AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_1 Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_2bis Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Une main tendue pour un sourire | Adrian

 
Message posté : Sam 1 Oct 2016 - 15:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
D’un geste précis, elle coupa la branche qui s’était asséchée et pendait lamentablement. Aussitôt, elle sentit le soulagement de la plante dont elle était en train de s’occuper, comme si elle venait de lui ôter un poids qui pesait bien trop sur ses épaules grêles. Comme si elle venait de lui retirer une tumeur qui l’étouffait progressivement, mais sûrement. Esquissant un sourire, Natalia délaissa le sécateur qu’elle tenait entre les mains et appliqua la pulpe de l’un de ses doigts sur la césure qui laissait suinter une sève odorante. En quelques instants, et alors qu’une lumière verte glissait en circonvolutions sur l’écorce fine de l’arbrisseau, la blessure disparu sans laisser de trace. Enfin, elle alla déposer le pot de terre cuite à sa place originelle. Au sein d’une petite alcôve envahie par les feuilles, la petite pousse sembla rapidement disparaître, comme engloutie par les rameaux fournis de ses sœurs. Mais c’était ainsi qu’elle aimait à se prélasser, à l’ombre de plus grandes qu’elle et cachée dans le creux de leur humidité. Son allégresse était palpable, et il n’en fallait pas plus à la botaniste pour être parfaitement satisfaite de son travail.

Mains sur les hanches, la jeune femme jeta un regard enchanté autour d’elle, estimant que sa besogne était accomplie et qu’elle se trouvait, ainsi, relevée de ses obligations. Même si sa boutique était fermée aujourd’hui, il n’y avait jamais réellement de jour de repos pour elle. S’occuper de sa serre était un travail à plein temps, et elle s’y adonnait avec une application qui frisait l’abnégation. C’était son vice ; Il n’y avait rien de plus gratifiant à ses yeux que de sentir les êtres dont elle s’occupait – ses protégés comme elle aimait à les appeler – épanouis et heureux. Et qui la connaissait un peu savait que c’était un comportement qu’on retrouvait aisément dans son rapport au monde, et surtout dans son appartenance à la Légion. S’ils estimaient la Légionnaire, d’aucuns trouveraient la fleuriste parfaitement ridicule. Oh, elle ne pouvait guère les blâmer. Même si à ses yeux chaque vie se valait, elle convenait qu’il soit difficile d’admettre que tous les êtres vivants étaient capables de ressentir, chacun à leur manière.

Après s’être assuré qu’elle avait abattu toutes les tâches qu’elle avait à faire, Natalia sortit de sa serre doucement baignée de soleil et se chaussa, fermant derrière la porte de sa boutique pour gagner son appartement. Elle en sortit moins d’une demi-heure plus tard, fraîchement récompensée d’une douche chaude et vêtue sobrement d’une robe myosotis et d’un cache-cœur beige, en accord avec la clémence du temps de la mi-saison. Car elle était attendue ; Quelques jours auparavant, Eldoth avait demandé son aide pour l’aider à régler un problème qu’il disait hors de ses compétences. Si l’affaire ne semblait pas pressée, la jeune femme avait accepté de bon cœur de mettre ses aptitudes au service du légionnaire, qui lui avait donné rendez-vous dans la grande bibliothèque de la Tour de la Paix. Il y avait été aménagé un certain nombre de postes informatiques liés à un réseau interne et surprotégé, que les légionnaires pouvaient utiliser à leur convenance. Et c’était de ces équipements dont ils allaient avoir besoin.

Il ne lui fallut pas longtemps pour voir se dessiner la haute silhouette du building, et encore moins temps pour le contourner, et installer sa bicyclette dans une alcôve prévue à cet effet. Enfin, elle pénétra dans le bâtiment et se dirigea mécaniquement vers les élévateurs sécurisés qui menaient aux étages supérieurs, interdits au public. Comme souvent, le hall était noir de monde, si bien qu’elle passa parfaitement inaperçu ; Touristes ou citadins venus revivre les moments forts de l’histoire de l’organisation, depuis ses prémisses sous l’égide de la Ligue héroïque jusqu’aux missions de la Légion telle qu’elle était connue aujourd’hui. D’aussi loin qu’elle se rappelait avoir fréquenté la Tour de la Paix, il ne semblait pas avoir déjà vu l’endroit déserté, preuve que les supers jouissaient encore d’une forte côte de popularité malgré leurs détracteurs de plus en plus féroces. Et le climat politique actuel qui ne les aidait en rien.

Bien qu’elle ne se soit pas souvent rendue au deuxième étage, la jeune femme n’eut aucun mal à trouver la bibliothèque. Elle y croisa quelques personnes qu’elle connaissait de vue, et qu’elle salua sobrement. Si personne ne connaissait sa véritable identité au sein de la Légion, son visage était néanmoins connu de la plupart de ses alliés. Ne disposant que de moyens conventionnels pour s’y rendre, il lui était rapidement apparu que ses apparats héroïques détonnaient pour le moins dans le paysage urbain, et qu’il était bien plus évident de dissimuler son identité au grand jour que de se cacher à l’ombre d’une notoriété publique. Lorsqu’elle parvint au lieu du rendez-vous, elle eut la surprise de constater qu’Eldoth s’y trouvait déjà. Si elle craint un instant d’avoir été en retard, un coup d’œil à sa montre suffit à lui faire réaliser que, au contraire, c’était le légionnaire qui avait pris de l’avance sur elle.

S’approchant silencieusement pour ne pas le surprendre, elle se pencha vers lui pour glisser quelques mots : « Eldoth, le salua-t-elle. Lorsqu’il eut tourné son regard vers elle, Natalia se redressa, sans jamais se départir de son sourire tranquille. Vous avez demandé mon aide, je crois bien ? J’espère que vous n’avez pas attendu trop longtemps. Puis, réalisant qu’il ne l’avait probablement jamais vue autrement que sous son apparence de dryade, elle s’empressa d’ajouter : c’est Nymphea. Je ne crois pas que nous nous soyons déjà croisés ici. »

Elle jeta un regard autour d’elle, avant de poser ses prunelles pers sur son interlocuteur.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 3 Oct 2016 - 14:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Depuis la mort de June, plus d'un an auparavant, Adrian était un peu perdu en ce qui concernait les enquêtes que la jeune femme menait. Au départ, il avait pu demander l'aide de quelques relations qui passaient de temps en temps au manoir, mais disons que ce n'était pas le plus facile et le plus gérable. Rapidement, le centenaire avait fini par mettre ces enquêtes-là de côté et s'en chargeait tout seul sans passer par les technologies que son ancienne assistante affectionnait tant. Pourtant, les choses s'étaient légèrement compliquées lorsque Sallah avait rangé un vieux meuble qui traînait depuis des lustres au manoir. Il servait généralement de fourre-tout et June l'avait utilisé par le passé, mais Adrian n'avait jamais songé à le vérifier après la disparition de la jeune femme. Lorsque l'égyptien dénicha une sorte de clé USB, il fut le premier surpris et mit un peu de temps à comprendre à quoi il avait affaire avant de la ramener à son « père ». Ce dernier fut bien évidemment incapable de l'utiliser, même s'il avait déjà souvent vu ces objets-là en possession de la jeune femme, mais le fait qu'elle soit estampillée « Important !! » l'avait taraudé.

Il avait donc cherché à qui demander de l'aide. Les premières personnes à qui il avait songé étaient forcément aux membres de l'UNISON qui étaient tous un minimum capables d'utiliser un ordinateur, mais il avait aussitôt repensé à sa dernière requête du genre. Gabriel en avait eu vent et avait débarqué sur le lieu de la mission qu'Adrian s'apprêtait à remplir, puis lui avait prêté main forte en se faisant blesser au passage. Vu que cette histoire était très certainement liée à la magie, Eldoth ne pouvait donc pas prendre le risque de demander de l'aide à n'importe qui.

Après avoir exclu l'UNISON, il ne restait donc plus grand monde et au final, la seule personne digne de confiance qui restait dans son entourage était Nymphea. Oh, ce n'était pas le dernier choix, loin de là, mais le fait que la demoiselle soit suffisamment occupée avec sa vie civile – même s'il n'y connaissait rien – le dissuadait généralement de l'ennuyer. Toutefois, cette fois-ci Adrian n'avait plus vraiment le choix : soit il refusait de demander de l'aide à autrui et perdait l'occasion d'en savoir davantage sur le contenu de cette clé, soit il dérangeait quelqu'un en croisant les doigts pour que cette personne accepte.

Fort heureusement, Nymphea était une femme pleine d'altruisme et après qu'Eldoth lui eut expliqué les grandes lignes du problème, elle accepta de l'aider. Ils fixèrent donc un rendez-vous dans la bibliothèque de la Tour de la Paix et se quittèrent jusqu'au jour J. Comme à l'accoutumée, le centenaire partit en avance, vêtu de son déguisement d'Eldoth avant de se poser sur le toit du bâtiment pour éviter de croiser des civils. Il n'avait pas vraiment retenu l'attention malgré son intervention dans l'épisode de la prise d'otages, mais il préférait éviter de tenter le diable en allant se pavaner sous le nez de civils !

Il était donc debout au centre de la pièce, vêtu de sa tenu d'Eldoth, contemplant les rayonnages qui se trouvaient autour de lui. L'américain n'entendit pas tout de suite le bruit des pas de Nymphea et vit volte-face lorsqu'elle lui adressa la parole. Pour le coup, Adrian fut surpris. Il s'attendait à tomber sur l'habituel « visage » végétal qui illustrait Nymphea dans ses pensées, mais au lieu de cela il se trouvait face à une charmante demoiselle dont le visage était étrangement familier. Ce n'est que lorsqu'elle enchaîna en soulignant qui elle était que le centenaire sortit de ses pensées et hocha la tête d'un air entendu.

« Oh, oui. Désolé, je m'attendais à vous voir habillée comme d'habitude, ça m'a un peu pris de court. »

Lui-même était vêtu comme lors de leurs interventions, mais il ne regrettait pas ce choix. Même si Nymphea lui faisait apparemment assez confiance pour dévoiler son visage, le centenaire préférait éviter de faire le lien entre Adrian Pennington – qu'elle avait d'ores et déjà dû apercevoir dans les locaux de la Tour – et Eldoth. Question de prudence, mais surtout de son désir de ne pas se faire remarquer.
Détournant son regard du visage de la demoiselle, Adrian reprit finalement la parole :

« Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas arrivé ici depuis bien longtemps. J'ai préféré arriver un peu plus tôt. » Question de galanterie, mais il retint ces pensées. « En fait, j'ai besoin de votre aide pour quelque chose d'assez simple... enfin je crois. Je ne suis pas très au fait des nouvelles technologies pour tout vous dire. » Il glissa sa main jusqu'à l'une des poches de sa tenue et en tira la clé USB qu'il lui montra. « On l'a retrouvée en faisant un peu de rangement. Elle appartenait à mon ancienne assistante qui se chargeait de surveiller les flux magiques à travers le monde, mais je ne sais pas trop comment la lire, ni même s'il faut un logiciel spécial ou quelque chose dans ce goût-là. »

Il tendit la clé qui se trouvait être décorée de deux oreilles de chat et entièrement « rousse » en imitation « poils de chats ». Adrian savait que June était totalement fan des félins puisqu'elle en abritait plusieurs chez elle, mais il fallait avouer que c'était assez étrange de présenter une pareille chose lorsque vous étiez censé être un Légionnaire expérimenté.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 5 Oct 2016 - 18:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle aurait pu reconnaître la silhouette d’Eldoth n’importe où, et dans n’importe quelles circonstances, aussi était-elle certaine de ne pas s’être trompée de personne lorsqu’elle s’était adressée à lui dans la bibliothèque de la Tour de la Paix. De toute façon en cette heure avancée de la matinée il n’y avait qu’eux au sein des locaux, alors comment lui aurait-il été possible de le confondre avec un autre super ? Pourtant, malgré ses certitudes, elle eut un grand moment de doute – et de solitude – face à celui avec qui elle avait collaboré tant de fois. À sa décharge, c’était moins l’individu en lui-même que son silence qui lui fit se demander si elle n’était pas présentée à la mauvaise personne ! Pourtant la jeune femme balaya rapidement cette hypothèse – parfaitement ridicule – considérant simplement que c’était la surprise de la voir sous son apparence civile qui le laissait sans voix. Et il est vrai que cela avait de quoi être déroutant... Après réflexion, il aurait peut-être été plus judicieux qu’elle lui apparaisse sous la forme qu’il lui connaissait. Mais le mal était fait et la jeune pouvait difficilement lui faire oublier son visage, alors encore valait-il mieux aller de l’avant ! Affichant un sourire contrit, la jeune femme soupira doucement.

« Excusez-moi, je ne pensais pas que vous seriez à ce point surpris. »

Cependant, il ne sembla pas en tenir compte, ce qui ne manqua pas de la rasséréner étant donné qu’elle pensait réellement l’avoir gêné. Néanmoins, lorsqu’il reprit la parole et la rassura, affirmant qu’il n’avait pas eu à l’attendre trop longtemps son sourire se mua en risette ravie et il ne resta rapidement plus de traces de son embarras. Car c’était ainsi qu’elle se sentait bien, à pouvoir tendre la main pour offrir son aide à quiconque la demandait ; Et c’était d’autant plus vrai lorsqu’il s’agissait de l’un de ses proches, si tant est qu’elle puisse le considérer ainsi. Car même si elle ne savait rien des détails de sa vie en dehors des faits qui étaient connus, et pour une raison qui lui échappait, la jeune femme ne pouvait pas s’empêcher de sentir familière du mystique. Peut-être était-ce sa douceur et son calme, qui n’était pas sans lui rappeler quelques souvenirs lointains, peut-être était-ce dû à leurs nombreuses collaborations sur le terrain. Toujours était-il que Natalia avait placé sa confiance en lui à de nombreuses reprises, et qu’il ne l’avait pas une seule fois déçu.

C’était aussi la raison pour laquelle elle n’avait pas hésité à lui rendre service lorsque le légionnaire avait demandé son aide. Et même si elle ne savait pas encore tout à fait ce dont il était question, elle tenait pour acquis de faire tout ce qui serait en son pouvoir pour lui prêter main forte ! Attentive, elle posa ses prunelles sur son visage masqué tandis qu’il lui expliquait la raison de sa présence ici. Une fois qu’il eut finit, elle inclina doucement la tête pour acquiescer.

« Mmh… Nous allons voir cela ensemble si vous voulez bien. »

Délicatement, Natalia récupéra la petite clé USB et s’installa derrière l’un des ordinateurs, enjoignant son compagnon à faire de même. En attendant que la tour s’allume, la jeune femme tourna machinalement l’objet entre ses doigts, se demandant à quel genre d’assistante elle avait pu appartenir. Les initiales cousues « J. O. » au dos et le fait qu’il parle d’elle au passé suffirent à lui faire se dire que cela ne la regardait en rien et que sa curiosité – comme souvent – allait trop loin. Au bout de quelques minutes, elle put ficher le périphérique dans l’un des pores, attendant que le système l’analyse afin de s’assurer qu’il n’était pas infecté en logiciels malveillants.

L’informatique était, somme toute, un domaine qu’elle touchait peu, mais elle s’étonnait tout de même de savoir qu’il n’avait aucune idée de la façon dont utiliser un ordinateur. Il fallait dire que c’était peu courant au XXIème siècle ! Même elle, qui disposait de peu de connaissances en la matière, savait utiliser une clé USB. Ayant essentiellement grandi dans un orphelinat, elle n’avait eu accès aux technologies que relativement tard, et ses connaissances en la matière restait donc très sommaire. Au fond, elle n’espérait sincèrement pas qu’Eldoth attende d’elle qu’elle puisse lire les informations quelles que soient leur forme. Si, comme elle l’imaginait, les données étaient cryptées, il lui faudrait faire appel à des personnes plus compétentes qu’elle en la matière, et prêts à l’aider. Par chance pour l’Archimage, la Légion regorgeait d’individus répondant à ces deux critères. Au bout de quelques instants, le PC leur annonça que l’analyse était terminée et qu’ils pouvaient accéder aux données.

« Si vous avez un jour besoin de procéder à la même manipulation, regardez… »

Et elle s’exécuta, lui montrant étape par étape sur la façon dont il pouvait accéder aux fichiers enregistrés sur le périphérique. Bien sûr, elle ne manqua pas d’ajouter qu’elle serait toujours disponible s’il avait besoin d’aide, mais il aurait été bête de sa part de simplement s’exécuter sans lui montrer le cheminement pour qu’il puisse le répéter de lui-même. Elle savait à quel point cela pouvait être handicapant de devoir dépendre de quelqu’un d’autre pour les actes les plus simples. Comme attraper un objet trop en hauteur parce que votre jambe soudain engourdie cède sous votre poids.

« … Et ensuite vous cliquez là et… Oh ! Elle s’arrêta quelques instants, stupéfaite. Une fenêtre venait de s’afficher en pop-up, ornée d’un verrou fermé. Visiblement il faut un mot de passe pour avoir accès aux données. Vous ne sauriez pas de quoi il peut bien s’agir ? » Demanda-t-elle en tournant son regard vers le légionnaire.

Vu que c’était à son assistante qu’appartenait la clé, elle était en droit de supposer que c’était le cas. Ou du moins qu’il s’agissait de quelque chose qu’il devait avoir en commun vu que les informations qui y étaient stockées le concernaient. Dans tous les cas, ils se trouvaient dans une impasse.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 6 Oct 2016 - 11:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Il n'y connaissait vraiment rien en matière d'électronique et, à dire vrai, il s'imaginait même incapable d'allumer ces ordinateurs même si sa vie en dépendait ! Oh, bien sûr, il pouvait toujours s'offrir quelques formations pour se mettre à la page, mais soyons honnêtes : Adrian était un homme du siècle dernier et il était tout simplement incapable de sortir de ses habitudes. Son manoir resté figé dans le passé en témoignait bien d'ailleurs.... Et s'il était doué pour apprendre la magie, en raison de son statut d'Archimage, les choses étaient toutefois bien différentes lorsqu'il était question de quelque chose de l'époque actuelle. Il n'y avait donc qu'à espérer qu'il n'ait plus jamais besoin de fouiller sur la clé USB de son ancienne assistante. En songeant à cela, Eldoth espéra d'ailleurs qu'elle n'avait pas collé de mot de passe ou de système de protection ultra perfectionné ! Vu son don avec l'informatique, ce n'était pas totalement exclu, surtout avec des données importantes. Cependant, la clé restait visiblement au manoir et là, la solution la plus utile restait de simplement laisser traîner la clé : sans PC, impossible de la lire !

Toutefois, même si ses connaissances en matière d'informatique restaient mineures, cela ne l'empêcha pas d'écouter attentivement ce que la jeune femme disant, hochant la tête pour confirmer qu'il avait bien compris. Et croisa intérieurement les doigts pour que cela ne se reproduise jamais. D'ici-là, il pouvait bien avoir tout oublié. La sénilité qui commençait ? Peut-être.

Toutefois, lorsque la jeune femme émit une exclamation de surprise, Adrian se demanda si ses craintes étaient confirmées ou pas. En partie : un mot de passe était requis pour accéder à la suite des informations. Super. Fronçant les sourcils, Eldoth se demanda ce que son ancienne assistante pouvait apprécier au point de s'en servir comme mot de passe et assez rapidement, il eut une piste. Les mois précédents le décès de June, Adrian avait eu la surprise d'apprendre – de sa bouche – qu'elle nourrissait des sentiments à l'égard de ce héros qu'il avait été. Il se souvenait encore de l'embarrassante discussion lorsque la jeune Aishlinn avait repéré le fond d'écran « Eldoth » qu'elle arborait sur son ordinateur portable. Et comme cette clé n'avait pu arriver qu'à l'époque où il ne comprenait encore rien des sentiments de la jolie rousse, le calcul était rapide à faire. Mais ce serait tout de même un peu... vaniteux de dire ça devant Nymphea ! Après une ultime hésitation, il lâcha finalement son idée :

« Essayez avec Eldoth. » Il marqua une légère pause avant de se justifier. « Elle était fanatique des anciens héros. »

En espérant que cela suffise comme explication !
Toujours est-il qu'ils avaient vu juste : le mot de passe correspondait à la clé et ils eurent accès aux données présentes sur la clé. Il y avait un fichier nommé archimagie.exe et qui pouvait être lancé depuis la clé. Deux clics plus tard, le duo se trouvait devant une vaste carte du monde avec des légendes de plusieurs couleurs et un pays en particulier qui brillait en rouge. Cette couleur n'avait jamais été encourageante, mais pour une fois c'était le cas : visiblement June avait repéré de gros mouvements de magie « positive » dans cette zone-là, ce qui laissait penser que des mages bénéfiques opéraient en grand nombre. Que dis-je, en très grand nombre ! En glissant la souris sur le pays en question – la Bulgarie – ils purent voir une annotation qui invitait à cliquer, ce qu'ils firent. Une boîte de texte apparue alors, semblable à un bloc-note et signalant que ces manifestations revenaient régulièrement.

« C'est assez inhabituel. »

Il parlait plus pour lui-même que pour la jeune femme qui ne devait pas forcément y connaître grand-chose ! Toujours est-il que l'interface était assez fournie, il y avait des tas de boutons différents un peu partout et l'ordinateur rechignait de temps en temps à la tâche comme s'il n'était pas habitué à ce genre d'utilisation.
Après quelques regards circonspects lancés à la tour – du PC, pas de la Paix – le centenaire tourna la tête vers Nymphea.

« Vous croyez qu'il est possible de remonter durant les derniers mois ou années ? Je ne sais pas du tout comment fonctionnent ces instruments, alors si vous ne trouvez pas, ce n'est pas bien grave vous savez. »

Un sourire ourla ses lèvres, même si la demoiselle ne pouvait pas le voir du fait de sa cagoule toujours présente.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Jeu 6 Oct 2016 - 19:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
La jeune femme attendit quelques minutes qu’Eldoth reprenne la parole, fixant de son regard calme le masque du légionnaire avant de reporter ses yeux sur l’écran de l’ordinateur. Un instant, elle ne craint qu’il n’ait pas de réponse à lui donner, ce qui était tout à fait envisageable ! Après tout, il ne connaissait peut-être pas aussi bien que ça la jeune femme qui avait été son assistante, tout le monde ne nourrissait pas de relations poussée avec ses collaborateurs. La preuve en était : ils avaient été amenés à travailler de nombreuses fois ensembles, et malgré cela la jeune femme ne savait rien de lui. Et l’inverse était tout à fait vrai. Bien sûr, elle savait ce qu’on racontait sur le héros, les haut-faits qui lui étaient attribués, elle savait qu’on le disait centenaire en dépit du fait que sa stature n’avait rien de celui d’un vieillard. Mais elle ne savait pas qui se cachait derrière le masque. Tout comme lui ignorait qui était Nymphea, derrière le revers d’un visage tantôt hybride, tantôt parfaitement humain.

Pourtant, au bout de quelques instants de réflexion, il répondit abruptement un nom qu’elle ne connaissait que trop bien : le sien. Un sourire amusé ourla les lèvres de la jeune femme, qui ne s’élargit que plus lorsque le légionnaire tenta de se justifier, comme s’il en était… gêné ?

« Vous n’avez pas à vous justifier, vous savez… Répondit-elle en détournant son regard de lui pour taper le mot de passe qu’il venait de lui donner. Ce n’est pas anormal sachant qu’elle travaillait pour vous, et que ces données vous concernent vraisemblablement. »

Sans parler du fait qu’elle pouvait le comprendre : elle aussi avait voué une forme d’admiration pour ces héros qui avaient combattu au cours des décennies. C’était pour cela, pour suivre les traces de sa mère, pour suivre les traces d’hommes comme lui, qu’elle avait d’abord agi comme indépendante avant de se tourner vers la Légion. Bien sûr, elle garda ces détails pour elle. Il n’était pas juste qu’il n’y ait que lui qui ait le droit d’être un grand timide après tout ! Ravie de constater que le mot de passe qu’il lui avait donné fonctionnait bel et bien, la jeune femme put accéder au contenu de la clé. Outre les dossiers de photos de toute évidence personnels – qu’elle balaya rapidement des yeux sans vraiment y prêter attention – un dossier contenant un programme attira rapidement son attention. Elle coula un regard au mage, qui ne décrochait pas son regard de l’écran, avant de lancer le logiciel – sans jamais vraiment savoir à quoi s’attendre.

Au bout de quelques instants, et après une intense surchauffe de la tour, une carte du monde interactive apparut à l’écran. Grâce au travail de la jeune femme à qui appartenait le périphérique, il lui fut facile de comprendre de quoi il était question, les légendes étaient plus que parfaitement explicite. Ses yeux s’écarquillèrent de surprise. Ainsi il disait vrai : la jeune femme à qui appartenait cette clé avait véritablement réussi à lire les flux magiques et à les compiler en un logiciel. C’était un travail colossal, sans parler de son importance pour les autorités qui travaillaient sur les manifestations mystiques à travers le monde. Des organismes comme l’UNISON pourraient arriver à faire grand cas de ces données si elles leur étaient fournies ! D’autres en revanche… Elle ne pouvait imaginer ce qui se passerait si de telles informations étaient mises entre de mauvaises mains.

« C’est incroyable, constata-t-elle d’une voix blanche. C’est un travail d’une extrême complexité, et certains donneraient beaucoup pour pouvoir mettre la main dessus. Potentiellement – arrêtez-moi si je me trompe – on se trouve face à une carte qui relève les points de forte concentration magique. C’est peut-être la clé d’un certain nombre de découvertes importantes. » Artéfacts, individus,… Que savait-elle encore ?

Distraitement, elle passa la souris sur les différentes commandes du software pour essayer de répondre à la demande du légionnaire. Il y avait de tout ; Il était possible de cacher et de masquer certains types de flux par rapport à d’autres, de laisser s’afficher les réseaux magiques – elle n’avait aucune idée de ce que cela signifiait –, de voir l’évolution des données en temps réel,… Et bien sûr d’afficher l’évolution des relevés au fil des cinq dernières années. Et même mois par mois pour les années 2014 et 2015 ! Après, les données étaient anarchiques, comme non-traitées. Et pour les plus anciennes, des notes indiquaient qu’il s’agissait de modélisations imparfaites du fait de l’utilisation de résidus énergétiques et non de flux à proprement parler. Zoomant sur le pays dont l’Archimage avait fait mention, Natalia fit défiler les années à une allure qui permettait d’en apprécier l’évolution.

La première chose qu’il était possible de remarquer était une intensification cyclique des activités magiques. La seconde chose qu’ils pouvaient remarquer était la nature de ces activités : pour l’essentielle bénéfiques, il existait néanmoins des poches noires qui se découpaient de temps à autre sur le rouge flamboyant de la carte avant de disparaître purement et simplement. Et cela se répétait plusieurs fois par cycle, plusieurs cycles par an. Etrangement, ce constat n’était pas pour la rassurer. Au bout de quelques minutes à faire défiler les années sous leurs yeux, la légionnaire tourna son regard vers Eldoth et prit la parole.

« Une telle concentration… Une société magique ? Demanda-t-elle autant pour lui que pour elle-même. En quoi serait-ce inhabituel ? Il est avéré qu’il existe de telles sociétés, et étant donné leur pratique généralement intensive de la magie, il est presque normal que le programme les ait repérées. Enfin… J’imagine. Elle marqua une pause. Excusez-moi, vous vous y connaissez certainement mieux que moi à ce sujet, je ne devrais pas parler sans savoir. »

Elle roula timidement une longue mèche de ses cheveux bruns autour de son index, en prenant son menton dans sa main libre. Ses yeux lisaient silencieusement les alternances de couleur qui s’affichaient à l’écran.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 7 Oct 2016 - 13:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Nymphea avait parfaitement compris l'utilité de ce logiciel créé de toute pièce par June, l'ancienne assistante d'Adrian. Il avait toujours su que la jeune femme était particulièrement douée, mais son manque de connaissances en matière d'informatique l'empêchait malheureusement de comprendre la véritable étendue de ce qu'elle avait réalisé. Et vu la réaction de la Légionnaire à ses côtés, c'était visiblement quelque chose d'extrêmement important et utile. Dire que ça sommeillait depuis plus d'un an dans ses tiroirs ! Peut-être qu'ils avaient raté de grosses occasions à cause de sa négligence ? Une pensée qui n'avait rien d'agréable bien évidemment, mais le centenaire ne pouvait pas vraiment le deviner, pas sans quelqu'un pour lui souligner l'importance de ces données. Il esquissa un sourire désolé, dissimulé par son masque, avant d'acquiescer d'un hochement de la tête.

« C'est exactement ça, oui. C'est souvent grâce à ces informations que j'ai su dans quelle partie du monde me rendre lorsque quelque chose de nuisible risquait de se produire. J'ignorais que c'était aussi performant ou compliqué à réaliser, je n'ai jamais été très doué en informatique. »

Et encore, c'était un euphémisme ! Le fait que la jeune femme doive l'aider à lire une simple clé USB serait normalement suffisant pour qu'elle comprenne l'étendue de son incompétence. Une chance qu'il n'ait pas un ego mal placé et qu'il ne soit pas du genre à se braquer dès qu'il découvrait qu'il était moins doué qu'une jeune femme qui avait l'âge d'être sa petite-fille.

Quoi qu'il en soit, son attention se reporta sur l'écran qui affichait une quantité impressionnante de boutons ou de choses à survoler. En voyant cette interface, Adrian ne pouvait s'empêcher de se demander comme la jeune femme réussissait à s'y retrouver alors qu'elle avait dû perdre une cinquantaine de jeux de clés du manoir au cours de ses dix années de service. Qu'une personne aussi maladroite et tête en l'air puisse se transformer en véritable génie était toujours aussi impressionnant et à cette pensée, il sentit une vague de nostalgie et de tristesse l'envahir. Heureusement qu'il avait son masque, la mélancolie n'était jamais agréable pour personne, surtout lorsque l'autre personne ne savait rien de ce qui inspirait ces sentiments !

Après avoir compris et observé les changements qui s'opéraient sur la carte, le centenaire resta silencieux, essayant de comprendre ce qui se passait réellement. Les données les plus récentes ne remontaient qu'à quelques jours, ce qui signifiait qu'elles devaient s'actualiser même sans que quelqu'un soit là pour s'en occuper. C'était une assez bonne chose, mais Adrian se sentait tout bonnement incapable d'effectuer tous ces clics ou ces réglages tout seul, comme un grand. Certains trouveraient cela étrange, mais pour un homme qui était né à une époque où les téléphones n'étaient même pas encore répandus dans les foyer, c'était parfaitement compréhensible.
Ses prunelles se reportèrent finalement sur la jeune femme lorsqu'elle lui posa quelques questions avant de s'excuser, comme si sa participation n'était pas souhaitée. D'un ton rassurant, il reprit la parole :

« Si c'était le cas, je ne devrais même pas ouvrir la bouche pour ce qui est des ordinateurs. Si je vous ai demandé votre aide, ce n'est pas seulement pour cliquer sur des boutons, mais aussi pour me donner votre avis, alors ne vous gênez pas pour le faire. » Il appuya ses dires d'un sourire, même si elle ne pouvait pas le voir. « Quoi qu'il en soit, vous avez raison : il existe des tas de sociétés secrètes ou moins secrètes qui emploient la magie. Mais là.... c'est un énorme mouvement. Comme si des milliers de personnes utilisaient la magie au même moment en somme. Qui plus est, c'est tout le pays qui est concerné, pas une simple partie, ce qui signifie que cette société est étalée à travers toute une nation ce qui n'est pas fréquent non plus. » Il inspira profondément. « En général, les groupes de mystiques se réunissent toujours pour canaliser leur puissance. Mais là.... je ne sais pas. C'est vraiment bizarre, j'ai du mal à comprendre ce que ça signifie. »

Il fronça les sourcils. C'était certainement pour cette raison que June avait noté « important », elle devait vouloir en apprendre davantage sur ces mouvements étranges avant de lui en parler s'il en jugeait le début de ces manifestations, mais elle n'en avait malheureusement pas eu l'occasion. Soupirant légèrement, le vieux mage reprit.

« Le bon côté, c'est qu'il s'agit de magie positive, donc on ne doit pas redouter une invocation satanique ou quelque chose de ce genre. Cependant, je dois veiller à l'équilibre de la magie, donc il faudra tout de même que j'aille me renseigner. Au fond, je doute qu'on en sache davantage juste avec un ordinateur, il faut aller sur place pour tirer cette affaire au clair. » Il semblait sûr de lui. Une hésitation marqua la suite : « Vous pensez que je devrais communiquer ce logiciel à la Légion et l'UNISON ? J'ignorais qu'il était aussi... compliqué. Je ne pensais pas que quelqu'un d'autre puisse en avoir l'utilité, mais si ça vous semble utile... »

Preuve évidente que son avis avait de l'importance pour lui !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 8 Oct 2016 - 16:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Natalia n’avait pas répondu à son compagnon lorsqu’il avait tenté de la rassurer, lui affirmant que s’il avait fait appel à elle, c’était aussi parce qu’il désirait connaître son avis sur les données qu’ils trouveraient sur la clé. Elle s’était contentée de sourire, étirant ses lèvres en une risette rassérénée, mais aussi – en partie – flattée. Oh, d’ordinaire elle n’était guère sensible à ce genre d’attentions, mais Eldoth était un individu particulier, et un super qu’elle admirait beaucoup. Elle considérait déjà que travailler de concert avec lui était un honneur, mais le fait de savoir qu’il tienne compte de son avis réveillait en elle des souvenirs lointains. Ceux d’une petite fille qui regarde d’un œil émerveillé les héros se battant pour la liberté et pour la justice, et le rêve de se dresser un jour à leurs côtés. Malgré tout, elle n’oubliait pas pourquoi elle était là, ni ne se laissait distancer par ses songes : ils avaient entre les mains des informations capitales et un outil puissant dont ils pouvaient espérer tirer le maximum. Dont ils devaient tirer le maximum.

« C’est dont ça le rôle qui vous est imputé… Je n’imaginais pas. » Un sourire doux ourla ses lèvres, comme si elle était capable de percevoir le fardeau qui pesait sur ses épaules aussi bien que la nostalgie que son âme exsudait.

Elle-même avait son rôle à jouer dans le monde mystique. Bien moins que celui de l’Archimage, qui se devait gardien des équilibres occultes, mais tout de même important. En acceptant ses dons, la jeune femme avait accepté de se mettre au service de la création et de la nature, de les protéger toutes les deux comme une seule entité. Elle avait juré de les défendre au péril de son existence, mais sans jamais interférer avec l’ordre naturel des choses. La vie, la mort,… C’était des concepts qui se devaient d’échapper aux mortels, et c’est pourquoi elle se refusait d’appliquer la sentence fatale, quelles qu’en soient les circonstances. Pourquoi elle avait adopté un style de vie le plus en adéquation avec ses principes. Pourquoi elle ferait tout pour préserver la vie, sous toutes ses formes.

À l’instar du Légionnaire, Natalia continua d’observer quelques instants les alternances de couleurs, essayant de compiler les informations que lui avaient données Eldoth avec ce qu’elle savait du monde magique. Même si ses connaissances se limitaient au domaine naturel et que ses contacts dépassaient difficilement le cadre de son cercle druidique, elle n’était pas étrangère au fonctionnement de ce monde. Et c’était peut-être en partie la raison pour laquelle il avait fait appel à elle pour l’aider dans son entreprise.

« Bénéfique n’est pas forcément une bonne chose. Une utilisation abusive de la magie, même dans le but de faire le bien autour de soi,… C’est dangereux, conclut-elle. Ils ne sont pas à l’abri d’attirer des individus malfaisants, surtout si la source de l’explosion magique est due à la découverte d’un artéfact, la mise en place d’une milice magique gouvernementale ou quelque chose d’approchant. Si nous sommes capables de lire les flux, peut-être est-ce le cas pour d’autres personnes, d’autres organisations. Et toutes ne sont pas animées de bons sentiments. »

Elle marqua une pause de plusieurs minutes, se calant au fond de son siège comme si cela aidait sa réflexion. L’histoire des mondes occultes était marquée de cas comme celui-ci, où des nations avaient utilisé des capacités pour leur bien, mais étaient devenues la cible de mystiques avides de pouvoir. Voire de sociétés maléfiques dont les buts pernicieux étaient de gonfler leur propre puissance pour en noyer le monde. En bref, plus l’utilisation était voyante, plus elle risquait d’attirer les regards Et c’était d’autant plus vrai que le phénomène s’était déjà étendu depuis plusieurs mois, et allait croissant. Peut-être même qu’il était déjà trop tard.

« C’est dangereux, répondit-elle en sortant de ses réflexions. D’instinct, je vous aurais dit oui. C’est un outil d’une extrême complexité, et puissant, et je doute que nous ayons les… Capacités nécessaires pour l’utiliser à son plein potentiel. Elle marqua une pause. Mais d’un autre côté, ces informations sont sensibles et personne n’a autant de recul que vous pour les analyser et en tirer les conclusions qui s’imposent. Loin de moi l’idée de vous accabler ni de remettre en question les capacités de la Légion et de l’UNISON, mais je pense que ce sont les informations que vous avez découvertes qui doivent être communiquées, et non le logiciel. Lui doit rester caché. »

Elle se voulait la plus honnête, et c’était malheureusement la seule chose qu’elle arrivait à conclure. Renfrognée, elle poussa sa réflexion quelques instants de plus, profitant d’un silence prolongé pour réfléchir à toutes les éventualités. Finalement, elle eut une idée.

« Vous savez, il y a bien cet homme – Adrian Pennington. Je l’ai croisé à plusieurs reprises dans la tour. Je crois qu’il agit comme consultant en magie pour la Légion et pour l’UNISON. Il a un pied dans chaque camp et saurait peut-être en faire bon usage,… Même si je persiste à croire que la meilleure utilisation est celle que vous en feriez, vous. Même si cela inclut de passer des après-midi à vous aider à analyser ces données. »

Elle eut un petit rire, qui se mua rapidement en sourire confiant. Consciente que ses propos pouvaient passer pour trop impératifs, elle avait choisi de se porter volontaire pour l’aider dans sa tâche. Ayant vouée sa vie à la protection du monde, Natalia ne voyait pas d’inconvénient à lui prêter main forte si tant est qu’il en exprime le besoin. Et ce même s’il lui fallait se rendre à l’autre bout du monde pour négocier une utilisation limitée de la magie.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 8 Oct 2016 - 21:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Il haussa les épaules lorsqu'elle parla de son rôle : il en avait pris l'habitude et avait fini par s'y faire. Il savait parfaitement que ce n'était pas facile, mais il était loin d'être le seul dans ce cas : tout le monde avait des obligations ! Pour certains citoyens, ce n'était « que » de subvenir aux besoins de leur famille, pour d'autres c'était de s'assurer que tout allait bien dans le monde. Mais Adrian ne se sentait pas au-dessus du lot, c'était d’ailleurs pour cette raison que les pensées de Nymphea l'intéressaient sincèrement.

Il hocha donc la tête lorsqu'elle parla du fait que la magie bénéfique n'était pas forcément meilleure. Il était évident qu'une telle concentration pouvait s'avérer très dangereuse et c'était pour cette raison que l'Archimage comptait bien se rendre sur place pour voir de quoi il retournait, cependant il s'inquiétait tout de même beaucoup moins que s'il s'agissait d'utilisateurs de magie noire. Après, la jeune femme avait parfaitement raison : cette concentration inhabituelle était forcément inquiétante puisqu'elle signifiait que des personnes devaient être en contact pour utiliser leur puissance en même temps et dieu seul savait pour quelle raison ! L'Enfer étant pavé de bonnes intentions, Adrian resterait éternellement méfiant à l'égard des regroupements mystiques, qu'ils utilisent la magie noire ou blanche.

« Vous avez tout à fait raison. »

Il soupira, profitant du silence qui s'invita pour réfléchir de son côté aussi. Organiser ses expéditions était légèrement plus compliqué depuis qu'il n'avait plus June pour l'avertir de l'évolution des mouvements, mais peut-être qu'il pourrait demander l'aide de Lana de l'UNISON ? C'était assez peu probable vu ce qui était récemment arrivé avec la jeune femme : Adrian n'osait plus franchement lui adresser la parole sans avoir l'impression de la torturer volontairement. Non, il en reviendrait aux anciennes techniques, celles employées à l'époque où internet et les ordinateurs n'existaient pas.

Lorsque la jeune femme reprit la parole pour répondre à sa question concernant le logiciel et son utilisation, il dût admettre qu'elle avait raison, encore une fois. La Légion était un groupe digne de confiance, cependant ils n'étaient jamais à l'abri d'un retournement de situation ! Il n'y avait qu'à voir avec Chase qui appartenait à une famille de super-héros célèbres et qui avait un avenir brillant devant lui, mais qui s'était pourtant transformé en véritable génie du mal avec le temps. Pourtant, Adrian aurait été le premier à lui confier ce logiciel en toute confiance. Oui, c'était définitivement trop dangereux pour tout le monde, même si cette défiance le chagrinait toujours : son caractère naturellement confiant le rendait peut-être trop prompt à accord du crédit à des inconnus. Un comble pour un Légionnaire !

Il resta silencieux, une nouvelle fois, songeant à ce qui était le plus adapté à la situation et elle reprit la parole pour avancer le fait qu'il y avait un homme éventuellement digne de confiance. Lorsqu'il entendit le nom cité, Adrian ne put s'empêcher de sourire et béni son masque pour l'anonymat qu'il lui conférait ! Oh, bien sûr, Adrian se sentait un peu coupable de se cacher devant elle alors qu'elle avait été parfaitement honnête et franche avec lui, mais c'était la vie de Super. Une fois de plus, il allait devoir mentir et cela l'ennuyait profondément, mais il se promit d'être honnête avec elle, un jour peut-être.

« Oui, je le connais. Mais ses compétences en matière d'informatique ne sont pas plus poussées que les miennes ne vérité. Une collaboration sur ce plan risquerait donc de s'avérer inutile. » Enfin, ils le faisaient déjà. « Vous êtes vraiment aimable, je ne voudrais pas abuser de votre temps... Votre aide serait clairement la bienvenue, mais je ne veux pas que vous vous sentiez obligée de le faire. Après tout, tout le monde a un travail prenant en ce bas monde et c'est d'autant plus vrai pour les Légionnaires. »

Une manière de lui expliquer qu'il n'ignorait pas qu'elle devait avoir ses obligations et qu'elle ne voulait certainement pas passer plusieurs après-midi par mois à aider un type qui était incapable d'allumer un ordinateur et l'utiliser efficacement ! Un soupir lui échappa légèrement avant qu'il n'enchaîne.

« Je vais suivre vos conseils et le garder pour le moment. Si un jour un nouvel assistant se présentait, je me chargerais de lui en parler pour lui demander son avis, mais pour l'instant votre suggestion me semble le choix le plus prudent. » Il lui offrit un sourire même si elle ne le voyait pas. « Cela dit, je me rends compte que maintenant je connais votre visage, mais j'ignore toujours votre prénom. Ce sera peut-être plus convivial que de vous appeler Nymphea, non ? » Même su lui-même ne pouvait pas lui offrir la même chose en retour pour le moment. « Beaucoup de Légionnaires vous connaissent sous cette identité ? Je vous avoue que je suis un peu éloigné de la vie des autres membres du groupe, j'ai tendance à ne pas savoir qui vit pleinement sa vie de Super et qui s'en cache. »

Mais c'était une bonne chose qu'elle puisse faire de tels choix si elle en avait la possibilité ! Cela lui évitait beaucoup de mensonges parfois contrariants.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 11 Oct 2016 - 11:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Eldoth avait approuvé ses dires sur les conséquences d’une utilisation abusive de la magie et sur les causes qui pouvaient en être à l’origine, ce qui la conforta dans l’idée que le meilleur moyen de tirer les choses au clair restait encore de se rendre sur place. Autant dire que ça ne faisait guère avancer leur réflexion ! Plongés dans leurs pensées, il fallut un temps avant que le légionnaire ne rebondisse sur sa proposition de faire appel à un consultant reconnu de l’UNISON et de la Légion pour l’aider à traduire les données informatiques en informations concrètes. Malheureusement pour elle, l’Archimage avait un avis bien tranché sur la question, estimant que les compétences du professeur Pennington ne lui permettraient pas de combler leurs lacunes en la matière. Rabattant ses cuisses contre sa poitrine, la jeune femme passa ses bras autour de ses jambes nues, posant son menton contre ses genoux.

« C’est dommage… » Marmonna-t-elle d’un air pensif en tortillant une mèche de cheveux brune autour de l’un de ses doigts.

Elle avait envisagé que le consultant puisse leur être d’une aide précieuse, mais si ses interventions visaient juste à apporter un regard neuf sur les données et qu’il fallait pour cela lui mettre entre les mains un logiciel d’une importance capitale, la jeune femme n’était plus aussi certaine de sa proposition. Contrairement à elle, à qui Eldoth avait choisi de faire confiance, il ne connaissait peut-être pas le professeur Pennington assez bien pour lui confier le software. Et puisqu’il sous-entendait de toute façon que ses compétences n’étaient guère plus évoluées que les leurs, la question était réglée. Alors que son compagnon laissait sous-entendre qu’elle ne devait pas se sentir obligée de lui prêter main-forte, la jeune femme tourna son regard vers lui et sourit. Elle laissa un silence tomber.

« Si je m’y sentais obligée, je ne vous le proposerais pas soyez-en certain. Elle secoua doucement la tête. Non, vraiment..., reprit-elle après un court moment. Vous n’avez pas à vous inquiéter de cela, je n’ai pas une vie très remplie et je travaille à mon compte alors si je peux vous apporter mon aide ici, ou sur le terrain, il ne faut pas que vous hésitiez. »

Un des grands avantages d’avoir investi dans son entreprise était qu’elle était son propre patron et, par conséquent, n’avait à rendre de compte à personne sinon à ses propres finances. De plus, sa boutique avait les reins assez solides pour supporter quelques fermetures supplémentaires sans que cela n’influence grandement son chiffre d’affaire plus que correct. Mais il y avait aussi la possibilité du recrutement ! Après tout, c’était une éventualité qu’elle avait déjà envisagé, et la question était murie depuis plusieurs semaines. Embaucher quelqu’un pour s’occuper exclusivement de la vente lui permettrait de dégager du temps pour se concentrer sur sa vocation réelle sans avoir à se préoccuper de savoir si elle perdrait des clients à fermer boutique de façon impromptue. Elle serait libérée du carcan entrepreneurial et pourrait se tourner vers sa carrière héroïque. Car c’était bien cela qui comptait à ses yeux, c’était pour cela qu’elle avait voulu rejoindre la Légion des Etoiles. C’était son but, au-delà de toute considération.

Avec une mélancolie teintée de douceur, elle détourna ses prunelles du mystique. « Vous savez, j’ai décidé il y a longtemps de vouer mon existence à la protection de la vie. Ma vie civile est une mascarade qui ne me sert pas à grand-chose d’autre sinon à survivre – pour le moment, du moins. Elle est là ma véritable identité, le reste est très secondaire. Je ne garantis pas qu’il en soit de même dans les années à venir, mais pour le moment c’est la seule chose qui compte. »

Peut-être que certains verraient dans sa dévotion une forme de sacrifice, et sans doute auraient-ils raison de le penser. Mais Natalia ne voyait son avenir qu’à travers cela, et c’était d’autant plus vrai qu’elle n’avait pas à se soucier de quoique ce soit d’autre. Orpheline, elle n’avait pas de famille, célibataire, pas de compagnon. Il n’y avait que sa famille adoptive, seulement les proches de son cercle druidique caché des yeux du monde. Il y avait aussi son entreprise, ses plantes. Si elle confiait le Bourgeon Vert aux soins d’un employé capable d’en assurer l’ouverture et la fermeture, plus rien ne la retenait. Qu’avait-elle à perdre à s’investir dans une vie dédiée à la protection du monde ? Absolument rien.

Après quelques minutes de constat accablant, la jeune femme reporta son attention sur Eldoth, qui exprima le souhait de suivre ses conseils, arguant qu’il s’agissait du choix le plus prudent en attendant de pouvoir de nouveau recruter un individu capable d’assurer la maintenance du logiciel. Penchant la tête en signe d’acquiescement, un sourire gêné ourla ses lèvres lorsque l’Archimage lui demanda son prénom. Ennuyée ? Non. Prise au dépourvu sans doute, par la spontanéité de sa demande.

« Oh… He bien, oui, bégaya-t-elle. Je m’appelle Natalia. Retrouvant son assurance, elle ajouta : Et non, peu de légionnaires me connaissent sous mon identité civile… Aucun en fait. Ce n’est pas que je sois particulièrement secrète, mais je côtoie peu les autres supers en-dehors des interventions. La jeune femme haussa les épaules. Vous êtes un peu l’exception qui confirme la règle. »

Même si, elle en était bien consciente, ils n’étaient pas exactement en dehors d’une mission pour la Légion. Bien au contraire !

« Mais dites-moi… Pourquoi avoir fait appel à moi ? Demanda-t-elle tout-à-trac, assouvissant sa curiosité sur une question qui la taraudait depuis le début de leur entretien. Il y a des gens qui sont bien plus compétents que moi en matière d’informatique. Surtout ici. Sans parler des contacts que vous devez avoir. Néanmoins, après un instant, elle ajouta : Ne vous sentez pas obligé de répondre, j’ai cru comprendre que vous étiez quelqu’un de secret, et je respecte cela. »

Tout le monde ne faisait pas le choix de se balader à visage découvert, mais elle ne pouvait pas l’en blâmer. Sans doute devait-il chercher à se protéger, ou à protéger des proches.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 11 Oct 2016 - 14:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Nymphea dégageait une aura calme et paisible qu'Adrian trouvait très agréable et reposante. Cependant, il avait toujours la crainte qu'elle se sente obligée de lui prêter main-forte alors qu'elle pouvait être très occupée de son côté. Fort heureusement, elle avait l'air sûre d'elle lorsqu'elle lui assura que ce n'était pas le cas et à moins d'avoir affaire à une femme qui aimait particulièrement mentir pour ne pas décevoir les gens – ce qui ne semblait pas être le cas – il n'avait aucune raison de douter de sa parole. Ce n'est que lorsqu'elle souligna qu'elle n'avait pas une vie très remplie qu'il se rendit compte que la jeune femme était pratiquement une étrangère pour lui. Réflexion assez surprenante quand vous considériez qu'ils collaboraient ensemble depuis un petit moment déjà, mais qu'ils se connaissaient moins que deux collègues fraîchement rencontrés.

C'était les aléas de la vie de Super-héros et Adrian n'allait pas se mettre à enquêter sur son passé simplement parce qu'elle était apparue devant lui à visage découvert ! Il n'était pas du genre à prendre le bras lorsque vous lui tendiez la main et préféra donc se contenter d'acquiescer d'un hochement de la tête alors qu'elle achevait de le rassurer sur sa disponibilité. D'ailleurs la suite de son discours était suffisante pour qu'il oublie ce détail étant donné qu'elle avouait quelque chose de plutôt personnel. Percevoir sa vie de Super comme plus importante que celle de civil n'était pas forcément commun. La plupart des Légionnaires comptaient plus sur leur identité de naissance que sur celle qu'ils se forgeaient ensuite.... mais pas Adrian. Il était devenu Eldoth à partir du moment où son rôle était devenu plus important que sa vie personnelle. C'était donc assez surprenant, mais un peu rassurant de voir qu'il n'était pas le seul dans ce cas-là ! Quoique, savoir qu'elle risquait d'emprunter le même chemin solitaire que lui n'était pas forcément ce qu'il souhaitait, mais bon...

« C'est assez inhabituel, surtout à votre âge. En général, les jeunes cherchent plus à se caser et à fonder leur famille en mettant leur vie héroïque de côté le temps qu'ils aient ordonné tout ça. » Il se rendit compte qu'il pouvait donner l'impression de la juger. « Mais c'est tout à votre honneur de préférer vous concentrer sur votre vie héroïque, j'espère que les choses évolueront comme vous le souhaitez. »

Ces paroles pouvaient avoir l'air habituelles ou banales, mais Adrian les pensaient réellement. Il savait qu'une personne de l'âge de la jeune femme pensait certainement avoir la vie devant elle et très honnêtement, il espérait bien que c'était le cas et qu'elle vive centenaire ! Cependant, Eldoth avait suffisamment côtoyé de héros pour savoir que la vie était pleine de surprises et qu'il n'était exclu qu'elle se réveille un jour en ayant passé sa vie à défendre la veuve et l'orphelin en s'oubliant et en ayant des regrets. Mais elle était encore une inconnue sous bien des aspects et Eldoth ne pouvait pas se permettre de lui faire la morale ou le conseiller alors qu'ils ignoraient tout l'un de l'autre.

C'est à ce moment qu'il en profita pour apprendre quelques détails sur elle, comme son prénom pour commencer. Natalia, il sonnait bien, un peu slave, mais visiblement la demoiselle était un pur produit de l'Amérique ! Cependant, avant qu'il ne songe davantage à ce détail, la jolie brune lui avoua qu'il n'y avait que très peu d'individus qui connaissaient réellement son identité ou sa personnalité. Un aveu qui le toucha sincèrement puisqu'il était lui-même dans ce cas, avec une sphère de relations extrêmement réduite. Un sourire ourla ses lèvres sous son masque et il resta silencieux, lui laissant le temps de reprendre la parole pour l'interroger à son tour. Pourquoi avait-il fait appel à elle ? La question était légitime, mais visiblement elle pensait qu'il était extrêmement secret et qu'elle n'avait pas le droit de lui poser ces questions. Un point qui devait être éclairci :

« Oh, non, je ne suis pas très secret, disons simplement que je n'aime pas me faire remarquer et que j'ai compris que l'anonymat était souvent un avantage. Mais vous me faites confiance et vous m'avez accordé plus qu'à bien des gens, alors je crois que c'est la moindre des choses que je vous réponde. » Et le ton employé montrait bien qu'il ne le faisait pas par obligation. « Je suis sûr que j’aurais pu demander à des experts en informatique, mais je ne les connais pas vraiment. Même si nous ne sommes pas des amis comme pourrait le laisser entendre la définition de ce mot, je vous considère comme quelqu'un de digne de confiance. » Il haussa légèrement les épaules. « Je trouve que vous avez quelque chose d'apaisant et d'agréable, j'apprécie votre compagnie et je sais que vous ne profiterez pas de ce que vous savez pour vous faire mousser auprès des autres. » Il marqua une légère pause. « Oh, je ne prétends pas que les autres Légionnaires agissent comme ça, mais disons qu'avec vous je ne vois pas de raisons de me faire de tracas supplémentaire, c'est simplement pour ça. »

Il avait conscience que ses paroles pouvaient avoir l'air étrange, voire suspectes. Mais c'était la vérité : il avait confiance et leurs multiples collaborations le poussait à songer qu'en cas de besoin, elle restait la personne la plus digne de confiance au sein de la Légion des Étoiles, voilà tout. Ça ne s'expliquait pas. Joignant ses mains devant lui, avant-bras posés sur ses cuisses, Adrian reprit.

« Nous avons collaboré plusieurs fois ensemble et votre manière de penser correspond à la mienne, alors disons que je me sens naturellement plus en confiance avec vous. » Il eut un ton d'excuse. « Je ne suis pas quelqu'un de très sociable, je n'ai pas vraiment le contact facile. » Ce qui était la vérité. « Ça va peut-être vous sembler étrange, mais j'ai toujours eu l'impression que nous avions certains points communs. Que vous aviez aussi une forme d'obligation par rapport à votre spécialité et que vous pouviez comprendre ma manière de faire. Mais j'ai conscience que je ne sais pas grand-chose de vous.... c'est juste une impression. »

Peut-être valable, peut-être imaginaire, il n'en savait rien ! Mais à ses yeux, seul le résultat comptait.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 12 Oct 2016 - 17:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Personne ne savait exactement de quoi la vie était faite, et Natalia ne faisait pas exception à la règle. Aujourd’hui elle était jeune, elle n’avait pas d’attaches, elle pouvait se vouer entièrement à la poursuite d’un idéal héroïque sans craindre de blesser ses proches. Elle savait qu’elle était forte, elle l’avait éprouvé en se remettant d’une blessure dont peu avait réussi à se relever. Mais elle, elle y était parvenue. Ce ne serait peut-être plus le cas demain. Eldoth l’avait relevé, les personnes « casées » mettaient souvent leur vie super de côté en attendant de pouvoir fonder une famille, élever leurs enfants, et Natalia savait qu’elle suivrait tôt ou tard ce chemin. Ne serait-ce que parce qu’elle avait perdu ses deux parents lorsque sa mère avait choisi de se battre plutôt que de préserver son foyer. Et qu’elle ne voudrait jamais faire subir cela à ses proches.

« Je laisse simplement faire les choses, répondit-elle avec douceur. Si jamais je dois un jour trouver un compagnon, fonder une famille,… Si ça doit se faire, ça se fera. Précipiter ne sert à rien. En attendant, je sais que je peux être utile, je sais que je le peux et je veux le faire avant d’en être plus capable. »

Lorsque l’Archimage lui avoua la raison pour laquelle il avait fait appel à elle au détriment d’individus beaucoup plus compétents, un large sourire ourla ses lèvres. Elle aurait pu dire qu’elle était touchée par tant d’égards – ce qui était vrai – mais le ton de leur discussion laissait à penser qu’ils n’étaient rien de moins que deux introvertis discutant à cœur ouvert. Si elle-même n’était pas exactement asociale, elle avait tendance à se refermer dès qu’il s’agissait de s’ouvrir à d’autres. C’était de toute évidence le genre d’échange qui ne savait souffrir trop de démonstrations.

« Je comprends. Elle marqua une pause de quelques instants, visiblement pensive. J’ai moi-même tendance à accorder ma confiance un peu trop facilement, alors je suis bien placée pour savoir qu’un excès de prudence n’est jamais de trop,… Le tout étant que ça ne finisse pas par vous porter préjudice. C’est aussi pour ça que j’évite de trop m’attacher, par peur d’être déçue, par peur de décevoir, par peur d’être trahie aussi. Un sourire mélancolique ourla ses lèvres. Accorder ma confiance trop facilement est un de mes travers, et j’essaie de me corriger. Même si à trop faire le vide autour de soi, on finit par se retrouver seul. Réalisant que ses propos pouvaient être mal interprétés, elle ne manqua pas d’ajouter : Oh je ne prétends pas l’être, mais je l’ai été et je sais qu’il n’y a rien de pire que la solitude. »

Les dix premières années de sa vie avait été difficile. Même si elle était trop jeune pour s’en souvenir avec exactitude, la perte de ses parents avait eu des conséquences catastrophiques pour son développement et créé des manques qu’elle ne parviendrait jamais vraiment à combler. Sauf peut-être à fonder un jour sa propre famille, elle en était parfaitement consciente. Grâce au Cercle Arcadien elle avait retrouvé la chaleur d’un foyer, créant des liens avec des individus qui, comme elle, avaient été malmenés par l’existence mais qui, par chance, avait réussi à croiser la route de la directrice de l’orphelinat Greenwood. Malgré tout, il lui avait fallu plusieurs années pour laisser sa carapace s’ouvrir à de nouvelles attention et – aujourd’hui encore – Natalia n’y avait jamais vraiment vu une famille de substitution. Et ce même si elle savait qu’ils seraient toujours là pour elle, et que l’inverse était parfaitement vrai.

Après quelques instants, elle reprit néanmoins, balbutiant d’avance à ce qu’elle s’apprêtait à lui dire. « Mais je suis flattée de la confiance que vous placez en moi et je veux que vous sachiez que… Elle rougit. Ce n’est pas dans mes habitudes de dire des choses comme ça mais… c’est réciproque. Vous savez, cette impression de connaître quelqu’un, de l’avoir toujours connu alors pourtant que vous ne savez presque rien de lui, ou d’elle. Et bien c’est ça. Natalia détourna son regard de celui d’Eldoth, comme s’il était bien trop difficile à soutenir. Je me sens vraiment à l’aise, comme s’il existait une habitude, comme s’il existait une synergie. Pas de celle qui font que deux contraires vont réussir à combler les défauts de l’autre, non, mais comme une véritable compréhension mutuelle. Et c’est très rafraîchissant de savoir qu’il existe d’autres personnes comme soi. »

Puis elle décida d’en revenir au point essentiel de leur conversation. Il disait apprécier sa compagnie, mais avouait aussi que c’était une impression sans fondement. Il ne la connaissait pas. Ils ne se connaissaient pas. Sur une impulsion, et sans trop savoir pourquoi, la jeune femme décida de remédier à cela. Qu’importe que ce ne soit pas réciproque, et qu’importe qu’il n’y ai pas de raisons à cela, Eldoth avait des questions et elle avait des réponses à lui apporter.

« J’ai perdu mes deux parents pendant l’attaque d’Omega, expliqua-t-elle d’une voix blanche. J’ai été élevée à l’orphelinat public de Star City jusqu’à mes huit ans, où on m’a transférée dans un établissement pour filles. C’est là que j’ai appris à manipuler la magie naturelle. »

Comme pour illustrer ses propos, elle tendit pensivement sa main devant elle, laissant glisser les flux mystiques le long de ses doigts, comme autant de veinules d’or et d’argent. En quelques instants sa paume s’était recouverte d’un tissage moiré d’émeraude qui n’était pas sans rappeler les réseaux végétaux qui couraient sous la surface des feuilles. Mais n’était-elle pas un juste catalyseur de cette énergie vitale qui pulsait dans le cœur de tous les êtres vivants ?

« Une fois livrée à moi-même j’ai décidé d’opérer comme héroïne, de suivre les traces d’individus que j’admirais. Dont il faisait partie, sans le savoir. Après un échec particulièrement cuisant, j’ai choisi de rejoindre la Légion. Elle marqua une pause, haussant les épaules et faisant mourir le maillage magique au creux de sa main. Quand je vous disais que je n’avais pas une vie très remplie je ne grossissais pas les choses : je n’ai pas de compagnon, pas de parents proches, une famille adoptive plus que réduite, des amis qui se comptent sur les doigts d’une main… C’est peut-être pour ça que je ressens le besoin de m’isoler du reste du monde. Peut-être par peur de perdre encore des personnes qui me sont chères. Après quelques instants, elle posa ses yeux sur le légionnaire et sourit tristement. Et j’ai la sensation que vous comprenez ces sentiments. »

Elle marqua une nouvelle pause. Oh elle aurait pu ajouter qu’elle ressentait certains de ses états d’âmes, que c’était inhérent à sa condition et que son empathie s’étendait à tous les êtres vivants, mais elle ne jugea pas cela nécessaire. Il avait fait preuve d’une écoute toute particulièrement, et elle savait au fond d’elle qu’il ne doutait pas un seul instant de ce qu’elle lui disait, pouvoirs ou non à l’appui. Alors qu’un léger sourire en coin fleurissait au creux de ses lèvres, la jeune femme réalisa combien ses propos pouvaient être déstabilisants lorsque ses sensations n’étaient pas ressenties avec l’intensité qu’elle percevait.

« Si je vous ai gêné à m’étaler ainsi, ce n’était pas mon but. Son ton était sincère, le flot de ses paroles l’avait emporté sur la pudeur dont elle faisait preuve d’ordinaire. Je sais que ça peut être étrange de voir autant de mélancolie chez une personne aussi jeune. À croire que je suis usée avant l’heure ! »

Et elle de rire d’un ton léger, balayant toute la gravité qui avait alourdi ses traits quelques instants plus tôt. En moins d’un battement de cœur, son visage s’était mué en masque jovial aux traits espiègles. Un visage qu’elle aimait à offrir au monde. Un visage plein d’espérance.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Jeu 13 Oct 2016 - 21:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian était on ne peut plus d'accord en ce qui concernait le fait de ne pas se presser et forcer les choses pour fonder une famille. Il voyait bien que certains jeunes – ou moins jeunes – s'inscrivaient sur des sites de rencontre pour trouver l'amour, mais de ce qu'il avait cru comprendre, les réussites étaient rarement au rendez-vous. En vieux romantique qu'il était, l'Archimage avait tendance à préférer les rencontres plus « naturelles », mais il devait admettre que si lui-même avait attendu de rencontrer sa dulcinée, il serait mort bien avant d'y avoir réussi ! Mais en considérant le fait que c'était son rôle d'Archimage qui l'avait empêché d'avoir « une vie normale », il ne pouvait pas spécialement se considérer comme un mauvais exemple. Après, cela n'enlevait rien au fait qu'il approuvait ce qu'elle disait.

« Vous avez raison, presser les choses ne sert à rien. »

Toutefois, il se sentait toujours mal placé pour parler des affaires de famille vu la manière dont il avait lamentablement raté ce côté-là de sa vie... mais c'était un détail qui n'était connu que de lui – même Gabriel en ignorait tous les détails – et il préféra passer à la suite en lui expliquant pourquoi il l'avait contactée elle et pas un autre. Pourtant, lorsque Natalia continua à parler en lui expliquant la manière dont elle se comportait avec les autres, ou encore son trop plein de confiance à l'égard d'autrui... il se sentit étrangement compréhensif. Elle semblait partager les mêmes « tares » que lui et il savait donc que ce n'était pas facile à vivre. Cependant, elle semblait s'en être sortie un peu mieux que lui vu que la solitude ne semblait plus être de rigueur.

Patient et intrigué, il l'écouta poursuivre ensuite pour rebondir sur ce qu'il avait dit à son sujet et Adrian fut sincèrement touché d'apprendre que c'était réciproque. Oh, elle aurait pu le dire « pour le style », mais il la croyait vraiment sincère. Ils avaient beaucoup de points communs et il était certain que cette impression de « déjà-vu » ou de se connaître découlait de là. Ils se côtoyaient eux-mêmes au final. Cependant, cette assurance fraîchement installée dans son esprit fut troublée par l'aveu qu'elle fit de l'attaque d’Oméga, expliquant que ses parents avaient été tués et qu'elle avait grandi dans un orphelinat. Bien sûr, c'était certainement le cas de nombreux individus, mais puisqu'il avait lui-même amené une orpheline auprès des autorités compétentes, cet aveu l'interpella forcément. Est-ce que l'étrange impression de la connaître pouvait venir de là ? Il n'arrivait plus à se souvenir du nom de la petite, mais le nom de famille de sa mère était encore gravé dans son esprit. Le mieux serait de lui poser directement la question, mais il se voyait mal le demander aussi franchement.

Réfléchissant toujours, il ne perdit toutefois pas une miette de sa démonstration et de ses autres explications. Son silence témoignait de son intérêt et il fallut qu'elle les ramène à la réalité pour qu'il sorte de son mutisme, se redressant sur son séant avant de secouer la tête en signe de dénégation. Le sourire qui ourla ses lèvres était relativement agréable et rafraîchissant, il ne pouvait pas la laisser s'inquiéter inutilement :

« Vous ne me gênez pas du tout, ne vous inquiétez pas. Et puis, j'ai tendance à penser que ce n'est pas l'âge qui fait la mélancolie d'une personne, mais plutôt son expérience. » Un sourire, invisible, ourla ses lèvres. « Et si j'en crois ce que vous me dites, vous avez toutes les raisons de l'être. » Un soupir lui échappa. « Mais vous avez raison, je comprends tout à fait ce que vous ressentez. En fait, je crois même que je comprends mieux pour quelle raison vous me semblez si familière, parce que tout ce que vous venez de m'expliquer, c'est ce que je ressens moi-même. » Il haussa les épaules. « Oh, j'ai eu de la chance si je puis dire, ce n'est arrivé que bien plus tard. J'étais déjà plus âgé de vous quand j'ai commencé à préférer la solitude à la perte de personnes proches, mais je pense que ça ne joue pas trop dans ce genre de situation. Les sentiments restent les mêmes, qu'on soit enfant, adulte ou vieillard. »

Cependant, même si Natalia savait qu'elle avait affaire à Eldoth et plus précisément à l'Archimage, elle ignorait certainement qu'il était beaucoup plus vieux qu'elle et que bien des individus dans la Légion des Étoiles. Au fond, ce n'était pas si important, quel que soit l'âge, ils partageaient une vision bien difficile à porter seul la plupart du temps. Après quelques instants de réflexion, il reprit la parole :

« Enfin, je comprends tout à fait ce que vous voulez dire à propos du trop de confiance... j'ai l'impression de m'entendre parler quand je vous écoute, c'est assez déstabilisant. Mais je ne sais pas si je dois m'en réjouir pour vous en vérité, je ne suis pas forcément le meilleur exemple qui soit. » Il eut un léger rire avant de marquer un petit silence. « Si vous n'avez pas envie de parler de ce que je vais vous dire, n'hésitez pas à me le dire, je comprendrais. Mais... j'ai été là pour l'invasion d'Oméga et j'ai vu beaucoup de personnes perdre des êtres chers, j'ose à peine imaginer comment cette période a dû être compliquée pour vous. » Il tournait autour du pot, mais tant pis. « Je me demandais... comment s'appelait vos parents ? Peut-être que je les ai connus, allez savoir. Star City est une petite ville si on regarde sous certains angles. » Sa question pouvait sembler étrange, il en avait conscience. « En tous les cas, vous semblez vous en être bien tirée. Je suis certain qu'ils seraient fiers de vous. »

Ce n'était pas des paroles en l'air, mais bel et bien le fond de sa pensée. En tous les cas, à leur place, il le serait.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 18 Oct 2016 - 11:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Oh je ne suis pas du genre à m’apitoyer sur moi-même vous savez. Innombrables sont les personnes qui ont perdu un ou plusieurs être chers ce jour-là, et la plupart s’en sont relevés merveilleusement bien. Je ne suis guère une exception. » Répondit-elle le regard luisant.

Si elle avait réussi à tirer son épingle du jeu, ce n’était évidemment pas le cas de tous et elle en était parfaitement consciente. L’orphelinat de Star City était rempli de ces orphelins, victimes collatérales des exactions supers, et tous n’ont pas eu la chance d’être repérés par un cercle druidique qui les prit sous son aile. Il fallait dire aussi que ce genre d’institution n’était pas l’idéal pour le développement d’un enfant, et elle savait qu’une partie de ces jeunes finiraient mal. Peut-être même que ça aurait été son cas ! Non, Natalia n’était pas une exception en terme de force de caractère, elle avait eu son lot de lamentations, elle avait baissé les bras à maintes reprises, elle s’était laissée tenter. Mais on lui avait donné une chance qu’elle avait choisi de saisir et d’honorer en devenant quelqu’un de plus fort, de plus persévérant, et c’était toujours le cas aujourd’hui ; Elle se sentait redevable envers ceux qui lui avaient offert une porte de sortie, et c’était en leur honneur et en l’honneur de tous ceux qui n’avaient pas eu la chance de se battre qu’elle servait la Légion.

« Mais je pense que vous avez raison, il doit y avoir une part de moi qui se reconnaît en vous. C’est ce qui fait que j’apprécie votre proximité. » Un sourire amusé ourla sa lippe : ça ressemblait presque à une déclaration, sauf qu’il n’y avait aucune dimension amoureuse. Simplement une grande confiance mutuelle, et un soupçon d’attachement. Ne serait-ce pas se mentir que de considérer qu’elle ne l’appréciait pas ? « L’âge, c’est quelque chose de très relatif au final. Il est des immortels qui n’ont jamais voulu embrasser la sagesse du poids des années, et d’autres qui s’y sont voués alors pourtant que leur vie est si… Terriblement éphémère. » Dans une moindre mesure, elle se classait dans cette seconde catégorie. Même si sa nature naturellement espiègle contrebalançait largement la mélancolie qu’elle cachait au monde. Parfois elle se demandait si ce n’était pas le fait de côtoyer les esprits naturels qui la rendait ainsi, taquine et légère. Dryades, feux follets, lutins,… Autant de créatures qui n’avaient pas à se soucier du temps qui s’écoulait et qui se vautraient dans une allégresse perpétuelle. « Je pense que ça dépend fondamentalement du tout un chacun. » Conclut-elle finalement.

Qui pouvait se prétendre d’avoir compris les secrets que renfermait l’esprit humain ? Certainement pas elle. Silencieuse, elle écouta Eldoth mentionner à son tour la difficulté qu’il avait à s’ouvrir à d’autres, pour les mêmes raisons qu’elle. C’était ironique de songer qu’ils avaient tant en commun et pourtant si peu confiance aux autres pour se l’avouer entièrement. Après tout elle le connaissait depuis plusieurs mois maintenant, et semblait seulement commencer à le découvrir ! Sa curiosité naturelle la poussait à se demander ce par quoi il pouvait être passé pour avoir développé un caractère si semblable au sien.

« Alors vous connaissez probablement mes travers. Constat amer, qui trouvait sa concrétisation dans le sourire pincé qu’elle lui offrit. Le tout est d’être vigilant, même si ça ne suffit pas toujours. C’est aussi pour ça que j’espère ne pas me tromper à votre sujet, même si une voix au fond de moi murmure qu’il n’en est rien. »

Ainsi était-elle si brutalement sincère. Mais étaient-ils vraiment à cela près ? Non. Elle lui avait déjà dévoilé un certain nombre de choses personnelles, à commencer par son identité, alors qu’importait qu’elle lui dise ouvertement ce qu’elle pensait ! Non qu’elle se soit déjà cachée de quoique ce soit, mais ce qu’elle aurait pris soin de déclamer avec plus de parcimonie lui semblait maintenant d’une évidence qui ne méritait pas d’être agrémentée de fausse retenue. C’est pourquoi elle choisit également de répondre à sa question concernant ses parents. Même s’il demeurait cette infime possibilité qu’Eldoth ne soit pas celui qu’il prétende, elle savait aussi que ses parents étaient morts, et que rien – ou presque – ne pourrait plus les atteindre aujourd’hui.

« J’espère qu’ils le sont oui, ou tout du moins qu’ils le seraient, reprit-elle. Étonnement, elle n’était pas fervente croyante du concept de vie après la mort. Si vous avez connu l’un de mes parents, c’est probablement ma mère Helena. C’était une mystique qui officiait au sein de la FORCE sous le pseudonyme de Senestra, elle a été tuée en même temps que le reste du groupe lors de l’attaque. »

Elle ouvrit la bouche quelques instants, comme pour rajouter quelque chose mais choisit finalement de ne rien en faire. Elle ne se souvenait pas vraiment de tous les détails de décès de ses parents... Il fallait dire qu’elle l’avait appris par l’intermédiaire d’une coupure de journal qu’on avait pris soin de placer dans un coffre à son attention, et que ledit coffre était resté enfermé dans la mansarde de ses parents pendant des dizaines d’années. Jusqu’à ce qu’on décide qu’il était temps pour elle d’en hériter et encore là, elle n’y avait que rarement mis les pieds. C’était une partie de son histoire qu’elle préférait reléguer au passé, comme une boîte de Pandore qu’on craindrait d’ouvrir. À dire vrai, c’était la première fois qu’elle mentionnait l’identité de sa mère et son destin tragique. D’ordinaire, elle choisissait de dire que ses parents avaient péri en civils, pendant l’attaque, ce qui était vrai pour au moins l’un d’entre eux. Autant dire que c’était un sentiment étrange que de s’ouvrir à quelqu’un qu’on semblait connaître si peu et tellement à la fois.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 22 Oct 2016 - 20:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4863
ϟ Nombre de Messages RP : 1664
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian avait toujours pensé que l'âge ne représentait rien, mais qu'il jouait tout de même un rôle pour certaines personnes. Ce n'était pas parce qu'un individu était âgé de plus de cent ans qu'il serait automatiquement sage et patient. Certains « vieillards » étaient particulièrement égoïstes, Sarevok en était d'ailleurs la preuve vivante. L'ancien Archimage était bien plus âgé qu'Adrian et pourtant, il faisait preuve d'une impressionnante volonté à dominer les autres et à obtenir ce qu'il désirait – au détriment du reste de l'humanité. À contrario, Adrian avait rencontré des personnes qui n'avaient même pas trente ans et qui se montraient plus dévouées et pleines d'humanité que bien des vieillards – lui comprit. Natalia entrait dans cette catégorie. Elle était pleine d'une sagesse étrange pour son âge. Certainement en raison des expériences qu'elle avait pu vivre malgré sa jeunesse. Une sorte de guerre semblable à celles qu'Adrian avait pu connaître, sauf qu'elle avait duré moins longtemps – mais n'en avait pas été moins intense. Oui, c'était peut-être ce qui les rapprochait.
Il esquissa un sourire triste sous son masque.

« L'âge ne fait pas l'expérience. On peut vivre une existence entière sans subir la moindre perte, ou payer mille fois ce prix en ayant à peine vécu une ou deux décennies. »

Et elle pourrait en témoigner !
Lorsqu'elle reprit la parole pour expliquer qu'elle restait vigilante et qu'elle espérait toujours ne pas se tromper, il hocha la tête en silence. Lui-même craignait toujours d'être trop confiant et trop amical avec les gens au point d'être abusé. Sa dernière « mission » en solitaire l'avait d'ailleurs montré. Il avait réussi à se faire embobiner par une femme qui prétendait être contrôlée par des criminels qui l'obligeaient à danser, voire se prostituer, menaçant de la tuer si elle désobéissait. Il avait tout gobé avant de comprendre que c'était un simple cinéma et cette sensation de frustration lui revenait parfois en tête depuis ce fameux soir. Oui, définitivement, le fait d'être trop confiant pouvait coûter cher ! Mais c'était peut-être pour cette raison qu'ils étaient Légionnaires et non indépendants ou Vigilants ? Probablement.

Ce n'est que lorsqu'elle cita le nom de sa mère qu'Adrian comprit enfin pour quelle raison la demoiselle lui était si familière. Forcément. Senestra, il la connaissait bien, relativement bien même. Helena aussi, même si Natalia était certainement trop jeune pour se souvenir de ses visites. La preuve, elle n'avait pas fait le lien entre Adrian et l'ancien ami de ses parents. Alors, oui, il la connaissait bien puisque c'était lui qui l'avait trouvée après le décès de ses parents et l'avait confiée à l'orphelinat dont elle lui avait parlé quelques instants plus tôt. Mais elle avait apparemment oublié toute cette partie de son passé et c'était sans doute mieux ainsi. Il ne voulait pas remuer son passé et l'obliger à repenser à toutes ces histoires alors que sa vie semblait bien ordonnée désormais.

Adrian se rendit finalement compte qu'il était resté silencieux durant près d'une minute entière et hocha brusquement la tête comme s’il venait seulement de comprendre ce qu'elle expliquait.

« Désolé, j'étais en train de réunir mes souvenirs. Mais oui, le pseudo de Senestra me dit quelque chose. Je l'ai connue et côtoyée à l'époque, comme beaucoup de monde j'imagine. J'en garde un bon souvenir, c'est sans doute pour cette raison que vous me semblez aussi familière. » Il soupira légèrement. « Vous lui ressemblez beaucoup. Pas seulement physiquement j'entends, mais dans votre manière de penser ou d'agir, même si votre expérience passée vous a forcément forgé un caractère différent. »

Elle aurait pu mener une vie totalement différente si elle avait été élevée par ses parents. Peut-être que l'envie de devenir héroïne n'aurait jamais été présente ? Qu'elle serait désormais mariée et mère de famille ? Impossible de la savoir. Lui-même ne se demandait jamais ce qu'aurait été sa vie s'il n'était pas devenu Archimage : c'était parfaitement inutile, sauf pour souffrir d'avoir perdu quelque chose que vous ne connaissiez même pas.

« Vous savez, c'est une bonne chose d'être vigilant lorsqu'on est enclin à la confiance, cependant il ne faut pas l'être trop. J'ai vu de trop nombreux super-héros s'isoler et n'avoir plus aucune vie à force de craindre d'être abusés ou manipulés. Vous avez déjà exprimé votre avis sur le sujet et je ne peux que vous soutenir, mais vous aurez peut-être envie plus tard de changer de vie si vous faites les bonnes rencontres, alors il me semble primordial d'avoir un minimum de confiance. » Il marqua une brève pause. « Comme vous me l'accordez. Même si je suis certain qu'il y a bien des individus plus méritants que moi dans cette ville et ailleurs. » Il en était convaincu ! « Est-ce que vous avez l'impression que votre vie a évoluée depuis que vous avez intégré la Légion ? »

Ce qui était assez récent d'ailleurs, ils le savaient tous les deux puisque l'Archimage avait été l'un des premiers à l'accueillir ici !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 23 Oct 2016 - 14:03 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il lui sembla qu’une éternité s’était écoulée avant qu’Eldoth ne reprenne la parole, instants alanguis durant lesquels pas une fois son regard ne se détacha du masque qui faisait office de visage à son compagnon. Pendant les minutes de silence qui s’appesantit sur leur entretien, la jeune femme ne put faire autrement que de se demander si elle n’avait pas gêné ou blessé son interlocuteur en lui dévoilant l’identité de sa mère. Après tout, elle ne savait rien de la relation qui les liait, peut-être même avaient-ils été proches et la souvenance de cette amitié perdue avait exacerbé une mélancolie qu’elle sentait exsuder de tout son être. Mortifiée à cette idée, la jeune femme n’osa piper mot jusqu’à ce que, enfin, le légionnaire ne finisse par reprendre la parole. Rassérénée, elle finit de lui offrir un sourire compréhensif et demeura silencieuse tandis qu’il lui répondait. Réunir ses souvenirs… Si ce qu’on disait à son sujet était vrai, l’Archimage était un individu âgé, bien qu’elle ne sache pas exactement dans quelle mesure. Elle n’osait imaginer les choses qu’il avait traversées.

À la mention de sa mère, un sourire triste et touché éclaira son visage. « Je vais vous croire sur parole, je n’ai guère eu l’occasion de la connaître, ni de côtoyer des personnes qui l’ont connue. Mais vous avez raison, votre impression doit venir de là. »

Mais dans ce cas-là, d’où venait la sienne ? Et d’où venait le sentiment qu’elle pouvait lui faire confiance ? Même si ces questions n’avaient finalement que peu d’importance, Natalia ne pouvait s’empêcher de se le demander. Mais à trop se questionner, on finissait bien souvent par manquer l’essentiel de ce qui avait fini par engendrer des interrogations ; Ici c’était qu’elle appréciait le légionnaire, et qu’elle avait choisi de placer sa confiance en lui malgré sa tendance naturelle à mettre des barrières entre les personnes de son entourage et elle. Et elle n’avait pas envie de finir comme ces héros solitaires qu’il mentionnait, c’était entre autre pour cela qu’elle avait préféré rejoindre la Légion qu’agir comme indépendante.

« Vous avez certainement raison. Mais j’aime à croire que lorsque l’on rencontre ce genre de personnes, on le sait. Et alors on n’a plus à craindre d’être trahi, ou trompé, les circonstances parlent pour nous. Cette voix qui me murmure que je peux vous faire confiance est restée résolument silencieuse lors d’autres de mes rencontres. N’est-ce pas là la meilleure preuve pour savoir quand croire et quand ne pas croire ? »

À son sens, ça l’était. Natalia était bien consciente qu’elle ne pouvait pas passer son temps à éprouver de la méfiance sans faire le vide autour d’elle, et ce n’était pas quelque chose qu’elle désirait. Alors elle avait choisi d’être prudente, mais de faire se confiance et d’apprendre à écouter ses premières impressions. Elle avait aussi fait le choix de ne pas s’attarder auprès des individus qui ne lui intimaient que méfiance, et ce dans l’espoir de prévenir les trahisons et les actes de malfaisance. C’était efficace parfois, parfois non. Au final la nature était trop complexe pour être prévisible, ce qui ne l’empêchait pas d’essayer encore et encore. Elle était persévérante. Une qualité qu’elle avait acquise en opérant pour la Légion des Etoiles. L’une des nombreuses choses que l’organisation héroïque avait faites pour elle.

« Oui, ça a changé. En bien, précisa-t-elle. Je me sens moins seule, plus utile aussi, j’ai rencontré des personnes qui partagent les mêmes idéaux que moi… Et c’est une chance inestimable. Elle marqua une pause de quelques instants. Je ne dirais pas que j’ai trouvé un sens à ma vie parce que ce serait faux. Ça, c’est une chose que j’ai découvert bien avant d’intégrer la Légion. Par contre, j’ai compris que c’était le meilleur moyen d’y parvenir et j’ai rencontré des alliés sur lesquels je sais pouvoir compter. D’ailleurs je ne vous ai jamais remercié pour l’aide que vous m’avez apportée lorsque je suis arrivée. Un sourire doux ourla ses lèvres. Alors, merci. »

Et elle était le plus sincère du monde. Son intégration n’avait pas été facile, pour quelqu’un qui n’avait jamais été vraiment sociale comme elle pouvait l’être. Pourtant la Légion était une société à part entière, à laquelle il avait fallu qu’elle s’intègre et l’aide d’Eldoth avait été inestimable. Elle s’était sentie immédiatement en confiance et avait eu bien moins de mal à tendre la main aux autres légionnaires. À bien y réfléchir, et en considérant le caractère de l’Archimage, c’était quelque peu ironique sachant que lui-même était un être qui semblait profondément solitaire.

« Dites-moi… Quel genre de personne était ma mère ? Demanda-t-elle enfin. J’ai décidé de suivre ses traces sans savoir qui elle était, et c’est la première fois que je rencontre quelqu’un qui l’a connue alors... Mais ne vous sentez pas obligé de répondre. »

C’était la dernière chose qu’elle voulait, mais en presque vingt-ans il était la première personne qui pouvait se targuer d’avoir connue Helena. Autant dire que c’était une chance qu’elle ne pouvait pas laisser passer.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Une main tendue pour un sourire | Adrian
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
 Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_6 Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_8


 Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_1 Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_2bis Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Une image pour faire sourire
» « j'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes, et construire un empire juste pour ton sourire ... » 06.07.11 - 16h45
» Katrina Caelevan - Femme de main pour Margot de Soltariel
» Cours pour Kento et Tenson
» Juste une dernière fois... Laisse-moi voir ton sourire. - Flash Back {Emmy ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_6 Une main tendue pour un sourire | Adrian Cadre_cat_8
Sauter vers: