AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Sabotage sacrilège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3395
ϟ Nombre de Messages RP : 3045
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Jeu 1 Juin - 19:42 Message | (#)

Le membre 'Atia César' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 4 Juin - 13:19 Message | (#)

Je n’ai qu’une envie : faire exploser cet endroit. Mais avant, je tente le tout pour le tout, en effectuant une copie du disque dur interne par la petite brèche que j’ai déjà créée. Si j’avais eu un véritable accès, ç’aurait sans doute été plus facile, mais allez donc l’expliquer à la César !

Jet de dés #1 :
Réussite : Je prends le contrôle de la base et je peux copier le disque dur pour l’analyser plus tard.
Échec : Encore un échec, il est temps que tout ça explose !

Heureusement, Sakura a terminé de mettre au point le virus et je peux l'envoyer dans le système de ce repaire. Il fait son œuvre, sauf sur un point: les drones. Ils ne sont pas directement reliés au système de défense, après activation. C'est extrêmement ingénieux et cela protège des piratages. Vu la quantité, mieux vaut les détruire et rayer cette base de la carte, d'autant que je sais désormais que quelqu'un me contre bien depuis tout à l'heure. Le virus créé par Sakura rencontre déjà certaines difficultés et si j'avais réussi à remettre la lumière, elle clignote déjà, sur le point de s'éteindre.

Auto-destruction activée. Explosion dans 10... 9... 8...
Kuso.

Simple, efficace. Je ne perds pas davantage de temps, je débranche la Angel's qui me servait de relais et j'active mes propulseurs. Heureusement, je suis capable d'une pointe de vitesse à 400KMH, ainsi que mes robots, à l'exception du Kaneki. Aisu s'en empare d'une main et ne me demandez pas pourquoi, je lui ordonne d'attraper la César au passage. Aucune trace d'elle, je suppose que son téléporteur a déjà pris les devants en entendant une voix robotique lancer un décompte.

J'espère pour ses hommes qu'ils sont doués à la course à pied.
La base explose une seconde après que l'I.A. annonce "1". Le souffle est violent et, d'où je suis, j'entends les alarmes de la centrale nucléaire qui se déclenche. Star City est en partie plongée dans le noir.

Ishi, la base passe sur les générateurs de secours. Le courant est coupé dans toute la ville.

Désastre humanitaire en vue... Entre les accidents à cause des feux défectueux, les hôpitaux sans générateurs de secours et la secousse provoquée par le souffle, sans compter la possibilité d'une fission nucléaire... Oups?
Presque immédiatement, ce sont les sirènes de police. Heureusement, je suis déjà loin, de retour au Circus Maximus. La César y est aussi, je ne sais pas exactement si on arrive en même temps ou si son garde du corps est vraiment doué. Il faudrait que je me créé un robot capable de me téléporter...

On devrait éviter de sortir trop souvent ensemble, la ville ne s'en remettrait pas, je remarque d'un ton beaucoup trop tranquille.

En vrai, j'avoue, j'ai eu la peur de ma vie. Et je préfère ne pas m'étendre au sujet de l'autodestruction mal venue qui n'est absolument pas de mon fait. J'étais sur le point de lancer une BombOtaku sur la base, moi ! L'Arcadia est toujours en vol stationnaire dans le coin... Heureusement, il n'est pas détectable par les radars et Sakura a eu le bon sens de l'éloigner au plus vite. J'adore mon I.A. et son sens de l'initiative.

Avant que la base n'explose, j'ai copié le contenu du disque dur. Dans peu de temps, on aura des réponses sur ce repaire. Quelqu'un a remarqué quelque chose de plus?

Je n'ai pas encore vu la photo, après tout, et elle pourrait me la cacher. Mais je trouverais peut-être l'information dans le disque dur de la base. Je n'ai qu'une hâte, me réfugier dans la tranquillité de ma base hyper protégée, le temps de me remettre de ce trop plein de fréquentation humaine. Quelqu'un essaie de me joindre, un chibi de Lukaz s'affiche sur mon casque. Ça me vexerait presque, qu'il me pense premier responsable de ce désastre ! Même si, objectivement...
Je devrais peut-être revendiquer l'attentat, pour sauver l'honneur ?


Dernière édition par Ando Takashi le Dim 4 Juin - 14:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3395
ϟ Nombre de Messages RP : 3045
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 4 Juin - 13:19 Message | (#)

Le membre 'Ando Takashi' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Lun 5 Juin - 11:36 Message | (#)

Faire partie du Circus impliquait de savoir prendre la tangente en un temps recors, c'était le minimum pour survivre. Ainsi, les hommes d'Atia ne se firent pas désirer quand on leur ordonna de se tailler fissa. Quant à la patronne elle-même, elle bénéficia du zèle de son garde du corps. Si bien qu'ils arrivèrent tous à leur véhicule, assez loin de cette base condamnée pour ne pas souffrir de l'explosion, assez près pour apprécier le spectacle, les mains sur les oreilles, tout de même, pour ne pas finir sourd. Quant à ceux qui avaient été blessés lors de l'entrée en matière, ils avaient eu le temps de s'extirper eux aussi. Il ne restait plus qu'à leur offrir des soins médicaux. Pas sûr qu'ils survivent tous en gardant leur quatre membres, cela dit. Mais ce n'était pas ce qui inquiétait le plus la César. Les sourcils froncés, elle continuait d'observer ce qui avait été le théâtre de cette soirée. Son esprit digérait encore les informations que Keith lui avait transmises et essayait de leur trouver un sens. Le résultat de ces réflexions ne lui plut pas vraiment.

Enfin, petit rayon de soleil au milieu de toutes ces ombres : Otaku s'en était plutôt bien sorti au final. Il aurait pu mieux faire, certes, mais c'était mieux que rien. Et c'était assez pour promettre de fructueuses collaborations. Atia n'en demanderait pas plus pour le moment.

– On se casse, finit-elle par déclarer une fois qu'elle fut prête.

… … …

Le Circus était calme, très calme. Un vrai calme, serein, paisible, reposant. Pas le genre de calme qui servait de préliminaire à quelque chose de louche et de lourd. Pas le genre non plus qu'Atia appréciait, surtout dans cet endroit. La baronne du crime s'entretint rapidement avec le Magna Pugnator ; il faudrait s'occuper des blessés qui n'allaient pas tarder. Elle pour sa part, s'était déplacée avec Next. Ce dernier était assez épuisé d'ailleurs, c'était une soirée bien mouvementée. On pouvait le voir, avec le faible éclairage qui était activé en cette panne générale, assis dans les gradins, gardant un œil sur sa patronne tout en se reposant un peu. Il était rare de le voir assis pendant son service, même si Atia n'avait aucune exigence à ce niveau, c'était une question de principe personnel, apparemment. En l'occurrence, c'était dire à quel point il était éreinté. Pas mentalement cela dit, il avait vu pire et ce n'étaient pas quelques cadavres un peu cramés qui allaient l'empêcher de dormir.

Ils s'étaient dépêchés de rentrer justement pour pouvoir converser avec Otaku. Ce fut sans doute la raison pour laquelle Keith garda son flingue bien sur ses genoux. Atia, pour sa part, semblait plus à son aise, pour rassurer son interlocuteur, même si son visage semblait un peu tracassé. Mais ça, c'était par rapport à ce que leur petite sortie leur avait appris. Pas vraimen à cause des conséquences de cette aventure.

– Parce que ça va t'empêcher de dormir ? demanda-t-elle vaguement amusée.

Le tu était venu facilement après cette aventure mouvementée. Et puis de toute façon, OSEF, les personnages sont censés parler anglais et cette merveilleuse langue ne s'embarrasse pas de ce genre de chose.

– Tant mieux, ça ne sera pas de trop pour tirer cette histoire au clair. Et je ne serais pas contre une copie moi-même. pour le coup, c'était une demande formulée bien délicatement De notre côté, on est tombés sur des fantômes du passé, d'anciens membres ou associés du Cartel. Des fossiles qui n'avaient plus rien à voir avec nos affaires, chaque cas étant particulier, Atia ne s'arrêta pas sur les détails, aussi parce que ça concernait plus le Cartel qu'Otaku De toute façon, eux ne sont pas le problème, voyez-vous même.

Après avoir bidouillé sur son téléphone afin d'afficher les photos prises par Keith, Atia montra l'écran à Otaku pour qu'il puisse voir de lui-même les cadavres encore attachés à leurs chaises S.M. Toutefois, la César garda bien son portable en main, elle n'avait pas très envie qu'un bidouilleur technologique comme lui mette les doigts dessus.

– Ce genre de technologie te parle ? demanda-t-elle en parlant des chaises en question.

Elle les trouvaient plutôt simplistes, mais d'un autre côté, des chaises électriques comme ça, elle n'en n'avait pas vues beaucoup dans sa vie. C'était quand même un style particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 5 Juin - 18:51 Message | (#)

Pas le moins du monde, je rétorque en simulant un bâillement.

En vérité, la soirée a été riche en émotion, surtout à mon niveau. Retourner au Circus me rappelle que Mizuiro est toujours sous bonne garde et je sais que Hotaru a pu restaurer son système, ce qui est une bonne nouvelle. Mes trois Angel's sont désormais réunies en pleines possessions de leurs moyens, contrairement à Aisu à qui il manque toujours un bras. Je ne supporte pas qu'on se permette de mutiler mes robots et je suis tellement maniaque que le besoin de la réparer immédiatement est aussi impérieux que celui de respirer. Si je m'écoutais, je planterais Atia César sur le champ, mais d'un ça ne serait pas très professionnel et de deux... Je veux la tête de ce type sur une pique, le corps acidifié sur lequel je pourrais sauter à pieds joints.
Non, je n'exagère pas.
Je suis déjà paranoïaque d’ordinaire et toute cette histoire ne me dit rien qui vaille. Ce qu’on ne peut pas régler en un claquement de doigts, quand on s’appelle Atia César et Docteur Otaku, c’est forcément mauvais signe…

J’acquiesce quand elle exige une copie du disque dur, même si je trouve que c’est une perte de temps. Je vais forcément analyser tout cela bien avant ses propres équipes, mais bon, si elle a envie de faire joujou… Qui suis-je pour l’en empêcher ? D’accord, j’ai eu des difficultés à la pirater, cette base, mais rien n’est jamais aussi simple que dans une série télévisée. Enfin, quand on s’attaque au gouvernement ou au FBI, si, mais ce sont de petits joueurs en comparaison. Notre ennemi, tout comme moi, joue dans la cours des grands, même si ça me fait mal au cul de l’admettre. Je le considère comme un véritable danger, pas de celui, comme Dexter, avec lequel on joue, non… Plutôt du genre Chase, qu’il est nécessaire d’éliminer dans les plus bref délais pour conserver ma suprématie.
Autre raison qui me pousse à ne pas relever : je préfère qu’elle évite une remarque déplacée sur mes difficultés à pirater la base, je ne suis pas certain de contrôler mes nerfs si j’entends le moindre mot à ce sujet.
Moi, susceptible ? Carrément, mais il y a de quoi.

Je me penche vers l’écran de son téléphone et j’observe la photographie. C’est plutôt macabre, comme mise en scène. La reconnaissance faciale me liste le nom des personnes présentent. C’est très clairement une attaque personnelle contre Atia César. Mais pourquoi justement elle et moi ? Pourquoi pas juste l’un d’entre nous, ou elle et d’autres chefs du Cartel ? C’est assez étrange, même si nous faisons autorité dans nos domaines respectifs. Je mets cette question entre parenthèse et je réfléchis.

J’en ai déjà vu des pareilles, dans un manga. Et pas le genre joli avec happy end, plutôt le délire torture porn.

Une provocation de plus. C’est mon truc, de rendre les mangas réels ! Sérieusement, il m’énerve, ce baka avec ses délires de Cartel Gris et ses provocations. C’est à cet instant qu’un souvenir me revient, qui date du début du mois de Janvier. Je me revois à la Villain Con, face à ce robot parodiant mon style de manière grossière. Je me souviens de sa promesse, après que je l’ai dénigré. Ou plutôt, celle de son concepteur, qui parlait à travers sa bouche. Coïncidence ou véritable lien ? Entre temps, j’ai oublié cette histoire, parce que je n’ai pas chômé en achevant la construction de l’Arcadia et la mise au point des BombOtakus. J’hésite à en parler à la César et finalement, je me tais. Tant que je n’en sais pas davantage, ça ne nous aidera en rien.

Je vais rentrer au labo, analyser le contenu de ce disque dur pour voir s’il contient des éléments intéressants. Je peux aussi effectuer une recherche sur les dates de disparition des victimes et voir si j’obtiens une image de leur enlèvement, on ne sait jamais… Il laisse forcément des traces quelque part, il a commis une erreur, j’en suis certain.

Parce qu’il n’est pas moi.
Et parce que personne ne me surpasse.

La copie du disque est sur un serveur d’upload dans le darknet, je t’envoie le mot de passe dans la foulée, mais ça ne servira pas à grand-chose. Ils auront à peine achevé le téléchargement que j’aurais déjà terminé l’analyse. Enfin, fais comme tu le sens, si tu aimes perdre ton temps…

J’hausse les épaules, pour souligner à quel point je m’en cogne. Puis je prends congé, après avoir récupéré mes robots. Mizuiro a restauré sa version précédente et est parfaitement fonctionnelle. J’ai envie, j’ai besoin de tout vérifier moi-même mais j’ai plus important à faire, dans l’immédiat. J’ai promis à la César de la contacter dans les plus brefs délais, et quand je dis brefs, j’entends dans l’heure. Sakura est déjà en train de trier les données quand je passe les sécurités su laboratoire. J’abandonne ma combinaison du MechOtaku ainsi que mon casque, je remets mes lunettes sur mon nez et la tension dans tout mon corps s’évanouit immédiatement.
Je suis chez moi.
Je suis en sécurité.
Et d’ici, je suis tout puissant.

Mon estomac me rappelle que j’ai faim, mais je l’ignore. Une grosse heure plus tard, Atia César reçoit un mail avec les informations que j’ai déniché. Cette base appartenait à un ancien super vilain qui sévissait à Star City dans les années quarante, de concert avec le mythique Docteur Zero. La postérité ne retint pas son nom, contrairement à celui d’un des membres fondateurs du Cartel. En tout cas, le Lys Pourpre ne m’évoque rien à première vue et comme les rapports de police de l’époque ne sont pas numérisés, difficile d’en apprendre davantage à son sujet en dehors d’obscures rumeurs au fin fond du net ou de personnages de la littérature portant son nom. Principalement en Europe, assez étrangement. Je m’étonne qu’elle soit si ancienne, vu sa technologie, et j’en viens à la conclusion que notre mystérieux teme l’a récupéré par après. L’historique des images de surveillance nous apprend que le robot-ado a passé beaucoup de temps à cet endroit et a énormément travaillé, sans doute contrôlé à distance. Hélas, impossible d’en connaître la provenance, puisqu’il a été détruit dans l’explosion.
On a un peu plus de chance avec les images de surveillance des victimes : je reconnais le robot que j’ai croisé à la Villain Con à sa manière de se déplacer et je cesse de croire à une coïncidence. Elle se déplace toujours dans l’ombre et, en temps normal, la mauvaise qualité des caméras aurait empêché une reconnaissance faciale, sauf que j’ai toujours les images prises lors de la convention ! Sakura retrace le parcours du robot et une conclusion s’impose à nous : il traine souvent dans le même quartier, à savoir celui des Docks. Il rôde depuis des semaines au nez et à la barbe de la César, peut-être pour la surveiller… Mais peut-être aussi parce qu’on pense rarement à chercher son ennemi juste sous son nez ? En tout cas, ça mérite un approfondissement.

Quand le temps estimé mathématiquement pour lire l’énorme pavé rédigé par Sakura, photographies à l’appui, arrive à son terme, je l’appelle.

Je peux envoyer une Angel’s pour aiguiller les recherches, s’il se cache dans un entrepôt, soit il émet un signal d’une manière ou d’une autre, soit il est justement trop bien protégé pour ça et c’est tout aussi détectable. On peut agir maintenant avec les risques que ça comporte par rapport aux autorités, ou on peut attendre la nuit, mais il pourrait nous filer entre les doigts.

Sait-on jamais. Et franchement, je crois que je hurle si c’est le cas.

Je suis et soutiens du labo, en tout cas. J’ai du travail.

Entre autre : réparer le bras d’Aisu et vérifier que Mizuiro est parfaitement remise. A chacun ses priorités.
Mais je jure que je vais acidifier ce type.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mar 6 Juin - 18:32 Message | (#)

Et voilà qu'Otaku rejouait aux divas à présent, ça allait faire avancer les choses, tiens. Pour le coup, Atia le préférait presque en train de paniquer comme une petite fille. Enfin, elle aurait préféré le voir ainsi si sa panique n'avait pas été mêlée à sa propre survie. Et puis, tant qu'Otaku daignait « donner la patte », la César n'allait pas prendre de risque. Avoir un ennemi mystérieux, c'était une chose, mais avoir un ennemi mystérieux d'un côté et un Otaku boudeur de l'autre, ce serait autrement plus délicat à gérer. Cela dit, on s'éloignait gentiment du stade où le roboticien risquait de se recevoir des critiques de la part de la criminelle car entre son accord pour partager les données récupérées et ses informations sur ces drôles de chaises, Atia ronronnerait presque de satisfaction.

– Alors comme ça vous partagez certaines passions ? évitons de porter de jugement sur le sujet, au passage Admiration ou provocation ?

Vu la tournure de la soirée, la réponse était évidente mais Atia voulait savoir ce qu'en pensait Otaku. Sans avoir particulièrement envie d'être dans la tête de ce type, en avoir un petit aperçu pourrait toujours être utile.Cela dit, là, c'était assez difficile d'ouvrir la porte car le type se plongea de toute évidence dans son monde de geek. Là, la César était incapable de le suivre, mais elle reconnu, ou crut reconnaître (avec les voix modifiées, c'était jamais facile à dire) un certain éclair de génie. Il avait une idée et le laisser la cogiter et la tester serait plus profitable que de l'interrompre, même pour être mise au parfum.

– Tiens moi au courant, fut donc tout ce qu'elle dit, même si elle y mit une généreuse dose d'assurance.

Cela suffit pour le protocole « d'au revoir », ni l'un ni l'autre n'étant du genre à s'étendre sur les mots et gestes affectueux. Atia alla donc retrouver Keith comme si de rien n'était tandis qu'Otaku filait faire ce qu'il avait à faire.

– On peut toujours lui faire confiance, boss ?
– C'est un grand mot, mais je crois qu'il est au moins aussi motivé que nous sur ce coup-là.

Et il serait certainement plus efficace s'il arrivait à se concentrer un peu plus, d'après elle. Car en y repensant, la combattante avait remarqué que le Docteur s'était laissé aller à perdre le contrôle de ses émotions... ou de son caractère, mais sa revenait au même. C'était sans doute problématique, mais sur la balance, Otaku s'était quand même montré plus utile qu'inutile. La César n'en dira donc rien. Après tout, ce n'était pas un de ses gladiateurs. Encore heureux, soit-dit en passant. Enfin, elle n'allait pas refaire l'éducation de ce type, ça lui porterait plus de préjudice qu'autre chose. Atia se concentra donc sur la situation actuelle et sur ce qu'il faudrait faire pour la régler. Pour commencer, elle retrouva ses hommes qui arrivèrent peu de temps après le départ d'Otaku, Next sur les talons. Sur le parking, la César observa ses hommes pendant quelques secondes sans rien dire, évaluant leur état.

– Ok les gonzesses, on rentre tous et on se pose, je veux que ceux qui sont venus sur le terrain avec nous racontent tout ce qu'ils ont vu. Tout. Les autres, si vous ne vous occupez pas des blessés, concentrez-vous sur la sécurité du Circus, qu'elle soit renforcée. Situation de crise potentielle. Menace de niveau deux. Faites venir ceux qui me servent vaguement de cerveaux et surtout, que quelqu'un commande une cargaison de pizzas !

Les ordres étaient donnés.

… … …

La grande salle qui servait de lieu de réunion pour le staff était envahie par une odeur froide de pizza. Celles-ci n'avaient pas fait long feu et avaient laissé derrière elles des hommes repus, euphoriques par ce simple repas. Atia devait avouer qu'un estomac plein contribua beaucoup à améliorer son humeur, mais ce n'était pas assez pour chasser toutes les pensées qui la préoccupaient. Elle avait fait le tour de ses gars pour écouter ce qu'ils avaient à dire, quand ils avaient des trucs à dire. Ce faisant, elle était accompagnée d'un de ses conseillers les plus intelligents. C'est qu'il fallait élaborer une stratégie. Il s'avérait au final que tous ses hommes avaient relevé (plus ou moins consciemment) un constat des plus étranges: il n'y avait eut aucune trace d'activité humaine au cœur de cette base. Et si on oubliait la simple présence de cadavres, on aurait pu dire qu'aucune âme qui vive n'y avait mis les pied depuis des années.

– Qu'est-ce qu'on a sur les morts ? Ils faisaient quoi d'après nos dernières infos ?
– La plupart avaient quitté le pays. Les autres ont bien pris soin de se faire petit en s'isolant dans des villes moyennes ou même dans leurs maisons de campagnes. D'après nos informations, ceux qui étaient encore en milieu urbain continuaient leurs activités criminelle, à une moindre échelle bien sûr.
– Rien de bizarre dans leurs affaires ?
– Rien qui saute aux yeux... Cependant, il semblerait que leurs activités étaient étonnamment discrètes... même compte tenu de leur territoire peu attrayant.
– Et les données d'Otaku ? demanda-t-elle à un autre larbin.

On lui fit un rapport concis mais complet sur les trouvailles d'Otaku. Après cela, Atia resta assise, un pied sur sa chaise, les yeux posés sur les dernières parts de pizza qui restaient dans une des boîtes et qui allaient probablement être données aux combattants « invités » du Circus. Mais ce n'était pas vraiment la pizza qu'elle regardait. La criminelle réfléchissait. Son air songeur ne la quitta même pas lorsqu'Otaku l'appela. Il fallut que son conseiller le lui fasse remarquer pour qu'elle prenne l'appel, le regard toujours un peu dans le vide.

Pour commencer, elle écouta ce que le roboticien avait à dire et sans l'interrompre. Moins par politesse que par pragmatisme. Puis, elle en plaça une :

– Ça va aller. On a assez couru dans tous les sens pour ce soir. On verra ça plus tard. Mais d'abord faudra qu'on discute un peu, dans un endroit tranquille... vraiment tranquille. Je te laisse le choisir. Donne moi une date et une adresse quand ça sera fait. En attendant, bonne nuit.

Son conseiller, qui l'avait écoutée, la regardait à présent avec des yeux ronds comme s'il pensait qu'Atia César était devenue folle. Pourquoi agissait-elle ainsi ? Il fallait à tout prix se dépêcher de régler cette situation avant que...

– Réglons les problèmes quand ils nous tombent dessus pour une fois. En chercher là, tout de suite après avoir participé à cette grosse coupure de courant serait trop risqué.

A coup sûr la Légion serait aux aguets et si ces Légionnaires étaient à moitié moins bête que ce qu'Atia pensait, ils n'oublieraient pas de patrouiller au docks. Ce serait dommage de tomber sur ces clowns par accident. Mais surtout, la César commençait à sentir quelque chose de louche dans toute cette histoire, quelque chose qui lui disait que se précipiter comme ils l'avaient fait ce soir reviendrait à jouer le jeu de l'ennemi. Or Atia détestait être prise pour une conne et elle était persuadée qu'Otaku serait de son avis. Pour elle, la solution était simple : prendre tout son temps. Et accessoirement, parler de ses théories dans un lieu technologiquement sécurisé. Malheureusement, le Circus avait prouvé ce soir qu'il n'était peut-être plus dans cette catégorie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Sabotage sacrilège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3


Sujets similaires

-
» sortilèges et sacrilège!
» Je fus fille, sorcière, sacrilège.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-