AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Seto Shigemitsu - Trois p'tits chats trois p'tits chats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Cartel Rouge
avatar

Seto Shigemitsu

Cartel Rouge
Généralités
Bakeneko
ϟ Nombre de Messages : 186
ϟ Nombre de Messages RP : 98
ϟ Crédits : Coco
ϟ Doublons : Cass Flemming - Raphaël Mercury
ϟ Célébrité : Haruma Miura
ϟ Âge du Personnage : 23
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Informateur/Espion pour le Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 13 Mar - 0:47 Message | (#)

Mettez-vous dans l'ambiance:
 
Informations Personnelles
ϟ Nom : Shigemitsu
ϟ Prénoms : Seto
ϟ Sexe : masculin
ϟ Âge : 23
ϟ Date de Naissance : 1136 officiellement, mais ses faux-papiers mentionnent le 12 juin 1993
ϟ Lieu de Naissance : Difficile à dire, là encore il faut se fier à la version donnée par ses faux-papiers : Nagasaki, sur l'île de Kyūshū, Japon
ϟ Nationalité : Japonaise
ϟ Orientation : On ne peut pas dire que Seto ait une activité sexuelle
ϟ Métier : Informateur/espion au sein du Cartel Rouge
Administration
ϟ Avatar : Haruma Miura
ϟ Crédits : Coco
ϟ Pseudo : Euh... Coco?  
ϟ Âge réel : 25 toujours
ϟ Parlez-nous de vous : Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour?
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? Voir les fiches précédentes.
ϟ Que pensez-vous du forum ? De toute évidence, il est cool.
ϟ Quelques conseils à donner ? Quand je vous demanderais l'autorisation de faire un QC, dites non SVP.
Historique

Il est dit que toutes les légendes contiennent une part de vérité. Parfois, il se trouve simplement que la légende en question contient l’entière vérité…

“Peu importe que le chat soit gris ou noir pourvu qu’il attrape les souris”.

Le saviez-vous? Avant le règne de l’empereur Ichigo, vers l’an mil, il n’y avait pas de chat au Japon. Ces petites boules de poils ont été importées. Quand on n’y pense, beaucoup de problèmes auraient pu être évités si aucun chat n’avait mis les patounes sur l’archipel nippon. Si un battement d’ailes de papillon peut provoquer des ouragans à l’autre bout du monde, personne (bon, à l’exception peut-être de quelques devins) n’aurait pu prévoir les conséquences de la naissance d’une portée de chatons dans la province d’Hizen, sur l'île de Kyūshū.

Il est souvent d’usage de s’attarder sur la parenté du héros d’une histoire, de citer leur nom, quand il est connu. Les parents du héros en question étant deux chats errants ne portant pas de nom, cet étape ne sera pas nécessaire dans ce cas. Il est en revanche utile de préciser la date de l’événement : le printemps 1136.

Le petit chat qui nous intéresse n’était pas le seul de sa portée. Il est néanmoins le seul à avoir vécu longtemps, et dont l’existence a eu un tel impact sur les vies humaines. Mais n’avançons pas trop vite. La chance - la malchance diront certains - le fit atterrir dans les bras de Tsukiyama. Avait-elle était attendrie par les miaulements plaintifs de l’animal? Peut-être. Sans doute aussi qu’une pensée plus pragmatique avait traversé son esprit. Il n’y avait pas mieux qu’un chat pour chasser la vermine qu’était les rongeurs, et il y en avait certainement là où elle vivait.

Tsukiyama était servante dans la demeure de Shimazu Tadatsune, le seigneur des environs. Elle-même n’était plus toute jeune, elle entamait doucement le déclin de sa vie. Son mari l’avait quitté quelques années plus tôt, il ne lui restait qu’un fils, Arinaga, lui aussi au service de Tadatsune. Le chat qu’elle recueillit devint un autre compagnon de sa vie.

Rapidement, la petite créature rachitique, baptisée Taro, grandit et s’attela à la tâche qu’on lui avait assigné. Les chats étaient faits pour attraper les souris, et c’est ce qu’il fit. L’animal était motivé par l’instinct, mais aussi par la faim. L’arrivée des félins sur les îles nippones étaient encore récentes, et c’était sans doute la méconnaissance du régime alimentaire ordinaire de ces bêtes qui poussaient leur propriétaire à leur présenter des graines et des légumes. Rien de suffisant pour contenter un animal plutôt carnivore. Taro compléta donc son régime alimentaires de rongeurs divers, du poisson occasionnel… et de l’huile que contenait les lampes. C’est que l’huile en question était faite à partir de graisse de poisson. Un délice de protéines pour les papilles d’un chat affamé.

Les années passèrent dans cette même routine. Taro chassait, réclamait des caresses à sa maitresse, et s’endormait à ses pieds la nuit venue. Les bons soins et l’amour de la vieille dame contribuèrent sans doute à lui fournir une longue vie. En 1151, le félin fêta son quinzième anniversaire. Avec l’âge, il chassait de moins en moins souvent, et il n’était pas rare de le voir se dresser sur ses pattes arrières pour lécher l’huile des lampes et contenter ainsi sa faim de carnivore. Son poil était abondant, mais ne suffisait pas à expliquer son poids, et surtout, sa queue était anormalement longue pour un animal de sa taille. Parfois, il arrivait même à la vieille dame d’entendre son nom dans les miaulements du chat, mais elle chassait bien vite cette pensée de son esprit, ou la mettait sur le compte de la fatigue ou de la vieillesse.

Tous ces détails pouvaient paraître triviaux, mais ils étaient loin de l’être. Si les yokai, les monstres et les créatures qui peuplaient les mythes japonais, étaient bien sûr connus. Les kaibyo, les chats aux capacités surnaturels, n’étaient pas encore répandus. Et peu de gens auraient réalisé qu’il y avait, en Taro, tous les ingrédients pour former un chat surnaturel.

Mais passons ce détail pour l’instant, et concentrons-nous sur la personnalité de Shimazu Tadatsune. Comme il l’a été dit plus tôt, le seigneur Tadatsune régnait sur les lieux. Le clan Shimazu avait obtenu de l’empereur - ou plutôt des régents Fujiwara - des Shōen, des terres et des domaines exempts d’impôts. Avec les acquisitions successives, Tadastune était à la tête d’un domaine conséquent, et avait, sur ses propriétés, bien plus de pouvoir que le lointain empereur. Il promulguait ses lois et gouvernait ses shōnins, les paysans qui cultivaient ses terres, sans tendresse. Il ne les expulsait pas, au contraire. A quoi servait une terre si elle restait en friche? Tadatsune faisait tout pour garder ses paysans où ils étaient, en augmentant les impôts. Endettés, ces derniers n'avaient alors plus la possibilité de partir.

Autant dire que l’homme était cruel, et prompt à la colère. Arinaga en fournit d’ailleurs un triste exemple, à son corps défendant.

Le jeune homme, comme sa mère travaillait au service du seigneur Tadatsune. Il avait d’ailleurs l’honneur d’être son plus proche serviteur. Et ce fut sans doute ce qui causa sa perte. Un soir qu’il s’ennuyait, Tadatsune défia son serviteur à une partie de jeu de go. N’ayant pas le loisir de refuser, Arinaga s’exécuta, et la partie commença. Lui-même était un bon joueur, et s’était attendu à perdre rapidement. C’était, bien sûr, avant qu’il ne réalise que son maître était un joueur exécrable. Oh, le jeune homme tenta bien de rattraper le coup, mais même en faisant exprès de perdre, il n’arrivait pas à donner l’avantage à son maitre, tant ce dernier était mauvais. Ce dernier n’attendit d’ailleurs pas sa défaite totale et mit fin à son humiliation en tuant le jeune homme. Comme il ne voulait pas s'embarrasser des pleurs d’une mère, il chassa aussi Tsukiyama de son château.

Contrainte à la fuite, la servante se réfugia dans la campagne environnante. La seule possession qu’elle avait pu emmener avec elle était Taro, son fidèle compagnon. Elle pleura son fils dans sa fourrure, mais la peine était trop grande. Tsukiyama s’arma d’un couteau, et s’ouvrit les veines, sous les yeux de son chat.

Ironie du sort, s’il avait été un bakeneko, il aurait pu consoler sa maitresse et lui insuffler un peu de raison. Mais c’était justement la mort de cette dernière qui acheva de transformer Taro, le vieux chat, à la longue queue et à l’appétit démesurée pour l’huile de lampe, en yokai. Attiré par l’odeur du sang, l’animal y goûta. Mêlé à ses prédispositions précédentes et à son instinct de vengeance - il venait après tout de perdre celle qui avait été l’amie de toute une vie - de simple chat il devint un yokai, et plus précisément un bakeneko.

“Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout quand il n’y est pas”.

Son envie de vengeance avait certainement été un ingrédient important de sa transformation, et Taro était bien décidé à la mettre en place. Shimazu Tadatsune lui avait pris sa famille et son foyer? Il allait lui faire exactement la même chose.

Il n’avait peut-être pas la plus longue des queues, il n’était peut-être pas le plus intelligent des bakeneko, mais il savait certainement se montrer cruel.

Il aurait pu tuer le seigneur Tadatsune, mais sa vengeance n’aurait pas été complète. Il le voulait mort, oui, mais il voulait tout lui prendre d’abord, il voulait pousser le seigneur à prendre lui-même sa vie.

Il n’était plus tout à fait un chat, et sa transformation s’était accompagnée de quelques dons des plus utiles. Ses miaulements n’en étaient plus : ils étaient la langue de l’homme qui l’écoutait, et il s’amusa pendant longtemps à tourmenter le seigneur sous sa forme de chat. Sa maitresse n’avait-elle pas cru à sa folie en croyant entendre parler son chat? D’autant que l’animal ne murmurait pas des choses tendres à l’oreille du seigneur…

Sa stratégie se révéla d’autant plus efficace qu’il avait aussi gagné un autre don : celui de passer au travers des murs. Tadatsune avait beau donner des ordres pour garder tous les chats hors de son château, il passait son temps à ordonner que les portes soient constamment fermées et gardées, ce chat venait toujours le tourmenter. Chaque nuit, il craignait de le trouver chez lui, juste avant d’aller se coucher. Parfois, il se réveillait la nuit et se trouvait face à face avec Arinaga. Mauvais rêve? Hallucination? Pas du tout. Juste l’expression d’un autre don du bakeneko, désormais capable de prendre le visage d’un humain.

Sa vengeance ne se limita pas au seul seigneur Tadatsune. Comme il l’avait été dit plus haut, le seigneur lui avait tout pris, Taro comptait bien tout lui prendre. Il prit un malin plaisir à conduire deux des fils du seigneur à la folie et au suicide, puis à revêtir leurs visages pour aller tourmenter le sommeil de leur père. Trois autres membres du clan moururent dans des circonstances pour le moins étranges. L’oncle glissa dans les escaliers, et parvint à se rompre le cou, Le cousin s’entailla la main sur la lame de son arme et vit la blessure s’infecter. Son agonie fut longue et douloureuse, et ses cris s’ajoutèrent au tourment de Tadatsune. Le frère du seigneur heurta une branche basse un jour qu’il sortait à cheval et se tua sur le coup. Un petit-fils du seigneur se noya dans la rivière toute proche, un autre, en parfaite santé un jour, mourut quelques jours après avoir une indigestion.

Avec ces accidents à répétition, on aurait pu croire qu’une malédiction visait le clan Shimazu, et c’était exactement ce qui se passait. Non content de les tourmenter, Taro pouvait faire peser sur ses victimes une malédiction, temporaire certes, mais qui durait assez longtemps pour qu’un simple accident puisse devenir un danger mortel. Mais ces exactions, s’il visait surtout le clan Shimazu, avaient aussi des conséquences sur les campagnes aux alentours. Les paysans vivaient dans la crainte de voir débarquer le tourmenteur de leur seigneur chez eux, Tadatsune lui-même prenait des décisions de plus en plus irrationnel. Il ordonna un jour la mise à mort d’un paysan porteur d’un chat, un autre, il ordonna qu’on fasse brûler une maison où il croyait avoir vu se réfugier un félin. La peur avait envahi le domaine.

En 1156, après quatre années de tourments incessant, la folie de Tadatsune atteignit son apogée quand le seigneur utilisa l’arme qu’il avait passé au travers du corps d’Arinaga pour se donner la mort.

Le bakeneko était bien évidemment satisfait d’avoir atteint son but, mais il n’avait pas pour autant terminé sa vengeance. Il ne cesserait ses tourments sur le clan Shimazu que lorsque le dernier membre du clan aurait rendu son dernier souffle.

“Ne faites pas confiance au chat quand il y a du poisson au menu”

Shimazu Tadayoshi n’aurait jamais pensé hérité du domaine de son père. Certes, à l’époque, ce n’était pas toujours la primogéniture qui s’imposait, mais il avait eu deux frères aînés, bien meilleurs guerriers que lui, sans oublier un oncle et des cousins. A la mort de ses aînés, de l’aîné de son père, et de son cousin plus âgé, force était de constater qu’il était bien le seul à pouvoir hériter de la position de seigneur.

S’il avait fini par comprendre que c’était son père qui avait apporté cette malédiction sur son clan, il semblait tout aussi évident que leur tourmenteur ne cesserait pas tant qu’il n’aurait pas obtenu ce qu’il voulait, et cette possibilité était de plus en plus réelle aux yeux du jeune Tadayoshi. Les rangs de sa famille avaient été décimés, et aucun des mystiques et autres rebouteux que son père avait fait venir de toute la région voir même d’ailleurs n’avait pu trouvé une solution pour chasser ce mauvais esprit. Car Tadayoshi se refusait à tuer l’esprit. Ne disait-on pas que tuer un chat apportait le malheur sur soi et son clan? Il ne voulait pas prendre le risque.

Le salut vint d’un voyageur, qui accepta de se charger du bakeneko. Ce dernier, trop sûr de lui sans doute, ne s’inquiéta pas vraiment de cette possibilité. Les précédents mystiques avaient réalisé des rituels, lancés des malédictions, rien n’avait été efficace. En quoi cet étranger serait-il différent?

La réponse à cette question était très simple. L’étranger était différent parce qu’il savait ce qu’il faisait. Il n’était pas comme ces précédents mystiques qui tentaient des sortilèges inadaptés. Taro le bakeneko avait beau être malin, son excès de confiance lui joua des tours.

Car s’il était un yokai, il restait fondamentalement un chat, avec les instincts d’un félin. Ne courait-il pas encore après les souris? N’était-il pas friand d’huile de poisson? C’est justement le poisson qui causa sa perte. Un beau poisson posé au milieu de la route. Un piège? C’était évident. Ça n’empêcha pas Taro de tomber en plein dedans. A peine s’était-il approché du poisson, à peine y avait-il goûté qu’il entendit les premiers mots du rituel. A sa grande surprise cependant, il ne pouvait s’enfuir. Un autre sort l’en empêchait.

C’est ainsi que la créature se trouva enfermé dans un rouleau de parchemin. Sur le papier était représenté les portes du château, fermés à un chat qui ressemblait étrangement à un certain félin baptisé Taro.

“Il ne faut pas réveiller le chat qui dort”

Le parchemin devait garantir la protection du clan Shimazu contre les mauvais esprits. Tadayoshi prit soin de le conserver précieusement, à l’abri des regards. Cette créature lui avait trop coûté pour qu’il lui permette de sortir de sa prison magique par sa négligence. Malheureusement pour lui, il n’en garda pas la trace très longtemps.

1156, l’année même où le tourment du clan Shimazu prit fin, sonna aussi le début de la rébellion de Hogen. Dans les combats qui opposèrent les trois bushidan de Fujiwara, Taïra et Minamoto, le rouleau fut perdu.

Le parchemin se retrouva dans de nombreuses mains, tour à tour exposé en décoration dans une chambre ou une salle de réception, ou alors à l’abri dans un coffre. Il disparaissait parfois avec son propriétaire actuel pour réapparaître quelques décennies plus tard en un autre point du globe.

En 2015, il fut présenté à une vente aux enchères comme une pièce rare, témoin de l’art japonais du XIIe siècle. Le bakeneko aurait sûrement été ravi de savoir que sa prison fut acheté à bon prix par un collectionneur privé, friand de ce type d’art.

Le rouleau fut d’ailleurs exposé en bonne place, au milieu d’estampes, d’une collection importante d’armes japonaises, et autres statuettes. Il aurait pu servir de décoration pendant encore longtemps… si le destin n’en avait pas décidé autrement.

Il se trouvait que le collectionneur en question, un certain Harold Manning, avait fait l’erreur de déplaire à un membre important du Cartel Rouge. Toutes ses affaires étaient loin de se faire dans la légalité, et il avait cru malin d’essayer de doubler les membres du gang pour s’enrichir à leur dépens.

Il dut le regretter amèrement quand des membres du Cartel se présentèrent à sa villa pour lui trancher la gorge et mettre le feu à sa demeure non sans, bien sûr, avoir pris soin de la vider de ses objets précieux avant. Pas de petits profits. Le rouleau, bien que joliment dessiné, n’eut pas la chance de faire parti de ces objets récupérés. Sa valeur n'était pas visible au premier coup d'oeil. Extérieurement, il ne s’agissait après tout que d’un rouleau de papier. Un rouleau joliment peint, mais un rouleau quand même. Mais Taro, prisonnier à l’intérieur depuis maintenant huit siècles eut de la chance dans son malheur. Rien n’était plus inflammable que le papier. Et bien entendu, le feu se fit un plaisir de venir lécher les bords du rouleau et de le consumer entièrement.

Et donc de libérer Taro.

Le réveil fut néanmoins brutal pour le bakeneko Une minute auparavant, il se trouvait au Japon, non loin du palais du clan Shimazu qu’il voulait se faire un plaisir de tourmenter jusqu’au dernier, et il se réveillait dans un endroit inconnu, et surtout, en feu. Si on prêtait aux bakeneko des affinités avec le feu, celui-ci n’était pas pressé de les tester et s’enfuit sans demander son reste.

Les membres du gang présents sur place furent pour le moins surpris de voir sortir un jeune homme d’origine asiatique passait au travers du mur, complètement nu, et l’air affolé. Le leader de la troupe lui vit tout de suite l’avantage que pouvait lui procurer un jeune homme avec ces dons, et il tenta aussitôt de recruter le jeune homme.

Taro ne fut en réalité pas difficile à convaincre. Il venait de sortir de sa prison, oui, mais il était dans un endroit qu’il ne connaissait pas, et ne savait pas combien de temps il avait pu rester enfermé. Une chose était sûre : il était seul, et il n’aimait pas ça. Si un allié se présentait déjà à lui, il aurait été bête de refuser.

Et c’est ainsi que le bakeneko rejoignit les rangs du Cartel Rouge, en tant que simple sbire. Il s’aperçut très rapidement que son enfermement n’avait pas duré une seconde, comme cela semblait être le cas de son point de vue, mais plus de huit siècles. Il se fit même la réflexion que le Japon avait beaucoup changé. Sa remarque déclencha l’hilarité d’un des membres du gang qui lui signala sans grande amabilité qu’il n’était pas au Japon, mais à Star City, aux Etats-Unis, un continent inconnu à son époque. Il n’était pas sûr d’aimer son nouvel environnement. Le sol était étrange sous ses pieds, dur et sombre, et les maisons étaient des tours qui montaient jusqu’au ciel. Le plus étrange était sans doute ces créatures mécaniques que les hommes semblaient avoir apprivoisées pour se déplacer. Si elles étaient rapides, elles étaient aussi incroyablement bruyantes et dégageaient une odeur encore plus nauséabonde que les chevaux.

Rattrapé huit siècles d’histoire mondiale s’avéra compliqué pour la créature. Si toutes les langues du monde lui était connue, la lecture et l’écriture lui étaient inaccessibles. Il pressa ses nouveaux compagnons de questions, et obtint un récit de l’histoire mondiale plutôt décousu. Il apprit par exemple qu’il y avait eu des guerres mondiales, et des guerres moins mondiales, qu’il n’y avait plus de Shōnen, que ce soit au Japon ou ailleurs, que la Terre était peuplé d’être aux capacités étonnantes, qui paraissaient toutes magiques aux yeux de la créature - les notions de mutation lui étaient inconnues, celle de magie beaucoup moins au vu de sa nature - mais aussi que la planète avait été envahi par des aliens, mais surtout, surtout, que le clan Shimazu ne l’avait pas attendu pour s’éteindre.

De ces huit siècles d’enfermement, c’était surtout ce qu’il retenait, c’était surtout pour ça qu’il en voulait au magicien. Huit siècles où il l’avait privé de l’avancée du monde, et surtout privé de sa vengeance. Même la perspective de penser le magicien mort depuis longtemps ne le consolait pas : il aurait préféré le faire payer.

S’il y avait une qualité qu’il fallait reconnaître à Taro, c’était sa capacité à s’adapter. Il ne pouvait remonter le temps et retourner à l’époque du Japon du XIIe siècle. En revanche, il pouvait essayer de s’adapter à son nouvel environnement. La première étape fut de se doter d’une identité : il choisit celle de Shigemitsu Seto.

S’il resta au Cartel, c’était d’abord par opportunisme plus que par envie. Il aurait pu, après tout, répandre le chaos tout seul. Mais il savait la valeur d’avoir un clan derrière soi. Son don de passe-murailles était des plus utiles pour son chef. Tout aurait pu très bien se passer pour lui… s’il n’avait pas été un incroyable emmerdeur.

Oh, il n’est pas rare au sein du Cartel, qu’un des membres en tue un autre pour récupérer ses territoires, libérer sa position… Dans le cas de Seto en revanche, on veut le tuer pour se débarrasser de sa présence. Il tape sur les nerfs de tout le monde et s’attire régulièrement la foudre de ses collègues qu’il double sans vergogne. Plus d’une fois il utilisa son don de passe-murailles pour voler sous leur nez ce qu’ils convoitaient, ou faisaient peser sur une eux une malédiction temporaire. Il profite d’autant plus de sa position qu’il se sait intouchable : qui oserait le tuer, en sachant que son meurtrier risque alors d’être sous le coup d’une malédiction qui le poursuivra toute sa vie? Ce n’est peut-être qu’un mythe, mais personne ne se sent d’essayer, juste au cas où.

Pour d’autres membres du Cartel en revanche, cela allait encore plus loin. Une certaine Eden Wells devait en faire les frais. Le hasard avait voulu que Seto, sous sa forme féline, se retrouve dans le même quartier que la jeune femme. Lui qui cherchait un moyen de tromper son ennui ne fut pas déçu : il eut le loisir de voir Eden tomber du toit d’un immeuble de vingt étages, poussée par un client mécontent sans doute. Il prit cela comme un signe du destin et s’approcha du cadavre dans l’espoir de tourmenter ses assassins.

Il n’y avait qu’un tout petit problème à ce plan. Le cadavre était des plus vivants, et se releva sous son regard étonné. Impossible de mettre sa survie sur le seul compte de la chance, il devait y avoir de cette nouvelle magie là-dessous. Le chat lui emboita le pas, et profita qu’elle soit arrivée en haut d’un escalier pour se glisser entre ses jambes et la faire dégringoler. La chute, qui aurait suffit à tuer n’importe quel être humain, ne suffit pas à nuire à la jeune femme, qui se releva simplement. Elle commença à devenir suspicieuse quand elle se retrouva successivement prise dans un incendie accidentel, puis écrasée par un container, le tout, dans l’espace d’une journée, et toujours sous le regard du même animal. Il ne lui fallut pas longtemps pour ajouter deux et deux et pour comprendre que le chat n’était pas qu’un chat, et lui cherchait des poux. C’est que Seto, poussé par la curiosité, a fait du meurtre de la jeune femme un défi personnel. Elle ne lui a rien fait, mais il veut à tout prix trouver ce qui pourrait la tuer. Autant dire que ça ne l’aide pas à entretenir de bonnes relations avec ses collègues de travail.

Ceci dit, ses relations avec sa hiérarchie ne sont pas forcément meilleures. Atia César, la tête du Cartel, n’aurait probablement pas beaucoup de choses positives à dire sur le bakeneko. Probablement parce qu’elle n’a pas apprécié d’être sa cible pour un temps. N’a-t-elle pas retrouvé le chat dans sa salle de bain? Ou dans son bureau, en train de faire ses griffes sur ses meubles? Si elle ne l’a pas encore tué, c’est que si la tête du Cartel Rouge exècre personnellement la créature, elle sait que professionnellement, il peut lui être des plus utiles. Après tout, s’il peut s’introduire dans son bureau, il peut s’introduire partout… Y compris dans les bureaux de ses concurrents ou de ses cibles. Surtout que le chat n'a pas vraiment de scrupules à tuer.

“A bon chat, bon d(rat)gon”

Malgré toute sa bonne volonté cependant, l’ennui menaçait le bakeneko. Il fallait le comprendre : toute sa vie de chat, puis de bakeneko, avait été motivé par l’envie de faire plaisir à sa maîtresse, puis de la venger. Or il ne pouvait plus faire ni l’un ni l’autre.

Le Cartel l’occupait, certes, mais il n’avait pas de but.

Heureusement pour lui, le destin se chargea de lui en donner un, par le biais d’un article de presse. Soyons clair, lui-même ne pouvant pas lire, il était évident qu’il ne se servait pas du papier pour passer le temps. Plutôt pour avoir un endroit où faire proprement ses besoins sous sa forme féline. Quelle ne fut pas sa surprise de tomber sur une photo d’un visage qui était loin de lui être inconnu, et pour cause! Il s’agissait du visage de nul autre que le magicien qui l’avait enfermé dans un parchemin, quelques huit siècles auparavant. Étrangement, il ne semblait pas avoir vieilli. Ainsi donc lui aussi avait survécu et traversé les siècles. Sauf que contrairement au bakeneko, il ne les avait pas passé enfermé dans une prison de papier et de magie.

Lui qui était sans but venait de s’en trouver un. Il allait faire payer son emprisonnement au magicien, et surtout, il allait lui faire payer de lui avoir retiré sa vengeance… D’alliance par défaut, sa présence au Cartel devint utilitaire. Les ressources de l’organisation lui seraient des plus utiles pour traquer et punir le magicien.
Dossier Médical
ϟ Description Physique :De par sa nature de bakeneko, Seto a deux formes : une forme de chat, et une forme humaine.
Commençons par sa forme féline naturelle, Seto ressemble à un chat imposant, au poil brillant rayé de noir et de brun clair. Il ressemblerait en tout point à un chat des rues si ce n’était pour sa queue touffue et plutôt longue pour un félin domestique. Il peut tour à tour avoir l’air mignon ou particulièrement diabolique.
Pour ce qui est de son apparence humaine, c’est celle d’un jeune homme d’origine japonaise d’une vingtaine d’années d’un mètre soixante-dix-huit pour une soixantaine de kilos, aux cheveux noirs et aux yeux bruns. Il a les traits fins, et on pourrait facilement lui donner moins que son âge, impression renforcé par son caractère digne d’un gamin casse-pied dans ses bons jours. Il a un corps nerveux, fait de muscles agiles.
Un petit gabarit dirait certains, mais c’est que préfère Seto. Il est plus facile de se glisser quelque part en toute discrétion quand on ne mesure pas deux mètres de haut et presque autant de large.
Il aime aussi beaucoup ce corps pour ses mains, aux doigts longs, ce qui le change de ses pattes de chat.
Enfin il est d’autant plus attaché à ce corps et à ce visage qu’il est le premier qu’il a incarné, et surtout, pour les liens affectifs qu’il portait au propriétaire, puisqu’il s’agit du visage d’un certain Arinaga.


ϟ Particularités : Pas vraiment non
ϟ Description Mentale : Dans la vie, il y a pas mal de choses désagréables : le rideau de douche qui se colle à la peau quand on est tranquillement en train de se laver, marcher pied nu sur un lego, se cogner le petit orteil contre le coin d’un meuble, avoir la goutte au nez sans pouvoir se moucher… Et bien Seto, c’est un peu comme si toutes ces petites choses désagréables vous arrivaient en même temps. Sauf qu’à la fin, vous avez envie de mettre fin à vos souffrances et d’en finir avec la vie. Il est pénible et terriblement impatient. Il peut être comme les gamins qui réclament toutes les cinq minutes “quand est-ce qu’on arrive?”. Sauf que lui serait du genre à poser la question à répétition avant même que la voiture n’est démarrée.
Et il est aussi franchement désagréable, voir carrément odieux. Il est parfaitement capable de vous faire un compliment, qui sonnera probablement à vos oreilles comme des plus sincères, sauf qu’il n’en pensera pas un mot.
Seto est aussi incroyablement sans-gêne. La notion d’espace personnelle? Il ne connaît pas. Il irait jusqu’à s’asseoir sur les genoux du pape sans aucune gêne, et pas sous sa forme féline, et il n’y a rien qu’il aime plus que de coller son visage sous le nez des gens quand il leur parle. Surtout s’il voit que ça les met mal à l’aise. Il part aussi du principe que ce qui est à vous est à lui. Par contre, ce qui est à lui, est à lui, et essayer de le lui prendre quand même serait une très mauvaise idée.
En clair, Seto fait partie de ces gens que même les personnes de son propre camp ne peuvent pas supporter. S’il n’y avait pas cette vague notion qu’il peut être utile, et surtout, la perspective d’être maudit pendant plusieurs générations, le chat aurait sûrement passé l’arme à gauche depuis longtemps. On pourrait presque se demander s’il ne met pas un point d’honneur à se faire détester. Les chances qu’on se prenne d’affection pour lui sont de
une sur un milliard. Rapportée à la population terrestre actuelle, cela veut dire que seules sept ou huit personnes sont susceptibles de lui grattouiller le ventre avec affection.
Les rares personnes assez chanceuses pour faire partie des gens qu’il apprécie peuvent néanmoins compter sur sa loyauté. Après tout, n’a-t-il pas tenté de réduire un clan entier à néant pour s’en être pris à sa bien-aimée maîtresse ?
Au titre de ses qualités, il faut lui reconnaître une certaine intelligence, entachée de roublardise et de malveillance, mais une intelligence quand même, et une capacité d’adaptation à toute épreuve que certains qualifierait plutôt d’opportunisme.
Pour le reste, il peut se montrer vindicatif et cruel. Les tourments infligés au clan Shimazu en sont une parfaite illustration.
Super Dossier
ϟ Groupe et raisons : Cartel Rouge.
Ce choix a d’abord été un choix de raison et d’opportunisme. Seto venait tout juste de sortir de son parchemin prison après huit siècles d’enfermement. Les coutumes et la vie avaient beaucoup changés, il avait besoin d’alliés.
Plus récemment, ce choix a évolué. Il est toujours un choix d’opportunisme - Seto sert avant tout ses propres intérêts - mais il a aussi pris un aspect utilitaire. Il compte en effet sur les ressources du Cartel pour pouvoir retrouver le magicien qui l’a enfermé pendant des siècles et lui faire payer son erreur.
Enfin, il veut bien reconnaître qu’on s’amuse bien, au Cartel Rouge. On le laisse faire joujoux avec les gens parfois.


ϟ Pouvoirs et capacités :Bakeneko : Seto est un bakeneko, un chat surnaturel principalement défini par sa capacité à changer de forme. Pour l’heure, il a le loisir de choisir entre sa forme féline, qui était la sienne lors de sa première vie de chat, et une apparence humaine, celle de feu Arinaga, le fils de sa bien-aimé maîtresse.
Il est toutefois obligé de revenir régulièrement à sa forme féline d’origine, ne serait-ce que pour quelques heures.

Kyoutsuugo : On dit que les bakeneko peuvent comprendre et parler toutes les langues des hommes pour mieux les tourmenter. Peu importe la langue employée par son interlocuteur, Seto la comprendra et répondra en utilisant cet idiome. En revanche, ce don des langues a ses limites. S’il peut comprendre toutes les langues possibles et imaginables, le bakeneko est incapable d’identifier la langue utilisée, et surtout, ce don ne concerne que l’oralité. Impossible pour lui de lire ou d’écrire, dans n’importe quelle langue.

Noroi : On dit que les bakeneko peuvent apporter le malheur sur leur victime. Seto peut effectivement faire tomber sur ses ennemis une malédiction temporaire. Pour l’expliquer d’une manière tout à fait moderne, il suffit de penser à la loi de Murphy : tout ce qui peut aller mal se passera mal. Comprendre que tous les feux seront rouges quand vous serez pressés, ou bien que vous marcherez systématiquement dans une déjection canine si l’une d’entre elles devait traîner dans la rue, ou un pigeon choisira justement votre épaule pour y déposer sa déjection juste avant que vous ne vous présentiez à un entretien d’embauche, ou encore, vous verrez partir le bus juste sous votre nez et en prime, il vous éclaboussera avec cette eau de pluie dégoûtante qui stagne dans le caniveau depuis plusieurs jours. C’est sans parler des cafés renversés sur les dossiers importants, des doigts agrafés ou coupés par accident, du téléphone qui tombe dans les toilettes… la liste peut-être très longue.
Cette poisse marche sur tous les humains pour une durée pouvant aller de quelques heures (si vous ne l’avez pas trop énervé) à quelques jours maximum. Les effets et la durée de la malédiction sont grandement atténués sur les personnes disposant d’une protection magique basique, voir s’avérer tout à fait inefficace pour les défenses les plus puissantes. Enfin, cette malédiction ne fonctionne pas sur les êtres non-humains tels que les divinités ou les aliens.

Maboroshi : Si on prend souvent les bakeneko pour des esprits, c’est surtout à cause de ce don de passe-murailles. Seto peut en effet traverser la matière solide en se rendant intangible, aussi bien sous sa forme féline que sous sa forme humaine d’emprunt. Si l’épaisseur des murs n’a pas d’importance, certaines protections magiques peuvent suffire à le cantonner à l’extérieur.
Enfin, s’il peut traverser la matière solide, l’inverse est aussi vrai : comprendre que la matière solide peut lui passer au travers, par exemple dans le cas d’une arme.


ϟ Surnom et costume : Son surnom est neko, littéralement chat en Japonais. En revanche, aucun costume pour lui si ce n’est sa tenue du jour.
Informations Complémentaires
[/i][/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Agent Junior de l'UNISON
avatar

Barrett Anderson

Agent Junior de l'UNISON
Généralités
Linguistic Nerd

ϟ Nombre de Messages : 1471
ϟ Nombre de Messages RP : 251
ϟ Crédits : L.
ϟ Doublons : Atia César - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Josh Hutcherson
ϟ Âge du Personnage : 23 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Analyste linguiste
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 13 Mar - 9:34 Message | (#)

Yo ! Bienvenue pour la troisième fois
Quoique, techniquement, j'étais pas là les deux premières, donc je sais pas trop si... bref.

Au passage, je valide ce qui a été dit dans l'histoire concernant Atia qui sera prête à lui couper les moustaches (voire plus) si jamais ce sale matou arrêtait de se rendre utile XD
Bonne validation et en espérant retrouver ton perso en RP aussi bien avec Barrett qu'Atia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Agent de l'UNISON
avatar

Victoria Neutron-Grey

Agent de l'UNISON
Généralités
℘ Elastic Girl ℘

ϟ Nombre de Messages : 2986
ϟ Nombre de Messages RP : 505
ϟ Crédits : avatar (c) Betelgeuse gif (c) tumblr
ϟ Célébrité : Emma Stone
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Atteinte d'une addiction olympienne ravageuse.
ϟ Métier : Agent de l'UNISON, division d'espionnage
ϟ Liens Rapides : Présentation | Liens | RPs | Téléphone | Journal intime | Exploits | Cartes.

4 roses de Lukaz | 2 roses de Dante | 2 roses de Raphaël | 1 rose d'Alice | 1 rose de Barrett
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Lun 13 Mar - 9:51 Message | (#)

Et moi je suis où?
Je vais lui tirer la queue au vilain chat et pas dans le bon sens
/PAN/

Re-bienvenue avec ce chouette personnage
Bonne chance pour ta validation et à très vite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


They're written down in eternity but you'll never see the price it costs – the scars collected all their lives. When everything's lost, they pick up their hearts and avenge defeat. Before it all starts, they suffer through harm just to touch a dream. (c) legends never die - against the current

Indépendant Neutre
avatar

Dante Visconti

Indépendant Neutre
Généralités
De Principatibus

ϟ Nombre de Messages : 7538
ϟ Nombre de Messages RP : 737
ϟ Crédits : Ed
ϟ Doublons : /
ϟ Célébrité : Francisco Lachowski
ϟ Âge du Personnage : Antédiluvien
ϟ Statut : /
ϟ Métier : Fondateur et patron secret de la Rose des vents ; propriétaire de Fragonard - Parfums et cosmétiques ; propriétaire du Jardin du Dragon
ϟ Liens Rapides :     


    PrésentationRPLiens
    JournalDestinExploits
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 6
ϟ Particularités Physiques:
Lun 13 Mar - 11:05 Message | (#)

Bienvenue parmi nous une fois encore !



Spoiler:
 

Je suis déjà fan', mais tu le sais ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


 

Cartel Rouge
avatar

Seto Shigemitsu

Cartel Rouge
Généralités
Bakeneko
ϟ Nombre de Messages : 186
ϟ Nombre de Messages RP : 98
ϟ Crédits : Coco
ϟ Doublons : Cass Flemming - Raphaël Mercury
ϟ Célébrité : Haruma Miura
ϟ Âge du Personnage : 23
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Informateur/Espion pour le Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 13 Mar - 12:50 Message | (#)

Je ne l'ai effectivement pas reprécisé, mais Atia comme Eden ont accepté de se faire torturer

Casey > C'est pour mieux te rencontrer inRP ma chère

Et je finirais par dire que je suis un chat très mignon

La preuve :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maître du Jeu
avatar

La Maire

Maître du Jeu
Généralités
Madame la Maire

ϟ Nombre de Messages : 9415
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Lun 13 Mar - 19:20 Message | (#)

Bienvenue à toi sur le forum avec ce troisième personnage !

Tout a été vu déjà et en dépit des difficultés, ton personnage est inscrit dans le contexte, les lignes directrices du scénario sont respectées et la touche d'originalité que tu lui apportes a su déjà séduire son auteur. Je laisse à Nicolas le soin de conclure :

... Je ne puis rien nommer, si ce n'est par son nom,
J'appelle un chat un chat, et Setoun fripon.

Tu commences avec un niveau 1, je te l'ajoute à ton profil. Tu pourras le faire augmenter en gagnant des points de réputation, alors n'hésite pas à te lancer immédiatement dans l'aventure. Il s'agit d'un scénario, tu gagnes donc 50 points d'inventaire bonus !

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Ensuite tu pourras débuter le jeu, tu peux regarder si une des demandes de ce sujet t'intéresse, sinon tu peux toujours poster la tienne ou demander directement à un membre. Enfin, si tu en as l'utilité, n'hésite pas à aller faire certaines des demandes disponibles ici. En tous les cas si tu as des questions les administrateurs sont à ta disposition ! Je t'encourage aussi à venir flooder et à passer sur la ChatBox ! C'est comme cela que l'on trouve des liens et des sujets le plus facilement, d'autant que ça permet de faire connaissance avec les autres joueurs. Il y a toujours quelqu'un dessus alors n'hésite pas !

Puisses-tu devenir à Star City une super-nuisance dont le seul nom suscitera l'urticaire de tes ennemis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Seto Shigemitsu - Trois p'tits chats trois p'tits chats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» "Trois p'tits chats, trois vilains petits fripons ~"
» Trois p'tis chats, trois p'tis chats, trois p'tis chats, chats, chats !
» Alex Rodriguez a Trois-Rivières ....
» [ Mission ] Trois p'tis chats, trois p'tis chats, trois p'tis chats, chat, chat... [ Terminé ]
» Un deux trois, trois p'tits chats...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Présentation :: Cartes d'Identité :: Archives des Citoyens :: Cartel Rouge-