AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Un oeil suffit au marchand, cent yeux ne suffisent pas à l'acheteur - Jendayi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Indépendant Neutre
avatar

Raphaël Mercury

Indépendant Neutre
Généralités
Hermès
ϟ Nombre de Messages : 682
ϟ Nombre de Messages RP : 414
ϟ Crédits : Angel Dust Tumblr
ϟ Doublons : Cass Flemming - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Gaspard Ulliel
ϟ Âge du Personnage : 32
ϟ Statut : Dans une amitié avec beaucoup d'avantages avec un cauchemar
ϟ Métier : Voleur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 21 Jan - 21:52 Message | (#)

Depuis son arrivée sur la Terre Prime, quelques mois auparavant, Hermès, ou plutôt Raphaël, puisque c'était par ce nom qu'on le connaissait ici, avait une vie des plus remplies. Outre ses recherches sur ses objets perdus, il se penchaient aussi sur des missions plus... pratiques. Il avait des dettes, et il comptait bien les régler. Il avait beau être le dieu des marchands et des voleurs, il était relativement honnête. Relativement puisqu'il avouait sans honte qu'il lui arrivait de doubler son partenaire commercial du moment. Mais il fallait vraiment que celui-ci l'ait cherché.

Il avait laissé Anástasi chez lui, dans le quartier des Théâtres, mais aussi son caducée. Il n'avait pas besoin de son attribut le plus reconnaissable là où il allait, et son serpent mystique était plus utile comme gardien ces derniers temps. Enfin, il espérait tout de même qu'il laisserait Donatello tranquille. La tortue était en pleine hibernation, et le serpent bleuté n'hésitait pas à se lover contre elle, voir à la pousser pour pouvoir profiter lui aussi de la lampe à UV. Peut-être que la solution la plus simple serait d'en acheter une deuxième...

S'il avait laissé ces deux attributs chez lui, c'était autant parce qu'il n'en avait pas besoin que parce qu'il le gênait dans ses recherches pour en trouver un autre. Certes, la boussole magique, fabriquée par son frère, et enchantée par l'Archimage et qu'il tenait dans la main, était efficace... et c'était peut-être ça le problème. Elle avait tendance à détecter tous les objets divins. Y compris ceux qui se trouvaient déjà en possession du dieu. L'objet lui était inutile ou presque dans un rayon de cinq kilomètres autour de son appartement. Elle pointait invariablement dans cette direction. Logique, après tout. Mais tout de même gênant.

Alors, l'Olympien avait enfilé son long manteau gris et s'était éloigné de son appartement dès qu'il avait eu la boussole en main pour la tester. C'était presque par hasard qu'il s'était aperçu que la boussole réagissait à quelque chose... et ce quelque chose n'était pas son caducée. Il avait suivi la piste, tournant et retournant dans les rues en fonction de la direction que lui pointait l'aiguille... et il avait fini par arriver au quartier du Front de Mer, pas très loin de la boutique de son ami Médomaï. Pendant un temps, il avait même cru que c'était là que la boussole le dirigeait, mais l'aiguille lui avait pointé une autre direction quand il était passé devant la boutique. C'était une autre échoppe que lui indiquait l'artefact, située dans Meadow Street.

Il avait fait plusieurs fois le tour du pâté de maison pour vérifier – après tout, il marchait depuis qu'il avait quitté son appartement, il n'était plus à ça près – mais l'aiguille avait suivi le mouvement, lui indiquant invariablement la direction du magasin.

Il avait regardé l'heure, et s'était décidé à attendre une demi-heure avant la fermeture. Un truc que l'expérience lui avait appris. En fin de journée, les gens avaient juste envie de rentrer chez eux. Ils étaient moins durs à la négociation si cela pouvait leur permettre de regagner leurs pénates plus vite.

C'est donc à l'heure fixée unilatéralement par l'Olympien que ce dernier pénétra dans la boutique destinée aux objets africains. Il avait toujours sa boussole à la main, même si aussi proche du but elle ne lui serait peut-être pas des plus utiles.

L'intérieur de la boutique était certainement coloré. C'était aussi un joyeux bazar. Des objets de toutes les tailles et de toutes les fonctions étaient réunis ici. Autant dire qu'il s'apprêtait à chercher une aiguille dans une botte de foin. Sans compter qu'il ne savait même pas ce qu'il cherchait. L'objet qui attirait ainsi la boussole pouvait très bien être l'un des siens que celui d'un autre Olympien. Voir même d'une divinité qui n'appartenait même pas à ce panthéon.

« Bonjour » salua-t-il à l'entrée.

Après tout, le ou la propriétaire aurait probablement entendu la porte s'ouvrir et il n'était pas ici pour voler mais pour négocier. Autant être poli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 184
ϟ Nombre de Messages RP : 54
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 29 Jan - 22:11 Message | (#)

Ses lunettes encrées au bout de son nez, une broche retenant un chignon négligé dans les cheveux et une robe aux couleurs plus que douteuses faisaient passé Jendayi pour une africaine tout droit sortie de la brousse ! Elle arpentait sa boutique - son merveilleux bazar - de long en large, remettant en place les objets tombés ou ajustant encore un peu la mise en scène qu’était la pièce entière. elle était la première à ne pas croire en cette farce et pourtant, jusqu’à présent, pas un de ses clients lui avait joyeusement renvoyé à la figure que c’était grotesque de présenter sur la même étagère des objets du Congo, du Kenya et de Dakana. Elle haussa les épaules à cette pensée. Ca lui était bien égal. Son travail ici n’était pas le bon fonctionnement de sa boutique après tout. Elle était fière cependant, même si c’était une farce, de remarquer avec quelle aisance elle avait réussi à faire vivre cet endroit et à se faire apprécier des clients qui y pénétraient. Il y avait toujours des abominables qui vous broyaient la journée dès leur entrée. Cependant, Jendayi avait toujours constaté avec un bonheur égoïste que ces affreux salopards passaient dans toutes les boutiques de la rue et rendaient la vie tout aussi insupportable pour ses voisins commerçants.

Elle remonta le bas de sa robe pour passer par dessus un tas de bric et de brac sans l’abimé. Elle était pieds nus. Il faisait chaud dans sa boutique. Pas comme dans son pays natal où on ne connaissait même pas la couleur de la neige, mais bien assez chaud pour s’y promener en simple apparat. Ce qui permettait aux quelques clients farfelus d’essayer les tenues traditionnelles dans la petite cabine sans risquer d’attraper un rhume. Notre africaine déambulait donc joyeusement dans son antre, se baissant parfois, escaladant tantôt. La fermeture était proche et elle savait que - en croisant les doigts - il n’y aurait plus un client pour ce soir. Elle préférait donc procéder directement à l’inventaire que d’attendre une demie-heure comme une bonne soeur derrière son comptoir.

Elle passa derrière une montagne de tissus pour ajuster un instrument de musique ancestral qui penchait dangereusement sur le côté. Ainsi, elle était pratiquement transparente,fondue dans le décors. Elle entendit la clochette de la porte s’actionner et elle ne sut retenir ses yeux de monter au ciel pour jurer en silence contre les mauvais esprits qui lui faisaient du tort. Affairée qu’elle était, elle ne détourna pas le regard pour accueillir son client. Peut-être aurait-elle du avant de prononcer avec jovialité et sincérité: « Bienvenue ! Je suis à vous dans une minute, le temps de mettre en sécurité ce Kora ! » Sorte de petite harpe , ou du moins instrument à cordes aux nombreuses légendes. Elle donna ainsi l’indication de sa position. Son affaire faite, elle redescendit de son escarbot et se découpa du décors lorsqu’elle fit un pas sur le côté pour se dégager. Par réflexe elle retira ses lunettes, qui ne lui étaient d’aucune utilité si ce n’est scénique. Elle chercha du regard le client nouvellement arrivé et …

Le problème avec les télépathes, c’est probablement leur mémoire. Ou leur incapacité à tout bonnement oublier des évènements que le commun des mortels noie dans l’alcool. Jendayi, de part sa culture et son caractère, aime faire la fête et être entourée. Une fois n’est pas coutume, elle avait flirté - ou c’était lui? - but quelques verres et comme une femme tout à fait normale attirée par un dieu grec (sans déc!?) s’était retrouvée à participer à une partie de jambes en l’air sans précédent qui avait duré jusqu’au matin. Du moins elle l’espérait vu les courbatures qu’elle s’était traînées la semaine suivante. Elle en avait rit, parce que ça avait été un moment d’inhibition totale et de non jugement de l’autre pour une simple et bonne raison: c’était un coup d’un soir et ils n’auraient plus jamais à se revoir.

Oui. Dans un roman de midinette probablement. Mais pas dans cette foutue vie réelle! Comme une conne - non comme une belle plante africaine qu’elle était - Jendayi siégea au milieu de la boutique avec fierté.

Son instinct lui disait de faire demi-tour et d’aller s’enfermer dans l’arrière boutique. Or sa fierté, qu’elle avait grande, l’empêchait tout bonnement de faire ce geste. L’ironie voulait que son seul client à cette heure tardive soit le dit Apollon précédemment cité ! Complètement prise au dépourvu, il aurait difficilement pu en être autrement, l’africaine resta immobile pendant plusieurs secondes. Juste le temps de rejeter toutes les idées faussement naïves d’adolescentes qui venaient de lui traverser la tête du genre « Il m’a cherchée depuis notre nuit ensemble! ». Jendayi n’était plus une ado et elle côtoyait les hommes depuis suffisamment longtemps pour ne plus espérer des inepties de la sorte.

Il ne savait donc pas à qui il avait affaire et n’avait probablement pas souvenir de son nom - elle n’avait pas énoncé son nom de famille, si? - ni même conscience du faite qu’il était passé entre les cuisses d’une marchande d’art qui tenait la boutique où il se trouvait. Il était donc ici par hasard. Sauf que Jendayi ne croyait pas à ce foutu hasard.

Comme pour l’instant, notre client ne regardait pas la tenancière de la boutique, elle en profita pour - ainsi dire - le regarder au grand jour. Elle sentit un frisson lui parcourir le long de l’échine. Même de jour, il était à tomber ! Même sous cet angle, entièrement habillé, Jendayi se souvenait parfaitement pourquoi elle s’était sciemment offerte à lui. Son parfum arriva jusqu’à elle et elle se demanda soudainement si elle n’avait pas forcé sur le chauffage de la boutique. Elle s’empara d’un éventail qui trainait là. Et l’agita.

«  Vous cherchez quelque chose en particuliers? » Quelqu’un? Elle sourit au cheminement de ses pensées. Elle appréhendait, avec amusement, la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Raphaël Mercury

Indépendant Neutre
Généralités
Hermès
ϟ Nombre de Messages : 682
ϟ Nombre de Messages RP : 414
ϟ Crédits : Angel Dust Tumblr
ϟ Doublons : Cass Flemming - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Gaspard Ulliel
ϟ Âge du Personnage : 32
ϟ Statut : Dans une amitié avec beaucoup d'avantages avec un cauchemar
ϟ Métier : Voleur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Dim 29 Jan - 22:42 Message | (#)

Raphaël avait conservé sa boussole à la main. Il la tenait devant lui, dans un repli de son manteau, prêt à la mettre dans sa poche intérieure juste au cas où. L'aiguille s'affolait toujours, et semblait lui pointer avec une certaine constance le fond du magasin. En tout cas, il espérait que ce soit le fond du magasin, et pas le fond du bâtiment juste derrière. Enfin... il fallait positiver songea-t-il. Si c'était effectivement quelque chose qui lui appartenait, il le reconnaîtrait aussitôt.

Il passa devant un assemblage divers de poteries – mais la boussole pointait toujours une autre direction – au moment où la propriétaire le salua depuis le fond de la boutique. Il leva le nez de sa boussole et la repéra derrière un tas de tissu coloré. Comme elle avait l'air de porter elle-même une robes faites avec l'un des tissus colorés, il n'en aurait pour autant pas mis sa main à couper.

« Je vous en prie ».

Il continua son inspection, avançant lentement parmi les objets pendant qu'il en avait encore le temps. Il aurait aimé avoir la chance de dégoter l'objet en question avant de devoir le négocier, mais cela semblait compromis. Il poursuivit ses recherches jusqu'à la dernière seconde, même quand il l'entendit descendre de son perchoir et s'approcher de lui. Lui-même surveillait toujours son détecteur d'objet divin.

« Oh, non je ne fais que re... »

Il tourna la tête vers elle à cet instant et ne termina pas sa phrase. Il pencha légèrement la tête sur le côté, sourcils froncés. Ce visage ne lui était pas inconnu. Et ce corps non plus. Après plusieurs millénaires d'existence, on aurait pu croire qu'il avait tendance à mélanger les visages – et il allait être honnête, il lui arrivait parfois de ne pas associer le bon nom à un visage – mais Hermès avait aussi la chance d'être doté d'une excellente mémoire. Sans compter qu'il n'était pas à Star City depuis assez longtemps pour commencer à y oublier ses conquêtes. Même si elles étaient nombreuses. Il fit disparaître sa boussole dans un repli de son manteau mais la garda à la main.

« Je vous connais » dit-il très franchement. « On s'est déjà rencontré, non ? C'était... dans un bar ? »

Ou peut-être dans un club, en tout cas il se souvenait d'avoir bu plusieurs verres avec elle. Juste avant des activités bien moins innocentes qui avaient occupées une bonne partie de sa nuit. Il réfléchissait furieusement pour se rappeler de son prénom. Il avait couché avec elle, il en était certain. Mais son prénom...

« Vous êtes... de Dakana, ça je m'en souviens » poursuivit-il avec un sourire aux lèvres.

Et il se rappelait aussi d'autres détails, moins avouables à voix haute si jamais il se trompait de personne. Par exemple que la demoiselle avait fait preuve d'une certaine endurance pendant cette fameuse nuit. Et qu'elle avait une peau délicieuse.

« Je crois en revanche que votre prénom m'échappe. J'espère que c'est aussi le cas pour vous, la situation me serait moins difficile ».

Il arborait toujours un sourire charmeur, comme s'il envisageait de la séduire de nouveau, et il n'allait pas mentir, cette idée lui avait traversé l'esprit. Mais les affaires avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"I'm the God of everything no one else wants to do"
- Hermes, probably

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 184
ϟ Nombre de Messages RP : 54
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 7 Fév - 20:00 Message | (#)

Comme par réflexe défensif, notre commerçante africaine, en réponse au regarde que lui adressa Son client - à moins que ça ne soit l'inverse - croisa les bras sur sa poitrine. Comme pour ce protéger du regard perçant du visiteur précédemment cité. Elle n'en perdit pas son sourire. Elle faisait partie des gens qui avaient très peu de regrets et prétendaient préférer vivre à fond et en rire que d'éprouver une quelconque honte à leur geste. Jendayi pensait qu'après tout, si on suivait ses pulsions et son instinct, il n'y avait pas de honte à avoir. A partir du moment qu'on était soi-même et fidèle à nos principes. Elle n'éprouvait aucune honte donc à se retrouver face à cet amant d'un soir. Au contraire, elle était même heureuse de constater qu'elle avait eu particulièrement bon goût. Elle pouvait en rire désormais. Elle était même assez à l'aise avec ses choix pour s'avouer qu'elle referait exactement pareil et ne saurait refuser une seconde soirée au 7e ciel si le jeune homme lui proposait pareil affaire.

Mais s'il était bien question d'affaire, ce n'était pas du buissiness de chaire dont il était question pour le moment du moins. Elle haussa un sourcil à la remarque pas forcément très singulière de son voisin. Mais loin de se démonter, notre agréable brin de femme élargit son sourire et lui répondit dans un claquement de langue amusé: " Probablement.... j'avoue ne pas trop me souvenir de votre tête. " Comme quoi, il n'y avait pas que les hommes qui savaient se montrer très peu prévenant. A la différence une Jendayi le faisait exprès. Par joie de vivre. Et par habitude, parce qu'en Afrique, c'est à la femme que revient la décision de choisir quelle autre femme sera la maîtresse de son propre époux.

Elle ne répondît pas à sa réplique sur son origine. Il venait d'entrer dans une boutique de Dakana et se trouvait face à une femme qui avait tout d'une africaine. Pas besoin de l'avoir vue en tenue d'Eve pour faire cette déduction. Il ne se souvenait peut être même pas d'elle et se basait juste sur l'hypothèse de l'avoir déjà croisée ou y voyait là une bonne manière d'entrée en matière avec aucune finesse. Dans les deux cas, Jendayi s'en amuserait.

Elle lui offrit un rire joyeux en réponse à son oubli. Jendayi ne tenait pas rigueur aux gens disons de "passage". Ni même aux autres d'ailleurs. Mais pour quelqu'un qui aime profiter de la vie sans se priver elle trouvait sans fondement et une perte de temps de s'énerver contre une connaissance qui vous avait à peine vue de se souvenir de votre nom. Il y avait tellement de choses à se souvenir sur une journée (au travail, les dates d'anniversaires, les rendez-vous...) qu'était ce l'oubli du prénom de la femme avec qui vus avez passé une nuit? Sans compter qu'en principe ils n'étaient pas destinés à se revoir!

"Probablement que j'ai dû vous en donner un faux..." Elle sourit de plus belle et décroisa enfin les bras pour faire un pas vers lui et lui tendre une main délicate qui ne manquait pourtant pas de poigne. Autant repartir sur un bon départ non? "Jendayi Ndongo. Marchande d'art de la nation qui m'a vue naître : Dakana. " Toujours un sourire aux lèvres, elle attendit qu'il lui rende sa poignée de main avant de revenir dans sa position initiale. De ce qu'elle s'en souvenait, elle voyait mal le jeune homme qui lui faisait face vouloir posséder une babiole made in china provenant de sa boutique. Du peu qu'ils avaient échangé avant de ne plus être fiables en discours, elle se souvenait d'un homme connaisseur et intéressé par les arts. Probablement même qu'il avait dû faire une remarque sur l'un des petits tableaux de l'art premier de Dakana qu'elle avait dans son entrée.

Elle prit les devants et se rapprocha de son comptoir de vente où était entreposé son ordinateur. Elle pariait silencieusement que l'objet qu'il cherchait serait bien gardé dans la réserve et non entreposé en décoration scénique dans la boutique. Elle espérait qu'il ne la décevrait pas. Elle tendit les mains en avant sur son comptoir de bois, à la manière d'un chat, pour l'enjoindre à s'enfoncer d'avantage dans sa tanière. Elle aimait jouer, la lionne africaine. Surtout lorsqu'elle s'attaquait à un gros félin. Sourire aux lèvres toujours, elle remonta le regard sur le visage charmeur de notre homme. "La situation n'a rien de difficile pour moi. Au contraire, je la trouve même agréablement amusante! " Elle pianota deux notes avec ses doigts sur le bois avant de complètement se redresser et se détacher du comptoir. Alors qu'elle allait répondre par réflexe une phrase toute faite pour demander à son interlocuteur ce qu'il pouvait bien venir chercher dans sa boutique, elle se retint un instant. Puis sur un ton professionnel qui se métamorphosa en courant de discours en moquerie délicate ; " Un nouvel arrivage vient tout juste de me parvenir. Des pièces rares, de l'art primitif du centre Afrique. Une vrai beauté, cette collection. Mais ce n'est pas ce que vous êtes venu chercher... n'est ce pas? "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Raphaël Mercury

Indépendant Neutre
Généralités
Hermès
ϟ Nombre de Messages : 682
ϟ Nombre de Messages RP : 414
ϟ Crédits : Angel Dust Tumblr
ϟ Doublons : Cass Flemming - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Gaspard Ulliel
ϟ Âge du Personnage : 32
ϟ Statut : Dans une amitié avec beaucoup d'avantages avec un cauchemar
ϟ Métier : Voleur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Mar 7 Fév - 21:10 Message | (#)

Raphaël ne se vexa pas de son indifférence. Si le visage de la jeune femme lui paraissait familier, il la connaissait. Qu'il ne se souvienne pas de son prénom n'était qu'un détail – il était possible qu'elle ne le lui ait même pas dit. Et qu'elle ne se souvienne pas de son visage ne signifiait pas qu'elle ne se souvienne pas d'autres choses. En tout cas, elle ne se vexa pas qu'il soit incapable de replacer un prénom sur son visage, et le rire qu'elle laissa échapper lui confirma qu'il la connaissait.

« Raphaël Mercury » se présenta-t-il en retour en lui serrant la main qu'elle lui tendait. « Jendayi... je tâcherais de ne plus l'oublier » promit-il avec un sourire.

Elle fila s'installer derrière son comptoir, ce que l'Olympien interpréta comme un signe qu'elle souhaitait passer aux affaires plutôt que d'en rester aux politesses, voir plus si affinités. Il lui emboîta le pas et s'accouda lui aussi contre le comptoir. Entretemps, il glissa sa boussole dans sa poche, non sans y avoir jeté un dernier coup d'oeil. C'était définitivement le fond de la boutique que lui pointait l'artefact. Très probablement la réserve.

« Ravi que vous soyez amusée » lui assura Raphaël, soutenant son regard sans sourciller. « Hum... attention. Je vais finir par croire que vous pouvez lire dans mes pensées » répliqua gentiment la divinité à la plaisanterie qu'elle lui lança.

Il était peut-être un peu déçu qu'elle n'ait pas songé à lui opposer une raison plus... physique à sa présence ici. Enfin, il n'écartait pas la possibilité. Une fois qu'il aurait réglé le côté professionnel de sa présence ici.

« Mais vous avez raison. Je ne suis pas venu chercher ici quelque chose d'ordinaire ».

En affaires, comme dans les autres aspects de sa vie, il était partisan d'être direct. Il fouilla sa poche et posa la boussole sur le comptoir. Son aiguille pointait toujours le fond de la boutique, bien loin du nord magnétique.

« Cette petite merveille détecte les objets magiques » Il préférait employer ce terme plutôt que l'adjectif de divin. « Elle indique votre boutique avec persistance depuis tout à l'heure. J'aimerais donc identifier l'objet magique en question et si je le trouve intéressant, vous... l'échangez ».

Il se garda bien en revanche de préciser la nature de sa monnaie d'échange. Il ne servait à rien de dévoiler son jeu trop rapidement.

« Une fois l'objet identifié, je suis tout à fait disposé à négocier ».

Il était même du genre à utiliser son propre corps et ses talents disons... interpersonnels comme monnaie d'échange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"I'm the God of everything no one else wants to do"
- Hermes, probably

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 184
ϟ Nombre de Messages RP : 54
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 18 Fév - 19:02 Message | (#)

Si notre homme ne se souvenait pas du nom de l'africaine, elle dit admettre qu'elle ne souvenait pas non plus de "Raphael Mercury". À croire que ni l'un ni l'autre n'avaient joués franc jeu lors de leur soirée enflammée. Mais qui pouvait bien leur en vouloir? Profiter de la vie c'était ça aussi: se permettre d'échapper un moment des impératifs de la vie et se permettre de se faire passer pour ce que l'on est pas. Il n'y avait aucun mal à cela. Du moins, lorsque que c'était un jeu entendu entre les deux parties. Elle sourit, amusée, lorsqu'il promit de retenir son prénom. Elle inscrit également le sien dans son esprit sachant qu'elle n'aurait probablement plus à l'utiliser.

Elle agrandit son sourire lorsque Raphaël plaisanta soudain sur son éventuelle capacité à lire dans ses pensées. *Tu n'as pas idée, beau brun.* Se surprit elle à penser. Bien évidemment qu'elle n'allait pas lui dire à quel point c'était vrai. Elle plaisanta plutôt. "Allez savoir. Elle était bien loin de se douter à qui elle s'adressait réellement, mais là est une autre histoire. Elle le vit s'avancer vers le comptoir et le remercia silencieusement d'avoir exécuté ce geste. Il arrivait parfois que des clients refusent de s'avancer et restaient au plein centre de la pièce. Jendayi avait alors l'impression de n'être qu'une vulgaire gérante de stock à la disposition des moindres volontés de clients snobinards. Elle aimait d'avantage le partage d'une discussion entre marchand et client. Parfois, le client venait avec une idée précise et l'africaine adorait parlementer jusqu'à ce que cette idée mûrisse et se transforme parfois en quelque chose de tout à fait imprévu. Elle adorait l'imprévisible des discussions spontanées. Raphaël s'était avancé. Il était donc ouvert à ce genre de discussions et ne resterait pas au centre à cracher des indications et des ordres à suivre pour dénicher son bonheur. Jendayi en était ravie.

Elle appuya son menton dans le creux de sa main lorsqu'il la fit rêver en justifiant sa présence ici. Il avouait ne pas être venu pour une babiole ou pour un objet prévisible et standard. Elle en était heureuse. Pas parce que c'était Raphaël mais parce que ce genre de clients était rare autant que précieux. Elle ne lui coupa pas la parole, sachant que désormais elle devait lui laisser un moment mener la danse avant de pouvoir s'imposer et reprendre le dessus. Elle se redressa lorsqu'il fouilla dans sa poche, s'attendant presque à le voir en sortir une coupure de journaux ou une impression tirée d'Internet. C'était ce que les clients ordinaires prenaient l'habitude de faire. Mais elle comprit rapidement que Raphaël était bien loin d'être un homme ordinaire. Il la surprit en sortant de sa veste une boussole incroyablement belle. Jendayi retînt un rire amusé, à deux doigts de lui répliquer avec sarcasme que le nord n'était pas du tout dans cette direction. Sa mémoire lui imposa l'outil qu'elle utilisait autrefois, dans les mines, pour repérer la présence des cristaux. Même si physiquement elle avait affaire à une boussole, elle était prête à parier que l'objet était destiné à traquer autre chose que le nord. En pure marchande, elle cacha sa curiosité et fit comme si c'était tout à fait conventionnel de poser une boussole sur son comptoir. Elle ne put cependant en décrocher le regard, s'attendant presque à voir subitement l'aiguille bouger et désigner une autre direction.

Elle releva les yeux sur Raphaël qui venait de lui indiquer l'exacte utilisé de l'objet. Elle renaissance les yeux dessus. L'aiguille indiquait l'espace dans son dos. Derrière elle, il n'y avait que l'arrière boutique et son stock qui était séparé du reste par une petite antichambre fermée par un grillage. Comme par réflexe, Jendayi tourna les yeux vers l'écran de l'ordinateur et porta ses doigts au clavier avec l'intention d'y taper les lettres "M A G I Q U E" avant de suspendre son geste. Elle n'avait pas classé les objets de son stock sous cette appellation et, avec pessimisme, elle craignit un moment de tout bonnement perdre son temps en cherchant ainsi. Elle fouilla dans sa mémoire, explorant mentalement son stock, pour tenter d'identifier un objet qui aurait des propriétés magiques ou soit réputé pour l'être. Rien n'apparut à son esprit. Elle eut un regard en coin sur Raphaël. Et un sourire amusé. Pensées impures bonjour!

Elle bougea légèrement sur son tabouret avant de se résoudre à poursuivre. " De mémoire, je ne crois pas avoir pareil objet en ma possession. Peut-être que votre boussole sera plus perspicace que ma mémoire ! " Elle se leva et ouvrit un tiroir pour récupérer le trousseau de clefs. Elle ne permettait jamais aux clients d'accéder à l'arrière boutique, pour faire croire qu'elle respectait les normes de sécurité. En vérité, il n'y avait absolument rien de valeur dans la boutique et encore moins dans son stock. Elle ne craignait rien à y introduire Raphaël. De plus, elle ne pensait pas un instant notre homme vouloir explorer le stock dans le but d'y commettre ensuite un cambriolage. Elle quitta donc son poste et enjoignit Raphaël à la suivre. Elle déverrouilla le rideau de fer qu'elle prit soin de verrouiller derrière lui.

En fermant la porte, elle se souvint ne pas avoir fermé la porte principale de la boutique. Ma foi, elle devrait se fier au tintement de la clochette pour l'avertir de l'entrée d'un nouveau visiteur. Mais l'heure était tardive et elle se permit de penser que plus personne ne viendrait. Elle devança à nouveau notre homme, humant au passage son parfum tout en essayant de rester concentrée sur son travail. Elle fit tourner les clefs dans sa main pour mettre une seconde en évidence et déverrouilla la porte qui menait au stock. Cette dernière, légèrement voilée, était aussi très épaisse : l'arrière servait autrefois de pièce frigorifique. Jendayi se pencha à l'intérieur pour actionner l'interrupteur et ainsi permettre aux deux aventuriers d'avoir de la lumière. Elle se retourna vers Raphaël. " Il serait peut-être préférable que vous passiez devant. " Elle se recula, d'une part pour le laisser passer, de l'autre pour retourner un pas en arrière afin de s'emparer d'un petit escarbot qui lui permettait d'accéder au haut des étagères métalliques. Il y en avait trois rangées parallèles. Deux formaient un couloir et la troisième n'était actuellement pas visible aux deux protagonistes.

Jendayi passa la porte, son tabouret dans les mains. Elle indiqua à Raphaël ; " Le stock le plus récent est sur votre droite. À gauche, le premier tier est pour le Congo, le second pour le Kenya. Le dernier pour l'Égypte. À l'arrière, il y a une double étagère pour le Dakana. Si vous me donniez des indications concernant l'objet que vous cherchez, comme sa provenance ou ses "capacités" je serais peut-être en mesure de compléter les indications de votre boussole. " Elle n'avait rien argumenté sur un possible marchandage entre eux. Elle voulait d'abord voir de quel objet il était question pour connaître le prix de ce qu'elle aurait à négocier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Raphaël Mercury

Indépendant Neutre
Généralités
Hermès
ϟ Nombre de Messages : 682
ϟ Nombre de Messages RP : 414
ϟ Crédits : Angel Dust Tumblr
ϟ Doublons : Cass Flemming - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Gaspard Ulliel
ϟ Âge du Personnage : 32
ϟ Statut : Dans une amitié avec beaucoup d'avantages avec un cauchemar
ϟ Métier : Voleur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 18 Fév - 21:11 Message | (#)

Difficile de louper le regard d’intérêt que la marchande posa à la boussole. Raphaël ne pouvait pas le lui reprocher. Lui aussi, était un marchand, et si leur place avait été échangé, il aurait lancé le même genre de regard sur l’artefact. Surtout que l’objet en question n’avait pas été fabriqué par un simple artisan. C’était son frère, Héphaïstos en personne, le dieu des artisans, qui s’était attelé à sa création.

La lueur d’amusement qu’il perçut dans le regard de la jeune femme - sans doute lié au fait que la boussole ne pointait pas le Nord - disparut bien vite quand il lui révéla la véritable utilité de l’objet et par réflexe, elle se retourna, se demandant peut-être quel genre d’objet accumulé là pouvait bien se révéler être magique, et s’intéressa ensuite à son ordinateur. Comptait-elle demander à la machine de lui indiquer quel objet avait des propriétés magiques? Si ça avait été aussi simple…

Il resta silencieux, puisqu’il était clair qu’elle fouillait toujours sa mémoire pour essayer de déterminer quel objet pouvait bien être magique, et qu’il ne souhaitait pas briser sa concentration. Si elle-même savait déjà quel objet pouvait correspondre à ce qu’il recherchait, autant ne pas perdre son temps. Sauf qu’aucun objet ne sembla convenir dans l’esprit de la demoiselle. Bah… ce n’était peut-être pas plus mal. Justement parce qu’il ne savait pas quel objet divin pouvait bien être caché ici et qu’il aurait très bien pu s’agir d’une arme.

Sur l’invitation de la jeune femme, il récupéra son bien et lui emboîta le pas. Elle devait lui faire sacrément confiance pour lui permettre d’entrer ainsi dans sa réserve. Ou alors se dire qu’elle n’avait de toute façon rien de valeur à lui montrer. De toute façon, elle verrouilla derrière eux la première porte qu’ils franchirent. S’il n’avait pas été un dieu, Raphaël aurait été enfermé ici.

Merci” lança Raphaël quand elle lui permit de passer devant.

Peut-être que sa proposition n’était pas innocente et qu’elle avait envie de le contempler de dos, mais l’Olympien ne pouvait pas lui en vouloir. Il était, après tout, conscient de sa propre beauté. Sa boussole toujours en main, il ne perdit pas de temps et commença à promener l’objet de droite à gauche, surveillant attentivement les mouvements de la boussole.

Hum… j’ai bien peur de ne pas pouvoir vous donner plus de précisions puisque j’ignore moi-même ce que je recherche”. Il montra la boussole. “Cet objet, aussi précieux soit-il, ne peut que pointer la direction dans laquelle se trouve l’artefact magique. Il n’indique malheureusement ni sa nature, ni son effet”.

Il continua à avancer vers le fond de la pièce, sans cesser son mouvement de balayage, mais il s’arrêta en remarquant un brusque changement de direction de l’aiguille. S’il se fiait aux indications de Jendayi, il s’agissait des objets en provenance d’Egypte.

Citation :
Jet de dés:
Double réussite :
L’objet divin en question est une bourse de cuir contenant des pierres de divination, cadeau d’Apollon à son frère Hermès, et donc possession divine de ce dernier.
Réussite-échec : l’objet est un miroir appartenant à Aphrodite, déesse de la beauté. En posséder deux permet de communiquer avec le porteur du miroir.
Double échec : l’objet divin est d’origine égyptienne. Il s’agit de la plume de vérité.

Raphaël s'était immobilisé devant une étagère. A priori, l'objet divin se trouvait ici. L'ennui, c'est qu'il ne saurait pas de quoi il s'agissait avant de le voir.

Il doit être dans cette caisse. Pourrais-je y jeter un oeil?

Après tout, elle avait déjà la bonté de lui ouvrir son arrière-boutique, il n'allait pas pousser sa chance. Autant la garder dans les meilleures dispositions possibles pour la future négociation.

spoiler:
 


Dernière édition par Raphaël Mercury le Sam 18 Fév - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3294
ϟ Nombre de Messages RP : 2948
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Sam 18 Fév - 21:11 Message | (#)

Le membre 'Raphaël Mercury' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 184
ϟ Nombre de Messages RP : 54
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 18 Mar - 18:43 Message | (#)

Jendayi peinait à cacher son intérêt, un sourire à peine feint sur les lèvres. Si elle n'avait pour le moment aucune idée de quel objet il pouvait bien être question, elle était curieuse et impatiente de le découvrir. C'était hors du commun, la demande de Raphaël. Venir à sa boutique en prétendant qu'une boussole lui indiquait de le faire. Pourtant, Jendayi avait déjà vu et croyait en l'art du pendule et si un pendule pouvait indiquer l'emplacement d'un objet perdu, avec la même conviction, une boussole pouvait certainement en faire autant. Elle n'avait pas connaissance de l'appartenance divine du guide de Raphaël mais ça n'enlevait rien à son envie d'en découvrir plus sur cet objet mystère que ça boutique devait révéler.

Tout en écoutant son invité, elle arpentait visuellement et mentalement les étagères à la recherche d'un indice qui pourrait bien les mettre sur la voie. Visiblement, il ne savait pas lui même de quoi il était question. Mais elle gageait que ça ne pouvait pas être un objet anodin. Elle releva les yeux, après les explications du jeune homme. Elle vérifia à nouveau qu'elle direction la boussole pointait et la suivit du regard, fouillant à nouveau mentalement les rayons, se remémorant ce qui y était entreposé et qu'elle avait en visuel ou ce qui était soigneusement rangé dans des cartons dans les rayons supérieurs parce qu'elle n'y allait jamais.

Elle avança de concert avec Raphaël et se garda le parler comme si le son de sa voix allait mettre en déroute leur instrument de recherche. Elle se redressa lorsqu'il s'arrêta et positionna son bras dans l'alignement de la boussole qui venait de changer de direction. Le regard de l'africaine passa au radar les rayons au devant d'eux. L'Égypte. De toutes les provenances qu'il y avait c'était bien leur veine! Niveau trésors enfouis, artefacts, reliques sacrées et autres objets aux propriétés magiques ils allaient être servis. Son mental s'activait pour déplacer les objets dans sa mémoire et retrouver ce qu'ils pouvaient bien être en train de chercher. De mémoire, il n'y avait rien sur l'étagère de visible qui pouvaient être pertinent.

Raphaël confirma ses soupçons après avoir parcouru rapidement les rayons des yeux. Il voulait fouiller la caisse devant eux. Jendayi ne perdit pas de temps pour se pencher en avant et dégager la caisse en carton au milieu du bric à brac. Elle la posa délicatement sur le sol et ouvrit les deux battants à peine retenu par du vieux papier adhésif. C'était un des endroits qu'elle touchait rarement parce que les clients aimaient toujours les mêmes objets d'Égypte. Il y avait ici des bizarreries arrivées en même temps que des commandes groupées et Jendayi n'avait jamais pris l'effort de les renvoyer aux expéditeurs sachant qu'elle perdrait plus de temps et d'argent ainsi qu'en les gardant dans une caisse dans son arrière boutique. Elle en fit part à son confrère.

" C'est un très vieil arrivage ! Des objets invendus de mes confrères qu'ils ont trouvé drôle de me faire parvenir pour qu'ils, selon leur terme, pourrissent dans ma cave plutôt que dans la leur. Je n'ai jamais pris la peine de les étiqueter sachant que je ne pourrais les vendre. Ils sont tous de très mauvaise qualité et surtout la réputation d'être de mauvais augure. " Pour ne montrer qu'un exemple de ce qu'elle expliquait, elle sortit de la caisse un objet emballé dans du papier bulles. Elle le dégagea de sa protection et tendit le bras en direction de Raphaël afin qu'il puisse le voir. Il s'agissait d'une réplique du Sphinx. Enfin il fallait le savoir ! Le machin ressemblait à un chat étrangement assis coiffé d'une couronne. Jendayi expliqua avec le sourire. " Ca arrive parfois que les artisans n'aient jamais vu ce qu'ils doivent réaliser. Et qu'ils soient d'une toute autre culture. Ce qui provoque ce genre d'étrange objet incroyablement laid et pourtant drôlement réaliste: son créateur était probablement très naïf mais il y a mis son cœur. C'est la raison pour laquelle je ne m'en débarrasse pas. Par respect pour ceux qui les ont faits. " Elle rentra le petit chat dans sa protection et dans le carton. Elle se mit à fouiller encore dans la boîte en jonchant le sol d'objets divers. " Je ne vois vraiment pas ce qui pourrait... " Elle suspendit ses paroles lorsque sa main rencontra le métal froid d'un objet dans le fond de la boîte. Son esprit lui en imposa l'image et elle sut immédiatement que c'était le seul objet digne d'intérêt dans cette caisse. Presque en simultané, elle le dégagea du reste des artefacts et le sortit à la lumière du néon.

C'était probablement le seul objet de la caisse dont l'origine n'était pas l'Égypte à proprement parler. Mais c'était bien de l'Égypte qu'il était arrivé jusqu'aux Amériques et dans les mains de Jendayi.
" Un miroir à l'effigie de la déesse de l'amour, Aprhodite. " Elle rit elle-même de sa réplique, sachant qu'elle parlait à un homme que la déesse de l'amour lui avait probablement glissé dans le lit. Elle fit tournoyer l'objet. Le miroir à main était composé d'un cercle cabossé quoi que parfait sur le haut et d'un manche représentant la déesse grecque à moitié dénudée entourée par des végétaux et un bélier.

Même si ce miroir avait fait tilt à la jeune femme, elle se dit soudainement que ça ne pouvait absolument pas être ça. Elle le fit tournoyer encore un instant dans sa main avant de le poser sur le sol avec le reste et de continuer à fouiller dans la mâle. Elle commenta encore un objet étrange de sa collection avant de se rendre compte que l'attention de son voisin était entièrement portée sur le miroir qu'il venait de récupérer sur le sol. Jendayi était toujours accroupie. Elle leva les yeux sur Raphaël, se moquant presque de lui en souriant. Puis elle comprit qu'il était sérieux. " C'est une réplique. Je l'avais fait authentifier à l'époque mais on m'avait dit que le métal était trop récent pour que ça soit une pièce antique. Il aurait soit disant été récupéré après un naufrage dans les années 90 au large des îles grecques par une expédition de plongeurs égyptiens. C'était du moins ce que lui avait dit la personne chargée de la dater. Elle se redressa pour arriver à la hauteur de Raphaël. Et s'enfuit auprès de lui. " Ca vous dit quelque chose? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Raphaël Mercury

Indépendant Neutre
Généralités
Hermès
ϟ Nombre de Messages : 682
ϟ Nombre de Messages RP : 414
ϟ Crédits : Angel Dust Tumblr
ϟ Doublons : Cass Flemming - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Gaspard Ulliel
ϟ Âge du Personnage : 32
ϟ Statut : Dans une amitié avec beaucoup d'avantages avec un cauchemar
ϟ Métier : Voleur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 18 Mar - 22:28 Message | (#)

La jeune femme ne paraissait pas des plus optimistes quant à ses chances de trouver dans ce carton un objet de valeur. Raphaël était, au contraire, plutôt certain de ce qu’il avançait. Il y avait quelque chose de précieux là-dedans. Il ne savait pas quoi, mais il y avait quelque chose. La perspective que ce soit des choses de mauvais augures ne l'effrayait guère. N’y avait-il pas eu une époque où lui et le reste de sa famille décidaient des-dites augures?

Il y a parfois des trésors cachés…

Quand la jeune femme lui tendit une réplique de… Sphinx? Peut-être… - lui en tout cas avait déjà eu l’occasion d’en voir quelques uns de près, et il savait qu’ils ne ressemblaient pas à ça… - il était tenté de lui donner raison. Sauf que sa boussole lui indiquait toujours le carton avec une certaine constance. Il essaya même de la pointer dans d’autres directions, mais l’aiguille pivotait, suivant son mouvement.

Elle lui affirma une nouvelle fois qu’il n’y avait rien d’intéressant dans ce fatras quand l’expression sur son visage lui indiqua justement le contraire. Visiblement, elle venait de mettre la main sur quelque chose… Quand elle sortit un miroir à main des tréfonds de la boite, l’Olympien sut qu’il ne s’était pas trompé.

Il aurait reconnu l’objet entre mille, ne serait-ce que pour le manche à l’effigie de sa soeur. Mais c’était surtout l’aspect cabossé du bord qui l’intéressait. Sa soeur elle-même avait infligé ce sort à l’objet dans un accès de colère.

Elle le reposa aussitôt, visiblement persuadé que ce ne pouvait pas être l’objet qu’il recherchait, mais Raphaël n’était décidement pas de cet avis et le ramassa pour l’examiner de plus près. A cette distance, la boussole ne lui était pas utile - comment savoir quel objet elle désignait quand ils étaient tous les uns sur les autres? - mais il n’en avait plus besoin, maintenant qu’il savait à quoi il avait affaire.

Oui”.

Il se garda bien de préciser que ce n’était pas une réplique. Héphaistos était un artisan de renom. Les objets qu’il fabriquait étaient presque des anachronismes, et ce miroir en était un parfait exemple puisque la jeune femme affirmait qu’il était trop récent pour être daté de l’Antiquité. Et pourtant… S’il ne précisa pas plus l’origine de l’objet, c’est que cela n’étai pas nécessaire. Il avait parlé d’un objet magique, pas divin, et trop de gens connaissait déjà son identité divine. Il n’allait pas en plus s’amuser à la révéler à tout bout de champ.

Je crois que j’ai mis la main sur ce que je cherchais… Vous voulez que je vous montre?

Il n’attendit pas la réponse. Ce qu’ignorait la vendeuse - mais en même temps beaucoup l’ignorait - c’est que ce miroir provenait d’une paire. L’un à l’effigie d’Aphrodite, l’autre à l’effigie de son époux, Héphaïstos. Ce dernier l’avait initialement forgé comme cadeau de mariage. Les deux miroirs avaient été enchantés afin de permettre à leurs propriétaires de communiquer. Aphrodite s’en servait justement pour prévoir ses petites tromperies avec Arès. Ironie du sort...

Montre-moi ton jumeau” réclama le dieu.

Son visage lui fit face pendant un instant. Puis son reflet se troubla, et laissa apparaître un fond uni qui ressemblait à un toit. De temps à autre, quelques voilages passaient dans le cadre, comme si le vent les agitait par intermittence. Il n’y avait pas de son, mais Hermès savait qu’il s’agissait de la demeure olympienne de sa sœur.

Il remit le miroir à la jeune femme pour qu’elle puisse voir par elle-même qu’il ne s’agissait pas d’un objet ordinaire. En espérant qu’Aphrodite n’ait pas l’idée de montrer le bout de son nez en même temps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"I'm the God of everything no one else wants to do"
- Hermes, probably

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 184
ϟ Nombre de Messages RP : 54
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 9 Avr - 15:28 Message | (#)

En tant que marchande d’art et d’antiquités, Jendayi en voyait des belles tous les jours. Autant de la part des acheteurs que des vendeurs. Même si son travail ici n’était qu’une simple couverture pour camoufler la véritable raison de sa venue ici à Star City, Jendayi avait finalement pris un malin plaisir à se prendre au jeu du double visage. Elle ne pouvait affirmer être amoureuse de sa boutique, mais elle était véritablement sensible aux arts et aux métiers des marchands. Ce n’était pas pour rien d’ailleurs qu’on lui refilait les pièces invendables; elle était tout bonnement incapable de les jeter ! Contrairement à certains de ses collègues absolument pas intéressés par l’art mais plutôt par l’argent, elle considérait que toute pièce avait sa valeur propre, quelle ait un aspect déplorable ou non. Elle considérait que chaque personne, à son propre niveau, c’était donné du mal et avait fait de son mieux. Altruiste dans l’âme, elle ne pouvait donc cracher sans scrupule sur le travail d’un autre, peu lui importait le résultat.
Pour passer le temps, lors des temps morts dans sa boutique quand les clients venaient à manquer, elle passait des heures sur la sphère d’internet à se renseigner sur les pièces à la mode ou l’évolution des arts. Si elle était particulièrement adoratrice de l’art et du design contemporain, elle était très sensible aux arts premiers et à la richesse à la fois si simple des premières réalisations de l’Homme. De part sa culture, elle était plus ouverte aux cultes anciens et aux vieilles croyances aujourd’hui éteintes ou interdites dans plusieurs pays dits civilisés. Elle regrettait parfois la naïveté des siens sans pour autant rejeter fiévreusement le christianisme. Tout cela pour dire qu’elle en connaissait un petit rayon sur la culture grecque ancienne. Enfin, le dessus de l’iceberg probablement. Elle l’ignorait mais elle était à des kilomètres de réaliser ce qu’elle venait de déclencher en tendant à son unique client un petit miroir, babiole de réplique non authentifiée. Tout ça pour dire que venant d’Afrique Centrale, elle était plus habituée que les américains au polythéisme… Bref !

Elle petit toujours bien silencieuse aux côtés de Rapahël. Elle avait croisé ses bras comme pour se protéger d’une force invisible. Même si elle ne pouvait être que sceptique devant l’affirmation de son voisin qui avait été catégorique sur le fait d’avoir trouvé ce qu’il cherchait, elle ne se moquait pas et attendait bien sagement la suite avant de porter un jugement sur ce dernier. Il lui proposa de lui montrer. Elle eut un mouvement d’épaules lent, pour affirmer qu’elle n’était pas en mesure de décider vu qu’il était lui même en train de passer à l’acte. Et elle ne pouvait cacher sa curiosité, après tout.

Quand son voisin prit à nouveau la parole, elle ne put retenir un regard sur lui. Elle remonta les yeux jusqu’à son visage pour y lire de la moquerie, mais rien. Il semblait le plus parfaitement neutre possible. Elle baissa à nouveau les yeux sur le miroir. Rien d’anormal. Elle décroisa les bras et parti d’un rire harmonieux à deux doigts de mettre une tape amicale dans le dos de Raphaël. « Pas besoin de vous donner en spectacle ! Je sais ce que vous valez ! Je veux dire, humainement parlant… Si ce miroir vous intéresse tant, je peux…! » Sans vraiment savoir pourquoi, Jendayi avait à nouveau baissé les yeux sur le miroir à la fin de sa phrase et s’était soudainement rapprochée de son voisin à en appuyer l’épaule contre la sienne. Dieu qu’il sentait bon ! Bref ! Pensée impure mis à part, elle avait désormais les yeux rivés sur le petit miroir et par réflexe, venait de poser sa main par dessus de celle de son voisin pour orienter légèrement l’objet dans sa direction. Elle ne fit pas attention mais grâce à son contact physique, elle était désormais en communication mentale avec son voisin. Elle ignorait s’il était capable ou non de s’introduire dans son esprit.

Elle concentra son pouvoir mental à l’extrême afin de valider ce que ses yeux semblaient lui transmettre comme information. Leur reflet s’était métamorphosé en un intérieur grandiose tantôt largement ouvert, tantôt traversé par une brume blanche. Jendayi mis un moment à comprendre de quoi il s’agissait: de somptueux voilages de la couleur de la nacre. Raphaël venait de retirer sa main du manche et même si elle pouvait à nouveau se déplacer librement, elle resta à ses côtés, comme pour se rassurer de sa présence. « On dirait un souvenir… » Sans prendre garde, l’africaine s’était imaginée que l’image se répétait en permanence. Le vent était si régulier qu’elle pensait que d’une certaine manière, ça tournait en boucle, sans imaginer un instant que c’était en réalité un simultané. La simplicité des volumes, l’utilisation unique de la pierre et les couleurs richement décoratives aux murs s’apparentaient presque à la culture africaine. Mais la jeune femme ne mit pas longtemps avant de faire le lien avait une autre culture polythéiste: la grecque. « On dirait une réplique d’un ancien appartement grec, comme de ceux retrouvés dans les sites archéologiques aux abords de la mer Egée. Sauf les couleurs… elles sont beaucoup trop appuyées. Plutôt une interprétation fantaisiste d’un riche propriétaire qui… » Elle parlait autant à elle-même qu’à son voisin qui restait étrangement silencieux pour l’heure.

Spoiler:
 

Absorbée par la contemplation des détails qui composent la pièce, Jendayi ne fait pas attention au glissement délicat du bois sur le sol. A nouveau, le voilage traverse la scène, comme tant de fois auparavant. Dans un soupir, l’africaine allonge quelque peu son bras en avant pour éloigner le miroir. Le voilage s’anime à nouveau mais cette fois pour laisser apparaitre une tenue plus que légère enveloppant une femme aux courbes sublimes. Jendayi vient d’arrêter de parler, à peine certaine de ce qu’elle est en train de regarder. Elle pense à une tromperie de son esprit, à un trompe l’oeil avec le voilage qui lui fait croire qu’elle voit un corps de femme dans une robe. Sauf que le contact visuel s’établit et l’africaine le sent jusqu’à son âme: la personne qui lui fait face dans le miroir est réelle et possède une puissance d’âme et d’esprit sans précédent. Comme en écho à sa pensée, la femme du miroir esquisse un sourire magnifique à vous faire fondre le coeur. l’africaine, sans savoir comment, éprouve une profonde affection pour la créature qui lui sourit et qui…. « NDONGO! » L’africaine sursaute et dans un réflexe parfaitement enfantin, se défait du miroir pour le renvoyer dans la poitrine de Raphaël. Raphaël qu’elle pousse d’ailleurs en fond du réduit en lui indiquant d’un doigt sur les lèvres qu’il doit impérativement se taire. Malgré sa peau de métisse, on parvient à déceler la rougeur qui lui colore légèrement les joues. A reculons, elle regagne la porte par laquelle ils étaient rentré. Elle l’entrouvre. Un petit homme trapu avec une barbe de hipster lui envoie dans le ventre un paquet. Il s’époumone pendant plusieurs minutes en lui hurlant dessus que ça vaut bien la peine qu’il se déplace si elle ferme la porte à clé et que heureusement qu’il avait la clé et que bla bla et bla… Jendayi sourit poliment avant de courber la tête et de laisser notre homme repartir. Elle referme la porte - à clé - dans un soupir et appuie son front sur le panneau froid pendant plusieurs secondes. Elle ne comprend par la suite d’évènements qui viennent de se produire. Son coeur bat la chamade. Elle repense à ce qu’elle a vu et ne peut s’empêcher de se retourner vers Raphaël qui se tient toujours au fond de l’allée. Elle sursaute à nouveau et lâche son paquet qui s’éventre sur le sol en faisant se répandre les chips de sages un peu partout. Elle n’y avait jamais prêté attention: Raphaël dégage exactement la même aura de puissance d’âme et d’esprit que la femme qui lui avait souri dans le bronze. Il n’est pas beau, il est divin, autant qu’un homme puisse l’être. Et l’africaine n’ose plus bouger, appuyée sur le panneau de la porte en béquille. C’est totalement déraisonnable mais elle sait qu’à cette instant, elle serait prête à faire n’importe quoi que lui demanderait le jeune homme qui lui fait face: elle ne résistera pas à la puissance dévastatrice de son timbre de voix.


Dernière édition par Jendayi Ndongo le Dim 9 Avr - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3294
ϟ Nombre de Messages RP : 2948
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 9 Avr - 15:28 Message | (#)

Le membre 'Jendayi Ndongo' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Indépendant Neutre
avatar

Raphaël Mercury

Indépendant Neutre
Généralités
Hermès
ϟ Nombre de Messages : 682
ϟ Nombre de Messages RP : 414
ϟ Crédits : Angel Dust Tumblr
ϟ Doublons : Cass Flemming - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Gaspard Ulliel
ϟ Âge du Personnage : 32
ϟ Statut : Dans une amitié avec beaucoup d'avantages avec un cauchemar
ϟ Métier : Voleur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Dim 9 Avr - 18:15 Message | (#)

Le moins que l’on pouvait dire, c’est que la jeune femme ne semblait pas le moins du tout convaincue par sa trouvaille. Elle semblait persuadée que le miroir était des plus usuels, une copie comme elle l’avait elle-même affirmée. Et pourtant… s’il était venu l’idée à Raphaël de faire expertiser sa boussole par un expert, ce dernier lui aurait probablement affirmé, la main sur le cœur, que ce ne pouvait être qu’une copie, et pas un objet de l’antiquité grecque au vu des matériaux et du soin apporté à sa confection. Ironiquement, un certain nombre d’objets de cette période, pourtant authentiques, avaient été déclarés faux… justement parce que de la main de son frère. Hermès avait trouvé ça hilarant, mais son frère n’avait pas goûté l’ironie.

Elle lâcha un rire cristallin, et lui reprocha même de se donner en spectacle pour une raison ou pour une autre. Pour une fois en revanche, l’Olympien était des plus sérieux. Et la jeune femme perdit tout envie de rire quand elle réalisa que le miroir était loin de lui montrer son reflet. Elle se saisit même du miroir pour mieux observer ce qu’il montrait. Elle n’avait visiblement plus envie de rire, mais ne semblait pas pour autant persuadée que ce qu’elle avait sous les yeux étaient véritables. Sa soeur n’aurait sans doute pas aimé entendre sa demeure être qualifiée de reproductions grotesques! Ceci dit, les humains de cette époque avaient, la plupart du temps, une vision déformée de la Grèce Antique. Ils s’imaginaient des temples de marbre blanc, et des statues immaculées, de la couleur de la pierre où elles étaient taillées, alors que les grecs les peignaient de couleurs vives. La seule différence, c’est que les couleurs du palais d’Aphrodite - ou du sien d’ailleurs - ne risquaient pas de se délaver.

Comme elle avait attiré le miroir à elle, il ne pouvait plus voir ce que ce dernier affichait, mais il n’était pas difficile de le déduire. Il avait déjà vu cette expression - les yeux écarquillés, les joues rosies - et en déduisit que sa soeur venait d’entrer dans le cadre. Il ne sursauta pas en entendant arriver quelqu’un et s’exécuta docilement quand elle le repoussa. Il profita qu’elle se soit éloignée pour jeter un coup d’oeil à son miroir. Sa soeur lui faisait face, évidemment, et cette dernière avait même commencé à se déshabiller. Hermès lui répondit d’un oeil plus amusé que réprobateur, lui souffla un baiser, et coupa la communication.

Il sortit de la réserve au moment où il entendait la porte claquer. Il était de nouveau seul dans la boutique avec sa propriétaire.

Elle… a cet effet sur les gens” expliqua-t-il calmement. “Respirez à fond”.

Et par “cet effet”, il entendait la capacité d’insuffler du désir à n’importe qui. Et encore, la jeune femme ne l’avait pas rencontré en chair et en os, elle avait seulement aperçu son reflet.

Il abandonna le miroir, face caché, sur le comptoir, et s’avança vers la jeune femme à pas mesurés, un peu comme un prédateur s’approchant de sa proie.

Etes-vous convaincue, ou pensez-vous toujours qu’il s’agit d’une babiole contrefaite?

L’Olympien était plutôt certain de son avantage. Il connaissait l’expression de son visage, pour l’avoir vu plus d’une fois. Il s’avança jusqu’à ne plus pouvoir le faire, pressant son corps contre celui de la jeune femme. Il porta sa main à son visage, effleurant sa joue, allant jusqu’à ses lèvres, l’autre main glissée dans le creux de ses hanches.

Alors dites-moi, quel est votre prix?

A ce stade, il était prêt à offrir de payer en nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"I'm the God of everything no one else wants to do"
- Hermes, probably

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 184
ϟ Nombre de Messages RP : 54
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 23 Juil - 18:07 Message | (#)

En temps normal, la trentenaire africaine est capable d’une très grande concentration et d’un calme apparent qui découle de nombreuses années de travail à tenter de calmer une fureur intérieure. D’une culture native de l’Afrique centrale haute en couleurs, elle sait à la fois être gardienne et sauvage comme les lionnes qui peuplent les savanes arides. Cette dualité, en même temps mère et amante, est volontairement voilé par un sourire noble et apaisant qui ne laisse que présager son côté aimant sans en voir l’ambivalence. En permanence, la jeune femme est tiraillée entre des pensées sereines et posées qui reflètent son côté maternelle et des pensées sauvages et instinctives qui sont empruntées à son autre visage. Le pouvoir mental de Jendayi lui permet d’être toujours en contrôle et de distinguer le quel de ses visages se manifestent. Son travail acharné pour contrôlé sa dualité avait été grandement salué par son Roi qui avait vu le changement radical que s’était imposée la conseillère afin d’embraser un rôle important dans la vie de l’héritière du trône de Dakana. En quittant son pays natal et en s’éloignant peu à peu de la jeune héritière, Jendayi avait simplifié radicalement la donne: la journée, elle était la mère, la nuit, elle était l’amante. Les rôles étaient parfaitement équilibrés et jamais elle n’en subissait les complications ni les retours de manivelles.

Appuyée sur la porte en acier qui fermait la réserve, elle avait luté intérieurement pour conserver le visage de la mère.

Désormais, dans la boutique aux allures de débarras africain, elle tentait de fuir le regard inquisiteur de Raphaël, cherchant désespérément quelque chose dans la décoration de son antre qui pourrait lui faire retrouver ses esprits et une once de stabilité. Elle remonta les yeux sur son visage lorsque ce dernier s’avança aussi lentement qu’un léopard dans les hautes herbes. Plus habituée à être la chasseuse que la proie, Jendayi lutait contre son propre instinct qui lui hurlait d’attaquer avant qu’il ne soit trop tard. Mais elle n’en fit rien. Au contraire, elle se recula encore d’avantage jusqu’à ce que ses hanches se retrouvent en butée contre le meuble qui lui servait de comptoir. Elle retint son souffle. Et ne remarqua son apnée qu’au moment où son visiteur lui enjoignit calmement à respirer à grandes goulées. Elle appuya sa langue contre son palais, pour s’empêcher d’inspirer en ouvrant la bouche, se contentant de puiser de l’air lentement par le nez. Son rythme cardiaque se stabilisa et elle fut à même de déceler son trouble mental. Elle ne perçut même pas le déplacement de Raphaël, en transe pour retrouver son calme. Il était désormais en devant d’elle et venait de déposer le miroir sur le meuble en bois. Elle en entendit le tintement. Par réflexe, n’osant détourner de regard de peur d’être dévorée, elle déplaça sa main sur le meuble haut jusqu’à rencontrer le métal froid. Elle déglutit. Et frissonna. Il lui fallait faire diversion pour gagner plus de temps pour retrouver le visage de la mère. Or il faisait déjà nuit. Sa routine allait lui jouer le plus mauvais tour qu’il soit.

Raphaël avançait toujours sur elle et elle ressentait les murs de sa prison se rapprocher peu à peu. Elle était faite comme un rat et le chat qui lui faisait face prenait un malin plaisir à jouer avec elle. Jendayi se mentait cruellement à elle-même. Lors d’une soirée absolument délicieuse, elle s’était déjà offerte au marchand sans connaitre le voleur grecque. Il n’avait pas fallu longtemps avant que l’alchimie entre eux fasse tomber le peu de barrières mentales que s’imposait Jendayi afin de ne pas succomber au charme de n’importe qui, n’importe où, n’importe quand. Mais volontairement sans attache, la jeune femme ne pouvait repousser indéfiniment les envies primitives de son corps et elle préférait le faire en maîtresse de ses choix afin de ne pas le regretter le lendemain. Elle ne s’était jamais sentie honteuse des nuits passées avec des inconnus, même si elle n’allait pas nécessairement en faire part à sa famille, à commencer par son père. Mais quelque part, et elle savait que sa grand-mère argumenterait dans ce sens, ce n’était que suivre la culture africaine ! L’épouse seule choisissait les amantes de son époux et leur permettait de partager sa couche.

Jendayi planta son regard dans celui de Raphaël. Elle répondit avec brusquerie, sur un ton plus froid qu’à l’ordinaire. « Je suis convaincue que vous ne me dites pas tout. » Elle marqua une pause qui coïncida avec un arrêt momentané chez le grecque qui venait de s’immobiliser pour quelques secondes. Elle fouilla dans sa mémoire pour tenter de revenir à leur première rencontre, chercher les non-dits et les secrets que son interlocuteur ne voulait révéler pour essayer de trouver matière à retourner la situation. Un souvenir s’imposa à elle, qui n’était pourtant pas lié directement à Raphaël. L’architecte grecque et grand allié de sa nation lui avait permis de voyager dans la Grèce Antique et de découvrir ce qu’aucun autre artiste contemporain n’avait pu voir. Elle avait scellé son esprit afin de ne jamais rien révélé des secrets entr'aperçus. Cependant, elle se remémora le temple dédié au Dieu des marchands et des voleurs et à quel point elle avait été en admiration devant son effigie et combien sa silhouette lui semblait familière. « Vous êtes grec. »

Les mots n’étaient que le 10% de ce que l’africaine voulait exprimer et elle ne fut pas assez rapide pour enchaîné que déjà il était sur elle, lui bloquant toute retraite.

Si son corps réagit favorablement aux attentions du perfide chasseur, Jendayi faisait son possible pour résister mentalement et ne pas simplement lui sauter dessus comme une étudiante en manque de chaleur humaine. Au lieu de reculer, elle s’avança sur lui et s’empara du col de sa veste entre ses deux mains, comme pour lui témoigner un minimum de résistance même si elle ne le savait pas dupe. Elle se mit sur la pointe des pieds et tendit son visage vers lui. Il cachait des informations, elle en cachait plus encore.

Elle tendit son esprit vers lui et quand elle parla, se fut uniquement dans sa tête à lui. « Votre nom. Pas celui que vous m’avez donné lors de notre dernière rencontre. Celui qui vous lie à la Déesse Aphrodite et à son miroir. » Elle n’avait absolument aucune preuve de ce qu’elle avançait ! Ni même la certitude que le souvenir que lui avait partagé Dédale n’était pas déformé par des siècles d’existence. Mais à Star City, on ne pouvait se fier à rien ! Et quitte à céder une deuxième fois, elle voulait être certaine de savoir avec qui, cette fois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Indépendant Neutre
avatar

Raphaël Mercury

Indépendant Neutre
Généralités
Hermès
ϟ Nombre de Messages : 682
ϟ Nombre de Messages RP : 414
ϟ Crédits : Angel Dust Tumblr
ϟ Doublons : Cass Flemming - Seto Shigemitsu
ϟ Célébrité : Gaspard Ulliel
ϟ Âge du Personnage : 32
ϟ Statut : Dans une amitié avec beaucoup d'avantages avec un cauchemar
ϟ Métier : Voleur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Lun 24 Juil - 21:48 Message | (#)

Il pouvait voir qu’il lui faisait de l’effet. Evidemment qu’il lui faisait de l’effet. Il était lui, il était Hermès, fils de Zeus, et parcourait la Terre Prime depuis assez longtemps pour savoir comment faire tomber homme et femme à la renverse. Appelons ça le charisme qui allait avec la nature divine de Raphaël. Sauf que… s’il sentait le corps de la jeune femme répondre aux siens, s’il voyait dans son regard une étincelle, un indice qu’elle le voulait… elle résista, aussi. Comme si elle venait de comprendre quelque chose. Il resta impassible quand elle mentionna sa vraie “nationalité” - il était né sur la Terre prime, en Grèce après tout - se demandant tout de même ce qu’il l’avait trahi. A moins qu’il n’ait pas été le seul à cacher des choses…

Quand elle saisit son col, ce ne fut pas pour l’embrasser, mais plutôt pour ce qui ressemblait fort à une confrontation. Il plissa à peine des yeu quand il entendit sa voix dans son esprit. Ce n’était pas la première fois qu’il expérimentait quelque chose du genre. Du temps où le dieu des voleurs, marchands, voyageurs, etc. était encore vénéré et révéré, il recevait des dizaines et des dizaines et des dizaines de prières à chaque heure, chaque minute, chaque seconde. L’effet était assez similaire à ce qu’il connaissait aujourd’hui même si le contact était plus… direct. Et qu’il expliquait aussi comment elle avait pu découvrir certaines de ses secrets.

Quelle déception… vous voilà arrivée si loin, et vous ne souhaitez pas pousser plus avant? Vous avez pourtant tellement d’indices devant vous…” Il avait répondu à voix haute à la question qu’il avait reçu dans son esprit. Déjà parce qu’il n’aimait pas beaucoup l’idée d’avoir quelqu’un dans sa tête. Ensuite… parce que la parole était là où il était le plus doué. Hermès, dieu de l’éloquence, savait qu’un discours comptait aussi sur le fond, le choix des mots, les figures de style… que sur la forme. Il savait bien entendu moduler sa voix, pour lui donner le ton qu’il voulait. En cet instant, sa voix ressemblait presque à un ronronnement. Elle devait peut-être sentir sa poitrine et sa gorge vibrer à chaque mot. “Je peux les énumérer pour vous, si vous voulez, et vous laissez les relier entre eux. J’ai bien peur que dans le cas contraire… mon nom véritable restera un mystère pour vous”. ll se rapprocha un peu plus, les yeux plongés dans ceux de la jeune femme. “Mon lien avec Aphrodite est un indice. Le nom que je vous ai donné aussi, si vous vous en souvenez dans son entier. Vous avez également correctement deviné ma nationalité. Oh… et ironiquement… votre profession aussi, est un indice”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




"I'm the God of everything no one else wants to do"
- Hermes, probably



Un oeil suffit au marchand, cent yeux ne suffisent pas à l'acheteur - Jendayi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Un miroir, des yeux, deux couleurs... et une suprise....?! QUOI?! Ma soeur?! [Pv Clio]
» Caeliban Salica [Marchand & Aventurier]
» La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)
» Les spadassins d'Altamira
» Emilie de Vendières ◘ Le chirurgien doit avoir un oeil d'aigle, un coeur de lion et une main de femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Centre Ville :: Le quartier du Front de Mer :: Les boutiques et commerces :: Meadow Street :: Marchande d'Art de Dakana-