AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

« Villain Con » ft. Lukaz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 10 Jan - 12:26 Message | (#)

5 au 8 Janvier 2017 – Orlando, état de Floride.

Tous les deux ans, le premier week-end de Janvier, avait lieu la Villain Con. Chaque édition se déroulait dans une ville différente, partout sur le sol américain, avec, parfois, des invités venus d’autres pays. Le concept pouvait paraître kitsch ou même totalement inconscient : comment espérer une convention calme en rassemblant une centaine de super-vilains dans un espace clos ? Pourtant, cela fonctionnait. On mettait les rivalités de côté, le temps de trois jours où on échangeait sur les dernières technologies, sur les artefacts à la mode, où on félicitait ceux qui avaient fait parler d’eux grâce à leurs exploits des deux dernières années, où on prenait des nouvelles de ceux qui se montraient discrets, où on nouait des alliances, des partenariats sur le plus ou moins long terme… Bref, une convention comme il en existe depuis des années aux États-Unis. Évidemment, la toute première Villain Con ressemblait davantage à une grande réunion mafieuse, mais les familles s’étaient ouvertes, tout le monde évoluait avec son temps.

J’ai reçu une invitation. Comme toujours. Enfin… Presque.
En 2009, je commençais : pas assez connu.
En 2011, j’étais trop occupé à monter mon laboratoire.
En 2013, j’avais d’autres chats à fouetter.
En 2015, j’y suis presque allé, mais l’UNISON venait de me mettre une sale affaire sur le dos et j’avoue, j’ai cru à un piège. J’ai donc participé de loin, par vidéo-conférence, pendant environ une heure.
Mais cette année… Quand Lukaz m’a appelé, tout fier, pour m’annoncer qu’il avait reçu une invitation et qu’il comptait bien s’y rendre, j’avoue… J’ai arrêté de me trouver des excuses.
Parce que oui, tout ça, c’était principalement parce que je n’avais aucune envie de me retrouver dans une foule compacte. Trop de gens rassemblés au même endroit, rien que d’y penser, je frôle la crise d’angoisse. Mais bon, à partir du moment où Lukaz a su que j’avais une invitation, moi aussi (même si, franchement, c’est évident non ?) il m’a plus ou moins harcelé pour que j’accepte.
Alors, j’ai pris mon courage à deux mains.

On est parti de Star City le jeudi matin, en voiture. D’une, parce que je ne nous voyais pas emprunter un avion de ligne avec tout notre matériel. De deux, parce que même si on aurait été plus rapide en volant… Et bien il restait le souci du matériel, justement. Au lieu de la Nisshoku, on a emprunté un de mes propres véhicules. Un Hummer H2 noir, et heureusement que les sièges arrières pouvaient se rabattre… Entre nos costumes respectifs, nos valises et le reste du matériel, c’était juste. Au point que les Angel’s étaient obligées de nous survoler, ou plutôt, de se mettre en formation de défense et de surveillance, juste au cas où. J’ai hésité à emporter le Kaneki et, finalement, on lui a trouvé une petite place à l’arrière. Quant à Hotaru, il n’a pas arrêté de jacasser, en sautant sur les sièges, possédé par son excitation.
Je me demande si je ne l’ai pas fait un peu trop…
Trop.

On arrive bientôt ?
Non.
On arrive bientôt ?
Non.
On arrive bien-
Je vais le jeter par la fenêtre !

Ma voiture se conduit toute seule, même si c’est Lukaz qui est installé derrière le volant, pour donner le change à la police, juste au cas où le système de camouflage rendrait l’âme. L’air de rien, conduire sur une route où les gens ne vous voient pas, c’est sportif ! Heureusement, l’I.A. est connectée à Sakura. On a juste eu à profiter des 16 heures de route. Au bout d’une et demi, j’avais déjà envie de me jeter sous les pneus. Je n’ai pas l’habitude de rester inactif, et quand je suis arrivé au bout du sachet de sucette que Lukaz a pensé à emporter, je me suis réjouis d’avoir emmené ma tablette graphique.

Heureusement, cette fois, oui, on arrive bientôt !
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 6001
ϟ Nombre de Messages RP : 676
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Mer 11 Jan - 17:32 Message | (#)

Même si Lukaz n'était pas un grand amateur de comics, de science-fiction et de tout ce qui constituait la culture geek, il savait quand même que chaque année, des salons se tenaient pour permettre aux fans de se rassembler autour d'un thème particulier. Il y avait donc les conventions dédiées aux comics et à leurs dérivés, les salons high-tech, les conventions manga, etc. En bref, il y en avait pour tous les goûts et sans doute bien plus encore. Mais une convention de super-vilains ? C'était l'air dubitatif que le voleur avait détaillé son invitation. Enfin, une invitation destinée à Solar. Le simple fait qu'on ait réussi à lui faire parvenir semblait indiquer le sérieux de la chose mais ça n'en restait pas moins bizarre, surtout que le Breton n'avait jamais entendu parler de cette histoire.

Lukaz avait donc contacté le Docteur Otaku qui était dans le domaine depuis plus longtemps que lui et ce dernier lui avait confirmé l'existence secrète de cette convention. Et on y avait invité Solar. C'était le début de la gloire ! Peut-être parce qu'il avait été la cible du Cénacle ? A deux reprises ? Être condamné à mort par un organisme vigilant, c'était quand même quelque chose d'important, surtout quand on y survivait. Bref, c'était l'occasion ou jamais de transformer un essai mais il était tout simplement hors de question d'y aller sans la présence du Japonais. Lukaz s'était donc fait insistant auprès de ce dernier, surtout quand il avait compris qu'Otaku se cherchait des excuses pour ne pas avoir besoin d'y aller. Il était franchement irrécupérable... Mais ça avait aussi ses avantages, puisque Lukaz savait comment le manipuler. Comme par exemple en précisant que l'illustre Docteur Otaku se devait de faire acte de présence, ne serait-ce que pour montrer aux autres ce qu'était un véritable criminel. Il était bien entendu plus que probable qu'Ando ait percé à jour la pathétique tentative de Lukaz mais au moins, il avait fini par accepter.

Ce fut comme ça qu'ils se retrouvèrent sur les routes, comme une parfaite petite famille installée dans sa grosse voiture, en direction du soleil du sud. Lukaz, en bon père de famille, conduisait. De son côté, Ando se disputait avec les enfants. C'était en tous les cas l'une des manières dont on pouvait interpréter la situation et elle avait au moins l'avantage de faire sourire Lukaz parce que le reste était quand même vachement plaisir... C'en était à croire qu'une fois qu'il sortait du modèle « robot sexy », Otaku n'était plus capable de faire quelque chose de supportable. Entre Clank et Hotaru, ça commençait effectivement à faire beaucoup.

« Deux semaines seulement et tu veux déjà te débarrasser de mon cadeau... Je suis blessé. »

Bien entendu, ce n'était pas vrai, d'autant que si on y réfléchissait bien, le seul responsable de la situation était Otaku lui-même, puisqu'il avait bidouillé le robot offert par son ami solaire. Ce n'était donc pas bien de vouloir s'en débarrasser comme ça !

« On arrive bientôt, Hotaru. Si tu comptais toutes les voitures rouges que tu vois ? »

Au moins comme ça, le robot les laisserait peut-être en paix ? Heureusement, ils n'en avaient plus pour longtemps. La ville d'Orlando se profilait déjà à l'horizon même si cela faisait encore une sacré distance, sans compter le temps qu'ils mettraient pour rejoindre le centre-ville et leur hôtel, un établissement luxueux dans lequel Lukaz avait réservé deux suites côte à côte. Il avait refusé de laisser faire Ando, sous le prétexte que lui ne passait pas sa vie dans un labo et qu'il savait donc mieux ce qu'il fallait choisir. En même temps, il voulait aussi surprendre Otaku même s'il y avait fort à parier que ça ne se verrait pas sur son visage. Mais bon.

« Tu as déjà entendu parler de cette convention ? On doit s'attendre à quoi ? C'est pas que je me méfie, je suis même super-content d'avoir reçu une invitation mais quand même, c'est spécial comme truc, nan ? T'imagine si on tombe que sur des Wildcard ? Ou pire ! » Ce ne serait pas du gâteau, c'était un fait. « Tu as déjà prévu ce que tu voulais faire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 12 Jan - 14:00 Message | (#)

Oh, oui les voitures rouges ! Une rouge, là !
Et si tu les comptais dans ta tête ? je susurre d’un air peu rassurant.
Mais vous ne saurez jamais combien il y en a…
Si, parce que tu nous feras un rapport détaillé quand on arrivera.
Super !

Je me déteste, parfois.
Un psy vous dirait probablement que si je programme certains robots pour réagir comme d’agaçants personnages de manga, c’est pour me créer une sorte de sociabilité à ma sauce et contourner le problème que j’ai avec les êtres humains en général. Moi, je préfère ne pas y penser. D’autant qu’il me suffit de dire à Hotaru de la fermer pour qu’il obéisse, mais que je ne l’ai pas fait une seule fois depuis près de seize heures de voyage.

Alors qu’on passe un panneau annonçant « Welcome to Orlando ! » Lukaz me pose certaines questions sur la Villain Con. J’hausse les épaules.

Comme tu le sais, c’est la quatrième fois qu’on m’y invite mais je n’y suis jamais allé. J'en reviens toujours pas d'avoir accepté... C'est tellement irresponsable puis quelle perte de temps, je peste. Et pourtant, je suis dans cette fichue voiture. J’ai toujours trouvé ça suspect et dangereux. Comme toi, je craignais de tomber sur un psychotique qui voudrait profiter de l’occasion pour éliminer certains rivaux ou même tous ses rivaux. Je ne sais pas comment s’y prennent les organisateurs mais il n’y a jamais eu un seul débordement pendant les trois jours de la convention. Tout le monde vient en mettant ses différends de côté.

A mon avis, il y a un genre de magie là-dessus ! A moins que les criminels n’aient plus d’honneur que ce que pense la majorité des gens. Ce qui est vrai, sauf pour moi. L’année dernière, pendant ma brève apparition en téléconférence, j’en ai profité pour noter certains noms de roboticiens qui l’ont un peu trop ramené à mon goût et qui ont ensuite mystérieusement disparu.
C’est drôle, la vie.

J’ai juste fait une téléconférence la dernière fois. Enfin… On m’a appelé pour que je parle de mon parcours, pour « donner de l’inspiration aux jeunes générations criminelles », non mais tu imagines ? Comme si on pouvait espérer m’égaler. Enfin, je trouve que je suis un bon modèle, donc j’ai accepté. Ça ressemblait à n’importe quelle conférence, dans une salle standard, avec des chaises, une estrade, tout ça. J’ai entendu quelques rumeurs sur l’intérieur et j’ai échangé avec des gens qui y étaient allés et qui désespéraient de ne pas m’y avoir vu, j’ai eu quelques photos et ça m’a vraiment fait penser à la Comic Con. Parce qu’il y a des criminels de tous les horizons, mais certains sont plus des sbires, enfin beaucoup même et du coup ils se déguisent en criminels célèbres. Si ça se trouve, il y aura des cosplays de moi !

J’aime bien l’idée. Je me demande s’il y en aura de Lukaz mais je trouve ça difficile, vu qu’il se cache tout le temps. Dommage pour lui !

Tu as souvent les mêmes noms qui reviennent en tête d’affiche. Si tu veux mon avis, ce sont des rigolos qui se prennent pour des stars plus qu’autre chose. Je vais te dire, heureusement qu’on est là pour relever le niveau. Je ne sais pas ce qu’ils t’ont mis sur ton programme mais moi, ils veulent que je signe des photos, je m’exclame avec une horreur non dissimulée. Et que je montre ma dernière création. Comme je n’ai pas terminé Vicky et que je préfère qu’elle reste secrète, je vais en profiter pour exhiber le Kaneki. Je me demande si certains vont vouloir tester son acide.

Je ricane, amusé par avance.
J’avoue, c’est méchant.
Mais, eh, c’est le thème du week-end non ?

C’est où déjà que tu nous as logé ? Je te préviens, y’a pas intérêt à avoir « un problème de réservations » qui fait qu’on devra partager la même chambre, parce que je te vois venir et je te jure que je fais scandale.

C’est au moins la douzième fois que je lui dis. J’aime bien Lukaz mais, pour ce genre de détails, je n’ai curieusement pas confiance.

J’ai faim.

Aussi.
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 6001
ϟ Nombre de Messages RP : 676
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Dim 15 Jan - 22:21 Message | (#)

« Je te connaissais pas aussi patient... C'est que tu ferais presque un bon père. Presque. »

Lukaz ne put s'empêcher de sourire, gardant les yeux rivés sur la route. Il n'avait pas besoin de regarder Otaku pour savoir quelle tête il risquait de faire, mais c'était une occasion trop belle pour qu'on la rate. Il était vrai que le Japonais était souvent très patient, surtout avec le Breton quand il s'agissait de parler science ou manga, mais avec le robot, les choses étaient encore différentes et il était amusant de le voir agir avec autant de prévenance. Enfin, de prévenance... Il restait le Docteur Otaku et ça se sentait à son ton mais vous comprenez ce que je veux dire.

La discussion aborda ensuite le sujet de la convention, le Japonais mentionnant ses propres craintes sur le sujet même s'il n'y avait à priori pas la moindre raison de s'inquiéter puisqu'il n'y avait jamais eu d'incident. C'était surprenant et on pouvait se dire que les informations avaient été trafiquées mais il fallait quand même se dire que si les plus importants super-vilains du monde étaient éliminés, cela risquait de se savoir. On pouvait donc en conclure qu'il n'y avait jamais eu le moindre drame de ce genre, ce qui ne changeait rien à l'aspect totalement saugrenu d'une telle convention.

Otaku aborda ensuite son expérience passée, évoquant une conférence qu'il avait donné mais aussi ses échanges avec certaines personnes, ce qui était vraiment très surprenant. Si le Japonais entretenait forcément des contacts obligatoires avec ses clients, l'imaginer parler par visioconférence avec des inconnus, c'était assez comique. Mais après tout, pourquoi pas ! Tout était possible, en ce bas monde.

« Tu vas signer des photos ? » Lukaz était sincèrement étonné. « Ne le prends pas pour toi mais j'ai assez de mal à imaginer des super-vilains exhiber une photo d'un adversaire, signée par lui... »

Les criminels se respectaient forcément entre eux mais de là à afficher sa passion pour un autre criminel... Bien entendu, Lukaz lui-même n'aurait pas craché sur une photo en taille poster du Japonais mais il doutait qu'on ait pu voir ne serait-ce que son visage sur les photos qu'il allait signer. Encore moins que la photo conviendrait aux attentes de Solar.

« J'ai choisi le Waldorf Astoria. C'est un cinq étoiles. Y a pas mal de services intéressants même si je doute que tu voudras sortir de ta suite... Et t'inquiète pas, y aura pas de problème de chambre. » C'était presque insultant qu'il ait pu penser à ça... Bon, d'accord, peut-être pas tant que ça. « Je l'avoue, j'y avais pensé. Partager la même chambre, c'était vraiment hyper-tentant. Mais j'avais pas envie que tu me fasses la gueule. J'ai donc pris deux chambres qui se font face. »

Au passage, le voleur avait noté que son ami avait faim. Il reprit ainsi le contrôle du véhicule et le pilota jusqu'à l'adresse qu'il avait entrée dans le GPS, quelque part dans le nord-est d'Orlando. Se garant sur un parking proche, Lukaz se tourna vers Otaku.

« Tu bouges pas, je reviens vite. »

Le Français quitta alors le véhicule et se dirigea vers le Kabooki Sushi, un établissement qu'il avait repéré quand il avait fait ses recherches sur la ville. On y vantait les mérites de ses préparations, même si cela semblait être particulièrement onéreux. Heureusement pour lui, Lukaz n'avait pas de problèmes d'argent. Lorsqu'il pénétra le bâtiment, on lui indiqua que le restaurant n'était pas encore ouvert mais cela lui importait peu. En effet, lorsqu'il proposa de payer le double du prix de la note, on accepta finalement de le servir et Lukaz commanda tout un assortiment de sushis qu'on lui emballa soigneusement dans une jolie boite. Bien entendu, cela avait pris un peu de temps et ce n'est donc que vingt minutes plus tard qu'il revint à la voiture. Otaku risquait probablement d'être énervé. Bah, il l'était tout le temps, de toute façon ! Grimpant dans le véhicule, Lukaz tendit la boite à son ami.

« Tiens. T'as pas à t'en faire, ils ne sont pas empoisonnés. T'as le temps de manger, faut encore qu'on traverse la ville pour arriver à l'hôtel. C'est pas dans le centre mais je voulais le plus luxueux et puis, c'est pas trop loin du lieu de la convention. »

Sur cette conclusion, Lukaz redirigea la voiture sur la route et enclencha le pilotage automatique. Ils en auraient peut-être encore pour quinze minutes, davantage si la circulation était mauvaise.

« Tu vas porter ton masque à la convention ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 16 Jan - 17:21 Message | (#)

Moi aussi, quand on m’a annoncé qu’on voulait me faire signer des photos de moi, j’ai été étonné. Enfin… Je conçois qu’on m’admire et qu’on veuille un souvenir d’une rencontre avec moi, mais je trouve cette activité tellement… Mainstream ? C’est bon pour les acteurs ou pour les vilains en manque de célébrité. Moi, je n’ai plus rien à prouver à personne, mais bon… J’étais dans un jour de grande bonté, j’ai donc accepté de me plier à ce petit exercice. Par contre, il est évident que je ne vais pas dédicacer des photos de mon visage actuel. Les dernières images de mon visage dont disposent la Légion et l’UNISON datent de mes débuts en tant que vilain. Je ressemblais à un lycée sortit d’un manga tout ce qu’il y a de plus standard. Aujourd’hui, c’est moins le cas. Entre autre, j’ai décoloré mes cheveux, je porte parfois des lentilles de couleur derrière mes lunettes et mon style vestimentaire fait plus visual kei que gentil garçon.

Tous les super-vilains ne sont pas forcément mes adversaires. Puis je conçois très bien qu’on m’admire, après tout, je suis largement au-dessus de la masse. A leur place, j’exhiberai une photo de moi aussi.

Et l’ego va bien, merci.
Lukaz m’explique qu’il a réservé un hôtel cinq étoiles. Deux suites, l’une en face de l’autre, avec tout le confort imaginable. Il m’avoue même qu’il a pensé à me piéger, ce qui lui vaut un regard noir de ma part. Je croise les bras sur ma poitrine pendant qu’il change de trajet pour aller chercher à manger. Je m’abîme dans un silence à la fois outré et contrarié, qu’il parvient à briser en me ramenant des sushis. Je me demande une seconde si ce n’est pas un peu raciste comme manière de se faire pardonner mais 1) je meurs de faim et 2) je suis resté tellement soufflé qu’il me plante là dans la voiture que je suis rassuré de le revoir. Je n’ai vraiment pas envie de me retrouver au milieu de cette convention sans lui. J’ouvre la boîte et mon estomac gronde sa faim. Avant d’enfourner un sushi, je réponds à Solar.

Évidemment. Combinaison intégrale du MechOtau et surtout, les trois Angel’s en formation de sécurité autour de moi. Je te dis, j’ai pas confiance… Puis j’ai pas envie que n’importe qui voit mon visage actuel. Déjà qu’on connait mon nom, ça suffit.

Merci Dédale pour cela.

Toi aussi, je suppose ? Ou tu vas te promener un peu incognito par moment ?

Après tout, Lukaz n’a pas besoin d’une combinaison pour se sentir protégé. Il est un danger public à lui tout seul, il n’a qu’à changer de forme pour désintégrer toute la convention, moi y compris. J’ai beau savoir que c’est mon ami et qu’il ne me nuirait jamais (pas sans une excellente raison et même si je suis difficile à vivre, j’estime que ça fait partie de mon charme) j’ai quand même une petite appréhension.

Le temps qu’il me réponde et qu’on en discute un peu, nous nous garâmes sur le parking du fameux Waldorf Astoria. Enfin, quand je dis parking… Un voiturier se penche à la fenêtre, attendant qu’on lui donne les clés. Je le regarde comme un zombie fou dangereux. Il croit au Père Noël, celui-là, ou bien ? Même pas en rêve, il pose ses fesses dans ma voiture avec tout mon matériel. Heureusement, Lukaz arrange la situation et l’homme nous indique un endroit où nous pouvons nous garer, dans un parking sous-terrain. Il nous explique également où se trouve l’ascenseur et comment nous rendre à la réception.

T’es certain qu’il est sécurisé, ton parking ?

Vu la tête du palace, ça semble logique, mais quand même. N’empêche, je me sens un peu mal à l’aise au milieu de toute cette débauche de luxe. J’ai de l’argent, mais je m’en sers pour mes recherches, certainement pas pour me payer des suites à 2 ou 3 milles dollars la nuit. Enfin, ce n’est pas moi à proprement parler qui paie, vu que Lukaz a fait les réservations et ne m’a pas (encore) demandé une participation financière.
N’empêche, il y en a pour des milliards en terme de technologie de pointe, là-dedans.

Alors, on a croisé dix-sept voitures rouges ! Je les ai classés par modèles, commence Hotaru, en débitant son rapport en comptant sur ses doigts. Je l’ignore et me concentre sur Lukaz.
Y’a des choses que tu dois descendre ? Kaneki, les valises, j’ordonne.

Les Angel’s nous rejoindront directement dans la suite, une fois la nuit tombée. Comme j’avais déjà donné cet ordre à Mizuiro, je n’ai pas besoin de les contacter pour le lui répéter. Pendant ce temps, Hotaru continue son compte-rendu détaillé.
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 6001
ϟ Nombre de Messages RP : 676
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Mar 24 Jan - 15:46 Message | (#)

« Je ne sais pas trop... Montrer mon visage dans une convention comme celle-ci, je ne sais pas si c'est vraiment malin. D'accord, personne saura qui je suis, mais je serais forcément un criminel aux yeux de tout le monde donc ça grillera quand même un peu mon identité. Enfin bref, j'imagine que ça dépendra de ce qu'on fera et de la manière dont les choses vont se passer. Je verrais sur le moment. Puis qui sait, si je tombe sur une jolie fille... »

Lukaz ne put s'empêcher de sourire alors qu'il observait du coin de l’œil la réaction de son ami, probablement blasé par sa remarque. Il était quand même trop tentant de lui lancer des petites provocations de ce genre pour qu'il se retienne. De toute façon, ils finirent par arriver à l'hôtel et Lukaz fit de son mieux pour décliner l'offre d'un voiturier, conduisant lui-même le véhicule jusqu'au parking. C'était quand même mieux que de commencer le séjour par un meurtre violent et sanglant, non ?

Il fallait dire que le Breton commençait à connaître son ami et qu'il avait bien vu la manière dont il se comportait en public, lors de la petite sauterie d'Halloween. Tous les inconnus qui lui avaient adressés la parole avaient fini acidifiés ou mutilés... Et son caractère n'était pas allé en s'arrangeant quand il avait fait la connaissance d'Alice. Bon, il ne s'en était pas pris à elle, très étrangement, et Lukaz ne savait pas trop pourquoi. De toute façon, il n'avait pas vraiment compris quel avait été le problème et tout ce qu'il avait retenu, c'était qu'Ando avait été jaloux. Et savoir que le Japonais était jaloux envers lui, c'était quand même quelque chose de très plaisant, même si ce n'était pas encore pour les bonnes raisons. Mais il y avait au moins de l'espoir ! Bref, tout cela pour dire qu'Otaku n'était pas forcément l'être le plus sociable qui soit. Aussi, en quittant le véhicule, Lukaz crut bon de faire quelques précisions.

« Parce qu'on a besoin d'un parking sécurisé ? Je pensais pas qu'on puisse voler ta voiture... »

Le Japonais devait bien avoir intégré des systèmes de fou au véhicule, non ? Et puis, il était en lien direct avec son IA donc franchement, qu'est-ce qu'il craignait ? Lukaz ne s'était jamais posé la question pour la Scorpio ou la Nisshoku, par exemple. Elles savaient se défendre.

« Bon, avant qu'on monte, j'aimerais que tu me promettes de ne pas acidifier, trancher, découper, fusiller, mutiler, brûler, tuer et toutes autres variations autour de ce thème les membres du personnel de l'hôtel. Ils sont là pour s'occuper de nous, pas pour nous tuer dans notre sommeil. Promis ? » Peut-être que le Japonais prendrait mal le fait que Lukaz lui parle ainsi mais le Breton pensait que c'était vital pour leur propre sécurité. « J'ai juste un sac à prendre. Pour trois jours, j'avais pas besoin d'énormément de bagages... »

Il fallait dire qu'il n'était pas un Japonais tatillon sur son look, lui. Et il n'était pas un inventeur non plus. Sans compter qu'il n'avait pas besoin du moindre costume. Techniquement, il aurait même pu se promener tout nu, sous sa forme solaire, personne ne l'aurait remarqué. Ce n'était cependant pas à l'ordre du jour, je vous rassure. Lukaz prit alors la direction de l’ascenseur qui leur permit de rejoindre le hall de l'hôtel dans lequel se faisait l'accueil des visiteurs. Là, il prit les réservations effectuées aux noms de messieurs White et Ken, une référence évidente à Kaneki et non au petit ami de Barbie, cela va sans dire. Mais Otaku le remarquerait-il seulement ? De plus, Lukaz ajouta qu'ils ne désiraient pas qu'on vienne s'occuper de leurs chambres durant le séjour, cela afin d'éviter une potentielle situation problématique avec le Japonais. Après quoi, le Breton conduisit son ami et son robot – qui risquaient de passer pour un joli petit couple – jusqu'à l'ascenseur afin de rejoindre le vingtième étage où les attendaient leurs deux suites. Glissant le passe magnétique dans la première porte, il ouvrit le battant et d'une révérence, invita Ando à entrer.

« Vous voilà arrivée, votre grandeur. J'espère que vous ne trouverez rien à redire sur les lieux. »

Se redressant en souriant, Lukaz le poussa gentiment vers l'intérieur avant de le suivre, histoire de voir ce qu'il aurait à lui répondre, après quoi, il le laisserait se remettre du voyage et se changer en rejoignant sa propre chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 25 Jan - 11:11 Message | (#)

Je roule des yeux quand Lukaz m’avoue que s’il rencontrait une jolie fille, il risquait de se montrer à visage découvert. Tous les représentants de sexe féminin que nous allions croiser à cette convention étant des criminelles plus ou moins dangereuses, cela ne me rassure pas vraiment qu’il soit capable de se dévoiler pour si peu, mais bon… Vu ses pouvoirs extraordinaires, il y a peu de risques que quelqu’un parvienne à le toucher. J’avoue que je m’inquiète surtout pour mes fesses, même si je suis bien entouré. Je ne suis définitivement pas à l’aise dans le monde extérieur. Je préfère ne pas répondre à sa provocation mais je manque carrément de me vexer à sa remarque sur la sécurité du parking.

Évidemment que personne ne peut voler la voiture. Par contre, celui qui se risquera à essayer finira réduit en bouillie, ce qui n’est pas très discret. Tu me prends pour qui, sérieusement ?

Je lui propose donc de sortir les bagages, enrobé dans mon ego égratigné par son manque de confiance. Mais avant de me répondre, j’ai droit au laïus sur la discrétion et sur les égards à avoir envers les membres du personnel. Je pince les lèvres et croise les bras sur ma poitrine. Objectivement, il n’a pas tort et c’est totalement mon genre d’être un tantinet… Expressif. Toutefois, je sais me tenir et si ces baka se conduisent convenablement, ils n’ont aucun risque de finir acidifié. Je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup acidifier les gens, je trouve ça amusant de les voir fondre comme une vieille poupée en plastique dans un micro-onde. Non, je ne suis pas un psychopathe, j’ai juste des passe-temps particuliers.

Ils n’ont pas besoin de s’occuper de moi, j’ai des robots pour ça. S’ils restent loin de ma chambre et ne me parlent pas, je devrai être capable de réguler mes pulsions pour la mutilation et toutes les variations autour de ce thème. Par contre je ne te promets rien si tu m’empêches de dormir en te tapant une traînée trop bruyante.

Je lui souris tel l’adorable connard que je suis, et je laisse Kaneki sortir ma valise un tantinet énorme, surdimensionnée et carrément trop remplie pour un séjour de trois jours. Les raisons sont multiples, mais la principale tient du simple fait que je n’ai pas réussi à sélectionner trois tenues. Je m’habille toujours selon mon humeur et dans un voyage rempli d’imprévus, qui peut deviner en quoi elle consistera ? Mieux vaut que j’aille le bon vêtement avec moi à ce moment-là.

Nous prenons l’ascenseur pour rejoindre le hall. J’ai ordonné à Hotaru de rentrer dans ma valise et il a obéis en râlant comme de quoi c’était trop étroit. J’ai passé les cinq minutes du trajet jusqu’à la réception à pester et à expliquer dans le vide qu’il ne pouvait pas être « trop serré » ni même ressentir ce type de gêne. Heureusement, je crois que tout le monde a cru que je m’adressais à Kaneki.

Je laisse Lukaz régler nos réservations. Je ne prête aucune attention aux noms qu’il déclame, parce que je suis occupé à repérer l’emplacement des caméras et à évaluer la sécurité de l’endroit. Je me sens déjà un peu pris au piège et pas franchement en sécurité. Mon laboratoire sous-terrain me manque et je maudis non seulement cette convention à la noix, mais également ce fichu voleur qui possède ce pouvoir de me faire sortir de mon trou. Je n’aime pas ça du tout, mais j’ai appris à faire avec. J’ai beau me targuer d’adorer la solitude, je crois que je suis encore un peu trop humain, au fond. Et que tout humain a besoin d’au moins un ami.

Je m’arrache à cette réflexion désagréable pour emprunter un nouvel ascenseur en sa compagnie. Vingt étages plus loin, j’ai cessé de l’observer du coin de l’œil d’un air suspicieux, comme s’il allait me faire le coup de la panne. Il s’est retenu pendant seize heures de trajet, mais ça ne veut rien dire. Après tout, il conduisait ma voiture, et mon équipement ne tombe pas en panne.
Même pas Crank !
Hélas.

Lukaz ouvre la première porte et me laisse entrer pour découvrir une suite d’une taille totalement disproportionnée, avec un lit où on peut dormir au moins à douze dedans, une technologie pseudo high-tech qui me fait pitié, une décoration très riche, un mini-bar bien garni, une salle-de-bain en marbre… Bref un endroit où je ne me sens pas à ma place. En fait, le pire, c’est la baie vitrée qui me donne le vertige. On a ouvert les rideaux pour me faire profiter de la vue.

Je crois qu’ils se sont trompés, c’est moi qui ai la vue sur la piscine, je raille. Note, ça va peut-être te permettre de te concentrer.

Ce que j’ignore, c’est que sa chambre a une vue encore meilleure sur la piscine en question, mais peu importe. Il me répond et je lui tire la langue avant de lui claquer la porte au nez. Il me connait assez pour savoir que c’est l’équivalent d’un merci, même si ma première action est de fermer les volets mécaniques. Concrètement, c’est inutile, parce qu’il fait nuit dehors et qu’on approche des 23h. Pour rappel, on a démarré très tôt dans la matinée, seize heures de route plus tard… Nous voilà presque au moment de la convention ! Je laisse sortir Hotaru, qui s’extasie sur le lit et s’amuse à sauter dessus. Kaneki s’est installé, l’air pensif, sur l’une des chaises, dos à la baie vitrée dissimulée. J’allume la lumière et je m’installe sur le lit. J’ai sommeil et pas franchement hâte d’être le lendemain matin…

Je me suis écroulé tout habillé et je me réveille en sursaut quand Mizuiro me murmure :

Ohayou gozaimasu Ichi. Il est l’heure de vous lever pour ne pas être en retard.

Elles ont dû arriver pendant que je dormais déjà et l’une d’elle, sûrement Mizuiro, m’a recouvert d’un plaid. Je prends quelques minutes pour émerger et me rappeler où je suis.

Ohayou gozaimasu, je lui réponds par habitude. Tu veux bien aller réveiller Solar ? Je suis certain qu’il sera en retard.

En fait, je n’en sais rien du tout mais je me sens d’humeur à être un emmerdeur.

Oh et jette le du lit s’il faut, je susurre, tout content de moi.

Sur cette mauvaise action, je me déshabille et je file sous la douche si grande qu’on pourrait y rendre à quatre. Sérieusement, qu’est-ce que les gens lambdas font, dans ce genre d’endroit ? Je préfère ne pas connaître la réponse. J’ai apporté mon propre savon, ma propre éponge, mon propre shampoing, bref tous mes produits, parce que je refuse ca-té-go-ri-que-ment de toucher à quoi que ce soit dans cet hôtel. Je veux dire, il y a très peu de chance que quelqu’un ait mis du poison dans le gel douche mais on se rend à la Villain Con, pas au rassemblement des bons chrétiens de Floride. Je ne peux pas m’empêcher de penser que ça va mal tourner à un moment ou à un autre et que je vais devoir acidifier des gens. Heureusement, la « promesse » faite à Lukaz ne concernait que les employés de l’hôtel, pas d’éventuels autres agresseurs. J’ai toujours un peu du mal à comprendre l’intérêt de cette convention et les gens qu’on y trouve, ce qu’ils y cherchent. De l’inspiration ? Probablement. Au fond, il y a des vilains plus célèbres et extraordinaires que d’autres (moi) à l’instar des héros… Est-ce qu’ils ont, eux aussi, une convention secrète dans ce genre-là ?

Je m’amuse à imaginer ce que ça donnerait, avant de ressortir tout propre et les idées un peu plus claires. J’aperçois des serviettes mais j’ai apporté les miennes, traitez-moi de paranoïaque. C’est donc nu et trempé que je sors de la salle-de-bain pour fouiller dans ma valise.
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 6001
ϟ Nombre de Messages RP : 676
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 26 Jan - 16:29 Message | (#)

Alors que la porte de la chambre d'Otaku se refermait sur lui, Lukaz ne put s'empêcher de se demander sur quoi il devait se concentrer. Ils étaient en week-end, bordel, y avait aucune raison de se concentrer ! Pour un otaku, il était un peu trop sous pression, le petit... Le Français avant presque envie de faire volte-face, de le prendre dans ses bras et de sauter par la fenêtre pour plonger dans la piscine. Oui, c'était un peu haut mais ce n'était pas bien grave, ses pouvoirs leur éviteraient de s'écraser. Un bon bain et une séance de bronzage, c'était tout ce dont le Japonais avait besoin pour se détendre ! Sauf qu'il n'aimait pas le soleil – un comble – et qu'il allait probablement aussi dire qu'il n'aimait pas les piscines pour tout un tas de raisons. Ce qu'il était difficile, quand même.

Lukaz rejoignit donc sa chambre, sensiblement identique à celle de son ami, en dehors de l'agencement des meubles, déposant son sac par terre dans l'entrée avant d'essaimer ses vêtements sur le sol jusqu'à la douche. Après un aussi long voyage, même à cette période de l'année, il avait besoin de passer un peu de temps sous l'eau. Il n'en sortit donc que de longues minutes plus tard, s'enveloppa dans une serviette offerte par l'hôtel et alla s'affaler sur le lit, sans aucun vêtement.

C'est le soleil qui finit par réveiller le Breton, le lendemain matin. Bien qu'il ait toujours aimé dormir, Lukaz n'avait jamais pu se résoudre à fermer les volets en allant se coucher. Pour lui plus que pour n'importe qui d'autre, il était des plus agréables de sentir les caresses du soleil sur sa peau. Toujours dans sa tenue d'Adam, le Breton commença par prendre un petit bain de soleil sur la terrasse avant de filer à la salle de bain pour une douche expresse, juste histoire d'avoir l'air présentable. D'un autre côté, ce n'était pas comme si quelque risquait de le voir... Piochant ensuite dans sa valise, il en tirant des sous-vêtements propres, un jean quelque peu délavé, un tee-shirt blanc et une petite veste pour accompagner le tout, juste au cas où. Il terminait tout juste de boucler sa ceinture quand Mizuiro frappa à la porte.

Le robot était probablement le plus canon de ceux que le Docteur avait créé et Lukaz s'était toujours demandé ce qu'ils pouvaient bien faire quand il n'était pas là. Comme par exemple pendant la nuit précédente. Il avait déjà été tenté d'interroger la création mais il craignait qu'elle ne puisse pas lui répondre et, pire, qu'elle aille tout rapporter au Japonais. Il s'indignait déjà bien assez comme ça, inutile d'en ajouter. S'assurant qu'il n'a rien oublié, le Français finit par quitter sa chambre pour rejoindre celle de son ami. Étant donné le soin que ce dernier apporte en général à son look, Lukaz s'attend à ce qu'il lui faille deux bonnes heures pour se préparer, ce qui leur laisse encore largement le temps. Après tout, c'était comme ça que ça fonctionnait avec Abban, alors... Mais s'il était théoriquement paré à tout, Solar n'était clairement pas préparé à ce qui l'attendait.

Le Docteur Otaku était en train de fouiller dans sa valise, dans le plus simple appareil. Il ne portait même pas un caleçon... Non, il était nu. Dans cette tenue, il avait l'air encore plus fragile qu'en temps normal mais il en était aussi sacrément plus sexy. Lukaz avait toujours eu un faible pour les Japonais et il avait aussi toujours eu un faible pour les garçons élancés, alors autant dire qu'Otaku faisait le cumul. Sa peau de porcelaine, l'absence visible de cicatrices, ces jolies petites fesses... Lukaz était aux anges. Il regrettait à peine de ne pas avoir eu l'opportunité de le voir de face. Se laissant quelques instants pour profiter du spectacle, c'est finalement en souriant qu'il attrapa la télécommande posée tout près de lui. Une simple pression sur un bouton enclencha la remontée des volets. Nul doute qu'Otaku allait être surpris... Tant mieux.

« Tu aimes toujours autant te cacher dans le noir. Si déjà tu m'accueilles comme ça, tu aurais au moins pu ouvrir les volets ! »

Reposant la télécommande mais sans cesser de sourire, Lukaz s'approcha du Japonais, passant néanmoins à côté de lui sans le toucher pour aller rejoindre le canapé, un peu plus loin. Il s'affala dedans, reposant son regard sur son ami.

« Tu peux prendre ton temps pour t'habiller, on est pas pressé. Et juste pour que tu saches, t'es encore plus mignon que ce que j'imaginais. Mais je suppose que tu t'en fous. » Se penchant en avant, le Breton attrapa le téléphone. « Bon, la journée sera longue et tu vas avoir besoin de forces. Qu'est-ce que tu prends pour ton petit déj' ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Ven 27 Jan - 11:30 Message | (#)

L’inconvénient quand on voyage avec trois valises et qu’on ne les a pas faites soi-même, hormis pour choisir les tenues à emporter, c’est qu’on n’a aucune idée d’où se trouvent les serviettes. Et comme Mizuiro n’est pas encore revenue… Je suis bon pour chercher tout seul comme un grand ! Agacé, j’ouvre la première et je m’accroupis devant. Je déteste être nu, je me sens déjà assez fragile comme ça sans mon armure du MechOtaku. J’ai beau savoir que je suis entouré de trois puissants androïdes et d’Hotaru (qui pourra toujours faire diversion) plus les secondes s’égrènent et plus je commence à me sentir mal. Sans compter que j’ai un peu froid. Concentré sur ma recherche, j’entends la porte qui s’ouvre et je pense que c’est Mizuiro, seule.

Mizuiro, où sont les…

Mais je n’ai pas le temps de terminer que les volets sont déjà en train de s’ouvrir. Je pousse un cri de surprise pas franchement viril et je constate que Mizuiro est bien revenue… Avec Lukaz !
Et que je suis tout nu.
Ce konoyaru est là, en train de me mater, de me complimenter… Si ma vie était un manga, un énorme nuage noir plein d’éclairs tournerait, menaçant, autour de ma tête. Et il se serait pris mon point dans la figure. Au lieu de ça, je me redresse, furieux… Avant de me souvenir que je suis encore nu, ce qui me pousse à m’accroupir à moitié dans ma valise pour chercher quelque chose, n’importe quoi, à me mettre dessus. A défaut, j’attrape un coussin sur le lit et je me cache au moins le plus important.

NON MAIS CA VA PAS D’ENTRER DANS MA CHAMBRE COMME CA K’SO BAKA TARE CHIKUSO JIGOKU HE IKE !!

Un second coussin vole à travers la pièce, mais je n’ai jamais été très doué pour viser. Il passe largement à côté de la tête de Lukaz, ce qui m’énerve encore plus.

Ishi, voulez-vous que nous évacuions Solar ?
Usero yo temee !!

L’avantage d’une I.A. aussi pointue, c’est qu’elle est dotée d’une certaine dose d’esprit d’initiative.

Ishi ne petit déjeune jamais, expliqua posément Mizuiro pendant que je m’enferme dans la salle de bain en claquant la porte. Il boit un thé mais refusera de l’avaler s’il n’est pas issu d’une provenance contrôlée. Il vous rejoindra tout à l’heure. Je vous prie d’excuser ses paroles, ajouta-t-elle en s’inclinant devant Lukaz. Ishi est très pudique.

En entendant ça à travers la porte, c’est mon androïde que je commence à insulter. Je me sens ridicule mais elle n’a pas tort. Je suis pudique, j’ai horreur qu’on regarde mon corps nu et j’ai très distinctement aperçu son regard traîner près d’un certain endroit avec lequel je n’ai pas énormément d’affinités.
Pas du tout même.
J’arrête d’écouter ce qui se passe dans la pièce d’à côté et j’essaie de réguler non seulement ma respiration, mais également les battements affolés de mon cœur. Mon sang bat à deux cent à l’heure dans mes tempes, tout ça parce que Lukaz m’a vu nu par accident. Accident, vraiment ? Ma paranoïa naturelle revient au galop, mais concrètement, il ne pouvait pas savoir que j’étais sans vêtements.
Quoi que ?
Non, arrête ça.

On frappe deux coups à la porte.

Ishi, j’ai préparé votre tenue.

Elle entrouvre la porte et dépose les vêtements que j’aurais choisis. La tenue parfaite, qui correspond à mon humeur (assez sombre j’avoue). Je lui lance un regard noir quand elle s’accroupit près de moi et me prend dans ses bras. J’ai l’impression d’être un enfant, mais le contact frais de ses membres métalliques m’apaise immédiatement. J’en profite pendant une longue minute puis elle se relève d’elle-même.
La perfection.

Je m’habille et descend rejoindre Lukaz, qui attend près de la voiture. Entre temps, j’ai récupéré un thermos de thé brûlant préparé par Mizuiro et même si mes fringues vont disparaître sous ma combinaison, que j’enfilerai sur le chemin, ce n’est pas une raison pour ne pas se soigner. Je m’arrête devant lui, le toise même s’il est plus grand que moi malgré mes semelles compensées, et lui pose l’index sur le torse. J’ouvre la bouche… Puis je la referme, l’air contrarié. Je soupire.

Fais plus ça, j’aime pas être surpris.

Mon ton est étrangement calme, presque contrit.
Le Docteur Otaku ne s’excuse pas.
Enfin… Pas mieux que ça. C’est biologiquement impossible pour moi.
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 6001
ϟ Nombre de Messages RP : 676
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Mar 31 Jan - 19:51 Message | (#)

Évidemment, comme Lukaz aurait du s'y attendre, Otaku l'accueillit en gueulant. C'était trop demandé, quelques mots gentils, pour commencer la journée ? A priori, oui, et on pouvait même dire que c'était mission impossible. Mais bon, ce n'était pas comme si le voleur ne connaissait pas le gugus. Il en avait l'habitude, maintenant. C'était un peu comme ça que le Japonais montrait son amour pour Solar. Un coussin vola à travers la pièce en même temps qu'un flot d'injures japonaises mais heureusement, Lukaz ne comprenait rien et Ando visait très mal. C'en était presque à se demander comment il avait fait pour devenir un super-vilain réputé...

« Ishi ne déjeune sans doute jamais d'habitude mais ce n'est pas un jour comme les autres. Est-ce qu'Ishi a déjà passé sa journée au milieu d'une centaine de super-vilains et autres criminels ? » La question était rhétorique mais Lukaz se demandait si le robot était capable de comprendre ça. « De toute façon, il fait ce qu'il veut, je ne suis pas sa mère. Mais faudra pas se plaindre s'il fait une crise ! »

Lukaz avait effectivement tendance à veiller sur Ando, pour une obscure raison. Il ne pouvait pas s'empêcher de lorgner sur lui, parce qu'il était quand même grave sexy, surtout maintenant qu'il avait pu le voir sous toutes les coutures, mais en dehors de cela, le Breton aimait beaucoup Otaku, comme un petit frère. Le Japonais était tellement inadapté à la vie sociale et tellement dans sa bulle que Lukaz ressentait le besoin de le guider et de l'aider, sentiment qui s'était accentué depuis les événements d'Halloween, quand Ando s'était retrouvé en situation de faiblesse.

Le Breton décida de rester encore quelques instants dans le canapé mais il préféra ensuite quitter la chambre, des fois que le Japonais sorte encore en petite tenue de la salle de bain. Il lui avait interdit de s'en prendre au personnel mais Lukaz ne savait pas trop ce qu'il en serait de sa personne, s'il continuait de provoquer son ami... Il y avait des bêtes qu'il valait mieux éviter de titiller ! Le voleur quitta donc la chambre, vérifia qu'il avait bien fermé la sienne et descendit dans le hall pour rejoindre le parking, préparant déjà la voiture. Oui, il avait gardé les clés depuis la veille.

Otaku finit par arriver et il était plutôt très mignon dans sa tenue. Bien évidemment, Lukaz s'abstint d'en faire la remarque, le Japonais avait déjà eu sa dose pour les dix prochaines années. Et dire que c'était lui qui était venu draguer Lukaz, au départ... Rien que d'y repenser, c'était totalement surréaliste ! Ando leva un doigt et le posa sur le torse du Breton, montrant ainsi qu'il n'était pas content. Malgré tout, il ne râla pas et parla même d'un ton plutôt calme... Voilà qui était surprenant !

« Désolé, beau gosse, c'était pas voulu. Quand Mizuiro est venue, j'ai pensé que tu étais prêt mais j'aurais quand même dû frapper avant d'entrer. Je voulais pas te mettre mal à l'aise. »

Et le Breton était tout ce qu'il y avait de plus sincère. Il avait bien entendu apprécié la vision qu'Ando lui avait offert et il ne risquait pas de l'oublier de si tôt mais le malaise du Japonais l'avait quelque peu touché et il s'en voulait de l'avoir ainsi surpris. Il ne restait qu'à espérer qu'il ne lui en tienne pas trop rigueur.

« Allez, tout le monde à bord. »

Lukaz s'installa à la place du conducteur et il attendit que tout le monde ait grimpé pour démarrer et quitter le parking de l'hôtel. Personne n'avait tenté de braquer les Hummer ! Suivant le plan fourni avec l'invitation à la Villain-Con, le voleur engagea bientôt la voiture sur de petites routes, traversant un petit pont et circulant au milieu des marécages de Floride, ce qui laissait au Docteur Otaku le temps de peaufiner son costume. Pour sûr, on ne risquait pas de venir les trouver dans un endroit pareil et pendant un moment, le Français ne put s'empêcher de s'imaginer un piège. Ils arrivèrent finalement en vue d'une petite bicoque dont l'enseigne indiquait un magasin d'appât pour la pêche et dont le panneau était doté d'un interphone. Lukaz l'activa et donna le mot de passe secret préétabli. Quand le sol s'ouvrit devant eux, il engagea le véhicule sur la passerelle et prit sa forme solaire.

Après une courte descente tout en virages, ils débouchèrent sur un parking souterrain déjà bondé de véhicules de toutes sortes ! Cherchant une place, Solar finit par en trouver une au premier niveau, à la section C, entre ce qui semblait être un char d'assaut et... Dieu seul savait quoi.

« Bon, ben on y est. On fait un tour ensemble avant que tu ailles signer tes autographes ? Histoire de s'imprégner de l'ambiance, tout ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 1 Fév - 10:14 Message | (#)

Je serre les dents quand il m’appelle « beau gosse » mais puisque la suite de sa phrase est une excuse, je laisse couler. C’est physiquement douloureux pour moi de ne pas le reprendre de volée et l’obliger à m’appeler comme moi je veux, toutefois j’essaie de faire quelques efforts quand il s’agit de Lukaz. Ça m’énerve, d’un côté, surtout quand on réfléchit à la façon dont notre improbable amitié a commencé et tout ce qu’il a fait pour m’énerver depuis ! Mais il est comme ces personnages agaçants dans les mangas qu’on ne peut pas s’empêcher d’aimer quand même un peu.
Un peu beaucoup, si on considère que je l’ai enregistré sur le système de reconnaissance et d’accès de l’Arcadia. Évidemment, il l’ignore encore, mais ma forteresse volante est toujours dans mon hangar à l’heure actuelle, en train de subir les derniers ajustements. Chaque chose en son temps.

On monte tous en voiture. Hotaru sur mon épaule, Kaneki installé tranquillement à l’arrière avec les filles. J’ai hésité mais je préfère que tout le monde soit à proximité. Plus l’heure d’aller à cette fichue convention se rapproche et moins je suis à l’aise. Pendant le trajet, j’en profite pour enfiler ma combinaison du MechOtaku, que je me trimbale dans une valise. Heureusement, j’ai mis au point un système qui me permet de l’enfiler sans me prendre la tête, puisque ses différentes parties trouvent seules leur place sur mon corps. Je pose le casque sur mes genoux et j’attends qu’on arrive dans les marécages de Floride avant de le mettre sur mon visage. Désormais, Lukaz m’entend à travers mon communicateur, du coup ma voix est un peu déformée, comme au téléphone. De son côté, il change de forme et je me dis que c’est quand même pratique, cette mutation.

On pénètre sur le parking le plus bizarre que j’ai jamais vu de ma vie. S’y côtoient des véhicules du plus énorme au plus insignifiant. Lukaz nous gare à côté d’un char d’assaut, un véhicule militaire qui appartient à je ne sais quel vilain, mais je n’ai qu’à demander à Mizuiro de chercher dans les bases de données. A notre droite, un bateau… Avec des roues ! Ou plutôt, une sorte de vaisseau pirate avec des roues. Je cligne des yeux, interdit.
J’ai vraiment très envie de rentrer à Star City.

Mizuiro, à qui appartient ce… Machin ?
Au criminel Davy Jones, Ishi, me répond-elle tranquillement.
Davy… D’accord, bien entendu. Tout à fait.

J’échange un regard avec Lukaz, anticipant la blague sur Jack Sparrow.

Vous croyez qu’il vole aussi ? Bah quoi, c’est le Hollandais volant non ?! s’exclame Hotaru. Je veux voir tête de poulpe.
Je vais t’enfermer dans une caisse jusqu’à la fin du week-end.

Nous nous dirigeons vers ce qui ressemble à l’entrée. Il y a deux files distinctes, une très longue et une où il n’y a personne. Je sors l’invitation dorée qu’on m’a envoyé, ainsi qu’à Lukaz. Nous nous dirigeons naturellement vers le vigile solitaire, qu’on a assez ironiquement engagé pour maintenir l’ordre dans une convention de super-vilains. Les trois Angel’s sont déployées en formation de défense autour de Lukaz et moi. Midori ouvre la marche, Momoiro est dans notre dos, Mizuiro à ma droite, Kaneki à la gauche de Lukaz. Je sais qu’il sait se défendre tout seul mais tant qu’à faire, autant que tout le monde sache que Solar a déjà un collaborateur de choix. Je trouve qu’il a trop tendance à s’entourer de filles inutiles mais canons.
Je n’aime pas les filles.
Enfin, si, dans ma tête, mais les filles organiques sont encore pires que les êtres humains en général. De vrais cauchemars !

Je tends mon invitation au vigile, qui me sourit, très content.

Mon fils aime beaucoup ce que vous faites.
Un garçon de goût, je réponds en toute immodestie.
Il est amoureux de votre Midori, confia-t-il en riant.
Non, vraiment ? Il fallait l'amener !

Je peux être sociable, parfois !
Surtout quand on me complimente…

Dans la file à gauche, on nous pointe du doigt. Enfin, j’ai envie de dire on me pointe du doigt parce que je suis… Moi. Mais Lukaz a une sacrée réputation, dans le milieu. J’ignore si on peut le reconnaître avec cette forme, toutefois les gens intelligents devraient parvenir à faire des déductions.

T’as entendu ça ? je demande à Lukaz. Les enfants sont amoureux de mes Angel’s, comme de vrais personnages de manga ! Je suis vraiment génial.

Et modeste.
Le vigile nous souhaite un bon séjour et nous pénétrons dans un hall vraiment gigantesque, qui s’étend certainement sous une bonne partie des marécages. Impossible de se douter de quoi que ce soit, en surface ! L’endroit n’est pas encore trop bondé, sans doute parce qu’on est vendredi matin. Il y a toutefois pas mal de monde, de gens occupés à terminer d’installer leurs stands, j’aperçois même un bureau d’avocat ! Wolfram & Hart, j’en ai déjà entendu parler. Quand j’ai été arrêté, la seule fois où ça m’est arrivé d’ailleurs, j’ai eu droit à un avocat de chez eux. Il me semble qu’un morceau du toit du tribunal lui est tombé dessus, d’ailleurs… Ou peut-être pas ? Je ne me rappelle plus et je m’en fiche, il n’avait qu’à se pousser.

Oh, regarde, la NRA a un stand là-bas !

Je fabrique mes armes moi-même, mais ce n’est pas à la portée de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 6001
ϟ Nombre de Messages RP : 676
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Mar 7 Fév - 16:45 Message | (#)

Alors qu'ils approchaient de l'entrée de la convention, Lukaz ne pouvait s'empêcher de se demander si le Docteur Otaku avait vraiment l'air si vilain que ça. Oh, bien entendu, le Breton savait à quoi s'en tenir et il savait aussi qu'on ne devait pas juger quelqu'un à son apparence ou à son physique mais il fallait quand même être un minimum réaliste. Si son costume était très sympathique, Otaku n'en imposait pas par sa taille. Et quand on voyait l'entourage qui le suivait... Les robots étaient peut-être redoutables, en apparence, ils n'en restaient pas moins des sortes de fantasmes d'adolescent un peu bizarre. N'allez pas dire le contraire ! Ne parlons même pas d'Hotaru qui sapait à lui seul toute la crédibilité du super-vilain. Cela dit, Lukaz était ravi de voir qu'Otaku l'avait emmené avec lui. Cela pouvait en effet laisser à penser que le Japonais appréciait le robot et surtout, cela pouvait laisser place à l'imagination quant aux sentiments qu'il pouvait avoir pour celui qui avait offert le cadeau. Au vu de la scène qui s'était déroulée à l'hôtel, c'était donc plutôt rassurant pour le Français.

Quoi qu'il en soit et même si leur petit groupe ne transpirait pas la virilité, ils s'avancèrent dans la file dédiée aux invités. Si tout le monde reconnaissait nécessairement le Docteur Otaku – on pouvait imiter son costume mais on pouvait difficilement imiter ses robots – Lukaz n'avait pas forcément cette chance, la faute au métier qu'il menait. Il s'attira un regard suspicieux quand il tendit sa propre invitation mais comme il accompagnait le célébrissime Docteur Otaku, on lui laissa heureusement le bénéfice du doute. Et puis, le vigile était trop occupé à s'attirer les bonnes grâces du Japonais pour avoir quelque chose à faire d'une ombre noire !

Bien évidemment, Otaku était très ravi de ce qu'il venait d'apprendre et Lukaz n'avait pas vraiment envie de doucher sa bonne humeur. Il craignait malgré tout que le Japonais se monte un peu trop la tête, si on venait encore le complimenter, parce qu'ils auraient alors de très sérieux problèmes d'ego à gérer. Ils n'en étaient pas encore là, cela dit. Et pour l'heure, Solar voulait un peu taquiner son ami, juste pour le forme.

« J'espère que tu seras aussi enchanté quand des adolescentes raides dingues de toi voudront une photo. »

Quoi ? C'était improbable ? Absolument pas. Les bad boys un peu dark attiraient toujours l'attention des jeunes filles, dans les mangas, souvent bien plus que les héros qui eux, plaisaient davantage aux garçons qui cherchaient à avoir l'air viril. Otaku avait donc tout le potentiel pour plaire à la gente féminine, mais sans tenir compte de son physique. A ce niveau, heureusement qu'il portait un masque, sans quoi, ça aurait été une véritable émeute ! Malgré tout, il devait exister des photos de lui, quelque part sur le net, et peut-être qu'une fan absolue aurait été capable d'en dénicher une. Si tel était le cas, Lukaz se doutait qu'ils en entendraient parler au cours du week-end. Il ne restait qu'à espérer qu'Otaku soit apte à gérer la situation !

Alors qu'ils parvenaient enfin dans le hall spécialement construit pour accueillir la convention, le Français ne put s'empêcher d'être surpris. Durant tout le voyage, il s'était demandé à quoi pouvait bien ressembler une convention de super-vilains et il s'était attendu à tout sauf à ça. En effet, cette convention était une convention tout ce qu'il y avait de plus normale ! Enfin, tant que l'on ne tenait pas compte de la nature même des stands, cela va sans dire. Otaku désigne alors un stand de la NRA, d'un ton qui semblait presque joyeux, ce qui étonnait Lukaz tout autant que ce que l'on trouvait dans la salle.

« Tu veux aller voir ? Ca m'étonne ! Je croyais que les gros flingues, c'était pour... Comment tu dis, déjà ? Ah, oui, les baka yaro américains. T'as changé d'avis ? »

C'était en tous les cas ce que le Japonais avait affirmé lorsqu'ils avaient visité ensemble un musée, de nuit. Otaku avait en effet fait la morale à Lukaz, au sujet des armes, et ce dernier n'avait pas oublié. Pas forcément parce qu'il avait tenu compte de ce que lui avait dit Ando, mais plutôt parce que ça avait été une situation amusante.

« Ils ont peut-être des trucs sympas et puis, faut bien commencer quelque part ! »

Ils s'approchèrent alors du stand, ce qui permit à Lukaz de voir qu'ils exposaient effectivement des armes et pas forcément des trucs qu'on pouvait trouver dans les armureries du coin. Ou même dans celles de Star City. C'en était à se demander où ils avaient pu dénicher ces exemplaires ! Qui aurait pu croire que la NRA était capable de ce genre de choses ? Certaines armes donnaient l'impression d'être sorties tout droit d'un film de science-fiction, au point qu'on pouvait se demander si elles fonctionnaient réellement. Ils n'eurent malheureusement pas le temps de poser la question à l'une des personnes présentes que des notes de musique leur parvinrent. En effet, derrière le stand se trouvait une scène sur laquelle un duo allait se mettre à chanter. Décidément, on voyait vraiment de tout, dans cette convention... La chanson en question ne disait absolument rien à Lukaz et pour cause, elle s'intitulait I want a gun for Christmas. Un peu en retard, mais bon... Après quelques paroles, Lukaz ne put s'empêcher d'interroger Otaku.

« T'as jamais eu envie de faire ce genre de choses ? Pas chanter sur scène, hein, mais genre une chorégraphie avec une putain de musique pour quand tu arrives dans un endroit. J'ai entendu parler d'un mec qui se baladait avec un camion surmonté d'enceintes et qui balançait une chanson à plein tube avant de rentrer commettre ses crimes en dansant. Dis comme ça, c'est sûr que ça fait un peu ridicule mais si tu t'y prends bien, ça doit pouvoir être vachement classe. Ça te tente pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 9 Fév - 13:35 Message | (#)

Et bien elles auront leur photo. En quoi c’est un problème ?

Heureusement que mon visage est dissimulé par un masque. Sans quoi, Lukaz se serait rendu compte de la perplexité dans laquelle m’a mise sa remarque. Je comprends qu’on puisse m’aduler et même m’aimer, après tout je suis d’une intelligence supérieure, je déborde de créativité, on peut affirmer sans se tromper que je suis un véritable génie dans mon domaine… A leur place, je m’aimerais aussi. En quoi serait-ce étonnant qu’elles veuillent un souvenir de la plus belle rencontre de leur vie ? Et pourquoi est-ce que je devrais changer d’avis après ça ? A mon avis, c’est encore le genre de remarques ambiguës et perverses qui sont en dehors de ma portée. Pas parce que je suis bête, mais parce que j’ai des préoccupations autrement plus intéressantes que celles-là !

Elles vont lui arracher son armure et le violer en plein milieu de la convention, ouais ! Sakura m’a dit que des filles écrivaient des fanfictions sur lui, intervint Hotaru, tout content. J’en ai une bien, ça commence comme ça…

Et cette saloperie de robot déclama la première phrase d’un de ces fameux écrits dont je suis parfaitement au courant. J’attrape le robot à la gorge et je le secoue un peu.

Vas-tu te taire teme ?!

Je suis assez rouge mais le masque sauve l’honneur et je détourne la conversation en montrant le fameux stand de la NRA. J’en profite pour répondre à la question de Lukaz.

Non, je n’ai pas changé d’avis. Mais tant que les bakayaro d’américains paient pour des flingues, je suis tout disposé en leur en fabriquer. Je ne veux juste pas en équiper mes créations personnelles. L’acide, c’est mieux.

Je suis tombé amoureux de cet acide. On entend presque les étoiles dans mes yeux quand j'en parle.

Puis savoir ce que fait la concurrence, c’est pas plus mal, pour les devancer. Évidemment, rien ne m’égale mais parfois, les gens sont mal informés.

Je ne précise pas que j’ai dessiné les plans d’au moins deux modèles présentés sur le stand et que j’ai un contrat avec eux. Tant qu’ils se battent pour que les américains puissent porter des armes, moi je peux leur en vendre sans m’attirer le moindre ennui. J’aime bien ces gens, au fond. Ils m’aident à m’enrichir et à entretenir mon laboratoire. Je m’apprête à commenter certains des modèles qu’on a sous les yeux quand deux jeunes filles qui semblent sorties du concours de miss USA commencent à chanter une chanson qui, quoi que sympathique, ne me semble plus trop appropriée à la saison. Enfin, deux semaines de retard, ce n’est pas tant que ça après tout et la mélodie est assez entrainante. Beaucoup de gens s’arrêtent pour les observer mais je les soupçonne d’être surtout attirés par leur tenue très dénudée.

Je me tourne vers Lukaz. Il ne le voit pas, mais j’ai un air assez horrifié devant sa proposition. Ou plutôt, assez paniqué. J’y ai déjà songé, bien entendu, surtout que j’aime le grand spectacle. Quand j’ai lancé Greyzilla sur Star City, j’avais intégré des enceintes avec une musique mais un héros de la Légion l’a détruite trop rapidement pour que l’anecdote ait été retenue. Il l’a payé de sa vie, bien entendu…

Évidemment, j’ai souvent pensé à mettre en place ce genre de choses mais mon dernier coup vraiment spectaculaire commence à remonter. La première sortie du Kaneki était plutôt réussie mais pas assez chorégraphiée. Lukaz n’est pas encore au courant pour l’Arcadia, il n’a pas non plus vu Vicky terminée, et sa remarque fait écho à une envie qui me trotte en tête depuis un moment.

Tu me le demandes sérieusement ou tu essaies de te moquer de moi ?

Mon ton suinte le soupçon, mais je suis presque certain qu’il est sérieux.

Le problème, c’est qu’on ne sait jamais quand un Légionnaire va arriver pour gâcher la fête. Mais j’y ai déjà pensé, ouais… D’ailleurs, on aura bientôt l’occasion de le faire, si tu es partant. Je t’en dirais plus à notre retour à Star City.

Oui, je suis plutôt content de moi et de mon teasing. C’est purement méchant, et je fredonne malgré moi Welcome to the jungle des Guns’n’Roses.
Avec la demoiselle en détresse en moins, ça peut être génial.

Oh-my-god ! s’exclame une voix féminine qui détachait bien chaque syllabe avec un accent très prononcé. Vous pouvez me signer mon DOM-87 ?

Je baisse les yeux sur une arme que j’ai conçu il y a plus de trois ans et vendu en quantité limité. C’est davantage ce qui m’intéresse, plus que le décolleté affolant de la fille qui me la présente ou encore sa combinaison beaucoup trop moulante pour une caucasienne. Elle a l’air de sortir d’un film d’action hollywoodien et je me demande si elle n’est pas cosplay en quelqu’un. Je cligne des yeux, même si elle ne me voit pas, et je ne réponds pas immédiatement.

S’il vous plaiiiiit c’est mon arme préférée, je l’utilise tout le temps vous savez ? Je viens de France !

Je me tourne vers Lukaz, tout fier.

Tu as entendu ? De France ! Je suis célèbre en Europe.

Je songe que je devrais peut-être leur construire un robot géant pour dévaster Bruxelles ou Paris. Je les ai un peu laissé de côté, les pauvres.
Revenir en haut Aller en bas

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 6001
ϟ Nombre de Messages RP : 676
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Ven 10 Fév - 16:10 Message | (#)

Otaku qui posait pour une photo avec des adolescentes... Un peu plus et Lukaz se demanderait s'il n'avait pas voyagé vers un monde parallèle étrange au cours de la nuit ! Il s'apprêtait à dire quelque chose mais fut devancé par Hotaru qui se permit des remarques assez... surprenantes. Nan mais sérieusement, pour programmer un robot comme ça, il fallait quand même être un minimum maso ! Cela dit, des fanfictions sur Otaku... En son temps, Chase lui avait bien évoqué ce que des lycéennes écrivaient sur lui et d'étranges tentacules mais s'il en existait aussi sur le Japonais, il allait falloir mener une recherche approfondie ! Sans mauvais jeu de mots. Une chose restait certaine, on avait inventé le terme de facepalm pour cet instant. Voir le Docteur Otaku se disputer avec son robot et le secouer, en plein cœur d'une convention de super-vilains, c'était... C'était... C'était... ! Il n'y avait pas de mots pour qualifier ça. Heureusement, ils sauvèrent leur honneur – si, si, ils en avaient un – en se rendant au stand de la NRA.

« Tu crois sérieusement que je vais me moquer de toi, dans un endroit comme celui-là ? »

Bon, il était vrai que Lukaz se faisait souvent taquin avec Otaku, mais c'était parce que ça marchait toujours à merveilles, avec lui. Enfin, quand il percutait, ce qui n'était pas systématique. Mais dans l'ensemble, il ne s'agissait toujours que de taquineries, de petites blagues entre eux et uniquement entre eux. Dans le laboratoire d'Otaku, oui, à Fallaenn, oui, mais ailleurs, dans des lieux où leur crédibilité risquait d'en souffrir, ce n'était pas le genre du voleur. Tout ça pour dire qu'il était effectivement sérieux, surtout que le Japonais lui avait conçu une carte de visite qui chantait. On n'était donc pas très loin du thème !

Quoi qu'il en soit, Otaku se fit alors plutôt mystérieux. Il indiqua y avoir déjà pensé et précisa qu'ils auraient bientôt l'occasion de le faire. Qu'est-ce qu'il avait encore en tête ? Et surtout, grande nouveauté, il proposait d'y inclure Solar ! Voilà qui était intriguant. Lukaz s'interrogeait sur le sens de ces paroles mais quand il voulut questionner plus avant son ami, une jeune femme l'interrompit. Ah ben voilà, c'était déjà l'heure des groupies. Même plus besoin d'attendre les séances de dédicaces ! Le pire, c'était que les groupies bien roulées étaient toujours pour ceux qui n'en avaient rien à faire... Dommage pour elle, Otaku ne risquait pas de s'intéresser à ses obus. Lukaz, c'était différent... Mais il n'allait certainement pas prendre le premier fruit venu alors qu'il lui restait tout le panier à étudier !

« J'ai entendu. Mais j'aurais été déçu que ça ne soit pas le cas, tu sais. Par contre, si tu veux me voir surpris, il va falloir qu'un Martien vienne te demander ton autographe ! Là, ça sera un exploit. » Bien entendu, Lukaz se doutait que son ami ne risquait pas d'apprécier la réflexion et de fait, il eut la sublime idée de lui couper le sifflet en s'adressant à la jeune femme. « Ça vous tenterait, une photo avec lui ? Je vous en fais cadeau. »

Le Breton n'attendit même pas la réponse d'Ando qu'il le poussait déjà en direction de la jeune femme, récupérant au passage son téléphone. En moins de temps qu'il n'en faut pour dire anticonstitutionnellement, Otaku se retrouva comprimé contre la poitrine de son admiratrice, la photo fut prise, le Japonais libéré et la fille presque sur le point de s'évanouir ! Il fallait avouer que la technologie, ça permettait bien des miracles.

« Eh, me regarde pas comme ça, c'est toi qui a dit qu'elles auraient leurs photos ! C'était que la première. »

Oui, je sais, Lukaz ne pouvait pas voir le regard d'Otaku en raison de son masque. Mais voilà, Lukaz le connaissait teeeeellement bien qu'il savait très bien quel regard il devait lui lancer, en cet instant. C'était ainsi.

« T'as trouvé ton bonheur dans ces armes ? N'empêche, avec tout ce que tu as du vendre aux autres, tu dois équiper pas mal de sbires du coin ! »

Il était plus probable que les vrais super-vilains développaient leurs propres armes, à la manière du Docteur Otaku, mais pour les échelons inférieurs, le marché noir était une véritable aubaine. Et à priori, des gens se procuraient les armes – et peut-être d'autres équipements – signées Otaku. Ça expliquait mieux d'où venait tout cet argent qu'il devait gagner et ça remettait en perspective certaines choses.

« Tiens, ça me fait penser ! J'ai cru voir qu'il y avait un genre de bureau de recrutement. J'irais bien faire un tour pour voir si y a pas des profils intéressants. »

En effet, si Lukaz avait bien compris ce qu'il avait lu dans le programme, les sbires pouvaient venir donner leur CV dans le but de décrocher un nouveau poste. Dans le cas présent, le Breton ne savait pas encore trop ce qu'il voulait mais il envisageait de se trouver un acolyte. Ou un assistant, quoi. Bien sûr, il avait Otaku, Noctis et Alice mais c'était différent. Le Japonais avait sa propre vie. Casey avait accepté de former ce duo, avec lui, mais elle avait aussi ses propres activités et il n'allait pas toujours l'entraîner dans des cambriolages. Quant à Alice... Non, il lui fallait quelqu'un d'autre, une nouvelle tête, quelqu'un qui puisse l'aider et surtout, compenser certaines de ses faiblesses.

« Bon, je sais que toi, tu préfères te reposer sur tes robots mais tu penses que ça peut être une bonne idée, d'embaucher quelqu'un de cette manière ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 15 Fév - 15:52 Message | (#)

Je dois avouer que je n’ai jamais vraiment croisé d’extra-terrestre. Enfin, comme tout le monde, j’ai assisté à la tentative d’invasion Grue et je sais que certains légionnaires que j’ai pu combattre sont réputés pour venir d’une autre planète, ou d’une autre dimension. Je considère que ma réputation n’a aucune frontière et qu’on doit forcément me connaître ailleurs, mais je n’ai pas encore vraiment pu m’en assurer. Il va falloir que je me mette à la technologie spatiale, ou à la technologie dimensionnelle. Dommage que Casey soit une incapable finie en matière de science, vu la rumeur au sujet du portail dimensionnel des Neutron-Grey, mais bon. On ne peut pas tout avoir.
Ou, dans son cas, on se contente de ce qu’on a !
Oui, je sais, c’est gratuit.

Quand Lukaz propose la photo, je ne suis pas spécialement contrarié. Par contre, quand la fille en profite pour me prendre dans ses bras et comprimé mon visage sur sa poitrine… J’ouvre la bouche convulsivement en bredouillant des choses incompréhensibles, ce qu’heureusement personne ne remarque. Vive mon costume ! Une photo plus tard, je retrouve ma liberté et je regarde Lukaz de travers, ce qu’il n’est pas supposé voir. Pourtant, il s’en rend compte et me taquine sur le sujet. Je regrette, par moment, de ne pas être équipé d’une poêle comme certains personnages de manga, parce que j’ai une furieuse envie de la lui écraser sur la tête.

La prochaine qui me met le nez dans sa poitrine, je fais scandale !
Ishi, souhaitez-vous la destruction de la poitrine de votre admiratrice ? demanda Midori.
N… Non. Euh… Laisse tomber.

Je n’ai plus aucune envie de regarder les armes de la NRA, surtout qu’on dévie sur un sujet qui m’intéresse beaucoup plus : moi.

Ah, parce que tu as l’impression que le premier sbire venu peut s’offrir une création Otaku ? Pauvre Solar, tu es d’un naïf… Tu es le seul à qui je ne compte pas la main-d’œuvre. Et heureusement pour toi, parce que tu pourras déjà dévaliser quelques banques avant de t’offrir mes services ! j’affirme, en m’enrobant dans mon ego. Tu te sens honoré, j’espère ?

Je sais que oui, il me le prouve régulièrement en m’amenant ces succulentes sucettes que j’adore. Mais bon, parfois (d’accord, souvent) (d’accord, tout le temps) j’aime lui rappeler les faveurs auxquelles il a droit, pour qu’il en prenne toute la mesure.

Il propose ensuite de se rendre au bureau de recrutement des sbires. Je l’observe d’un air soupçonneux, même s’il ne peut pas le voir sous mon masque. Qu’est-ce qu’il va faire d’un acolyte ? Il a déjà une femme de ménage (Alice) et un vagin sur patte (Casey), à quoi bon s’encombrer d’une troisième ? Parce que je ne doute pas une seule seconde qu’il va opter pour une femme à sauter. Oui, j’ai une piètre opinion de ses choix de compagnon mais, en même temps, il a vécu un bon moment avec Chase Neutron-Grey.
Je suis l’exception qui confirme la règle !

Je ne me repose pas sur mes robots mais sur mon intelligence supérieure. S’il y a une leçon que j’ai apprise très tôt, c’est qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Embaucher un associé, c’est prendre le risque d’être trahi, si pas doublé. Tu ne lis jamais ? Ça arrive tout le temps.

D’accord, dans des mangas et des animes, mais je connais des super-vilains à qui c’est arrivé dans la vraie vie.

Si tu veux vraiment un side-kick, je peux t’en fabriquer un et il sera bien meilleur que tout ce que tu vas trouver. Tiens, je te parie mille dollars que tu ne vas rien trouver de probant.

Et surtout, que je peux faire mieux.
On se dirige tous les deux d’un même pas vers le stand en question. Son responsable manque de défaillir et se fourvoie sur la raison de ma présence face à lui. Il est presque soulagé quand je lui hurle dessus, pour enfin pouvoir en placer une, que ce n’est pas pour moi mais pour mon ami. Le mot sort tout seul, je me crispe légèrement en espérant que Lukaz ne va pas relever.

Nous avons un système de multi-classement par ordinateur, explique le gérant. Vous me donnez les critères que vous recherchez, quels qu’ils soient. Je les entre dans l’ordinateur et il vous sélectionne le meilleur profil. Tenez, souhaitez-vous un homme ou une femme ? Quelle tranche d’âge ? Quel type de compétence ? Profil psychologique ?

Je croise les bras sur mon torse en fixant Lukaz, curieux de savoir ce qu’il va choisir et surtout, paré à démolir n’importe quel candidat qu’on lui proposera.

C’est mieux qu’un site de rencontres ! s’exclame Hotaru.
Nous utilisons le même algorithme pour « Meetic Villain » dans le dark-web, c’est notre site de rencontres amoureuses. Il met en relation de grands criminels avec des partenaires issus de tous les horizons. Évidemment, nous avons un système de sécurité extrêmement performant pour éviter à la police de s’y infiltrer. Si vous voulez, je peux aussi vous trouver une compagne…

Sa question n’est pas assez ciblée à mon goût, mais il désamorce le conflit avant même qu’il n’ait lieu.

Pas pour vous, Docteur, évidemment. Vous êtes si bien entouré, mais il me semble qu’aucune rumeur ne fait état d’une compagne pour monsieur Solar…

S'il savait, je songe en roulant des yeux.
Revenir en haut Aller en bas



« Villain Con » ft. Lukaz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» Le hideux personnage [Lukaz]
» La routine habituelle, quoi (Lukaz)
» Test - Quel méchant de Disney êtes-vous ?
» Lukaz Le Guen - Le Nouvel Arsène Lupin
» Every fairy tale needs a good old fashioned villain. Sherli. link.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-