AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_1Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_2_bisEnquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 

Enquête n°4 : Acte I : PURGE

 
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 23 Sep 2016 - 15:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Esprit de l'Héroïsme
Maître du Jeu

Personnage
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 276
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 276
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
     En observant les hauteurs de la statue, Suzaku remarquerait sans difficulté quelques fenêtres et balcons éclairés. S'il n'y avait rien à espérer du côté des premières, en revanche, du côté d'un balcon du deuxième étage, la double baie vitrée était grande ouverte, mais l'intérieur était sombre comme si personne ne s'y trouvait. Son disque monta encore en altitude et Suzaku chercha à observer le ciel. Malheureusement, le soleil s'était couché et l'obscurité grandissante donnait à la lumière du dôme un éclat tel qu'il lui était impossible de nouer un quelconque contact visuel avec les nues.

     Or ce contact était nécessaire pour créer un micro-climat tout autour de lui ! Plus tôt dans la soirée, quand le ciel alangui était encore visible à travers les parois du dôme, il aurait pu procéder à la création de ce climat personnel – mais rien ne vint quand Suzaku fit appel à ce pouvoir. Toutefois, cela ne l'empêcha guère de ruiner les dispositifs électriques de surveillance des abords de l'entrée du monument. Ceux-ci, court-circuités, s'éteignirent sans alerter rien ni personne, et les robots-gardiens restèrent en veille.

***

     Ivy n'eut que très peu de temps pour réagir, elle opta donc pour la seule solution qui s'imposait à elle : fuir ! C'était le plus sage et peut-être le meilleur choix qui s'offrait à elle. L'apparition des clones suscita moins de surprise qu'on aurait pu croire, puisque le « public » présent était encore sous le choc de son exécution prochaine. Les robots n'avaient pas prévu ni anticipé cette nouveauté qui dépassait le cadre de leur programmation, mais ils avaient reçu des ordres et consignes précis, alors ils poursuivirent indifféremment – ce n'était tout au plus qu'une quatuor de cibles supplémentaires à éliminer.

     Profitant de la confusion et de l'horreur du moment, Ivy choisit de fuir en suivant l'escalier qui menait à l'étage. La fusillade, dans son dos, lui donna sans doute des ailes, puisqu'elle gravit quatre à quatre les marches, à la suite du droïde annonciateur. Quand elle fut parvenue au premier niveau, elle put jeter un coup d’œil en contre-bas du balcon, de la mezzanine, et la vue plongeante sur le grand hall lui donna à voir les terribles suites de l'exécution. Mais elle ne devait pas s'attarder. Dans l'escalier la poursuivait un Chérubin. Devant elle, à quelques mètres, se tenait le droïde, étonnamment stoïque. «  Toute résistance est futile. Rendez-vous, et soyez jugée.  » Il tira d'une poche intérieure de sa veste un pistolet-paralysant et s'apprêtait à tirer. Ivy avait alors un choix rapide à faire : en avant, au contact du droïde ? en arrière, au risque de retrouver les robots armés ? sur sa droite, vers l'escalier de service ? sur gauche, vers les salles du premier niveau ou les étages supérieurs ?

***

     Tandis que Ryan geignait comme une fillette à l'écoulement des premiers sangs, trois projectiles métalliques furent lancés sur lui. Deux d'entre eux le manquèrent, mais le troisième se lacéra son bras gauche. La plaie s'ouvrit mais nul sang ne s'en écoula. Pour autant, la douleur fut immédiate et perçante – il découvrait par ailleurs que dans cette interface, sur ce serveur, sa résistance était grandement réduite, voire anéantie. Si le légionnaire tournait la tête, il ne verrait nulle trace de son agresseur : rien qu'un amas de blocs métalliques qui volaient dans sa direction. Oncle Terry, l'hologramme, répondait à sa question : «  Légionnaire BlackArm, je recense sept milliards quatre cent cinquante-huit millions neuf cent soixante-trois mille deux cent cinquante-deux réponses possibles à votre question.  » Contrairement à la croyance populaire, le marron n'est pas la seule réponse à la question « qu'est-ce qui est petit et marron ? », mais Ryan n'était sans doute pas en mesure ni disposé à s'entendre lister toutes les réponses possibles... L'hologramme répondit ensuite, quand le bras de l'homme se porta vers l'une des pintes : «  Légionnaire BlackArm, je ne peux pas vous révéler ce qui est la bonne réponse ou ce qui est la mauvaise réponse. Je peux vous dire... je peux... je peux vous dire que vous vous tr...  » L'hologramme grésilla, parut disparaître, comme s'il s'éteignait, et ses dernières paroles furent inintelligibles, comme un vain charabia : «  Legionario BlackArm, amo unicornios amo percebes y pequeños tienen gusto sabor pero es el fin del gato y que me quiere...  » Quelque chose piratait le programme et l'hologramme ! Ce dernier d'ailleurs n'affichait plus la figure paternaliste de l'oncle Terry, mais le visage bizarre d'un Megastar déformé par l'oubli.

***

     Sur le trajet menant à la statue, Meghan fut à nouveau frappé d'une sorte de malaise. Mais cette fois, les ténèbres l'entourèrent, et il lui sembla que toute lumière avait disparu. Une vision, quelques secondes, s'imposa à son esprit. Puis, reprenant conscience, elle put reprendre sa course jusqu'à la statue.

***

     Dans le planétarium, les otages sauvés des Chérubinspar Meghan s'organisèrent autour de Roodabeh et Jezabel pour bloquer la porte. Ils disposaient d'à peine cinq minutes pour faire avec les moyens du bord ; il y avait là des pancartes, des panneaux d'affichage fixés au mur, des chaises, des fauteuils attachés les uns aux autres, des distributeurs de snacks et de sodas, des présentoirs de cartes postales et autres prospectus, une table basse, des extincteurs, une hache enfermé dans sa cage de verre, une reproduction miniature du système solaire haute de deux mètres, avec les planètes en proportion... bref, il y avait là de quoi faire !

     De son côté, Ando put s'isoler sans problème et disposer du temps nécessaire à l'opération qu'il préparait. Les robots, au dehors, prirent du retard quand il leur fut ordonné de se regrouper pour concentrer un assaut direct et frontal sur les portes du planétarium. Ainsi le docteur put s'affairer sur le spécimen capturé. Il ne lui fallut pas longtemps pour passer les quelques barrières – très basiques au demeurant – censées empêcher les intrusions comme celle qu'il tentait d'opérer, mais ce n'était rien que des formalités pour le génial roboticien et ses Angel's. Il fut très rapidement en relation directe avec le réseau qui connectait tous les Chérubins-CX. Il pourrait donc faire passer son message et communiquer à travers eux en effectuant les dérivations nécessaires. Mizuiro toutefois informerait assez vite son créateur que toute tentative de prendre le contrôle des Chérubins se solderaient par un échec. Tant qu'elle se contenterait de communiquer à travers eux en piratant les fonctionnalités vocales, toutefois, elle se maintiendrait en réseau avec eux. Les Chérubins s'interrompirent donc dans tout le parc. Trois secondes plus tard, Mizuiro informa Ando que plusieurs programmes cherchaient à l'expulser du réseau.

     Pendant ce temps, Momoiro irait jusqu'au laboratoire pour analyser toutes les données recueillies.

***

     Au même moment, l'un des Séraphins gardant la porte de la Sentinelle s'éveilla et, ignorant Suzaku et tout le reste, fondit sur le planétarium. Meghan aurait l'occasion de l'intercepter – ou de le laisser passer.


Informations


- Pour le confort de tous, voilà ce que sera le planétarium Hamilton dorénavant : https://supernova.eso.org/about/architecture/ ; ces informations sont consultatives et vous donneront une idée de l'architecture du bâtiment !

- Roodabeh, tu as en charge le destin des otages dans le planétarium, à toi donc de me dire ce qu'ils font pour barricader les portes ! Prends en compte les informations que j'ai données, et n'hésite pas à t'aider du plan donné juste au-dessus ! N'oublie pas qu'il n'y a peut-être pas que des portes à sécuriser. Vous êtes une vingtaine de personnes.

- Ando, les informations recueillies par Momoiro seront données plus tard, quand elle aura eu le temps de les collecter ! Pour être complet, tu peux désormais communiquer à travers les Chérubins tant que Mizuiro reste en réseau avec eux. Note que si tu ne peux les contrôler à distance, rien n'empêche de chercher à collecter les données du réseau !

- Meghan, si tu maintiens ta course vers la Sentinelle en ignorant le Séraphin qui passe à proximité de toi quand tu reprends tes esprits, tu arriveras sur place pour entendre les derniers coups de feu - les derniers moments de l'exécution des otages ; tu croiseras sur ton chemin des Chérubins désactivés, immobiles.

- Pour toute question, n'hésitez pas à contacter votre dévoué MdJ : Dante Visconti.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 23 Sep 2016 - 18:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Bon déjà tout le monde semblait l’écouter ce qui n’était pas trop mal, parce qu’elle aurait eu du mal à faire respecter vu son âge et ses blessures si les otages avaient voulu s’enfuir. Maintenant il fallait regarder autour d’elle.

- Ces deux portes là à l’intérieur celle qui mènent à une salle du planétarium la suite de la visite quoi et l’autre à des escaliers il faut les bloquer, il y’a surement des sorties de secours et ses maudits tas de ferraille pourraient entrer par autre part si on ne bloquait qu’une porte

Il y avait une troisième porte, mais ce n’était que les WC et après une rapide vérification de sa part il n’y avait pas de fenêtre. Elle sortit donc, certain s’affairaient déjà à pousser un distributeur devant la porte des cages des escaliers ce n’était pas une mauvaise idée.

- Pour les portes d’entrée en verre et les fenêtres, les panneaux, les pancartes, les distributeurs de carte de postale, j’ai l’impression qu’ils ne sont pas très réactif alors une fois cela fait on ferme sa gueule, sans bruits et sans visuel nous aurons peut-être une chance.

Tout le monde se mit à exécution sauf une petite mamie qui semblait en état de stupeur, un homme avec un couteau suisse entreprit de deviser les bancs du sol pour encore mieux bloquer l’entrée principale. Un dernier petit groupe bloquait la dernière porte du planétarium avec un autre distributeur. Ses deux amies danseuses exécutèrent ses ordres sans broncher. Elle ajouta des chaises pour bloquer les poignets comme elle voyait dans les films à l’entrée principale qui comportait plusieurs portes. Tout cela semblait tenir bon, l’homme qui avait essayé de détacher les chaises renonça, c’était trop difficile à la place il prit l’extincteur et donna la hache à Roda. Roda chercha du regard à qui offrir cette hache car elle doutait d’être efficace avec. C’est là qu’elle remarqua Jeza et l’a pris, mais pas trop fort dans ses bras car elle avait une hache et se sentait douloureuse.

- Contente et pas contente de te voir là, c’est flou, contente de ne pas d‘être seule, mais j’aurais préféré que tu sois dehors. Elle jaugea rapidement Jeza du regard, elle n’était pas vraiment plus costaud qu’elle, elle garda donc sa hache. Je t’avais dit qu’on se reve….

L’homme à l’extincteur lui fit signe de se taire et de s’asseoir par terre le plus près possible de la grande entrée pour ne pas être vu par-dessus leurs barricades, tous le monde s’exécuta le plus silencieusement possible, Roda aida la mamie à obéir, tout le monde retenait son souffle, il ne restait plus qu’à attendre et à prier ce qu’elle fit en parlant dans sa tête en arabe. Elle se mordait les joues et fixa le sol, pour ne pas percevoir l’espace dans laquelle elle s’était enfermée, encore heureux ce n’était pas un placard, mais elle n’était pas 100% à l’aise. Elle sera le poignet de sa hache bien fort. L’homme à l’extincteur était près d’elle. Il lui chuchota.

- Si ils parviennent à entrer je les aveugle avec mon extincteur et après on essaye de les achever en les frappant.

C’est sûre que vu ses muscles et le poids de l’extincteur il pouvait écraser leur cervelle, mais elle faire le poids, elle n’était pas certaine. Problème il n’y avait pas d’autre mastodonte et ses amies danseuses avaient la trouille.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 27 Sep 2016 - 9:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sans surprise, je réussis à pirater ces robots et mon Angel’s m’informe de notre succès commun. J’hoche la tête, satisfait.

Ishi, je ne parviens pas à prendre le contrôle des Chérubins. Un protocole inconnu me repousse.
Continue d’essayer, mais sécurise le piratage des fonctions vocales.

Elle s’exécute, ça se voit à la manière dont elle est parfaitement fixe. Mon idée première est de prendre le contrôle de ces créations primaires pour faire un pied-de-nez à son inventeur, mais le fait que Mizuiro ne parvienne pas à les pirater m’indique que quelque chose ne tourne pas rond. Je me méfie, ces Chérubins ne sont peut-être qu’une première ligne. Mais quel est leur but, exactement ?

Mizuiro, tu devrais avoir accès à leur système visuel. Essaie de repérer si l’un d’eux se situe près d’un commanditaire, dans ou à l’extérieur du dôme.
J’ai besoin d’information pour identifier un commanditaire.
Une personne qui reste à côté des Chérubins, probablement dans une pièce fermée mais ce critère est facultatif, il est détendu ou excité, peut-être cache-t-il son visage.
Recherche en cours.
Bien. Pendant que tu fais cela, transmet mon message.
Vous pouvez parler, Ishi. Mon micro est branché.

Je m’éclaircis la voix et je ressens une pointe d’excitation. C’est toujours le grand moment, celui du discours provocateur. Est-ce que je révèle mon identité ? Les agents de l’UNISON risquent de tous se retourner contre moi, ne parlons même pas du Légionnaire signalé par Momoiro, mais d’un autre côté, mon ego refuse qu’un autre empiète sur mon territoire.

Ici le Docteur Otaku. Ne croyez pas que ces immondices sont mes créations, vous connaissez mon talent, vous savez que je n’aurais pas l’impolitesse de vous prendre en otage avec des machines aussi grossières, que j’ai mis moins d’une minute à pirater.

Un petit mensonge, mais qui le saura, hein ?

Je m’adresse au responsable de cette attaque, au bakayarô qui a cru que c’était une bonne idée d’essayer de m’imiter. Je suis le seul génie en robotique de cette ville et tu vas me payer cet affront, même si ça signifie que j’ai un ennemi commun avec la Légion et l’UNISON. Prie pour qu’ils te trouvent avant moi, parce que tu viens de signer ton arrêt de mort. Koro shite yaru.

Mon ton est mortellement sérieux, autant que mon envie de meurtre sauvage, comme le témoigne mon injonction en japonais.

Oh et ne perdez pas votre temps à essayer de me localiser. Je vais prendre sous peu le contrôle de tous ces charmants Chérubins –c’est leur petit nom, vous voyez le degré de mauvais goût ? Pour une fois, vous ne risquez rien, tant que vous restez sage. Alors que personne ne joue au héros.

Je fais signe à Mizuiro de couper la communication, puis je lui demande :

Fais-moi un plan des forces en présence dans le dôme, et localise-moi le responsable. Oh et laisse-les en sourdine, ça soulagera tout le monde.

Je sais, je suis altruiste au possible.
Momoiro a pu me donner des informations sur les gens du dehors. Désormais, je veux savoir qui est présent dedans, qui je peux éventuellement utiliser et surtout, où se trouve le potentiel responsable.

Intervention du MJ :
- Mizuiro peut-elle voir à travers les yeux des Chérubins ? Si oui, peut-elle donner au Docteur les informations qu’il demande ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 27 Sep 2016 - 15:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
*Bon résumons. Suite à l'aide express de Jeza pour atteindre le planétarium, Barbie force verte mit son Katana sous la gorge de la blonde et notre bisho mécaphile communiqua son désir que personne ne touche sa sainte personne. En cet instant si les yeux de Jeza pouvait faire sortir des mitrailleuses Gatling, ce foutu parking serait un terrain vague. Elle ne s'attend pas à un merci, mais les menaces de mort, c'est pas sa tasse de thé. Sans compter que parmis tout les zouaves présentes elle était la seule à avoir croiser ce genre de mixeur.

Qu'il aille donc se faire foutre, ça le décoincerait. La blonde était en pétard. Mais du calme, ne lui fracasse pas le crâne maintenant, il à un cerveau en état de marche, et donc peut se montrer utile. Ils entrèrent donc dans le planétarium et le génie demanda un robot intact pour continuer de bidouiller les tas de ferrailles. C'est bien au moins il écoute. Jez lui adressa un doigt d'honneur en souriant tandis que Force Verte ouvrait la porte.La mutante fondit sur un des robots pendant la barbie repoussait les autres. Trop rapide pour ses dinosaures en teflon, elle arracha l'arme de l'un deux tout en lui désarticulant le bras pour revenir avec aussi sec.

Lâchant l'engin, elle s'en alla. Façon de parler. Jeza se mit à faire le tour du planétarium. Elle avait repérer la sortie de secours, et comme elle ne sait pas se dédoubler, valait mieux qu'elle aille la barricader, ce que la mutante fit. Elle prit chaise, tables et tout ce qui lui passait sous la main pour barricader l'endroit. Avant de péter la vitre qui retenait la seconde hache à incendie du bâtiment. Bon ça c'est fait.

Pendant ce laps de temps elle croisa Ando qui alla se planquer dans une pièce réserver au personnel. Jeza avait repérer le poste de sécurité. Des gens étaient arriver en masse pour se planquer dans le planétarium ça se comprend. Ses robots n'étaient que du teflon avec une IA qui feraient passer celles des simulateurs allemand pour de la technologie d'avant-garde. Le problème était ce qui viendrait après. Les modèles tels que BIV étaient déjà plus inquiétant, mais pour le moment y'avait que ses merdes. Ando en profitât pour se révéler comme le Docteur Otaku dans un speech qui transpirait son égo. *


"Crois-moi, si je lui mets la main dessus, il va aussi douiller cet enculé."

*What did you expect ? C'est la seconde fois que les mecs dérrière cette connerie viennent lui briser les ovaires, elle compte pas leurs faire la bise mais les défenestrer. Cependant ses pensées fort sympathique eurent le droit à une pause. En retournant à l'entrée, parmi les personnes qui étaient entrées se trouvait Roda. Jeza posa sa hache contre le mur. La jolie danseuse la prit doucement dans ses bras, elle aussi avait récupérer une hache, celle de l'entrée sans doute. Rody avait l'air épuisée et blessée. Jeza lui offrit un sourire doux, chose rare. Elle ignorait qui était dérrière toute cette merde, mais il allait comprendre que Jezabel Leeson n'est pas le pape et pas un gentil paladin qui suit les lois. Un homme leur dit de se baisser et de se taire, Jezabel ne dit rien et n'obéit pas. Elle avait une idée en tête, pas forcément utile, mais bon. Elle posa sa main sur l'épaule de Rody et lui dit.

"J'ai trouver le poste de sécurité, viens, on aura un visu las-bas. Et avec un peu de bol y'aura de quoi s'armer un peu plus. "

*Jez était calme, trop calme. Elle contenait sa colère. Et quand ça pétera, ça va faire mal, très mal. Laissant Roda faire ce qu'elle voulait, elle n'est pas son boss ou une connerie du genre la blonde se rendit au PS dont la porte blindée était fermer et seul l'agent de sécu en avait les clefs, mais il n'était plus là depuis longtemps. La blonde inspira fort et attendit deux secondes avant que son poing ne viennent fracasser à grande vitesse la serrure qui valsa à l'autre bout de la pièce, lui ouvrant la porte. Bon, espérons qu'elle ai de la chance, pour changer.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 27 Sep 2016 - 15:59 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Maître du Jeu
Maître du Jeu

Esprit du Hasard
Maître du Jeu

Personnage
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4754
ϟ Nombre de Messages RP : 4355
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
Le Hasard

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 4754
ϟ Nombre de Messages RP : 4355
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Le membre 'Jezabel Leeson' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 576808Russite
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 27 Sep 2016 - 20:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ses efforts furent malheureusement sans effets : le ciel était trop peu visible pour qu’il en fasse tomber la pluie et frapper les éclairs, il fut contraint d’y renoncer. Il fut plus chanceux avec les dispositifs qui cédèrent à sa foudre sans faire mine de résister, et sans alerter les gardes endormis. Les coups de feu en contrebas continuèrent, et l’idée de s’engager paraissait de moins en moins séduisante. Il pouvait magnétiser des balles, mais si les Chérubins disposaient d’autres armes dans un alliage qu’il lui était impossible de contrôler ? Il ne vit aucun renfort arriver. S’il s’engageait seul, il risquait gros, d’autant plus qu’il devrait quitter le confort de son disque volant. L’hésitation l’étreignit à nouveau, mais son kami susurra à son oreille.

Devant nous.

Les yeux sombres de Suzaku qui balayaient le sol se relevèrent pour embrasser le bâtiment. Celui-ci arborait d’immenses fenêtres et de majestueux balcons, ouverts sur des baies vitrées d’une largesse pompeuse presque indécente – dans l’esprit du jeune homme, tout du moins, qui abhorrait les ouvertures avec une vue trop dégagée. Même si elles faisaient son bonheur de cambrioleur. La pièce était plongée dans une obscurité profonde, qui ne désépaississait pas même à force de regarder. Il ne percevait aucun mouvement à l’intérieur.

Précautionneusement et toujours debout sur son disque, il s’approcha du rebord sans faire de bruit. Comme il avait désactivé les dispositifs en contrebas, il espérait bien que les Séraphins continueraient gentiment à l'ignorer – c'était très bien ainsi. Agile, leste, il posa pied sur la pierre en mettant d’abord la pointe puis le talon, et se glissa ainsi à la limite extérieure de la pièce. Il retint son souffle quelques instants, le temps de contempler davantage le noir. Les cris de détresse du rez-de-chaussée résonnaient dans ses oreilles, litanie désespérée qu’il chassa en clignant lentement des yeux. Se concentrer. Il rangea le disque dans son sac sans cesser d’observer puis, avec le fol espoir qu’il soit seul, il se glissa à l’intérieur de la pièce.

Il craignait d’allumer une source de lumière qui signalerait sa présence, aussi progressa-t-il lentement dans le noir, jurant en silence qu’il aurait préféré être l’hôte d’un kami chat. Il ne pensait pas être suffisamment haut pour rencontrer la seconde paroi qu’il avait repéré plus tôt, mais mieux valait faire preuve de prudence. Surtout, il se demandait si celle-ci serait visible dans le noir… ? Peut-être que son éclat n’était perçu que grâce à la lumière extérieure ? Cette pensée lui noua l’estomac, il n’était pas prêt à finir désintégré dans cette maudite statue de Sentinelle. Il prit alors le risque de tendre une main devant lui et d’en laisser échapper de fins filets électriques, quasiment imperceptibles à l’œil nu mais qui aurait le mérite d’être absorbés par le voile, et donc de le relever si d’aventure il se trouvait sur son chemin.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 27 Sep 2016 - 22:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Vraiment amusante cette sensation que provoque l’adrénaline. Votre corps tout entier qui se transforme du tout en tout, en réponse à une émotion forte. On ne ressent même plus ses membres, même plus ses courbatures, même plus son poids. Plus rien. Même nos sens passent en arrière-plan, même notre vision nous fait défaut et commence à se flouter. C’est exactement dans cet état que se trouvait Ivy lorsqu’elle montait sans réfléchir l’escalier, tentant de perdre le moins de temps possible. Il n’était pas question de montrer un quelconque signe de faiblesse physique. Outre le fait que ce n’était pas son type de personnalité, aujourd’hui cela lui sauverait certainement la vie.

Néanmoins, en ayant monté les marches aussi rapidement, elle n’avait ni fait attention à la potentialité qu’elle risquait de se faire apercevoir plus tôt qu’elle ne l’espérait par le robot « donneur d’ordre » -oui c’était un nom qui ferait l’affaire-, ni si elle avait été repérée par la charmante compagnie des robots tueurs –décidément- auxquels elle avait tenté de fausser compagnie. Pas de chance pour la jeune femme, puisqu’à peine elle eut le temps de s’apercevoir que l’orateur se tournait dans sa direction, sa main bionique se dirigeant de façon suspicieuse vers une poche où se trouvait un objet indéterminé. Une alarme de danger critique sonna dans sa tête, mais lorsqu’elle tenta de faire volte-face, elle remarqua désormais l’un des premiers robots qui braquait son arme sur elle. Bon. Réfléchissons stratégie.

Bien que renoncer était quelque chose qu’Ivy avait depuis longtemps banni de son vocabulaire, il fallait avouer que pour l’instant, elle n’était ni en supériorité numérique, ni en supériorité stratégique. Elle ne connaissait même pas encore leurs faiblesses, et la création de ses doubles précédents avaient fait considérablement baisser son énergie, si bien qu’il n’était pas question d’utiliser cette même carte tout de suite. Se trouvant dorénavant entre les deux étrangers, elle eut à peine le temps de se baisser lorsque le Chérubin entreprit de tirer dans sa direction. Drôle de façon de juger les personnes… Ivy fit une roulade sur le côté afin de se trouver devant le couloir menant aux escaliers. Le choix de monter ou de descendre se présentait à nouveau. Elle monta encore.

Une fois à l’étage supérieur, elle se glissa dans la première salle ouverte. C’était une sorte de dépôt pour le personnel de ménage, ou de dépôt pour les objets trouvés peut-être. Qu’en savait-elle. Il y avait uniquement une chaise en acier au centre de la pièce, dont une faible lumière éclairait les murs miteux et les caisses fournies entreposées dans les coins. Une seule fenêtre. Attendez… Une chaise en acier. Ivy eu une idée. Après tout, elle n’avait plus vraiment d’autres options que de tenter quelque chose de fou. Elle se saisit de la chaise qui était déjà dans un sale état, dû à sa vieillesse notamment. La tapant contre un mur, elle parvint à en décrocher un pied. Maintenant, elle fouilla dans les cagettes de foutoir autour d’elle.

Il y avait de tout : des torchons, des emballages de nourriture, des vêtements. Et enfin, le saint graal, une bobine de fil de cuivre, accompagné d’une vieille batterie. C’est fou ce qu’on pouvait trouver dans un tel débarra. Elle remercia silencieusement la personne qui avait bien pu stocker ça ici. Ivy enroula le fil autour de son arme de fortune, de sorte à faire le plus de spirales possibles. Il ne lui manquait plus que l’alimentation afin de pouvoir prétendre perturber le champ magnétique des robots. Elle entreprit de faire joindre maintenant chaque extrémité de fils sur la batterie, priant pour que cela puisse fonctionner. Cela fait, elle repartie de l’avant, se faisant la plus discrète possible pour découvrir les autres pièces de cet étage.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 29 Sep 2016 - 0:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C’était viscéral mais quel que soit le machin qui pouvait se cacher derrière cet hologramme prenant la forme comme les traits de son oncle, çà brisait fondamentalement les couilles de notre homme cette situation. A croire que plus rien ne pouvait être simple et qu’il se retrouverait à vie piégé dans un monde feutré peuplé de mots compliqués. Hors de question pour notre homme donc qui -un court instant- ressentit quelque chose qu’il ne connaissait que trop peu : l’expérience de la peur !

Mais, quelque chose se mit à clocher… L’hologramme perdit un peu de sa sublime constance pour se mettre à grésiller avant de lui parler dans un dialecte inconnu. Inutile de dire que Ryan était beaucoup trop con pour comprendre que c’était de l’espagnol, mais je le dis quand même ! L’espace d’une seconde, notre homme ce dit qu’il était dans la merde parce que ce machin ne lui avait pas donné la moindre indication sur l’énigme alors qu’il allait boire la pinte rouge cul-sec. Puis, cela jaillit dans son esprit comme un pet sur une toile cirée. Les enseignements du vieux Tarkhan ressurgissant en souvenir, il étira un grand sourire avant de vociférer au visage de ce qu’il imaginait être une intelligence artificielle, celle-là même qu’il avait provoqué pour qu’elle vienne se battre mais qui n’avait pas eu les couilles de le faire. A se demander s’il n’avait pas à faire à un nécromancien… !

" T’en chies, hein, saloperie ? " Le ton était aussi goguenard qu’agressif alors qu’il penchait son visage de biais pour toiser la tête de l’oncle Terry. Il n’avait plus la moindre sympathie pour ce visage de son enfance en l’instant. " Il y a un truc pas cool qui est en train de t’arriver dans le monde réel… " Amis fans de Matrix… " Tu pensais sérieusement que ce tour de passe-passe allait me piéger éternellement ? " Car il avait maintenant compris -ouais je sais, il y a mis le temps- qu’il se trouvait dans un semblant de prison pour sa conscience… De quoi lui foutre les nerfs mais, aussi, lui offrir la possibilité de démontrer qu’il n’était pas qu’un sympathique simplet mais bien un authentique Légionnaire et un redoutable combattant ! " Hors de question d’être plus longtemps distrait par tout cela maintenant ! " Dans ses yeux, une lueur folle…

" Dégages de ma tête ! " Bras arqués, il serrait les poings à s’en faire pâlir la jointure de ses doigts. " Il faudra bien plus que tes manigances pour me stopper… " Ryan culbuta sur son cul à une vitesse dingue… " Tu pourrais bien contaminer mon corps comme mon esprit que je conserverai TOUJOURS… " A l’image du peuple de son père. Spoiler Alert ! " …ma FIER-TEEEEEEEEEEEE ! " Celle du plus fort… Bien plus qu’un suceur de démons, qu’un bouffeur de cresson… De tous les habitants de cette planète, il avait la certitude d’être le plus puissant. Aussi, s’il venait à échouer… Qui d’autre pourrait bien se dresser pour sauver leur monde ? Pas dit qu’on puisse y arriver en sortant des lapins de son chapeau… !

Et dans ce monde illusoire, Ryan de pousser une plainte de gigantesque animal blessé, focalisant sa concentration héritée de Tarkhan pour chercher à se défaire de l’illusion, ses muscles bandés à l’extrême dans une posture du lotus approximative à souhait… Et dans le monde reel, son corps de commencer à exsuder l’énergie lovée en lui comme un serpent, s’ouvrant au souffle d’une façon… Gargantuesque !

Action :
Ryan essaye se défaire de ce monde illusoire ou de ce logiciel en se concentrant pour ouvrir les possibles bréches crées par les défaillances, le virus ou quoi que ce soit d’autre… Il y a besoin d’un gros bœuf pour sauver tout le monde, j’endosse le costume les enfants !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 29 Sep 2016 - 12:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’agent de l’UNISON espérait que le groupe qu’elle avait laissé derrière elle saurait resté en sécurité et que rien ne leur arriverait.

Une part d’elle aurait bien voulu rester là-bas, vaillante gardienne armée de sa lance, or, l’ancienne policière était animée d’un ardent désir à arrêter le coupable de cette mascarade et ainsi sauver toutes ces innocentes victimes qui n’avaient pourtant rien demander si ce n’était qu’une agréable sortie dans un parc.

Ou alors s’agissait-il d’Izanami qui semblait la presser à s’approcher de la statut, ou plutôt du japonais, comme si elle cherchait à confirmer quelque chose.

Meghan aurait pu rapidement arriver à la statut, au rythme où elle allait alors que les robots ayant tenter de se mettre entre elle et son objectif gisaient désormais au sol, sa technique à la lance frôlant la perfection alors qu’elle ne semblait jamais rater un coup.

Si seulement ne s’était-elle pas écrasée au sol, inconsciente.

Tout semblait se passer trop vite alors que les images s’enchaînaient dans sa tête pour former une vision qui aurait pu être presque dégoûtante si elle n’en était pas aussi fascinante. Izanami semblait s’agitée alors que l’esprit de l’ancienne militaire était soumise à des images qu’elle ne savait interpréter.

Ses yeux s’ouvrirent de nouveau sur le dôme qui entourait toujours le parc alors que le soleil s’était couché et que plus rien ne semblait visible au-delà de leur prison lumineuse.

Elle se redressa, se sentant en parfaite santé, quand bien même se trouvait-elle désormais confuse, la lance ayant repris sa place autour de son doigt alors que son regard se perdait sur l’horizon, à la recherche de quoique ce soit qui pourrait expliquer ces visions qui désormais alarmaient la divinité qui s’était liée à elle.

Elle n’eut toutefois pas le loisir de s’arrêter sur la question alors qu’un robot bien différent que tous ceux qu’elle avait pu affronter s’élança vers le planétarium.

Elle avait tout au plus une demi-seconde à savoir si la menace qui fondait vers les civils qu’elle avait mis en sécurité parviendrait à entrer le bâtiment ou s’il n’était pas particulièrement dangereux pour ces derniers.

L’agent était certaine de trouver réponse à ses questions et un coupable au sein de la statut.

Or, elle se planta droit devant le robot, lance à la main, le regard confiant, allongeant son arme pour le tenir à distance, car, a priori, il ne semblait pas armé d’arme à feu.

Sans se poser plus de questions, cherchant à sauver le plus de citoyens possibles, elle bondit sur le robot, cherchant à blesser la carcasse métallique de son arme divine comme elle l’avait fait avec tous les précédents qui s’étaient opposés à elle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 30 Sep 2016 - 16:43 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici


Esprit de l'Héroïsme
Maître du Jeu

Personnage
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 276
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Joueur
L'Héroïsme

ϟ Sexe : Masculin ϟ Arrivée à Star City : 07/04/2012
ϟ Nombre de Messages : 375
ϟ Nombre de Messages RP : 276
ϟ Célébrité : V pour Vendetta
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Héros
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
     Ryan parvint à s'extraire du logiciel. Au moyen d'une technique imprévue sur le serveur, et que jamais aucun programmeur, quelque compétence qu'il eût, n'aurait su anticiper et prévenir. Quand il se retrouva dans le monde réel, aux abords de la roseraie, il n'était pas seul. Il n'était pas tout à fait lui-même non plus. Il portait toujours le même costume, le même masque, à ses pieds traînaient le reliquat du bandeau lumineux. Son mollet criait de douleur, et sous le tissu, par endroit, sa peau s'était couverte ecchymoses rosâtres.

      En choisissant de quitter, par la force, l'interface de réalité augmentée où il s'était retrouvé piégé, Ryan avait réussi, mais il en porterait quelques temps les stigmates. Devant lui se tenait une bien curieuse figure, longiligne et maigre, enrobée dans une lourde cape de samit rouge. Il n'y avait là rien d'un être humain, sinon la forme et la silhouette, encore qu'il manquait un visage à ce grand droïde. Il s'avançait vers le légionnaire, qui reprenait ses esprits ; ses mains à quatre doigts s’agrippaient aux épaules opposées, et trois rectangles métalliques définissaient les trois sommets d'une croix dont il aurait été le tronc.

     «  Tu aurais dû boire la pinte rouge, BlackArm. Ce pathétique petit programme ne t'a pourtant rien épargné, pour t'aider à comprendre... Mais à présent, les cartes sont rebattues ! Voyons comme tu te bats sans plus connaître l'étendue de tes pouvoirs...  »

     Seraphim Prime s'était approché de Ryan pour lui asséner un violent crochet du gauche, ce qui projeta l'homme contre le tronc d'un arbre non loin, dont on entendit l'écorce rompre et se fendre.

***

     Plus loin dans le parc, Meghan intercepta la course d'un autre robot, un Séraphin. La machine volante l'aurait ignorée, mais la Lance céleste vint se ficher dans l'articulation supérieure de l'aile droite du robot, arrachant une portion de cet élément à la machine. Celle-ci ne perdait en rien sa capacité à voler, à se déplacer de la sorte puisque cette aptitude lui venait de divers moteurs à propulsion dispersés dans toute la structure métallique.

     Le Séraphin se releva et tourna vers l'agent de l'UNISON un regard lumineux mais vide ; il n'y avait là qu'une machine sans expression ni émotion, sans personnalité ni individualité. Elle engagea le combat en levant les poings droit sur Meghan ; de petits pistolets-lasers y étaient incrustés. Ceux-ci tirèrent quelque rafales sur la demoiselle ; certains projectiles la manquèrent, d'autres percutèrent la lame de la lance qui les dévia et demeura intact. Cela n'empêcherait pas la machine de rester hostile et d’agresser la jeune femme tatouée, dans le but clairement identifiée de la tuer.

***

     Suzaku était seul, dans cette pièce. Il n'y avait par ailleurs aucune trace d'aucune paroi d'aucune sorte. L'intérieur de la Sentinelle était-il préservé de la présence du dôme ? Une conclusion sans doute trop hâtive. La salle était close, mais point verrouillée. S'il fouillait, Suzaku ne trouverait rien qu'une pièce dédiée au « souvenir » du héros dont la statue représentait une grande et belle effigie. Mais rien de très utile... sauf peut-être ce coffret ? Une drôle de caisse métallique, façon cantine militaire, entrouverte sur un amas conséquent de roches... étonnantes ; granuleuses mais fermes, noirâtres mais brillantes, et de toute évidence, en approchant sa main, Suzaku comprendrait que celles-ci réagissaient à la proximité des arcs électriques qu'il cultivait à la surface de sa paume. C'était comme si elles cherchaient à s'en nourrir, à les absorber !

     Quand il comprit ce qui se passait, toutefois, il entendit derrière lui une porte s'ouvrir à la volée. Que ferait-il ?

***

     Ando sut faire passer le message, et toutes personnes à portée d'un robot de type Chérubin put l'entendre. Et comme il y avait un grand nombre de ces machines un peu partout dans le parc, personne ne manqua rien des mots du docteur Otaku ! La réaction ne tarda pas à se faire connaître, mais Mizuiro eut tout de même le temps de collecter et compiler des informations capitales ; en effet, si les Chérubin n'avaient pas de systèmes visuels à la manière des humains, ils avaient des capteurs suffisamment élaborés pour dépeindre autour d'eux leur environnement thermique, notamment, si bien que Mizuiro put informer Ando que d'après ce qu'elle observait, tous les « êtres vivants » présents dans le parc à proximité des Chérubins étaient des humains et des victimes (comme en témoignait leur état de stress, notamment) ou des héros en intervention.

     C'est alors qu'opéra un petit... miracle ? Ando avait désactivé tous les Chérubins. Mais ceux-ci s'éteignirent à l'injonction de leur créateur et maître. Seul celui qui avait servi de base au piratage du docteur Otaku demeura encore en fonction quelques instants pour délivrer ce dernier message : «  Imbécile. Tu n'es rien. Tu ne peux empêcher la Purge.  » Sur ces dernières paroles, le robot s'éteignit définitivement. Un mécanisme de sûreté venait de griller, dans chaque Chérubin, les câbles et convecteurs d'alimentation. Mais Mizuiro avait une bonne nouvelle : une « identité » pour l'expéditeur de ce dernier message, et une localisation !

***

     Jezabel et Roodabeh, dans le poste de sécurité, firent quelques trouvailles intéressantes. Il y avait là des dossiers épars, quelques bureaux, plusieurs chaises et fauteuils. Surtout, un large murs d'écrans qui donnaient à voir l'intégralité des salles et couloirs du planétarium Hamilton, ainsi que ses abords proches, le parking notamment. Jezabel put aussi découvrir, dans un tiroir entrouvert, une arme de service laissée là négligemment, un Beretta 92 FS fort classique au demeurant, ainsi qu'un plan papier de la bâtisse.

     Par ailleurs, les instructions de Roodabeh auraient sans doute été profitables en cas d'attaque concertée des robots Chérubins, mais ceux-ci avaient été d'abord désactivés par Ando et se trouvaient désormais parfaitement neutralisés : le cerveau du crime avait préféré les sacrifier plutôt que les voir souiller par la main du docteur Otaku. Mais ce répit ne serait que de courte durée. Les deux derniers Séraphin avaient quitté leur poste, au pied de la statue, pour voler droit sur le planétarium. Leur cible : Ando. Mais ils comptaient bien tuer là tout le monde, et rapatrier les corps jusqu'à la Sentinelle. Un autre, venu d'une extrémité du parc, visait le même endroit, avec les mêmes consignes.

     Mais Roodabeh, Jezabel et les autres avaient encore quelques minutes pour se préparer à l'attaque surprise. Sur l'un des écrans, la chanteuse découvrit quelque chose d'assez curieux : une salle d'exposition de roches météoritiques était plongée dans le noir... sauf que nombre des pierres exposées semblaient luire... clignoter même, et plus précisément, se répondre les unes aux autres. Elle n'était pas savante pour deux sous, et si sa première intuition fut de penser à une sorte de phosphorescence... Jezabel ne put se départir de l'impression de malaise que lui laissait l'observation de cette symphonie bizarre des lumières alternées.

***

     La désactivation, d'abord, des robots Chérubins, puis leur neutralisation définitive, laissa à Ivy une certaine avance, puisque les machines, y compris dans la Statue, furent l'objet de cette fatale mise à jour. C'était une chance, pour elle, car la tentative désespérée de concevoir en quelques minutes à peine une sorte de réplique de la bobine de Tesla se serait soldée par un bien triste échec. Elle gravit les escaliers quatre à quatre et se trouva au niveau supérieur, là où une curieuse pénombre plongeait les lieux dans l'obscurité. Un bruit derrière elle lui fit presser le pas ; elle cherchait à être la plus discrète possible, et sans doute elle le fut, puisque bientôt c'est le silence qui l'accompagnait. Elle ouvrit une porte et se trouva bientôt nez à nez avec Suzaku, dont elle ne vit d'abord que la silhouette dans les ténèbres.

Spoiler:
 


Informations


- Pour le confort de tous, voilà ce que sera le planétarium Hamilton dorénavant : https://supernova.eso.org/about/architecture/ ; ces informations sont consultatives et vous donneront une idée de l'architecture du bâtiment !

- Suzaku, Ivy, vous êtes donc réunis et le dernier paragraphe n'est à prendre en compte que si vous vous éternisez dans la pièce ! N'hésitez pas à vous concerter.

- Ryan, tu es face à un ennemi qui est ton égal, en terme de force, de vitesse, de réflexes. Des différences existent, tu es un homme, lui une machine ; il faut t'en remettre à ton sens tactique et ton intelligence stratégique pour venir à bout de lui !

- Meghan, le robot cherchera à te tuer et ne te laissera ni fuir, ni te reposer. Ta lance te protège de ses lasers, mais attention, il a peut-être d'autres armes en réserve !

- Meghan, Ryan, vous êtes approximativement à 30 ou 40 mètres l'un de l'autre !

- Roodabeh, Jezabel, les robots Séraphins seront sur le planétarium d'ici peu, ce qui laisse le temps pour quelques initiatives défensives, ou d'autres initiatives selon votre choix !

- Ando absent, je m'occupe de lui jusqu'à son retour.

- Nouveaux groupes : Ando/Roodabeh/Jezabel ; Ivy/Suzaku ; Meghan/Ryan

- Pour toute question, n'hésitez pas à contacter votre dévoué MdJ : Dante Visconti.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 30 Sep 2016 - 18:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Jezabel ce sourire doux la rassura un court instant, elle décida d’essuyer le sang sur son visage même si elle n’avait pas de miroir pour apprécier le spectacle. Elle devait faire peur et semblait ridicule à la fois avec sa hache dans les mains, sa robe plus courte que courte à cause du feu qui l’avait cramé à chaque mouvement un peu ardue on devait voir sa petite culotte en dentelle noire française. Quand Jeza posa sa main sur son épaule de nouveau elle se sentit comme réconfortée et rassurée alors que Jeza devait être aussi costaud qu’elle, enfin à moins qu’elle ne lui réserve des surprises. En tout cas elle ne manquait pas de débrouillardise parce que son idée était plutôt géniale, parce qu’elle se sentait pas franchement rassurée avec sa petite hache. Elle lança donc un regard désolée au mastodonte, mais il avait entendu le plan et il opina pour la rassurer, Roda n’étant pas une grande parleuse, elle lui posa un bisou rapide sur la joue pour l’encourager. Elle porta sa main à son collier, ce bidule était utile sur les humains comme ce mastodonte ou peut-être même Jeza, mais sur les robots il ne lui serait d’aucune utilité.

Elle se leva donc et suivit donc sa chanteuse, si elle devait mourir, sa dernière volonté était de lui rouler une pelle tout en levant un doigt d’honneur, elle ne voulait pas mourir en combattant vainement. Si elles n’avaient pas la moindre chance elle préférait mourir avec une sensation chaude et sensuelle, que la peur et la douleur. En se levant elle remarqua que les chérubins était inactifs sûrement un coup de ce génie machiavélique de la robotique et si elle n’aimait pas l’idée de faire équipe avec un méchant, pour survivre elle le devait, elle voulait revoir sa sœur juste une dernière fois, la serrer fort dans ses bras et l’embrasser, et pleurer alors tant pis si elle devait supporter les discours plein d’arrogance de Mr Docteur Otaku. Elle avait Jeza et dans le poste de sécurité elles trouvèrent des vidéos de partout et une arme. Roda la regarda piteusement et annonça tête baissée.

- Garde-là, j’ai déjà prouvé mon inefficacité avec une arme en me faisant fracasser le crâne. Par contre vous n’avez pas mis ko des robots, on peut peut-être leur piquer leurs armes. Puis elle vit le drôle de manège des pierres sur un écran. Euh j’ai déjà été ici et ses pierres n’ont jamais fait ça, ce n’est absolument pas normal et si c’était des… bombes. Je ne suis pas sûre qu’on soit si en sécurité ici, glapit Roda toute pâle, pâle comme morte pour dire ce qui était facile vu son teint de teint de porcelaine.

Elle virait peut-être un peu parano, mais avec ce qu’elle venait de vivre, ce n’était peut-être pas complétement anormal. Elle ne voulait pas mourir, elle ne voulait pas mourir. Que dirait la presse, la presse finirait par découvrir sa vraie identité grâce à son fichier dentaire. « Des adolescents et des enfants mort après une attaque de robot, une des adolescentes était une danseuse du ballet Beaudrie et mentait sur son âge car orpheline, triste vie, triste mort pour une jeune femme décrite comme généreuse. ».

Il faut retrouver le Docteur Otaku, si il est si génial que ça il faut qu’il voit ça… Absolument.

Elle était en train de paniquer, de devenir dingue.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 3 Oct 2016 - 0:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il l’avait fait, il s’était sorti de ce merdier par la force de son esprit, à la lumière de son insoupçonnée concentration… Néanmoins, il en payait le prix... Amèrement ! Il avait mal… Mal comme si une bande de mec avinée l’avait copieusement passé à tabac pendant qu’il était plongé dans le monde irréel. Il ne s’expliqua pas le moins du monde comment il avait pu encaisser autant de coups, comment il pouvait dérouiller autant alors qu’il se redressait doucement. A vrai dire, cela faisait TRES longtemps qu’il n’avait pas été blessé comme çà !

" Putain… " Grogna t’il alors que son mollet le lançait terriblement. Il serra les dents alors qu’une voix l’interpellait pour mieux souligner le côté dément de son action. A la fin de cette soirée il retiendrait la leçon. Celle disant que son esprit pourrait épargner bien des souffrances à son corps s’il s’accordait un peu plus de réflexion. " T’as fait un truc à ta gueule, non ? Omega… " Ouais bon, c’est pas pour tout de suite qu’il se mettrait à réfléchir non plus, persuadé qu’il était d’avoir à faire à l’entité du néant qui les avait tous privé de la lumière du Prétorien. Un sourire passa sur sa lippe alors qu’il nourrissait le désir de venger le héros de son enfance.

Tout sourire disparut de son visage lorsqu’il prit de plein fouet le crochet de celui qui s’imposait comme son adversaire… Il se sentit ébranlé comme jamais, la force du coups faisant trembler tout son être face à toute cette violence qu’il n’employait que trop lui-même ! Décollé du sol par tant de puissance, son dos heurta avec fracas un arbre qui craqua sinistrement face à tant de force. Ryan tomba à genoux au sol, une saveur qu’il avait presque oubliée lui envahissant la bouche. Il toussota, mirant la poussière se teinter de rouge. Goutant son propre sang… Vraiment, cela faisait TRES longtemps qu’il n’avait pas été blessé comme ça !

" Eh ben voilà…! " Eructa t’il en étirant un dément sourire qui dévoila ses dents rougies par le sang. " Tu vois que tu peux y arriver quand tu veux !! " Ses yeux écarquillés sous son demi-masque, son sourire ne se fanait guère alors qu’il se redressait de toute sa haute stature, cape blanche battant dans la bise. Dans son dos, l’arbre terminait de chuter dans de sinistres craquements… " Ne te relâches pas encore… " D’un revers de main, Ryan essuya le sang qui perlait à la commissure de ses lèvres. " …continue de me montrer que t’en as dans l’slibard… ! " Tous ses muscles tendus sous son costume n’aspiraient qu’à se contracter pour cogner cette chose. " C’est maintenant qu’on va se marrer. " Un moulinet de bras paume opposée posée sur l’épaule fendit l’air en guise d’échauffement. " Hein ? Omega ! "

Un seul mot passait dans l’esprit de Ryan : Génial ! Combien de temps passé depuis ce sentiment de puissance ? Il y avait tellement longtemps… Un duel d’égal à égal… Bien que, soyons honnêtes, dans les fait, Omega semblait bien un cran au-dessus… Pour autant, Bang était étonnement calme… Souriant… Face à cet adversaire-là, il allait enfin pouvoir combattre avec toute sa force !

Et Black Arm de fondre sur son adversaire comme une vipère furieuse, poing serré et excitation dans l’œil ! Ryan était soudainement devenu aveugle au monde alentour, n’aspirant plus qu’à jouir de la bataille, de la souffrance, de la mort… N’étais-ce pas la seule récompense à espérer dans tout çà, après tout ?

Action :
Ryan passe à l’attaque ! Il fond sur Seraphin Prime / Omega en ligne droite, se fendant un entrechat à une vitesse folle pour finalement bondir d’une roulade en sa direction ! Roulade qui lui permet de parvenir rapidement au corps à corps et qui a pour but de surprendre son adversaire en lui bloquant, dans le mouvement final, le pied avec son propre pied d'appui ! Immédiatement, il frappe du gauche les muscles intercostaux du tranchant de la main et délivre une droite rageuse au visage ! Bras tendu, Ryan inverse le mouvement en extension pour lui ravager la gueule d’un coup de coude qui amorce un début de rotation du corps amenant l’ultime mouvement de cet enchainement au corps à corps : coup de pied retourné fouetté très puissant en profitant d'une torsion du bassin accélérant la puissance du coup ! Hail to da’ king baby !
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Oct 2016 - 5:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Voilà que le robot fut contraint à un atterrissage forcé alors que la blonde venait de lever sa lance vers le ciel et de l’enfoncer dans l’une de ses elles. Non pas qu’elle croyait que le robot volait grâce à celles-ci, or, elle eut la satisfaction de voir qu’elle venait de capter son attention.

Debout, la lance droite devant elle, faisant face à ces robots qui détonnaient de ceux qu’elle avait affronté un peu plus tôt, elle semblait sur d’elle-même et respirait la confiance.

Elle n’était pas animée par un orgueil mal placé, or, elle savait qu’elle n’y gagnerait rien à craindre la bestiole métallique et qu’elle se devait de garder la tête froide si elle voulait pouvoir l’emporter sur son ennemi. Elle se devait de se faire confiance, en elle-même et en ses réflexes, ses durs entraînements n’avaient certainement pas été en vain.

Cherchant donc à passer à l’offensive, elle fut toutefois surprise par des lasers venant en sa direction, qu’elle dévia d’un habile coup de lance.

Il était donc armé, ce qui était une bonne chose à savoir. Elle devrait donc rester sur ses gardes et surveiller chacun de ses mouvements. Peut-être avait-il d’autres armes en réserve. Ce n’était pas impossible. Et elle ne pouvait pas se permettre de se faire avoir aussi facilement.

Solide sur ses pieds, elle s’élança donc une nouvelle fois vers lui, déviant les lasers qu’il dirigeait vers elle tout en évitant les autres, maniant sa lance comme une prolongation même de son corps. Elle lui envoya un coup vers ce qui pourrait bien être son coeur, si elle se fiait aux caractéristiques humaines que ce dernier pouvait présenter. S’en suivit d’un nouveau coup qu’elle chercha à porter à la tête du robot pour au final devoir changer d’idée, rapprochant de nouveau l’arme vers elle-même pour se protéger des attaques toujours diriger vers elle.

Il n’y avait aucun doute possible, cette machine cherchait à la tuer, contrairement aux autres avec qui elle avait eut affaire plus tôt. Et il ne comptait bien évidemment pas lui laisser de chance.

Reculant d’un bond gracieux, elle l’observa de haut en bas, à la recherche de quelque chose. D’une faille. D’une arme. D’une indice. Quoique ce soit. Elle tentait en même temps de se rappeler de sa vision. Du serpent. Du guerrier. Des joyaux.incrustés sur le serpent.

Son regard se porta donc sur sa lance, elle aussi incrustée de joyaux.

Elle s’était contentée d’éviter les attaques en dansant avec l’ennemi, agile sur ses pieds, pour au final repasser à l’offensif, lui envoyant des coups avec la lame de sa lance tout comme elle profitait du mouvement pour l’attaquer avec le pied de celle-ci.

Profitant d’une ouverture alors qu’elle s’était consacrée au niveau du torse du robot, elle leva sa lance, visant ce qui pouvait bien être les yeux du monstre fait de métal.

C’était peut-être bien stupide et peut-être avait-elle mal interpréter ce qu’elle avait cru voir. Peut-être même devenait-elle complètement folle. Or, elle avait décidé de désigner son arme comme le serpent et ce robot comme le soldat qu’elle devait purger d’un mal quelconque.

Elle devenait complètement folle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Oct 2016 - 18:29 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je suis désolée, Ishi, mais le système visuel des Chérubins n’est pas suffisamment élaboré pour que je puisse vous donner l’identité des personnes présentes sous le dôme.

Une information qui me contrarie, mais ma Angel’s n’en est pas responsable. Si le concepteur de ces poubelles n’est même pas fichu d’inclure des caméras à haute définition dans ses Chérubins (rien que penser ce mot me donne envie de vomir) c’est qu’il est déjà définitivement perdu.

Pour ne rien arranger, je n’ai pas le temps de prendre le contrôle des robots. Ce konoyaro préfère les désactiver plutôt que de les laisser tomber entre mes mains. Il m’envoie toutefois un message avec celui que j’ai piraté, sans doute pour me narguer.

C’est ça, cause toujours, teme ! Non seulement je vais l’empêcher, ta Purge, mais je fais t’étouffer avec.

Je ressens une certaine frustration, alors je me redresse et donne un coup de pied dans la carcasse métallique. J’évite de donner des coups de poing, un homme comme moi a besoin de ses mains. Ce sont mes outils les plus précieux, avec mon cerveau.

Ishi, j’ai intercepté deux informations intéressantes avant que la communication ne soit coupée. Le nom de notre ennemi est Red Cardinal.
Lance une recherche sur le deepweb.
C’est déjà fait, Ishi. Toutes les informations à son sujet ont été récemment effacées, je trouve les traces de cette disparition mais je ne parviens pas à récupérer les données. Veuillez m’excuser.
Bien… Au moins, nous avons un nom. Tu as dit que tu avais deux informations ?
Le nœud d’émission des signaux se situait à Washington D.C. En tout cas, c’est de là que venait le signal de contrôle des Chérubins.

Washington D.C. ! Et moi qui suis coincé sous ce fichu dôme, sans possibilité de contacter Momoiro au laboratoire. A-t-elle avancée dans ses recherches ? J’ai hâte qu’elle revienne pour l’envoyer traquer ce misérable. Vu sa vitesse de vol, elle sera sur place assez rapidement et pourra peut-être m’envoyer une image de son visage, voir le neutraliser.

Mais il y a plus important. J’ai révélé ma présence sous le dôme, il y a probablement des héros, des agents et des civils paniqués qui vont vouloir me tomber dessus. Les premiers, pour m’arrêter. Les autres… Par accident. Sans compter que Red Cardinal, s’il a deux sous de jugeote, a probablement d’autres atouts dans sa manche pour sa purge. D’autres types de robots, plus difficiles à pirater. Je dois changer de localisation, le Chérubin a probablement envoyé mes coordonnées GPS quelque part et la blonde de tout à l’heure sait où je me cache. Cela ne me convient pas du tout.

Mizuiro, Midori, en formation garde du corps. On sort d’ici en évitant de passer par le hall d’entrée, je refuse de croiser les civils paniqués et de revoir l’autre cinglée. On monte à l’étage et on trouve une sortie. Maintenant que les Chérubins sont désactivés, ce sera plus facile de passer inaperçu.

J’espère qu’ils le sont réellement. En tout cas, je n’ai aucune envie de me mêler à la plèbe, alors j’abandonne le cadavre en métal derrière moi et je sors de la pièce, entouré par mes deux Angel’s. Je me sens un peu nu, sans ma combinaison MechOtaku, mais heureusement, je ne manque pas de ressources. Mais je ne peux rien faire de plus tant que Momoiro n’a pas fini d’analyser la structure du dôme et trouvé un moyen de passer outre.
Après?
Direction Washington D.C.
En mode carnage.

Intervention du MJ :
- Ando s’échappe-t-il du bâtiment sans encombre ?
- Les deux sentinelles lui tombent-elles dessus avant qu’il ne puisse changer de localisation ?
- Les Angel’s sont-elles aptes à se défendre contre eux ?
- Où en est Momoiro dans ses recherches au labo ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 5 Oct 2016 - 21:32 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Suzaku fouina dans la pièce durant une poignée de minutes. Expert en vol pour le compte de la Triade, il avait l’œil pour distinguer le bibelot insignifiant de l’objet de valeur, mais cela ne lui fut guère utile. La pièce regorgeait de bricoles, dont quelques-unes avaient de la valeur, mais rien ne paraissait anormal. Rien qui pourrait expliquer la présence du dôme. Sauf, peut-être… ? Il sentit soudain une réaction étrange au bout de ses doigts, une chaleur qui se diffusait dans sa paume et remontait le long de son bras. En se rapprochant, la sensation amplifia à la limite du dérangeant, et Raijin gronda.

Ça me vole.

Voilà qui n’avait pas beaucoup de sens, mais Suzaku comprit directement pour le ressentir lui-aussi. L’énergie électrique qu’il déployait grâce à Raijin était comme absorbée par… Des espèces de roches ? Ce n’était peut-être qu’une coïncidence, toutefois son esprit était tellement obnubilé par le voile qu’il y vit tout de suite un lien.

Corrélation n’est pas causalité, ne tire pas de conclusion hâtive.

Le kami pouvait bien avertir, le jeune homme avait déjà pris une décision. Il s’empara du premier bibelot qui traînait – ici, une statue miniature de la Sentinelle – avec pour intention de titiller la rocaille avec… Il fut pourtant interrompu en plein geste par l’ouverture de la porte. Il se figea brusquement comme un hérisson face aux phares, sa statuette brandit et les yeux grands ouverts. Il eut toutefois un réflexe un chouia plus offensif que les pauvres bêtes, et généra une sphère d’électricité dans sa main libre. Prêt à la jeter sur la figure passant l’embrasure, il se figea en discernant une silhouette trop humaine.

« Ne bougez pas. » Avertit-il sévèrement. Sur ses gardes, il lui fallut quelques secondes supplémentaires pour deviner les traits gracieux de la jeune femme qui se tenait devant lui. La fille sous l’arbre… La fille à qui il avait presque offert un churros. Ses doigts se refermèrent, taisant les arcs électriques menaçants qui y siégeaient jusqu’alors. « Je ne vous avais pas reconnu. Vous vous en êtes sortie… » Beaucoup n’avait pas eu cette chance.

Elle allait vite.

Le rappel de Raijin ramena son hôte à des préoccupations plus pressantes.

« Vous aviez l’air pressée, êtes-vous suivie ? » Même s’il ne fallait présager de rien à Star City, il était probable qu’elle soit moins professionnelle que lui dans l’art de la discrétion. Les risques d’être repéré avait sérieusement augmenté, aussi Suzaku se pressa-t-il de tester la matière noire trouvée dans le coffret. Il en approcha la statuette et la fit entrer en contact, s’attendant à tout moment de la voir se désintégrer. Quoi qu’il puisse se passer, l’urgence venait à nouveau troubler son étude !

Un robot venait d’apparaître, et s’il ne les menaçait pas directement, il était armé comme tous les autres. Les mêmes qui avaient froidement abattu les otages quelques instants plus tôt. Suzaku plia légèrement les genoux, prêt à courir, quand la chose prononça des mots étranges. Il ferma doucement le poing et y concentra son énergie, sans pour autant faire un seul geste d’agressivité.

« J’entends quitter cet endroit, et expier à l’extérieur du dôme. » Il testait plus qu’autre chose ses réactions. « Je vous demande instamment de me dire la vérité : est-il possible pour nous de passer le voile et de rester en vie ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Enquête n°4 : Acte I : PURGE
 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  SuivantRevenir en haut 
Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_6Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_8


Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_1Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_2_bisEnquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_6Enquête n°4 : Acte I : PURGE - Page 4 Categorie_8
Sauter vers: