AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Kiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_1Kiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_2bisKiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_3
 

Kiss With A Fist [Elodie !]

 
Message posté : Dim 15 Mai 2016 - 23:31 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Mai 2016, une très chaude après-midi à Star City avec grand soleil agrémenté d’une agréable brise. Les habitants de la ville des Supers profitaient de l’occasion pour passer leur week-end en plein air, faire du shopping, se dorer la pilule, sortir en amoureux… Et faire une chasse à l’homme ? Voilà un passe-temps incongru pour une jeune étudiante en cinéma-audiovisuel de la Star School for the Arts. Pourtant, Susan espérait bien que ce type d’activité soit plus ancré dans ses habitudes : elle aspirait à l’héroïsme, et aujourd’hui était l’un de ces jours où il fallait faire le grand pas. Faire ses preuves. En serait-elle capable ? Aurait-elle des problèmes ? Pas le temps pour les questions : Elle était déjà trop loin pour faire demi-tour.

Trop loin dans quoi, au juste ? Voilà le topo : Le quartier du Front de Mer est bien connu pour ses boutiques tantôt atypiques, hipster, spécialisées, et surtout avec de la personnalité ! Mais il y avait un hic. Depuis quelques semaines, les commerçants étaient méfiants. Pire, anxieux ! Forcément, Susan n’avait pas mis longtemps à comprendre qu’une atmosphère étrange régnait dans sa boutique de matériel vidéo favorite. Une nouvelle caméra avait fait son apparition non loin de l’entrée, et les employés étaient tendus. Questionnements s’en suivirent, accompagnés de réponses évasives : Vols à main armée, cambriolages, danger ! Faire part de leurs inquiétude et de leurs nouvelles mesures de sécurité, c’était s’exposer à l’audace d’un voleur opportuniste. Une enquête approfondie dans plusieurs boutiques locales révélèrent à Susan l’existence d’un homme masqué et armé, parvenant à déjouer toutes les sécurités des établissements qu’il prenait pour cible. Et il n’en était pas à son coup d’essai. Quelques recherches, et elle découvrait qu’il était recherché par les autorités locales sous le pseudo “Hold-Up”. La police l’avait raté de peu une paire de fois : le type était en liberté et n’allait sûrement pas tarder à frapper de nouveau. Accomplissant un véritable travail d’investigation et de recherche, elle avait été jusqu’à porter un bandana façon tortue-ninja sur les yeux, se confectionner une tenue composée de son pantalon cargo favori, un t-shirt de sport efficace -accompagné d’une brassière qui la rendait plus plate que plate-, une paire de gants récupérés au surplus militaire du coin. Le soir venu, elle avait interrogé les gens en modifiant sa voix pour ne pas être reconnue. Sa tenue était à peu près au paroxysme du cheap, mais elle avait le mérite d’être fonctionnelle.

Susan en était donc au point crucial de son opération. L’instant qui allait définir toute une lignée d’évènements ! Peut-être. Elle avait retracé le parcours du voleur, de la première à la dernière apparition. Et surtout, sa prochaine apparition. En tenue civile composée d’un simple jean-débardeur-baskets, elle s’était posée dans cet établissement avant-gardiste qui servait toutes sortes de plats classiques, mais avec des twists uniques et savoureux ! La réputation d’originalité du restaurant lui avait valu quelques visites de clients prestigieux, ainsi que quelques cadeaux de forte valeur exposés dans le comptoir-vitrine à côté des caisses. Des parties de costumes originaux de grands Supers et Vilains, des prototypes, ainsi que quelques oeuvres d’art contemporain.
L’un des points positif de l’établissement, c’est qu’il sert des pizzas. Et quelles pizzas ! Suzie était donc en train de savourer une parfaite pizza à la garniture exceptionnelle. En plus du traditionnel fromage-tomate, divers poivrons confits, olives, champignons et coeurs d’artichaud venaient se joindre à la fête. Le tout cuisiné à la perfection. L’étudiante faillit en oublier sa mission, mais fut rappelée à l’ordre entre deux bouchées. Elle venait d’apercevoir une arme à feu sous le manteau de l’un des clients. C’était une femme, pas masquée, la trentaine, blonde, cheveux courts avec une side-cut. Le genre bien du quartier. La police, peut-être ? Celle-ci s’adressait au serveur, qui se mit à transpirer à grosses gouttes… PAN ! Un coup de feu retentit, la grande majorité des clients s’enfuit, et la porte des toilettes s’ouvrit grand : Voilà notre homme masqué, vêtu d’un long manteau noir et d’un stetson. Tout se passait très très vite, Susan savait qu’il fallait agir. L’officier de police dégainait et s’apprêtait à tirer sur le voleur… Mais elle ne fut pas la première à tirer. Coup de feu, un cri, l’officier était touché. C’était le moment. Faisant fi de la peur qui l’aurait clouée sur place, Susan bondit sur sa table, pizza à la main. Elle se jetait littéralement sur le braqueur, et alors que celui-ci se tournait vers elle pour l’abattre, elle projetait sa pizza d’un ample mouvement du bras. Autant vous dire qu’un tel geste arrachait le coeur de Susan, qui aurait aimé pouvoir en profiter un peu plus avant de passer à l’action. Le coup de feu partit à l’instant même où la pâte croustillante accompagnée de sauce tomate bouillante et sa garniture s’écrasait sur le visage -et dans les yeux- du méchant. L’aliment sublimé arracha un cri de douleur au criminel, et fut suivi de l’étudiante elle-même qui désarmait l’homme et le plaquait au sol de tout son poids.
L’adrénaline lui remplissait la tête et le corps, elle ne tarderait sûrement pas à remarquer qu’elle aussi avait été touchée, mais la mission passait avant.

De l’aide, s’il vous plait !

Fit-elle à destination de la dernière cliente présent ici.
L’officier de police était blessée, mais toujours consciente : il semblait qu’elle appelait des secours.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 16 Mai 2016 - 1:39 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
J'avais appris à apprécier le quartier du Front de Mer, c'était un bel endroit, ses plages, ses commerces, ses touristes, ses boites de nuit, un bon endroit pour socialiser. J'avais par exemple compris que les bars et boites de nuits étaient de parfaits endroits pour chasser, des lieux bonder de monde, personne ne me remarquerait et nos victimes étaient alcoolisées. Ils étaient ainsi faciles à manipuler, à leurrer, à attirer, le pouvoir des hormones, j'étais fière de moi, le Machine était devenu un de mes terrains de chasse préférer. C'est là que se retrouvait les jeunes femmes de ma convenance, femmes qui ne voulaient qu'une chose, s'amuser, c'était en tout cas bien plus épanouissant que d'assimiler des sans-abris. Pourtant en ce jour ensoleillé, je n'étais pas dans ce quartier pour les qualités de ses lieux de rencontres gay, mais pour manger une tout autre chose, une pizza.

J’avais vu cette affiche publicitaire pour une certaine « Star Mega Cheesy », elle était apparemment censée nous rassasier pour le restant de notre semaine, une intéressante information. Elle était supposément immense, recouverte de multiples couches de fromages, les personnes avec qui j’avais parlé m’avaient dit que des familles entières avaient essayé sans succès de la dévorer. D’autres disaient que ce n’était qu’une légende urbaine et la pizza était tout à fait mangeable à plusieurs, mais allait m’assassiner à cause du cholestérol, tellement de versions différentes. Quoi qu’il en soit, je me devais d’essayer cette chose, était-ce enfin un adversaire méritant à notre faim ? Il y avait très peu de chances pour que ce soit le cas, mais tout pouvait arriver, c’est donc en ce jour ensoleiller que je me dirigeais vers l’établissement. J’avais décidé de porter ma nouvelle habitude vestimentaire, une veste de cuir couplé à un jean et des bottines.

Le tout était noir et accompagner de rouge à lèvre et d’eye liner, l’ancienne moi était véritablement mise de côté depuis que nous comprenions le principe de séduction. Savoir et voir que l’on était désirable aux yeux des humains me rendait heureuse, un véritable pied de nez à toutes ces années de timidité et solitude. J’avais donc marché jusqu’à ce quartier, me fondant dans la foule avec facilité, un grand sourire se formait sur mon visage alors que j’entrais dans l’antre de mon adversaire. J’avais pris place à une table, commandant et attendant que Gargantua ne me soit délivré, la pizza livrer avait réussie à me décontenancer quelques secondes tandis que j’observais sa taille non négligeable. Mon doigt avait palpé cette étrange entité, le fromage semblait vivant vu sa grosseur, mais je n’avais pas attendu, l’enfournant avec gourmandise dans ma bouche. La Star Mega Cheesy disparaissait un plus à chaque part dévorer.

Pourtant la déception pouvait se lire sur mon visage, je ne me sentais pas rassasier du tout, pire encore mon repas avait été interrompue à la moitié. Je n’avais pas fait attention à l’agitation autour de moi, continuant à manger alors que la clientèle de l’établissement fuyait à toutes jambes, criant comme des animaux apeurés. Les coups de feu avaient de quoi effrayer, mais nous n’en avions pas peur et nous devions finir cette pizza, mais la vie ne voulait apparemment pas de cela. En effet la situation devenait de plus en plus problématique, le braquer avait désormais tiré sur une femme armée et me tenait en joue, m’ordonnant de lever mes mains. J’avais obtempéré, levant avec le dépit sur mon visage mes mains, dont une tenait toujours une part de pizza, j’allais devoir m’en mêler, je n’aimais pas cela.

Pourtant la situation s’était arrangé toute seule alors qu’une femme fonçait sur le criminel, l’attaquant avec une pizza avant de lui sauter sauvagement dessus pour l’immobiliser. Je pouvais donc reprendre mon repas en toute sérénité, c’est du moins ce que je pensais jusqu’à que cette fameuse sauveuse ne me donne l’ordre de venir l’aider. En temps normal j’aurais accourue pour aider cette femme, mais nous ne pouvions pas utiliser nos capacités en public, c’est donc avec un grand soupir que je me levais. Je m’étais approchée de l’héroïne, l’observant elle et le criminel quelques secondes avant d’enfin prendre la parole.

-Tu saignes.

Cela n’était pas très facile à voir à cause de ses habits, mais l’odeur du sang se rependait dans toute la pièce, accompagnée d’une autre odeur que je n’arrivais pas à distinguer. Mais nos interrogations avaient été interrompue par un événement inattendu, le criminel s’était brusquement relevé, poussant avec son coude ma compagne, la traitant au passage de « salope ». L’affaire fut vite réglée alors que je lui montrais la force de mon pied dans son visage, l’assommant cette fois.

-Décevant.

Je m’étais ensuite rapprochée de ma table, allant chercher deux parts de pizza avant de revenir à ma position, m’asseyant aux côtés de l’inconnue.

-Je vais t’aider.

J’avais mis une part de pizza dans ma bouche, l’avalant goulûment alors que je plaçais délicatement l’autre dans la main de l’héroïne, un peu de nourriture lui ferait peut être oublier la douleur.

-Tu as du talent en lancer de pizza.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 16 Mai 2016 - 18:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Susan n’en revenait pas : Son action complètement hors de propos avait fonctionné. Elle avait réussi à mettre le cambrioleur à terre. L’euphorie commençait à la saisir, mais il était encore un peu tôt pour se réjouir. Comme le faisait constater cette nouvelle personne dans l’intrigue, elle saignait. Aussi, cette remarque suffit à distraire l’étudiante un instant, cherchant à vérifier l’information…
Un coup de coude la repoussa et lui fit comprendre que c’était un fait avéré : elle douillait. Elle laissa échapper un râle en constatant qu’une balle avait traversé sa peau au niveau du flanc. Non seulement son débardeur était troué, mais le sang coulait abondamment de la plaie. Le vêtement était bon à jeter, et elle écoperait d’une belle cicatrice. C’était douloureux, mais ça aurait pu être bien pire. La vue d’une telle quantité d’hémoglobine s’échappant de son propre corps sans lui demander son avis la fit pâlir.
Heureusement, elle n’eut pas à lutter contre le cambrioleur, le mystérieux “Hold Up”, puisqu’il se prit une semelle dans le visage alors même qu’il essayait de se relever. Coup de main fort apprécié par Susan, qui était encore coincée quelque part entre reconnaissance, douleur, fierté et panique urgente. L’officier de police commençait à prendre les choses en main : Elle ne bougeait pas pour ne pas aggraver son état, mais les secours étaient en chemin. Elle permit également à l’héroïne en devenir de prendre la paire de menottes pour attacher la prise du jour, sans oublier de remercier les deux jeunes femmes qui étaient intervenues.
Pizza ? Après un bref regard vers le cadavre de son plat détruit pour la bonne cause, l’odorat de Susan fut attiré par l’odeur d’une Star Mega Cheesy. Une part. Pour elle.
Bien que sa main fut ensanglantée suite à un tâtonnage curieux des alentours de sa blessure, elle reçut avec grand plaisir le bout de la légendaire pizza.

Wow, merci !

Là, c’était certain, elle était reconnaissante ! Elle se mit à enfourner une paire de grandes bouchées de la pizza aux diverses couches de fromage. Miam. Rien de mieux pour oublier les petits tracas du quotidien ! Le fait de se vider de son sang, par exemple. L’expérience douloureuse avait rougi les yeux de la cinéaste, qui se concentrait pour ne pas trop y penser. Vivement que les secours arrivent. Son interlocutrice fut donc la première à engager la conversation, via un compliment des plus inhabituel qui arracha à Suzie un rire léger.

Merci ! C’est toute une étude physique. J’ai beaucoup regardé Xena quand j’étais mome : C’est un peu comme un shakram, dans le fond, nan ? Ou un frisbee, mais j’préfère m’imaginer dans la peau d’une légende. Du coup, là, t’es un peu ma Gabrielle. Mais genre, sans le subtext, hein, enfin, si tu vois c’que j’veux dire ?

Embarras. Susan était partie un tout petit peu trop loin sur la route des séries TV des années 90 ! Xena et Gabrielle, c’était culte, mais pas vraiment la meilleure façon de commencer une discussion innocente avec sa sauveuse.

Bref. Susan, de la SSA. J’suis bien contente que tu sois pas partie au moment des coups de feu. Même si ben euh du coup, désolée que tu sois embarquée là dedans...

Est-ce que le fait d’être restée passivement devant sa pizza alors qu’un type ouvrait le feu était normal ? C’était un peu suspect, à vrai dire. Donc les deux jeunes femmes étaient tout autant suspectes l’une que l’autre. Le point commun était assez flou, on avait vu mieux, comme créateur de lien social.
La sirène des secours commençait à se faire entendre. Susan surveillait d’un oeil méfiant le braqueur. Elle avait repoussé son arme du pied vers l’agent de police, qui surveillait elle aussi la scène, malgré un teint livide et fatigué. Il ne fallut que peu de temps pour que quelques agents de police et ambulanciers n’entrent dans l’établissement. Les témoins seraient très probablement regroupés et soignés, et aussi interrogés au passage....

Mais un nouveau coup de feu retentit à l’extérieur de l’établissement.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 16 Mai 2016 - 21:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle saignait, elle saignait en abondance, ses jours étaient-t-ils en danger ? Peut-être, si les secours n'arrivaient pas sous peu et si son hémorragie n'était pas colmatée, ce serait sa fin, enfin l'adrénaline avait fini son usage, permettant à la douleur de se faire ressentir. Voir un être humain ainsi était une expérience intéressante, nous n'avions pas l'habitude de faire saigner nos victimes, j'observais avec attention la situation de ma compagne, sa douleur, ce liquide coulant de son flanc. J'aurais pu aller aider l'autre blessé, mais elle ne m'intéressait pas, après tout elle n'avait pas lancé une pizza avec autant de précision chirurgicale que cette insolite héroïne. Quelque chose se dégageait de cette inconnue, une odeur envoûtante, je m'étais approchée d'elle, regardant un temps la plaie tandis qu'un sourire se formait sur mon visage. Son sang pouvait bien essayer de le cacher, mais nous pouvions la sentir, son vrai elle, une méta humaine.

Je n’avais pas eu le temps de réfléchir à cela qu’elle interrompait mes pensées, parlant de Xena, une référence intéressante. J’avais légèrement tourné ma tête sur le côté, m’accroupissant et baladant le bout des doigts de la main gauche le long du flanc meurtri.

-Il n’y a pas de sous texte, lorsque deux femmes s’embrassent, la raison est claire, un échange de fluide produit une excitation propice à la copulation, je le sais, je l’ai déjà fait plusieurs fois.

Mon doigt avait fini sa ballade, il était en parti recouvert du sang de la méta humaine, elle me racontait le reste de son histoire, des remerciements, son nom.

-Susan de la SSA, c’est sans importance, un homme avec une arme à feu, c’est habituel dans cette ville.

Je m’étais levée à nouveau, passant derrière le comptoir, cherchant rapidement dans les tiroirs d’une main alors que je me mettais mon doigt ensanglanté dans ma bouche, goûtant Susan. Elle était délicieuse, j’étais vite revenue vers ma compagne, lui donnant un tas de serviette donné gratuitement avec le repas.

-Presse les contre ta plaie, peut être tu ne te videras pas de ton sang, ce serait dommage, tu es jolie.

Sous ses effluves sanguins se dissimulaient une odeur agréable, douce, c’est avec violence que je mordais ma lèvre inférieure, un si beau cadeau juste pour nous, il suffisait de le déballer, de la dévorer. Le désir pouvait se voir très clairement dans mes yeux, il suffisait de s’occuper de la blesser et je pourrais l’avoir pour moi toute seule. Mais ce n’était pas possible, nous ne pouvions pas attaquer des métas humains sous peine d’attirer l’attention sur l’organisation, qui plus est les secours arriveraient bientôt, c’était fort dommage. Cela ne m’empêchait pas de continuer à dévorer des yeux mon interlocutrice, mais toute bonne chose avait une fin, mon attention s’était brutalement détournée alors que j’entendais un coup de feux à l’extérieur. Il n’avait pas fallu longtemps avant qu’une succession de coups de feu ne fassent attendre, j’avais relâché un grognement alors que je saisissais ma compagne, enroulant mon bras autour de son épaule et l’aidant à se relever.

-Il faut partir chaton, ils arrivent.

Je l’avais laissé au pas de la porte non loin, elle menait vers l’arrière du restaurant, j’étais ensuite retournée vers le braqueur, tirant ses pieds et le traînant avec nous. Pourquoi ? Nous l’avions vu ce qui étant donné tous les films que j’avais visionné ne voulait dire qu’une chose, nous étions des témoins gênants, il était temps de renverser le concept de prise d’otage ! J’avais aussi faim, il pouvait donc servir si besoin, bien sûr tout n’était pas parfait, j’avais laissé l’autre blesser derrière nous, elle était globalement inutile. En effet elle n’était ni une méta humaine ni un criminel, elle serait bien plus épanouie à se vider de son sang en ralentissant les potentiels meurtriers à notre poursuite. Cette journée commençait à devenir véritablement excitante, à vrai dire je ne regrettais pas d’être allé dans cette pizzeria, je pouvais sentir de l’extérieur des gens se diriger vers l’entrée du bâtiment.

-Cherche des sorties, nous aurons potentiellement besoin de fuir.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 17 Mai 2016 - 21:24 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Il ne fallut que très peu de temps à Susan pour finir la part de pizza que l’on lui avait gracieusement offert. Elle avait accéléré le rythme, troublée par un frisson lorsque celle lui qui était venu en aide s’amusa à tripatouiller du côté de sa plaie. Dans le doute, elle se mit en tête que c’était probablement pour évaluer la gravité de la blessure, bien que les regards qui allaient avec étaient un chouilla en décalage avec l’instant présent. Ceci dit, elle n’avait pas tort à propos de Xena. La formulation était des plus étranges, mais le ship était canon. Enfin, selon elle. Lorsque la part de pizza fut terminée, Suzie se prépara à la suite. Prenant son courage à deux mains et serrant les dents, elle déchira le bas de son débardeur. L’action tirait un trait d’intensité à sa douleur et elle gronda, mais c’était pour son bien : Elle s’emparait rapidement des serviettes en tissu que l’on lui tendait pour les presser contre la blessure et attacher le tout avec le long tissu qu’elle venait de désolidariser. Ça n’était définitivement pas joli à voir, mais ça tiendrait un moment, elle l’espérait.

Merci, encore. Je pense que tu devrais travailler un peu tes pick-up lines, elles sont vraiment bizarres.

Peu de doute résidait dans l’esprit de Susan quand aux souhaits de son interlocutrice. Sérieusement, elle la fixait un tout petit peu trop intensément pour que ça soit innocent. Mais pas le temps de parler drague : Du monde allait arriver, et ça n’avait pas l’air d’être une visite de courtoisie. La cinéaste ne releva qu’un sourcil lorsqu’elle se fit surnommer “Chaton”. Elle était perplexe, mais il fallait avoir confiance si elle voulait s’en sortir.

On embarque le gars ? C’est pas con...

L’officier de police, quand à elle, était dans l’impossibilité de se déplacer ou d’être déplacée sans aide médicale. Elle avait pris l’arme du braqueur et se préparait à l’assaut très prochain. Elle insista pour que les deux jeunes femmes sauvent leur peau d’abord.
Susan poussa donc la porte qui menait vers les cuisines.

J’vais voir par là…

Elle était pâle, les sourcils froncés par l’effort de lutte contre la douleur, mais elle était déterminée. Son regard ne laissait plus de place au doute : elle avait une mission, c’était de s’en sortir. Scrutant la pièce désertée par ses employés, elle attrapa un fruit qui passait par là pour croquer dedans, s’avançant sans hésiter dans l’allée qui séparait les plans de travail, éviers, planches à découper… Tout était d’une propreté irréprochable, bien que laissé à l’abandon par les employés suite à l’attaque. Un bruit survint, venant de la porte vers laquelle Susan se dirigeait. Elle redressa la tête et saisit une poêle qui passait par là, s’avançant à pas feutrés vers la porte. Se postant d’un côté, elle posa la main sur la poignée et ouvrit… Un autre homme masqué et menaçant surgit. Mais son instant de gloire ne dura pas, puisque la poêle s'abattit brutalement sur son crâne, le laissant inerte au sol. Il respirait encore. Ouf.

Boum ! J’crois que la voie est libre…

La porte menait vers un couloir sombre, probablement pour les locaux de nettoyage et de stockage. Qui dit stockage dit livraisons : Elles ne devaient plus être très loin de la sortie arrière, mais il fallait rester sur leurs gardes. D’autres types traînaient peut être encore par là, et la cavalerie allait peut-être arriver derrière elles…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 17 Mai 2016 - 23:22 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ma compagne était forte, c'était un avantage indéniable, je n'aurais pas aimé avoir à traîner deux poids morts derrière moi tandis que des escadrons de la morts cherchaient à m'éliminer. Bien sûr ces humains ne me faisaient pas peur, ils étaient insignifiants, mais je devais me restreindre un minimum, ne pas les dévorer ou leur arracher des organes était nécessaire pour conserver mon anonymat. L'autre option était de faire disparaître tous les témoins, bonne nouvelle l'autre blessé devait déjà ne plus être de ce monde, mon prisonnier ne tarderait pas à très certainement la rejoindre. Mais je pouvais encore sûrement convaincre Susan de la SSA qu'elle ne m'avait pas vu, je préférais ne pas avoir de contacts avec les forces de police pour le moment, beaucoup de questions seraient posées. Je devrais donc me contenter de mes poings et d'une fuite discrète pour résoudre la situation, un jeu d'enfant.

Ma partenaire d'infortune se mettait à me parler, ses propos étaient troublant, une légère incompréhension se formait sur mon visage alors que j'essayais de déchiffrer ses paroles. Pensait-elle que j'essayais de la séduire ? Elle était jolie, mais j'avais d'autres préoccupations pour le moment, il me restait encore beaucoup de travail dans la socialisation. La jeune femme était passée devant moi, ouvrant la marche alors que je tirais notre prisonnier, une bonne idée considérant que je n'étais pas exactement en mesure de faire l'éclaireur. Je m'étais brièvement arrêtée une fois en cuisine, saisissant un couteau à proximité et le coinçant dans mon jean, il pourrait servir en cas de confrontation un peu trop périlleuse. Susan avait continué sa tâche, passant au loin, je n'avais pas eu le temps de m'approcher d'elle que deux gros boum se faisaient successivement entendre, ce n'est qu'une fois que j'arrivais à son niveau je comprenais.

-Une guerrière de cuisine, intéressant.

Ses talents pour utiliser la nourriture et les accessoires de cuisine en arme étaient impressionnants, mais ce n'était pas son pouvoir, que pouvait-il donc être ? La méta humaine était très débrouillarde, mais louer ses compétences se ferait plus tard, c'est donc immédiatement que je tirais à nouveau notre prisonnier, passant la porte, un couloir s'étendait devant nous. La réserve était juste devant nous, la porte était encore ouverte, il était donc facile de distinguer le contenu de cette pièce, pourtant je ne m'étais pas approchée, préférant ouvrir une porte plus à droite. J'y avais mis le corps de notre ami commun alors que je commençais à fouiller la pièce, c'était le bureau du gérant, ma compagne devait se demander pourquoi je perdais ainsi du temps. C'est donc l'air de rien que je commençais une discussion.

-Une fois ta survie assurée, tu pourrais m’apprendre à avoir de meilleures méthodes de séduction, je ne suis pas douée dans ce domaine.

J'avais enfin trouvé ce que je cherchais, un magnétoscope se trouvait dans une des armoires, une pression sur un bouton et une cassette était rejetée, celle-ci avait immédiatement trouvé le chemin de ma poche. Les caméras de surveillance n'avaient désormais plus aucune preuve de ma venue, si je devais disparaître, cela aiderait grandement ma situation. Je ne savais pas si ma compagne avait compris ou même vu ce que j'avais fait, mais ce n'était pas important, je devais continuer à converser avec elle.

-Tu es douée physiquement, j’aime cela, nous devrions nous entraîner ensemble, du corps à corps serait bénéfique pour notre condition physique, je…

J'avais immédiatement arrêté de parler, intimant Susan de ne pas faire de bruit alors que je m'approchais d'elle, oh la pièce était silencieuse, le couloir encore plus, mais cela ne me piégerais pas. Je pouvais sentir l'odeur venant tout droit du couloir, un homme se tenait juste derrière la porte, savait-il que nous étions ici ? Peut-être, dans tous les cas nous devions sortir de cette pièce, c'est donc prudemment que je saisissais une assiette posée sur le bureau du gérant et la jetait à l'autre bout de la pièce. Le bruit de l'assiette briser avait immédiatement rameuté l'homme qui ouvrait la porte et se précipitait dans la pièce, arme pointée vers le fond, il n'avait pas eu le temps de me voir venir. C'est avec violence que je lui décochais un coup de poing dans le visage, lui faisant perdre l'équilibre et son arme à feu.

Il avait rapidement essayé de se ressaisir, me rendant un coup tout aussi violent que le mien, heureusement mes réflexes étaient supérieurs à ceux de vulgaire criminel. J'avais bloqué avec faciliter son poing, assénant immédiatement un coup du pied dans son talon, le faisant plier, sa douleur pouvait se sentir de derrière son masque. Je ne m'étais pas arrêtée là, sautant sur mon adversaire comme le ferait un chat, accrochant mes ongles dans sa nuque alors que je le faisais tomber à terre. Il n'avait pas eu le temps d'exprimer sa douleur très longtemps car déjà mon poing droit s'abattait sur son visage, les coups avaient été successifs, violents, ils ne s'étaient arrêtées qu'en même temps que la conscience du criminel. Il était vivant, son visage mettrait beaucoup de temps à s'en remettre par contre, la bestialité d'une telle scène était palpable comme en témoignait le sang présent un peu partout sur mes mains.

Je n’y avais pas fait attention, recommençant à tirer notre prisonnier vers la salle de stockage à l’arrière, profitant tout de même de l’occasion pour jeter un rapide coup d’œil vers ma compagne.

-Nous n’attendrons pas la police et si tu la rencontre, je n’étais pas présente.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 18 Mai 2016 - 20:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Autant d’action, c’était à la fois grisant et épuisant ! Susan était fière d’elle, elle avait une sorte d’aura charismatique qui la poussait de l’avant et de toute évidence faisait de ses actes héroïques un succès. Bon, héroïques à son niveau, bien sur. Et cette aura, elle était la seule à la percevoir. Malgré tout, l’estime de soi était un excellent carburant pour l’étudiante qui tâchait d’ignorer son état de santé pour se focaliser sur les choses qui importaient réellement. Les deux filles s’engouffraient donc dans une nouvelle pièce, où elles pourraient au moins reprendre leur souffle. Suzie en avait bien besoin. Se mouvoir était douloureux, et dès qu’il n’y avait pas de vilain à rouster, elle ne pouvait plus penser qu’à ça. Heureusement que sa camarade était là pour détendre l’atmosphère, à coups de remarques étranges et de questions hors de propos ! Son visage se fendit donc d’un sourire.

Désolée, j’suis pas un as de la séduction non plus…

D’un oeil distrait, néanmoins curieux, elle suivait le manège de la mystérieuse jeune femme aux dialogues bizarres. Elle venait d’effacer toute trace de leur passage en ces lieux. Du moins, après avoir vu beaucoup de films et séries policiers, c’est ce qu’en déduisait l’assidue étudiante.
La proposition suivante était bien plus intéressante ! S’entraîner au combat, c’était une saine activité pour une future héroïne. L’étudiante s’était remise au sport et entretenait un physique athlétique depuis quelques mois dans cette optique. Ça remontait le moral et on s’acceptait mieux, outre le côté pratique d’avoir un corps bien en forme. Ceci dit, elle n’avait jamais pratiqué de sport de combat, il y avait donc encore tout à construire sur cette voie là. Était-ce difficile d’apprendre un tout nouveau sport à son âge ? Peut être. Sûrement. Mais on voyait tout plein de mères de famille quarantenaires se mettre à des sports plus bizarres les uns que les autres, donc pourquoi pas ? Pensive, elle s’apprêtait à répondre lorsque… Lorsque silence. Silence, puis violence.
La camarade d’infortune de Susan venait de tendre un habile pièce, attirant l’un des méchants de l’histoire dans la pièce pour mieux pouvoir… Lui ravager le visage. La cinéaste fit une grimace devant le déluge de coups de poing. Elle n’aurait vraiment vraiment pas aimé être à la place de ce pauvre type.

Vu qui ?

Fit-elle suite à la dernière déclaration, dans une figure de style mettant en valeur son silence face à d’éventuelles questions de la police. Elle n’avait pas spécialement envie de voir une telle sauvagerie s’abattre sur elle. Ainsi, elles reprirent leur progression vers l’arrière du restaurant, traînant leur otage avec elles.

Faudra que j’aille trouver les s’cours quand même, et pis leur laisser le bonhomme que tu traînes…Quand tu s’ras partie, du coup.

Elle haussait les épaules. Chacun continuerait probablement sa vie après cette aventure. Elles avançaient avec grande prudence, et du bruit se rapprochait à leur suite. Susan tendit l’oreille, cherchant à deviner s’il s’agissait de la police ou d’autres brigands. Peu importe. Elle se servit d’une chaise pour coincer la porte. Ça aussi, elle l’avait vu dans des films ! Avec un peu de chance, les vilains se retrouveraient acculés et obligés de se rendre face à la police grâce à cette intervention.
Elles arrivaient enfin à la sortie, caractérisée par une grande pièce servant aux livraisons, sertie d’un volet de garage d’une taille respectable. Une petite porte destinée aux employés était ouverte, laissant entrer la lumière intense de ce jour ensoleillé. Il semblait qu’il n’y avait plus personne ici. Elles avaient mis K-O ceux qui étaient là pour garantir la fuite de leurs camarades.
Suzie partir à pas de loup vers cette porte et glissa sa tête pour voir ce qui les attendait dehors… Elle rentra sa tête aussitôt puisqu’un type jouait le vigile ! Celui-ci commençait à se ruer à sa poursuite, alors c’est tout naturellement que l’étudiante imita avec sa perfection caractéristique le bruit d’une sirène de police, juste une seconde. Le gars se retourna, de peur d’être pris par les autorités… Et un coup de poële vint le cueillir au sommet du crâne. L’ustensile faisait ses preuves.

Du coup… On fait quoi ? Y’a plus personne dehors, tu peux partir, et euh moi j’attends les flics et les secours ? Enfin tu fais ce que tu veux, hein, je sais pas trop.

Elle haussait un sourcil, en sueur après tous les efforts fournis.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 18 Mai 2016 - 22:07 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Susan de la SSA apprenait vite, c’était une bonne chose pour son intégrité physique, il aurait été dommage de devoir la dévorer ou bien l’égorger, ceci aurait certainement été la solution. Elle ne parlerait pas de ma venue et tout irait bien dans le meilleur des mondes, mais le reste de ses propos étaient plus problématiques. Voulais-je vraiment laisser cet homme entre les mains des forces de police ? Il me dénoncerait, l’homme du bureau ne m’avait que brièvement aperçu et vu les coups que je lui avais donné, il aurait de la chance s’il se souvenait des quinze dernière minutes. La mort de notre prisonnier restait l’option la plus valable dans cette petite aventure, mais ceci devrait très certainement amener à la disparition de l’héroïne en herbe. Notre esprit était tiraillé par toutes ces possibilités, au-delà des considérations éthiques, nous ne savions toujours pas quels étaient les pouvoirs de ma compagne ou bien si sa mort serait remarquée.

La jeune femme était véritablement emplie d’ingéniosité, elle nous faisait gagner du temps grâce à son blocage de la porte et avait encore une fois éliminé un criminel. Mais ce n’était pas le plus intéressant, en effet elle avait utilisé pour cela une chose peu probable, des sons de sirènes de police étaient sorties de sa bouche. Elle pouvait faire des sons, mais quelles étaient les limites de son pouvoir ? Cette question se posait dans notre esprit, pouvait-elle faire des sons humains ? D’animaux ? Notre curiosité pour ce monde était difficile à étancher, mais je ne pouvais malheureusement pas répondre à ces questions pour le moment, le temps pressait. Que ce soit les criminels ou bien les forces de l’ordre, quelqu’un allait bientôt nous trouver, j’avais lâché l’homme inconscient près de ma partenaire alors que j’observais le ciel, profitant quelques secondes de l’air frais.

-Si un de ces hommes dit qu’il a été arrêté par deux femmes, tu diras que c’est car ils ont honte de s’être fait vaincre par une jeune femme avec sa poêle.

Je m’étais approchée d’elle, plongeant mon regard dans ses yeux tandis qu’un sourire malicieux se formait sur mon visage, lentement je sortais le couteau coincé dans mon jean, le tendant à mon interlocutrice.

-Tu l’as pris pour te protéger au cas où si la poêle ne marchait pas.

J’avais attendu que Susan prenne le couteau pour la tirer vers moi, passant mon bras droit derrière son dos alors que je rapprochais mon visage du sien.

-C’était une expérience agréable, nous nous reverrons nous un jour Susan de la SSA, je dois encore te faire suer.

Ces derniers mots avaient été murmurés, il n’y avait jamais de mauvais moments pour tester nos compétences en séduction, j’avais donc passé ma deuxième main près de son visage. Une rapide caresse du bout des doigts avaient été effectués sur sa joue gauche avant que je ne me retire, redonnant sa liberté à ma compagne. Je m’étais ensuite mise en marche, quittant la méta humaine pour revivre mon étrange vie seule dans mon coin, je n’avais néanmoins pas pu m’empêcher de jeter un dernier regard en arrière quelques mètres après mon départ.

-Tu peux garder le reste de la pizza, c’est un cadeau.

Un petit rire s’était échappé de ma bouche alors que je reprenais mon chemin, quittant enfin pour de bon l’héroïne, l’air véritablement enthousiaste, cela avait été une bonne après-midi. Pouvoir s’entraîner et utiliser mes compétences de corps à corps en situation réelle était une bonne opportunité, frapper des choses était véritablement cathartique. Au loin les sirènes des secours se faisaient entendre, mais elles n’étaient plus un danger pour nous, nous étions déjà dans les tréfonds des ruelles de cette ville.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 19 Mai 2016 - 21:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elles en étaient venues à bout. Susan n’en revenait pas. Un poids d’envolait de ses épaules, il laissait sa place à un bon gros coup de barre comme on en fait trop peu. Elle aurait pu s’asseoir là, par terre, et piquer un roupillon. Enfin, en admettant que la douleur ne l’en empêchait pas… Mais quand on venait d’accomplir un tel tour de force, ce genre de détails perdaient de leur importance !
L’étudiante prêta tout de même attention à ce que lui demandait sa camarade. Elle ignorait pourquoi celle-ci tenait tant à son anonymat -voire à sa disparition-, elle le découvrirait peut être un jour, mais Suzie n’avait nulle intention de la trahir. Elles avaient fait un bout de chemin, formé un duo efficace, et ça serait dommage de tout ruiner comme ça.

Tu peux compter sur moi !

L’étrange coéquipière de la jeune héroïne s’approcha de nouveau, après avoir profité de la vue “sans malfrats” de l’extérieur. Couteau à la main. Susan plissa les yeux, et se vit remettre l’arme qui avait été récupérée dans les cuisines un peu plus tôt. Soit. Elle comprenait la démarche, et tint fermement l’objet pour qu’il ne vienne pas se planter quelque part par mégarde. Elle avait bien fait, puisque sa partenaire la saisissait à l’instant d’un bras autour de la taille pour s’approcher à une distance qui serait aisément qualifiée d’intime. Malgré son côté bizarre, cette inconnue au bataillon était sacrément attirante. Et vue d’aussi près, Suzie s’attendait à ce qu’un bisou surgisse de nulle part. Et par bisou, elle pensait bien à un bon gros patin des familles. Mais il n’en fut rien ! Une nouvelle réplique, toujours aussi inattendue bien que sensuelle, vint remplacer l’acte. Était-ce une promesse ? Ça y ressemblait. La cinéaste resta muette comme une carpe lors de ces quelques instants, les yeux dans les yeux. La caresse -dénaturée par le sang qui tâchait ses mains- lui arracha un nouveau frisson. Cependant elle n’arrivait vraiment pas à déterminer si c’était une bonne ou une mauvaise chose.

Quelques instants plus tard, l’alliée du jour avait disparu, partie, pouf. Susan se retrouvait donc seule avec leur prisonnier. Elle occupa les quelques minutes qui la séparaient de l’arrivée des forces de l’ordre pour attacher celui qu’elle venait d’assommer et vérifier l’état de sa plaie. Les serviettes étaient imbibées, rouge vif, et le sang gouttait. C’était pas beau.

Lorsque la police et les secours arrivèrent, Susan se contenta de lever les mains en l’air, après avoir posé poêle et couteau à ses pieds, ponctuant sa démarche d’un “De rien.”.
Elle fit l’effort de convaincre la police qu’elle avait agi seule sur ce coup là, que les autres étaient trop étourdis pour avoir les idées claires. Elle demanda aussi des nouvelles de l’officier qui était là au début. Elle s’en sortirait, avaient-ils dit.

Au lieu de passer le lendemain tranquille dans le parc, elle le passerait à l’hôpital, où sa blessure serait recousue et soignée. Elle laisserait une belle marque. On parlera bientôt dans quelques quotidiens d’un fait divers impliquant lancer de pizza et combat à l’ustensile de cuisine.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Kiss With A Fist [Elodie !]
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Kiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_6Kiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_8


Kiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_1Kiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_2bisKiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_3
 Sujets similaires
-
» Kiss With A Fist [Elodie !]
» Adhara ▬ A kiss with a fist is better than none
» Elodie de Froulay --- Divine mousquetaire
» Pense à Thierry( Elodie)
» Retour de chez le gynécologue. (pv Elodie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_6Kiss With A Fist [Elodie !] Cadre_cat_8
Sauter vers: