AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Jenny Moriarty A.K.A Za'gara [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 14 Fév - 17:40 Message | (#)

Informations Personnelles
ϟ Nom : Moriarty (identité civil), Za’gara (identité d’origine)
ϟ Prénoms : Jenny (Identité civil)
ϟ Sexe : Femelle
ϟ Âge : Géologique
ϟ Date de Naissance : Inconnue (officiellement, le 16 avril 1850)
ϟ Lieu de Naissance : La planète Kirajiia (officiellement, à Venise)
ϟ Nationalité : Kirajiienne (d’origine) et Américaine.
ϟ Orientation : Alienophile
ϟ Métier : PDG de Biogen Inc, Politicienne, lobbyiste
Administration
ϟ Avatar : Scarlett Johansson
ϟ Crédits : Devilish child
ϟ Pseudo : Fikman
ϟ Âge réel : 26 ans
ϟ Parlez-nous de vous : Voilà 10 ans que j’ai découvert le monde du roleplay où j’ai passé pas mal d’années à jouer dans des forums par-ci par-là. Mais en raison de mes études, j’ai du cesser mes activités roleplays pendant un long moment. Depuis deux semaines, les douces voix du roleplay me séduisent et lorsque je suis tombé sur ce forum…. J’ai été séduit. Impossible de résister. Sinon à part ça, je passe mon temps à faire des dessins sur ma tablette numérique quand j’ai du temps à tuer. Un gros mordu de la série Naheulbeulk et de la littérature lovecraftienne (Lovecraft, c’est la vie !). Pour finir, j’aime collectionner des figurines Tyrannides (ma faction préférée).
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? Root top est mon amie
ϟ Que pensez-vous du forum ? Sincèrement il est magnifique. Le design envoie du lourd et le contexte est trés riche. J'ai rarement vue des forum semblable aux votre.
ϟ Quelques conseils à donner ? Non
Historique
Introduction


Za’gara fut mise au monde sur Kirajiia en même temps que son frère, Garrus, par la Matriarch de l’essaim Kirajiien de l’époque : Vypra. Les deux ainées d’une famille nombreuse de cinquante frères et sœurs cadets, chacun ayant entre cinq à dix ans d’écarts sur l’autre. peu de temps après la fin d’une guerre civile qui a failli décimer plus des trois quarts de l’essaim tout entier après des milliards d’années terrien de lutte sauvage et acharnés. Une guerre qui était à deux doigts d’anéantir la race biomorph sans la diplomatie et le génie militaire de feu Vypra qui, de fil en aiguille, aura mis fin à cette guerre sanglante. Devenant par la suite Matriarche de l’essaim. Cette sombre période fut appeler « La grande guerre fratricide » dans l’histoire Kirajiienne.

L’enfance de l’alien n’avait rien à envier d’une fille à papa de la planète terre en matière de confort social. Elle jouait régulièrement auprès de ses frères et sœurs, où elle devait être un modèle de loyauté à suivre pour ses consœurs. En tant que future Matriarche de l’essaim Zerg, sa mère s’est chargé elle-même de lui inculquer les valeurs sacralisées de son peuple, son histoire ainsi qu’aux bases de la politique à l’âge de six années terriennes. Des obligations qu’elle ne pouvait échapper de son plein gré, comme l’aurait été le fils unique d’un monarque de droit divin. Alors elle profitait du peu de temps libre accordé par sa mère en s’amusant avec son gorlak domestiqué, savourant chaque instant de bonheur comme si c’était le dernier afin de se vider entièrement du stress accumulés. Son frère quant à lui, était éduqué par son oncle pour devenir technogénéticien en chef de l’essaim Kirajiien. Cette éducation pour le moins rigoureuse était valable pour tous les enfants issues de toutes les couches sociales. En effet, les enfants Kirajiiens grandissaient beaucoup plus vite que leurs homologues terriens.

A six ans ils atteignaient le stade de l’adolescence et à dix ans celui de l’adulte mature. Leurs capacités raciales s’éveillaient dès l’enfance, mais demeurait à un stade embryonnaire. Jusqu’à ce qu’ils atteignent l’adolescence, où leurs pouvoirs deviennent entièrement fonctionnels. Bref, ce n’était pas le même délire. Ainsi, les pouvoirs raciaux de Za’gara ne tardèrent pas à apparaître à son adolescence, en même temps que ceux de son frère. C’est-à-dire à trois années terriennes correspondant à l’adolescence Kirajiienne, tandis qu’il faut juste le double pour le stade adulte. Mise à part quelques capacités en commun avec sa sœur et le reste de son espèce, ce n’était pas le cas pour le reste du côté de Garrus. S’en suivit un long entrainement épuisant pour Za’gara et Garrus. Surtout pour la première qui était épuisée moralement de toutes ses obligations. Sa mère n’a pas hésité à lui avouer qu’elle faisait tout ça afin de la préparer. Elle, ainsi que ses frères et sœurs, à un nouveau chapitre sombre pour l’essaim Kirajiien qui était assaillie de partout depuis peu par un envahisseur ennemi qui ne voulait qu’une chose : leur anéantissement. Un ennemi qui n’avait pas de forme. Pas de visage.

Cette ennemie, c’était l’unité Grue.

La menace Grue


Âgée de sept année terrienne, Za’gara vivait une période de guerre intense entre l’essaim Kirajiien et l’unité Grue. Cela à démarrer lorsque des sentinelles Kirajiiens ont repérés des éclaireurs grues parmi les habitants d’une colonie lointaine, grâce à leurs odorats hyperdevelloppés. Par des pratiques peu orthodoxes, les sentinelles ont apprises des éclaireurs qu’ils furent envoyer pour récolter le plus d’informations possible sur l’essaim pour mieux préparer l’invasion de leurs colonies, y compris leur monde natale. Durant tout le conflit, Za’gara était en exile à bord d’un bio-vaisseau dernière génération. Et pas n’importe lequel, puisqu’il appartenait à la Matriarche en personne. Confiée entre les mains d’Izsha, une sœur de la Matriarche. Quant aux restes de ses frères et sœurs, tous étaient éparpillés sur les colonies. Za’gara ignoraient ce qui leurs étaient advenue. Elle espérait de tout cœur qu’ils aillent bien. La guerre faisait rage aux quatre coins de la galaxie, tandis que les morts s’accumulaient dans les deux camps. Surtout du côté des Grues qui ne savaient pas à qui ils avaient affaire. Les flottes-ruches Kirajiiens de plusieurs centaines de kilomètres déversaient des nuées de kirajiiens et de créatures-drones sur les flottes ennemies, après avoir annihilés leurs champs de forces par des tirs bio-plasmiques. Des bombes bactériologiques porteuses de virus contagieux et mortelles qui se répandaient un peu partout chez les grues avant de les fauchaient en masses, sauf les Kirajiiens spécialement immunisés. Les pertes fut tellement lourdes et coûteuses en ressource que l’ennemie fut dans l’obligation d’abandonner sa guerre contre l’essaim, ayant vite compris que toutes tentatives de domination sur cette race biomorph semble impossible.

Quoiqu’il en soit, la nouvelle s’est répandue dans toutes les colonies, mettant fin à l’exile de Za’gara qui se trouvait sur Shaku’ra, une exo-planète favorable à la vie, situer à dix mille année lumière de Kirajiia. Plus précisément dans un avant-poste secret tenu par des membres de son clan. Toutes les colonies fêtaient leurs victoires sur les grues dans la joie et la bonne humeur. Za’gara avait surtout hâte de revoir sa famille sur Kirajiia, de raconter tous ce qu’ils avaient vécue de leurs côtés autour d’un repas festive. Malheureusement, cela n’arrivera pas.

Arriver sur terre.


Moins d’une semaine terrienne après la fin de la guerre, le bio-vaisseau était en chemin pour son retour sur Kirajiia, conduit par Izsha. Mais au cours du trajet, le véhicule bio-organique s’est fait prendre dans une embuscade par une escouade de vaisseaux pirates. Izsha à put les semer de justesse en s’engouffrant dans un trou de ver de courte durée, fuyant ainsi une mort certaine. Sauf qu’au même moment, le bio vaisseau fut sérieusement endommager de partout par les tirs lasers ennemies, obligeant la tante de Za’gara à devoir s’arrêter en chemin sur une planète bleu non loin de sa position afin de soigner l’appareil vivant. Plus précisément sur la côte Ouest Américaine situer dans ce qui deviendra la Californie, il y a de cela deux millions d’années.

Amarrer non loin des côtés, Izsha employait tous ce qu’elle savait faire avec ses capacités afin de remettre à neuf le bio aisseau. Hélas, ses organes avaient pris trop de dégâts, sachant qu’il n’était pas conçu pour le combat spatial. Il perdait énormément en fluide vital. Cela commençait très mal pour la tante de Za’gara qui stressait énormément à l’idée de ne plus pouvoir quitter cette planète. Evidemment, l’arrivée des aliens n’est pas passé inaperçue aux yeux d’une équipe d’exploration originaire de la lémurie qui capturais des hominidés afin de s’en servir comme cobayes d’expériences : les Ophidiens. Une race humanoïde d’aspect reptilienne doté d’une avancée technologique incroyable. L’équipe d’exploration Ophidien a pu rejoindre le lieu où se tenait le vaisseau vivant, puis d’avoir leurs premiers contacts avec la race Kirajiienne pour la première fois dans l’histoire.

Une conversation à eu lieu entre le meneur de l’équipe et Izsha qui était doté d’une capacité d’assimilation linguistique permettant de maîtriser la langue natal des Ophidiens par un simple contact physique directe sur le chef du groupe. Le meneur éprouvait une fascination pour les aliens ainsi que leur vaisseau, pour le moins malsaine. C’est sous la menace des armes énergétiques braqués sur les aliens par ses collègues qu’Il obligeait Izsha à lui donner son bio-vaisseau au nom de l’empire Ophidien. Cette dernière parvint à réagir plus vite qu’eux pour tous les tuer avant même qu’ils n’eurent le temps de faire feux, à coups de griffes et d’acides craché. Le tout avec une rapidité et une réactivité surhumaine. Une fois Leurs cadavres orner de lacérations béantes et à moitié rongés par de l’acide corrosive. C’est alors qu’elle redoublait d’effort pour remettre à neuf le vaisseau vivant, mais en vain. Il était en train de rendre l’âme. Comprenant qu’elle ne pouvait plus rien faire, elle récupéra tous ce qu’elle pouvait prendre à l’intérieur du bio vaisseau avant d’activer sa destruction par auto-digestion. Celui-ci se décomposait rapidement et à vue d’œil, alors que les Kirajiiennes s’enfonçait dans les étendues forestières Américaines, afin de s’évaporer dans la nature.

Seul sur Terre.


La notion du temps chez Izsha et Za’gara faisaient que les millénaires s’écoulaient rapidement. Des dizaines, pour ne pas dire des centaines de millénaires où leurs vies se résumaient à survivre, chassé, voyagé sur l’ensemble du continent Américain et fuir les explorateurs Ophidiens qu’elles croisaient sur leurs chemins. Il n’était pas rare non plus qu’elles s’arrêtent dans des campements d’hommes préhistoriques avant de reprendre la route, où elles étaient vénérées comme des déesses en étant sous forme alien. Ce qui n’était pas un souci pour les Kirajiiennes, bien au contraire. Seul Izsha comprenait ce qu’ils disaient, contrairement à Za’gara qui était largué dans les discutions. Bien qu’elles aient vécus une période où les préservateurs foulaient la terre à la recherche d’échantillons génétique, elles n’auront jamais croisé leurs routes.

C’est aux alentours du vingtième millénaire avant JC qu’Izsha meurt suite à un énième affrontement contre un groupe d’explorateur Ophidien. Elle avait peut-être vaincue se groupe, mais l’un d’eux avait utilisé une arme blanche enduit d’un produit anti-régénération. Ce sont donc les blessures qui ont eu raison d’Izcha, laissant Za’gara livré à son propre sort. Ce fut une perte traumatisante pour l’héritière de l’essaim Kirajiien. Fort heureusement, cela faisait longtemps qu’elle pouvait survivre sans aide aux dangers de ce monde préhistorique, en plus de maîtriser ses pouvoirs raciaux à la perfection.

Bon baiser d’Atlantide


C’est dans cette même période, au cours de ses pérégrinations à la recherche d’une civilisation sur cette planète primitive, qu’elle fit la rencontre d’explorateurs terriens au moins aussi avancée que les Ophidiens mais avec l’aspect reptilien en moins sur la côté Est de ce qui deviendra New-York. Il s’agissait d’explorateurs Atlantiens. Cette fois ci elle s’était présentait devant eux sous forme humaine, après avoir assimilé l’essence génétique d’une femme ayant appartenu à une tribu rencontrer il y a des milliers d’années de cela. Malgré l’attitude amicale qu’ils dégageaient, elle restait méfiante à leurs égards. Surtout avec le vécue qu’elle a eu aux travers de son errance sur le continent américain qu’elle avait visité en long en large et en travers. Malgré le fait qu’elle parlait avec sa langue natale, l’un des atlantiens disposait d’un appareil de traduction universelle sur lui afin qu’elle puisse se faire comprendre par les Atlantiens.

Compte tenu de ses traits physique nettement plus fins et délicats que les autochtones du continent Américain, les Atlantiens eurent du mal à croire que Za’gara appartenait à une tribu primitive. En tout cas, les phéromones de l’alien et son histoire de dernière survivante d’une tribu anéantie par les Ophidiens lui permirent d’être admise au sein de la grande cité Atlantienne en tant que citoyenne. Quelle joie se fut pour la Krajiienne de pouvoir enfin côtoyer le monde civilisé après des millions d’années à vivre dans la nature. Ça lui faisait tout drôle de revoir de la technologie, d’autant plus que ce n’était pas évident pour elle de s’habituer au changement, mais elle s’en sortait plutôt bien. A cette époque, l’Atlantide était encore toute jeune. Elle s’intégrait parfaitement à l’ancienne société Atlante, apprenant ses uses et coutumes, tout comme son histoire ainsi que la vie politique de l’époque.

Vue qu’il était fréquents de voir des atlantes doués de pouvoir surhumains, Za’gara s’estimait pouvoir vivre des milliers d’années sur l’Atlantide sans être traiter de monstre. En moins d’un siècle seulement, Za’gara s’était hissé jusqu’aux hautes sphères de la société Altantienne en ayant commencé tout en bas de l’échelle, à partir de rien. Le petit commerce fait de bric et de brac qu’elle avait ouvert quelques mois après son arriver avait fait place au siège d’un petit empire commerciale florissant spécialisé dans le médicale. L’alien vivait dans le luxe et l’opulence absolue. Néanmoins, son objectif de quitter ce monde pour Kirajiia demeurait fort. D’ailleurs, elle possédait une sphère bio-organique en cryptobiose sur elle, qui faisait partie des affaires récupérer sur le bio-vaisseau par Izscha avant son auto-digestion. Cette sphère était en réalité son unique ticket de retour, puisqu’il s’agissait d’un œuf pouvant développer un bio-vaisseau semblable au précédent. C’est ce que sa tante lui avait dit, mais ne lui avait pas dit ce qu’il fallait faire pour annuler la cryptobiose. Za’gara était persuader que faire part de cette info aux scientifiques Atlantes reviendrait à dévoiler sa véritable origine.

Elle avait peur de faire une grave erreur en faisant cela, la retenant ainsi dans son élan. C’était un choix cornélien des plus tortueux qui ne cessait de revenir au moins une fois par siècle, parfois deux, sans jamais se jeter à l’eau par peur de se faire bannir de la cité. Chose qu’elle ne pouvait se permettre. Elle n’osait même pas en parler à personne, sachant que toutes les personnes autour d’elle mourraient de vieillesse. Justifiant ainsi sa décision de ne jamais s’attacher avec des terriens. Cela rendait sa vie affective pour le moins triste, mais préférable.

Nouvelle exil


Au cours de ses dix millénaires à vivre sur l’ancienne Atlantide, Za’gara n’a pas seulement connut la naissance de l’Atlantide, tout comme la guerre multi séculaires entre les Atlantes et l’empire Ophidien, mais également aux prémices de la décadence rongeant la cité depuis sa victoire sur le peuple serpent. Cela ne faisait que justifiait sa volonté de ne jamais se lié d’amitié avec les terriens, sauf si l’un d’eux pouvait traverser le temps. Hors, elle n’en a trouvait aucun depuis qu’elle vivait sur l’Atlantide. C’est dans la même période qu’a eu lieu un Cataclysme apocalyptique qui s’abattit sur le monde. Za’gara ignorait si la cause de ce phénomène était naturelle ou non, quitter son habitation luxueuse avec ses affaires sur elle était tout ce qui lui importait. Surtout ceux qu’elle trimballait depuis son arrivée sur terre, dont la valeur était inestimable à ses yeux. Elle faisait donc partie des survivants ayant quitté l’ancienne Atlantide qui sombrait dans les flots sous leurs yeux pendant que les navires s’éloignaient de l’île-continent.

Za’gara était l’une des rares survivantes à avoir pris le large en solo, à bord d’un navire à voile lui appartenant. Et c’est sur le continent européen qu’elle reprenait son errance, en particulier la Gaule. Reprenant la vie qu’elle avait avant de vivre sur l’ancienne Atlantide. Une transition très difficile pour l’alien. Pour finalement cesser sa vie de nomade au milieu du cinquième millénaire avant JC, chez les égyptiens de la période prédynastique. Ce n’avait aucun souci à se fondre dans la population et de pouvoir gravir les échelons sociaux de l’époque grâce à son expérience acquis sur l’ancienne Atlantide. La mentalité du peuple égyptien était peut-être plus rustre que celle des atlantes qui entravait plus ou moins les activités commerciaux de Za’gara, mais elle le vivait bien. Sa nouvelle vie en Egypte était plus ou moins confortable et ressemblait peu à peu à son ancienne vie sur l’ile-continent d’autrefois à mesure que les millénaires s’écoulaient. Sauf que là, elle devait impérativement changer régulièrement d’identité et d’endroit au moins une fois par siècle pour ne pas éveiller les soupçons d’une population superstitieuse, ayant peur de ce qu’ils ne comprenaient pas. Elle se faisait souvent passer pour la fille d’une riche propriétaire qui était en réalité une seul et même personne, sans que personne ne doute de quoi que ce soit. La longévité médiocre des gens de l’époque ne le permettait pas. Ainsi, elle gagnait toujours plus d’argents et d’influence.

C’est vars la période romaine, en l’an 390 que Za’gara quitte Héliopolis pour la Rome byzantine qu’était Constantinople. Là aussi, elle s’était faite une place bien confortable grâce à sa fortune multimillénaire, réitérant ses bonnes vieilles méthodes de changement d’identité et brouillages de pistes pour une vie plus ou moins tranquille. Surtout durant le règne de Justinien premier du nom. Lorsque la guerre contre les Ottomans étaient à son paroxysme, Za’gara jugeait qu’il était temps d’aller brouter l’herbe ailleurs en allant s’installer cette fois-ci en Italie vers 1430. Dans une Venise en pleine renaissance. En tout cas, pas pour les femmes qui étaient pas mieux lotis qu’auparavant, ce qui n’arrangait pas sa vision de l’humanité qui était déjà froide et cynique à l’époque. C’est à cette époque qu’elle s’est décidé de prendre une identité civile plus commune que son nom d’origine : Jenny Moriarty. Malgré son titre de bourgeoise, ce n’était pas une mince affaire pour Jenny de faire son nid dans ce pays. Elle s’était acheté un luxueux manoir dans un coin tranquille, hors agglomération. Son commerce de produits médicaux quant à lui, était toujours aussi florissant. En effet, elle vendait les meilleurs médicaments de l’époque. Pas au point d’égaler les médicaments modernes, mais presque.

Retour en Amerique


C’est dans les années 1870 que Jenny part vivre à Providence. La raison de ce départ ? La même que pour la grande majorité des personnes de l’époque : fuir le vieux continent pour vivre le rêve américain. Car même si le commerce de Jenny marchait bien, elle voulait gagnait beaucoup plus, mais certaines contraintes étatiques l’en empêchaient. C’est donc pas la voie maritime qu’elle déménagea pour la énième et pour la dernière fois d’un pays pour en rejoindre un autre. Revenir sur le continent Américain lui remémorait des souvenirs nostalgiques qu’elle n’avait pas eus depuis une éternité, mais surtout des souvenirs amers. Comme la mort D’Izsha pour ne citer qu’elle. Comme à Venise, son immense fortune lui permettait de s’offrir un manoir luxueux dans le district Sud de Province. Ainsi que de mettre en place son entreprise pharmaceutique chez l’Oncle Sam qu’elle avait rebaptisé Moriarty’s Compagnie qui, à cette époque, faisait partie du top cinq des entreprises pharmaceutiques les plus puissantes du pays. Dès le début du vingtième siècle, elle venait de conquérir toute la côte Est des Etats-Unis, ainsi qu’une bonne partie du centre. Son siège se tenait au quartier des Finances de la ville, qui s’appelait Star City depuis peu. Son entreprise était au summum de la modernité, possédait des piles entières de brevets renfermant les formules et recettes de ses produits, en plus d’avoir engageait les meilleurs chercheurs scientifiques du monde occidental touchant de près ou de loin au domaine de la vie. Que ce soit dans la biologie, la médecine et la chimie entre autre. Beaucoup d’entre eux étaient originaires d’Autriche et d’Allemagne, car les grandes avancées médicales survenaient majoritairement dans ces pays.

C’est dans les années trente que Jenny apprends l’existence des premiers Supers reconnue officiellement dans la presse journalière par feu Prétorien. Supers qui, au fils du temps, apparaissaient de plus en plus sur la scène médiatique. Devant la recrudescence de supers, Jenny estimait qu’elle n’aurait plus à devoir changer d’identité et d’endroit, puisque les phénomènes surnaturelle devenaient monnaie courante. Comme au temps où elle vivait sur l’ancienne Atlantide. Lors du second conflit mondial Jenny s’en est mis plein les poches, grâce à la vente de ses produits médicaux qui se vendaient comme des petits pains, décuplant ses bénéfices à des niveaux jamais atteint auparavant. L’efficacité de ses produits n’étaient plus a prouvés depuis longtemps. Dès les années cinquante, elle était classé dans le top cinquante des plus grosses fortunes du monde. En plus d’avoir étendue les filiales de son entreprise partout dans le monde, elle avait renommé son entreprise sous le nom de Biogen Inc, histoire d’apporter une touche de modernité. Les avancées de la génétique permirent à Jenny de connaître les origines mutantes d’une très grande majorité de Supers, dans les années cinquante. Elle qui pensait d’abord que les pouvoirs des Supers étaient d’origines mystiques. Depuis cette découverte, Jenny s’était lancé dans la récolte d’essence génétique par le biais de prélèvement sanguin sur des Supers d’origines mutants. De grès ou de force, que ce soit personnellement ou bien par des larbins payés pour cette tâche. L’objectif : enrichir sa banque de donnée personnelle, pour d’éventuels projets obscurs qu’elle nourrissait.

Le début des années soixante est une date particulière, puisque c'est durant l'attaque des morts-vivants dieu Hadès sur la ville que Jenny devient connue médiatiquement sous son identité de Super, qui est également sa forme original, en train de combattre avec férocité les hordes impies aux côtés des autre Supers. En vérité, elle se trouvait juste au mauvais endroit au mauvais moment ce jour là. Elle intervenait uniquement dans le cadre de sa propre survie à elle seule, sauf que les témoins voyaient en elle une héroïne tandis que les Supers une potentiel recrue pour l'Alliance Héroïque. C'est surtout la première fois depuis des lustres qu'elle n'avait pas eu recours à sa forme original en zone publique. Autant dire que son aspect atypique n'a pas laissé indifférent les Héros, les témoins ainsi que les médias. Cela n'a pas empêcher l'un des membres de l'organisation héroïque à lui proposer de se joindre à eux. Offre qu'elle avait déclinée. En vérité, la lutte en super-héros et super-vilains lui passait par-dessus la tête, au même titre que les vigilants. Tant qu’elle pouvait obtenir ce qu’elle voulait, c'est à dire de l’essence génétique d’autrui, elle n’hésitait pas à marchander avec les Supers et individus issus de toutes les factions de l’époque. Généralement sous sa forme alien, qu’elle pouvait enfin prendre en dehors de son domicile, sous le pseudo de Hive. Les décennies s’écoulaient, elle devenait de plus en plus connue des personnes de la haute société grâce aux soirées mondaines VIP, mais également dans le monde politique qu’elle venait d’intégrer en tant que lobbyiste dans les années soixante. Jenny se faisait souvent interviewer par tous les médias de Star City, passant même à des plateaux télés au début des années soixante-dix. Beaucoup lui demandait comment cela se fait qu’elle ne prenait pas de rides, apprenant de l’alien qu’elle possédait une simple longévité surhumaine. Une demi-vérité qui passait crème, sans causer la moindre indignation ou peur au grand public. Evidemment, elle se gardait de leurs révéler ses péripéties et encore moins sur ses origines extraterrestres.

Lors du Terminus durant la dernière décennie du siècle, elle fut contrainte par la force des choses à se battre contre les grues aux côtés des Supers, tuant un bon nombre d'envahisseur du mieux qu'elle put et dans l'unique but de sauver sa peau. Ça lui faisait tout drôle d’assister à une invasion extraterrestre qu’elle n’avait pas assistée depuis l’invasion des grues sur les colonies de l’essaim Kirajiien. Encore plus en revoyant cette race alien durant l’année 2010, oubliant vite l’attaque des Angels du Docteur Otaku survenue l’année précédente comme un fait divers. C'est d’ailleurs l’événement où Jenny s'est impliqué lourdement dans l'élimination de sang froid d'un grand nombre de grues. Pas pour jouer les héroïnes, mais par pur sentiment de rancœur envers eux. Suffisamment impliqué pour connaître une forte médiatisation en tant que Hive pour avoir décimés un grand nombres de grues devant pleins de témoins, au nez et à la barbe des caméras. Bien plus que lors du Terminus. Elle fut vite reconnue comme étant la même personne qui est intervenue aux côtés des Supers de l'Alliance héroïque lors de l'arriver d'Hadès sur terre. C'était pas compliqué pour les médias de faire le rapprochement, ce qui a eu pour effet d'accroître grandement sa réputation au point d'être connue dans toute la ville. Parallèlement cela réveillait son vieux désir de retourner sur sa planète natale, maintenant que l’avancée technologique de ce monde lui donnait les moyens nécessaire pour tenter de cesser la cryptobiose de l’œuf. Elle voulait savoir ce qu’était devenu son monde, si sa race existait encore et bien autre question, sans pour autant quitter la terre définitivement. Pas après tout ce qu’elle avait bâti et vécue sur terre, qui était devenu sa seconde maison. Comme quelqu’un ayant une double nationalité. Elle ne peut pas laisser derrière elle sa multinational qui engrange actuellement des centaines de milliards de dollars chaque années. Entreprise spécialisé dans ce qui touche tous les domaines du vivant, de près comme de loin.

D’ailleurs de nos jours, il n’est pas rare qu’elle organise des conférences dans de grandes universités prestigieuses à travers le pays afin de promouvoir les nouvelles découvertes médicales élaborées par son entreprise, quand elle a du temps à consacré.
Dossier Médical
ϟ Description Physique : Sous sa forme d’origine, on ne peut pas dire que la face de Za’gara respire la confiance par l’aspect prédateur qu’elle dégage, comme si elle allait vous sauter dessus pour vous dévorer tout crue. Non pas par sa peau d’un gris sombre très lisse au toucher, mais plutôt par le côté reptilien de ses yeux ainsi qu’aux aspérités de son visage, au niveau du front ainsi que dans ses excroissances tentaculaires faisant office de cheveux. Sans compter sa paire excroissance de formes sinueuses en guise d’oreilles. A part ça, son visage possède néanmoins des traits humains harmonieux. Que ce soit au niveau de la bouche, du nez et des yeux.

Que ce soit sous forme humaine ou alien avec sa peau gris foncée pourvues d’aspérités reptiliennes sur certaines parties de son corps, Za’gara est une femme à la plastie qui transpire la sensualité sous sa forme la plus pure. Sa corpulence est parfaitement proportionné avec son petit mètre soixante-dix qui lui évite de levée les yeux fréquemment lorsqu’elle converse avec ses interlocuteurs. Son corps possède des formes bien prononcés là où il faut, que ce soit ses hanches, sa poitrine et autres. Elle a tous les atouts pour plaire au sexe opposée et elle le sait mieux que quiconque. Elle n’hésite pas à mettre son charme de femme fatale en portant des robes saillantes et glamour lorsqu’elle est invitée dans des soirées mondaines par des personnes de la haute société. Ainsi que pour obtenir quelque chose des hommes par la séduction. La majeur partie de son temps, elle porte régulièrement un tailleur féminin et d’une jupe tube de même couleur que sa peau de Kirajiienne, compte tenu du fait que son statut de PDG lui donne peu de temps libre

ϟ Particularités : A part sa forme originel qu’elle peut prendre, Za’gara n’a aucun signes particuliers.
ϟ Description Mentale : L’héritière de l’essaim Kirajii possède bien plus de défauts que de qualités, si bien qu’il est difficile de cerner de bons côtés chez elle. Il y a d’abord cette ouverture d’esprit chez Za’gara sur n’importe quel sujet, même ceux qui sont jugés comme tabou et immoraux aux yeux des Terriens qui choquerais plus d’un. Mais pas Za’gara. Ayant grandie dans un monde où la loyauté est une valeur morale sacralisé, il n’est pas dans la nature de l’extraterrestre à remettre sa parole en cause lorsqu’il s’agit de promettre tel chose à ses contacts. Demander lui quelque chose que vous souhaitez obtenir d’elle et vous pouvez être certain à cent pourcent qu’elle vous donnera ce dont vous voulez sans le moindre risque d’entourloupe, d’arnaque ou escroquerie en tout genre. A condition que vous soyez totalement réglo avec elle du début jusqu’à la fin, bien entendue. Elle suit un code de conduite qui est propre à son espèce, et qu’elle impose à ses contacts, de manière à gérer sa vie et ses affaires avec objectivité et sans dommage collatéral. Za’gara, c’est l’inverse des hommes politiques : elle vous promet mounds et merveilles, puis à la fin elle vous apporte toutes les garanties de ses promesses réalisées sur un plateau d’or et de platine, au détail prêt. Bref, ses paroles valent de l’or et c’est une chose que l’on ne peut lui arracher. Mais gare à ceux et celles qui osent la lui faire à l’envers, car ce genre d’affront est difficilement pardonnable pour Za’gara qui n’hésitera pas à faire payer la personne par une sentence pire que la mort.

La confiance c’est comme un contrat : on ne plaisante pas avec ça. Son caractère se traduit souvent par un sentiment de sérénité dans les actions qu’entreprends l’extraterrestre. Un peu trop même. Une fois persuadée de ce qu’elle fait, difficile de la faire douter. Ce n’est pas la première fois qu’elle tombe de très haut lors de surprises inattendue. D’une grande confiance en soi, elle essayera souvent d’avoir l’ascendant durant une conversation, et usera de méthodes psychologiques pour lire sur le langage du corps de ses interlocuteurs. Elle renonce à s’attacher aux autres, pour leur propre sécurité, restant ainsi généralement seul à moins qu’elle ne doive faire autrement. Cependant, lorsque l’on parvient à se placer parmi ses pairs, on dispose d’une personne sur qui on peut compter, un être loyal et protecteur, capable de se montrer d’une grande prévenance comme d’une bienveillante sympathie.

Mais cela s’arrête là, car tous les autres traits de sa personnalité ne sont que des défauts. Quand quelqu’un se met à blesser profondément son amour propre, Za’gara reste une femme pouvant se montrer d’une cruauté et d’un sadisme à faire donner des cauchemars à un fou psychopathe pour le restant de ses jours. Ça lui procure une satisfaction délicieuse, si bien que le meurtre est inexistant en dehors du cadre de la légitime défense. Si ces victimes meurent, c’est uniquement par suicide volontaire. D’ailleurs elle emploie tous les moyens pour qu’ils ne succombent pas à ses tortures, ou même les tentatives de suicide pour échapper à son impitoyable. Vient ensuite son tempérament d’ambitieuse à la recherche constant d’influences et de pouvoirs à s’accaparer. Il lui en faut encore et toujours plus. Sans compter le fait que c’est une personne taciturne, calme et réfléchi, froid et réaliste, elle est impassible et détachée, ayant un fort penchant pour le sarcasme et l’humour noir. Colérique malgré une grande maîtrise d’elle-même, elle peut se montrer violente, pouvant y recourir sans grande difficulté. A ses yeux, la vie humaine a peu de valeur à ses yeux, n’ayant aucun intérêt à ce lié d’amitié avec des êtres qui ne sont que de la poussière qui disparaîtront sous le rouleau compresseur du temps.

Sauf cas exceptionnelle, elle ne lèvera jamais le petit doigt pour aller secourir quelqu’un dans la rue ou dans une ruelle. Non pas qu’elle a peur pour sa vie, c’est juste qu’elle ne veut pas se mêler aux affaires des autres. Seuls les membres de son espèce, ainsi que les personnes capables de traverser le temps et pour qui elle éprouve de la sympathie après maintes collaborations, valent la peine d’être respecté par la Kirajiienne. Quand Za’gara veut quelque chose, elle l’obtient d’une manière ou d’une autre. Mais par amour propre elle n’ira jamais jusqu’à ce rabaisser en réalisant des tâches ingrates et peu gratifiante pour un client. Et encore moins graisser la patte à un potentiel rival qu’elle n’apprécie guère. Cela dit, elle n’hésitera pas une seule seconde à blesser grièvement ses agresseurs si c’est pour se défendre contre un agresseur. Quitte à handicaper partiellement ou totalement sa victime. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elle reculera devant les extrémités pour sauver sa vie. Bien au contraire même. Ce n’est ni la première fois et encore moins la dernière qu’elle souille ses mains du sang de ses ennemies. Za’gara n’a ni l’étoffe d’une héroïne ou d’une vilaine. Seul ses intérêts personnels et projets ambitieux primes chez elle. Cela ne lui pose aucun problème de collaborer avec des partenaires de toutes factions confondues pour obtenir ce qu’elle veut, que ce soit une information, un objet ou autre chose d’important pour Za’gara.

Depuis son arrivée sur terre, Sarah apprécie le théâtre et l’opéra, en plus de disposer d’un sens innée du spectacle qui lui est propre. Mais c’est son gout prononcé pour l’apprentissage qui domine chez l’extraterrestre, souvent accompagné d’un sens de la curiosité pour toutes formes de choses touchant essentiellement au domaine du vivant (médecine, biologie, ingénierie génétique entre autres). Ce qui n’a rien d’étonnant à voir venant de quelqu’un appartenant à une ancienne race extraterrestre connue jadis pour avoir assimilée l’essence génétique de milliards d’êtres de mondes différents. D’ailleurs, Sarah cherche toujours à récolter l’essence génétique d’êtres intéressants, qu’elle soit d’origine terrienne, extraterrestre ou surnaturelle. De gré ou de force. La raison ? Enrichir sa banque de données génétique dans son repaire vivant. On peut dire que Za’gara est une eugéniste convaincue jusqu’à la moelle. Pour ne pas dire une mentalité typiquement Kirajiienne. Depuis que les Supers se sont fait connaître, son intérêt pour les terriens s’est accru considérablement. Voyant en la terre un réservoir inépuisable d’essences génétiques comme nulle autre ailleurs. Pourquoi vouloir se casser la tête à voyager de planète en planète pour récolter de l’essence quand on peut se servir à domicile ? Malgré tout, elle nourrit l’objectif de pouvoir retrouver les derniers représentants de son peuple aux confins de l’univers auprès de ses membres d’équipages, afin de reformer son glorieux essaim Kirajiien.
Super Dossier
ϟ Groupe et raisons : Indépendante bien entendue ! Za’gara déteste par-dessus tout à devoir rendre des comptes à un supérieur hiérarchique quelconque, ou envers une organisation. Elle est son propre chef et elle compte bien le rester ainsi

ϟ Pouvoirs et capacités : Origine extraterrestre : Sarah fait partie d’une race extraterrestre biomorphe appeler les Kirajiiens, originaire d’un monde qui se situe en dehors de la république de Lor : la planète Kirajiia. Les Kirajiien sont une espèce d’humanoïde qui sont pourvue d’une formidable capacité d’adaptation génétique extrême aux environnements hostiles par un pouvoir raciale de nature biomorphe : celui de s’octroyer les caractéristiques génétiques d’espèces vivantes par assimilation biochimique de leurs essences.

- Assimilation de pouvoir : Une fois que l’alien obtient un contact physique avec quelqu’un (le toucher entre autre) doté de pouvoirs surhumains issue d’une mutation (mutants) ou de traits raciaux (extraterrestre ou humains améliorer), il se passe un processus d’absorption biochimique de l’essence génétique d’autrui qui se fait assimiler par celui de Za’gara en quelques minutes. Mais le processus peut se faire instantanément si Za’gara consomme la chair de sa cible. Ainsi, cette dernière s’octroie une version bio-organique du pouvoir de sa cible. Pouvoir qui se veut aléatoire si la personne possède plusieurs pouvoirs. Peu importe que ce soit un pouvoir de nature physique, mental, métamorphique ou autres. Evidemment, l’acquisition du pouvoir n’est que temporaire. Au bout de six heures, l’essence génétique du Super qu’elle a absorbé se dilue totalement. De plus, il lui faut au moins une heure pour pouvoir maitriser parfaitement le pouvoir acquis. Les pouvoirs d’origines magiques ne sont pas affecter, car étant non héréditaire.

- Phéromones : La peau de Za’gara évacue naturellement des phéromones, des substances moléculaires et volatiles capable d’influencer physiologiquement sur les cellules neuronales des êtres vivants qui les respirent. Toute les personnes atteinte par les phéromones ressentent subitement une attraction envers Za’gara qui les empêchent de se concentrer, en plus de diminuer énormement toutes formes d’hostilité et de ressentiment à l’encontre de l’alien. Les hommes sont avant tout les premières victimes à être sensible aux effets des phéromones et qui peuvent devennir fou amoureux d’elle quand ils sont soumis à une forte dose au bout d’un quart d’heure.

- Métamorphie : Depuis qu’elle a consommé la biomasse génétique d’une terrienne il y a des siècles de cela, Za’gara peut camoufler sa nature alien en prenant une apparence humaine de sexe féminin. Une version terrienne d’elle-même en quelque sorte. Bien entendue, le recours à cette métamorphie primaire consomme beaucoup d’énergie. En pleine forme, elle ne peut utiliser sa métamorphie que deux fois. De plus, cela n’altère en rien sa taille, sa corpulence ou son sexe.

- Arrêt du vieillissement : Trait propre à sa race, les cellules de l’alien ne se divise pas contrairement aux terriens, immunisant Za’gara des ravages du temps en bloquant son apparence à celle d’une jeune Kirajiienne adulte à la fleur de l’âge.

ϟ Surnom et costume : Za’gara n’a pas vraiment d’identité de super, étant donnée qu’elle n’agit nullement en tant qu’héroïne ou vilaine. Cependant, lors de certaines activités « particulière » elle est connue sous le sobriquet de Hive. Nulle besoin de costume pour la Kirajiienne qui peut revêtir sa forme originel. La rendant méconnaissable, tant par son physique d’alien que dans sa voix.
Informations Complémentaires
En maîtrise aussi bien l'anglais que sa langue natale. Elle sait parler l'italien, l'egyptien ancien et le latin mais ne sais pas lire et écrire dans ces trois langues.

- Biogen inc est une puissante multinationale touchant principalement le domaine médicale, pharmaceutique, biologique (biochimie, biophysique, biomoléculaire, microbiologie), du génie génétique, de la virologie et celui des biotechnologies. Bref, tous ce qui touche de prêt comme de loin au vivant.

- Za’gara possède un œuf plongée en cryptobiose qu’elle possède depuis son arrivée sur terre, permettant le développement d’un bio-vaisseau. Pour l’heure il ne sert à rien, étant donné qu’elle n’a pas trouvé le moyen de cesser la cryptobiose. Cela reste quand même un objet d’une valeur inestimable.

- Za’gara est souvent présente dans le paysage politique de Star City et plus encore lors de conférence à la Star City University.


Dernière édition par Jenny Moriarty le Mer 15 Fév - 14:38, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Casey Ní Grimm

Cartel Rouge
Généralités
℘ Noctis ℘

ϟ Nombre de Messages : 2905
ϟ Nombre de Messages RP : 477
ϟ Crédits : avatar (c) BABINE gif (c) tumblr
ϟ Doublons : Ando Takashi - Leander Edelwald
ϟ Célébrité : Emma Stone
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Atteinte d'une addiction olympienne ravageuse.
ϟ Métier : Propriétaire & Gérante du « Red Night »
ϟ Liens Rapides : Présentation | Liens | RPs | Téléphone | Journal intime | Exploits | Cartes.


4 roses de Lukaz | 2 roses de Dante | 2 roses de Raphaël | 1 rose d'Alice | 1 rose de Barrett
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Mar 14 Fév - 18:22 Message | (#)

Bienvenue parmi nous Jenny !

J'ai deux choses à dire:
Trop bien, une alien
Et le Donjon, c'est la vie ! Si tu écoutes aussi Reflet d'Acide, tu vas te faire beaucoup d'amis dans le coin

Au plaisir de te croiser en rp, je te souhaite bonne chance pour ta validation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Feel it comin' in the air and the screams from everywhere. I'm addicted to the thrill. Can't be scared when it goes down got a problem, tell me now. Only thing that's on my mind is who's gonna run this town tonight? We gonna run this town. (c) run this town - rihanna, kanye west & jay-z

Agent Junior de l'UNISON
avatar

Barrett Anderson

Agent Junior de l'UNISON
Généralités
Linguistic Nerd

ϟ Nombre de Messages : 1409
ϟ Nombre de Messages RP : 244
ϟ Crédits : L.
ϟ Doublons : Atia César - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Josh Hutcherson
ϟ Âge du Personnage : 23 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Analyste linguiste
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 14 Fév - 18:47 Message | (#)

Scarlett en extra-terrestre, ça me rappelle le film Under the Skin

Anyway, bienvenue et bon courage pour ta validation ! Au passage, Barrett sera plus que ravi de discuter avec Jenny dans sa langue natale !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 5946
ϟ Nombre de Messages RP : 669
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Mar 14 Fév - 22:02 Message | (#)

Bienvenue sur le forum, Jenny

Tu as posté une fiche mais si jamais tu as des questions sur quoi que ce soit, n'hésite pas à les poser !
On s'occupera de toi dès demain, merci de ta patience ! Après trois fiches, je dois avouer que je préfère faire une petite pause

En attendant, n'hésite pas à passer sur la CB ou à flooder, si le cœur t'en dit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

Maître du Jeu
avatar

La Maire

Maître du Jeu
Généralités
Madame la Maire

ϟ Nombre de Messages : 9324
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Mer 15 Fév - 22:34 Message | (#)

Bienvenue à toi sur le forum !

Alors, à la lecture de ta fiche, je vois malheureusement beaucoup de problèmes. Je commencerais par le premier, celui qui est aussi le plus important, à mes yeux, c'est celui de l'arrêt du vieillissement. L'explication donnée n'est malheureusement pas plausible puisque si les cellules ne se divisent pas, il ne serait pas possible de vivre. La division cellulaire est la base de tout et on ne peut pas évoluer sans cette division. Donc à partir du moment où les cellules ne se diviseraient plus, ton personnage mourrait en quelques semaines. En effet, une cellule n'a pas une durée de vie infinie et si rien ne vient la remplacer... Tu vois toi-même les conséquences. Sans oublier que s'il n'y a pas division, il n'y a pas de nouvelles cellules donc il est impossible de se soigner, de cicatriser, etc. Bref, ton explication n'est donc pas jouable !

Cela étant dit, j'ajouterais qu'à mon sens, il n'y a aucune explication jouable qui te permettrait de justifier une vie de plusieurs millions d'années. Ce n'est juste pas crédible, à mon sens. En plus, si on lit ce que tu as écrit, la race de Jenny se reproduit énormément mais en même temps, ils vivent des millions d'années. Comment pourraient-ils gérer la surpopulation ? A moins bien sûr qu'ils ne partent partout dans la galaxie mais ça ne serait pas crédible par rapport à notre contexte.

En parlant de contexte, je trouve que ton historique est un peu tout much. En effet, les Kirajiiens sont visiblement les plus puissants de la galaxie, mieux que n'importe quelle autre race. Il n'y a qu'à voir ce qu'ils font aux Grues... A ce niveau, il y a d'ailleurs deux soucis. Je doute que les Grues étaient déjà là il y a deux millions d'années et surtout, si on utilise des armes bactériologiques, ce ne sont pas des virus mais des bactéries. Bref, de toute façon, tout le conflit est un peu exagéré.

Cette exagération se retrouve ensuite tout au long de la fiche, que ce soit avec le fait que Jenny réussisse tout ce qu'elle entreprend, qu'elle est toujours et de manière systématique la meilleure, etc. Tout cela manque de réalisme et semble avoir pour seul objectif de faire le meilleur personnage qui soit, au détriment de la logique. Historiquement, il y a effectivement beaucoup d'incohérences et d'anachronismes.

Tu parles par exemple de fortune multimillénaire quand Jenny s'installe à Constantinople. Sauf que ça n'a aucune logique, ça. En effet, si elle a vécu en Égypte, elle n'a pas pu faire fortune puisque l'argent tel qu'on le connaît aujourd'hui n'existait pas à ces époques. On ne payait pas avec de la monnaie mais on troquait. En Égypte, notamment, les fonctionnaires étaient payés avec du pain, puisqu'ils ne pouvaient pas eux-mêmes produire la nourriture qu'ils consommaient. Il me semble donc impossible de s'enrichir à ces époques, de la manière dont tu l'entends.

Pour la suite, c'est pareil. Tu mets par exemple ton personnage dans le top des fortunes du monde dans les années 50. Sauf que dans ces années-là, les droits de la femme n'étaient clairement pas ce qu'ils sont aujourd'hui, déjà, et surtout, le monde n'était pas ce qu'il est actuellement. On ne pouvait clairement pas avoir des filiales partout dans le monde ! Je passe aussi sur le fait que ton personnage, à cette époque là, connaissait déjà des choses sur la mutation et autres aspects génétiques alors que la structure de l'ADN n'est découverte qu'en 1953. Ça fait aussi partie de cette exagération que je mentionnais plus haut.

Je ne vais pas détailler tous les autres problèmes, puisque ce sont souvent les mêmes, à savoir une exagération des capacités du personnage, en contradiction avec les mœurs de l'époque, des problèmes d'ordre historique et des incompatibilités avec le contexte.

Au niveau des pouvoirs, je me suis déjà prononcé sur le vieillissement en début de modération. Pour les phéromones, je dois avouer être un peu perplexe à ce sujet. Je ne comprends effectivement pas trop pourquoi ton personnage dégagerait des phéromones affectant les êtres humains. A priori, sa race n'était pas en contact avec les humains donc ce n'est pas très logique, sans compter que de toute façon, les phéromones ne fonctionnent qu'entre les membres d'une même espèce. Donc, les phéromones que dégagerait une mutante humaine fonctionneraient sur les humains mais ceux de Jenny seraient sans effet, puisqu'elle n'est pas humaine. Il y a donc un souci à ce niveau, je pense.

L'assimilation de pouvoir me dérange aussi, puisque c'est un peu un pouvoir surprise. De toute façon, il ne me semble pas logique dans le sens où il n'est pas justifié en RP. Ce que j'entends par là, c'est que ça permet de copier un pouvoir de manière aléatoire... N'est-ce pas dangereux ? Admettons que tu copies un pouvoir de création du feu, sans avoir d'autres pouvoirs en lien. Tu meurs. Tu copies un pouvoir de vitesse. Tu meurs, soit parce que tu ne le maîtrises pas, soit parce que la vitesse a raison de toi. Bref, il n'est pas logique en ce sens là, je trouve. De toute façon, un tel pouvoir ne sera pas accepté parce qu'il te permettrait de faire énormément de choses, ce qui entre en contradiction avec la règle qui veut qu'un pouvoir ait un effet. Il faudra donc en changer.

Je pense donc qu'il faudra malheureusement revoir l'intégralité de la fiche ainsi que le concept du personnage, parce qu'il est un peu trop vaste et ne respecte pas globalement le contexte du forum. Il y a aussi un petit arrière-goût de Mary-Sue qui est, à mon sens, gênant, et il serait donc bien de revoir les choses un peu à la baisse pour tendre vers plus de réalisme et de crédibilité ^^

Je suis conscient que ma modération peut te sembler décourageant mais si tu as des questions sur ce que j'ai dit ou sur tes idées, n'hésite bien entendu pas à les poser, on y répondra au mieux ! Bon courage à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Jenny Moriarty A.K.A Za'gara [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Kali Moriarty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Citoyens-