AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

D'écailles et de métal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 20 Mar - 20:32 Message | (#)

Il fallait croire que le mois de Mars serait relativement chargé en visites. La demeure de Sakari avait déjà passé plusieurs mois sans que personne d'autre que Sakari et Chris n'en aient franchi la porte d'entrée, et déjà deux visites s'étaient annoncés. L'une d'entre elle serait pour la seconde moitié du mois, et impliquait la venue d'un architecte pour la planification de la rénovation et la mise à jour des infrastructures du laboratoire. Mais l'autre avait lieu dès maintenant, en cette seconde semaine du mois de Mars, et ce n'était ni plus ni moins que Dante Visconti lui-même, qui venait faire une visite aux deux jeunes femmes.
Bien qu'il ne semblait s'agir que d'une simple visite de courtoisie, à peu de choses près, c'était également une excellente occasion pour Sakari afin de faire le point sur ce que ses travaux avaient donné depuis quelques mois – un exercice qu'elle était loin de faire assez souvent ! C'est que les derniers mois avaient été chargés d'événements et de rencontres pour l'Inuk, et il y avait donc du tri à faire, entre les projets terminés, en cours, ou ce qui avait été mis de côté pour le moment.

Si l'on considérait les compétences d'hôte de Sakari, le Dragon avait reçu un assez bon accueil : il s'était immédiatement vu offert un siège et une tasse de thé, du genre qu'il préférerait parmi la dizaine qu'elle avait en stock. Ils n'étaient cependant pas restés immobiles très longtemps, et c'était tasse à la main qu'elle avait ouvert la porte de sécurité séparant l'appartement du laboratoire.


-Comme c'est à côté, je vais passer rapidement sur le téléporteur. Cela fait quelques mois qu'il est fonctionnel, mais nous travaillons régulièrement dessus pour améliorer la portée et la quantité de matière transportable, notamment.

Si Dante savait que les lieux avaient grandis depuis sa première visite, l'organisation avait également été légèrement modifiée : l'entrée du laboratoire donnait maintenant sur un couloir, long d'une dizaine de mètres, avec 4 à 5 portes en tout et pour tout, qui donnaient sur les différentes salles de travaux. Sakari emprunta la première porte à droite, faisant signe à Dante d'entrer. Ils entreraient dans ce qui semblait être une salle d'observation, avec du matériel informatique de pointe et une porte de sécurité, donnant sur une installation en demi-cercle, ouvert vers la partie « observation ».

-Par mesure de sécurité, la seule entrée/sortie de la zone de téléportation est une porte qui ne s'ouvre qu'avec la carte magnétique que Chris et moi-même possédons. Au niveau du fonctionnement, j'ai déjà dû vous en parler : gestion des coordonnées de téléportation par un système informatique, et la téléportation est basée sur le même principe que les voyages dimensionnels magique. Tant qu'à faire, je le précise maintenant : une partie de l'alimentation électrique est déroutée sur un convertisseur qui transforme le tout en énergie magique, celle-ci venant alimenter le téléporteur ainsi que quelques autres appareils.

Bien évidemment, si Dante avait de plus amples questions, elle se ferait un plaisir d'y répondre. La téléportation n'était cependant pas un domaine inconnu de son mécène, elle ne pensait donc pas qu'elle eut grand chose à dire qu'il ne puisse déjà connaître.
La salle suivante donnerait sur un décor un petit peu plus « classique » : une salle remplie d'instruments de mesures divers. Sur une table, dans ce qui semblait être une cage de Faraday, une paire d'électrodes étaient l'objet de plusieurs mesures simultanées.


-Ah, oui... Ces électrodes font partie d'un ensemble, visant à réaliser un communicateur télépathique. Connectées à un communicateur radio que j'ai adapté, elles permettent de tout simplement communiquer par la pensée via l'appareil, sans nécessiter de capacités télépathiques. Leur fonctionnement est principalement technologique, la magie est là pour faciliter la transmission des signaux entre les électrodes et le cerveau, ainsi que dans l'appareil pour la traduction des signaux. Il s'agissait à l'origine du commande, il y en a donc une paire qui a été terminée. Le concept me travaillait déjà par le passé, donc j'ai décidé de continuer de l'étudier – c'est qu'il n'est pas parfait, il n'est pas impossible que des individus qui ne sont pas habitués aux conversations télépathiques voient transmises des pensées parasites, qui n'étaient pas censées l'être.

Son client avait semblé avoir ce genre d'expérience, donc ça ne devait pas être un problème, mais elle-même avait eu une petite surprise lors des essais expérimentaux. Sakari, qui ne s'était que peu intéressée au fonctionnement du corps humain jusqu'alors, avait découvert un petit nombre de choses fascinantes lors de ces expérimentations.
Et la visite continua, et Dante pourrait voir que la scientifique souriait quelque peu lorsqu'elle ouvrit la porte. Pas d'instruments de mesure à foison, mais il y avait en revanche une installation informatique, ainsi que deux objets importants, dont un que le vieux dragon connaissait, pour l'avoir déjà vu quelques mois plus tôt : l'APARM était branché à un ordinateur proche, et une autre connexion semblait amener à une machine relativement grande, qui pourrait relativement être reconnue comme une imprimante 3D industrielle.


-Si vous vous souvenez de notre première rencontre, je vous avais parlé de ce projet. Je ne vous réexplique pas le principe de l'APARM, vous l'avez déjà vu à l'oeuvre. Quand à l'imprimante 3D, il s'agit d'une amélioration qui touche tant à la vitesse de fabrication qu'à la diversité de matériaux employables – mais pas que ! A l'heure actuelle, l'imprimante accepte comme matériau de base 90% des métaux et plastiques utilisés dans l'industrie, et travaille environ 20 fois plus vite qu'une imprimante 3D classique. Cependant, un ajout que j'apprécie particulièrement, et dont je dois l'idée à Christina, est la fonction recyclage : faire revenir un objet à ses composants moléculaires de base, afin de pouvoir récupérer aisément de la matière première à partir d'objets obsolètes. Les fonctions d'identifications des matériaux de l'APARM jouent une grande part dans ce processus. Le seul inconvénient est qu'il y a parfois une petite quantité de déchets irrécupérables, principalement lorsque certains composants présents dans l'objet à recycler ne sont pas acceptés par l'imprimante.

De tous, c'était le projet le plus ancien qui était encore en cours, puisqu'il était encore à ses prémices lorsqu'elle avait rencontré Dante. Bien qu'il n'ait pas progressé aussi vite qu'il aurait pu, notamment parce qu'elle avait passé énormément de temps sur d'autres projets, elle était assez contente de mettre en perspective tous les progrès qu'elle avait pu faire.
Il restait une dernière salle pour la visite qu'avait programmé Sakari, et celle-ci était déjà occupée. En rentrant, les deux mages purent observer Chris à l'ouvrage : équipée de lunettes de protection et de gants en plus de sa blouse, elle manipulait plusieurs outils autour de ce qui semblait être une petite plate-forme montée sur un trépied, avec ce qui semblaient être plusieurs objectifs de projecteurs répartis sur la surface.


-Ce projet là est sous l'entière direction de Christina – je n'en gère que les aspects magiques, elle est entièrement autonome pour le reste. Je vais donc la laisser vous en parler.

Entendant qu'on parlait d'elle, la jeune américaine s'arrêta bien rapidement, et commença à s'exprimer tout en retirant ses équipements de protection :

-Oh, bonjour M. Visconti. Excusez-moi, j'étais complètement absorbée, je n'avais pas réalisé l'heure. Une seconde !


Elle commença à réaliser quelques opérations sur la plate-forme, donnant en parallèle quelques explications.

-Cet appareil est une sorte de projecteur holographique en trois dimensions, avec un petit plus. Hmm, voyons voir... Oui, ça.

Sur un panneau de commande placé sur l'un des côtés de l'appareil, elle fit quelques manipulations. Les différents projecteurs s'allumèrent, et une image schématisée en trois dimension d'une tour d'ordinateur ouverte sur un côté apparu.

-Bon, ça au moins, ça fonctionne... Voyons maintenant si …

Elle avança ses mains vers l'hologramme, jusqu'à ce qu'elles soient collées à l'image, et les écarta en même temps : l'image s'agrandit d'un seul coup, donnant une vue bien plus précise sur la carte-mère de l'ordinateur et les composants qui l'entouraient. Elle fit un pivot du poignet, toujours main contre l'hologramme, et il commença à tourner, permettant de voir le composant sous différents angles. Sakari nota, et Dante le remarquerait probablement, qu'il y avait parfois des ratés : les déplacements étaient souvent saccadés, et l'image se brouillait à l'occasion.

-Comme vous pouvez-le voir, il s'agit d'un hologramme tactile. Je ne porte aucun gant, et je n'utilise pas de magie : on peut manipuler ces hologrammes à la main, et faire des translations, rotations, homothéties, sur le même principe qu'avec les écrans de smartphone. Le principe fonctionne, même si il y a encore pas mal de travail.

Sakari répondit à cela par un sourire : son assistante sous-estimait parfois ses capacités. Certes, elle rencontrait des difficultés, mais elle avait su les surmonter avec brio, jusque là. Finalement, elle se tourna vers Dante, joignant les mains devant elle en un signe conclusif :

-Je crois bien que nous avons fait le tour. J'espère que c'était intéressant pour vous, et surtout ce que c'était clair. Tant que nous ne sommes que deux, les phases expérimentales vont forcément moins vites que les idées, du coup nous sommes volontairement sur un nombre restreint de projets à la fois.

L'Inuk avait rouvert la porte, mais n'était pas encore partie pour le moment : si Dante avait des questions, la participation de Chris serait la bienvenue. Mais peut-être le dragon souhaitait à présent s'entretenir seul à seul avec la responsable des lieux, auquel cas il n'aurait qu'à faire un signe pour qu'ils quittent la pièce.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Sam 25 Mar - 17:29 Message | (#)


Sakari demeurait un complet mystère aux yeux du dragon. La demoiselle, originaire des grands territoires du nord canadien, qui pratiquait une version originale de magie élémentaire, était aussi une scientifique appliquée, méthodique et investies dans ses projets. Loin des caricatures habituelles, qui prêtaient aux hommes de sciences les plus folles ambitions et les attachaient souvent à la poursuite de chimériques idées fixes, Sakari se montrait des plus raisonnables, des plus sérieuses et, ce faisant, des plus efficaces. Lui rendre visite était en quelque sorte un bol d'air frais pour Dante qui s'était vu, hélas, trop occupé à de trop sombres affaires, ces derniers temps.

Il retrouva la demoiselle comme il l'avait laissée et se vit même offrir du thé ; il ne refusa point cette gentillesse et après quelques échanges d'usage, entre autres banalités et mondaines considérations, il suivit Sakari quand elle se proposa de lui faire visiter son laboratoire, son atelier, et de lui présenter les divers projets qu'elles menaient.

Avec plaisir, distance et grand respect, il la suivit donc et nota à part lui, à chaque fois qu'il le jugeait utile, une future remarque ou une future question, qu'il comptait partager avec Sakari. Il préférait cependant ne pas l'interrompre et demeurait tel qu'il s'était promis d'être, lorsqu'ils conclurent leur accord : le mécène spectateur qui n'intervient ni ne s'ingère dans les affaires de son poulain. Ou, en l’occurrence, de sa pouliche, mais le terme est un brin péjoratif, ne trouvez-vous pas ?

Son intérêt s'éveilla quand elle évoqua la transformation de l'énergie électrique, de l'électricité, en énergie magique dirigée pour partie vers son téléporteur. Bien qu'elle n'en dît pas davantage sur ce convertisseur, comme s'il s'agissait d'une quotité négligeable, Dante se découvrit très curieux d'en connaître le fonctionnement. Par la suite, il s'émerveilla de ce qu'il vit comme une version toute personnelle d'une cage de Faraday au centre de laquelle il devina deux électrodes. Il écouta Sakari avec attention et laissa ses yeux balayer l'appareil pour mieux mémoriser ses dispositifs et son agencement. Il se montra d'autant plus intéressé que, par la suite, elle lui présenta un modèle de casque, en quelque sorte, dont l'objet était la communication télépathique.

Bien qu'il ne portât point les mentalistes ou les télépathes dans son cœur, le dragon s'intéressa de près au modèle qu'il observa avec la méticulosité d'un moine bénédictin. Avant de retrouver son assistante, Sakari lui fit part de l'avancement d'un projet qu'il connaissait au moins par ricochet, puisque Dante n'avait pas oublié ce qu'elle appelait « l'APARM » et voyait dans l'imprimante qu'elle construisait une suite logique et l'aboutissement d'un ensemble aux applications nombreuses autant que rayonnantes.

Il fut immédiatement intéressé par la question de la reproduction du "vivant" ou du "conscient" : cette imprimante serait-elle jamais capable de produire la réplique d'un robot ou d'une entité organique ? Un végétal, un animal ? Les perspectives étaient infinies.

Dante salua ainsi Christina qu'il avait déjà rencontrée - pas forcément dans les meilleures conditions - et l'écouta patiemment, tout en l'observant. Elle manquait certainement de l'aisance et de la maîtrise de Sakari, mais témoignait d'un ethos qui lui parut compatible avec la patronne de ces lieux. Le projet dont elle s'arrogeait la paternité intéressa moins le dragon, bien qu'il en devinât sans peine les prospectives pratiques et même les développements possibles.

Quand ils furent enfin seuls, après avoir pris quelques distances avec les lieux de travail du laboratoire, Dante et Sakari se trouvèrent dans ce qu'il devina être le bureau de celle-ci, où elle centralisait sans doute ses recherches sans pour autant y concentrer l'essentiel de son travail, puisqu'elle était tout à la fois une femme de la main et de l'esprit. Dante avait conservé la tasse de thé qu'il avait bu durant la visite, et celle-ci se trouvait vide – hélas !

 « Je dois avouer, Sakari, que vous m'impressionnez. C'est ce que j'appelle des moyens bien dépensés. »

C'était la réponse de l'investisseur à son investissement. Il avait remarqué la demoiselle soucieuse de lui présenter ses travaux tout à la fois pour les expliquer et pour les justifier. C'était surtout une façon pour lui de féliciter Sakari sans la couver de son aile paternaliste. Elle lui désigna un fauteuil de cuir et il s'y installa en posant la tasse de côté.  « Pour être honnête, j'aurais dû venir vous voir plus tôt mais j'ai été... occupé. » Il laissa un instant ce mot retomber comme la fumée d'un encensoir mystérieux... ou s'élever, peut-être ?  « Je dois reconnaître qu'avec les fonds que j'ai mobilisé pour vous, je m'attendais à une équipe mieux pourvue en personnels... c'est certainement que le mieux est l'ennemi du bien. » Et si d'aventure Sakari préférait cette petite structure à de plus ramifiées et plus grosses, sans doute y était-elle légitimement inclinée.

 « Mais parlez-moi déjà du convertisseur qui transforme l'électricité en « énergie magique ». Dîtes m'en plus et ne négligez aucun détail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 2 Mai - 15:50 Message | (#)

Qu'appellerait-on un bon public ? Pour un scientifique en plein exposé, il s'agirait très certainement d'une audience calme, posée et compréhensive, capable de remarques pertinentes, mais sans entrer en conflit direct avec les faits et théories présentés. Autant dire que, dans la dite communauté scientifique, un tel public était une denrée particulièrement rare.
Dante était sans aucun doute qualifié pour faire partie de ces exceptions : attentif, il avait su résister à la tentation de poser des questions intempestives, permettant à Sakari de mener la visite sans une seule interruption. On aurait presque pu dire qu'il était trop bon public : sûrement était-ce lié à la nature de cet « homme », mais avec le silence qu'il avait maintenu, l'aura de mystère qui pouvait l'entourer s'épaississait. La responsable des lieux avait passé un certain temps à observer les réactions du dragon, notamment lorsque Chris montra ses propres travaux, et elle aurait été bien en peine de dire exactement ce qu'il avait réellement pensé, du début à la fin.
Cependant, comme elle s'y était attendu, son mécène préférait lancer la discussion en privé. C'est sans le faire patienter que la jeune Inuk le guida jusqu'à son bureau, non sans attraper au passage la théière et son contenu absolument vital et essentiel. La pièce était relativement petite, et ne contenait que trois meubles : un bureau central, un petit meuble télé avec un écran posé dessus d'un côté, une petite bibliothèque au contenu majoritairement scientifique et historique à l'opposée. Dos au bureau, une fenêtre donnait sa luminosité à la pièce. Un petit nombre de chaises, pour la plupart plus pratique que confortable, étaient positionnées dans la pièce, en sus de deux fauteuils, l'un fixe, l'autre à roulette. La jeune femme se déplaça vers la version mobile, tandis qu'elle invitait le dragon à s'installer dans l'autre.
Dans le même temps, Dante sortit de son quasi-mutisme, pour le soulagement de la jeune femme : au moins semblait-il avoir apprécié ce qu'il avait observé. Sakari n'était pas du genre à attendre de la flatterie, mais elle était généralement fière de son travail, et savoir ses efforts reconnus lui faisait un certain bien.


-Nous avons tous nos problèmes, et j'aurai moi-même été en peine de vous accueillir convenablement durant les semaines passées.

Entre les soutenances de Chris et son voyage au Nunavut, ainsi que les quelques incidents dans lesquels elle s'était impliquée – de gré ou non – la jeune femme avait eu suffisamment à faire le mois précédent pour ne pas se préoccuper de ne pas avoir de nouvelles de son mécène.

-J'ai préféré avancer doucement. J'ai travaillé seule trop longtemps, je n'était pas habituée à collaborer avec une équipe. Malgré notre entente, il a fallu quelques mois pour que Christina trouve réellement sa place après son arrivée. A présent, nous sommes parfaitement coordonnées, et n'avons pas de problème à gérer nos projets actuels... Prendre de nouveaux employés ne serait pas inutile, mais ce ne serait pas pertinent, pour l'heure. Je ne pense cependant pas laisser les choses telles qu'elles à tout jamais – je ne veux simplement pas aller trop vite.

Une explication qui trouverait très certainement un écho dans les déductions internes du dragon. Ce dernier, d'ailleurs, ne tarda pas à dévoiler le fond de ses pensées, en même temps que le point central de son intérêt lors de cette visite. La mage hocha doucement la tête, et commença à pianoter sur l'ordinateur du bureau d'une main, tandis que l'autre main plongeait dans un tiroir. L'écran sur le côté s'alluma, tandis que sur la table, elle posait deux petites pierres sombres, parfaitement polies, qu'elle laissa en évidence. Dante reconnaîtrait très certainement là de la tektite, utilisée lors du rituel qui avait lié Nigiqanuri au gant d'aléoutienne de la jeune femme.


-La tektite est la pièce maîtresse du convertisseur. Je dois admettre que la découverte n'est pas de mon fait : c'est mademoiselle Sorensen qui m'a permis de trouver cette propriété. Elle avait en sa possession quelques objets magiquement actifs qui tiraient leur énergie de l'électricité : je crois qu'il y avait une manette de jeu vidéo qui servait à amplifier les sorts, et un chargeur d'ordinateur pour golem miniature. Et les deux contenaient de petits morceaux de tektite. En étudiant les pierres et le fonctionnement des objets, j'ai pu confirmer que ces pierres, polies et positionnées au sein d'un circuit particulier, avait une réaction similaire à des composants piézoélectriques ; mais au lieu d'une réaction mécanique, la réaction était magique. Heureusement, la forêt de Watson possède quelques clairières qui contiennent des chutes de tektite en petite quantité, et j'ai pu m'en procurer une quantité suffisante pour réaliser ceci.

Un clic de souris plus tard, et grand écran affichait un ensemble de plans, de dessins et de formules. Si Dante avait quelques connaissances sur le sujet, il reconnaîtrait une base similaire à celle de certains circuits d'entretien piézoélectriques, avec des éléments d'électronique de puissance. La partie qui lui sauterait aux yeux, en revanche, serait les quelques formules et dessins de nature incontestablement magique, et qui avaient pour but de canaliser et transporter la magie convertie par un support très simple – des câbles d'alimentation.

-Il va sans dire que l'alimentation magique dont j'avais besoin pour le téléporteur et les autres accessoires étaient plus importants que ceux d'un golem miniature. J'ai dû réaliser quelques enchantements pour éviter que l'énergie ne se disperse dans la nature. Pour la connectique, je me suis inspiré des plans récupérés dans le complexe de Hel – les appareils là-bas utilisaient également de l'électricité comme de la magie, je me suis donc dit que le même système devait pouvoir être utilisé pour mon laboratoire. Quand les tests sur le téléporteur se sont avérés concluants, j'ai étendu l'alimentation à deux autres salles. Avec mes projets actuels, et en comptant le téléporteur branché en permanence, je n'utilise que 30% de l'énergie que j'ai à disposition, avec ce seul convertisseur dont vous voyez les plans. Ah, et tant que j'y pense, je faisais l'analogie avec les composants piézoélectriques : il est à noter que comme pour ces derniers, la réaction de la tektite est réciproque. Fournir de la magie à une telle pierre dans un circuit adapté permettrait d'avoir en réponse un signal électrique proportionnel. Je n'ai pas vraiment d'application directe qui ait un intérêt ici, mais en des lieux avec de fortes concentrations de magie mais isolés de la civilisation, les choses seraient différentes.

Entre les informations données à l'oral et les plans détaillés qu'elle avait affiché, elle ne pensait pas avoir oublié quoi que ce soit d'important. Et si un élément manquait, Dante ne raterait pas l'occasion de le lui faire remarquer.

-Si je peux demander, pourquoi un intérêt pour cet élément en particulier ? Lors de mes visites à votre manoir, il ne m'a pas semblé que vous étiez dans le besoin en terme de magie, bien au contraire. Simple curiosité, donc, ou avez-vous quelque chose en tête ?

L'interrogation de Sakari n'était pas totalement innocente : elle se souvenait qu'il avait mentionné devoir lui parler en détail de certains travaux lors de leur précédente rencontre... Et elle était suffisamment curieuse pour vouloir en savoir plus à présent.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Ven 5 Mai - 22:19 Message | (#)

Dante écouta avec grande patience les explications de Sakari. La « tektite », qu'il découvrait à mesure que la scientifique la lui présentait, semblait être une pièce d'une rare utilité et d'une grande complexité.

Comme autant de ces rouages essentiels au mécanisme d'une horloge, que l'artisan nomme avec toute l'estime et tout le respect qu'inspire le travail bien même, même quand il naît de sa propre main.

A-t-on vu créateur plus humble que le potier dont le tour produit les céramiques les plus nobles ? A-t-on vu créateur plus déférent que le verrier de Murano, dont le souffle délivre au monde les plus belles sculptures ? À l’œuvre on connaît l'artisan, que dire alors d’œuvres maîtresses et plus précisément, dans les grands ensembles mécaniques, des pièces maîtresses ?

Sakari attribua à Sorensen – Alex, certainement, que Dante connaissait par ailleurs – la découverte de la « tektite », ce qui éleva à l'esprit du dragon une pensée mélancolique : il n'avait pas honoré la jeune femme de ses gentillesses depuis trop longtemps.

«  Pensez-vous qu'un approvisionnement en masse de cette « tektite » serait un atout pour vos travaux ? Il vous faudra y réfléchir.  » questionna-t-il au hasard, soucieux de tenir sa place et son rang sans trahir ce qu'il était lui-même, un chercheur de la sapience magique. L'emploi du terme « science » est bien trop connoté, aussi souffrons que j'use d'un terme libéré de toutes colorations douteuses. Dante observa sur l'écran les plans et les calculs.

Il écouta la demoiselle et lui sourit, quand elle lui posa quelques questions à son tour. Il répliqua : «  Vous me connaissez et vous savez que ces créatures-là ont toujours quelque chose en tête.  »

Par « ces créatures », il désignait les dragons. Sakari comptait parmi les rares, en ville, à savoir sa vraie nature et d'un certain côté, tous deux n'entretiendraient pas les liens qu'ils avaient tissé si Dante ne s'était pas ouvert à elle dans sa plus profonde intimité – n'y voyez nulle allusion douteuse, lecteurs irrésolus.

«  C'est la curiosité qui me fait m'intéresser à tout ce que vous faîtes. Par nature, j'aime à tout savoir, et plus encore quand il s'agit de mes collaborateurs. Vous n'avez pas intégré le Cérébropyre et pourtant, je vous considère comme l'une des nôtres.  » Il appuya ce dernier mot. Il entendait par là la communauté des figures intéressantes du monde magique, figures qu'on retrouvaient à la pointe des progrès et des enjeux du temps.

«  Parlons donc sans fioritures. J'ai dans le tiroir un projet, je compte donc réunir les meilleurs talents disponibles pour le mener à bien. Il s'agit de l'élaboration d'une source d'énergie auto-renouvelée. Êtes-vous intéressée ?  »

Dante mesura l'impact de ses propos à l'aune des réactions de Sakari. Il ne perdit pas une seconde et poursuivit, sans bien sûr lui laissait l'occasion d'exprimer une réponse, positive ou négative. «  Vous maîtrisez une forme singulière de magie élémentaire et vos prédispositions intellectuelles vous ont conduit à développer une affinité raisonnée avec l'application des principes fondamentaux de la magie aux techniques et technologies qu'on doit à la main de l'homme. Vous avez tout à fait le profil. Votre participation serait une chance pour le projet, et un honneur pour moi.  »

Il n'irait pas jusqu'à dire que la jeune inuit entrerait parfaitement dans la case des quotas de minorités ethniques si chères aux cinéastes américaines : Dante n'avait ni le cynisme d'un producteur, ni l'angélisme d'un secrétaire de fondation caritative.

S'il faisait à Sakari cette proposition, c'était sur la base d'une réflexion sérieuse et d'un savant calcul. Il désirait associer les meilleurs à son projet : Sakari comptait parmi ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 



D'écailles et de métal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Créer des écailles [Photoshop]
» [Orques] écailles et lamellaire(s), la classe mordorienne ?
» Vos bébétes à poil et à plumes (ou à écailles O_o)
» Écailles de dragon, pommade & bézoard (MADDY)
» Le feu est une douce caresse sur les écailles d'un dragon... ft. Viserys Targaryen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-