AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Chaos and Death ◊ Ambre&Abigaïl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Sam 28 Jan - 14:16 Message | (#)

Après les fêtes, tout était redevenu calme au Quill & Tea. Il tournait avec son rythme habituel, suffisant pour qu’Ambre puisse faire des bénéfices sans pour autant être complètement crevée à la fin de sa journée. Les fêtes étaient éreintantes car si elle ne voulait pas fermer trop tôt à cause d’une rupture de stock, elle était obligée de passer plus de temps en cuisine en dehors des heures d’ouverture. Ça n’était pas facile quand on s’occupait de tout de A à Z dans un établissement, mais le Quill & Tea était son bébé, le rêve de toute une vie, l’accomplissement ultime pour la jeune française. Si elle ronchonnait parfois en rentrant parce qu’elle était exténuée, c’était de la bonne fatigue et elle en était satisfaite. Ça voulait dire qu’elle avait bien travaillé.
Dernièrement, elle avait guetté du coin de l’œil que sa cliente de la dernière fois ne revenait pas. Elle avait été plus que généreuse en pourboire, comme si elle était la descendante de Crésus ou de Rothschild, mais elle avait aussi attiré des ennuis à son salon de thé. Du moins, c’était la déduction qu’avait faite la gérante. Car quand les insectes mutants avaient attaqué, il n’y avait que la brunette inconnue au bataillon dans les lieux, en dehors de ses quadrats et mamies habituées qui ne lui avaient jamais causé le moindre souci. Ça ne pouvait être que de la faute de la nouvelle, n’est-ce pas ?

À moins que ça ait un rapport avec les étranges créatures qu’elle avait repérées trop souvent pour être une coïncidence, quand elle quittait le travail à la nuit tombée. Néanmoins, Ambre n’arrivait pas à faire le lien. Ces êtres semblaient bien loin de la nuée qui avait attaqué le Quill & Tea… et, à vrai dire, elle ne savait pas si ces bestioles en avaient après elle ou bien après quelqu’un d’autre sur Meadow Street. Après tout, elle n’avait jamais cherché à se mêler aux activités qui bousculaient régulièrement la ville, préférant sa petite vie tranquille… à part quand une folle envie de chaos lui prenait et qu’elle écumait les mauvais quartiers pour grignoter une âme ou deux et aller déclencher des bagarres. Se pouvait-il qu’elle se soit attaquée sans le savoir à quelqu’un de dangereux ?
Autant dire que sa petite routine bien rôdée se trouvait bousculée ces derniers temps, sans qu’elle sache réellement pourquoi. Y avait-il seulement une raison ? Peut-être que tout cela n’était dû qu’au hasard. Cependant, Ambre ne croyait guère au hasard. Il y avait des choses trop grosses pour être des coïncidences. Tout cela ne faisait que titiller sa curiosité et elle espérait bien que le fil de ces événements se déroulerait plus clairement prochainement. Ça commençait à être fatiguant.

Elle relevait le col de son manteau redingote pour protéger son cou des fins flocons qui s’étaient mis à descendre du ciel. Comme un fait exprès, il avait commencé à neiger juste avant qu’elle ferme sa boutique pour la soirée. Il était à peine 18h, mais il faisait déjà sombre. Il faudrait encore plusieurs semaines avant que les fins d’après-midi récupèrent le soleil. Le nez dans son écharpe mauve, Ambre glissa les mains dans ses poches et se mit en route vers la rue adjacente pour rejoindre son appartement. Du coin de l’œil, elle repéra des silhouettes dans les ombres. Elle pouvait aisément les détailler, grâce à sa nyctalopie, et elle reconnut les créatures qui semblaient l’avoir à l’œil depuis quelques temps maintenant. Elle poussa un petit soupir de lassitude, mais aucune peur ne l’habitait. À tout moment, elle pouvait disparaître en Umbra et laisser ces potentiels assaillants derrière elle. Elle secoua légèrement la tête et se remit à marcher… pas bien longtemps pourtant car une autre silhouette se profila devant elle. Celle-là n’avait rien à voir avec celles tapies dans les ombres, bien au contraire. C’était une femme magnifique, aux cheveux d’un blond pâle, presque blanc à la lumière de la Lune perçant entre deux nuages, aux yeux presque aussi clairs.

Ambre s’arrêta brusquement pour ne pas la percuter. Elle lui adressa un petit hochement de tête pour la saluer poliment, ne voulant pas sortir le nez de son écharpe alors que les flocons s’accrochaient de plus en plus à ses cheveux et à ses vêtements. Elle marmonna néanmoins un Navrée, je ne vous avais pas vue. avant de chercher à la contourner pour poursuivre son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 29 Jan - 21:15 Message | (#)

Star City était un flambeau dont l’énergie venait d’une source invisible et au-delà de toute compréhension. En tout cas était-ce ainsi qu’Abigaïl avait fini par voir la ville après y avoir vécu quelques années. C’était comme si les fils du destin s’y croisaient et s’y emmêlaient, comme si les Moires avaient fait commis l’erreur de laisser tous ces filaments former un nœud si compliqué qu’elles-mêmes avaient renoncé à le défaire. Des individus aux destinées incroyables avaient mis les pieds dans cette ville et d’autres encore y venaient encore. Hommes et surhommes y confrontaient leurs destinées et depuis qu’elle-même était arrivée à Star City, les morts s’étaient mêlés à cette danse effrénée. Et même en tant que reine des morts-vivants, Lady Death ne se contentait pas de ne veiller que sur ces derniers. Il aurait été insouciant de sa part de négliger ceux qui vivaient dans cette ville, pas en connaissant les natures extraordinaires de ceux qu’elle y avait déjà rencontrés.

Aussi quand la nécromancienne avait senti des perturbations dans le flot d’âmes qui parcourait les rues et ruelles de la mégalopole, son intérêt avait tout de suite était stimulé. Sentinelles spectrales s’étaient succédées à la recherche de ce qui s’avérait être un être capable de dévorer les âmes, l’essence supposée immortelle des vivants. Nombre des espions de la nécromancienne avaient possédé des corps pour mener à bien leur mission, certains ne s’échappant qu’au dernier moment avant de voir des lambeaux de leur essence leur être arrachés. Les goules s’étaient succédées, capables de surveiller cette créature inconnue depuis les ténèbres de la ville. Les créatures grotesques et putrides hantaient chaque ruelle mal famée, chaque bouche d’égout et formaient une société inégalée uniquement par les rats dans leur capacité à proliférer dans n’importe quel lieu laissé à l’abandon. Abigaïl Faust finit par trouver ce qui l’intéressait tant, ce qui pouvait être un être exceptionnel, mais aussi un de ses sujets. Nombreux étaient ceux de l’Abysse qui se nourrissaient des âmes des vivants. Qu’une seule de ces horreurs se soit permis de venir sur la Terre Prime sans l’accord de la Moisson et elle devait le savoir.

Les yeux d’un bleu pâle de la nécromancienne se posèrent sur Ambre alors que cette dernière était à deux doigts de lui rentrer dedans. Les goules surveillaient ce salon de thé depuis plusieurs semaines maintenant, toujours plus nombreuses. Certaines des plus développées avaient même réussies à se faire passer pour des humains et à en tester les breuvages. Tout cela n’avait toutefois aucune importance, car Abigaïl avait décidé d’aller elle-même à la rencontre de cette femme dont elle ignorait tout et qui pourtant avait attisé sa curiosité. La nécromancienne n’eut pas besoin de s’approcher pour savoir qu’elle n’avait pas affaire à une monstruosité abyssale camouflée dans la peau d’une jeune femme, mais elle désirait toujours en savoir plus. Un léger sourire s’imprima sur les lèvres d’Abigaïl alors qu’elle referma sa main gracile sur le bras de la jeune femme.

« Mais moi je vous ai vu. » Glissa-t-elle d’une voix douce, sans se départir aucunement de son sourire. Les pupilles bleues de la nécromancienne avaient disparues, pour ne plus laisser qu’un fond blanc alors qu’elle observait cette femme avec les yeux d’une morte, des yeux capables de voir toutes les victimes d’Ambre. « Vous avez même grandement attiré mon attention et je crois avoir quelque chose qui pourrait vous intéresser mademoiselle. » Un croassement retentit au milieu des flocons de neige alors qu’un corbeau aux yeux vitreux se posait sur l’épaule d’Abigaïl, un corbeau qui habitait en lui des milliers d’âmes moissonnées par Lady Death elle-même. « Je ne vous demande en échange qu’un peu de votre temps. »

Dans les ombres des ruelles adjacentes, les goules se tenaient tranquilles, mais on pouvait lire dans leurs corps décharnés une tension nouvelle. Ces abominations semblaient attendre quelque chose, le signal de la retraite ou au contraire, peut-être celui de la curée.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mar 31 Jan - 10:44 Message | (#)

Une main se referma sur son bras alors qu’elle cherchait à poursuivre son chemin. Elle devait rentrer chez elle, faire à manger, le quotidien quoi. Elle n’avait pas prévu de rester dehors, ni d’y retourner plus tard dans la soirée. Elle voulait juste se poser sur le canapé avec un bon livre. Le sourire qu’affichait l’inconnue lui enleva malgré tout l’envie de se détacher de son emprise. Mais moi je vous ai vu. Sa voix n’avait rien de menaçant. Ambre avait presque l’impression de revivre sa rencontre avec Morgan, mais avec les rôles inversés. Elle était celle qui avait attiré l’attention. Les paroles de la jolie blonde le laissaient sous-entendre… ou bien pas du tout. Ambre plissa les lèvres sans prononcer le moindre mot. Son corps se tendit légèrement alors qu’elle remarqua que les iris bleus de l’inconnue avaient disparu pour laisser place à une surface uniformément blanche. Elle tressaillit et tira légèrement sur son bras pour le défaire de sa poigne. Elle ne savait pas qui était cette femme, mais elle commençait à lui faire peur.

Vous avez même grandement attiré mon attention et je crois avoir quelque chose qui pourrait vous intéresser mademoiselle. Ambre fronça les sourcils. Un corbeau vint se poser sur l’épaule de la blonde. Si Ambre n’avait aucun don particulier pour sentir l’extraordinaire, le différent, il aurait fallu être complètement aveugle pour ne pas se rendre compte que l’animal n’était pas tout à fait normal. Les flocons se posaient peu à peu sur son plumage et la française se perdit un instant dans sa contemplation. Je ne vous demande en échange qu’un peu de votre temps. Clairement, elle vivait la situation inverse de celle qu’elle avait vécue avec Morgan. Mais, contrairement à la gamine, Ambre était suffisamment intelligente pour savoir qu’une démonstration de force était bien inutile. Il aurait fallu être débile pour essayer de se frotter à cette entité. Et Ambre n’avait pas de fierté mal placée ou de sentiment d’infériorité inavoué qu’elle cherchait à compenser en faisant un étalage outrancier de ses pouvoirs.

Elle se contenta alors de se redresser légèrement, elle qui s’était voûtée pour se protéger de la neige et du froid, et soutint le regard de l’inconnue. Une petite voix dans sa tête tentait de la mettre sur la piste de son identité, mais, pour Ambre qui s’intéressait assez peu aux affaires des super-gentils et des super-méchants, seule la légende de Lady Death lui venait. Et c’était bien tout ce qu’elle était : une légende. N’est-ce pas ? Frissonnant de froid ou d’inquiétude, Ambre humecta ses lèvres avant de répondre. Bien sûr. Mais si vous vouliez bien me lâcher, ça sera plus agréable pour discuter. Et peut-être éviter de faire ça au milieu de la rue. Il fait froid. lâchait-elle d’une voix un brin mal assurée. Peut-être pourrions-nous nous mettre à l’abri dans le hall d’un immeuble… Sauf si vous avez un autre endroit en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 1 Fév - 18:22 Message | (#)

Cette femme n’avait qu’un lien très ténu avec la mort… Elle n’avait tué personne, aucun esprit sans repos n’était en train de tenter de ramper pour s’extirper d’un enfer quelconque et demander vengeance. Non, elle n’était pas une non-morte, elle n’était pas une créature abyssale ou même possédée par l’une d’entre elle. Tout laissait à penser que la blonde n’était pas l’un des sujets de Lady Death et que la nécromancienne était donc en train de perdre son temps. Sauf que les spectres et les goules qui avaient été envoyé espionner cette jeune femme ne pouvaient faire erreur, pas après autant de temps de surveillance. Elle était bel et bien en face de la dévoreuse d’âmes, celle qui grignotait l’essence immortelle des vivants. Un acte assez rare, surtout chez ce qui semblait être une humaine banale… Si tant est qu’il existât une telle chose à Star City.

Une humaine banale aurait sûrement tenté de s’échapper de la prise de la nécromancienne, l’aurait regardé avec un air méprisant avant de changer de trottoir. Une terrible erreur en soit. Mais Deuil avait fait son petit effet, comme les yeux blanchâtres d’Abigaïl qui retrouvèrent leur pupille d’un bleu glacé. La nécromancienne relâcha sa prise lorsqu’on le lui demanda. Ce contact physique n’avait servi qu’à s’assurer d’attirer l’attention de son interlocutrice. Bien trop souvent les gens étaient trop concentrés sur leur quotidien pour remarquer l’extraordinaire, même un corbeau mort-vivant. Un léger sourire ourla les lèvres de la nécromancienne.

« Le hall de votre immeuble ne me semble pas des plus privés et je n’aurais pas l’outrecuidance de m’inviter chez vous, j’ai déjà attiré votre attention. »

La ruelle déserte était envahie d’une sorte de brume qui venait masquer les contours des immeubles, mais surtout qui visait à masquer autre chose. Des bruits de sabots retentirent alors qu’un carrosse faisait irruption à leurs côtés, tiré par deux étalons à la robe sombre et surtout dirigé par un cocher dénué de tête. L’une des portes s’ouvrit d’elle-même alors qu’Abigaïl invitait Ambre à y monter d’un geste.

« Vous y serez plus au chaud et je promets de vous ramener chez vous quand nous aurons éclairci quelques points. »

C’était à la fois un moyen rapide de s’isoler du reste du monde, mais aussi de tester la réaction d’Ambre face au surnaturel. Deuil avait été quelque peu discret, le Dullahan ne l’était pas le moins du monde. D’ailleurs la nécromancienne ne tenait pas vraiment à ce qu’il reste trop longtemps à la vue de tous et qu’il puisse prendre son envol le plus rapidement possible. Elle s’installa sur la banquette écarlate, l’intérieur du carrosse sans être chauffé était toujours mieux isolé que le reste des ruelles de Star City.

« Si c’est toujours trop froid, je vous mènerais à un endroit qui conviendra mieux à quelqu’un comme vous. La fraîcheur de l’hiver a tendance à me laisser de marbre. » Une fois qu’Ambre serait montée, le Dullahan les mènerait de toute façon jusqu’au Necropolitan, un endroit où les vivants côtoyaient les morts, ce qui serait des plus adéquats. « Vos activités ne sont pas passés inaperçues comme vous devez vous en douter et je ne parle pas de votre commerce du thé. Je ne vais pas y aller par quatre chemin par ailleurs… J’ai une question essentielle à laquelle j’aimerais que vous répondiez. Qu’êtes-vous exactement ? »
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 2 Fév - 10:56 Message | (#)

Si Ambre ne montrait aucune agressivité, qu’un soupçon d’inquiétude, elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce que lui voulait cette femme étrange. Enfin, étrange n’était pas vraiment le terme le plus approprié dans une ville comme Star City où tout ce qui était normal et ordinaire était justement ce qui était le plus bizarre. Ambre avait longtemps fait partie des bizarres, ne se mêlant pas aux affaires des supers et des autres, se contentant de vivre sa petite vie, de vivre ce rêve qu’elle avait atteint enfin en ouvrant son salon de thé. Elle travaillait dur, ne rendait des comptes à personne et se satisfaisait de sa vie… Jusqu’au jour où elle avait basculé de l’autre côté. Sans qu’elle sache pourquoi, la Chasse Sauvage hantant les Marches d’Ombre était venue la chercher pour qu’elle rejoigne leurs rangs. Réticente au début, elle avait vite lâché prise et s’était éprise de cette nouvelle condition, enivrante et extatique. Cette vague de plaisir qui la submergeait à chaque fois qu’elle grignait un morceau d’âmes, cette excitation qui l’électrisait à chaque fois qu’elle insufflait du chaos dans les veines d’un homme pour le voir le semer autour de lui à son tour. C’était grisant. Étourdissant. Émoustillant. Et pourtant, elle était restée loin de toute activité liée aux supers et aux autres êtres différents, dans cette volonté de préserver sa liberté et son libre arbitre, elle qui détestait se faire dicter sa conduite.

Les yeux de la jolie blonde reprirent leur teinte bleue et elle lâcha son bras. Ambre ne put s’empêcher d’y porter la main et de le masser distraitement, même si la poigne n’avait pas été douloureuse. Elle avait juste été suffisamment forte pour la retenir, ainsi que son attention. Certainement que d’autres auraient refusé la proposition de la jeune femme devant elle, l’envoyant paître et l’agonissant d’injures. Peut-être aurait-elle dû, si ce n’est l’insulter, refuser poliment et retourner à sa petite vie. Elle avait comme une espèce de pressentiment sur leur entretien, sans réellement savoir s’il était bon ou mauvais, sans réellement savoir si elle désirait vraiment s’échapper ou si sa curiosité légendaire l’avait déjà complètement avalée. Le hall de votre immeuble ne me semble pas des plus privés et je n’aurais pas l’outrecuidance de m’inviter chez vous, j’ai déjà attiré votre attention. Si la réponse était attendue, elle permettait néanmoins à Ambre de deviner que la discussion ne devait pas tomber dans l’oreille d’indiscrets. Elle témoignait aussi de… quoi ? D’une certaine sorte de respect ? Alors que la blonde aurait très bien pu s’inviter chez elle, comme elle le disait. Si ça n’était pas un respect dû aux capacités magiques de la française — après tout, elle n’avait jamais fait de vagues et personne ne la connaissait en ville, si ce n’est pour la qualité de son thé et de ses pâtisseries —, c’en était peut-être un qui datait d’une époque révolue où le standard était d’être poli, et non pas un goujat avec chaque personne qu’on rencontrait.

La brume venait jouer avec les flocons dans la ruelle. Elle avalait les contours, les formes. Pourtant, encore une fois, Ambre ne parvenait pas à se convaincre qu’elle devait avoir peur. D’autant que la politesse et la distinction qui s’échappaient de son interlocutrice la séduisaient déjà. Non pas qu’elle eut envie de se retrouver dans ses draps, mais elle appréciait ce genre de comportement plus que celui de la majeure partie du monde à cette époque. Des bruits de sabots lui firent tourner la tête précipitamment. Au fond d’elle, Ambre s’était presque attendue à voir les siens, « sa » Chasse Sauvage, « ses » cavaliers, ses compagnons… Ça faisait un moment qu’ils n’avaient pas eu l’occasion de se croiser… depuis qu’elle avait fini sa « formation »… Et, elle se rendit compte qu’ils lui manquaient. Une légère déception brilla dans son regard quand elle discerna un carrosse et ses deux étalons, dirigé par un cocher sans tête. Et oui, de la déception face à un tel spectacle, c’était étonnant, pour un œil extérieur qui n’avait pas pu suivre le fil de ses pensées. Elle espérait en tout cas que ça ne serait pas mal interprété par sa compagne de la soirée. Vous y serez plus au chaud et je promets de vous ramener chez vous quand nous aurons éclairci quelques points.

Sans un mot, Ambre s’installa à côté de l’inconnue sur la banquette écarlate. La couleur lui tira un sourire presque malicieux. Ses doigts effleurèrent la matière, comme si elle voulait s’assurer, en plus de ses fesses posées dessus, que le carrosse était bien réel. À défaut d’être chauffé, il avait au moins le mérite de les séparer un peu du froid, de la neige et de la légère briser. Si c’est toujours trop froid, je vous mènerais à un endroit qui conviendra mieux à quelqu’un comme vous. La fraîcheur de l’hiver a tendance à me laisser de marbre.C’est déjà mieux, merci. Pour l’instant, ça ferait l’affaire en tout cas. Elle allait demander à la blonde de lui en dire plus quand celle-ci rentra dans le vif du sujet. Ça aussi, elle appréciait. Au moins ne tournait-elle pas autour du pot. Vos activités ne sont pas passés inaperçues comme vous devez vous en douter et je ne parle pas de votre commerce du thé. Je ne vais pas y aller par quatre chemin par ailleurs… J’ai une question essentielle à laquelle j’aimerais que vous répondiez. Qu’êtes-vous exactement ? Ambre eut un petit sourire. Je suis humaine, à la base. Parfaitement banale et normale, si ce n’est peut-être l’obstination que j’ai mise à réaliser mes objectifs… Mais comme l’inconnue l’avait si bien dit, elle ne s’intéressait pas à son salon de thé. Elle haussa les épaules délicatement. Et puis il y a un peu près trois ans et demi, des… créatures sont venues me chercher pour que je rejoigne leurs rangs. Elles appartenaient elle-même à la Chasse Sauvage des Marches d’Ombre.

Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle lui racontait tout ça aussi facilement. Mais qu’aurait-elle bien pu faire d’autre ? Aux sensations qu’elle avait éprouvées quand le fiacre s’était mis en branle, assurément que ses roues ne touchaient pas le sol. Hors de question de sauter. Elle aurait pu s’enfuir en Umbra, mais sa curiosité la retenait sur ce siège. Est-ce que je peux me permettre de vous retourner la question ? finit-elle par ajouter. Elle voulait bien faire quelques révélations, mais pas sans en savoir un peu plus en échange. Comme l’identité de son interlocutrice, mais aussi, ce qu’elle pouvait bien avoir à lui proposer qui l’intéresserait, comme elle le lui avait dit au début de leur entrevue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 4 Fév - 11:19 Message | (#)

Ambre la suivit dans le carrosse sans chercher à s’échapper. Elle faisait à Abigaïl l’impression d’être un papillon attiré par une flamme, incapable de se soustraire à la fascination macabre. Ce qui ne faisait que flatter plus encore l’égo de la nécromancienne. Il était si rare de croiser des gens qui acceptaient simplement de la suivre et de l’écouter. De trop nombreuses fois elle avait dû faire appel à plus de ses pouvoirs pour n’avoir que l’attention d’individus médiocres. Et encore, les débauches déraisonnées de puissance avaient comme effet d’en braquer de nombreux et de les rendre désobligeant, ce qui ne serait pas nécessaire avec cette jeune femme. Abigaïl ne pouvait qu’en apprécier sa compagnie, même pour elle il était relaxant de ne pas avoir à batailler vainement et avoir une simple conversation était un plaisir simple mais parfois rare quand les morts constituaient la majorité de ses interlocuteurs. Sa main caressa le plumage de Deuil d’un air distrait alors que la blonde s’installait en face d’elle.

Le fouet de vertèbres du Dullahan claqua dans l’air et les étalons macabres se mirent en marche. Bien rapidement, leurs sabots ne frappèrent plus le goudron de la ruelle, mais évoluaient dans l’air lui-même. Abigaïl abandonna son brouillard derrière elle, alors que le carrosse prenait une forme obscure, indiscernable dans le ciel nocturne. Son attention revint à Ambre qui répondait à sa question. Ce n’était pas vraiment la réponse à laquelle elle s’attendait, même si cela faisait sens. Elle avait déjà entendu parler des marches de l’ombre. Surtout depuis qu’elle avait récupéré le grimoire du nécromancien Volkhert qui lui-même avait percé les secrets du peuple-serpent, ces créatures qui avaient précédé l’humanité sur Terre. Abigaïl avait invoqué certains de leurs esprits et réussit à connaître la véritable histoire du monde et de l’Atlantide.

« Intéressant… » Abigaïl réfléchit quelques instants à ce qu’elle venait d’apprendre. « Est-ce que vous savez pourquoi cette Chasse Sauvage s’est elle saisie de vous ? Je suppose que c’est elle qui vous a donné la capacité de vous attaquer aux âmes des vivants. » Un pouvoir qu’Abigaïl ne possédait pas, pas sous cette forme en tout cas. Elle avait pu forcer une âme dans un autre corps, mais cela avait été ponctuel et uniquement alors qu’elle-même était un esprit. Ce qui n’avait rien à voir avec ce que faisait Ambre.

Un léger sourire se dessina sur les lèvres de la nécromancienne. Ambre était définitivement d’une politesse délectable. Etait-ce parce qu’Abigaïl l’avait abordée sans son masque ? C’était d’ailleurs un pari risqué, même si Abigaïl Faust n’était pas la personne la plus connue de Star City… Heureusement, la femme qui lui faisait face semblait avoir suffisamment de bon sens pour ne pas chercher à lui nuire, surtout alors qu’elles se contentaient d’avoir une petite conversation dans un carrosse hanté.

« Je suppose que je vous dois bien cela après vous avoir abordé de manière aussi agressive dans la rue… Je suis Lady Death, souveraine des non-morts. » Elle aurait pu rajouter de nombreux titres à cela. Porte-Mort de la Moisson. Nécromancienne suprême. Héritière du Premier Nécromancien. Sauf qu’Anton avait longtemps répété à sa sœur qu’enchaîner ainsi les titres n’avait comme effet que de la faire passer pour une femme pompeuse et suffisante. « Mon art est celui de la nécromancie. C’est ainsi que j’ai découvert votre existence. Certains de mes agents sont réduits à une âme et se sont retrouvés victimes de vos pouvoirs alors qu’ils habitaient d’autres corps. Je sais aussi que vous avez remarqué les goules que j’ai envoyé vous surveiller. J’espère que vous ne me reprocherez pas une telle atteinte à votre vie privée, mais je devais m’assurer de ce que vous étiez. » Ce qui était chose faite. Elle pourrait très bien abandonner Ambre chez elle maintenant. Après tout, Abigaïl n’avait rien à voir avec les Marches de l’ombre. Si elle avait sa propre Chasse Sauvage, ses cavaliers étaient des spectres, des fantômes. « Je suis rassurée de voir que vous n’êtes pas un de mes sujets qui tenterait d’échapper à mon règne. » Qui était, malheureusement pour Abigaïl, critiqué par de nombreux morts-vivants. « Maintenant j’aimerais beaucoup savoir si vous attaquer aux âmes des vivants est pour vous une nécessité ou un simple passe-temps. J’aimerais aussi savoir ce que vous avez prévu pour assurer votre anonymat avec une telle occupation. »
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Lun 6 Fév - 10:44 Message | (#)

D’un coup d’œil par la fenêtre du fiacre, Ambre constata en effet qu’il ne touchait plus le sol. Elle n’était guère sujette au vertige, ayant eu l’occasion de chevaucher avec la Chasse Sauvage et pas que sur des plaines brumeuses, ou entre des bâtiments grisâtres. Elle se contenta alors d’observer Star City vue du ciel, ce qu’elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de faire depuis qu’elle était arrivée en avion de France. Elle se détourna pourtant bien vite de sa contemplation pour répondre à la question de l’inconnue. Malgré sa nyctalopie, elle ne parvenait pas à deviner quelles émotions pouvaient passer sur le visage de son interlocutrice dans la pénombre. Sa réponse l’avait-elle satisfaite ou non ? Elle était bien incapable de le savoir. Intéressant… Le silence reprit place pendant quelques secondes. Ambre essayait de comprendre qu’est-ce qui pouvait être intéressant chez elle, et qu’est-ce qu’elle pouvait bien apporter à cette femme, ou bien qu’est-ce que cette dernière pouvait bien lui proposer. Est-ce que vous savez pourquoi cette Chasse Sauvage s’est-elle saisie de vous ? Je suppose que c’est elle qui vous a donné la capacité de vous attaquer aux âmes des vivants. Elle haussa légèrement les épaules. En vérité, elle n’en savait rien du tout. Elle n’avait même jamais pensé à poser la question. Peut-être à cause de toutes les choses qu’elle avait vécues après cette rencontre fatidique, tout ce que ça impliquait comme changement dans sa vie.

Non, je n’en ai aucune idée. répondit-elle finalement. Et, si elle se posait sérieusement la question, elle se rendait compte qu’elle n’en avait pas grand-chose à faire, en fait. Ils lui avaient permis de devenir quelqu’un d’autre, et si elle n’avait rien demandé à personne, elle ne regrettait pas celle qu’elle était devenue aujourd’hui. En effet, c’est elle qui m’a fait telle que je suis aujourd’hui. Dans les ombres de la nuit, elle aperçut un sourire sur le visage de la blonde suite à sa propre question. Elle n’avait aucun intérêt à se montrer impolie. Ce n’était généralement pas comme ça qu’on obtenait des réponses… et elle craignait peut-être un peu d’être propulsée dans le vide en dessous du fiacre si elle avait le malheur de déplaire à sa compagne de la soirée. Elle pourrait toujours essayer d’ouvrir un passage en Umbra pour éviter de s’écraser plus bas dans la ville, mais ça serait certainement une sensation désagréable malgré tout… Et puis son interlocutrice ne lui avait pas donné de raisons de se montrer revêche ou impertinente.

Je suppose que je vous dois bien cela après vous avoir abordé de manière aussi agressive dans la rue… Je suis Lady Death, souveraine des non-morts. Les lèvres d’Ambre se plissèrent légèrement. Cette hypothèse qu’elle avait vaguement émise dans la ruelle n’était pas restée longtemps dans son esprit. Après tout, Lady Death n’était censée qu’être une légende urbaine et rien de plus. D’un autre côté, les légendes avaient toujours une source bien réelle qui les avait inspirées. Mon art est celui de la nécromancie. C’est ainsi que j’ai découvert votre existence. Certains de mes agents sont réduits à une âme et se sont retrouvés victimes de vos pouvoirs alors qu’ils habitaient d’autres corps. Je sais aussi que vous avez remarqué les goules que j’ai envoyé vous surveiller. J’espère que vous ne me reprocherez pas une telle atteinte à votre vie privée, mais je devais m’assurer de ce que vous étiez.Ce n’est rien. Ils n’ont pas été si… invasifs que ça. Et puis j’imagine que si j’avais été à votre place, j’aurais sûrement eu le même genre de réaction. Même si elle était loin d’égaler la femme qu’elle avait devant elle, Ambre se savait bien assez possessive et fière de son salon de thé pour voir d’un mauvais œil quiconque essayait de lui faire de l’ombre et de lui piquer des clients avec un établissement semblable… Alors que Lady Death l’ait faite surveiller ne l’étonnait, au final, guère.

Je suis rassurée de voir que vous n’êtes pas un de mes sujets qui tenterait d’échapper à mon règne. Elle eut un petit sourire qui aurait pu vouloir dire « Moi aussi. », mots qu’elle ne prononça pas. Si leur discussion était courtoise, elle devinait le danger que Lady Death pouvait représenter si elles finissaient dans des camps opposés. Maintenant j’aimerais beaucoup savoir si vous attaquer aux âmes des vivants est pour vous une nécessité ou un simple passe-temps. J’aimerais aussi savoir ce que vous avez prévu pour assurer votre anonymat avec une telle occupation. Ambre pencha légèrement la tête sur le côté. Ses cheveux glissèrent sur son épaule alors qu’elle réfléchissait à quelle réponse donner à son interlocutrice. Sa langue claqua légèrement sur son palais. Ce n’est pas une nécessité. affirma-t-elle. Après tout, elle pouvait très bien vivre sans grignoter des morceaux d’âmes. C’est un peu comme… une tasse de café, ou une boisson énergisante… un shoot d’adrénaline et de… d’excitation. Il était assez dur pour elle de mettre un mot sur les sensations qu’elle vivait quand elle se nourrissait de cette façon. C’est une sorte de complément alimentaire, si on veut… Avec de délicieux effets secondaires. Elle avait toujours l’impression d’être sur un petit nuage, grisée, enivrée quand elle s’y adonnait.

Ses yeux se perdirent un instant dans le vague alors qu’elle y pensait. Elle n’utilisait pas très souvent ce pouvoir, mais chaque fois était comme une dose d’extase dans ses veines, en plus de lui apporter de la vitalité, de chasser la faim et la fatigue. Et d’apprécier le chaos qu’elle semait dans le même temps sur son passage. Après tout, le chaos était une autre facette de son pouvoir. Elle pouvait l’insuffler d’un simple contact, et il était obligatoire pour qu’elle puisse se nourrir d’une âme. Si celle-ci n’était pas chaotique, Ambre n’aurait même pas pu la léchouiller. Revenant à l’instant présent, elle se souvint du reste des interrogations de Lady Death. Elle haussa à nouveau les épaules. Je dois dire que je n’ai pas vraiment penser à ça… Souvent, je me… nourris dans les mauvais quartiers, c’est plus facile… Plus discret. Et la plupart du temps, elle n’avait pas besoin d’insuffler du chaos à la personne avant de festoyer. Et puis ce n’est pas comme si je m’y adonnais tous les jours non plus… Pour l’instant, Ambre n’était connue que pour son salon de thé. Son autre elle, Lady Shadow, n’avait encore jamais suscité l’attention des journaux et ça n’était pas plus mal… Quelque chose cependant lui disait qu’avoir attiré l’attention de Lady Death allait peut-être changer la donne. Elle resta silencieuse encore un moment avant de reprendre. Vous avez dit avoir quelque chose qui pourrait m’intéresser… Simplement discuter d’elle et de ses capacités ne la gênait pas outre mesure, après tout, elle avait assez peu l’occasion de le faire sans s’attirer des regards horrifiés, mais Lady Death l’avait abordée d’une bien certaine manière… Et sa curiosité ne s’était pas totalement apaisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 7 Fév - 21:37 Message | (#)

Il existait une possibilité que la Chasse Sauvage dont parlait Ambre l’ait choisie par pur hasard. Ce n’était pas vraiment quelque chose qu’Abigaïl aimait à penser toutefois. Elle avait découvert que la magie avait une tendance certaine à prendre racine dans certains terreaux bien particuliers. Elle-même devait sa puissance à son ascendance plus qu’à ses longues années d’étude et il ne faisait aucun doute qu’il en serait de même pour sa fille. Evilyn faisait déjà preuve d’une maîtrise des arts sombres inégalée pour quelqu’un de son âge. Qu’Ambre possède quelques ancêtres expliquant son lien avec la Chasse n’aurait pas surpris la nécromancienne. Mais en l’absence du moindre indice l’orientant dans cette direction, elle devait pour le moment plus parier sur un coup du destin. Après tout les êtres puissants et mystiques étaient bien souvent capricieux et difficiles à comprendre. Est-ce que cette Chasse avait un quelconque objectif avec cette jeune femme ? Peut-être. Cela ne rappellerait que trop à Abigaïl l’influence de Méphistophélès sur sa propre existence ainsi que sur la conception de sa fille. Ce qui n’était pas pour la rassurer.

En l’absence de plus d’information, la nécromancienne se contenta d’afficher son visage à l’expression glaciale. Il ne servait à rien de révéler le fil de ses pensées ou de ses doutes pour le moment. Surtout qu’elle avait à sa disposition suffisamment d’espions et de savoirs interdits pour mener sa propre enquête sur le sujet. Il devait exister quelque part, un mort qui en savait plus qu’elle à propos de la Chasse Sauvage des Marches des Ombres. Certains spectres du peuple-serpent qu’elle pouvait invoquer grâce au grimoire du nécromancien Volkhert pourraient même la renseigner sur le sujet. Il lui faudrait juste prendre le temps de les interroger.

« Je suis heureuse de voir que vous ne m’en tenez pas rigueur dans ce cas. De toute façon, maintenant que je sais ce que vous êtes, ou plutôt ce que vous n’êtes pas, je n’ai aucune raison de maintenir une telle forme de surveillance. Mes goules vous laisseront tranquille à l’avenir. »

Les fantômes peut-être pas. Hanter Ambre pourrait se révéler être une précaution et Abigaïl doutait que la jeune blonde en face d’elle accepte de lui donner une mèche de ses cheveux de son plein gré. De quoi façonner une poupée à son effigie grâce à laquelle Lady Death pourrait venir sous sa forme spirituelle à n’importe quel moment pour l’épier. Ou lancer certains maléfices… Même si pour le moment, Abigaïl pensait plus vouloir garder Ambre sous son regard, elle n’avait aucune raison de vouloir nuire à cette jeune femme, bien au contraire. Il y avait quelque chose de fascinant chez elle, quelque chose que la nécromancienne appréciait grandement. Star City abritait de nombreuses créatures ténébreuses. Il ne faisait aucun doute que cette femme en faisait partie et pourtant… Loin de s’apitoyer sur son sort elle avait parfaitement intégré la mystérieuse Chasse Sauvage à son existence. Elle ne fuyait en rien ses nouvelles capacités. Ce qui rappelait à Abigaïl le moment où elle avait étouffé son propre enfant pour échapper à une illusion où elle aurait eu une vie normale.

« Des effets secondaires ? Je dois dire que si les âmes des morts n’ont que peu de secrets pour moi, mes pouvoirs ne me permettent pas d’influencer celles des vivants. Pas comme vous en tout cas. J’ai généralement besoin de leur faire franchir le cap du trépas avant toute chose. »

Oh, elle avait un large éventail de sortilèges à sa disposition pour cela. Tuer et faire souffrir n’avaient jamais été des problèmes pour une nécromancienne talentueuse. Mais soumettre ? Les serviteurs d’Abigaïl étaient irrémédiablement morts. Ceux qu’elle avait ressuscités grâce au parchemin de Toth échappaient à son contrôle. Pour le moment.

« Star City regorge d’individus qui considèrent que leurs pouvoirs leur confèrent un certain devoir. Des hommes et des femmes qui pensent que leur sens moral leur donne une prédisposition à faire des choses justes. » La justice n’était qu’un concept abstrait pour Abigaïl. Après tout la faucheuse ne s’embarrassait que rarement d’une telle chose et la nécromancienne s’identifiait à cette figure folklorique. Peut-être trop pour son propre bien. « Des individus qui peuvent parfois être dotés de pouvoirs mystiques. J’ai remarqué votre activité nocturne, d’autres pourraient le faire et ne pas la considérer de la même façon que moi. » Abigaïl joignit ses mains devant son visage, songeuse.

« J’ai de nombreux moyens à ma disposition. Vous avez vu plusieurs de mes serviteurs et vous vous doutez qu’ils ne se nourrissent pas de mets conventionnels. Ils ont besoin de nutriments que l’on ne trouve que rarement chez des individus consentants. »
La réputation de charognards anthropophages des goules n’était plus à faire et c’était sans compter sur les vampires qui avaient rejoins la Moisson. Abigaïl elle-même se nourrissait parfois de chair ou de l’essence vitale des vivants pour parfaire sa beauté ou se régénérer. « Autant dire que je peux facilement vous fournir de quoi vous nourrir plus régulièrement et ce sans attirer l’attention de qui que ce soit. Bien sûr, j’aimerais encore quelques informations. J’aimerais notamment beaucoup savoir ce que ressentent vos victimes, ceux dont vous grignotez une partie de l’âme. Si vous en avez la moindre idée bien évidemment… »

Une sensation que les morts ne pouvaient probablement pas ressentir. Pour Abigaïl, l’esprit et l’âme étaient deux choses liées et pourtant elle connaissait des créatures douées de l’un mais pas de la seconde. Elle ignorait où elle se plaçait elle-même dans cette classification des composants d’un être. Une chose était certaine, elle pouvait offrir beaucoup de choses à Ambre. De quoi lui assurer sa survie parmi les mortels, les justiciers et les vigilants. Sous l’ordre silencieux de Lady Death, le carrosse noir avait changé de cap. Sa direction n’était plus le Necropolitan, mais la Petite Mort. Le strip-club n’était probablement pas le meilleur endroit pour un premier rendez-vous. Mais c’était là que se trouvaient la plupart des marchandises illégales de la Moisson. Et donc des individus dont Ambre pouvait mordre les âmes sans la moindre conséquence.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 9 Fév - 11:26 Message | (#)

Je suis heureuse de voir que vous ne m’en tenez pas rigueur dans ce cas. De toute façon, maintenant que je sais ce que vous êtes, ou plutôt ce que vous n’êtes pas, je n’ai aucune raison de maintenir une telle forme de surveillance. Mes goules vous laisseront tranquille à l’avenir. Ambre eut un petit sourire. Si en effet, elle ne s’offusquait pas de la surveillance dont elle avait fait preuve, elle était quand même soulagée de savoir que les goules ne l’attendraient plus à chaque coin de rue. Si ces dernières étaient restées distantes, leur présence avait néanmoins fait naître une pointe d’inquiétude chez la française. Si elle savait qu’elle pouvait s’échapper facilement en Umbra, on ne pouvait guère dire que ce genre de créatures soit très agréable à la contemplation. Et puis personne n’aimait se sentir épié et suivi chaque nuit. Elle était rassurée, tant de savoir les goules loin d’elle, que de ne pas être un sujet de la fameuse Lady Death. Clairement, Ambre appréciait son libre arbitre et n’avait pas envie de répondre à un supérieur. Ça n’était pas pour rien qu’elle avait décidé de monter son affaire toute seule, entre autres raisons. Si elle avait dû être sous l’autorité de la mystérieuse à ses côtés, elle ne savait guère comment elle aurait réagi. Pas bien, certainement.

Heureusement, ça n’était pas le cas, et Lady Death ne semblait pas lui vouloir de mal. Juste étancher sa curiosité. Chose qu’Ambre comprenait parfaitement, pour avoir adopté un peu près — en moins extravagant — le même comportement plusieurs semaines plus tôt. Elle continua alors d’expliquer comme elle le pouvait en quoi consistait ses dons et ce qu’ils impliquaient pour elle, pour son quotidien. Des effets secondaires ? Je dois dire que si les âmes des morts n’ont que peu de secrets pour moi, mes pouvoirs ne me permettent pas d’influencer celles des vivants. Pas comme vous en tout cas. J’ai généralement besoin de leur faire franchir le cap du trépas avant toute chose. Ambre s’autorisa un petit sourire malicieux. Tout à fait. En plus de m’apporter un sursaut d’énergie non négligeable, ces morceaux d’âmes ont un effet grisant et exaltant. Ça pouvait être dangereux, puisqu’elle se sentait tour à tour invincible et maîtresse du monde, avec l’envie d’en consommer plus, le désir de se frotter un peu plus à ce corps. C’était parfois comme un aphrodisiaque. Et puis, il fallait bien l’avouer : semer le chaos dans son sillage la satisfaisait tout particulièrement. Comme une enfant s’amusant avec ses poupées, même si, une fois le chaos insufflé, elle n’avait aucune matière de le guider dans un sens ou dans l’autre… après tout, c’était le chaos, par défaut, il était l’antithèse de l’ordre.

Malgré tout, elle restait discrète. Elle n’utilisait ses pouvoirs que dans les mauvais quartiers, là où son influence ne serait pas forcément décelée. Après tout, les bagarres et leurs conséquences, leurs dérives, étaient monnaie courante dans ces rues. C’était parfois un peu décevant, car le chaos ne détonnait pas de la toile parfaitement ordonnée du reste de la ville, mais bon, on se protégeait comme on pouvait. Star City regorge d’individus qui considèrent que leurs pouvoirs leur confèrent un certain devoir. Des hommes et des femmes qui pensent que leur sens moral leur donne une prédisposition à faire des choses justes. La jeune femme afficha une petite moue. Elle en avait rencontré une, dans son salon de thé, qui avait semé le désordre par sa présence. Du moins, c’était ce qu’elle en avait déduit quand des insectes mutants avaient manqué de dévaster son établissement alors qu’il ne lui était jamais rien arrivé. Néanmoins, la brunette avait eu une telle volonté de défendre la veuve et l’orphelin — ou plutôt les ménagères dans le cas qui l’intéressait — qu’elle n’avait pu que faire partie des « gentils ». C’était étrange comme elle pouvait se complaire dans le chaos dans sa vie privée mais qu’elle vénérait l’ordre au Quill & Tea. Des individus qui peuvent parfois être dotés de pouvoirs mystiques. J’ai remarqué votre activité nocturne, d’autres pourraient le faire et ne pas la considérer de la même façon que moi. Elle resta silencieuse, méditant sur les mots de Lady Death.

Avait-elle été repérée par un défenseur de l’humanité ? Que ce soit l’humanité dépravée des bas-fonds de Star City ? Elle n’en savait rien. Elle n’avait pas (encore ?) subi de représailles en tout cas. La discussion dériva ensuite sur ce que Lady Death avait à lui proposer. J’ai de nombreux moyens à ma disposition. Vous avez vu plusieurs de mes serviteurs et vous vous doutez qu’ils ne se nourrissent pas de mets conventionnels. Ils ont besoin de nutriments que l’on ne trouve que rarement chez des individus consentants. Ambre hocha la tête. C’était logique. Si elle était souveraine des non-morts, ça lui donnait une certaine obligation envers ses sujets. À moins de vouloir imiter Marie-Antoinette et de finir à la guillotine. Autant dire que je peux facilement vous fournir de quoi vous nourrir plus régulièrement et ce sans attirer l’attention de qui que ce soit. Bien sûr, j’aimerais encore quelques informations. J’aimerais notamment beaucoup savoir ce que ressentent vos victimes, ceux dont vous grignotez une partie de l’âme. Si vous en avez la moindre idée bien évidemment… La jeune femme réfléchit un instant avant de répondre. J’ai remarqué un affaiblissement équivalent à mon regain d’énergie, ainsi qu’une tendance à accomplir des actes chaotiques plus importante. Pour ce qui est des sensations qu’ils peuvent éprouver, à part celle de faiblesse, je n’en ai pas la moindre idée. Elle eut un petit rire. Je ne me suis jamais arrêtée pour le leur demander.

Elle laissa un instant le silence reprendre ses droits, à peine rompu par le courant d’air soulevé par l’avancée du carrosse. J’imagine que votre proposition de me fournir de la nourriture n’est pas sans contrepartie, je me trompe ? avança-t-elle. Si je venais à accepter, que demanderiez-vous en échange ? Car Ambre n’était pas bien sûre d’être prête à sacrifier sa liberté juste pour une facilité de repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 11 Fév - 13:00 Message | (#)

Ce que décrivait Ambre pouvait rappeler à Abigaïl ce que certains vampires, parmi les plus anciens, pouvaient ressentir en se nourrissant du sang de leurs victimes. Bien sûr dans leur cas, ils avaient depuis longtemps dépassé le stade de la survie et se délectaient de sang uniquement pour le plaisir, ce qui était assez semblable à la française. Mais terriblement différent de ce que ressentait Abigaïl dans son cas particulier. Elle ne se nourrissait pas des âmes, pas forcément du sang, mais de l’essence vitale elle-même. Lorsqu’elle absorbait l’énergie de quelqu’un, elle pouvait ressentir ce transfert, toute cette vitalité qui coulait en elle. C’était grisant, comme la sensation que l’on ressentait lorsqu’on se nourrissait après un jeûne prolongé mais décuplée. Sauf que cela ne ressemblait pas vraiment à l’exaltation que ressentait Ambre. Autant dire que la nécromancienne ne semblait pas avoir finie d’être intriguée par ce qu’elle entendait de son interlocutrice.

« Et malgré tout cela, ils ne sont pas nécessaires… »

Cela ressemblait presque à une drogue. Pas étonnant que la propriétaire d’un salon de thé ait commencé à se créer une identité dédiée à ces petits festins, ou encore qu’elle ait fini à attirer l’attention des agents de la Moisson. Est-ce que le plaisir allait croissant ? Ou bien au contraire, y avait-il une accoutumance qui pousserait Ambre à se nourrir de manière plus fréquente ou intense, amenant de plus en plus de monde à sa porte pour chercher des réponses comme Abigaïl l’avait fait. C’était un jeu dangereux qui se jouait là et la nécromancienne, ni son interlocutrice, n’avaient toutes les cartes en main. Les spectres avaient pu décrire ce qui s’était passé, car ils étaient des identités éthérées, des âmes brutes aux sens inédits. Est-ce que les vivants savaient ils vraiment ce qui leur arrivait quand ils étaient victimes des petits repas de la française ?

« Des actes chaotiques ? » Abigaïl ne put s’empêcher de repenser à la secte du Chaos. Une organisation satanique qui avait fait entendre parler d’elle à Star City et qui avait tenté plusieurs fois de la tuer. Jusqu’à ce que la nécromancienne et son alliée du moment, une sorcière celtique qu’elle n’avait malheureusement plus jamais revue, s’occupent de tous les massacrer jusqu’au dernier. Deuil s’était régalée de toutes ces âmes impies, jusqu’à ce qu’Abigaïl ne les échange au démon Bélial en échange de celle de Jack Talley et de son neveu Renan Le Guerec, libérant ce dernier de son pacte avec l’archidémon Nechtaan. Ah, des souvenirs d’une époque plus simple, où Lady Death était si peu connue, la Moisson si embryonnaire, qu’Abigaïl pouvait agir presque impunément. « Cela risquerait d’attirer l’attention, si vous laissez derrière vous des hordes de violeurs et meurtriers qui sont poussés à ces actes par la perte d’un fragment de leur âme. » Est-ce que l’âme était capable de se reconstituer après ? Peut-être. Décidément, il y avait beaucoup de questions pour trop peu de réponses aux goûts d’Abigaïl. Elle qui était habituée à tout contrôler, jusqu’aux moindres gestes de ses serviteurs.

Ce fut toutefois à Abigaïl de sourire à la remarque d’Ambre. « Ah, je vois que vous êtes intelligente en plus d’être jolie. Non en effet, rien n’est jamais gratuit, mais je sais me montrer généreuse. » Abby était une collectionneuse, elle appréciait de pouvoir compter des gens extraordinaires dans son entourage. Mais il était trop tôt pour y ajouter Ambre. « Vous avez attisé ma curiosité, plus que je ne le pensais possible à mon âge. Je possède un navire capable de se rendre dans n’importe quel monde et vous êtes la première personne que je rencontre à posséder une véritable connaissance de l’Umbra. J’apprécierais beaucoup que vous me serviez de guide pour m’y rendre lors d’une de mes expéditions. En échange de cela et peut-être de quelques services ponctuels, je suis prête à vous laisser un libre accès aux esclaves dans mes établissements, dont vous pourrez vous nourrir allégrement. »

Ambre avait de la chance. La dernière personne à avoir demandé un service de Lady Death avait dû promettre de dérober la monture du cavalier de l’apocalypse de la mort pour elle.

« Avant cela, je dois dire que ma curiosité se doit d’être épanchée d’une autre manière. Je côtoie beaucoup de morts et il y a certaines sensations, réservées aux vivants, qui se font rare. Comme ce que vous infligez à vos victimes. » D’un geste de la main, Abigaïl repoussa les esprits protecteurs qui la protégeaient de toute influence magique. Ambre put apercevoir des silhouettes verdâtres qui apparurent un bref instant avant de disparaître. « J’aimerais que vous vous nourrissiez de moi. Qui sait, cela pourrait me renseigner sur si oui ou non, j’ai encore une âme. » Un léger sourire ourla les lèvres d’Abigaïl. Le carrosse venait de s’arrêter devant la porte de la Petite Mort. Vassilissa, la garde du corps personnelle de la nécromancienne attendait paisiblement sur le trottoir. « Alors, qu’en dites-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Sam 11 Fév - 16:25 Message | (#)

Et malgré tout cela, ils ne sont pas nécessaires… Ambre secoua légèrement la tête négativement. Non, ils n’étaient pas nécessaires. Du moins pas pour l’instant. Elle n’avait aucune idée si ça devait changer dans un futur plus ou moins proche et ne s’était en vérité jamais vraiment posé la question. Est-ce que si elle grignotait trop d’âme trop souvent, elle ne parviendrait plus à se sustenter avec de la nourriture humaine ? Elle n’en savait rien. Deviendrait-elle obligée d’exercer une forme de cannibalisme ? Non, ça n’en serait pas. Après tout, qui lui disait qu’elle était encore vraiment humaine ? En tout cas, si elle venait à en arriver à un point où elle ne pourrait plus que se nourrir d’âmes, assurément qu’elle ne le serait plus… N’est-ce pas ? Tout cela était bien flou, surtout pour elle qui s’était toujours tenue éloignée de tout ça. Elle qui n’avait jamais réellement jugé utile de se renseigner sur ce que pouvaient vivre les êtres différents.

Elle se perdit un instant dans ses pensées alors que le silence prenait peu à peu ses droits dans le carrosse. Grâce à sa discussion avec Lady Death, Ambre se rendait compte qu’il y avait encore de nombreuses zones floues, de nombreuses choses qui lui échappaient en ce qui concernaient ses capacités. Jusqu’à présent, elle s’était contentée d’apprendre à les maîtriser, sans trop chercher plus loin. Elle s’était laissée porter par l’instant présent, et elle se rendait compte maintenant que ça avait peut-être été une erreur. S’était-elle laissée porter par les affres du chaos elle aussi ? Ne cherchant pas à y mettre l’ordre méthodique dont elle avait fait preuve durant les précédentes années de son existence ? Elle qui avait si bien organisé sa vie pour arriver à l’aboutissement de son rêve, son salon de thé, voilà qu’elle se retrouvait à faire n’importe quoi — ou presque, après tout, elle faisait attention à ses lieux de « chasse » — en ce qui concernait sa nouvelle nature. Était-ce l’influence du chaos ou bien l’envie de lâcher prise après s’être imposé tant de règles ? Ou un peu des deux ?

Des actes chaotiques ? La voix de Lady Death la tira de ses pensées. Cette fois la française hocha la tête. Oui… Ils adoptent un comportement conflictuel, cherchent la bagarre, ont un comportement illogique et imprévisible. En tout rien qu’elle ne pouvait diriger dans un sens ou dans l’autre. Là était bien l’influence du chaos… chaotique jusqu’au bout, même pour sa servante. Cela risquerait d’attirer l’attention, si vous laissez derrière vous des hordes de violeurs et meurtriers qui sont poussés à ces actes par la perte d’un fragment de leur âme. Les yeux d’Ambre s’écarquillèrent légèrement. Oh non, non. Je… Mon influence s’estompe au bout d’une vingtaine de minutes, voire plus vite si je m’éloigne de la personne concernée… Je ne crois pas que quelqu’un soit déjà mort à cause de… moi. Elle savait que personne n’avait été une victime fatale de son pouvoir alors qu’elle assistait à la scène… mais qu’en était-il de celles qu’elle avait « fuies » ? Celles où elle ne s’était pas attardée ? Le chaos disparaissait alors bien vite, mais il ne fallait parfois pas plus de quelques secondes pour réussir à tuer quelqu’un quand on avait la technique, l’équipement, ou le pouvoir d’y parvenir.

Peut-être qu’il serait plus sûr d’accepter la proposition de Lady Death de lui fournir sa nourriture… Pourtant, elle ne pouvait pas le faire tant qu’elle n’aurait pas connaissance des conditions qui accompagnaient cette offre. Ah, je vois que vous êtes intelligente en plus d’être jolie. Non en effet, rien n’est jamais gratuit, mais je sais me montrer généreuse. Ambre se contenta d’attendre en silence qu’elle poursuive. Ça ne servait à rien de la presser de questions alors que les réponses viendraient bien assez vite. Vous avez attisé ma curiosité, plus que je ne le pensais possible à mon âge. Je possède un navire capable de se rendre dans n’importe quel monde et vous êtes la première personne que je rencontre à posséder une véritable connaissance de l’Umbra. J’apprécierais beaucoup que vous me serviez de guide pour m’y rendre lors d’une de mes expéditions. En échange de cela et peut-être de quelques services ponctuels, je suis prête à vous laisser un libre accès aux esclaves dans mes établissements, dont vous pourrez vous nourrir allégrement. Elle écouta avec une attention particulièrement les mots de Lady Death. Servir de guide, ça ne devait pas être trop gênant, si elle possédait, comme elle le disait, un navire capable de la faire voyager entre les dimensions. Les services ponctuels, par contre… Ses lèvres se plissèrent légèrement. Tout dépendait de ce qu’ils étaient. Ambre aimait sa liberté de mouvements. Savoir quelqu’un capable de la convoquer n’importe quand pour un service qu’elle n’aurait pas forcément envie d’accomplir, c’était autre chose. Elle s’apprêta à demander plus d’informations sur lesdits services, mais la légende urbaine — plus si fictionnelle que ça — à côté d’elle reprit la parole.

Avant cela, je dois dire que ma curiosité se doit d’être épanchée d’une autre manière. Je côtoie beaucoup de morts et il y a certaines sensations, réservées aux vivants, qui se font rare. Comme ce que vous infligez à vos victimes. Elle fronça légèrement les sourcils, constata aussi les silhouettes verdâtres qui s’éloignèrent de son hôte, sans savoir ce qu’elles étaient. J’aimerais que vous vous nourrissiez de moi. Qui sait, cela pourrait me renseigner sur si oui ou non, j’ai encore une âme. La jeune femme ne rendit pas son sourire à la souveraine des non-morts. Seulement deux autres personnes lui avaient demandé de faire étalage de ses pouvoirs : sa meilleure amie, pour essayer de comprendre ce qu’elle vivait à l’époque où c’était tout nouveau pour elle ; et Morgan, juste pour s’amuser et voir ce que ça donnait sur les autres personnes. Il n’en restait pas moins qu’elle préférait les utiliser quand ça lui chantait et avec un public assez peu attentif. Malgré tout, elle se voyait mal refuser. Alors, qu’en dites-vous ? la tira-t-elle de son silence introspectif. Ambre poussa un léger soupir. Elle baissa les yeux sur ses mains et retira ses gants, sentant à peine l’atterrissage du carrosse. Quoi qu’il se passe, j’espère que vous vous souviendrez que c’est vous qui avez demandé. Elle tendit sa main droite, paume vers le haut, vers Lady Death, l’invitant à lui donner la sienne. Il me faut un contact peau contre peau. précisa-t-elle d’une voix placide.

Quand elle fut enfin en contact avec la peau pâle de Lady Death, Ambre fit appel à son pouvoir. Elle le sentit s’élancer vers cette nouvelle victime, rechercher les rubans d’âme à sa portée, semant quelques gouttes de chaos se traduisant par des pensées erratiques. Il s’y accrocha avec une certaine douceur, comme lorsqu’on récupère de la crème au bout de ses doigts dans un pot. Dans le même « mouvement » métaphysique, Ambre sentit la vigueur se communiquer à elle. Une vigueur comme elle n’en avait jamais vraiment sentie, s’attaquant toujours à des humains, jusqu’à preuve du contraire. Elle poussa un petit hoquet qui se mua en gémissement avant qu’elle puisse verrouiller ses lèvres. Elle retira néanmoins prestement sa main, rompant le contact. Il n’avait pas duré suffisamment longtemps pour que Lady Death se retrouve à faire n’importe quoi — comme arracher la doublure de la banquette ou autres activités farfelues et incohérentes —, et Ambre se demandait si elle aurait été seulement capable d’influer réellement sur son interlocutrice. Après tout, leur puissance était loin d’être égale.

Sa main gauche entourant son poignet droit, le tenant contre son buste, Ambre avait le souffle court. La brièveté du contact avait été suffisante malgré tout pour que la tête lui tourne et qu’elle sente des frissons s’emparer de ses membres par intermittence, comme des résidus de plaisir. Elle s’humecta les lèvres et déglutit avant de reprendre la parole. Il semblerait que vous ayez encore une âme… et qu’elle n’ait rien en commun avec celle des humains normaux. Ambre poussa un petit soupir vibrant. Je n’ai jamais rien senti de tel… Lady Death avait pensé à de la drogue… Si Ambre ne s’en était pas trouvée dépendante jusque-là, ce shoot qu’elle venait prendre aurait sûrement pu rendre accro n’importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 11 Fév - 22:19 Message | (#)

Illogisme et imprévisibilité. Abigaïl ne pouvait pas vraiment se targuer d’avoir jamais agi de cette façon. Pas depuis longtemps en tout cas. Il y avait bien eu ce moment où elle avait laissé ses sentiments la deviner, après sa fausse couche, quand elle avait pensé avoir perdu ses deux enfants à naître. Pendant un cette terrible nuit, elle avait complètement abandonné son humanité, poussée par le chagrin, elle avait complètement embrassé sa nature de liche. Cela n’avait pas suffit. Cela ne lui avait pas suffit. Elle avait envisagé de plonger Star City dans le feu et le sang, de lancer ses armées des morts à l’assaut de la ville. Non pas pour affronter la Légion, mais pour massacrer tous les vivants, pour ne laisser derrière elle que ses serviteurs morts-vivants. Heureusement, le Darach et Renan avaient réussi à la raisonner et à l’empêcher de mettre en œuvre son plan. C’était peut-être le seul moment de sa vie, durant ce siècle, où elle avait laissé ses émotions dicter ses actes.

Et pourtant, elle en avait envie. Elle voulait goûter à cette faiblesse, à ce chaos que lui promettait Ambre. Pour quelqu’un de normal, cela pouvait sembler horrible, une perte de contrôle. Mais pour une morte ? C’était une preuve de vitalité comme on en trouvait peu, c’était se libérer un peu du carcan de la tombe, de cette logique implacable qu’était celle des ossements dénudés de chair et des esprits désincarnés. Il y avait beaucoup d’émotions dans la mort pourtant, mais bien souvent Abigaïl s’en sentait dépourvue, coupée. Elle ne comprenait qu’à peine les revenants tels que les vampires qui se laissaient commander par leurs instincts et leurs désirs impies.

« Vous n’avez pas de sang sur les mains, pas que je puisse ressentir si cela peut vous rassurer. Il n’y a pas de spectre qui rode dans votre sillage, tentant désespérément d’obtenir une quelconque vengeance. Vous êtes probablement l’une des rares personnes avec vos capacités à être aussi innocente. »

Surtout chez ceux qui touchaient à la magie noire, quelle que soit sa forme. Bien sûr, pour beaucoup de gens, la nécromancie était le plus sombre des arts noirs. Abigaïl avait appris que toute forme de magie, même les plus corruptrices, pouvaient être contrôlées avec force de volonté. Ambre n’avait pas succombé à l’appel des ténèbres, si ténèbres il y avait. En tout cas il y avait un élément qui avait intrigué la nécromancienne. La présence d’Ambre était-elle nécessaire pour que les comportements dont elle parlait se manifestent ? Décidément, il y avait beaucoup trop de questions. Chose à laquelle Abigaïl n’était pas habituée, les morts étaient si prompts à révéler leurs secrets et à prodiguer leurs conseils quand on savait comment le leur demander. Ils n’avaient plus aucun intérêt à mentir.

Il ne restait qu’un moyen de vérifier ce qu’il en était véritablement. Quelle reine serait Abigaïl si elle ne partageait pas rien qu’un peu le supplice de ses serviteurs ? Des morts avaient subi le festin d’âme d’Ambre et elle comptait bien en faire l’expérience à son tour. Surtout si cela lui permettait de raffermir un peu le lien naissant qu’elle sentait l’unir à la française. La nécromancienne voyait par trop en certains moments sa propre personne, habitée d’un pouvoir ténébreux mais enivrant. Qu’est-ce qu’Abigaïl aurait donné pour avoir quelqu’un pour la guider à cette époque… Ceux qui avaient été à ses côtés avaient été loin d’être des protecteurs attentionnés, ils avaient tous cherché à tirer partie des pouvoirs naissants d’Abigaïl. Aussi naïf que cela puisse paraître, la nécromancienne ne comptait pas faire de même. Elle était plus intéressée par le fait d’avoir Ambre à ses côtés que d’en faire une arme. La nécromancienne avait déjà commencé à réunir des apprenties, des jeunes femmes avec un potentiel certain pour la pratique des arts noirs.

« Je me considère comme entièrement responsable de ce qui adviendra par la suite. Si vous vous inquiétez d’une possible réaction de la part de mes sujets, croyez-moi, il n’en sera rien. Je peux même m’assurer que jamais vous ne soyez importunée par les enfants de la mort. »


C’était un bien maigre bonus, mais au moins Ambre ne finirait pas vidée de son sang par un vampire, possédée par un esprit frappeur ou sa moelle sucée hors de ses os par une meute de goules. Les sujets de Lady Death avaient appris à ne pas aller contre les ordres de la nécromancienne et ils savaient déjà qu’ils ne devaient pas s’attaquer aux agents de Tesla ou aux membres de la Rose des Vents. Abigaïl retira son gant noir, plaçant sa main à la peau froide sur celle d’Ambre.

Ce qui suivit fut une expérience inédite pour elle. Chose assez rare quand on considérait qu’elle était âgée de plus de deux siècles et s’était laissée aller à beaucoup d’aventures dans d’autres dimensions. Elle sentit la faiblesse l’envahir, passagère et aussitôt chassée par un grondement qu’elle ne connaissait que trop bien. Deuil écarta ses ailes et poussa un croassement lugubre alors qu’Abigaïl entendait dans son esprit une sorte de sifflement dédaigneux. Les défunts n’appréciaient pas que l’âme de leur reine soit ainsi attaquée par une magie étrangère et la nécromancienne pouvait sentir leur propre essence se mêler à la sienne, comme pour pallier au manque qui venait de se créer. Il y eut des images, qui se succédèrent un instant dans son esprit. Mais elles disparurent quand le contact s’interrompit abruptement. Un soupir glissa entre les lèvres de la nécromancienne, écho du gémissement d’Ambre.

« Voilà qui était intéressant. »
Les doigts d’Abigaïl se refermèrent alors que les esprits protecteurs dont elle se nimbait refirent leur apparition, tournoyant autour de leur maîtresse comme pour tenter de la purger de toute influence néfaste. Les yeux de la nécromancienne étaient toutefois devenus deux puits de ténèbres, semblables à ceux qu’elle arborait sous sa forme angélique, alors qu’elle les posait sur Ambre. « Je suis flattée de voir que mon âme ne vous laisse donc pas indifférente. » Glissa-t-elle avec un sourire en coin. Peut-être aurait-elle dû la prévenir de sa nature particulière. La mère d’Abigaïl avait été maintenue en vie par des rites impies et une science occulte pour permettre à sa grossesse d’arriver à son terme, invitant une présence abyssale dans son corps. La nécromancienne et son frère jumeau étaient presque plus les enfants de la mort elle-même que d’humains. Sans parler de toute son ascendance mortelle qui se déroulait tout le long de l’histoire de la pratique de la nécromancie. « Vous allez bien ? Je crois que nous avons toutes deux mériter un remontant. »

Les yeux d’Abigaïl étaient redevenus d’un bleuté glacial. Elle tendit de nouveau la main à Ambre, mais pour l’aider à quitter le carrosse en direction de la Petite Mort. Sûrement qu’un strip-club n’était pas l’endroit le plus adapter pour deux jeunes femmes. Mais il y avait des endroits tranquilles auxquels seule Abigaïl avait accès. Et il y ferait plus chaud que dans le carrosse… Quoiqu’Ambre ne semblait plus gênée par le froid.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Lun 13 Fév - 10:45 Message | (#)

Vous n’avez pas de sang sur les mains, pas que je puisse ressentir si cela peut vous rassurer. Il n’y a pas de spectre qui rode dans votre sillage, tentant désespérément d’obtenir une quelconque vengeance. Vous êtes probablement l’une des rares personnes avec vos capacités à être aussi innocente. Ambre hocha la tête. Elle ne savait pas si elle avait cherché à être rassurée ou non. Elle ne savait pas si elle s’inquiétait réellement de causer la mort dans son sillage en plus d’y semer le chaos. Après tout, la Chasse était aussi liée à la mort, en plus de l’être au chaos. La frontière entre le bien et le mal était réduite à une peau de chagrin. Ils pouvaient faire l’un comme l’autre, tant que le chaos s’installait. Pour Ambre, la limite était encore nette cependant, elle qui n’avait fini son apprentissage qu’il y a quelques mois. Elle la sentait s’estomper à chaque fois qu’elle utilisait ses pouvoirs toutefois, à chaque fois qu’elle appartenait un peu plus à la Chasse en accomplissant la mission qu’on lui avait donnée.

Sa mise en garde avait plutôt eu pour but de s’assurer une certaine protection. Elle ne s’inquiétait pas vraiment de ce qu’il pouvait arriver à Lady Death si elle utilisait son pouvoir si elle, mais bien à la réaction que celle-ci aurait si ce qu’elle ressentait ne lui plaisait pas. Il aurait fallu être parfaitement stupide, en plus d’être aveugle, pour ne pas deviner que la colère de la légende urbaine pouvait être terrible et létale. Malgré tout, à mesure que les minutes en sa compagnie s’égrenaient, Ambre se prenait à lui faire confiance, d’une certaine façon. Je me considère comme entièrement responsable de ce qui adviendra par la suite. Si vous vous inquiétez d’une possible réaction de la part de mes sujets, croyez-moi, il n’en sera rien. Je peux même m’assurer que jamais vous ne soyez importunée par les enfants de la mort. Il lui semblait qu’elles possédaient un sens de l’honneur assez similaire. Si Ambre pouvait être chaotique, sa loyauté et son respect n’en pâtissaient jamais. Elle pressentait que les promesses proférées par Lady Death étaient de celles qui seraient tenues. Dans un soupir, elle referma alors ses doigts autour de la main de son interlocutrice.

Le contact fut d’abord froid, car la température de la peau de la souveraine des non-morts n’était pas plus élevée que la température ambiante. Elle fut vite chassée cependant, remplacée par un flux d’énergie, de vigueur, important, comme elle n’en avait jamais connu auparavant. Comme une décharge électrique qui avait rechargé tout son corps dans un coup de jus brutal. Pourtant, la sensation, si surprenante et virulente, était d’autant plus délicieuse et extatique. Malgré tout, une telle puissance lui fit peur. Ce fut plus cela que le croassement du corbeau qui la fit retirer sa main. Cette puissance qui réveillait en elle non la peur de représailles, mais celle de devenir accro à elle. Sa main contre son buste, Ambre cherchait à retrouver sa respiration. Son corps frémissait d’autant plus qu’elle essayait d’empêcher ses tremblements. Lady Death aurait tout aussi bien pu la laisser pantelante entre des draps humides, en ce qui concernait ses perceptions sur le moment.

Voilà qui était intéressant. Ambre se tourna au son de la voix de sa compagne pour la soirée. Elle nota les ténèbres qui avaient envahi son regard. Elle ne savait pas si elles étaient de plus mauvais augure que lorsque ses yeux devenaient blancs. Je suis flattée de voir que mon âme ne vous laisse donc pas indifférente. Pour toute réponse, Ambre eut un sourire un peu faible. Ne pas la laisser indifférente était un euphémisme. Vous allez bien ? Je crois que nous avons toutes deux mériter un remontant. La française eut un petit rire. Je pense l’avoir déjà eu, mon remontant… mais un peu d’alcool pour noyer tout ça ne serait peut-être pas une mauvaise idée. Glissant ses gants dans son sac à main, Ambre prit la main que lui tendait Lady Death. Tant qu’elle ne faisait pas appel à son pouvoir, un contact n’avait rien de dangereux… sauf si son hôte se prenait l’envie de tester sur elle ses sombres capacités.

Descendues du carrosse, Ambre remarqua l’endroit devant lequel elles s’étaient arrêtées. Elle était déjà passées dans le quartier, pour y trouver quelque remontant, justement, mais ne s’était jamais introduite que dans les établissements dont l’enseigne se faisait plus miteuse et peu avenante. Là, elle contemplait le visage d’une femme qui lui rappelait les légendes mexicaines, le nom du club en lettre rouges et violettes : La Petite Mort. Elle suivit Lady Death à l’intérieur. Elle y découvrit un club de strip-tease. Le choix du lieu était pour le moins étonnant et Ambre leva un sourcil interrogateur. Pour elle qui avait été exaltée par le fragment d’âme de la souveraine des non-morts, un tel club n’allait certainement pas l’apaiser. Sa nyctalopie lui permit de discerner quelques détails de la décoration et du maquillage des danseuses, malgré la lumière tamisée. Son regard s’attarda celle qui se déhanchait langoureusement sur l’estrade. Elle avait de longs cheveux noirs et une peau d’une légère couleur cuivre. Elle était magnifique. Ambre se perdit un instant dans la contemplation de ses formes avant de battre des paupières et de se tourner vers Lady Death. Elle n’était pas là pour profiter de la vue, aux dernières nouvelles, mais bien pour poursuivre leur discussion et connaître le fin mot de cet accord que la blonde lui proposait. Était-ce pour cela qu’elle l’avait amenée ici ? Pour la distraire et endormir sa vigilance ?

Étonnant choix d’établissement pour poursuivre notre conversation. fit-elle remarquer. Ses yeux finirent par tomber sur le bar un peu plus loin. Qu’avez-vous à me proposer comme boisson ? Elle voyait la barmaid confectionner différents cocktails aux couleurs toutes plus surprenantes les unes que les autres… et elle se demandait bien ce qu’ils pouvaient contenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 15 Fév - 18:44 Message | (#)

Abigaïl n’avait pas vraiment pensé à de l’alcool, mais quel établissement aurait été La Petite Mort s’il n’en avait pas servi ? Une fois à l’intérieur, la nécromancienne prit quelques instant pour s’arrêter et contempler ce qui l’entourait. Son air sévère cachait en réalité une pointe de fierté, car elle pouvait sentir la présence obscure de la mort tout autour d’elle et d’Ambre. Elle pouvait la ressentir à travers les corps élancé des serveuses et des danseuses, à travers la présence froide de Vassilissa qui était devenue semblable à son ombre. Puis il y avait les autres morts, ceux qu’on ne voyait pas, car leurs ossements avaient été déposés avec soin entre les murs, faisant du strip-club une cathédrale d’os, un cimetière dressé.

Surin, le barman, se présenta aux deux femmes avec un sourire enjoué, qui cachait bien sa nature sinistre, aussi bien que la beauté des employées de l’établissement. En temps normal, il aurait été un cauchemar d’assurer la sécurité de qui que ce soit dans un tel établissement, mais bien sûr la Petite Mort était le royaume de Lady Death, tous ceux qui s’y trouvaient, mis à part les clients, étaient des marionnettes dont elle tirait les ficelles. Pour le moment et comme la plupart du temps, elle les laissait vagabonder comme bon leur semblait, s’emmêler les fils, mais à n’importe quel instant, Abigaïl pouvait reprendre le contrôle. Ce qui expliquait pourquoi la vampire qui accompagnait en silence Ambre et la propriétaire des lieux restait sereine. Le fait qu’elle doive être la seule personne avec des armes à feu dans ce lieu devait aussi aider.

« Cet établissement m’appartient. » Ambre avait déjà vu son visage, à quoi bon en cacher plus ? Elle avait été particulièrement imprudente dans son approche de la jeune française. Plusieurs de ses conseillers ainsi qu’Anton désapprouveraient. Surtout que le toucher chaotique dont elle avait été victime, bien qu’un bref instant, pouvait empirer les choses. « Vous pouvez y trouver des choses bien plus exotiques que de la simple boisson. Mais si c’est boire que vous voulez, il y a de tout. Pourquoi est-ce que tu ne sortirais pas la bouteille spéciale, Surin ? »

« A vos ordres madame. » Le chupacabra à apparence humaine sortit une bouteille de téquila qui n’augurait rien de bon. Elle avait été façonnée en forme de crâne, ce qui ne laissait que deviner la force du liquide qui se trouvait à l’intérieur. Il s’agissait d’ailleurs d’une cuvée un peu particulière, dont raffolaient les goules du Necropolitan et même certains vampires.

« C’est ici que vous pourriez trouver où vous rassasier aussi. » Commenta Abigaïl un ton plus bas. « Je ne parle pas de la clientèle, mais la Petite Mort n’est pas uniquement un lieu de débauche, enfin, pas un lieu de débauche que pour les vivants. » La nécromancienne avisa subitement qu’elle avait toujours son manteau, ne ressentant pas la chaleur ambiante et elle s’occupa de le retirer pour ne pas trop jurer dans son propre strip-club. « Il y a des recoins plus calmes d’ailleurs. » Abigaïl porta son verre à ses lèvres, avant d’en ingurgiter le contenu d’une traite. La brûlure de l’alcool était presque inexistante dans son état à mi-chemin avec la mort. « Même si je doute que vous ayez envie de calme si mon âme vous a tant revigorée. Si notre accord tient toutefois, j’arrangerais les présentations avec le personnel de l’établissement, que personne ne soit surpris de vous voir revenir sans moi pour vous nourrir et ne cherche à vous faire passer un entretien d’embauche. » Le style bibliothécaire devait plaire à certains. La Petite Mort reposait d’ailleurs sur l’originalité des goûts des gens.
Revenir en haut Aller en bas

Triade
avatar

Généralités
FREE 1/3 RPs - 0 RPs réservés

ϟ Nombre de Messages : 385
ϟ Nombre de Messages RP : 24
ϟ Crédits : Azra + Tumblr + CandyApple
ϟ Célébrité : James Frain
ϟ Âge du Personnage : 49 ans
ϟ Statut : Pas intéressé
ϟ Métier : Propriétaire et gérant du Devilish
ϟ Liens Rapides : PrésentationJournalLiensSujetsExploitsLe Devilish
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 16 Fév - 10:24 Message | (#)

Cet établissement m’appartient. Ça n’étonnait guère Ambre, en vérité. La Française était incapable de déceler la véritable nature des employés du club, mais la façon dont les regards se posaient sur elle ne laissait pas le moindre doute. Elle avait suivi Lady Death jusqu’au bar et adressa un sourire au barman. Contrairement à la danseuse, il ne l’attirait pas vraiment. Elle décida alors de se concentrer sur lui, en attendant que les frémissements de désir ne quittent son corps. Au moins, elle était persuadée qu’elle ne se jetterait pas sur lui. Ce qui n’était pas forcément gagné avec les jolies danseuses et serveuses qui déambulaient dans le reste de la pièce. Vous pouvez y trouver des choses bien plus exotiques que de la simple boisson. Mais si c’est boire que vous voulez, il y a de tout. Pourquoi est-ce que tu ne sortirais pas la bouteille spéciale, Surin ? Ambre se contenta d’hocher la tête. En cet instant, il était préférable qu’elle se contente de la boisson… Et puis après s’être nourrie, même aussi brièvement, elle ne pouvait pas réitérer la chose avant quelques heures, de toute façon.

Le barman sortit une bouteille en forme de crâne. Ambre pencha légèrement la tête sur le côté, intriguée par un tel contenant. C’est ici que vous pourriez trouver où vous rassasier aussi. Son ton s’était mué en confidence. Il n’aurait pas fallu que des oreilles indiscrètes surprennent leur conversation, n’est-ce pas ? Ambre observa le barman verser l’alcool dans deux verres. Je ne parle pas de la clientèle, mais la Petite Mort n’est pas uniquement un lieu de débauche, enfin, pas un lieu de débauche que pour les vivants. A ces mots, elle reporta son attention sur Lady Death. Clairement, ce que ses yeux discernaient avec netteté dans les alcôves n’appelaient pas à un sentiment serein. Elle s’appliqua à écouter la souveraine des non-morts plutôt qu’à se laisser aller à sa contemplation. Il y a des recoins plus calmes d’ailleurs.C’est ce que je constate. affirma Ambre avec la bouche un peu sèche. Imitant Lady Death, elle avala d’une traite son verre. L’alcool brûla sa trachée et enflamma son ventre et ses nerfs. Ça n’apaisait en rien l’ardeur réveillée par le goût de l’âme de son hôte.

Elle se rendit compte qu’elle portait encore son manteau et son écharpe. Elle l’ouvrit au moins, ne pouvant s’en débarrasser avec autant d’aisance que la propriétaire des lieux. Même si je doute que vous ayez envie de calme si mon âme vous a tant revigorée. Si notre accord tient toutefois, j’arrangerais les présentations avec le personnel de l’établissement, que personne ne soit surpris de vous voir revenir sans moi pour vous nourrir et ne cherche à vous faire passer un entretien d’embauche. Ambre eut un petit rire. Ce n’est pas tant que je n’en ai pas envie… c’est que je doute de pouvoir le rester tant que la puissance du fragment de votre âme ne s’est pas dissipée. Elle humecta distraitement ses lèvres. En parlant d’accord… Avant d’accepter, je préférerais savoir quels genres de service vous pourriez me demander… ajouta-t-elle à voix basse. Peut-être pourrions-nous nous installer dans un recoin calme pour en discuter ? Tout son corps désirait aller s’amuser avec une serveuse ou une danseuse, afin que l’exaltation du morceau d’âme qu’elle avait grignoté puisse s’estomper plus efficacement, mais son esprit restait maître et il était hors de question qu’elle se laisse aller tant qu’elle n’avait pas vu les petits caractères au bas de la page du contrat.

Se tournant à nouveau vers la salle, elle ignora les frémissements de ses muscles alors que ses yeux survolaient les différents occupants du club pour essayer de trouver un endroit libre et un peu à l’écart du reste pour qu’elles puissent poursuivre leur conversation. Malgré les distractions, Ambre n’avait pas l’intention de se montrer facile en affaires… Elle qui s’était faite toute seule, qui avait appris tout pour pouvoir gérer son salon de thé seule et ne pas avoir à se reposer sur d’autres, elle n’allait pas signer les yeux fermés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cbanduraauteur.weebly.com/


I see hell in your eyes. Taken in by surprise. Touching you makes me feel alive. Touching you makes me die inside. Walking, Waiting. Alone without a care. Hoping and hating ©️ Candy Apple
le venin de dieu



Chaos and Death ◊ Ambre&Abigaïl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Ork vs chaos khorne
» Please, forgive me ♣ Ambre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-