AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Atia César, the Little Red Bitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Caesar
avatar

Généralités
The Empress

ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 210
ϟ Crédits : Renan
ϟ Doublons : Barrett Anderson - Crystal Somers
ϟ Célébrité : Lena Headey
ϟ Âge du Personnage : 41
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Criminelle
ϟ Liens Rapides : Dossier - Relations - Passeport - Journal - Circus Maximus
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Sam 4 Fév - 0:10 Message | (#)

Informations Personnelles
ϟ Nom : César
ϟ Prénoms : Atia
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Âge : 41 ans
ϟ Date de Naissance : 1976
ϟ Lieu de Naissance : Star City
ϟ Nationalité : Américaine
ϟ Orientation : Hétérosexuelle
ϟ Métier : Criminelle
Administration
ϟ Avatar : Lena Headey
ϟ Crédits : Shiya
ϟ Pseudo : L.
ϟ Âge réel : 28
ϟ Parlez-nous de vous : Y a pas grand-chose à dire. Juste, serait-il possible d'associer ce compte à la même adresse mail que celle de Barrett ? Merci d'avance.
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? Par un vieux forum xmenxtended
ϟ Que pensez-vous du forum ? Il est bien (call me Captain Obvious)
ϟ Quelques conseils à donner ? Prenez la pilule rouge
Historique

Born in a Red World

Être la fille d’Auguste César, c’est quelque chose d’assez difficile à assumer... Mais ça n’était pas toujours le cas. Enfin pas pour Atia pendant ses premières années. Quand sa mère était encore parmi eux… Une époque dont elle ne gardait malheureusement aucun souvenir.

Difficile, pour un spectateur externe, de deviner que ce petit bébé tant adoré par des parents qui, avec elles, étaient limite gâteux, était la fille d’un des plus grands criminels de Star City. Enfin, ce serait sans doute difficile si un tel spectateur arrivait à s’approcher autant. C’est que les César avaient droit à un sacré cordon de gardes du corps, autour d’eux. Malheureusement, aucun ne savait comment empêcher les balles de passer, même en faisant rempart de leur corps. Ainsi, lorsque, pendant une sortie familiale au Star Park, pour un de ces rares moments où ils agissaient comme une famille presque normale, les César furent la cible d’un attentat de la part d'une famille criminelle rivale. Deux motards traversèrent le parc pour aller droit vers eux avant de lever des pistolets mitrailleurs qui crachèrent leurs balles en direction des cibles. Auguste parvint à garder sa fille dans les bras et à se mettre à l’abri. Isabella, sa femme, n’eut pas cette chance. C’est ainsi qu’Atia perdit sa mère, à peine un an après sa naissance…

Raised to Rule

Les sorties au parc devinrent bien plus rares. Auguste laissa une gouvernante s’occuper d’Atia pendant ses premières années. Il se consacra entièrement à sa carrière criminelle et étendit son empire, en prenant un soin tout particulier, vous imaginez bien, à retrouver les responsables de la mort de sa femme et à leur faire payer leur attaque et avec les intérêts. Si bien que du temps du règne d’Auguste, plus personne n’osa s’en prendre à lui ou aux siens lorsqu’il ne menait pas ses « affaires ».

Son implication dans l’éducation de sa fille fut un peu plus indirecte que ce qu’elle aurait pu l'être. En plus de garder sa gouvernante jusqu’à l’âge minimum, Auguste désigna un précepteur à sa fille… ainsi que deux maîtres d’arts martiaux, sous les conseils d'un allié, le Mandarin, qui lui firent suivre un entraînement rigoureux dès lors que son corps fut jugé assez fort pour le supporter. C’est ainsi qu’elle fut initiée à l’art du Kendo mais aussi à la boxe chinoise, des pratiques qu’elle conservera tout au long de sa vie. Son éducation fut donc des plus rigoureuses, aussi bien intellectuellement que physiquement et son père ne manquait pas d’y ajouter son grain de sel quand il le pouvait, en partageant avec elle son savoir, sa manière de percevoir le monde, mais aussi en l’amenant avec elle pour certaines réunions avec d’autres personnalités criminelles, lorsqu’il était assuré de la sûreté de ce genre de rencontres. On pourra remarquer que cette éducation exigeante l’isolait beaucoup du monde extérieur, si bien qu’Auguste décida, après quelques années, de laisser sa fille intégrer un établissement scolaire privé afin de la voir développer ses capacités sociales, mais aussi l’aider à apprendre à connaître les autres… pour mieux les manipuler, les diriger. Atia se fondit relativement bien dans la masse, restant discrète et se limitant à des relations sans attachements. Seuls les membres de sa famille (du sang ou du crime) pouvaient se vanter de recevoir une telle attention de sa part. On n'avait cessé de lui faire comprendre qu'il fallait être méfiant avec ceux qui n'étaient pas « de la famille ». De fait, la petite fille ne fit aucun effort pour se mêler aux moutons. Aussi, ce qui ne l'aida pas beaucoup à s'intégrer, c'étaient les quelques sorties extrascolaires que son père lui autorisait parfois, pour raisons familiales, disait-il à l'administration de l'école. En vérité, c'était pour mieux immerger sa fille dans ses activités criminelles.

Finalement, l’époque où Atia bénéficia d’une vie à peu près normale fut celle de ses onze ans … pendant le Mandon Act qui empêchait indirectement les héros de venir mettre leur nez dans les affaires du César. Un temps qui leur accorda beaucoup plus de libertés et qui leur permit de vivre plus ou moins au grand jour. Mais bien vite, Auguste profita de cette liberté de mouvement pour intensifier ses activités criminelles ainsi que la formation de sa fille unique dans cet univers qui était le leur. C’est à l’âge de 14 ans qu’Atia se vit confier sa première mission tangible pour le Cartel Rouge. Une mission relativement peu importante en elle-même, mais hautement symbolique. Son père vint la voir pendant un de ses entraînements au kendo, accompagné de ses gardes mais aussi d’un prisonnier, un jeune homme lié et bâillonné qui devait une certaine somme d’argent au César et qui traînait un peu trop dans son remboursement. Agacé, le chef du Cartel Rouge avait décidé de faire de lui un exemple… mais aussi de l’utiliser pour faire d’une pierre deux coups. La mission d’Atia fut simple : tuer cet homme. Elle hésita les premières secondes, comme incertaine de ce qu’elle devait faire mais son père ne se répéta pas. Personne ne parlait. Sauf sa future victime qui tentait de s’exprimer malgré ses entraves. Elle finit par le frapper de son sabre d’entraînement en bois, décidée à obéir à son père. L’homme tenait encore debout mais gémissait. L’adolescente se surprit à ressentir une certaine chaleur à l’intérieur de sa poitrine. Elle le frappa à nouveau. Et encore, puis encore… Personne ne vint l’arrêter et personne ne partit tant qu’elle n’avait pas fini. La jeune César ne s’arrêta que bien après les derniers battements de cœur de l’exécuté, lorsqu’elle fut complètement satisfaite par toute la violence qu’elle venait de déchaîner sur un autre être humain. Une violence qu'elle n'avait jamais vraiment manifestée auparavant, principalement générée par l'absence de sa mère, mais aussi par un étrange besoin de s'exprimer. De manière primale, avec du sang.

Ce fut à ce moment qu’Auguste sut, jusque dans ses tripes, que sa fille était faite pour suivre ses traces dans l’empire qu’il était en train d’ériger. Car il vit cet éclat dans le regard d'Atia, cette faim de pouvoir... mais aussi cette rage naturelle qu'elle arrivait pourtant à discipliner le reste du temps. Cette rage qui la portera encore plus haut.

A Life of Blood and Fire

Dès lors, l’implication d’Atia au sein du Cartel Rouge gagna en ampleur, en particulier le jour où, pour ses 16 ans, elle se vit offrir un katana mystique par le Mandarin en personne. Kasai no Burēdo, la lame de feu, deviendrait son outil le plus puissant. Gagnant en force et en expérience, Atia commença à prendre un rôle de plus grande importance, en particulier dans le Circus Maximus, l’organisation qui mettait en place des combats clandestins aussi bien pour accumuler de l’argent que pour recruter de nouveaux muscles pour les opérations les plus intéressantes. Sous la coupe de la jeune César, le Circus se développa jusqu’à s’assimiler d’avantage à un véritable Colisée avec des combats titanesques qui ne manquaient pas de faire parler d’eux, surtout parce qu’ils commençaient à mettre en scène des méta-humains. En plus de cela, Atia prenait bien soin d’asseoir sa réputation de guerrière en participant elle-même régulièrement à des combats. Et à cette époque, rares étaient ses adversaires à en sortir vivant ou encore moins indemnes… De plus, en parallèle à cette petite prise d’indépendance, Atia suivait toujours les enseignements de son père qui consacrait de plus en plus de son temps à guider sa fille. Il lui donna, d’ailleurs, ses premières leçons de tir à l’arme à feu, des leçons que la jeune fille poursuivra d’elle-même et ne manquera pas d’intensifier jusqu’à devenir une tireuse redoutée dans le milieu.

Pendant ce temps, Auguste continuait de développer son empire, s’associant avec des personnages puissants et dangereux mais sans pour autant trouver en eux de véritables menaces… A l’exception faite d’un rival en la personne de Raphaël Oliverti, un trafiquant d’armes discret mais ambitieux. Au point de profiter de la fin du Mandon Act et d’une affaire très sale risquant d’exposer les César pour s’emparer de leur place. Auguste, sa fille et leurs hommes leur restant fidèles durent partir pour éviter de finir en prison ou encore de se faire tuer.

Un exil qu’Atia vécu assez mal même si elle en profita pour approfondir la maîtrise de son katana mystique. Ils voyagèrent beaucoup pour échapper à leurs ennemis mais résidèrent principalement en Italie. Cependant, à toute chose malheur est bon puisqu'ils n’eurent pas à gérer l’attaque du Terminus et les César purent admirer de loin les pertes héroïques engendrées par cette catastrophe, espérant que cela les aiderait éventuellement à revenir en ville. Mais en attendant, ce fut une période difficile et c’est sans doute pour cette raison que sa « garde » baissa et qu’elle s’attacha sentimentalement à un homme rencontré en Italie. Peu après, les affaires commencèrent à reprendre leur cours car Oliverti fit rapidement faillite et les César purent revenir chez eux, à leur place, et reprendre le pouvoir dans le monde criminel. Peu de temps après ce succès, Atia tomba enceinte jusqu’à donner naissance à une petite Livia… et jusqu’à ce que sa romance avec le père de l’enfant prît fin et que la César se retrouvât seule à élever sa fille. Quant au père, eh bien mieux vaut éviter d’interroger Atia sur cet homme. C’est un sujet très sensible qui peut avoir des conséquences définitives pour celui ou celle qui abordera ce thème avec trop d'impudence… Malgré tout, l’empire criminel des César put prospérer à nouveau et leur nom récupéra le respect qui lui était dû.

Family

Ce fut donc à Star City que le règne d’Atia prit son ampleur et ce en même temps qu’elle éleva sa fille, respectant les valeurs que son père lui avait inculquées pendant son enfance à elle. La pédagogie fut également très similaire et Auguste lui-même joua un rôle très actif dans l’enfance de sa petite fille. Peut-être plus que pour sa propre fille, dira-t-on. Mais c’était parce qu’il prenait plus de temps pour cette occupation qui lui tenait à cœur. Car le génie ayant révolutionné le crime à Star City s’éloignait petit à petit de son travail. Non pas parce qu’il était dépassé intellectuellement… mais tout simplement parce qu’il réalisait qu’il avait fait son temps.

Voilà le genre de décision qu’un homme comme lui ne prend pas à la légère, mais en voyant le monde évoluer, Auguste finit par se dire qu’il n’avait plus l'endurance pour faire face aux changements qui s’opéraient. L’événement qui a dû achever de l’en convaincre fut le retour des Katanarchistes à Star City. Le fondateur du Cartel Rouge prit sa retraite et laissa sa fille le remplacer à la tête de l’organisation, soutenue par des alliés de longue date tels que le Mandarin.

Atia eut rapidement beaucoup de travail devant elle, notamment en gérant l’apparition de nouvelles personnalités criminelles qu’il fallait prendre en compte. Dans le même temps, elle concentra beaucoup de ses efforts sur le Circus pour lequel elle trouva un nouveau local. Car il fallait quelque chose d’assez grand et majestueux pour abriter les combats spectaculaires qu'elle voulait donner. C’est que le monde ne cessait de révéler des êtres de plus en plus puissants et la multiplication des méta-humains offrait un joli panel de possibilités. Mais tout ne se soldait pas par un franc succès, le plan du Bug du Millénaire, par exemple, qui se conclut sur un terrible échec. Un échec d’autant plus cuisant qu’il survint l’année où Auguste quitta se monde.

La perte de son père ne manqua pas d’affecter Atia.

War in a Star

Pour gérer son deuil, quoi de mieux que de plonger dans le travail ? Pour Atia, cela se résuma à une obsession : régler le compte des « super héros » coûte que coûte. Pour cela, elle se tint prête à tout… enfin pas exactement tout. Souhaitant inciter de puissants criminels à venir renforcer les rangs du Cartel, elle envisagea d’intégrer le Géant Vert, en particulier en apprenant qu’il réussît à s’évader de prison en 2000. Son idée fut temporairement sabotée par… un retour à la case prison pour le terroriste. Heureusement qu’elle avait d’autres projets encore plus important pour oublier cette déception.

Comme organiser l’attaque de la Tour de la Paix en 2001. Ça c’était une opération audacieuse, digne de la guerrière et de la stratège qu’elle était. Un beau succès le temps des premières heures… avant de muer en fiasco. Ses hommes et elle avaient beau avoir réussi à percer leurs sécurités, les Légionnaires parvinrent à riposter. Ou plutôt certains Légionnaires, pour être plus précis. Atia n’oubliera pas cette défaite… mais elle n’oubliera pas non plus ce petit goût de victoire qu’elle avait entraperçu avant que les choses aient mal tourné. Car elle avait également participé à l’opération en personne. Afin de mieux guider ses hommes, mais aussi afin de refermer en personne la main sur une réussite qu’elle avait prévue assurée. A ce jour, ce doit sans doute être son plus cuisant échec. Mais elle ne regrette en rien ce qu’elle a fait. Le désespoir qu’elle et ses hommes avaient généré chez ces braves petits héros aurait valu encore plus de pertes… Ce jour là, ces clowns en capes et en collants avaient certainement appris que le Cartel Rouge n’était pas un ennemi à prendre à la légère.

Mais un échec restait un échec. D'autres suivirent. Sa déception par rapport au Géant Vert lui revint, quelques années après, lorsqu’il s’échappa de nouveau de prison. Un exploit qui méritait d’être salué et respecté… et qu’Atia aurait volontiers gravé dans le marbre si les actions suivantes du Super criminel n’avaient pas été aussi… problématiques. Changer la ville, SA ville, en une jungle hippie… mais quelle idée ! Non, décidément, une association avec cet individu ne serait pas une bonne idée. Le chaos végétal qu’il prônait ne correspondait pas du tout à ce que la César avait prévu. Pas grave, elle avait d’autres cartes dans sa manche… comme poursuivre les recherches entamées par le projet Constellation jusqu’à ce que les scientifiques de rue qui bossaient pour elle lui pondent une petite merveille : la Meta-X. Une drogue hautement instable mais ô combien riche en potentiel. Un outil précieux pour le développement de l’empire d’Atia.

Seulement voilà, elle n’était pas la seule à évoluer. Le monde aussi connut de gros changements. Par exemple avec l’arrivée d’un nouveau « joueur » en ville, le Docteur Otaku et ses gadgets. Si on ne pouvait pas vraiment lui accorder des points de discrétion, le personnage ne manquait pas de panache et de talent. Cependant, Atia n’eut pas trop le temps d’y penser car l’année suivante, un événement majeur leur tomba dessus : l’invasion Grue.

Et ces extra-terrestres n’étaient pas plus tendres avec les criminels qu’avec les autres. Le Cartel Rouge aussi dut gérer la situation du mieux qu’il pût… Mais sans faire copain-copain avec les autres encapés… ou encore ces pantins qui portaient sur eux un sigle dégoulinant de mièvrerie, l’UNISON. Non, il fallait seulement protéger le territoire du Cartel. Et ils y parvinrent… même si un assaut plus prolongé encore leur aurait très certainement été douloureux. Heureusement (dira-t-on), le petit prodigue NG fit le ménage pour tout le monde. Un bien pour un mal car en faisant cela, Chase Neutron-Grey avait, sans le savoir, déclenché une paranoïa anti mentaliste chez la César. Une chance quelle ait reçu un coup de main dans ce registre… Mais pour conclure sur cette invasion, il faut savoir que le Cartel tenta tout de même de faire jouer les choses en sa faveur en récoltant, autant que possible, les technologies aliens. Et plus encore pour les plus férus de xénobiologie.

New players have to learn the rules

Toutefois, l’espace avait encore des surprises à offrir. Le crash d’un vaisseau au large de Star City suffit à attiser la curiosité de tout le Cartel Rouge, générant une certaine avidité qui mena à une petite expédition sous-marine. Et pour l’occasion, un nouveau groupe vint s’associer à eux, une organisation secrète qui présentait leurs intérêts comme étant communs. Cette quête ne leur permit pas de récupérer le contrôle de l’épave mais ils réussirent à s’emparer d’un joli petit butin.

Le temps amènera le Cartel à s’allier une deuxième fois à cette mystérieuse organisation car une nouvelle menace se présenta à eux : des ennemis quasiment invisibles venaient leur créer des problèmes. Un Trident Noir se mettait dans leurs pattes, tuant certains de leurs hommes et s’emparant de plusieurs de leurs biens. Cela ne pouvait durer. Une réunion fut organisée pour que les principales « victimes » échangent sur la situation et prennent les décisions adaptées. A cette occasion, Atia rencontra un homme se faisant appeler Tesla, membre de cette organisation secrète qui semblait partager avec le Cartel l’attention du Trident Noir. La réunion permit de révéler l’identité d’un traître au sein du Cartel, plus exactement au sein du Circus. Un coup dur pour la César qui vit son honneur tâché par cet affront. Et pour clore cette désastreuse réunion, ils furent attaqués par ce même Trident Noir qui leur cherchait tant des poux.

La guerre était déclarée.

Cependant, Atia devait faire du ménage chez elle. Il n’était plus question de laisser le Circus devenir une porte d’entrée pour ses ennemis. D’autant plus que la production de Meta-X se vit perturbée par les interventions répétées de l’UNISON. Préoccupée par ces problèmes qui la rendirent presque paranoïaque, la dirigeante du Cartel laissa volontiers le Mandarin gérer leur revanche sur le Trident. Bien sûr, elle porta son attention sur l’évolution de cette affaire en mettant les membres du Cartel sur le coup. Mais elle-même, personnellement, ne s’y impliqua pas de manière directe. Ainsi, elle ne participa pas elle-même à l’assaut sur les entrepôts de Elm Street en 2014. Ce qui ne l’empêcha pas de savourer cette victoire sur leur ennemi.

Atia comprenait à présent que les choses étaient différentes à Star City. Que de nouveaux joueurs redoutables faisaient leur entrée et qu’il fallait à tout prix s’adapter au changement. L’approche des élections municipales ne fit que souligner cette évidence.

Hurt and…

Toutefois, un incident empêcha la dirigeante du Cartel de s’employer à renforcer son empire. L’impensable arriva : quelqu’un parvint à s’introduire chez elle et à la blesser.

Cette attaque directe ne manqua pas de surprendre les César ainsi que leurs hommes de main personnels. Elle se déroula au cours d’une nuit en avril 2016, alors qu’Atia était seule dans ses quartiers. A vrai dire, elle ne garda que très peu de souvenirs de cette attaque, c’était dire à quel point son état fut grave. Tout ce qu’elle pouvait savoir, c’était qu’un combat de titans avait eu lieu et que plusieurs de ses employés avaient étés tués dans l’affrontement. Une chance que Livia ait été absente ce soir là, qui sait ce qui lui serait arrivé… Toujours était-il qu’Atia se retrouva hospitalisée et sans se rappeler de cette altercation. C’était une humiliation sans précédent. Sa fierté de guerrière était touchée et véritablement brisée, tout comme son corps qui, à ce jour, n’est pas encore remit de cet assaut. Elle avait dû se déplacer en fauteuil roulant pendant des mois et aujourd’hui encore, elle éprouve beaucoup de difficultés à se déplacer sans une canne de soutien. Mais il fallait à tout prix préserver les apparences. Ce n’était pas un état dans lequel la criminelle pouvait se montrer. Atia diminua donc ses apparitions au Circus et au Cartel au strict minimum, déployant tout un panel de subterfuges pour dissimuler son handicap.

Ainsi, aujourd’hui, son objectif principal est de recouvrer ses forces et panser ses blessures. Trouver l’auteur de cette attaque est également une priorité, sans même parler de la vengeance que la César lui réservera alors… Mais malgré tout cela, il faut également conserver son autorité au sein du Cartel Rouge. La fille d’Auguste César se voit sans doute là confrontée à son plus grand défi. Heureusement, Atia n’est pas une femme à reculer devant la difficulté.

Dossier Médical
ϟ Corpulence : Un mètre soixante-dix de charisme et de puissance. Atia César est une femme athlétique, ayant pratiqué d’intenses activités physiques depuis son plus jeune âge. Elle a le corps d’une guerrière et cela se voit sans sa démarche et son maintien. Mais malgré ces habitudes spartiates, Atia conserve une silhouette féminine capable de grâce, une alimentation parfaitement contrôlée (au point de frôler la maniaquerie) y joue un grand rôle mais c’est surtout le calme et la sérénité qui semble se dégager d’elle qui en est la source. Cependant, cette aura n’est pas sans afficher une menace sous-jacente. On pourra alors facilement comparer Atia à une lionne car sa férocité peut être tout aussi terrible. Une comparaison qui peut s’appliquer également à sa démarche et ses mouvements. Pour ce qui est de l’emballage de cette enveloppe charnelle, la criminelle ne fait pas vraiment dans le détail. S’il lui arrive de se faire coquette, cela reste rare et elle préfère généralement porter des vêtements assez près du corps. Le pratique l’emporte souvent sur l’esthétique mais lorsque la criminelle opte pour cette dernière approche, elle fait en sorte que l’ensemble en impose, sans non plus tomber dans l’extravagance.
ϟ Visage : Même lorsqu’il affiche un calme serein, parfois imposé plus que sincère, le visage d’Atia exprime une certaine dureté qui ne vient pas forcément de sa forme et de ses caractéristiques, à part peut-être au niveau d’une mâchoire qui tend à se serrer de manière assez masculine. Sa dureté s’exprime aussi à travers son regard dur et froid, émis par des yeux bien calés dans leurs orbites. Malgré tout cela, objectivement, Atia n’a pas un visage désagréable et lorsqu’elle fait l’effort rarissime de se pomponner, elle peut le rendre véritablement captivant et séduisant. Mais là n’est pas son objectif principal. Ainsi, le plus souvent, elle ne fait rien pour modérer son expression naturellement stricte et surtout fière. Ce manque de volonté se traduit également par ses coiffures, souvent plus pratiques qu’esthétiques et s’il lui arrive de se laisser pousser les cheveux jusqu’aux épaules, elle n’hésite pas à les couper courts quand l’envie lui prend.
ϟ Particularités : Atia a plusieurs tatouages sur les bras et sur le dos. De jolis ornements presque gracieux qui camouflent bien le caractère de guerrier bestial que la criminelle peut facilement adopter. Il faut aussi savoir que depuis qu’elle a été attaquée, Atia a vu sa mobilité physique longuement réduite et son corps porte encore les séquelles de cette tentative de meurtre, même si elle fait de son mieux pour les dissimuler. Mais c'est surtout au niveau du visage que les séquelles dues à cet incident sont visibles. Atia a en effet gagné plusieurs cicatrices sur son visage. Les médecins pourraient pourtant les faire facilement disparaître avec une petite opération mais la César a décidé de les garder jusqu'à ce qu'elle se soit vengée. Au sein du Cartel, les rumeurs vont bon train concernant l'origine de ces blessures.
ϟ Qualités et défauts : Certains diront qu’Atia est une femme fière, fière de ses accomplissements, de son empire et de sa famille, qu’elle est stricte afin d’obtenir le meilleur de ceux qui l’entourent, qu’elle est déterminée mais qu’elle ne laisse pas cette détermination émousser son intelligence, ils diront aussi que c’est une stratège adepte des manipulations et des négociations et le fait qu’elle soit restée la dirigeante du Circus et du Cartel après toutes ces années le prouve bien. D’autres, plus rares, vous diront que l’amour d’Atia pour sa famille est une de ses plus grandes qualités. Quant aux mauvaises langues, elles raconteront à qui voudra l’entendre que c’est une femme trop ambitieuse, froide, manipulatrice, intransigeante et qu’elle n’est en réalité qu’un animal sauvage doué d’une violence rare à peine maîtrisée. En gros, ceux-là voudrons vous faire croire qu’elle est la reine des garces. Question d’opinion…
ϟ Goûts et dégoûts : Comment s’attirer les faveurs de la César ? Être respectueux et talentueux, loyal, également, très importante la loyauté. Être rigoureux dans son travail est également un plus, ainsi qu’une nécessité de survie, dans bien des cas. Le pouvoir, c’est ce qu’elle recherche par-dessus tout, en l’aidant à en obtenir, vous entrerez très facilement dans ses bonnes grâces. Autrement, elle a un petit penchant pour les objets anciens ayant une valeur symbolique, en particulier d’origine italienne et japonaise, deux cultures qui la passionnent, elle aime également les chocolats (noirs) de luxe et son fruit préféré et la framboise, mais ne venez pas avec ce genre d’attentions pour une première rencontre, elle pourrait trouver cela déplacer et vous arracher la langue. Pour ce qui est des petites astuces pour figurer en tête de sa liste noire, c’est très simple, Atia méprise la faiblesse mais surtout la lâcheté alors un tel combo, c’est la balle dans la tête, direct. La trahison est également quelque chose qu’elle ne pardonnera pas et elle a la rancœur tenace même si elle sera capable de patienter jusqu’à obtenir justice. Son mépris pour les lois et toutes les limites qu’elles représentent se cristallise du côté de ces super héros qui ne font que la nuire, évitez donc les collants flashy si ce n’est pas carnaval, sinon elle risquerait de réclamer votre tête. Au niveau des loisirs, sa vie ne lui permet d’avoir que peu de passe-temps mais dès qu’elle a un moment à elle, Atia aime bien gribouiller et dessiner. Avec les années, ses talents artistiques se sont assez bien développés, ses tatouages présentent d’ailleurs un reflet de ses capacités. Un autre hobby serait la lecture, particulièrement des classiques du début du XXème siècle mais encore une fois, son emploi du temps chargé la tient éloignée de ces petits plaisirs. Enfin, on peut également ajouter qu’Atia ne chante pas. Ou plus exactement, la dernière fois qu’elle a chanté dans sa vie, c’était pour bercer sa fille. Il y a très longtemps. Elle trouve cette pratique trop intime et n’aime pas vraiment qu’on chante en sa présence. Caprices d’impératrice du crime.
ϟ Rêves et peurs :Atia aspire à régner sur « sa » ville à sa façon. Dans l’ombre, sans que monsieur et madame tout le monde la reconnaisse. Crainte par la police comme de toutes les personnes dites « importantes » qui ne seraient en fait qu’à sa botte. Et surtout, elle rêve d’un monde sans héros, ou encore, à la limite, si les héros en questions partageaient les mêmes valeurs et objectifs qu’elle. Mais ce serait plus simple de tous les tuer… Quant à ses peurs, il y en a peu qu’elle ose avoir. Son père a tout mis en œuvre pour déraciner la majorité de ses craintes et réduire ainsi ce qu’il considérait comme étant une faiblesse de la race humaine. Mais il en reste encore quelques unes, celle d’être abandonnée, de ne plus inspirer de respect ou de crainte chez qui que ce soit, ou pire encore, qu’elle perde sa fille.
ϟ Quelle vision votre personnage a-t-il des autres ? Des animaux plus ou moins civilisés dont les bas instincts pouvant être utilisés à bon escient. On peut soit les manipuler avec de la subtilité, des politesses et autres artifices, soit les dresser par la force, le fouet, le bâton et tous les instruments que vous voulez. Enfin, il y a ceux qu’il faut tout simplement détruire. Rares sont les autres qui peuvent se vanter d’entrer dans la dernière catégorie, celle des êtres aimés qu’Atia défendrait bec et ongles… mais qui subiraient aussi son plus grand courroux s’ils venaient à la blesser.

De manière générale, Atia est capable de placer une confiance modérée sur ses associés les plus méritants. Encore qu'elle sera toujours un minimum méfiante et prête à prendre des mesures en cas de conflits d'intérêts. Et si elle peut afficher une chaleur humaine fictive mais convaincante pour les alliés qui le méritaient et qui nécessitaient une telle approche, elle peut aussi adopter des méthodes moins civilisées pour mener ses affaires. Tout dépend de la nature de l'affaire en question et de la personnalité et de l'importance des personnes qui y sont mêlées. Ainsi, elle ne se conduira peut-être pas de la même façon avec le Mandarin et avec un simple homme de main.

ϟ Où se placerait-il dans l’échelle qui va du Super-Vilain au Super-Héros ? Elle se placerait là où elle collerait une balle à celui ou à celle qui oserait l’insulter en la comparant à un de ces abrutis finis en collants. En vérité, elle serait un poil plus mesurée. Mais juste un poil. Atia n’est pas complètement démoniaque, après tout, c’est une femme de pouvoir qui cherche à installer et renforcer son empire, pas à détruire le monde. Aussi, si elle devait se placer du côté des *attendez, elle va vomir et elle revient* gentils pour servir ses intérêts… mais seulement pour cela et seulement si la situation venait à l'exiger. Pas question de changer le Cartel Rouge en Green Peace. Et un de ses buts premiers reste tout de même de mettre hors d'état de nuire ces imbéciles de héros, par n'importe quel moyen. Y a un échelon particulier qui peut correspondre à cette description sur cette échelle ?

ϟ Est-il prêt à tout pour arriver à ses fins ? Oui. Ou presque… Mais ne croyez pas qu’elle vous dévoilera ses limites comme ça, sans un dîner, une contribution financière, une montagne de containers pleins d’armes… Ah c’est pour le profil psychologique… ah bon… Eh bien, sachez juste que sa plus grande faiblesse est aussi une de ses plus grandes fiertés ; celle qu’elle a mise au monde. Ainsi, Atia ne fera jamais rien qui pourrait nuire à sa fille d'une quelconque manière… sauf si c’est pour son bien et pour celui de leur famille.

ϟ Serait-il prêt à blesser ou tuer pour gagner un combat ? Afin de montrer tout son sérieux, elle est effectivement capable d’aller jusque là. Mais ce ne sera pas une décision prise à la légère car elle s’assurera d’abord que cette personne lui soit plus utile morte que vivante mais surtout que sa mort ne l’encombre pas de conséquences néfastes. Mais blesser, oui, assurément et sans la moindre hésitation. Après tout, ce n'est pas un monde de bisounours.

ϟ Pourra-t-il user de violence pour se sortir d'une situation de crise ? Absolument. La violence est une manière de faire qui montre d’emblée à quel point on est sérieux. Dans le monde du crime, c’est une bonne façon d’imposer le respect et de montrer qu’on doit être pris un minimum au sérieux. Cependant, c’est un outil à utiliser avec précaution, en tout cas sans abus. C’est une chose d’être perçue comme une femme dangereuse et mortelle, c’en est une autre d’être vue comme une folle furieuse assoiffée de sang. Tout est une question de dosage mais aussi de timing. Comme en cuisine.

Super Dossier
ϟ Groupe et raisons : Cartel Rouge, elle en est devenue la dirigeante juste après son père qui lui a confié cet héritage familial. C’est pour respecter la volonté de son père mais aussi par ambition personnelle qu’elle reste sur le trône. Atia est également la dirigeante du Circus Maximus, un autre héritage de sa famille auquel elle prodigue ses bons soins, animée par son goût pour la violence et plus précisément, les rixes.

ϟ Pouvoirs et capacités :
Katana de feu « Kasai no Burēdo» : Il s’agit d’un katana mystique aux origines mystérieuses que le Mandarin aurait confié à la famille des César. D’après ses sources, seule une puissante lignée pourrait percer les secrets de cette arme et user de ses pouvoirs. Aujourd’hui encore, si elle en maîtrise le maniement martial, Atia est loin d’avoir découvert tous les secrets de cette lame mystique. Elle est simplement capable d’embraser le katana d’un feu ardent en prononçant un mantra japonais dont la traduction est « Réduis le monde en cendres ». Aussi, elle a appris à fusionner avec son arme. Son propre corps est ainsi le fourreau du katana et elle peut l’y ranger et l'en sortir à volonté. La poignée de Kasai no Burēdo ressort alors, le plus souvent, d’une de ses épaules par sa simple volonté, n’attendant plus que la main de sa maîtresse pour être dégainée. Il est à noter que, de mémoire de César, elle est la seule à pouvoir invoquer les pouvoirs de cette arme mystique, seul un autre César, lié par le sang, pourrait éventuellement y parvenir, sans pour autant les maîtriser au même niveau qu’elle.

Maîtrise du kendo : C’est un art qu’elle a pratiqué depuis son enfance, son père a insisté pour qu’elle s’y adonne avec le plus grand sérieux. Si bien qu’elle est devenue une experte dans son domaine, capable d’affronter ses adversaires avec force et précision, de telle sorte qu’elle pourrait sans doute rivaliser avec le Katana Écarlate. Le style d’Atia lui permet de varier facilement entre les mouvements fluides et gracieux, presque relaxants, et les enchaînements furieux dignes de l’acharnement d’un fauve. (Remarque : l'état physique présent d'Atia réduit sensiblement ses performances dans cette discipline, mais elle reste assez redoutable pour se défendre farouchement... sur de courtes périodes en tout cas. Mais c'est une limitation temporaire)

Maîtrise des armes à feu (pistolets) : Là aussi, papa César a pourvu à cette discipline. Difficile de survivre dans la mafia sans maîtriser un minimum l’art de la gâchette. Autant dire qu’Auguste ne lâcha pas sa fille tant qu’elle ne fût pas capable de placer une balle entre les yeux d’une cible sur un minimum de vingt mètres de distance. Cet entraînement l’a rendue familière avec plusieurs types d’armes mais ce sont les pistolets qu’elle maîtrise le mieux aujourd’hui et avec lesquels elle est plus que capable de faire un sacré ménage dans une pièce.

Protection mentale (tatouage mystique) : Encore un cadeau du Mandarin qui lui offrit une séance gratuite chez un tatoueur de sa connaissance. Mais ces tatouages ne sont pas ordinaires car ils dotent leur hôte de puissantes protections. Celle d’Atia préserve son esprit des indiscrétions des mentalistes, ces derniers sont incapables de manipuler son esprit et auront beaucoup de difficultés à déchiffrer ses pensées (mais les meilleurs y parviendront malgré tout). C’est là un atout de la plus haute importance pour la dirigeante du Cartel qui tient à se préserver un maximum dans un monde où les mentalistes sont trop nombreux à son goût. Cependant, cette protection se limite à ces champs d’action et ne préservent aucunement son esprit aux autres attaques d’origines psychique (illusions, chocs mentaux…). Lorsque quelqu'un tente d'entrer dans sa tête et active ses protections, Atia peut voir ses tatouage luire sur sa peau, lui signalant ainsi que quelqu'un met son vilain nez là où il ne faut pas.


ϟ Surnom et costume : The Empress, mais c’est là un surnom qu’on lui donne dans son dos et elle ne se désigne pas elle-même de cette façon, même si elle considère son travail criminel comme un Empire. Le fait qu’il soit respectueux en dit long sur son image dans le monde du crime.

Pour le costume, elle n’en n’a pas un qui lui est propre. Elle possède plusieurs tenues de combat mais également des tenues dites de « business », plus souvent pratiques qu'élégantes, qu’elle porte pour les réunions et autres rencontres importantes. Mais même si on la voit dans une robe de soirée (ce qui est très rare), il faut savoir qu’elle est toujours prête à se battre et que ce ne sont pas quelques étoffes qui risqueraient de bloquer ses mouvements. Enfin, lorsqu'elle doit dissimuler son visage, Atia porte un masque blanc qui recouvre son intégralité sans cacher ses cheveux. Même ses yeux sont préservés des regards indiscrets elle arrive quand même à voir de son côté, merci aux bricoleurs du Cartel Rouge. (Pour vous donner une idée, le masque ressemble à ceux des femmes chevaliers du zodiaque, première génération)
Spoiler:
 
Informations Complémentaires
J’ai relativement peu détaillé les circonstances de la naissance de Livia, la situation de son éducation ou même de son père afin de laisser à un/e potentiel/le futur/e joueur/se la possibilité de discuter de ces éléments avec moi. Mais si vous jugez que je dois être plus complet sur une ou plusieurs de ces parties, je peux tout à fait ajouter quelques informations.

A noter également qu'Atia maîtrise également les rudiments des arts-martiaux chinois mais son état de santé actuel l'empêche d'user de ces talents de manière assez efficace pour être qualifiée de Capacité spéciale.

Elle parle couramment l'anglais et l'italien et dispose de notions solides en mandarin et en japonais.


Dernière édition par Atia César le Lun 24 Avr - 17:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 4 Fév - 0:32 Message | (#)

(Re)bienvenue !

Juste bon retour des choses après le magnifique accueil que tu m'as accordé. Et puis, comment ne pas saluer une riche et puissante baronne du crime ? Moi qui ne suis qu'un célèbre tueur à gages à louer !
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 6001
ϟ Nombre de Messages RP : 676
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Sam 4 Fév - 11:30 Message | (#)

Ah, ben voilà un personnage avec lequel je ne t'attendais pas

Malgré tout, très bon choix !
Je me suis occupé de changer ton adresse mail et pour le reste, bah, à priori, tu connais déjà tout XD

On s'occupera de toi au plus vite ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

Agent de l'UNISON
avatar

Victoria Neutron-Grey

Agent de l'UNISON
Généralités
℘ Elastic Girl ℘

ϟ Nombre de Messages : 2985
ϟ Nombre de Messages RP : 505
ϟ Crédits : avatar (c) Betelgeuse gif (c) tumblr
ϟ Célébrité : Emma Stone
ϟ Âge du Personnage : 27 ans
ϟ Statut : Atteinte d'une addiction olympienne ravageuse.
ϟ Métier : Agent de l'UNISON, division d'espionnage
ϟ Liens Rapides : Présentation | Liens | RPs | Téléphone | Journal intime | Exploits | Cartes.

4 roses de Lukaz | 2 roses de Dante | 2 roses de Raphaël | 1 rose d'Alice | 1 rose de Barrett
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 4
ϟ Particularités Physiques:
Sam 4 Fév - 19:55 Message | (#)

OH MY GOD !
Voilà ce que je me suis dis quand je t'ai vu débarquer avec Atia César ! Un personnage que j'adore comme tu le sais
Il va falloir qu'on discute par mp de certains détails, notamment concernant Otaku et ses liens avec le Circus ^^

Bonne chance pour ta validation (même si je ne doute pas un instant que ça se passera à merveilles) et au plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


They're written down in eternity but you'll never see the price it costs – the scars collected all their lives. When everything's lost, they pick up their hearts and avenge defeat. Before it all starts, they suffer through harm just to touch a dream. (c) legends never die - against the current

Maître du Jeu
avatar

La Maire

Maître du Jeu
Généralités
Madame la Maire

ϟ Nombre de Messages : 9415
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Sam 4 Fév - 21:48 Message | (#)

Bienvenue à toi sur le forum !

Voilà une très bonne fiche et une très bonne interprétation du personnage, ce qui n'a rien de très surprenant ! Je n'ai donc absolument rien à redire sur tout ça !

Tu commences avec un niveau 4, je te l'ajoute à ton profil. Tu pourras le faire augmenter en gagnant des points de réputation, alors n'hésite pas à te lancer immédiatement dans l'aventure. Tu gagnes par ailleurs 15 points de réputation bonus pour avoir écrit une fiche 24h chrono et 50 points d'inventaire supplémentaires pour avoir choisi un personnage prédéfini !

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Ensuite tu pourras débuter le jeu, tu peux regarder si une des demandes de ce sujet t'intéresse, sinon tu peux toujours poster la tienne ou demander directement à un membre. Enfin, si tu en as l'utilité, n'hésite pas à aller faire certaines des demandes disponibles ici. En tous les cas si tu as des questions les administrateurs sont à ta disposition ! Je t'encourage aussi à venir flooder et à passer sur la ChatBox ! C'est comme cela que l'on trouve des liens et des sujets le plus facilement, d'autant que ça permet de faire connaissance avec les autres joueurs. Il y a toujours quelqu'un dessus alors n'hésite pas !

Bon courage pour continuer à te faire respecter de tes pairs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Atia César, the Little Red Bitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Cartel Rouge [6/7]
» [Légendes] Héros et criminels - Partie 6
» Atia César [terminée]
» [Atia César]Meeting with the devil [TERMINE]
» ATIA ϟ chronologie des sujets rps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Présentation :: Cartes d'Identité :: Archives des Citoyens :: Cartel Rouge-