AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

"Le vide nous attend à tout moment." [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message posté : Mer 14 Nov - 13:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana montait aussi vite que possible les escaliers. Son souffle était de plus en plus court mais son entrainement à l’UNISON lui avait permise d’avoir une bonne condition physique.
Ne pouvait-on pas être tranquille une seule minute dans cette ville ? Pour une fois que Dana prenait une journée de repos pour se faire plaisir et promener, elle arrivait à se faire voler son sac alors qu’elle déambulait dans le quartier du Centre. Alors qu’elle admirait la hauteur des gratte-ciels de la ville, elle se retrouva projetée au sol. Déboussolée par la chute, la princesse ne comprit pas de suite ce qui se passait. Ce n’est qu’en voyant un homme partir en courant avec son sac à la main qu’elle comprit. Se relevant rapidement, elle commença à lui courir après. Le voleur ne mit pas longtemps à remarquer ce contre temps. L’endurance était primordiale pour une personne travaillant dans les forces de l’ordre et ça le bandit n’en savait rien. Elle allait l’avoir à l’épuisement, elle le savait. Alors qu’il tournait à l’angle d’une rue, Dana comprit qu’il allait se cacher dans un immeuble. Elle allait le piéger comme un rat, c’était certain !
Monter les escaliers était connu comme une activité dangereuse pour les personnes cardiaques, mais Dana n’était évidemment pas concernée. Les étages défilés sans que la demoiselle arrive cependant à le rattraper. Elle se guidait grâce au sol de ses pas précipités dans les étages supérieurs. Si ça continuait ainsi, ils seraient bientôt sur le toit.

Soudain elle entendit un cri, stoppant sa course poursuite elle se dirigea vers la femme éplorée qui appelé à l’aide.

- Là, chez moi, un homme… Appelez la Police !

Dana comprit aussitôt : son voleur s’était enfermé chez cette pauvre femme. Evidemment elle n’avait pas les clés sur elle. Bloquée dehors, la princesse comprit qu’elle n’avait plus qu’un seul recours : son pouvoir. Se liquéfiant sous les yeux effrayés de la femme, Dana passa sous la porte. Reprenant sa forme d’origine à l’intérieur de l’appartement, elle inspecta toutes les pièces. Sans succès, mais où pouvait-il être ?
Le courant d’air sur sa nuque lui rappela l’issu que représentait les fenêtres. C’était très risquée mais la seule solution pour un bandit en fuite. Elle passa la tête par la fenêtre essayant d’ignorer du mieux possible le vide. C’était une des rares phobies que Dana ne maitrisait pas. Elle savait que c’était plutôt handicapant dans son métier c’est pourquoi elle poussait toujours plus loin ses limites. Mais cette fois ci elle devait être au 23ème étage d’un immeuble et c’était très impressionnant. L’homme qu’elle recherchait était quelques mètres plus loin sur le rebord de l’immeuble. C’était de la folie, jamais il n’allait pouvoir s’échapper ici et pourtant rien sur son visage n’exprimait de la peur.

- Je suis agent de l’UNISON, je vous demande de vous rendre sur le champ !

Le voleur ne lui accorda même pas un regard. Elle n’avait pas d’autres choix que de le suivre sur ce rebord. Montant dessus, elle se plaqua contre le mur. Essayant de catalyser son souffle, la peur du vide commençait à lui donner la nausée. Ce n’était pas le moment de perdre le contrôle, la situation était bien trop dangereuse pour ne pas garder son sang froid. Evitant de regarder le sol, elle avançait doucement vers son agresseur. Celui-ci pesta. La jeune fille n’aurait jamais du être aussi tenace. En voyant sa carrure quelques minutes plus tôt, l’homme s’était dit que c’était une victime idéale pour lui voler son sac. D’ailleurs il ne l’avait plus avec lui. Où l’avait-il laissé ? Dana se poserait la question plus tard.

Soudain l’homme sauta dans le vide, provoquant un cri de surprise chez la Princesse. Elle ne remarqua qu’après le grappin qui lui permettrait de ne pas s’écraser plus bas. Il lui avait échappé, ça elle le savait et maintenant il fallait retrouver le courage de faire demi-tour. Cependant son corps ne lui répondait plus, elle était bloquée à une bonne dizaine de mètres du sol sans pouvoir faire le moindre geste. Même sa voix lui échappait, il lui était impossible de sortir le moindre cri pour appeler à l’aide. Ce qui l’avait fait tenir c’était la poursuite mais désormais elle se retrouvait seule, bloquée et avec personne pour la retrouver.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Nov - 15:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Il fait plutôt beau aujourd’hui, le temps idéal pour une promenade dans les rues de la ville ; d’autant que le rendez-vous de cet après-midi s’est désisté il y a environ une heure et demie, me laissant donc le reste de la journée totalement libre.
Le temps d’enfiler une paire de converse et une vieille veste kaki délavée et me voilà partie, fermant bien ma boutique à double tour avant de m’en éloigner. Dans quelle partie de la ville vais-je me promener ? Ce sera… Allez, va pour le centre-ville, il y a toujours plein de gens là-bas et je m’offrirai un petit café une fois arrivée sur place.

Les mains dans les poches et une cigarette aux lèvres, j’avance tranquillement dans les rues de la ville, évitant quelques fois de justesse de me faire bousculer par des gens pressés, à quoi bon courir franchement ? Je ne comprendrai jamais ça, moi qui préfère me lever tard et flemmarder jusqu’à pas d’heure dans mon lit. Enfin, chacun son truc comme on dit.
Le centre-ville, enfin. Je me promène à présent sur la 40th Avenue, les immeubles qui la bordent sont impressionnants de par leur hauteur et surtout leur nombre. Je ne pourrai pas vivre dans ce quartier, trop de bruit, mais j’aime y venir quelques fois pour me changer un peu les idées. Tiens, un vendeur de hot-dog… Bon, c’est pas pour une fois, je peux me le permettre.

C’est donc avec mon porte-monnaie un peu plus léger et un hot-dog dans les mains que je continue ma promenade. Je sais que c’est pas bon pour la ligne ce genre de nourriture, mais un de temps en temps n’a jamais tué personne… Enfin j’espère ! Alors que j’allais entamer la seconde moitié de mon petit casse-croûte dégoulinant de gras, un type sortit de nulle part me tombe dessus, comme ça, pouf ! Et bien sûr mon snack lui se retrouve à mes pieds, gisant par terre. C’est marrant, le ketchup donne l’impression qu’il saigne, mais je reporte bien vite mon attention sur l’ignoble individu qui m’a privé de mon petit plaisir salé.
Il n’a pas l’air d’être plus embêté que ça lui, que du contraire il est déjà en train de foutre le camp de là en prenant ses jambes à son cou, est-il en train de fuir quelque chose ? Enfin, là n’est pas le soucis. En effet, il n’y avait personne devant moi et encore moins derrière qui aurait pu me bousculer, reste une solution… Ce type est tombé du ciel.
Je lève les yeux vers le haut de la façade de l’immeuble et, en y prêtant attention, je remarque une silhouette se trouvant sur le rebord d’une fenêtre.

Je reste là quelques instants pour remarquer qu’au final, la silhouette en question ne semble pas vouloir bouger, curieux curieux. Après tout, ça ne me regarde pas, chacun ses problèmes… Maiiis d’un autre côté, ce serait pas sympa de ma part de laisser quelqu’un dans le caca, donc après avoir pesé le pour et le contre, je me décide et entre dans l’immeuble en question.
Si je me rappelle bien, et si j’ai bien fait attention, la personne doit se trouver dans les environs du 22e ou 23e étage, il ne me reste plus qu’à frapper aux appartements de ces deux étages qui donnent sur la rue. Je ne m’imaginais pas que ça prendrait autant de temps, je commence à avoir mal au poignet à force de frapper sur toutes ces portes ! Et bien sûr, aucun des résidents auxquels j'ai eu affaire n'a vu quelqu'un s'amusant à prendre racine sur le rebord de sa fenêtre, j'espère juste que cette personne n'a pas fait le grand saut entretemps. Arrivée au 23e étage, je vois une femme dans le couloir, et elle semble paniquée, je m’approche alors.

- Est-ce que ça va ?

La femme se tourne vers moi, limite hystérique.

- Un homme est rentré chez moi ! Ensuite une jeune femme est venue, s’est transformée en eau sous mes yeux et s’est glissée sous la porte ! Et je ne peux pas rentrer chez moi, mes clés sont à l’intérieur !

Bon, c’est assez bizarre comme explications mais soit, admettons, ça signifie qu’il y a quelqu’un avec des pouvoirs derrière cette porte, ça pourrait être dangereux, mais je préfère rester sur ma première idée et venir en aide à cette personne sur la façade.

- Vous m’enverrez la facture, d’accord ?

J’adresse un sourire à la femme du couloir et envoie un violent coup de pied dans la porte, au niveau de la serrure. Un énorme craquement plus tard, la porte s’ouvre sans le moindre soucis. Avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit, je sors de ma poche un morceau de papier sur lequel je note mon nom et mes coordonnées, le tendant à la dame.

- Voilà, vous pourrez me contacter à ce numéro pour la porte.

J’entre dans l’appartement sans plus attendre, me dirigeant vers la fenêtre, sans prêter la moindre attention à la décoration qui, je n’en doute pas, doit valoir le coup d’œil. Une fois près de la fenêtre qui est ouverte, je passe ma tête au dehors et regarde à droite, puis à gauche, pour enfin voir une jeune femme blonde, qui ne semble pas être très à l’aise, le vertige sans doute.

- Besoin d’un coup de main ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Nov - 16:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana ne pouvait pas se contrôler totalement, voilà pourquoi elle jetait régulièrement un coup d’œil vers le sol sachant très bien que ce n’était pas à faire. Le vide était tel qu’elle se plaquait toujours plus contre le mur sans que cela change quoique ce soit. Elle aurait donné n’importe quoi pour se trouver à un autre endroit. Elle connaissait sa peur mais non elle avait voulu jouer les têtes brulées encore une fois. Elle était vraiment ridicule avec ce caractère a toujours vouloir se surpasser. Elle était dans de beaux draps maintenant ! La princesse se maudissait intérieurement, son jugement était sans appel, elle avait fait n’importe quoi et elle en payait le prix. Les psychologues disaient souvent que le pire des jugements était celui que l’on portait à soi-même, et ils n’avaient pas tort. Dana ne faisait preuve d’aucune tolérance avec elle-même alors qu’elle était toujours prête à vouloir aider autour d’elle. A ce moment précis son pire ennemi n’était plus le vide mais bel et bien elle.

Alors qu’elle essayait de canaliser son angoisse, elle fit un sursaut en entendant une voix. De peu elle aurait pu tomber mais son équilibre naturel l’avait sauvé au dernier moment. "Faîtes attention !" pesta-t-elle sous l’effet de la colère. La peur la rendait aigri alors que cette personne lui venait en aide. Se reprenant elle ajouta sur un ton toujours aussi angoissé : "Désolée j’ai eu peur ! Aidez moi, ne me laissez pas là je vous en prie". Elle tourna légèrement la tête pour observer cette jeune femme qu’elle venait de supplier. Elle esquissa un sourire quoique fortement tendu. La position dans laquelle elle se trouvait ne lui laissait pas le temps de faire attention à son image. Le fait d’avoir quelqu’un tout près d’elle eut pour effet de rassurer l’Atlante. Elle réussit à retrouver un peu de courage et son corps se remit à l’écouter. Il était endolori à cause de la tétanie mais son fort caractère lui permit d’ignorer ces appels douloureux. Tendant la main vers la demoiselle venue l’aider, elle s’agrippa aussi fort qu’elle le pouvait. A cet instant précis la princesse ne se rendait pas compte qu’elle pouvait faire mal à la jeune fille, elle ne pensait qu’à se sortir de cette situation. Elle bougea de quelques centimètres pour atteindre l’encadrement de la fenêtre mais sa peur du vide reprit le dessus, la bloquant dans son geste. Elle ne pouvait de nouveau plus faire un seul geste.

- Avez-vous une corde ou quelque chose pour que je m’attache, je n’arriverais pas à avancer si je sais que je n’ai aucune protection.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Nov - 17:08 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Bon, venir franc-battant comme ça n’était peut-être pas une bonne idée, la jeune femme fut surprise et à même faillit faire le grand plongeon, je m’en serai voulue à mort si c’était arrivé. Elle s’excusa pour avoir pesté, mais je peux la comprendre.

Elle tourne la tête vers moi en me demandant de l’aider, en me suppliant même. J’esquisse un petit sourire amical pour la rassurer, il faut à tout prix qu’elle se calme, sans quoi le sauvetage sera des plus compliqués.

-Ne vous en faites pas, je vais pas vous laisser là, on va vite vous ramener sur la terre ferme, je vous le promets.

Je tends ma main vers elle pour qu’elle puisse l’attraper. Punaise, elle a une sacrée poigne la donzelle, en même temps si elle est morte de trouille, je peux la comprendre, je ferai pas la fière à sa place. Lentement mais sûrement, la pauvre inconnue se rapproche de l’encadrement de la fenêtre ; afin qu’elle sache que je ne l’abandonnerai pas en cours de route, je resserre quelque peu l’étreinte de ma main sur la sienne, l’encourageant même un petit peu.

-C’est bon, vous y êtes presque.

Mais voilà, après seulement quelques centimètres, elle se fige, la peur reprend le dessus, elle me demande si je n’ai pas une corde ou quelque chose dans le genre pour l’assurer… Manque de bol, j’ai pas l’habitude de me promener avec une corde dans ma poche, et en regardant rapidement dans l’appartement, je ne vois rien qui pourrait m’être utile, ça ne m’arrange franchement pas. Il faut que je réfléchisse rapidement à une solution efficace.

-Ecoutez, je n’ai pas de corde sous la main, mais on va y arriver quand même, d’accord ? Continuer d’avancer doucement, je vous promets que d’ici quelques instants vous serez à l’abri dans cet appartement, je ne vous lâche pas, vous ne tomberez pas.

Il faut absolument qu’elle revienne vers la fenêtre d’elle-même, je me doute que cela ne doit pas être facile pour quelqu’un ne supportant pas la hauteur, mais je n’ai pas le choix. Je resserre encore une fois sa main dans la mienne, lui faisant comprendre que je la tenais pour de bon et que je ne la laisserai pas filer entre mes doigts. Bon dieu, la situation commence à devenir stressante pour moi aussi à présent, mais je ne dois rien laisser paraître, surtout pas, je dois rester sûre de moi.

-Regardez, il vous reste moins d’un mètre à parcourir. Ne vous précipitez pas, bougez votre pied droit de quelques centimètres vers la fenêtre, ensuite le gauche, prenez votre temps et ça ira tout seul.

Je lui adresse un autre sourire, pour la rassurer une nouvelle fois, lui prouver que la situation est sous contrôle. Notre chance à toute les deux, c’est qu’il n’y ait pas trop de vent, sans quoi ce serait vraiment critique. Il faut que je continue à lui parler, discuter un peu lui permettra d’occulter un peu le fait qu’elle se trouve à 23étages du sol.

-Moi c’est Maya, et vous c’est comment ?
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Nov - 17:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana était morte de trouille. Toute la fierté qu’elle pouvait ressentir dû à son rang, son métier, etc. s’effaçait face au vide. Elle souhaitait que la situation s’arrange, que tout ceci s’accélère et qu’elle soit de nouveau sur la terre ferme. Mais le souci c’était qu’il fallait avancer de soi même. Personne ne pouvait faire le boulot à sa place. La demoiselle était très sympathique, se comportant parfaitement pour la situation. Dana lui sourit de nouveau sans toute fois y mettre tout son cœur, elle était bien trop paniquée pour penser à ça. Quand on lui annonça qu’elle n’aurait pas de corde pour s’assurer, la pression monta d’un cran. Elle était fichue… Sa main devenait de plus en plus moite et elle doutait que celle-ci ait assez de force pour la sortir de là en cas de chute. La princesse se fit aussitôt violence, il ne fallait pas penser à ce genre de choses à ce moment, ce n’était pas raisonnable et ça augmentait la dangerosité de la situation. Elle souffla bruyamment, comme pour évacuer toute l’angoisse ressentie. Ce travail de respiration était souvent efficace en cas de petites anxiétés mais là, elle doutait que ça puisse vraiment l’aider.

- Merci pour votre aide, vous me calmer un petit peu… Surtout ne me lâchez pas, j’ai vraiment très peur ! Dana savait qu’elle ne la lâcherait pas mais elle était tellement angoissée qu’elle ne réfléchissait plus vraiment à ce qu’elle disait. Elle l’écoutait lui conseiller comment avancer. L’Atlante savait que la demoiselle avait raison mais parcourir ces quelques centimètres lui semblait insurmontable. Elle souffla à nouveau, évacuer sa peur était primordiale pour pouvoir y arriver. Se sentant de nouveau prête, la jeune blonde avança de quelques petits pas. Elle n’était vraiment plus loin du but désormais.

Maya, ce prénom lui évoquait quelque chose mais elle ne savait plus vraiment quoi. Il était agréable à l’oreille, lui rappelant instinctivement l’océan, ses origines. Elle était incapable de dire pourquoi, mais il sonnait juste, comme une révélation de son passé.

- Dana, agent spécial Dana. Je suis de l’UNISON. Je poursuivais un voleur, voilà pourquoi je me retrouve ici.

Elle se sentait en confiance, l’aide que la jeune femme lui apportait la rassurait. C’est pourquoi elle se confia à elle sur son métier. D’habitude elle ne le disait pas de suite, non pas qu’elle en avait honte, bien au contraire, c’était seulement pour éviter de faire peur aux autres. Les forces de l’ordre pouvaient parfois intimider. Elle resserra sa main, glissante à cause de la transpiration. Elle ferma les yeux un instant, pour faire le vide dans sa tête. Un pas, deux pas, trois…

La Princesse était en train de tomber. Sous le choc violent de la chute, la poigne de la demoiselle n’avait pas suffit. Dana se sentait partir dans le vide sans pour autant faire quelque chose. Elle vit la jeune femme une dernière fois avant de se liquéfier. L’eau éclata contre le sol, se répartissant un peu partout. Quelques secondes plus tard, la Princesse gisait sur le trottoir.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Nov - 18:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Faire le ménage, un métier archaïque qui n'existait pas vraiment en Hyperborée, quelques sorts permettaient un lavage automatique des environnements habitables évitant la propagation de germe et de microbe. C'était beaucoup plus sain ainsi, ici tout pullulait librement, c'était catastrophique. A vrai dire en terme d'hygiène ce monde là craignait un peu, la chose qui l'avait le plus surprit, c'était que l'eau fut payante. Comment pouvait-on donner un prix à cette source de vie qui raisonnablement aurait dut être accessible à tous? C'était incompréhensible pour elle, mais elle s'y était faite car elle n'avait pas le choix. Puis de toute façon quelque part heureusement que le ménage était un métier payé ici, qu'aurait-elle fait autrement? Pour les autres métiers il fallait souvent parler anglais, il fallait des papiers, tout était compliqué pour deux étrangers comme elle et Dieter.

Heureusement grâce à sa solidité et sa super-force elle ne souffrait pas de cette tâche pour le moins ingrate par bien des aspects. Son boulot était impeccable, son employeur était satisfait, elle allait vite et elle frottait fort. Si bien qu'il lui proposait sans cesse des heures supplémentaires qu'elle acceptait sans rechigner. Dans son cœur un but secret la motivait, celui de payer des études pour Dieter, oublié son souhait de récupérer son saphir, cela lui était bien égal à présent. Le bonheur de Die, c'était ce qu'elle souhaitait.

D'ailleurs elle sortait du boulot, elle avait travaillé quatre heures dans les lieux communs d'un immeuble de la 40th Avenue. Avec des bâtiments voulant atteindre le ciel, cela faisait des marches à frotter. C'était si répétitif, vraiment lassant, enfin bon la journée était fini et elle allait pouvoir rejoindre Die. Qu'allait-elle lui préparer ce soir? Probablement un gratin de choux-fleur, elle avait vu la recette dans un des journaux qu'elle l'avait acheté et elle la tentait énormément. Enfin faudrait voir si elle aurait le temps, on était déjà en fin d'après-midi. Elle n'avait aucune idée de combien de temps elle devrait attendre pour attraper un bus, elle ne connaissait pas les horaires par cœur. Sur un passage piéton elle traversa la route, elle avait enfin comprit que c'était fait exprès à force d'observer autour d'elle. Il y avait ça et les feux, finalement les extérieurs eux aussi avaient leurs règles, il suffisait juste de les comprendre.

Par ses ancêtres que ses immeubles étaient laids, à la télévision elle avait vu de charmantes demeures extérieures, mais ses bâtiments gris ne lui inspiraient pas grand chose quand elle songeait au coupole en verre si grandiose et lumineuse d'Ultima Thulé. Son regard saphir ne pouvait cependant pas s'empêcher de les dévisager avec curiosité. Mais alors qu'elle parcourait la façade de l'un voilà qu'elle perçut un point mouvant assez minuscule, mais en y portant une plus ample attention elle comprit que c'était une personne et se stoppa net sous la surprise. Elle se souvint de la fragilité humaine et se douta qu'une chute d'une telle hauteur, serait tout sauf anodine. Avec la hauteur si elle hurlait elle n'était pas certaine d'être entendue, il fallait monter.

En observant la scène plus en elle remarqua une rouquine qui tentait déjà de secourir la jeune femme. Aurait-elle assez de force pour la tracter? Pas sûre il fallait définitivement qu'elle intervienne. Malheureusement elle réagit trop tard, elle vit en effet la femme glisser pour tomber dans le vide. L'adrénaline l'envahit et elle tenta d'estimer son point de chute afin de la rattraper dans ses bras. Quand elle crut avoir trouvé, d'une vitesse surhumaine elle se déplaça, malheureusement elle avait mal calculé la trajectoire dans sa précipitation, elle était un ou deux mètres pas assez gauche. Son visage se tordit sous la douleur de la honte et elle hurla un non en hyperboréen déchirant. La mort, les Ultimés la côtoyaient bien peu, alors chaque mort se révélait atrocement douloureuse.

Pourtant celle-ci ne vint pas cette fois, la jeune femme se liquéfia, elle le vit bien elle n'était pas aveugle et cela lui rappela l'histoire de son peuple qu'on lui avait apprise dès qu'elle fut enfant. Les Ultimés venait d'une colonie Atlante, ils avaient évolués différemment, mais elle connaissait les pouvoirs de ce peuple. Parmi ceux-ci il y avait celui de se transformer en eau, Luka se précipita alors auprès de la flaque d'eau et s'accroupit. La langue Hyperboréenne différait sûrement de celle Atlante à cause des évolutions, mais elle espéra très fort que ce mot là n'ait pas changé. Elle avait peut-être trouvé une cousine lointaine et cette perspective l'emplissait de joie. Depuis la découverte de la probable mort de Klaus, elle n'avait pas eut beaucoup d'occasion de se réjouir.


- Atlante? questionna-t-elle en hyperboréen avant de reprendre dans le peu d'américain qu'elle maîtrisait. Ca va? Je m’appelle Sol'ukah.

Elle n'osait pas encore préciser d'Hyperborée, elle se trompait peut-être, après tout elle avait vite compris à la télé que dans cette ville vivait foule de gens étranges: des Héros. Bizarre, elle devait paraître bizarre à parler à une flaque, probablement folle. Mais elle s'en fichait après tout, elle avait bien vu et un bref regard en l'air lui confirma que la rouquine existait bien. Elle n'avait donc pas rêvé, il y aurait un cadavre si la blonde ne s'était pas transformée. Puis Luka pensait en Hyperboréenne et elle savait les magiciens capable de miracle, elle ne s'étonnait donc pas tant que ça de cette transformation contrairement à d'autre humains qui se seraient immédiatement cru fous. D'ailleurs voila que la forme reprenait forme humaine, ce qui confirmait qu'elle n'avait pas halluciné.

- Désolée, je parle pas bien anglais. Nouvelle ici.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 14 Nov - 19:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Je souris alors que la jeune femme semblait peu à peu prendre le pas sur sa peur du vide, elle me remercia même de lui venir en aide.

-Hey, c’est tout naturel, je n’allais pas vous laisser là quand même.

Voilà, elle avançait de nouveau, lentement mais sûrement, la distance la séparant de l’encadrement de la fenêtre diminuait de seconde en seconde, encore quelques instants à patienter et je l’aide à rentrer dans l’appart, ensuite je lui offre un café ou un whisky pour qu’elle se remette de ses émotions et le tour est joué.

Dana… De l’UNISON, gloups, un agent… Mais pourquoi je commence à m’en faire à ce sujet ? Personne ne sait qui je suis, pas la peine de me prendre le chou pour ça. En plus c’est pas vraiment le moment de penser à autre chose, la priorité c’est de sortir Dana de son pétrin.

-Ravie de vous connaître Dana. Vous savez quoi ? Dès que vous aurez réintégré l’appartement, je vous offre un verre, ça vous va ? Allez, vous y êtes presque.

La main de Dana était fortement humide, c’est sûrement dû au stress, ça se comprend. Je la vois fermer les yeux, prendre une grande inspiration et recommencer à avancer dans ma direction, super, on s’approche du dénouement de cette histoire. Mais comme tout ne se passe jamais comme prévu, arrive alors un imprévu, et de taille.

Sans trop savoir comment c’est arrivé, je vois Dana tomber et, bien que je serre sa main dans la mienne le plus fort possible, elle m’échappe. Je me penche alors rapidement à la fenêtre, la moitié de mon corps dans le vide, et je tente désespérément de la rattraper, j’effleure à peine le bout de ses doigts.

-NOOOOON !!!

J’écarquille les yeux en la voyant s’éloigner de moi, puis soudain, comme par magie, elle se transforme en eau, est-ce une hallucination due au choc psychologique ? Je n’en sais rien, mais le fait est que Dana que je tenais il y a encore quelques secondes par la main est en train de filer à toute vitesse vers le sol, 23 étages plus bas.

Je ne perds pas une seconde et je quitte l’appartement en courant, ne prenant même pas attention à la proprio de l’appartement qui me demande si tout va bien, il n’y a plus aucun son autour de moi, je suis en stress. Tout en dévalant les escaliers quatre à quatre, bousculant au passage quelques personnes qui étaient sur mon chemin, je sens les larmes me monter aux yeux, putain, je lui ai promis que tout allait bien se passer, et elle me faisait confiance. Comment est-ce que j’ai pu la laisser m’échapper ? Ca n’aurait pas dû arriver, non…

Voilà que je déboule hors de l’immeuble et déjà je cherche Dana du regard, les yeux un peu plus embués par les larmes. Il me faut un certain temps avant de l’apercevoir, allongée sur sol, sans apparemment la moindre blessure, et une jeune femme à ses côtés. J’accours alors auprès de Dana et de l’inconnue, m’agenouillant près d’elles.

Encore sous le coup du stress et de la panique, je regarde Dana en me maudissant de n’avoir pu la retenir quelques instants plus tôt ; pourtant quelque chose au fond de moi me souffle que je ne dois pas m’en faire, que tout va bien se finir. Je redresse mon visage vers l’inconnue, je la regarde tout en essuyant mes yeux du revers de la main.

-Je… J’ai… Je voulais pas la lâcher…
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Nov - 12:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana était étendue au sol, le souffle court, les yeux écarquillées par la peur. Elle était en état de choc, comme si tout s’était arrêté autour d’elle. La seule chose dont elle avait conscience c’était le battement incessant de son cœur. Elle était en vie. Elle avait survécu à une chute si dangereuse. La stupeur se mêlait à la peur. Et que ce serait-il passé si elle n’avait pas été Atlante ? Elle ne préférait plus y penser, frôler la mort était réel dans son métier, mais faire une chute vertigineuse alors qu’en début de journée elle envisageait seulement de promener, s’en était une autre. Elle se mit à trembler légèrement, comme pour reprendre conscience de son corps. Il était bien là, bien réel. Elle était vivante. Cependant quelque chose de précis lui rappela où elle était. Le mot "Atlante" ! Pour sauver sa vie elle avait montré son pouvoir à de nombreux passants. Son identité serait peut être révélé aux yeux de tous. Il ne fallait surtout pas que ça arrive, sinon elle serait surement obligée de rentrer chez elle. Elle aimait son royaume, elle l’adorait même mais c’était son rôle qu’elle détestait. Elle ne pouvait pas gouverner, c’était impossible. Comment allait-elle faire le jour où son père ne pourrait plus s’en charger ? La femme blonde la regardait étrangement, elle savait les origines de Dana. Elle se redressa prenant appui sur ses coudes.

- Chut ! Ne dîtes pas qui je suis ! Elle venait de parler dans sa langue d’origine, espérant que la demoiselle comprendrait. De toute manière il le fallait, elle discuterait avec elle plus tard, en lieu sûr.

Soudain Maya fit irruption, totalement paniquée. Sa voix traduisait une grande culpabilité. La princesse savait très bien pourtant que la jeune femme n’y était pour rien. Au contraire, elle l’avait aidé, et même prit des risques pour elle. Les larmes tourmentaient Dana, il ne fallait pas qu’elle se mette à pleurer. Tout allait bien, elle était vivante ! D’une voix se voulant rassurante elle dit "Ne vous en faites pas Maya, j’avais les mains très moites à cause de la peur. Ce n’est pas votre faute, puis regardez je vais bien". Alliant le geste à la parole, la demoiselle tenta de se lever. En apparence tout allait bien jusqu’à ce que Dana commence à tourner de l’œil. Ceci était surement dû à la peur, à son corps endolori par cette tétanie ressentit contre le mur, par la chute vertigineuse. La princesse ne pouvait qu’être bouleversée et son corps lui manifestait de cette manière.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Nov - 13:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Quand la femme se redressa en trombe sur ses genoux pour lui glisser quelques mots paniqués dans une langue très proche de l'hyperboréen, tellement qu'elle pu saisir le sens général de ses mots. Se taire, elle avait visiblement peur d'être découverte. Luka lui fit un sourire rassurant, elle ne craignait rien avec elle, elle avait fait exprès de s'exprimer dans sa langue natale, si la jeune fille n'avait était qu'une simple extérieure elle aurait fait croire à un terme allemand régional. Pour couvrir ses arrière, elle n'avait de remord à mentir. Dans ce monde là la faiblesse lui semblait chaque jour un peu plus intolérable. Voyant arriver la rouquine, elle se contenta d'opiner de la tête. Son regard se porta sur la pauvre jeune femme à bout de souffle, elle avait vu chuter la blonde, elle devait avoir eu terriblement peur. Des larmes coulaient sur ses joues, rapidement Luka fouilla dans son sac tandis qu'elle lui assurait -probablement- en bégayant qu'elle ne voulait pas la faire tomber. Elle n'était pas certaine du sens de ses mots, mais c'était probablement ça. Son anglais était vraiment pitoyable,elle sentit ses joues rosirent un peu et elle garda le visage bas tandis qu'elle lui donnait un mouchoir en papier.

- Je sais, ne vous inquiétez pas.

Immédiatement elle referma sa sacoche en cuir et vit sa cousine se relever un peu tremblotante. Avec vivacité elle se redressa et proposa son bras courtoisement en cas ou que ça n'aille pas.

- Vous voulez allez où? Vous voulez boire ou manger?

L’amener voir un médecin extérieur n'était probablement pas une bonne idée. L'Atlante était probablement différente d'une simple extérieure, son médecin à elle avait remarqué de suite qu'elle était bizarre. Mais elle connaissait peut-être des gens de confiance. Elle parlait mieux anglais qu'elle en tout cas au vu de comment elle c'était exprimée. Peut-être cela faisait plus longtemps qu'elle avait quitté son pays. Franchement elle était curieuse, mais elle ne pouvait pas de suite de poser ces questions. Patience... Ce n'était pas sa principale qualité, mais elle savait en faire preuve si nécessaire. Ici et aujourd'hui cela l'était visiblement.

- Je m’appelle Lucrèce, se présenta Luka à l'extérieure dont elle ne connaissait pas encore le nom avant de poursuivre. Vous avez une voiture?

Bien que la jeune femme n'ait pas répondu, il lui semblait préférable de la ramener chez elle et non autre part. La fille était bien habillée, en bonne santé mis à part ce récent accident, elle avait probablement un toit. Enfin encore une fois elle pouvait se tromper. Ce monde là lui était encore inconnu par bien des aspects. Si seulement elle avait emmené du matériel médical hyperboréen, mais elle avait vraiment agis sur un coup de tête, sans réfléchir une seule seconde. Vraiment elle manquait de sérieux.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 15 Nov - 17:51 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Je frotte à nouveaux mes yeux pour en chasser quelques larmes qui commencent à faire leur apparition et la jeune femme blonde qui se trouve avec moi me tend un mouchoir en papier ; j’accepte ce dernier en lui adressant un très léger sourire. Elle ne semble pas être d’ici, elle a un léger accent on dirait, ça lui donne un certain charme je trouve.

-Merci

Je suis soulagée, très soulagée même de voir que Dana se porte comme un charme malgré une chute de 23 étages, c’est aussi la raison pour laquelle je n’en reviens pas, je suis complètement abasourdie, comment est-ce possible ? Je veux dire, n’importe qui qui tombe d’une telle hauteur eh bien… Il termine totalement éparpillé sur le sol avec tripes et boyaux aux alentours ; mais là, rien, Dana est là, comme si elle avait juste trébuché. Soit je suis ivre, soit je suis en train de vivre un truc de dingue.

-Dana ? Je…Vous allez bien, vous êtes sûre ?

J’essuie mes yeux une nouvelle fois, ce ne sont pas des larmes de tristesse mais bien des larmes de joie qui commencent à glisser le long de mes joues ; je suis heureuse de voir que Dana n’est pas blessée. C’est tout de même affolant, cette manie d’avoir autant d’empathie pour des gens que je ne connais pas. Dana essaye de se relever afin de me prouver qu’elle se porte à merveille, mais elle chancelle rapidement.

Je la soutiens alors rapidement pour ne pas qu’elle tombe, et apparemment la jeune femme aux cheveux blonds a la même idée que moi. Elle demande où Dana désire se rendre, si elle veut boire ou manger. Si on me posait la question, la réponse serait simple et directe… Il me faut un putain de whisky pour me remettre de tout ça !

-Il serait peut-être préférable d’aller dans un endroit plus calme non ? Les curieux vont commencer à s’amasser autour de nous et ça va vite devenir invivable.

Effectivement, il y a déjà quelques personnes qui s’approchent de nous, le regard intéressé. C’est ça le problème avec les gens actuellement, une fois qu’il y a un truc qui se passe, ils s’entassent autour comme des mouches sur du miel, tout ça pour satisfaire leur curiosité parfois malsaine.

Lucrèce, c’est pas banal comme prénom, mais je trouve ça joli, ça sonne bien à l’oreille. Je lui souris alors, lui tendant la main.

-Enchantée Lucrèce, moi c’est Maya. Je hausse alors les épaules et fait une petite moue désolée. Malheureusement non, je n’ai pas de voiture.

Je regarde rapidement autour de nous, il y a pas mal de petits commerces dans le coin, il doit bien y avoir un bar ou, encore mieux, un petit resto dans lequel on pourrait être au calme. Malheureusement je n’en vois pas dans les environs proches, il reste néanmoins la possibilité de prendre un taxi. C’est à tenter.

-On peu toujours prendre un taxi, ensuite soit on emmène Dana chez un médecin, ou alors dans un endroit plus calme, heu… Bah chez moi par exemple ! Il y fait calme et je pourrai nous faire du café, ou n’importe quoi d’autre hein. Qu’en dites-vous toutes les deux ?

Je regarde Lucrèce et Dana tour à tour, attendant leur réponse tout en hélant déjà un taxi qui approche au loin.
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 18 Nov - 19:26 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

avatar
Invité
Invité
Afficher le profil
Dana n’allait pas si bien que ça au final. Elle avait des hauts le cœur et un mal de tête plutôt violent. Elle se sentit partir, tomber mais avant la chute Lucrèce la rattrapa. Elle se sentit soudainement bien plus légère, comme si Dana ne pesait rien pour cette femme. Maya l’aida aussi. Ce soutien fit du bien à Dana. Il existait encore des âmes généreuses prêtes à aider leurs prochains sans rien attendre en retour. C’était remarquable de leur part. Avec son métier, la Princesse ne pouvait qu’estimer ces actes gratuits.

- Je suis un peu faible, ça doit être le choc. Je suis tombée de si haut, j’ai du mal à tenir seule.

La demoiselle était bien placée pour savoir que les grandes frayeurs pouvaient éprouver n’importe qui. Son corps lui faisait simplement comprendre. Hochant la tête comme pour se donner du courage mais aussi répondre à Maya, la Princesse était d’accord pour suivre les deux inconnus. Leurs actions l’avaient mise en confiance et elle ne pensait pas se tromper sur leurs intentions. Evidemment que des personnes mal intentionnées pouvaient inventer des histoires à tomber debout pour piéger quelqu’un mais là, Dana ne se sentait pas du tout en danger, bien au contraire elle était en sécurité avec ses sauveuses.
Quelle sotte, elle ne s’était même pas présentée à la demoiselle blonde. Elle avait tellement eu peur qu’on découvre sa fausse identité qu’elle lui avait aboyé dessus. Gênée par son manque de politesse, Dana tourna son visage vers la concernée et dit d’une voix mal assurée "Je suis Dana, nous parlerons plus tard…" Cette phrase était pleine de sous entendus, mais la femme comprendrait sûrement qu’elle voulait parler de ses origines Atlantes. La Princesse ne voulait pas mettre Maya à l’écart pour autant, c’est pourquoi elle ajouta "Non non Maya, pas de médecin, je sais que je n’ai rien. Juste une grosse fatigue à cause du stress, ne vous en faite pas ! Prenons le taxi. Mais attendez, je suis quasiment sûre que mon sac est dans l’appartement où nous étions tout à l’heure. Pouvons nous allez rapidement voir ?"

Maya n’hésita pas longtemps, assurant qu’elle pouvait très bien y aller seule et que c’était inutile de faire faire des efforts à la demoiselle. Dana hocha la tête, reconnaissante, car en effet elle n’était pas sûre de se sentir de monter autant d’étage. Comme prévu, le sac était bien là haut et quand la Princesse la vit revenir avec, elle se sentit soulagée. Il y avait plein de choses importantes là dedans, notamment ses affaires pour son travail, son portable, son agenda, etc.
Elles prirent ensemble le taxi, décidant à l’unisson de partager le prix pour le voyage.
Revenir en haut Aller en bas



"Le vide nous attend à tout moment." [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Déborah ~ Il y a quoi exactement entre nous ? Un mètre tout au plus.
» Le hasard nous entraîne vers le destin qui nous attend. [PV: Ethan Schwartz]
» On finit par s'habituer à tout ☆ Terminé
» Jessica † « Nous devons être prêts à abandonner la vie que nous avons planifiée, afin de vivre la vie qui nous attend. »
» Nous sommes tous destinés à mourir [Shingen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-