AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Que justice soit rendue } Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Jeu 31 Mar - 17:39 Message | (#)

5 mars 2016

L'ironie du sort voulut que le jour où l'UNISON obtint des informations décisives sur le groupe criminel responsable de la mort de Charlie soit la date exacte de l'anniversaire de sa mort. Il y avait une certaine poésie morbide dans cette saga.




Salut Jay,

Je me doute que tu vas pas beaucoup aimer recevoir cette note, mais j'ai quelque chose d'important à te dire. Tu veux ta vengeance, je peux comprendre, mais je ne peux pas te laisser faire.

L'enquête a avancé. C'était long, je sais. Tu as fait ce que tu pensais être ton devoir, c'est ta sœur, je ne jugerai pas. Je te demande de rester à l'écart maintenant, ils ne s'échapperont pas. Et nous ne te poursuivrons pas. Il faut que tu te retires avant que les choses tournent mal.

On les tient, Jay.

Charlie n'a pas besoin que tu mettes ta vie et celles de tes frères en danger, elle aurait voulu qu'il y ait justice. Laisse-moi arrêter les coupables.

S'il te plaît, ne viens pas.

G.
Quatre mois. Quatre mois s'étaient écoulés depuis son échange musclé avec Jay Lane. Durant cette période l'enquête sur le meurtre de sa sœur Charlie, avocate et agente de l'UNISON, avait mieux avancé qu'en une année pleine. Ils étaient proches, tellement proches de mettre la main sur le groupe responsable. Ymir était loin d'être étranger à cette progression, le commandant avait demandé à ce qu'on les surveille – même si c'était incroyablement difficile et plutôt peu fructueux – et leurs mouvements avaient permis d'éliminer quelques pistes. En parallèle, il faisait suivre les frères Lane. Jay était le plus insaisissable des quatre, Terry était trop prudent, en revanche, les deux aînés étaient relativement faciles à pister. Malheureusement, ils ne donnèrent rien. Enveloppé dans son plus beau trench, de larges lunettes de soleil sur les yeux, Gabriel avait bien essayé d'embobiner le pseudo Don Juan, de son petit nom Abraham, alias Earl. Sans succès. Le type avait beau être rond – Gabriel avait utilisé une bonne partie de sa paie pour bourrer la gueule à cette panse – il ne lui lâcha aucune information utile. Le major se demanda même s'il en disposait, à dire vrai. Il eut alors un geste qu'il regretterait peut-être.
Demandant au barman un papier et un stylo, il rédigea rapidement une note à l'intention du petit frère de la bande et la fourra dans la poche de Earl avec un billet. Le gars avait promis juré qu'il transmettrait, et Gabriel s'en était allé. Honnêtement, il n'était pas certain que ce soit une bonne idée. Il doutait fortement que Jay décide sur cette seule base de renoncer à sa vengeance sanglante... Cependant, il ne regrettait pas d'avoir fait un pas en avant pour prévenir le massage. Cela jouerait, peut-être. Si Earl filait le mot, déjà.

Gabriel n'aurait pas dû douter de la parole du frangin, il eut indirectement mais très vite la confirmation que le message était passé. Est-ce que Jay l'avait invité à dîner pour enterrer la hache de guerre ? Est-ce que Seth était venu lui péter la gueule pour l'empêcher de courtiser son frère ? Rien de tout ça, malheureusement. Plusieurs jours étaient passés depuis l'expédition du courrier quand le major remarqua qu'une voiture, inconnue du quartier, était souvent stationnée pas très loin de chez lui – ou en tout cas avec une relative bonne visibilité sur sa maison. Par la suite, il fut persuadé de revoir cette voiture, quelques fois, alors qu'il déambulait dans Star City. Suivi. Oh, c'était de bonne guerre, c'est lui qui avait commencé ! Profitant d'un jour où sa nourrice quitta son poste, il glissa un mot simple sous son essuie-glace : « Sérieusement, les gars, on n'a pas besoin d'en arriver là. » Il aurait pu – il aurait dû ? – engager des poursuites ou se montrer plus incisif, mais il ne voulait pas que tout explose. Il avait encore l'espoir que tout se dénoue sans drame.

31 mars 2016

L'occasion. C'était tout ce que l'équipe en charge de l'arrestation du groupe attendait pour agir. Ce dernier ne faisait pas beaucoup parler de lui, ses membres étaient vigilants, il était possible qu'ils s'attendent à être pris au piège. Toutefois, en ce dernier jeudi de mars, ils avaient fait une erreur, une imprudence. L'un de leurs indics sur le coup leur avait signalé le lieu d'une réunion nocturne, c'était leur chance. Le commandant s'en réjouissait, mais il devait avant toute chose tout mettre en œuvre pour que cela se déroule sans complications... Cela impliquait de s'occuper d'une charmante petite famille.

L'intervention de la police fut rapide suite au coup de fil de Gabriel. Les prétextes pour arrêter les Lane sur « soupçons » étaient nombreux, les flics n'auraient aucun mal à les garder au frais vingt-quatre heures. Surtout quand les frères eurent le bon goût de résister à leur arrestation. Ils avaient déjà refusé d'ouvrir la porte, obligeant les force de l'ordre à défoncer l'entrée pour pénétrer à l'intérieur. Embarquer ce petit monde fut loin d'être simple, pouvait en témoigner le voisinage qui eut l'écho d'un chant d'insultes fleuries.

« Me touchez pas bande d'enculés !
_Qu'est-ce que vous nous reprochez ? »

Terry essayait calmement d'obtenir des réponses mais sa voix était largement couverte par les cris de son aîné, qui eut bientôt les mains menottées. Dans ses gesticulations, il fut le seul homme présent à remarquer le véhicule qui s'approchait au loin... Et reconnut aussitôt la voiture de Jay, qui avait eu le bon goût de partir quelques heures avant que les poulets ne débarquent. Celui qui le tenait, surpris de constater son soudain silence, eut pour réflexe de tourner la tête dans la direction qu'il regardait... Ni une, ni deux, Seth lui flanqua un franc coup de tête qui sécha net le type. « C'est ça, et te relève pas sale merde ! » Évanoui, il s'écroula au sol et Seth écopa d'un coup de taser pour le calmer, mais au moins, Jay pouvait filer.

« Colt.
_Major, les Lane sont en état d'arrestation.
_Bien.
_Par contre... Ils ne sont que trois.
_Quoi ? Lequel manque ?
_Le plus jeune, Jay Lane. »


Merde. Merde et merde.

Gabriel raccrocha, le front barré par le souci. C'était mauvais signe. Est-ce qu'Ymir était déjà au courant ? Depuis qu'il se savait suivi il avait été excessivement attentif et méticuleux, mais il n'était pas à l'abri d'une erreur. Est-ce qu'ils avaient des contacts à l'UNISON ? Gabriel n'était pas assez naïf pour croire l'organisme au-dessus de toute tentative de corruption. Néanmoins, ce n'est ni le moment ni le lieu pour se laisser submerger par le doute et les questionnements, ils n'avaient probablement plus beaucoup de temps pour agir sans être devancer par Jay et son groupe. C'était peut-être déjà trop tard.

« Ok les gars, ça commence. Je sais que vous avez les nerfs contre ces types. » Oh oui, les agents de terrain n'aimaient pas vraiment les groupes qui abattent des membres de l'UNISON à vue, et ils avaient bien envie de le leur faire enfin payer. « Mais nous devons garder notre sang-froid. Je les veux tous devant le juge, pas à la morgue. C'est clair ? » L'équipe, d'une dizaine d'agents, répondit au pas. Ils seraient dirigés par la lieutenante en qui il avait le plus confiance pour faire respecter la règle et garder la tête froide : Lana Ripp, qui d'autre ?

« On y va. »
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 31 Mar - 23:01 Message | (#)

Quelques semaines étaient passées depuis sa dernière – et unique – rencontre avec le type de l'UNISON. Quelques mois même, mais pourtant Jay s'en souvenait comme si c'était la veille. Il avait sincèrement pensé pouvoir berner ce type-là, ou plutôt il ne s'était pas vraiment soucié de se faire reconnaître vu qu'il n'y avait rien ni personne pour payer les pots cassés. Après tout, en enquêtant sur Charlie, le gars pourrait finir par faire le lien entre les deux Jay de l'histoire et aurait interrogé les autres Lane qui ne savaient pas ce qu'il était devenu. Autrement dit : personne ne saurait où le trouver.

Mais les choses avaient fini par évoluer et le fratrie Lane s'était retrouvée, sans Charlie bien sûr. Même si le discours de ses frangins avait été sensiblement le même, le résultat fut bien loin de celui imaginé par le trentenaire. Il l'avait compris le soir où Earl était rentré complètement bourré et avait fini par se souvenir qu'il avait un petit mot à lui refiler – après avoir repeint deux ou trois fois la cuvette des commodités de la demeure familiale. En le lisant, Jay avait cru que les choses prendraient un tour bien plus désagréable qu'il ne le craignait et loin de le décourager, ce mot le poussa plutôt à redoubler d'efforts : il était hors de question qu'il laisse l'UNISON retrouver les responsables en premier !

C'est pour cette raison que dès le lendemain, Jay dépêcha Ace pour une surveillance rapprochée. Il avait pour ordre de pister le type – qu'ils avaient identifié comme le Major Colt – et de savoir ce qu'ils avaient comme informations à de leurs cibles. Le texan avait lourdement insisté sur le fait qu'il devait se montrer prudent, changer de voiture – quitte à en fracturer quelques-uns – et ne pas se montrer sous peine de finir par attirer l'attention. Pourtant, l'australien ne se montra pas très respectueux des conseils de son supérieur puisqu'il revint avec un billet laissé par leur cible et qui montrait clairement qu'ils s'étaient fait remarquer comme des débutants. La colère du combattant explosa littéralement et ce fut la première fois où les membres des Ymir eurent un aperçu de ce côté-là de sa personnalité. Les pauvres ne comprenaient rien à ce cinéma et Ace était loin de se douter de ce que son échec allait entraîner.

Personne n'avait été mis au courant de ce qui se tramait, Jay avait simplement parlé d'une mission relativement sérieuse et dangereuse où seuls les plus expérimentés prendraient part. Il avait aussi laissé entendre qu'il était possible que certains ne reviennent pas, mais cela n'avait pas semblé effrayer la plupart des habitués qui avaient annoncé qu'ils participeraient. Puis il y aurait Seth, bien évidemment.

Après l'échec d'Ace, les Ymir avaient abandonné l'idée de pister le Major et avaient continué leur enquête en se montrant plus appliqués que jamais. Certaines questions étaient forcément nées, Mike avait essayé d'en savoir davantage à plusieurs reprises, mais Jay n'avait jamais lâché la moindre information. Il avait simplement répondu que ceux qui n'avaient pas envie de s'aventurer dans une histoire dont ils ne savaient rien n'avaient qu'à le signaler et qu'il se démerderait seul si nécessaire. Après cela, plus personne n'avait abordé le sujet.

31 mars 2016

Il roulait en direction de la demeure Lane lorsqu'une chose inhabituelle se produisit : il vit de l'agitation devant la maison. Plusieurs voitures de police étaient garées dans la rue devant la bâtisse délabrée et Jay arriva juste au bon moment pour voir Terry sortir, accompagné d'un policier, puis Seth flanqué à ses côtés. Visiblement, ils avaient tous droit à une arrestation en bonne et due forme, certainement commanditée par l'UNISON qui voulait les écarter de l'histoire. Mais pourquoi aujourd'hui ? Sans aucun doute parce que l'attaque était lancée, sauf que les Ymir n'avaient pas encore toutes les informations nécessaires pour les retrouver.

Pilant, il fit demi-tour avec rapidité et discrétion avant de foncer en direction du quartier général du groupe. Seule une partie de l'équipe était sur place. Les habitués, déjà présents lors de la première mission, puis quelques nouveaux qui n'étaient pas assez fiable pour quelque chose d'aussi important. Le texan leur ordonna aussitôt de se préparer en se contentant d'expliquer que le moment était arrivé et que l'UNISON avait fait arrêter ses frangins pour les empêcher de venir les emmerder.

Équipé d'un moyen de communication à longue distance, Jay s'en-alla le premier, se dirigeant vers la zone qu'il avait notée comme étant le lieu de regroupement des agents du barbu. Il arriva juste à temps pour les voir quitter le bâtiment et emprunter des véhicules afin de se rendre sur les lieux de la mission et il se lança donc à leur poursuite. En direct, il informa Carmen de la direction prise tandis qu'ils finissaient tous de se préparer et alors que les agents gouvernementaux se stationnaient enfin quelque part, les Ymir quittaient seulement le quartier général pour rejoindre Jötunn. Ce dernier sortit de son véhicule et surveilla les mouvements des membres de l'UNISON à distance, puis il contourna le bâtiment avant de repérer une porte arrière qui semblait avoir été laissée de côté – et pour cause : la poignée était bloquée par une épaisse chaîne en métal. Jay informa Carmen de la situation avant de grimper l'escalier de secours qui conduisait à l'huis, puis il fit sauter la chaîne sans le moindre problème avant de pousser la porte pour pénétrer dans un couloir obscur.
La vengeance était en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Sam 9 Avr - 19:14 Message | (#)

L’opération avait été minutieusement programmée au cours du mois, aussi les préparatifs furent-ils rapides et efficaces. Chaque agent savait son rôle dans cette configuration bien huilée et se mit en mouvement promptement, ainsi le peloton d’intervention mené par Lana ne mit que quelques minutes à transporter l’équipement et monter à bord des trois van de combat de classe Viking, qui étaient programmés pour cette mission potentiellement à haut risque. Ils avaient eu le temps d’appréhender les forces du groupe criminel et de constater qu’ils comptaient quelques méta-humains dans leurs rangs – rien de bien réjouissant. Si Ymir parvenait à se glisser dans la partie, la dangerosité ne ferait qu’augmenter. Il était bien dans les attributions originelles de l’UNISON de jouer les arbitres d’une partie indéfendable… Toutefois, le commandant aurait bien voulu l’éviter et mener cette opération sans accroc. Avec Jay Lane dans la nature, rien n’était moins sûr. Son homme avait bien une qualité : la constance. Il ne donnait pas l’impression d’avoir d’idée, même un chouya. Tout ce que le major pouvait faire, c’était jouer la montre. Encore.

Alors qu’il s’apprêtait à monter dans le van – à la place du mort, évidemment – Lana lui attrapa le bras pour le prendre à part, son habituel air grave et sérieux sur les traits.

« Commandant, un mot ? » Il connaissait suffisamment sa lieutenante pour déjà savoir ce qu’elle avait en tête, il répliqua donc directement.
« Nous n’aurons peut-être pas une autre occasion comme celle-là.
_Oui, mais si Ymir est au courant pour l’arrestation, ils vont sans doute nous suivre.
_Je sais Lana. Est-ce que tu as quelque chose à m’apprendre ou on continue à perdre du temps ? »


Le coin de ses yeux fut pris d’un frémissement à peine perceptible, et la jeune femme se fit silencieuse. Elle le salua tout militairement, comme il se doit, et se dépêcha de rejoindre le véhicule qui lui était assigné. Son supérieur était rarement brusque, et il aurait volontiers plaisanté sur sa réaction s’il n’était pas lui-même assez tendu. Un mauvais pressentiment lui plombait l’estomac, mais il savait ce qu’il devait faire. Le devoir ne souffrirait pas d’une appréhension.

« En route. Prends l’itinéraire B, pas l’habituel. »

Avec un peu de chance, Ymir les attendrait sur leur trajet coutumier et ne retrouverait pas leur piste. Ça ne faisait pas de mal de rêver un peu.


Ils parvinrent à destination sans perturbation, sans être gênés et sans l’impression d’avoir été suivis. C’était soit miraculeux, soit extrêmement louche. Il avait beau être d’un naturel optimiste, l’habitude et l’expérience lui faisaient penser que la seconde option était la plus probable. Cette idée en tête, Gabriel sortit le premier en réajustant l’attache de son plastron. Toute l’équipe était harnachée de la tête aux pieds avec tout l’équipement possible à leur disposition, même lui avait enfilé bon gré mal gré son gilet pare-balles. Ils avaient des armes à balles réelles évidemment, mais possédaient avant tout du matériel non létal. Ne pas tuer. Un crédo qui pouvait facilement devenir un désavantage dans une mission de ce type, d’autant plus face à des criminels avertis qui avaient montré qu’ils n’avaient pas de scrupule à éliminer des membres de l’organisme. « On y va. » Les agents se déployèrent tout autour du bâtiment pour en vérifier les accès et repérer l’entrée qui leur serait la plus favorable. Ils constatèrent qu’hormis l’axe principal, tous les chemins étaient solidement barrés. Ainsi lui servit-on du « rien à signaler » à foison puis il ordonna à deux hommes de monter sur le toit pour repérer les allers et venues et couvrir une éventuelle fuite. Si l’une de leurs cibles s’échappait, ou si quelqu’un s’approchait d’ici, ils le sauraient en amont. On n’était jamais trop prudents. Ceux restants se rassemblèrent devant l’entrée principale, qui commençait par un couloir étroit et mal éclairé.

« Donne-moi le bouclier.
_Je continue à penser que ce n’est pas la meilleure idée. »
Ah, Johnny était presque attendrissant, à se faire du souci comme ça. Le bouclier à protection balistique dans les mains, il rechignait visiblement à ne pas passer en premier. Ancien flic de la brigade des stups, il était un habitué de ce genre d’équipement.
« Tu sais qu’il y a probablement des méta-humains là-dedans. Ce bouclier ne sera pas suffisamment costaud contre eux. Moi en revanche, taillé dans le roc comme je suis… » La logique voulait donc que le plus résistant passe devant pour forcer le passage, et le sergent se plia donc au commandement. Et il n’avait même pas relevé la plaisanterie, c’est dire le niveau de tension qui stagnait dans les rangs.

N’en faisant pas cas, Gabriel récupéra donc le bouclier et prit la tête du cortège tandis que Johnny se plaçait dans son dos, une main sur son épaule droite. L’agent suivant fit de même, une main sur l’épaule droite du sergent, et ainsi de suite jusqu’à former une chenille solide. Sur le signal du commandant, les six agents à la queuleuleu pénétrèrent dans le bâtiment dans cette configuration défensive. L’endroit n’avait rien de rassurant, la visibilité était mauvaise et un son désagréable ricochait dans l’espace, tel un bourdonnement incessant. Protégeant le groupe avec le bouclier qu’il tenait fermement, le major progressait à pas rapides.

« 1, 2, première pièce à droite. 3, 4 seconde pièce à droite. »

Les agents, par ordre dans le cortège, se déployèrent dans les salles indiquées pour vérifier si elles étaient vides ou occupées, et sitôt la voie libre, lâchaient un « RAS » et revenaient se positionner en bout de file. Pendant que l’équipe principale progressait, Lana se chargeait avec 3 autres agents de trouver un autre moyen d’entrer afin de venir en renfort rapidement si la situation chauffait – pas besoin d’être clairvoyants pour envisager cette possibilité. Alors qu’elle refaisait un tour du bâtiment à la recherche d’un accès, elle repéra une porte entrouverte et s’en approcha prudemment, l’arme au poing. Elle prit l’escalier de secours en regardant autour d’elle, aux aguets. A genoux elle étudia silencieusement la chaîne en métal disloquée : personne n’aurait pu utiliser d’outils pour forcer cette porte sans qu’ils ne s’en aperçoivent. Cela aurait été trop bruyant pour qu’ils passent à côté. Or, durant le premier passage, personne n’avait remarqué de porte ouverte. Elle ne croyait pas qu’une telle erreur d’inattention ait pu se produire. Quelqu’un était donc entré entre temps… Sourcils froncés, elle attrapa directement son talkie.

« Commandant, quelqu’un est entré en même temps que vous. »

Merde. Impossible de faire machine arrière ou de beugler, au risque de provoquer des tirs dans tous les coins.

« Suis-le. Sois prudente et reste en contact.
_Bien reçu. »


Le couloir était sombre et serait difficilement praticable en groupe, Lana chargea donc le reste de son équipe de surveiller toutes les portes, pour l’heure fermées, pendant qu’elle se chargeait de déloger ce boyau de son nouvel occupant. Légère et à la musculature nerveuse, le lieutenant avançait vite et sans faire de bruits, le pistolet dans le prolongement du bras. Sa main libre soutenait une lampe de poche qui finirait peut-être par indiquer sa position, mais le faisceau lumineux lui permit également de discerner du mouvement à l’autre bout du nouvel embranchement dans lequel elle venait de déboucher.

« Arrêtez-vous ! Les mains en l’air, doucement. »

La voix ferme et sans tremblement résonna à seulement quelques mètres de la position de Gabriel, sur sa gauche. Il hésita. Devait-il en priorité s’assurer que tout se passait bien de ce côté, ou avancer le plus vite possible en direction de leur objectif ? Ils ne savaient pas précisément où ils se trouvaient, où était Lana, et encore moins où étaient rassemblés les assassins de Charlie.

« Commandant ?
_On continue. »


Ils n’avaient fait que quelques pas supplémentaires quand plusieurs éclats de voix en colère éclatèrent. Elles étaient étouffées et devaient donc provenir de plus loin dans le bâtiment, malgré tout, quelques phrases furent audibles.

« JE TE L’AVAIS DIT […] PEUT PAS CONTINUER […] L’UNISON AU CUL […] »

S’ils s’étaient déjà au bord de la crise de nerf sans même savoir ce qui allait leur tomber sur le coin de la tronche, l’échange promettait d’être musclé. En plus, il y avait décidément beaucoup trop de monde dans cet espace restreint !
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Sam 9 Avr - 23:59 Message | (#)

Jay progressait dans le bâtiment et il n'avait pas cherché à dissimuler son effraction. De toute manière, il se fichait bien d'être suivi étant donné qu'il avait activé ses capacités et qu'il pouvait sans problèmes survivre à des attaques normalement mortelles. Qui plus est, il s'était lancé dans l'aventure en étant persuadé qu'il ne s'en sortirait pas indemne. S'il ne se faisait pas plomber – ce qui était peu probable vu son pouvoir – il se ferait arrêter et ne chercherait pas à échapper à son sort. Même s'il avait pu laisser croire à Seth qu'il avait réussi à l'influencer, Jay avait pris sa décision depuis le jour où il avait appris la mort de sa sœur et rien ni personne n'y changerait quelque chose.

Il emprunta donc un couloir désert qui menait à une autre partie du bâtiment et chercha du regard une quelconque indication sur le chemin à prendre. Son hésitation lui fit certainement prendre du retard puisqu'il finit par entendre une fois féminine derrière lui qui lui ordonna de lever les mains en l'air. Il s'agissait certainement d'une gonzesse sous les ordres du Colt, mais Jay s'en fichait pas mal. Si elle l'emmerdait trop et décidait de lui barrer la route, il lui expédierait un coup dans la gueule quitte à devoir se débarrasser définitivement d'elle ! Charlie le méritait, puis il avait déjà tué tellement de monde dans les arènes du Circus.... il n'était plus à une personne près !

Le trentenaire pivota sur lui-même avant de repérer la silhouette de la nana. Elle lui foutait la lumière de sa lampe en pleine tronche, mais il en faudrait davantage pour le décourager ! Mâchoire serrée, le texan promena son regard sur les environs en essayant de repérer quelque chose pouvait lui servir d'arme, mais il entendit bientôt des bruits et des voix très étouffées. Le reste de l’équipe, ou tout simplement les gars qu'il cherchait ? Dans les deux cas, c'était sans importance puisqu'il n'allait pas rester là à faire le planton en laissant le beau rôle aux autres !

« Ptain, fais pas chier, t'aurais pas dû t'pointer ! Dégage ou j'te jure qu't'en colle une bonne au point qu'ton pote devra t'ramasser à la petite cuillère ! »

Et il ne plaisantait pas. Histoire de le prouver, Jay leva la main vers un tuyau accroché au mur et tira dessus pour l'arracher. De la vapeur s'en échappa, mais il n'y fit guère attention et plia simplement le métal pour en faire une sorte d'arc qu'il balança en direction de la nana. La lumière l'empêchait toujours de distinguer ce qui se passait là-bas, mais vu la force imprimée dans son attaque, elle se ferait empaler par le tuyau ou ce dernier se ficherait dans le mur, de quoi lui montrer qu'elle n'avait pas intérêt à le suivre.

« T'peux tirer, t'pourras pas m'descendre, alors tire-toi d'là, c'pas ta place grognasse ! »

Il devenait poète avec ses rimes. Quoi qu'il en soit, les bruits précédemment entendus venaient apparemment de l'autre côté du mur du couloir où il se trouvait, Jay décida donc d'aller les rejoindre, mais d'une manière un peu plus subtile qu'en débarquant soudain au milieu d'un éventuel regroupement de gros-méchants-qui-allaient-passer-un-sale-quart-d'heure ! Ses prunelles se posèrent sur le plafond qui était relativement bas et qu'il pouvait toucher en levant la main, il referma donc son poing et le frappa suffisamment fort pour briser le béton afin de créer un trou assez large pour passer.

Tant pis si la nana lui tirait dessus, de toute manière il survivrait. Sans perdre davantage de temps, il sauta donc et attrapa les bords du trou avant de se hisser sur le plafond du couloir qui lui permit de constater que ce dernier était en réalité un boyau qui serpentait dans une pièce relativement vaste – à la manière des entrepôts habituels – offrant une vue assez dégagée sur les lieux. Une autre aile était visible non loin de là et abritait des pièces semblables à ces bureaux, endroit où ses cibles devaient se trouver. Aucune trace des agents de l'UNISON, mais quelque chose lui disait qu'ils ne devaient pas être loin.

« Hey, Jötunn ! On est derrière le bâtiment, on passe par l'étage pour essayer de les prendre à revers, toi t'as qu'à les rabattre vers le haut pour qu'ils soient pris en sandwich, ok ? »
« Ok. »

Il préférait ne pas trop en dire au cas où la nana de l'UNISON traînait dans le coin ! Désireux de leur mettre la main dessus en premier, Jay sauta au bas de son perchoir avant de se diriger vers la zone où se trouvaient les sortes de bureaux. Il était convaincu que les gars s'étaient planqués là-bas et il devait les retrouver avant le barbu. Les Ymir n'accepteraient pas de se faire voler leurs proies sous leur nez, il risquait donc d'y avoir une fusillade et Jay ne voulait pas que ses gars soient blessés par sa faute.

Pendant que les Ymir se débrouillaient pour passer par une porte verrouillée de l'étage et s'infiltrer dans l'aile aux bureaux, Jay y pénétrait à son tour. Il entendit des bruits de pas et d'autres signes d'une présence ennemie et l'assimila aussitôt à celle du mec de l'UNISON. Hésitant quelques secondes, il décida finalement d'y aller à la provocation.

« T'devrais faire demi-tour, sauf s't'as envie qu'ça tourne mal pour tes gars. C'te fois-ci, j'te préviendrai pas ! »

Il faisait référence à l'avertissement qui lui avait permis d'esquiver la grenade lors de leur première et unique rencontre. Mais ce ne fut pas le barbu qui répondit : Jay entendit clairement un bruit de course venir des environs. Apparemment, les rats quittaient le navire en partant du côté opposé à celui de l'UNISON et du texan. La course était lancée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 11 Avr - 23:31 Message | (#)

Il ne pouvait pas se permettre de douter et de regretter d’avoir envoyé Lana faire son travail. Il ne pouvait pas prendre le temps de se demander ce qu’il lui arrivait, il n’avait pas le droit d’être distrait, d’être inquiet. Il fallait avancer. Plus vite le groupe serait arrêté, plus vite tout le monde rentrerait chez soi. Sain et sauf. Cela lui demandait plus de self control que prévu, il était tendu. Peut-être parce qu’il savait pertinemment dans quels bras il avait jeté la lieutenante – des bras puissants et animés par la vengeance. Il aurait dû y aller lui-même. Gabriel serra les dents, et augmenta la cadence. « Plus vite ! »

Lana n’était pas, malheureusement pour elle en l’occurrence, du genre à se laisser intimidée par des menaces. Et ce, bien qu’elle sache parfaitement qu’elle ne faisait pas le poids face à cet adversaire-là. Il y avait beaucoup de criminels contre lesquels elle ne pouvait pas lutter à force égale, mais ce n’était pas ça qui faisait la différence sur le terrain, à ses yeux. Sa conviction et son engagement lui permettraient de tenir, aussi l’agente de l’UNISON clama haut et fort face à l’avertissement :

« Stop ! Monsieur Lane, les évènements sont sous contrôle, veuillez-vous retirer avant d’être blessé. Si vous continuez, vous allez révéler notre présence et gâcher cette intervention ! »

Elle retint un ‘laissez-nous faire notre travail’. Son supérieur ne lui avait pas tout expliqué en détails, certes, mais avec un nom pareil, elle n’avait pas eu besoin de longs discours pour comprendre pourquoi cet homme s’intéressait autant à l'assassinat de la renommée avocate. « Je ne veux pas me battre contre vous. » Tentative vaine ? Jay avait déjà arraché le tuyau et libéra un flot de valeur qui réduisit fortement la visibilité dans le couloir. La lieutenante leva bien haut sa lampe torche, cela serait-il pour autant suffisant pour voir le projectile ?

Réussite : Lana esquive.
Échec : Elle est touchée.

Réussite : Elle peut le suivre.
Échec : La blessure est trop grave.

Elle eut tout juste le temps de voir l’ombre entrer dans son champ de vision et n’eut pas assez de réflexe pour esquiver le tuyau. Pire, il avait été envoyé avec une telle force qu’elle fut incapable de le dévier. Un hoquet de surprise lui échappa à l’impact, et elle mit plusieurs secondes à réaliser que le coup lui avait écorché – arraché ? Elle voyait si mal – une bonne partie du flanc. Elle aperçut le mouvement de Jötunn qui s’échappait vers le plafond et, sans réfléchir, elle s’élança après lui. L’adrénaline lui occultait la douleur et son équipement, qui la serrait et l’emmaillotait tellement fort, l’empêchait de se vider de son sang. Elle pouvait le faire, elle le savait.

« Commandant… Jay Lane approche.
_Tout va bien ?
_O..oui. Je le suis. »


Elle coupa la communication avant d’être plus amplement interrogée et sauta peu de temps derrière Jay, sur ses traces.


Ymir progressait, le cercle se refermait autour du bâtiment. Cette avancée n’échappa pas aux deux vigilants postés sur le toit, qui aperçurent les phares allumés au loin et constatèrent que les voitures s’avancer vers leur position. L’un des deux hommes, un grand brun, attrapa son talkie pour prévenir les agents à l’intérieur, et s’exprima à voix basse.

« Commandant, des voitures approchent.
_Arrêtez-les. Demandez le support de l’équipe de Ripp et essayez de savoir combien ils sont. »


Il n’y avait pas d’hésitation à avoir. Autant que possible ils devraient empêcher les mercenaires de prendre position, autrement, ce serait le bain de sang assuré. D’ores et déjà, la situation s’annonçait complexe. Le second homme perché sur le toit, trapu et à la peau sombre, s’écarta pour se rapprocher des agents restés au sol dans l’attente de la lieutenante et leur ordonna de se déployer autour du bâtiment pour encercler l’entrée que le groupe d’Ymir voulait emprunter. Pendant ce temps, le brun pointa le canon de son arme sur les intrus et lança la « négociation ».

« Arrêtez-vous ! Ce bâtiment est bouclé, faîtes demi-tour ! »

En attirant leur attention, il remarqua finalement que les gus transportaient des calibres en nombre, ce qui le mettait dans une position plutôt délicate. Pour autant, et pour l’heure, il ne se dégonfla pas et resta bien droit dans ses bottes pendant que son acolyte tenait au courant des avancées. Tout en expliquant la situation de sa voix claire, il tenta de conserver une intonation basse pour ne pas offrir d’indications à l’attroupement de mercenaires. Il n’était déjà pas bien rassuré à l’idée de les confronter avec des armes non létales, autant ne pas s’exposer encore plus.

« Ils sont arrivés à l’arrière, et ils sont armés, qu’est-ce qu’on fait ?
_Ne les laissez pas entrer ! »


Facile à dire, mais le commandant n’était pas en reste non plus. Ils se rapprochaient de leurs cibles, ils étaient proches, mais ils n’étaient plus seuls dans cette traque… Alors qu’il circulait toujours le bouclier bien en avant, il repéra des pas qui n’étaient pas les leurs, juste de l’autre côté du mur que son équipe longeait depuis plusieurs minutes. Et bientôt, une grave et rocailleuse voix bien connue s’adressa à lui – ça lui tira un frisson, dont nous tairons les raisons. Jay. Jay et ses petites menaces qui montraient qu’ils étaient déjà des intimes. Le major n’eut malheureusement pas l’occasion de parlementer, la montre jouait déjà contre eux : ils avaient fini par être repérés par les sales types et ces derniers prenaient la fuite.

Réussite : Gabriel évalue bien la position de Jay.
Échec : Il fait erreur.

En cas de réussite
Réussite : Il le percute.
Échec : Il est derrière.


En cas d’échec
Réussite : Le mur cède et il se retrouve derrière Jötunn.
Échec : Le mur résiste.

Il fallait agir rapidement, il n’avait pas le temps d’évaluer sa prochaine action et de peser le pour et le contre. « Johnny, mène l’avancée, je m’occupe de ça. » Le sergent eut à peine le temps de confirmer qu’il prenait les opérations en mains que le commandant augmenta son pas de course, prit un peu de vitesse et se jeta – littéralement – contre le mur. Protégé des débris par le bouclier, il passa facilement au travers mais rata de peu le cadet des Lane. Il aurait préféré l’emporter dans son élan – dans une étreinte aussi intense que sensuelle – mais il n’avait pas bien calculé son ange de sortie. Il déboucha juste derrière lui, tout recouvert de plâtres, et s’exclama d’une voix quasi théâtrale :

« Désolé mais j’ai mon petit ego, je suis arrivé ici le premier ! »

Tant qu’il n’y avait pas trop de bifurcations, et à l’aide de ses pouvoirs, il avait l’avantage de la vitesse. A moins que Jay ait aussi des capacités de ce côté ? A dire vrai, Gabriel n’en savait rien, et n’avait pas le temps de réfléchir à cette éventualité. Le bouclier attaché à son bras gauche, il se préparait à taper un sprint si Jay avait l’idée de lui fausser compagnie. Il devait absolument le retarder pendant que les agents rattrapaient les fuyards. Il avait bien sûr remarqué qu'il ne semblait pas avoir Lana sur les talons, mais il essaya de ne pas imaginer le pire. Elle avait pu être retardée. Elle était peut-être en train de couvrir ses arrières, planquée quelque part. Elle allait bien.

« Tu peux faire demi-tour avant que les choses ne dégénèrent. Moi et mes hommes, c’est notre devoir. On ne peut pas arrêter. Tu n’as pas le devoir de tuer ces types, Jay. » Malgré tout ce qu'il pouvait se dire en qualité de frère, il n'avait pas besoin de tuer les assassins de Charlie pour prouver qu'il avait été attaché à elle, qu'il ne s'en moquait pas. Gabriel ne savait pas s'il touchait un sentiment juste, mais il devait quand même essayer. Étirant légèrement ses épaules, il craqua de partout – ah, les vieux jours. « Et je préférerai ne pas mourir en essayant de t’arrêter. » Voilà qui était bien vrai. « Sinon, content de me revoir ? »


Dernière édition par Gabriel Colt le Mar 12 Avr - 0:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3235
ϟ Nombre de Messages RP : 2895
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Lun 11 Avr - 23:31 Message | (#)

Le membre 'Gabriel Colt' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 12 Avr - 13:34 Message | (#)

Carmen s'approchait du bâtiment avec les autres hommes. Il y avait Ace, Mike, Varric et quelques autres gars dont les noms n'avaient pas la moindre importance – comme tout bon PNJ sacrifiable qui se respecte. Ils étaient remontés à bloc et prêts à affronter leurs adversaires, car ils savaient parfaitement qu'il y en aurait. Jay les avait prévenus longtemps à l'avance, même sans leur expliquer le pourquoi du comment. Il avait simplement expliqué qu'il allait un jour avoir besoin d'eux sur une affaire personnelle et qui pourrait peut-être leur coûter la liberté, qu'ils ne seraient pas payés et qu'il ne pouvait pas leur assurer que tout se passerait comme sur des roulettes. Pourtant, les habitués avaient répondu présents et le texan avait été le premier surpris. Autant dire qu'ils avaient bien compris que leurs adversaires ne seraient pas n'importe qui et qu'ils risquaient fortement de se faire blesser, emprisonner ou bien pire.

C'est donc avec leurs armes chargées et prêtes à l'usage que le groupe d'un peu moins de dix personnes se présenta non loin de la porte de l'étage. Ils avaient repéré quelques voitures suspectes de l'autre côté et songeaient forcément qu'ils risquaient de tomber sur d'autres gars qui surveilleraient certainement les entrées et sorties du bâtiment. Malheureusement, ils ne pouvaient pas faire un trou dans le mur pour s'inviter à la fête, ils allaient donc devoir la jouer finement pour réussir à mettre le plan à exécution. Ou leur rentrer dans le lard et y aller au culot bien évidemment, ce qui correspondait plus au caractère du texan que de Carmen.

Dès qu'ils entendirent la voix d'un gars leur conseiller de reculer, les mercenaires levèrent leurs armes pour se préparer à faire feu, mais aucune silhouette n'était disponible pour jouer à la cible d'entraînement mouvante. Elle fit un signe de la tête à Ace pour lui faire comprendre qu'il devrait passer en premier et ouvrir la porte, puisqu'il était évident qu'ils ne resteraient pas sagement à attendre d'être arrêtés.

« Ça a déjà fonctionné cette réplique ? »

Croisa le regard de Mike, Carmen repéra finalement une silhouette qu'elle mit en joue avant de faire feu, espérant que cette fusillade programmée allait leur permettre de pénétrer dans le bâtiment et rejoindre le reste de l'équipe. Au pire des cas, ils tenteraient de rebrousser chemin pour emprunter un autre chemin, mais ils risquaient bien de perdre quelques collègues au passage...

      Lancer de dé #1 :
      RÉUSSITE : ils passent.
      ÉCHEC : ils sont bloqués.

      Lancer de dé #2 :
      RÉUSSITE : Carmen est indemne / Varric / Ace / Mike / les PNJ.
      ÉCHEC : Carmen est touchée / Varric / Ace / Mike / les PNJ.


Carmen avait fait feu, mais n'avait pas touché sa cible. Pire encore ! Les agents de l'UNISON firent feu avec leurs armes non létales et touchèrent tous les membres de Ymir qui se trouvaient à côté du bâtiment. Carmen eut droit à un bon coup au niveau du visage et les projectiles, bien qu'inoffensifs, firent des dégâts. Agacée comme jamais, la trentenaire cria aux autres de se replier et ils s'exécutèrent rapidement avant de constater qu'ils avaient été encerclés et risquaient d'être arrêtés s'ils ne se bougeaient pas rapidement. Problème ? Ils avaient tous été touchés et seulement un des anonymes tenait encore debout. Les habitués du groupe avaient aussi été atteints, mais leur résistance légèrement plus élevée leur permettait de tenir sur leurs deux jambes.
Restait à voir si les agents de l'UNISON allaient leur laisser l'occasion de se replier ou non !

_____________________________

Jay progressait dans une sorte de couloir, il n'avait plus entendu la gonzesse qui l'avait interpellé plus tôt et espérait bien ne plus la croiser. La perspective de l'avoir tuée ne le chagrina pas. Il était ici pour s'occuper de venger sa sœur et tout le reste passait au dernier plan ! Si elle avait été trop stupide pour comprendre qu'il ne s'arrêterait pas sur de simples conseils, ce n'était pas son problème. Mais un autre se présenta à la place : il entendit un bruit impressionnant qui le poussa à pivota pour faire face à son adversaire qui se révéla être le barbu-emmerdeur-de-première. Il défonçait les murs maintenant ? Est-ce que c'était son super pouvoir ? Dire que le texan avait cru que c'était de raconter des blagues de merde ! Plus sérieusement, le voir se pointer de la sorte n'était pas spécialement encourageant : Jay savait qu'il allait devoir se montrer agile pour atteindre son objectif.

S'immobilisant tout en restant sur ses gardes, le trentenaire écouta tout de même ce que le gars avait besoin de lui dire, mais rien de nouveau ne sortit. Au lieu de cela, il eut droit à la rengaine habituelle : ne reste pas ici, ne te venge pas, rentre chez toi... à croire qu'il ne comprenait pas que tout le monde ne réfléchissait pas comme lui ! Car en effet, malgré les apparences, Jay avait longuement réfléchi à ce qu'il allait faire. Agacé, il serra les dents de lassitude avant de rétorquer d'un ton qui ne plaisait pas de place au doute, il était prêt à tout.

« J'aurais préféré pas t'revoir, ça m'aurait évité d'devoir t'planter avec un tuyau comme j'l'ai fait avec ta nana. » Il parlait de celle rencontrée dans le couloir. « T'devrais p't'être aller la décrocher d'ailleurs. »

Il espérait bien le faire s'inquiéter suffisamment pour le voir voler au secours de sa collège, mais l'effort sembla vain vu que le type ne se détourna pas pour s'enfuir en courant. Tant pis. Jay ne lui voulait pas de mal et il tenterait de passer au travers des mailles du filet, mais s'il insistait trop, le texan serait contraint de se débarrasser de lui.

« T'en sais rien d'c'que j'peux faire ou pas. T'crois tout savoir parce qu't'as lu des dossiers ou des conneries d'genre, mais t'sais rien, alors garde ta psychologie d'merde pour tes collèges. » Au moins c'était clair. « S't'as pas envie d'mourir, t'me laisses passer et t'évites d'barrer la route pis tout l'monde sera content. Sinon, tant pis pour toi. J't'ai prévenu. »

Il n'avait pas envie de passer des heures à discuter. Ce gars pouvait bien le retenir ici le temps que ses hommes localisent les cibles et les mettent en sécurité, Jay décida donc de tenter le tout pour le tout ! Peut-être que le Major allait partir au secours de son amie et le laisser faire sa vie, ou peut-être que non. Toujours est-il que le texan pivota pour se tourner dans l'autre direction et commença à s'éloigner au pas de course – une fois n'est pas coutume. Si l'autre tentait de l'attaquer par derrière, son sens du danger l'en avertirait certainement !

      Lancer de dé #3 :
      RÉUSSITE : Jay sent Gabriel approcher.
      ÉCHEC : Jay ne sent rien.

      Lancer de dé #4 :
      RÉUSSITE : Il peut le maîtriser.
      ÉCHEC : Il n'y arrive pas.


De son côté, Jay avait largement plus de chance que ses coéquipiers puisqu'il sentit clairement le Major approcher dans son dos. Son sens du danger l'avertit aussitôt que quelqu'un se trouvait derrière lui et le texan fit volte-face au moment idéal pour attraper son adversaire par la veste et le projeter brutalement au sol. Cette prise n'avait rien à voir avec leur précédente rencontre : il était beaucoup plus décidé à se débarrasser de lui et la lueur d'assurance qui brillait dans son regard le prouvait clairement !

Le trentenaire leva la main et ferma son poing avant de l'abattre à l'endroit où se trouvait la tête de l'agent de l'UNISON. Fort heureusement pour ce dernier, Jay tenait son uniforme et non son cou ce qui lui permit de décaler son crâne au bon moment et le trentenaire frappa le sol au lieu de réduire la tête de l'homme en bouillie. Passablement agacé, Jay secoua sa main pour chasser les débris de béton qui se trouvaient dessus et attrapa le col du barbu des deux mains avant de le remettre en place. S'il refusait de comprendre où était son intérêt, il allait vite capter que le texan ne plaisantait pas ! Ce dernier le souleva légèrement avant de le repousser de manière à ce que son crâne percute le sol – et éventuellement puisse l'assommer.

« Arrête d'me gonfler ! Crève rapidement ou laisse-moi m'tirer ! »

Ça avait le mérite d'être clair.


Dernière édition par Jay Lane le Mar 12 Avr - 13:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3235
ϟ Nombre de Messages RP : 2895
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Mar 12 Avr - 13:34 Message | (#)

Le membre 'Jay Lane' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 17 Avr - 18:18 Message | (#)

Les agents de l'UNISON disposaient pour l'heure d'un avantage stratégique : ils défendaient une place, alors que le groupe de mercenaires cherchait à la prendre par la force. Les hommes disposés sur le toit, même s'ils n'étaient que deux, dominaient la scène et représentaient une menace pour ceux qui essayaient d'entrer. De fait ils attiraient l'attention et permirent aux agents au sol de viser et faire feu sur leurs adversaires. L'équipe de Lana ne manquait ni de talent, ni de réactivité : chacun de leur tir fit mouche et toucha la cible. Ainsi ils forcèrent la cheffe de cet assaut à sonner le repli. C'était parfait, mais cela ne promettait pas un arrêt des échanges de tirs. Pour forcer Ymir à déposer les armes, il fallait couper la tête de l'hydre... La plus gradée du groupe le savait, s'ils voulaient empêcher leurs adversaires de rassembler leurs forces pour les frapper à nouveau – et peut-être les déborder, cette fois – ils devaient les contraindre à la soumission.

« Rendez vous ! Si vous ne coopérez pas, nous ferons feu. » Avertit-elle avant de faire signe à ses collègues de se mettre en place : il était temps de passer à l'offensive.

Réussite : Les agents peuvent se rapprocher.
Échec : Les mercenaires peuvent se replier.

En cas de réussite (#1)
Réussite : Carmen est prise en grippe.
Échec : Ace est pris en grippe.

Suite de la réussite#1
Réussite : Il/elle est paralysé(e).
Échec : Il/elle est blessé(e)

En cas d'échec
Réussite : Il peuvent bloquer la retraite de Ace.
Échec : Ace s'échappe.


Couverte par ses collègues sur le toit et les flancs de l'immeuble, l'agente prit son appareil de défense électrique, c'est-à-dire une sorte de taser très efficace mais qui n'avait qu'une portée de huit mètres. Elle devait se rapprocher. Deux collègues la talonnèrent pendant que les Ymir prenaient leur retraite. Elle aurait préféré s'en prendre à la femme qui menait les opérations, mais celle-ci était déjà plus loin : en jetant son dévolu sur elle, elle pouvait mettre tout le monde en danger. Elle se rabattit sur l'homme qui avait été envoyé en avant pour ouvrir la porte de l'entrepôt et, constatant qu'il était armé, elle ne prit pas le risque de se perdre en sommation et tira directement. Deux câbles s'échappèrent du canon et vinrent se ficher dans le flanc du malheureux Ace, qui se prit une décharge dont il se souviendrait longtemps. Ils en tenaient un ! Il fallait maintenant espérer qu'Ymir était trop occupé à se retirer pour s'occuper de leur brébis manquante, tant que les agents de l'UNISON ne s'étaient pas mis à couvert.

« On l'emmène. Mettez vos gants en plastique, il est chargé comme une batterie. »


Évidemment, la énième tentative de Gabriel pour faire entendre raison au frère blessé ne porta pas ses fruits : le Lane avait la tête dure et semblait plus que décidé à aller au bout de son œuvre de vengeance. Le major secoua le bouclier qu'il maintenait pour le débarrasser des débris de plâtre et riva ses yeux ambrés dans ceux clairs de Jay, quand celui-ci évoqua probablement Lana. Blessée. Pire ? Il fronça les sourcils et se mit à rapidement réfléchir. Il avait été en contact avec la jeune femme, elle avait dit qu'elle allait bien... Il devait lui faire confiance. Quand bien même... Si elle était effectivement empalée dans un couloir, c'était comme si elle était déjà foutue et enterrée. Il ne serait pas en mesure de l'évacuer assez vite de ce guêpier pour lui sauver la vie. La pensée lui noua l'estomac, et il se força à ne plus y songer. Il ne voulait pas s'effondrer, ni devenir incontrôlable parce qu'il avait peur. Il ne voulait pas non plus se rendre compte que, peut-être, la perspective d'avoir perdu une amie ne l'empêchait pas d'agir et de faire son devoir. Parfois, l'insensibilité qu'il craignait d'avoir développé l'effrayait bien plus que les dangers de ce monde. Alors il ne répondit pas, et ne parut pas réagir à la provocation.

Jay lui donna un dernier avertissement, dont le commandant pesa très bien le poids. Il savait parfaitement qu'il ne s'agissait pas de menaces en l'air, que cet homme était plus fort et en colère que lui, qu'il le tuerait au moindre faux pas. « Je sais que tu m'as prévenu. » Plus d'une fois, d'ailleurs. « Moi aussi, j'ai voulu te prévenir. » Ce moment aurait pu être évité, Gabriel y avait sincèrement cru, à un moment. Malgré l'expérience, il lui arrivait encore de penser que tout pouvait bien se passer. « On est en train de mettre en place une tragédie, là. Si je meurs, j'espère que tu me garderas dans tes bras jusqu'à mon dernier souffle. » Il ne se faisait pas beaucoup d'illusions sur le sujet, malgré la passion latente qui bouillonnait entre eux. Jay semblait pressé, et peu enclin à l'écouter déblatérer. Il devait se douter que Gabriel essayait de gagner du temps. D'une voix ferme, il essaya encore une fois de prévenir la catastrophe :

« En voulant venger Charlie, tu vas faire tuer des innocents. » Et en l'occurrence, il ne pensait pas aux assassins de l'avocate. Ce n'était pas les seules personnes présentes dans cet endroit à risquer leurs vies. « Je peux pas te laisser faire. Ne fais pas ça. »

Les deux avaient décidément bien du mal à communiquer et se comprendre. Tout comme Gabriel avait repoussé les conseils de Jötunn, ce dernier n'en fit qu'à sa tête et détala au devant du danger et de leurs cibles. Son équipe d'agents n'avait certainement pas eu le temps de gagner le repaire des meurtriers de Charlie, il lui fallait encore du temps. Il devait empêcher Jay de les trouver le premier. Il se précipita à sa poursuite, s'aidant de ses capacités pour augmenter rapidement sa vitesse, avec l'idée de le plaquer au sol dans un élan quasi-romantique. Raté. Il avait à peine eu le temps de se jeter en avant qu'il fut saisi et brutalement jeté au sol. La rencontre fut aussi violente et sonore, le dos du major hurla au crime et celui-ci laissa échapper un gémissement douloureux.

« Tu pourrais être plus doux, pour notre première fois. » Geignit-il entre ses dents serrées, les yeux brillants. Entre ses paupières crispées il discerna une ombre menaçante s'élever au-dessus de lui, et eut tout juste le temps de décaler la tête pour éviter de redécorer le par terre avec sa cervelle. Un coup d’œil sur le côté et l'impact, qui avait éclaté le béton et la pierre, lui indiqua qu'il l'avait vraiment échappé belle... « Allons, je suis trop joli pour que tu m'écrabouilles. » Le contact vif de l'arrière de son crâne contre le sol eut tôt fait de lui remettre les idées en place. Il grogna et essaya d'ignorer le goût du sang qui lui emplissait maintenant la bouche. Si avec ça, il n'avait pas perdu une bonne moitié de ses neurones... Il cligna des yeux pour essayer d'y voir plus clair, mais le choc l'avait foutrement déstabilisé.

« Te tirer ? Non... » Il déglutit, il avait des difficultés à s'exprimer. Le monde tournait vite et il se sentait comme au bord de l'évanouissement, c'était pas bon. L'une de ses mains se posa sur celle de Jay à son col, tandis que l'autre fourrageait le plus discrètement possible vers sa cuisse. « Reste Jay, et serre moi fort. »

« Lâchez-le ! Les mains en l'air, tout de suite ! »

Lana, ou l'art de couper court ses élans sentimentaux. Il fut incroyablement soulagé d'entendre sa voix, même s'il ne pouvait pas encore la voir. Ce sentiment... Le rassura. Sûrement parce qu'il ne pouvait pas constater qu'elle était terriblement blanche, et que ses bras tremblaient.

« Tout va bien, Lana, Jay a juste besoin d'un peu d'air. »

C'était leur code, celui qui signifiait qu'ils allaient utiliser leur joker. Gabriel n'avait pas envie d'utiliser le sérum que les laboratoires de l'UNISON avait développé, pour une seule et unique raison : cet 'antidote' n'avait jamais pu être testé. Grâce aux notes de Charlie Lane et leurs propres observations, ils avaient déduit que les capacités de Jay se déclenchaient grâce à l'adrénaline. C'était donc tout simplement... Une histoire d'hormones. Ils avaient développé un neutralyseur de cette hormone, un apaisant sous la forme d'un spray et un autre sous forme liquide, plus puissant et qu'il fallait injecter. Cela pouvait marcher, mais ils n'avaient aucune idée de ce que cela pourrait provoquer chez Jay. Les effets secondaires, voire les risques pour sa santé. Malheureusement, il n'avait plus vraiment le choix.

« Dernier avertissement, monsieur Lane. »

Réussite : Gabriel est discret pour le moment.
Échec : Jay repère Gabriel immédiatement.

Arrêtant presque de respirer, le major glissa ses doigts jusqu'à la bombe d'aérosols qui contenait peut-être son salut. Elle était accrochée à sa ceinture mais par miracle, Jay ne sembla pas remarquer ses mouvements pour l'extraire. Peut-être que la vision de Lana, canon en avant, le distrayait ? Il ne risquait pas grand chose, même si elle tirait, mais la jeune femme mettait beaucoup du sien pour attirer l'attention.

« Vous n'êtes pas invincible, Jay Lane. Vous êtes un petit garçon effrayé, qui croit qu'il a quelque chose à prouver. » L'opercule maintenant, il devait faire sauter l'opercule. Il serra les dents et s'y employa le plus discrètement possible. « Même si vous vous en sortez, même si vos partenaires ne finissent pas en prison, même si tous les agents présents meurent, aucun de vous ne connaîtra la paix. L'UNISON a vos noms, la police et la Légion aussi. Vos frères sont en garde-à-vue. Si on ne revient pas, ils seront inculpés, et Charlie aura définitivement perdu ses frères. » On y est. Lana avait le doigt sur la détente, et Gabriel sur le déclencheur du pulvérisateur. Si Jay se rendait, tout pouvait encore s'arranger. S'il s'obstinait... Gabriel essaierait de lui mettre un jet dans le nez.

« Vous pouvez encore faire ce qui est juste. »


Dernière édition par Gabriel Colt le Dim 17 Avr - 18:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3235
ϟ Nombre de Messages RP : 2895
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 17 Avr - 18:18 Message | (#)

Le membre 'Gabriel Colt' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 17 Avr - 21:36 Message | (#)

Ace n'avait jamais été un excellent coureur, il était plutôt en retrait lors des affrontements au cours des missions que le groupe pouvait effectuer, mais cette fois-ci, c'était différent. Si Carmen l'avait envoyé en avant, c'était principalement pour s'assurer qu'il pourrait passer en premier lorsque la porte serait ouverte – et parce qu'il savait faire de jolies explosions avec ses artefacts – mais les choses ne s'étaient pas déroulées comme elle l'espérait. Maintenant, ils étaient obligés de rebrousser chemin en espérant trouver une entrée moins bien gardée, mais après avoir donné un coup de pied dans la fourmilière, il était normal qu'ils peinent à se replier.
Et c'était encore le blond qui en faisait les frais.

L'australien vit la gonzesse armée se planter devant lui, mais avant qu'il ne puisse lever son arme pour la blesser, il n'avait jamais été un tueur dans l'âme, celle-ci avait déjà appuyé sur la gâchette de son jouet et une brutale douleur le submergea. Il ne se rendit pas compte de ce qui se passait réellement et ne se sentit même pas tomber par terre, pourtant lorsqu'il rouvrit les yeux, incapable de bouger, il constata qu'il était allongé sur le sol métallique. A travers les trous de la grille, il voyait le vide et le plancher des vaches. Mais aucune trace du reste du groupe. La voix de la nana à qui il devait ce sacré coup de foudre lui arriva aux oreilles, mais il peina à entendre ce qu'elle disait.

Fort heureusement, Mike avait rapidement constaté que leur blondinet préféré avait disparu. Il s'arrêta brièvement et héla Carmen qui lui fit signe qu'ils le couvriraient. Il hocha donc la tête avant de faire volte-face pour rebrousser à nouveau chemin et retrouva rapidement la trace de leur estimé collège que deux types de l'UNISON étaient en train de remettre sur pied. Il était bien évidemment hors de question de le laisser finir au trou, sinon avec sa belle gueule et son minois de gonzesse, il deviendrait rapidement la compagne idéale pour les gros bras qui créchaient en taule. C'est donc avec l'idée de préserver la vertu de son blondinet favoris que Mike épaula son arme et visa la jambe de l'un des types avant de faire feu. Enfin, si personne ne le stoppait avant.

      Lancer de dé #1 :
      RÉUSSITE : les coups de feu portent leurs fruits.
      ÉCHEC : ils sont neutralisés.

      Lancer de dé #2 : (Si échec au lancer #1)
      RÉUSSITE : ils parviennent à se replier.
      ÉCHEC : ils sont coincés.


Mike parvint à faire feu sans que personne ne vienne l'emmerder et le résultat fut à la hauteur de ses espérances : il toucha l'un des types à la jambe et celui-ci tomba à genoux pendant que les deux autres avaient le temps de comprendre ce qui se passait. C'est à ce moment que Varric fit feu à son tour et blessa l'autre homme ganté qui sentit la balle lui frôler – et toucher – le bras au niveau de l'épaule. Ils comprirent rapidement que c'était risqué, ou peut-être qu'ils cherchaient des renforts, en tous les cas les deux silhouettes reculèrent et dégagèrent la zone, permettant à Mike de se précipiter vers Ace qui était retombé à genoux. Heureusement ganté, l'homme l'aide à se redresser et passa son bras autour de sa taille avant de le tirer vers le reste du groupe. En espérant qu'ils aient un peu de répit le temps de se mettre en sécurité !

_____________________________

De son côté, Jay avait toujours droit aux remarques pleines de bon sens de son sauveteur autoproclamé. Pourtant, dieu savait que le texan n'en avait rien à faire ! Il aurait tué n'importe qui pour atteindre son objectif. La famille était plus importante que tout le reste et s'il devait dégommer Atia César en personne pour y arriver, il le ferait sans la moindre once d'hésitation. Mais ce gars-là ne le comprendrait pas. Il n'était pas né et n'avait pas grandi dans le milieu du crime. Même si Jay avait toujours répugné à tuer, même lors des combats à mort du Circus, il n'éprouvait plus tous ces sentiments trop altruistes pour lui lorsqu'il était question des siens. Et puis, Charlie aussi était innocente, ça ne l'avait pas empêchée d'être tuée. Cette excuse n'avait donc aucune logique aux yeux de l'illogique texan.

Mais il n'était pas venu ici pour tailler une bavette, le trentenaire n'avait donc pas répondu, préférant se concentrer sur son objectif en prenant la fuite et en essayant de se débarrasser définitivement de son assaillant qui devenait légèrement trop envahissant. Malheureusement pour lui, le Major n'avait pas volé son grade : ses compétences étaient largement à la hauteur ! Mais il en faudrait davantage pour calmer un homme aussi impulsif que Jay, surtout lorsqu'il avait attendu plus d'un an et demi avant de pouvoir se venger. Rien que le fait de savoir les assassins proches de qui lui redonna un coup de fouet et il utilisa sa main libre pour repousser celle de son adversaire qui tentait d'adoucir sa prise au niveau de son cou.

C'est à ce moment-là que la gonzesse du couloir refit son apparition en essayant encore une fois de le convaincre de lâcher son patron. Bordel, elle était amoureuse de lui pour crier comme ça dès que quelqu'un posait la main dessus ? Passablement agacé de ne pas l'avoir clouée dans le couloir, Jay lui décrocha un regard hostile qui devint carrément assassin lorsqu'elle le traita de petit garçon effrayé. Qu'est-ce qu'elle en savait cette gourde ? ! Inconsciemment, il resserra sa prise sur le cou du Major, plus qu'irrité par les paroles de la pouffiasse qui le faisait passer pour un crétin en mal de reconnaissance. Elle ne comprenait rien, elle ne savait rien. S'il avait pu la tuer d'un simple regard, le texan l'aurait fait ! En tous les cas, elle avait réussi sa tentative : son attention était cristallisée sur elle et il en avait presque oublié son admirateur secret.

« Ta gueule connasse, t'en sais rien ! Personne sera inculpé, y sont au courant de rien espèce d'demeurée, sinon j'serais pas l'seul à être là ! » Après tout, il n'était pas avec eux au moment de l'arrestation, ça plaidait en leur faveur. « Y seront responsables d'rien vu qu'assumerai c'que j'fais, alors ta gueule ! »

Il referma une fois de plus sa main, manquant certainement d'étouffer le major sous le coup de la colère, mais cela l’empêcha aussi de voir venir le spray qu'il se prit en pleine tronche. Sa réaction fut similaire à celle des chats qui se ramassaient les spray en pleine face lorsqu'ils avaient fait une connerie : il jeta un regard assassin au Major et décida de lui coller un bon coup pour le calmer. Définitivement.

      Lancer de dé #3 :
      RÉUSSITE : il a encore sa super-force.
      ÉCHEC : il ne l'a plus.

      Lancer de dé #4 : (Si réussite au lancer #3)
      RÉUSSITE : il peur bloquer Gabriel.
      ÉCHEC : il ne peut pas.


Malheureusement, c'était sans compter sur la surprise qui se cachait dans ce putain de spray. Jay n'avait pas compris à quoi il servait et n'avait rien senti de spécial, mais lorsqu'il abattit son poing sur le visage du Major, ce dernier n'explosa pas en morceaux. Il allait juste avoir un beau bleu au niveau de la mâchoire, mais rien qu'un homme normal ne puisse pas faire. Au fond, ce qui inquiéta le plus le trentenaire fut qu'il sentit une douleur inhabituelle remonter le long de son bras après ce coup de poing d'une faiblesse étrange. Ses yeux s'écarquillèrent sous le coup de la surprise et il sentit que ses capacités n'étaient plus là.

« Ptain ! »

Sans perdre de temps, il essaya de les réactiver, mais en fut tout bonnement incapable. Sa vague d'adrénaline refusait de déferler et sa fiblesse actuelle risquait de l'empêcher d'accomplir sa mission. Le spray, c'était cette connerie ! Mais même s'il en avait envie, Jay ne pouvait pas rester là à boxer ce type, il devait s'en-aller et trouver rapidement ses cibles pour essayer de leur régler leur compte.

Il relâcha brusquement la tenue du Major et se redressa lestement, se souciant assez peu du fait que la gonzesse pourrait en profiter pour le tirer comme un lapin. Qu'elle le fasse bordel ! Tout ce qui importait pour le moment, c'était de s'éloigner de ce putain d'emmerdeur et de croiser les doigts pour que ses pouvoirs reviennent. À peine redressé, Jay tenta de passer à côté du Major pour reprendre sa course. Il entendait des éclats de voix non loin de là, certainement les agents de l'UNISON qui coinçaient les futurs patients du médecin légiste.
Enfin, si tout se passait bien.


Dernière édition par Jay Lane le Dim 17 Avr - 21:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3235
ϟ Nombre de Messages RP : 2895
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 17 Avr - 21:36 Message | (#)

Le membre 'Jay Lane' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 24 Avr - 15:42 Message | (#)

Ymir n’avait visiblement aucunement l’intention de laisser l’organisme embarquer ses membres les plus précieux. Les deux agents de l’UNISON avaient à peine eu le temps de saisir Ace par les épaules qu’une balle vola dans leur direction et vint se ficher dans sa jambe. Malgré les protections enfilées et bien fixées, le projectile s’était engouffré entre deux plaques et arracha un cri à l’homme, qui lâcha prise et s’écroula lourdement. « Merde ! Steve ! » Son collègue posa le mercenaire au sol et vola à son secours, de même que leur supérieure qui déjà, cherchait des yeux le responsable. Elle vit Mike arriver mais au chevet du blessé ne bougea, contrairement à l’autre homme qui sortit vivement son arme pour la pointer sur leur adversaire.

« Steve ! Laisse tomber ! » Il l’ignora royalement et foudroya des yeux celui qui approchait, le menaça même, mais l’agente fut prompte à lui agripper le bras et le tira en arrière. « Baisse.ta.putain.d’arme ! » Elle savait pertinemment que ce type n’était pas venu la fleur au fusil, ses petits copains devaient le couvrir. L’UNISON disposait d’un support sur le toit, mais si échanges de balles il devait y avoir, il y aurait des blessés et des morts des deux côtés. Cela n’en valait pas la peine. Le commandant avait été très clair : ils devaient les empêcher d’entrer. Pas jouer les héros. Pas les arrêter. Juste les empêcher de foutre l’opération en l’air. « Aide-moi à rentrer Adam, grouille-toi. » Il finit par lui obéir et souleva leur ami par les épaules, tandis qu’elle trouvait une prise sur ses jambes qui aggraverait le point possible sa blessure par balle.


Lana demeura droite et son arme toujours pointée sur sa cible au langage fleuri. Les dents serrées elle encaissa ses paroles et si son visage resta fermé, il était difficile de ne pas être affecté. Elle n’aimait pas jouer ce rôle-là, chercher la faille et appuyer jusqu’à ce que ça fasse mal. C’était son boulot, mais elle n’y prenait aucun plaisir. Pire, une sorte de culpabilité l’étreignit face au regard plein de colère, voire de haine, que Jay Lane lui adressa. S’il était si virulent, c’était peut-être qu’elle avait touché juste. Elle devait faire son devoir, et poursuivit, la peine à l’âme :

« Je ne me tairai pas ! Vous n’assumez rien ! Vous mentez ! » Gabriel coula un regard en direction de sa lieutenante. Il commençait à étouffer dans la prise de Jötunn et ce dernier serrait, serrait de plus en fort à mesure que les paroles de la jeune femme fluaient. L’environnement tournait, sa vue baissait, il se sentait partir lentement, mais sûrement. « Vous passez votre temps à rejeter la faute sur les autres. Charlie est morte ! L’UNISON a sa part de responsabilité, ça pèse sur nous, sur moi, sur le major mais vous… Vous n’assumez rien ! Vous vous vengez comme si c’était hors de vous, comme si… » Lana n’arrêtait pas, sortant de son rôle, se mettant en colère elle-aussi, les yeux rougis, oubliant même l’objet de tout cet échange… Si bien qu’elle fut presque aussi surprise que Jay lorsque le commandant parvint enfin à cracher une pulvérisation dans le visage du mercenaire.

Faîtes que ça marche.

Ce fut la seule chose à laquelle Gabriel pensa, à moitié dans les vapes, quand il vit le poing de son adversaire s’élever à nouveau au-dessus de sa tête. Il n’avait plus la force de l’esquiver, et Jay le tenait bien plus fermement. Impossible de s’échapper. Il entendit le cri de Lana, son « STOP ! » effrayé, et puis… Et puis l’impact. « Aoutch. » Geignit-il, la mâchoire douloureuse. Toutefois, il n’était pas mort. Et à en croire que ce qu’il voyait entre ses cils, Jay non plus. Le sang fluait dans sa bouche et il cracha sur le côté, avant de souffler : « Maintenant, on peut discuter ? » Il pouvait toujours rêver que le chaton mouillé allait docilement se laisser dompter après une petite giclée, mais c’était se raconter des bobards que d’y croire.

Jay allait s’enfuir. Le major roula mollement sur le ventre dans l’optique de se redresser à son tour, et tout son corps lui rappela sournoisement qu’il était trop vieux pour ces conneries.

Réussite : Gabriel attrape Jay.
Échec : Il n’arrive pas à l’attraper.

En cas de réussite
Réussite : Il lui administre le sérum.
Échec : Il n’y parvient pas.


En cas d’échec (#1)
Réussite : Lana le touche.
Échec : Lana le rate.

Suite de l’échec #1
Réussite : Elle le rejoint.
Échec : Elle s’écroule.

Malgré sa régénération, il ne s’était pas assez vite remis et ne parvint pas à se redresser. Il avait eu beau tendre la main pour essayer de choper la cheville du mercenaire, celui-ci lui échappa et lui fila entre les doigts, tel une maîtresse revêche. « Jay arrête-toi ! Tu n'es pas armé, tu vas te faire tuer..! » Balbutia-t-il alors qu'il le voyait filer, impuissant. Fort heureusement, si Gabriel manquait de doigté, il savait s’entourer : Lana veillait au grain et fit le geste qu’elle redoutait. Elle inspira profondément, visa, et tira. En plein dans la rotule du mercenaire qui serait bien incapable de courir avec une telle blessure – à moins que… ? Il fallait rapidement lui administrer le sérum, pour être certain qu’il ne regagnerait pas ses capacités avant la fin de l’opération. Elle en avait une dose sur elle, il suffisait…

« Commandant… »

Gabriel tourna la tête dans sa direction, le visage soulagé, mais ce sentiment ne dura pas. La jeune femme était blanche comme un linge, trempée de sueurs, la bouche entrouverte à la recherche d’air. Ses yeux roulèrent dans leurs orbites et elle s’écroula finalement, tombant lourdement sur le sol dans un claquement sonore.

« LANA ! »

Elle ne pouvait pas mourir. Un évanouissement, ce n’était qu’un évanouissement… Rassemblant ses forces, Gabriel essaya de se redresser. S’il voulait lui porter secours, il devait d’abord sécuriser les lieux, empêcher Jay d’en sortir et faire confiance au sergent. Tout irait bien.


Pendant que cette belle bande se jouait de retournements de situation, précisément au même moment, l’équipe de l’UNISON et celle de mercenaires se rencontraient enfin. Johnny avait beau savoir pertinemment qu’ils feraient face à une bande de durs à cuire qui n’auraient aucun scrupule à les abattre comme des lapins, il ne s’était pas attendu à une résistance aussi vive. Ces types étaient prêts à tout, ils ignoraient leur nombre tandis que du côté de l’UNISON, ils devaient mener les opérations à cinq.

Réussite : L’UNISON maintient pour le moment les cibles dans la même salle.
Échec : Ils se dispersent.

En cas d’échec (#2)
Réussite : Les cibles restent dans le bâtiment.
Échec : Il y a un trou dans le mur, vers l’extérieur.

Suite de l’échec #2, en cas de réussite
Réussite : Les agents en immobilisent certains, Johnny suit le fuyard.
Échec : Les agents sont occupés à en immobiliser, ils ne voient pas certains s’enfuir en direction de Jay, Lana et Gabriel.

Suite de l’échec #2, en cas d’échec
Réussite : Les agents de l’UNISON à l'extérieur ont pu se replier.
Échec : Ils sont touchés par l’explosion.


Ces connards étaient équipés, avec ça. Alors que Johnny essayait de négocier une sortie dans le calme, l’un des types paniqua et balança dans leur direction une grenade aveuglante qui produisit un puissant flash lumineux. Visiblement, cette initiative n’était pas du goût de ses alliés puisqu’ils hurlèrent à en déchirer les tympans de tout l’entrepôt. Dans l’apocalypse qui suivit, certains mercenaires voulurent s’échapper de la pièce et furent plaqués par les agents de l’UNISON, s’en suivit des échanges de coups entre aveugles qui n’étaient pas très joli-joli à voir. Le dos plaqué contre un mur, le sergent tentait de reprendre ses esprits et sa visibilité avant de faire n’importe quoi : une bonne idée, car il fut le seul à voir un type, équipé d’épaisses lunettes, s’enfuir. C’était forcément celui qui avait jeté la grenade, et qui essayait maintenant de sauver sa peau en solo… Sans plus attendre, il s’élança à sa poursuite, sans savoir que ce fuyard se dirigeait exactement là où Jay, Lana et Gabriel s’affrontaient. Un indice lui mit toutefois la puce à l’oreille : il entendit le coup de feu tiré par la lieutenante sur le Lane.

« Arrête ! Je vais tirer ! »

Johnny ne mentait pas, mais le type n’avait pas l’intention de se laisser faire : il se retourna pour tirer une salve de balles sur le sergent, qui eut tout juste le temps de se jeter au sol pour éviter les impacts. Alerté, Gabriel releva vivement la tête. Son sens du danger l’avertissait d’autant plus de l’arrivée imminente de ce type dangereux… Il inspira vivement, prit sur lui et avança jusqu’à Jay pour l’aider à s’écarter. « J’ai besoin de ton aide. » C’était couillu de demander l’appui de celui qui avait voulu le tuer, mais Gabriel ne raisonnait pas de cette manière. D’un geste il détacha sa ceinture et s’avança, comme pour l’enrouler autour de la cuisse de Jay. « On doit arrêter le saignement, et mettre Lana à l’abri. S’il te plaît. »


Dernière édition par Gabriel Colt le Dim 24 Avr - 16:14, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

Esprit du Hasard

Maître du Jeu
Généralités
Le Hasard

ϟ Nombre de Messages : 3235
ϟ Nombre de Messages RP : 2895
ϟ Crédits : © Renan
ϟ Célébrité : L'Homme Mystère
ϟ Âge du Personnage : Tous et aucun
ϟ Statut : Tous et aucun
ϟ Métier : Hasard
ϟ Liens Rapides : Star City Heroes
Feuille de RP
Dim 24 Avr - 15:42 Message | (#)

Le membre 'Gabriel Colt' a effectué l'action suivante : Jugement du Hasard


#1 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#2 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#3 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#4 'Jugement du Hasard' :


--------------------------------

#5 'Jugement du Hasard' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 24 Avr - 21:35 Message | (#)

Cette nana l'avait vraiment mis hors de lui et Jay pestait intérieurement pour s'être fait avoir aussi facilement. Il aurait dû sentir venir le danger, mais ses sens ne l'avaient pas alerté. Un soupir lui échappa avant qu'il ne s'élance pour tenter de rattraper les gars qui se battaient non loin de là et même la tentative du Major ne fut pas suffisante pour le persuader de rester. Il s'attendait à ce qu'ils tentent à nouveau de l'arrêter, même à ce qu'il serve de cible de tir en fait, mais disons qu'il y avait une différence entre savoir et subir. Une explosion de douleur le força à lâcher un cri de surprise mêlé à de la douleur. Il s’écroula sur le sol, sa rotule tout bonnement inutilisable et la souffrance inhérente à cette blessure fut particulièrement difficile à supporter. Jay n'était pas forcément douillet, mais pour un homme qui était habituellement insensible à la douleur, disons que la souffrance était d'autant plus forte. Il grimaça avant de tourner la tête vers la connasse responsable de ce qui venait d'arriver et il éprouva presque une pointe de plaisir en la voyant s'écrouler sur le sol. Cette salope allait peut-être le priver de sa vengeance, qu'elle crève la gueule ouverte dans son coin ! Peut-être qu'avec de la chance, l'autre barbu allait lui lâcher les baskets ?

Des hurlements furent soudain beaucoup plus proches et un avertissement rapidement suivi d'une salve de tirs renseigna Jay sur le fait que ses cibles n'étaient plus très loin. Il savait très bien que son état actuel l'empêcherait de tuer ces gars à mains nues, mais ils étaient armés, il n'aurait qu'à retourner leurs flingues contre eux !

Plongé dans ses réflexions, il fut presque surpris d'entendre la voix de l'autre pot de glu près de lui. Le pire ? Il implorait son aide. Après une grimace de douleur qu'il s'efforça de dissimuler, le texan lui décrocha un regard noir qui devait être une première pour lui. Il n'en avait jamais vraiment voulu à quelqu'un, mais là, il aurait bien été capable de tuer cette gonzesse pour ce qu'elle avait fait ! Alors, de l'aide pour ses beaux yeux ? Et puis quoi encore ! Passablement agacé par la tentative que le Major fit pour minimiser sa blessure, Jay retira brutalement sa jambe – ce qui lui valut un gémissement de douleur grossièrement étouffé – avant de se redresser à-demi. Il ne pouvait pas se mettre debout, mais rien ne l'empêchait de traîner sa jambe blessée derrière lui, non ?

« Dégage avec ton aide ! J'en ai rien à foutre d'cette connasse, qu'elle crève la gueule ouverte, j'm'en tape ! L'avait qu'à rester où elle était, putain ! » L'excès de vulgarité était assez rare chez lui et rarement bon signe. « S'tu flippes tellement pour elle, t'as qu'à aller l'aider, mais fous-moi la paix ! »

Joignant le geste à la parole, il prit appui contre le mur et se servit du léger rebord qui se situait à mi-hauteur pour tenter de se redresser convenablement. Bien évidemment, toute aide – ou plus tentative d'aide – du Major serait accueillie comme il se doit.

      Lancer de dé #1 :
      RÉUSSITE : le sérum commence à s'atténuer.
      ÉCHEC : le sérum persiste.

      Lancer de dé #2 : (Si réussite au lancer #1)
      RÉUSSITE : Jay peut marcher à peu près correctement.
      ÉCHEC : la rotule est trop endommagée.


À peine eut-il tenté de se redresser et de traîner sa jambe blessée derrière lui qu'il sentit que ce serait impossible. Sa détermination ne suffirait pas : la douleur était beaucoup trop intense et chaque grain de poussière frôlé semblait mettre des coups désagréables dans sa jambe. Après deux petits mètres à peine effectué, il ne parvint plus à rester debout et dût se laisser tomber par terre, ce qui ne manqua pas de provoquer une nouvelle vague douloureuse dans toute sa jambe. C'était vraiment naze de souffrir ! Le trentenaire leva finalement la tête vers le couloir qui s'ouvrait devant eux, espérant voir apparaître le gars qui tirait au pistolet, mais ce n'était pas encore le cas.

_____________________________

De leur côté, les Ymir avait dû battre en retraite. Ace n'était plus en état de les aider et ils décidèrent donc de le laisser en retrait avec un mercenaire anonyme et Carmen qui veilleraient sur lui. Mike s'occuperait de prendre les devants avec l'aide de Varric et des deux autres gus-sans-nom. Ils se dirigèrent vers l'autre côté du bâtiment, essayant de repérer une entrée quelconque, quelque chose qui leur permettrait de remplir leur rôle dans cette affaire. Même si le temps passait, ils ne perdaient pas espoir.

      Lancer de dé #3 :
      RÉUSSITE : ils trouvent une entrée.
      ÉCHEC : ils ne trouvent rien.

      Lancer de dé #4 : (Si réussite au lancer #3)
      RÉUSSITE : elle n'est pas gardée.
      ÉCHEC : elle est gardée.

      Lancer de dé #5 : (Si échec au lancer #4)
      RÉUSSITE : ils peuvent entrer.
      ÉCHEC : ils sont refoulés.


Le groupe fit le tour, de loin, à plusieurs reprises, mais ne vit rien qui leur permettait d'entrer dans le bâtiment. La seule entrée possible était gardée par les agents de l'UNISON et ils ne pouvaient pas rejoindre Jötunn à l'intérieur. Dépassé par les événements, Mike prit sur lui d'avertir Jay.

« Y'a un problème... tout est gardé par l'UNISON, on peut pas rentrer, on force le passage ? »

_____________________________

Alors qu'il cherchait comment s'y prendre, Jay eut la désagréable surprise d'entendre Mike parler dans son oreillette. Ils ne pouvaient pas entrer et se demandaient s'ils devaient forcer le passage. Vu que la situation était très mal engagée et qu'il doutait pouvoir s'en remettre et se tirer d'ici le temps que les gars soient tués – parce qu'ils ne seraient pas arrêtés ! – il estima préférable de se montrer prudent.

« Nan. Barrez-vous. Rentrez. »

L'autre commença à protester, mais Jay ne l'écoutait plus : il retira son oreillette et l'écrasa proprement. Pas besoin de super-force pour en arriver là. La situation était vraiment merdique et il ne voyait plus quoi faire. Tournant la tête pour essayer d'apercevoir l'autre emmerdeur, le texan reprit la parole.

« Ton gars va débarquer avec une arme, s'tu veux pas qu'y bute ta copine et nous avec, file-moi ton flingue et va t'occuper d'elle. »

C'était à prendre ou à laisser.


Dernière édition par Jay Lane le Dim 24 Avr - 21:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur











Que justice soit rendue } Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Que justice soit faite !
» La justice de Raphael [Terminé]
» HAITI-Justice : Un Système Judiciaire Qui Pirouette.
» Les oubliés de la Justice haitienne...
» Haïti : La justice américaine émet un mandat international contre l’ex-président

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-