AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

A quoi reconnaît-on un bon restaurant ? Les verres à vin y sont plus grands que les verres à eau [PV Narcyz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 6 Oct 2012 - 18:09 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
La journée avait été plutôt éprouvante pour Lukaz. S’il y avait une chose de bien avec son travail, c’était qu’il ne faisait jamais deux fois la même chose. Parfois, on l’appelait pour régler de petits soucis mineurs mais à d’autres moments, c’était des travaux bien plus importants. Et c’était justement le cas de cette journée-là. Il avait du tant donner qu’il s’était découvert des douleurs dans des muscles qu’il ne savait même pas posséder… Bon, il était vrai que c’était un peu exagéré, mais tout cela voulait simplement dire qu’il avait forcé et qu’il avait donc accueilli la fin de sa journée avec une grande joie. Le fait demeurait que si sa journée de travail était effectivement terminée, il n’en était pas autant de sa journée tout court…

En effet, ce soir-là, Lukaz avait rendez-vous avec quelqu’un. Si dans la forme, on pouvait voir là-dedans un rendez-vous amoureux qui vivait à concrétiser une relation, dans les faits, il s’agit plutôt d’un coup monté. Le jeune homme ne s’intéressait au garçon qui l’invitait que parce que ce dernier pourrait lui ouvrir les portes d’un vol d’importance. En la matière, Lukaz savait se montrer très patient et il était prêt à tout pour parvenir à ses fins, même à donner de sa personne. Bien entendu, cela n’était pas des plus agréables et sympathiques pour celui qui était sa cible actuelle, mais c’était ainsi qu’allait la vie. Et puis, dans un sens, s’il se laissait piéger par lui, ne méritait-il pas ce qui lui arrivait ? Il aurait du faire plus attention à lui… Souriant à cette pensée, le Français prit donc une douche des plus agréables, abusant un peu de l’eau chaude pour détendre et délasser ses muscles. Puis, après s’être séché et préparé comme il le fallait, il passa des vêtements plus classieux que ce qu’il portait habituellement, même si c’était très loin de correspondre à ce qu’on aurait pu attendre… Il était quand même loin de rouler sur l’or et de toute façon, ce n’était pas non plus son style.

Vérifiant une nouvelle fois où se trouvait ce restaurant où ils avaient rendez-vous, le Français attrapa ses clés et quitta son appartement, montant dans sa camionnette de service. C’était une chance pour lui que Narcyz l’ait invité. Dans le cas contraire, il aurait du le faire lui-même et ça se serait certainement terminé dans un fast-food… Démarrant le moteur, Lukaz engagea donc son véhicule sur les routes en direction du centre-ville, slalomant dans la circulation jusqu’à trouver un parking avec des places disponibles. Il remonta ensuite la rue en direction de l’établissement désigné et, après plusieurs minutes, il y parvint enfin. Se recoiffant rapidement, il entra et se présenta au maitre d’hotel qui le regardait d’un œil des plus suspicieux. « Puisque je vous le dis ! J’ai rendez-vous ici-même avec quelqu’un ! » « En êtes-vous certain, monsieur ? Vous ne correspondez pas vraiment à la clientèle habituelle… » « Oui, j’en suis certain ! Je dois retrouver monsieur Narcyz Sienkiewicz… Vérifiez donc ! »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Ven 12 Oct 2012 - 21:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Narcyz avait enfilé son plus beau costume pour l'occasion. Ouais, son plus beau costume - mais qu'est-ce qui lui arrivait, au juste ? Il ne faisait qu'inviter un homme au restaurant, ce n'était pas comme s'il allait à un rendez-vous galant, et cela n'avait rien à voir avec les affaires - du moins selon lui. Alors pourquoi ce soin attentif porté à sa tenue ? C'était ridicule, mais tant pis. Ce n'était pas tout les jours qu'il allait au restaurant pour lui-même. Il y avait tellement de rendez-vous professionnels qui s'y déroulaient, et Narcyz utilisait le budget de son entreprise, cela allait de soi. Il ne faisait jamais de folie, et en faisait encore moins quand cela allait sur son propre porte-monnaie. Il faut dire ce qui est, la cuisine polonaise est quand même assez spécifique, et à Star City, il trouvait souvent qu'on mangeait assez mal. Mais évidemment, c'était assez personnel. Il n'avait pas été jusqu'à inviter à manger polonais, non, un restaurant assez classe quand même, là où il avait l'habitude d'emmener certains de ses clients. Il avait décidé de ne pas se méfier, mais des fois, il se sentait mal à l'aise. Il essayait de ne pas se laisser manipuler par l'autre, comme s'il sentait instinctivement que son compagnon y était porté. Il aurait facilement pu tout savoir, même si c'était illégal et inégal ; le jeu ne l'intéressait pas. Il y avait quelque chose de charmant dans cette relation qui était totalement aveugle, et qui pouvait s'avérer dangereuse. Et il ne savait pas à quel point...
Narcyz arriva légèrement en avance au rendez-vous. Normal, c'était lui qui invitait. Il passa sans encombre, ayant réservé la table largement dans les temps. On connaissait sa tête en plus, c'était un des privilèges qu'il avait. Mais au fond, cela le réjouissait à peine d'être reconnu. Il était assez aisé, mais la richesse n'était pas son fort : il avait passé son enfance à vivre assez pauvrement avec l'argent que sa mère ramassait de la prostitution. Son père ne compensait pas vraiment les difficultés de la vie quotidienne, il ne faisait que penser à son entraînement. N'empêche que Narcyz hériterait tout à sa mort, quand bien même il n'était qu'un fils naturel. Et puis, il réussissait plutôt bien, désormais. Le danger n'était plus le manque d'argent, c'était les rapaces. Et l'un d'entre eux venait justement de faire son entrée...
Narcyz remarqua qu'il y avait un peu d'animation à l'entrée. Il eut l'intuition que c'était celui qui l'attendait qui faisait tout ce grabuge... Cela ne l'aurait pas étonné, le connaissant, il détonnait un peu avec le milieu. Narcyz se leva et alla voir. C'était bien Lukaz, qui essayait de convaincre le maître d'hôtel qu'il était bien invité ici. Narcyz se retint de rire. Il avait presque envie de venir et dire que non, il n'avait rien à faire avec lui, il ne le connaissait pas. Mais bon, cela marchait bien avec les autres personnes, il avait un peu plus de considération pour Lukaz, ce ne serait pas drôle. Il s'approcha doucement, avec sa grâce habituelle, puis il s'adressa directement au maître d'hôtel :
    « Cet homme est mon invité, confirma-t-il. Si vous vouliez bien le laisser passer... »
La tête du maître d'hôtel était si mémorable que Narcyz aurait donné cher pour savoir ce qu'il pensait. Sans doute qu'ils étaient ensemble. Hé bien, l’ambiguïté demeurerait, ne serait-ce que pour détromper les gens qui le prenaient pour un jeune homme riche, uniquement intéressé par l'argent et les belles femmes. Déjà, les femmes, c'était difficile, après ce qu'il avait vécu avec sa mère... Mais non, Narcyz était plutôt quelqu'un de tolérant, si on exceptait le fait qu'il adorait être un gros enfoiré. Il attendit donc que le maître d'hôtel ait laissé passer, puis toujours sans rien dire à Lukaz, il se tourna et alla s'asseoir, s'attendant à ce que celui-ci le suive. Il appréciait beaucoup Lukaz, mais il avait toujours une réputation à tenir, notamment celle de son égoïsme légendaire. Il ne pouvait donc pas dévoiler sa personnalité comme ça, alors qu'ils ne s'étaient vus que deux-trois fois. Il faudrait attendre encore. Mais Lukaz l'intéressait, c'était certain, même si Narcyz était incapable de dire ce qu'il voyait en lui, et ce qu'il attendait de lui. Pour l'instant, juste de la compagnie le temps d'un repas.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 31 Oct 2012 - 3:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Après une journée de travail difficile, il n'y avait rien de plus embêtant et difficile que d'avoir à subir la dure loi des clichés et des stéréotypes... Sous prétexte qu'il ne portait pas un smoking mais qu'il était vêtu plutôt simplement, on lui refusait l'entrée dans un restaurant de luxe et on ne le croyait même pas ! Comment pouvait-on encore affirmer que le client était roi après un tel traitement ? « Mais c'est quoi cette histoire !? Vous traitez tous vos clients comme ça ou juste ceux qui ne vous plaisent pas ? Franchement, vous devriez avoir honte, monsieur ! » Lukaz n'eut toutefois pas le temps d'en dire plus que son sauveur arrivait, même s'il ne portait ni cape ni collant. S'adressant au maître d’hôtel si sûr de lui, Narcyz expliqua que Lukaz était bel et bien son invité et qu'il fallait le laisser entrer dans l'établissement. Un sourire vainqueur vint alors s'afficher sur les lèvres du Français tandis qu'il paradait en passant dans la salle sur un : « Je l'avais dit ! »

Constatant qu'il ne l'avait pas salué et qu'il ne disait même rien, Lukaz suivit tout de même Narcyz jusqu'à sa table, s'installant alors face à lui. Il attendit un petit instant, mais remarqua que le silence semblait réellement être de mise... Intimidait-il son compagnon de table ou y avait-il anguille sous roche ? Narcyz ne pouvait rien savoir de ses intentions réelles, alors il ne fallait pas s'inquiéter. Affichant un grand sourire, le Français se décida donc à prendre la parole le premier. « Merci d'être intervenu, tout à l'heure ! Je sais pas si c'est courant comme truc, vu que je viens rarement dans des resto comme ça, mais ça m'a un peu énervé. Comme s'il valait mieux que moi parce qu'il a un nœud pap ! Non mais... Enfin, j'espère que ça te dérange pas trop, pour la réputation, tout ça... » S'il était vrai que Lukaz se moquait assez de ce que les autres pouvaient penser de lui, ce n'était pas le cas de tout le monde. Or justement, Narcyz était quelqu'un d'assez important et il pouvait être normal qu'il n'apprécie pas trop la mauvaise publicité... A moins qu'il soit plutôt de ces gens qui aiment qu'on parle d'eux, quoi qu'on puisse dire. Mais ça, Lukaz ne le savait pas.

Saisissant d'une main la salière, le Français s'amusa à la faire rouler entre ses doigts, gardant son regard rivé sur le beau jeune homme assis face à lui. « En tous les cas, je suis content qu'on se retrouve ici, je savais pas si j'aurais la chance de te revoir. Enfin, c'est cool, parce que j'ai bien aimé le temps passé en ta compagnie, la dernière fois. Bon, le truc, c'est que je sais pas trop ce que toi tu en penses, même si le fait que tu sois présent me donne un indice. D'un autre côté, t'es pas très bavard... T'aurais peut-être préféré que je porte aussi un beau costume ? Désolé, si c'est le cas, mais j'en ai pas. » Reposant la salière à côté de la poivrière, Lukaz jeta un coup d’œil dans la salle avant de reprendre la parole, conscient qu'il parlait peut-être un peu trop. « Enfin, je crois que je vais arrêter de te saouler avec tout ça. Tu penses qu'il y a moyen de commander ? J'ai un peu la dalle... La journée a été dure, tu sais. D'un autre côté, j'y connais rien, ici... Ça te dérange si je te laisse choisir pour moi ? »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Ven 2 Nov 2012 - 18:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Narcyz restait dans un silence calculé. Il avait l'habitude d'être ouvert aux émotions qui affleuraient, et le fait d'en être coupé, par respect pour celui qui était en face de lui, le perturbait bien plus que ce qu'il voulait admettre. Il avait déjà dû voler à son secours, ce qui n'était pas désagréable en soi, car il aimait se retrouver en position de force face à Lukaz - toujours parce qu'il était empli de son arrogance et de sa suffisance -, mais tout de même, il y avait des limites à sa gentillesse. Ce n'était pas parce qu'il était un super héros caché que l'on devait abuser de sa générosité. Assis à table, le dos très droit et le regard fixé sur le visage du Lukaz, Narcyz essayait de rester inexpressif au possible. Il n'avait pas envie que l'autre croit que cela lui avait plu de lui sauver la mise. Il préféra attendre que l'autre se mette à parler, l'observant avec attention pour deviner ce qui lui aurait été directement accessible s'il avait accepté de laisser son pouvoir s'exprimer. Il ne pouvait rien deviner de ce sourire, il ne pouvait pas savoir s'il était sincère ou forcé. Et même si cela avait été le cas, Narcyz n'en aurait pas été plus avancé. De la gêne, de la déception, de la colère... ? Il s'appuyait beaucoup trop sur son don, et c'était mauvais. Voilà qu'il devenait vulnérable face à une simple relation cordiale. Il écouta sans rien dire ses remarques sur le maître d'hôtel. Dans le fond, il était plutôt d'accord, les apparences étaient un masque qui pouvaient cacher des choses bien terribles. Un vilain en costume sur mesure était toujours mieux vieux que le héros en survêtement, alors que le second valait plus que le premier. Il savait très bien tout cela, il jonglait dans cet univers. Il fallait dire que cela n'avait rien à voir avec son enfance. Son père ne l'avait pas vraiment introduit dans les milieux aisés, il avait plutôt essayé de le forger à son image. L'univers premier de Narcyz, c'était sa vie secondaire, sa vie de super qui devait se cacher pour protéger ceux qui lui tournaient autour. Ils ne méritaient pas le nom de proches, ceux qui comptaient vraiment étaient restés en Pologne. Depuis, il jonglait avec ceux qui lui gravitaient autour sans jamais être dupe. Mais il ne le signala pas à Lukaz. S'il ne le contredisait pas, alors celui-ci ferait attention à sa réputation. Et oui, il y tenait, mais pas parce qu'il voulait à tout prix passer pour quelqu'un de bien, plutôt parce que cela protégeait son identité parallèle. Difficile de le dire à un presque inconnu, alors Narcyz préférait se taire.
Narcyz ne fit aucun commentaire sur le jeu de Lukaz avec la salière. Il aurait pu lui dire que cela ne se faisait pas. Il écouta tout ce qui lui dit sans paraître en être ému, même si en réalité, cela lui faisait quand même plaisir de l'entendre parler. Il aimait bien qu'on apprécie sa compagnie, après tout, des fois, c'était très agréable. Puis, lorsque celui-ci eut fini, Narcyz le regarda avec un léger sourire et lui dit, d'une voix presque dépourvue d'accent :
    « Tu parles trop, Lukaz. »
Mais il fit un signe au serveur qui s'approcha immédiatement. Celui-ci lui demanda s'ils désiraient la carte, mais Narcyz secoua la tête. Il la connaissait, il n'avait pas besoin qu'on la lui donne, et si Lukaz préférait le laisser commander à sa place... Narcyz commanda du canard, parce qu'il adorait cela, et tant pis si Lukaz n'aimait pas. Il était connu pour être égoïste et il n'allait pas changer pour la simple raison que c'était Lukaz, après tout. Le serveur acquiesça et se dirigea vers les cuisines. Le Polonais reporta alors son regard sur le Français, et le dévisagea quelques secondes, histoire de deviner ses réactions. Puis, estimant qu'il était peut-être temps de briser la glace, à présent qu'il avait bien joué son petit numéro, il accepta de se mettre à parler. Avec douceur, il répondit :
    « Tu n'es pas obligé de te mettre en costume pour moi, Lukaz. Je t'assure que cela ne me dérange pas. Après, ce que les autres pensent... »
Narcyz ne continua pas sa phrase. Il n'aimait pas trop parler de pensée avec ceux qui ignoraient tout de son don, il préférait donc faire comme si cela ne l'intéressait pas. Alors qu'en fait, cela l'intéressait beaucoup, évidemment, il était tellement curieux quand il s'agissait des autres. Parfois, il aimerait bien enfreindre la loi. Oui, ce serait vraiment bien de savoir ce que pensait Lukaz, mais la tentation était si grande qu'il valait mieux taire entièrement son pouvoir.
    « Maintenant, évite de trop critiquer les employés de ce restaurant et les clients qui le fréquentent, ajouta-t-il. Je te signale que ce sont ces personnes-là qui font partie de mon quotidien, donc si tu ne les aimes pas... »
Il n'en dit pas plus, curieux de savoir comment Lukaz allait réagir. Si celui-ci lui faisait remarquer que là encore, Narcyz ne faisait que se rapprocher d'eux sur le mode de l'apparence, alors il était clair qu'il y avait quelque chose à faire de lui. Sinon, tant pis, il serait tout simplement aveuglé par le masque de Narcyz, ce qui n'était pas plus mal...
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Mer 26 Déc 2012 - 19:30 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Après s'être installé à table et avoir constaté que le silence régnait de manière pesante, Lukaz avait décidé de prendre la parole. Il commença donc par s'excuser de la situation qui s'était malheureusement imposée à lui avant de se mettre à jouer avec la salière tout en continuant de parler de tout et de rien, observant les réactions de Narcyz et espérant qu'il se mette à parler à son tour. Il termina en demandant s'il y avait moyen de commander et en laissant son compagnon de table s'occuper de passer cette dernière. C'est alors que le jeune homme prit enfin la parole, mentionnant à Lukaz qu'il parlait trop. En réponse, le Français laissait couler un petit sourire sur ses lèvres. Au moins, ça l'avait fait réagir, c'était l'essentiel ! Il appela alors un serveur et commanda du canard. Parce que ça se mangeait, les canards ? Ah ben c'était drôle, ça.

Suite à cela, Narcyz redirigea son attention vers le Français, l'observant quelques instants avant de se remettre à parler d'une voix douce, expliquant que Lukaz n'avait pas besoin de porter un costume parce que cela ne le dérangeait pas et qu'il se moquait visiblement de ce que pensaient les autres. Au moins, c'était déjà ça, même si son ton était assez surprenant ! Il poursuivit ensuite en lui conseillant de ne pas trop critiquer ces gens là parce qu'ils faisaient partie de son quotidien, ce qui pouvait se comprendre... Encore que ! Lukaz ne se gênait pas pour dire ce qu'il pensait aux gens qui l'entouraient de manière habituelle, alors pourquoi faire une exception ? Pour réussir son coup, certes... D'un autre côté, Narcyz avait utilisé une formulation bien précise et le Français trouva amusant de jouer là-dessus, pour voir ce qu'il en dirait. « Oh, mais ne t'inquiète pas, je ne comptais de toute façon pas les critiquer toute la soirée. Je suis sûr qu'il y a des sujets bien plus intéressants à aborder, pas toi ? Alors je vais suivre tes conseils et je ne les critiquerais pas de trop. Je me contenterais juste de ce qu'il faut. » Souriant d'un sourire franc, Lukaz attrapa un morceau de pain dans la corbeille prévue à cet effet et il se mit à en manger la mie.

« D'ailleurs, je te ferais dire que je n'ai jamais dit que je ne les aimais pas ! Ce que j'aime pas, c'est juste le fait qu'ils ne m'aiment pas moi, ce qui se voit directement, non ? Mais toi, tu m'aimes bien, donc c'est quelque chose que moi aussi j'aime bien, ce qui veut dire que je ne te critiquerais pas ! Et puis si ça se trouve, ils sont aussi en train de te critiquer parce que tu as pris un clodo à ta table, ça te plaît comme idée ? Autant leur rendre la pareille, je dis. Je les connais, les gens comme ça... » Ce n'était pas faux, il avait souvent travaillé pour des gens aisés qui faisaient les beaux en apparence mais qui n'hésitaient pas à se montrer critique, odieux ou méchant par derrière... « Par contre, juste pour savoir, je vais devoir tenter de deviner la fin de tes phrases toute la soirée ou tu penses en finir quelques unes ? Parce que bon, c'est quand même... » Imitant Narcyz en espérant lui tirer un sourire, Lukaz arracha une nouvelle boule de mie de pain qu'il goba, attendant de voir la réaction de son compagnon. Si son visage demeurait figé dans ce même masque, ça voudrait dire qu'il allait falloir faire preuve de grand talent pour mener la soirée à bon port. Par contre, s'il se permettait un rire, un sourire ou l'utilisation de ce ton doux qu'il avait présenté un peu plus tôt, les choses n'en seraient que plus agréables pour tous les deux. Mais qu'en serait-il vraiment, c'était bien là la question.
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Jeu 27 Déc 2012 - 2:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Face à Lukaz, Narcyz arrivait encore à conserver ses moyens. Il n'était pas complètement déstabilisé, alors qu'il avait tu son pouvoir autant qu'il le pouvait, simplement parce qu'il pensait que ce n'était pas juste. C'était exactement le genre de situation où il fallait faire confiance à l'autre, même si, pour quelqu'un comme Narcyz, c'était extrêmement difficile. Même s'il n'avait pas de raison concrète de le faire, il se méfiait. Parce qu'il ne se fiait qu'à ce qu'il percevait dans la tête des gens, et qu'une fois privé, il n'avait plus de raison d'accorder sa confiance aussi facilement. Lukaz aurait du mal à percer les défenses de quelqu'un qui avait l'habitude d'en savoir plus long que tout le monde. Quelqu'un qui projettait soigneusement chacune de ses actions comme si c'était une attaque. Il fallait l'admettre, même s'il était plutôt content d'être en tête à tête avec Lukaz, il se sentait légèrement agressé par le simple fait qu'il ne pouvait pas vérifier ce qu'il avait dans son esprit. Mais bon, il fallait bien tracer des limites à son pouvoir. Déjà que de lire les pensées affleurantes, c'est-à-dire les émotions qui jaillissaient sans mot, et qui du coup lui étaient immédiates accessibles... Il ne savait pas si les autres fonctionnaient comme ça, mais pour lui, ce qui était le plus facile à lire, c'étaient les émotions. Parce que face à sa mère qui se prostituait, c'était toujours ce qu'il avait eu le plus de mal à gérer. Les émotions l'empêchaient d'être un simple spectateur, elle l'incluait dans la scène alors qu'il était à un âge où les relations sexuelles étaient quelque chose de très choquant. En plus, il fallait bien se douter que, vu que sa mère était payée, la dimension amoureuse, qui embellissait l'acte et en faisait quelque chose de sacré, était complètement absente. C'était tellement mécanique, et il sentait que sa mère en souffrait, alors nécessairement, les émotions qui lui provenaient étaient assez douloureuses. Heureusement, désormais, il n'était plus perturbé par la réception des émotions. Son pouvoir était maîtrisé, il en faisait tout un art. Il n'y avait que l'amour et la sexualité qui lui posaient encore problème. Mais cela, Lukaz n'en avait pas conscience, et c'était mieux ainsi. Il avait d'une certaine manière un avantage certain par rapport aux femmes, Narcyz se sentait bien plus à l'aise en sa présence, alors qu'il devinait qu'il y avait dans leur rendez-vous quelque chose de galant. Simplement parce qu'ils étaient deux hommes qui dînaient seuls dans un restaurant chic, sans d'autre raison que le plaisir de la présence de l'autre.
Mais apparemment, Lukaz semblait assez bien comprendre où cela les menait. Il y avait toujours une réputation à tenir, une image à conserver. Non parce qu'elle valait par elle-même, mais parce qu'il en avait besoin pour conserver son identité parallèle. Encore un secret à garder auprès de Lukaz. Il ne devait pas lire les pensées des autres ne serait-ce que parce qu'il savait ce que cela signifait, que d'avoir quelque chose à cacher. De nouveau, il laissa Lukaz parler. Il semblait que c'était un véritable moulin à paroles, et qu'il était impossible de le faire taire. Mais de toute façon, cela ne dérangeait pas vraiment Narcyz. Il préférait se taire. D'abord parce qu'il avait beaucoup de choses à cacher, et que cela lui évitait de commettre des bourdes. Ensuite, parce que cela lui permettait de conserver une aura de mystère qui était un atout avantageux dans les conversations. L'art de la manipulation reposait aussi sur des choses simples et connues de tout le monde, après tout. Narcyz admirait tout de même sa manière de réussir à rester attirant tout en mangeant des boules de mie de pain. C'était plutôt sordide, mais quand c'était Lukaz qui le faisait, cela participait au personnage. Du coup, c'était cool. Il comprit alors que c'était à lui de répondre quand Lukaz laissa le silence s'installer, observant attentivement son visage pour guetter la moindre réaction. Narcyz avait de l'entraînement, il maîtrisait les gestes de son visage. Devait-il sourire ou non ? Il ne savait pas exactement que faire. Détruire totalement des espoirs qui n'étaient pas vains, ou entrer dans son jeu, au risque de se retrouver dans une posture délicate ? Il opta pour une solution intermédiaire : un sourire, certes, et amusé, mais qui n'était pas vraiment destiné à sa dernière remarque.
    « Ah oui, je t'aime bien ? »
Exactement la parade idéale pour éviter de devoir prendre une décision : détourner le problème. C'était quelque chose que Narcyz faisait assez naturellement. Il avait l'habitude des tentatives de dissimulation, après tout. Cela dit, en rester là serait tout simplement injuste. Il n'allait certainement pas avouer qu'il trouvait de l'intérêt à Lukaz, en revanche, il pouvait le gratifier de quelques confidences très bien senties, qui ne pouvaient que renforcer son image d'enfoiré aisé.
    « En fait tu peux ne pas les aimer. Je n'éprouve que du mépris pour eux. » C'était tout à fait vrai, mais pas forcément pour les raisons que l'on pouvait croire. Pour Narcyz, ils participaient à son manège, mais il connaissait leurs vices et leur faiblesses, il les exploitait. Il ne pouvait pas avoir beaucoup d'estime pour eux, à peine celle qu'il accordait à tout autre être humain. « Simplement, ils sont nécessaires. Comme ils sont. Je dois bien les accepter, tu comprends, et nous sommes dans un lieu public. Je t'assure que les serveurs ont les oreilles qui traînent partout, et ta présence doit les intriguer. Tu peux être sûr que ça va jaser dans les chaumières. »
Évidemment. Narcyz qui invitait un homme au restaurant, alors qu'on ne l'avait jamais vu avec une femme quand bien même il se portait toujours de façon très charmante avec la gent féminine... Les conclusions qu'on en tirerait seraient assez évidentes. Elles pourraient même lui nuire, vu qu'il avait conscience que certaines personnes avaient des préjugés sacrément costauds. Mais bon, c'était tant pis, il avait bien le droit à une vie privée, non ? Si les gens croyaient qu'il couchait avec Lukaz, au moins, il serait peut-être plus tranquille concernant certaines approches assez lourdes qu'il devait subir parfois. C'était un prix nécessaire à payer.
    « De toute façon, même s'ils ne t'aiment pas, ils n'oseront jamais me le dire. » Pas assez courageux pour cela, compléta Narcyz. Du moment qu'on payait et qu'on rendait bien, les gens devenaient de véritables lèches bottes. « Clodo ou pas, tu crois vraiment que ça m'importe ? Je t'ai invité, c'est bien la preuve que je m'en soucie peu. »
Peu, car un peu quand même. Un peu beaucoup, même. Mais bon, son identité réelle pouvait se permettre ce genre d'attitude. Ceux qui le connaissaient savaient aussi qu'il aimait choquer, en particulier quand il s'agissait de convenance. Parce qu'au fond, il ne se souciait pas réellement de ce qu'on pensait de lui, il faisait juste ce qu'il estimait nécessaire.
    « Alors, tu vois que je les finis, mes phrases, ajouta Narcyz d'un ton neutre. Et si je ne m'abuse, on ne va pas tarder à être servi. »
Il reconnaissait en effet le fumet délicat du canard qui sortait des cuisines pour se diriger tout droit vers leur table. Narcyz contempla le serveur avec encore plus de froideur que ce qu'il réservait à Lukaz, se doutant que celui-ci risquait de remarquer cette différence. Narcyz ne le prenait pas comme quantité négligeable, loin de là, il avait énormément de respect pour les gens de peu. Mais ce serveur n'en était pas. C'était quelqu'un qui se croyait important parce qu'il y travaillait, il le lisait dans les yeux, et cela l'agaçait. Lui ne se considérait pas comme important parce qu'il avait ses entrées dans le restaurant. Il l'était parce qu'il appartenait secrètement à la Légion, nuance. Il se vit servir son plat, accorda un peine un regard au serveur, puis commença directement le plat. Parce que dire bon appétit, dans sa sphère, était tout simplement impoli. Manger lui permettait de conserver le silence un peu plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 30 Déc 2012 - 3:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Comme l'avait attendu Lukaz, Narcyz lui répondit bel et bien par un sourire, mais ce n'était nullement en raison de sa tentative d'imitation un peu foireuse. Non, ça concernait quelque chose qu'il avait dit un peu plus tôt, à savoir la présomption que le jeune homme l'aimait bien. Oh, c'était une simple supposition, mais à moins que son compagnon de table ne soit un masochiste, c'était la déduction la plus logique. Il l'avait invité dans un bon restaurant et il l'avait tiré des griffes du désagréable maître d'hôtel, alors c'était bien qu'il y avait quelque chose ! Sans compter le fait que par la situation actuelle, ça allait jaser dans les chaumières. On pouvait donc décemment penser que Narcyz aimait bien Lukaz. Et si ce n'était pas le cas, c'est qu'il manigançait quelque chose de louche, mais vu que ça, c'était déjà le cas du Français, il était peu probable qu'ils soient deux à tenter une telle chose. Quoi qu'il en soit, pour seule réponse, Lukaz se contenta de garder son propre sourire.

La discussion continua et comme pour changer un peu, Narcyz parla. Il parla même beaucoup plus et c'était plutôt agréable de l'entendre ainsi s'épancher. Appréciait-il la compagnie de Lukaz au point que ça lui déliait la langue ? Peut-être bien... Peut-être bien ! Et comme il lui disait éprouver la même chose que lui à l'égard de ces gens, c'était sans doute d'autant plus vrai. Bien évidemment, ces personnes étaient indispensables à la vie de Narcyz et c'était tout aussi vrai pour Lukaz. N'étaient-ce pas eux qui l'engageaient pour déboucher leurs toilettes ou repeindre leur bureau ? Si, bien sûr que si. Après tout, ils étaient incapables de le faire eux-mêmes, la plupart du temps ! Mais si Lukaz leur était utile, il n'était pas pour autant désiré dans leur vie de tous les jours et voilà qu'il se retrouvait à manger dans leur restaurant, à la table de l'un d'entre eux ! Cela devait leur sembler insupportable et terriblement dérangeant. Et c'était cela qui plaisait réellement à Lukaz.

Narcyz précisa ensuite que même si les gens avaient des réticences face à tout cela, ils n'en feraient jamais part à personne. Dans tous les cas, selon lui, il se moquait lui-même de toutes ces considérations, raison pour laquelle il l'avait invité. On en revenait donc à la constatation précédente, Narcyz aimait bien Lukaz ! Il venait de l'avouer. Enfin, presque. Ou pas du tout. Mais ce n'était pas grave, ce n'était pas cela qui importait ! Ils étaient là, ensemble, et Lukaz comptait bien en profiter, surtout si son compagnon du soir se mettait à parler et à finir ses phrases. Ce dernier conclut d'ailleurs par le fait qu'ils allaient être servis et comme pour lui donner raison, un serveur vint effectivement poser leurs assiettes sur la table. La première chose que constata alors Lukaz, c'est qu'il n'y avait pas beaucoup à manger... Et dire qu'il avait une faim de loup ! Quel drame.

Comme Narcyz se mit à manger sans rien dire, le Français ne fit donc pas preuve de davantage de politesse et, coupant un petit morceau de canard, il le prit en bouche. Le goût était original, un peu différent de ce à quoi il était habitué, mais pas mauvais. D'ailleurs, c'était le mieux, parce que vu le peu qu'il y avait dans le plat, s'il n'avait pas aimé... Mastiquant un moment sa viande, Lukaz finit par l'avaler avant de manger une nouvelle boulette de pain. Cela fait, il attrapa son verre vide et il se mit à jouer avec, comme pour faire comprendre quelque chose à Narcyz... « Oui, tu les finis et je dois avouer que c'est beaucoup mieux comme ça ! C'est juste dommage que ce soit sur un tel sujet. Si on arrêtait de parler d'eux, t'en dis quoi ? » Désignant la salle de la tête, Lukaz laissa apparaître un petit sourire sur ses lèvres avant de reprendre. « Bon, d'un autre côté, t'aimes peut-être pas parler en mangeant, mais ça serait un peu bête de manger ensemble sans rien se dire... Je pourrais te raconter ma journée, mais je doute que ça t'intéresse puis je pense pas que tu aimes parler boulot... On peut parler de toi, non ? Ça, ça m'intéresserait comme sujet ! T'aimes quoi dans la vie ? Le théâtre, l'opéra, le golf, ce genre de choses ? Où c'est juste cliché et tu préfères aller dans des raves ? J'avoue que je suis curieux et qui sait, on a peut-être des goûts en commun ! » Arrêtant enfin le flot de ses paroles, Lukaz se remit à mastiquer son canard, attendant en même temps qu'on veuille bien remplir son verre de quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Dim 30 Déc 2012 - 21:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Narcyz mangeait son canard avec la distinction que lui imposait son statut. Il se tenait très droit et appréciait chaque bouchée. C'était un pur délice. Contrairement à Lukaz, il ne trouvait pas cela étrange. C'était tout simplement un régal. Un plat raffiné et élégant, qui cachait une merveille gustative derrière une apparence soigneusement travaillée. Un peu comme lui, en somme. Il avait presque envie de rire en essayant de s'imaginer ce que Lukaz devait avoir dans la tête. Son insatisfaction face au peu de quantités servies l'amusait. Narcyz trouvait aussi cela ridicule, mais à force de devoir mener des entretiens avec des clients, son estomac avait appris à s'y faire. Il ne s'en étonnait même plus. Mais finalement, son intuition était la bonne : il avait bien fait d'emmener Lukaz dans ce restaurant. Cela lui laisserait très certainement de bons souvenirs. Quel dommage qu'il ne pouvait pas lire les pensées des autres. Si cela avait été légal, il s'y serait peut-être risqué à ce moment-là. Lukaz l'interrompit en lui disant qu'ils ne devaient plus parler de ces gens-là. C'était effectivement le meilleur moyen pour gâcher un dîner excellent. Narcyz ne répondit rien, se contentant de hocher la tête d'un air évasif, comme s'il n'y accordait pas trop d'importance. Il suffisait de ne plus y penser pour ne plus en parler, et ces gens faisaient partie des choses qu'il pouvait exclure de son esprit très facilement. Surtout que la personne en face de lui lui paraissait beaucoup plus intéressante. Bavarde, empruntée, mais beaucoup plus simple. Narcyz aimait la simplicité, au fond. Sauf peut-être en matière de gastronomie, où il adorait les plats élaborés. Mais c'était une passion qui s'était développée progressivement. Au départ, il était comme Lukaz, parce que ce n'était pas sa mère qui allait l'emmener dans un bon restaurant.
Lukaz lui posa alors des questions assez indiscrètes, et Narcyz le regarda d'un air méfiant. Évidemment, il n'était pas en train de penser qu'il allait pouvoir vendre toutes les informations qu'il trouverait, cela n'était pas aussi simple que cela. Il était sans doute assez innocent, mais... Narcyz ne parlait jamais vraiment de lui. Il n'aimait pas être vulnérable. Il ne devait pas révéler ses secrets. Et puis, sa vie personnelle en était à un point mort. Quand il ne travaillait pas, il jouait aux super-héros. Et quand il ne le faisait pas non plus, il mettait de l'ordre dans sa vie. Il n'avait pas vraiment de goûts. Il n'avait presque rien à dire à Lukaz de toute façon.
    « Je n'aime pas parler de moi. » : l'avertit-il, histoire de lui expliquer pourquoi il y avait nécessairement des blancs dans son histoire.
La vie de Narcyz Sienkiewicz était incomplète. Comme si, si on exceptait sa vie de super-héros, il manquait tout un aspect de sa personnalité et de son histoire. Impossible de le comprendre si on ne le savait pas. Mais Narcyz en arriverait-il à un point où il pourrait avouer cela à Lukaz ? Peu importait la réponse à la question, ce n'était certainement pas le cas à présent. Il déglutit entièrement et laissa sa fourchette en suspens.
    « En fait, je n'ai pas beaucoup de temps à moi, avoua-t-il sans avoir l'air de le regretter. Le boulot me prend énormément de temps. Et tu sais, ça déborde aussi sur ma vie personnelle. Je suis un vendeur élaboré qui gagne bien sa vie. J'ai souvent l'impression que mon but dans la vie, c'est de leur apporter satisfaction, de leur accorder plus que ce que je leur vends. Parce que sinon, ils iraient voir ailleurs. Le contact client te rend vraiment esclave, parfois... »
Ça, plus le fait qu'il se baladait souvent en costume. Heureusement, ce qu'il décrivait n'était pas totalement vrai. Narcyz ne pouvait pas se permettre d'accorder à son travail tout le temps nécessaire. C'était pour cela qu'il utilisait ses pouvoirs, pour aller plus vite. Il n'influençait personne, il savait que c'était illégal, et si quelqu'un le découvrait, il était mort. Déjà que si on se doutait qu'il percevait les réactions secrètes des gens, il aurait de gros ennuis... Enfin, cette vie lui convenait quand même.
    « Je ne sais pas si j'aime grand-chose. Pas même l'argent. J'en ai, mais ce n'est pas ce que je recherche. Mon métier me plaît, mais ce n'est pas une passion. Quant à la culture américaine, je la trouve assez vulgaire. Je déteste le golf. Je peux apprécier d'aller au théâtre ou même à l'opéra, mais j'y vais tellement rarement que cela ne m'attire pas plus que cela. »
Et il n'arrivait même pas à aimer les femmes. D'accord, il était humain, il pouvait ressentir du désir. Mais c'était un sentiment qu'il bloquait, ayant été traumatisé assez jeune. Il n'aimait pas qu'on le trouve trop attirant. Un peu, d'accord. Mais au point de coucher avec lui, quand même pas. Quand bien même une femme ne le laissait pas indifférent, il se sentait très mal à l'aise, de sorte que tout désir finissait par se refroidir. Il lui suffisait de penser au fondement de son pouvoir, et à la manière dont il avait appris à bloquer les pensées des autres. Ce n'était certainement pas pour le vivre. Lukaz avait sa chance, il n'éveillait pas les mêmes images qui hantaient la tête de Narcyz. Maintenant, serait-il capable pour autant de surmonter son aversion pour la sexualité, et de flirter ouvertement avec lui ? Pas sûr. Il devait admettre qu'il l'appréciait, même physiquement parlant. Mais il ne savait pas si cela pouvait aller plus loin. Et il ne voulait pas savoir.
    « Je doute qu'on ait des goûts en commun. » Il lui sembla que c'était assez radical comme propos, peut-être trop. Il ne voulait pas insinuer que c'était à cause d'une différence sociale, aussi précisa-t-il sa pensée : « Je suis trop morne pour apprécier quelque chose, voilà. Mais je suis sûr que ce n'est pas ton cas. »
Ce faisant, il l'invitait à parler de lui et de ses propres goûts. Vu que Lukaz aimait bien parler, et qu'il était plus enjoué que lui, cela pouvait peut-être détourner l'attention de lui. Qu'est-ce que Narcyz aurait pu lui dire, de toute façon ? Qu'il avait eu une vie difficile ? Que son temps libre enfant était surtout occupé par l'entraînement de Sienkiewicz, homme redoutable qui n'éprouvait pas de compassion pour un enfant ? Qu'il basait sa vie sur des mensonges ? Cela ne pouvait le satisfaire. Il ne pouvait pas lui dire qu'il aimait faire le bien, tout au fond de lui. Une passion enfouie si profondément qu'il n'était pas prêt à l'avouer. Qu'il aimait le danger, le mystère, le secret. Qu'il aimait être un super-héros, tout simplement. Que c'était sa raison de tenir.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 6 Jan 2013 - 15:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Le canard venait d'être servi et Lukaz s'était lancé à l'assaut de son assiette, bien trop tiraillé par sa faim après une journée de travail pour attendre plus longtemps. Après quelques minutes, il avait finalement quand même repris la parole, évoquant le fait de ne plus parler des autres personnes présentes dans la salle, ce que Narcyz approuva d'un signe de tête. Au moins, ils étaient sur la même longueur d'ondes concernant ce point-là ! Souhaitant davantage s'intéresser à son compagnon, Lukaz se mit donc à lui poser quelques questions. En effet, il avait bien envie d'apprendre à le connaître et cela sans tenir compte de la véritable raison qui faisait qu'il était présent à cette table, ce soir-là. Narcyz était plutôt du genre attirant, mais dans le même temps, son attitude et ses manières le rendaient assez mystérieux, ce qui ne retirait évidemment rien à son charme. C'était peut-être même le contraire. Mais voilà, pour ces raisons, Lukaz n'aurait pas pu dire grand chose à son sujet et ça, ça le dérangeait assez. Lui qui n'était pas du genre à faire facilement confiance, il se sentait quelque peu menacé d'être ainsi face à un inconnu dont il ne pouvait rien déceler dans sa façon d'être. C'était peut-être paradoxale étant donné ce que lui-même cachait, mais en apprendre un peu plus sur Narcyz serait déjà un premier pas important pour lui. Il espérait donc que cela pourrait se faire et que l'autre jeune homme répondrait volontiers à ses questions. Mais c'était sans compter le caractère de son compagnon de table...

Narcyz commença effectivement par régler définitivement la question en indiquant qu'il n'aimait pas parler de lui. Comme ça au moins, ils allaient pouvoir passer une soirée des plus silencieuses ! Avait-il des choses à cacher ? Peut-être qu'il était psychologiquement dérangé... Ou alors, c'était un tueur en série !! Tout était possible, à ce niveau. Il poursuivit finalement en expliquant qu'il n'avait pas beaucoup de temps à cause de son travail qui débordait même sur sa vie personnelle, mais étrangement, cela ne semblait pas le déranger. Est-ce qu'il était sérieux ? Sa vie n'était basée que sur le travail ? Cela semblait aussi du à ses clients puisqu'il semblait se donner à eux corps et âme dans le but de les satisfaire et de les garder dans son carnet de contact. Cela pouvait prêter à sourire tant l'allusion pouvait être perçue différemment, mais Lukaz ne sourit pas. Il se contenta d'écouter, quelque peu troublé. Narcyz poursuivit, indiquant qu'il ne savait pas trop ce qu'il aimait... L'argent ne semblait pas entrer en ligne de compte et en dehors de son travail, rien ne semblait lui venir à l'esprit. Était-ce possible ? Pouvait-on ne rien aimer au point de se réfugier dans le travail même si celui-ci n'était pas une passion ? Que tout cela était triste !! Même Lukaz s'en rendait compte et pourtant, il n'avait pas une vie des plus exaltantes. Mais il savait ce qu'étaient les petits plaisirs et jamais il ne les échangerait contre quoi que ce soit. Narcyz devait bien en avoir aussi, l'un ou l'autre !

Les derniers propos du jeune homme finirent malgré tout par tirer un sourire à Lukaz. Il ne tarda d'ailleurs pas à leur répondre. « Peut-être bien qu'on ne peut pas avoir des goûts en commun, mais ça n'a rien à voir avec ton explication. Je ne suis pas idiot, je me doute bien que nos vies n'ont rien à voir l'une avec l'autre. Je pense que beaucoup d'enfants auraient voulu être à ma place, plus jeune. Grandir dans une fête foraine, ça a toujours l'air amusant ! Et il faut dire que c'est tout à fait vrai, même si les choses ont changé par la suite. Même ça, ça ne t'attire pas ? Tu n'aimes pas les fêtes foraines ou le cirque ? » Chacun pouvait avoir ses propres goûts, mais il paraissait quand même surprenant que quelqu'un puisse être du genre à ne rien aimer du tout. On ne pouvait pas vivre sans passion, c'était impossible. Enfin, ça l'était pour Lukaz, en tous les cas. Son cœur se serrait presque pour Narcyz, le plus sincèrement du monde. C'était assez triste de voir quelqu'un dans ce genre de situation. Il y avait tant de façons différentes de s'amuser ! Bien sûr, Narcyz n'apprécierait certainement pas celles dont Lukaz avait l'habitude, mais il devait y en avoir d'autres. Courir dans le parc au petit matin ? Aller se baigner à la plage ? Faire du saut en parachute ? « Je suis sûr que tu trouves du plaisir à quelque chose, le contraire ne serait pas possible. Enfin, j'ai du mal à le concevoir. Mais rien ne t'oblige à en parler. » Même s'il aurait bien apprécié de savoir, Lukaz se rendait effectivement compte que ce sujet était en quelque sorte tabou et il allait donc passer à autre chose. « J'aime bien les fêtes foraines, moi. Ça me rappelle de bons souvenirs et puis avec toutes ces odeurs sucrées, ces rires, la joie, c'est toujours sympa ! Je crois qu'il y en a une à Star City mais je n'ai pas encore eu l'occasion d'y aller. Le temps de m'installer, de prendre mes marques, tout ça... Même si ça fait quand même un moment que je suis là, maintenant. Y a aussi une boite sympa dans le centre, mais bon, faut aimer ce genre d'ambiance ! Même moi, parfois, j'ai du mal. Sinon, j'aime bien rencontrer des gens, comme toi, ce soir. » Souriant pour appuyer sa remarque, il enchaîna directement. « C'est aussi quelque chose que tu apprécies, toi, ou pas du tout ? Si c'est le cas, ça nous fera bien un point commun ! Peut-être le seul, mais il faut bien commencer par quelque chose. » Gardant un sourire amical affiché sur le visage, il plongea son regard bleu dans celui de Narcyz avant de finalement se remettre à manger son canard. Il se demandait s'il n'y avait pas quelque chose d'autre qu'il pourrait faire apprécier au jeune homme, mais ce serait prendre de gros risques... D'un autre côté, qu'est-ce qu'il risquerait ? Il ne savait pas vraiment, alors il gardait son idée dans un coin de la tête et il verrait comment les choses se passeraient, dans la suite de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Dim 6 Jan 2013 - 23:15 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Narcyz ayant fini sa tirade, il pouvait enfin déguster tranquillement son canard en écoutant la réponse de Lukaz. Quel plat exquis, merveilleux. Il ne s'en lassait pas, cela le plongeait dans une forme d'extase gustative qui le mettait de bonne humeur. C'était plutôt à l'avantage de son invité, qui pourrait ainsi bénéficier d'un compagnon plus enjoué, et peut-être légèrement plus bavard que d'habitude. Pas très causant quand même, mais par rapport à d'habitude, c'était considérable. Il sentait bien que Lukaz était un peu gêné par son silence. C'était peut-être ce qui faisait son charme, mais cela ne devait pas être facile à gérer. A sa place, il aurait déjà abandonné depuis longtemps et l'aurait plaqué. Ou peut-être pas : le canard était vraiment trop bon, cela aurait été bête de rater une occasion de manger un si bon plat sans le payer. Mais le jeune homme avait du courage, il devait le reconnaître. Il avait de quoi monter dans son estime. Et puis, c'était quelqu'un d'intéressant. Il avait apparemment grandi dans une fête foraine, chose que Narcyz ne savait pas. Pour une fois, il trouvait agréable d'attendre que les gens lui délivrent eux-même des informations, plutôt que d'aller les chercher dans leur tête. Il y avait quelque chose d'apaisant à l'idée que l'on pouvait vivre sans tout savoir des autres. Les secrets étaient primordials, et Narcyz était bien décidé à respecter l'intimité de Lukaz. Évidemment, celui-ci ne se doutait pas de tout ce qui pouvait passer dans la tête de Narcyz. Et c'était tant mieux, sinon il l'aurait sans doute lâché. Narcyz savait que, face à un télépathe, s'il n'en était pas un, il ne se sentirait pas du tout à l'aise. Même si cette personne avait un code moral très strict.
    « C'est amusant, mais en général, je n'avais pas le temps. »
Son expression plutôt sombre en disait long. Il ne détestait pas cela. C'était juste qu'il ne connaissait pas cela. Sa mère n'avait jamais pensé à ce type de distraction pour son fils. Elle était bien trop occupée à trouver de l'argent pour lui fournir de quoi manger. Quant à Sienkiewicz, il ne fallait surtout pas lui parler de cirque ou de détente. Les loisirs ne servaient selon lui à rien, il n'y avait que le travail qui comptait. L'homme avait exercé une sacrée influence sur son fils. Narcyz ne détestait pas cet univers, il y était juste complètement étranger. Il se rendait bien compte que la vie de Lukaz était plus passionnante. Sans doute que leurs vies n'avaient rien à voir, mais il aurait été faux de penser que celle de Narcyz était dorée. Qu'aurait-il pu lui dire de son enfance ? Que sa mère était une prostituée dont il avait suivi les ébats, impuissant à contrôler son pouvoir naissant ? Que son géniteur ne l'avait conçu que pour se donner un héritier héroïque et qu'il avait plus joué le rôle d'un mentor que d'un père ? Il y avait aussi une raison à son silence. C'était une question de pudeur. Narcyz n'avait pas eu une vie facile. Et même s'il était arrogant et refermé sur lui-même, il n'avait pas eu de motivation pour s'ouvrir aux autres. Son univers était désespérement pauvre et hasardeux.
    « Dans quelques choses, c'est vrai, admit-il. Et on peut dire que je trouve un certain plaisir à déguster ce canard. Peut-être même à être accompagné. »
Et pour qu'il admette cela, Narcyz, c'était vraiment qu'il était content de manger son canard. Il n'aurait jamais dit cela s'il n'avait eu des motifs de se réjouir. Ah, les effets de la bonne gastronomie... Que demander de mieux ? Pour Narcyz, c'était un instant de détente, où il n'était ni le commercial sans scrupule, ni le héros anonyme et mal fringué. Juste lui-même. Ou presque. Il pouvait oublier ses soucis, sa réputation, tout. Juste se concentrer sur l'instant présent, et profiter de ce savoureux tête-à-tête avec un canard.
    « Je ne sais pas, je suis peut-être trop sérieux pour cela, fit-il remarquer d'un air pensif. Tu sais, cette impression que plus rien n'arrivera à te faire rire quand tu es trop malheureux, ça commence à devenir la norme pour moi. Je devrais peut-être aller voir à quoi ça ressemble, effectivement. »
Et là, les choses sérieuses commençaient, Narcyz le sentit tout de suite. Pas besoin d'être un télépathe pour savoir que Lukaz lui tendait une perche. Il désirait savoir ce que Narcyz pensait de lui. Est-ce que Lukaz était à ses yeux un boulet, ou est-ce qu'il y avait de l'espoir ? Lukaz le regardait droit dans les yeux, parfaitement conscient que Narcyz risquait de se détourner de la question. En même temps, il venait d'admettre qu'il appréciait sa compagnie, la moindre des choses, c'était de répondre sincèrement.
    « Oui, finit-il par dire avec lenteur. C'est peut-être un point commun. »
A traduire évidemment par : okay, d'accord, en fait, j'aime bien dîner avec toi, et alors ? Narcyz espérait juste que Lukaz n'irait pas s'imaginer n'importe quoi. En même temps, c'était facile de dériver. Narcyz n'avait pas de vie sociale propre, mais il l'invitait au restaurant, et il disait même qu'il appréciait ce moment. C'était peu, mais pour quelqu'un comme le héros, c'était tout simplement un monde.
    « Tu es à Star City depuis longtemps, d'ailleurs ? demanda-t-il avec un brin d'intérêt. Tu habitais où, avant ? »
Questions qu'il n'aurait pas aimé qu'on lui pose, mais apparemment, Lukaz aimait bien parler, alors autant détourner l'attention de lui et la reporter sur son invité. Cela lui fournirait un peu de répit, et montrerait à Lukaz qu'il lui portait quand même de l'intérêt, loin du narcissisme dont on pouvait s'attendre au vu de son prénom. Comme quoi, il était vraiment devenu plus causant.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Sam 12 Jan 2013 - 16:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Ayant révélé quelques informations sur sa vie passée, Lukaz avait attendu de voir ce que Narcyz pouvait bien lui apprendre à son tour. Le cirque et les fêtes foraines attiraient toujours les enfants, il n'était pas possible qu'il n'ait pas connu ça ! Et pourtant, ça semblait être le cas. Il connaissait peut-être pour en avoir entendu parler ou pour l'avoir vu à la télévision, mais à priori, il ne s'était jamais rendu sous un chapiteau. Mais quel enfant n'a pas le temps d'aller au cirque ? C'était quand même fou ! Est-ce que ses parents étaient si occupés qu'ils n'avaient pas veiller sur leur fils ? Pourtant, il avait l'air de venir d'un milieu aisé... Peut-être avait-il été adopté ? Oui, c'était une solution parmi tant d'autres. Mais quoi qu'il en soit, il semblait qu'ils avaient bien un autre point en commun. Narcyz comme Lukaz n'avaient pas eu une enfance des plus normales, mais si elles différaient sans doute l'une de l'autre.

Quant à savoir ce qui pouvait bien offrir du plaisir à Narcyz, le Français put le découvrir avec plaisir. Le canard semblait l'un d'entre eux et avec lui, on pouvait imaginer que le jeune homme aimait les bons repas. Peut-être était-ce là l'un des plaisirs les plus faciles qu'il pouvait s'offrir, mais c'était déjà un bon point de départ. Certes, cela n'était pas réellement partagé par Lukaz, mais ça n'avait rien à voir avec ses envies. C'était plutôt qu'il n'en avait pas les moyens et que des soirées comme celle-ci se faisaient très rares dans sa vie. Néanmoins, savoir que le beau jeune homme assis face à lui appréciait sa compagnie, c'était une des plus belles récompenses qu'il pouvait espérer... Si l'on ne tenait pas compte du fait qu'il était ici pour une raison bien précise, évidemment. Après tout, s'il fréquentait Narcyz, c'était pour avoir accès à un monde qui lui était pour le moment fermé. Ça ne l'empêchait pas de s'amuser au passage, mais le Français se doutait que ce genre de sorties ne serait plus possible si son compagnon apprenait la vérité. Il valait donc mieux éviter d'aller trop loin, juste pour éviter les problèmes futurs qui surviendraient irrémédiablement. Pourtant, de l'autre côté, il appréciait réellement et sincèrement la tournure des événements. Pourquoi devait-il donc faire un choix !

Lorsque Narcyz expliqua ensuite qu'il était peut être trop sérieux pour s'amuser, Lukaz eut à nouveau la même idée qu'un peu plus tôt. Pourquoi ne tenterait-il pas de faire apprécier quelque chose au jeune homme ? Certes, cela le ferait peut-être entrer un peu trop loin dans cette relation, mais pour une obscure raison, il appréciait Narcyz et le voir ainsi morne ne le laissait pas insensible. Pourquoi ne pas prendre le risque, dans ce cas ? L'émerveiller de la plus simple des façons ? Voir s'il était possible de le faire sourire, tout simplement. Tenter de faire briller son regard comme celui d'un enfant. « Si tu veux bien, quand on aura pris le temps de finir tout ça, j'aimerais te faire voir quelque chose. Oh, ce n'est rien de très extraordinaire mais je suis curieux de savoir ce que tu en penseras. Tu acceptes la surprise ? » Allait-il dire oui ? Ce serait un premier pas en avant pour montrer que non, il n'était peut-être pas encore trop sérieux. Qu'on pouvait encore le sauver ! C'était d'autant plus vrai que Narcyz venait d'approuver haut et fort qu'il appréciait la compagnie de Lukaz alors peut-être qu'en tentant cela, de nouvelles portes s'ouvriraient. Souriant simplement, le Français mangea un autre morceau de canard, finissant dans le même temps son assiette. Décidément, il n'y avait vraiment pas grand chose...

Quand on lui posa la question, Lukaz mit un moment à répondre, simplement parce qu'il réfléchissait. Puis, avalant une boulette de pain, il prit la parole. « Ça doit faire un an et demi, maintenant, je crois. J'ai pas trop calculé, en fait, puis c'est passé vite. Le boulot, les sorties, tout ça... » Puis c'était sans compter les vols, les rencontres coquines et toutes ces choses dont il ne voulait pas parler avec un aussi charmant jeune homme. « Avant, j'étais en France. J'ai vécu un peu partout vu qu'on se déplaçait avec la fête foraine. J'ai jamais rien connu d'autre, mais c'était une vie sympathique pour un gamin. On s'amuse bien puis on peut faire les manèges quand on veut. Bon, après, il a fallu bosser et au final, on m'a envoyé voir ailleurs, mais ça n'a pas trop duré que je suis arrivé ici. Une nouvelle vie, même si ça change pas tellement de la précédente, au final. Surtout la ville qui est plus grande ! Mais je m'y suis fait. Faut dire que je suis pas du genre compliqué. Tu as déjà vu la France, toi ? Les voyages, ce genre de choses, ça te branche ? D'un autre côté, tu n'as peut être pas le temps, avec ton boulot. Désolé d'avoir posé la question... J'ai jamais vraiment voyagé, moi. Je sais même pas si j'en aurais envie, en fait... Je connais pas trop tous ces trucs. Faut dire, on avait pas trop d'école dans la fête foraine, même si on devait suivre des leçons des adultes. M'enfin, c'est pas pareil. Tu dois me trouver nul, j'imagine. »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Sam 19 Jan 2013 - 19:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Narcyz termina tranquillement son assiette, regrettant comme à chaque fois qu'il n'y en ait pas un peu plus. Ce n'était pas qu'il avait encore faim, non, simplement, ce plat était à ses yeux un délice, et sa gourmandise le poussait à en vouloir plus. Il pourrait très certainement en reprendre une seconde assiette, mais vu le prix que cela coûtait - cher sans être excessif -, cela paraissait déraisonnable. Alors le Polonais devait se contenter de regarder Lukaz pendant que celui-ci continuait. C'était normal : il parlait tellement qu'il mangeait plus lentement. Narcyz posa soigneusement les bras sur la table en veillant à ne pas y mettre les coudes, le droit toujours très droit et le regard fixé devant lui, sur le visage de son compagnon de la soirée. Celui-ci n'avait pas l'air trop gêné par sa manière de l'observer, de toute façon. Sa proposition surprit le super qui n'osa pas répondre tout de suite, tout simplement parce qu'il ne savait pas quoi dire. Était-ce le moment d'utiliser ses pouvoirs pour... ? Non, mais cela n'allait pas. C'était inconvenant, illégal. Et c'était gâcher la surprise de Lukaz. Seulement, avait-il vraiment envie de voir ce dont il s'agissait ? Il était du genre méfiant. Il ouvrit très légèrement ses barrières, sachant qu'il y aurait un temps avant de percevoir vraiment quelque chose d'intéressant. Tellement légèrement qu'il ne devrait normalement rien voir, sauf si son interlocuteur envoyait une information très forte. Et encore. Il lui faudrait au moins dix minutes avant que cela soit possible. Narcyz n'avait pas encore trouvé le moyen de débloquer rapidement son esprit. Cela avait toujours été un moyen de se protéger, mais ce qui avait justifié l'urgence d'apprendre à dresser des barrières n'avait pas servi à lui apprendre à vite s'en débarrasser. Il avait encore de l'entraînement en perspective.
En attendant, il devait prendre sa décision maintenant.
    « Sans doute, répondit-il avec prudence, refusant de s'engager trop loin. Sauf si je ne peux pas après le repas. »
Un imprévu pouvait toujours lui tomber dessus, après tout, vu qu'il vivait pour son travail... Et pour son activité annexe, évidemment. Il devait être disponible pour les autres, et cela l'empêchait de l'être pour lui-même. Mais tout cela constituait peut-être une excuse pour ne pas dire oui.
Lukaz était là depuis un an et demi. Soit moins longtemps que lui, constata Narcyz. Et il paraissait plus au courant des choses de la vie quotidienne. Narcyz connaissait bien les quartiers de la cité, simplement, ce n'était pas pour y faire du tourisme... Il connaissait bien plus le côté noir de Star City que son côté lumineux. Au moins, Lukaz était du bon côté. Toujours aucune sensation mentale, d'ailleurs, son cerveau était comme engourdi, et Narcyz afficha un sourire figé, un peu faible, pour éviter de montrer qu'il n'était pas à l'aise avec ce qui se passait dans sa tête.
    « Je n'ai jamais été en France, admit-il. Il m'arrivait d'avoir des voyages d'affaire quand je travaillais encore en Pologne, mais ce n'est plus le cas depuis que je suis à Star City. Je ne peux plus. »
Normal, il avait des obligations vis-à-vis de la Légion. Il ne pouvait pas se permettre de parcourir les quatre coins du pays juste quand on pouvait avoir besoin de lui. C'était ennuyeux pour la mobilité, mais bon, les activités de la Légion pouvait parfois l'amener à s'éloigner. Par exemple, quand il cherchait à arrêter un super-vilain. Mais évidemment, ces déplacements ne devaient pas apparaître dans la vie du commercial, donc officiellement, Narcyz n'en faisait pas.
    « Mais du coup, si tu ne voyages pas, qu'est-ce-qui t'amène à Star City ? insista-t-il avec douceur. Pourquoi n'es-tu pas resté en France si tu n'as jamais eu envie de voir du pays ? J'avoue que je suis curieux. Moi, c'est parce qu'on m'a muté ici, c'est tout, et j'ai accepté parce que c'était une meilleure place que ce que je pouvais avoir chez moi. Mais toi ? »
Il avait un peu l'air accusateur, même si en réalité, il était simplement curieux. Il y avait quelque chose de bizarre dans l'histoire de Lukaz. Qu'est-ce qu'un forain français qui n'avait pas tellement envie de voyager pouvait faire dans une telle ville ? Il ne le voyait pas trop en décider ainsi par hasard. Lukaz avait l'air d'un paumé, parfois, mais il était certainement intelligent, c'était aussi pour cela que Narcyz s'intéressait aussi à lui.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 14 Avr 2013 - 22:35 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz se doutait que sa proposition pouvait sembler surprenante, mais il espérait bien que Narcyz ne se ferait pas de fausses idées. Ce qu'il avait en tête était tout à fait honorable et il en aurait bien dit davantage s'il n'avait pas eu peur qu'on écoute leur conversation. Après tout, n'était-ce pas Narcyz lui-même qui lui avait dit de ne pas parler trop fort ? Quoi qu'il en soit, le blondinet se doutait que tout cela pouvait avoir un sens caché, si on avait l'esprit un peu détourné, et au vu de la situation, cela aurait été tout à fait normal. Mais malgré tout, son compagnon de soirée n'avait rien à craindre de lui, c'était peut-être bien l'une des rares fois qu'il n'avait pas d'idée de ce genre en tête. C'était peut-être pour cela que Narcyz n'accepta pas de prime abord, même s'il n'avait pas refusé pour autant. Une pseudo-acceptation... Le meilleur moyen pour s'échapper au dernier moment s'il le fallait, prétextant l'oubli de la douche qui coulait ou du repas sur la gazinière. Certes, c'était cliché mais c'était ainsi que les choses fonctionnaient souvent. Hochant simplement la tête, Lukaz ne répondit rien bien qu'il continua à parler, beaucoup, faisant un résumé très sommaire de sa vie, évitant les aspects les moins légaux.

Quand Narcyz réagit à ses propos, posant une question tout en en révélant un peu plus sur lui, Lukaz ne put s'empêcher de sourire. Sa curiosité était légitime et dans le même temps, il donnait pratiquement la réponse à la question. « En fait, c'est tout bête, c'est un peu comme toi. J'te l'ai dit, j'ai pas été à l'école... Tu te doutes que niveau boulot, j'avais trop mes chances, en France. Mais bon, tu as raison, je serais resté là-bas, normalement. Sauf que j'ai rencontré quelqu'un qui semblait intéressé par moi... J'pourrais pas dire pourquoi mais il m'a proposé quelque chose de mieux que ce que j'avais. Alors même si je connais pas grand chose, j'ai accepté. Une meilleure vie, c'est toujours préférable, nan ? Puis l'Amérique, ça fait rêver, en général. » Un rêve qui virait parfois au cauchemar, certes. Mais par chance, Lukaz appartenait déjà en quelque sorte à ce monde-là au point que le changement n'avait pas été trop radical pour lui. « Bon, ça change beaucoup de ce que je connaissais mais j'avais rien qui me retenait là-bas alors ça a pas été trop dur de m'habituer. Parfois, faut repartir de rien pour trouver ce qu'on avait du mal à avoir ailleurs. Mais bon, t'as raison, si on m'avait pas fait la proposition, je serais encore en France... Où, j'en sais rien, mais ça aurait pas été cool, je pense. »

Au mieux, il se serait sans doute retrouvé en prison, au pire... A moins qu'il existait aussi des super-vilains et des organisations de ce genre à Paris, mais ça, il n'en savait rien. Il ne devait pas avoir fait suffisamment ses preuves à l'époque, ce qui fait qu'on ne lui avait rien proposé de ce genre. Ici, il avait trouvé une vie rêvée pour ce genre de choses aussi n'hésitait-il pas à s'amuser. Pourquoi ? Parce qu'il ne connaissait rien d'autre et que ça lui convenait amplement. Pour le moment, il vivait bien ce genre de vie alors il ne se voyait pas endosser quotidiennement le rôle qu'il jouait là, avec Narcyz. Métro, boulot, dodo... Nan, ce n'était définitivement pas pour lui. Et même s'il aimait bien Narcyz et qu'il appréciait leur repas, ça ne rivalisait en rien avec l'excitation que les cambriolages et les vols lui procuraient. S'il pouvait rendre ça plus doux pour le jeune homme raffolant de canard, tant mieux ! Mais sinon, cela ne le dérangerait pas plus que ça. C'était ainsi. Peut-être cruel et mesquin, mais il n'avait jamais eu l'éducation qui lui permettrait de ressentir de la culpabilité pour ses gestes. « Puis bon, en venant ici, ça a aussi effacé tout ce que j'avais derrière moi. J'aurais jamais pu imaginer manger dans un endroit comme ça avec quelqu'un comme toi, là-bas. Ça fait partie de ces bons côtés au changement ! J'imagine que c'est pareil pour toi, nan ? T'as découvert d'autres trucs, en venant ici ? Y a moi, déjà, c'est pas rien ! » Souriant d'un air amusé, Lukaz espérait bien voir le visage du jeune homme perdre un peu de son sérieux pour s'illuminer, ne serait-ce qu'un instant. Mais ce n'était pas gagné. « Et si tu me disais ce que tu as envie de faire, maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas






Message posté : Lun 22 Avr 2013 - 22:36 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

avatar
Invité

Afficher le profil
Narcyz s'intéressait-il à la vie de Lukaz ? A priori, non. S'il le laissait tranquille et ne cherchait pas à regarder toutes les petites émotions mesquines qui pouvaient sortir de sa tête, ce n'était pas pour rien. Narcyz avait envie de lui laisser son intimité. Mais il demeurait d'un naturel curieux, aussi, si on lui servait tout sur un plateau d'argent... Que refuser, alors que le lieu était propice au déballement de la richesse et du luxe ? C'était l'endroit idéal pour briller en société, pour dévoiler ce qui n'était pas vraiment important et que tout le monde devait savoir ; le tout, en cachant ce qui était véritablement secret. Narcyz était loin de se rendre compte d'à quel point c'était vrai. Non seulement pour Lukaz, dont il ignorait tout des intentions véritables, mais aussi pour lui-même. Ce jeune homme bien élevé, qui donnait une bonne apparence de lui, visiblement habitué aux hautes sphères, et qui n'avait pas de réel souci de sa réputation, puisque celle-ci n'avait pas de raison réelle d'être entâchée. Qui, ici, savait que sous ses dehors de froid calculateur, arrogant et égocentrique, se cachait un sens de la justice très profond, un amour du Bien qu'il avait honte d'admettre publiquement ? Être gentil... quelle horreur. Il valait même mieux faire croire aux autres qu'il était un vilain, plutôt que de leur révéler la vérité. Même à Lukaz, il préférait donner cette image. Au moins, il s'assurerait que celui-ci ne le pense pas comme une bonne poire à manipuler. Il détestait être manipulé. Le manipulateur, c'était lui. Celui qui osait lui faire ça était sûr de ne pas s'en sortir indemne...
Narcyz ne fut pas surpris de voir que Lukaz avait eu un peu le même parcours que lui, sous un certain angle. Un étranger qui quitte son pays pour trouver une meilleure situation. C'était un schéma classique, mais il était content de voir qu'ils avaient cela en commun. Cela leur donner un petit côté « camarades immigrés » qu'il aimait bien. Idée étrange, d'ailleurs, pourquoi aurait-il envie d'être le camarade de Lukaz ?
    « Oui, une meilleure vie, ça ne se refuse pas... »
Le regard de Narcyz se perdit dans le restaurant. Est-ce que c'était cela, sa meilleure vie ? Officiellement, oui. Vu qu'il était payé selon les standards américains, et non polonais, même si c'était une boîte polonaise, ça lui faisait quand même un sacré écart. Il faudrait être fou pour refuser, même si Narcyz savait qu'il avait sa part à l'héritage considérable de Sienkiewicz. Il n'avait jamais dit à personne qu'il avait un père richissime, qui était d'ailleurs plutôt un géniteur qui avait engrossé une prostituée, chargée d'élever ce fils pendant que lui, quand il en avait envie, en faisait un parfait petit héros à son image ? Non, cela ne faisait rêver personne, et il ne voulait pas faire pitié. Malgré tout ce qu'on pouvait lui reprocher, la pauvreté, il l'avait connue. Et cela n'avait rien à voir en Pologne, car tout le monde était parti d'assez bas. La transition n'était pas encore achevée, même si on pouvait y vivre comme dans les autres pays du Nord, désormais... du moins, pas quand on était le fils de sa mère à lui. En France, la situation était meilleure. Ou du moins, elle était censée l'être. Qu'en était-il de la famille de Lukaz ?
Un petit sourire naquit sur les lèvres de Narcyz.
    « C'est vrai, je t'ai rencontré toi. Et quelques autres. »
On pouvait considérer que c'était un gain, un enrichissement personnel. Chez lui, bien sûr, il avait des contacts... mais ici, on ne connaissait pas Sienkiewicz, donc l'ombre paternelle n'empêchait pas le Polonais d'avoir des relations un peu plus approfondies avec les personnes qu'il rencontrait. Bien sûr, cela n'allait pas non plus jusqu'à l'amour, il ne fallait pas exagérer quand même. Pour qu'il y ait un véritable attachement, il fallait des années et des années, le temps qu'un vrai lien se noue. C'était compliqué.
    « Ouais, le changement a des bons côtés. En ce qui me concerne... » Narcyz réfléchit à peine, et puis, il sut tout de suite ce qu'il allait dire. « Je crois que c'est ma liberté qui me plaît le plus, ici. »
Certes, son poste dans la Légion ne lui laissait pas trop de temps, son emploi était prenant, etc. Mais en attendant, son père n'était pas là. Personne ne le jugeait. Et au fond, il sentait que, depuis son arrivée à Star City, son existence était devenue sienne. La liberté, ce n'était pas de faire tout ce que l'on veut, mais juste de pouvoir prendre des décisions qui, si elles nous enchaînaient, étaient pleinement consenties. Et Narcyz consentait à cette vie. Éternel oui de l'Être, à jamais je serai ton oui.
    « Maintenant ? je prendrai bien un dessert, sauf si tu es totalement découragé par ce restaurant ? »
Il y avait un petit côté narquois dans la réponse de Narcyz, du style : tu crois vraiment que je vais te dire ce que j'ai envie de faire ? Surtout qu'en fait, en y réfléchissant bien... il n'avait rien envie de faire. Juste de manger ce dessert, parce que le dessert est le complément idéal du repas, que c'était très bon, et que les desserts de l'établissement étaient à tomber par terre.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Message posté : Dim 23 Juin 2013 - 21:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Cartel Rouge
Cartel Rouge

avatar
Cartel Rouge

Afficher le profil
Solar

ϟ Âge : 33
ϟ Sexe : Masculin
ϟ Date de Naissance : 27/07/1985
ϟ Arrivée à Star City : 22/05/2012
ϟ Nombre de Messages : 6705
ϟ Nombre de Messages RP : 735
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Crédits : Smiley Vanille
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 29 ans
ϟ Statut : célibataire libertin
ϟ Métier : voleur du Cartel Rouge
ϟ Réputation : Niveau 5
ϟ Signes particuliers : Blond cendré, yeux bleus, finement musclé, svelte et agile, un piercing à la langue, deux piercings dissimulés et un tatouage à découvrir...
ϟ Pouvoirs : - Maîtrise des lames

- Absorption d’énergie solaire
- Absorption de la lumière
- Force solaire (8T)
- Résistance solaire
- Régénération solaire

- Projection d’énergie solaire
- Explosion aveuglante
- Stroboscope
- Rayon solaire
- Flèche solaire
- Lame solaire
- Sabre-laser

- Immunité solaire
- Immunité aux laser

- Vol solaire

- Forme invisible

- Forme lumineuse

- Physiologie solaire
- Subsistance solaire

- Photoportation

- Contrôle thermique

- Brouillage mental

- Costume renforcé
- Costume autorégulé
- Protèges-poignets lance-fléchettes
- Lunettes de vision nocturne
- Lunettes ultra-photoniques
- Ceinture utilitaire (recycleur d'air, balles fumigènes, billes incapacitantes, bombes collantes, bombes électriques, boule disco lévitante, émetteurs à ultrasons, spray réfrigérant)
- Armes : accumulateur stellaire, filet d'Hélios, pistolet tranquillisant pliable, revolver apache de maître
- Technologies : Book My Life, Cœur du Projet Manhattan, projecteur holographique portable, séquenceur cryptographique

- Clé des Rêves

- Scorpio (super-voiture)
- Nisshoku (super-voiture)
- Nautile bioluminescent (submersible)
- Char solaire

- Kamui Kaguya/Kagutsuchi
- MEDEE (intelligence artificielle)
- Clank (robot)
- Mutin Lutin Malin Pesti (lutin)

- Fallaenn (base)
- Forteresse Onirique (base)
Lukaz s'était un peu confié, parlant de lui et de sa vie alors que ce n'était pas dans ses habitudes. De plus, étrangement, il ne mentait pas et disait la stricte vérité. Pourquoi le faisait-il ? Il n'aurait pas su le dire... Il y avait quelque chose qui l'intriguait chez Narcyz. Peut-être que c'était son côté distant qui le rendait très curieux, à moins qu'il n'y ait autre chose. L'attirance physique, certes, restait très présente elle-aussi, mais ça n'expliquait pas tout. Lukaz était venu avec une idée en tête mais plus la situation avançait, plus il avait aussi envie de s'amuser un peu, aussi simplement que possible. Pourquoi avec Narcyz plutôt qu'un garçon mieux disposé ? Le syndrome de l'interdit, dirons-nous. On voulait toujours ce qu'on ne pouvait pas avoir.

Cherchant ainsi à en apprendre plus sur le jeune homme, il ne put que se rendre à l'évidence que ce n'était pas ce soir qu'il allait s'épancher. Plus la conversation et la soirée avançait, plus les choses stagnaient. Il parlait peu et quand il parlait, il ne détaillait rien et restait sur des vérités évidentes. Des fausses réponses et des semi-réponses... Comment pouvait-on seulement avoir une vraie discussion comme ça ? « Découragé ? Non, pas tant que ça non plus et je voudrais pas te priver d'un dessert... Tu crois qu'ils ont des choux à la crème ? J'aime bien la crème... » Laissant planer un petit silence, Lukaz attendit de voir ce que le jeune homme allait faire mais il dut vite se rendre à l'évidence qu'il lui fallait encore tenter de dialoguer, sans quoi ils n'allaient jamais avancer. Quel dommage !

« Tu parlais de ta liberté, mais encore ? Visiblement, c'est pas la liberté de parler qui te branche le plus vu que tu ne dis pas grand-chose à moins qu'on te tire les vers du nez... » Hop, comme ça, il en viendrait peut-être à parler un peu plus, même s'il y avait au final très peu de chances. « Donc, la liberté de manger ce que tu veux ? Celle de faire ce que tu veux quand tu le veux ? Vas-y, détaille un peu. Moi aussi j'aime bien ma liberté. Mais je suis pas trop sûr qu'on fasse la même chose... Et vu que tu disais ne pas avoir beaucoup de temps à toi, je serais curieux de savoir quelles sont justement les libertés que tu prends. » Souriant aussi amicalement que possible, Lukaz se remit à jouer avec la salière. « Vas-y, surprend-moi ! »
Revenir en haut Aller en bas








A quoi reconnaît-on un bon restaurant ? Les verres à vin y sont plus grands que les verres à eau [PV Narcyz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» A quoi reconnaît-on un bon restaurant ? Les verres à vin y sont plus grands que les verres à eau [PV Narcyz]
» e ne sais de quoi l'âme est faite, mais la sienne et la mienne sont pareilles (PV Emma)
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» PAS: Inauguration d’un restaurant communautaire à Delmas
» Le Baptème, c'est quoi? Comment on se marie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-