AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Bonbons, Attraction, Chocolats et une Dose d'Horreur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Légion des Etoiles
avatar

Ryan J. Heckart

Légion des Etoiles
Généralités
Black Arm

ϟ Nombre de Messages : 2467
ϟ Nombre de Messages RP : 181
ϟ Crédits : DreamCatcher
ϟ Célébrité : Chris Pratt
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chomeur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Dim 30 Oct - 14:26 Message | (#)

" Lâches-moi au moins des thunes, j’vais pas aller loin avec cinq dollars là-bas… " Bougonna Ryan, debout face au canapé de l’appartement de ses amis, ces derniers le regardant poursuivre le cirque entrepris depuis le milieu de l’après-midi... " Hors de question ! " Lui répondit son pote ! " On a déjà casqué pour te faire sortir de ta grotte, à toi d’assumer maintenant… " Les veines du cou de notre joyeux crétin se mirent à palpiter. " Mais j’vous ai rien demandé moi ! " Tiens, voilà que çà repartait dans les tours… " T’arrêtes pas de nous faire chier que t’es toujours tout seul ! A toi de gérer maintenant… " Bon point de la part du Copain de Julia. " Mais… Mais… " Ah ? L’argument de son pote serait-il finalement parvenu à lui couper la chique ? " Je vais rien gérer du tout sans une thune !! " Etions nous tous plongé dans un semblant de boucle temporelle ?

Au fond de lui, ça le touchait de voir que ses amis se souciaient de lui. Dernièrement -c’est-à-dire après que ne se soient déroulés les évènements du dôme- il s’était montré beaucoup plus distant, responsabilisé dans son rôle de héros et s’astreignant à une discipline d’entrainement qui n’avait laissé que peu de place à la fréquentation des anciens membres de sa bande. Ajoutez à cela des disparitions régulières sur Tarkhir -que son statut de son emploi parvenait à justifier sans peine- pour s’y faire rabrouer par cette vieille branche de Tarkhan en tentant de maitriser la Voie et vous comprendrez que ça fait forcément chaud au cœur de voir que l’on n’est pas oublié par ses proches toujours prêt à se couper en quatre pour voir décoller une vie sentimentale inexistante. Sur la forme… C’était un peu plus discutable !

" Tu es mignon tout plein comme ça ! Ça ne pourra que bien se passer ! " Avança doucement Julia avec sa voix douce et maternelle à la fois. Evidemment, ça ne suffisait pas à apaiser notre Légionnaire. C’est que, lorsqu’il avait une idée en tête l’animal, il ne l’avait pas ailleurs… Et il ne pouvait pas s’empêcher de se trouver foncièrement ridicule dans cet accoutrement-là ! Au point d’enfoncer des portes ouvertes : " T’es folle… C’est trop laid ! "

Sans partir sur de vagues considérations esthétiques, il faut bien dire que Ryan subissait plus le costume qu’on lui avait fourni qu’autre chose. Parce qu’il était bien question de costume, oui. En l’occurrence, un costume de Cow Boy plutôt pas trop mal foutu mais qui lui donnait invariablement un petit côté clampin… Un peu comme tout ce qu’il portait d’habitude mais bon… Ce n’était pas franchement ce qu’il y avait de mieux pour se rendre à une soirée Halloween quoi… Même s’il ne ferait pas tâche ainsi vêtu !

Parce que des costumes aussi chamarrés qu’exagérés, il y en aurait tout un tas à cette soirée. Quelle soirée vous voulez savoir ? Une Soirée Meetic… Ou Tinder… Ou peu-importe-le-nom-de-ce-site-de-rencontre-plus-ou-moins-à-la-mode ! En bons potes, Julia et Chris lui avaient ouvert un compte sur pareille application de rencontre pour essayer de briser la solitude sentimentale de notre homme. Evidemment, Ryan n’avait rien demandé, il avait, par ailleurs, bien d’autres choses à penser pour le moment ! Mais voilà que son profil s’était trouvé sélectionné ou bien tiré au sort -certains détails lui échappaient encore- pour le voir participer à « la plus grande soirée Halloween pour célibataires de Star City » ! Rien que çà… Costumes exigés et bonne humeur de rigueur. Une joie pour notre Monsieur Tire-la-Gueule !

" Salut… Je suis… ‘fin… Voilà ! " Lâcha t’il à ce qui s’apparentait à un vigile à l’entrée, tendant l’invitation qu’on lui avait foutu dans les mains avant qu’il ne se rende sur place. Pas satisfait de son costume et pas franchement fier de se rendre à cet endroit, il avait réussi à faire avaler la pilule à ses amis en disant que -dans le plus pur esprit d’Halloween- çà serait pas mal qui passe un masque ! Du coup, il avait passé son demi-masque de Black Arm sous son chapeau, ne laissant plus visibles que ses yeux hétérochromes. Evidemment, on ne manquerait pas de lui dire qu’il s’était déguisé en Lone Ranger mais çà ne ferait qu’agacer notre Légionnaire en Civil étant donné toute l’estime qu’il avait pour ce film tout droit sorti d’une fosse septique ! " Excellente soirée Monsieur ! " La moue de Ryan fut grincheuse en réponse. " Ouais, ouais, merci ! " Quelle joie dans sa voix…

Du coup, il fut introduit sous un vaste chapiteau où tous types de célibataires déguisés se trouvaient. Ryan distingua un mec avec le déguisement du Prétorien -qui se hasarda à lui lâcher un clin d’œil- et il en eut doublement la gerbe… Il y avait pas mal d’infirmières, de policières et de mémoire il n’avait jamais croisés d’agents de la fonction publique si courtement vécu dans ses différentes années de vadrouille. Il n’avait pas tout compris, mais çà semblait avoir privatisé une partie du Parc ou alors çà leur avait réservé des Pass Prioritaires pour les attractions… Ca discutait déjà pas mal, des affinités semblaient se créer. Ryan, lui, chercha à se précipiter vers le buffet mais on l’intercepta pour lui dire qu’il fallait qu’on lui « écrive » un numéro visible, soi-disant pour plus tard… Un « 87 » gravé sur la joue plus tard, notre homme entreprit de sa gaver de bonbecs et autres saloperies sucrées au buffet…

" Bienvenu à tous nos membres pour cette soirée d’Halloween ! " Des cris suivirent la déclaration d’une nana déguisée en Cléopâtre qui serait surement leur hôtesse pour la soirée. Au milieu de la liesse, Ryan se resservit simplement une part de tarte. " Nous espérons que vous passerez tous ici un agréable moment et que, qui sait, vous y trouverez l’amour ! " Tas d’conneries… Une autre part de tarte pour le coup ! " Comme vous l’avez tous vu, nous vous avons attribué des numéros en associant vos profils respectifs pour une rencontre par affinité ! Charge à vous, maintenant, de trouver votre partenaire pour la soirée et de débuter celle-ci ensemble ! " Par affinité… Suivant leurs profils… Ryan en eut un début de sueurs froides, se demandant quel genre de conneries ses amis avaient bien pu renseigner sur son profil. Empoignant des Dragibus, il fit contre mauvaise fortune bon cœur et commença donc à se mettre en quête de celle qui passerait avec lui la soirée ! " 87 ? 87 ! 87 ? " A en juger par le timbre employé, il semblait RA-VI !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Le Poing de la Justice

"A monster ? How am I monster ? Yer all just pussies !"

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 185
ϟ Nombre de Messages RP : 55
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 14 Nov - 22:34 Message | (#)

N° 87…. Aie !

Halloween était, depuis son arrivée à Star City, pour l’africaine quelque chose de totalement risible. Elle n’y connaissait rien de ce « rite » qu’on disait à moitié celte et à moitié commercial. Elle avait essayé d’y chercher une signification dans la religion puis s’était rendue à l’évidence que c’était une fête, une bonne occasion de faire la fête et de lâcher prise et ça lui suffisait. Elle n’avait pas besoin de trouver une raison à tout, en fin de compte. Elle avait la chance de pouvoir se contenter de prendre plaisir à faire une chose sans pour autant avoir besoin de mettre une raison dessus. C’est pour cela d’ailleurs, qu’après le cap de l’incertitude et de franche rigolade qu’avait déclenché sa première année ici, elle avait décidé de participer chaque année à la fête, d’une manière ou d’une autre. D’ordinaire, elle allait en ville, au plein cœur du défilé grandiose qui s’y menait. Mais cette fois-ci, elle avait décidé de mettre la barre plus haut, et à tous les niveaux.

Les derniers évènements qui avaient secoués Star City avaient pour le moins ébranlés la jeune femme, et pas à un niveau où l’on pouvait s’y attendre. Loin des siens, sans attache ici si ce n’est la jeune émissaire qu’elle accompagnait, elle s’était soudainement mise à penser que les siens n’apprendrait son éventuelle mort que par l’intermède de la presse et qu’elle mourrait vraisemblablement seule. Pour une femme qui faisait dans l’altruisme, c’était étrange de penser ainsi car en réalité, elle ne mourrait jamais seule vu qu’elle habitait au centre d’une ville gigantesque. Mais plus les ans passaient, plus elle réalisait qu’il lui serait impossible de retourner sur la terre de ses ancêtres. Elle s’en était trop éloignée et sa vie était ici désormais. Il fallait qu’elle l’accepte. Qu’elle aille de l’avant.

C’est pour cette raison que la féline demoiselle c’était mise en tête de mettre de l’ordre et de la stabilité dans sa vie. En commençant par se trouver une relation stable. C’était pas rien ! Le flirte, la drague et les coups d’un soir, Jendayi connaissait ça. Ou du moins, avait découvert cette liberté en posant les pieds en Amérique. Une chose pareille ne se serait jamais passée en son pays. Mais étrangement, elle s’était sentie libre de mentir et de ne jamais rien partager avec l’autre en arrivant ici. Elle vivait pour l’autre, à part dans son couple où égoïsme et moquerie étaient de mise. Pourtant, c’était bien loin de sa personnalité pacifiste et attachante.

Du coup, comme je le disais, notre demoiselle c’était mise en tête de se trouver un mec. Et un bien ! Ouais bah… Ca se trouvait malheureusement pas en rayon dans un supermarché. Après les sites de rencontres, Jendayi s’était vite rendue à l’évidence que c’était un échec et pour un détail pourtant pas évident : la facilité. L’africaine, aimait le flirte et la drague pour une bonne raison : parce qu’il y avait bataille et que l’un finissait toujours par se rendre. Comme dans la nature. Chater sur internet c’était… fade et absolument pas chimique ! Après plusieurs rendez-vous foireux ou sans lendemain, elle se rendit à l’évidence qu’il lui fallait avant tout un contact avec l’autre pour prendre goût à la chasse. Elle avait donc demandé conseil à l’une de ses plus proches alliées (la tenancière du café deux boutiques après la sienne) et avait fini par s’inscrire sur cette soirée qui proposait – pour une fois – un premier contact en chair et en os. Et elle avait l’intention d’en profiter.

Second problème.

La tenue ! Bon sang ! Quelle galère ! Trouver quelque chose qui ne soit pas mis par la moitié des filles réunies, ou qui ne fasse pas démodé ou trop vulgaire, ou, ou… A s’en arracher les cheveux, même pour une jeune femme créative et patiente. Elle avait fini par passer un coup de téléphone à sa mère à l’autre bout du globe pour parler de tout et de rien – à un prix ahurissant ! – jusqu’ à ce que la nuit tombe et qu’elle n’ait toujours pas de solution. Son père – que sa mère avait fini par lui passé – s’était fendu d’un « vas-y comme tu es, tu es très belle ma chérie » en africain dans le texte. Elle avait râlé avant de raccrocher. En les embrassant tous deux. Se regardant dans le miroir sur pied, elle sourit à son reflet en se disant que finalement oui, elle n’avait qu’à y aller comme elle était.

« 87… » Elle releva les yeux et chercha du regard ce à qui ce numéro pouvait bien correspondre. Un sourire en coin, elle se félicitait de sa tenue qui n’avait pas sa pareille sous le chapiteau : ses longs cheveux de jais étaient masqués par une perruque d’un blanc neige, coupée court en carré avec une frange sur le devant. Elle portait une longue combinaison de la même couleur virant sur l’argenté. Enfin combinaison… ça lui moulait le corps et lui recouvrait la poitrine jusqu’au milieu des cuisses. Le reste, toutes les parties visibles de sa peau, elle s’était enduite d’une sorte de peinture qui masquait sa peau sombre et lui donnait des reflets argentés. Un diamant. Il fallait bien cela pour Adamas après tout. Ah ! Et des talons interminables sur des chaussures transparentes ! La classe made in Dakana.

Comme un certain visiteur, elle s’était discrètement jetée sur les friandises. Pas par faim mais par soucis de coller à l’ambiance. Et comme il fallait bien lancer la discussion par quelque chose de plus ou moins amical… « Tu as laissé ton cheval à l’auberge, cow-boy ?! » Le dernier mot, prononcé en anglais par notre jeune demoiselle, était tout à fait charmeur et un tant soit peu provocateur. Elle mit de côté ce que son cerveau analysait d’un homme qui ne trouve rien de mieux que de revêtir pareil vêtement et détailla notre homme du regard. Sa silhouette lui rappelait vaguement quelque chose. Plus comme un déjà vu qui pouvait s’apparenter à un type qu’on croise tous les jours dans le bus. A la différence près que ce dernier portait un masque qui lui cachait la moitié haute du visage. Ça changeait. Même si le thème n’était pas « au bal ». A nouveau, elle esquissa à sourire. Elle venait de se dire que, contrairement à ce que la plupart des gens pensent, c’est bien le noir qui met le plus en valeur les couleurs. La réflexion venant d’une métisse c’était assez ironique. Réflexion qui concernait la couleur hétérogène des yeux de notre Luky Luke du soir. En général, Jendayi n’oublie pas un visage, ni même un nom. En encrant son propre regard sombre sans une nuance de couleur dans ceux changeant de notre homme, elle peinait à se souvenir à qui déjà dans le passé, elle avait vu pareille qualité. Vu le mal qu’elle mit à retrouver un tant soit peu d’info dans sa mémoire, elle devait être passablement éméchée ce soir-là ou alors elle n’avait pas côtoyé cet homme du passé d’assez près pour noter autre chose que ses yeux. Mais passons.

L’avantage de son déguisement à elle, c’est qu’il voilait son côté africain. Enfin avantage, du point de vue qu’elle pourrait quitter les lieux, se démaquiller et ne pas se faire repérer ! Pas quelle trouve un quelconque désavantage à sa couleur de peau. Elle en était même très fière. Mais pour une fois, ça gommait son appartenance à une ethnie.

Coupant court à leur discussion, un scribe de Cléopatre passa dans les rangs et fixa au poignet de nos charmants invités une sorte de bracelet en leds lumineuses : les entrées VIP pour le parc. Ils n’auraient qu’une heure, mais l’accès était illimité pour tous les manèges et autres attractions en tout genre. Jendayi fit danser son bracelet de fortune qui produisait des reflets bleus sur sa peau maquillée. Elle remonta le regard sur son cavalier du soir et esquissa un nouveau sourire. Elle lui tendit une main fine et élégante : « Jen…nifer. » Se corrigea-t-elle pas si décidée que ça à tout balancer au premier venu masqué, eut-il les plus beaux yeux de la région. « Train fantôme ? » Probablement une de ses attractions favorites, sans aucun doute. A part peut-être le labyrinthe des miroirs….


Dernière édition par Jendayi Ndongo le Ven 23 Déc - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Légion des Etoiles
avatar

Ryan J. Heckart

Légion des Etoiles
Généralités
Black Arm

ϟ Nombre de Messages : 2467
ϟ Nombre de Messages RP : 181
ϟ Crédits : DreamCatcher
ϟ Célébrité : Chris Pratt
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chomeur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 22 Déc - 18:34 Message | (#)

" Il y avait pas d’avoine ici… " Lâcha t’il du tac au tac à la remarque sur son supposé cheval. A défaut, il n’avait pas apporté son raton-laveur ou son chat, c’était déjà çà en soi. Du coup, Ryan se tourna vers la damoiselle qui l’avait apostrophée, une de ses larges mains toujours chargées de victuailles. C’est peu dire qu’il ne fut pas franchement ce qu’il y a de plus élégant dans sa façon de reluquer la demoiselle de la tête aux pieds, en soulevant d’un index tendu l’un des rebords de son chapeau. Faut dire que c’était quand même pas commun de croiser quelqu’un de déguisé en… En quoi d’ailleurs ? Il se retrouvait con –sans blague ?- parce que le déguisement aurait dû lui apparaitre comme évident, mais là il n’avait pas le début d’une piste sur ce que la demoiselle singeait. Du coup… Bah il allait probablement se poser la question pendant une grande partie de la soirée ! " En plus, il boit que d’l’eau… Et ça court pas les tables ici ! " Souffla t’il dans un sourire en levant haut le verre de cocktail qu’il descendit d’une traite. Si cette soirée l’avait pas franchement enchanté au départ, autant se rattraper en mangeant et en buvant qu’il se disait. Ah… Et ouais, il était toujours fixé sur l’absence de son hypothétique cheval !

Du fait du déguisement de la jeune femme, Ryan ne s’était pas un seul instant figuré la connaitre. En plus de ça, il était trop brouillon dans sa réflexion polluée par l’envie de savoir à quoi le costume faisait référence… Et il était relativement stupide… Aucune chance donc qu’il fasse le rapprochement avec une nana qui avait –plus ou moins- piétiné sa fierté il y a quelques semaines et qu’il avait tendrement envoyé sur les roses ! Parfois, ça justifie pas mal de choses d’être un crétin fini.

" R.J. ! " Allez savoir pourquoi il avait lâché sur diminutif dont l’accablaient ses amis alors qu’il serrait la main de la jeune femme en faisant attention de ne pas lui broyer les phalanges… Ah ! Inutile de dire qu’il n’avait pas un instant fait le rapprochement entre « Jen…nifer » et la « Jen » du Club de l’autre soir. On va pas lui demander de réfléchir non plus ! " C’est quand même bien laid çà… " Souffla t’il en regardant le bracelet en led qu’on lui avait cerclé au poignet. " Heu… Si tu veux… " Rétorqua t’il sans grande motivation, pas franchement adepte des attractions en tout genre. La soirée commençait à franchement ressembler à une belle galère pour lui alors qu’il semblait juste être venu ici avec la motivation d’être un pique assiette !

Et puis, de façon assez surprenante, il se mit à réfléchir... De ses réflexions qui n’appartiennent qu’à lui ! Attends… Train fantôme c’est plutôt l’bon plan mon con ! Heureusement que les pensées ça restait des pensées, hein ? C’est une nana, donc forcément elle va avoir la trouille… Sexiste… Et si elle a la trouille, il va falloir la rassurer… Jusque là… Et s’il faut la rassurer, il y a moyen qu’elle se colle à moi… Faudrait que je la joue un minimum détaché et serein mais ça ressemble pas mal à un bon plan ça garçon ! On y croit… Bon par contre, j’espère que ça tâche pas trop sa peinture là… Ce sens des priorités mon gars ! C’est qu’elle est quand même maquillée comme une voiture volée. C’est quand même fous de voir tout ce qui peut passer par la tête d’un abruti qui tente de réfléchir.

" Ouais, non ! L’train fantôme c’est une super idée ! ! " Ce qui est bien c’est que pour une soirée « séduction » comme celle-ci, son comportement ULTRA changeant n’était pas du tout à même de laisser penser qu’il était un semblant de dangereux psychopathe… Passer d’un aspect mollasson à une certaine frénésie en un instant, tout ce qu’il y a de plus rassurant ! " Au pire, j’crois qu’il y a l’Palais des Glaces à côté… " Un espèce de labyrinthe des miroirs. " Du coup, si jamais t’as envie d’me larguer, on aura qu’à y faire un tour… " Franchement mec, cherches pas à faire des phrases compliquées et à expliquer des choses compliquées… Ca laisse juste des blancs qui te font encore plus passer pour gland et qui te forcent à expliquer : " Bah ouais, t’sais… Tu serais un peu camouflé là d’dans… " Et comme pour insister en gros lourd, il désigna son « déguisement » de mouvements pendulaires de son index.

En galant homme, Ryan chercha quand même à offrir son bras à la jeune femme pour qu’ils se dirigent ensemble vers le train fantôme ! Comme un semblant de couple… Bah quoi ? C’était bien le but de la soirée non ? Libre à elle se saisir la perche au vol après tout… Même si le était quand même pas super long et qu’il tardèrent pas à arriver sur place en se dispensant des files d’attente. Pratique ce petit bracelet moche en fait ! Et voilà donc notre petit couple en devenir –ou pas- installé dans la wagonnet qui se dirigea tranquillement dans les ténèbres pour un frisson garanti… Enfin, sur ce point là, il y en avait un de sceptique !

" T’sais… Ces attractions c’est très surfait ! " Lâcha t’il avec un profond détachement alors qu’un souffle froid leur passait dessus en s’enfonçant dans les tunnels sombres de la terreur. " ‘fin… J’veux dire… On sait qu’on va avoir peur ! Sauf que bon… La vrai peur ça vient quand même de la surprise. Alors du coup si on sait qu’on va avoir peur, il y a plus de surprise et on a plus peur… " Oula que c’est confus tout çà ! Il avait besoin de chercher à jouer le mec sûr de lui et détaché ! Bon, foncièrement, il n’avait pas grand-chose à craindre… La peur, c’était un peu secondaire pour qui avait affronté Omega –Séraphin Prime en fait- et collé des Beignes à des Dragons sur Tarkhir ! " Du coup, on a jamais vraiment peur dans ces attrAAAAAAAAAAAAAAAH ! "

Il venait de bondir à l’apparition soudainement d’une faucheuse aux os fluorescents dans un sinistre ululement de mort et des cliquetis de chaine ! Ou comment passer pour un débile après ses grands raisonnements ! Franchement terrorisé sur le coup, il faillit avoir un réflexe malheureux en serrant du poing, prêt à en coller une au machin… Heureusement, il resta figé dans son cri de peur et évita de coller un pain qui aurait fait trembler tout l’édifice ! Tu parles d’une première impression… Le reste du parcours fut clairsemé de hurlements de fillettes, de frémissements coupables et de plaintes de surprise alors qu’il s’accrochait bien fort à la barre de fer verticale devant eu sur le wagonnet. Quand ils en auraient terminés, on pourrait voir qu’il avait suffisamment serré pour la déformer de sa poigne… Mais quel homme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Le Poing de la Justice

"A monster ? How am I monster ? Yer all just pussies !"

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 185
ϟ Nombre de Messages RP : 55
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Ven 23 Déc - 18:33 Message | (#)

L’africaine se contenta d’un signe de la tête pour accuser réception du nom de son cavalier. R.J. C’était pas banal. Elle ignorait si c’était le diminutif de son prénom - double en l’occurence - ou si c’était un prénom qu’il s’était donné pour la soirée. Elle s’était bien autorisée une variante, elle n’était probablement pas la seule à avoir eu cette idée pour garder un semblant d’anonymat. Elle baissa à son tour les yeux sur leur bracelet, en relation avec la remarque de son voisin. C’est vrai qu’il y avait mieux comme design. Même pour une soirée à faible budget, ils auraient pu faire un semblant d’effort. Elle releva les yeux sur le déguisement de son voisin puis parcouru du regard les couples encore dans la zone. Au final, elle n’était pas certaine que ce soient les bracelets qui fassent le plus défaut dans les décors. Si son voisin et elle étaient particulièrement bien habillés, ou déguisés, il y avait véritablement de tout dans les parages. Jendayi pouffa en apercevant un homme emballé dans ce qui ressemblait à un grossier pyjama singeant un lapin. A voir le petit pompon remuer sur ses fesses, c’était presque décevant. Un sourire en coin, la jeune femme se remercia mentalement d’être tombée sur une personne dotée d’un minimum de sens du vêtement. Même si à en regarder de plus près, le costume de R.J. n’était pas forcément le mieux taillé du monde ni même d’une qualité supérieure mais il mettait son porteur à son avantage.

Elle eut un mouvement - subtile- de recul lorsque son voisin se mit à réfléchir furieusement. Elle était suffisamment entrainée pour ne pas avoir ouvertement accès aux pensées des personnes qu’elle côtoyait mais son cavalier pensait trop fort. Enfin manière de parler. Elle l’observa un instant, sourire aux lèvres. D’une légère poussée, elle tendit son esprit pour savoir sur quel sujet il mettait autant d’attention. Et se retira bien vite, un large sourire aux lèvres. Oui. Elle avait bel et bien affaire à un homme. La jeune femme était décidée à s’amuser et même si son cavalier n’était pas - pour l’instant - d’un grand secours en matière de divertissement, elle avait envie de tout prendre du bon côté. Il approuva, vaguement, sa proposition de commencer avec le train fantôme. Bien! C’était probablement la plus puérile des attractions ici bas, mais Jendayi avait toujours apprécié. Peut-être parce que la nuit et l’humidité de l’attraction lui rappelait les conditions atmosphériques présentes dans les mines d’extraction des cristaux… Elle sourit à sa soudaine montée de joie. Ou du moins, ce qu’il essayait de montrer comme un sentiment positif. Notre homme n’avait pas l’air d’être le plus à l’aise avec la séduction et la drague mais il mettait du sien. Elle eut un mouvement de tête, surprise et amusée de constater que le second choix de notre homme s’arrêtait sur le Palais de Glaces. Elle se promit de le proposer en sortant du train, histoire de faire chacun quelque chose qui leur convenait. Même si lui n’avait pas l’air le moins du monde enthousiasmé par toutes ces attractions.

Elle élargit son sourire en entendant l’explication du cupidon en herbe. Elle lui administra un gentil coup de coude pour le relancer. « Il faut être en couple pour avoir envie de l’arguer l’autre, R.J. La seule chose qui nous lie, c’est la couleur de nos bracelets, ne t’emballe pas! » C’était dit sur le ton amusé de la plaisanterie, sans pour autant se moquer de lui. Elle haussa les épaules à sa remarques, un peu déplacée, sur son déguisement. A nouveau, elle choisit de prendre ça sur le ton de la plaisanterie au lieu de lui balancer une gifle comme l’aurait fait une femme digne de ce nom. Elle lui ajusta son chapeau et répliqua. « He, cowboy, tu as trouvé le plus gros diamant de la région. Ne l’échange pas contre la première perle que tu trouveras. » Elle sous-entendait ainsi que c’était plutôt lui qui aurait envie de la perdre dans le labyrinthe de miroirs. Après tout, même si elle appréciait cette attraction, c’était lui-même qui l’avait proposée avant qu’elle n’en parle.

Elle accueillit le bras de R.J. avec un large sourire, amusée. C’était terriblement old school, mais ça allait très bien avec leur déguisement et l’ambiance décalée de la soirée. Ils ne dirent mots jusqu’à ce qu’ils gagnent la file et la dépassent au moyen de leur badge VIP. Elle se glissa à l’intérieur du wagon avec autant de grâce que lui permirent ses talons. Après réflexion, même terriblement habituée à marcher sur des échasses, elle se dit que la prochaine fois, elle devrait prendre quelque chose d’un peu plus confortable. Elle frissonna au contact du siège dans son dos. Il avait fait chaud dans la tente mais maintenant qu’ils étaient dehors ou dans les attractions, elle se dit que le déguisement en hiver, c’était pas la meilleur idée de la terre! Et s’il fallait mettre une doudoune par dessus, ça devenait carrément ringard. Donc on crevait de froid. Génial! Elle regarda son voisin s’installer et tourna son visage vers lui lorsqu’il lui expliqua que c’était tout à fait surfait, ce genre de manège. Elle sourit et détourna le regard. Elle écouta à moitié le reste, fixant l’ombre avec nostalgie. Elle tendit la main sur le côté, comme pour y palper l’air. Elle eut un sourire en biais. Dakana lui manquait. Ici, dans la nuit, elle pouvait y retourner rien qu’en fermant les yeux et en faisant jouer sa mémoire… Enfin, elle aurait pu si son voisin n’avait pas poussé un hurlement qui la fit sursauter et se retourner vers lui, persuadée qu’il s’était fait attaqué par un ours ou quelque chose du genre. Mais non. Rien! Juste une ridicule apparition en plastique! Jendayi lui administra un poing sur l’épaule, en mode faiblard, et tout en riant, le nargua en disant que c’était lui qui allait lui faire peur à hurler ainsi.

Jendayi sursauta encore à plusieurs reprises, à chaque fois que notre héros criait. Au bout de la troisième fois, elle partit dans un grand rire se demandant comment il était diable possible de crever à ce point de trouille. Au lieu de fuir notre homme, elle s’était rapprochée de lui, se tordant de rire. Il se cramponnait à la barre verticale, elle avait son épaule contre lui et chaque fois qu’il hurlait, elle posait sa main sur ses bras tendus comme pour tenter de le rassurer. Il avait un bon fond, mais il était loin d’atteindre la maturité que lui concédait son âge. A moins que l’africaine se soit faite avoir et qu’elle soit en réalité en présence d’un adolescent, mais elle en doutait. Elle était pliée en deux, morte de rire, lorsque le wagon s’arrêta enfin et que notre homme descendit, chancelant de train. Elle se glissa sur les fesses pour le rejoindre et empoigna la barre pour se hisser. Elle baissa les yeux et stoppa son rire. La barre avait le dessin d’une main. Elle s’en étonna. Elle ne se souvenait pas y avoir fait attention en descendant. Mais c’était obligé que ça soit là au départ, sinon comment serait-ce apparu?

Elle se hissa hors du wagon à son tour et rattrapa R.J. quelques mètres plus loin qui tentait de se remettre de ses émotions. Elle s’empara de son bras et le soutint quelques pas avant de lui avouer: « Je crois que je ne me suis jamais autant amusée dans le train fantôme! » Sans compter que l’intervention burlesque de son camarade lui avait fait complètement disparaitre la nostalgie de son pays. Si elle avait été maussade les quelques minutes du départ, elle s’était laissé allée à la joie pure tout le long du parcours. Et pas par moquerie mais par lâché prise: Elle était persuadée que son camarade y avait mis du siens pour rendre l’attraction intéressante et elle avait apprécié le geste. Elle était loin de se douter qu’il avait véritablement eu peur. Guidant toujours son cavalier, elle l’entraina un peu plus loin, jusqu’à rejoindre le précédemment cité, Palais de Glaces. Ne pouvant pas passer à deux de front, elle laissa coulisser son bras jusqu’à rejoindre la main de son compère et le tira en avant, par la main, pour rentrer dans les couloirs réfléchissants. Jusqu’à la première salle, tous se dirigeaient dans le même sens, puis la galerie se séparait en deux, en labyrinthe, et il fallait retrouver le centre pour - également - se retrouver et ressortir par un chemin unique.

Elle lâcha la main de son compère et l’agita à son attention. « Ne te perds pas en route…. » Le nargua-t-elle d’un sourire. Elle s’enfonça dans la galerie de droite.

Pour Jendayi, c’était facile. D’une part grâce à ses facultés mentales, et d’autres part parce qu’elle avait plus l’habitude de quiconque de côtoyer des surfaces réfléchissantes. Elle joua le jeu, cependant, et comme tout le monde, mis les mains en avant pour faire attention à ne pas se prendre une vitre.

Si elle avait demandé son cavalier de ne pas se perdre, c’est bien elle qui ne suivit pas ses propres recommandations. Tout en avançant, elle se perdit dans le récit de sa propre vie. Son mental, vicieux, fit un cheminement entre les miroirs, les cristaux, les siens. En s’emmêlant les pieds, elle perdit l’équilibre et se rattrapa à la surface froide d’un pan de miroir qui vibra sous l’impact. Ce n’était que du sable cuit mais ça lui fit l’effet d’une décharge électrique. Elle retira vivement sa main. Elle cligna des yeux et regarda alentours. Il n’y avait que son reflet, à l’infini. Elle tendit à nouveau la main vers la surface brillante. A nouveau, la brulure symptomatique lui parcourut la main. Elle fit le même geste sur les autres parois et eut le même résultat. Ca n’était pas de la poussière de sable avec une feuille d’aluminium qu’on avait utilisé pour créer ces miroirs! Mais des cristaux! Comme pour confirmer ses dires, elle tendit son esprit en avant et il lui revint en pleine figure. Elle ne pouvait contacter personne. Elle abattit à plusieurs reprises ses mains sur les pans de verre mais rien n’y fait. Elle paniqua et voulut faire marche arrière. Or elle ne pouvait plus: les parois l’avaient entièrement encerclée! Elle hurla.

Elle était loin de se douter qu’en plus du jeu des miroirs, l’attraction était équipée d’un gaz permettant de faire ressortir les peurs les plus profondes des utilisateurs. En temps normal, ce gaz n’était pas si néfaste, se contentant de faire croire aux gens qu’il y avait une araignée sur leur épaule ou qu’il y avait une momie à leur poursuite. En hurlant et courant, ils se retrouvaient vite dehors et vite, hors de danger. Il en était tout autre pour nos deux supers.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Légion des Etoiles
avatar

Ryan J. Heckart

Légion des Etoiles
Généralités
Black Arm

ϟ Nombre de Messages : 2467
ϟ Nombre de Messages RP : 181
ϟ Crédits : DreamCatcher
ϟ Célébrité : Chris Pratt
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chomeur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Dim 29 Jan - 14:57 Message | (#)

Passés les échanges aux sous-entendus que son cerveau de gallinacé ne perçut guère, Ryan se donna donc en représentation complète dans une reproduction toute personnelle du Cri d’Edvard Munch. Avec du son et sans traits grossiers… Tout juste remis de ses émotions, il vacilla un brin en quittant le train fantôme, se flagellant mentalement à l’idée qu’il n’avait là pas vraiment donné l’image la plus flatteuse de sa personne. Mais, de façon assez surprenante, la jeune femme avait eu l’air d’apprécier, arguant même qu’elle ne s’était jamais autant amusé. R.J. en oublia le détail du « dans un train fantôme » dès l’instant où elle s’était emparée de son bras et où il avait eu une soudaine montée de chaleur dans le même temps, sa gorge nouée par ce contact ardemment désiré mais qui avait toujours le mérite de le faire réagir comme un collégien à l’aube de rouler sa première pelle…

Et voilà donc que, semblable à un ado sous LSD, il se laissa trainer jusqu’au parvis de ce Palais des Glaces précédemment nommé ! Un peu rassuré par le fait qu’elle lui avait précédemment affirmé qu’elle chercherait pas à le perdre là-dedans, il s’imagina bizarrement lancé dans une sorte de cache-cache pour adultes qui fit rougir ses pommettes. Qu’on dise pas que c’était encore un gosse dans sa tête…

Elle partit d’un côté, il fuit par l’autre… Dans sa tête de linotte, il imaginait que les différents couloirs se rejoignaient quelque part et qu’il pourrait tomber sur sa « proie » tôt ou tard ! Il étira un demi sourire, se figurant cet épisode comme un entrainement supplémentaire. C’est fou comme toute situation de son existence pouvait être orientée pour le rendre plus fort. L’Art du Combat n’était pas quelque chose que l’on prenait à la légère et qui occupait peu de temps dans une existence. Mais c’est un point qui reviendrait tôt ou tard sur le tapis si les deux jeunes gens en fleur venaient à nouer un semblant de relation qui fleurirait en bouton d’amour.

Et donc, voilà notre homme un brin arqué sur ses jambes, déambulant entre les miroirs à la recherche de ce qui serait le diamant de son existence. Evidemment, il se mangea plusieurs cloisons sur le coin du museau, incapable de vraiment se repérer correctement là-dedans. Les paroles de Tarkhan-Sensei avaient beau passer dans sa tête pour l’encourager à voir avec « les yeux du cœur » ou avec toute autre conneries, ça ne changea pas grand-chose quand il percuta plein fer un autre miroir et qu’il jura comme un charretier. Bizarrement, il s’amusait pas mal en fin de compte ! Jusqu’à ce qu’il ne tombe nez à nez avec une personne de son passé et qu’il ne se fige tout à fait, un frisson glacé parcourant son dos.

" Onc… Oncle Terry ? ! " Ouais… Il voyait son oncle dans un miroir à la place de son propre portrait. C’était pas la première fois que ça lui arrivait d’ailleurs. Pour un mort, l’Oncle Terry apparaissait pas mal à son neveu, comme lorsqu’il avait foutu une branlée à Omega. Comprenez à Seraphin Prime, Ryan étant toujours persuadé d’avoir fessé cul nu le meurtrier du Prétorien. Mais je digresse… " C’est comme ça que tu occupes ton temps libre, Ryan ? " Pour le coup, la remarque lui fit l’effet d’un coup de pied dans les noix. " Tu cours les filles quand le monde cours à sa perte ? " " Je… " Il y avait quelque chose qui clochait, les sens de notre crétin Alpha le lui hurlaient… Mais le ton moralisateur de son oncle avait toujours eu de l’effet chez le petit garçon qu’il était jadis. " Tu souhaites notre sort à l’humanité entière ? " C’est une petite dame d’un certain âge apparue en compagnie d’un monsieur d’un certain âge qui venait de lui dire çà. Et çà lui fit l’effet d’une lame enfoncée loin dans son âme. " Mémé… Pépé… " Dans la peur, il redevenait un enfant… Plus encore que ce qu’il n’était d’ordinaire !

Et ces visages du passé d’harceler sa conscience ! On questionna son aspect désinvolte, l’on remit en cause son amour pour tous alors qu’il n’était que quantité négligeable à la mort de chacun. Et si de nobles intentions l’avaient habité dès ses plus jeunes années ? N’aurait-il pas pu tous les sauver en disposant du pouvoir qui était aujourd’hui le sien ? La fuite lui apparut comme un semblant de solution, mais peu importe où il posait son regard hétérochrome, il les voyait… Encore et toujours ! Dans un accès de rage, il brisa un miroir d’un revers de son poing avant de tomber à genoux, quelque chose commençant à se briser en lui… Dans l’infinité des miettes de reflet se composa un autre visage. Il leva les yeux pour voir la silhouette de sa mère qui ne lui adressa pas le moindre mot, le dardant d’un regard où se mêlait bien des choses… Avant qu’elle ne lui tourne le dos. Comme il le lui avait tourné, en somme…

Puis, il entendit un hurlement...

Hurlement appartenant à une voix qu’il n’eut aucun mal à reconnaitre et qui suffit à raffermir sa détermination alors qu’il était en nage... Autour de lui, tous les portraits de son existence le miraient avec une froideur extrême. Il puisa en cela plus de force qu’il ne s’en crut capable, laissant libre court à cette chose qui jamais ne viendrait à lui faire défaut : sa fierté ! La fierté du plus fort ! L’espace d’un instant, quiconque l’aurait miré aurait pu se figurer la vision de notre homme cheveux presque blancs recourbés vers l’arrière, aux yeux bleus extrêmement pâles -comme décolorés-, à la musculature encore mieux proportionnée, légèrement grossie, et une foule d’éclairs à la blancheur insoutenable auréolant sa silhouette de combattant.

" Assez ! " Ordonna t’il en déployant son bras droit d’un revers vif. L’énergie déployée par le mouvement d’air vu suffisante pour choquer les miroirs alentours et les fissurer. Un à un, ils tombèrent au sol. Pour une fois, Ryan n’en vient pas à se reprocher les dégâts générés en se disant qu’il se ferait disputer par la Légion des Etoiles. Non. Il y avait dans son regard un sérieux qui ne se laissait pas perturber par des questions aussi futiles…

" Tout va bien… " Souffla t’il à la jeune femme après s’être précipité à son chevet, nouant ses bras autour d’elle pour chercher à la calmer. " Tout va bien… Je suis là ! " Comme si çà pouvait avoir la moindre importance, comme si ça pouvait changer la donner. Suffisamment fort pour la calmer, suffisamment fort qu’elle cesse de gigoter entre ses bras. Sans vraiment savoir pourquoi, il amena de sa main le visage de la jeune femme sur son épaule avant de la soulever de terre, la tenant fermement dans ses bras. Dans le chaos du Palais des Glaces en miette, la scène aurait pu faire une belle fresque…

" Quel bordel… " Soupira t’il alors que les miroirs craquaient sous ses pas l’amenant sur le parvis de l’attraction. La crainte s’était communiquée à pas mal de monde et il y avait ça et là des mouvements de foule. Ça avait le mérite de lui rappeler l’épisode de l’attaque de King attaquant le Maire dans le Star Dôme. " Fait chier… " Ca sortait du cœur et ça avait le mérite de trahir son état du moment. Au passage, on ne questionnera pas là le pourquoi du comment le gaz n’avait pas eu sur lui le même effet que sur les autres ais disons qu’il y avait des gènes paternels qui étaient entrés en actions. Sinon, il y avait forcément un responsable pour tout ce bordel… " Faut que j’trouve qui a fait çà… " Manque de bol, il était nul pour çà… Ah là là… Si seulement il était accompagné de quelqu’un avec des facultés mentales pouvant l’aider… Au passage, pour quelqu’un qui s’imaginait se faire chier ce soir, ça commençait à devenir intéressant sur tous les plans cette affaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Le Poing de la Justice

"A monster ? How am I monster ? Yer all just pussies !"

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 185
ϟ Nombre de Messages RP : 55
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 9 Avr - 22:23 Message | (#)

En tant que mentalisme, la jeune femme avait appris depuis sa plus tendre enfance à se construire une carapace, sorte de muraille mentale qui lui permettait de se couper entièrement du monde extérieur pour se pas en subir les caprices. Avec le temps, elle avait perdu l’habitude et la discipline de toujours entretenir cette protection. Après une certaine épaisseur et un certain confort de vie, elle avait sur être loin des attaques et des revers du destins. Elle avait arrêté de l’alimenter et s’était petit à petit à nouveau ouverte aux autres sans prendre garde. Le revers de médaille lui revenait actuellement en pleine poire: elle souffrait de mille maux perdue dans un dédale de labyrinthe mental forcé par le gaz hallucinogène. Ce n’était pas tant le gaz en réalité, mais plutôt son inconscient qui tirait lui-même la sonnette d’alarme en lui rappelant son devoir et sa réalité. Elle devait rester forte et attentive pour le reste de ses jours. Et elle serait toujours la seule à pouvoir le faire. Lutter, sans cesse, pour se protéger des autres sans jamais pouvoir songer à s’ouvrir réellement à quelqu’un. Ne jamais pouvoir réellement partager quoi que ce soit. C’était sa dure réalité. Et son reflet qui lui revenait à l’infini propagé par les miroirs, aggravait ce sentiment de solitude morbide qui n’était pas revenu la hanter depuis de longues années.

Elle ne s’en rendait pas compte, mais en tentant de s’extraire de sa vision chaotique, elle générait une puissance mentale incroyable. De quoi attirer dans la zone tous êtres doués d’une sensibilité mentale. Mais ça n’était pas l’important pour le moment.

Elle faiblit mentalement et tout en reculant encore pour tenter d’échapper à cette torsion de son esprit. Elle rencontra le verre froid dans son dos et un frisson lui parcouru l’échine. Se voir ainsi représentée à l’infini dans tous ses échecs, était insupportable. Elle n’entendit pas Ryan hurler. Mais la puissance qu’il déploya pour briser les miroirs lui parcouru l’échine et elle se sentit libérée à l’instant où elle sentit son contact réconfortant. La situation s’était momentanément complètement inversée: la femme forte et le piètre cow-boy montraient désormais leur vrais visages. Jendayi, dans son lâché prise mental, avait retrouvé le confort et la sécurité dans les bras d’un homme qu’elle pourrait apprendre à aimer. Ryan, dont la fierté sans borne n’était plus à prouver, faisait acte de bravoure et assumait son rôle d’homme de la situation. Le comique de tout ça voulu que ni l’un ni l’autre ne réalisèrent à quel point cette inversion des rôles pourrait être plus que juste temporaire et à quel point ils étaient véritablement, pour ainsi dire, faits l’un pour l’autre.

Elle se laissa aller dans ses bras et pendant un instant, elle se retrouva enfant tombée dans le puit du village, secourue par son père qui la ramenait auprès des siens. En fermant les yeux, elle s’imaginait retourner à Dakana. Elle enfouit son visage dans le creux de la nuque de son sauveur. Elle tentait de se redonner de la consistance. Il pouvait bien lui accorder encore quelque minute de faiblesse. Elle ne se perturba même pas du fait que l’homme qui la portait n’avait plus rien du R.J. qu’elle avait rencontré en début de soirée et qui avait hurlé comme un forcené dans le train fantôme. Elle était en sécurité et se sentait apaisée, pour la première fois depuis 5 longues années.

Elle releva la tête lorsque son sauveur reprit la parole en sortant de l’édifice. Elle scruta les alentours, en échos à ses paroles. Il avait bien raison. Bon nombre des passants ou des occupants avaient pris peur. Elle comprit pourquoi en réalisant soudainement ce qu’elle avait fait à l’intérieur. Elle regarda derrière eux et réalisa la puissance dévastatrice de R.J. Elle reporta son regard sur le sien. Il avait les yeux vairon. « C’est ma faute ! En hurlant, j’ai dû… leur faire peur. » Elle ne pouvait dire à voix haute qu’elle avait déversé une vague mentale de panique à des kilomètres à la ronde. Elle sursauta au juron de son preux chevalier - enfin cow-boy. Elle baissa les yeux, honteuse de son comportement aux lourdes conséquences. Elle avait suivit des années d’entrainement pour que ça n’arrive pas mais au final, il avait suffit d’une galerie de miroirs pour qu’elle perde complètement pieds et revienne des années en arrière, lorsqu’elle ne maitrisait pas la puissance dévastatrice de ses pouvoirs mentaux.

Elle déplaça ses bras autour de la nuque de son sauveur pour lui demander de la reposer à terre. Une fois à nouveau sur ses pieds, elle inspecta les environs. Le maquillage blanc qui protégeait son visage s’était en partie répandu sur le veston de son voisin et le reste s’effaçait avec les larmes qui lui étaient montées aux yeux. D’un revers de manche, elle enleva ce qu’il en restait pour apparaitre à nouveau sous sa couleur caramel de métisse. Elle se baissa au sol, pour confirmer son délire, et en s’emparant d’un bris de miroir, réalisa qu’ils n’étaient en rien des cristaux de Daka. Elle fit part de son étonnement à Ryan. « J’ai paniqué: les parois étaient brûlantes soudainement et je ne pouvais plus sortir. J’étais confinée. Je n’ai pas rêvé. C’était réel. Impossible, mais réel! Ca a disparu uniquement quand tu as fait voler en éclat les parois. » Elle reprenait de l’assurance et à nouveau, leur rôle de couverture refaisait surface. Elle agita la main tenant le morceau de verre en direction de l’édifice détruit et apostropha à nouveau Ryan. « Ce n’était pas un trompe l’oeil ou une mise en scène… c’est impossible, je l’aurais vu. Non. Il devait y avoir quelque chose d’autre… qui affectait nos sens, d’une manière ou d’une autre. Comment as-tu été affecté?"   demanda-t-elle soudainement à Ryan. Histoire de confirmer qu’elle n’avait pas eu une rechute mentale de perte de contrôle de ses émotions et donc de ses pouvoirs.

Il avait probablement écouté qu’à moitié parce qu’il répondit tout à fait à côté de la plaque: il voulait trouver le responsable. Elle fit écho à sa demande en fermant les yeux et en se concentrant pour trouver la source de ce déboire. S’il était encore dans le parc, elle ne mettrait pas longtemps à mettre la main dessus. Elle resta debout, plantée silencieuse là au milieu des débris à arpenter mentalement le parc et ses occupants, fouillant la moindre source de … « La grande roue! » Elle fit un tour sur elle même et pointa du doigt à Ryan une immense roue qui tournait très lentement en charmant des nacelles de verre pour faire prendre de la hauteur aux occupants tout en appréciant confortablement la vue. C’était la seule attraction du parc qui n’était pas faite pour vous faire peur. Elle ne se retourna pas vers Ryan pour lui expliquer la suite. « Il se trouve dans la nacelle la plus haute. Et il ne s’agit pas que du labyrinthe des glaces, il y a aussi le …argh. » Elle porta sa main à sa tempe et crispa son visage. On venait de lui barrer la route à son intrusion mentale. Elle sentit Ryan revenir à sa hauteur. Elle se retourna pour lui faire face. Elle fut frappée à nouveau par la couleur hétérogène de ses yeux et fouilla dans sa mémoire pour en trouver la source. « Ca n’était pas un accident. L’explosion aurait pu blesser des gens. Il faut qu’on mette la main sur ce type avant que ça dégénère. » Quelqu’un de normal aurait dit: « T’cheu le bordel! J’en ai ma claque, je me casse! » Ou « Putain faut appeler les flics! » Mais non, Jendayi elle dit: Il faut qu’on mette la main sur ce type avant que ça dégénère… Heureusement qu’elle s’adressait à un des plus grands légionnaires parce que la minette en talons aiguilles, à part faire pression mentalement, elle aurait de la peine à piquer un sprint derrière leur soit disant fauteur de trouble !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Légion des Etoiles
avatar

Ryan J. Heckart

Légion des Etoiles
Généralités
Black Arm

ϟ Nombre de Messages : 2467
ϟ Nombre de Messages RP : 181
ϟ Crédits : DreamCatcher
ϟ Célébrité : Chris Pratt
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chomeur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Mar 27 Juin - 0:49 Message | (#)


Ryan jeta un coup d’œil sur le visage de la jeune femme qui lui confessait avoir probablement effrayé la foule de son cri. Il arqua un sourcil face à la révélation, pensant se souvenir qu’elle n’avait pourtant pas hurlé si fort que cela quand -de son côté- il s’était probablement égosillé à pleins poumons. La façon dont elle avait eu de lui dire çà… Apparemment, il n’était pas le seul ici à vouloir garder des choses secrètes. Fort heureusement, c’était un crétin notoire bien incapable de faire quelque rapprochement que ce soit ou bien d’ébaucher des théories farfelues. Du coup, il se contenta de porter une nouvelle fois son regard sur le triste spectacle défilant sous ses yeux.

Là-dessus, elle ne tarda pas à rompre cette première étreinte qui aurait dû en appeler bien d’autre pour se livrer à des investigations qu’il était -de son côté- bien incapable de livrer. Après tout, il n’avait pas franchement réagi à son visage un brin découvert de ce maquillage coruscant qui aurait dû lui rappeler le souvenir d’une première rencontre assez… Effroyable ! Mais il faut croire que lorsque son cœur battait sensiblement sur un rythme héroïque, il laissait dans un coin sombre de son être se terrer les tourments de son identité civile. Comme si des choses bien plus importantes que sa petite personne étaient en jeu. Ce qui était, effectivement, le cas.

" J’le vois… ! " Grogna t’il en serrant les dents, son regard hétérochrome rivé sur la nacelle pointé du doigt par la séduisante jeune femme. La question se poserait plus tard du « comment cela était-il possible ? » et il serait alors temps de décrire les sens affutés qu’il avait sur développer à force d’entrainement acharné comme d’épreuves plus éprouvantes les unes que les autres. " ON ? " Répondit-il du tac au tac en se penchant vers son joli minois pour lui adresser de grands yeux ronds. " J’ai plutôt l’habitude de me la jouer solo ! " C’était énoncé de manière assez froide, plus comme un implacable constat que comme une maxime qu’il s’échinait à suivre à la lettre. Faut dire qu’à mesure qu’il poursuivait ses efforts pour s’élever dans la Légion, l’effet inverse était plutôt au rendez-vous : de moins en moins de ses camarades souhaitaient se joindre à lui tant il rimait avec « bavure » et « mauvaise presse ». " Mais j’imagine que vu que j’suis ton cavalier pour la soirée… Ça ne serait vraiment pas galant de t’abandonner ici et de pas t’emmener avec moi pour… Heu… Veiller sur toi ? " C’était prononcé avec la candeur dont savait faire preuve notre imbécile de classe mondiale et servi avec un semblant de sourire qui se voulait réconfortant au possible. Après tout, en restant avec lui… Probablement qu’elle courait le moins de risque. C’est plus ou moins ce qu’il chercha à exprimer en la prenant de nouveau dans ses bras comme l’aurait fait un jeune marié et en lui adressant des mots qui pourraient bien se faire l’écho d’un quelconque épisode passé : " Question d’survie… T’sais ! "

Là-dessus, il tourna sa musculeuse silhouette vers la Grande Roue, prêt à s’y projeter d’un bond formidable ne dévoilant qu’un infime pourcentage de ses capacités physiques. Néanmoins, il se figea tout à fait l’espace d’une instant avant de tourner ses yeux hétérochromes vers la jeune femme pour lui confesser avec un soupçon de timidité dans la voix : " Pour info, je cherche pas à profiter de la situation pour te peloter, hein ! " Idiot…

Là-dessus, il s’élevèrent dans les airs d’une simple impulsion de ses jambes… Leur silhouettes nouées d’une étreintes se découpèrent un temps dans un croissant de lune et quelques observateurs y auraient vu une charmante fresque maritale en devenir ! Mais à l’amour s’oppose la haine et à la haine s’attaque le Poing serré de « Black Arm » ! Sur une jambe, il prit finalement pied sur une des nacelles, pivotant sur lui-même pour libérer Jen de son étreinte et la placer dans son dos avant qu’il ne se présente face au danger. Dommage qu’il n’eut guère porté son costume de héros à défaut de ces frusques de Cowboy parce que s’eut été sacrément classe comme entrée en scène !

" Yo ! " Claironna t’il en dressant deux doigts vers le malandrin les observant d’une nacelle plus haute. Traits dissimulés derrière ce que Ryan pensa identifier comme étant un masque à effigie de crâne, l’homme vêtu d’une ample cape bleu nuit à capuchon retombant sur son crâne semblait avoir les bras croisés dans son dos. Sans aller jusqu’à singer la respiration du Seigneur Vador, il rythmait le vent d’automne de rauque soupirs réguliers. Probablement que ce type en aurait effrayé plus d’un… " Sympa ton Cosplay d’la Muerte ! " Guère notre homme donc…

" Toi... ! " Persiffla une voix semblant émaner d’un glacial puit sans fond. " Tu viens t’opposer à moi ? "

" Alors primo m’sieur tête de mort, j’suis pas venu tout seul ! " D’un élégant mouvement de manche, il désigna la silhouette de sa partenaire. Sérieusement, comment on ne pouvait pas se laisser aller à regarder si délicieuse créature ? " Deuxio, j’aime pas trop quand on s’en prend aux autres… " En temps normale, il aurait ponctué çà d’un « Monsieur Connard » ou assimilé, mais notre bon Ryan cherchait à avoir un minimum de retenue dans son langage en présence de jolies femmes.

" Vous en m’arrêterez pas ! " Il voulait vraiment parier là-dessus ? " Vous ferez tous l’expérience de la peur… Cette émotion ressentie dans l’attente d’une douleur spécifique ou d’un danger… " Ryan soupira lourdement. La poisse, il était encore tombé sur un de ces méchants qui aimait se la jouer volubile. Le temps passé à discuter serait bien mieux utilisé à cogner sur quelqu’un ! Visiblement le méchant ne gouttait pas vraiment à l’attitude de sa potentielle victime toujours érigée en rempart de la jolie -bien que terriblement maquillée- Jen. Et il ne manqua pas de chercher à lui faire savoir.

" Venir ici a été ton erreur la plus grossière… Plus je me trouve près de quelqu’un, plus fort sont mes pouvoirs. Je n’aurai aucun mal à m’immiscer dans ton esprit pour te briser… ! " Là-dessus, Ryan se contenta de serrer du poing en étirant un menu sourire. " Mon esprit, c’est pas l’genre d’endroit où il fait bon vivre ! "

Et notre puissant crétin de bondir en direction de ce Super-Vilain pour chercher à lui refaire le portrait à coups de poings… Pour mieux se faire cueillir d’un double mouvement de bras par cet homme qu’il n’avait que trop sous-estimé et qui venait de l’asperger de deux volées de son incroyable gaz concentré ! L’histoire dirait plus tard que cet homme avait la faculté de manipuler les peurs et que ces vapeurs de sa conception agissaient comme un catalyseur pour ses pouvoirs. Pour l’heure, Ryan se trouvait à prendre pied face à cet homme qui possédait désormais les traits de sa plus proche famille. Des traits se décomposant comme se décomposent le corps des morts et qui le plongea dans un état de terreur bien plus intense que dans la galerie des glaces. Crâne entre ses mains, il hasarda un pas puis deux sous ce criminel hilare, perdant l’équilibre pour lourdement retomber aux pieds de la belle africaine. Cette fois, il ne pourrait s’en remettre qu’à sa fierté pour triompher de ses peurs… Mais la fierté du plus fort souffrirait elle d’avoir besoin d’aide pour autant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Le Poing de la Justice

"A monster ? How am I monster ? Yer all just pussies !"

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 185
ϟ Nombre de Messages RP : 55
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 30 Juil - 19:44 Message | (#)

L’africaine regarda à plusieurs reprises en direction de la grande roue puis en direction de son voisin. Elle lui avait indiqué l’emplacement du méchant de l’histoire. Elle avait été incapable de le « voir » à proprement parler. Elle l’avait en réalité perçu avec son psyché. Si elle ne s’étonna pas nécessairement de l’absence de remarque du cow-boy sur le comment elle avait bien pu faire pour le retrouver, elle s’étonna du « J’le vois » qui lui asséna par la suite. Elle observa le légionnaire pendant de longues secondes se demandant si c’était une bête manière de parler ou si, véritablement, ses yeux étaient à même de percevoir l’homme dans la nacelle. Elle n’en savait rien. Et à priori, elle préférait peut-être ne rien savoir pour le moment.

Elle eut un mouvement de recul presque imperceptible lorsque RJ s’approcha pour se moquer poliment de sa dernière phrase. Il lui renvoya tout bonnement dans le lard qu’il avait l’habitude de se débrouiller tout seul et elle ne fut pas en mesure de retenir un merveilleux éclat de rire.
Elle n’avait aperçu que peu de chose de son collègue de soirée. Cependant, elle en avait vu et compris assez pour savoir que ça n’avait rien d’un héros et elle ne pouvait se convaincre qu’il soit capable de faire quelque chose de réfléchi ou d’utile. Certes, elle avait adoré sa compagnie et le voyage en train fantôme. Mais de là à percevoir en son prochain un glorieux défenseur de la nation, il y avait une sacrée marge !

Elle arqua un sourcil et se fendit d’un sourire, lorsqu’elle entendit la suite de la réflexion de RJ qui la conforta dans son idée que ça n’avait rien d’un sauveur. Elle aurait même pu se vexer, si elle possédait plus de fierté que d’affection pour les gens mais heureusement pour Ryan, Jendayi était rarement de mauvaise humeur et préférait rire de tout que de se prendre la tête avec la moindre contrariété. Elle porta la main gauche à sa tempe et tenta de remettre de l’ordre dans son esprit. Dans une tout autre circonstance, elle serait partie dans un grand rire et se serait ouvertement moquée de son voisin pour ses maximes improbables et ses tentatives de drague dignes d’un adolescent. Et si elle aimait se savoir désirée par les hommes, elle n’était pas ouvertement manipulable et c’était toujours elle qui menait la danse. Elle se crispa lorsque son voisin la prit dans ses bras. Elle riposta verbalement. « C’est très aimable, mais je suis encore en état de marcher ! » Elle pensait que son cavalier allait tour bonnement la porter à bras jusqu’au pied de la grande roue et elle trouvait ça particulièrement vexant en plus de ne pas spécialement comprendre la démarche. Elle allait se mettre à terre lorsqu’il répliqua sans crier gare que c’était une question de survie. Jendayi ouvrit la bouche pour riposter avant de tourner vers lui un regard indéchiffrable.

Par le Lion Blanc ! Elle fixa Ryan pendant de longues secondes et remercia sa peau d’être celle d’une métisse et non celle d’une blanche. Son cavalier avait tourné son visage en direction de la Roue. Elle avait détourné le sien pour regarder au delà de l’épaule de notre homme. Elle aurait probablement dû se concentrer sur le présent, comme elle savait si bien le faire. Mais son esprit, par une simple réplique, venait de retrouver le fil de ce qui lui avait manqué jusqu’ici. Son esprit lui faisait rarement défaut et elle était une très bonne physionomiste. Elle était capable de reconnaitre n’importe quel individu si elle l’avait déjà rencontré. Sauf qu’elle n’avait pas été capable de reconnaître Ryan. Celui qu’elle avait publiquement humilié il n’y avait pas si longtemps de cela et qui ne s’était pas privé de le lui faire - à juste titre - comprendre en lui rendant la monnaie de sa pièce. D’une nature joueuse mais jamais méchante, elle s’en était voulue, ce soir là, ne réalisant que trop tard à quel point elle avait été odieuse et sans considération pour le trentenaire.

Elle voulut prendre la parole, pensant bien qu’il n’avait pas fait le lien avec la garce en robe moulante. Elle reconnut dans sa voix le - faux - crétin qu’elle avait déjà rencontré. Elle commençait à peine à percevoir qu’il pouvait être bien plus que cela. Elle s’agrippa, bien malgré elle, à son coup lorsqu’il s’élança sans prévenir d’un bon jusqu’à la structure de métal. Elle pinça ses lèvres pour ne pas tout bonnement hurler et accepta bien volontiers les quelques instants dans ses bras lorsqu’ils arrivèrent en haut. Son coeur battait la chamade dans sa poitrine et même si elle pouvait concevoir que son allié avait un haut potentiel physique - elle l’avait déjà aperçu lorsqu’il avait écrasé d’une pichenette l’un des jeunes du bar - elle ne pouvait empêcher le haut le coeur qui lui parcourait le corps. Elle ouvrit les yeux et se focalisa sur l’étreinte de Ryan plutôt que sur le gigantesque vide qui s’offrait à eux. Elle était les deux pieds sur le sol - enfin sur la nacelle - et s’autorisa à perdre de sa superbe pendant quelques secondes lorsque Ryan se retourna vers la menace, la voilant complètement. Respire ma fille, respire. Tu es à deux cents mètres du sol, tout est sous contrôle ! Elle remonta le regard pour fixer le dos de Ryan. Elle inspira un grand coup elle se redressa juste au moment où le cowboy attira l’attention du second, une nacelle plus haut. Elle recula instinctivement sa jambe droite, pour se donner un meilleur équilibre.

Le visage de la jeune femme se crispa lorsqu’elle entendit la voix glaciale de leur ennemi. Elle fit entièrement abstraction aux traits d’humour de son coéquipier. Elle releva le menton lorsque Ryan la désigna d’un mouvement d’épaule. Imperceptiblement, elle venait de dresser une barrière mentale pour la protéger. Elle ne protégeait pour l’instant pas Ryan. Elle ne voulait en aucun cas reperdre le contrôle de son esprit et préférait privilégier sa sureté laissant notre homme gagner du temps en causettes ridicules. Elle quitta des yeux les deux hommes. Tendant son esprit sur tout le parc et plus précisément sur la personne aux pieds de la roue qui gérait les entrées. Elle lui imposa une pensée: ne laisser monter plus personne. Elle ne savait pas trop ce qui allait se passer mais elle ne tenait pas à avoir des civils en danger. Elle imposa une pensée similaire à tous ceux qu’elle rencontra au bas de la structure, pour qu’ils aient inlassablement pas l’envie de trainer dans le coin.

L’africaine reporta son attention sur les deux hommes à la dernière réplique de la Muerte. Pour avoir déjà expérimenté l’esprit de Ryan, elle ne put se retenir d’esquisser un large sourire qui fit écho à la réplique de son équipier. Mais elle savait également que Ryan ne résisterait probablement pas à une intrusion. Elle se concentra. Ryan décolla du sol. Elle ploya le genou et s’encra sur la nacelle. Elle allait avoir besoin de toute sa concentration. Elle riva les yeux sur Ryan et retrouva rapidement son esprit en toute discrétion. Elle s’y était déjà immiscée et trouva un recoin sombre sans intervenir. Elle sentit la détresse de notre héros et se remercia d’avoir érigé une barrière mentale. Elle était pour l’instant trop loin pour que les gaz s’emparent d’elle. La Muerte était hilare. Il profana encore quelques répliques bien senties à l’adresse de Ryan mais Jendayi ne les entendit pas. Dans le présent, elle se concentrait pour maintenir la protection qui la couvrait. Dans l’inconscient de Ryan, elle l’accompagnait….


    Le monde spirituel est bien trop complexe pour être abordé ici et même notre chère télépathe n’est pas en mesure d’en percevoir tous les rouages. Les images perçues par Ryan n’étaient que rêves. Elle ne pouvait y intervenir parce que ces derniers étaient générés par les propres souvenirs et doutes de son collègue. Cependant, comme la musique d’une radio qui s’immisce dans vos rêves, elle pouvait cheminer main dans la main avec notre cow-boy. Elle vit sa vision sombre et réajusta son intervention pour prendre les traits d’une petite fille de 6 ans. Une version jeune d’elle même. La petite portait des longs cheveux sombres tout tressés à partir de la base de son crâne et parsemés de morceaux translucides. Sur son visage, des lignes de points blancs. Une tunique de couleur claire sans manche et resserrée à la taille par une ceinture affichant un lion et des pantalons resserrés aux chevilles par de larges bagues de métal. Elle était pieds nus.

    Elle s’avança pour rejoindre Ryan qui s’était immobilisé sous la douleur. Elle n’avait pas le sourire de son ainée, mais la bienveillance irradiait de ses yeux. Elle prit position sur le sol mental de notre homme. Elle ne pouvait arrêter sa vision de mort ni lui faire croire que les membres de sa famille n’étaient pas morts. Elle pouvait cependant lui montrer ce qu’il ne pouvait voir avec les yeux. Elle se mit à chantonner un air de cérémonie de mort africain, dans sa langue d’origine. La scène se troubla un instant. Chaque corps d’un membre défunt s’illumina soudainement d’une toute petite source de lumière, à l’emplacement de l’encrage de leur âme. Sous la puissance de Jendayi, ces billes gonflèrent jusqu’à représenter entièrement l’âme des défunts, comme un double fluide de leur enveloppe charnelle. Ce n’était que manipulation des souvenirs de Ryan, elle ne pouvait nullement influencer sur les morts ni sur les âmes. Mais le domaine de l’inconscience de l’esprit était le sien. Un à un, les membres de la famille de Ryan se positionnèrent en demi cercle pour barrer la route à la Muerte qui ne pouvait voir ce qui se tramait dans la tête du cowboy toujours immobile face à la scène. La petite Jendayi avait terminé de chanter. Elle prit la parole d’une voix doucereuse qui n’avait rien de celle cassante et froide de sa version adulte.

    « La mort, n’est que le déplacement des âmes: elles voyagent à travers les générations au sein d’une même race. » Elle sentit plus qu’elle ne vit Ryan réagir aux modifications. Même si physiquement elle était toute petite, elle prenait mentalement une place énorme et couvrait les arrières de Ryan comme une gigantesque cape. Elle reprit la parole, comme un murmure emplissant la tête de notre homme. « Ils sont ta force, pas ta faiblesse. Ils sont toujours là, avec toi. Laisse-les transformer ta crainte en courage. »



Dans le monde réel, Jendayi contractait tous ses muscles. A peine quelques secondes s’étaient en réalité écoulées. La Muerte arrivait dangereusement à leur hauteur. Elle allait perdre Ryan. Elle inspira profondément sentant le picotement symptomatique lui irradier les mains et les avants-bras. Elle allait le perdre ! « Debout, beau gosse ! Le monde a besoin de toute ta puissance ! » Elle trembla. La Muerte venait de sortir de sa poche une nouvelle boule explosive contenant du poison. Elle allait devoir se couper de Ryan. Elle n’aurait qu’un moyen pour se protéger et s’il ne reprenait pas le dessus, elle ne pourrait l’aider. Le salopard à la cape posa finalement pied sur leur nacelle, la faisant tanguer dangereusement. Jendayi ne le quittait pas des yeux. Le picotement arrivait à ses coudes. Il lui restait moins de dix secondes et elle serait plus en mesure d’assister son coéquipier. Elle envoya une puissante onde mentale.

    La petite Jendayi dans le mental de notre homme se métamorphosa en la version adulte d’elle-même. Pas la version officielle. La gamine en grand. Une symbolique vivante de ce que pouvait être un diamant sous forme humaine. D’une clarté indéfinissable et sans mensonge. Pure et solide. Elle appuya son corps contre celui de Ryan, une main sur son épaule l’autre enserrant son bras et murmurant à son oreille. « Ryan, j’ai besoin de toi. »


La Muerte leva le bras en l’air et fit exploser sa boule de gaz au même instant où Jendayi hurla tout bonnement le nom de notre homme. Elle ne fut pas en mesure de contenir le gaz qui s’approchait d’eux ni d’influencer encore l’esprit de Ryan à part au moyen de la trace chaleureuse qu’elle y avait laissé. Face à la menace, les cristaux de Daka s’étaient activés. Elle était désormais un diamant de la tête aux pieds. Et à défaut de pouvoir se servir de sa tête, elle allait se servir de son corps. Elle se redressa d’un bon et usa de tout l’enseignement au combat reçu comme protectrice de l’émissaire de son pays. Elle n’était pas une adepte des arts martiaux bien qu’elle maitrise un peu le maniement de la lance ancestrale, mais elle était surtout redoutable grâce à la protection offerte par les cristaux qui donnait à ses poings la dureté du matériau dont ils étaient parés. Elle se défendit fort bien pendant plusieurs minutes avant de se faire envoyer bouler au delà de Ryan et elle ne dut son salut qu’à une main tendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Légion des Etoiles
avatar

Ryan J. Heckart

Légion des Etoiles
Généralités
Black Arm

ϟ Nombre de Messages : 2467
ϟ Nombre de Messages RP : 181
ϟ Crédits : DreamCatcher
ϟ Célébrité : Chris Pratt
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Chomeur
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 2
ϟ Particularités Physiques:
Dim 20 Aoû - 15:29 Message | (#)

Un instant plus tôt, il se propulsait avec toute la confiance du monde en direction de leur ennemi : certain qu’il ne lui faudrait qu’un coup de poing pour en terminer avec cette menace fantôme… Et voilà maintenant qu’il se trouvait au sol, fermé aux problèmes du monde, à la situation alentour, seulement cerné de ses craintes et affrontant ses peurs comme ses doutes. Recroquevillé sur lui-même et convulsant, il se fendit de quelques cris, ses yeux hétérochromes lui renvoyant la dernière image d’un diamant aux courbes féminines se lançant à l’assaut d’un adversaire apparaissant aussi insurmontable que la mort.

Dans les ténèbres de son esprit, Ryan porta un regard incrédule sur la silhouette de cette petite fille qui lui était parfaitement inconnue. Chaque fois qu’il avait eu à parcourir son moi intérieur via les vicissitudes de l’existence, il s’était opposé à autant de panoramas différents qu’il n’en éprouva pas la moindre surprise. Après tout, comment pouvait-il seulement éprouver de la surprise alors que la crainte était désormais chevillée à son âme. Une crainte assaisonnée par la douleur des absences tant les cris d’agonie des seules personnes chères à son cœur bourdonnaient à son esprit. Les cris de ses grand-parents, de son oncle… La seule famille qu’il avait connu et reconnu, la seule qui avait jugé bon de lui offrir une éducation comme un futur. Une famille éteinte et cruellement absence qui lui reprochait, tacitement, de les avoir oubliés et enfermés dans les froides limbes de la mort. Et notre homme de définitivement se trouver submergé par la douleur imposée par un sentiment bien trop fort : la culpabilité !

Mais pareille douleur ne signifiait aucunement la fin pour notre héros en civil ! Sans qu’il ne parvienne à se l’expliquer, les voix résonant dans sa tête joignirent leurs phonèmes à ceux de l’enfant pour déclamer un chant à même de faire pleurer les anges ! L’hymne des morts se fit de plus en plus clair, de plus en plus beau, et le contact de la fillette suffit à étouffer le feu de la peur pour progressivement allumer le brasier de son courage. Paume de la main au sol, Ryan se redressa lentement. Et dans les ténèbres alentours, il distingua tout d’abord des silhouettes grises… A chaque vision, des souvenirs heureux accablèrent sa psyché, rendant plus clair encore leur forme et suffisant à lui refaire prendre pied dans ce monde mental qu’une étrangère présence cherchait à dominer. Et les trois spectres de soudainement irradier la lueur de leur éternelle présence, illuminant ce monde qui déploya au Légionnaire toute sa sauvage beauté !

Sous ses pieds nus, il sentit les grains noirs d’un sable couvrant partiellement la roche sur laquelle il se tenait droit, nu comme au premier jour… Guère plus qu’un point perdu au beau milieu des flots, cet ilot sombre semblait figé à mi-distance de rives que tout semblait bien opposer. Un bord dépeignait un monde à la surface de glace et à l’atmosphère battue par des vents éternels, charriant des flocons aux allures de poussières de diamant cinglant une banquise grotesquement déformée en une foultitude de glaciers aussi anarchiques qu’élevés. Son pendant opposés dépeignait un horizon rougeoyant où des coulées d’un magma flavescent glissaient sur le basalte noir de falaises marbrées de feu. Ainsi se tenait droit à leur point de rencontre, la lave formant tant de doigts de multiples mains pour se glisser sur la surface blanche gelée et y mourir en stridentes volutes de vapeurs dans ces eaux cerclant son ilot. Si le Feu et le Glace s’étaient livré un combat, cette étendue d’eau en eut été l’épicentre !

C’est alors que la fillette se mit à grandir, grandir jusqu’à ne plus rien avoir d’une enfant. Elle irradiait une lueur bien différente de celle des spectres familiaux qui entouraient notre homme musculeux, une lumière douce et qui soulageait ses maux comme ses peines. Sans qu’il n’eut le loisir d’amorcer le moindre mouvement de recul, la créature aux allures de nymphe vint à se blottir contre lui, murmurant qu’elle avait irrémédiablement besoin de lui. Ainsi réussit il elle à abattre ses dernières barrières, ainsi réussit elle à fendre l’armure de ses sentiments. Et notre homme de doucement l’étreindre dans un mouvement qui se voulait protecteur, bien décidé à répondre à son appel… Jusqu’à ce qu’oncle et grand-père ne posent leurs paumes sur ses épaules et que sa grand-mère n’étreigne son poignet, ses yeux clairs l’implorant de ne pas les abandonner. Le temps, suspendu, prit alors des allures d’éternité comme un conflit ravageait encore plus le mental de notre homme usé. Et si les quitter revenait à détruire ces sentiments en lui ? S’eut été comme renoncer à son âme… Chose qu’aucun être humain ne peut ni ne veut ! Mais porter en soi des sentiments comme des souvenirs intenses ne signifie pas pour autant devoir en être esclave… Cette pensée sembla rouler sur ce monde de neige comme de flamme, passant à la surface des spectres qui amorcèrent un mouvement avant de se fendre tous de bienveillant sourires. Et chacun de libérer leur protégé, sachant pertinemment que, malgré l’usure du temps et la rivalité des rencontres, ils garderaient à jamais une place bien à eux dans le cœur et l’âme de celui qu’ils étaient fiers d’avoir vu ainsi évoluer. Et notre héros libéré étreignant sa belle de lueur de porter ses yeux pétillant d’une flamme nouvelle vers les cieux accablés de ce monde aux nuages lui rappelant étrangement la voute nocturne drapant Star City…


Ses doigts d’airain se refermèrent vivement sur le poignet de Jen, épargnant la belle d’une chute qui aurait bien pu lui être fatale ! " Je suis là… Pour toi ! " Souffla notre homme dans un phonème aux allures de promesses qui se conclut par un menu sourire. Sans avoir à développer des trésors d’observation, la jeune femme pourrait bien voir à quel point Ryan avait changé sans pour autant qu’il n’apparaisse comme étant fondamentalement différent ! Légèrement plus volumineuse et tendue à l’extrême, la musculature du Légionnaire Bang rendait sa silhouette plus agressive et dangereuse encore… Mais le plus étonnant, c’était de voir les différentes étoffes le couvrant voleter dans une atmosphère comme déformée par une trop grande chaleur alors qu’aucun vent ne cinglait pourtant le sommet de la nacelle. Sa chevelure désordonnée tanguait un brin au sommet de son crâne, agitée comme un semblant de flammèche. C’était comme si chaque pore de sa peau exsudait un souffle continu, surnaturel ! " Je ne te laisserai pas tomber ! " Littéralement ! Il attira la jeune femme à lui pour l’enlacer d’une façon terriblement proche de celle qu’il avait eu d’enlacer la silhouette de lumière dans son moi intérieur. " Jamais… " Sans que La Muerte ne se soit permit de l’apostrophée, probablement que Ryan eut balayé tous ses doutes et toutes ses insécurités pour alors l’embrasser…

" Impossible ! " Lui adressa t’il sous son masque, comme apeuré de voir que son traitement n’avait pas réussi à briser le héros… Tout juste avait-il eu le don de le débarrasser de ses peurs ! " Et pourtant… " Souffla notre homme avec un calme qui se voulait presque inquiétant, rivant ses yeux sur la silhouette qui n’avait pour lui plus rien de menaçante ! S’il étreignait toujours pleinement la jolie Jen, chaque fibre de ses muscles semblait dirigée vers le malandrin et ce qui ressemblait à son chant du cygne ! En effet, l’homme vociféra avec agacement, sortant de ses besaces deux sphères tout aussi dangereuse que la première ayant accablée notre homme. Ryan y répondit tout juste en libérant un bras de l’étreinte qu’il offrait au diamant de sa soirée.

" Vous allez payer ! " Hurla le criminel dément en leur lançant les deux sphères avec fureur. " Non. " Tonna simplement notre homme en dépliant vivement son bras libre. Du mouvement partit une bourrasque qui cingla les sphères pour les repousser vers leur lanceur et fouetta l’homme avec tant de vigueur qu’il en perdit l’équilibre, tournant sur lui-même avant de difficilement reprendre pied sur le toit de la nacelle. Ses traits aux allures de museau de fouine exprimaient une rage primale avant de se peindre d’un air d’incompréhension complet. En effet, nul masque ne recouvrait plus ses traits désormais. Nul masque ne le protégeait des vapeurs de son horrible création ! " Prêt à savourer ta proper médecine ? " Questionna Ryan depuis le sommet d’une nacelle supérieure qu’il avait rejoint d’un bond, le masque de La Muerte au creux de sa main et nulle silhouette n’étreignant plus une Jen qui devait alors prendre conscience de tout le potentiel de cet homme…

" Non… Non. NON ! " Hurla le malfrat quand les deux sphères explosèrent à sa proximité, le plongeant dans un nuage qui décupla sa panique et le fit sombrer dans la folie de la crainte. Un coup de vent dans la nuit balaya soudain le gaz, dévoilant le pauvre homme agité comme un damné, cherchant à se débarrasser d’horrifiques mirages parcourant sa peau. Le salut vint de Ryan qui surgit dans son dos pour cingler sa nuque d’un coup du tranchant de sa main, le laissant sombrer dans l’inconscience. Au bruit sourd de son corps inerte tombant sur le toit de la nacelle succéda alors le silence.

" Merci… " Souffla doucement notre homme que tout souffle semblait avoir quitté. En témoignait sa chevelure platement retombée sur son crâne et ses yeux bien plus tendres, dépourvu d’une agressivité propre aux prédateurs. " Merci de m’avoir guidé… " Il n’en avait pas la moindre certitude mais… Il était presque sûr qu’elle était la raison qui lui avait permis d’être en paix avec son passé et l’avait fait remettre un pied dans la réalité. Il s’avança d’un pas et, maladroitement, prit de ses doigts la main de la jeune femme. Il en frémit mais ce ne fut rien après qu’il n’eut prononcé : " …et de m’avoir ramené. " Dans ses yeux, il n’y avait pas seulement de la gratitude à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Le Poing de la Justice

"A monster ? How am I monster ? Yer all just pussies !"

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 185
ϟ Nombre de Messages RP : 55
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 23 Oct - 21:26 Message | (#)

La chute semblait interminable et l’africaine ne pouvait empêcher les images de sa vie se dérouler sous ses yeux. Elle sentait le vide qui se ruait sous ses pieds et ses mains battre l’air sans ne rien attraper. Elle sentit la peur lui mordre la peau jusqu’à l’âme et pourfendre ses souvenirs jusqu’à retrouver ses plus sombres. En perdant son pouvoir mental, elle venait de perdre toute l’assurance dont il la parait. Elle venait de sauver Ryan et pourtant, elle allait sombrer dans des ténèbres aussi profondes qu’un puit sans fond. Elle allait replonger près d’une décennie en arrière, dans les confins humides des grottes d’extraction des cristaux de Daka et perdre pied de la nacelle qui la remontait à la surface…

« Je suis là … pour toi ! » Elle sentit la présence de son frère avant d’en revoir le souvenir. Nebeuwa. Son aîné, qui avait eu le réflexe rapide et s’était penché à sa suite pour empêcher sa chute dans les recoins les plus sombres du cosmos. Il l’avait retenue quand elle était passé en bas de la nacelle, mais aussi à de nombreuses reprises lorsque son pouvoir n’était encore qu’un élément incontrôlable et qu’elle redoutait de blesser le moindre de ses amis. Nebeuwa lui avait tendu la main. Et le cœur. Pour ne jamais la laisser tomber, jamais !

Elle referma sa main tendue sur le poignet que Ryan lui tendait. Loin de se croire en face d’un homme à la personnalité multiple, Jendayi ne put s’empêcher de remarquer son assurance nouvelle et la force qu’il décupla pour la soulever du néant et la ramener dans la lumière. Elle reprit pieds sur la nacelle pour recevoir en plein cœur ses répliques, promesses dangereusement semblables à celles de son aîné et elle sentit que la sincérité de Ryan était au moins aussi fiable que l’amour de son frère. Elle se laissa aller contre lui et remercia les esprits du Dakana en silence pour lui permettre de voiler son visage à l’homme qui venait de lui sauver la peau. Elle n’eut pas besoin de son pouvoir mental pour encrer cet instant dans sa mémoire et voir sa volonté décuplée. Il n’était pas son frère et encore moins la princesse du Dakana et pourtant, elle allait tout faire pour le seconder. Le protéger.

Les yeux de Jendayi ne pouvaient regarder la Muerte, masquée qu’elle était par la silhouette imposante de notre héros qui faisait barrage de son dos. Etrangement calmes, Jendayi et Ryan formaient en l’instant un ensemble des plus étonnants et pourtant si évident. Elle sentit sa peau se libérer de sa protection de cristal et reprit contact avec son esprit, comme celui de Ryan. * Ryan…* Murmura-t-elle à son voisin comme pour s’assurer qu’il était toujours bien là, mentalement parlant. * Il s’apprête à lancer deux nouvelles sphères….* Nul cri d’alarme, rien de plus qu’un murmure au creux de son coup. Elle pouvait sentir leur ennemi sans même le voir et sentit en simultané le bras qui l’entourait de dégager d’elle. Jendayi put apercevoir l’entier de la scène lorsque Ryan pivota un instant pour libérer son propre pouvoir et projeter les balles meurtrières contre leur lanceur. Et l’africaine n’en perdit pas une miette ! Elle fut incapable de percevoir le mouvement de Ryan lorsque ce dernier la quitta à une vitesse démesurée. Elle sentit en revanche le vide qu’il laissa derrière lui et su qu’elle ferait n’importe quoi pour éprouver à nouveau la sécurité de ses bras. Elle entendit la voix de notre homme bien au-dessus d’elle et l’aperçu deux nacelles en avant, le masque de leur agresseur dans les mains. Elle se baissa sur ses pieds et posa un genou au sol. Elle allait avoir besoin d’équilibre. Elle porta une main à sa tempe et projeta son esprit en avant lorsque les deux sphères explosèrent à proximité du méchant de la soirée. Elle libéra la totalité de la psyché du vilain qui aurait tôt fait de se retrouver en hôpital spécialisé pour le restant de ses jours.

Elle reçut sa propre psyché de plein fouet lorsque son héro en armure asséna un coup monumental au méchant qui s’effondra. Elle étouffa un cri. Elle sursauta lorsqu’il apparut à nouveau à ses côtés et ne put retenir la main qui vint lui cinglé le visage. Elle voulait le punir du choc mental qu’il avait provoqué sans le savoir mais elle ne réussit qu’à se faire joyeusement mal aux doigts face à la musculature de notre homme. En contre partie, elle voulut lui envoyer une vague mentale mais se fracassa contre la pureté de son regard et ne put se résoudre à le blesser. Elle prit sa gratitude de plein fouet et recula d’un pas sous le poids des mots de son voisin. Elle attrapa au vol le poignet de ce dernier, geste pas anodin pour la demoiselle qui pouvait par ce simple contact confirmer ce que son pouvoir mental lui indiquait et renforcer le lien qui l’unissait désormais à Ryan. Il ne manqua pas de l’achever avec sa dernière réplique et Jendayi se sentit obligée d’exploser… de rire ! Forcé, évidemment. Par le stress et l’émotion du moment. Mais il fallait l’avouer, leur soirée avait tout d’un feuilleton dramatico-romantique. Elle aurait bien aimé sur le moment se retrouver sur la terre ferme, offrir un de ses sourires ravageurs à Ryan et lui envoyer dans les dents une réplique bien sentie avant de prendre la poudre d’escampette. Sauf qu’elle était sur une nacelle à une hauteur vertigineuse et que pour l’instant, elle n’avait d’autre choix que de se fier à notre homme. Elle plaqua sa main libre sur la bouche, pour tenter de calmer son rire, se souvenant soudain à quel point elle l’avait blessé lors de leur première rencontre. Elle baissa les yeux sur la main qu’il tenait, avant de les remonter sur le regard vairon du soldat. Elle en avait vu assez en cette soirée pour savoir qu’il possédait également une puissance en lui qui dépassait son contrôle et si elle ne pouvait utiliser le terme de mutant, elle comprenait très bien ce que ça voulait dire. * Merci… de ne pas m’avoir laissée tomber. * Même si tu m’as laissée comme une conne sur ce trottoir et que je t’en veux encore à mort ! Mais ça, elle le garda pour elle.

Elle frissonna, soudainement prise par la réalité des évènements. Elle regarda en direction du malfrat endormi. Contrairement à Ryan, elle ne pouvait le laisser ainsi. Elle tendit son esprit pour s’assurer qu’il n’était plus offensif et ne put s’empêcher de faire l’enfant et le pointant du doigt et en glissant à Ryan : « Et si on l’enfermait dans une nacelle pour qu’il redescende en douceur et s’offre en cadeau à l’équipe de traitement de l’hôpital psychiatrique du coin… » Ca, ça n’avait rien de la Jendayi traditionnelle. C’était plutôt une jeune femme qui tentait de se racheter du mieux qu’elle pouvait en allant dans le sens de son effronté de voisin. Et de s’approcher de son cow-boy de la soirée : « Comme ça on pourrait profiter de la descente pour…faire plus ample connaissance… » Oui parce que tant qu’elle ne redonnerait pas l’ordre mental au vigile d’en bas de remettre en route la machine, ils seraient tranquilles…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Bonbons, Attraction, Chocolats et une Dose d'Horreur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» FB : Le Bal de l'horreur [Pv. Bear D. Seiko]
» [mission] Les bonbons, c'est mauvais pour les dents [pv]
» ~ Crapaud, Chocolats &' Paillettes ~ { Terminé ! }
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» Le Mangeur De Bonbons Débarque ! =3 [ Fini ^^ ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Le district est :: Le district est :: Port-Royal :: Parc d’Aquatoria-