AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Cabinet des horreurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 28 Juin - 22:40 Message | (#)



Navigation à venir







1er Novembre 1784 - Naissance d’Abigaïl et Anton Faust au château de Falkenberg.

3 Juin 1789 - Fuite de Victor Faust et de ses enfants à Londres.

Septembre 1799 - Anton commence ses études de médecine et quitte le foyer familial.

17 Décembre 1802 - Mariage d’Abigaïl Faust à William Gallows.

14 Avril 1805 - Mort de Victor Faust. Anton hérite de ses ouvrages de médecine et de nécromancie.

15 Novembre 1805 - Une ancienne conquête d'Anton affirme qu'il est le père de son enfant, mais le jeune médecin la rejette.

3 Décembre 1805 - Anton recueille sa sœur Abigaïl après que celle-ci ait assassiné son mari.

15 Mars 1806 - un inspecteur de Scotland Yard vient arrêter Abigaïl. Anton relâche ses abominations sur les officiers de police. Un incendie se déclare et le nécromancien meurt dans les flammes.





Du 15 Mars 1806 au 15 Novembre 1812 - Anton est torturé par le seigneur abyssal Méphistophélès et est transformé en spectre monstrueux appelé le Dévoreur.

Du 16 Novembre 1812 au 2 Juillet 2010 - Le Dévoreur développe un réseau de nécromanciens et de serviteurs morts-vivants à travers le monde. Il prépare un couple de sorcier à créer un portail vers l'Abysse pour qu'il puisse revenir parmi les vivants.

2 Juillet 2010 - Abigaïl sort de son cercueil. Anton hante Abigaïl sous sa forme de Dévoreur.

9 Octobre 2014 - Anton et Abigaïl Faust arrivent à Star City.

21 Janvier 2015 - Abigaïl invoque Anton de plein jour, en pleine rue, pour tenter de sauver un homme puis pour tuer un alien.

5 Mars 2015 - Lady Death d'assaut la maison des Navarts, un couple de nécromanciens à l'origine de la réanimation de Tommy quelques mois plus tôt. Abigaïl apprend qu'Anton l'a trahi et qu'il est le Dévoreur.

28 Mars 2015 - Bataille de Falkenberg. Abigaïl prend d'assaut la demeure du Dévoreur. A l'issu du combat, les Navarts sont tués, les forces ennemies dispersées mais Anton prends possession du corps d'Abigaïl.

30 Avril 2015 - Anton fait la rencontre de Rosamund Richter. Cette personne, découvrant qu'il n'est pas Abigaïl, parvient à pénétrer dans un monde appelé Spectrebois via un exorcisme. Avec l'aide des seviteurs de la nécromancienne, elle parvient à la libérer. Anton est alors enfermé dans la faux légendaire, Deuil.

17 Juin 2015 - Abigaïl récupère les os d'Anton auprès de Dante Visconti en échange de son sang de faë. Le mage-dragon lui prépare un rituel pour la purifier de l'influence démoniaque.

24 Juin 2015 - Arrivée d'Irina au Necropolitan. Irina tombe enceinte du Dévoreur dans les heures qui suivent.

26 Juin 2015 - Abigaïl ressuscite son frère, Anton Faust.


The Dread Maker

28 Juin 2015 - Anton créait Nightmare Nurse à partir des restes d'Irina.

8 Septembre 2015 - Anton est envoyé à Londres pour avoir mis en danger la collaboration entre sa sœur et Tesla.

13 Février 2016 - Anton est de retour de son exil et reprend ses quartiers à Star City

21 Mars 2016 - Anton ouvre officiellement une filiale de sa société de pompes funèbres à Star City.



Dernière édition par Anton Faust le Mer 14 Déc - 19:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 28 Juin - 22:53 Message | (#)

Capacités passives


Communication avec les morts
Tout comme sa sœur, Anton est un enfant de la mort, né d’une mère qui ne faisait plus partie des vivants et maintenue en vie par nécromancie. De ce fait il possède la capacité innée de voir et de comprendre les morts. Il est ainsi capable de percevoir les spectres, d’échanger avec eux. Bien sûr, ces derniers ne sont pas obligés de lui répondre. Même si beaucoup trouvent la possibilité de converser avec un vivant rafraîchissante.

« Les morts sont prompts à donner leurs conseils. Ce sont des contes d'échec, et ils nous enseignent comment ne pas finir à leur place. »
Anton Faust



Lien gémellaire
Anton est intimement lié à Abigaïl, en tant que jumeau pour commencer, mais aussi pour avoir un temps possédé son corps et pour avoir été ressuscité par elle ! Bien sûr aucune résurrection n’est parfaite et celle d’Anton possède un effet secondaire assez particulier. Il ne peut pas mourir tant que sa sœur est vivante. En effet, la magie de la nécromancienne le transforme en mort-vivant automatiquement dès qu’il meurt. Il lui faut alors veiller à soigner ses blessures s’il désire récupérer toutes ses capacités. Ce qui n’est pas aussi simple qu’il y paraît, même pour un médecin d’une autre époque doublé d’un nécromancien de génie (c’est lui qui le dit).

« Certains liens sont plus forts que la mort. Heureusement pour moi, ma jumelle est elle-aussi plus forte que la mort. »
Anton Faust



Super-Intelligence macabre
Même en étant particulièrement doué à son époque dans la pratique de la médecine, Anton ne put pas par ses simples capacités réussir à s’adapter à la médecine moderne et à toutes les nouveautés l’entourant. Il se décida donc à augmenter son intellect, notamment pour pouvoir réussir à se mettre à jour au point de vue de la médecine moderne, mais aussi dans l’espoir de pouvoir contrôler plusieurs golems de chairs plus facilement. Le nécromancien pour cela réussit à confectionner un sérum particulièrement douteux de par son origine. Il réunit les cerveaux de plusieurs génies décédés et utilisa la nécromancie pour réactiver leurs cellules mortes qu’il utilisa pour se créer une décoction neuronale qu’il s’injecta dans son propre cerveau.

Les résultats furent immédiats et Anton possède maintenant ce qu’on peut appeler une super-intelligence. Toutefois le procédé n’est pas totalement sans risque et il doit réutiliser son sérum régulièrement pour entretenir ce nouveau génie nouvellement acquis. Mais grâce à cela, il est maintenant un scientifique particulièrement intelligent qui a su rattraper son retard de plusieurs siècles sur la science.

« Parfois il faut se résoudre à être son propre cobaye.»
Anton Faust



Maîtrises mystiques

Nécromancie
Anton est un maître dans la manipulation de la nécromancie, ou plutôt de la forme dérivée qu’il a développé et qui colle plus particulièrement à ses besoins. En effet, le nécromancien n’a en rien besoin de réanimer des morts ou d’invoquer des esprits, il s’agit de choses qu’il réalise dans son laboratoire, grâce à sa nécro-chirurgie, sa maîtrise des golems de chair ou dont il se passe. Par contre, l’invocation de ses créations est un art tout à fait différent qu’il a su développer uniquement grâce à la sorcellerie, lui permettant ainsi d’invoquer des morts-vivants inférieurs grâce à un dérivé de son passage de l’effroi.

« Toute science demande une base solide, même si cette base est occulte. »
Anton Faust



Nécromancie I : zombies abominables
Les zombies difformes d’Anton ne ressemblent en rien à des cadavres simplement réanimés : ils n’ont plus grand-chose d’humain. Il s’agit de patchwork monstrueuses, versions miniatures et sinon stables de son sortilège de golem improvisé. Ces morts-vivants ne disposent pas d’une force colossale comme les golems, mais restent extrêmement résistants et particulièrement dangereux du fait de la présence de griffes, crocs, gueules surnuméraires, tentacules et autres appendices peu recommandables. Anton peut donc invoquer ces zombies, tant que ces derniers ont été créés dans son laboratoire au préalable, même s’ils ont une tendance certaine à être apparaître eux-mêmes là où la nécromancie se mêle à des piles de cadavres à l’abandon.


Nécromancie II : mur de membres
Anton est capable d’invoquer un mur constitué de multiples bras unis ensembles par magie. Une telle créature se dresse entre le nécromancien et ses ennemis, venant se saisir de tous ceux qui s’approcheraient trop. Les mains blafardes se referment sur eux, venant rompre leurs nuques, étrangler leurs gorges, arracher leurs bras et leurs jambes pour ne plus laisser que des cadavres. Bien sûr, le mur ne peut pas être étendu sur une ligne trop étendue, pas plus d’une dizaine de mètres et il finit par se disloquer et disparaître au bout d’une demi-heure.


Nécromancie III : simulacre de chair
Pratique oubliée de la nécromancie et particulièrement difficile à maîtriser, Anton a réussit à retrouver les formules de cette ancienne technique et à les adapter pour convenir à ses besoins. A partir d’un fragment de tissu d’une personne encore vivante, qu’il s’agisse d’une peau morte, d’une main coupée, d’un cheveu, Anton est capable de faire pousser une version mort-vivante de cet individu. Ainsi, il peut récréer un double, qui possèdera une partie des souvenirs et de la personnalité de l’original, mais sera un mort-vivant et devra obéir à Anton. Un tel processus prend bien souvent du temps bien évidemment.


Nécro-chirurgie
Anton manie une version propre de la nécromancie qu’il a développée en la mêlant à ses connaissances en médecine. Cette nécro-chirurgie lui permet de ne pas seulement réanimer des cadavres à l’état de zombies, mais surtout de travailler à l’échelle de l’organe. Il peut ainsi arracher le cœur de quelqu’un sans le tuer, échanger les cerveaux de plusieurs personnes, ne réanimer qu’une seule main ou ce genre de choses. Il l’utilise principalement pour « soigner » des morts de la Moisson, ou encore pour améliorer constamment ses précieux golems de chair.

« Ce que certains appellent folie, j'appelle art ! »
Anton Faust



Nécro-chirurgie II : transfert cérébral
Anton a développé une technique qui lui permet d’effectuer des greffes qui sont particulièrement difficiles en temps normal, voir totalement impossibles. Notamment il a acquis la capacité de transférer le cerveau d’une personne dans un autre corps, qu’il s’agisse d’un corps mort-vivant ou bien vivant et il en va de même pour le cerveau. En faisant cela, il transfert par la même occasion tous les souvenirs et traits de personnalités de la personne, la nécromancie lui permettant de lutter contre toutes les limites que la science pourrait rencontrer durant pareille procédure. Une personne dont le cerveau a été transféré se retrouverait donc en train d’habiter un corps qui n’est pas le sien. Bien sûr, une telle procédure n’est pas sans risque, car si le cerveau est abîmé pendant le transfert, la personne victime du traitement risquerait de perdre des éléments des souvenirs ou de voir sa personnalité altérée. Toutefois, cela reste l’un des meilleurs moyens de changer d’identité que l’on puisse imaginer.


Nécro-chirurgie III : transfert de visage
Anton est capable de travailler sur la chair vivante au-delà de ce dont est capable un simple chirurgien. Il a d’ailleurs trouvé des techniques lui permettant de modifier considérablement le physique d’une personne encore en vie, pour lui permettre d’accéder à une nouvelle identité par exemple. La clef de ce mécanisme est le transfert de visage, maintenant parfaitement maîtrisé par Anton. Il peut facilement récupérer le visage d’une personne, vivante ou récemment décédée, et le placer sur quelqu’un d’autre, comme par exemple un mafieux désirant changer d’identité. Grâce à cette technique, Anton s’est occupé de permettre à certains membres de la Moisson de s’offrir de nouvelles vies, de repartir à zéro, ou même de prendre l’identité de quelqu’un d’autre. Même si bien entendu, le visage en question connaît quelques changements du fait de la structure osseuse, ce qu’Anton parvient tout de même à modifier.


Nécromancie fongique
Il n’y a pas d’êtres vivants plus liés à la mort que les champignons. Bien des gens les imaginent proches des plantes, alors qu’ils le sont en réalité bien plus des animaux et en particulier des insectes. Les champignons ont une affinité toute particulière pour la mort, car ils se nourrissent bien souvent de nutriments issus de la décomposition et participent même à ce procédé. Là où les plantes sont la base de la vie, les champignons en sont la fin, une sorte de charognard ultime bien souvent, capable des pires atrocités et de nombreux types de parasitisme. Anton a utilisé ses recherches dans le domaine des fongus et de la nécromancie, ainsi que quelques discussions avec le Darach pour trouver un moyen de contrôler les champignons avec ses pouvoirs de nécromanciens.


« Ils poussent si naturellement sur les cadavres qu'il aurait été dommage de les ignorer plus longtemps. Qui veut une omelette ? »
Anton Faust


Nécromancie fongique I : décomposition
Anton a trouvé le moyen de stimuler la croissance des champignons en développant même ses propres spores mortifères. Il est ainsi capable de faire complètement pourrir un cadavre en seulement quelques secondes, ne laissant derrière lui qu’une masse informe de tissus fongiques, impropres à la consommation. Un bon moyen de se débarrasser de ses expériences les moins satisfaisantes ainsi que des cadavres qu’il pourrait laisser sur son chemin.


Nécromancie fongique II : zombies fongiques
En s’intéressant à certaines espèces de cordyceps capables de contrôler mentalement des fourmis, Anton a réussit à en altérer la nature par nécro-alchimie, créant ainsi une variété de champignons capables de relever les morts. Ces derniers poussent en quelques secondes sur un cadavre et utilisent leurs filaments de mycélium pour prendre le contrôle de ce dernier, créant une marionnette macabre qui déambule comme le ferait n’importe quel zombie. Un peu plus résistant, le zombie fongique est surtout contagieux. Les individus qu’il tue et qu’il dévore sont infectées par des spores et se relèvent à leur tour. Le feu et la lumière sont des bons moyens de lutter contre eux, ou bien il faut convaincre le Dread Maker de suspendre son contrôle sur les fongus et de les laisser mourir.



Créations


Création de golems de chair
La spécialité d’Anton est la création de golems de chair. Il s’agit d’horreurs morts-vivantes créées à partir des morceaux venant de plusieurs cadavres, humains ou animaux, et parfois renforcés par des éléments de métal ou synthétiques. Ces créatures sont beaucoup plus résistantes que les morts-vivants normaux, chaque morceau les constituant étant sélectionné avec soin. Elles ne ressentent pas la douleur, ne saignent pas, ne ressentent pas la fatigue non plus et possèdent une force prodigieuse avoisinant les dix tonnes. Bien sûr créer un golem demande beaucoup plus de temps et cela ne peut être fait qu’avec un laboratoire spécialement aménagé. Contrairement aux autres nécromanciens, Anton est ainsi incapable de créer un golem simplement avec des cadavres qui traîneraient par terre. Ils demandent notamment une source électrique lors de leur création !

« J'unis dans la mort ce que la vie a séparé. »
Anton Faust


Golem de chair II : Golem improvisé
Créer un golem de chair prend du temps, nécessite un laboratoire correctement équipé et des organes plus ou moins frais sélectionnés avec soin. Sauf si on n’a pas le temps et qu’on a besoin d’un résultat rapide. Dans ce cas, Anton a développé une formule nécromantique pour ériger rapidement un golem de chair à partir de dépouilles, humaines ou animales et de tout ce qui pouvait se trouver à côté. Ces créatures chancelantes sont bien moins perfectionnées mais redoutables elles aussi. Par contre, contrairement aux autres golems, ceux qu’Anton improvise de cette manière ont une durée de vie limitée à une heure et commenceront à tomber en pièce à ce moment là.


Golem de chair III : Ailes suturées
Anton a développé une technique pour réussir à doter ses créatures d’ailes tissées à partir de chair humaines et animées par nécromancie et par ses sérums alchimiques. Il peut ainsi greffer ces appendices sur ses golems de chairs ce qui permet à ces derniers de voler. Bien sûr, plus le golem est massif, plus la taille des ailes sera importante. Il faut aussi garder à l’esprit que ce n’est pas un ajout anodin et qu’il doit être réalisé dans un laboratoire et ne concerne donc pas ses golems improvisés.


Golem de chair IV : pseudo-résurrection
Créer un golem de chair signifie bien souvent modifier complètement un être vivant en mélangeant plusieurs morceaux de cadavres à sa propre dépouille. Anton a toutefois créé un procédé qui lui permet de réparer le corps d’un individu tout en conservant son intégrité mentale et physique. Contrairement à ses golems, ces individus gardent leurs souvenirs et leur personnalité, même s’ils sont toujours obligés d’obéir à leur créateur. Bien sûr, il s’agit toujours de morts-vivants animés par un mélange de science et de magie noire. Leur véritable état serait découvert lors d’un examen médical, mais le reste du temps ils peuvent passer pour humain, ce qui fait d’eux de parfaits agents de la Moisson.


Golem de chair V : chimères nécromantiques
Dans la mort, la barrière des espèces n’a plus aucune raison d’exister ! Si cela fait un moment qu’Anton est capable de lier des morceaux d’animaux à ses créations, il a maintenant réussi à le faire d’une manière plus stable que jamais, engendrant de véritables chimères morts-vivantes parfaitement dévouées. Qui plus est, ses chimères font preuve d’une férocité sans pareille et ne conservent donc pas l’espèce de lenteur propre aux golems de chair de moindre facture. Anton peut donc rendre ses créations un peu plus rapides en rajoutant des éléments d’animaux à ces derniers, ou carrément créer des monstruosités uniquement à partir de carcasses de bêtes.


Golem de chair VI : nécro-infirmières
Massacre, Nightmare et Madness sont les trois principales infirmières d’Anton, aux capacités inouïes et bien spécifiques. Mais Anton en a créé d’autres pour l’assister et surtout pour s’occuper de son asile lors de son absence ou de celle de ses assistantes. Il faut bien comprendre que les nécro-infirmières ne possèdent pas le sérum de régénération et sont des golems normaux en apparence. Sauf qu’elles agissent en tant que relai pour la nécromancie d’Anton. Les nécro-infirmières sont ainsi capables de contrôler les autres golems, les xénogoules, chauves-souris nécro-mutées et zombies fongiques d’Anton, leur donnant en quelque sorte un rôle de lieutenant. Cela permet à Anton de contrôler des groupes de monstruosités sans avoir besoin d’être présent si une de ses infirmières l’est.



Création de xénogoules
Loin de se contenter de morts-vivants classiques, Anton a décidé de créer sa propre variété de goules en ne gardant que les caractéristiques qui l’intéressaient chez ces créatures. Ses xéno-goules ne possèdent pas la pseudo-intelligence de leurs semblables issues purement de nécromancie, elles sont totalement inhumaines, avides de chair fraîche. Bien qu’aveugles elles peuvent traquer leurs proies avec leur flair ou la senteur de leurs âmes. Les xéno-goules sont plus rapides que des humains normaux, autant que des fauves et possèdent des griffes paralysantes, comme celles d’origine. Les créer prend toutefois du temps et Anton ne peut pas transformer un cadavre en xéno-goule avec une simple formule magique contrairement à sa sœur.

« Ils ne gagneront jamais de concours de beauté, mais en même temps, vous non plus. »
Anton Faust



Création de chauves-souris nécro-mutées
Anton a développé sa propre variété de chauves-souris après avoir étudié de près certains vampires et notamment sa chère et tendre Malaria. Ces dernières sont à la base des chauves-souris tout ce qu’il y a de plus normal, jusqu’à ce qu’elles meurent et soient réanimées grâce à un cocktail de sérums et rites nécromantiques mis au point par Anton. Ces chauves-souris ont développé une loyauté indéfectible envers leur créateur, semblable à celle des golems. Bien plus grosses que leurs homologues naturels, elles sont avides chair humaine et ne se nourrissent plus d’insectes mais bel et bien de charognes, ou de quelque chose de bien plus vif si elles peuvent. Pour le reste, leurs capacités ne changent pas trop, elles sont capables, de voler, de mordre et de transmettre des maladies classiques comme la teigne. Pour les maladies plus exotiques cela viendra. Pour le moment Anton n’est pas capable d’invoquer ses chauves-souris nécro-mutées, il doit ouvrir un passage de l’effroi pour les appeler ou les avoir avec lui de base. Sachant que les contrôler accapare tout de même une partie de sa concentration.

« On a pas besoin de boire du sang de vierge pour s'amuser avec ces bestioles. »
Anton Faust




Autres sortilèges


Passage de l'Effroi
De nombreux nécromanciens sont capables de créer des portails vers l’Abysse pour invoquer des monstruosités morts-vivantes, tandis que la technologie actuelle permet d’ouvrir des passages entre les mondes. Anton a allié les deux pour créer un sortilège qui lui permet d’ouvrir un portail vers son hôpital, le Dread Asylum. Le passage reste ouvert pendant plusieurs minutes, une dizaine maximum, et tant que c’est le cas, il peut être emprunté des deux côtés. C'est-à-dire que des monstres créés par Anton peuvent passer par le portail pour venir le rejoindre, ou que des cobayes et nouveaux patients peuvent être emmenés au travers de ce dernier pour être interné à l’asile. Anton ne peut générer le portail qu’à l’endroit où il est et cela lui demande une quantité d’énergie assez importante, si bien qu’il ne peut l’ouvrir qu’une fois par heure. Il doit aussi rester globalement concentré pour le maintenir ouvert et s’il s’en éloigne trop, le portail disparaît tout simplement.

« Accrochez vos ceintures, prochain arrêt : ma table d'opération. »
Anton Faust



Monstrification
Chaque personne possède une partie de cellules mortes en lui. Qu’il s’agisse de cellules normalement mortes, comme celles qu’on peut trouver dans les peaux mortes à la surface de son épiderme, dans ses os, cheveux et compagnie, ou des cellules qui n’ont pas encore été recyclées par l’organisme, des nécroses en cours, des lésions. Tout le monde charrie en lui une part de mort, infime, mais suffisante pour qu’Anton puisse l’exploiter. En utilisant ces cellules et grâce à l’un de ses sortilèges, le nécro-chirurgien peut causer d’horribles mutations chez ses victimes en faisant croître ces tissus morts-vivants qui prennent le pas sur ceux vivants. La transformation est horriblement douloureuse et transforme finalement sa victime en abomination mort-vivante après de longues minutes. Heureusement, Anton ne peut utiliser sa monstrification que sur une seule personne et doit être concentré tout le long du processus. Si celui-ci est interrompu, la personne peut survivre et même probablement se faire soigner pour reprendre une apparence normale, si cela ne se fait pas naturellement.

« L'important c'est ce qu'on a à l'intérieur. Pas la beauté, les tripes ! »
Anton Faust



Monstrification II : Abominations
Si Anton utilise sa monstrificaiton sur quelque chose de déjà mort, l’effet est pour le moins saisissant. Les tissus décomposés se mettent à pousser de manière grotesque, venant former de nouveaux muscles ou autres appendices tentaculaires et difformes. Sur un cadavre inanimé, cela n’a aucun intérêt bien sûr, mais sur un golem de chair, ce dernier devient plus gros, plus massif et plus fort, lui permettant de doubler sa force physique. Toutefois, l’effet a tendance à rendre les golems instables et il est possible que ces derniers collapsent au bout de quelques instants, leur délicat équilibre ayant été trop perturbé.


Monstrification III : Auto-monstrification
Anton peut lancer la monstrification sur lui-même désormais. Contrairement à d’habitude, il n’a pas besoin de rester concentré pendant tout le processus, mais uniquement au départ. Il commence alors à muter et gagne une force d’environ une dizaine de tonnes alors même qu’il devient lui-même une abomination. Au bout de quelques minutes toutefois, les effets de la monstrification se dissipent, le ramenant à sa forme humaine, moyennant quelques dégâts causés à ses vêtements bien entendu. Durant la monstrification, Anton se transforme automatiquement en mort-vivant, comme lorsqu’il reçoit des blessures fatales, ce qui le rend insensible à la douleur, la fatigue etc. Toutefois, quand les effets se dissipent, il ne redevient pas automatiquement humain.



Armes

Canon à Poltergeist
Le canon à poltergeist, généralement réduit à canon à geist, est une invention d’Anton visant à utiliser l’un des coproduits de la création de golem de chair : l’âme. En effet, cette dernière est généralement complètement inutile pour un raccomodeur tel que lui, c’est pour cela qu’il a créé cette machine. Grâce à un alliage spécial, un mélange de magie, d’enchantement, runes et d’électricité, le canon est capable de contenir des fantômes et de les utiliser comme source d’énergie pour projeter un rayon d’ectoplasme concentré. A l’impact, cette énergie nécrotique cause une explosion et de sérieux dégâts aux êtres vivants principalement. Notamment, une nécrose des tissus, une sensation de froid intense et de brûlure. L’impact peut aussi détruire quelques objets, voir même à pleine énergie percer des murs ou faire exploser quelqu’un. Bien sûr, le canon n’a qu’une réserve d’âme limitée et ne peut pas être utilisé indéfiniment. Qui plus est, seul Anton peut l’activer avec ses sortilèges et ses golems ne peuvent donc pas l’utiliser pour lui, même si bien souvent, ce sont eux qui le portent.

« Je trafique la chair, pas l'âme. Mais c'est dommage de gâcher. »
Anton Faust



Bâton Nécro-Galvanique
Cette création d’Anton ressemble en tout point à un simple bâton produisant des arcs électriques. Seulement, il s’agit en réalité d’une arme modifiée par des sortilèges de nécromancie, des ossements et l’âme d’un condamné à mort, dont la sentence fut appliquée par la chaise électrique ont été utilisés dans sa réalisation. De ce fait, le bâton est capable d’appliquer une décharge d’électricité nécrotique sur une cible unique se trouvant à moins de cinq mètres de lui. Ces éclairs en plus de créer un choc pouvant paralyser la cible entraînent des nécroses sur le corps, mettant ainsi sérieusement en danger la vie de la cible, qui plus est, des interférences ectoplasmiques viennent accentuer le choc au niveau des parties cérébrales. Derrière tout ce jardon nécro-alchimique, le bâton électrique paralyse la cible tout en causant des lésions sur le corps plus importantes qu’avec de l’électricité classique, pouvant entraîner la mort si Anton en abuse. Par contre, sur un golem de chair utilisant l’électricité nécrotique comme source d’énergie, le bâton va augmenter sa vivacité pendant une courte durée.

« Mes créations et moi, c'est une histoire de coup de foudre. »
Anton Faust



Bâton Nécro-galvanique II : Surcharge
Anton peut relâcher une plus grande quantité d’électricité dans l’un de ses golems. Même si les modèles les plus récents n’ont plus besoin d’électricité pour être réanimés, le corps utilise toujours des courants électriques pour faire fonctionner le système nerveux. Une fois surchargé, un golem est capable, en plus de se mouvoir plus rapidement, de produire des arcs électriques nocifs pour ceux qui l’entourent. Bien sûr la surcharge ne dure que quelques secondes et si le golem surchauffe trop il pourrait prendre feu.


Bâton Nécro-galvanique III : Réanimation
Une décharge du bâton nécro-galvanique sur un corps récemment décédé et dont le système nerveux n’a pas été trop endommagé peut être brièvement réanimé. Le cerveau aura subi plus ou moins de dégâts du fait de la mort et de la réanimation, mais généralement le mort peut échanger quelques paroles, plus ou moins cohérentes, avec le nécromancien avant que l’électricité ne se dissipe et qu’il meurt pour de bon.



Sérums et maladies

Pistolet-seringue
Cette arme est particulièrement simple. Il s’agit d’un simple pistolet alimenté par l’énergie ectoplasmique, comme l’est le canon à poltergeist, ce qui permet de tirer des seringues possédant plusieurs produits différents élaborés par Anton. Ainsi il peut utiliser son pistolet pour tirer son sérum de régénération sur ses golems, ou bien pour infecter des gens avec sa peste nécrotique et autres joyeuseté. L’arme nécessitant une pointe de magie pour fonctionner toutefois elle ne peut être activée que par Anton lui-même ou un autre nécromancien. L’esprit qui hante le pistolet, ou plutôt qui y est emprisonné, refusant de coopérer à moins d’y être forcé, son énergie non canalisée pouvant se révéler dangereuse pour les non-adeptes de la nécromancie si jamais ils tentaient d’utiliser l’arme d’Anton.

« Attention, ça risque de piquer un peu. »
Anton Faust



Sérum de nécro-régénération
Anton a réussi à isoler le sérum de nécro-régénération qu’il avait réussi à créer pour Irina. Ce sérum réactive par nécromancie le potentiel régénératif des cellules mortes, qui se comportent comme un cancer en se mettant à se diviser sans limite. Sauf qu’au lieu de créer des zones anarchiques, elles reforment les organes détruits et réparent en quelque sorte les cadavres. Le sérum toutefois ne fonctionne pas sur les cellules vivantes, Anton l’utilise donc essentiellement sur ses golems, le leur injectant pour leur permettre de se réparer pendant quelques minutes. Il peut aussi l’utiliser sur lui-même, mais uniquement lorsqu’il est dans son état de zombie, quand la magie de sa sœur anime son cadavre et qu’il n’est plus vivant. Le sérum a toutefois pour effet de réparer complètement son organisme en quelques minutes et de lui permettre de revenir à la vie une fois qu’un choc électrique réactive son cœur et son cerveau. Les golems d’Anton, mis à part Irina, ne produisent pas le sérum et doivent donc se le faire injecter pour pouvoir se régénérer.

« Pourquoi se contenter de soigner les vivants quand on peut faire bien plus ? »
Anton Faust


Peste nécrotique
Les procédés magiques de la réanimation des morts en tant que zombies sont particulièrement difficiles à transposer à des éléments purement scientifiques. Les tissus en décomposition pouvant difficilement être fonctionnels même sous l’influence d’un virus, de radiations ou de ce genre de choses. Mais Anton en mêlant adroitement la nécromancie et la nature contagieuse de certaines espèces de morts-vivants issus de malédictions avec des principes de virulence et de contagion de maladies, elle bien naturelle, a réussi à créer une peste capable de réanimer les morts. Les personnes directement infectées par la peste d’Anton subissent une mort douloureuse et rapide, amenant à une décomposition rapide de leurs chairs, l’apparition de pustules et de nécroses, et finalement deviennent des zombies avides de chair fraîche. Ces derniers ne s’attaquent qu’aux vivants et ignoreront les morts, les machines ou autres êtres artificiels. Leur morsure est contagieuse permettant de transférer la peste à d’autres.

« J'ai bien peur que vos vaccins ne soient pas à jour. Mais bon, ils entraînent l'autisme, non ? »
Anton Faust


Venin de goule
Anton a réussi à produire le venin surnaturel de goules de manière industrielle dans son laboratoire, en utilisant par ailleurs plusieurs de ses propres xénogoules et son sérum de nécro-régénération, mais assez de détails ! Les effets de l’huile de goule sont assez similaires à celui de leurs griffures. La victime sentira un terrible froid l’envahir, paralysant la totalité de son corps à mesure qu’il se propage. Avec une dose basique, l’huile de goule induit une paralysie qui permet à la victime d’être toujours consciente alors même que son corps est incapable de répondre. Elle ne ressent pas la douleur mais peut toujours voir et entendre. En augmentant la dose, l’huile devient un puissant anesthésique. Ce poison surnaturel atteint le cerveau et le paralyse à son tour, plongeant la victime dans une sorte de comas dont elle s’extirpe naturellement au bout de quelques minutes à quelques heures. Par contre, à dose maximale, le venin de goule devient mortel, paralysant tous les organes internes et tuant la personne sur le coup. Le venin de goule peut être chargé dans le pistoler-seringue d’Anton.

« Avez-vous seulement idée de ce qu'implique de traire une goule ? »
Anton Faust



Sérum du résurrectionniste
Créé à partir des fluides de ses golems les plus avancés, mêlant une solution hyper-nutritive avec des principes de sorcellerie et de nécromancie, ce sérum contient toute l’essence de la création de golem de chair. Car il permet de réanimer toute personne à qui il est injecté, redonnant à ses tissus leur vitalité disparue. Toutefois, il y a forcément des conséquences. Le sérum ne répare pas les tissus en lui-même, si bien que si la personne morte est réanimée grâce à ce dernier, mais a conservé des blessures fatales, elle mourra à nouveau sur le coup. Ce qui signifie que cela ne fonctionne pas non plus sur un corps décomposé. En fait, le sérum ne permet que de réanimer un corps parfaitement fonctionnel, mais seulement inanimé. Typiquement il s’agit de golems encore dormant ou d’Anton lui-même quand il a soigné ses blessures et désire quitter son état de zombie. Toutefois, couplé au sérum de nécro-régénération, il pourrait permettre de ressusciter des gens, même si le procédé n’est pas encore totalement au point et que de nombreux individus deviennent des équivalents de golems issus de la pseudo-résurrection d’Anton. Le sérum du résurrectionniste peut être chargé dans le pistolet-seringue d’Anton.

« Le secret de la vie et la mort, maintenant disponible en format individuel. »
Anton Faust





Dernière édition par Anton Faust le Mer 8 Mar - 18:40, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 28 Juin - 23:12 Message | (#)

Personnel médical


Nightmare Nurse
Nightmare Nurse ou Irina est le golem le plus élaboré d’Anton jusqu’à présent. Elle a été reconstruite et améliorée plusieurs fois par la nécro-chirurgie du nécromancien qui l’a doté de capacités inexistantes chez ses autres golems. Elle possède toutefois des propriétés semblables au niveau de ses capacités physiques, ou du fait qu’elle est une création mort-vivante incapable de mourir sans que son cerveau ne soit détruit. C’est en apparence une belle jeune femme blonde, qui possède toutefois plusieurs cicatrices, fines et soignées, de son passage sur la table d’opération d’Anton. Notamment au niveau des avant-bras, ou encore sur sa poitrine comme pour les cadavres sur lesquels des autopsies sont réalisées. Si Irina est d’une dévotion sans pareille, elle est animée d’un semblant d’indépendance et de personnalité que lui a instillé Anton grâce à différents rituels et des fiches en métal plantées dans le cerveau mort de l’infirmière. Lorsqu’elle l’assiste en tant que Dread Maker, elle porte des habits d’infirmière par ailleurs, ainsi qu’un masque chirurgical qui protège son identité.


« Rien de tel qu'une jolie blonde avec un bras tronçonneuse pour vous assister dans vos tâches quotidiennes. »
Anton Faust



Régénération cancérigène
Irina est l’un des seuls morts-vivants capable de se régénérer. En effet Anton a créé un sérum magique capable de réactiver certaines fonctions des cellules mortes, de la même façon que la nécromancie réanime les morts, mais cette fois-ci à une échelle cellulaire. Le sérum est présent dans les tissus d’Irina qui en ont été imprégnés et si elle est blessée, elle va pouvoir se régénérer, alors même qu’elle ne saigne pas ou ne possède aucune fonction vitale active détectable, si ce n’est pour une légère activité cérébrale. Le sérum ne lui permet pas de régénérer complètement des membres, mais plutôt de recoller des membres qui seraient sectionnés. Le sérum n’a pas non plus fait disparaître complètement les cicatrices de l’infirmière cauchemardesque, mais les a rendu plus discrètes.


Tronçonneuse vivante
Anton a inséré deux sortes de nécro-équipements au sein de la jeune femme, un pour chaque bras. Celui de droite peut ainsi se changer en une tronçonneuse vivante, la chair se déployant pour laisser voir l’arme constituée d’une chaîne métallique, de muscles morts-vivants et d’ossements. Cette tronçonneuse peut trancher tout ce qui possède une résistance inférieure ou égale à la force d’Irina (force de base d’un golem avoisinant les dix tonnes). Elle peut faire disparaître ou apparaître cette tronçonneuse vivante à volonté.


Nécro-sédatif
Le second dispositif se trouve donc dans la main gauche de l’infirmière. Ses ongles produisent naturellement le poison qu’on trouve dans les griffes des goules, qui entraîne une sensation de grand froid et une paralysie chez les personnes qui sont griffées. Cette substance est utilisée comme anesthésiant magique par Anton et n’est pas mortelle à moins que la paralysie ne soit dispensée à proximité du cœur. Certaines personnes protégées contre les poisons ou les substances magiques ne craignent ainsi pas le sédatif d’Irina.


Tête d'acier
Sur des golems aussi élaborés, le cerveau est la partie la plus sensible. Leurs chairs ne craignent pas le feu contrairement à la croyance populaire, mais détruire le cerveau peut rendre le golem inutilisable jusqu’à ce qu’il soit remplacé, tout en pouvant engendrer de léger changements de personnalité chez la créature. C’est pour cela que la boîte crânienne d’Irina a été renforcée avec des plaques d’acier, pour empêcher les balles ou les chocs de détruire son cerveau. De la même façon, cette protection physique a tendance à la protéger de certaines manipulations mentales, qui serait de toute façon complexe du fait de sa nature mort-vivante. Cela lui permet aussi de donner des coups de têtes particulièrement dévastateurs.



Massacre Nurse
Massacre Nurse, aussi connue sous le nom de Sveltana, est la seconde infirmière mise au point par Anton. Si la première avait été créée dans une volonté novatrice en utilisant le corps de celle qui l’avait remis au monde d’une certaine manière et pour assouvir ses pulsions, Sveltana a été un peu plus élaborée et Anton a cherché à soigner un peu plus son esthétique pour la rendre plus discrète. Surtout, il s’est penché sur des procédés pour réactiver certaines compétences que les parties du corps de Sveltana possédaient de leur vivant mais que la jeune femme ne possédait pas elle-même. Si Irina sert donc à attraper et découper les patients du Dread Maker, Sveltana a un but bien plus offensif et est chargée tout bonnement de tuer tout ce qui se trouve face à elle grâce à son usage des armes à feu. Le fait qu’elle ne puisse pas mourir étant un golem de chair elle-même est aussi particulièrement appréciable. Comme toutes les créations d’Anton, elle lui est parfaitement dévouée et possède seulement un fragment de personnalité.


« Infirmière Massacre, vous êtes demandée dans l’aile des soins palliatifs. »
Anton Faust



Régénération cancérigène
Tout comme Irina, dont elle est en quelque sorte une nouvelle version, Sveltana génère naturellement le sérum de nécro-régénération d’Anton. Ses cellules mortes peuvent donc voir leur potentiel régénératif réactivé par nécromancie lorsqu’elle est blessée et cela lui permet de se régénérer. Contrairement aux autres golems, elle n’a donc pas besoin qu’Anton lui fasse des injections régulières.


Tireuse mortelle
Grâce à un mélange de nécromancie et de chirurgie, Antona a réussi à attacher à Sveltana des restes de technique de militaires, policiers, chasseurs, tireurs de compétition ainsi que des parties de leur mémoire musculaire en utilisant certains de leurs organes. Cela fait que l’infirmière est une tirsue s’élite elle-même, sans avoir suivi d’entraînement particulier, mais parce qu’elle a été construite de cette manière. Elle est d’ailleurs équipée d’armes classiques en plus de celle qu’Anton a créée spécialement pour elle.


Le Defiler
Le Defiler est une arme à feu au design soigné élaborée par Anton spécialement pour sa nouvelle infirmière. Et ce même si l’arme en soit jure énormément avec la tenue de cette dernière. Les balles du Defiler sont particulières car elles sont produites par le corps mort-vivant de Sveltana. L’infirmière fusionne donc presque avec son arme et peut donc tirer sans jamais avoir à recharger, le seul risque est que son arme se mette à surchauffer, ce qui n’arrive que très rarement.


Tête d'acier
Tout comme Irina, Sveltana possède un crâne en acier trempé visant à l’isoler des influences extérieures et à protéger son précieux cerveau de certains tirs malvenus. Notamment car son cerveau est celui qui coordonne ses capacités de tir. Le crâne lui permet donc d’être insensible aux manipulations mentales et de résister aux balles dans cette partie là de son organisme. Sinon bien sûr il permet aussi d’infliger des coups de tête.


Madness Nurse
Madness Nurse est la nouvelle création d’Anton et la dernière infirmière à rejoindre son équipe opératoire. Comme les deux précédentes, son physique est celui d’une belle felle blonde, habillée en tenue d’infirmière provocante. Toutefois, à la différence des deux autres, Madness semble un peu plus expressive que les deux autres, son visage étant figé dans une sorte de rictus amusé, voir même moqueur. Le cerveau utilisé pour sa conception est un mélange particulièrement fin de morceaux issus de médiums, de mentalistes mais aussi de malades mentaux, le tout bien entendu réanimé par les soins d’Anton et soumis à sa funeste volonté. Pour ce qui est du corps, la technique n’a que peu changé, le nécromancien utilisa des muscles choisis avec soin pour leur capacité physique exceptionnelle qu’il confina dans l’enveloppe de chair sans pour autant donner à Madness une allure monstrueuse. Elle dispose d’une force accrue, comparable à celle de tous les golems d’Anton par ailleurs. Madness est plus intelligente et indépendante que Massacre ou même Nightmare Nurse, pouvant échanger plus librement avec Anton et faire tout un étalage de la folie rampante qui l’habite et qui n’est tempérée que par le flegme bien particulier des golems de chair.


« Folie et génie, ne sont qu'une question de point de vue. Grâce à elle, mes patients pourront enfin voir le monde par mes yeux. »
Anton Faust



Régénération cancérigène
Le sérum de nécro-régénération d’Anton coule dans les veines mortes de Madness Nurse. Contrairement aux golems les plus classiques, le nécromancien n’a pas besoin de réaliser d’injection pour provoquer une régénération. La moindre blessure commence ainsi à se régénérer d’elle-même, par le même procédé de réanimation des cellules mortes développé par Anton.


Sonde de démence
La langue de Madness peut laisser place à une sonde monstrueuse, constituée de vertèbres et de métal, se terminant par un œil unique lui-même connecté directement au cerveau de Madness. Si l’infirmière s’approche du visage de quelqu’un, la sonde est capable de ramper jusqu’au cerveau de cette dernière, à travers son conduit auditif, ses narines ou autre, et de fouiller ses souvenirs. Le procédé est extrêmement douloureux mais non fatal et permet à Madness Nurse, moyennant un peu de temps, de dénicher n’importe quelle information contenue dans le cerveau de sa victime.


Réalité distordue
Madness est capable d’utiliser ses pouvoirs de médium réanimée pour projeter une vision effroyable dans les esprits des gens qui l’entourent. Les personnes impactées verront une version distordue de la réalité, où les humains apparaîtront comme des monstres ou des malades mentaux, mais le Dread Maker et ses créations ressembleront à un médecin normal et un personnel médical accompli. Même le Dread Asylum prendra alors l’apparence d’un hôpital psychiatrique tout à fait normal. Toutefois, dès que Madness Nurse arrête d’utiliser son pouvoir ou s’éloigne trop, l’illusion se dissipe. L’infirmière ne contrôle pas tous les aspects de cette réalité distordue et ne peux pas en changer les éléments à volonté, il s’agit plus d’une capacité passive qu’elle active ou non. Les personnes dotées d’un bouclier mental sont insensible à cette manipulation.


Tête d'acier
Tout comme les deux précédentes infirmières, Anton a pris soin de protéger le précieux cerveau de Madness en utilisant le même alliage pour recouvrir son carne. La tête de l’infirmière est donc particulièrement solide, pouvant résister aux balles, aux coups et surtout aux intrusions mentales. Même si ces dernières n’ont généralement que peu d’effet sur un cerveau mort-vivant soumis à la volonté d’un nécromancien.


Oglor, l'homoncule
Oglor n’est pas un golem de chair, mais le premier homoncule créait par Anton grâce à un grimoire récupéré récemment. La créature possède donc des différences avec les autres créations d’Anton, se révélant d’une part plus intelligente bien que docile, mais surtout beaucoup plus faible physiquement et non affectée par ce qui toucherait normalement les morts-vivant. Car si c’est la magie qui a animé et créé Oglor, il n’en est pas moins bel et bien vivant, même si ses intérieurs sont loin de ressembler à ceux d’un être humain en pleine santé. Beaucoup d’homoncule étant d’après les légendes incubés dans du fumier pour s’éveiller à la vie. D’une nature assez pacifique, Oglor a un rôle d’assistant. Là où Irina pratique des opérations de temps à autre, il s’occupe surtout de la recherche, de stocker des connaissances pour son maître, mais aussi de porter ses affaires lorsque c’est nécessaire. Oglor est en quelque sorte un intendant, ce qui ne signifie pas qu’il soit parfaitement inoffensif, loin de là. Même si son œil unique et gigantesque peut laisser penser à être mélancolique et peut dangereux.


« Il est peut-être moins joli que mon infirmière, mais au moins il n'est pas blond. Un changement appréciable dans mon entourage. »
Anton Faust



Mille et une pattes
Oglor n’a pas un nombre de mains et de membres définit. Là où chez des créatures dotées de talents martiaux, cela aurait pu être un avantage, chez Oglor cela n’a qu’une seule utilise : pouvoir porter des choses. Que ce soient les grimoires et ingrédients de son maître, son canon à geist ou encore son bâton nécro-galvanique, Oglor fera apparaître le nombre de mains nécessaires pour porter tout cela. Ce qui ne semble pas particulièrement le fatiguer par ailleurs.


Pense bête
Tout ce qu’Oglor voit et lit, il le retient. Il est en quelque sorte une archive ambulante, ayant parcouru la totalité des écrits réalisés ou en possession de son maître, qu’il s’agisse de ses compte rendus de recherche ou d’expérimentation, de vieux grimoires poussiéreux, Oglor retient tout ! Ce qui lui permet de toujours communiquer à Anton des résultats ou des informations qui auraient pu échapper à son esprit humain, c’est une sorte de pense-bête ambulant qui est particulièrement utile.


Oglor créait !
Ce n’est pas parce qu’on est la création d’un nécromancien que l’on ne peut pas s’amuser soi-même un peu. Cela, Oglor l’a particulièrement bien compris ! Avec tout le savoir qu’il a emmagasiné, l’homoncule s’est quelque peu entraîné à la création de créatures semblables à lui, bien que partiellement dégénérées. Anton l’a laissé faire, observant calmement le processus créatif de son assistant. Il n’est pas rare donc qu’Oglor soit accompagné de quelques minicules, des versions miniatures de lui-même, bien que totalement dénuées de capacité, si ce n’est de se mettre dans les jambes des gens pour les faire tomber ou des choses du genre.


L’œil de Sau… D’Oglor
Oglor a un grand œil, mais ce n’est pas tout, il peut en faire apparaître plusieurs petits ! A quoi ce la sert ? A un peu plus que d’alimenter la paranoïa d’une créature sans défense. En effet, étant une créature magique, Oglor peut voir tout ce qui s’y attrait. Ainsi, d’un simple regard il peut détecter les enchantements, les sortilèges, les créatures magiques ou même les esprits qui tenteraient de se cacher. Autant dire que quand il est à Erehwon, il en prend plein la vue.



Expérimentations plus ou moins réussies

Malaria
Si les expérimentations d’Anton se sont toujours portées sur la mort, il n’a jamais dédaigné l’usage de tout ce qui se trouvait à sa disposition. Heureusement pour lui, il a su profiter de l’entente cordiale entre la Moisson et les vampires de Star City pour récupérer quelques jeunes spécimens pour ses propres travaux. Ce fut un travail complexe, mais le nécromancien parvint à appliquer ses propres méthodes nécro-alchimiques à une vampire mise à sa disposition. Autant dire que l’application de ses différents sérums, de ses formules nécrotiques et de l’utilisation de quelques méthodes galvaniques et chirurgicales eurent un effet on ne peut plus surprenant et satisfaisant. Anton réussit ainsi à raviver par magie certaines fonctions des cellules vampiriques tout en sublimant certaines propriétés de ce type de suceur de sang. De cette expérience naquit celle qu’il appela Malaria, nommée bien entendu en l’honneur de la maladie causant entre autre des anémies. Si la créature était vampirique de base, maintenant elle tient plus du golem de chair, ne craignant plus la lumière du soleil de la même manière que précédemment, ou encore les pieux dans le cœur ou ce genre de choses. Bien sûr, le procédé la fit régresser à un stade animal purement instinctif, proche de celui des goules les plus voraces et seuls les pouvoirs d’Anton la maintiennent dans un état globalement stable. Qu’il abandonne son ascendant sur elle en tant que créateur et elle ne serait plus qu’une créature de cauchemar cherchant à se nourrir coûte que coûte.

« Il n’y a rien que je ne puisse améliorer. »
Anton Faust


Vol
Comme de nombreux vampires, Malaria a conservé une capacité qui lui permet de léviter. Rien de bien surprenant à cela, la créature ne pose presque jamais pied au sol, se déplaçant comme une sorte de prédateur tentaculaire flottant dans les airs. Elle peut ainsi se déplacer jusqu’à une vitesse de cent kilomètres à l’heure au maximum.


Assimilation régénérative
Malaria est morte, mais a conservé la capacité régénérative des vampires. Ainsi la tuer est extrêmement difficile et révèlerait presque du miracle par ailleurs. Sa chair est morte et pourtant se reforme constamment, au fur et à mesure qu’elle consomme ses victimes. Car Malaria ne se contente plus seulement du sang, mais aussi de toute la chair et peut ainsi complètement assimiler ses proies pour se régénérer. La détruire demanderait d’ailleurs de l’isoler de toute source de chair ou de sang, puis de la brûler intégralement, de la désintégrer ou de l’annihiler. Bien sûr, des dégâts suffisamment importants infligés à ses multiples têtes et visages pourraient en venir à bout. Mais rien n’est moins sûr.


Vitesse surnaturelle
Plus vive que n’importe quel golem de sa création, Malaria peut se jeter sur ses proies avec une vélocité pour le moins effrayante. Ses multiples appendices sont tous bien plus rapides que ceux des humains, lui permettant d’esquiver sans mal la plupart des attaques qui lui sont portées, de prendre ses proies par surprise et de les assimiler avant qu’ils ne puissent riposter. Ainsi, Malaria est environ dix fois plus rapide qu’un humain.


Nécro-mutation
Malaria est constamment en train d’assimiler de nouveaux êtres vivants et au fur et à mesure qu’elle se régénère de cette manière, son corps change constamment. De nouvelles têtes finissent par apparaître, de même que des bras, des tentacules. Mais elle affiche toujours des traits vampiriques, tels que des crocs acérés, de nouveaux visages à des endroits improbables et des gueules avides de sang. Quoiqu’il en soit, la forme de Malaria reste globalement stable mais est toujours changeante. Elle évolue au fur et à mesure de ses mutations, des proies qu’elle a sue ingérer et des membres qui ont pu être tranchés par des ennemis ou se révéler obsolètes.



Skratch
Skratch est un golem amélioré et obtenu à forces d’expérimentation avec d’anciens sujets appelés les chiens creux. Bien que sa forme évoque en effet celle d’un canidé, de part son crâne allongé, sa position quadrupède, les matériaux de base qui ont permis à son élaboration sont divers et variés. En effet, il n’est pas surprenant de trouver certaines parties du chien évoquant plutôt des membres humains que ceux d’un canidé. Ce golem est toutefois doté d’une fidélité exemplaire envers son créateur, chose dont Anton ne peut se targuer pour toutes ses créations. D’une force semblable à tous les golems de chairs, ses capacités cérébrales sont celles d’un chien et non d’un humain. Il est par ailleurs incapable de parler, mais possède des capacités propres qu’il a su développer au cours de différentes expérimentations.

« Le meilleur ami du nécromancien. »
Anton Faust


Traqueur d'âmes
Skratch ne possède pas d’yeux, mais cela ne le gêne en rien. Comme plusieurs morts-vivants voient avec des orbites vides, il en va de même pour Skratch. Ce dernier est capable de percevoir les âmes des gens qui l’entourent, de retenir leur fragrance et de les traquer inlassablement sur plusieurs kilomètres, faisant de lui un chasseur redoutable.


Chef de meute
Si Skratch est le résultat de plusieurs mois d’expérimentation et la plus grande réussite d’Anton, il existe plusieurs autres chiens creux. Ces animaux ont été des prototypes pour l’élaboration de Skratch et sont plus faibles et instables, mais toujours utilisables. En effet, Anton a donné à Skratch le pouvoir de réanimer les anciens chiens creux pour former une meute autour de lui, si jamais cela devenait nécessaire. Bien sûr ces chiens creux ne sont finalement que des golems de chair à l’allure de chiens.


Appétit de goule
Si Skratch est le résultat de plusieurs mois d’expérimentation et la plus grande réussite d’Anton, il existe plusieurs autres chiens creux. Ces animaux ont été des prototypes pour l’élaboration de Skratch et sont plus faibles et instables, mais toujours utilisables. En effet, Anton a donné à Skratch le pouvoir de réanimer les anciens chiens creux pour former une meute autour de lui, si jamais cela devenait nécessaire. Bien sûr ces chiens creux ne sont finalement que des golems de chair à l’allure de chiens.


Truffière de cadavres
Si certains chiens ont été dressés pour retrouver des truffes à l’odeur, Skratch lui s’intéresse à une toute autre chose qu’on peut trouver sous la terre. En effet, il possède un don pour ce qui est de détecter les cadavres. Même si ce dernier se trouve profondément enterré sous terre, ou bien dans une maison à l’autre bout de la rue, le chien le sentira et mènera son maître jusqu’à celui-ci. Après tout, rien de tel pour être sûr de ne jamais tomber en manque de matière première !



Cancer, le nécroplasme
Cancer est une création accidentelle d’Anton Faust. Il s’agit d’une sorte de masse constituée de matière organique morte et animée par nécromancie. Elle est particulièrement difficile à contrôler car contrairement aux golems, elle ne possède pas de cerveau humain et il est pour le moment impossible de savoir avec certitude comment est-ce qu’elle agit véritablement.

Du point de vue de l’apparence, Cancer est une sorte de masse noirâtre et peu ragoûtante dans laquelle flottent des morceaux de cadavres d’hommes et d’animaux. De temps à autre, un membre apparaît, issu de l’une de ses victimes et il se peut que la créature parvienne à l’utiliser. Etant donné qu’il s’agit finalement d’un amas visqueux, il est très peu sensible aux attaques physiques et le meilleur moyen de le détruire, ou tout du moins de le faire diminuer en taille est d’utiliser le feu, l’électricité ou plus simplement la magie. En effet, si Cancer peut commencer en étant relativement petit, Anton le promenant généralement dans une simple bouteille ouvragée, il peut en assimilant des cadavres, ce qui peut inclure des golems de chair, rapidement devenir colossal. Il se déplace en rampant ou en utilisant des tentacules de nécroplasme.



« Même mes erreurs sont grandioses. »
Anton Faust


Assimilation
Cancer n’est pas un organisme vivant et ne l’a jamais été. Mais il se nourrit. Pour cela il assimile des cadavres, ou des individus qui meurent lorsqu’il les assimile. La masse organique est alors ajoutée à la sienne. Les chairs et la peau sont rapidement dissoutes pour devenir la même substance noirâtre qui le constitue, les ossements eux peuvent rester quelque temps en lui avant d’être totalement digérés.


Mini-blobs
S’il est frappé et qu’une partie de son nécroplasme se retrouve isolé du reste, ce dernier se divise pour former des sortes de mini-blobs verdâtres qui rampent en utilisant des tentacules. Ces derniers fonctionnent exactement comme Cancer et tenteront de dissoudre de la chair et d’en récupérer. Seulement ils finissent toujours par essayer de revenir à leur nécroplasme d’origine, car ils n’ont qu’une brève indépendance. Les mini-blobs finissent forcément par exploser, brûlant légèrement tout ce qui se trouve à proximité du fait de leur constitution acide. En théorie, on peut tuer Cancer en le scindant en suffisamment de blobs et en les faisant exploser.


Expression physique
Cancer ne se contente pas d’assimiler les individus qu’il consomme, il conserve leur patrimoine génétique pendant un certain temps et peut l’utiliser pour faire apparaître certains appendices appropriés. Par exemple s’il a ingéré un humain, il pourra faire apparaître un bras, si c’est un chien, il pourra reconstituer sa gueule. Toutefois, cette expression du patrimoine physique de ses victimes est limitée dans le temps car même le code génétique de ses victimes finit par disparaître.


Expression mutante
En réactivant par nécromancie les gènes de ses victimes, Cancer peut exprimer jusqu’à un pouvoir mutant obtenu aléatoirement après avoir ingéré un mutant. Il s’agit bien entendu d’un pouvoir de base qui peut parfois se révéler parfaitement inutile. De la même façon, le nécroplasme finit par dissoudre le code génétique de ses victimes et au bout d’une heure maximum, Cancer perd cette aptitude. Exprimer un pouvoir mutant demandant de l’énergie, il ne peut en exprimer qu’un seul à la fois !


Dernière édition par Anton Faust le Mer 12 Oct - 18:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 24 Aoû - 16:48 Message | (#)

Eve Faust, le chef d’œuvre


Eve est le chef d’œuvre d’Anton. Il s’agit de son golem le plus élaboré, faisant appel à des techniques inédites et à une source d’énergie mystiques bien plus puissante que celles qu’il utilise d’habitude : un fœtus de néphilim. A cela s’ajoute donc le corps d’Eve qui fut créé à partir de nombreux cadavres et autres matériaux, lui donnant une apparence inédite en tant que golem.

Celle d’une jeune femme d’une blonde d’une grande beauté n’est qu’un leurre en effet, un caprice dont raffole le Dread Maker mais une simple enveloppe de peau qui cache la véritable horreur par magie. Car une fois qu’Eve quitte cette apparence, elle est en réalité un golem de grande taille, avoisinant les deux mètres de haut, dotée de quatre bras, d’une paire d’ailes suturées et même d’une queue constituée de plusieurs vertèbres. Bien sûr tout cela n’est rien d’exceptionnel pour un golem de chair, ce qui la rend vraiment unique est l’espèce d’armure qui la recouvre et qui est en fait du nécroderme : un matériau créé par Anton par magie noire et en faisant usage de procédés tout à fait inédits. Cela ne reste toutefois que la partie émergée de l’iceberg. L’intérieur d’Eve est un joyau de nécrochirurgie mêlant avec perfection la chair morte et les appendices artificiels. Les ossement sont mêlés au métal et les chairs putréfiées sont irriguées de nombreux sérums divers. Des bras miniatures, extrémités coupantes et autres outils étranges sont dissimulés dans sa cage thoracique. Cela fait d’Eve une véritable usine ambulante et elle n’est pas considérée comme une mère par certaines créations d’Anton pour rien. En effet, elle est la première de ses golems à pouvoir elle-même engendrer des morts-vivants.


Nécroderme
Le nécroderme dont est recouverte Eve est un alliage parfaitement inédit. Ceux qui l’observeraient y trouveraient des similitudes avec la structure de certains ossements et pourraient même avoir l’impression que ce métal est vivant. Sauf que c’est loin d’être le cas, il est parfaitement mort mais possède une résistance physique digne des meilleurs métaux. Ainsi, le nécroderme d’Eve lui offre une résistance de dix tonnes, chose inédite pour un golem de chair.

D’ailleurs, loin de s’arrêter là, Anton a trouvé des moyens de forcer le nécroderme à s’adapter encore et encore, comme le ferait le nécroplasme de Cancer, une autre de ses créations dont il est issu. De ce fait, le nécroderme a fini par atteindre une résistance physique de 20 tonnes.


Force abominable
Les muscles d’Eve sont des bijoux de nécro-chirurgie, ne ressemblant en rien à ce qu’on pourrait trouver naturellement dans un corps humain. Chaque tissu a été prélevé sur une cible de choix et modifié de manière à obtenir des performances bien supérieures à celles des autres golems. Eve possède donc une force physique deux fois supérieure à celle des autres golems de chair, soit de vingt tonnes.


Venin paralysant
Le venin surnaturel des goules extrait et reproduit par Anton est naturellement synthétisé par Eve, notamment dans ses griffes. Si elle le désire, il peut donc venir les enduire, ce qui les rend particulièrement dangereuse. En effet, si le venin entre en contact avec le sang d’un vivant, ce dernier est paralysé. Il restera parfaitement conscient de ce qui l’entoure, mais une sensation de froid intense l’empêchera de bouger.


Régénération cancérigène
Tout comme le venin de goule, Eve produit naturellement, ou plutôt de manière surnaturelle, le sérum de nécro-régénération d’Anton. Ce dernier réactive le potentiel régénératif des cellules mortes en utilisant un mélange de science et de nécromancie, les transformant en cancer morts-vivants capables de réparer les tissus et les organes. Eve est donc capable de se régénérer à tout moment, même si le procédé prend bien entendu un certain temps.


Habit de chair
Pour camoufler sa véritable apparence, Eve est capable de générer une sorte de manteau de peau et de chair. Ce dernier est bien entendu empli d’éléments magiques et impies et lui permet de se glisser parfaitement dans cette enveloppe qui normalement aurait due être trop petite. Une fois ainsi habillée, Eve ressemble à une femme parfaitement humaine. Son visage fut sélectionné par Anton, comme ses autres attributs. Toutefois, si on la blesse, le nécroderme peut être visible sous sa peau. Des dégâts trop lourds à son habit de chair l’obligent aussi à s’en extirper totalement pour révéler sa nature véritable.


Conversion nécrotique
L’intérieur d’Eve est en réalité une sorte d’usine miniature capable de reproduire des procédés de nécro-chirurgie d’Anton. Ainsi cette dernière peut se saisir d’un cadavre ou d’un individu paralysé et refermer ses ailes sur cette personne. Sa cage thoracique s’ouvre sur toute une batterie de sérums, appendices infectieux et outils tranchants qui s’occupent alors de complètement réassembler et reprogrammer le corps de sa victime. En quelques minutes, cette dernière a été changée en xénogoule qui sert fidèlement Eve et Anton.



Dernière édition par Anton Faust le Jeu 2 Mar - 20:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 2 Mar - 20:22 Message | (#)


Asile de l'Effroi

L’asile de l’effroi est une extension de la nécropole d’Erehwon et se trouve dans la même dimension que celle-ci. Toutefois, cette partie là du royaume des morts est administrée par le Lieutenant de Chair, Anton Faust et la Porte-Mort est peu regardante sur ce qu’il peut s’y passer du moment que celui-ci produit des résultats.

L’architecture de cet hôpital bien particulier évoque une sorte de parodie sinistre et torturée de ce que put être un asile dans le passé. Si l’architecture semble d’une époque victorienne, le tout semble quelque peu modifié, tordu, comme si rien n’était exactement comme il devrait l’être. L’asile est complètement plongé dans une sorte de brouillard qui empêche à ses occupants d’en voir les limites quand ils s’y trouvent ou d’être vus depuis la nécropole. L’endroit sert trois fonctions. Il s’agit avant tout du laboratoire d’Anton Faust. C’est dans les souterrains de l’asile que se trouve son laboratoire, c’est là qu’il y créait ses golems de chairs et les entrepose bien souvent, ou même qu’il forme ses apprentis. Ce qui rejoint d’ailleurs la seconde fonction de l’asile, qui est une prison pour les patients non consentants du Dread Maker et un lieu de stockage pour ses créations. Certaines personnes ont ainsi état capturées par les créatures d’Anton pour se retrouver prisonnières d’une camisole de force et d’une cellule capitonnée dans son asile de l’effroi. Bien sûr, les parties servant de laboratoire où les ailes où sont logés ces patients sont rarement visitées par d’autres personnes qu’Anton, ses créations et ses quelques apprentis. Les membres de la Moisson ne viennent à l’asile que pour se faire soigner et n’en arpentent quasiment jamais les profondeurs. Certains viennent même jusqu’à raconter que les opposants de la Porte-Mort au sein de l’organisation pourraient finir dans l’une des cellules de son frère, bien à l’abri des regards.

L’asile n’est toutefois accessible que via Erehwon. Il faut donc passer par l’une des portes des goules de la Moisson. Les deux principales à Star City se trouvant au Necropolitan et à Gallows End. Anton lui-même ne peut pas se téléporter seul à l’asile, ni créer un passage direct entre ce dernier et le monde des vivants.


« Admissions vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. »
Anton Faust
Revenir en haut Aller en bas



Cabinet des horreurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Nouveau Cabinet + 20000 emplois en Haiti ! Quel miracle ?
» Le musée des horreurs des Helmasaurs...
» ■ Top 10 des films d'horreurs préférés.
» Le nouveau cabinet ministériel devra miser sur 3 axes
» Corruption dans le Cabinet du President Martelly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Citoyens-