AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_1Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_2_bisGagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_3
 

Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G

 
Message posté : Lun 25 Avr 2016 - 15:37 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur


    17 avril 2016 ( Il y a 8 jours de cela )

    Aileen était au Quatrième Monde. Elle était sur son quart de travail et s'affairait à nettoyer son comptoir. Elle avait été assignée au bar pour la soirée, étant donné l'absence de l'employé habituel qui était tombé malade. Ayant remarqué son habileté à apprendre rapidement, son gérant de plancher lui avait montré quelques trucs et l'avait laissé derrière le comptoir. Heureusement pour la blonde, elle avait déjà quelques notions de base, et cela lui faisait plaisir de dépanner. Elle avait besoin d'argent et être au bar offrait plus de pourboire, en général. Le seul désavantage était les clients qui s'éternisaient et qui la prenaient pour une poupée à leur service. Cette attitude la mettait en rogne et mal à l'aise, mais aussi longtemps qu'elle était en service, son comportement restait exemplaire, se gardant bien de répondre de son petit poing à toutes les remarques salaces qui lui étaient adressées. Elle détestait être le centre de l'attention, et se répétait sans cesse qu'elle allait s'habituer et qu'eux aussi. C'était la première fois qu'ils la voyaient, elle était donc une petite nouveauté. Ça ne durerait pas, essayait-elle toujours de se convaincre.

    Il était bientôt l'heure de fermer et il ne restait que trois hommes dans le coin billard qui n'en finissaient plus de lui demander à boire. Fermant sa caisse, elle sortit de derrière le bar et se dirigea vers l'endroit où ils jouaient pour ramasser les derniers verres et leur annoncer la fermeture. C'était dimanche soir, ça avait été tranquille, mais ces trois monsieurs étaient tenances. « Je vais devoir fermer, messieurs, il va être temps de quitter. Si vous voulez bien raccrocher les queues sur le mur et remettre les billes sur la table, je vous remercie de votre visite. » Aileen leur dédia son plus beau sourire et entreprit d'accumuler les verres sur son plateau, espérant de tout son coeur qu'ils ne lui feraient pas de misère et partiraient. Peut-être ne pria-t-elle pas assez fort, puisque l'un d'eux, le plus grands, se planta devant elle, s'appuyant sur la petite tablette qui servait pour mettre son verre quand on se met au jeu, et la fixa d'un air étrange qui ne lui plut pas le moins du monde. Il tendit la main, et toucha son bras du revers de son index, qui la fit frissoner. Elle eut soudainement la nausée. « Et si tu quittais avec nous ? Nous serions enchantés de ta visite, j'en suis sûr. » Tous trois se mirent à rire. La jeune femme reprit son plateau, à peine troublée par l'invitation, reprenant son ménage de la salle. « Je suis navrée messieurs, mais il me reste encore du travail et qui plus est, je ne suis pas autorisée à sympathiser de cette façon avec les clients. » Elle était fière de s'être tenue droite devant ces trois hommes. Un sourire aux lèvres, elle voulut quitter la pièce. Les trois se plantèrent devant elle, bloquant l'unique sortie. Le même qui l'avait invité s'empara de son bras qui soutenait le plateau, ce dernier fracassant le sol dans un bruit de verres cassés. Elle tituba, succombant à cette force masculine avec laquelle elle ne pouvait rivaliser. « Laissez-moi, ou je hurle. » grogna-t-elle entre ses dents serrés par la colère, la peur et la douleur. Encore une fois, ils ricanèrent, certains qu'elle ne quitterait pas les lieux sans eux. Ils étaient ivres. Aileen s'en voulut de ne pas avoir été plus prudente. Elle ferma les yeux. « Si tu crois que tu vas partir sans nous, tu te trompes ma jolie. » Resserrant son étreinte autour de son bras, il lui arracha un gémissement. « Voyez-vous cela, elle gémit déjà. Il faut croire qu'elle aime ça quand ça fait mal. » Il la poussa contre la table. Déséquilibrée, elle se cogna le côté de la tête et tomba sur le sol. Étourdie, elle se redressa de peine et de misère, enflammée par la douleur, possédée par la colère. Il était extrêmement difficile de la mettre dans cet état, et cette fois, elle perdit le contrôle d'elle-même. Et de son pouvoir. Haletante, elle fixa d'un oeil sombre celui qui venait de la projeter par terre. Ne contrôlant plus ses faits et gestes, totalement envoûtée par ce pouvoir qui dormait jusqu'alors en elle, la blonde se concentra sur cet esprit enivré par l'alcool. Il n'en était pas des plus faciles à corrompre. Soudainement, l'homme se mit à hurler, à se débattre, à essayer de s'accrocher à ses amis, qui n'arrivaient pas à comprendre ce qui se passaient et qui commençaient à paniquer en regardant la cible d'Aileen se jeter dans les murs, à rouler sur le sol. Il était victime d'illusions, créées de toutes pièces par la demoiselle qui elle-même était effrayée par ce qu'elle faisait, ce qu'elle voyait, mais n'arrivait plus à s'arrêter. D'un commun accord, les deux hommes aggripèrent leur ami chacun par un bras et le tirèrent hors de la pièce, malgré ses cris et ses coups. Rampant derrière eux, Aileen s'assura qu'ils quittaient bien l'établissement et alla verrouiller la porte de l'espace bar derrière eux.

    18 avril 2016 ( Le lendemain)

    Elle n'avait pas dormi, ou très peu. Voilà qu'elle perdait le contrôle de ses propres rêves. Plus la peur grandissait en elle, plus la jeune femme sentait que son pouvoir avait une emprise nouvelle sur elle. Elle en frémissait de rage et de terreur, alors qu'elle s'était juré de le garder au fond d'elle-même, et de ne jamais l'utiliser. La voilà maintenant qui s'apprêtait à faire un pas vers l'entrainement. En effet, elle avait décidé de contacter Victoria Neutron-Grey, qu'elle avait rencontré personnellement il y avait quelques mois de cela, alors qu'elle l'avait sauvé d'un braquage à main armée pendant un de ses quarts de travail. Bien qu'elle est toute les raisons d'être méfiante envers elle, étant donné sa position dans la Légion des étoiles et son poste de coach pour la team alpha, la jeune femme n'avait plus le choix et devait lui révéler l'existence d'uin pouvoir, non de pouvoirs au pluriel, en elle. Elle seule pouvait l'aider à le maitriser. Ce qu'elle craignait, était de se faire enroler dans une quelconque équipe pour défendre la paix de la ville. Bien que la jeune femme apprécie leur travail, elle n'avait pas envie le moins du monde d'y mettre la main à la pâte. Tout ce qu'elle voulait, c'était vivre sa vie normale. Et elle serait bien claire à ce sujet.

    À présent, il lui fallait trouver un moyen de se procurer son numéro personnel pour pouvoir faire passer le message d'urgence qu'elle avait. Et elle pensait avoir un plan. Elle fila se laver, s'habilla et sortit. Il lui fallait trouver un membre de la team Alpha. Elle allait, elle n'arrivait pas à croire que c'était elle-même qui avait songé à cette idée, essayer de créer une illusion, ce qu'elle avait déduit être une capacité de télépathe qu'elle avait, dans l'esprit d'un jeune membre de la Team alpha, créant l'envie, voir le besoin de lui fournir tout ce qu'elle voulait. Un genre d'envoûtement illusoire. Si elle en était capable, cela serait facile. Mais il faudrait qu'elle se concentre. Appuyée contre un mur, dans l'ombre, elle grimaça. Elle détestait ça. Mais elle n'avait pas le choix. Elle s'était rendu sur le lieu d'une intervention de l'équipe qu'elle avait été capable de repérer à partir des réseaux sociaux. Un peu de farfouillage internet et le tout était joué. c'est fou ce qu'on peut faire de nos jours avec internet. Discrète, elle tentait d'entendre une conversation qui pourrait la guider vers ce membre de l'équipe qu'elle cherchait, quand elle crut entendre un jeune homme parler de sa nouvelle acceptation dans l'équipe. Bingo.

    25 avril 2016 (Aujourd'hui o/)

    Assise sur un banc du parc, elle balançait ses jambes dans le vide, fixant ses pieds. Aileen était nerveuse. Elle avait laissé un message à Victoria et leur rendez-vous avait été donné pour cette date. Son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine. Elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait, elle aurait voulu avoir la capacité de se maîtriser par ses seuls moyens, mais elle avait totalement perdu le contrôle. Elle ferma les yeux et se concentra sur sa respiration. Elle habitait tout près, dans ce quartier, elle était donc en avance sur l'heure, et cela lui convenait. La jolie blonde était toute seule dans le parc, et cela lui convenait aussi. Ce qui ne lui convenait pas c'était tout ce plan. Elle en tremblait d'avance. Elle ne cessait de regarder de droite à gauche, puis son téléphone. L'heure du rendez-vous approchait et elle était de plus en plus nerveuse. Elle ne gérait pas cette pression, si peu qu'elle se leva d'un bond, droite comme une barre. Ses pieds lui semblaient cloués au sol, mais son cerveau lui disait de courir, de fuir les jambes à son cou. Sentant les larmes monter à ses yeux, elle se cacha le visage dans ses mains. « Qu'est-ce qui m'arrive. » sanglota-t-elle totalement désemparée.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 26 Avr 2016 - 12:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Victoria sauvait souvent des gens. Pas quotidiennement, et heureusement pour Star City, mais assez pour que chaque visage ne la marque pas. Pourtant, elle se souvenait de cette serveuse. Une fille d’à peu près son âge, aussi blonde qu’elle mais totalement terrifiée par le contact de l’héroïne, comme si elle craignait une contamination ou Dieu seul savait quoi. Habituée aux réactions les plus variées, Victoria n’en avait pas pris ombrage, se contentant de s’assurer qu’elle allait bien avant de la confier à un ambulancier, juste au cas où. Puis plus rien, pendant huit jours, jusqu’à ce que son téléphone sonne. Occupée à donner un cours, elle ignora les vibrations et n’écouta le message que bien plus tard. Une voix tremblante, des paroles confuses, des explications pas très claires, plusieurs écoutes se révélèrent nécessaires pour comprendre l’essentiel. La jeune fille commençait par se présenter, lui rappelant qui elle était et sollicitant son aide, expliquant qu’elle disposait de pouvoirs, mais sans plus de détails, et qu’elle perdait le contrôle. Sa peur, palpable, toucha Victoria. Évidemment, tout cela pouvait être un piège (et plutôt grossier si c’était le cas) ce qui pousserait l’héroïne à la prudence, mais au cas où cette fille, Aileen, subissait vraiment une perte de contrôle de ses pouvoirs, la NG ne pouvait pas la laisser seule. Non seulement elle représenterait un danger pour elle-même, mais également (et surtout) pour les autres.

Dans le doute, elle se rendit dès le lendemain au lieu fixé du rendez-vous, arrivant à l’heure dite. Le parc, relativement désert à cette heure de la journée, n’inspirait pas de bons sentiments à Victoria mais elle s’avança quand même jusqu’au banc où s’était installée la serveuse. Elle portait des lunettes de soleil et le temps d’avril particulièrement frais lui avait permis d’enfiler un sweat à capuche dissimulant sa chevelure blonde. Le problème des lieux publics ? La potentialité de croiser un paparazzi, toujours à l’affut d’un cliché de star ou d’une info croustillante. Hélas pour Victoria, son père adoptif, Star Wolf, n’avait jamais songé à cacher l’identité des enfants NG, les propulsant au sommet de la gloire et les condamnant tous à une forme de solitude induite par leur célébrité héroïque, autant à cause de leurs fans que leurs détracteurs. Mais elle n’allait pas inviter la jeune fille dans les locaux secrets de la Star High, pas plus qu’elle ne lui permettrait de pénétrer au Bigsby Building. Pas sans s’être assurée de sa sincérité.

Elle la vit se lever d’un bond et arriva près d’elle quand elle commença à sangloter. Si elle jouait la comédie, elle était très bonne dans ce domaine, mais on ne pouvait jurer de rien, dans un monde comme le leur.

Aileen ? C’est moi, Victoria, se présenta-t-elle en remontant ses lunettes quelques instants, avant de les poser à nouveau sur son nez. J’ai eu ton message, je dois avouer que je n’ai pas tout compris sur le coup, tu étais… Confuse ? J’ignorais que tu étais une mutante, la dernière fois que nous nous sommes vues.

Ses pouvoirs s’étaient-ils déclenchés à l’occasion du braquage, à cause du stress ? Peut-être. Probable, même. Mais concrètement, ce n’était pas le plus important.

Essaie de respirer et de te calmer. On va s’installer toutes les deux sur ce banc, d’accord ? lui demanda-t-elle d’une voix douce et calme, sans toutefois la toucher. La dernière fois, Aileen n’avait pas trop apprécié. Victoria donna l’exemple, posant ses fesses sur le bois tagué. Et si on commençait par le début… Raconte-moi, quels sont tes pouvoirs ? Qu’est-ce qui te fait penser que tu perds le contrôle ?

Après tout, il pouvait s’agir d’une erreur, d’une mauvaise interprétation, ou d’une évolution de dons qu’elle possédait déjà. Victoria ne connaissait rien d’elle hormis son job et son prénom, difficile de pouvoir lui porter une véritable assistance sans quelques détails supplémentaires.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 27 Avr 2016 - 1:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    Il y avait encore quelques semaines de cela, tout allait pour le mieux. Son pouvoir, plutôt ses pouvoirs, mais cette affirmation n'était évidente que depuis quelques jours et elle ne l'acceptait pas encore, dormaient encore au fond d'elle-même et elle y veillait avec brio. Depuis le braquage, depuis son contact avec la légionnaire, voilà que tout ce qu'elle croyait acquis avait chaviré sans crier gare. Devait-elle prendre cela comme une coïncidence ou la porter responsable de son malheur ? Oh oh ! La voilà qui cherchait à fuir et prendre la sortie facile ; le déni ? Non, non ça ne lui ressemblait pas. Elle passa ses mains sur son visage. C'était idiot de penser cela. La pauvre Victoria n'avait rien à voir avec ça, et puis, de toute façon, elle était la seule qui pouvait l'aider. Elle devait la voir comme une délivrance, non pas comme une malédiction. Alors qu'elle se retourna pour surveiller les environs, elle tomba nez-à-nez avec une jeune femme, vu la carrure élégante de la personne qui s'était arrêtée près d'elle ainsi que le ton de voix qui était purement féminin. Encapuchonnée, elle semblait vouloir passer incognito. Aileen fronça les sourcils, mais s'abstint de toute remarque. Elle qui voulait vivre sa vie normalement, se fondre dans la foule, pouvait deviner pourquoi elle se cachait sans difficulté. La célébrité ne devait pas être quelque chose de facile à gérer. La jeune femme était la première à comprendre ce sentiment de vouloir faire qu'un avec le décor. « Aileen ? C’est moi, Victoria. J’ai eu ton message, je dois avouer que je n’ai pas tout compris sur le coup, tu étais… Confuse ? J’ignorais que tu étais une mutante, la dernière fois que nous nous sommes vues. » La façon dont elle se présenta, appuyant ses paroles en dévoilant son visage, confirma à Aileen qu'elle ne voulait pas être reconnue de tout le monde, et que cette petite entrevue devait se faire le plus discrètement. À la bonheur, sur ce point, elles allaient s'entendre. Étant donné qu'être le centre d'attention de cette conversation allait lui être assez pénible, elle était contente de ne pas avoir à se retrouver au milieu d'une foule en délire ou bien écouter par des oreilles indiscrètes.

    « Voilà... c'est que je n'aime pas le crier sur tous les toits... Je... » nerveuse, elle balbutinait des justifications incohérentes et inconstruites. Confuse, elle se tut. Sa respiration s'accéléra à nouveau, malgré que les sanglots eussent cessés depuis la présence de Victoria, ce qui n'était pas étonnant, elle ne montrait que très rarement ses épisodes émotifs aussi ouvertement. « Essaie de respirer et de te calmer. On va s’installer toutes les deux sur ce banc, d’accord ? Et si on commençait par le début… Raconte-moi, quels sont tes pouvoirs ? Qu’est-ce qui te fait penser que tu perds le contrôle ? » Voilà un conseil qui tombait à point. Elle y mit toute sa volonté et son énergie dans l'application de ce conseil, allant même jusqu'à s'envoyer de l'air avec les mains. Geste futil, mais elle avait besoin de mettre tout son corps à profit de ce petit effort qu'était de respirer normalement. Toute ses réserves de concentration y passèrent et elle tomba presque, assise sur le banc près de Victoria. Ses épaules s'affaissèrent, son rythme cardiaque reprit un battement normal. Ses paupières vinrent même à s'alourdir. Voilà une bonne chose de faite. Maintenant, la deuxième partie de l'exercice ; raconter, décrire ce qu'elle est, ce qu'elle ressent. Plus calme, elle inspira un bon coup et entama son récit plus facilement qu'elle n'aurait cru en être capable.

    « En fait, je viens d'Alaska, je ne suis pas d'ici, je ... Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça, enfin bon, je ne devais pas être âgée de plus de dix ans quand ça c'est produit la première fois. C'est flou dans ma tête. Ça bien du être une des pires soirées de ma vie. Sinon la pire, mais je ne veux rien affirmer, question de ne pas provoquer le destin. Je... » Elle s'interrompit, se forçant à inspirer et à expirer un bon coup. « Je suis désolée, je suis nerveuse. Je n'aime pas être le centre de l'attention et bien que ce soit nécessaire, ce n'est pas une raison valable pour mon esprit pour rester détendu. » Aileen lui sourit tristement, ricanant brièvement. Elle devait être plus raide que ce banc qui les soutenait toutes deux. Elle reporta son regard sur la pointe de ses souliers et reprit. « Ce soir-là, ma mère m'a emmené dans le bois. Et je m'y suis rapidement perdue. Quand j'ai réussi à retrouver mon chemin, j'ai trouvé mon père... » Elle n'avait jamais repensé à cette nuit-là. Elle n'avait jamais raconté comment ça c'était passé pour elle, pas même à son frère ainé. Et la voilà qui déballait son sac à une presque totale étrangère en qui son esprit lui dictait la méfiance. Son coeur n'était pas en accord, et sans rien écouter de ce que lui disait sa tête, elle lui disait tout. Plus elle parlait, pourtant, plus son corps se détendait. Ses muscles ne se crispaient plus autant, ses mains serrées en poing, poussant contre ses cuisses, s'ouvraient peu à peu, laissant respirer ses paumes présentées au ciel. Elle arrivait de plus en plus à regarder son interlocutrice.

    « Il était mort. Il était tout ce que j'avais à cet âge, ma seule raison de sourire. Ma mère était méchante envers moi et je ne compris pas pourquoi ce soir-là, mais elle fut très gentille. Elle me borda et me chanta une berceuse pour m'endormir. Mais je n'en étais pas capable. Je me levai plus tard et voulut la rejoindre dans son lit. Je la touchai pour la réveiller, et c'est à ce moment que je vis une scène qui n'était pas une scène de ma vie. Ma mère était endormie, et je compris par la distance que j'avais dans le décor que c'était son rêve. Elle rêvait à l'acte assassin qu'elle venait de commettre à l'égard de mon père. Et elle n'en semblait pas troublée le moins du monde. » Elle s'arrêta et poussa un profond soupir. « Moi, j'en suis restée traumatisée. Je venais de découvrir une chose horrible au détriment de ma volonté et de la sienne simplement en la touchant quand elle était endormie. Je ne veux pas m'infiltrer comme ça dans l'esprit des gens, c'est pervers et déroutant. » Elle eut un frisson, malgré sa veste qui la gardait à l'abri du vent.

    « Je pensais que c'était tout. Je pensais que je n'avais que ce pouvoir, et je peux te garantir que je m'étais jurée de ne le laisser savoir de personne et qu'il n'allait pas évoluer. Je n'en voulais pas, mais je devais être née avec, et je ne suis pas assez bête pour croire que je puis m'en débarrasser. J'ai pris la décision simplement de le laisser mourir au fond de moi. Comme si en l'oubliant, il finirait par s'estomper. Je devais rêver en couleur. »Elle ricana à sa propre blague. Toutes les blagues reliées aux rêves lui donnaient un goût amer. « Je t'ai appelé dès que j'ai mis la main sur ton numéro. Et ce, grâce à un nouveau pouvoir. Enfin, il est nouveau pour moi puisque je n'avais pas connaissance de le posséder. Ou qu'il me possédait, vu l'emprise qu'il avait sur moi il y a près d'une semaine de cela. J'ai eu une petite altercation au travail, des hommes ivres, c'est courant, et bon, j'ai eu quelques problèmes... » Elle porta une main près de son oreille droite et leva ses cheveux. Son cou, près de la racine de ses cheveux, était teinté de bleu et de mauve. Si elle continua de monter, elle pouvait sentir une bosse cachée par ses cheveux, au même niveau que sa tempe, juste au-dessus de l'oreille. Elle avait été à l'hôpital et avait déclaré être tombée dans les escaliers. Non pas dans un état grave, ils l'ont laissé sortir, sceptiques, mais pas inquiets. Les ecchymoses qu'elle avait sur le bras et qui ressemblaient fortement à une trop forte pression en forme de main et de doigts n'avaient rien à voir avec son explication de chute. Elle enleva sa veste pour les lui montrer, et les recacha aussitôt. « J'ai perdu le contrôle après le coup à la tête. Je n'avais plus l'impression de me posséder, j'avais plutôt la sensation d'être une spectatrice de mes propres actions. Je n'arrivais plus à détacher mon regard de mon agresseur et je sentais en moi une immense colère. Je m'imaginais l'aveugler. Je pense, je ne suis pas sûre, que je lui ai projeté justement cette illusion dans l'esprit. Je ne sais pas si c'est ça, mais je suis certaine d'une chose, c'est que j'avais l'envie de me venger pour ce qu'il venait de me faire. »

    Elle se mordit la lèvre et détourna le regard. Son regard s'emplit de larmes, mais elle les ravala et regarda directement Victoria dans les yeux. « Je jure que je ne suis pas comme ça. Je ne veux de mal à personne. » Elle soupira à nouveau. « J'ai perdu le contrôle. Je ne sais pas ce que je fais, je ne savais pas que je pouvais voir dans la tête de quelqu'un qui ne dormait pas. Je pensais que ça se limitait là. Je dois contrôler ces... pouvoirs.» Elle avait envie de se jeter à genoux, de la supplier. Mais Aileen resta figée, à la fixer de ses grands yeux pâles.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 27 Avr 2016 - 15:11 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Victoria écouta avec attention l’histoire tragique mais hélas trop banale d’Aileen. Les drames familiaux, elle connaissait. Les débordements, les femmes qui tuent leur mari, peu importe la raison, les enfants abusés physiquement ou psychologiquement, elle n’était pas blasée mais avait dû apprendre à faire la part des choses pour ne pas sombrer avec eux. Sa compassion naturelle lui donnait envie de serrer la blonde dans ses bras et lui assurer que tout irait bien, qu’elle allait s’occuper de régler ses problèmes. Hélas, Victoria ne pouvait gérer la situation à la place d’Aileen et si, effectivement, elle comptait l’aider, le plus gros effort à fournir viendrait d’elle.

Elle ne l’interrompit pas tout le temps que dura son monologue, acquiesçant plusieurs fois lorsqu’elle lui fournit des informations, commençant à serrer le problème : une mentaliste qui s’ignore. Ce genre de pouvoirs, même assumé, peut rapidement dégénérer alors si on les nie ? Elle imaginait sans peine la terreur subie par Aileen, non seulement en touchant sa mère pour lire dans ses rêves, mais en prime, en imposant des illusions dans l’esprit d’un homme qui avait tenté de l’agresser. Les muscles de Victoria se crispèrent en voyant le bleu sous ses cheveux et l’affirmation blasée de la victime, comme si c’était normal, sans importance.

Je comprends ce que tu ressens. Mon frère, Chase, avait des pouvoirs un peu comme les tiens. Tu es une mentaliste, et c’est très difficile à vivre, j’en suis consciente. Heureusement, il existe des solutions, la rassura-t-elle.

Une chance pour Victoria, elle ne pouvait devenir la victime accidentelle d’Aileen grâce au dispositif mis au point par Tesla pour contrer les pouvoirs psychiques, réglé sur base de ceux de Chase. Toutes deux ignoraient que son frère vivait encore quelque part dans le Multivers, mais déjà au moment de sa « mort » il restait très puissant, l’un des meilleurs. Elle doutait qu’Aileen le surpasse mais la NG resterait prudente malgré tout, en commençant par éviter de la toucher pour ne pas la perturber davantage, dans le cas improbable où le dispositif de Tesla ne fonctionnerait pas, ou plus, ou moins bien.

Tu lis aussi dans les pensées des gens ou tu es uniquement capable de voir leurs rêves ? Et de provoquer des cauchemars, ou des illusions plus probablement, si j’ai bien compris ton histoire. On va attendre un peu pour se pencher sur le côté technique, d’accord ? Commençons par le plus important : tu n’es pas quelqu’un de mauvais. Les pouvoirs mentaux sont liés aux pulsions primaires, tu étais en colère contre cet homme qui t’a agressée, tu t’es juste défendue pour qu’il te laisse tranquille. C’est normal et même au regard de la loi, tu en avais le droit, assura-t-elle sans toutefois préciser que les attaques mentales n’étaient pas spécialement autorisées ou du moins que la loi n’était pas claire sur le sujet. Mieux valait ne pas l’embrouiller pour le moment. Le plus important, c’est qu’il soit encore en vie et que toi, tu ailles bien.

Mais Victoria devrait partir à sa recherche, non seulement pour qu’il soit puni devant la justice mais aussi pour s’assurer que l’illusion cauchemardesque s’était bien dissipée. Dans le cas contraire, il sombrerait dans la folie à un moment ou à un autre, ce qui n’arrangerait personne.

Je peux te présenter des mentalistes de confiance, des personnes un peu comme toi, qui pourront t’apprendre à te contrôler. Si tu veux, je resterais tout du long, tes pouvoirs ne m’affecteront pas. Tu as eu la bonne réaction en venant demander de l’aide. Je vais être honnête avec toi, Aileen : si tu ne fais rien pour améliorer ton contrôle, tu vas finir par le perdre définitivement et blesser des gens, peut-être même en tuer, ou te tuer. Je ne veux pas te faire peur mais tu dois avoir conscience de la situation, en prendre toute la mesure, pour comprendre à quel point il est important d’accepter l’aide que je compte t’offrir. Chase, dont je te parlais tout à l’heure, a perdu la vie à cause de… Cela.

Plus ou moins, sa fusion avec la pierre avait dérapé mais sans ses pouvoirs, jamais cela n’aurait été aussi loin et il vivrait encore parmi eux. Victoria avait une conscience aigüe du danger représenté par les mentalistes, qu’ils se contrôlent ou non. Si elle la prenait sous son aile, elle pourrait éviter de la voir tomber du côté obscur ou d’être utilisée contre son gré. Sa réaction face à son agression ne lui semblait pas normal. Elle en avait déjà un peu trop vu.

Je pense que le braquage a causé un choc dans ton esprit et qu’il a déverrouillé tes pouvoirs par instinct de survie, c’est assez courant. J’ai bien compris que tu n’en voulais pas, mais tu ne peux plus juste les ignorer, parce qu’il y aura une prochaine fois… Et ça ne se passera peut-être pas aussi bien.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 28 Avr 2016 - 2:12 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    Aileen resta un moment à fixer Victoria de ses grands yeux limpides. D'ordinaire, elle se fermait aux gens plutôt que de s'ouvrir. Même lorsqu'elle avait des ennuis, elle prenait tout sur ses épaules et préférait s'en sortir seule. Déranger autrui n'était pas sans la déranger elle. Là, elle en était presque à se jeter à genoux, ou encore se plier en quatre pour pouvoir attirer sur elle la compassion de son interlocutrice qu'elle avait tiré de chez elle jusque dans ce parc désert. Elle eut même l'intention de coller ses paumes devant son visage en signe de prière, d'imploration, mais elle coupa son propre élan, et lança ses mains en mission dans ses cheveux. À ce moment, Aileen se détourna, tremblante de Victoria, cherchant à prendre ses distances, mentalement et physiquement, s'écartant de quelques centimètres, regardant autour d'elles, cherchant à se calmer, de nouveau. Visiblement, tout ce plan n'était pas bon pour ses nerfs. Elle alla même jusqu'à se prendre une note mentale de s'inscrire à des cours de yoga. À ce rythme, si elle devait se lancer dans un tel projet, elle serait la plus jeune fille à mourir d'une crise cardiaque pour surmenage. « Je comprends ce que tu ressens. Mon frère, Chase, avait des pouvoirs un peu comme les tiens. Tu es une mentaliste, et c’est très difficile à vivre, j’en suis consciente. Heureusement, il existe des solutions. » La blonde reporta son attention sur Victoria, intriguée et soulagée à la fois. Alors c'est comme ça qu'ils appelaient les gens comme elle, des «mentalistes» ? Une onde de chaleur lui coula le long du dos, réchauffant à la fois son coeur et son âme. Elle avait toujours eu du dédain pour sa personne, elle s'était toujours vu comme un monstre. Et pourtant, les personnes mutantes extérieures, tous les autres excepté elle au fond, elle ne les avait jamais considéré ainsi.

    La jeune femme avait toujours eu peur d'elle-même et voilà que quelqu'un, après tant d'années de déni, venait lui dire que des solutions existaient. « Tu lis aussi dans les pensées des gens ou tu es uniquement capable de voir leurs rêves ? Et de provoquer des cauchemars, ou des illusions plus probablement, si j’ai bien compris ton histoire. On va attendre un peu pour se pencher sur le côté technique, d’accord ? Commençons par le plus important : tu n’es pas quelqu’un de mauvais. Les pouvoirs mentaux sont liés aux pulsions primaires, tu étais en colère contre cet homme qui t’a agressée, tu t’es juste défendue pour qu’il te laisse tranquille. C’est normal et même au regard de la loi, tu en avais le droit. Le plus important, c’est qu’il soit encore en vie et que toi, tu ailles bien. » Aileen fronça les sourcils. Il lui semblait presque que Victoria lisait aussi dans ses pensées. Étant donné que son frère était un mentaliste, il était difficile pour la jeune femme d'écarter totalement l'idée. Après tout, elle ne la connaissait pas. Elle leva les yeux au ciel, poussant un lourd soupire. Tout cela était si dur. Pourquoi n'y avait-il pas un moyen d'éradiquer le pouvoir qu'elle avait en elle ? Effacer sa mémoire peut-être ? Pourquoi devait-elle aller contre ses principes et faire confiance à une étrangère ?

    Aileen reposa son regard sur Victoria. Bien qu'impliquée dans son problème à titre de figurante et de guide, elle semblait tout à son aise, voir presque désintéressée, mais ça, Aileen le comprenait. Elle enviait aussi son calme. Elle semblait tellement tranquille d'esprit, sereine. Libre.« Je ne sais pas très bien ce que je peux faire à vrai dire... Je n'ai expérimenté un voyage dans un rêve qu'une fois. » Elle baissa les yeux. Avait-elle honte de ne pas savoir réellement ce dont elle était capable, ou était-ce la honte de ne pas connaître précisément l'envergure de ce dont elle avait peur ? Les deux peut-être. « Je peux te présenter des mentalistes de confiance, des personnes un peu comme toi, qui pourront t’apprendre à te contrôler. Si tu veux, je resterais tout du long, tes pouvoirs ne m’affecteront pas. Tu as eu la bonne réaction en venant demander de l’aide. Je vais être honnête avec toi, Aileen : si tu ne fais rien pour améliorer ton contrôle, tu vas finir par le perdre définitivement et blesser des gens, peut-être même en tuer, ou te tuer. Je ne veux pas te faire peur mais tu dois avoir conscience de la situation, en prendre toute la mesure, pour comprendre à quel point il est important d’accepter l’aide que je compte t’offrir. Chase, dont je te parlais tout à l’heure, a perdu la vie à cause de… Cela. Elle marqua une pause qu'Aileen respecta en guise de sympathies envers le défunt frère de Victoria. Je pense que le braquage a causé un choc dans ton esprit et qu’il a déverrouillé tes pouvoirs par instinct de survie, c’est assez courant. J’ai bien compris que tu n’en voulais pas, mais tu ne peux plus juste les ignorer, parce qu’il y aura une prochaine fois… Et ça ne se passera peut-être pas aussi bien. »

    Aileen était consciente du danger qu'elle représentait et c'était la raison principale de son appel au secours. Ça et sa paix qu'elle croyait instaurée qui s'envolait en fumée. Elle leva les mains, paumes vers le ciel, en signe d'abandon. Elle se rendait déjà aux moindres conditions qui lui seraient imposées, bien que tout cela n'avait pas été son idée de départ qu'elle se faisait de sa vie de citoyenne de Star City. Elle aurait tant voulu se fondre dans la masse. Comme si elle n'avait pas de pouvoir. Voilà qu'elle devait les accepter et les cotôyer pour pouvoir atteindre ses buts. Si c'est ce qu'il fallait, elle le ferait. « Je conçois très bien que tu ne dois pas m'aimer beaucoup, je suis un potentiel danger à tes yeux. Je le comprends. Saches que pour ma petite vie d'étudiante rangée, ta présence dans ma vie, ne te fâche pas je sais que c'est moi qui t'aies appelé, ne m'est pas de bonne augure, seulement, tu es la seule en qui j'ai assez eu confiance pour parler de ça. » Elle soupira. La jeune femme releva la tête, déterminée à se montrer plus forte que cela. S'attrister sur son propre sort n'était pas dans ses habitudes. Elle devait se ressaisir.

    « Je ne suis pas prête à porter un jugement objectif sur ce que je suis. J'aurais voulu être normale. » Elle serra les mâchoires, marquant une pause. « Je sais que je suis un danger. Ce que j'ai ressenti au fond de moi hier n'était pas... c'était de la colère, peut-être, mais ce n'est pas moi de l'utiliser contre autrui. J'ai la vengeance en horreur et les conflits, je préfère les éviter. » Douce Aileen. « Je ferai tout ce que tu voudras. Peut-être mon plan A n'a pas fonctionné, mais tu ne pourras pas dire que je ne me suis pas appliquée. J'ai la volonté de faire taire ces pouvoirs, et j'y arriverai. » Elle prenait de la contenance, plus elle était désireuse de lui montrer que le déplacement en valait la peine. « Je ne le ferai pas deux fois, non pas par orgueil, mais bien parce que j'accepterai ta réponse, veux-tu me venir en aide ? Un peu plus dans l'immédiat je veux dire, je te suis déjà reconnaissante de ta venue, ainsi que des références que tu veux bien me fournir, mais j'imagine que tu peux m'aider à me contrôler le temps que je ... consulte, dira-t-on.» Du regard, elle balaya une nouvelle fois le parc, mais avec une intention nouvelle. Tout d'un coup, elle fut déçue que le parc fut désert à cette heure. Néanmoins, un mouvement dans un buisson attira son attention. Ravie, elle pointa un individu vêtu de noir, qui tentait de se cacher derrière un tronc d'arbre. « Je pourrais essayer de lire dans ses pensées, par exemple, non ?»Elle n'eut pas besoin de le faire pour comprendre ses intentions, alors qu'elle se retournait pour l'observer attentivement, décidée à se concentrer pour pénétrer son esprit, elle aperçut son appareil photo dont l'objectif visait leur direction. Devinant qu'elle n'était pas le sujet de cette chasse au scoop, elle empoigna la main de Victoria, sans y penser. Elle la relâcha aussitôt. L'énergie qui s'était propagée entre leurs deux corps la déstabilisa, mais pas assez pour ne pas la prendre par sa manche. « J'imagine que ce n'est pas de tes amis, sinon tu me l'aurais présenté. »lança-t-elle à la blague, se mettant presqu'à courir.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 28 Avr 2016 - 10:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Victoria n’avait rien contre Aileen, en fait elle se sentait désolée de ce qui lui arrivait. La jeune fille comprenait très bien le désir d’être normale, puisqu’elle le partageait. Vivre une vie normale, suivre un cursus scolaire normal, aller à des fêtes, rencontrer des gens tout aussi normaux, ne pas attirer une attention mal venue sur soi, ne pas risquer de faire assassiner ses amis parce qu’on a eu le malheur de passer trop de temps avec eux… Le périple effectué avec Adrian au Pérou le week-end dernier lui avait fait du bien, elle se sentait ressourcée, moins découragée, et surtout, dans l’immédiat, très motivée à venir en aide à Aileen. Elle ne pouvait annihiler ses pouvoirs, mais elle pouvait l’aider à en prendre le contrôle, à vivre avec en harmonie et non plus dans la crainte. L’UNISON embauchait des mentalistes, tout comme la Légion, et elle avait l’embarra du choix sur la personne à solliciter. Mieux valait quelqu’un de gentil et de patient, d’humble de préférence, et cela éliminait une bonne partie des candidats potentiels.

Évidemment que je vais t’aider, et ne crois surtout pas que j’ai quelque chose contre toi. Tu es une victime, tu n’as rien demandé, je vais faire un maximum pour que ça s’arrange et que tu puisses mener une vie normale. Il existe tout un panel de solution.

Elle allait les lui détailler quand Aileen lui proposa de lire dans les pensées de quelqu’un. Un homme comme les autres a priori, jusqu’à ce qu’elle remarque son appareil photo. Se relevant d’un bond et cachant le visage de la mutante avec son corps pour éviter qu’elle ne se retrouve à faire le buzz sur Internet, elle s’éloigna d’un pas rapide, se laissant entrainer par Aileen qui avait de très bons réflexes.

Fais chier, marmonna-t-elle. Ils vont débarquer à plusieurs, il vaut mieux quitter le secteur. Ça va secouer un peu.

Une excuse pour ce qu’elle s’apprêtait à faire. Elle enroula littéralement son bras autour de la taille d’Aileen pour stabiliser sa prise, prenant soin de ne pas toucher sa peau. Elle aussi, avait ressenti quelque chose et cela n’irait probablement pas plus loin qu’une sensation, mais loin d’elle l’envie de faire paniquer une mentaliste paumée avec ses pouvoirs. Ses jambes s’allongèrent dans des foulées beaucoup plus grandes, jusqu’à sortir du parc. Cette fois, son bras libre prit le relais, en s’allongeant pour attraper un toit et les attirer toutes les deux au-dessus. Elle mit quelques immeubles de distance entre elles et le parc, puis reposa Aileen, la libérant de son étreinte.

J’espère juste qu’il n’a pas eu ton visage. Normalement c’est bon. Désolée pour ça… Je commence à me dire que, dans le doute, ils photographient toutes les filles en sweat avec des lunettes et qu’ils trient après pour voir si, dans le tas, il n’y a pas une célébrité.

La deuxième fois qu’on la prenait avec une fille blonde en quelques semaines, des rumeurs risquaient de courir sur sa sexualité, même si objectivement, Victoria ignorait si elle préférait les hommes ou les femmes, étant toujours vierge du haut de ses vingt-cinq ans. Boulot oblige. Quand on se consacre plus à l’héroïsme qu’à sa vie privée… Mais ce n’était pas le moment d’y songer.

J’ai plusieurs solutions à te proposer. Tu connais Psych, le Légionnaire ? C’est l’un des plus puissants mentalistes que je connaisse, il est un peu rude parce qu’il n’est pas tout à fait humain, mais il pourra t’aider très efficacement. Sinon, là dans l’immédiat, il y a l’agent Lawson. Elle ne lit pas les pensées des gens mais c’est une psychopatotacte, c’est-à-dire qu’elle voit le passé des objets en les touchant. Entre autre. C’est un pouvoir un peu différent du tien mais c’est une vraie crème, du coup tu seras peut-être plus à l’aise avec elle. Je sais qu’elle a des contacts avec un autre mentaliste de l’UNISON mais je le connais moins, je ne suis même pas sûre de son prénom.

Parfois, sa mémoire flanchait. Personne n’est infaillible !

Tu te sens bien ? demanda-t-elle à Aileen, soucieuse. Désolée pour le mode de transport rapide, ça secoue un peu quand on n’est pas habitué mais je sais ce que je fais, sinon je n’aurais pas pris le risque de t’embarquer avec moi.

Elle lui sourit, se voulant rassurante mais ignorant pourquoi la jeune fille faisait cette tête en réalité. Ca pouvait très bien n’être qu’une coïncidence, ou une mauvaise interprétation. Parfois, Victoria avait du mal avec les émotions des gens. Elle n’en fréquentait pas tant que ça.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 28 Avr 2016 - 14:45 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur

    Victoria ne répondit pas à sa question, elle resta donc muette. Elle s'efforçait de garder une respiration régulière et calculait vivement le rythme de ses foulées pour les ajuster à celles de Victoria, sans compter toutes les fois où elle expirait en même temps qu'elle posait le pied droit. Ou quelque chose comme ça. C'était elle qui avait mis Victoria dans cette situation, elle n'était bonne que pour les ennuis, évidemment, mais il était aussi flagrant qu'elle n'était pas très douée en exercice physique. En tout cas, en course à pied. Elle avait toujours préféré marcher, et puis de toute façon, elle était une artiste, ça jurait un peu avec son profil plus créatif que de s'entrainer trois jours sur sept quand elle n'était pas au travail plutôt que de pratiquer son coup de crayon chez elle. Elle fut donc partagée entre l'émotion de surprise et le soulagement de ne pas avoir à courir plus vite, vue la longueur soudainement plus prononcée des jambes de sa compagne, alors que cette dernière entourait littéralement sa taille de son bras.

    Aileen lâcha un petit cri d'étonnement lorsqu'elle se retrouva dans les airs, tenue solidement, mais dans les airs tout de même. Bien qu'elle n'en ait jamais fait, elle eut l'impression d'être une alpiniste en chute libre ou en manoeuvre semblable. C'était grisant tout de même, elle devait l'admettre. Elles retombèrent toutes deux en douceur sur le dessus d'un toit. Aileen resta un moment silencieux à admirer la vue. Elle eut un large sourire, un des seuls sourires qui se voulaient expressifs et non pas polis. Victoria ramena son attention sur le potentiel problème.« J’espère juste qu’il n’a pas eu ton visage. Normalement c’est bon. Désolée pour ça… Je commence à me dire que, dans le doute, ils photographient toutes les filles en sweat avec des lunettes et qu’ils trient après pour voir si, dans le tas, il n’y a pas une célébrité. » La blonde pencha la tête sur le côté. Elle fronça les sourcils, analysant ses traits cachés sous des lunettes aux verres fumés. « Je ne te cacherai pas que j'ai trouvé ça assez grisant en fait comme expérience. En plus, tu viens de me donner une idée pour un dessin alors, je suis de très bonne humeur et prête à m'attaquer au problème. Attends, je vérifie. » Elle s'approcha du bord, avec précaution, et se pencha au-dessus des trottoirs. Elle eut un coup au ventre, ce devait être l'effet du vertige. Mais elle continua de scruter les alentours au niveau inférieur et aperçut le type photographe qui s'éloignait. Il avait perdu leur trace et abandonnait. Elle revint donc enchantée près de Victoria et s'assit à même le sol, croisant les jambes sous ses fesses, posant ses mains sur ses genoux.

    « J’ai plusieurs solutions à te proposer. Tu connais Psych, le Légionnaire ? C’est l’un des plus puissants mentalistes que je connaisse, il est un peu rude parce qu’il n’est pas tout à fait humain, mais il pourra t’aider très efficacement. Sinon, là dans l’immédiat, il y a l’agent Lawson. Elle ne lit pas les pensées des gens mais c’est une psychopatotacte, c’est-à-dire qu’elle voit le passé des objets en les touchant. Entre autre. C’est un pouvoir un peu différent du tien mais c’est une vraie crème, du coup tu seras peut-être plus à l’aise avec elle. Je sais qu’elle a des contacts avec un autre mentaliste de l’UNISON mais je le connais moins, je ne suis même pas sûre de son prénom. »

    « C'est noté. Merci Victoria. » Ses lèvres se pincèrent en un sourire reconnaissant. Du haut de leur perchoir, elle se trouvait plus détendue, comme si cet endroit si accessible en réalité ne l'était pas aux yeux du monde, lui offrait le refuge dont elle avait besoin. Loin de cette foule à laquelle elle n'arrivait pas à se mêler. Loin des ennuis qu'elle pouvait causer. Et avec une personne pleine d'assurance comme Victoria, ça aidait à se relaxer. « Tu te sens bien ? demanda-t-elle à Aileen, soucieuse. Désolée pour le mode de transport rapide, ça secoue un peu quand on n’est pas habitué mais je sais ce que je fais, sinon je n’aurais pas pris le risque de t’embarquer avec moi. »

    Aileen la regardant en coin, penchant sa tête, le rire aux lèvres. « Tu rigoles ? Je pense que je ne me suis jamais sentie aussi bien depuis des semaines ! » Elle leva les bras, paumes vers le ciel et s'étira, présentant son visage d'ange au Soleil. « Je dois te paraître totalement bizarre, du coup. » Elle se passa la main dans les cheveux, légèrement gênée par sa démonstration émotive. « Je suis plus stable d'habitude, un peu moins 'martyre' et un peu moins 'frivole' la minute suivante. » Elle se retourna pour la regarder en face, droit dans les yeux, ce qu'elle faisait rarement. « Tu as chamboulé ma vie. Je sais que tu n'es pas la cause directe, mais voilà que depuis le braquage, tout mon contrôle se désagrège. Mais au fond, ce n'est pas plus mal, tu m'offres les outils pour en avoir un meilleur et je te remercie. Je suis heureuse que tu aies été là au braquage. Cela devait arriver, au fond. Je me demande... » Elle leva sa main et l'observa quelques secondes, divergea sur celle de Victoria par la suite. « Tu as senti la même chose que moi quand je t'ai touché ? C'était quoi ça ? »La voilà qui était curieuse. C'était visiblement un bon début.

    « OH ! Je ne t'ai pas demandé si toi tu allais bien ? J'imagine que c'est souvent comme ça pour toi, et que c'est assez facile de trouver refuge sur les toits, mais ça ne doit pas être le genre de confort que tu aimes ?! Si jamais tu veux, j'habite tout près, nous serions tranquilles, mais je ne veux pas te forcer, si tu préfères rester ici, je t'assure que c'est ok. »Elle déballa ses explications et la regarda à nouveau, les sourcils froncés. « Je t'assure que ce n'est pas un piège. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 30 Avr 2016 - 13:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Aileen rassura immédiatement Victoria. Visiblement, elle avait adoré son petit passage dans les airs, comme si elle était montée sur une attraction forte et en ressortait grisée, avec une bonne dose d’adrénaline. Tout le monde ne réagissait pas aussi bien mais sur le coup, aucun autre choix ne s’était présenté à elles.

Non tu n’es pas bizarre, c’est le soulagement qui parle, tu n’es plus seule, ça doit t’enlever un gros poids, non ? releva-t-elle gentiment. Je te préfère avec le sourire qu'en train de pleurer.

Après tout, Aileen vivait un cauchemar depuis une bonne semaine et Victoria lui tendait la main pour l’en sortir, sans rien demander en retour, sans chercher à la manipuler ou à la contraindre dans quoi que ce soit. Elle avait eu de la chance de tomber sur elle au braquage ou plutôt, d’avoir le réflexe de la retrouver pour solliciter son aide. Victoria n’hésitait jamais et son expérience avec les jeunes de la Team Alpha lui servait bien dans ce cas-ci. Ainsi que son passé, forcément. Elle avait grandi avec un mentaliste, elle comprenait ce par quoi Aileen passait, ainsi que la portée énorme de ses pouvoirs. Être là pour elle lui semblait normal et les remerciements inutiles, quoi qu’appréciés. Elle lui sourit en retour, puis répondit à sa question légitime.

J’ai senti ton pouvoir, oui. Inconsciemment, il a dû essayer d’établir une emprise sur moi, ce n’est pas de ta faute, mais je suis immunisée contre ce type de mutation. Tu ne peux pas lire mes pensées ni manipuler mon esprit, comme quoi tu as peut-être raison, si ça se trouve c’est le destin qui nous a poussé l’une vers l’autre.

Elles se complétaient bien.

C’est une question d’habitude, tu sais, soupira Victoria. Évidemment que ça ne me fait pas plaisir, je ne peux pas me promener dans la rue sans être tranquille, hormis en hiver quand je peux mettre une capuche et cacher mon visage avec une écharpe. Mais c’est ainsi, malheureusement je n’y peux rien. Personne n’a jamais pensé à mettre des masques aux enfants Neutron-Grey, pour quelle raison ? Vu la célébrité de notre grand-père et de nos parents, c’était perdu d’avance.

Elle sourit, tristement.

C’est surtout gênant pour les gens autour de moi, qui se retrouvent sur Internet. Tu connais le Kitsune ? C’est un héros de la Légion et l’un de mes rares amis. On menait souvent des missions tous les deux et on nous a plusieurs fois photographiés ensemble dans ce cadre-là. En vingt-quatre heures, les gens ont commencé à croire qu’on formait un couple, et c’est comme ça à chaque fois. J’ignore pour quelle raison ils se focalisent à ce point sur ma vie privée, elle n’a rien d’intéressant.

Elle est même totalement inexistante, songea-t-elle mais n’ajouta pas de précisions.

Enfin, je ne vais pas t’assommer avec mes histoires. On peut aller chez toi si tu le souhaites mais j’espère que tes voisins ne sont pas très curieux. Sinon, je peux passer un coup de téléphone et demander si Psych ou l’agent Lawson est disponible dans l’immédiat. Je pourrais vous présenter, autant essayer de traiter ton problème le plus rapidement possible non ? Enfin, de commencer.

Parce que pour Aileen, l’apprentissage serait long, difficile et probablement douloureux sur un plan psychologique, peu importe la solution pour laquelle elle opterait.

Il vaudrait mieux que tu appelles ton travail pour demander un congé, au fait. Le temps que tu te contrôles convenablement, mieux vaut éviter trop de contacts avec des humains susceptibles de ne pas être immunisés, cela pourrait t’attirer des ennuis.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G
 
Page 1 sur 1Revenir en haut 
Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_6Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_8


Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_1Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_2_bisGagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_3
 Sujets similaires
-
» La Guerre des Clan - Thelegend - Partenariat ? # Besoin de Membres.
» La guerre des xénos
» Monster truck en chariot de guerre
» Ils ont déclaré la guerre à Préval
» Obama, Sarkozy: la guerre des ego. (Que le ton a changé depuis!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_6Gagnée ou perdue, toute guerre se réduit à une défaite de l'homme ♦ Victoria N-G Categorie_8
Sauter vers: