AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Brille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_1Brille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_2_bisBrille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_3
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 

Brille petite abeille ! Brille !

 
Message posté : Mar 19 Avr 2016 - 14:28 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lucy trouva les explications de Jessica un peu étrange mais ne répondit pas vraiment. Il y avait de nombreuses raisons pour lesquelles des criminels pouvaient vouloir attaquer un centre de recherche comme celui que Gensect avait à Star City. Bien entendu blesser Sarah était l’une d’entre elles, surtout si on savait qu’elle était Hive. Mais il y avait aussi tous les projets de recherche, les machines expérimentales hors de prix et certains prototypes qui pouvaient attirer des personnes mal intentionnées à investir le bâtiment. C’était d’ailleurs ainsi que l’Apiculteur avait motivé des mercenaires à attaquer le centre de recherche pour créer une diversion pour ses monstres. Lucy savait notamment que certains projets de sa mère pouvaient être très dangereux s’ils tombaient entre de mauvaises mains.

« Je vois, enfin tu sais maintenant. »

De toute façon elle n’était pas la première et ce n’était qu’un détail. Beaucoup trop de gens étaient déjà au courant comme le répétait souvent Sarah et c’était l’un des arguments principaux en faveur de son coming out en tant que super-héroïne. L’Apiculteur savait. L’allié de la scientifique ayant emprisonné Spawn savait. Plusieurs Légionnaires savaient, ainsi que des agents de l’UNISON. Son père, sa mère et aussi sa demi-soeur. Mais au moins c’était plus simple ainsi. Sarah n’avait jamais cherché à cacher sa double identité à sa famille, surtout pas quand ses deux filles avaient de toute façon les mêmes pouvoirs.

Quoiqu’il en soit, les choses s’amorçaient plutôt bien entre Sarah et Jessica contrairement à leur dernière rencontre. La scientifique conservait son sourire et une certaine politesse, mais elle pouvait sentir la distance qui la séparait de Jessica. Comme si cette dernière avait peur d’elle. Elle ne pouvait pas lui en vouloir après la façon dont elle l’avait traitée lors de leur dernière rencontre. Surtout que dans la Villa, elle faisait figure d’autorité. Les choses auraient peut-être été plus simples si son père avait été là, pour que les choses soient plus détendues. Quoiqu’il avait aussi ses griefs avec la mère de Jessica, son ancienne épouse et pourrait se révéler plus dur qu’elle ne l’avait été.

« Je tiens quand même à m’excuser. » Continua Sarah avec un sourire. Tout en se demandant si cela n’allait pas finir en bataille d’excuse. « J’ai particulièrement mal réagi à la nouvelle et c’était indigne de moi, surtout que je t’ai blessée alors que tu ne le méritais pas. Enfin je suis heureuse que Lucy t’ai invitée chez nous. Après tout tu fais partie de la famille toi aussi. »

Peut-être plus qu’elle ne l’imaginait. Sarah avait toujours cette étrange impression avec Jessica, comme si elle était plus proche d’elle qu’elle ne le laissait supposer. C’était sa demi-soeur, elles avaient des gènes en commun, mais en théorie, seulement des gènes humains. A moins que le virus alien qui avait donné ses pouvoirs à Sarah ait aussi infecté Denise et se soit transmis dans sa progéniture ? Déhaka n’avait jamais parlé de ça pourtant. L’Essaim voulait créer une reine, elle, pour pondre des enfants à la fois humains et insectes qui coloniseront la planète. Il n’était pas dans l’habitude du peuple extra-terrestre de créer une MST pour peupler la planète de blondinettes, même elle ne pensait pas qu’ils avaient les ressources pour.

« Et bien allons mettre la table dans ce cas là. » Commenta-t-elle avec un sourire avant de s’occuper des couverts. Lucy tendit des assiettes à Jessica et Ellen s’occupa des verres. A quatre cela serait particulièrement rapide. « Je suis surtout déçue au final que nous n’ayons pas appris notre existence réciproque plus tôt et par d’autres moyens. Pour tout te dire j’ignorais complètement que ma mère s’était remariée et avait eu d’autres enfants. Mais bon, elle ignore aussi pour l’existence de Lucy et Ellen. »

« En même temps lui annoncer qu’elle est grand-mère sans avoir jamais eu de contacts avec elle et que ses petites-filles ont l’air d’avoir l’âge de sa fille... »
Commenta Lucy.

« Hey ! J’ai pas l’air si vieille moi ! » S’offusqua Ellen.

« Profites-en pendant que ça dure. »

Sarah eut un léger sourire en regardant ses filles se conduire... Si humainement. L’une de ses plus grandes peur avait toujours été de voir la partie insecte et mécanique de leur être prendre le dessus. Comme cela avait failli être le cas pour elle à certains moments. Mais non, probablement grâce à l’humanité plus importante d’Ellen et maintenant celle de Jessica, les choses risquaient d’aller en s’améliorant. La scientifique hésitait à poser des questions à sa demi-sœur... Surtout qu’en fait elle en connaissait déjà les réponses car à peine les formulait-elle dans son esprit que l’une de ses filles y répondait, ayant déjà posé la question.

« Comment tu trouves Star City ? C’est une ville qui peut être dangereuse, j’espère que tu n’as pas eu de problèmes. »

« Et voilà la mère poule... »

Sarah foudroya sa fille du regard avant de reporter son attention sur Jessica.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 19 Avr 2016 - 19:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Mes explications ne pouvaient pas lui sembler claires sans parler du symbiote mais cela je voulais le faire au bon moment, avec Sarah et les deux jeunes femmes. Je ne voulais pas que Sarah l'apprenne dans un coin de l'esprit d'une de ses filles ou qu'elles l'apprennent dans la tête de Sarah. Je me devais d'être honnête avec elles, toutes les trois en même temps, ne pas préférer parler avec l'une ou l'autre, pas surtout alors que je tente de créer une relation avec elles. Enfin apparemment les deux jeunes femmes étaient gagnées à la cause d'une famille unie, il ne restait qu'à savoir comment allait réagir Sarah lorsqu'elle rentrerait et me trouverait là, ayant cuisiné avec ses filles. Elle n'aurait pas à mentir sur leur identité, ça serait toujours ça de pris pour elle mais avait-elle eu envie que je les rencontre ? Je crois les avoir aperçues en partant la première fois, sans conviction particulière, je pouvais me tromper bien sûr. Cela dit je ne leurs avais pas parlé, Sarah n'en avait pas parlé, j'étais un peu nerveuse à la réaction qu'allait avoir l'héroïne en découvrant ma présence chez elle. Je suppose qu'elle le saura dès qu'elle sera à portée de ses filles pour comprendre leurs pensées, ce qui enlevait par conséquent l'effet de surprise mais peu importe j'entendais de toute façon prendre le temps de discuter et parler avec elle. Ca serait aujourd'hui parce que Lucy m'avait convaincue de lui donner une seconde chance, parce que Ellen avait enfoncé définitivement la porte emprisonnant mon courage en soutenant les pensées et dires de sa sœur. Sarah rentrait, l'heure de vérité serait donc pour rapidement.

Je suis un peu surprise par ses excuses mais cela rejoint très exactement ce qui m'avait été dit par Ellen et Lucy, elle est désolée de l'attitude qu'elle a eu, du comportement qu'elle a montré à mon égard. Quand elle insiste pour s'excuser, je hoche la tête un peu gênée pour lui faire comprendre que j'accepte ses excuses même si je continuais de croire qu'il n'y avait franchement pas grand chose à excuser en réalité. Elle conclue en soulignant l'attitude de Lucy à m'inviter ici et en disant que je fais partie de la famille. Cela est surprenant, presque trop facile mais je dois bien l'admettre ça fait du bien de l'entendre dans la bouche de la même personne qui m'était rentrée dedans la première fois que j'étais venue parler avec elle.


« Merci. J'espère que je saurai m'en montrer digne. »

A quatre la table est diablement rapidement mise en place, chacune son occupation et il ne faut que deux petites minutes pour que tout soit bien à sa place. Il faut l'avouer, elles forment un trio extrêmement efficace.

« Tu as raison, les choses auraient peut-être été plus faciles si nous avions eu la chance de nous connaître plus tôt. La rencontre aurait été plus simple c'est certain. »

Dispute entre sœurs, question d'âge, c'est bête, basique et méchant, ça me rappelle mon amie, celle que j'avais perdu et j'ai un petit geste discret, replaçant une mèche de cheveux derrière mon oreille sans résister à frôler l'anneau sur mon hélix. Sourire en entendant les deux jeunes femmes se disputer, penser que chacune d'elles est une héroïne et les voir se comporter si humainement est totalement improbable et surprenant. J'avais bien rencontré Victoria Neutron-Grey mais les choses étaient différentes, même sans être une héroïne elle aurait été célèbre mais dans le cas de Sarah et ses filles, la célébrité provenait aussi de leur héroïsme et de leurs alter-ego. Sourire en entendant la remarque de Lucy sur le côté maternel de Sarah.

« Si on excepte aujourd'hui je passe un très bon moment à Star City depuis mon arrivée. Enfin même aujourd'hui, sans les événements du port, je n'aurai pas rencontré Lucy et je ne serai sans doute pas là. »

Je récupère dans la cuisine la purée de pomme de terre et les cuisses de canard, posant les casseroles sur des sous-plats mis en place par Ellen.

« Purée de pomme de terre faite par Ellen, cuisses de canard aux pruneaux et vin rouge à ma façon … et Lucy a fait le dessert. »

J'espérais simplement que ça plairait, moi en tout cas j'avais faim, la petite aventure de cet après-midi, mêlé à son stress, m'avait ouvert l'appétit et je profite du repas pour découvrir un peu ma demi-soeur.

« Et donc vous vivez toutes les trois ? Il n'y a personne de particulier dans ta vie à part Ellen et Lucy ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 19 Avr 2016 - 20:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sarah ne savait pas trop quoi penser de tout cela encore. Pour le moment elle essayait surtout de réparer les dégâts qu’elle avait causée, d’essayer de comprendre la sensation de proximité qu’elle ressentait vis à vis de Jessica. Mais après tout, elle était sa soeur. Est-ce qu’elle était censée avoir un sens aigue de ces choses là ? Le ressentir instinctivement ? Sarah n’en était pas certaine, après tout elle avait été élevée comme une fille unique... De toute façon, Jessica était là, elle était de son sang et de la même façon qu’elle n’avait jamais imaginé un seul moment ne pas pouvoir élever ses filles, s’occuper d’elles, il lui était presque impensable de repousser sa demi-soeur maintenant qu’elle avait un pied dans la famille. Elle ne portait peut-être pas le patronyme de Stinger, mais il y avait plus important que cela. Peut-être les gènes qu’elles avaient en commun. Après tout Sarah était une généticienne avant tout.

« Nous pouvons en profiter maintenant pour tenter si ce n’est de rattraper le temps passé au moins de faire connaissance comme il se doit. » Soit faire connaissance sans que Sarah ne se mette à l’accuser. Tous les murs dont s’entourait la scientifique à propos de sa mère n’étaient pas tombés, mais elle était prête à faire un effort pour Jessica. « Enfin j’ai déjà beaucoup de réponses à mes questions grâce à mes filles. Je suppose qu’elles t’ont parlées du lien que nous partageons ? » Faire la conversation n’était pas simple pour elle, surtout dans cette situation et en se rappelant ce qu’elle avait dit la première fois à Jessica. Une gêne subsistait toujours. « Tu travailles dans les langues donc. Est-ce que tu aimes l’accompagnement des tourismes ou tu chercherais quelque chose de plus stable dans un bureau ? »

Sarah pourrait sans aucun mal lui trouver du travail à Gensect. Mais c’était un pas qu’elle n’était pas encore prête à passer. Après tout elle n’avait pas encore rencontrée son père et Abraham était le PDG. Qui plus est le geste pourrait être mal interprété. Toutefois en ayant Jessica dans Gensect, travaillant pour traduire certains textes pour leurs filiales à l’étranger ou jouer les traductrices lors de voyages, cela pourrait permettre de la garder en sécurité. Surtout si Sarah révélait son identité. Lucy fit savoir à sa mère qu’elle n’approuvait que modérément qu’elle s’insinue dans les plans de carrière de Jessica avant même la fin du repas. Bien sûr tout cela se fit par télépathie.

« Aujourd’hui ? » Le regard de Sarah rencontra finalement celui de sa fille aînée. « C’était toi sur la jetée ? Tu as attaquée les carabes toute seule ? »

« Je pouvais très bien m’en occuper ! S’il n’y avait pas eu tous ces types en plus et les réserves de munitions... »

Sarah leva une main pour invoquer un cessé le feu. « Nous en reparlerons plus tard. De toute façon cela concerne Spawn et Hive. Pour le moment nous allons laisser de côté la vie héroïque d’ailleurs et profiter du repas que vous avez toutes les trois préparées, d’accord ? »

Lucy hocha la tête. Mais on pouvait sentir qu’elle était toujours un peu vexée. Si Sarah était prête à accepter Jessica dans sa famille, elle ne voulait pas lui détailler tous les détails de sa bataille contre l’Apiculteur et les différents gangs et monstres qu’il avait créés pour l’affronter.

« Et bien cela a l’air délicieux. Je suis surtout surprise que vous n’ayez pas mangé les chocolats durant la confection. »


« J’en ai mangé un peu, mais pas assez pour mettre en danger la recette de Jessica. » Avoua Ellen avec un sourire moqueur. Toutes purent finalement s’installer et Lucy s’occupa de servir les assiettes qu’on lui passait, en commençant par Jessica, l’invitée du moment bien entendu.

« Il y a aussi grand-père. Abraham Stinger, mais il est souvent en voyage d’affaire pour Gensect, donc la majorité du temps c’est juste nous trois. »

« Après il y a le major qui passe de temps en temps aussi. » Commenta Lucy avec un sourire qui lui valu un regard noir de la part de Sarah.

« Même si mes filles sont assez indiscrètes, oui c’est à peu près juste nous trois ainsi que mon père. Mais ce dernier n’est pas souvent là et sa chambre reste bien souvent vide. Je sais que cela peut faire bizarre, le fait que je vive toujours avec mon père après toutes ces années, mais je n’ai jamais vu le besoin de déménager, surtout pas après l’arrivée de Lucy et Ellen. »

« Et notre mère s’étonne qu’elle soit restée célibataire toutes ces années. Heureusement que Gabriel s’accroche un peu plus... » Ellen pouffa à la remarque de sa soeur. Rien ne semblait plus les amuser que la vie sentimentale de leur mère.

« Tu vis seul à China Town c’est ça, Jessica ? » Demanda calmement Sarah pour détourner l’attention d’elle. « Si tu as besoin certains soirs, il y a toujours des chambres de libre ici. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 20 Avr 2016 - 16:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je ne sais pas si Sarah s'en rend vraiment compte mais elle vient de dire exactement ce que j'avais eu envie d'entendre depuis notre première rencontre. Nous n'en étions qu'à la deuxième mais après la façon dont s'était achevée la première, j'avais craint, redouter, de ne jamais l'entendre parler de rattraper un peu le temps perdu. C'est bizarre la vie quand même. Il y a quelques mois de ça j'aurais voulu de suite parler du symbiote, de l'inquiétude qu'il créée en moi sur ce qu'il pourrait me faire, ce qu'il pourrait provoquer et maintenant que je suis avec la personne avec qui je pourrai en discuter j'ai plus envie de savoir comment elle a grandi, quelle femme elle est, c'est profondément terrien, bassement humain, si ça se trouve le symbiote était en train de ronger mes organes et me guider vers la tombe à vitesse grand V, peut-être qu'il allait me transformer définitivement en insecte géant et pourtant ma priorité était de découvrir ma sœur. Pas la scientifique, non, la sœur, celle que je n'ai jamais connu, celle dont j'ai récemment appris l'existence.

« Ca me va parfaitement. »

Je découvre que la mère connait plutôt bien ses filles pour le coup, il faut dire que l'une comme l'autre semblaient rapidement avoir pris confiance en moi à l'inverse de Sarah. Lucy s'était très vite ouverte à moi et Ellen avait rapidement rejoint sa sœur sur ce point. Alors je crois qu'elle connait déjà la réponse à la question qu'elle pose, de toute façon si le lien en question n'existait pas elle ne poserait pas la question sur leur lien au risque de me dire qu'il en existe un. Je hoche la tête.

« Oui, elles m'ont expliquées le lien qui existe entre chacune d'entre vous. Du coup j'imagine que là c'est plutôt extrêmement bruyant par rapport à vos habitudes. »

J'imagine qu'elles devaient plus souvent communiquer en silence qu'en venant faire du bruit du coup. J'ai souvenir qu'Ellen avait été surprise d'entendre Lucy lui parler de vive voix.

« A l'heure actuelle les deux m'iraient mais à choisir, j'aime le contact avec les autres, je suis plutôt sociable. »

En plus assise à un bureau je finis toujours par jouer avec le matériel qui traine plutôt que de faire mon travail, je me connais, je suis comme ça. Sans oublier que le contact avec les autres c'est ce qui m'a le plus motivée à faire mes études dans les langues. Moi qui pensais qu'elles partageaient tout, je me rends compte que je viens de mettre les pieds dans le plat en parlant de ce qui est arrivé sur la jetée. Tournant ma tête vers Lucy, j'affiche une moue d'excuses.

« Désolée. »

Je suppose que Sarah l'aurait su tôt ou tard mais je venais de mettre Lucy en plein dans la mélasse en une seule phrase. Ce n'était pas vraiment mon but, pour tout dire je pensais que Sarah savait avant d'entrer dans la villa ou, au moins, qu'une des filles lui aurait dit par télépathie. Visiblement je me trompais. Par chance Sarah désamorce la situation seule en disant qu'elle en parlera avec Lucy plus tard, revenant finalement au diner et à sa surprise de savoir que tout n'a pas été mangé des chocolats pendant la préparation. Voilà qui expliquait qu'elles ne cuisinaient pas souvent si elles mangeaient plus d'ingrédients qu'elles n'en cuisinaient finalement.

« Vous avez oublié de me le dire que vous ne cuisinez pas souvent parce que vous mangez tout avant que ça soit prêt. »

J'ai un sourire amusé en disant ça, me rappelant de mes premières mousses au chocolat. Attendre trois heures avec la mousse au frais, tu parles oui … un quart d'heure max. Le temps de terminer de nettoyer soigneusement la cuillère en bois et la casserole dans laquelle le chocolat avait fondu.

Rapide passage en revu des personnes venant de temps en temps à la villa et Sarah change très vite de sujet quand est abordé le sujet d'un certain Gabriel. Quoi que le major ne semblait pas lui plaire d'avantage comme sujet de discussion aussi quand elle décide d'orienter la discussion sur autre chose … sur moi … je préfère ne pas essayer d'insister ou d'y revenir.


« Oui, j'ai un petit studio, il y a jusque ce qu'il me faut, ça fait mon bonheur. »

Je m'avouais surprise de l'offre de Sarah de venir dormir à la villa, ça provoque un sourire plus gênée qu'autre chose.

« Merci c'est gentil … j'y penserai en cas de besoin … merci. »

Je ne m'y attendais pas vraiment, c'était spontané et très sympathique, tout à l'inverse de notre première rencontre en réalité. Le diner passa ainsi, sans parler vraiment de soi personnellement mais toujours en essayant de se découvrir un peu, à trois contre une je passais d'avantage de temps à répondre aux questions mais ça me convenait, ce n'était jamais trop personnel, aucun sujet fâcheux ne fut abordé et tout se passa pour le mieux. Jusque là. Parce que la table était débarrassée et que la mousse au chocolat avait encore besoin de se reposer.

« Je … hum-hum … il y a autre chose dont je n'ai pas parlé jusque là. Et je crois que c'est important que je le fasse. »

Mon regard était passé entre les trois jeunes femmes mais s'arrêtait maintenant dans les yeux de Sarah.

« J'étais là pendant l'attaque de Gensect il y a quelques mois, je venais pour discuter avec toi, de ce même sujet que j'ai abordé la dernière fois, quand les tirs ont commencé je me suis cachée et … quelque chose est arrivé. »

Je tourne la tête vers Lucy.

« Tu m'as demandée comment j'ai fait avec le carabe. »

Je tâche de prendre de l'assurance dans une inspiration.

« Je me suis cachée dans un laboratoire, le terroriste a tiré au hasard sur les béchers, j'ai été coupée par le verre et le contenu du bécher est entré en moi. Depuis je peux faire … ça. »

Je pose mes coudes sur la table, mains vers le haut, les laissant voir mes mains et avant-bras qui se recouvrent de chitine.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 21 Avr 2016 - 14:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’entomopathie n’avait pas toujours été aussi bruyante pour Sarah que depuis qu’elle avait des filles qui étaient semblables à elle. Pendant de nombreuses années, elle lui permettait seulement de contrôler les insectes qui se trouvaient près d’elle, de savoir où ils se trouvaient, de les appeler à elle, de les commander. Mais leurs pensées restaient très simples, primitives et à moins qu’elle n’essaye d’en contrôler une trop grande quantité, elle n’avait jamais eu de problèmes. Maintenant qu’elle avait ses filles c’était différent. Car elles pouvaient capter leurs pensées si elles le désiraient. Elles reproduisaient à leur échelle le même état de conscience collective que l’espère extra-terrestre dont elles étaient issues.

« Oh ne t’inquiète pas, nous ne communiquons pas uniquement par télépathie, au contraire, nous aimons bien parler, cela nous évite juste de crier. »

« Et puis papi ne possède pas un pouvoir suffisamment développé pour pouvoir discuter avec nous, donc quand il est là nous discutons normalement, comme nous le faisons avec toi. »

« Il ne faut juste pas que tu sois surprise si parfois tu as l’impression que nous parlons l’une à la suite de l’autre comme si nous étions un seul et unique organisme. »

« Comme ce que nous sommes en train de faire en ce moment même. » Conclut Sarah avec un léger sourire.

Elle avait longtemps accepté le fait qu’elle ne pouvait pas complètement étouffer ses particularités extra-terrestres ou celles de ses filles. Embrasser l’entomopathie avait été nécessaire, tout comme le fait qu’elles formaient un essaim avec une part d’individualité. Cela pouvait être très déstabilisant pour certains.

« Enfin, si jamais tu as besoin d’aide pour trouver du travail, n’hésite pas à nous demander aussi. »

« Papi a beaucoup de contacts un peu partout. Enfin ce n’est pas une obligation, tu fais comme tu veux. »

Ellen faisait bien de rajouter cette remarque. Sarah elle-même aurait voulue la faire. Car elle ne voulait pas donner l’impression de vouloir contrôler la vie de Jessica. Elle lui proposait déjà de rester dormir certains soirs si elle le désirait, elle ne pourrait pas la placer dans Gensect comme son père l’avait fait pour elle et comme elle comptait le faire pour Lucy et éventuellement Ellen. Pas tout de suite en tout cas. Mais cela restait une possibilité si elle le désirait. Il ne servait à rien de nier le lien qu’elle ressentait vis à vis de sa demi-sœur. Un lien qu’elle ne comprenait toujours pas totalement même si les révélations à venir allaient le lui apprendre bientôt.

Ellen et Lucy sourire à la remarque à propos de ce qu’elles avaient fait subir à une partie du chocolat réservé pour la mousse. Bien évidemment elles s’étaient retenues pour ne pas mettre la recette en danger et savaient très bien que si on fouillait bien, on pouvait trouver des réserves monstrueuses de sucreries diverses et variées dans la villa Stinger. Dont du chocolat bien évidemment. Mais tout n’était pas adapté à la préparation du dessert de Jessica.

« Ne te sens pas obligée de rester dormir tous les soirs. C’est juste une proposition. Je sais que cela peut être surprenant... Aux vues de notre dernière rencontre. Mais je tiens vraiment à ce que tu puisses faire partie de notre vie si tu le désires. Et je sais que mes deux filles pensent la même chose. »


Et en vérité, Jessica faisait déjà beaucoup plus partie de leurs vies qu’elles ne pouvaient l’imaginer. Les trois femmes-insectes s’entre-regardèrent lorsque Jessica commença à évoquer son dernier secret. Sarah imagina tout de suite le pire, une raison obscure et terrible pour laquelle Jessica serait venue vers elle. Est-ce qu’elle avait une maladie dont le traitement demandait des sommes colossales ? Ou bien il y avait autre chose ? Un frère, une autre soeur ? Non. C’était totalement différent. Les trois femmes écoutèrent en silence la révélation de Jessica.

« Waow... » Ellen s’approcha, plaçant son bras à côté de celui de Jessica et laissant la chitine le recouvrir, leurs exosquelettes étaient semblables, mais aussi légèrement différents. « C’est presque le même que nous. Quoiqu’il à l’air moins épais. »

« Pourquoi tu ne me l’as pas dit quand je t’ai demandé comment tu l’avais fait ? » Demanda Lucy en croisant les bras et en affichant une moue presque boudeuse. Apparemment elle n’appréciait de ne pas avoir été mise dans la confidence après tout elle avait été la première à vraiment se lier avec Jessica.

Sarah elle gardait le silence, la surprise visible dans ses yeux. Elle finit par pousser un léger soupir. « C’est la dernière fois que j’engage des stagiaires... Je lui ai demandé de mettre le symbiote en sécurité et il l’a mis dans un bécher. » Elle se passa une main sur le visage, réfléchissant à toutes les implications de ce que venait de lui révéler Jessica. Cela expliquait cet étrange bourdonnement, car le symbiote avait été créé à partir des cellules de Sarah, il était en partie insecte. « Je... Je suppose que tu dois te poser beaucoup de questions sur ces pouvoirs que tu as acquis... Comment expliquer. »

« Déjà tu peux te sentir privilégiée, tu es la toute première personne à réussir à te lier au symbiote ! »

« Ce qui peut s’expliquer par le fait que tu es ma demi-sœur. Comme nous partageons une partie de notre génome et que le symbiote a été créé à partir de mon exosquelette, il a dû reconnaître ces connexions et réussir à se lier à tes cellules contrairement aux autres sujets de test. C’est... C’est à la fois une partie de toi et un autre organisme qui vit en toi. Mon objectif était de pouvoir reproduire mon exosquelette naturel pour pouvoir en équiper éventuellement certains membres de l’UNISON, de la police ou des pompiers. Mais personne n’était compatible avec le sujet final... Sauf toi. Tu l’as donc déjà utilisé ? Tu n’as pas de problèmes pour le contrôler ? Pas de nausées ? D’urticaire ? »

Sarah fit une pause, se rendant compte qu’elle devait être en train d’effrayer Jessica pour rien.

« Je suis désolée si je te fais peur. Mais il peut y avoir des effets secondaires, je ne suis jamais allé aussi loin dans les tests et j’avais cru que l’échantillon avait été dérobé ou détruit pendant l’attaque. Le symbiote n’étant compatible avec personne, je me suis dit que ce n’était pas important, sauf que tu es la preuve du contraire. Quoique mieux vaut qu’il soit tombé entre tes mains qu’entre d’autres. Je... Je sais que ce n’est pas forcément ce que tu veux entendre, mais il faudrait que je fasse quelques tests, pour savoir qu’il n’y a aucun risque pour toi. Si tu es d’accord bien entendu. »

Même si Sarah ne savait pas vraiment ce qu’elle ferait si Jessica refusait. Ce symbiote était potentiellement dangereux, il faisait partie d’une espèce particulièrement redoutable tout comme elle, une espèce qui avait colonisé des dizaines de mondes et qui voulait coloniser la Terre. Sarah ne voulait pas que sa demi-sœur devienne l’un de leurs agents, par sa faute.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 21 Avr 2016 - 17:47 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
« C'est un coup à donner un torticolis cérébral aux personnes avec qui vous discutez toutes les trois. En tout cas c'est assez surprenant et pas forcément désagréable. Déstabilisant aussi. Vous avez une telle symbiose entre vous. Ca doit être formidable … et euh … incroyablement pénible quand on veut avoir un secret. »

J'étais bien contente de ne pas les avoir dans ma tête en ce moment parce que je n'arrête pas de m'interroger sur la marche à suivre avec mon dernier secret que je leurs gardais en réserve. Je ne savais pas combien de temps j'allais encore pouvoir le garder, franchement je n'avais aucune envie de le garder mais tout se passait tellement bien que je ne voulais pas risquer ce que j'avais pour une stupide décision que j'aurai pu prendre. Je peux choisir de ne rien dire, ça ne ferait aucun mal dans l'immédiat, je passe une bonne soirée, retrouvant une sœur et me découvrant deux nièces qui me sont extrêmement sympathiques. D'un autre côté ça pourrait me coûter cher de ne rien dire aujourd'hui et de leurs donner un mauvais sentiment ensuite quand je viendrai à m'ouvrir. Qui a dit que c'est facile d'avoir un secret ? Sûrement pas moi. En tout cas toutes les trois sont très sympathiques et Sarah tente même de m'aider avec ma quête d'un travail.

« Je prends note mais j'aimerai vraiment trouver par moi-même. Ca doit être possible, j'avais bien un travail à L.A. »

Je souris, tâchant d'être optimiste, je ne me fais pas de soucis pour l'instant, je suis certaine que je finirai bien par trouver quelque chose. Mon domaine est assez vaste et diversifié, j'apprends vite s'il me faut acquérir un langage technique pour faire des traductions mais je serai quand même plus à l'aise au contact de gens. Je suis sociable, j'aime le contact humain, la proximité, parler plus que d'écrire. Sans être abusivement bavarde je préfère une heure de discussion à une heure de lecture et écriture, même si tout cela est dans la traduction. L'invitation de Sarah à dormir me fait chaud au cœur, nous sommes vraiment très loin de la première rencontre que nous avions eu et je trouve ça très bien en réalité car ça me permet de profiter du moment. J'avais beaucoup appréhendé mais Ellen et Lucy avaient eu parfaitement raison, Sarah voulait rattraper le coup avec moi et elle y parvenait à merveille. Pourtant une petite voix dans ma tête continuait de me dire que je n'avais pas tout dit, que les choses n'allaient pas être aussi simples très longtemps selon la réaction de Sarah en découvrant que je partage plus qu'un génome avec elle. Pour l'heure je profite encore, craignant un peu sa réaction, allait-elle trouver que je n'avais pas parlé assez vite du symbiote ? Que ça aurait dû être ma priorité ?

« Je prends note de ta proposition, je viendrai une fois de temps en temps, c'est promis. »

Ca serait l'occasion de mieux se connaître, de partager des moments agréables et plaisants ensemble, qui sait d'initier mes deux nièces aux joies d'un jeu de société comme Zombicide, que je conseille vivement soi dit en passant (interlude pub terminé je viens de gagner 10 cents sur l'achat de l'extension Wouhou). En attendant il restait un dernier test à passer et je me lançais finalement en espérant que les choses se passent bien.

Je crains leurs réactions quand je montre ce que je peux faire, enfin une partie. Ellen est la première à exprimer un avis et je dois dire que c'est principalement de la surprise même si de suite elle vient poser son bras près du mien, le recouvrant à son tour de chitine. Lucy semblait plutôt boudeuse à l'annonce de la nouvelle, c'est vrai que j'aurai pu lui dire mais quelque chose m'avait retenue.


« C'est … imaginons que je te l'ai dis et que je ne sois pas venue avec toi, que j'ai refusé de revoir Sarah, tu as l'air impulsive, je craignais que tu utilises ça comme un argument pour la convaincre et à une scientifique intéressée par mon cas je préfère largement une sœur. »

J'espérais que mon explication lui conviendrait, je veux dire … quelqu'un doit déjà lui avoir dit qu'elle est impulsive comme une barre de plutonium, pas vrai ? Ca n'allait pas lui faire un choc violent comme remarque, j'espère que non, je trouve que ça fait parti de son charme moi. L'impulsivité parfois … ça a du bon.

« Il était fermé, le becher … si ça fait une différence. »

J'en doutais mais bon, d'instinct je protège les autres et je ne blâmerai pas Sarah, le stagiaire ou le terroriste pour ce qui m'est arrivé. Jusqu'ici je n'avais aucun contre-coup négatif à la fusion du symbiote et de mon corps. Je hoche la tête quand elle demande si j'ai envie de savoir comment j'ai acquis ces pouvoirs. Les explications ne tardent pas et même si tout est loin d'être limpide comme de l'eau de roche, je comprends l'essentiel. Le symbiote est fait à partir de Sarah, s'il a fusionné avec moi c'est qu'une partie de mes cellules sont identiques aux siennes et du coup … pouvoirs ! Mes sourcils se lèvent quand elles parlent d'effets négatifs mais j'attends sagement la fin pour répondre finalement avec un sourire rassurant.

« Non, jusque là tout va bien, je n'ai aucun effet négatif. Enfin pas que j'ai ressenti. Juste l'exosquelette qui est assez épais, c'est fichtrement encombrant pour me battre. »

Ou comment avouer que j'ai utilisé ces pouvoirs pour tenter de jouer à l'héroïne.

« Autrement je n'ai rien ressenti qui me fasse sentir mal ou en danger. Mais si tu veux faire un bilan pour contrôler ça ne me dérange pas. Je t'avoue m'être parfois interrogée là-dessus mais à qui demander sans risquer ton identité ? »

Je reviens sur sa question sur le contrôle.

« Pour le contrôle, je me suis exercée pour éviter les transformations non désirées mais j'ai bien saisi le truc je crois. Autrement … je t'avoue que ce qui m'a vraiment motivée a été … j'étais en train d'arrêter deux voleurs à moto et l'un d'eux a sorti une arme dans mon dos, j'ai un réflexe … bizarre. J'ai attrapé la moto et je l'ai envoyée sur lui. »

Pause, réalisation soudaine.

« Je l'ai déviée ! J'ai réussi à la dévier du bout des doigts, il va bien, hein, enfin en prison mais … enfin … voilà … à part ce saut d'humeur … Tout va plutôt bien. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Ven 22 Avr 2016 - 22:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les trois femmes, simultanément eurent le même sourire en coin lorsque Jessica parla de leurs petits secrets. Apparemment le sujet les amusait tout particulièrement et toutes les trois savaient parfaitement pourquoi. Elles avaient leurs petits secrets, car elles étaient capables de cacher certaines de leurs pensées, grâce à leur individualité. C’était de cette manière qu’Ellen avait réussi à cacher à sa mère qu’elle avait approché son père biologique, d’ailleurs elle était celle qui excellait le plus à ce petit jeu.

« Nous ne partageons pas toutes nos pensées, seulement celles que nous voulons, sinon cela serait un capharnaüm constant. »

« Seules nos pensées superficielles peuvent être captées et nous pouvons en quelque sorte ne pas vouloir être lues pendant un temps si nous le désirons. »

Bien sûr Sarah pouvait les forcer à rétablir le lien. Car elle était la reine de leur essaim, la matriarche, celle qui était censée les commander. Mais elle ne le faisait pas, pour des raisons éthiques bien évidemment. Elle avait confiance en ses filles et voulait entretenir leur humanité, non pas l’écraser sous sa domination mentale pour qu’elle ne devienne que des extensions de son être. Cela c’était ce que l’Essaim, celui dans l’espace, désirerait qu’elle fasse. Puis qu’elle ait de plus en plus d’enfant et que Sarah tombe elle-même sous la coupe de la reine primordiale de l’Essaim.

Sarah se contenta toutefois d’hocher la tête quand Jessica répondit à ses deux propositions. Bizarrement, c’était exactement ce à quoi elle s’attendait. Il y avait toujours une distance entre elles et c’était tout à fait naturel. Après tout elles n’avaient pas grandies ensemble, le fait que Jessica soit sa soeur, même le fait qu’elle possédait le symbiote perdu de Gensect, ne pouvait pas rattraper tout le temps perdu. Cela se ferait au fur et à mesure, progressivement. Mais la jeune femme pouvait aussi être une nouvelle ancre pour Hive dans le monde des humains. Ce qu’elle ne refuserait pas. Après tout, elle était la plus humaine de toutes les quatre, même avec le symbiote qui s’était lié à elle.

« Je n’aurais pas refusé de t’inviter ici en voyant le symbiote, je t’aurais juste amenée directement à notre mère. Mais bon, je comprends. »

Lucy continuait toutefois de bouder un peu, juste pour la forme. Même si elle n’aimait pas qu’on lui dise qu’elle était impulsive. Car aux yeux de Lucy, ce n’était pas le cas. Elle était réactive et instinctive. Il n’était pas question de rage, de colère ou d’irritation dans ses réactions, mais d’instinct. Car elle avait été élevée dans une cuve, avec des souvenirs fragmentés qui ne lui appartenaient pas. Elle était probablement celle qui avait le plus besoin de l’influence d’une reine sur son esprit, sans même qu’elle ne le sache. Après tout, que devenait une fourmi sans colonie ? Surtout une fourmi qui pouvait détruire une jetée avec ses poings.

Sarah s’était rapprochée de Jessica, tirant une chaise à côté d’elle pour s’asseoir et observer avec un calme olympien l’exosquelette qui recouvrait les bras de Jessica. Ellen se trouvait toujours à côté elle aussi, observant sa mère par contre et cherchant probablement à deviner les pensées et raisonnements scientifiques qui devaient s’épanouir dans son esprit comme des fleurs au printemps.

« Aucun effet négatif... Bien, c’est une bonne nouvelle. » Le fait que le bécher soit fermé ou non importait peu. Développer le symbiote avait coûté des millions à Gensect et beaucoup de travail et d’investissement à Sarah. Après tout il était constitué de ses cellules originellement, c’était presque comme son enfant, ou un organe qui aurait décidé de se faire la malle. Mais il n’avait pas été perdu, il avait trouvé une hôte, comme il était censé le faire. « Cela signifie qu’il fonctionne bien comme un symbiote et non comme un parasite, qu’il n’épuise pas toutes tes ressources biologiques pour ensuite passer à un nouvel hôte. Exactement comme il était censé fonctionner. Mais je suppose que tu manges plus depuis qu’il s’est lié à toi ? En tout cas plus sucré, non ? »

Le sucre était de l’énergie, pouvant être métabolisé très rapidement. Très doucement, Sarah avança l’un de ses doigts pour toucher la chitine de Jessica. Elle était très semblable à la sienne, surtout lors de ses propres premiers stades. Vu qu’elles ne partageaient pas de lien psychique et n’appartenaient pas à l’essaim, Jessica n’avait pas évolué comme elle et ses filles. « Le symbiote n’est pas concerné par mes évolutions contrairement à mes filles, probablement parce qu’il ne possède pas de cortex cérébral et que celui de l’hôte est 100% humain. » Lâcha-t-elle perdue dans ses pensées.

« Je peux m’occuper du bilan, ou trouver quelqu’un qui le fera si tu es plus rassurée par un médecin normal. Il y en a à l’UNISON qui connaissent mon secret, ou celui qui m’a examiné la première fois que j’ai développé un exosquelette. »


Les yeux de Sarah plongèrent dans ceux de Jessica quand elle lui parla de la moto et de ce qu’elle avait fait. Cela ne lui rappelait que trop ses propres déboires avec sa part extra-terrestre. Sauf que la déchirure qu’elle pouvait parfois ressentir n’était rien en comparaison de celle que devait subir Jessica.

« Il n’y a rien de surprenant à cela. » Elle se recula un peu. « Le symbiote est un organisme simple, qui va chercher à défendre son hôte contre les menaces extérieures pour rester lui-même en vie. S’il a, à travers tes sens, identifié ces individus comme une menace, il a cherché une réponse instinctive. Généralement c’est attaquer ou fuir et il a choisi l’attaque. Il doit être relié à ton cerveau et tu as réussie à reprendre le dessus. Mais il faut que les choses soient claires... C’est une arme que tu as là, une arme dangereuse, un fragment du même pouvoir que moi. Tu es probablement la seule personne au monde à pouvoir l’utiliser parce que tu es ma demi-sœur. Mais il va falloir que tu apprennes à le contrôler pour éviter que la situation ne dérapes, je suppose que tu comprends ? L’autre alternative étant de te le retirer, mais je ne sais pas si c’est possible, ou même si tu en as envie. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 23 Avr 2016 - 10:41 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ainsi donc chacune pouvait avoir son petit jardin secret, voilà qui me rassurait parce que vivre sans secrets, je n'en serai pas capable. Par exemple avec Ellen, Lucy et Sarah, beaucoup de choses n'ont pas encore été dites, pourquoi j'aimerai être une héroïne, pourquoi j'ai appris à me battre dans un premier temps, ma sexualité … Avoir un petit jardin secret où l'on peut garder ce qu'on veut garder est une chose importante. Je sais que ma mère aurait aimé que je n'en ai pas et quelque part je suis soulagée de voir que Sarah ne joue pas les vilaines curieuses avec ses filles pour s'assurer que tout va bien. Après tout le cas d'Ellen et Lucy est encore très différent du mien, j'ai été une enfant ordinaire, simplement humaine, alors qu'Ellen et Lucy possèdent toutes les deux des aptitudes prodigieuses depuis leur naissance, sans oublier leur croissance accélérée. Cela faisait beaucoup d'éléments qui auraient pu pousser Sarah à vouloir s'assurer que ses filles ne lui cachent rien de dangereux ou mauvais. Non, elle ne le faisait pas et cela était très bien, c'était une bonne chose. Sans doute arrivait-elle à se mettre à la place de ses filles et comprendre combien les secrets sont importants. Je ne doute pas qu'elle en ait elle-même pour ses filles, c'est quelque chose de naturel de vouloir protéger les autres, de vouloir protéger ses enfants comme l'on veut protéger ses parents. Je donne un petit coup de coude à Lucy avec un sourire chaleureux.

« Allez, boude pas. Je te promets que dès que tu peux te montrer au grand jour t'es la première qui avec je passe une après-midi entre filles. »

Je pouvais comprendre la position de Lucy, elle a été la première à faire un pas vers moi, elle m'a encouragée à venir parler à Sarah, elle m'a invitée ici, elle a même réussi à me convaincre de laisser une seconde chance à sa mère. Peut-être aurait-elle dû en être informée avant les autres, comme un geste de confiance, je n'avais pas pensé à ça comme ça au moment où j'avais décidé de garder le symbiote pour quand nous serions toutes les trois. Tant pis, je n'ai pas le pouvoir de revenir dans le temps, le "mal" est fait, si tant est qu'il y a véritablement eu des maux provoqués par mon choix et mon attitude.

Quand Sarah me pose des questions, je réponds avec honnêteté, je me suis toujours interrogée sur les effets du symbiote sur moi. Sans savoir exactement si je devais redouter ou craindre des effets, j'avais profité de ses bienfaits. Enfin bienfaits … des pouvoirs qu'il me donne. Sarah semble rassurée que je ne ressente aucun effet physique néfaste, je peux deviner à son visage qu'elle est en train de cogiter à plein régime, Gensect avait dû penser ce symbiote perdu et voilà qu'il était dans le corps de sa propre sœur dont elle ignorait jusqu'à l'existence il y a une quinzaine de jours de cela.


« Disons que je grignote beaucoup plus qu'avant. Quelques bonbons par ci, un fruit par là, des petits gâteaux de temps en temps mais oui, plus sucré, ça s'est sûr. Pratiquement j'ai remplacé l'eau par des sodas ces derniers temps. »

Je n'avais pourtant jamais été très soda mais maintenant que Sarah parlait de manger plus sucré, je ne pouvais pas nier qu'elle avait raison, mes habitudes alimentaires avaient changé.

« J'imagine que mon amour pour les plats indiens et thaïs a aussi été affecté par le symbiote ? Dès que c'est un peu épicé … plus moyen de dépasser les trois bouchées. »

Un brin de regret dans ma voix pour le coup, j'adore la nourriture indienne mais je suis incapable d'en manger, imaginez un instant que vous deveniez allergique aux arachides alors que vous adorez le Nutella. Quand Sarah parle d'un bilan santé, ma main vient doucement serrer la sienne, premier contact physique à s'établir entre nous mais … je ne suis pas franchement rassurée et cela doit se ressentir dans mon geste, je me suis souvent posée des questions sur les effets du symbiote en moi, sans avoir le courage de passer des examens.

« Toi. Définitivement toi. »

Je libère ses doigts et l'écoute me parler du symbiote, de la réaction qu'il avait eu en lançant la moto et évidemment une rapide petite morale sur le besoin capital d'apprendre à contrôler le symbiote. Elle propose de le retirer, si cela devait être possible et là pour le coup c'est à mon tour d'afficher une moue de réflexion. Voilà une possibilité que je n'avais même pas envisagé. Ca demandait réflexion.

« Avant que je ne commence à carrément peser le pour et le contre, on devrait voir si déjà c'est possible de le retirer, non ? Je ne sais pas si j'en ai envie ou pas et franchement, j'aimerai d'abord être fixée sur ses effets sur moi, s'il en a, sur ma capacité à le contrôler et sur mon propre désir de vivre avec lui … ou pas. »

J'ai un bref sourire qui passe sur mon visage.

« J'imagine qu'on va passer pas mal de temps ensemble du coup, entre les analyses et les entrainements pour contrôler le symbiote. »

Je m'en réjouis c'est un fait.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 24 Avr 2016 - 19:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Lucy accorda un léger sourire à moitié-honnête à Jessica. La femme-insecte n’en voulait pas vraiment à sa tante. Il n’y avait pas besoin d’être un génie pour comprendre pourquoi elle n’avait pas voulu tout raconter tout de suite, surtout aux vues de ses rapports avec Sarah au moment où elles s’étaient croisées. Peut-être qu’elle avait imaginé que Hive la mettrait dans un bocal dans un laboratoire jusqu’à trouver un moyen de la débarrasser du symbiote et qu’elle ne l’aurait traitée que comme un sujet d’expérimentation, une patiente ou quelque chose du genre.

« On verra... De toute façon on n’en est pas encore là. » Marmonna Lucy.

Elles n’avaient pas encore de véritables identités et ce qui comptait pour le moment, c’était de comprendre pourquoi le symbiote c’était lié à Jessica. Quoique la réponse à cette question était plutôt simple. Mais plutôt comprendre quelle était la nature de leur symbiose et l’étendue de cette dernière. La scientifique continuait d’observer ce qu’elle avait sous les yeux, cet exosquelette, son exosquelette, mais qui n’était pas le sien. C’était une chose de pouvoir transmettre ses pouvoirs à ses filles, ce n’était que quelque chose de simple, la base de la génétique. On appelait même cela un transfert de gène vertical. Mais pour ce qui était de Jessica, c’était un transfert de gène horizontal et c’était une toute autre chose, un miracle de la science. Mais cela impliquait aussi que les pouvoirs de Sarah, ou tout du moins une partie pouvaient être répliqués et éventuellement utilisés contre elle. Contre l’humanité.

« Je vois. L’alimentation plus sucrée c’est normal, c’est un peu comme si tu étais enceinte et que tu devais manger pour deux. Sauf que le symbiote étant un insecte, il métabolise mieux certains sucres et le fait assez vite. En gros je pense que ton métabolisme maintenant se rapproche du nôtre. »

« Ce qui veux dire que tu ne peux quasiment pas grossir. » Déclama Ellen avec un léger sourire. Cette même capacité l’aidant beaucoup dans certains passages de son adolescence tumultueuse. « Quoiqu’il est toujours possible de manger beaucoup, mais cela risquerait de juste faire évoluer le symbiote. Comme nous un peu. »

« En effet... » Sarah eut un léger sourire en voyant sa fille se prêter à l’examen scientifique. « Pour la nourriture épicée c’est tout à fait normal. La capsaïcine, la molécule responsable de la sensation de brûlure dans les piments est une molécule censée repousser les insectes. Mais bon, je pense que si tu forçais, tu pourrais réussir à la tolérer et à évoluer outre, enfin le symbiote évoluerait outre. »

Sarah réfléchissait à ce que cela signifiait. Le symbiote ne se contentait pas d’être accrocher à Jessica. Il ne se contentait pas simplement de lui offrir une protection, il influençait aussi sa façon de vivre en diminuant son appétit pour la nourriture épicée et en augmentant celle pour la nourriture sucrée. La question était : est-ce qu’il chercherait à proliférer et donc à la pousser à avoir des rapports non protégés ? Une expérience que Sarah connaissait bien pour l’avoir subie elle-même en cédant un soir à ses instincts les plus basiques. Mais elle n’allait pas effrayer tout de suite sa demi-sœur avec cela. Surtout qu’il se passa quelque chose d’étrange, enfin d’étrange pour la scientifique.

Elle n’avait jamais été proche des gens. Jamais vraiment. Pas très tactile dans son enfance même avec son père, ses expériences avec des hommes se comptaient sur les doigts d’une seule main et elle en laissait peu l’approcher. La façon dont Jessica lui saisit la main, c’était étrange, à la fois plaisant et une invasion de son espace vital. C’était pleinement humain. Est-ce qu’elle avait ce genre de gestes avec ses filles ? Est-ce qu’elle le faisait vraiment intentionnellement, parce que cela lui était naturel ou bien parce qu’elle imitait tous ce qu’elle avait pu voir autour d’elle ? Sarah ne dit rien, ne fuit pas le contact, loin de là, mais une part d’elle fut soulagée lorsqu’il cessa. Décidemment, Jessica pourrait être une ancre avec l’humanité.

« Oui je comprends, je ne peux même pas vraiment comprendre ce que tu dois ressentir. La majorité d’entre-nous sont nés avec des pouvoirs et n’ont jamais l’occasion de pouvoir s’en débarrasser. Seulement de les utiliser ou non. Mais le temps que je découvre s’il peut être retiré ou si tu veux le garder, il faudra que tu le contrôles. Heureusement il a l’air assez proche de nous et de la façon dont nos pouvoirs fonctionnent. »

« En gros, il va falloir te mettre à la méditation pour éviter de tuer tout ce qui te menace et de coucher avec le premier type avec un patrimoine génétique intéressant que tu croises, ce genre de choses. » Lâcha Lucy avec un sourire taquin. Bien sûr Sarah la foudroya du regard aussitôt.

« Nous allons effectivement passer un certain temps ensemble. Je suppose que tu peux rejoindre les entraînements avec mes filles. Pour les analyses... Je peux commencer dès ce soir si tu veux. Il y a... Un complexe sous la villa, où se trouvent nos costumes et un laboratoire. Si tu veux je peux y faire des prélèvements de peau et de chitine pour observer tes cellules, réaliser une extraction d’ADN puis m’occuper de réaliser des tests d’hybridation. »

« Maman tu t’égares... »

« Désolée... Enfin, tu veux peut-être te reposer d’abords, apparemment cette journée a été particulièrement rude pour toi. »

Entre l’attaque du port, la préparation du dîner, le stress et tout ce qui avait suivi.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 24 Avr 2016 - 20:17 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Elle avait raison, nous n'en étions pas encore là et d'ici à ce que nous y parvenions, un peu d'eau allait couler sur les ponts. Je ne savais pas encore ce que ce symbiote me faisait et je ne doutais pas de la volonté de Sarah de le savoir, de toute façon je ne lui laisserai pas le choix, je voulais savoir. Savoir si mon geste avec la moto avait été un réflexe du symbiote ou un geste d'humeur parce que le symbiote touche à des choses qu'il ne devrait pas toucher. Savoir s'il avait un mauvais effet sur ma santé, s'il agitait mon corps de façon anormale. C'étaient autant de questions que j'avais mais que je n'avais jamais su à qui poser, Sarah était la réponse la plus logique mais aussi la plus délicate à approcher. Jusqu'à aujourd'hui. Jusqu'à Lucy. Jusqu'à Ellen. Je devais déjà beaucoup aux filles de Sarah alors que je venais de les rencontrer. Lucy et Ellen m'avaient fait réaliser que nous étions une famille et quand une famille il faut se parler, se laisser une seconde chance, oser aller de l'avant et oublier le passé, se le pardonner. Cette première rencontre catastrophique appartenait désormais au passé, maintenant il fallait avancer, se découvrir, se parler et c'était que ce que nous faisions. Le sujet passionnait clairement les trois femmes avec qui je dinais, moi j'étais plus intéressée par un plan personnel mais Lucy semblait curieuse de mes pouvoirs tandis qu'Ellen et Sarah étaient clairement intéressées par l'aspect scientifique de la chose. Je retrouve un peu de Sarah en Lucy comme en Ellen mais pas les mêmes traits de caractère, Lucy semble tenir bien plus de Hive, la courageuse héroïne bravant les dangers, Ellen en revanche tient clairement de Sarah, la scientifique calme et posée, qui cherche des réponses.

« Vous savez que ça peut valoir une fortune un symbiote "régime minceur" ? »

J'ai un doute sur le fait qu'elles y aient pensé mais pour ma part si je fais un trait d'humour, enfin que je tente comme je peux de le faire, c'est surtout pour me rassurer. Ellen vient de soulever un point que je n'avais pas imaginé encore, l'évolution du symbiote comme par exemple de prendre le contrôle ? Est-ce que cela était possible ? L'humour c'est mon arme anti-stress et là pour le coup, sans le vouloir, Ellen venait de réveiller un paquet de questions en moi et elles agitaient mes pensées. La plus inquiétante était pourtant : Et si finalement c'était Jessica qui devenait le costume et l'exosquelette la vraie nature ? Non … je veux dire … Sarah me préviendrait, pas vrai ? Je tâche de faire bonne figure, merci les cours de théâtre à la fac parce que là pour le coup, comme en plus Sarah confirme les possibles évolutions du symbiote, je me sens un peu moins à l'aise. Ca, ça va clairement peser dans ma décision de le garder ou pas !

« Ou alors je peux tout simplement me dire que de toute façon la nourriture épicée c'est mauvais pour l'estomac. »

Autre possibilité, pour le coup je la préfère, si le symbiote peut évoluer pour s'adapter j'aimerai autant qu'il ne le fasse pas un jour pour autre chose qu'apprécier la nourriture relevée. Donc autant ne pas habituer le petit squatteur en moi à changer sa nature et ses habitudes. Quoi qu'en ayant déjà commencé à l'utiliser et en acceptant de me transformer je jouais déjà son jeu … Super voilà que je commençais à devenir paranoïaque. Allez Jess, on se reprend, Sarah sait ce qu'elle fait, Ellen a l'air sûre de sa maman pour trouver des réponses et t'aider, tu vas t'en sortir sans trop de soucis. Cela dit je manque de m'étouffer dans ma gorgée d'eau en entendant la remarque taquine de Lucy. Je n'ai pas oublié ce qu'elle a dit sur le toit. Alors quoi, le symbiote risque aussi de me donne des envies de … sexe ? Finalement je commence à me dire que je préférais quand nous ne parlions que de choses comme … envoyer une jetée par le fond, affronter des carabes.

« Tu veux dire que … Ellen … Ok … Je comprends mieux ce que tu m'as dit sur le toit. »

Est-ce que le fait que je sois lesbienne ? Ah ben tiens non, on parlait de l'évolution du symbiote, je vous parie que demain je suis bi et dans trois jours hétéro militante anti-gay. Allez, on se calme et on se ressaisit, Ellen a moins d'un an, Sarah en a tente-cinq ou quelque chose comme ça, j'ai encore une dizaine d'années devant moi, ça va aller. Par chance le sujet revient à quelque chose de plus léger … enfin pas tant que ça en réalité mais à côté des possibles évolutions de ma sexualité et ma personnalité c'est carrément léger comme une île flottante.

« Non, ça ne me dérange pas, on peut commencer ce soir si tu veux. Enfin si ton offre de rester dormir ici tiens toujours parce que sinon ça serait sage que je ne tarde pas en effet. C'est comme tu préfères, tu as passé ta journée à travailler, tu n'as pas forcément envie de remettre ça. »

Pour ma part, cette soirée se passant relativement bien avec Sarah et ses filles, je n'avais pas envie de la voir se terminer aussi vite, je préférais profiter encore un peu de cette bonne ambiance, de cette bonne entente.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 25 Avr 2016 - 14:42 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un léger sourire passa sur les lèvres de chacune des Stinger lorsque Jessica parla de son symbiote régime minceur. Bien entendu elles n’y avaient pas vraiment pensées. Aussi étrange que cela puisse paraître en voyant les trois jeunes femmes, l’esthétique ne faisait pas vraiment partie de leur priorité principale. Ce n’était qu’un effet secondaire de leur mutation. Même si Sarah soupçonnait le virus alien d’avoir modifié leur génome de manière à les rendre plus attirantes pour les hommes. Ce genre de petites choses.

« Seulement tu es la seule à pouvoir en profiter, donc difficile de se faire une fortune dessus ! »

« Surtout que certaines personnes n’apprécieraient pas vraiment d’avoir un insecte en elle, même pour avoir le ventre plat. »

Sarah continuait son examen, pour le moment particulièrement sommaire. Mais c’était une manière de se rapprocher de Jessica, de lui donner corps dans son esprit, à elle autant qu’au symbiote. Il y avait tellement de tests à effectuer, de recherche à faire pour s’assurer du bien-être de la jeune femme. Mais aussi pour le bien-être de ceux qui l’entoureraient, s’assurer qu’elle ne blesserait personne par mégarde. Le même petit jeu qu’elle menait déjà finalement avec Lucy et Ellen. Lorsque la première était arrivée, ou plutôt quand Sarah l’avait ramenée d’un laboratoire clandestin en flammes pour la déposer chez elle après qu’elles se soient affrontées, il avait fallu du temps pour qu’elles se réhabituent l’une à l’autre. Quand Ellen était arrivée, cela avait été plus simple. Notamment parce que cette dernière était née naturellement. Bien sûr il y avait toujours le problème de son père. Comme Lucy le rappela presque douloureusement sans le vouloir.

Le fait de ne plus aimer la nourriture épicée passait largement en second plan quand un symbiote pouvait changer vos préférences sexuelles ou vous amener à provoquer des rapports. Sarah observa calmement Ellen, pour voir sa réaction, mais la jeune fille ne laissait rien transparaître. Que ce soit mentalement ou physiquement. Elle savait déjà tout de ses origines. Sarah avait perdu le contrôle, utilisé ses pouvoirs pour se reproduire avec Jonas Cooper, probablement parce que ce dernier possédait des gènes mutants latents. Des gènes que la partie extra-terrestre de Sarah voulait intégrer à son essaim. Elle savait tout, et si elle avait tenté d’approcher son père, la remarque de sa soeur ne semblait pas l’avoir blessée. Sarah se tourna à nouveau vers Jessica.

« Il y a peu de chances que ce soit le cas pour toi. Il faudrait voir si le symbiote a mêlé son ADN à tes ovaires déjà, mais surtout tu ne possèdes pas les mêmes capacités que nous pour ce qui est de ce genre de situations. Nous sommes capables de produire des phéromones pour attirer des partenaires. »


« Comme des papillons. C’est pour cela que nous devons faire attention à contrôler nos pouvoirs, tout comme toi ton symbiote. »

Sarah hocha la tête. C’était un pouvoir dangereux, peut-être le plus dangereux qu’elles avaient. Pouvoir faire pousser des ailes, démolir des bâtiments ou emprisonner des gens dans de la soie était une chose. Mais forcer les gens à faire quelque chose contre leur volonté, s’en était une autre.

« Nous allons descendre dans la Ruche dans ce cas. Lucy, Ellen, vous pouvez vous occuper de débarrasser en attendant ? Puis vous irez vous entraîner. »

Les deux jeunes filles hochèrent la tête, comprenant que pour le moment, Sarah voulait parler de certains détails du symbiote uniquement à Jessica et probablement répondre à ses questions les plus... intimes. La scientifique mena sa demi-soeur jusqu’à une pièce vide de tous meubles, mais où étaient encadrés plusieurs insectes. Sarah plaça sa main à un endroit précis. Puis les portes se refermèrent et la pièce toute entière, comme un ascenseur, descendit dans la Ruche, le sanctuaire de Hive.

Lorsque les portes s’ouvrirent, les deux femmes se retrouvèrent dans ce qui ressemblait à une véritable salle de contrôle. Il y avait des écrans multiples, permettant de surveiller plusieurs cellules où se trouvaient des créatures insectoïdes apparemment. Il y avait aussi, des étagères remplies d’objets divers et variés. Mais Sarah mena Jessica jusqu’à un laboratoire adjacent, parfaitement propre et invita Jessica à s’asseoir sur une table d’examen.

« Je vais faire des prélèvements simples, ne t’inquiète pas. Rien de douloureux ou quoique ce soit... En attendant, si tu as la moindre question que tu ne préférais pas poser devant les filles. J’ai vu ta réaction devant Ellen. Je suppose que Lucy t’a demandé de ne pas évoquer son père devant elle, c’est cela ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 25 Avr 2016 - 17:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Je me sens sourire légèrement en entendant les deux sœurs compléter les phrases l'une de l'autre, c'est à la fois étrange et fascinant, cette façon qu'elles ont de prolonger la pensée l'une de l'autre. J'imagine aisément que c'est un coup à finir avec un torticolis affreux si on a pas les deux jeunes femmes l'une à côté de l'autre face à soi mais ça avait quelque chose de presque envoûtant, d'autant plus qu'elles le faisaient avec la même aisance entre elle qu'avec Sarah ou toutes les trois. Les chants de noël en canon devaient être parfaits avec Ellen, Lucy et Sarah, c'était un coup à faire un bon paquet de vues sur youtube ça. Elles marquaient pourtant un point, difficile de faire fortune en proposant aux gens de maigrir à la condition de vivre avec un insecte en eux, ça me rappelait un scandale qui avait eu lieu quelques années plus tôt et qui avait été assez présent dans les pays développés.

« Il y a bien des gens qui ont pris des pilules contenant des œufs de vers de solitaire comme remède miracle au surpoids. »

L'effet avait évidemment été très réussi, le vers solitaire, comme le faisait apparemment le symbiote en moi, avait tendance à ingérer une quantité impressionnante d'aliments. A ceci près que le symbiote s'assurait que j'aille bien, partageait l'énergie avec moi tandis qu'un vers solitaire, fonctionnant comme un parasite, avait la fâcheuse tendance à oublier la nécessité de survie de son hôte. Bon au moins j'étais fixée sur les évolutions de mon appétit, j'avais bien sûr pensé au symbiote qui était en moi mais j'avais désormais la confirmation que c'était effectivement le cas. Comme quoi malgré ce que je pensais, avoir le contrôle, le symbiote venait changer mes habitudes, ma façon de vivre et si Lucy semble beaucoup s'amuser de ce qui avait dû être une mésaventure de sa mère, je n'étais pas certaine pour ma part d'avoir envie de vivre une aventure identique. Franchement … je n'avais jamais eu qu'une relation de couple stable, avec une femme, et devenir mère n'était pas vraiment au programme.

Sarah et Ellen ne tardent pas à venir apaiser mes inquiétudes, ou essayer de le faire en tout cas ce qui est plutôt me faire plaisir. J'apprends donc un peu plus sur les pouvoirs de Sarah et ses filles, la capacité de produire des phéromones pour se rendre désirables, un pouvoir intéressant mais dont je peux imaginer les risques, manipuler les gens ainsi, contre leur volonté. Je hoche la tête, signifiant ainsi que j'ai bien compris, appréciant d'ailleurs la façon qu'avait Ellen de trouver des exemples concrets comme par exemple les papillons, c'est con mais je trouve que ça dédramatise un peu les questions que je me pose et surtout les réponses que peuvent m'apporter Sarah ou Lucy.


« Je veillerai à m'entrainer sérieusement. »

Je ne sais même pas pour qui je dis ça. Pour rassurer Sarah ? Je ne crois pas. Pour répondre à Ellen ? J'ai un doute. Pour moi ? Oui je crois que c'est pour moi, pour me souvenir de le faire, pour que je tâche de vraiment le faire avec plus d'assiduité que je ne le fais actuellement. Sarah indique aux filles de débarrasser tandis qu'elle et moi prenons la direction de ce qu'elle a appelé la Ruche. Ca fait un peu … vous savez nom de film d'horreur, un repaire sous-terrain contrôlé par une intelligence artificielle avec un nom de tueur genre "Reine rouge" … Que personne ne rigole, nous sommes en train de descendre sous Terre, voilà qui est … rassurant. A l'invitation de Sarah, je m'installe sur la table d'examen, tâchant de me détendre autant que je peux, j'ai une certaine nervosité aux réponses qu'elle pourra trouver, ces questions que je me suis posée si souvent sans savoir si je voulais une réponse ou pas.

« En fait c'est devant toi qu'elle m'a dit de ne pas en parler. Je peux comprendre que ça ne soit pas franchement un sujet … sympa. »

Entre les pouvoirs qui lui échappent, le fait qu'elle n'avait peut-être aucune affinité avec cet homme et peut-être inversement quoi que Sarah est une femme très attirante.

« Je veux déjà que tu saches que je suis contente qu'on puisse se parler, tes filles t'ont sacrément défendu pour m'assurer que je devais retenter ma chance. Et je ne regrette pas de l'avoir fait. »

Je souris, me laissant faire par Sarah dans les examens qu'elle veut réaliser.

« Ce symbiote, tu voulais en faire en quoi en réalité ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 26 Avr 2016 - 14:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les jeunes filles sourirent à la remarque de Jessica sur les vers solitaires. Il était vrai que la volonté de certains de devenir sveltes en avait poussé beaucoup vers de terribles retranchements. Mais cela restait un aspect auquel Gensect et la famille Stinger s’intéressaient peu. Bien entendu ils produisaient certains médicaments par des voies biotechnologiques. Ils travaillaient aussi dans l’industrie alimentaire ou encore dans le développement de produits pour un usage agronomique. Bien sûr, Sarah préférait la recherche fondamentale, qui veillait avant tout à découvrir ses propres capacités et à doter l’humanité de moyens de se défendre contre le reste de l’univers plus qu’autre chose. Faire maigrir les gens n’était pas dans ses objectifs principaux.

« Oui, mais nous n’en sommes pas encore là. De toute façon, vu le prix de développement de ce symbiote... » Commença doucement à évoquer Lucy avec un sourire.

La recherche et le développement formaient l’un des piliers de Gensect et ce depuis la fondation de l’entreprise, depuis qu’un extra-terrestre et un couple de scientifiques s’était mis en tête d’améliorer le monde après la seconde guerre mondiale. Faire avancer l’humanité vers le futur, vers la compréhension de la biologie, de la génétique... Bien sûr, jamais Richard Stinger, le fondateur de Gensect n’avait découvert que tout cela n’avait été qu’une vaste mascarade couvrant les véritables activités d’Abatthur. L’altération du génome des Stinger pour faire d’eux, génération après génération, des membres de l’Essaim qui l’avait lui-même engendré. Mais Sarah raconterait cette histoire plus tard, Jessica n’avait pas besoin de connaître tous les détails et tous les squelettes cachés dans les placards de sa nouvelle famille.

« Ne t’inquiète pas, tu auras tout le temps de t’entraîner, j’y veillerais. »

Sarah avait dit cette phrase avec un ton presque plaisantin, mais Lucy et Ellen savaient que leur mère pouvait ne pas être tendre lors des entraînements. Elle voulait que ses filles soient prêtes à tout, capables de se défendre et surtout de toujours conserver le contrôle de leur partie la plus sauvage. Une partie qui semblait presque inexistante alors que Sarah et sa demi-soeur pénétraient dans la ruche. Un endroit organisé, impeccable, perle de la technologie humaine avec des points d’améliorations extra-terrestre. Mais cet endroit n’avait rien à voir avec le côté organique et presque poisseux des véritables pouvoirs de Hive ni de ses origines. Déhaka, un extra-terrestre prisonnier du complexe lui avait parlé de ce à quoi ressemblait un laboratoire de l’Essaim, Sarah ne désirait pas pénétrer dans l’un d’entre eux de sitôt.

Une fois Jessica installée, Sarah mit des gants en latex et se saisit d’une seringue qu’elle sortit de son emballage stérile. « Je vais commencer par une simple prise de sang, puis par prélever des cellules de ta joue et enfin de chitine. » La dernière partie serait la plus ardue, surtout que la scientifique ne voulait pas blesser sa demi-soeur lors de la procédure.

« Devant moi ? Hum, j’aurais pensé qu’elle aurait plus tenté de protéger Ellen. Mais oui, c’est un sujet délicat. En termes crus... J’ai perdu le contrôle, laissait la partie extra-terrestre en moi prendre le pas sur mon sens moral et j’ai utilisé mes pouvoirs pour copuler avec un homme. Ellen est le fruit de notre histoire d’un soir. Cela serait horrible pour beaucoup d’humains, mais je pense que le fait qu’elle ne soit pas complètement humaine comme moi ou Lucy lui permet de mieux accepter les choses. Je sais que cela peut paraître violent, mais il y a notre petit essaim et puis il y a les autres. »

Sarah avait fini de prélever le sang de Jessica, nettoyant la petite plaie avec un peu de Bétadine pour ensuite placer un léger pansement.

« Je suis contente qu’elles l’aient fait aussi. Tu es de ma famille. Et avec ce symbiote... Je pense que les filles ont senti que tu faisais partie de notre essaim aussi. » Sarah sorti cette fois-ci un tube avec un coton-tige. Elle intima à Jessica d’ouvrir la bouche pour qu’elle puisse passer le coton contre l’intérieur de sa joue. Des cellules se tachaient très facilement de ces muqueuses et pouvaient être observées au microscope très facilement. « Les deux sont importants bien entendu, la famille tout comme l’essaim. »

Sarah se leva pour aller placer les échantillons qu’elle avait récupérés dans des compartiments adaptés, non sans les avoir correctement étiquetés avant. La marque de tout bon scientifique.

« Le symbiote faisait partie d’un projet de recherche appelé le projet Husk. Lorsque j’ai développé mon exosquelette, je me suis demandé à quel point il pouvait être indépendant de son hôte. Je me suis demandé s’il n’était pas possible d’en développer d’autres. Bien sûr, je ne savais pas encore à l’époque qu’il allait évoluer et devenir de plus en plus résistant. Mais imagine ce que pourrait faire un pompier capable de soulever une voiture ? Ou un policier qui ne craindrait pas les balles ? J’étais un peu utopiste à l’époque, j’imaginais qu’avec cette technologie je pourrais vraiment faire une différence à Star City, donné aux forces de l’ordre les moyens de lutter contre les criminels dotés de capacités. Bien entendu cela a été un échec. Si j’ai pu développer un exosquelette, un symbiote, il refusait de se lier à qui que ce soit. »

Sarah revint avec un plateau un peu plus inquiétant, où se trouvaient des pinces et des scalpels. Pas de quoi détruire l’exosquelette, mais au moins de racler quelques cellules pour quelques analyses.

« Cela ne devrait pas faire mal, démanger un peu au pire. Chez moi, la douleur vient quand on touche ma partie humaine, la carapace par-dessus est plutôt insensible à tout. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 26 Avr 2016 - 18:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ah parce qu'en plus il avait coûté cher ? Ce symbiote avait vraiment tout pour me faire m'interroger, avait-il vraiment bien fait de me choisir comme porteuse finalement ? Il m'arrive d'être maladroite, de casser des choses involontairement, ma fibre héroïque ne semble pas si développée que ça et je peinais encore sérieusement à parvenir à l'amadouer. Je n'étais pas certaine d'être une hôte de choix pour un organisme souhaitant survivre mais quoi qu'il en soit il était en moi, je n'avais donc pas le choix, il fallait que je l'accepte, il fait parti de moi et peut-être que Sarah me dira qu'elle ne peut pas le retirer. Peut-être qu'elle me dira en être capable, l'un ou l'autre, je crains la façon dont les choses allaient se passer à l'avenir, choisir entre appartenir au cercle des héros et y tourner le dos, voilà un choix qui promet d'être difficile et pénible. J'espère ne pas avoir le faire en un sens, si Sarah me fit que je ne peux pas choisir alors je vivrai comme je suis, acceptant forcément le symbiote mais si je pouvais retrouver une vie ordinaire … Je pensais déjà à ça alors que j'ignorais quels seraient les résultats que m'apporterait finalement Sarah. J'allais attendre, ça paraissait mieux et en attendant, comme me le disais Sarah, je pourrai m'entrainer à contrôler mon symbiote et utiliser ses fantastiques aptitudes.

« C'est plus sage en effet. »

Ce que devaient ignorer Lucy, Ellen et Sarah étaient bien entendu que j'avais commencé à m'entrainer quand j'avais 16 ans et si Sarah n'était pas de première douceur pendant les entrainements, mon entraineur ne l'avait pas été non plus par le passé. Il frappait vite, il frappait fort, c'était en faisant mal qu'il apprenait à parer et éviter les coups, pour ne plus avoir mal. Cela me convenait parfaitement. J'avais appris de cette façon et j'avais réussi à apprendre et évoluer. Je savais me battre et j'arrivais même à utiliser mon exosquelette pour assister mes attaques, restait à apprendre à contrôler totalement les aptitudes de l'exosquelette. J'écoute Sarah me présenter les examens et je hoche la tête, ne pouvant m'empêcher de soupirer alors qu'elle approche l'aiguille de la seringue de mon bras.

« Ca va faire mal … »

Non pas tant que ça en fait, Sarah pique très bien, mais je n'ai jamais aimé les piqûres et les prises de sang, ma mère devait bien se souvenir du rappel de vaccin quand j'avais dix ans. Pourtant je suis restée sagement immobile quand elle m'a piquée, me laissant faire, me concentrant sur ce qu'elle dit pour oublier le prélèvement de sang qu'elle était en train de réaliser.

« Ca fait parti de ce que Lucy m'a expliquée, ça peut me sembler très étrange mais en réalité ça correspond à une partie de nature, comme la croissance accélérée de Lucy et Ellen, ça correspond à un besoin naturel. »

Je l'avoue quand même, je n'ai pas encore totalement accepté tout ce qui concerne le côté insecte de la famille Stinger mais je m'y efforce et forcément au contact de trois personnes comme elles, j'allais apprendre rapidement à comprendre leurs particularités.

« Un essaim ? Tu veux dire comme des guêpes ? Enfin en l'occurrence je crois que j'ai entendu quelqu'un parler d'un Apiculteur sur la jetée ? »

Oui j'étais curieuse et forcément j'avais un moment privilégié pour discuter avec Sarah, j'en profitais c'est normal, non ? Je la laisse faire le prélèvement dans ma joue. Pas très agréable mais en rien douloureux. Je l'écoute me parler du projet Husk, en soit ça semblait un projet fabuleux mais je ne pouvais m'empêcher d'imaginer ce qui serait arrivé si une personne dotée de ses capacités devait passer du mauvais côté de la barrière. Passer de Captain Fireman à Super-Incendiator par exemple.

« Sans compter que s'il se liait avec une personne voulant l'utiliser à de mauvaises fins … Mais l'idée était intéressante, elle aurait pu sauver beaucoup de vies. »

Je hoche la tête quand elle va faire le dernier prélèvement, laissant la chitine entourer mon avant-bras. La partie supérieure de la chitine, celle qu'elle grattait n'était pas douloureuse, j'essayais de m'efforcer à ne pas la durcir autant que je le pouvais qu'elle puisse faire son prélèvement mais le symbiote voyait le scalpel comme une menace et durcissait l'exosquelette malgré moi, ce qui n'empêcha pas Sarah de faire son prélèvement.

« Attends, avant de ranger, tu devrais faire un prélèvement sur mes paumes. »

Je me lève de la table et m'approche d'un mur vide de quoi que ce soit que je pourrai casser. Pieds et mains nus, je prends un léger élan et saute sur le mur, y tenant accrochée par mes paumes, je m'avance un peu pour accéder au plafond, laissant mes pieds accrocher, tête en bas face à Sarah.

« Ca marche sur pratiquement toutes les surfaces, je n'ai pas encore trop compris à quoi ça pourrait me servir mais c'est génial. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 28 Avr 2016 - 0:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Sarah avait toujours su que cette partie de son être qui l’avait poussée à s’accoupler, à se nourrir d’aliments sucrés ou même à attaquer une émissaire dans les locaux de l’UNISON était naturelle. C’était une partie d’elle, de son génome, de son organisme, de ce qu’elle était. Mais elle devait la combattre malgré tout. Parce qu’elle n’était pas seulement une femme dans ce monde là, ce qui pouvait déjà se révéler assez compliqué d’ailleurs. Beaucoup d’individus ressentaient des pulsions qu’ils peinaient à assouvir. Mais Sarah était une extra-terrestre, sa psyché, sa physiologie, rien n’était totalement humain si ce n’était son physique. Et c’était là tout le problème. Elle était une alien à qui on avait fait croire qu’elle était humaine. Son père n’avait pas pu faire autrement, car contrairement à elle, sa part extra-terrestre était mineure. Le virus créé par Abatthur n’avait pas réussi à achever la transformation avant la génération de Sarah.

Mais voilà, elle n’était pas parfaitement humaine. Elle avait envie de se reproduire, de pondre des oeufs à longueur de journée. Elle savait qu’elle y trouverait une satisfaction, un plaisir certain même. Comme celui de manger quand on avait faim, un plaisir physiologique simple. Mais sa conscience, sa moralité elle bien humaine l’en empêchait. Car elle savait quelles seraient les conséquences. L’humanité n’était pas prête à accueillir une invasion extra-terrestre qui viendrait de l’intérieur.

« Cela correspond à un besoin naturel je sais. De même que la croissance de mes filles, en effet. Tout est parfaitement logique si on nous observe d’un point de vue détaché, comme une nouvelle espèce et non comme des humaines. Mais c’est là toute la subtilité. J’ai été élevée comme humaine, je suis en partie humaine et je partage la même moralité, les mêmes aspirations que toi ou l’individu lambda. Sauf que ce n’est pas toujours compatible avec ce que l’autre partie de moi, la plus instinctive a envie de faire. »

De la même façon qu’un homme ne pouvait pas sauter sur la première femme venue comme un sauvage pour se reproduire comme il l’aurait fait dans des temps plus primitifs, Sarah, Ellen et Lucy ne pouvaient pas s’adonner à leurs instincts. Car elles deviendraient des menaces pour la société, des monstruosités plutôt que des héroïnes. La distinction était parfois bien maigre.

« Oui, un essaim, un peu comme des abeilles ou des guêpes. Je suis la reine dirons-nous, celle qui est censée pondre des légions de petites travailleuses. Ellen et Lucy n’en sont pas vraiment, elles sont plus des princesses, des individus sexués qui pourraient devenir reines si elles le voulaient. » C’était la théorie tout du moins. Bien entendu, pour qu’une reine ponde il fallait parfois des mâles. Sarah pouvait se cloner autant qu’elle voulait. Mais elle pouvait aussi donner naissance à des hybrides comme Ellen, qui assimilaient certains gènes de leurs géniteurs pour rendre l’essaim plus fort. Ou il y avait Déhaka, un extra-terrestre qui ne voulait qu’une chose : féconder Sarah dans l’espoir de rétablir son lien avec l’Essaim, celui avec un grand E. « L’Apiculteur n’a rien à voir. C’est un scientifique passionné par les abeilles, trop passionné... Avec la disparition de certaines espèces, il a commencé à créer ses propres monstres. Il en est devenu complètement fou, expérimentant sur lui-même, créant des abominations. Il est aussi jaloux du lien que j’ai avec les insectes, c’est pourquoi il s’en prend régulièrement à moi, ou à Gensect. Actuellement il est en prison, où des chercheurs tentent de lui rendre une apparence humaine. »

Mais Sarah craignait autre chose... Que l’Apiculteur ne devienne semblable à un autre de ses adversaires, qu’elle avait appelé Kabuto. C’était un scientifique japonais, un entomologiste qui avait été approché par l’Essaim apparemment. Il leur avait donné des machines, son corps, son cerveau, en échange de leurs connaissances, de la puissance. C’était une stratégie nouvelle. Qui pourrait se révéler particulièrement dangereuse si jamais l’Apiculteur subissait le même traitement. C’était même une stratégie qui ressemblait très peu à l’Essaim que Déhaka avait décrit à Sarah.

« Il s’est lié à toi, heureusement. Je pense que c’est parce que tu es ma sœur. Nous partageons des gènes en commun que le symbiote a reconnu. Etant donné qu’il est issu de mes propres cellules, c’est un peu comme une greffe. Tu étais la mieux placer pour l’accepter. »

Sauf que même le symbiote créé à partir de ses cellules possédait encore ses surprises comme s’en rendit compte Sarah. Elle observa interloquée la ballade murale de sa demi-soeur qui se promenait ainsi sur le plafond.

« Oh... Ce n’était pas prévu. Mais c’est logique enfin. » Elle réfléchit. « Tu n’as pas d’ailes, non ? Je suppose que c’est la manière du symbiote de s’y adapter. Tu dois avoir des microvillosités sur tes paumes pour t’accrocher aux murs comme un insecte. Ou bien produire une substance collante... Quoiqu’il en soit j’ai encore des prélèvements à faire oui. » Sarah sourit tout en se saisissant de nouveaux outils de prélèvements. Voilà qui prouvait que le symbiote était capable d’évoluer indépendamment du reste de l’essaim. Une nouvelle à la fois effrayante et fascinante.
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Brille petite abeille ! Brille !
 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  SuivantRevenir en haut 
Brille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_6Brille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_8


Brille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_1Brille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_2_bisBrille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_3
 Sujets similaires
-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» petite terrine de foie gras saumon lentilles
» Une petite victime qui passait par là. (Jann) (terminé)
» myrtille , jolie petite caniche noire 2 ans ( thiernay 58)
» recherche chien petite taille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_6Brille petite abeille ! Brille !  - Page 3 Categorie_8
Sauter vers: