AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Au chevet du samouraï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mer 5 Avr - 20:57 Message | (#)

Atia se débrouilla tant et si bien qu'elle détruisit un premier adversaire d'un trait non de plume, mais d'épée, ou plutôt de katana, puisqu'il s'agit d'être précis.

L'oiseau de feu, qui n'était ni le жар-птица des légendes russes, ni der goldene vogel du folklore allemand, qui n'aurait donc jamais fait l'objet d'un ballet en deux tableaux par le jeune et furibond Igor Stravinksy, chut dans le vide, jusqu'à retrouver la chaude moiteur du magma où il couvait peut-être un œuf ou deux tantôt.

Sans trahir sa présence et sa relative proximité, Dante s'approcha toujours discrètement, conscient qu'il ne pourrait laisser trop longtemps Atia seule face à l'adversité. Elle n'était pas le perdreau, ou la perdrix, de l'année, mais puisqu'ils étaient là ensemble tous deux, puisqu'ils étaient venus en équipe, ils devaient affronter ces monstres ensemble et n'eût été la fille d'Auguste César, jamais Dante n'aurait mis les pieds sur cette île, dans cette caverne, sous la cabane d'un gardien fantomatique.

Quand il fut à une distance raisonnable et suffisante pour ne prendre aucun risque tout en ayant, à sa portée, l'un et l'autre des deux bêtes. « Vous n'imaginiez pas que j'allais vous fausser compagnie, n'est-ce pas ? » dit-il, radieux et brûlant, tandis qu'il se révélait à la gauche d'Atia, quelques mètres plus haut. Son apparition surprise dévia l'attention de l'oiseau le plus proche, qui tourna vers lui sa gueule de braises ; le magicien ne lui laissa guère le temps d'envisager un seul mouvement : il se saisit de lui à distance, prenant appui sur la composition minérale de son être, et l'envoya se briser, se fracasser sur la paroi la plus proche de la caverne, tandis qu'il tordait en des façons terribles son cou et ses ailes.

Mais il restait l'autre monstre, toujours actif et sans doute moins vulnérable que ne venait de l'être son compagnon d'arme... qui s'en sortirait peut-être ?

Pas le temps donc de bavarder ! Dante se concentra, depuis sa position, pour saisir la tête de la bestiole rocheuse pour l'immobiliser. En conjuguant ses efforts à ceux de la César, il espérait venir à bout de ce péril... minéro-volailler.

Dante et Atia formait une paire efficace, classique et éprouvée, celle du magicien et du guerrier-voleur, un incontournable des jeux-vidéos de type RPG classiques – c'était la parenthèse nostalgie, autour du souvenir de l'inimitable Baldur's Gate – Shadows of Amn, dont votre narrateur conserve un souvenir ému.

    Jet de dé – I :
    Réussite : Le premier monstre est neutralisé pour de bon.
    Echec : Le premier monstre revient à la charge !

    Jet de dé – II :
    Réussite : Le deuxième monstre n'est pas de taille face aux deux compères.
    Échec : Le deuxième monstre oppose une résistance admirable.

    Jet de dé – III, si échec au jet II :
    ]Réussite : Dante esquive la riposte.
    Échec : Dante est durement frappé.


Et pour rester dans le vocabulaire du jeu de rôle, il s'agissait là donc d'une réussite critique ; le premier des oiseaux s'envola vers d'autres cieux, tel un membre de la Team Rocket, non pour disparaître dans le ciel, puisqu'il s'abîma dans les profondeurs du magma qui, loin sous eux, bouillonnait. En voilà un qui ne reviendrait pas les ennuyer !

L'autre ne connut pas un meilleur sort, puisqu'il fut très rapidement confronté aux efforts conjugués d'Atia et Dante, celui-ci le maintenant sous son joug au mieux tandis qu'elle l'affrontait plus directement. Il ne put résister ni aux assauts d'Atia et de son katana, ni aux faiblesses inhérentes à la magie qu'exerçait sur lui le dragon, qui put bientôt le contrôler tout à fait, le démembrer et laisser les restes choir à leur tour dans le bassin de lave. Dante quitta son perchoir invisible pour rejoindre Atia. « Voilà pour ces gardiens qui ne nous dérangeront plus... Tout va bien ? »

Insensiblement, tout autour d'eux, l'air tournait au rythme des inflexions qu'impulsait le magicien, pour disperser tout autour d'eux les dernières strates de vapeur et rendre donc à l'atmosphère toute sa légèreté. « Il n'y a sans doute pas d'autres bêtes de ce type, là-dessous, mais je suggère de ne pas de nous attarder. Il est inutile de perdre notre temps et notre énergie, mieux vaut les réserver à votre katana et à ce samouraï qui nous attend. Je dois d'ailleurs reconnaître que vous maniez le sabre, si j'ose dire, à la perfection. »


Dernière édition par Dante Visconti le Mer 5 Avr - 21:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3395
ϟ Nombre de Messages RP : 3045
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Mer 5 Avr - 20:57 Message | (#)

Le membre 'Dante Visconti' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Ven 7 Avr - 16:36 Message | (#)

Atia César n'aura donc pas à se débarrasser des oiseaux restants toute seule. Dante intervint, enfin, et anéantit expressément d'un premier avant de concentrer son attention sur le suivant. Décidément, la magie rendait les combats assez particuliers en termes de rythmes. Sans doute demandait-elle un temps et des habitudes de préparation bien différents d'un traditionnel corps à corps. Pas très spectaculaire ou dynamique pour un combat dans l'arène, sans doute, mais tant que les résultats étaient là, la criminelle n'allait pas bouder les mystiques sur le terrain. D'autant plus qu'elle pouvait s'y ajouter sans problème. Dante et elle enchaînèrent les attaques pour empêcher leur ennemi de manœuvrer comme il le voulait. Certes, ses ailes lui donnaient un bonus de mobilité, mais comme il revenait chaque fois à la charge et qu'à chaque fois, il rencontrait une opposition farouche aiguisée et magique, son sort était déjà scellé. La victoire du côté de Dante et d'Atia fut inévitable.

– Impeccable, je ne sens presque plus mes rhumatismes. répondit-elle en blaguant... à moitié.

En temps normal, enchaîner autant d'action, dans sa situation médicale, lui serait très douloureux. Mais aujourd'hui, cet inconfort était à présent amoindri. D'ailleurs, on ne pouvait même plus parler de souffrance physique, c'était comme si les muscles et les os de la César étaient simplement... engourdis. La sensation de la douleur était toujours présente, quelque part, mais considérablement diminuée, si bien qu'Atia avait l'impression que son corps reprenait petit à petit la forme. Mais cela venait sans doute des lieux... et de son katana. Non, la chaleur de la lave en fusion n'était pas responsable de cette amélioration, c'était la magie samouraï omniprésente. Dommage, la lavothérapie, ça avait l'air sympa.

– Je crois qu'une fois que nous aurons traversé cette salle, nous aurons passé la seconde épreuve. déclara-t-elle ensuite, plus sérieuse, informée par l'étrange voix qui murmurait à l'oreille de son âme par le biais de son sabre. Continuons, alors. ajouta-t-elle après avoir entendu la conclusion de Dante.

Sur le chemin, elle décida de lui répondre sur le sujet de son expertise au sabre. Ce n'était pas tant pour faire enfler ses chevilles que pour faire la conversation. Et puis le sujet étant lié à Auguste que Dante avait connu personnellement, Atia ne voyait pas pourquoi en faire un secret.

– Je peux remercier mon père pour cela. Il avait insisté pour que je m'entraîne au maniement des armes. une manière polie de dire que, de toute façon, Atia n'avait pas eu le choix, non pas qu'elle ait jamais songé à refuser, cela dit Aujourd'hui, j'avoue que ce n'est peut-être pas un hasard si la discipline en question est liée à l'art des samouraï. Comme quoi, même après la mort, son génie continuera de m'impressionner.

Nostalgie, quand tu nous tient. Cela dit, Atia avait conscience que le choix d'Auguste n'était sans doute pas venu de son seul chapeau. Il y avait de grandes chances pour qu'une bouche avisée lui ait procuré quelques idées et conseils. Le Mandarin, très probablement. Un jour, il faudra vraiment qu'ils prennent le temps de parler, Atia et lui. Mais ce n'était pas toujours facile avec la vie qu'ils menaient et surtout avec leurs affaires qui exigeaient sans cesse leur attention, les empêchant ainsi d'aborder des sujets moins... urgents. Mais laissons-là cette perspective et cette nostalgie car nos deux protagonistes avaient traversé ce long pont et se retrouvèrent sur la plate-forme de sortie qui les mena dans un nouveau couloir dont on pouvait admirer la rigueur géométrique. Le sol, les murs et le plafonds étaient parfaitement droits, mais c'était surtout les peintures murales qui attiraient l'attention. Présentes uniquement sur le mur de gauche, elles montraient des scènes impressionnantes, illustrées dans un style parfaitement japonais, avec, pour point commun, à chaque fois le même katana bien que présent dans des mains différentes. On le reconnaissait facilement par les ornements qui figuraient sur sa lame ainsi que par l'éclat de cette dernière. Il ne fallait pas chercher très loin pour savoir de quel objet il s'agissait.

– Une véritable saga, commenta Atia, partagée entre la révérence et un calme tout à fait exceptionnel. Mais la chronologie n'est pas tout à fait respectée. une déclaration sortie tout droit de son lien intime avec la lame en question. Reconnaissez-vous certaines de ces anecdotes ? demanda-t-elle à son Gandalf attitré. En moins barbu.

Une peinture mettait en scène une jeune femme vêtue de guenilles, brandissant l'arme contre tout un groupe d'hommes violents. Une autre un samouraï en armure quittant un village en flammes. Une autre encore une sorte de moine qui plongeait le sabre dans le cœur de ce qui ressemblait à un dragon. Atia se demanda si ce n'était pas ça l'épreuve suivante, affronter un dragon. Mais bien vite, son « petit doigt » la rassura, ce qu'elle voyait n'était qu'un historique des aventures des anciens propriétaires de Kasai no Burēdo. La quadra fut cependant un peu frustrée de constater qu'aucune œuvre ne montrait la « naissance » du katana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Dim 9 Avr - 23:42 Message | (#)

«  Il nous impressionne tous, encore aujourd'hui.  » Dante ne doutait pas un instant de l'ombre que projetait, même dans le tombeau, le vieil Auguste César. La notoriété du Cartel rouge et ses succès pérennes devaient beaucoup à la figure de ce « parrain » d'un genre neuf et inscrit pour la postérité au panthéon des gloires inexpugnables, comme le sont Sun Tzu pour les Chinois ou Alexandre Nevski pour les Russes.

Bien qu'il appartînt au même siècle et à la même génération, de nombreux criminels voyaient en lui une figure quasi-sacrée. Dante ne partageait pas cette fascination généralisée, qui prenait soit la forme de l'admiration énamourée, soit la forme de l'inexplicable haine, mais il comprenait volontiers ce goût de la pègre pour les totems, les fétiches et autres « Veaux d'or »... sans aller jusqu'à déclarer Atia César « génisse d'argent », bien sûr ! Au-delà du pont et de la plate-forme, ils découvrirent un long couloir étonnamment propre et taillé à la perfection ; le mur gauche portait un ensemble de représentations artistiques, s'y trouvaient dépeins des épisodes de la « biographie » du katana.

Ces fresques successives faisaient honneur à l'art traditionnel japonais, ce qui n'était pas sans évoquer au vieux dragon quelques souvenirs amusants. «  Eh bien, à froid, comme ça, non... je dois cependant reconnaître que Kasai no Burēdo a mené une vie des plus mouvementées.  » De toute évidence, évoquer un objet comme on évoquerait un « être vivant » n'était pas chose inhabituelle pour Dante, qui fréquentait ce genre d'artefacts depuis des lustres. N'avait-il pas offert à son ami Adrian une épée «consciente » ? Ne portait-il pas lui-même Morguse, dont la conscience et l'esprit facétieux n'était plus à prouver ?

«  Et vous ? Des souvenirs vous viennent-ils, à la vue de ces tableaux ? Des souvenirs qui ne vous appartiennent pas et qui pourtant vous semblent venir de vous-même ?  » Dante ne le craignait pas, mais il se pouvait tout à fait qu'au fur et à mesure de leur progression dans ce tombeau, le katana s'imposât à l'esprit d'Atia sans que celle-ci pût tout à fait s'en rendre compte. Il préférait s'assurer d'elle plutôt que d'avoir la surprise d'une attaque soudaine, si d'aventure elle perdait possession de ses moyens.

«  En tout cas, nous voyons là que l'arme est à la hauteur du combat que vous menez pour elle.  » En effet, à en croire les scènes dépeintes au mur, le katana était au cœur d'événements glorieux, pour ne pas dire épiques ! À l'autre extrémité du couloir, cependant, ils ne trouvèrent ni passage, ni porte, ni rien. C'était comme si l’œuvre des architectes s'arrêtait là. «  Voilà qui est curieux...  »

Le dernier tableau, au mur, montrait un samouraï s'infligeant le suicide rituel du seppuku, à l'ombre d'un pêcher en fleurs. Dante s'approcha de la paroi, lisse comme le reste, et en inspecta la surface. Il y apposa ses mains et chercha un bouton, une anfractuosité, quelque renflement dissimulé à leurs yeux. Il ne sentit rien, ne percevait rien, il était comme aveugle et pourtant...

«  Des flux magiques courent en spirale, dans ce mur... il y a sûrement quelque chose à faire pour... ouvrir la porte ? Je pourrais fendre cette paroi sans difficulté mais je doute que ce soit très prudent. Nous sommes sous terre, après tout...  » Il ne comptait pas provoquer, par brutalité et déraison, un effondrement de toute la superstructure : puisqu'il y avait là des étapes à franchir et des épreuves à subir, autant suivre le lit de ce fleuve métaphorique, dont il remontait le cours afin d'en trouver la source.

«  ... et il n'est même pas dit que mes sortilèges soient efficaces. Si ce que je pressens est exacte, il n'existe qu'une clef pour cette serrure. Vous savez certainement de quoi je parle, n'est-ce pas ?  » Il tourna un regard entendu vers Atia. S'il avait lui-même senti et compris comment ouvrir la porte invisible, parce que ses pouvoirs s'ouvraient à toutes les fragrance de magie qui entouraient la paroi, nul doute que celle qui portait le katana l'avait aussi compris plus intuitivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Lun 10 Avr - 18:25 Message | (#)

La César n'ajouta rien d'autre qu'un hochement de la tête à la remarque de Dante sur son défunt père. Qu'y avait-il à ajouter ? Rien. Ce n'était pas comme si l'avis de Dante allait lui faire changer d'avis sur le souvenir de son paternel. Mieux valait donc en rester là, à cette révérence silencieuse. Une attitude de circonstance, apparemment, car la contemplation des œuvres graphiques murales inspiraient un sentiment similaire. Encore que son origine était assez difficile à expliquer pour Atia. Assurément, le katana en était le principal responsable. La quadragénaire pouvait presque le sentir ronronner dans sa main tel un tigre satisfait d'être regardé avec toute l'admiration qu'il méritait.

– Elle doit avoir un goût pour la discrétion, commenta la César en apprenant que Dante n'avait eu vent d'aucun des exploits de son sabre.

C'était une assez bonne chose, au final. Cela pouvait vouloir dire que peu de personnes étaient au courant de son existence et donc, qu'il y aurait peu de rivaux potentiels pour l'acquisition de son pouvoir. Ou bien, sa mythologie était locale, comme beaucoup d'autres légendes similaires, seuls les peuples d'orient, d'extrême orient, en l'occurrence, étaient plus ou moins au courant. Seulement Dante paraissait être du genre à avoir une culture assez conséquente en la matière donc ce n'était sans doute pas le cas. Kasai no Burēdo était juste très timide. A moins que son existence ait été soigneusement dissimulée, comme le sous-entendait peut-être le village brûlé sur une des scènes dépeintes.

– Je ne crois pas... répondit Atia à la question de son compagnon de voyage sur les éventuels souvenir qui pouvaient caresser son esprit.

Elle avait dit ça sur un ton assez incertain, cela dit, songeur, comme si elle se trouvait devant quelque chose qui la plongeait dans un état d'heureuse nostalgie. Le regard fixé sur les œuvres murales, elle se laissait gentiment baigner dans les impressions que ces images généraient. Car on pouvait plus parler d'impressions et de sensations que de souvenirs à proprement parler. Ici, pas d'images ou de voix venus des temps anciens représentés devant elle, juste des fantômes d'émotions qui lui caressaient le cœur à travers son katana dont elle ressentait pleinement la nostalgie. Quelque part, Atia avait l'impression d'être chez elle, une impression qui venait bien de son sabre et non d'elle. S'en rappelant, elle se détourna de sa contemplation pour suivre Dante et finir de traverser ce couloir.

Jusqu'à un joli cul de sac, donc.

– Tant de symbolisme... c'en est presque usant. commenta Atia au milieu des constats de son associés.

Bien entendu, ce n'était pas ce dernier qu'elle critiquait, mais plutôt cette « sécurité » des lieux. D'ailleurs, son sabre émit une sorte de protestation silencieuse car elle sentit des picotements désagréables se pointer quelques secondes dans sa main. Les ignorant complètement, elle exécuta la cérémonie qui était demandée. Pour se faire, elle s'avança en face de la dernière scène peinte et tendit son sabre à bout de bras, la lame dirigée vers la peinture.

[Japonais] – Réduis le monde en cendres.

Sur cette incantation, le sabre d'Atia s'embrasa et la chaleur de ses flammes projeta sur l’œuvre picturale une ombre nouvelle. Et pour cause, la peinture sembla flamboyer comme une feuille de papier que l'on approchait un peu trop près des flammes. Mais au lieu de laisser place à un mur carbonisé, la peinture révéla une couche inférieure bien différente. Cette fois, le pêcher dépeint n'était plus en fleur mais en feu et le protagoniste était bien vivant... très vivant même car il quitta le mur pour s'avancer devant les visiteurs. Atia baissa son sabre.

Le fantôme du samouraï resta immobile, debout devant elle, la regardant dans les yeux. Il n'était pas très grand mais son armure le rendait impressionnant. Mais il en fallait plus pour que la criminelle détourne le regard.

[Japonais] – Vous êtes le gardien du pouvoir. Laissez-nous entrer. déclara-t-elle d'une voix neutre, même pas autoritaire.

Pas un geste, pas un bruit, pas une seule réponse. Puis, après quelques secondes, le fantôme s'anima pour s'approcher du cul de sac et... le traverser. Sauf que là où son corps avait pénétré le mur, une nouvelle forme apparaissait. Une nouvelle peinture, plus exactement, qui se dessinait pour former une porte et lorsqu'elle fut terminée, la peinture laissa place au vrai. Une véritable porte était apparue. Sans hésiter, quoique avec révérence, Atia l'ouvrit et ils arrivèrent dans la dernière partie de ce temple : le cimetière.
La Caesar déglutit.

– Tenez-vous prêt, monsieur Viconti. J'ai la nette impression qu'il n'est pas prévu de nous laisser quitter cet endroit. avertit Atia, encore guidée par les « explications » de sa lame mystique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Mar 11 Avr - 18:13 Message | (#)

Atia procéda à une incantation qui eut pour conséquence d'embraser la lame de son katana. Celle-ci se nimba de flammes rayonnantes.

Ce n'était pas la première fois que Dante assistait à un tel miracle, puisqu'il se souvenait très bien avoir vu de ses propres yeux ce qui faisait l'objet d'un témoignage d'Augustin d'Hippone, plus tard devenu saint, lorsqu'un ange de l'ordre des chérubins fut envoyé devant le jardin des délices, pour garder l'entrée du paradis, afin que l'homme, après son péché, n'y vînt cueillir le fruit de « l'arbre de vie », et cet ange était armée d'une épée de feu.

Il ne s'agissait pas de la même arme, mais celle que brandissait Atia s'inscrivait dans la longue tradition des lames de légende, aux côtés d'Excalibur, Balmung, Durandal, Tizona, ou Tyrfing. Attentif, Dante vit le dernier tableau s'auréoler d'une gaze nouvelle, le pêcher prit feu, le samouraï quitta sa position pour s'arracher à la fresque et apparaître devant eux. Atia baissa son sabre, signe qu'il n'y avait peut-être rien à craindre, mais Dante demeura sur ses gardes. Il connaissait la vivacité et l'extrême adresse des guerriers du japon médiéval.

Même fantôme, un samouraï demeurait dangereux. Ce dernier ne répondit pas aux injonctions d'Atia ou, en tout cas, ne vocalisa aucune parole. Nul mot ne franchit le seuil de ses lèvres fantomales. Il traversa le mur du cul-de-sac, ce qui révéla sur la lisse paroi une nouvelle étampe, une porte, d'abord dépeinte, puis véritable. «  C'est intéressant...  » glissa le dragon qui se promit de populariser ce style d'ouverture chez lui, à Star City. Ils n'étaient pas ici comme au salon de l'aménagement et de l'habitat, mais tout de même...

La porte s'ouvrit donc sur un grand cimetière. De multiples stèles en peuplaient l'espace, chacune abritait sûrement plusieurs urnes funéraires. Au cœur de ce réseau hérissé de pierres tombales, le gisant du samouraï, veillé par le spectre qui les avait précédé dans le cimetière. «  Je n'ai jamais trouvé de prison capable de me retenir. Nous quitterons cet endroit, d'une façon ou d'une autre.  »

Par la force des armes, si nécessaire. Ils avancèrent tous deux dans le cimetière et Atia rejoignit le spectre. La porte, derrière eux, s'était refermée. Dante fit alors remarquer : «  C'est très étrange. Il fait... froid.  » Ce qui était assez paradoxal, considérant les nombreuses flammèches qui éclairaient le cimetière, et les flammes qui nimbaient encore le katana. Quand Atia engagea l'esquisse d'un échange avec le spectre, Dante perçut aussitôt le frémissement d'énergies magiques contradictoires tout autour de lui, comme autant de serpents dans les herbes folles, et il vit s'élever autour de lui des silhouettes grisâtres, d'invisibles et persistantes figures sombres.

«  Il ne manquait plus qu'un peu de compagnie...  » dit-il à l'adresse d'Atia, mais celle-ci ne put sûrement l'entendre, tout comme lui-même ne pouvait plus la voir : tout autour de l'estrade où reposait le gisant du samouraï, une sorte de bulle luminescente s'était élevée, offrant à Atia et leur hôte une intimité nouvelle.

«  Atia ?  » s'écria le dragon. Mais il n'entendit rien en retour, et déjà trois fantômes, trois ashigaru armés chacun d'une naginata. Dante n'eut aucune peine à disperser le plus proche, mais il dut prendre les devants et battre en retraite, à l'arrière du cimetière, pour éviter l'agression des deux autres, d'autant plus qu'il comprit rapidement que d'autres spectres attendaient leur tour pour l'embrocher. Il saisit donc la cape attachée à Morguse et empruntée au Petit chaperon rouge.

Aussitôt invisible, le magicien s'éclipsa et sut qu'un peu de répit lui serait offert. Il en profitait pour s'ouvrir à son environnement et chercher tout autour de lui les signatures magiques des personnes et des objets ; il cherchait le katana, pour trouver Atia, et le spectre du samouraï, mais ceux-ci lui échappaient complètement : la bulle portait une empreinte magique si forte qu'elle effaçait tout son contenant.

En revanche, il percevait sans difficulté la magie qui imprégnait les stèles du cimetière, ce qui le rassura : ces apparitions n'étaient pas l’œuvre d'un nécromancien en maraude. Il s'agissait d'un piège ou, en tout cas, d'un mécanisme de défense intégré au temple : mais qu'arrivait-il donc à Atia, sous le manteau de lumière blanche qui couvrait son « combat » ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mer 12 Avr - 13:27 Message | (#)

Leurs hôtes pouvaient au moins prétendre avoir des invités respectueux. Certes, Dante affichait le même intérêt que l'on pouvait avoir dans un musée, mais l'admiration et le respect restaient présents. Quant à Atia, son lien particulier avec Kasai no Burēdo rendait sa visite presque révérencieuse. La criminelle n'aurait sans doute pas manifesté plus d'égards en se rendant devant la tombe de son cher paternel. Et pour cause, c'était un peu une deuxième famille qui reposait dans ce cimetière-ci. Le style était totalement japonais, évidemment, ce qui n'enlevait rien à la grâce des lieux. Bien que souterrains, on pouvait aisément leur attribuer un qualificatif poétique. D'ailleurs, mis à part le manque de lumière solaire, l'architecture des lieux pouvait tout aussi bien avoir été reproduite à la surface. Ce qui augurait un lieu assez agréable pour finir sa vie. Mais cette perspective là ne semblait pas être une option pour monsieur Visconti.

– Tant mieux. Je n'ose pas imaginer la pagaille qu'une absence prolongée provoquerait dans mes affaires.

C'est qu'elle tenait à laisser à Livia un héritage un minimum stable. Enfin, cette remarque n'était qu'une légèreté visant à adoucir l'ambiance. Bien que confiante en les capacités de l'expert qui l'accompagnait, Atia ne pouvait se débarrasser de cette sensation d’oppression totalement illogique que lui faisait parvenir son sabre. L'approche de l'ultime épreuve faisait monter la tension. Et dans ce contexte, il était exigé d'être préparé à rencontrer la mort, ou tout autre sort des plus définitif. Quelque part, les samouraïs n'étaient pas si différents des scouts, « toujours prêts ». En l'occurrence, il fallait apparemment être prêt à supporter un froid qui n'avait rien à envier à celui de ces traîtres rayons surgelés dans les hypermarchés.

– Je suppose que c'est là une température normale lorsqu'on côtoie des spectres, non ? suggéra la César en guise d'explication.

Évidemment, ce n'était là qu'une hypothèse. La quadragénaire ne se déclarerait absolument pas experte en la matière, n'ayant pas encore rencontré autant de fantômes qu'elle avait de doigts sur une main. Il n'empêche qu'il fallait avouer que la situation actuelle était particulière car elle-même n'arrivait pas à sentir la chaleur des flammes émises par son sabre. Il y avait donc anguille sous roche. Ou plus exactement, silhouettes dans l'ombre.

– Le contraire aurait sans doute été insultant. fit elle remarquer en guise de référence à la culture locale qui était supposée être un minimum soucieuse des protocoles d'accueil.

Mais si Atia avait pu entendre Dante, la réciproque ne fut peut-être pas valable car le nouveau mur qui la séparait de son compagnon s'était élevé, rendant sa voix uniquement audible pour ceux qui se trouvaient de son côté. Donc elle et son hôte, un samouraï diablement bien conservé malgré son état. Réalisant qu'elle était isolée, la César examina les lieux qui s'apparentaient manifestement à une aire de combat. L'autre en face resta immobile et silencieux, l'observant d'un regard impossible à voir mais dont la froideur était tout à fait perceptible. Ne trouvant rien de vraiment intéressant et utile, Atia s'en reit aux informations que son katana lui transmettaient. Ce n'était pas comme si les possibilités étaient nombreuses, de toute façon.

De fait, elle se mit en position de garde. Les flammes de Kasai no Burēdo éclairaient son visage d'une lueur de détermination froide.

[Japonais] – La Flamme Guerrière t'a jugée indigne de son pouvoir. Moi, Katakura Kojūrō, je serai l'ultime juge. Si ton âme est digne de son pouvoir, elle brûlera de mille feux. Dans le cas contraire, le lien qui l'unit à la Flamme sera tranchée et elle plongera dans les ténèbres.

Voilà un programme des plus prometteurs. Mais les choix étant limités, Atia ne perdit pas de temps à discuter alors elle attendit patiemment, toujours en garde, respirant lentement. Après quelques instants de silence et d'immobilité, son juge dégaina son propre katana qui portait exactement les mêmes inscriptions que Kasai no Burēdo mais qui était environ trois fois plus large et aussi plus grand. Lors de son dernier mouvement, achevant son positionnement, le katana s'embrasa également. La César déglutit, sa détermination, cependant, ne faiblit pas d'une seule once. Sentant dans ses tripes que c'était à elle d'entamer l'échange de fer et de feu, elle s'élança et porta son premier coup vertical, immédiatement paré.

Les étincelles valsèrent autour des deux guerriers. Pendant que les fantômes gardiens qui entouraient leur zone de combat virent leurs propres armes s'enflammer. Néanmoins, le froid qui régnait dans le cimetière, à l'intérieur comme à l'extérieur du dôme magique, restait mordant.

    Lancer de dés :
    Réussite : Le début du duel est favorable à Atia
    Échec: La César est en position de faiblesse


Dernière édition par Atia César le Mer 12 Avr - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3395
ϟ Nombre de Messages RP : 3045
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Mer 12 Avr - 13:27 Message | (#)

Le membre 'Atia César' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Ven 14 Avr - 12:41 Message | (#)

Dante se rendit compte assez vite qu'il ne pourrait venir à bout des ashigaru un par un, car ces derniers apparaissaient toujours plus nombreux, ils étaient trois, puis quatre, puis cinq, puis six, jusqu'à une grosse dizaine. Le magicien en disposait au fur et à mesure mais bientôt, le flux fut tel qu'il dut à nouveau battre en retraite et trouver refuge derrière les tombes. La cape du Chaperon rouge le dissimulait à la vue des fantômes, mais ses mouvements, ses gestes et ses attaques, surtout, révélaient sa position et le désignaient comme une cible facile pour les lames de ces naginata.

Sans surprise, un coup d’œil en direction de la bulle blanche, mais il ne vit rien : la paroi demeurait hermétique et ce qui se passait à l'intérieur lui échappait totalement. Ce bref instant d'inattention lui valut une petite frayeur, quand il entendit le froissement de sa robe, au contact d'une lame spectrale. Le soldat fantôme n'avait pas frappé assez fort, mais le dragon ne resterait pas au même endroit pour lui donner une seconde chance.

Il prit appui derrière une stèle et souffla l'impudent qui se dispersa. Mais ce brouillard gris qui couvrait le cimetière lui rendit bientôt toute sa presque-consistance physique. Conscient qu'il n'en viendrait pas à bout s'il s'occupait des symptômes sans attaquer les causes, Dante dédaigna d'alimenter un combat sans fin et continua à esquiver les naginata pour se déplacer toujours en avant. Il manqua plusieurs fois de heurter une tombe ou de trébucher, mais rien qui le mit en danger.

Que devait-il faire ? Il ne pouvait se résoudre à abandonner Atia... il la suspectait de combattre seule, dans cette bulle d'isolation, mais il ne pouvait la rejoindre et, surtout, il supposa qu'il ne devait pas la rejoindre, qu'il devait la laisser se débrouiller seule.

Autant s'occuper dans un premier temps des fantômes et des ectoplasmes... quitte à voir débarquer d'autres gardiens moins faméliques. Son tempérament jupitérien s'accommodait assez mal d'ennemis si dérisoires mais il était là dans un but précis. Si aider la César passer par quelque escarmouche sur fond de cimetière shinto, alors soit ! Dante remarqua d'ailleurs parmi les tombes abritant les urnes funèbres quelques unes dont la pierre scintillait d'inscriptions luminescentes.

Elles étaient rares, cachées dans la forêt des stèles. Il y perçut des foyers de puissance magique. Était-ce la source des apparitions fantomatiques ? La possibilité le séduisit. Il n'était ni violent ni enclin au vandalisme, aussi préférait-il s'occuper de quelques tombes précises, plutôt que de ravager l'intégralité du cimetière. Il s'arrêta donc tout près et fit jaillir au-dessus de lui quelques-unes des griffes de Borée, trois lui parurent suffisantes, et celles-ci fusèrent pour frapper la stèle qui s'écroula dans un crépuscule de fumerolles blanches.

Ce geste soudain provoqua un frisson dans tout le cimetière et les spectres accoururent pour le poursuivre de leur vindicte meurtrière. Dante, sans perdre une seconde, courut pour leur échapper. Un hurlement vrombit dans la caverne. Il n'était pas impressionnable, mais le vieux dragon perçut au bas de sa nuque l'haleine glaciale de la peur.

Il refusa d'y céder – quelle honte c'eût été pour lui ! Sans plus attendre, il se précipita, il courut et quitta le refuge de sa cape, pour aller plus vite, pour trouver d'autres tombes éclairées, pour trouver d'autres foyers de pouvoir, ces nœuds qu'il suspectait d'alimenter en magie les protections du cimetière.

La tâche fut rude, pénible et sans cesse contredite par une apparition soudaine, pour l'émergence dans son champ de vision d'un nouveau spectre. Se battre devint nécessaire, mais il tint bon et déploya contre les ashigaru des trésors de magie élémentaire. Que n'avait-il le pouvoir de commander aux âmes errantes, aux fantômes, aux revenants ! Où sont les nécromanciens quand on a besoin d'eux ? Dante ne résista qu'une poignée de minutes avant d'appeler à lui toutes les forces de Fuzon.

Quatre lunes enflammées apparurent à ses côtés, tournant autour de lui avec lenteur et constance, tandis qu'il y puisait un feu sans fin. Le déluge qu'il opposa aux spectres les consuma tous. Ceux-ci revenaient avec l'inlassable fatigue des morts, mais le dragon n'en avait cure : rien n'importait plus qu'atteindre les pierres marquées du sceau de la puissance, pour les mettre à bas, et tarir la source des fantômes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Sam 15 Avr - 11:36 Message | (#)

Les premiers échanges se passèrent plutôt bien pour Atia. Mais si le combat lui semblait aisé d'un point de vue défensif, le côté offensif n'était pas tellement couronné de succès. La guerrière avait la nette impression que son adversaire insistait davantage sur sa défense que sur son attaque, comme s'il la testait. C'était, apparemment, l'humeur générale dans ce trou. Mais bon, ils auraient quand même pu échanger entre eux pour que les évaluations passées dans les tests précédent circulent. Enfin, chacun sa manière de faire, la César n'était pas vraiment là pour donner des leçons d'organisation aux morts. Mais il semblerait que la causette soit plus ou aussi importante que le fer.

[Japonais] – N'as-tu point d'honneur, femme ? Venir ici accompagnée ? Cette lâcheté ne manque pas d'affaiblir la Flamme. Ne t'étonne pas si elle te refuse son pouvoir.

Sans quitter sa garde, Atia releva un peu la tête, étonnée par ces propos. C'était quoi ce test ? Les samouraïs étaient devenus des parlementaires aujourd'hui ? Pour un peu, la quadragénaire avait l'impression de se retrouver devant un bête et ennuyeux juge d'instruction qui la disputait au sujet d'un excès de vitesse.

– Pourquoi ? Vous êtes pudique ? Et puis je ne vois pas le problème, on est bien en tête à tête, là. répliqua-t-elle.

Elle parlait en anglais parce que c'était plus commode pour elle, et aussi parce qu'elle ne s'inquiétait pas vraiment d'être incomprise par son interlocuteur. Vu l'ambiance mystique qui régnait, ces questions linguistiques étaient bien dérisoires. Sur le sujet qui la concernait, si les maîtres des lieux n'étaient pas contents, ils n'avaient qu'à être un peu plus précis dans leurs invitations. Franchement, s'ils avaient utilisé Facebook pour organiser cet événement, ça se serait certainement mieux passé. Mais la César n'alla pas s'indigner tout de suite. Pour l'instant, elle était plutôt dans l'observation, curieuse de savoir où tout cela menait. Après tout, elle avait bien senti que son sabre lui laissait entendre qu'il voulait rester ici, avec ses « amis ». Dans ce cas, pourquoi donc le discours de Kasai no Burēdo semblait-il différent de celui de Katakura ? La question à peine posée dans son esprit, Atia y trouva une réponse.

– Je vois... alors c'est comme ça que vous faites, vous ? Suivre ses règles sans discuter ? Désolée mais ce n'est pas mon genre.
[Japonais] – Insolente. Tu oses profaner les traditions...
– Absolument. Je préfère créer les miennes moi-même. Et sans vouloir vous vexer, je sais que Kasai no Burēdo apprécie cette philosophie. interrompit la César, confortée dans son affirmation par les infimes ronronnements de plaisir que sa lame lui envoyait malgré les griefs qui entachaient leur relation actuelle.

Et sur cette déclaration, Atia reprit le cours de l'affrontement, armée d'une détermination et d'une férocité nouvelles. Pendant ce temps, on pouvait remarquer que si l'opacité de la bulle dans laquelle elle était isolée avec son examinateur ne faiblissait pas, quelque chose semblait tout de même altérer ses performances car en tendant l'oreille attentivement, Dante pourrait entendre les bruits du combat, comme si les sons provenaient d'une radio mal réglée. Mais cela venait-il des performances de la César ou bien de celle de Dante, allez savoir. En tout cas, la présence et l'activité de monsieur Visconti perturbaient grandement les projets des fantomatiques gardiens. Car ils avaient prévu, quelque soit l'issue de l'épreuve, de garder Kasai no Burēdo dans ce tombeau. Un désir, que dis-je, une faim que notre dragon expert en magie arrivera peut-être à interpréter au milieu de ses actions.

En tout cas, Atia se livrait complètement à son combat et ne s'inquiétait pas beaucoup pour son compagnon qui ne recevait que très peu de pensées de sa part. Déjà, c'était un des principes du combat : se focaliser sur la situation présente, sur les ennemis qui se trouvaient en face de soi. L'aspect « prendre en compte son environnement » était, après tout, bien entravé par la bulle magique dans laquelle elle était enfermée. Ce n'était pas plus mal d'ailleurs, car le samouraï gagnait lui aussi en vigueur. Mais pour l'instant, elle tenait toujours bon. Et petit à petit, elle sentait son sabre vibrer d'un sentiment qui ressemblait progressivement à de la satisfaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Dim 16 Avr - 13:40 Message | (#)

Dante imposait à la caverne une nuit ravageuse, une démarche mortifère où nulle victime ne serait à déplorer, puisqu'il imposait le feu et la destruction à ces innombrables spectres, morts conjurés là pour accomplir leur devoir de gardien du temple.

Linéaire et bien réel, son geste était pourtant voué à la finitude, puisqu'il comptait en finir avec ces protections couvrant le cimetière. Dans les ténèbres de la grotte, pourtant, le dragon rayonnait d'une noirceur suprême, puisqu'il détenait la puissance du feu, qu'il maniait comme la faux pour éclairer le champ, et dont il semait les flammèches à la ronde avec la constance d'un vent terrible.

Pour les ashigarus, il n'y avait aucun espoir, mais quelle importance avait pour eux cette fin de toute chose, cette mort finale, puisqu'ils n'étaient rien que des outils ? Le marteau se soucie peu d'être immobile, de ne plus servir à rien, d'occuper l'espace et le temps sans bouger, dès lors qu'il n'est plus aucune main pour le soulever et l'abattre sur le clou.

La nuit pour eux se terminait, débouchait sur un feu dévorant, porté par le dragon, qui tenait auprès d'eux le rôle du soleil et qui s'imposait par une lumière agressive, doublée d'un feu brutal et destructeur.

L'autodafé prit des proportions glorieuses quand les flammes emplirent toute la caverne, à la manière d'une pluie torrentielle, d'une lumière ignée venue consumer les fantômes, car le feu détruit tout, intégralement, sans laisser de trace, comme le savait trop bien Empédocle, dont la tradition veut qu'il se soit jeté dans la gueule de l'Etna pour s'y suicider, car il répondait à l'appel d'une mort qui absorbe sans laisser aucun signe ; l'amour, la mort et feu s'unissent au même instant, puisque par son sacrifice dans le cœur de la flamme, l'éphémère donne une leçon d'éternité, tout perdre pour tout gagner.

Dante ne mourrait pas dans les flammes, qui glissaient autour de lui comme autant de sœurs aimantes, qu'il absorbait pour se guérir, se soigner, retrouver sa vitalité. En imposant à son environnement l'empire de l'élément feu, Dante se ménageait l'espace et le temps nécessaire à la marche triomphale, d'une tombe à l'autre, d'une stèle à l'autre, en quête de celles qu'il savait abriter les sceaux de pouvoir à l'origine de l'apparition des spectres.

Ceux-ci luttèrent en vain, ceux-ci se fracassaient, par vagues, autour de lui, sur ce labyrinthe de flammes merveilleuses. Sans grande surprise, Dante put détruire un à un les derniers sceaux et bientôt, il n'y eut plus un seul fantôme pour le poursuivre, plus une seule naginata pour le menacer. Cependant, le cimetière n'avait pas dit son dernier mot. Une force malveillante était à l’œuvre, cachée dans les ombres qui se réfugiaient sous la flamme et quand la dernière pierre magique fut détruite, Dante fit taire l'incendie.

Il vit alors s'animer les stèles qui s'agrégèrent, s’agglutinèrent en un amas incohérent, pour former un golem plus grand que lui, magnifique monceau de pierres tombales qui s'élança contre lui. Le dragon se mit alors en position pour lutter contre cet ennemi inattendu.

    Jet de dé – I :
    Réussite : Dante esquive l'écrasement.
    Échec : Dante est blessé.

    Jet de dé – II :
    Trois réussites : Dante détruit le golem.
    Deux réussites : Dante estropie le golem.
    Une réussite : Dante égratigne le golem.
    Zéro réussite : Dante est une quiche admirable.


Dante se déporta, hors d'atteinte, pour éviter d'être pris en tenaille, entre le sol et le poing fermé du golem, comme dans un casse-noix. Il lui fut facile d'esquiver le coup : la bête était pesante et immense, difficile donc de se laisser surprendre !

«  Trop lent !  » commenta-t-il d'ailleurs, tandis qu'il puisait en lui la force d'imposer sa géomancie au golem, pour un duel de volonté de quelques instants, qu'il emporta de haute lutte. Dante abattit une carte maîtresse en arrachant la jambe droite du monstre, qui fut sauvagement détachée de son tronc et provoqua la chute du golem. Ce dernier ne poserait donc aucun problème, sauf bien sûr à envisager que Dante fît une erreur grossière de débutant...


Dernière édition par Dante Visconti le Dim 16 Avr - 13:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3395
ϟ Nombre de Messages RP : 3045
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 16 Avr - 13:40 Message | (#)

Le membre 'Dante Visconti' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Lun 17 Avr - 12:01 Message | (#)

Le feu qui habitait son sabre ne cessait de grandir, bien que discret, visuellement parlant. Atia sentait son arme vibrer d'une force et d'une volonté nouvelle qui, petit à petit, semblait correspondre à la sienne, telle une extension de son âme et de son esprit. La César regagnait petit à petit l'ascendant sur son arme qui lui reconnaissait à nouveau sa possession. Aussi, les coups de la criminelles se faisaient de plus en plus rapides et précis sur son ennemi qui, de plus en plus, ne parvint plus qu'à parer sans réussir à placer quelques contre-attaques. Une longue sérénade de coups de lames fut finalement interrompue par une nouvelle pause amorcée par le samouraï qui exécuta un long pas en arrière pour se soustraire des attaques de son adversaire. Atia respecta cette pause, mais resta en garde.

[Japonais] – La Flamme s'accroît. Son pouvoir a choisi son porteur.

Atia ne répondit rien, toujours concentrée, mais surtout toujours déterminée.

[Japonais] – L'épreuve est terminée. conclut-il sur un ton des plus neutres, si bien qu'il fut impossible de dire si déception ou surprise il y avait.

Monsieur était sans doute au-dessus de ce genre de chose, après tout. Cependant, la César n'ouvrit toujours pas le dialogue, sentant que le mieux qu'elle puisse faire était d'attendre. Sa patience fut d'ailleurs « récompensée » car son examinateur personnel s'activa, changeant de garde. Au même moment, son arme changea elle aussi. Toujours enflammée, elle s'étira jusqu'à ressembler à une de ces naginatas que les fantômes avaient tenté d'utiliser pour percer le cuir de Dante, en beaucoup plus élaborée et à la lame impressionnante, en plus d'être toujours enflammée... d'une couleur bleu auréolée d'éclats jaunes étincelants. Devant cette nouvelle « menace », Atia changea également sa garde, mettant son sabre au dessus pour élargir sa défense. Mais elle n'eut pas à se protéger tout de suite car le samouraï pris son temps, marmonnant quelque chose que la quadra n'arrivait pas à entendre. Mais ce qui l'intriguait surtout, c'était l'excitation qu'elle ressentait dans son cœur. Comme si ce qui s'apprêtait à arriver était une bonne chose.

Pourtant, ce qui arriva fut une attaque. Son adversaire exécuta de rapides mouvements pour asséner un coup vertical, de haut en bas, visant en apparence à ouvrir en deux le crâne de la César. Celle-ci para immédiatement, apposant son katana à l'horizontal en le tenant des deux mains et en pliant un peu les genoux pour garder sa stabilité. Cependant, l'impact n'exerça aucune friction. La lame de la lance trancha celle du sabre comme si c'était du beurre. Sa propriétaire put presque sentir la coupure se faire au ralenti, centimètre par centimètre. Et en même temps, elle en ressentit une grande joie. Comme si cette amputation venait l'allégeait d'un poids immense.

C'est ainsi que Kasai no Burēdo se retrouva coupée en deux et que la lame qui fut sectionnée tomba par terre avant de se changer en cendres et de se disperser sur le sol, inerte. La « cérémonie » réalisée, Katakura Kojūrō se volatilisa aussitôt, sans demander son reste, sans faire le moindre commentaire, conseil, la moindre critique ou félicitation. La malédiction était levée et Atia était redevenue maîtresse de son arme mystique dont les entraves venaient de disparaître, libérant son corps de ses douleurs incapacitantes. Mais au lieu de se mettre à chanter « Délivrée, libérée », Atia se contenta de rester debout, le sabre, ce qui en restait, tombant le long de sa jambe, toujours dans sa main. Elle respirait comme si elle n'avait pas respiré à l'air libre depuis une éternité et une expression de profonde sérénité s'affichait sur son visage.

Pendant ce temps, la sphère magique qui l'abritait se mit à disparaître. Et au même moment, le corps qui composait le golem que Dante était en train d'affronter redevint poussière pour voler jusqu'à son emplacement originel et multiple, formant les stèles qu'il composait au départ. Puissantes protections apaisées par l'issue de l'épreuve qui venait d'avoir lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Lun 17 Avr - 20:30 Message | (#)

«  Tout va bien ?  » questionna le magicien quand il vit Atia près du gisant du samouraï, seule et triomphante. Il s'était rapproché d'elle après avoir vu le golem perdre toute consistance et rendre au cimetière une fraction de son intégrité.

Le combat qu'elle avait mené sous la bulle scintillante, de nature physique et spirituelle, s'était achevée sur sa victoire, mais Dante était curieux d'en connaître les détails. Ils auraient plus tard l'occasion d'un récit plus pointu, mais pour le moment, il se contenterait des grandes lignes. «  Qu'est-il arrivé ?  »

Les yeux du dragon allèrent du visage d'Atia à ce katana, source de toutes leurs aventures, qui était bien différent de la dernière fois qu'il l'avait vu. La lame était brisée. Quelle étrange vision... «  Quelle curieuse... conclusion...  » glissa-t-il avant de laisser Atia lui expliquer ce qu'elle venait de vivre, qui elle venait d'affronter et comment le combat s'était déroulé.

Il n'insista pas pour obtenir les détails du déroulé des événements, satisfait d'un premier jet d'explications que la César voulut bien lui fournir. Il perçut qu'elle était sereine et apaisée, quoique la fatigue perçât dans ses mots. Dante imaginait sans peine par quels tourments elle était passée, pour asseoir son emprise sur son arme, et pas seulement depuis qu'ils avaient mis les pieds sur l'île volcanique. La lutte avait peut-être commencé dès que le katana lui fut remis.

Tout en écoutant Atia, Dante remit un peu d'ordre dans ses affaires et sur lui-même, faisait mine d'épousseter ses manches et d'ajuster sa cape. Il n'était pas particulièrement épuisé, mais la fatigue avait emporté sur lui quelques sourdes victoires, de faible ampleur, cependant il ne le pouvait ignorer. Déchaîner tout autour du sanctuaire, dans le cimetière, ses plus féroces sortilèges, n'était pas une mince affaire, quoiqu'il fût à l'aise avec l'exercice.

«  Je dois reconnaître que j'aurais aimé pouvoir m'entretenir avec ce samouraï... mais je suppose que les secrets de Katakura Kojūrō devront rester, justement, des secrets...  » Pour l'instant, manqua-t-il d'ajouter, puisqu'il n'était pas inenvisageable pour lui de revenir ici, mille ans plus tard, et d'explorer la caverne, le tombeau, à la rencontre de celui qui l'occuperait sans doute encore.

Ce ne serait pas la première fois, le vieux dragon avait déjà par le passé laisser en paix certains lieux dont il réserva l'exploration, l'étude et l'examen à plus tard. La colline des Lénapes, par exemple, tout près de Star City, qu'il veillait depuis des lustres. Dante laissa échapper un soupir et sourit à la demoiselle. Leur œuvre, ici bas, était faite.

«  Nous devrions partir. Je ne tiens pas à voir s'éveiller d'autres gardiens improbables entre nous et la sortie.  » Comme le golem des pierres tombales ou les oiseaux de pierre-feu... le dragon avait eu son content de monstres et de combats pour la fin de la journée. Il invita donc Atia à le suivre, attentif à son état, et curieux de connaître son avis sur l'état du katana. S'attendait-elle à le voir ainsi brisé à l'issue de cette quête initiatique ?

Qu'avait-elle donc appris et compris de son échange avec le samouraï ? Elle s'ouvrirait à lui sûrement de quelques éléments, mais il ne faisait aucun doute qu'elle conserverait l'essentiel au fond d'elle-même, là où tout est invisible aux yeux de la raison et du verbe.

Dante regretta presque de ne pas être un de ces mentalistes, un de ces télépathes chevronnés qui peuvent d'un regard capter les pensées d'autrui, les lire et les comprendre. « Presque », car il tenait le sanctuaire de l'esprit en haute estime et se montrait toujours hostile à ces voleurs de pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mer 19 Avr - 9:32 Message | (#)

La question de Dante reçut d'abord un simple silence, Atia en profitant encore pour savourer les nouvelles sensations qui envahissaient son corps. Ou plus exactement pour savourer la disparition d'anciennes entraves douloureuses. C'était à peu de chose près comme si un vilain parasite ou autre démon venait de partir, comme si les gros nuages gris qui l'habitaient s'étaient levés. Et finalement...

– Tout va très bien. déclara-t-elle calmement.

Un calme et des propos qui, dans les oreilles de ses hommes, ne manqueraient pas de provoquer une terrible confusion tant leur patronne ne les habituait pas à de telles douceurs verbales. Peut-être que Dante aussi serait un peu perplexe devant cette réaction ? Ou qu'au contraire, il la trouvera légitime. Allez savoir ce qu'un personnage tel que lui pouvait trouver normal ou anormal. Allez même savoir si de telles considérations entraient en compte dans ses observations.

– J'ai passé leur épreuve... et celle de mon katana. se contenta-t-elle de répondre.

On avait entendu des résumés plus explicites, aussi, la patronne du Cartel Rouge décida de donner quelques éléments au mystique afin de combler sa curiosité légitime. Mais elle se contenta du minimum syndical, s'abstenant de mentionner tous les détails qu'elle jugeait trop personnels tels que son avis ou ses sentiments sur les événements qui venaient de se dérouler et leur conclusion.

– ...mais ne vous inquiétez pas pour Kasai no Burēdo, son état est loin d'être catastrophique. Détruire pour mieux créer et tout ça...

L'explication était bâclée mais en même temps la César n'allait pas non plus livrer la philosophie de son katana mystique comme ça. Un peu de pudeur, enfin ! Accessoirement, parler l'épuisait un peu. Sa fatigue était aussi bien physique qu'émotionnelle, au passage. Et par extension, Atia sentait un état à peu près similaire via son lien mystique avec son sabre. D'ailleurs, elle le rangea convenablement pour qu'il se reposer, lui aussi. Avec des gestes précautionneux et presque cérémonieux, elle enfonça les restes de son arme dans la paume de sa main jusqu'à ce que la poignée disparaisse complètement. Elle était à nouveau complète, brisée, ou plutôt exténuée, mais complète. Prête à brûler de plus belle.

– Vous auriez été déçu, il n'était pas si bavard que ça. Et aucune répartie, vraiment. Ce devait plus être le genre à communiquer par les regards.

Des hommes qui se prenaient un peu trop au sérieux et qui voulaient lui dire quoi faire, Atia en avait déjà beaucoup rencontrés dans sa vie. Mais remballer celui-ci qui s'avérait, au final, encore plus étranger à Kasai no Burēdo qu'elle, c'était d'un jouissif sans nom. La César ne ressentait pas peu de fierté à l'idée d'avoir surpassé ce clan de guerrier dans sa symbiose avec l'artefact. Voilà de quoi glorifier davantage le nom de César ce qui n'était jamais un luxe quand on avait autant de fierté qu'Atia. Mais dans un registre plus urgent, la quadra accepta volontiers de quitter les lieux sans plus tarder, impatiente de pouvoir se reposer enfin. D'autant plus qu'elle émit la possibilité de voir d'autres monstres émerger du lac de lave qu'ils avaient traversé un peu plus tôt au cours de la deuxième épreuve. Une perspective qui n'enchantait pas particulièrement Atia. Elle aurait tout le temps de tester son emprise renouveler sur son sabre une fois de retour à Star City. Ce ne serait pas les occasions qui manqueraient.

Sur le chemin, la criminelle fit de son mieux pour satisfaire la curiosité de son compagnon mais elle finit par lui promettre un entretien-bilan plus complet à leur retour, prétextant être trop éreintée pour pouvoir faire un rapport bien cohérent. Accessoirement, elle hésitait à tout dévoiler et préférerait se garder un peu de recul pour décider de ce qu'elle voudrait partager ou non. Certes, au premier abord, elle ne trouvait pas beaucoup de raisons pour s'empêcher de faire preuve de sincérité avec monsieur Visconti qui s'était montré des plus généreux et surtout des plus utiles mais on ne devenait pas l'impératrice du crime sans faire preuve d'un minimum de prudence. Mais surtout, Atia aspirait à un repos bien mérité, celui du vainqueur, enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Au chevet du samouraï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


Sujets similaires

-
» Rp avec le Samouraï
» Un samouraï à Suna !
» Heltherhegot va au chevet de sa mère blésser au combat.
» Une petite histoire des guerriers samouraïs.
» La voie du Samouraï [Karot]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-