimait toutes ces pubs, il avait bien vu que sa petite locataire s’en agaçait et leur donnait une tape sur les doigts à chaque fois qu’ils voulaient mettre quelque chose dans sa boîte à elle. On en avait pas tous des comme ça, des propriétaires.

Sans chercher à papoter plus, Ambre se dirigea vers les escaliers pour rejoindre le premier étage et son appartement. Elle avait envie de rentrer, peut-être prendre une bonne douche chaude et se glisser entre les draps frais. Dis, on peut discuter une minute ? Si ça t’embête pas, hein, il est un peu tard et tout. Sinon j’vis au troisième, tu peux toquer quand ça te chante. J’vais pas te proposer des cookies tout de suite mais ma copine en fait souvent. Mais visiblement, ce n’était pas au goût de sa voisine. Ambre retint un soupir et leva les yeux vers le plafond dans l’ombre de sa capuche. Elle aurait pu refuser, disparaître en Umbra et réapparaitre un peu plus loin devant sa porte et ainsi gagner un peu d’avance sur son interlocutrice… mais elle s’était déjà bien assez faite remarquée pour la soirée. Elle n’avait pas spécialement envie de dévoiler ses petits secrets aux gens de son immeuble, qu’elle ne fréquentait pas en dehors des « bonjour » occasionnels quand ils se croisaient dans un couloir.

Alors qu’elle allait jouer les parfaites impolies — après tout, sa voisine n’avait pas vu son visage, et si elle venait à passer par le Quill & Tea, peut-être ne la reconnaîtrait-elle pas, sauf si elle avait un don particulier pour reconnaître les voix — et entreprendre de monter les marches, la brunette reprit la parole. Du coup j’suis contente que ça aie pas mal tourné tout à l’heure, sinon ça aurait été vachement plus awkward maintenant. Cette fois-ci, il n’était plus question de faire marche-arrière — ou marche-avant en l’occurrence. Ambre se figea un instant, son cerveau tournant à plein régime. La jeune femme — Légionnaire et voisine — avait été dans le hall de l’immeuble avant elle. Donc elle n’avait pas pu la suivre. Donc ça ne devait pas être une embuscade. N’est-ce pas ? Ce n’était pas une mise en scène, elle habitait bien là elle aussi et la coïncidence était fâcheuse. Ambre ne s’était jamais considérée comme mauvaise, mais elle savait pertinemment que ses dons s’apparentaient plutôt au côté « obscur de la Force », alors vivre dans le même immeuble qu’une Légionnaire… Ça risquait potentiellement de poser problème.

Cette fois-ci, elle soupira et ses épaules s’affaissèrent. Elle se retourna pour faire face à la demoiselle et retira sa capuche. Son visage était toujours barbouillé de noir mais dans la lumière tamisée du hall, il était déjà plus facile de discerner ses traits. Comme tu étais là avant moi, j’imagine que tu ne m’as pas suivie et que tu habites réellement ici toi aussi… Que dire d’autre ? Franchement, elle n’en savait rien. J’espère que ça ne va pas nous poser de problèmes. Je n’aimerais avoir à déménager. Elle se montrait peut-être un peu froide, moins malicieuse et taquine que dans la ruelle… mais après tout, si vous appreniez que vous habitiez dans le même immeuble que le « flic » qui vous avait dit qu’il vous tiendrait à l’œil, ne réagiriez-vous pas de la même façon ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 4 Juin - 21:34 Message | (#)

A moins que par le plus grand des hasards, Susan soit tombée sur la soeur jumelle de l’étrange jeune femme qu’elle avait croisé du côté des casinos, il y avait assez peu de chances qu’elle se fourvoie. Elle avait tout dit, et en même temps n’en avait pas trop dit : Sans avoir été là, pas moyen de savoir de quoi elle parlait. Du coup elle était… Semi en sécurité ? Elle venait tout de même de révéler à quelqu’un de potentiellement dangereux son identité de Super. De sa pleine volonté.
Fallait croire que la Légionnaire se sentait suffisamment en confiance pour maîtriser ce genre de situations. Elle n’était plus un simple magnétophone sur pattes. Mais en même temps, l’époque où elle était juste un magnétophone sur pattes était… Plus simple à vivre. Elle ne savait pas trop dire si elle regrettait ou non ses choix.

Bref.
Le fait est qu’elle avait visiblement touché son but. Sa cible. Pile au milieu.
Sa voisine eut l’amabilité d’enlever sa capuche, confirmant plus ou moins son identité. Enfin, plus ou moins. Plutôt plus que moins, du coup. Ca voulait dire qu’elle n’allait pas s’enfuir et disparaître et ne jamais revenir, à priori. Quand à ses inquiétudes… Susan comprenait bien le souci. Elle secoua la tête.

J’t’ai pas suivie. De toute façon, c’est pas comme si je pouvais. - Elle haussa les épaules. Elle y avait pensé bien sur, mais l’autre avait disparue comme ça, pouf. - J’habite ici pour de vrai.

Elle était à deux doigts de rajouter “tu peux demander à Barrett”, mais ça s’approchait de détails un peu trop privés de sa vie. Elle avait cru comprendre que le pauvre voisin s’était mis aux boules quiès depuis qu’elle était en couple avec Cass. Est-ce que sa simple présence ici suffisait à lui faire penser au déménagement ? Vraiment ? Valait mieux pas qu’elle lui raconte que la canadienne aussi était une Super. Et que Barrett travaillait à l’UNISON. Manquait plus que Pepperoni soit une super-chienne et la boucle serait bouclée.
Du coup, Susan leva patte blanche.

Oh euh non, ça devrait pas poser de souci. J’veux dire, c’que j’ai vu ce soir c’était rien du tout. Y’a des trucs infiniment plus dangereux et prioritaires. J’pense pas que t’aie grand chose à craindre avec la Légion, franchement. A part les plus coincés du cul, mais ils sont pas super compétents en général.

Sauf Pseudo. Mais la plupart des héros qui iraient réellement arrêter quelqu’un brutalement pour ce qu’il s’était passé ce soir … en étaient bien souvent incapables. C’étaient des sortes de try-hard qui voulaient faire punir la moindre petite infraction, et réagissaient souvent avec trop de zèle. L’étape suivante en général, c’était le vigilantisme.

En fait j’pense que tu peux surtout avoir des soucis avec les vigilants. J’pense que tu connais l’concept, c’est des cons qui croient qu’ils ont le droit d’être des criminels si c’est pour punir d’autres criminels.

Elle-même avait déjà eu affaire avec ce genre de grands débiles. Elle buvait une bière avec un monsieur peu recommandable, certes, mais c’était une raison pour la prendre pour une complice et lui lancer des couteaux à la face ? Eh ben la réponse était un non. Clair et net.
Du coup, elle était plus ou moins en train de donner des conseils à quelqu’un qu’elle avait hésité à arrêter un peu plus tôt. C’était… Particulier, mais l’ambiance de voisinage, c’était important aussi, non ?

Ouais bref… Déso pour le dérangement. Hésite pas à toquer si t'as b'soin d'un truc.

Polie, la Susan, avec ça. Même si elle voyait très mal Ambre toquer chez elle pour une panne de papier toilettes. Avec cette histoire, elle l'imaginait même éviter de toquer. Fallait vraiment qu’elle organise un barbecue dans la cour intérieur, ça ferait du bien à tout le monde. Éventuellement.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Lun 5 Juin - 11:40 Message | (#)

J’t’ai pas suivie. De toute façon, c’est pas comme si je pouvais. Un léger sourire étira les lèvres d’Ambre. En effet, ce n’était pas comme si elle le pouvait. À moins de posséder également un pouvoir pour passer sur un autre plan, dans une autre dimension, ou un quelconque artefact qui permettait d’épier ceux-ci, la jeune femme n’aurait pas pu la suivre. Ambre avait tout bonnement disparu du plan matériel primaire et on ne pouvait la suivre à moins de passer également en Umbra. Tout comme elle n’aurait pas pu suivre la Légionnaire alors qu’elle avait disparu elle aussi, dans un claquement. J’habite ici pour de vrai. Ce devait donc bien être le hasard qui les avait placées dans le même immeuble. Fâcheux, ça l’était… surtout si la demoiselle avait l’intention de la garder à l’œil, de l’épier, de la surprendre au coin des couloirs pour se jeter sur elle en mode « Ahah ! Prise la main dans le sac ! ». Ça serait gênant. Et Ambre n’avait pas envie de déménager. L’immeuble n’était pas très loin du Quill & Tea et le quartier était des plus sympathiques.

Elle émit alors ses doutes. Moins joueuse que dans la ruelle, si elle n’était fatiguée — merci l’encas qu’elle avait pris —, Ambre aspirait à rentrer chez elle. L’inquiétude éveillée par la Légionnaire, sa présence dans son immeuble surtout, avait quelque peu douché les effets secondaires habituels de son grignotage. Elle avait juste envie de prendre une douche et d’aller s’enrouler dans ses draps. Oh euh non, ça devrait pas poser de souci. J’veux dire, c’que j’ai vu ce soir c’était rien du tout. Y’a des trucs infiniment plus dangereux et prioritaires. J’pense pas que t’aie grand chose à craindre avec la Légion, franchement. A part les plus coincés du cul, mais ils sont pas super compétents en général. La Française hocha la tête. Elle se demanda soudain si la mauvaise expérience qu’elle avait eue avec une de ses clientes et des insectes mutants n’avait pas été un de ces cas que la demoiselle lui exposait. Une incompétente qui pensait pouvoir sauver tout et tout le monde et coincer tous les méchants, même ceux qui ne l’étaient pas vraiment.

Elle resta pourtant silencieuse. Elle n’avait de toute façon jamais été du genre bavard. Et son interlocutrice parlait bien pour deux. En fait j’pense que tu peux surtout avoir des soucis avec les vigilants. J’pense que tu connais l’concept, c’est des cons qui croient qu’ils ont le droit d’être des criminels si c’est pour punir d’autres criminels. À nouveau, elle hocha la tête. Si elle ne s’était jamais trop intéressée à la vie des métahumains, Ambre savait qu’il y avait de ces gens qui « combattaient le mal par le mal ». Elle espérait ne pas en croiser… ils risquaient effectivement d’être moins compréhensifs que sa petite voisine. Ouais bref… Déso pour le dérangement. Hésite pas à toquer si t'as b'soin d'un truc. Un autre sourire déforma son visage maquillé de noir. C’est gentil. J’essayerais d’y penser… N’était-ce que de la politesse ou bien le pensait-elle vraiment ? Elle-même n’était pas bien sûre de le savoir. Il fallait dire qu’elle ne connaissait personne dans l’immeuble, n’avait jamais vraiment fait l’effort d’aller vers ses voisins non plus. Les seules personnes avec qui elle s’était montrée sociale étaient ses clientes et Jen, quand elle était arrivée à Star City et peinait à s’installer. Elle n’était jamais contre donner un coup de main, mais si on n’avait pas besoin d’aide, Ambre n’allait guère vers les autres juste pour parler météo et dernières soldes.

La Française resta un instant immobile, ne sachant guère si la discussion était terminée ou pas. La Légionnaire ne semblait pas vouloir lui chercher des noises… tant qu’Ambre ne mettrait pas sérieusement en péril la vie d’autrui, très certainement. Elle finit par reprendre la parole. Je m’appelle Ambre, au fait… Si tu aimes les gâteaux et le thé, j’ai un petit salon sur Meadow Street. Essayait-elle de se faire une amie en la personne qui avait failli l’arrêter ? Décidément, peut-être que les effets secondaires de son grignotage, à défaut d’émoustiller son désir, avaient bien nourri les tendances chaotiques de son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 9 Juin - 23:16 Message | (#)

Susan avait un peu l’impression de laisser la discussion mourir, là, comme ça. Si elle avait su ce qu’il adviendrait de sa vie personnelle dans les semaines à venir, elle n’aurait surement pas proposé à la semi-inconnue de toquer chez elle quand elle voudrait. Mais elle ne pouvait pas savoir. Elle-même s’apprêtait à grimper au troisième étage vite fait bien fait pour rejoindre son lit et sa chienne et son frigo plein de bonnes choses. Plus ou moins.
Elle n’était pas encore sure de savoir si elle allait monter les escaliers derrière Ambre, créant une situation bizarre où elles se seraient dit au revoir, mais empruntaient finalement le même chemin côte à côte dans un silence presque gênant. Ou bien si elle se téléportait directement devant son palier, solution accordée par ses dons, mais qui risquait d’être bruyante : Pour se téléporter jusque là bas, elle devait générer un son audible depuis sa position jusqu’à la position visée. Elle risquait donc de réveiller du voisinage.
Dernière solution, l’ascenceur. C’était surement le plus simple.
Mais ! Mais Ambre avait décidé d’en dire un petit peu plus sur elle avant les adieux. Peut-être que ça ne serait pas si gênant que ça, du coup ? En tout cas, Susan fit immédiatement le lien entre Ambre et l’établissement dont elle parlait. Elle ignorait simplement que c’était elle la patronne. Enfin, si elle parlait bien du Quill and Tea, et c’était surement le cas. Dans le doute, elle préféra demander :

Le Quill and Tea, c’est ça ? J’passe souvent devant mais j’ai jamais trop osé entrer.

Trop occupée à chasser les bandits, peut-être ? Pour sa défense, elle était souvent accompagnée d’amis qui préféraient une bonne mousse et un apéro, plutôt qu’un bon thé avec une patisserie. Si elle devait choisir quelqu’un avec qui manger des gâteaux en buvant une boisson chaude… Ce serait surement Adrian. Il avait définitivement la tête à ça.
De fait, Susan répondit naturellement avec les propres cartes qu’elle avait en main :

Moi c’est Susan. Et, coïncidence, mais j’suis proprio d’une pizzeria sur Meadow Street. On fait des projections de films assez souvent, si ça te botte.

Quitte à vendre son beau bébé, autant bien le faire, non ? Susan pensait ne pas trop mal se débrouiller à ça. Mais ça n’était pas un concours. Certainement pas. D’ailleurs, elle y songeait rapidement, mais les deux établissements pouvaient profiter à se rapprocher, non ?

T’as des cartes, ou des flyers ou un truc que tu voudrais qu’on fasse passer ? On pourrait te faire un peu de pub. Après je sais pas trop quels genre de clients y a chez toi. A la Pizza Box y’a beaucoup de jeunes et d’artistes. Et, euh, de jeunes mutants aussi parce que j’veux que ça soit un safe space pour eux. C’est toi qui vois.

Fallait l’avouer, sa clientèle était concentrée en termes de jeunes étudiants ou travailleurs tout juste sortis des études, et encore plus dans les milieux créatifs. Elle-même ne cachait pas être une mutante, même si elle cachait son identité d’héroïne. Ainsi, les jeunes avec des dons un peu spéciaux étaient accueillis les bras ouverts sans avoir besoin de se cacher, et l’établissement était magiquement protégé contre les attaques.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Dim 11 Juin - 12:39 Message | (#)

Le Quill and Tea, c’est ça ? J’passe souvent devant mais j’ai jamais trop osé entrer. Ambre hocha la tête avant de se demander pourquoi la jeune femme n’avait jamais osé entrer… On ne pouvait pas dire que les lieux étaient inquiétants… ni même très — trop — huppés… peut-être n’était-ce tout simplement pas son truc… Moi c’est Susan. Et, coïncidence, mais j’suis proprio d’une pizzeria sur Meadow Street. On fait des projections de films assez souvent, si ça te botte. Ambre eut un sourire qui devait peut-être paraître bizarre dans la pénombre et le maquillage sur son visage. Tant que tu as des pizzas végétariennes à ton menu, ça devrait aller. Si Ambre aimait la nourriture saine et ne cautionnait pas la souffrance animale, ça ne l’empêchait pas d’apprécier un peu de malbouffe de temps en temps, comme un bon burger ou une bonne pizza bien gras. D’ailleurs, ça faisait toujours bien rire certaines personnes quand elle demandait ce qu’il y avait de végétarien au menu d’un restaurant, qu’on lui répondait « les salades » et qu’elle rétorquait qu’elle n’aimait pas la salade. « Mais alors, qu’est-ce que tu manges ?! » Ça finissait pas lasser cependant. Bref, là n’était pas la discussion.

T’as des cartes, ou des flyers ou un truc que tu voudrais qu’on fasse passer ? On pourrait te faire un peu de pub. Après je sais pas trop quels genre de clients y a chez toi. A la Pizza Box y’a beaucoup de jeunes et d’artistes. Et, euh, de jeunes mutants aussi parce que j’veux que ça soit un safe space pour eux. C’est toi qui vois. A nouveau, elle hocha la tête. Je dois avoir ça à la boutique… Je viendrais t’en déposer quelques-uns après les avoir récupérés. Elle n’en avait pas chez elle, tout simplement parce qu’elle séparait bien souvent professionnel, personnel et surnaturel. Compartimenter pour que tout continue à fonctionner correctement… même si le personnel et le surnaturel avaient quelque peu tendance à se mélanger dernièrement… et que dire du professionnel et du surnaturel ? Entre les visites importunes au Quill & Tea et les gens qui s’amusaient à en abattre d’autres… Visiblement la facette surnaturelle de sa vie semblait vouloir lui dire qu’elle n’avait plus envie de rester cachée. Elle allait devoir travailler sur la chose, clairement. Être sous la protection de Lady Death ne ferait pas tout.

Elle se reconnecta avec la réalité. J’ai pas mal de ménagères et de mamies, oui… mais aussi des étudiants et pas mal d’auteurs. Ce n’est pas pour rien que mon salon de thé s’appelle Quill & Tea. Pour le reste, je ne fais pas de discrimination tant que ça n’apporte pas d’ennuis à mon établissement. Venez comme vous êtes, tout ça… mais en mieux. Parce que McDo, ça craint quand même. Ambre, ne pas aimer la multinationale du clown ? Ahah. Euphémisme. Sinon, aux yeux d’Ambre, chacun était libre de vivre la vie qu’il voulait, elle ne faisait pas de discrimination et, le bien souvent, se fichait pas mal que ses clients soient humains, mutants, araignées à trois têtes ou autre chose. Tant qu’ils ne cassaient pas tout dans sa boutique et qu’ils ne tuaient personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu



You can't stop chaos ◊ Ambre&Susan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Ork vs chaos khorne
» Please, forgive me ♣ Ambre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-