AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Bougie à la mer } Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Citoyen Pro-Héros
avatar

Caitlyn Cunningham

Citoyen Pro-Héros
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 154
ϟ Nombre de Messages RP : 69
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Gina Carano
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Au service Courrier du Daily Herald et Serveuse au Pandémonium
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationJournalExploitsCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 31 Déc - 2:53 Message | (#)

En quelques gestes lents, Caitlyn tourna et retourna la photographie représentant les enfants de la famille Lane, qu’elle avait subtilisé quelques semaines plus tôt. Ce simple morceau de papier lui en avait davantage appris sur ce clan texan que toutes les discussions – souvent unilatérales – qu’elle avait pu avoir avec le cadet, des plus secrets et butés. Immortalisés sur la pellicule les cinq enfants étaient là, dans leur Houston natal. Chacun était aisément reconnaissable, malgré les années passées et les inévitables dégâts de la vie : l’aîné, Seth, dépassait tout le monde d’une bonne tête et arborait déjà des airs de grosse brute. Earl avait ce petit sourire en coin qui donnait l’impression qu’il préparait un coup – ou bien qu’il vous imaginait nue, là, maintenant. Terry semblait renfermé et distant, alors même qu’il se tenait à côté de ses frères et sa sœur. Cette dernière, d’ailleurs, était la seule possédant un franc et lumineux sourire. Elle se tenait proche de Jay et sa main était suspendue au-dessus de son épaule comme si elle avait eu l’idée de l’y poser… Jay était peut-être le plus illisible de tous. Est-ce qu’il était heureux, là ? Entouré des siens, en plein après-midi d’un chaud jour d’août 1990 (si l’on en croyait la date de développement du cliché), il paraissait semblable à tout petit garçon américain du même âge. Le papier glacé tenu entre ses doigts fébriles, Cait avait failli rompre ses vœux et utiliser ses pouvoirs pour se projeter à l’époque de la scène. Elle ne s’y était finalement pas résolue mais gardait pourtant constamment la photographie fourrée dans son sac à bandoulière – ainsi était-elle toujours à proximité du fruit défendu.

Depuis leur dernière entrevue, Caitlyn avait tenu bon. Au milieu de la deuxième semaine de novembre, elle avait remis les pieds à Lincoln et présenté à Jay non pas une, ni deux, mais trois versions « brouillon » de son CV. Elle avait refusé de partir sans la version finale, modifiée et sélectionnée par lui. Ces efforts semblèrent vains dans un premier temps puisque le patron avait consenti à reprendre son employé. Cependant, il avait fait comprendre que ce n’était absolument pas de bon cœur… Le contrat s’arrêtait à l’issue de l’année 2016 et ne serait très probablement pas reconduit. Prenant les devants, Caitlyn avait démarché une autre boite – concurrente, juste pour faire chier – et était parvenue à obtenir une promesse d’embauche pour le début de 2017… Evidemment, elle avait partagé l’excellente nouvelle avec sa victime préférée. La fêter fut un prétexte parfait pour s’inviter de nouveau chez les Lane, et elle était pour la première fois tombée nez-à-nez avec Seth. Une rencontre de prime abord houleuse – elle avait été à deux doigts d’être accueillie aussi tendrement que le major – mais comme elle avait une bouteille de whisky et un pack de bières sous le bras, l’aîné avait toléré sa présence. Elle avait savouré pleinement cette petite avancée, qui à ses yeux représentait une véritable victoire en territoire Lane.

Par la suite, elle avait appelé Jay de temps à autre mais s’était faite relativement discrète. D’une part elle avait rapidement appris à ménager Jay, d’autre part elle était elle-même particulièrement prise et secouée par l’approche des fêtes. Sa mère, catholique pratiquante attachée aux traditions, insistait beaucoup pour que ses enfants soient autour d’elle pour Noël et ils respectaient tous ce souhait. Cait avait poignardé ses maigres économies pour gâter ses neveux et sa nièce, et ne le regretta pas une seconde face à leurs mines réjouies le grand jour. Elle n’avait pas non plus oublié les Lane. Le lendemain, le 25 décembre, très tôt le matin et avant que la maison familiale ne s’éveille, elle avait emprunté la voiture de l’une de ses sœurs pour s’arrêter à proximité de la vieille ruine qui abritait les Lane. Elle avait déposé, en toute discrétion, un panier devant chez eux, garni de chocolats et gâteaux faits maison (ceux de Wendy étaient beaux, décorés et girly au possible quand ceux de Cait étaient tout de travers et cabossés, mais au moins aussi bons).

31 décembre 2016, aux alentours de 21h

À l’arrière d’un taxi riquiqui et cabossé – c’était le seul qui avait accepté de l’emmener dans ce quartier – Cait farfouillait dans son sac à bandoulière pour s’assurer qu’elle n’avait rien oublié. Outre ses effets personnels, il contenait un sachet fermé, un vêtement roulé sur lui-même pour former un tube ainsi qu’un livret ressemblant à un carnet de santé. Près de son porte-monnaie, elle reconnut les bords de la photo qu’elle avait oubliée de ranger chez elle… Tant pis. À ses pieds reposait un second sac en tissu rigide, fermé par une fermeture éclair qu’elle avait laissé légèrement entrouverte. Le taxi s’arrêta à une centaine de mètres de la maison Lane, prétextant qu’il préférait ne pas s’enfoncer plus encore dans le quartier. Caitlyn paya sans protester et termina sa course à pieds, son sac rebondissant sur sa hanche au rythme de ses pas tandis qu’elle tenait l’autre bagage à bout de bras. Elle espérait que les Lane seraient là, même s’il y avait des chances pour qu’ils fêtent le Nouvel An ailleurs… ? Elle voulait surtout voir Jay, mais il avait peut-être des projets pour son anniversaire ? Elle-même comptait rejoindre des amis pour la fin de soirée et le fameux décompte avant 2017, mais elle avait décidé de passer chez lui avant tout. Ne serait-ce que pour lancer une bougie à la mer, à l’image de ces bouteilles que l’on jette aux eaux dans l’espoir qu’elle atteigne l’âme et le cœur de quelqu’un.

En conséquence, festivités obligent, elle était plus habillée qu’à l’accoutumée – ou en tout cas, par rapport aux tenues dans lesquelles les Lane l’avaient déjà vu. Elle portait une robe fluide, d’un bleu nuit légèrement pailleté et décolletée dans le dos, qui surmontait des collants noirs. Pas de talons à l’horizon, mais des docks bleu électrique qui enveloppaient ses chevilles. Elle avait tressé ses cheveux et arborait, comme toujours, du noir sur les yeux. Pour les besoins de la fête elle n’avait pas pris de manteau, ce qu’elle avait immédiatement regretté en constatant que le chauffage du taxi ne fonctionnait pas. Aussi, elle trotta rapidement jusqu’à l’entrée des Lane.

Un peu plus habituée aux lieux désormais, elle frappa au carreau de la porte puis elle la poussa de l’épaule, en insistant pour qu’elle passe le cran où le bois coinçait. Elle passa l’encadrement, repoussa la porte derrière elle et inspecta d’un coup d’œil la pièce en espérant y trouver un Lane, et de préférence, le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Resolve

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 31 Déc - 13:11 Message | (#)

Jay devait admettre qu'il était relativement surpris par la ténacité dont la gonzesse faisait preuve. Depuis leur première rencontre, il restait convaincu qu'elle allait finir par lâcher l'affaire un beau jour et décider qu'elle préférait s'occuper de quelqu'un de moins chiant que lui et sa famille. Mais non ! Elle continuait à débarquer à l'improviste pour lui faire remplir des papiers histoire qu'il trouve un nouveau boulot une fois que l'autre emmerdeur de patron aurait décidé de le virer sans raison vraiment valable – casser la gueule d'un collègue ne l'était pas aux yeux du Lane. Peut-être qu'il faudrait passer à l'étape supérieure pour qu'elle lâche l'affaire ? Une possibilité qu'il n'avait pas encore adoptée, mais qui pourrait finir par devenir un projet si elle persistait à faire son boulot avec autant de sérieux ! Parce que Jay n'avait pas envisagé que cette réinsertion prendrait autant le pas sur sa vie « normale ». Même ses frangins en subissaient les conséquences et autant dire que ça commençait doucement à lui porter sur le chou.

Il avait tout de même joué le jeu en remplissant et mettant « au propre » ce CV qui leur avait coûté autant de temps, mais c'était uniquement pour retrouver un peu de liberté et non pour se montrer réglo. Il fallait d'ailleurs croire que c'était la meilleure chose à faire puisque les visites de la brune s'espacèrent et laissèrent envisager une fin d'année relativement tranquille. Bien sûr, Jay ne se souciait absolument pas de la perspective du renvoi de sa boîte actuelle, changer de boulot était une habitude, tout comme être au chômage ou sans emploi, donc autant dire qu'il ne comptait pas se laisser emmerder par ces détails.

Cependant, il n'était absolument pas prévu de fêter quoi que ce soit. Noël était une fête de famille doublée d'une fête religieuse, tout ce que les Lane n'étaient pas en somme ! Autant dire que lorsque Terry se leva le matin du 25 décembre et trouva un panier avec de la bouffe, les soupçons furent de mise. Était-ce un voisin qui leur déposait un colis empoisonné pour se débarrasser d'eux ? Compte tenu du fait qu'ils n'étaient pas très appréciés dans le coin, c'était parfaitement envisageable, mais au final les autres décrétèrent que c'était certainement « la gonzesse » qui leur faisait un petit cadeau et bâfrèrent comme des ogres. Sans Jay, ce dernier préférant éviter une intoxication alimentaire si jamais ils se plantaient.

Pourtant, quelques jours plus tard ils étaient encore en vie et en bonne forme. Earl roupillait sur le canapé du salon, complètement torché d'une soirée qui s'était terminée avec les lueurs du matin, quant aux deux autres ils devaient être à l'étage... ou quelque part dans le coin. Jay était posté dans le salon, ne sachant pas trop quoi faire comme à l'habitude. Terry avait vaguement souligné que c'était le dernier jour de l'année, mais le texan n'avait pas relevé que ce fameux jour coïncidait avec son anniversaire. Il ne le fêtait plus depuis belle lurette, donc autant dire qu'il s'en fichait comme d'une guigne ! Mais il se souvint des traditionnelles fêtes – stupides – de fin d'année lorsqu'une personne frappa au carreau de la porte avant de s'inviter à l'intérieur. Dommage, il comptait faire le mort. Peut-être que c'était l'assassin de Noël qui venait achever ce que ses gâteaux avaient commencé ? Levant ses yeux clairs vers la porte du salon, il reconnut finalement un visage qu'il ne s'attendait pas à voir à une époque pareille. Quoi ? Elle avait encore des papiers à lui faire remplir où quoi ? Il la dévisagea d'un air à la fois surpris et.... indifférent. Comme d'habitude en somme.

Après quelques secondes de silence, il comprit finalement que faire le mort ne servirait pas à grand-chose.

« Qu'est-ce qu'tu fous là ? T'fais jamais d'pause avec tes interrogatoires ? »

Pas de bonjour, par de « comment ça va ? », mais elle devait avoir l'habitude de ce genre de traitement ! Toujours installé dans le fauteuil défoncé, le pied posé sur l'accoudoir du canapé où Earl dormait toujours, Jay ne fit pas mine de se lever pour la saluer ou l'aider à porter le bordel qu'elle traînait. Mais il finit par remarquer qu'elle avait une tenue franchement bizarre, à croire qu'elle allait à un mariage.

« T'as paumé tes fringues et t'as pris c'que tu trouvais ? Ou t'es invitée à un mariage ? »

Le ton était critique, comme toujours. Les gens fringués comme ça le laissaient toujours sceptique et il ne se gênait pas pour le faire savoir. Au final, après un haussement d'épaules il décréta qu'il s'en fichait et détourna le regard d'un air indifférent avant de reprendre la parole pour conclure cet échange toujours aussi chaleureux qu'à l'accoutumée.

« J'ai pas envie d'remplir d'autres trucs, alors s't'as des conneries, t'as qu'à les laisser là et on verra un autre jour. »

Le ton restait sans appel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Citoyen Pro-Héros
avatar

Caitlyn Cunningham

Citoyen Pro-Héros
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 154
ϟ Nombre de Messages RP : 69
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Gina Carano
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Au service Courrier du Daily Herald et Serveuse au Pandémonium
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationJournalExploitsCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Lun 2 Jan - 18:46 Message | (#)

En mettant les pieds chez les Lane, Caitlyn ne s’était pas attendue à un cortège et à des acclamations – pas de foule en liesse ou d’œillade amoureuse chez ces texans, même si certains coups d’œil d’Earl pouvaient être confondus avec une… Forme d’intérêt. Pourtant, elle fut quand même sincèrement contente d’entendre le son de la voix de Jay. Certes, il avait l’air globalement contrarié de la trouver là, mais il ne faisait pas mine d’ignorer sa présence et ne la foutait pas non plus dehors avec pertes et fracas. Elle décida de penser qu’il s’agissait d’un signe encourageant, et accueillit donc ses questions d’un large sourire.

« Coucou toi ! Je voulais te voir. » Nul doute qu’il déborderait de bonheur à cette annonce. « Et je t’interroge jamais, on discute. » Ah, tout était dans l’art du choix des mots.

De bonne humeur, sans doute influencée par l’ambiance typique des fêtes de fin d’année, Caitlyn abandonna l’entrée et traversa le salon pour rejoindre le coin ‘cosy’ de la maison. Sur sa route, elle enjamba quelques tas de trucs non identifiés et, pour une fois, prit bien garde à là où elle mettait les pieds. Il n’était pas rare qu’elle bute, trébuche et manquait régulièrement de se ramasser, mais aujourd’hui, son paquetage dans la main, elle faisait attention. Qu’elle dérape et finisse les quatre pattes en l’air, en robe et juste à côté de Jay et Earl, aurait pourtant eu du charme ! D’ailleurs, il fit une remarque plutôt inattendue sur sa tenue et s’attira un regard surpris, où scintilla bientôt une pointe d’amusement.

« C’est le Réveillon. Contrairement à Earl, je n’ai pas encore fait la fête jusqu’à pas d’heure ! » De sa main libre elle étira légèrement le tissu qui lui battait les cuisses. « Pourquoi un mariage ? Tu trouves ça trop chichi comme robe ? »

Si elle pouvait faire un peu habillée pour l’occasion, elle n’arborait pas encore l’attitude qui allait avec son style de la nuit : une fois parvenue près de Jay, elle s’installa sur l’accoudoir du canapé où roupillait le pervers de la bande et par accident, percuta son pied qui y était appuyé. « Pardon ! » souffla-t-elle avant de poser ses fesses, un sac à ses pieds et celui à bandoulière sur ses genoux.

« Je n’ai pas de paperasse. » Lâcha-t-elle pour balayer ses ‘inquiétudes’, dans un haussement d’épaules tranquille. Elle se mit ensuite à farfouiller dans son sac et en retira le fameux vêtement roulé en tube. Il était recouvert d’un papier cadeau rouge pétant, et elle lança le tout contre le ventre du texan.

« Joyeux Noël ! » Si Jay était saisi de l’envie subite d’ouvrir le paquet, il trouverait à l’intérieur un sous-pull noir, doux et chaud, simple et sans prétention, quoique coupé dans un bon tissu. « C’est pour remplacer un autre haut que je t’avais… Emprunté. »

Le texan ne s’en était probablement pas aperçu, mais lors de l’une de ses dernières visites ici, Cait s’était introduite discrètement dans la chambre de son protégé et avait dérobé l’un de ses vêtements dans son armoire. Dans un objectif bien précis.
Elle ne savait pas s’il apprécierait le cadeau en lui-même – elle avait essayé de ne pas aller à l’encontre de ses goûts, ce qui était peu évident vu qu’il semblait ne rien aimer – ou au moins, le geste, même si c’était loin d’être gagné. Est-ce qu’il allait seulement ouvrir le paquet, déjà ? Et puis, lui prendrait-il l’envie soudaine de l’essayer ? Tiens, là, juste devant elle. Elle détourna légèrement les yeux à cette pensée soudaine, un petit sourire aux lèvres. Impatiente comme une gamine le matin de Noël, elle se pencha ensuite pour récupérer le sac en toile, le souleva délicatement et le tendit à Jay. Ses yeux brillaient d’excitation et un grand sourire étirait ses traits.

« Et ça… C’est pour ton anniversaire. »

Le sac était plus lourd qu’il en avait l’air : bombé en-dessous, et étrangement chaud. En jetant simplement un œil par l’ouverture de la fermeture éclair, il était toutefois impossible d’en voir le contenu. Et pour cause, ce qui s’y trouvait était noir. Noir, et somnolent, comme souvent à cet âge… En ouvrant le sac, Jay trouverait un chiot de petite taille, lové contre un tissu qui portait son odeur – le vêtement dérobé cité plus tôt. Il n’était pas rare de confier aux personnes en réinsertion la tâche de s’occuper d’un autre être vivant : c’était responsabilisant, déjà, et cela permettait aussi des contacts. Le chien, affectueux et loyal par nature, faisait souvent un excellent compagnon. Quand Caitlyn avait évoqué l’idée au major, celui-ci avait répondu, avec bienveillance et le plus de tact possible, qu’elle risquait d’être déçue du résultat et de la réaction du texan… Mais Cait était terriblement têtue. Même prévenue, elle croyait qu’il pouvait aimer, et plus encore, que cela pouvait lui faire du bien. Elle avait très tôt pu constater que Jay ne croyait pas en lui : elle devait le faire pour deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Resolve

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 2 Jan - 23:47 Message | (#)

Discuter, interroger, c'est du pareil au même : il fallait utiliser sa langue pour un truc chiant ! Il jugea toutefois inutile de souligner ce détail puisqu'elle ne comprendrait pas ce qu'il voulait dire et qu'ils se lanceraient forcément dans une discussion interminable et à sens unique ! Soupirant légèrement, il contempla la gonzesse qui envahissait déjà son espace vital en se rapprochant de lui – parce qu'en effet, l'intégralité du salon représentait sa zone de confort. Elle avait une idée derrière la tête, il était prêt à le parier rien qu'en voyant la manière dont elle souriait. Il était inutile de préciser qu'aux yeux de Jay, quasiment tous les vêtements qui s'écartaient du jean et du vieux t-shirt étaient considérés comme trop « chichi ». Le simple fait de foutre une robe était anormal. La preuve, même Charlie qui était la plus « normale » de la fratrie n'en avait jamais mis une seule, du moins devant eux ! Autant dire que le simple fait de se fringuer d'un tel truc était le signe que la personne sous les vêtements avait un côté péteux. Encore un jugement à l'emporte-pièce, certes, mais c'était sa marque de fabrique après tout.

« Ouais. On dirait qu'tu vas passer les fêtes avec l'président. » Jay et la notion d'exagération. « T'aurais pas dû venir ici s'tu sors comme ça, t'vas surtout t'récolter des belles taches partout. P't'être qu'tu devrais pas traîner.... »

Oui, c'était une manière plus subtile que d'habitude de lui faire comprendre qu'elle n'était pas forcément désirée ici ! Mais c'était sans compter l'entêtement de la brune qui aurait certainement besoin d'autre chose pour débarrasser le plancher. Il se contenta donc de soupirer une énième fois avant de jeter un regard à Earl qui ne remarquait pas qu'une gonzesse en tenue légèrement déshabillée se tenait à ses pieds. Dommage pour lui. Son regard se reporta sur la gonzesse qui papotait toujours avant de lui lancer un truc enveloppé dans du papier rouge. Un cadeau, sérieux ? Chez les Lane ce n'était pas franchement la tradition... même à l'époque de Charlie ils lui « offraient » des bouquins volés pour l'aider à faire ses études, mais ce n'était pas des cadeaux à proprement parler. Autant dire qu'il trouvait le geste plus que suspect ! Bien sûr, lorsqu'elle parla d'un haut, il comprit qu'elle avait dû lui acheter un pull ou une connerie comme ça et interpréta aussitôt le geste comme un désir de l'habiller pour qu'il fasse « plus présentable ». Paranoïa, quand tu nous tiens ! Qui plus est, la perspective de savoir qu'elle avait fouillé dans SES affaires ne l'enchantait guère, ce qu'il ne se priva pas de souligner.

« J'peux savoir depuis quand t't'amuses à fouiller dans mes affaires ? C'pas parce qu't'as eu l'droit d'chercher les fiches d'paie qu'tu peux fouiner dans mes fringues. »

Bien sûr, il n'allait pas déballer ce cadeau alors qu'il jouait le type vexé ! Le paquet rouge roula donc sur le côté et glissa entre sa jambe et l'accoudoir du fauteuil sans qu'il ne fasse mine de vouloir le récupérer. Il risquait même de le laisser traîner là quelques semaines jusqu'à ce qu'il considère qu'elle avait payé son erreur. Mais avant qu'ils n'en arrivent là, elle décida d'en rajouter une couche en ramassant l'autre sac qui traînait sur le sol pour lui tendre. Un cadeau d'anniversaire, sérieusement ? Déjà, comment elle savait que c'était le cas ? Et ensuite, pourquoi un cadeau ? Elle vivait vraiment dans un monde à part ! Hésitant tout d'abord, il se pencha finalement pour l'attraper tout en râlant comme à l'accoutumée :

« T'as l'intention d'offrir des cadeaux à chaque occasion ? Faudra calmer tes ardeurs, on fait pas ça ici. »

Oui, il trouvait le moyen de râler alors qu'elle avait une attention délicate à son égard. C'était dans son caractère et Caitlyn comprendrait rapidement que chez les Lane, on ne fonctionnait pas du tout comme chez les autres. Toutefois, il n'eut guère le temps de râler davantage puisque le sac lui sembla étrangement lourd et l'obligea à jeter un regard intrigué à l'intérieur. La boule noire qu'il vit n'éveilla rien dans son esprit au début, ce n'est qu'après quelques secondes qu'il comprit que c'était une bestiole. Levant ses yeux vers la brune, il lui décrocha une œillade méfiante qui pouvait signifier « tu me prends pour la SPA ? ». Au final, le texan relâcha une sangle du sac qui tomba de quelques centimètres, percutant sa chaussure, mais sans brutalité. Pourtant, la bestiole à l'intérieur lâcha un glapissement de protestation qui fit bouger Earl – qui resta toutefois coincé dans son sommeil.

« Franchement ? T'm'prends pour la SPA ? J'ai déjà assez d'frangins pour pas ramasser toutes les conneries qui traînent. » Il songea à lui tendre à nouveau le sac, mais plongea finalement la main dedans pour en extraire la bestiole en la tenant comme une grosse pomme de terre – la tête en bas de surcroît. « En plus j'aime pas les clébards. Ça pue, ça pisse partout, ça gueule et c'est chiant. Un peu comme les gonzesses, la pisse en moins. » Jay, ou l'art des comparaisons. « Garde-le pour toi, j'ai pas besoin d'cadeau. »

Joignant le geste à la parole, il fourra à nouveau le bestiole dans le sac avant de le tendre à la gonzesse comme pour s'en débarrasser aussi rapidement que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Citoyen Pro-Héros
avatar

Caitlyn Cunningham

Citoyen Pro-Héros
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 154
ϟ Nombre de Messages RP : 69
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Gina Carano
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Au service Courrier du Daily Herald et Serveuse au Pandémonium
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationJournalExploitsCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Ven 6 Jan - 0:36 Message | (#)

Le message fut reçu cinq sur cinq, même si la jeune femme se targua d’un sourire on ne peut plus serein. Elle ne s’était pas attendue à être accueillie à bras ouverts, et il était déjà bon de ne pas être mise à la porte manu militari – tout au plus Jay lui indiquait-il « gentiment » qu’elle passerait de meilleures fêtes ailleurs. Bien que prise en défaut sur l’histoire de cet emprunt de fringue à l’insu de son légitime propriétaire, Caitlyn ne perdit pas davantage la face et se contenta tout d’abord de hausser les épaules, d’un air quelque peu négligent.

« Je n’ai pas ‘fouiné’. » Protesta-t-elle d’abord en pinçant le nez. Elle n’était pas surprise, mais tout de même un peu déçue qu’il ne prenne pas la peine de déballer ce qu’elle lui avait offert. Elle pouvait encore espérer qu’il s’agissait d’une histoire de pudeur et qu’il se fendrait d’y jeter un œil une fois qu’elle serait partie… D’ici là, il serait quand même dommage de ne pas en profiter pour le titiller ! « C’est à peine si j’ai vu tes boxers, pour dire. »

En vérité, elle n’avait pas eu le temps de farfouiller longuement dans ses affaires et s’était contentée de voler le premier haut qui avait rencontré ses doigts. Est-ce qu’avec un peu plus de marge elle se serait permise de regarder plus en détails ? Oh, nooon, bien sûr. Elle n’oserait pas ! Pas plus qu’elle ne tenterait de lui offrir par la force un attachant petit compagnon de vie… Ce n’était pas le genre de fille à faire ça !

« Noël et ton anniversaire sont passés. » Un bon début probablement aux yeux de Jay, puisque il n’y avait vraisemblablement plus d’événement particulier qui inciterait la jeune femme à lui faire l’affront de lui offrir un présent. Quoique… ? « Mais je n’ai pas besoin d’occasion spéciale pour te gâter. Ton air heureux est une motivation suffisante ! »

Oh, pour sûr qu’il ne manquerait pas de sourire et de s’extasier en découvrant la nature de ce cadeau bien particulier ! Au final, le texan prit tout juste le temps de jeter un coup d’œil à l’intérieur du sac avant de laisser tomber, arrachant un sursaut à Cait qui s’était quasiment jetée en avant pour rattraper le paquet.

« Hé, attention ! Tu vas lui faire mal, au petit chou. »

Nul doute que ce doux nom allait multiplier l’affection de Jay pour l’animal, qui fut dégagé de son sac avec des précautions qui laissaient franchement à désirer. Évidemment, il trouva mille raisons pour critiquer le geste et refourgua le chien sans plus de cérémonie, récoltant un nouveau couinement contrarié. Alors qu’il lui tendait le sac, Caitlyn recula brusquement sur son accoudoir et percuta légèrement l’endormi du canapé. Recouvrant son équilibre, elle croisa ensuite obstinément ses bras sous sa poitrine.

« Il ne fera pas de bêtises partout si tu l’éduques bien. » Quand on voyait à quel point les Lane avaient été bien élevés, leur capacité en la matière pouvait laisser rêveur. Toutefois, Cait semblait croire dur comme fer au projet, car elle se redressa d’un bond sans faire mine de présenter ses mains ou ses bras – au cas où il voudrait le lui filer par surprise. « En plus, je l’ai choisi spécialement pour toi. Il serait malheureux avec moi et dans mon appartement. » Voilà qui dans son esprit, pliait l’affaire, parce que Jay n’oserait quand même pas abandonner cette charmante petite bête ? « Je l’ai récupéré dans un refuge, c’était le plus petit de la portée. Il bataillait avec les autres chiots pour pouvoir manger… Le bénévole m’a dit qu’il avait un sacré caractère, mais qu’il serait très attaché et fidèle. »

Elle s’agenouilla pour se mettre à niveau du sac et dégagea une main pour venir gratouiller le sommet du crâne de la petite boule de poils, qui s’était de nouveau pelotonnée dans le vêtement de son maître absolument ravi et enchanté de le recueillir sous son toit.

« Regarde comme il est mignon, avec ses bourrelets partout, ses petites oreilles et sa queue en tire-bouchon ! »

Avec un tableau pareil, comment résister !
Pour l’heure, elle n’avait pas envie de seriner à Jay que ça lui ferait du bien de s’occuper de quelqu’un d’autre que sa pomme, et de prendre soin d’une bête qui avait besoin de lui et le lui rendrait bien. Contrairement à certains frangins que nous ne citerons point. Elle préférait qu’il soupèse seul le pour et le contre de cette adoption, mais savait pertinemment qu’il risquait de se braquer en sa présence. Du coup, elle enchaîna rapidement.

« Bon, je vais filer, après tout je ne voudrais pas récolter des belles taches partout… » Reprendre ses mots, c’était de bonne guerre. Elle le gratifia d’un flamboyant sourire tout en se relevant vivement, prête à s’envoler pour la soirée. Avant de partir, elle sortit de son sac le dernier petit paquet qu'elle avait préparé, et le déposa sur la table. « Celui-ci, c'est pour Earl. » Chuchota-t-elle en se souvenant soudain qu'il ne fallait pas réveiller le pauvre fêtard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Resolve

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Ven 6 Jan - 13:49 Message | (#)

Le regard courroucé qu'il lui offrit pour toute réponse à sa remarque sur ses boxers, parlait de lui-même. Jay n'avait jamais aimé qu'on vienne fouiner dans sa vie privée, mais lorsqu'il s'agissait de ses – rares – fringues, disons qu'il aimait encore moins qu'une gonzesse vienne y fourrer son nez ! C'était personnel, voilà tout. Oh, le texan n'avait jamais été quelqu'un de matérialiste, il se fichait bien de se faire piquer ses affaires, mais dès qu'il était question d'un étranger et plus précisément d'une étrangère, disons que son avis sur la question changeait légèrement.

Buté et boudeur, le trentenaire espérait vraiment qu'elle se tiendrait à ces deux dates, ce qui signifiait qu'il avait encore environ onze mois pour se débarrasser d'elle et lui faire comprendre qu'il n'avait pas besoin d'elle – ou de son aide. Pourtant, Jay devait admettre qu'elle s'accrochait vraiment bien, plus qu'il ne l'avait escompté de prime abord. Habituellement, les nanas lâchaient rapidement l'affaire, la preuve avec Charlie. Bon, elle n'avait pas vraiment lâché, mais c'était du pareil au même, bien qu'il ne s'amuserait jamais à comparer sa frangine à cette gonzesse qui n'avait aucun point commun avec elle.
Ou c'était ce qu'il voulait croire du moins.

De toute manière, l'arrivée inopinée de ce clébard allait suffisamment l'occuper pour qu'il ne songea pas à ces détails. Enfin, l'arrivée et le départ expéditif du clébard, plutôt ! Parce qu'il était absolument hors de question que Jay se fasse chier avec un animal. Il n'avait jamais cherché à en avoir un et n'en voulait pas. C'était envahissant, ça demandait de l'affection et ça vous empêchait de faire votre vie sans vous soucier des autres. Exactement comme une nana en somme et vu son célibat, inutile de se poser la question – même si ce n'était pas la seule raison à cet état de fait bien sûr.

Manque de bol, elle avait visiblement décidé de le laisser s'emmerder avec cette boule de graisse sur pattes. Lorsqu'elle recula en croisant les bras, Jay eut un froncement de sourcils contrarié. Elle croyait vraiment qu'il allait décider de lui faire plaisir en gardant cette bestiole ici ? Si c'était le cas, elle risquait rapidement d'être déçue ! Jay n'était pas le type d'homme qui se laissait marcher sur les pieds, ils seraient plus d'un à pouvoir en témoigner et ce n'était pas une gonzesse qui le ferait changer ! Reniflant d'un air contrarié, le texan garda le sac tendu vers la brune pour lui faire comprendre qu'elle devait toujours le récupérer.

« Si j'voulais un truc fidèle, j'prendrais une nouvelle caisse, au moins ça fait pas chier. » Ce qui était sa notion de la fidélité. « Pis si j'voulais éduquer un truc, j'aurais des mômes. Et t'en vois là ? » Il haussa les sourcils d'un air interrogateur. « Nan, alors j'crois qu'ça répond à ta proposition. Fallait pas l'prendre s'tu peux pas l'récupérer. T'as qu'à l'ramener au refuge dans c'cas. »

Si elle croyait qu'elle allait l'apitoyer en parlant de la pauvre petite bête qui n'avait pas de maison où vivre, elle se foutait le doigt dans l’œil et jusqu'au coude, voire jusqu'à l'épaule ! Jay n'aurait strictement aucun scrupule à laisser la bestiole moisir sur le palier de la demeure Lane s'il décidait qu'il n'en voulait pas – ce qui était le cas – et qu'elle refusait de le récupérer.

Lèvres scellées, il lâcha un nouveau soupir alors qu'elle faisait les éloges de la bestiole en parlant de sa queue en tire-bouchon. On aurait dit qu'elle faisait la description d'un petit goret, voire de sa mère en fait – la différence n'était pas flagrante. Mais avant qu'il ne lui fasse remarquer qu'il se fichait bien de ses bourrelets et que sa génitrice avait les mêmes, la vilaine se redressa pour battre en retraite. En temps normal, il aurait été content de la voir partir, mais là.... sourcils toujours froncés, il se redressa sur son séant.

« Hé ! T'barre pas en m'laissant c'truc. J'déconne pas, s'tu l'embarques pas, la prochaine fois qu'tu reviens, tu l'retrouveras en glaçon devant la porte. » Le ton de sa voix était on ne peut plus sérieux. « J'en ai rien à branler d'ce truc. »

Il était prêt à tenir parole et se contenta de la dévisager, tendant à nouveau le bras pour lui refiler le sachet. Sauf que cet échange avait achevé de réveiller, ou faire émerger, Earl qui ouvrit un regard morne. Reniflant d'un air particulièrement séduisant, ironie quand tu nous tiens, il jeta un coup d’œil au sac tendu par son frangin. Voulant se lever, il descendit son pied et percuta la main de Jay qui lâcha le sac, provoquant un énième couinement de protestation alors que la bestiole roulait sur le sol pour atterrir contre la chaussure d'un Earl apparemment ravi.

« Oh, ce boudin ! Trop fun ! »

Finalement, peut-être qu'il ne finirait pas devant la porte, mais au pied du lit d'Earl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Citoyen Pro-Héros
avatar

Caitlyn Cunningham

Citoyen Pro-Héros
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 154
ϟ Nombre de Messages RP : 69
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Gina Carano
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Au service Courrier du Daily Herald et Serveuse au Pandémonium
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationJournalExploitsCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Dim 8 Jan - 23:46 Message | (#)

Aussi buté l’un que l’autre, le texan et la brune – une nouvelle version de la brute et du truand – se regardaient en chiens de faïence avec entre eux la malheureuse boule de poils, qui ne demandait qu’à roupiller tranquillement au creux de bras accueillants. Au moment même où Jay avait posé les yeux sur l’animal il avait pris sa décision, ce qui poussait Caitlyn à faire encore plus le forcing pour qu’il l’accepte. Après tout elle était persuadée qu’il refusait principalement parce qu’elle était l’offreuse et que pour lui, elle serait sans doute à tout jamais associée à l’UNISON et à des emmerdements. Ce n’était peut-être pas totalement faux, mais suffisamment réducteur pour qu’elle refuse tout net le postulat. Aussi, le pauvre petit boudin se retrouvait, en plus de tout, au cœur d’une querelle d’egos et de volontés – rien que ça ! Il était hors de question qu’elle le récupère aussi vite sans avoir essayé, aussi prit-elle son courage à deux mains pour fuir la scène.

Alors que pendant quelques secondes elle avait cru que Jay, trop heureux de la voir décamper, en oublierait son présent préféré, celui-ci la héla pour qu’elle reparte avec. Sourcils froncés, elle se retourna dans sa direction avec une moue offusquée sur les traits.

« Quoi ?! Tu laisserais ce pauvre innocent mourir de froid ? Tu devrais avoir honte, Jay Lane ! »

Alors qu’il brandissait encore le sac avec le chien à l’intérieur dans sa direction, Cait conserva ses bras serrés contre elle. Ce fut le moment où Earl s’éveilla et, d’un mouvement des plus gracieux, il envoya valdinguer le malheureux chiot qui roula au sol nonchalamment, telle une saucisse cocktail esseulée. La jeune femme s’était précipitée pour le ramasser, finissant aux pieds du fêtard qui semblait, de prime abord, de meilleure disposition pour accueillir le carlin. « Salut Earl. » Souffla-t-elle avec un sourire désolé. Elle ramena ensuite le chien contre sa poitrine et guigna dans la direction de Jay, rassemblant ses pensées et… Fomentant son plan.

« Bon… J’ai compris. » Elle se releva, tout en croisant les bras pour que sa robe ne craque pas durant l’exercice, puis approcha de Jay et son fauteuil d’un pas décidé. « Je peux pas me charger de ça tout de suite, je vais être en retard pour la soirée. » Ce qui était la vérité vraie, même si Jay s’en foutait probablement comme d’une guigne. « Je te demande juste d’en prendre soin jusqu’à cette nuit. Je reviendrai après m’occuper de lui, d’accord ? »

Sans attendre qu’il formule une réponse distincte elle déposa le chiot tout plissé sur ses genoux. Ce dernier, reconnaissant l’odeur, chercha directement à se lover et à se trouver un endroit où se caler contre les cuisses de Jay.

« Sois gentil avec lui, c’est qu’un bébé. » Là-dessus, elle réajusta son sac sur son épaule et fit volte-face pour disparaître pour de bon. Avec un peu de chance, Jay ferait des efforts. Au pire, Earl devrait être suffisamment distrait par la bestiole pour en prendre soin jusqu’à son retour… Bien des heures plus tard.

1er janvier 2016, un peu après 3h du matin

Qu’elle ait retrouvé son chemin, cela tenait tout bonnement du miracle. La fête avait été arrosée, et Cait, stressée depuis un bon moment, s’en était donnée à cœur joie. Elle avait beaucoup dansé, beaucoup chanté et beaucoup bu, et l’alcool lui battait encore suffisamment le sang pour qu’elle fasse le chemin jusqu’à la masure Lane avec seulement sa robe pour se ‘garder au chaud’. Des petits flocons constellaient sa crinière brune, sa coiffure était défaite depuis longtemps et laissait ses cheveux libres cascader en désordre sur ses épaules. Aucune mauvaise rencontre sur le chemin, elle parvint à la porte sans encombre mais rencontra bien vite un obstacle de taille : où était passée la serrure ? La clé de son appartement en main, elle fourragea longuement contre le bois de la vieille porte avant de se souvenir brusquement qu’elle n’était pas du tout chez elle, et qu’il suffisait de pousser. Elle prit son élan, tapa son épaule et entra – sans se vautrer par terre, de justesse !

Pourquoi avait-elle en mains le trousseau de son appartement, vous demanderez-vous ? Et bien parce qu’elle était passée chez elle avant d’arriver ici… Ce qui expliquait également pourquoi elle tenait dans sa main libre un sac de sport, qu’elle avait lâché en arrivant. Elle shoota dedans pour qu’il rejoigne le canapé, puis s’étira en gémissant faiblement. Sans vraiment voir ni se soucier de qui était là ou absent, elle tituba gentiment jusqu’au canapé en abandonnant ses chaussures derrière elle, ainsi que ses collants filés. Sans la retirer, elle dézippa la longue fermeture éclair qui courrait sur le côté de la robe, le long de ses flancs, et se laissa choir au milieu de l’assise du canapé. Il couina désagréablement et un ressort lui piqua les fesses, mais elle s’y vautra quand même en soupirant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Resolve

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 9 Jan - 12:00 Message | (#)

Les femmes étaient des êtres sournois et manipulateurs. Jay l'avait compris depuis belle lurette et c'était pour cette raison qu'il les évitait avec autant de soin ! Malheureusement pour lui, sa quête de vengeance débutée avec la mort de Charlie l'avait mené à rencontrer Cait, emmerdeuse notoire qui devait certainement arborer la médaille d'or de la chieuse par excellence.

Le texan avait sincèrement pensé à se débarrasser de la bestiole envahissante – je parle du chiot et pas de la nana – après le départ de cette dernière, mais assez étrangement Earl s'y était intéressé. Il avait trouvé le chiot « trop pratique pour attirer les gonzesses » et décrété que ce serait peut-être une bonne idée de le garder finalement. Jay n'ayant absolument pas l'intention de se coltiner un boudin sur pattes avait rétorqué que dans ce cas, il n'avait qu'à se trouver un nouvel endroit où vivre et embarquer l'animal au passage ! Au final, la bestiole avait fini le reste de la journée installée sur le siège que Jay avait déserté, couinant d'une manière particulièrement irritable en essayant de se déplacer à l'aide de ses minuscules pattes. Au final, la soirée s'était soldée par une belle chute du siège qui avait aussi démontré que l'animal était très doué pour le cinéma vu les cris de détresse qu'il poussa.
La routine en somme.

Lorsque la nuit était tombée pour de bon, Earl avait déserté la maison pour aller essayer de ramasser quelques filles déjà saoules pour terminer la soirée, Terry s'était envolé pour un bar du coin et Seth... et bien Jay n'en savait rien. Il ne l'avait pas croisé, donc peut-être bien qu'il cuvait dans sa chambre ou qu'il s'était barré plus tôt dans la soirée, au fond ça ne changeait rien.

Jay n'avait bien entendu pas la moindre intention de fêter la nouvelle année ou encore son anniversaire ! D'ailleurs, les frangins avaient visiblement oublié la date vu qu'aucun n'avait essayé de le traîner dans un bar pour faire un simulacre de fête d'anniversaire. Mais il ne s'en plaindrait pas, bien au contraire. Le trentenaire avait donc finalement décidé de mettre cette soirée à profit pour aller dormir tranquillement et compenser les récentes nuits animées qu'il avait pu avoir – et je parle d'affrontements, de rien d'autre. Malheureusement, Cait se rappela rapidement à son bon souvenir puisque la bestiole qu'elle avait apportée commença un concert de couinements et hurlements plus ou moins réussis. Bon, Jay l'avait lâchement abandonné seul au rez-de-chaussée tandis qu'il était monté se reposer, mais ce n'était pas une raison ! Après une dizaine de minutes à faire la sourde oreille en espérant que l'animal lâcherait d'affaire, il fut contraint de le rejoindre pour constater qu'il lui avait laissé une jolie surprise sur le sol du salon. La bestiole glapit de satisfaction en voyant enfin une silhouette humaine réagir à ses appels, mais Jay l'ignora superbement le temps de réparer les dégâts.
Au final, il fut tout de même contraint d'emporter l'animal dans sa chambre s'il voulait avoir une chance de dormir. Enfin, à peu près.

Quelques heures plus tard, après avoir subi les couinements et les tentatives d'approche d'une bestiole particulièrement tenace – là encore je parle du chien – Jay se réveilla avec la gorge sèche. Il s'était changé pour enfiler un vieux pantalon et une sorte de marcel, malgré la saison plutôt fraîche. Aucun bruit n'était audible dans la maison, ce qui signifiait qu'il était certainement encore seul. Il se leva en prenant garde à ne pas réveiller l'horrible monstre qui s'était enfin décidé à piquer du nez sur le sol de la chambre, puis gagne le rez-de-chaussée où il manqua de trébucher sur des affaires qui traînaient par terre. Finalement, Earl était là vu qu'il distinguait une forme allongée sur le canapé. Soupirant, le trentenaire s'en rapprocha et se pencha légèrement au-dessus pour donner un coup de poing au niveau de l'épaule.

« Range tes affaires crétin, j'ai failli m'planter ! »

Alors qu'il s'attendait à rencontrer le bras de son frère, Jay eut la surprise de sentir sa main s'enfoncer dans quelque chose d'assez mou. Et bien, Earl devait songer à faire du sport, il commençait à avoir autant de seins qu'une gonzesse ! Ce n'est qu'après cette réflexion qu'il réalisa que la silhouette ne ressemblait pas franchement à celle d'Earl et qu'il reconnut – à peu près – la robe qui recouvrait le dormeur. Ou plutôt la dormeuse. Le trentenaire eut un mouvement de recul en comprenant qu'il avait affaire à l'emmerdeuse au chien et à ce moment une question assez naturelle franchit ses lèvres :

« Mais qu'est-ce qu'tu fous là putain ?? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Citoyen Pro-Héros
avatar

Caitlyn Cunningham

Citoyen Pro-Héros
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 154
ϟ Nombre de Messages RP : 69
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Gina Carano
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Au service Courrier du Daily Herald et Serveuse au Pandémonium
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationJournalExploitsCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Lun 16 Jan - 0:28 Message | (#)

Les rêves de Caitlyn furent pour la plupart confus si ce n’est incohérents, mais dans la compote chaude qui lui servait présentement de cervelle remua tout de même une idée fixe. Quelques mots seulement, soufflés au cœur d’un cimetière par une jeune femme blonde aujourd’hui disparue. L’instant avait été court, les mots rares, et pourtant Cait avait eu l’impression d’en apprendre plus à cet instant que durant tous les échanges qu’elle avait eu avec Jay. Plus encore, les pages du dossier sur lui regorgeaient certes d’événements factuels, mais étaient dépourvues de sentiments. C’est ce manque que Charlie avait comblé.

Avachie dans son lit d’appoint, de profil, une jambe au sol et l’autre sur l’accoudoir, elle roupillait sans faire d’histoire et n’entendit rien de l’approche du Lane. Si bien que, quand des doigts s’enfoncèrent dans sa poitrine, elle mit quelques secondes à réagir. Elle geignit faiblement, marmonna un vague « pas maintenant » lorsqu’elle fut houspillée comme il se doit. L’exclamation la fit sursauter et ses yeux barbouillés de noir cherchèrent la source, la trouvèrent et guignèrent le sombre individu d’un air pour le moins interloqué.

« Pourquoi tu cries ? » Demanda-t-elle, ingénue.

D’une main elle se frotta le visage tandis que l’autre remontait nonchalamment la robe ouverte qui lui dégringolait sur les épaules. Sa jambe en hauteur tomba lourdement sur le sol, rejoignant sa jumelle, Cait prit alors son élan pour se hisser sur ses guibolles. Victorieuse elle gloussa puis se tourna vers le texan – un peu vite, la tête lui en tourna – à qui elle adressa un large et chaleureux sourire.

« J’ai passé une super soirée ! »

Joignant le geste à la parole, elle leva ses deux poings en l’air en manquant d’en coller un dans le menton du malheureux.

« Mais toi tu as l’air tout..grognon… » Elle avait dit cela d’un ton tout peiné, et une moue retourna sa bouche à l’envers pour bien montrer toute la peine que cela lui procurait. « T’es triste ? » Elle pencha la tête sur le côté, un peu fort, ce qui provoqua un craquement sinistre de cervicales suivi d’un gémissement – avec quelques secondes de décalage, être ‘pompette’ aidant. « Je sais qu’on a pas toujours été gentil avec toi… Tututu, dis pas le contraire. »

Debout à côté du canapé, elle se pencha pour tirer sur les pans de sa robe et la replacer. Elle eut une tête contrariée, comme si le résultat ne lui plaisait pas, ce qui était guère étonnant : l’ouverture béante le long de ses flancs donnait au vêtement une allure cocasse. Contrariété vite oubliée, elle s’approcha de Jay et le regarda attentivement. Il lui fallut plusieurs secondes pour focaliser son attention, mais elle se trouva vite absorbée par les billes bleues de son vis-à-vis. Cait avait eu le temps de se forger un début d’opinion sur lui. C’était un garçon difficile, secret, qui ne se laissait pas facilement approcher… Pourtant, pouvait-elle dire qu’il était vil ? Non, au contraire, elle aurait plutôt tendance à dire qu’il n’avait pas mauvais fond. C’était une impression qui ne se basait pas sur des faits concrets, mais une sensation – enfin, la saucisse sur pattes n’étant pas à portée de vue, elle allait peut-être changer d’avis selon son devenir !

« Mais toi, tu n’es pas méchant. Tu n’es pas un imbécile… T’es un peu brute avec moi, quand même… » Elle éleva son index, se concentra pour viser et le posa contre le pectoral de Jay – les mauvaise langues parleront de téton, qu’un marcel laisse si bien deviner. « Mais c’est pas grave. Je t’aime bien. »

Le discours, sincère, était évidemment inspiré de ce que lui avait expliqué la défunte Charlie. Cette dernière avait eu le temps de lui révéler que son frère avait toujours mal vécu les jugements de ses pairs et de l’extérieur, qui se basaient sur les apparences pour le considérer comme un idiot, une caricature de brute épaisse. Sa sœur bien sûr, n’en pensait rien, même si elle exprimait des regrets sur leurs derniers échanges… Elle lui avait expliqué, brièvement, que Jay avait fait l’effort de revenir à une vie classique, rangée, mais qu’il avait jeté l’éponge quand elle avait émis l’hypothèse qu’ils n’étaient peut-être pas frère et sœur de sang. Avait-il pris cette remise en cause comme un affront… ?

« Oh, oh… ! » Elle se mit soudain à trépigner, tapotant ses mains entre elles. « Tu sais quelle heure il est ? » Elle n’en avait aucune idée de manière précise, mais ce qu’elle savait, c’est que minuit était passé ! Gaiement, elle se cramponna à ses épaules et se hissa pour l’embrasser. Ses lèvres s’étaient pressées à la commissure des siennes, claquant sa joue dans un bécot sonore avant qu’elle ne recule pour claironner joyeusement. « Bonne année Jay ! »

Avec tout ça, elle n’avait pas daigné répondre à sa toute première question, qu’elle avait d’ailleurs oublié – si tant est qu’elle l’ait entendu à un moment donné. Toutefois, son attitude parlait pour elle : elle tapotait déjà les coussins du canapé, ravagés par le temps, pour leur donner une allure plus moelleuse et rebondie. Il y en a une qui comptait bien s’installer là de nouveau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Resolve

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 16 Jan - 12:08 Message | (#)

Pourquoi il criait ? Franchement ? Jay fut à deux doigts de lui hurler une nouvelle fois dessus, mais se retint à la dernière seconde. Bon, en soi, ce n'était pas inhabituel de trouver une nana endormie sur le canapé au milieu de la nuit, mais habituellement c'était avec un Earl collé aux fesses et tous les deux sentaient suffisamment la bibine pour que les vapeurs soient suffisantes pour faire exploser la maison si quelqu'un avait la bonne idée de craquer une allumette ! Mais là... il était apparemment seul dans la maison et cette nana n'avait aucune raison de se trouver là, alors disons que la réaction de Jay était proportionnelle à sa surprise.

Un début de piste commença à pointer le bout de son nez lorsqu'il l'entendit glousser tout en bougeant avec la grâce d'un éléphant sous LSD. Elle était bourrée comme un coing, voilà tout. Jay la dévisagea d'un air bourru dans la demi-pénombre alors qu'elle lui faisait savoir qu'elle avait passé une excellente soirée. Super pour elle, mais ça n'allait pas changer sa vie, donc autant dire qu'il s'en tamponnait complètement ! Et il aurait continué à s'en foutre si elle n'avait pas jugé utile de se lancer dans un décryptage de ses émotions afin de savoir pour quelle raison il était contrarié. À tout hasard, parce qu'il avait trouvé une nana en train de cuver sur le canapé de son salon ?

Gardant les lèvres obstinément scellées alors qu'elle commençait à parler de choses plus personnelles, Jay songea à lui en coller une bonne derrière la nuque pour la calmer le reste de la nuit. Peut-être qu'il pourrait même appeler un taxi et la foutre dedans en lui laissant le soin de la traîner chez elle ? Malheureusement, l'idée n’aboutirait jamais puisque la première concernée reprenait déjà la parole après avoir arrangé le bout de tissu qu'elle portait sur elle. Inutile de préciser qu'il avait soigneusement évité de la scruter sous le menton, il aurait donc été incapable de dire si elle était encore présentable.

Faisant plus ou moins le mort, le texan recula tout de même lorsqu'elle décida de s'approcher, mais cela ne fut pas suffisamment pour l'empêcher de lui planter un doigt dans les côtes – bon, d'accord, plus haut – comme si elle voulait renforcer ses paroles. Tout ce qu'il voyait, c'était qu'elle était totalement bourrée et qu'elle débitait juste des conneries sans intérêt. Il la laissait donc blablater sans l'écouter et la calmerait dès qu'elle lui en offrirait l'occasion ! Ce n'était pas comme s'il n'avait pas l'habitude avec Earl qui rentrait souvent saoul et débordant d'amour. Sauf qu'avec son frère c'était moins embarrassant et qu'avec lui il ne devait pas esquiver les bises de minuit. Parce qu'il ne la vit absolument pas venir celle-là, mais la réaction fut à la hauteur de la surprise : il la dévisagea comme si elle venait de lui planter un couteau dans le dos. Mais elle se croyait où celle-là ? Levant aussitôt la main pour frotter l'endroit où elle l'avait embrassé, il s'apprêtait à l'enguirlander lorsqu'il vit qu'elle se préparait à retourner dormir, la réaction fut donc instantanée :

« Hé ! T'installes pas, t'restes pas là ! » Il se posta à côté d'elle, saisissant le premier objet à portée de main pour le balancer sur les coussins du canapé. « T'm'as toujours pas dit c'que tu foutais là ! » C'est seulement à ce moment qu'il se souvint de la bise. « Puis sérieux, t'as fait quoi ? Tu pues du bec, on dirait qu't'as lécher une bouche d’égout toute la soirée ! »

Jay, ou l'art de parler aux femmes. Il était en colère, ce genre de démonstration n'existait pas chez les Lane et il n'avait aucune envie qu'elle se lance dans ce genre de comportement, surtout s'il devait se la coltiner plusieurs fois par mois. Énervé, il se redressa avant de reculer de quelques pas comme s'il craignait qu'elle ne revienne à la charge.

« J'm'en branle qu'tu sois bourrée, t'as pas à débarquer ici et à faire c'genre d'trucs ! J't'ai déjà dit qu't'étais pas chez toi, alors tu prends tes merdes et tu dégages d'ici, sinon j'appelle un taxi et j'te fous dedans d'force ! » Mais le prendrait-elle au sérieux ? « T'crois au Père Noël pour t'imaginer qu'on va t'laisser crécher ici juste parce qu't'as refilé ta merde c't'aprèm ? »

En parlant de merde, un bruit bizarre résonna dans l'escalier, comme quelque chose de mou qui tombait sur le sol, puis plusieurs bruits successifs ponctués pas des couinements sonores. Quelques secondes plus tard, le chiot atterrit au bas de l'escalier qu'il venait de dégringoler joyeusement, couinant et hurlant comme si tous les malheurs de la terre venaient de lui tomber dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Citoyen Pro-Héros
avatar

Caitlyn Cunningham

Citoyen Pro-Héros
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 154
ϟ Nombre de Messages RP : 69
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Gina Carano
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Au service Courrier du Daily Herald et Serveuse au Pandémonium
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationJournalExploitsCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Sam 21 Jan - 17:51 Message | (#)

Dans son brouillard personnel, le criant manque de réponses et de réactions chez Jay ne fut absolument pas interprété comme de la méfiance, du dégoût, ou tout autre sentiment négatif. Bien au contraire ! Le pauvre texan devait sans doute avoir besoin de temps pour encaisser toute la charge émotionnelle dont il avait fait l’objet, c’était bien normal et après une bonne nuit de sommeil, ils pourraient en rediscuter et se prendre dans les bras l’un de l’autre. Forte de ce programme idyllique et intense, Caitlyn s’apprêta donc à s’installer de nouveau dans sa royale chambre d’emprunt quand un cendrier fut mystérieusement propulsé sur son oreiller de fortune. Il déchargea toutes ses cendres sur le tissu et le sol, provoquant un « oh ! » de surprise chez la jeune femme. Encore une fois victime des cris du Lane, elle le mira d’abord avec une surprise naïve, expression qui se transforma bientôt en mine outrée.

« C’est pas vrai ! » Prête à prouver ce qu’elle venait de dire, elle souffla sur sa main puis la brandit en direction du malotru. « J’ai bu des mojitos toute la nuit ! Ça sent bon la menthe, d’abord. » Et le rhum, mais ça, hein…

Butée, elle croisa les bras sous sa poitrine et emprunta un air renfrogné, rendu quelque peu ridicule par son léger « tangage ». Si elle voulut d’abord affirmer qu’elle n’était pas bourrée, elle se ravisa à la dernière seconde lorsqu’il menaça de la flanquer manu militari dans le premier taxi venu. C’était mieux que d’être jetée à la rue, certes, ce qui démontrait une certaine considération de la part de Jay… Ou au moins une réticence à ce qu’on lui mette sur le dos qu’elle soit morte dans le froid. Cependant, Cait n’était pas ouverte à l’idée d’obéir gentiment à Jay, bien que ce dernier soit dans son bon droit.

« Non… ! Je veux pas rentrer ! »

Sans mentir, elle n’avait jamais véritablement eu l’intention de prendre l’animal sous le bras au sortir du nouvel an pour le ramener gentiment chez elle. Après tout, elle n’avait pas démordu de son plan visant à réhabituer – ou même seulement habituer ? – le texan à une forme d’affection. Ce « détail » mis de côté, elle n’était pas non plus d’humeur à se retrouver toute seule dans son appartement encombré du sol au plafond, et pourtant si vide.

« Je suis bien là. »

Quand il affubla le pauvre chiot d’un surnom des plus vexant, elle fut prête à le défendre bec et ongle lorsqu’un couinement d’alarme terrible leur parvint. Marchant droit devant, elle percuta légèrement Jay, s’en excusa dans sa barbe puis s’empressa de rejoindre l’origine du drame. Le malheureux bébé gisant sur le dos se retourna sur le flanc en l’entendant arriver, et pour être certain de ne pas être laissé à l’abandon, il hurla de plus belle pour s’assurer que l’on prenne soin de lui. Bien obligée, Cait se jeta à genoux près de lui et le ramassa dans ses bras. Tout chaud et gémissant, il se blottit directement. Elle le lova correctement contre son buste, sa petite tête déposée au creux de son coude, et le ramena près du canapé. Plus précisément, elle se planta face à Jay et leva ses yeux sombres dans les siens. Maintenant qu’elle le voyait bien, elle lisait plus facilement sa colère. Si cela abima un instant sa résolution, elle inspira fort pour finalement annoncer avec fermeté :

« J’ai dit que je reviendrai pour m’occuper de lui, et c’est ce que je vais faire ! » Là-dessus, sur cette déclaration fière et déterminée, elle libéra l’une de ses mains et pointa le plancher défoncé de l’index. « Ici. »

Nul doute que ce programme allait provoquer le ravissement de l’occupant des lieux. Elle reposa sa main sur le crâne du chiot et le gratta derrière les oreilles, avant de percuter soudainement que si elle l’avait trouvé au bas des escaliers, c’est qu’il avait créché en haut jusqu’à présent… Comme elle ne l’avait pas entendu couiner en arrivant, c’est qu’il devait être bien au chaud à l’étage et surtout, avec quelqu’un. Une bestiole de cet âge recherchait plus que tout le contact, après tout, il ne serait pas resté seul tout ce temps alors qu’elle dormait dans le canapé.

« Tu as dormi avec lui. » Elle gloussa face à sa propre affirmation. Ce pouvait très bien être l’un de ses trois frères qui ait accepté la présence de l’animal… Quoique. Elle n’imaginait pas Terry ou Seth affublé d’une petite bête mignonne. Earl, peut-être, mais il était plus séduisant de considérer que c’était Jay qui s’en était occupé. « Je savais que vous seriez bien ensemble. » Minauda-t-elle avec douceur, en lien avec le chiot qui agitait joyeusement la queue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Resolve

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 22 Jan - 12:14 Message | (#)

Honnêtement, il n'avait pas reniflé pour vérifier si elle sentait la menthe, la bouche d'égout ou quoi que ce soit d'autre ! Le simple fait qu'elle ait osé s'approcher de lui et envahir son espace vital de la sorte était suffisant pour qu'il soit énervé contre elle ! Ajoutez à cela qu'elle refusait de dégager d'ici, un peu comme si elle pensait être chez elle. Et puis quoi encore ? Elle s'imaginait qu'il allait tranquillement lui proposer une couverture avec un coussin en plumes d'oies pour compéter son kit de la parfaite dormeuse ?

Sourcils froncés, agacé comme jamais, le texan la dévisageait avec une hostilité non feinte, mais même à ce moment elle réussissait à ne pas comprendre ce qu'il pensait et ressentait réellement. Au lieu de s'en-aller, l'emmerdeuse préféra s'éloigner – en le percutant au passage – avant d'aller chercher la saucisse à pattes qui traînait dans le couloir. Il aurait eu moins pu avoir la bonne idée de se casser le cou en dégringolant l'escalier ! Rien que d'entendre ses couinements et ses glapissements l'irritait encore plus. La mâchoire crispée, les bras croisés sur son torse, il resta obstinément silencieux alors qu'elle revenait auprès du canapé qui était apparemment devenu sa nouvelle demeure.

Lorsqu'elle reprit la parole, Jay comprit qu'elle s'était moquée de lui. Elle avait parlé de le débarrasser de ce parasite, mais voilà qu'elle changeait la donne en le traînant ici et en s'installant chez eux. S'il avait pu être encore plus énervé, il l'aurait été, malheureusement elle ne lui en laissait pas la possibilité puisqu'elle lui balança une accusation totalement infondée. Arborant une moue agacée, il secoua vivement la tête avant de répliquer :

« J'ai pas dormi avec lui, t'fais pas d'idées. J'l'ai foutu à l'étage parce qu'y va gueuler des heures vu qu'y sait faire qu'ça ! » Il la fusilla du regard. « J'en veux pas d'cette merde, j'te l'ai déjà dit. T'as pas dit qu'tu t'occuperais d'lui, t'as dit qu'tu m'en débarrasserais, c'est différent ! J'sais pas à quoi tu penses, mais t'crois sérieusement qu'je vais garder c'truc-là ici ? »

Il tendit la main pour faire mine d'attraper l'animal, mais comme celui-ci se trouvait un peu trop près de la brune, il hésita une fraction de secondes. Fort heureusement, la jeune femme était un peu trop imbibée pour réagir convenablement, ce qui lui laissa le temps de se décider. Sur une impulsion, il avança la main pour saisir la peau du cou de la bestiole en ignorant le fait qu'il avait, une fois de plus, touché quelques zones assez molles au passage. Jay retira brusquement sa main, arrachant la créature des bras de la Cendrillon du dimanche, puis fit volte-face pour s'éloigner vers la porte d'entrée, le chiot toujours en main. Celui-ci couinait et glapissait avec la même insistance qu'auparavant et se trémoussait comme s'il essayait d'attraper la main de celui qui le tenait, mais pas d'une manière hostile – aussi étrange que cela puisse paraître.

Oh, elle allait certainement râler, mais Jay s'en fichait pas mal ! Trébuchant au-dessus des quelques affaires qui traînaient sur le sol, il parvint tout de même à se rapprocher de la porte sans lâcher son paquet couinant, en profitant pour faire la morale à l'emmerdeuse :

« J't'avais dit qu'tu devais t'barrer d'ici en emportant ta merde sur pattes, s'tu refuses d'le faire, c'pas mon problème ! J'm'en occupe moi-même. »

Il était arrivé devant la porte d'entrée et saisit la poignée avant de la tirer en arrière, mais sans parvenir à l'ouvrir. L'huis racla contre le sol inégal et il dût s'y reprendre à plusieurs fois avant de réussir à l'entrouvrir un peu, laissant largement le temps à une femme – même saoule – de réussir à récupérer le paquet couineur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Citoyen Pro-Héros
avatar

Caitlyn Cunningham

Citoyen Pro-Héros
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 154
ϟ Nombre de Messages RP : 69
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Gina Carano
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Au service Courrier du Daily Herald et Serveuse au Pandémonium
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationJournalExploitsCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Lun 23 Jan - 23:58 Message | (#)

« Tu dois le garder ! » Persista Caitlyn en soutenant le regard révolver de son vis-à-vis, qui s’obstinait à qualifier le pauvre animal de tout un tas de noms peu flatteurs. « Ce n’est pas une merde ! » Elle ne s’était pas attendue à ce que Jay donne un joli petit nom bien mignon au chiot, ce n’était pas son genre et en plus, elle n’était pas certaine que ce soit un gars à noms… Elle avait bien remarqué qu’il ne l’appelait jamais par le sien, même si elle faisait mine de l’ignorer pour préserver son amour propre.

« C’est une bête affectueuse, gentille et fidèle. Elle te fera du bien, et à cette maison aussi ! »

À ce rythme le dialogue de sourds pouvait durer un bon petit moment, si tant est que la jeune femme ne finisse pas par s’évanouir sur un coin de carrelage. Heureusement, le texan fut là pour la maintenir éveillée et alerte ! Tandis qu’elle cajolait l’animal reposant son petit corps fourbu dans ses bras, elle eut la surprise – et lui aussi – de se le voir retirer sans plus de cérémonie. Un glapissement sonore retentit de la femme ou du chien, mystère, alors qu’il se dirigeait sans hésitation en direction de la porte.

Sa marche, parsemée d’obstacles et de détritus en tout genre, fut également rythmée par les vives protestations de Cait. Avec un peu moins d’alcool dans les veines, elle lui aurait déjà sautée dans le dos [strike]et mordu le coup[/i] mais elle peinait déjà à le suivre sans se vautrer, chaque bouteille de bière vide représentant un piège sournois. Elle parla très vite, ses mots se chevauchant les uns les autres alors qu’elle tentait de le rattraper et de récupérer le chiot qui jappait tout aussi fort.

« Qu’est-ce que tu fais ?! Laisse-le ! Tu lui fais peur, arrête !... Hé, tu m’écoutes ?! Stop, Jay, stop ! »

Même la maison Lane voulait que Jay échoue dans sa tentative de jarter ses deux invités : la porte résistait et offrit à Caitlyn les quelques secondes nécessaires et suffisantes pour le rejoindre. Elle les mit à profit à sa manière, saisissant d’abord et à pleines mains le marcel du texan. S’il avait été un peu plus gras, nul doute qu’elle aurait attrapé un bout de bidoche dans l’opération, cependant ses ongles ne rencontrèrent qu’un muscle et ses doigts se refermèrent sur le tissu, qu’elle tira par à-coups secs. Ah, si elle lui déformait son vêtement, peut-être même qu’il se fendrait d’ouvrir le paquet cadeau encore fourré dans son fauteuil !

« Il fait froid, referme cette porte ! »

Malgré le fait qu’elle s’agitait, elle ressentait quand même le vent hivernal s’engouffrer et mordre la peau nue de ses jambes – elle regretta brusquement ses collants, abandonné quelque part sur le sol de la maison au milieu de tout le reste.

Une patrouille de flics passant par là n’aurait aucun mal à croire qu’il s’agissait d’une énième baston de couples, comme ils en voyaient régulièrement dans le quartier : ça braillait et ça s’asticotait sur le perron. Incapable de bouger Jay d’un iota, et comme la porte avait cédé et présentait un entrebâillement, Cait changea brusquement de tactique. Elle relâcha son haut, puis passa le long de son flanc en le poussant de tout son poids pour finalement se glisser face à lui, dos à la sortie. Frotté et déplacé tout contre une femme et ses parties molles, la soirée devenait excellente pour le fier Jötunn ! D’un coup sec de l’échine, son ‘adversaire’ du soir repoussa le bois qui racla à nouveau contre le sol en se refermant.

« Je veux rester ! »

Elle l’avait annoncé d’une voix claire quoique un peu chevrotante. Le regard décidé même si elle tremblait légèrement, elle se décolla de la porte pour envelopper sa main sur le poignet de Jay, qui tenait le chiot. L’autre se glissa sur son derrière – au chien – pour qu’il ne pende plus dans le vide, prête à le réceptionner si Jay le lâchait brusquement.

« Ne sois pas têtu. »

L’hôpital qui se fout de la charité personnifié, mais au moins elle aurait le luxe d’accuser la soirée du Nouvel An pour expliquer son caractère naturel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Resolve

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3096
ϟ Nombre de Messages RP : 42
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 184 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 24 Jan - 12:00 Message | (#)

Cette fille ne comprenait vraiment rien à ce qui lui ferait du bien ou non, sans quoi elle se serait déjà tirée d'ici en le laissant tranquillement profiter de sa solitude. Sous prétexte que la majorité des gens voulaient en permanence se coltiner la présence de leurs semblables, voilà qu'elle s'imaginait qu'il avait besoin de la même chose ! Sauf que si elle faisait correctement son boulot, elle aurait aussi pigé qu'il se foutait complètement de ces trucs-là et qu'il ne se sentait « bien » qu'avec sa paix et une bonne bière.

Passablement agacé d'être emmerdé en pleine nuit et de surcroît, dans sa maison, Jay ne voyait donc pas d'autre solution que d'éjecter proprement les deux indésirables. Peut-être qu'avec un peu de chance la chieuse comprendrait que le sort du chien serait le sien dans deux minutes si elle ne se bougeait pas ? Oh, bien sûr, il comptait bien la saisir par la tignasse pour la traîner dehors et certainement pas la prendre dans ses bras – sa motivation à rester seul avait tout de même certaines limites !

Mais c'était sans compter le fait qu'elle était peut-être un peu plus tenace qu'il ne l'avait cru puisqu'elle le suivit assez habillement compte tenu de l'alcool qu'elle avait dans le sang, puis entreprit de lui tirer sur les vêtements. Le marcel émit d'ailleurs un craquement qui signala qu'il avait dû lâcher l'affaire d'un côté, mais c'était le dernier de ses soucis à cet instant précis. Faisant fi des gueulantes de la brune, le texan resta concentré sur son objectif et tira à nouveau d'un coup sec sur la porte. Sans sa super-force bien sûr, le but n'était pas d'arracher la façade ! Mais même avec sa force brute, il n'arrivait pas à déloger la porte de son blocage et cela laissa le temps à l'envahisseur de se glisser devant lui pour se placer en bouclier. L'effet de la proximité fut immédiat puisqu'il recula d'un pas pour s'écarter d'elle alors qu'elle refermait la porte qui, cette fois-ci, ne rechigna pas.
Sale traîtresse.

L'obstination de la gonzesse avait quelque chose d'admirable et il aurait certainement approuvé si ce n'était pas dirigé contre lui ! D'ailleurs, lorsqu'elle glissa sa main sur son poignet, il relâcha aussitôt sa prise qui atterrit de justesse dans la main de la brune, puis retira son bras comme si elle venait de le brûler en le touchant. Quand elle lui balança l'énormité qui suivit, il ne put s'empêcher de gueuler en retour :

« Têtu ? Moi têtu ?! Mais tu t'fous d'ma gueule ou quoi ? » Le ton était passablement énervé – et encore, c'était un euphémisme. « J'suis chez moi, tu t’incrustes ici avec ta chiure, j'te demande d'te barrer, t'restes et c'moi l'têtu ? » Beau résumé de l'affaire. « C'toi la chieuse qui lâche pas l'affaire, alors inverse pas les rôles ! » Il pointa un doigt accusateur dans sa direction. « J'voulais juste qu'on m'foute la paix, tu m'refiles c'truc qui m'empêche de dormir tranquille... » Il désigna le chiot qui ne devait rien comprendre à ces engueulades. « … pis tu t'incrustes et tu m'empêches d'dormir, mais c'moi l'têtu. Bordel, z'avez tous d'la mauvaise foi les gonzesses, c'est pour ça qu'j'peux pas vous blairer ! »

Entre autre ! Il y avait évidemment toute une foule d'autres raisons qui le poussait à les détester, un peu comme leur physiques fragiles, leurs voix chiantes, leurs cerveaux déglingués, etc...

Toutefois, en bon combattant qu'il était, Jay savait admettre une défaite quand il en voyait une ! Il se détourna donc de l'envahisseur et de son canidé avant de se diriger vers le salon. Ok, elle voulait dormir ici, libre à elle ! Mais il n'allait certainement pas lui faciliter la tâche ! Arrivé dans le salon, il s'installa sur le canapé, bien au milieu pour empêcher quiconque de s'allonger dessus à moins d'être aussi liquide qu'un chat. Lorsqu'elle ne rejoignit dans la pièce, il leva les yeux vers elle et la dévisagea dans la pénombre.

« T'as envie d'rester ici ? Ok. Mais t'auras pas la place pépère, t'as qu'à aller t'installer dans la chambre d'Earl, ou d'Seth, j'suis sûr qu'y seront super contents d'te trouver ici quand y rentreront. P't'être même qu'si tu t'montres convaincante, y'en aura un qu'acceptera d'garde ta merde. »

Parce que s'il avait perdu la première manche, il pouvait continuer à insulter la malheureuse bestiole qui, au final, n'avait rien demandé à personne. Sûr d'avoir trouvé la solution pour la pousser à fuir, Jay la défia du regard : qu'elle ose s'approcher et elle verrait rapidement qu'on ne bravait pas sa décision sans en subir les conséquences – et non, il ne la frapperait pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Citoyen Pro-Héros
avatar

Caitlyn Cunningham

Citoyen Pro-Héros
Généralités

ϟ Nombre de Messages : 154
ϟ Nombre de Messages RP : 69
ϟ Crédits : Cami-Ali
ϟ Doublons : Seth Lane, Caitlyn Cunningham et Amaryllis Pinkerton
ϟ Célébrité : Gina Carano
ϟ Âge du Personnage : 33 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Au service Courrier du Daily Herald et Serveuse au Pandémonium
ϟ Liens Rapides : PrésentationRelationsSujetsCommunicationJournalExploitsCollections
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 3
ϟ Particularités Physiques:
Ven 3 Fév - 1:20 Message | (#)

Caitlyn baissa les yeux et son minois dans une expression bouteuse et butée. Elle n’aimait pas se faire crier dessus, et réagissait maintenant comme une gamine que l’on venait de copieusement houspiller. Dans une approche rationnelle des faits, Jay énonçait pour une fois les choses comme elles étaient : Cait et l’adorable boule de poils envahissaient son espace vital par la force, s’imposant dans les lieux sans écouter ce qu’il avait à en dire. De là à proclamer que c’était nécessaire et pour la bonne cause, et qu’il ne faisait pas beaucoup d’efforts dans le processus… Ah, ce serait une pilule difficile à avaler ! De toute manière, et peut-être heureusement, la jeune femme n’avait pas les idées assez claires pour avancer ce type d’arguments. En revanche, elle s’accrochait fixement à son projet : rester ici.

« Je prends pas beaucoup de place ! » Avança-t-elle d’une voix stridente pour couvrir les râlements du Lane, qui la pointait du doigt. Son expression changea du tout au tout quand il expliqua qu’elle l’empêchait de dormir. Au lieu d’arborer son air outré flirtant avec la supplication, sa bouche se tordit légèrement, exprimant alors toute sa peine. « Oh là là, mais va dormir si t’es tout ronchon comme ça ! Je suis désolée. Je te monterai le petit déj au lit demain matin. D’accord ? »

Elle avait eu suffisamment de prises de bec avec ses sœurs et son frère pour savoir qu’un bon pain perdu réconciliait les âmes les plus ravagées ! Bon, il n’y avait plus qu’à trouver du pain, des œufs, du lait et du sucre dans cette bicoque, mais…

« Tu verras, tu vas aller beaucoup, beaucoup mieux. »

Retrouvant un large sourire pendant quelques secondes, elle s’éloigna de la porte et embrassa le chien sur le sommet de son crâne. Celui-ci, un peu dérangé et inquiété par tous ces éclats de voix, avait rabattu ses oreilles et remuait faiblement la queue en les mirant alternativement. C’était beaucoup d’émotions pour une si petite bête ! Elle voulut le rassurer en le gratouillant sous le menton, tout en susurrant à l’adresse de Jay.

« Pff. Tu peux pas blairer un gentil et mignon petit chien comme ça, alors, hein, t’es compliqué… »

Pour une fois elle ne s’offusquait pas de ses remarques injustes sur les femmes, le misogyne pouvait – apparemment et pour l’instant – s’en donner à cœur joie sans être embêté ! Sur ce plan là en tout cas, puisque la jeune femme ne parut pas spécialement disposée à lui obéir docilement. Elle le suivit à la trace jusqu’au salon, évitant à nouveau les obstacles qui se dressaient sur sa route avec la minutie d’un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Un peu après lui donc, elle arriva à destination et se planta devant lui, mirant avec envie l’assise du canapé qui lui paraissait soudainement aussi confortable qu’un matelas neuf dernier modèle. Elle ne comprit pas tout à fait le regard dont Jay l’honorait, appréciant son intérêt manifeste sans rien deviner de la menace qui planait. Du coup, elle lui offrit de son côté un large sourire. Jusqu’à ce qu’il ouvre la bouche, en tout cas. Sa risette se crispa, elle pinça les lèvres puis secoua vivement la tête.

« Mais pourquoi t’es méchant ! Je gêne personne, là. » Sauf Jay, en l’occurrence. Mais il exagérait sans aucun doute, son petit cœur fébrile s’en persuadait. Et de son côté elle entendait bien le convaincre de sa bonne foi ! « Earl va sûrement revenir avec une fille. Je peux pas dormir dans sa chambre, ça va faire des histoire. » Ça se tenait ? « Et Seth… » Elle ne connaissait pas beaucoup l’aîné des Lane. Il ne lui inspirait pas vraiment confiance, son physique de géant n’aidant pas à le rendre plus aimable. Elle conclut d’une petite voix. « Il me fait un peu flipper. Il est très grand, s’il m’en colle une parce qu’il est pas content, je vais pas savoir riposter ce soir. »

Un peu plus sobre, elle pouvait espérer se mesurer aux hommes de la maison – contre ceux qui ne possédaient pas de force démesurée, cela va sans dire.

« Laisse-moi une toute petite place. » Gémit-elle avant de bailler à pleine gorge. Elle lui présenta ensuite son échine, prête à se laisser tomber sur sa gauche. Sur le canapé, si elle visait bien, même si les genoux du texan avaient aussi l’air confortables. Si Jay se mettait à la repousser trop vivement, elle serait bien obligée de battre en retraite… Toutefois, Cait avait une solution de repli : pas la chambre d’Earl, de Seth, ni même de Terry, mais belle et bien celle de son obligé toujours enchanté de l’avoir sur le dos !

« J’ai un peu faim. »

Tant qu’à être sans gêne, autant l’être jusqu’au bout, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Resolve



Bougie à la mer } Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Opération chirurgicale à la lueur d’une bougie
» A la lueur d'une bougie [Armando, Véronica] [10 et 11 /03/42]
» Une bougie de plus pour le vieux barbu!
» bougie de réchauffage
» Theodore Digans : Il vaut mieux allumer une bougie que maudire l'obscurité. (terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-