AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

On va s'aimer } Adrian Cadre_cat_1On va s'aimer } Adrian Cadre_cat_2bisOn va s'aimer } Adrian Cadre_cat_3
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 

On va s'aimer } Adrian

 
Message posté : Dim 11 Sep 2016 - 2:21 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Cela faisait plus de deux mois que Gabriel mijotait son petit plan diabolique d’amoureux transi. Il avait vu passer la date fatidique, le 14 juin, et à son grand dam il n’avait pas pu l’honorer comme il se doit. D’abord surmené de son côté, il avait ensuite désolément constaté que son grand Archimage d’ami était lui-même bien trop pris pour se permettre des distractions. Il avait rongé son frein et demandé à Sallah de le tenir au courant de la prochaine ouverture dans l’emploi du temps chargé d’Adrian. Celui-ci avait admirablement joué le rôle de complice et l’informa, au début du mois de septembre, que le ciel s’éclaircissait pour les jours à venir. Complotant avec l’égyptien, le major avait tout préparé et « réservé » le weekend du 10 et 11 septembre, sans toucher un seul mot de l’histoire au principal concerné. La violence de la mission dite « Alamo » l’avait presque fait tout annuler, mais au dernier moment, le commandant s’était dit que c’était justement pile le bon moment. Adrian avait plus que jamais besoin d’une pause, et quel meilleur prétexte que l’anniversaire de leur trois ans ?

Car oui ! Le 14 juin 2013, les deux hommes qui ne se connaissaient alors que de réputation, collaborèrent sur une mission dont les détails échappaient aujourd’hui à Gabriel. En revanche, il se souvenait parfaitement de son interaction avec le mage, qui marqua le début d’une relation sincère entre eux. Il tenait Adrian en très haute estime, et lui était extrêmement reconnaissait pour son amitié, ainsi que son soutien dans les moments les plus douloureux de son existence. Il s’était plus livré à Adrian qu’à n’importe qui d’autre, et encore aujourd’hui il se considérait chanceux de l’avoir dans sa vie.

Difficile alors, de célébrer pareil événement !
Gabriel s’était longuement creusé la cervelle avant de décider du programme, mais le vendredi 9 septembre 2016, aux alentours de dix-sept heures, tout était fin prêt. Le matin-même, Adrian s’était vu remettre en mains propres par son fils adoptif une lettre, bien mystérieuse.

« Adrian,

On s'envolera du même quai,
Les yeux dans les mêmes reflets,
Pour cette vie et celle d'après,
Tu seras mon unique projet.
Je m'en irai poser tes portraits,
À tous les plafonds de tous les palais,
Sur tous les murs que je trouverai,
Et juste en dessous, j'écrirai :
Que seule la lumière pourrait...
Et mes doigts pris sur tes poignets,
Je t'aimais, je t'aime et je t'aimerai…


À ce soir. »

Le pauvre Sallah avait pour consigne de ne pas lâcher une miette d’information à son père, mais Gabriel ignorait si ce serait pour lui source de profonde gène, d’ennui, ou si au contraire l’idée de surprendre son père l’amuserait. Le major, lui, exulta toute la journée au Brett Building en y songeant. Il se demandait si son ami comprendrait qui était le destinataire – il ne lui connaissait pas d’amoureuse secrète, mais qui sait ? – même si l’utilisation d’une chanson française, même traduite, risquait de le trahir. Et surtout, il se réjouissait d’avance à imaginer le visage d’Adrian au moment fatidique…

9 septembre 2016, 17h23
Devant le Manoir Pennington

Les roues crissèrent sur le gravier et indiquèrent à la ronde que la voiture du major Colt venait de se garer devant l’ancienne et imposante demeure de l’Archimage. En sortit un Gabriel tout sourire, et pour une fois pas affublé d’un costume bien comme il faut. À la place il portait un pantalon en toile noire simple ainsi qu’un polo qui l’était tout autant, surmonté d’une veste en jean aux manches remontées sur ses avant-bras. Tenue du weekend et de vadrouille ! Il se dirigea directement vers son coffre de voiture et l’ouvrit pour accueillir, juste à côté de sa valise, les affaires d’Adrian qui ne tarderaient pas. Sallah avait été chargé de les préparer discrètement, afin de garder la surprise jusqu’au bout.

Le commandant entra avec une risette espiègle, et les yeux qui brillent, et s’approcha d’Adrian dès qu’il le vit pour le prendre dans ses bras. « Tu avais deviné ? » Riant de bon cœur, il se décala, goûtant à la réaction de son ami avant de se fendre de quelques explications. « Trois ans qu’on se connaît, ça se fête ! Alors… Je t’emmène en weekend. Rien que toi et moi. » Voilà une perspective qui ne manquerait pas de faire turbiner son imagination, non ? « Allez viens, on a un avion qui nous attend… Oui, un avion ! » Il haussa les sourcils plusieurs fois, tout excité qu’il était, et poussa Adrian vers la sortie sans le laisser s’inquiéter pour ses affaires, ses papiers, et toutes ces tracasseries qui avaient déjà été visées par Sallah et lui.

« Tu vas voir, on va beaucoup s’amuser. Depuis combien de temps tu rêves d’un moment romantique rien qu’avec moi, mh ? Fiou, j’ose pas dire en ce qui me concerne ! » Un sourire lui barrant le visage, il ouvrit la portière du côté passager pour Adrian puis aida Sallah à ranger les affaires dans le coffre. « Merci beaucoup pour tout. Promis, je le ramène en entier. » Là-dessus, il lui tapota amicalement l’épaule et le laissa ensuite dire au revoir à son père pendant qu’il prenait le volant.

Tout le monde en piste, il mit le moteur en marche. C’est ainsi qu’ils quittèrent le Manoir, et sans le savoir encore Adrian partait aussi de la ville, du pays… Et même du continent !

Pendant tout le trajet, Gabriel se garda bien de vendre la mèche et préféra plutôt échanger des nouvelles sur tout et rien, mais aussi sur des sujets d’importance comme la Légion ou les élections. Tout pour distraire l’esprit de l’Archimage et prendre, sincèrement, le poids et la mesure de sa santé et son état d’esprit du moment. Ce n’est que lorsqu’ils arrivèrent à l’aéroport pour enregistrer leurs bagages que Gabriel révéla – enfin ! – le nom de leur destination.

« Et oui, tu ne rêves pas… On va en Irlande ! »

Hormis la pluie et les moutons, le commun des mortels pouvait se demander ce qu’il y avait à voir sur cette île pleine de verdure, de rouquins, de rouquines et de bières. Cependant, Gabriel avait souvent parlé à son ami de ce pays, de sa première expérience de major de l’UNISON dans la ville de Galway et lui en avait dit beaucoup de bien : la beauté renversante des paysages, le calme, la gentillesse de ses habitants, la richesse du folklore… Bref, il espérait que cette nouvelle allait le ravir. Il n’était de toute manière plus question de reculer : le décollage était imminent ! Un vol d’un peu plus de cinq heures les attendait, pour lequel Gabriel avait prévu une quantité de films et de séries, des livres – sur une liseuse, pour gagner de la place – et même une console de jeux vidéo portable, sur laquelle il lui fit une démonstration du dernier jeu d’aventure dans la peau de l’Archer. Bref, le voyage avait tout pour se passer dans de bonnes conditions.

10 septembre 2016, 05h04 (heure locale)
Aéroport de Galway, Irlande

Un hélicoptère était apprêté à l’aéroport pour les deux hommes à peine sortis de l’avion. On le chargea rapidement des deux valises, et d’un gros sac d’équipement préparé par le major, et ils décollèrent avec le pilote sans plus tarder. Tandis qu’ils survolèrent le décor typique de Galway, Gabriel tapota doucement l’épaule de son ami pour lui montrer son ancien lieu de vie… L’engin prit ensuite le large pour les conduire plus loin dans la région, à distance des villes et de leur agitation. Les sites qui s’étalaient sous leurs yeux étaient plus splendides les uns que les autres, et c’est au pied d’une montagne, au cœur d’une belle plaine bordée d’un lac et de tourbières que l’hélicoptère se posa. Ce dernier repartit quelques minutes plus tard, les laissant au milieu d’un paysage à couper le souffle, caressé par les premières lueurs du jour.

« Bienvenue dans le Connemara. » déclara Gabriel, avec un trémolo dans la voix. « Et joyeux anniversaire. »

On va s'aimer } Adrian IoHWWd7
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 12 Sep 2016 - 13:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Depuis le temps qu'il connaissait Gabriel, Adrian s'était habitué à ses petites... excentricités ? C'était le terme ! L'homme avait une forte tendance à l'exagération, mais c'était un trait de caractère que le vieux mage avait fini par beaucoup apprécier. Gabriel était un homme entier et par bien des égards, il lui rappelait son frère, porteur du même prénom d'ailleurs. Bien sûr, dans les années dix-neuf cent, l'excentricité était beaucoup plus légère et la comparaison légèrement caduc, cependant les sentiments restaient les mêmes. Eldoth appréciait sincèrement le Major, le considérant d'ailleurs comme son ami le plus proche. Il était la seule personne avec qui Adrian avait vraiment pu parler. Il ne s'était pas contenté d'échanger des banalités, mais avait été jusqu'à confier des choses qu'il enfouissait profondément depuis des décennies, autant dire que c'était assez unique pour être souligné.

Cependant, même en étant habitué à ce que son ami pouvait inventer, Adrian ne cessait d'être surpris ! Inutile de dire que lorsqu'il lut la lettre confiée par Sallah, le centenaire s'attendit « au pire ». Après tout, le Major avait tout de même réussi à l'entraîner dans un club louche peu de temps après leur première rencontre, alors qu'en serait-il autant de temps après ?

Lorsque Gabriel débarqua le fameux soir pour l'interroger sur ce qu'il avait deviné, Adrian fut sincèrement largué. Il devait admettre qu'il n'avait pas la moindre idée de ce qui pouvait motiver ce « poème » et l'embarras se voyait sincèrement sur son visage. Avait-il oublié quelque chose d'important ? C'est au moment où le quadragénaire lui expliqua ce qu'il avait en tête qu'Eldoth se relâcha un peu. En étant immortel, les dates et les années avaient tendance à se confondre. Déjà qu'il peinait à se souvenir des anniversaires et à ne pas les rater... il n'était définitivement pas fait pour une vie de couple, ou il s'exposait à des crises régulières à chaque fois qu'il oublierait une date importante !

Toujours est-il qu'il suivit donc docilement son ami, comprenant que Sallah avait été dans la confidence et qu'il s'amusait apparemment autant que le Major lorsqu'il le salua ! Puis le duo prit la route, bavardant de choses et d'autres jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'aéroport et que leur destination ne soit révélée. L'Irlande ? Adrian n'ignorait pas la signification que ce pays avait pour Gabriel et lui-même avait toujours beaucoup apprécié cet endroit. Le folklore qui s'y trouvait était vraiment unique et les paysages très agréables. Loin de ceux qui peuplaient son passé – étant plutôt habitué au désert et au soleil de plomb – mais ce changement survenait au bon moment ! Il était vrai qu'avec la rentrée qui venait de se passer, changer d'air ne ferait de mal à personne. Gabriel le premier, il avait beau dire, son boulot était bien plus prenant que toutes les occupations cumulées du vieux mage.

____________________________

Leur arrivée sur le sol irlandais les fit rapidement reprendre les airs et après un voyage pour le moins impressionnant, les duo se posa au cœur d'une plaine qui semblait tout droit sortie d'un rêve. L'Irlande avait vraiment des paysages pour le moins époustouflants et Adrian comprenait que Gabriel s'y soit attaché de la sorte. Un sourire ourla finalement ses lèvres lorsque l'homme reprit la parole.

« Et toi aussi. »

C'était la première fois qu'on lui faisait fêter un anniversaire de la sorte ! Non, en fait c'était la première fois qu'on lui faisait fêter l'anniversaire d'une rencontre. Mais c'était agréable, la perspective de passer du temps avec son ami le réjouissait déjà !
Détournant son regard de Gabriel après lui avoir offert un sourire rassurant – il avait entendu la variation dans sa voix – Adrian observa les environs avec attention. C'était vraiment un lieu à l'écart de toute la civilisation, chose qui n'était pas pour lui déplaire ! Eldoth ne s'était jamais senti particulièrement à l'aise dans les endroits trop peuplés, ce qui était assez ironique vu qu'il vivait en ville, mais disons qu'il se sentait plus paisible ici qu'ailleurs.
Après quelques instants d'observation, le vieux mage se concentra à nouveau sur son comparse.

« Et dire que je croyais que je pouvais prévoir toutes tes idées, j'étais loin de la vérité ! » Mais le ton de sa voix n'était absolument pas contrarié, au contraire. « Je suis vraiment navré, je n'avais pas songé à cette date. J'ai tendance à toutes les mélanger un peu, même si ça ne veut pas dire que je m'en moque. »

Gabriel n'avait jamais été homme à se vexer pour un rien et c'était une chose qu'Adrian appréciait beaucoup. Il n'aimait pas les rivalités ou les disputes et comme son manque de sociabilité le poussait parfois à dire des énormités, si son interlocuteur se montrait compréhensif, autant dire que sa vie n'en était que plus facilitée !

« Je présume que tu as eu toute l'assistance de Sallah ? Dire que je n'ai même rien remarqué ! Je me demande si je dois commencer à m'inquiéter. » Devenir gâteux à son âge n'aurait rien de surprenant après tout. « Je suis vraiment content que tu aies décidé de nous faire venir ici. J'avais envie de visiter cet endroit depuis que tu m'en avais parlé. » Ce qui était parfaitement honnête. « Et tu as tout prévu pour du camping sauvage ? »

C'était du moins ce que son sac assez imposant laissait penser, mais il pouvait se tromper.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mar 13 Sep 2016 - 0:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
C’était toujours un plaisir de voir ses idées faire mouche, mais avec Adrian, cela devenait un véritable régal ! Ce n’était pas si facile d’impressionner un homme ayant plus d’un siècle de souvenirs derrière lui, or le major pouvait observer la surprise éclairer les yeux de son ami comme autant de victoires. Sallah et lui-même étaient parvenus à le surprendre et, il osait le croire, à lui faire plaisir. S’il n’était pas encore charmé par la beauté des paysages irlandais, Gabriel donnerait de sa personne pour que la magie opère – comme s’il lui fallait un prétexte pour profiter pleinement de l’Archimage.

« Ça te plaît ? » Tout sourire, il ricana joyeusement lorsque son ami avoua avoir été incapable de deviner ses intentions. « Aaah Adrian, le jour où tu devineras tout et que je serai incapable de te faire une surprise, il faudra sincèrement que l’on envisage de redynamiser notre couple. » Une remarque qui venait à point nommé après ses excuses, aussi peu attendues par Gabriel qu’adorables. « En attendant, laisse-moi les dates et les mots doux glissés sous la porte – tu fais très bien le reste. » À quoi servirait le commandant, s’il n’était pas en mesure de faire le romantique ?

Toutefois il avouait sans problème que sa petite machination n’aurait jamais pu se dérouler aussi bien sans le concours de Sallah, qui n’avait absolument pas rechigné à la tâche. S’il osait, Gabriel dirait même qu’il avait pris du plaisir à l’aider à organiser tout ça. S’il osait… ?

« L’assistance ? » Il pouffa avant de donner gentiment un coup de coude dans l’épaule du Légionnaire. « Sallah a tout manigancé, et il a adoré ça. » Au début de sa relation avec son père, l’égyptien s’était montré aussi silencieux que distant, voire assez réfractaire à son égard. Il appréciait visiblement assez peu le rapprochement des deux hommes, mais comment lui en vouloir, à l’époque ? Un beau matin paisible, il avait vu débarquer au Manoir les deux hommes bien éméchés, avec des cavalières qui l’étaient tout autant, chacun avachi dans un coin de la maison. « Mais quand je lui ai dit qu’il pouvait m’appeler « papa », il m’a lancé son regard, tu sais… J’ai eu l’impression de retourner trois ans en arrière. » Amusé, il tenta de mimer les yeux furibonds et gorgés de reproches que Sallah savait si bien faire. « Je lui ai dit de venir avec nous, mais il a refusé. Il respecte notre intimité, c’est mignon… »

Un rire lui échappa puis il attrapa le sac bien garni repéré Adrian, un paquetage abandonné à leurs pieds. « T’as tout deviné ! Il n’y a pas de chemin balisé ici, mais je connais un peu le coin, j’aimerais qu’on grimpe un peu sur un sommet puis… Tu verras. La vue est superbe. »

Et le mot était faible. Gabriel serra les sangles du sac et le hissa sur son dos sans grandes difficultés. Il n’avait plus la forme physique de ses vingt ans, mais son pouvoir se chargeait d’équilibrer le poids des années en sa faveur. Il avisa un coin sec non loin de l’emplacement où l’hélicoptère les avait déposés et y disposa les affaires dont ils n’auraient pas besoin pour le moment.

« Et oui j’ai tout prévu, j’ai fait le sac comme un grand. » Il lança un peu ses épaules en arrière, comme un gamin fiérot d’avoir tenu ses responsabilités. « J’ai pris des chips, de la limonade, un tricot pour nous deux et une paire de chaussettes. » Parfait, non ? « Ah, et des pistaches. Tu aimes les pistaches ? »

Là-dessus il se mit en marche, ouvrant la voie à travers la nature libre et balayée par les premiers rayons de soleil. « On a une tente aussi. Tu sais, celle que tu jettes et qui se déplie toute seule ? Parce que moi, je suis incapable de monter une tente avec des piquets. Si c’est pas malheureux. » Combien de fois il s’était réveillé avec la toile de sa tente crevée, lui chatouillant le nez ? « Elle n’est pas très grande. On sera obligés de se serrer. En plus, les nuits sont fraîches. »

Il avait quand même trouvé le lieu et le programme idéal non ? D’autant plus que s’il avait effectivement parlé d’ascension, le dénivelé était particulièrement doux et le sol agréable, souple sous le pied. La randonnée n’avait rien d’exigeant, et leur permettait de profiter du décor en toute simplicité.

« Adrian ? » Marchant légèrement devant eux, regardant leur objectif, il attira ainsi l’attention de son ami. Un court silence les enveloppa, suffisant pour que Gabriel ait le temps de changer d’avis – ce qu’il faisait souvent, dans ces moments-là. Ce matin, il tint bon. « Tu m’as aidé plus que n’importe qui. » Et de ce qu’il savait, la générosité du mage se diffusait à tous ceux qui en avaient besoin. « J’espère que tu reçois aussi tout le soutien dont tu as besoin. » Parce que Gabriel avait la sincère sensation qu’il n’avait jamais pu donner autant que ce qu’il avait reçu de lui. « Tu sais que je suis là. Enfin, si tu le sais pas, mets-le toi bien dans le crâne. Tu m’as pour un paquet d’années. » Nombreuses et longues, si l’existence et sa régénération lui permettaient de suivre l’Archimage… « Mh. Ce pays me rend tout chose. » Il avait ralenti un peu l’allure pour mieux poser son bras autour des épaules d’Adrian, sa main balayant doucement sa clavicule. « Promis, je t’embrasse pas. » Vraiment ? « Pas avant minuit, en tout cas. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mar 13 Sep 2016 - 14:10 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Si Adrian n'avait pas été habitué au cabotinage du Major, il aurait fini par se poser des questions sur la véritable nature de leur relation ! Mais fort heureusement, Eldoth avait un humour et une tolérance plus larges que son éducation ne le laissait penser – c'est qu'au début du siècle précédent, les gens n'aimaient pas spécialement les plaisanteries sur les couples du même sexe ! Il se contenta donc d'un sourire tout en secouant légèrement la tête avant de répliquer à la remarque sur Sallah.

« Même moi il ne m'appelle pas papa si ça te rassure. »

Oh, ce n'était pas une absence d'envie, mais simplement le fait qu'ils ne pouvaient pas vraiment se permettre ce genre de surnom alors qu'Adrian avait l'âge pour être le fils de Sallah. Ou alors ils risquaient de passer pour un couple plutôt bizarre, au choix... ce qui ne changerait pas vraiment d'avec Gabriel en vérité ! Blague à part, la perspective d'une petite promenade enchanta le vieux mage qui, malgré les apparences, avait été un grand randonneur par le passé. Les années passées sur le terrain lui avaient forgé un certain goût pour les sorties en plein air, même s'il était vrai que ces dernières années s'étaient principalement déroulées dans son manoir. Changer un peu d'air ne lui ferait pas de mal, bien au contraire !

Aidant Gabriel à porter les quelques affaires dont ils auraient besoin, l'Archimage esquissa un énième sourire à la question de son ami.

« Tu sais que je ne suis pas difficile. Et puis tout ce qui compte c'est d'être en bonne compagnie non, le reste passe après. »

Et il l'avait toujours pensé ! La preuve avec Sallah qui était le pire cuisinier que cette planète ait dû porter, mais qui réussissait à lui donner l'appétit avec un simple sourire. De toute manière, ils auraient bien pu jeûner pendant toute la durée de leur séjour ici sans que cela n’importune le centenaire. Il ne s'était pas rendu compte à quel point la perspective de passer un peu de temps seul avec son ami pouvait le réjouir. Une sensation agréable et qu'il ne venait presque à oublier avec le temps qui passait. Moins vous aviez de proches, moins vous aviez l'occasion de profiter de ce genre de moments, malheureusement.
Posant les yeux sur le Major, Adrian ne put s'empêcher de répondre à sa remarque à propos des tentes.

« Tu aurais dû me le dire, j'ai passé des années à monter des tentes en Afrique, j'aurais pu le faire. C'est comme la bicyclette, ça ne se perd pas. »

Mais pour ça, il aurait dû lui en parler ! Blague à part, peu lui chalait qu'ils dorment à la belle étoile ou non encore une fois, la compagnie l'intéressait plus que le reste – sans sous-entendu graveleux. Toutefois, tout ce ton léger s'envola un peu lorsqu'il entendit son ami prononcer son prénom. Ses yeux se posèrent aussi sur Gabriel alors qu'il s'imaginait déjà le pire. Et s’il l'avait invité ici pour parler de quelque chose de très sérieux ? Sans être défaitiste, Adrian s'inquiétait toujours dès que l'un de ses amis ou proches commençait une discussion sérieuse. Mais plutôt que de s'imaginer le pire, il resta silencieux et patienta.

Son cœur s'allégea un peu lorsque Gabriel poursuivit et, finalement, un sourire ourla à nouveau ses lèvres alors qu'il tournait la tête vers lui. Adrian n'avait jamais été quelqu'un de démonstratif, ni même de tactile, mais il était vrai que c'était parfois agréable de savoir que vous aviez quelqu'un qui tenait à vous. Sauf que l'Archimage savait bien que ses tracas ne méritaient pas d'être abordés. Ce n'était pas un manque de confiance en son ami, bien au contraire ! Gabriel comptait beaucoup pour lui, mais disons que c'était plutôt un manque de confiance en lui-même. Adrian doutait que ses problèmes puissent réellement intéresser quelqu'un, voilà tout. Fidèle à lui-même, il prit un ton rassurant et enjoué qu'il ne quittait que très rarement, offrant en même temps un sourire au Major.

« Il doit y avoir un décalage horaire avec Star City en plus ? Ce serait dommage de te tromper d'heure. » Cela dit, il n'avait rien d'un Gremlins. « Je suis content d'avoir pu t'aider, même si je n'ai rien fait de spécial, tu sais. Nous étions déjà amis avant que tout cela n'arrive, c'était parfaitement normal que je sois là ensuite. » Même s'il l'aurait aussi fait pour un inconnu, comme souvent. « Enfin, ne t'inquiète pas, il y a toujours du monde à la maison, je n'ai pas l'occasion de m'ennuyer. » Bien que ça ne répondait pas totalement à la question. « Et j'espère que tu tiendras parole, ce serait amusant que je t'invite en Afrique pour l'anniversaire de nos cinquante ans d'amitié. »

Voire encore davantage ! Toujours aussi pudique, Adrian ne s'épancha pas, mais son regard exprimait ce qu'il ressentait. Une amitié sincère comme il n'en avait plus connu depuis bien des années et rien que pour ça, Gabriel pouvait se targuer d'avoir été plus présent pour lui que quasiment toutes ses connaissances !
La marche se poursuivit jusqu'à ce qu'il arrive à l'endroit cible par Gabriel et l'Archimage en profita pour observer une nouvelle fois les environs qui offraient un panorama totalement unique. Un sourire parfaitement sincère et instinctif se dessina sur ses lèvres. Il attendit que Gabriel se débarrasse de ses affaires avant de reprendre la parole.

« Tu sais que j'ai une forte tendance à m'imaginer le pire lorsque ça concerne mes amis, alors j'espère que tu n'avais pas quelque chose d'horrible à me confier et que tu as décidé de m'inviter ici pour qu'on en parle en toute tranquillité. » Son regard se posa sur lui. « Plus sérieusement, tout va bien ? Je sais qu'on ne s'est pas beaucoup vus ces derniers temps, mais j'ai cru comprendre que tu avais eu beaucoup de travail depuis quelques semaines, je ne voulais pas te déranger. » Ce qui était parfaitement véridique. « D'ailleurs, ça fait un moment que tu ne m'as pas rapporté les potins dont tu es si friand. Pas que je me sois abonné aux ragots cela dit, mais tu as un talent certain pour transformer l'affaire la plus banale en conte épique. »

En fait, il se demandait surtout si son comparse n'avait pas eu quelques tracas dont il ne lui aurait pas parlé. Ça y est, le mode « inquiet » était activé !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Mer 14 Sep 2016 - 17:53 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Je n’y pensais plus ! » Il avait pourtant souvent demandé des détails sur la période de sa vie où son ami avait vécu en Afrique, et était toujours friand d’histoires sur le sujet. « Il faudra que l’on se prévoie une autre sortie alors, obligatoirement. » Toutes les occasions seraient bonnes !

Gabriel avait ensuite soufflé ce qu’il avait sur le cœur le plus naturellement possible, même s’il pouvait toujours être délicat de trouver le bon moment pour s’épancher, et une façon de faire qui ne soit pas larmoyante. Au contraire, c’était l’inverse qu’il souhaitait faire ressortir : plus que quiconque Adrian lui avait permis de retrouver le sourire, et une joie de vivre pourtant abimée par les drames. Il aurait aimé pouvoir dire qu’il était d’un soutien sans failles pour lui aussi, mais l’Archimage était le plus souvent de mystères et secrets. Le major gardait toutefois en son cœur les anciens souvenirs que le mage lui avait confié, et sa crainte d’immortel qui l’obligeait à supporter le départ de tous ses proches, les uns après les autres.

« Je tiendrai parole. » Rendez-vous était pris pour dans cinquante ans ! « Je suis très attaché maintenant. » Il esquissa un sourire espiègle puis posa sa main sur l’épaule de son ami, dardant ses yeux d’ambre dans les siens. « Par coooontre… T’es en train de me dire qu’il y a du monde chez toi ? Quel monde ? » Inquisiteur, le commandant ? Si peu ! Mais il avait une lieutenante à caser… « C’est Lana pas vrai ? Elle a enfin emménager chez toi, il était temps ! » Parfaitement conscient qu’il disait une ânerie, il pouffa, impatient de sonder la réaction de son ami.

Les deux hommes continuèrent leur ascension qui se terminait par une pente beaucoup plus raide, menant au sommet de la colline qui surplombait le plateau irlandais de plusieurs centaines de mètres. Le résultat valait bien le mal qu’ils se donnèrent : la vue était tout bonnement incroyable. Le soleil avait percé les nuages matinaux et illuminait le décor légèrement nappé de brume, à cause de l’humidité caractéristique du pays. Une aura un peu magique enveloppait les lieux, à présent. Gabriel déposa le sac à leurs pieds et profita de la vue, une légère risette aux lèvres. L’endroit inspira peut-être les questions d’Adrian, soucieux de son bien-être. Son ami avait du flair, il se doutait bien qu’au-delà du simple plaisir – sincère et profond – que Gabriel avait à passer du temps avec lui, quelque chose le tracassait suffisamment pour qu’il laisse des indices en ce sens. Quelque chose qui l’avait poussé à considérer l’Irlande comme une destination évidente.

« Lundi, ça fera trois ans que Rachel et Violet sont mortes. » Pas parties, pas décédées : mortes. Gabriel n’avait jamais romancé cette période, et s’était immédiatement confronté à la réalité. Il se souvenait encore de Lana devant les débris de sa maison, en larmes et ne sachant quels mots prononcer. Il était resté toute la journée et toute la nuit pendant que les pompiers déblayaient ce qu’il restait du salon familial, et avait refusé de partir quand les corps furent retrouvés. On avait d’abord sorti Violet, étonnamment belle et sereine, l’explosion avait brûlé une partie de son bras et de sa jambe gauches mais autrement, elle lui avait simplement paru endormie. En revanche, sa Rachel lui était revenue en trois morceaux. L’enquête avait déterminé qu’elle avait fait barrière de son corps pour protéger leur fille, dans un vain espoir de la sauver de la déflagration. Il ne restait plus grand-chose d’elle.

Il ne se rappelait que des bribes des événements qui suivirent. Lana avait appelé sa mère. Elle avait aussi prévenu Adrian. Et lui était resté à l’arrière du camion de pompiers, étourdi, reconstituant péniblement les éléments. Beaucoup de gens lui parlèrent, mais il était incapable de dire de quoi. Les jours suivants étaient flous. Aujourd’hui, cette époque avait dans son esprit des contours indistincts. Néanmoins, il se souvenait parfaitement des corps, de leurs aspects, de leurs odeurs, et des sentiments qui l’avaient animé ce jour-là. Peut-être aussi pudique que son ami quand il était question de cette blessure et de ses émotions, Gabriel baissa les yeux un court instant puis posa ses mains sur ses hanches, empruntant l’air finaud qui était le sien quand il parlait commérages.

« J’ai toujours su qu’en vérité, tu adorais les potins ! Petit filou. » Il fit mine de réfléchir un instant, avant de commencer d’un ton joyeux. « Il paraît que la grande patronne Jennifer Elis a un amant beaucoup plus jeune parmi les agents. Les mauvaises langues disent qu’elle en a un dans chaque base… J’espère que j’ai mes chances, quelle femme, quelle poigne ! » Il secoua la tête d’un air rêveur. « Tu l’as déjà rencontré plusieurs fois non ? » Une femme sévère, autoritaire et d’une grande intelligence. « Mais je ne suis plus aussi fringuant qu’avant. J’ai vieilli, je me suis même fait taper par un texan sans avoir le temps de répliquer. » Les Lane l’avait beaucoup occupé en ce début de mois de septembre, c’était certain. « Lana est toujours célibataire, ce qui est invraisemblable. Mais elle n’est pas facile, je l’ai vu refuser les fleurs de mon secrétaire et elle jette systématiquement les lettres d’amour anonymes que je lui envoie. » La pauvre jeune femme avait des nerfs solides, il fallait bien l’avouer. « Sinon… » Le fait de soudainement arrêter de parler le ramena à des pensées qui lui nouèrent doucement la gorge. Il expira en baissant la tête, clignant des yeux pour chasser l’humidité qui s’y installait.

« Tout va bien. Je vais bien. Je suis soulagé d’être avec toi ce weekend. » Heureux était le mot qu’il avait prévu de dire, mais un autre avait pris sa place. « Je voulais pas t’embêter avec ces vieilles histoires, mais ça remonte quand même. » Il croisa les bras sur sa poitrine et offrit un sourire presque timide à son ami.

« Dis… Tu n’as pas le vertige, toi ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 16 Sep 2016 - 15:05 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian n'avait pu s'empêcher de froncer les sourcils en entendant Gabriel parler de l'éventuel emménagement de Lana. Bien sûr que non, il était parfaitement imperméable aux attentions de la jeune femme et considérait leur relation comme professionnelle – et restait convaincu qu'il en allait de même pour elle ! Autant dire qu'il interpréta cette remarque comme une simple plaisanterie, du genre des rumeurs qu'il alimentait à leur sujet à tous les deux.

« Lana n'est plus venue au manoir depuis notre première vraie sortie en groupe si tu veux tout savoir. Donc non, je parlais d'une connaissance qui est venue passer quelques jours chez moi plutôt que de s'installer à l'hôtel. »

Et Gabriel le croirait certainement étant donné qu'il avait lui-même bénéficié de l'hébergement Pennington ! Mais ce n'était pas bien important, Adrian préférait se concentrer sur la véritable raison de leur venue ici, car il doutait qu'un simple « anniversaire de rencontre » puisse motiver un isolement semblable. Et comme il y avait tout de même assez peu de chances pour que le Major lui fasse sa demande en mariage aujourd'hui, Eldoth soupçonnait qu'il devait avoir quelque chose sur la conscience. Qu'il soit venu le trouver était relativement rassurant, car cela prouvait que Gabriel savait qu'il pouvait compter sur lui et qu'il n'hésitait pas à faire appel à son amitié lorsqu'il était dans le besoin.

C'est donc sans grande surprise qu'il l'entendit parler de sa femme et sa fille. Trois ans, c'était long, mais pourtant très court. Adrian avait perdu suffisamment de proches pour savoir que même plusieurs décennies après, la tristesse restait la même. Autant dire qu'il savait que Gabriel avait pris perpétuité ce jour-là.

Son regard se fit plus compatissant, mais sans se teinter de pitié. Il savait bien que ce n'était pas le genre de sentiment qui se révélait plaisant, aussi préférait-il rester silencieux le temps qu'il déverse tout ce qu'il avait sur le cœur. Le passage par les potins était un bon moyen de détendre l'atmosphère, même si certains soulevaient leur lot de questions et de sourire. Adrian imaginait assez bien Lana se débarrasser des lettres d'amour envoyées par son patron – tout en sachant parfaitement que c'était les siennes – mais toutes ces paroles n'étaient que des leurres pour camoufler l'émotion qui l'habitait. Eldoth s'approcha de son ami au moment où celui-ci parlait du vertige et il répondit d'un ton amical.

« Le vertige c'est un problème de l'oreille interne, tu devrais peut-être consulter un médecin. Ou peut-être que c'est juste la pensée de Lana qui te donne des vapeurs, va savoir. » Même s'il ne croyait pas réellement à une idylle entre ces deux-là. « Mais je pensais avoir été clair durant ton séjour chez moi : tu ne m'embêteras jamais avec ces histoires ou avec d'autres. » Il esquissa un sourire conciliant. « Qui plus est, je te rappelle que j'ai l'âge d'être ton grand-père, au bas mot, puis que je suis archéologue de formation, alors les vieilles histoires c'est justement ce qui me passionne. »

Cela dit, Adrian comprenait parfaitement ce qu'il ressentait. Lui-même n'avait plus envie de parler des histoires de son passé alors qu'elles le touchaient encore. Pourquoi ? Parce qu'il estimait qu'elles étaient trop vieilles et qu'elles ne devaient plus intéresser grand monde. Mais Gabriel c'était différent, il était encore très jeune et surtout, c'était son épouse et son enfant qui étaient mortes, pas des parents ou des frères qu'il n'avait plus vu depuis bien des années.
Son regard se détourna du quadragénaire pour se promener sur les environs avant de reprendre la parole.

« Tu peux aller parfaitement bien maintenant, mais sentir que la déprime s'installe le jour J. Ce n'est jamais facile de prévoir ce genre de choses et même si tu pouvais le faire, les sentiments ne se dirigent pas. » Il lui offrit un sourire navré. « J'aimerais pouvoir te dire que dans quelques années, tout sera retombé. Mais ce n'est pas le cas. La perte d'un proche nous marque forcément et même si tu refais ta vie avec quelqu'un d'autre un jour, ce que j'espère pour toi, tu ne les oublieras pas pour autant. » Il haussa les épaules. « Il faut simplement apprendre à te souvenir uniquement des bons côtés et à oublier ce jour-là pour ressentir la joie plutôt que la tristesse. Mais ça demande du temps. »

Des mots qui lui coûtaient à prononcer, parce qu'il aurait aimé pouvoir lui dire à quel point les choses seraient faciles et qu'il pourrait oublier toute cette douleur, mais la vérité était bien plus sombre. Bien sûr, refaire sa vie et éventuellement avoir d'autres enfants lui permettrait d'avancer, toutefois il n'oublierait jamais, c'était un fait. Retrouvant un sourire plus positif, le centenaire enchaîna sur un sujet un peu plus léger pour donner le change :

« Et tu sais, je doute sincèrement que tes lettres d'amour anonymes à Lana le soient réellement. Elle doit savoir que c'est les tiennes. Peut-être même qu'elle pense que les fleurs sont un piège, tu devrais plutôt tenter ta chance pour de vrai. Lana est une très gentille fille. »

Et ils seraient particulièrement mignons tous les deux. Même si Adrian ne se sentait pas l'âme d'un entremetteur, il était plutôt à l'opposé en vérité !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 16 Sep 2016 - 19:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Quelle déception que d’apprendre que Lana n’avait jamais remis les pieds dans le Manoir, même sous un prétexte bidon ! Gabriel l’avait pourtant régulièrement missionné auprès de l’Archimage pour lui transmettre une information ou un dossier important – il ignorait sans doute que souvent, prise de trouille, la jeune femme posait la pochette aux couleur de l’UNISON devant la porte, sonnait puis s’enfuyait de peur de devoir soutenir une conversation avec Adrian. Elle l’admirait tant qu’il en devenait intimidant. Elle était le plus souvent silencieuse en sa présence, ce qui pouvait passer pour du professionnalisme voire de la froideur, alors qu’elle craignait surtout de se mettre à bafouiller et qu’il la considère finalement comme une idiote.

« Évidemment que je veux tout savoir, et elle me dit rien, en plus. » Du reste, il n’était pas surpris par l’attitude de son ami. « Toi aussi tu ramasses toujours les oisillons blessés. » Il connaissait peu de personnes aussi généreuses et désintéressées que lui. À dire vrai, le seul être humain qu’il avait rencontré de cet acabit était sa fille, Violet. La petite avait beau être née dans des circonstances compliquées qui l’avaient privé de compétences cognitives normales, elle était d’une gentillesse et d’une pureté absolues. Incapable de lire et de se comporter ‘normalement’, sa sensibilité l’avait poussé à recueillir tous les abandonnés, de l’escargot à la coquille fendillée au chaton affamé. Adrian avait connu sa fille, et l’enfant avait toujours cherché à se mettre sur ses genoux et à l’enlacer, comme si de cette manière, elle pouvait lui venir en aide.

Lorsqu’Eldoth approcha, Gabriel détacha son regard de l’horizon pour sourire à son ami. Sa seule proximité avait quelque chose d’apaisant, et il lui tira même un rire avec ses remarques.

« Oh, oui, j’adore quand vous m’étudiez en profondeur, monsieur l’archéologue. » La volée de suggestions salaces était sans fin, si bien que le Légionnaire pouvait s’estimer heureux que Gabriel s’en tienne au seuil de la vulgarité ! « C’est toi qui me donne des vapeurs. Ton âge, ton expérience, tout ça doit me monter à la tête. » Gabriel, amateur des personnes âgées ? Voilà qui pourrait égayer les colonnes du Daily Word ! Ce n’est pas le Daily Herald qui s’intéresserait à ce qui faisait vibrer son entrejambe… Quoique, qui sait ce qui pouvait se cacher derrière les yeux glacés de son éditeur, Jonas Cooper ?

Toutes ces digressions soulageaient l’esprit de Gabriel, qui n’était pas capable de faire face à ses sentiments conflictuels. La réalité, il l’avait embrassé dès le premier jour. En revanche son état, la dépression, ses doutes, il ne s’y était jamais confronté. Il avait toujours soigneusement poussé le tout sous le tapis, espérant qu’il mourrait d’une manière ou d’une autre avant d’être obligé de faire place nette. Pour l’heure, quand un amas de poussière, de négativité et de noirceur s’échappait de sous le tapis, c’était Adrian qui s’était chargé de l’en débarrasser. À chaque fois. Sans lui, Gabriel était parfaitement conscient qu’il serait au fond du trou.

Encore une fois, patiemment et avec des paroles qui n’étaient que douceur – sans pour autant être mensongères – Adrian se chargea de soulager sa conscience et sa peine. Plus que quiconque il connaissait les sentiments du major pour les avoir lui-même éprouvait, avec une violence que Gabriel ne pouvait que supposer. Il s’en voulait de ramener son ami à ses propres souvenirs et expériences.

« Merci Adrian. » Il inspira de nouveau profondément, puis hocha la tête. « Je sais que tu as raison. Comme d’habitude. Ce serait agaçant si tu n’étais pas si adorable. » Avec affection, il posa un bras autour de son épaule et le tourna gentiment vers le paysage vertigineux. « C’est toi qui irais beaucoup mieux avec Lana, c’est tout à fait celle qui te faut. Et c'est toi qui feras plein d’enfants, j’adorerais être tonton. »

Parce que redevenir père, il en avait repoussé l’idée depuis longtemps. A l’époque, il voulait plein d’enfants. Au moins quatre ! Et puis, lui et Rachel avaient eu beaucoup de mal à en avoir ne serait-ce qu’un seul, et l’enfant qu’il avait eu demandait des soins et attentions qui interdisaient d’en avoir d’autres. Maintenant qu’elles n’étaient plus là, et qu’il était plus vieux, il avait fait une croix sur ce rêve-là. Il en avait d’autres, heureusement, et l’un d’eux attendait sagement dans le sac à leurs pieds.

« Mh… C’est maintenant qu’il faut que je te dise qu’on ne redescendra pas à pieds. Regarde. » Il enleva sa main de son épaule et s’accroupit pour farfouiller dans le sac. Il en sortit deux tenues complètes, des combinaisons parfaitement à leurs tailles respectives. Il étendit entre ses mains celle qu’il avait prévue pour Adrian (avec le concours de Sallah) et demanda, avec un grand sourire excité.

« Tu sais ce que c’est ? »

Une wingsuit ! Mais est-ce qu’Adrian connaissait ce genre d’équipement ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Ven 16 Sep 2016 - 23:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Gabriel n'en ratait pas une et parfois, Adrian était sincèrement admiratif devant le sens de la répartie qu'il possédait ! Cette fois-ci, un sourire amusé ourla ses lèvres lorsqu'il l'entendit parler de son âge et d'autres attraits qu'il pouvait éventuellement posséder. Une chance qu'il ne soit pas du genre à s'offusquer d'un rien, sans quoi il aurait déjà frôlé l'arrêt cardiaque à plusieurs reprises grâce au Major !

« Bien sûr, qui saurait résister à tant de qualités. Je m'étonne que tu sois resté passif autant d'années. »

Le tout était prononcé sur un ton particulièrement sérieux. Adrian ne s'essayait pas souvent aux plaisanteries pour la bonne et simple raison que ce n'était pas dans son caractère, mais il devait avouer que la bonne humeur de Gabriel était vraiment communicative ! Il éprouvait parfois de grosses difficultés à rester sérieux et si même Sallah avait fini par se laisser dérider, c'était la preuve que personne ne pouvait résister à l'humour dévastateur du Commandant Colt !

Fort heureusement, l'Archimage était plus doué pour ce qui était des confessions et des conseils. Ou du moins l'espérait-il ! Cela dit, si Gabriel revenait le voir en cette période de doute, c'était le signe évident qu'il avait été satisfait de leurs précédents échanges. Au fond de lui, Adrian était particulièrement touché de voir que le quadragénaire lui accordait une telle confiance. Il avait presque perdu l'habitude d'avoir un véritable ami, Sallah comptant plutôt comme un membre de sa famille que comme une connaissance amicale. Autant dire qu'il se faisait autant de bien en l'aidant qu'il ne lui en faisait. Était-ce égoïste pour autant ? Pas franchement, cas il avait accueilli le Major en toute amitié, ne s'attendant pas forcément à ce qu'il veuille se confier à lui.

Son sourire persista lorsque Gabriel reprit la parole, mais plus affectueux qu'amusé. Il ne le retrouva qu'au moment où il émit l'idée qu'il puisse se caser avec Lana. Rien ne lui semblait plus éloigné de la vérité et Adrian était convaincu que même si la demoiselle était polie et professionnelle avec lui, leur relation n'allait pas au-delà de ce domaine. Elle était beaucoup trop distante pour désirer une véritable amitié et n'était aussi polie avec lui que parce qu'il était proche de son patron. Ou c'était ce qu'il imaginait.

« Ne sois pas ridicule, tu sais très bien ce que je pense de cette histoire. Et puis Lana doit déjà avoir sa vie si elle refuse les bouquets de ton secrétaire. » Un charmant jeune agent de l'UNISON peut-être ? « Et tu sais aussi que tu n'as pas à me remercier. »

Il croisa ses bras sur sa poitrine alors que le Major s'éloignait sous son regard intrigué. Lorsqu'il tira quelque chose du sac, Adrian se demanda tout d'abord s'il envisageait de jouer aux héros en enfilant une tenue créée pour l'occasion, mais lorsqu'elle fut totalement ouverte, il était aisé de comprendre à quoi elle était censée servir. Enfin, plus ou moins ! Eldoth n'était pas très familier des sports extrêmes et il n'avait encore jamais entendu parler de ce nouveau loisir, mais vu le sourire arboré par Gabriel, c'était forcément quelque chose d’inhabituel.
Gagné par l'amusement de son ami, Adrian répondit d'un ton légèrement méfiant.

« Au vu de ton sourire, j'ai l'impression que c'est quelque chose de particulièrement fou, amusant, dangereux ou inquiétant. Voire tout en même temps en vérité. Je ne sais pas si je dois prendre mes jambes à mon cou et m'enfuir ou te faire confiance. »

Ce n'était pas vrai, Adrian savait qu'il pouvait faire confiance à Gabriel et il sauterait de là sans rien si son ami le lui demandait – sans utiliser ses pouvoirs bien sûr – mais c'était une manière de montrer que non, il ne connaissait pas cet équipement. Cela dit, il commençait à en avoir une petite idée.

« Ne me dis pas que c'est une tenue pour sauter dans le vide et jouer à l’écureuil volant ? Pas que j'ai peur que ce soit peu fiable, je peux toujours me servir de la télékinésie en cas de besoin, mais tu ne sais pas voler aux dernières nouvelles, non ? » Il se rapprocha de lui, inspectant la tenue. « Je n'ai pas envie que tu t'écrases. Les gens iraient raconter que j'ai saboté ta tenue pour toucher ton héritage, j'ai une réputation à tenir, tu comprends.... » Comme si ce n'était que ce qui l'inquiétait. « Tu en as déjà fait ? Ou est-ce que c'est une grande première et tu m'as réservé ça pour voir si j'allais me débiner ? »

Ce qui n'était pas si faux en vérité, il n'était pas spécialement rassuré par cette perspective, mais pas à cause des risques qu'il pouvait encourir, non ! C'était plutôt la sécurité de son ami qui le tracassait. Mais il n'allait pas le dire aussi clairement, pudeur oblige.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Sam 17 Sep 2016 - 16:34 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Lana, déjà casée ? » L’idée n’était certainement pas hors de propos. La jeune femme était certes très occupée par son métier mais elle était intelligente, plus facétieuse qu’il n’y paraissait et mignonne comme un cœur – en somme, qu’elle soit célibataire tenait du crime de lèse-majesté. Toutefois, et chacun le sait, Gabriel était une insatiable commère, un fureteur de première qui se tenait au courant des derniers potins de l’organisme et au-delà. Tout ce qui se passait dans les murs du Brett Building finissait par lui couler dans l’oreille, que ce soit l’adoption d’un boa par Virginie de la compta ou les galipettes de Juan et Timothée dans les archives. Alors, si sa lieutenante devait avoir un aimé, pour sûr qu’il serait au courant ! « Nan. Je crois qu’elle se raccroche à un idéal que peu d’hommes sont capables d’atteindre. » Il sourit, glissant un regard espiègle à l’endroit de son ami. « Et puis, elle travaille beaucoup. Elle s’investit énormément dans les affaires de l’UNISON, essaie toujours de venir en aide à ses collègues, se met en quatre pour chacun… Tiens ! Ça me fait étrangement penser à quelqu’un. » Il rit, certain que même en jouant les ingénus l’Archimage comprendrait parfaitement ce qu’il sous-entendait. Malheureusement, Gabriel plaisantait tant qu’il était probable qu’Adrian n’accorde que peu de crédits à ses prédictions amoureuses.

Néanmoins, il avait dans son sac de quoi vider leurs esprits ! Nul doute qu’après un saut dans le vide de plusieurs centaines de mètres, ils verraient tous deux la vie bien différemment. Excité comme un enfant au pied d’un sapin de Noël, Gabriel sortit du sac les deux tenues et étudia la réaction pour le moins charmante du mage. Celui-ci avait analysé son sourire avec beaucoup de justesse – l’habitude, mh ?

« On va énormément s’amuser. On va frissonner, on va trembler, rire, sûrement avoir peur de mourir et on finira serrer dans les bras l’un de l’autre en se disant que c’était vraiment une expérience géniale, une des meilleurs. »

Le scénario, cousu de fil blanc, auquel il était impossible de ne pas adhérer ! Il laissa son ami s’essayer aux devinettes et hocha vigoureusement la tête quand il qualifia la posture « d’écureuil volant ». Il avait hâte de voir Adrian s'envoler dans sa parure de Scrat, au sommet de l’élégance et du style. Celui-ci avait beau faire entendre quelques craintes à propos de leur sécurité, la décision du major était prise et c’est tout enthousiaste qu’il répondit.

« Mais avec ça, je vais voler ! » Effectivement, s’il devait y avoir un souci, Gabriel plongerait comme un pauvre caillou la tête la première dans la gadoue irlandaise. Et ce n’est pas sa régénération qui le tirerait de son état de pauvre galette écrasée, cependant la perspective n’effleurait qu’à peine son esprit enjoué. « J’en ai jamais fait, c’est pour revivre notre première fois. J’ai mon cœur qui s’accélère Adrian, tu entends ça ? » Il étendit finalement sa propre tenue, plus longue et large mais du même beau rouge pétant. Au moins, s’ils venaient à s’écraser, les fermiers du coin profiteraient du spectacle de la chute d’une belle comète. « Je sais que tu ne vas pas te dégonfler. » Adrian avait traversé des épreuves d’un autre acabit, effrayantes outre-mesure, et nettement moins amusantes. « Et quand bien même, je sais que tu ne me laisseras jamais sauter tout seul. » Ah, n’était-il pas mignon plein d’assurance et gorgé de certitudes ? C’était aussi sa manière à lui de montrer à Adrian qu’il avait pleinement confiance en lui et qu’il était également sûr que le lien qui les unissait était partagé. D’ailleurs, il en rajouta une couche. « Et si je pique tout droit vers ma mortf, tu me feras léviter comme un joli petit papillon, non ? » Il ignorait par contre, à dire vrai, si la télékinésie d’Adrian était suffisamment puissante pour cela. En concoctant le programme, il n’avait pas songé à l’éventualité d’un crash. Confiant, on a dit.

« Si ça ne se passe comme prévu, c’est toi qui hérite de toutes mes collections de figurines, de mes cartes et de mes costumes. Tu diras aussi à Jennifer que je l’ai toujours aimé, malgré tout. » À peine dramaturge, le major inspira profondément et offrit un regard exagérément brillant à son partenaire. « Tu seras sauf quoiqu’il arrive. J’ai promis à Sallah que tu rentrerais entier. Et, franchement, je pense qu’il n’y a nulle part dans la galaxie où je serais à l’abri de sa colère s’il t’arrivait quelque chose. » Un rire ponctua ses paroles puis, sans transition, Gabriel retira ses couches supérieures de vêtement en chantonnant une musique de strip club. Malheureusement, Adrian risquait de ne pas saisir la référence… Pour le moment en tout cas, l’avenir lui réservait des surprises !

« Tu n’es pas obligé de te mettre tout nu. Malheureusement. » Lui-même ne s’était débarrassé que de son pull quand il commença à s’insérer dans la combinaison, plutôt moulante. « Aaah ! Ça a du mal à passer. » Il tira un peu plus au niveau des fesses, mimant très bien ses batailles dans les cabines d’essayage à vouloir rentrer dans un jean trop serré – la mode de nos jours ! « Tu t’en sors ? Tu as besoin de mes petites mains ? » Volontiers aidant dans ces cas-là, Gabriel fut fin prêt en quelques minutes, paré de ce bel habit de lumière. « C’est plutôt simple, sur le papier. » Précision d’importance. « On saute légèrement en pique et quand on a pris un peu de vitesse, BANG ! » D’un coup d’un seul il écarta bras et jambes, dévoilant les membranes censées leur permettre de planer. « On pourra voler un peu et se balader, on perdra progressivement de l’altitude et une fois proches du sol, il suffit de monter très haut les bras pour se redresser et atterrir sur les jambes. »

Simple comme bonjour, non ?
Toujours tout sourire, Gabriel fourra leurs affaires dans le sac qu’il cingla autour de son ventre, de sorte à ce qu’il ne gêne pas le fonctionnement de la tenue. Le moment de vérité approchait…

« Prêts, amore ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 17 Sep 2016 - 20:23 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Le fait qu'il ait des points communs avec Lana semblait vrai, du moins sur le plan professionnel ! Il avait toujours apprécié la manière d'être de la jeune femme et prenait cette remarque de Gabriel comme un compliment ! Cependant, il ne flairait absolument pas le sous-entendu pourtant clair, tout comme il n'avait jamais réussi à comprendre que le regard fuyant de la belle n'était pas un manque d'affinité avec lui.

Silencieux, il contempla Gabriel qui semblait aux anges à l'idée de sauter dans le vide en jouant les écureuils volants. Très franchement... ce n'était plus de son âge, mais il n'avait pas l'excuse de l'organisme qui ne suivait pas étant donné que son corps avait décidé de cette de vieillir à trente-cinq ans. Autant dire qu'il était certainement en meilleure forme que son comparse – même si ce dernier était largement plus sportif que lui cela dit. Bon, peut-être qu'il était tout de même le plus rouillé des deux, mais là n'était pas la question ! Les yeux posés sur un Major enthousiaste qui mimait particulièrement bien leur envolée, Adrian sentit une pointe d'inquiétude naître dans son esprit. Avec Gabriel, on ne savait jamais comment ça allait tourner ! Ils avaient suffisamment effectué de missions ensemble pour savoir que les choses tournaient rarement comme ils le prévoyaient.
Bien sûr, il pouvait le surveiller de près au cas où quelque chose tournerait mal.

« Oui, bien sûr. Mais tu as intérêt à rester près de moi alors, je n'ai pas les capacités de Chase Neutron-Grey et je n'ai jamais fait ça en plein vol en plus. » Chase restait quand même une pointure dans le domaine. « Mais tu as raison, je ne vais pas me dégonfler. »

Cela dit, il doutait que Sallah soit effectivement capable de le poursuivre à travers toute la planète si jamais Adrian finissait en crêpe au bas de la montagne. Le vieillard n'oserait même pas sortir du manoir et attendrait que le major vienne s'excuser d'avoir tué son père adoptif pour mieux l'empoisonner à coup de thé aromatisé. Ou le faire mourir de diabète en le gavant de pâtisseries ultra-grasses !

Mais ils n'en étaient pas encore là et à force de tout voir en noir, ils risquaient encore de s'attirer la poisse. Eldoth attrapa donc la tenue que Gabriel lui tendait avant de se débarrasser du veston qu'il portait par-dessus sa chemise et enfila le tout. Elle était étonnamment à la bonne taille et Adrian soupçonna sans mal que son fils adoptif était au courant de tout ça depuis le début. Il avait bien gardé le secret le bougre ! Son regard s'attarda brièvement sur Gabriel qui parvenait toujours à exagérer la situation la plus banale ! Un sourire ourla brièvement ses lèvres.

« Non, ça devrait aller. Cela dit, soit tu passes beaucoup de temps à me regarder, soit Sallah t'as bien aidé, parce qu'on dirait qu'elle a été faite pour moi. » Il vérifia que tout était en ordre avant de reporter son regard sur son ami. « Bang, j'espère que ce sera aussi facile que ça ! Je ne sais pas si c'est l'habitude qu'on a à toujours avoir la poisse, ou si c'est simplement ma paranoïa naturelle qui me fait autant douter. »

Il esquissa un sourire. Adrian n'avait rien d'un paranoïaque et Gabriel le savait parfaitement, cependant il admettrait aussi qu'ils n'avaient jamais beaucoup de chance lors de leurs sorties en duo ! Mais le sujet était épuisé et Adrian hocha la tête lorsque son comparse lui demanda s'il était fin prêt. En vérité ? Non. Mais il n'allait pas rebrousser chemin et s'enfuir en courant maintenant qu'ils en étaient là ! Au pire, ça ferait une bonne raison pour ne plus jamais faire confiance aux idées foireuses du Major !

« Je crois que oui. »

Et avant qu'il n'ait l'occasion de changer d'avis, Adrian s'élança. Il espérait vraiment que cette « chose » fonctionnait, non pour sa propre sécurité, mais pour celle de Gabriel. Les premiers instants, il fut incapable de voir grand-chose puisque la situation n'avait rien de similaire avec celle lorsqu'il utilisait sa télékinésie : il chutait purement et simplement et ne volait pas. La vitesse fut rapidement au rendez-vous et imitant le mouvement du Major sur la terre ferme, Adrian écarta bras et jambes pour changer de direction et cesser sa chute en piquée. Aussitôt, l'Archimage fut porté vers le sommet et regagna un peu de hauteur avant de tourner la tête en direction de son ami. Il n'était pas très loin et s'en sortait apparemment plutôt bien, mais Adrian dût rapidement détourner le regard pour éviter de se prendre un oiseau ou une connerie volante en pleine tronche.

L'expérience fut inhabituelle, mais agréable et après quelques instants, ils se posèrent finalement au sol. Enfin, se posèrent et s'écrasèrent en même temps. Adrian n'avait rien d'un sportif et il finit sa course à genoux après qu'un coup de vent sournois ne l'ait projeté en avant au moment où il se posait. Levant les yeux vers Gabriel qui le suivait de près, il esquissa un sourire enthousiaste.

« On dirait bien qu'on a plus de chance que prévu ! » Il jeta un coup d’œil en arrière. « Ou c'est ton amour qui nous a portés ? »
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Dim 18 Sep 2016 - 3:48 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« Tu sais bien que je te colle, même quand ce n’est pas nécessaire. » Répliqua Gabriel à la volée, claironnant sans problème l’évidence ! Il avait de toute manière bien l’intention d’effectuer ce splendide ballet aérien aux côtés d’Adrian, peut-être même en lui tenant la main, tiens. Surtout que son ami n’avait pas envie d’utiliser ses paluches comme chausses-fesses, ce qui était quand même franchement dommage. Gabriel le laissa donc s’habiller tout seul et comme un grand – soupir – et lui offrit un sourire énigmatique quand il fut question de la taille de la combinaison, effectivement de dimensions parfaites pour la physionomie de l’Archimage.

« Regarde au fond de ton cœur, tu y trouveras la réponse. »

Lorsqu’Adrian répéta son ‘bang’, Gabriel eut un grand et sincère fou rire, trouvant ce mot-là, si trivial, absolument délicieux entre les lèvres de son centenaire qui utilisait toujours un vocabulaire impeccable. Cela dit il n’avait pas tort, la plupart de leurs grandes sorties avaient pour points communs de finir de façon assez sportive et délicate.

« C’est un peu comme si le destin était jaloux de nous, et cherchait à nous séparer. » Tragique, en tout point ! « Mais ne t’en fais pas. Ensemble, tout est possible, et rien ne viendra nous séparer. » Pas même la malchance, pourtant particulièrement agressive à leur encontre.

Est-ce qu’ils allaient reculer devant le danger ? Bien sûr non !
Face à l’adversité et aux risques, autant tendre les bras et se lancer… ! Aussi, une poignée de secondes après son ami, Gabriel sauta à son tour du sommet qu’ils avaient courageusement monté. Plus lourd qu’Adrian, il gagna en vitesse et le rattrapa presque pendant la descente en piquet. Toutefois il écarta les bras et les jambes un peu en décalé, si bien qu’il le suivit dans son envol à quelques mètres de distance. Et ils s’envolèrent, planèrent, légers et en contact direct avec les éléments : le vent qui les portait, le soleil qui leur dorait gentiment l’échine, les monts et collines qui se dressaient devant eux comme autant de partenaires du ciel. Gabriel poussa un cri de joie et d’excitation, et tendit le pouce vers le ciel lorsqu’Adrian le regarda.

Il n’en revenait pas, au final, que ce soit si facile ! Si bien qu’il se permit même quelques incartades, pour se faire frissonner : alors qu’il perdait progressivement de l’altitude il avait resserré légèrement ses bras pour retomber un peu en flèche, puis les avait rouvert quelques mètres plus bas pour s’envoler à nouveau – plus haut, plus vite ! L’expérience l’emballa terriblement, mais fut si courte ! Le sol se rapprocha et Gabriel tenta alors d’appliquer la méthode qu’il avait montrée quelques minutes plus tôt. Hop, un petit coup de bassin en avant pour se redresser, les bras en l'air et… Trop pressé ! Il tomba sèchement sur les fesses et râpa l’herbe sur deux bons mètres avant de s’arrêter, juste à côté de son ami. D'abord un peu sonné, puis exalté, Gabriel se laissa tomber à la renverse, riant de bon cœur, le torse soulevé d’une respiration précipitée.

« Oh oui ! Mon amour oui ! » Il ricana et se redressa légèrement sur les coudes, lorgnant l’Archimage dans sa belle tenue rouge. « Qu’est-ce qu’il nous a fait voler haut hein ? C’était génial ! Et on est pas morts ! Même pas endommagés ! » Comme quoi, il était aussi tout surpris que ça se soit passé aussi bien. Soudainement, ses prunelles claires accrochèrent quand même les genoux salis de son partenaire. Pas si indemnes, finalement ? « Tu t’es pas fait mal, là ? » Il désigna de l’index les tâches témoins, puis se mit sur ses fesses, assis, pour se rapprocher. « Je peux te faire des tonnes de bisous magiques. Et j’ai aussi de la bétadine et des compresses dans le sac. Même si ça marche moins bien. »

Il se releva en faisant attention à ne pas trop écarter les membres – ils n’étaient pas à l’abri d’un coup de vent qui les ferait se croûter par terre – et proposa sa main pour aider Adrian à se mettre sur ses jambes. Il tourna ensuite sur lui-même, cherchant leur point de départ du regard, puisque c’est là-bas qu’il avait laissé la majeure partie de leurs affaires.

« Mh… On a volé loin. J’ai un sens de l’orientation ridicule. Tu te repères mieux toi, peut-être ? »

Si ça se trouve, ils étaient à une centaine de mètres de l’endroit où l’hélicoptère les avait déposés mais il ne s’en rendait même pas compte ! Quoiqu’il en soit, que ce soit pour vingt mètres ou trois kilomètres, il était hors de question de se promener comme ça.

« À poils Adrian, un écureuil volant ne va pas se balader sur le sol. » Il avait rêvé de pouvoir caser cet ordre-là à l’intention d’Adrian, c’était chose faite ! Lui-même s’extirpa de la tenue qui, avec la sueur, collait encore un peu plus au corps. Il se vêtit ensuite plus chaudement, connaissant bien le climat local : à la fois venteux et volontiers mouillé. « On a de quoi faire une belle balade dans les environs. J’ai une carte… Dans l’autre sac. On pourra se rapprocher tranquillement de Galway à pieds, dormir ici et rejoindre la ville demain. J’ai plein de choses à te montrer. » Il sourit chaleureusement. « Si ça te convient ! Si tu veux pas trop tester notre chance, on peut aussi appeler l’hélico au secours. Il nous attend pour dimanche en fin de journée, mais on peut aussi partir avant. » Il n’en avait pas envie de son côté, comme en témoignait son regard bas criant de vérité. Un vrai petit enfant. Sans compter qu’il avait aussi l’intention d’animer leur retour à Star City… En souvenirs d’une soirée mémorable, d'il y a déjà trois ans de ça.
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 18 Sep 2016 - 11:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Pas morts et même pas endommagés, une chance pour le coup ! Cela dit, c'était un peu inquiétant de se réjouir pour quelque chose d'aussi... vital ? Heureusement qu'il avait une confiance quasi-aveugle en son ami, sans quoi il aurait accepté le retour immédiat à Star City ! Avec leur chance, ils risquaient encore de voir débarquer un grizzli au milieu du bivouaque s'ils décidaient de camper au milieu de la forêt – en espérant qu'il n'y ait pas d'animal de cet acabit en Irlande !

Attrapant la main que lui tendit Gabriel, le centenaire se redressa sur ses pieds, balayant machinalement les saletés que le vent avait pu charrier sur sa tenue, puis releva les yeux vers son comparse pour répondre à sa dernière remarque.

« Techniquement, les bisous magiques ce n'est pas aux mages de les donner ? » Ce qui les rendrait assez rares ! Quoique, pour les démonologues pas franchement. « Mais ne t'inquiètes pas, c'est simplement un peu de saleté. J'avais oublié que même debout, le vent peut encore nous repousser. »

Ça ne s'apprenait pas en une fois ! Ce n'était pas parce qu'il était Archimage qu'il ne pouvait pas faire des boulettes comme n'importe qui après tout. Ses prunelles se portèrent alors vers la zone d'où ils avaient décollé. Logiquement, leur « camp de base » devait se trouver en contrebas, ce qui était d'affaire d'un kilomètre, voire légèrement plus. Après, tout dépendait de la disposition des lieux : s'ils tombaient sur un chemin forestier balisé il leur faudrait largement moins de temps que s'ils devaient couper à travers les champs et autres forêts peu praticables.
Un sourire amusé ourla les lèvres du vieillard tandis qu'il jetait un regard vers son comparse.

« Le célèbre Commandant de l'UNISON à Star City ne sait pas s'orienter ? Tu veux dire que si je te larguais en pleine forêt, tu ne saurais pas retrouver la civilisation ? »

Perspective qui avait l'air de beaucoup l'amuser ! Fort heureusement, Adrian était doté d'un assez bon sens de l'orientation hérité de son enfance et son adolescence où les GPS n'existaient pas ! Il n'était pas du genre à avoir besoin d'une mini-carte pour se repérer – contrairement à la personne derrière l'écran – et c'est donc sans crainte qu'il hocha la tête pour rassurer son ami. Eldoth se débarrassa finalement de sa tenue pour enfiler à nouveau les vêtements dont il s'était délesté avant le décollage.

« Si je ne te connaissais pas, je penserais que tu m'as proposé ça juste pour pouvoir m'ordonner de me déshabiller. »

Mais ce serait tellement à l'encontre de ce qu'il connaissait de son ami ! Plus sérieusement, une belle ballade s'offrait à eux et le paysage environnant suffisait à lui seul à le convaincre de la prolonger... ainsi que la présence de Gabriel, évidemment ! Il secoua finalement la tête lorsqu'il fut question de peut-être rentrer avec l'aide de l'hélicoptère. Ce serait bien mal le connaître que de penser qu'il allait préférer se faire transporter plutôt que de profiter pleinement des charmes de la nature – et je parle uniquement du paysage.

« Ça ira, ne t'en fais pas. Je sais que je suis vieux, mais je peux quand même tenir le coup pour une balade comme tu dis. » Il se rapprocha de lui. « Et puis si on l'appelle maintenant et qu'on se perd une autre fois durant le week-end, il finira par préférer nous laisser plantés au milieu de la campagne. » Une perspective assez effrayante lorsqu'on connaissait leur propension à la catastrophe. « Tu ne me fais pas confiance pour te guider ? Au pire des cas, dis-toi que c'est la technique de la panne, mais qui date de ma jeunesse. »

Même si les voitures existaient déjà à cette époque, c'est un fait ! Toujours est-il que lorsque Gabriel fut fin prêt à partir en promenade, le duo se mit en marche sur les conseils d'Adrian qui les orienta – normalement – dans la bonne direction ! L'atmosphère était assez humide, mais restait agréable. Sa dernière expédition remontait au début du mois lorsque Dante l'avait entraîné dans une traque aux mages criminels en Égypte, donc autant dire que le climat n'avait rien de comparable ! Après quelques instants à marcher en silence, le temps de trouver le chemin, Adrian reprit la parole en jetant de temps en temps un coup d’œil en direction de son ami.

« Alors, comment ça se passe en ce moment ? » Il parlait de manière générale. « J'ai vu pas mal de nouvelles têtes au Brett Building, j'imagine que tu dois être débordé avec la rentrée. C'est toujours à ce moment que les hauts-gradés décident d'instaurer de nouvelles règles ou choses de ce genre. » Même lui n'y échappait pas avec Star High. « Tu as réussi à résoudre les affaires qui te posaient problème ? »

Gabriel les avait parfois abordées lors de leurs discussions précédentes, mais sans entrer dans les détails pour des raisons évidentes ! Leur amitié ne donnait pas le droit à Adrian d'avoir accès à des informations qui ne le concernaient pas – et il n'en aurait pas voulu de toute manière. Il ne s'agissait pas d'une simple question pour meubler le silence : Adrian se souciait sincèrement de savoir s'il allait devoir supplier Lana de libérer un peu Gabriel de ses dossiers pour lui laisser le temps de vivre un peu !
Même si la jeune femme en avait aussi besoin, c'est un fait.
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Lun 19 Sep 2016 - 17:18 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« C’est vrai que les mages sont tout indiqués pour cette tâche… D’ailleurs, j’ai atterri sur les fesses et j’ai très mal. » Impossible de résister à cette merveilleuse occasion ! Même si les chances de voir Adrian poser ses lèvres sur son royal postérieur étaient extrêmement minces, rien n’empêchait d’en rêver et d’insinuer la vision dans l’esprit fertile de l’Archimage.

D’autant plus que son ami n’hésitait pas de son côté à le titiller gentiment, soulignant l’incongruité de son manque de sens de l’orientation par rapport à son rôle. Finalement, cette histoire de malchance n’était peut-être au fond que la conséquence d’une formidable incompétence et d’une incapacité à se situer dans l’espace !

« Si tu m’abandonnais, je serais complètement perdu et ce à bien des égards ! » Il porta sa main gauche sur son cœur, l’œil brillant et la posture dramatique. « Incapable de retrouver mon chemin, je tomberais dans un état sauvage et hurlerais ton nom à chaque soir de pleine lune. » Toujours plein de romantisme, c’est ce moment précis que choisit Gabriel pour baisser d’un coup sec la fermeture éclair de sa combinaison. Le sens du timing.

A défaut de pouvoir glisser ses mains dans les vêtements de son ami – d’ailleurs il ne réfuta pas l’accusation et se contenta de sourire, tout en soulevant à plusieurs reprises ses sourcils pour se donner un air légèrement lubrique – Gabriel avait toute confiance en lui, certain qu’il les amènerait sans problème jusqu’à leur campement de fortune puis à travers champs et plaines. Une fois dans une tenue plus propice à la balade, le major gagna le flanc de son partenaire et un grand rire enjoué lui échappa. Quand il repensait à leur tout premier échange, fait de retenue et de vouvoiement, il était enchanté par le chemin parcouru ! Maintenant son très cher Adrian se montrait délicieusement taquin…

« Le coup de la panne ? Ooooh mais il faut que tu m’expliques en détails tes expériences dans le domaine. » S’il ne le faisait pas, Gabriel avait de toute manière des tonnes de scenarii qui défilaient dans son esprit, prompt qu’il était à combler lui-même les hypothétiques trous de mémoire. « Je t’imagine, tout beau dans ton costume, avec un élégant et impeccable nœud papillon. En balade avec une douce demoiselle, plongés dans les yeux l’un de l’autre, vous perdez le sens du temps qui passe et vous vous retrouvez à la tombée de la nuit, égarés sur un chemin champêtre… Rouuuuh. »

Alors qu’ils cheminaient eux-mêmes sur des sentiers usés par le temps et qui disparaissaient peu à peu dans cet environnement sauvage et relativement épargné par la main de l’homme, Gabriel ne put s’empêcher d’y voir une corrélation avec cette histoire qu’il narrait gaiement – joyeusement. Joyeusement.

« Je veux tout savoir. »

Voilà une envie qu’il ressentait souvent, en bonne commère, mais qui était apparemment, au moins en partie, partagée par son ami qui l’interrogeait à présent sur la vie du Brett Building. Comme tout organisme il était rythmé par des temps forts qui venaient modifier son organisation. Ainsi, l’UNISON connaissait la rentrée scolaire qui induisait des bouleversements en termes de ressources humaines : des départs en retraite, des licenciements, des démissions, des arrivées, des stages, des formations, des promotions ; bref, une vie agitée.

« J’ai plein de papiers à signer. J’ai une délégation de signature bien sûr, » Qui lui permettait de se délester des procédures les plus répétitives ou qui ne nécessitaient pas son avis, mais requéraient celui de spécialistes. Du coup, d’autres agents administratifs se chargeaient d’apposer une signature en son nom. « Mais on m’oblige à viser pas mal de choses moi-même. Sinon, c’est aussi la période des bonnes résolutions, des « je veux changer de service/d’équipe/de chef/et pourquoi y a pas de poisson vendredi au resto ? » bref, tu vois le genre. » Dure vie que de commander une base ! « La rentrée, ce n’est pas le plus drôle, j’ai hâte de voir quelques nouvelles affaires qui viendront casser la monotonie. Je deviens terriblement jaloux de Lana qui passe ses journées sur le terrain. » Cela faisait des années qu’ils se suivaient, tous les deux. Une toute jeune Lana d’à peine dix-neuf ans avait fait partie de sa première escouade en 2000, ce qui marqua le début d’une longue collaboration – seulement interrompue par le passage en Irlande, justement. « Toutefois… J’ai quand même une histoire, dont j’aimerais te parler. »

Et pas des moindres ! Gabriel avait longuement causé de l’affaire Charlie Lane à son ami, depuis son meurtre jusqu’aux rebondissements de l’enquête et au final, son dénouement. Adrian était donc au fait des étapes de l’histoire et de la personnalité des frères qui avaient survécu à leur sœur, mais il n’était pas au courant des dernières négociations.

« Tu te souviens de l’affaire Charlie Lane ? Le frère à l’hôpital était en cavale, mais on avait son associée, Carmen Reed. Elle niait en bloc et couvrait ses partenaires, mais il y a avait suffisamment de preuves contre elle pour que le procès soit vite terminé. J’ai fait passer un message à Jay Lane, en passant par ses frères, pour l’informer de la situation… Et, boum badaboum, il s’est pointé, et a tout pris sur ses épaules. » Un comportement pas si courant, dans le milieu criminel. « Il a fait des aveux, et je lui ai proposé un programme de réinsertion. En période d’élections, certains juges en sont friands… Ça a de bonnes chances de passer. » En tout cas, cela évoluait en ce sens. Néanmoins Gabriel n’avait jamais fait part de ses propres motivations là-dedans, et il avait majoritairement dit au juge ce qu’il voulait entendre. Quant à Jay, ce dernierl ne lui avait jamais posé de question sur ses intentions.

« Et toi, raconte-moi tes aventures ! Fais-moi rêver, voyager… »

Depuis combien de temps Gabriel n’avait pas mis les pieds hors de l’Etat ? Voire même de Star City ? Il préférait ne pas y songer…
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Lun 19 Sep 2016 - 19:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Légion des Etoiles
Légion des Etoiles

Adrian Pennington
Légion des Etoiles

Personnage
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Joueur
Eldoth
L'ARCHIMAGE

ϟ Âge : 30
ϟ Sexe : Masculin ϟ Date de Naissance : 27/09/1988
ϟ Arrivée à Star City : 28/05/2013
ϟ Nombre de Messages : 4860
ϟ Nombre de Messages RP : 1663
ϟ Célébrité : Joseph Gordon-Levitt
ϟ Crédits : Moi + Savage Garden
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Mikhaïl Lesovsky, Ezio Valentino
ϟ Âge du Personnage : 119 ans, la trentaine en apparence
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Archéologue, professeur d'histoire et d'étude de la magie à Star High
ϟ Réputation : Niveau 6
ϟ Signes particuliers : Environ 1m75, corpulence normale, cheveux noirs toujours bien coiffés, yeux marrons. S'habille en costume trois pièces.
ϟ Pouvoirs : Maîtrise de la Magie. Liste détaillée ici.
ϟ Liens Rapides :
Adrian n'avait pas relevé la remarque de Gabriel à propos de sa prétendue douleur. S'il espérait le faire marcher aussi facilement, c'était peine perdue ! Le centenaire finit par tourner la tête vers son ami lorsque ce dernier recommença à exploiter son imagination en supputant sur l'ancien Adrian qui aurait pu faire le coup de la panne à une innocente demoiselle. Bon, cela n'aurait pas été si faux vu que l'Archimage n'était pas l'homme le plus respectable qui soit à l'époque, mais il s'était racheté depuis et il préférait éviter de passer pour un type peu fréquentable aux yeux de Gabriel. Quoique... il avait tout de même terminé leur première sortie entre ami en robe bizarre, alors les frasques d'Adrian ne devaient pas trop l'étonner. Surtout que c'était préjudiciable au siècle dernier, mais plus maintenant.
Esquissant un sourire amusé devant l'enthousiasme certainement authentique de son comparse, Adrian finit par lui répondre :

« Je vivais à Washington à l'époque, ce n'est pas franchement le genre d'endroit où l'on trouve des chemin champêtre tu sais.... » Un parc à la rigueur. « Et tu sauras qu'au début du siècle dernier, une femme ne se promenait pas seule avec un homme sans qu'ils ne soient liés, à moins de ne pas être très regardant sur les règles de bienséance ! Il faudrait que je te fasse un cours sur les habitudes de cette époque, je crois que tu serais vraiment horrifié. »

L'idée semblait d'ailleurs beaucoup l'amuser ! Adrian ne put s'empêcher de sourire à la pensée d'un Gabriel choqué par les habitudes des hommes de l'âge d'Adrian. Une chance qu'il n'ait jamais été très regardant sur ce point et qu'il ait été considéré comme « moderne » à son époque ! Aujourd'hui par contre, il était vraiment dépassé et se rendait bien compte que son ouverture d'esprit n'était plus suffisante pour trouver normal tout ce qu'il voyait ! Qui plus est, Eldoth n'avait jamais vraiment parlé de cette époque à son ami, ni même du fait qu'il avait lâchement abandonné sa fiancée de l'époque. Rien de très agréable à dire en vérité, il esquiva donc plus ou moins la question.

Le changement de sujet fut apprécié et même si la situation ne semblait pas franchement enchanter son ami, il savait bien qu'en devenait le commandant de la base de Star City, les obligations iraient de paire. D'un hochement de la tête, Adrian lâcha un petit commentaire.

« Tu sais que plus on devient gradé, plus on s'éloigne du terrain. »

C'était pour cette raison qu'il n'avait jamais voulu se lier à des groupes comme l'UNISON. Du moins autrement qu'en simple conseiller ! Mais lorsqu'il fut question d'une affaire dont il souhaitait lui parler, Adrian se montra plus attention et sérieux, posant un regard intéressé sur le visage de son comparse. Hochant la tête pour confirmer qu'il se souvenait de l'histoire de Charlie – qu'il avait d'ailleurs connue – il fut assez surpris de ce que Gabriel lui apprit. Oh, le frère dont il lui avait parlé ne semblait pas un mauvais bougre, mais il était tout de même mêlé au milieu du crime alors que Charlie lui avait tendu la main pour l'en tirer. Autant dire qu'il devait se racheter une conduite ! Et qu'il semblait prêt à le faire. Assez étonnant, mais plutôt encourageant pour l'avenir.

Il prit quelques instants pour réfléchir alors que Gabriel embrayait sur ses voyages, puis répondit :

« Parlons d'abord de ton affaire. Je dois t'avouer que ça m'étonne toujours lorsque des criminels envisagent de changer. J'essaye en permanence de les faire changer d'avis, mais jusqu'à aujourd'hui ça a toujours échoué. Tu dois être très doué... ou moins très mauvais. » Il parlait en tant que Légionnaire bien sûr. « Mais c'est une bonne chose. J'espère juste que les politiciens ne vont pas embrouiller tout ça, tu sais comment ils peuvent être.... » Causer des ennuis à des innocents pour leur compte. « Mais si jamais ça se présente bien, si tu voudras je pourrai te donner quelques noms de personnes qui pourraient l'aider. Je connais quelques personnes qui ont connu une baisse de régime et qui se battent pour remonter la pente. Ça pourrait être un exemple tu penses ? »

Il ignorait tout de la manière de penser de cet homme et Gabriel le côtoyait depuis plus longtemps que lui, il serait donc davantage qualifié pour décider ce qui était préférable ou non !

« Quant aux voyages... Je suis parti avec un ami magicien au début du mois. On est allés en Égypte pour dénicher une secte qui voulait faire revenir une sorte de sorcier très dangereux et on a interrompu le rituel avant qu'ils n'y arrivent. J'ai même eu un peu de temps pour jouer à l'archéologue vu que ça se passait dans un ancien tombeau. » La routine en gros. « Mais ça n'était pas aussi animé qu'avec toi, je dois l'avouer. Je crois que je n'ai jamais eu aussi peu de chance que lors de nos sorties. À croire que ta présence me trouble. »

Un sourire en coin, il avait aussi le droit de badiner un peu !
 
Revenir en haut Aller en bas




I hurt myself today, To see if I still feel, I focus on the pain, The only thing that's real, The needle tears a hole, The old familiar sting, Try to kill it all away, But I remember everythingHurt


Message posté : Ven 23 Sep 2016 - 0:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Gabriel aurait effectivement besoin d’un cours détaillé des règles de l’époque, qu’il ne connaissait que de loin, à travers quelques séries télévisées et reportages sur lesquels il tombait tard le soir, vautré dans son canapé et incapable de trouver le sommeil. Des souvenirs de cours d’histoire ? Allons bon ! Le major n’avait pas été un élève studieux et attentif, bien au contraire. Il avait quitté les cours dès qu’il l’avait pu, ne lui restaient plus que de vagues réminiscences de salles de classe surchauffées, à sourire à la petite Stacy et à faire le guignol. La bienséance au début du siècle dernier, là dedans, ne s’était étrangement pas gravée dans son crâne.

« Je suis toujours partant pour tes cours particuliers. » Heureusement qu’Adrian n’était pas versé dans les mathématiques ou les sciences, sinon la perspective aurait été nettement moins attrayante ! « Tu m’apprendras la valse ? Et à mettre des boutons de manchette, à porter le monocle ? » Il lui suffisait de décrire Sherlock Holmes, en fait, pour se faire une idée du style de l’époque de son ami.

Ami qui rappela gentiment que sa plainte était inhérente à son rôle de commandant, qui l’éloignait naturellement des affaires de terrain pour se placer sur le champ de la stratégie, de la prospective. Et des papiers à signer. Gabriel grimaça par réflexe.

Les deux hommes s’intéressèrent ensuite aux affaires en cours et plus particulièrement au cas de Jay Lane. Gabriel partageait malheureusement l’opinion du Légionnaire : il était impossible de faire changer quelqu’un contre son gré. Les rares cas qu’il avait pu croiser de « rédemption », c’était la volonté de la personne qui avait tout fait – l’aide extérieure ne venait qu’en appui.

« Je suis exceptionnellement doué, persuasif et charmant. » Non ? « Mais en l’occurrence, je crois que ce genre d’action ne peut marcher que s’il en a envie, au fond de lui… Et ça, j’en suis pas encore sûr. Ce qui est certain, c’est qu’il est franc du collier et qu’il ne veut pas mettre sa famille dans les ennuis. Ce sera peut-être suffisant. » Il fallait être modeste. Gabriel avait eu l’occasion de longuement réfléchir sur le sujet, sur la meilleure façon d’aborder le mercenaire et de lui présenter les choses, mais il se heurtait toujours à la même problématique, au fond. Que voulait vraiment Jay ? Est-ce qu’il avait réellement envie de changer sa vie ? Est-ce qu’il savait, sincèrement, ce qu’il désirait et ce qu’il abhorrait ?

« Mais oui, ce sera embrouillé, c’est inéluctable je crois. Il aura besoin de soutien… Ses frères n’en donneront pas. Lana m’a dit qu’elle trouvait l’un d’eux ‘intrinsèquement mauvais’, c’est bien dit non ? Elle s’est proposée, je peux le faire aussi, mais venant de l’UNISON il sera toujours méfiant. » Il haussa doucement les épaules. « On sera toujours le groupe qui n’a pas su empêcher le meurtre de sa sœur. Quelqu’un d’extérieur, ce serait plus simple… Quand je juge aura rendu son verdict, je te demanderai le nom de ces personnes. » Il esquissa un sourire. « Tu as tes propres brebis égarées, mon petit chou ? » Voilà qui ne l’étonnerait pas le moins du monde, Adrian était généreux et finissait toujours par tendre la main à ceux et celles dans le besoin.

Gabriel se fit ensuite attentif au récit de voyage que lui fit l’Archimage, qui avait vu du pays récemment. « L’Egypte ! Quel veinard. Tu avais un beau chapeau et un fouet ? » Même si vu les activités qu’il avait mené sur place, le major n’était absolument pas jaloux. Comme Adrian le savait déjà, il redoutait comme la peste toutes les histoires s’entremêlant à la magie : c’était régulièrement les plus tordues et terribles. « Evidemment tu n’y es pas allé pour la plaisance, il fallait que tu fasses tomber une secte aux mains d’un sorcier maléfique. Tranquillement. » Tranquille n’était en revanche absolument pas le qualificatif qu’il utiliserait pour leurs missions en duo. « Je te trouble, moi ? Roooh… On m’a jamais dit quelque chose d’aussi romantique. Tu voudras qu’on se fasse une petite aventure, juste toi et moi, comme au bon vieux temps ? Un truc gentil, sans enjeux. Avec de la chance, on en sortira entiers ! » Il leur arriverait forcément des malheurs, soyons honnêtes. « Au pire Lana viendra te sauver. Dans son petit justaucorps de justicière. »

A force de parler ils avaient bien avancé dans leur ballade et avalé plusieurs centaines de mètres. Et, grâce à la magie d’Adrian, ils tombèrent au pied de leurs affaires sagement entreposées là où ils les avaient laissé. Un sourire ravi étira les traits de Gabriel.

« T’es trop fort, c’est merveilleux. » Là-dessus, il jeta le sac sur ses épaules après en avoir sorti une carte du coin, pliée en huit. Il l’étudia un instant tout seul puis, sourcils froncés, se mit à côté de son ami et lui montra avec un air innocent. « Alooors… Je crois qu’on est…ici ! » Mauvaise pioche, il désignait un point sans montagne, et sans le lac qu’il arrivait pourtant à apercevoir. « Et on va là-bas. » Un plateau arboré, qui se rapprochait de la ville de Galway. Ils n’y arriveraient vraisemblablement qu’au coucher du soleil.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
On va s'aimer } Adrian
 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  SuivantRevenir en haut 
On va s'aimer } Adrian Cadre_cat_6On va s'aimer } Adrian Cadre_cat_8


On va s'aimer } Adrian Cadre_cat_1On va s'aimer } Adrian Cadre_cat_2bisOn va s'aimer } Adrian Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Aimer sans pouvoir le dire...(pv Ocean chérii :D)
» Adrian Aucoin
» Université de Boston - Adrian dans son bureau...
» Adrian Korbel
» Loki sait aimer, oui.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
On va s'aimer } Adrian Cadre_cat_6On va s'aimer } Adrian Cadre_cat_8
Sauter vers: