AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Bons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_1Bons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_2bisBons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Bons baisers de France ▬ Abigaïl

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 13:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Sa dernière visite au manoir d'Abigaïl n'avait pas été spécialement réjouissante. En fait non, SES dernières visites s'étaient souvent soldées par un profond sentiment de contrariété et d'irritation. Si leurs échanges étaient particulièrement amusants et divertissants aux débuts, ils étaient finalement devenus plus... tendus ? C'était le terme. Parfois, il se demandait comment ils en étaient arrivés là, si c'était simplement le fait qu'ils se soient officiellement rapprochés, ou si c'était leurs mégalomanies respectives qui entravaient la bonne entente. Peut-être les deux, malheureusement Renan n'avait pas vraiment le temps de réfléchir à tout cela, surtout avec l'arrivée récente d'une cousine Agent Ténébreux, puis il n'était pas envisageable de s'inscrire pour une thérapie de couple avec pour thème « ma petite-amie est une déesse nécromancienne ». Ils devraient donc s'en contenter ou se débrouiller pour arranger les choses eux-mêmes.

Son passage le plus récent avait surtout été chargé de déception et de questionnements à dire vrai. Il n'avait pas réussi à mettre la main sur la nécromancienne et était tombé sur l'une de ses « employées », une jolie blonde aussi froide que sa supérieure. Cette dernière n'avait pas été capable de mettre la main sur Abigaïl et Renan avait finalement été contraint de l'embarquer elle pour remplir une mission qui nécessitait l'aide d'un mystique extérieur à ses services – question de sécurité. Au final, il ne s'en était pas si mal tiré, mais cela ne l'empêchait pas de se demander ce qui avait bien pu se produire pour que la jeune femme disparaisse aussi rapidement et soudainement.

Cependant, comme la nécromancienne le lui avait longuement répété : elle était capable de se débrouiller seule et n'avait aucunement besoin qu'il vienne l'aider à s'en sortir. Il décida donc de rester à distance et cela même si son instinct le poussait à aller questionner la blondinette du manoir pour lui dire qu'il l'aiderait à remettre la main sur Abigaïl. Fort heureusement, avec beaucoup de patience et une forme de confiance – ou aura tout vu – il avait finalement réussi à tenir parole et prouver qu'il pouvait admettre qu'elle n'avait pas besoin de son aide. Il n'y avait qu'à espérer qu'elle n'était pas morte quelque part et qu'elle allait revenir parmi eux pour se rendre compte du fait qu'il avait fait de réels efforts pour ses beaux yeux.

Il avait donc repris sa vie « normale », alternant entre le travail à Mannheim avant d'occuper le rôle du parfait père célibataire, essayant autant que possible de ne pas croiser sa nouvelle voisine lorsque se rendait chez l'autre – située sur le troisième palier – pour lui confier son fils avant d'aller travailler. Avoir un Agent Ténébreux sur le même palier que lui ne l'enchantait guère, mais il ne laisserait pas sa cousine lui ruiner la vie et décida de ne rien changer.

Ce soir-là, après une journée particulièrement banale et chargée en travail – qui devenait réellement désagréable avec les températures qui diminuaient – il avait récupéré son fils chez la voisine qui lui avait souhaité une bonne soirée, puis avait regagné son appartement. Le gamin venait de manger et terminait de colorier avec application les dessins d'un carnet de coloriage tout neuf, c'était visiblement son occupation préférée, tandis que l'Officier de la Pénombre résistait encore une fois à l'envie de contacter ses relations pour trouver la piste d'Abigaïl. Alors qu'il réfléchissait et essayait de lister les possibilités qui s'offraient à lui, Renan entendit quelqu'un frapper à sa porte et se redressa donc pour aller ouvrir, s'attendant à tomber sur Mackenzie qui viendrait enquêter pour se rappeler à son bon souvenir. Mais non. Ses prunelles mordorées se posèrent sur un visage bien connu : la nécromancienne. Haussant les sourcils en signe de surprise, le trentenaire esquissa finalement un sourire.

« Et bien. J'ai peut-être quand même des pouvoirs magiques ! J'étais en train de penser à toi et tu apparais d'un coup sur mon palier. Ou c'est parce que tu avais les oreilles qui sifflent ? »

Le ton était volontairement léger. Cette fois-ci, il n'avait vraiment aucune envie de se prendre la tête avec elle. Déjà que leur discussion avait viré aux reproches la fois dernière, il ne tenait pas à remettre le couvert et espérait simplement retrouvé un peu de légèreté comme lors de leurs premiers échanges. Avant-bras appuyé contre le cadre de la porte, il reprit d'un ton amusé :

« Et je te manquais simplement, ou tu es venu m'informer que tu es de retour ? À moins que ta blondinette ne se soit plainte de mon humour ? » Il recula légèrement, libérant le passage pour qu'elle entre après qu'il l'y ait invitée d'un geste de la main. « Mais rentre donc, sauf si tu veux une discussion publique pour mes voisins. »

Elle savait ce qu'il pensait de ça, mais pour une fois Renan ne fit aucune remarque désagréable à ce sujet. Lorsqu'elle fut entrée, il referma derrière elle et donna un tour de clé par habitude. De toute manière, il faudrait plus qu'une porte pour la séquestrer quelque part ! Dans le salon, le gamin avait leva la tête pour contempler la nouvelle arrivante de ses grands yeux clairs, mais n'émit pas la moindre protestation.

« Alors, que me vaux l'honneur de ta visite ? »

Question sincère et dont la réponse l'intéressait sincèrement.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 22:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C’étaient des temps troublés pour la Moisson et pour Abigaïl elle-même. La menace des Impérissables était omniprésente depuis déjà plusieurs mois maintenant. L’assaut global qu’avait craint Abigaïl s’étant changé en une suite de petites escarmouches, comme si le culte chrétien fanatique tentait de deviner l’étendue des capacités de la Moisson, de son emprise sur la société des vivants, de sa présence dans d’autres mondes. Des jeunes faucheurs avaient été tués lors de certaines missions. Certains des pions des nécromanciens, notamment des morts-vivants qui occupaient des positions importantes avaient été supprimés, sans parler de certaines sociétés écrans qui avaient fait faillites. L’entreprise de pompes funèbres d’Anton n’avait pas encore été touchée. Est-ce que les Impérissables n’avaient pas la portée nécessaire pour cela ? Est-ce qu’ils n’avaient pas encore deviné qui étaient réellement les Faust ? Ou bien attendaient-ils autre chose ? Dans des moments comme ceux-ci, Abigaïl recherchait de nombreux alliés, elle avait envoyé Anton et Solveig en trouver, en avait cherché elle-même… Elle devait toutefois avouer en avoir négligé certains, ceux qui étaient encore vivants.

La volée de corbeaux s’était rassemblée dans une petite ruelle, pour finalement reprendre la forme de la nécromancienne. Abigaïl portait un manteau sombre comme à son habitude, même si en plein moi de novembre, il jurait moins qu’en plein été, de même pour ses gants. Les gens avaient froid… Cela ne l’avait jamais dérangée, même lorsqu’elle était, comme à cet instant, vivante et donc sensible à tout ce que ressentaient ses semblables. D’une démarche calme et assurée, mais toujours pensive, elle pénétra dans l’immeuble où habitait Renan et se retrouva rapidement devant sa porte. Pourquoi vivre ainsi au milieu de tous ces individus ? Abigaïl avait choisi la solitude et si elle comprenait pourquoi Renan vivait en tant que simple laveur de vitres, elle ne savait pas si elle en aurait été capable elle-même. Oh, elle y avait été forcée à une époque. Mais le méta-humain lui l’avait délibérément choisi. Un léger sourire se dessina sur les lèvres de la nécromancienne quand elle vit son amant. Parfois elle oubliait qu’il était beaucoup plus grand qu’elle. Sûrement parce qu’elle avait plus utilisé ses ailes pour se déplacer que ses jambes récemment. Tout paraissait si petit quand on était un ange de la mort incarné…

« Oh crois-moi tu es toujours aussi dénué de magie… » Lâcha-t-elle sans se départir de son sourire, en le provoquant légèrement. Après tout c’était la dynamique de leur couple. Quand ils n’étaient pas véritablement en train de se bouffer le nez. Il ne fallait pas s’étonner que tant de gens s’inquiètent dans la Moisson de la relation qu’elle entretenait avec lui. Il ne semblait rien n’y avoir de sain entre eux.

« Je ne pense pas que tes voisins aient besoin d’être au courant. » Au moins ce genre d’indiscrétion n’était pas possible à Gallows End ! Oh les morts pouvaient entendre, mais ils étaient les seuls… Aucune âme vivante ne se trouvait sur les terres de la nécromancienne sans qu’elle ne le sache. Les campeurs avaient peu à peu appris à ne plus empiéter sur son territoire. « T’informer de mon retour est l’une des raisons de ma visite. Il paraît que tu aurais eu besoin de moi pendant mon… Absence. Mais apparemment ma blonde… » Elle accentua volontairement sur ces mots. « T’as donné entière satisfaction, non ? »

Renan n’était pas partageur. Avoir affaire à un membre de la Moisson, qu’en plus il ne connaissait pas, n’avait pas dû le rassurer ou le mettre dans de bonnes conditions. Elle en plaignait presque Solveig. Est-ce que la paranoïa du méta-humain l’avait d’ailleurs poussé à imaginer des choses ? Comme quoi la guerrière nordique serait devenue le nouveau jouet préféré d’Abigaïl ? Elle avait bien amené Kailee dans leurs jeux après tout.

« Je voulais savoir si tout s’était bien passé en mon absence et si tu avais eu tout ce que tu souhaitais. » Elle avisa l’appartement toujours superbement rangé. Trop bien rangé, même pour elle. « Je sais qu’il y a des choses que ma lieutenante est incapable d’accomplir. » Et elle ne parlait pas de ses prouesses sexuelles, après tout elle était ignorante de ce dont Solveig était capable à ce niveau, mais bel et bien de ses pouvoirs sur la mort. « Puis je pourrais avoir besoin de toi pour quelques choses… Enfin, c’est un problème qui court depuis un moment, je pensais que les morts seraient suffisants à le régler, mais un peu d’aide extérieur pourrait se révéler utile. » Elle posa son regard sur l’enfant qui coloriait. « Je vois que ta progéniture est là. »

Le ton de la nécromancienne avait été dénué de toute émotion. Elle ne savait pas quoi penser de la petite expérimentation de Renan. Selon de nombreux aspects, l’enfant lui faisait plus penser aux infirmières de son frère qu’à Evilyn… Même Samhain avait plus de vie que cet enfant ! Ce n’était pas la famille qui unissait Renan à son fils, uniquement les gènes, uniquement le sang et les projets du méta-humain. Ce n’était pas un enfant, c’était une arme, un moyen pour une fin.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 8 Nov 2016 - 23:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Décidément, elle était toujours aussi agréable ! Blague à part, Renan remarqua immédiatement que son amante souriait et le taquinait même, ce qui semblait indiquer qu'elle était de meilleure humeur que la fois dernière. Peut-être était-ce l'occasion pour eux de renouer un peu et d'avoir – enfin – une discussion qui ne se solderait pas par une dispute ou une lutte de pouvoir ? Il l'espérait bien. Même s'il n'était pas question de sentiments entre eux, toutes des prises de bec finissaient par l'épuiser mentalement et il ne pouvait vraiment pas se le permettre à cette période-là.

Il la fit donc entrer avant de la questionner sur la raison de sa venue ici. Inutile de dire qu'il se demandait si elle venait lui adresser des reproches ou simplement l'informer qu'elle était de retour, même si sa bonne humeur apparente semblait pencher en faveur de la deuxième hypothèse. Il ne lui fallut pas longtemps avant de comprendre qu'il ne s'était pas trompé. C'était certainement une visite de routine pour savoir si leur accord tenait toujours parce qu'elle n'avait pas été là pour remplir ses obligations, mais que sa charmante blondinette s'en était chargée à sa place. Très franchement, Renan devait admettre qu'elle avait été à la hauteur, même s'il aurait clairement préféré l'avoir elle à ses côtés – et sous les yeux. Pour ce qui est du domaine professionnel, bien entendu. Quoique....

Un sourire amusé ourla ses lèvres alors qu'il songeait au fait que la blonde n'était pas si désagréable à regarder – bien que désespérément aussi plate et peu charnue qu'elle ! Il resta tout de même silencieux le temps qu'elle termine ses phrases ou plutôt ses sous-entendus. Malgré son air sage et professionnel, il ne pouvait pas s'empêcher de se dire qu'elle n'employait pas ces mots sans raison et qu'elle le titillait volontairement. Ou peut-être qu'il se faisait simplement des films ?

Ce n'est que lorsqu'elle reprit la parole après avoir regardé son fils que Renan s'anima un peu. Ses yeux se portèrent à son tour sur l'enfant qui avait repris ses coloriages avant d'esquisser un simple sourire puis de contempler à nouveau la blonde à ses côtés.

« Oui, bien sûr. N'oublie pas qu'il n'a plus de maman, le pauvre. Tu voudrais qu'il soit où si ce n'est chez son père ? » Il soupira légèrement. « Mais ne t'inquiètes pas, il n'écoute pas ce qu'on dit et même si c'est le cas, il ne le répétera jamais. Il est bien élevé. » Ou plutôt dressé. « Tu veux que je lui dise de venir te faire un câlin ? Il fait craquer toutes les mères à l'école, je pensais que tu y serais sensible toi aussi. »

En fait, il n'en savait vraiment rien. Est-ce qu'elle était du genre à fondre devant le charmant mignon d'un gamin aux yeux bleus ? C'était peu probable. Abigaïl semblait incapable d'éprouver le moindre sentiment excepté pour sa fille, sa chère Evilyn. Renan ne lui en voulait pas, lui-même n'était pas attaché à son fils alors qu'ils partageaient les mêmes gènes, ce n'était rien de plus qu'une arme à ses yeux, même s'il ne le dirait jamais ouvertement. Sauf devant Abigaïl, parce qu'elle le connaissait et savait parfaitement qu'il n'était pas du genre sentimental.
Après cette réplique, il reprit la parole d'un ton badin et plaisantin :

« Pour te répondre plus sérieusement, oui, ta blonde m'a donné entière satisfaction. Enfin, pas totalement non. Aussi jolie soit-elle, j'aurais largement préféré t'avoir sous les yeux pour cette mission, mais bon. On ne peut pas toujours avoir ce qu'on désire, n'est-ce pas ? » Il soupira d'un air faussement navré. « Tu as l'air de savoir beaucoup de choses sur ses capacités ou incapacités... est-ce que je dois en déduire que tu as fait tous les tests possibles avant de la recruter ? Elle n'a pas l'air morte d'ailleurs, mais elle sait être aussi glaciale que toi lorsque je plaisantais avec elle. » Inutile de préciser quel genre de plaisanterie. « Elle ne m'aime pas beaucoup, je me trompe ? Non, elle me déteste plutôt. Mais je ne lui en veux pas, difficile de rester insensible face à moi. »

Sa vanité ne disparaissait jamais. Bien sûr, il n'était pas totalement sérieux et il savait parfaitement que ses remarques avaient été difficiles à supporter pour la jolie blonde, mais c'était sa manière d'agir, il n'allait pas changer simplement pour faire plaisir à la bonniche de son amante.

« Donc, je dois comprendre que tu es venue jusqu'à chez moi simplement pour me dire que tu es de retour ? Et me dire que tu as peut-être besoin d'une aide extérieure ? C'est ta manière de me demander la mienne, ou j'ai mal compris ce que tu voulais dire ? » Il marqua une pause. « Je t'ai promis que je n'interviendrais jamais sans ta parole et je tiens ma promesse. »

Elle pourrait le vérifier elle-même.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Jeu 10 Nov 2016 - 21:33 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Abigaïl pensait à plusieurs endroits où aurait pu se trouver le marmot de son amant. Après tout ce dernier n’était qu’une arme, une expérimentation, elle avait du mal à le considérer comme un être vivant alors même qu’elle-même côtoyait des carcasses vides animées par nécromancie quotidiennement. Son dédain pour cet enfant lui était presque désagréable, comme si une part d’elle savait qu’il ne le méritait pas, pas encore tout du moins, mais qu’il finirait par devenir un pantin, ce qu’il devait déjà être. Mais qu’aurait-il pu faire ? Il était un enfant… Elle le regarda toujours, inexpressive, réfléchissant à cet enfant qui avait pour seule racine son père. Sa mère n’était rien pour lui et sûrement que la nécromancienne ne pourrait même pas invoquer la présence de cette dernière à partir de son fils.

« Il y a plusieurs endroits où je pourrais l’imaginer être. » Un laboratoire, une cellule dans une base top secrète. Ou bien une famille loin de tout qui l’entraînerait en le préparant pour son père. Mais Renan ne ferait jamais confiance à qui que ce soit pour s’occuper de cet enfant. Le méta-humain aurait trop peur que quelqu’un parvienne à la retourner contre lui. Abigaïl lança un regard peu amusé à Renan à propos du câlin. « Sans façon. Les contacts avec les vivants ne me manquent pas tant que ça. Puis j’ai déjà mes enfants, je n’ai pas particulièrement envie de m’occuper de tes petites expérimentations avec tes spermatozoïdes. »

Elle comprenait le pourquoi de l’existence de cet enfant, ce que Renan tentait de créer. Mais cela ne lui plaisait pas. La vie était chaotique par bien des façons et c’était ce qui la rendait opposable à la mort. Si on commençait à contrôler la création de la vie, l’équilibre serait à jamais perturbé, tout deviendrait si peu savoureux, même pour elle. Puis elle était membre d’une famille aux liens étroits. Son père avait bravé de nombreux interdits pour qu’elle et Anton puissent voir le jour, par amour pour ses enfants qui n’étaient même pas encore nés et pour son épouse. Elle-même avait ramené son frère à la vie malgré tout ce qui les avait opposés, elle avait eu une enfant alors que cela aurait dû être impossible… Elle laissait Solveig vivre de la même façon, parce qu’elle savait au fond d’elle que la guerrière du fiel aimaient sa fille et Abigaïl ne tenait pas à priver Anja de sa mère. Pas comme cela avait été le cas pour elle. L’enfant de Renan lui avait un père qu’elle ne savait pas vraiment capable d’émotion. C’était presque désolant.

« Beaucoup de gens dans mon entourage ne t’apprécient pas, comme tu t’en doutes. Tu en amuses certains, en indiffère d’autres, mais la majorité n’apprécie pas que je perde mon temps avec un vivant alors que je devrais être en train de lever des armées de morts sur d’autres mondes. Bien sûr, ils ne te voient pas comme je te vois. » Car Abigaïl pouvait voir chaque once de meurtre qui entourait Renan, chacune de ses victimes, chaque esprit qui s’attachait à son âme d’une manière ou d’une autre, le tenant responsable de leurs trépas. « Heureusement que je ne choisis pas mes lieutenants en fonction de leur attachement envers toi. Entre elle et Anton… Mais je suis satisfaite qu’elle t’ait aidé convenablement. Peut-être que cela t’ouvre un peu plus l’esprit sur ce dont la Moisson est capable. » Elle eut un léger sourire. S’il avait admis reconnaître sa puissance à elle, Abigaïl savait qu’il ne devait pas voir l’organisation de nécromanciens de la même façon. Sûrement qu’il voyait même la Moisson comme une rivale, une entité qui tentait d’accaparer la force d’Abigaïl.

Ce qui pourrait ne pas être totalement faux. Oh, la nécromancienne ne comptait aucunement avoir à faire un choix entre son royaume souterrain, ses adorateurs et ses hordes de morts-vivants et son amant. Bien sûr, ils étaient deux éléments bien souvent incompatibles, les batailles qu’elle menait avec la Moisson n’avaient rien à voir avec celles de Lady Death à Star City. Elle assumait de devoir jouer ces deux rôles d’ailleurs… Même si endosser complètement le rôle de son autre identité à Star City aurait des conséquences. Surtout si elle commençait à envisager certaines de ses anciennes habitudes, comme celle de traquer certains tueurs au nom de leurs victimes.

« Je vais avoir besoin de ton aide oui. » Elle s’assit dans l’un des fauteuils de son salon. Elle n’avait pas retiré son manteau, ne sachant pas encore si elle allait rester longtemps ou non dans cet appartement si dénué de vie, assez ironiquement. « Il existe une secte appelée les Impérissables, fondée au cours du dix-huitième siècle par certains prêtres catholiques. Voyant l’influence de l’église et du pape diminuer, ils choisirent de puiser directement à la source, utilisant les pouvoirs de leurs anges et de la foi de leurs pairs pour allonger leurs vies et s’insinuer dans de nombreuses sociétés. Ils ont été responsables de la première disparition de la Moisson et sont bien décidés à recommencer. Ce sont eux qui ont envoyé les chasseurs de sorcière à notre rencontre à Roanoke. J’ai en ma possession quelque chose qu’ils désirent ardemment et sont bien décidés à me détruire ainsi que tous mes suivants pour l’obtenir et aussi pour le principe. Les morts-vivants sont des abominations à leurs yeux. » Ah, ils étaient simplement incapables de comprendre ce qu’était véritablement la mort, la façon dont elle formait une danse continue avec la vie. « Des escarmouches ont lieu par-delà le monde entre eux et nous en ce moment même. S’ils savent lutter contre les miens, ils ne s’attendront jamais à se retrouver face à un méta-humain de ton envergure. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 10 Nov 2016 - 22:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan avait bien compris qu'Abigaïl n'appréciait pas de voir son fils, mais il avait encore du mal à comprendre pourquoi. La nécromancienne n'avait jamais été quelqu'un de jaloux ou de possessif, il était donc peu probable que ce soit parce qu'il représentait une relation avec une autre femme. Est-ce qu'elle n'appréciait pas le fait qu'il se montre « plus proche » de lui que de sa fille ? C'était une possibilité, mais les Faust n'avaient jamais manifesté le désir de le voir s'impliquer davantage dans son éducation, donc autant dire qu'il se sentait totalement exclus de cette histoire. Alors, oui, il ne comprenait pas vraiment où était le problème avec lui.
Un sourire amusé ourla toutefois ses lèvres alors qu'il répondait d'un ton patient :

« C'est étrange, je perçois comme une forme de contrariété, à moins que ce ne soit de l'irritation ? Tu ne l'aimes pas beaucoup, je l'ai bien compris, mais je n'arrive pas à savoir pourquoi. Tu es jalouse de ses beaux yeux bleus, c'est ça ? C'est dommage, je suis sûr qu'il serait ravi de côtoyer Evilyn si tu voulais bien te montrer moins... hostile à son égard. »

Oh, il n'allait pas s'énerver, c'était juste une manière de s'interroger sur ce qu'elle éprouvait réellement. Renan n'avait jamais été très intéressé par les émotions d'autrui, mais il semblait évident que sa relation avec la multi-centenaire était assez chancelante ces derniers temps, donc aucun essayer de la comprendre pour savoir à quoi s'attendre à l'avenir.

Lorsqu'elle reprit la parole au sujet de son entourage et du fait qu'ils n'appréciaient apparemment pas qu'elle fréquente un vivant, Renan secoua la tête en lâchant un très léger rire. Honnêtement, cette situation l'amusait beaucoup parce qu'il avait effectivement du mal à comprendre en quoi c'était un problème. Lui-même se fichait pas mal qu'elle ait des morts-vivants sous ses ordres du moment qu'elle restait disponible pour lui lorsqu'il avait besoin de son aide, mais visiblement les morts étaient plus racistes que les vivants. Toutefois, avant de répondre, il attendit qu'elle termine ses explications, visiblement persuadée que cette discussion avait servi à ce qu'il reconnaisse le talent et la puissance de la Moisson. Un haussement d'épaules plus tard et il répondait :

« Je sais de quoi la Moisson est capable, sans quoi je n'aurais pas attendu tout ce temps sans chercher à retrouver ta trace. J'ai failli m'inquiéter lorsque ta jolie blonde m'a dit qu'elle ne savait pas où tu étais, ni aucun de tes hommes. Heureusement que je peux te faire confiance. » Une petite pique pour voir comment elle réagirait à ces paroles. « Quant à ton entourage... j'ai toujours autant de mal à comprendre en quoi un vivant les ennuie. Je ne te reproche pas de fréquenter des morts que je sache. Ils sont racistes ? » Question presque sérieuse. « Surtout qu'on ne peut pas dire que j'ai beaucoup monopolisé ton temps dernièrement, tu l'admettras, non ? »

Au contraire même. Ils étaient tous les deux très occupés chacun de leur côté et en mettant bout-à-bout toutes leurs rencontres, ils ne devaient pas atteindre deux ou trois heures au cours des derniers mois. Mais Renan ne s'attarda pas sur ce point, désireux de ne pas faire passer cette remarque pour une critique et ainsi donc braquer la nécromancienne. De toute manière, elle semblait suffisamment préoccupée par ce qui l'avait amenée ici pour ne pas se soucier de tels détails – ou du moins il l'espérait. Le nom des Impérissables ne lui était pas inconnu, mais il n'en connaissait pas les détails, loin de là. Vu ce qu'elle décrivait, il imaginait aisément qu'ils ne devaient pas être des amis de la Moisson ! Mais Renan avait encore un peu de mal à comprendre ce qu'elle attendait précisément de lui. Visiblement, sa présence pourrait perturber les plans de ce groupe, mais jusqu'à quel point ? Dans quel contexte ? Diverses questions qui lui firent hocher la tête d'un air pensif alors qu'il croisait son bras sur son ventre tout en frottant son menton de son autre main. Ses yeux se baissèrent jusqu'à se poser sur le minois de la blonde.

« Je vois. Pas franchement des amis de la Moisson, je l'ai bien compris. Mais qu'est-ce que tu attends précisément de moi ? Que j'intervienne lors d'une mission précise où ils attaqueront, ou que je te serve de soutien jusqu'à ce qu'ils se décident à attaquer ? » Les détails devenaient vite très importants dans de telles conditions. « Que je vienne sur ton territoire pour t'aider ? » Il n'aimait pas du tout changer de monde, mais si elle lui demandait... « Solveig m'a dit que le temps ne passait pas de la même manière dans votre monde et ici, alors si j'ai bien compris, il faudra que tu m'en parles un peu plus précisément pour que je sache à quoi m'attendre. » Et qu'il prévienne les autres de son absence. « Mes proches non plus ne voient pas notre relation d'un bon œil. »

Lilian par exemple, elle n'appréciait guère la nécromancienne, même si Renan ne comprenait pas spécialement pour quelle raison. Peut-être une lutte de puissance ? Il soupira légèrement avant de remarquer qu'elle portait toujours sa veste comme si elle comptait bientôt repartir.

« Tu ne veux pas te dévêtir ? Enfin, juste la veste pour le moment, je ne voudrais pas qu'il grandisse trop vite. »

Il désigna le gamin avec un sourire aux lèvres, même si ce dernier poursuivait son coloriage, parfaitement imperturbable.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Sam 12 Nov 2016 - 17:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Abigaïl laissa échapper un profond soupir. Elle n’avait imaginé que Renan chercherait à trouver des raisons à la contrariété qu’elle affichait en la présence de son fils. Il n’était pas son enfant mais vivait avec son amant, il était le produit de l’utérus d’une autre femme… N’étaient-ce pas là des raisons suffisantes ? Pas dans l’alchimie chaotique de leur couple apparemment et en fait elle comprenait bien pourquoi. Ils avaient tous les deux accepté le fait qu’ils n’étaient pas normaux et que leur relation ne pouvait pas l’être. Surtout qu’ils avaient accepté aussi le fait qu’ils puissent avoir des relations charnelles avec d’autres individus si cela se révélait nécessaire.

« Pas la peine d’impliquer Evilyn dans tout cela, tu sais que cela n’a rien à voir. Si je ne l’amène pas ici c’est parce que ses pouvoirs sont toujours instables et que je préfère attendre avant de la faire sortir, surtout après ce qu’il s’est passé au centre commercial. Notre relation est particulière, mais ton fils est un rappel de tes aventures avec d’autres femmes, sans être jalouse, je n’apprécie pas forcément d’y penser. Puis j’ai toujours du mal à véritablement le voir comme un enfant. C’est une expérimentation, une arme… »

Pas un enfant en tout cas, pas totalement aux yeux de la nécromancienne. Même si sa propre fille était loin d’être normale aussi. Même qu’elle devait l’être encore moins que cet enfant à la personnalité si lisse, aussi insipide que cet appartement finalement. Renan brillait par son sens pratique, mais il y perdait en personnalité aux yeux de la nécromancienne. Il n’y avait rien de personnel autour d’eux, tout n’était là que parce qu’il avait une utilité, cet enfant aussi. Ce qui lui faisait elle-même se poser des questions sur sa compatibilité avec le méta-humain par ailleurs. Tout dans la magie était une question de symbole et de fioritures, choses qu’on ne trouvait pas dans la vie de Renan.

« Il faut voir les vivants et les morts presque comme deux communautés distinctes, bien que liées bien sûr… Ils n’apprécient simplement pas que je me lie à quelqu’un qui ne maîtrise pas la nécromancie, qui ne comprenne pas ce qu’est la mort pour nous. C’est une différence idéologique finalement. Bien sûr, mes suivants ignorent que tu possèdes un phylactère et que d’une certaine manière, tu es un mort-vivant aussi. » Elle eut un léger sourire à cette idée. Le phylactère du méta-humain n’était pas aussi élaboré que le sien, il ne pouvait pas réanimer Renan, seulement l’empêcher de mourir. « De toute façon, que tu l’aies monopolisé ou non, la Moisson est trop occupée récemment pour vraiment s’intéresser à cela, puis j’ai clairement laissé entendre que cela ne les concernait pas et que j’avais mes raisons. Il en existe encore parmi les morts qui remettent mon règne en question, notamment parce que mes parents aient fuis la Moisson à leur époque, précipitant sa chute. Puis le fait que je sois une femme ne plaît pas à tout le monde. » Elle eut un léger sourire, teinté d’aigreur. « Ils s’accrochent à tout ce qu’ils peuvent pour me critiquer. Pour ceux qui tenteraient vraiment quelque chose, ma blonde s’occupe d’eux avant qu’ils ne deviennent un problème. »

Elle parlait bien sûr ainsi de Solveig. La lieutenante de Sang était son bras armé, son exécutrice. C’était celle qui se chargeait d’éliminer les ennemis de la Moisson et de coordonner les assassins du groupe, mais elle était aussi chargée des traîtres ou de ceux qui refusaient de prêter allégeance à Abigaïl. Les nécromanciens trop ambitieux, tombaient régulièrement sous la hache de la norvégienne, Lady Death n’avait la plupart du temps même pas besoin de lever le petit doigt. Mais c’était une époque troublée et Abigaïl savait que certains tenteraient d’en profiter. Avec la menace des Impérissables à leur porte, le fait que la nécromancienne n’avait toujours pas trouvé un moyen de faire sienne la sainte qu’elle avait trouvé à Annville et ramenée à Erehwon.

« Tes proches ? » Les seuls proches dont elle avait connaissance étaient ses ex-femmes et compagnes qui étaient mortes et sa cousine qui avait été déportée loin de Star City. « Tu veux parler de ta mystérieuse organisation je suppose. Enfin, je suppose que ton fils a le droit de ne pas m’apprécier, mais je doute qu’il possède un esprit critique… Je ne pense pas qu’il soit utile que tu viennes passer des mois à Erehwon ou Azgol en attendant simplement que les Impérissables montrent leur nez. Non, je pense que j’aurais besoin de ta force brut si jamais ils attaquent, mais dans ce cas là, je viendrais te chercher ou trouverais un moyen de te faire venir à mes côtés. En attendant, peut-être que tu pourrais m’aider en faisant jouer ton réseau d’informateurs… » Même si la Moisson avait étendu son influence dans de nombreux domaines, elle n’arrivait pas à la cheville de la mystérieuse organisation à laquelle appartenait Renan. « Les Impérissables sont comme Anton, Solveig, ou moi. Même si nous menons une guerre dans d’autres mondes, ils vivent parmi le commun des mortels. Ils sont présents dans le clergé mais pas seulement. Mes spectres ont du mal à les débusquer, car ils savent lutter contre les présences fantomatiques. Mais toi peut-être que tu pourrais réussir à les identifier. Je m’occuperais ensuite de purger Star City de leur présence. »

Et pour cela elle n’hésiterait pas à faire une véritable démonstration de son pouvoir au reste de la ville. Ses hordes des morts-vivants et de revenants déferleraient dans les rues pour assassiner les Impérissables anonymes. Si les habitants de la ville et leurs héros n’essayaient pas de l’arrêter, Abigaïl n’aurait pas besoin de se dresser contre eux. Une telle manœuvre attirerait forcément l’attention de l’Archimage, mais c’était un risque qu’elle voulait bien prendre. Tôt ou tard les Impérissables seraient devenus une menace pour toute l’humanité de toute façon.

« Honnêtement je ne savais pas si j’allais rester longtemps ou non. Tu sais de quelle manière peuvent tourner nos entrevues. » Abigaïl retira tout de même son manteau, le pliant soigneuse pour le déposer dans un coin. « Je ne ressens pas vraiment les variations de température aussi, même quand je suis en vie. » Son regard glissa vers le fils de Renan. Elle parlait beaucoup en sa présence, beaucoup trop. Elle espérait vraiment que sa progéniture était aussi fiable que le méta-humain le laissait entendre.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 12 Nov 2016 - 23:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan fut assez étonné de l'entendre déclarer qu'elle n'appréciait pas la présence de Gwendal simplement parce qu'il lui rappelait ses aventures avec d'autres femmes. Bon, dans les faits, il la comprenait parfaitement, lui-même n'aurait guère apprécié de voir un gamin qu'elle aurait eu avec un amant de passage se balader chez elle, mais il n'avait pas vraiment eu le choix. L'aurait-elle mieux vécu s'il avait agi de manière plus « scientifique » en utilisant un tube en verre plutôt qu'un utérus bien vivant ? Possible. Ou pas. Au fond, Renan n'aurait pas agi autrement pour la bonne et simple raison qu'il avait besoin de ce gamin, mais qu'il ne voulait pas trop dépendre de SHADOW. Là, il avait tout pu contrôler et cette femme n'avait été rien de plus qu'un utérus utilisable. Un léger soupir lui échappa.

« Ce n'était pas une aventure, c'était une nécessité. Je t'aurais bien proposé de me faire réinstaller une graine démoniaque pour que tu sois la mère vois-tu, mais j'ai comme dans l'idée que tu aurais refusé. » Autrement dit, elle avait été son premier choix. « Et puis, ce n'est pas seulement une arme, sinon j'aurais fait un clone, pas un enfant. C'est bien plus. Mais je ne t'en veux pas de le voir ainsi. Je regrette juste que tu le vives comme ça. »

C'était sincère. Renan n'aimait pas la mettre mal à l'aise ou la contrarier, pas dans ces moments-là alors qu'elle semblait presque agréable ou normale. Mais bon, il n'allait pas obliger son fils à vivre ailleurs simplement pour qu'elle puisse débarquer ici sans risquer de le croiser ! Ce n'était pas comme si ses visites étaient très fréquentes d'ailleurs.

Comme elle lui expliquait que ses suivants ne l'aimaient pas parce qu'il n'était pas mort, Renan haussa les épaules. Lui-même considérait que les humains ou les mystiques ne pouvaient pas le comprendre parce qu'ils ne jouissaient pas de pouvoirs comme les siens, alors il n'allait pas leur jeter la pierre. Cependant, la perspective d'être vu comme un « illégitime » l'énervait beaucoup. Il valait mieux que ces crétins qui ne devaient leur utilisé qu'au fait d'être morts – et donc plus résistants que de simples humains. Mais il garda ses pensées pour lui, préférant ne pas l'énerver. Ce n'est qu'au moment où elle parla de « sa blonde » qu'il répondit d'un ton légèrement moqueur.

« Ta blonde me taxait de « consort ». Je trouve ça vraiment... contrariant comme terme. Elle me donnait l'impression de n'être que ta putain, même si elle a dit ça avec un peu plus de subtilité. Cela dit, la manière dont elle me parla et me prenait de haut suffisait à exprimer ce qu'elle pensait vraiment. Je suis sûr que c'est une grande amie d'Anton, n'est-ce pas ? » Une petite pique mesquine qu'il balaya d'un haussement d'épaules. « Enfin, peu m'importe au final. Je m'en fiche d'eux, du moment que notre partenariat n'en pâtit pas, c'est l'essentiel. »

Il ne mentait guère : c'était fréquent que les gens ne l'apprécient pas, donc autant dire qu'il n'allait pas en mourir ! C'était d'autant plus vrai qu'Abigaïl ne semblait pas en accord avec ses serviteurs, alors pourquoi s'en soucier ? Lorsqu'elle répliqua à ses remarques sur ses proches à lui, Renan lâcha un léger rire. Il n'avait pas seulement des proches dans son organisation, mais elle ne pouvait pas le savoir.

« Jack avait visiblement la bougeotte et pas mal d'amantes, je me suis découvert un nouvelle cousine. Et puis sa petite amie officielle à l'époque est encore dans mes jambes. » Tant qu'elle n'était pas dans son lit... « Elle ne t'apprécie pas beaucoup, je me demande même si elle n'est pas un peu jalouse de l'attention que je te porte. »

Il parlait sérieusement. Lilian était le genre de femme qui aimait avoir toute l'attention, aussi imaginait-il aisément qu'elle n'appréciait pas de voir qu'il préférait demander de l'aide à une personne extérieure plutôt qu'à elle. Mais il pouvait se tromper, Renan n'avait jamais réussi à la cerner avec précision. Au fond, ce n'était pas bien grave. Il était peu probable que les deux femmes se croisent un jour et Tesla préféra se concentrer sur les explications de la blonde qui lui indiquait ce qu'elle attendait de lui. Hochant la tête, il répondit brièvement :

« Je vois. Pas de problèmes, je vais mettre mes contacts sur le coup et me renseigner aussi rapidement que possible. »

Ce n'était pas bien compliqué, il avait suffisamment d'hommes sous ses ordres ! Le temps qu'il réponde, la nécromancienne avait ôté son manteau avant de porter son attention sur le gamin qui coloriait toujours avec application. Après une légère hésitation, Renan la regarda :

« Tu veux que je lui demande d'aller colorier dans sa chambre ? Pour qu'on soit tranquilles. Sans pensées malsaines je t'assure. » Pour une fois. « En parlant de nos entrevues, je t'avoue que je suis un peu lassé de ces fins... désagréables justement. Je ne sais pas si le problème vient de moi, mais.... »

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase puisque la sonnette de sa porte d'entrée résonna. Comme il n'avait pas dû ouvrir en bas de l'immeuble, Renan imagina, avec logique, qu'il s'agissait de Mackenzie et fit signe à Abigaïl d'attendre, puis se rendit dans l'entrée pour ouvrir la porte. Mais au lieu de la jeune femme, son regard se posa sur une jolie blonde flanquée de valises ainsi que deux autres silhouettes derrière elle. Avant qu'il n'ouvre la bouche, l'inconnue s'était jetée en avant pour enrouler ses bras autour de son cou, lui imposant un câlin de retrouvaille inattendu.

« Tu n'as pas changé, je t'aurais reconnu même dans la rue ! »
« Quoi ? »

Renan se dégagea avant de tourner la tête vers les deux autres personnes et c'est seulement à ce moment qu'il comprit de qui il s'agissait. Même avec une quinzaine d'années en plus, il reconnut ses parents et déduisit donc que la blonde était l'une de ses sœurs. Sa mère s'approcha aussitôt de lui pour lui imposer à son tour un câlin de retrouvailles tandis que son époux fermait la porte derrière eux. La blonde se rendit dans le salon pour libérer un peu le hall et trouva Abigaïl installée dans le fauteuil... puis Gwendal en train de colorier. Bouche ouverte en un « O » de surprise, elle se tourna vers Renan qui entrait dans la pièce au même moment :

« Tu es marié ? Tu as des enfants ? Je ne savais pas ! »
« Vraiment ? Tu aurais pu nous prévenir tout de même.... » Sa mère secoua la tête en signe de contrariété.

La jolie blonde quant à elle retira l'écharpe autour de son cou avant de s'approcher de celle qu'elle prenait pour sa belle-sœur et se pencher pour lui offrir une bise.

« Je suis Maëlys, la grande-sœur de Renan, enchantée de vous rencontrer ! »
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Dim 13 Nov 2016 - 16:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Une nécessité… Avait-il vraiment la nécessité d’une progéniture maintenant qu’il était immortel ? Enfin, mieux valait qu’il se contente d’un seul enfant et qu’il ne se mette pas en tête d’aller ensemencer la totalité de l’humanité. Avec la longévité que lui offrait le phylactère et le fait qu’il était toujours fertile, contrairement à elle, il aurait pu recouvrir la Terre de petits Le Guerec en seulement quelques générations. Abigaïl avait réussi à imaginer sa vie sans enfant, pensant que l’infertilité serait à jamais le prix de son lien si étroit avec la mort. Sauf qu’elle avait eu Evilyn, qu’elle avait même eu Sam… Puis par tous les dieux de l’Abysse, Anton était lui parfaitement fertile, à croire qu’il n’avait pas été touché par la malédiction familiale, après, il n’était pas nécromancien suprême, lui… Sally était bien la preuve de sa fertilité d’antan et il n’y avait aucune raison que cela ne soit plus le cas actuellement, ce qui avait fait nourrir certains projets dans l’esprit d’Abigaïl. Elle était éternelle, il y aurait toujours une Faust dans le multivers, mais rien n’assurait qu’il y aurait toujours une lignée de Faust sur la Terre Prime, sauf si elle poussait son frère dans la bonne direction.

« Je comprends l’intérêt d’un héritier. Même si c’est quelque chose qui ne m’a pas concerné pendant de longues années, au fait de ma fertilité… A laquelle je me suis réhabituée merci, pas la peine d’impliqué de nouveau tes amis démoniaques dans cette histoire, je préfère largement les savoir en train de croupir là où ils sont. » Un archidémon prisonnier de son propre père et probablement torturé jusqu’à la fin des temps, ce qui était déjà trop bon pour cette infâme engeance. Puis la démonologue qui elle se trouvait dans Deuil, aux côtés des autres âmes asservies par la nécromancienne. « Difficile de le voir comme autre chose qu’une arme. As-tu vraiment besoin d’un héritier sachant ce que j’ai fais de toi ? » Sous-entendu un immortel. Elle avait Evilyn, bien sûr, mais elle n’avait pas prévu d’avoir une fille, pas comme Renan avait mis en place tous les éléments de son plan pour donner naissance à Gwen-machin chose. Puis ce n’était pas un nom de fille, se demanda silencieusement la nécromancienne.

Evilyn serait peut-être amenée à manier un jour Deuil et à prendre la tête de la Moisson, mais cela restait peu probable. Ce qu’imaginait Abigaïl était différent et si sa fille devenait un jour son héritière, ce serait parce que la nécromancienne aurait eu accès à un plan d’existence supérieur, peut-être qu’elle aurait enfin atteint le statut de divinité et laisserait Evilyn régner sur la Moisson… Tandis qu’Anton et la progéniture qu’elle lui imaginait continueraient de tirer profit des merveilles et abominations qu’offrait cette version là de la Terre.

« Contrariant ? » Abigaïl eut un léger sourire. Elle savait que si Solveig avait utilisé un tel terme c’était qu’elle en avait d’autres en tête. Puis Anton en avait beaucoup aussi, très fleuris. « Tu devrais t’en contenter après tout. Il faut voir la Moisson comme un royaume à part entière, une sorte de monarchie et tu serais un roturier issu d’une autre contrée pour beaucoup. C’est pour cela que consort est un terme plutôt agréable, sauf si tu préfères concubin… C’est toujours mieux que ce qui est utilisé actuellement. Quelle est l’appellation déjà ? Plan cul ? »

Il n’y aurait pas beaucoup de moyens d’arranger les choses de ce côté-là. Seulement si Abigaïl arrivait à faire entrer la Moisson dans le vingt et unième siècle. Ce qu’elle s’évertuait de faire, notamment avec sa Corpse Squad. Ils avaient même accepté des vampires dans leurs rangs ! La nécromancienne savait aussi qu’Anton voudrait faire pression pour que certains méta-humains les rejoignent, alors même qu’ils tiraient leurs pouvoirs de la vie et non de la mort, les gènes restant du domaine du vivant. Peut-être que les choses iraient mieux si Renan leur offrait une victoire contre les Impérissables.

« Elle est au courant de mes… Capacités ? » Vu les projets que nourrissait Renan, elle était surprise que des gens de son entourage sachent qui elle était. « Même chose pour ta cousine ? Et dire que je trouvais ma famille compliquée. Peut-être que cela explique pourquoi tu ne sembles pas attaché à ce genre de liens. » L’instinct familial de Renan ne semblait pas vraiment aussi développé que celui de la Faust. Après tout, la disparition de Shahren semblait plutôt lui avoir fait du bien. A Abigaïl aussi en toute honnêteté.

« Merci, je m’arrangerais pour te faire parvenir tout ce que je sais à leur propos. Notamment sur leurs capacités. Il serait dommage que tes agents découvrent ce dont ils sont capables que quand il serait trop tard. Je n’ai aucune utilité à les voir mourir en cherchant à m’aider. »
Continua-t-elle avec un sourire. Il était toujours difficile de savoir si elle se réjouissait de la mort des autres et elle en avait pleinement conscience.

« Je suis aussi lassée de ces fins… Nous avons toujours nos caractères et j’ai l’impression que nous frôlons l’impasse. Ton fils peut rester. Je ne suis pas le genre de femme à me laisser incommoder au point de devoir le bannir de ma vue. Disons qu’il faudra à l’avenir que je me remémore de sa présence chez toi pour ne pas être prise par surprise. »


Et une surprise elle en eut une de belle… Abigaïl n’eut même pas le temps de continuer à réfléchir sur les raisons de leurs accrochages. Peut-être était-ce tout simplement parce qu’ils étaient trop différents ou que contrairement à ce qu’elle pensait, le fait que Renan soit si inhumain dans sa gestion des émotions humaines était plus gênant qu’elle ne l’imaginait. Est-ce qu’elle aurait aimée une vie normale avec un mari qui la soutiendrait dans la Moisson ? Elle en avait rêvé à une époque, Anton avait utilisé cette faiblesse contre elle. Mais la nécromancienne avait échappé à cette illusion en assassinant l’enfant qu’elle avait eu dans cette illusion. L’existence d’Evilyn avait juste tout remis an cause une nouvelle fois…

Abigaïl se crispa dans son fauteuil lorsqu’elle entendit les voix, son français était approximatif, mais elle se débrouillait tout de même. Puis lorsque cette femme se jeta sur elle pour la saluer… Il lui fallut une grande maîtrise de soit pour ne pas absorber sn essence vitale et transformer la sœur de Renan en momie desséchée. Plus personne n’approchait ainsi Abigaïl, plus depuis qu’elle était recluse dans son manoir ou qu’elle ne vivait que sous le nom de Lady Death.

« Enchantée, je me nomme Abigaïl. » Lâcha la nécromancienne en se relevant. Ses bonnes manières reprenaient le dessus, après tout elle était une lady, héritière de la maison Vann. « Je suppose qu’il s’agit d’une visite surprise ? » Son regard glacé se posa un instant sur Renan, promesse de supplices à venir. « Je ne voudrais pas vous déranger par ailleurs, Renan et moi ne sommes pas mariés et je pense que vous avez beaucoup de choses à rattraper. » Seulement quelque chose lui disait que s’échapper ne serait pas si simple.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 13 Nov 2016 - 21:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Abigaïl et lui-même n'avaient pas la même vision des choses. Elle voyait son univers comme un royaume et non comme un monde moderne. Renan ne voulait pas d'un héritier pour perpétuer sa lignée.... il se fichait bien de savoir si sa famille s'éteindrait avec sa disparition ou non étant donné qu'il ne serait plus là pour le voir ! Non, ce qui l'intéressait, c'était d'avoir plus tard un soldat parfaitement obéissant, dressé pour lui obéir et qui préférerait mourir plutôt que de devoir le trahir, voilà tout. Il réfléchit quelques secondes pour voir comment présenter les choses, mais ne trouva rien de bien satisfaisant. C'est donc avec simplicité qu'il répondit :

« Je ne veux pas d'un héritier. Je veux d'un soldat obéissant. Je n'ai pas la chance d'avoir un frère ou une sœur aussi dévoué que le tien.... » Le ton était légèrement ironique, mais il ne se moquait pas d'elle. « … alors, je me fabrique le mien, tout simplement. J'aurais pu faire un clone, c'est vrai, mais je préférais un enfant avec mes gènes. Peut-être que sa mutation sera plus puissante ou différente de la mienne. Tu es bien placée pour savoir que je ne fais pas aisément confiance, alors j'ai arrangé les choses pour me faciliter la vie. »

Il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle comprenne. En fait, il comptait reproduire avec son fils ce que Jack avait fait avec lui. Certes, il n'était pas le soldat parfait que son oncle aurait voulu puisqu'il songeait à doubler l'Ombre au lieu de la servir, mais Renan prenait garde à détruire consciencieusement toute trace d'ambition chez son fils. Il lui obéirait au doigt et à l’œil, voilà tout.

Lorsqu'elle reprit ses explications au sujet des relations tendues qu'il entretenait avec la Moisson, Renan lui offrit une moue légèrement agacée. Un roturier, certes, mais capable de se débarrasser de bien des gens gênants ! Il n'y avait plus que les idiots pour s'arrêter à de pareils détails ! C'était dans ces moments qu'il se rendait compte que la nécromancienne avait effectivement beaucoup plus d'années que lui au compteur. Il secoua finalement la tête lorsqu'elle proposa un terme de remplacement :

« Plan cul ne s'adapte plus vraiment à la situation actuelle.... qui plus est, je préfère le terme d'associé. Après tout, notre relation a débuté sur ce plan-là, même si je conviens que nous sommes rapidement passés au deuxième stade. »

Dès le deuxième rendez-vous, mais là n'était pas la question. Quand elle le questionna sur ce que sa chère tante savait, Renan hocha la tête en signe de confirmation. Oui, Lilian savait pas mal de choses à son sujet, mais pas à cause de lui. Il ne lui avait jamais parlé de tout ça.

« Elle sait pour toi oui, mais pas parce que je lui ai dit. Enfin, ce n'est pas un problème. C'est l'un de mes soutiens. » Pour supplanter son patron actuel comme elle l'aurait deviné. « Mais cette cousine ne sait rien du tout, elle débarque comme un cheveu sur la soupe et je compte l'éjecter bien rapidement. Elle veut simplement me pourrir la vie, mais il faudra se lever tôt pour y arriver. »

Il avait déjà eu son lot de contrariétés, donc inutile de s'inquiéter à ce niveau ! Le trentenaire resta silencieux pour la suite alors qu'elle reprenait la parole pour confirmer tout ce qui concernait ses affaires et préciser qu'elle-même était aussi lassée que lui de la tournure de leurs précédentes rencontres. Tant mieux, il n'était donc pas le seul à remarquer le problème ! Malheureusement les imprévus se présentèrent à sa porte et il fut contraint d'ailleurs bien malgré lui une partie de sa famille qui agissait comme s'ils s'étaient quittés la vieille. Renan ne manqua pas de remarquer le regard noir que son amante lui lança, mais se contenta de hausser les épaules pour signifier qu'il était aussi largué qu'elle. D'ailleurs, lorsqu'elle parla de s'en-aller et de les laisser, ce fut au tour de la mère de famille de réagir. Parlant dans un américain parfait – elle était originaire de Star City – elle s'adressa à la blonde :

« Oh, non, restez ! Si nous avions su qu'il n'était pas seul, nous aurions prévenu avant, mais vu que Renan ne nous a mis au courant de rien.... » Elle lui offrit un regard lourd de reproches.
« Disons que le silence radio des seize dernières années m'a poussé à songer que je n'avais aucune raison de vous prévenir de ma vie privée. »
« Oh, ne sois pas si bougon ! On est là, c'est l'essentiel, non ? »
« Pour quelle raison d'ailleurs ? »
« Ça ne te fait pas plaisir de nous voir ? Enfin... on est venu parce que papa a de gros soucis de santé. Les infirmières de la maison de retraite nous on dit que tu n'y passais plus d'ailleurs. C'est ton grand-père, après tout ce qu'il a fait pour toi.... »
« Je suis très occupé en ce moment. »

L'attention de la mère de famille se porta alors que le gamin qui coloriait toujours sagement et elle lâcha ses affaires pour se diriger vers lui et se pencher afin de le soulever dans ses bras.

« Comment as-tu pu nous cacher ça, tout de même ! »
« Je tiens à te rappeler que je ne sais même pas si les filles sont mariées, je ne vois pas pourquoi j'aurais donné des nouvelles. »
« On reste ta famille tu sais. » Ses prunelles se posèrent sur Abigaïl. « Enchantée jeune femme, le suis Kate, la mère de Renan. Je suis originaire de Star City, vous avez peut-être connu mon frère Jack ? » Le fameux oncle. « Ce n'est pas grave si vous n'êtes pas mariés, nous ne sommes pas aussi conservateurs dans la famille. Ça fait longtemps que vous êtes ensemble alors ? » Elle regarda l'enfant. « Quel âge est-ce que tu as mon petit ? »
« Ce n'est pas sa mère. Mais j'apprécierais qu'on change de sujet. »
« Oh, toujours aussi grognon ! » Elle se rapprocha d'Abigaïl. « Restez avec nous, j'aimerais faire un peu connaissance. Vous vous êtes rencontrés comment ? » Elle jeta un coup d’œil à Renan. « Tu nous sers à boire mon chéri ? »

Rien de tel qu'une mère pour vous ramener à l'âge de dix ans !
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Lun 14 Nov 2016 - 19:46 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un soldat obéissant. Abigaïl en avait des dizaines, des milliers, des morts soumis à sa volonté. C’était sans compter sur ses lieutenants, sur la loyauté indéfectible de Solveig ou celle d’Anton. La nécromancienne pouvait avoir confiance en eux, ce qui n’était pas le cas de Renan. Quelle triste vie solitaire devait-il avoir vécu pour qu’une morte ait plus de liens au monde des vivants qu’il n’en avait à son tour, pour que Renan doive déclencher artificiellement sa propre progéniture… Qu’il doive la façonner pour en faire un soldat parfait. Peut-être était-ce là l’ultime supériorité des morts sur les vivants. Leur loyauté, une fois acquise était indéfectible. Ils n’avaient plus de vie à protéger, plus de raison de mentir.

« Je vois. Une arme et un soldat diffèrent peu à mes yeux. En fait, c’est exactement la même chose, tu veux juste quelque chose que personne ne pourra jamais retourner contre toi. » Elle aurait pu avoir une pointe de compassion pour l’enfant, mais son destin était déjà joué. Abigaïl savait bien qu’il ne servait à rien d’avoir la moindre once de pitié pour le veau qui naissait et vivait pour remplir les assiettes de l’humanité. C’était la même chose pour Gwenlach. Il devait son existence à Renan et deviendrait ce que le méta-humain désirerait en faire. Il n’y avait personne, pas même elle, pour voir en lui, plus qu’un simple soldat. « Je commences à me demander combien d’individus ont véritablement ta confiance. Ta paranoïa me semble parfois bien supérieure à la mienne. » Un sourire se dessina sur les lèvres de la nécromancienne. « Et pourtant, j’ai passé deux siècles enfermée dans un cercueil. Il est difficile de faire confiance à qui que ce soit après un tel… Traitement. »

Sans parler de tout ce qui avait suivi avec Anton. La façon dont son frère, bercé par le désir de vivre à nouveau, avait mis en place une machination pour ne pas redevenir un esprit égaré. Anton n’avait toutefois pas agit égoïstement. Il avait cherché à la protéger, à lui offrir une vie rêvée et à la substituer aux machinations de Méphistophélès. Il avait échoué, partout.

« Associés… Pourtant cela ne prend pas du tout en compte les penchants nécrophiles que j’éveille en toi. Surtout que je sais maintenant que tu n’offres pas ce genre de traitement à tous tes associés. Il est amusant de noter que tu es bien incapable de trouver un terme adéquat à notre relation. Consort me semble des plus prometteurs de mon côté. Surtout que nous ne nous privons pas d’envisager d’autres associations. »

Son ton ne trahissait aucune colère, comme cela aurait pu être le cas auparavant. Elle n’était pas jalouse de la décision de Renan de mettre fin à l’exclusivité charnelle de leur relation. Pour elle, cela n’avait été qu’un moyen de lui montrer qu’elle ne serait pas en reste, que pour que leur relation fonctionne, tout ce qu’il exigerait d’elle, elle pouvait l’exiger de lui. Mais cela, elle pensait qu’il l’avait compris le jour où elle l’avait placé dans le corps d’Heather, lui faisant ressentir tout ce qu’il avait pu lui infliger et encore… Peut-être qu’un jour elle le lui infligerait alors qu’il se trouverait dans un corps incapable de mourir. Le résultat pourrait être saisissant. Même si la chasteté qui s’était abattue sur leur relation ne laissait pas entrevoir une telle situation de sitôt.

« Avec une telle famille, je ne suis pas surprise que tu aies besoin de te créer une enfant-soldat lobotomisé. » Elle eut un léger soupir. « Je pourrais m’occuper de ta cousine, mais je suppose qu’il n’en est pas question, c’est le genre de chose qui attirerait trop l’attention de ton organisation. Puis tu dois préférer que notre alliance reste à peine esquissée jusqu’au jour où je détruirais le Masque de Sang et l’Ordre de Thulé. » Ce qui arriverait, un jour ou l’autre. Rien ne pouvait lui survivre.

Sauf peut-être la famille du méta-humain. Après la sœur, ce fut à la mère de se jeter sur elle, comme si elle était un rapace avide d’informations, de la moindre miette de détails sur la vie de son fils. Abigaïl n’avait jamais connu sa mère, si ce n’était pour des brèves échanges à travers le mur silencieux de la mort. Elle avait le souvenir d’un fantôme jouant du piano, dans le château en ruine en Bavière. Parfois, alors qu’elle resserrait ses doigts autour du manche de la Fossoyeuse, l’arme emblématique du clan d’Elizabeth Vann, elle sentait comme une présence. Rien d’aussi tangible que de voir la génitrice de Renan en chair et en os, parfaitement vivante, bruyante et à la présence presque envahissante.

« Abigaïl. » Répéta-t-elle à l’attention de la fameuse Kate. « Je n’ai pas eu ce plaisir, je ne suis arrivée à Star City que depuis quelques années. Même si Renan et moi nous sommes déjà rencontrés quand j’habitais encore à Londres. » Une part de leur mensonge, élaboré pour expliquer les origines d’Evilyn. Avec son passé de patiente d’un hôpital psychiatrique, l’histoire qu’Anton avait lui aussi mis en place, cela expliquerait peut-être pourquoi elle pouvait passer pour une excentrique. Mais il n’y avait aucune raison que la famille de Renan soit au courant de tout cela tout de suite.

« Je dois dire que vous me prenez un peu par surprise. » Abigaïl lança un nouveau regard en direction de Renan. Son expression avait changé. Alors qu’avant le visage de la blonde trahissait son agacement et sa colère, on pouvait y lire une sorte d’amusement, ou plutôt de malice. « Renan ne parle pas beaucoup de sa vie en France, de vous ou encore de comment il était jeune. Je suis certaine que vous avez de nombreuses histoires à raconter sur lui, non ? »

Jamais Renan ne pourrait interroger la mère d’Abigaïl pour obtenir les mêmes informations. Sauf si la nécromancienne tentait finalement de la ressusciter, ce qui n’était pas à l’ordre du jour. Mais elle tenait là un moyen de se distraire et peut-être de mettre la main sur des informations croustillantes. Peut-être pourrait-elle comprendre aussi pourquoi il était aussi éloigné de sa famille. Ses parents n’avaient pas vraiment le profil d’individus pouvant donner naissance à des psychopathes dénués d’émotions comme leur fils.

« Nous nous sommes rencontrés à un enterrement, celui d’une connaissance commune. Je ne sais pas si l’ambiance l’a émoustillé, mais il en a profité pour se rappeler à mon bon souvenir. Nous ne nous étions pas revu depuis Londres, mais cet enterrement remonte déjà à un ou deux ans. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 14 Nov 2016 - 22:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan se souvenait bien de l'histoire inventée pour justifier l'existence d'Evilyn qui était censée être plus âgée que son fils, mais ils ne l'avaient encore jamais vraiment utilisée. Si sa voisine savait qu'il avait un fils, elle ignorait totalement qu'il avait aussi une fille avec sa compagne actuelle. Ce serait donc une forme de test, même si le français aurait largement préféré avoir d'autres cobayes pour vérifier leur histoire. Après tout, il ne pouvait pas purement et simplement tuer les siens et les faire disparaître. Pourquoi ? Parce que ses autres sœurs s'inquiéteraient forcément et qu'elles préviendraient les autorités du fait qu'ils venaient rendre visite à Renan qui avait d'ores et déjà perdu son oncle, une ex-épouse et une petite amie. Une liste un peu trop longue pour quelqu'un censé être honnête.

Quoi qu'il en soit, l'histoire d'Evilyn n'aurait normalement rien à faire dans leur discussion, ou du moins il ne comptait pas parler de cette gamine qui, de toute manière, ne lui était pas vraiment liée. Il n'avait pas son mot à dire sur son éducation ou sa vie, alors à quoi bon s'en soucier ?

« A Londres, vous êtes anglaise ? »

Question rhétorique qui tira Renan de ses pensées. La voix de sa mère était enchantée comme si elle était ravie de voir que son fils avait déniché une native du Pays de Galles alors qu'il n'y avait rien d'exceptionnel à cela. D'ailleurs, même si elle l'avait invité à faire quelques boissons pour tout le monde, Renan préféra surveiller l'échange entre sa génitrice et son amante qui, à son grand étonnement, sembla tout à coup plus enthousiaste à l'idée de cette réunion familiale improvisée. Il ne lui fallut que quelques secondes pour en comprendre la raison : en l'entendant parler, son expression se rembrunit clairement. Il n'avait aucune envie que ses parents s'amusent à conter des histoires à son sujet alors qu'il faisait tout son possible pour compartimenter sa vie. Pourtant, sa génitrice était d'un avis bien différent :

« Oh, si vous aviez idée ! On a dû l'envoyer ici parce qu'il était trop turbulent pour rester avec nous, mon père était beaucoup plus strict que nous vous comprenez. »
« Je crois que les vieilles histoires ne l'intéressent pas. »
« Renan, occupe-toi de ce que j'ai demandé s'il te plaît. »

Il avait l'impression d'être de retour en France durant son adolescence, mais s'exécuta tout de même. Pendant ce temps, sa mère et son père s'étaient débarrassés de leurs couches de vêtements avant d'aller s'installer sur le canapé près d'Abigaïl. Gwendal était toujours dans les bras de sa grand-mère et la sœur du français faisait le tour de l'appartement. Il manqua de s'étouffer en l'entendant parler d'un enterrement pour première rencontre, ce qui n'était pas si faux d'ailleurs, mais cela ne choqua pas ses parents qui en rigolèrent plutôt.

« Oh, je ne suis pas étonnée, il ne lui fallait déjà pas grand-chose pour courir après les filles à l'époque. »
« Évite de dire ce genre de choses devant elle s'il te plaît. »
« Allons, ne fais pas le gêné, elle doit le savoir. » Elle soupira. « Donc vous êtes ensemble depuis deux ans ? Vous avez connu la maman du petit ? »
« Non, j'avais divorcé avant. »
« Divorcé ? Tu étais marié ? »
« On ne va pas refaire toute ma vie. »

Elle secoua la tête avant de promener son regard sur les environs tandis que Renan entreprenait de préparer quelques cafés – bien français et non la mélasse américaine – alors que sa sœur s'approchait d'Abigaïl pour s'installer près d'elle, lui offrant un sourire étrangement complice alors qu'elles ne se connaissaient pas.

« J'aime beaucoup vos habits ! Au moins tu as du goût en matière de fille, parce que pour la décoration, tu pourrais faire mieux tu sais.... »
« Je me contente très bien de ça.... »
« Alors, Abigaïl, parlez-nous un peu de vous. Vous travaillez dans quel domaine ? Vous avez de la famille dans le coin ? Autant faire connaissance, vous pourrez peut-être même m'échanger des informations vu que mon fils semble toujours aussi cachottier le concernant. »

On y discernait très clairement un reproche, mais Renan n'y prêta aucune attention apportant les cafés pour les poser sur la table basse avant de s'éloigner plus loin, bien à l'écart de cette réunion de famille qui ne s'annonçait vraiment pas prometteuse pour lui.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mar 15 Nov 2016 - 21:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Abigail se contenta de répondre à la question de la mère de Renan avec un léger sourire et un hochement de tête. Bien entendu, son accent devait déjà avoir renseigné la génitrice de son amant sur ses véritables origines. A quelques détails près bien entendu… Abigaïl était en réalité née en Bavière et si elle avait grandi à Londres, ce n’était pas la même Londres qui se dressait aujourd’hui sur la Tamise. La sienne était celle d’une autre époque, alors que les morts lui semblaient bien plus proches des vivants, qu’on parlait d’histoires de fantômes et spiritisme.

Mais si elle se doutait que la situation était agaçante pour le méta-humain, elle dû se retenir de ne pas sourire à pleines dents lorsque Kate réprimanda son fils, le renvoyant préparer à boire. Ah, elle devait vraiment ignorer ce dont il était capable. Les Le Guerec n’avaient vraiment aucune idée des pouvoirs que détenait leur fils ainsi que sa compagne du moment pour le coup. Des fourmis en présence de dieux en quelque sorte, c’était presque amusant. Surtout que Renan était prisonnier de son propre jeu, de sa fausse identité qu’il s’était toujours évertué à maintenir. Couper les ponts avec sa famille d’outre atlantique n’avait d’ailleurs pas suffit vu qu’ils se trouvaient maintenant dans son salon. L’approche était plutôt cavalière. Abigaïl imaginait difficilement un membre de sa famille se présenter à Gallows End sans s’être annoncé avant. Même si son manoir était bien plus vaste que l’appartement de Renan.

« C’est ce que j’ai crue comprendre, mais il n’a jamais voulu partager les détails avec moi. J’imagine que cela n’a pas dû être facile pour vous, il a vraiment dû vous épuiser pour que vous l’envoyiez à Star City. »

Elle avait l’œil pétillant, alors qu’elle lançait un bref regard à son amant. Il connaissait plus son histoire à elle qu’elle ne connaissait la sienne. Abigaïl ne lui avait pas caché grand-chose finalement… Que cela soit sur les origines de son lien si étroit avec la nécromnancie… La sorcière blonde était bien décidée à découvrir en ce jour les origines du caractère exécrable du méta-humain ! Peut-être qu’il avait été bercé trop près du mur, ou bien qu’il était né en fronçant les sourcils, une expression dédaigneuse sur le visage. Il y avait aussi beaucoup de choses que les parents de Renan ignoraient à propos de leur fils. En fait, ils devaient tout ignorer de sa vie actuelle. La carrière d’un laveur de vitre à Star City n’était pas vraiment palpitante, mais il avait eu ses petites histoires d’amours. Certaines surprenantes d’ailleurs pour quelqu’un avec un travail aussi manuel. Abigaïl avait suffisamment épluché certains journaux et questionné les morts pour en savoir suffisamment sur son ancienne épouse, qui avait finie par devenir son jouet et celles qu’il y avait eu à la suite. Il y avait même la possibilité que Charlie Lane finisse parmi les âmes sous la tutelle de Lady Death.

« Je ne suis pas surprise. C’est même un miracle qu’il n’ait pas eu d’autres enfants par accident si vous voulez mon avis. »
Commenta-t-elle calmement, avec un flegme parfaitement britannique. « Même si bien entendu Gwenlach est un enfant merveilleux. » Aucun dédain, aucune ironie, ne transparut à travers les paroles de la nécromancienne. Ce qui avait dû lui demander tous ses talents d’actrice.

Seulement, si la situation était toujours à l’avantage de la nécromancienne, elle se sentit quelque peu envahie lorsqu’elle se retrouva encerclée sur le canapé. Les rapprochements physiques n’avaient jamais été son fort, surtout depuis qu’elle n’avait plus eu à s’y contraindre par survie. L’un des intérêts de ce vingt et unième siècle probablement. Là, la sœur de Renan était particulièrement proche et semblait bien décidée à chercher des poux à son frère. Abigaïl n’imaginait aucune autre raison derrière le sourire qu’elle lui avait lancé. Lentement, la nécromancienne se saisit de sa tasse de café, la portant doucement à ses lèvres tout en jaugeant Renan du regard. C’était à se demander lequel des deux allait craquer en premier devant la famille tout-le-monde.

« J’ai bien peur de ne pas être très intéressante. Je me contente de gérer un bar restaurant dans un autre quartier de la ville. Je vis avec mon frère, dans un grand manoir dont nous avons entreprit la restauration. Il dirige une entreprise de pompes funèbres. Il était très amusé de savoir que Renan m’avait dragué dans un cimetière. » Renan s’était éloigné, mais il ne pouvait pas quitter son appartement et fuir la réunion de famille improviser. Abigaïl avait décidé de tourner sa captivité aux mains des Le Guerec en avantage et elle comptait bien que son amant en soufre un peu lui aussi. « Je ne sais pas trop quoi vous dire. Mis à part l’arrivée de Gwenlach dans notre vie, il n’y a rien eu de bien mouvementé, n’est-ce pas chéri ? Bien sûr je tente toujours de le convaincre de se trouver un vrai travail au lieu de continuer à laver des vitres. Peut-être que vous auriez plus de succès que moi dans ce domaine… » En tout cas il ne trouverait pas de travail en tant que décorateur d’intérieur, c’était certain. Abigaïl avait toujours trouvé son appartement comme totalement dénué de vie et de caractère. La seule plante verte qu’elle n’y avait jamais vue avait même disparue ! Exception faite de Gwenlach qui était aussi décoratif qu’un végétal ornemental finalement et tout aussi actif. « Vous restez à un hôtel où vous comptez rester ici le temps de votre séjour ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 16 Nov 2016 - 11:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
« On a vraiment fait le maximum vous savez. »

Visiblement, sa mère était persuadée d'avoir trouvé une oreille attentive avec qui partager ses peines ! Si elle savait que la blonde était encore pire que son fils et qu'elle n'hésiterait pas à la sacrifier sans le moindre remord, peut-être que ses sentiments évolueraient ? De son côté, Renan préféra garder les lèvres scellées plutôt que de rappeler à sa mère que s'il était devenu aussi invivable, c'était simplement parce qu'elle avait la mauvaise habitude de préférer s'occuper de ses sœurs et qu'elle lui laissait donc faire tout ce que bon lui semblait. Mais ce serait entrer dans le jeu de son amante et prendre le risque qu'elle n'en apprenne trop ! De plus, Renan se fichait pas mal de cette absence d'attention maternelle : il n'avait jamais été désireux d'être classé dans la catégorie du « fiston que j'aime ».

Toutefois, sa bonne résolution ne tint plus une fois qu'il fut question de son manque de sérieux concernant ses relations. Comment pouvait-elle oser prétendre qu'il ne savait pas se tenir et qu'il était capable de semer des bâtards à travers tout le globe ? Éprouvant de véritables difficultés à rester neutre, Renan rétorqua avec tout le calme dont il disposait – c'est-à-dire très peu :

« J'ai été marié plus d'un an et je suis aussi fidèle que possible depuis le début de notre relation, alors je te trouve bien injuste avec moi. »

La sœur de Renan rigola légèrement comme si elle assistait à une bonne blague de la part de sa famille, ne semblant pas se rendre compte de la tension qui habitait le trentenaire. Tant pis. Ou tant mieux plutôt. Renan savait bien qu'il avait « fauté » durant sa relation avec la nécromancienne, mais elle savait aussi que ce n'était pas sa faute puisqu'il avait été soumis à un sortilège raté. Quoi qu'il en soit, il n'avait aucune envie de parler de sa vie sexuelle avec ses parents et préféra éviter d'écouter ce que sa mère pourrait bien répondre, dardant ses prunelles mordorées sur l'anglaise pour lui faire comprendre qu'elle s'aventurait sur un terrain dangereux.

Caressant les cheveux de son petit-fils, sa mère observait Abigaïl avec un sourire ravi collé aux lèvres. Son époux contemplait tranquillement les alentours et en le regardant un peu, il était aisé de comprendre son lien familial avec l'Officier de la Pénombre : ils se ressemblaient énormément. Son humeur se gâta encore davantage, il sentait comme une boule dans le ventre, ce qui était on ne peut plus contrariant et désagréable d'ailleurs. Habituellement, Renan contrôlait tout, mais là.... Croisant ses bras sur son torse, il bouillonnait intérieurement alors que la mystique reprenait pour parler de ses possessions et y glisser Anton qui, bien évidemment, se moquait de lui. Draguer une nécromancienne dans un cimetière n'avait rien d'inhabituel et il était convaincu que cet emmerdeur devait en avoir dit bien plus ! Prenant son mal en patience, il lâcha un profond soupir lorsqu'elle aborda la question de son travail. Sa génitrice avait toujours été très ennuyante sur ce point et lorsqu'il vit sa bouche s'ouvrir de surprise, Renan comprit qu'elle avait trouvé une alliée.

« J'avais pensé que nous pourrions séjourner ici, mais j'ignorais pour Gwendal, alors... » Elle jeta un coup d’œil à Renan. « Nous allons séjourner à l'hôtel le temps de notre séjour. Je ne sais pas encore combien de temps il va durer, mon père n'est vraiment pas au mieux de sa forme et je tiens à être présente. » Elle haussa les épaules. « Mais bon ! Alors comme ça, Jack t'a enrôlé dans son métier de laveur de vitres ? Franchement Renan, nous t'avons envoyé en Amérique pour que tu aies plus de chances de réussir dans la vie et toi, tu finis en lavant des vitres ! Tu devrais écouter Abigaïl et changer de travail pour quelque chose de plus valorisant. »
« Vous m'avez envoyé ici pour vous débarrasser de moi, nuance. Avec tout le respect que je te dois, tu ne t'es pas mêlée de ma vie depuis plus de dix ans, alors n'espères pas que tes quelques conseils vont changer ma vie. » Le ton était devenu plus froid. « Ce métier me convient tout à fait. Et ça me laisse le temps de gérer le reste. Parce qu'elle ne te l'a pas clairement dit, mais Abigaïl préfère vivre avec son frère dans leur grand manoir, donc je dois me débrouiller seul ici. »

Elle voulait jouer au jeu des reproches ? Très bien ! L'expression du père de famille changea légèrement, se posant sur le visage de la jolie blonde. Mais son épouse ne rata pas l'occasion de défendre sa nouvelle belle-fille préférée.

« Je peux la comprendre, elle doit espérer un meilleur niveau de vie, mais ce n'est pas avec un salaire de laveur de vitres que tu pourras lui offrir. »
« C'est bon, on change de sujet. »
« Tu fuis toujours les discussions sérieuses je vois, certaines choses ne changent pas. » La sœur secoua la tête d'un air dépité.
« Vous ne vous êtes pas vu depuis quinze ans, mais vous vous prenez le chou comme à l'époque, vous êtes ridicules ! » Elle tourna la tête vers Abigaïl. « Et sinon, vous avez aussi des enfants de votre côté Abigaïl ? Vous avez l'air encore si jeune ! » Elle soupira doucement. « Mais j'imagine qu'une vie de famille ne doit pas être aisée à gérer avec tout ce que vous semblez avoir comme travail. Votre frère vous aide beaucoup j'imagine ? C'est la réussite américaine qui vous a donné envie de déménager ici d'ailleurs ? »

Une famille curieuse, Abigaïl comprendrait rapidement pourquoi Renan l'évitait.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



Message posté : Mer 16 Nov 2016 - 21:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le regard qu’Abigaïl leva sur le méta-humain lorsque celui répliqua enfin était empli d’une lueur mauvaise. Comme si elle savait pertinemment qu’elle était injuste mais n’en avait que faire. La mort ne se souciait que peu de la justice, les innocents mourraient bien souvent plus jeunes que les criminels. Mais c’était là glisser dans un débat stérile, surtout qu’Abigaïl ne se considérait pas encore comme la mort incarnée. Surtout qu’elle commençait à voir croître une sorte d’affection pour l’humanité qu’elle était venue à mépriser, voir même détester. Peut-être qu’à force de côtoyer un semblant de famille… Anton, Sally, Evilyn et même Sam qui était le moins humains d’entre tous. Même Renan par certains aspects. La famille de ce dernier ne la poussait pas encore à prendre sa facette la plus meurtrière.

« Tu sais très bien ce que je veux dire Renan. » Puis il avait parlé d’aussi fidèle qu’il le pouvait, ce qui en disait long… Elle se conduisait en garce toutefois, elle pouvait l’admettre. Elle s’amusait à voir Kate sermonner son fils et ce même s’il savait jouer avec le feu. Les colères du méta-humain n’avaient d’égales que celles de la nécromancienne elle-même. « Mais oui, je sais que tu fais de ton mieux. »

La question aurait été de savoir si c’était suffisant. Actuellement oui. Dans leur simili de couple, cela fonctionnait. Tant qu’ils n’avaient pas besoin de prétendre être normaux trop longtemps et qu’ils pouvaient laisser leurs véritables identités et pouvoirs se déchaîner. Finalement, leur relation était plus entre Lady Death et Tesla qu’entre Abigaïl Faust et Renan Le Guerec aux yeux de la britannique. Même si elle savait que son amant ne voyait probablement pas les choses de la même façon. Quoique la vie du laveur de vitres était peut-être plus séparée de celle du criminel que les deux facettes d’Abigaïl. La nécromancienne n’avait pas vraiment de véritable travail, laissant même son frère s’occuper de gérer leur patrimoine commun plutôt que de s’y intéresser elle-même. A une époque elle avait eu des projets plus normaux, plus humains… Maintenant elle les contemplait comme une perte de temps, ce qui pouvait se révéler une grave erreur.

Abigaïl haussa un sourcil à la réponse de Renan à sa mère. Travailler seul ici ? Est-ce qu’il s’attendait véritablement à ce qu’elle vienne vivre dans cet appartement dénué d’âmes pour s’occuper de son futur soldat comme si elle l’avait enfanté ? La nécromancienne posa les yeux sur le gamin. Non, elle n’avait pas la moindre affection pour lui. Il n’était pas de son sang et ne possédait aucun lien particulier avec le royaume de la mort non plus. Ce n’était pas un Faust et il était un peu jeune pour qu’elle lui trouve l’intérêt qu’elle avait trouvé à son père. Surtout si Renan cautérisait effectivement toute trace d’ambition chez son fils. Toutefois, c’était un combat dans lequel elle ne voulait pas se lancer, se contentant de siroter son café tout en défiant son amant du regard. Elle avait lancé la pomme de la discorde. Que la mère de Renan s’était empressée de saisir. Il n’y avait pas besoin d’être un génie pour comprendre que cette femme ne saisissait pas pourquoi son fils avait coupé les ponts, pourquoi il l’avait éloigné de sa vie. Son père, par son flegmatisme, devait peut-être avoir un regard plus sage sur la situation, mais ne souhaitait pas s’exprimer.

« Je n’ai pas tant de travail que cela. Mon frère et moi avons hérité d’un patrimoine, certes, mais je ne le gère pas au quotidien comme il le fait. Plus maintenant en tout cas. » Cela faisait plusieurs jours qu’elle n’avait plus mis les pieds au Necropolitan. Le contact avec la clientèle lui manquait presque… Enfin, la clientèle non-vivante. Si beaucoup de morts la respectaient, tous n’étaient pas membres de la Moisson. C’était d’ailleurs une erreur de sa part que de négliger certaines poches de la population non-vivante de Star City. Elle devrait ouvrir un nouvel établissement… Peut-être reconstruire un diner. Renan adorerait la voir en uniforme. « J’ai une fille, je l’ai eue très jeune. » Elle ne révéla pas de qui bien évidemment. Mais il valait mieux qu’elle mentionne Evilyn maintenant à sa belle famille plutôt que de devoir expliquer miraculeusement son apparition dans sa vie. Les femmes ne semaient pas des bébés aussi facilement que les hommes. Surtout celles censées être stériles. « Quand à Star City… Disons que je me suis toujours sentie attirée par cette ville et comme il était grand temps pour moi de quitter Londres, j’ai saisie ma chance. Il y a un patrimoine étonnant à cette ville en fait. Puis cela me permet de me consacrer à ma véritable passion. »

Est-ce que cette famille se choquait facilement ? Il était peut-être temps de quitter le rôle de la belle-fille parfaite pour en prendre un plus crédible.

« La thanatologie. » Comme si elle avait évoqué la philatélie, Abigaïl porta une nouvelle fois sa tasse à ses lèvres, dissimulant un léger sourire. Peut-être qu’elle devrait se faire passer pour une thanatologue ? Elle pourrait fureter dans le musée et elle en savait plus sur la mort que beaucoup…
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 17 Nov 2016 - 15:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Officier de la Pénombre
Officier de la Pénombre

Renan Le Guerec
Officier de la Pénombre

Personnage
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Bons baisers de France ▬ Abigaïl RangPseudo

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 05/01/2013
ϟ Nombre de Messages : 5008
ϟ Nombre de Messages RP : 1689
ϟ Célébrité : Corin Nemec
ϟ Crédits : © Moi (gif et avatar) ; Noélie ♥ (rang)
ϟ Doublons : Adrian Pennington, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 34 ans
ϟ Statut : Divorcé, un enfant
ϟ Métier : Laveur de vitres
ϟ Réputation : Niveau 1
ϟ Signes particuliers : 1m85/90, silhouette athlétique, cheveux bruns coupés courts à la mode militaire. Quelques tatouages qu'il ne montre pas.
ϟ Pouvoirs : Contrôle du magnétisme. Liste détaillée des pouvoirs disponible ici
ϟ Liens Rapides :
Renan n'apprenait rien de la discussion entre sa mère et son amante, mais visiblement Kate était très intéressée par ce qu'elle entendait. Le français connaissait assez bien sa mère pour deviner ce qu'elle avait en tête, à savoir qu'elle trouvait Abigaïl intelligente, agréable et très jolie et qu'elle devait donc espérer que cette relation déboucherait sur un mariage. Elle avait toujours été ainsi : à souhaiter voir ses enfants de marier jeunes et avoir une tripotée d'enfants, une belle maison avec un chien et un travail à faire pâlir d'envie tous leurs voisins. Malheureusement, Renan sortait du lot puisqu'il était plutôt à l'opposée de la vision de la vie idéale que sa mère avait. Quant à ses sœurs... il n'en avait aucune idée et s'en fichait pas mal.

Il fut tout de même étonné d'entendre Abigaïl avouer qu'elle avait une fille et cela même si elle ne précisa pas que c'était lui le père. Tant mieux, Kate aurait été capable de piquer une crise en leur demandant pourquoi ils continuaient à vivre séparés et sans se marier. Toutefois, l'ambiance retomba un peu lorsque la blonde annonça quelle était sa passion. Le teint de Kate blanchit légèrement alors que la sœur de Renan contemplait Abigaïl d'un air étonné. Seul Pierrick, le père, resta de marbre.

« Thanatologie, vous voulez dire le fait d'étudier les morts ? Comme un médecin légiste ? C'est pour cette raison que vous avez une entreprise de pompes funèbres ? »
« C'est... original. »
« Maintenant vous savez pourquoi elle n'a pas dit non lorsque je l'ai abordée dans un cimetière. »

Kate jeta un regard noir à son fils qui esquissa un sourire en retour. Gwendal attendait sagement sur les genoux de sa grand-mère, contemplant tour-à-tour les différents protagonistes de la scène sans vraiment chercher à savoir ce qui se disait réellement.

« Je ne trouve pas ça drôle Renan. »
« Moi si. » Kate soupira.
« Je me demandais Abigaïl... » Elle regarda la concernée. « Vous dites que votre première rencontre remonte à Londres, il y a plusieurs années... vous connaissez donc mon frère, Jack ? Il t'avait laissé partir seul Renan ? » Elle l'interrogea du regard.
« Oui. Il me faisait confiance lui, tu vois. »
« Je vois très bien et maintenant tu es un laveur de vitres doublé d'un père célibataire. »
« On ne dit pas ce genre de choses devant la compagne de quelqu'un tu sais. » Elle regarda la blonde.
« Sans vouloir vous manquer de respect Abigaïl, tant que vous n'êtes pas mariés, j'ai du mal à considérer que mon fils n'est plus célibataire. Même si je serais ravie de vous qualifier de belle-fille, entendons-nous bien ! D'ailleurs, vous pensez y arriver bientôt ? »
« Non. Ce n'est pas au programme. Pour être parfaitement honnête, je dirais même qu'on se considère comme un couple libre. »
« Un couple libre ? »
« Je t'ai déjà expliqué maman. »
« Je vois. »

Le ton était clairement désapprobateur, inutile d'être un génie pour comprendre que Renan avait dit cela parce qu'il savait que sa génitrice en serait contrariée. Cependant, Renan devait admettre qu'il n'aimait pas franchement tenir ce genre de discours devant Abigaïl. Elle entrait dans une petite très privée de sa vie qu'il ne souhaitait partager avec personne. Évitant soigneusement son regard, Renan reprit la parole :

« Ce n'est pas contre vous, mais je suis occupé ce soir.... »
« Oh, Renan, je t'en prie. On ne s'est pas vus depuis longtemps, tu pourrais faire un effort. »
« C'est le cas. » Elle secoua la tête avant de s'intéresser à Abigaïl qui semblait plus docile.
« Dites-moi Abigaïl, comme vous n'avez apparemment pas de réelle obligation ici, qu'en diriez-vous si nous vous invitions tous les trois en France pour des vacances ? Ou tous les quatre si vous voulez emmener votre fille bien évidemment. »

Renan ouvrit la bouche pour protester, mais son père leva la main avant de lâcher quelques mots en dialecte breton – que le français connaissait encore. Il referma la bouche, visiblement contrarié, mais persuadé que le manque de sociabilité de son amante s'occuperait de calmer les ardeurs de sa génitrice.
 
Revenir en haut Aller en bas



Ich will dass ihr mir vertraut, ich will dass ihr mir glaubt, ich will eure Blicke spüren, jeden Herzschlag kontrollieren. Ich will eure Stimmen horen, Ich will die Ruhe storen. ♦️ ©️ Rammstein



 
Bons baisers de France ▬ Abigaïl
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Bons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_6Bons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_8


Bons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_1Bons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_2bisBons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Bons baisers de Hong-Kong [DVDRiP]
» Bons baisers de Perracie [PW Yuli Sibly]
» Bons baisers du Hokage !
» | Défi - 30 Baisers * [ 25/30 ] |
» [Défi] 30 baisers - Quentin Montgomery [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_6Bons baisers de France ▬ Abigaïl Cadre_cat_8
Sauter vers: