AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

Jendayi Ndongo - Nation de Dakana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 184
ϟ Nombre de Messages RP : 54
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 6 Mar - 23:31 Message | (#)

Informations Personnelles
ϟ Nom : Ndongo
ϟ Prénoms : Jendayi
ϟ Sexe : Féminin
ϟ Âge : 28 ans
ϟ Date de Naissance : 25 aout 1988
ϟ Lieu de Naissance : Afrique sub-saharienne, Royaume de Dakana, village de Padiboue
ϟ Nationalité : Africaine, Dakana
ϟ Orientation : Hétéro
ϟ Métier : Accompagnatrice de l’émissaire de Dakana, officiellement marchande d’art, officieusement traqueuse des voleurs de cristaux
Administration
ϟ Avatar : Zoe Saldana
ϟ Crédits : Me
ϟ Pseudo : Anciennement Poulpe Borgne, récemment Vieux Nazi… on n’arrête pas le progrès !
ϟ Âge réel : 26, pour quelques mois encore
ϟ Parlez-nous de vous : Il parait que j’habite un pays riche où on a tous un compte bancaire caché du fisc, on porte des montres mondialement connues et où on mange le meilleur chocolat. Etrangement, la réalité est toute autre. xD
ϟ Comment avez-vous connu le forum ? Via ASOIAF et ancien compte d’ici Wink
ϟ Que pensez-vous du forum ? Toujours aussi pourri ! Pour cette raison que j’ai décidé d’y rester d’ailleurs.
ϟ Quelques conseils à donner ? Heu oui, est-ce qu’on peut enlever les chats du design ? xD Et j’adore le nouvel affichage des profils dans le menu « supers » !!
Historique
L’Afrique Noire. Ses landes sauvages, ses déserts, ses forêts luxuriantes et impénétrables où vivent quantité d’espèces encore non découvertes par l’homme. Ses richesses et la puissance de ses éléments. A lui seul, le continent définit les peuples qu’il abrite. A Dakana, nation limitrophe du Kenya et du Congo, on sait que la terre offre tout mais qu’elle reprend tout autant. Si pour cette petite nation, il en est fini de la période d’isolement et que son souverain est un précurseur comme son père avant lui, ouvert sur le monde moderne, la vie reste pas moins rude et courte pour cet amas de tribus qui, il n’y a pas si longtemps encore, se faisaient perpétuellement la guerre pour obtenir les meilleurs territoires. Avec l’arrivée au pouvoir du noble Lion Blanc, une glorieuse période s’installa en Dakana et perdure encore à ce jour. La nation s’ouvrit au monde et le souverain dépensa beaucoup de son temps à s’instruire à l’étranger accompagné par une suite de mineurs-chercheurs pour développer grandement les conditions de travail des mineurs et les techniques d’extraction. En étudiant les cristaux si particuliers du sol de Dakana (restes d’un crash de météorite), la nation se développa considérablement et s’enrichit. Elle permit d’améliorer la qualité de vie de tout un peuple. Cette période merveilleuse et de montée en puissance coïncide également avec l’association temporaire entre le peuple de Dakana et L’alliance Héroïque basée à Star-City. Le roi M’bala hérita de cette philosophie de son père M’Zale lorsque ce dernier lui céda le pouvoir en 1985. Depuis lors, même si le souverain n’est pas officiellement lié à la Légion des Etoiles, son peuple et les héros de l’institution collaborent dans la traque des voleurs de cristaux de Dakana. Pour témoigner de son amitié à la Légion, M’Balla a envoyé sa fille en formation à Star-City dans la réputée Star High. Elle y séjourne depuis 2012 et rien n’est décidé encore sur le retour au pays de cet émissaire.

- - - - - -

Il faisait chaud. Elle avait faim. Ses mains moites transpiraient sur le petit tableau noir qui lui servait de pupitre et ne cessaient d’effacer les mots qu’elle peinait à écrire à la craie. Ces mots n’avaient aucun sens pour la jeune étudiante qui se contentait de copier les symboles du gros tableau noir et de répéter avec ses camarades les sons prononcés par leur professeur. L’anglais… elle qui parlait un dialecte, parmi tant d’autres au sein de sa famille, cette nouvelle langue ne lui apportait que ses tracas. Et pourtant, aussi dure et rébarbatif la leçon pouvait être, l’enfant demeurait la première de sa classe.

Le maître frappa dans ses mains et les enfants abandonnèrent là leur travail pour se lever à tour de rôle et en un seul corps, entonner un chant qui les unissait bien plus que l’anglais, le français ou l’arabe de leurs pays limitrophes : l’hymne du Lion Blanc. L’enfant aimait le rythme de la chanson, même si elle ne devait en comprendre le sens que bien plus tard. Elle dandinait sur ses longues jambes en se balançant comme la marée. On chanta plus fort et tous s’arrêtèrent soudainement comme si le vent venait de retomber. Il était temps de rentrer. L’enfant passa autour de son coup une simple besace en peau de bête et s’éclipsa par les fenêtres sans vitre comme ses camarades. Ils s’éparpillèrent dans l’immensité. L’enfant allait seule suivant un chemin invisible parmi la terre sèche et sablonneuse. Il lui faudrait quatre longues heures avant de regagner, à la nuit tombée, la maison des siens : l’ancienne tribu des Ndongo. Aujourd’hui, la notion de tribu n’avait plus lieu d’être. Les hommes et les femmes étaient tous rassemblés sous un même chef : le Lion Blanc, M’Balla.

L’enfant passa au côté d’un chien famélique qui s’écarta de son passage. Elle gambada jusqu’au troupeau de moutons et de chèvres qui paissait tranquillement et escalada la dernière bute qui donnait sur le village. Huttes traditionnelles avaient été remplacées par des maisons aux volumes orthogonaux et sans originalité. De la coutume, on n’avait gardé que l’utilisation de la terre sous forme d’Adobe, des briques de terre cuite qui servaient une fois empilées, à former les murs. Toujours pas de vitres mais des portes grandes ouvertes semblaient témoigner d’entités différentes. Le son régulier des pilons raisonnait dans l’air. L’enfant suivit son chemin en profitant des dernières ombres offertes par les habitations et gagna la sienne. La nuit allait tomber dans moins d’une heure et elle serait sombre et froide. Déjà, on s’affairait à allumer les grands feux et à parquer les bêtes. Les prédateurs étaient moins nombreux qu’autrefois mais la menace demeurait. Des chants parvinrent d’une colline voisine : les hommes et les garçons revenaient du travail. Sur leur tête, des paniers d’osier pouvant transporter jusqu’à l’équivalent de leur poids. L’enfant s’arrêta pour s’accroupir et observa en silence la troupe passer au travers du village jusqu’au seul hangar des environs. L’enfant se redressa et se mit à suivre le groupe. Ils débouchèrent dans un espace gigantesque à la charpente de métal et aux panneaux de ferraille ondulée. Les chants s’arrêtèrent. Le groupe avança jusqu’au’ bout de l’entrepôt et là, déchargea le contenu des sacs sur une pyramide en constant mouvement. L’enfant les dépassa et gagna le premier rang. Son père y déchargeait son précieux chargement. Pas de mot. Juste une pichenette correctrice et un son réprobateur pour indiquer que sa présence ici n’était pas souhaitée. Puis le groupe se dirigea vers la sortie. Ils quittèrent l’enceinte métallique. Ce bâtiment ne comportait aucune porte, aucune serrure. Son contenu représentait pourtant à lui seul le pouvoir de la nation toute entière. Mais ici, respect était synonyme de progrès et vol se traduisait par le même mot que viol. Parce qu’ici, dans ce coin reculé du monde, séparé écologiquement, culturellement, ethniquement et technologiquement du reste du continent, on avait conscience du bien collectif et du pouvoir de la technologie. Parce qu’il était bien question de technologie : ce que contenait le hangar, le monde se l’arrachait. Ce que l’enfant, son père et son peuple surveillait, le monde le convoitait. Ce pour quoi l’enfant se battrait, le monde le revendiquait. Et ce pour quoi l’enfant mourra, était niché ici à Padiboue, village minier de la nation de Dakana ; les Cristaux de Daka.

- - - - - -

Le bug de l’an 200. La belle histoire ! Un gigantesque bug informatique planétaire qu’est-ce que c’était en comparaison du fléau de la malnutrition ? Qu’est-ce que ça pouvait bien pouvoir dire pour une nation encerclée par des pays si pauvres que l’accès aux soins n’était même pas garanti et où le taux de mortalité infantile fraternisait avec celui maternelle ? Quand il te faut faire 5h de marche pour trouver une source d’eau exploitable et revenir avec à peine de quoi tenir le voyage de retour, est-ce que la fin du monde à l’air si terrible que ça ? D’ailleurs, ici, ce bug si médiatisé dans les pays dits civilisés, n’aurait jamais existé si le souverain n’était pas homme moderne.

L’enfant devenue pré-adolescente avait développé des facultés d’apprentissage hors du commun et si elle avait connaissance de ce « bug » c’était uniquement par sa faculté la plus développée : la télépathie. Elle n’avait nullement conscience de sa différence, ayant toujours trouvé facile de déterminer ce à quoi les autres pensaient. Ici, au centre d’étude des cristaux, dans la ville souveraine de Dakana, on était toujours friand de main d’œuvre. L’âge importait peu. Avec son intellect plus avancé que ses camarades de classe l’adolescente avait depuis longtemps quitté le cursus de base pour suivre des cours privés avec une vingtaine d’autres enfants aux prédispositions hors normes. Vouées à la nation, ces chères têtes brunes étaient destinées à devenir des scientifiques ou des chercheurs. La mère de l’ado travaillait au centre dans le développement des nouvelles technologies. C’était grâce à son poste de chercheuse qu’elle avait recruté des mineurs chevronnées et désormais attachés au service de développement des nouvelles technologies d’extractions. C’est à cette occasion que la mère avait rencontré le père : foreur il avait la capacité à trouver les emplacements renfermant des gisements exploitables. Dans un pays où mariage rime avec accord familial, ces deux-là n’en avaient fait qu’à leur tête en se mariant selon les coutumes des continents non africains. Cette équipe, par le biais de l’étude des cristaux, avait permis des progrès d’exploitation avancée comme une extraction plus rapide et plus profonde des gisements ou une limitation des impacts environnementaux, sociaux et sanitaires du travail dans les mines. La mère et le père avaient fondé une famille. L’ado était la deuxième d’une fratrie de six : une sœur ainée tournée vers la médecine et les soins aux démunis et les quatre frères résolument tournés vers l’exploitation minière. Elle ? Vers la protection des ressources de son pays. Et ça n’aurait rien d’un hasard.

- - - - - -

Quand vous habitez au sud du plus vaste désert chaud du monde, le climat rude fait partie constante du paysage. Accompagnant ses cadets à la mine, la jeune adulte se fraya un chemin à travers les ouvriers tout de suie vêtus. Leurs dents blanches comme le meilleur ivoire tranchaient avec leur peau sombre comme le chocolat pure. Un vent du désert ne cessait de souffler au dehors à vous donner la migraine. Même si les techniques d’extraction avaient fait un bond en avant, certaines tâches se faisaient toujours à la main, à l’ancienne.

Depuis quelques temps, des vols avaient été commis sur les stocks de cristaux et le roi mettait tout en œuvre pour éviter que cela ne se reproduise. On craignait des attaques des pays environnants mais il était impossible de fouiller tous les véhicules ou piétons circulant aux frontières de Dakana. Dans le centre, les chercheurs avaient donc mis au point un système de détection des minerais qui s’activaient en présence des cristaux. Testé en laboratoire, il était désormais testé in situ avec le concours de l’adolescente. Tablette en main, elle s’engouffra dans un tunnel qui descendait jusqu’aux entrailles de la terre. Il y faisait encore plus chaud et humide qu’au dehors. La haute silhouette qui contrastait avec les formes plus trapues de ses confrères, aimait parcourir ces couloirs, ayant l’impression de revenir au sein même de sa mère. Le trio descendit grâce au monte-charge et se retrouva sans une vaste grotte, cathédrale souterraine. Les sons des pioches, brouettes, trax et explosions raisonnaient comme un merveilleux orchestre. La jeune femme essuya son front. Elle avait beau être née ici, les 40°C et l’humidité grimpante faisaient transpirer tous les explorateurs. Ils s’arrêtèrent à un cul de sac, éclairés à la lampe torche. Volontairement, ils s’étaient postés à un coin reculé de la grotte suspecté de ne renfermer aucun gisement. La jeune femme pianota sur l’écran et balaya la zone. Rien. Ils réitérèrent pendant près d’une heure leurs recherches avant de trouver des signes de cristaux. On se moqua du système moins performant que les pendules des anciens. On définit les qualités et défauts du matériel et le tout fut catalogué dans un carnet. L’équipe remonta.

A mi montée, l’appareil se manifesta avec énergie et les deux frères repartirent en vannes sur la technologie de leur sœur. La concernée observait son écran, dubitative. L’objet était-il donc déjà défectueux ? Elle se retourna vers ses frères au moment où l’objet se mit à siffler avec force. Et l’explosion survint. L’objet n’était pas défectueux : il avait détecté des particules fines des cristaux concentrées dans une poche vide. Dans la roche. L’électricité statique de l’ascenseur avait provoqué une étincelle et tel un coup de grisou, le souffle avait balayé les trois enfants. Ils auraient dû mourir. Mais s’ils mourront pour les cristaux, ils ne mourront pas par eux. Les deux frères étaient allongés sur le sol et maintenaient sur leur tête leurs bras en pression contre leurs oreilles qui hurlaient d’un son sur-aigu, reste de la déflagration qui les avaient secoués. Ils mirent plusieurs minutes avant de reprendre leurs esprits et d’entendre au dessus d’eux les cris alarmés des mineurs. Pensant qu’on parlait de leur état, ils firent de grands gestes et indiquèrent rapidement que tout allait bien. Mais les cris continuèrent et c’est à cet instant seulement qu’ils réalisèrent que leur sœur n’était plus au centre du monte charge avec eux. La structure montait à peine à hauteur de nombril, elle avait très bien pu dégringoler jusqu’au sol. Ils se penchèrent par-dessus la balustrade de métal et cherchèrent frénétiquement leur sœur au sol sans trouver une seule trace d’elle. C’est les sons continus de l’engin de détection qui indiquèrent aux frères l’emplacement de leur sœur. Un peu plus haut, de l’autre côté du profond puits qui servait de colonne à l’ascenseur, l’objet était enfoncé à même la roche. Non, pas la roche ; il tenait toujours dans la main de l’ainée. La déflagration avait été violente et la jeune femme l’avait prise de plein fouet et encaissé le maximum de l’impact en protégeant ses frères. Des millions de particules de cristaux de l’ancienne météorite avaient recouverts son corps et fusionnés avec elle sous la puissance du souffle. Entièrement recouverte de cette matière cristalline qui deviendrait sa meilleure protection physique, la jeune femme avait survécu et hérité d’un pouvoir qu’elle ne maitriserait jamais totalement, ne même ne comprendrait.

- - - - - -

La découverte des pouvoirs de la jeune femme aurait pu faire l’effet d’une bombe et lui causer d’énormes problèmes dans la société d’une nation si différente du reste du monde. Mais c’était principalement cette différence qui lui permit de ne pas devenir un paria. Et cette différence prenait racine à la tête même de la nation : M’Balla. Le roi en personne était un homme doté de supers pouvoirs. Facultés spéciales ou pouvoirs extraordinaires, le peuple de Dakana se moquait bien du nom à donner à ces surhommes du moment que ces êtres vivaient et mourraient pour la protection de leur pays. Avec son intelligence et son corps de cristal, la jeune femme se fit très vite remarquer par le souverain. Toujours en missions dans le monde extérieur, il voulait former ses héritiers à prendre sa suite et comme lui, travailler avec les dirigeants étrangers, entouré de chercheurs-mineurs. La jeune femme de cristal fut alors formée pendant six longues années dans ce seul but : être le conseiller de l’héritier de M’Balla.

Sans grande surprise, l’héritière en question hérita de supers pouvoirs comme son père et son grand-père avant elle. Si les deux femmes n’avaient encore jamais eu le droit de sortir du territoire, les choses semblèrent se préciser en 2006 lorsque le roi, de par ses longues années de collaboration avec la Légion des Etoiles, relaya l’information de l’ouverture d’une école à Star City spécialisée dans l’apprentissage des supers. La fille du roi s’y voyait déjà. La femme de cristal, désormais adulte doutait qu’il puisse y avoir un tel enseignement et conseilla au roi d’attendre quelques années que l’école soit plus performante et surtout que l’héritière soit plus âgée pour entamer un tel cursus. Seulement un an après, la Team Alpha fut présentée au public et cette démarche finit de convaincre le roi d’inscrire sa fille à l’école. De plus, le précédent roi et lui-même ayant longtemps collaboré avec Star City, cette démarche semblait n’être que suite logique avec tout ce qui avait été développé jusqu’ici.

- - - - - -

Il faudra attendre encore cinq longues années pour que l’héritière et la femme de cristal quittent le pays. Plusieurs évènements à l’impact mondial en décidèrent ainsi. Comme par exemple en 2010, avec l’invasion extraterrestre de l’unité Grue à Star City qui vit participer M’Balla en renfort à la Légion. Les deux femmes suivirent les faits depuis le poste de commandement en Dakana et l’alliance entre les deux entités convint la femme de cristal qu’il devenait nécessaire de concrétiser cette union en inscrivant l’héritière à la Star High. De plus, Star City devenait désormais un avant-poste avec la création du quartier général orbital. Le Phare prouvait à lui seul que la structure de la Légion était désormais stable et digne de confiance. Ou encore en 2012, lorsque M’Balla retourna à Star City pour apporter son soutien aux troupes lors du crash du navire spatial pénitencier. Mais c’est en fin d’année que pour la première fois, il parut nécessaire et inévitable d’envoyer l’héritière en Amérique : la polémique qui perturba le réveillon à la Place du Centenaire à Star City concernant ces êtres dotés de pouvoirs convint le roi, ses conseillers, sa famille et les chercheurs qu’il était temps pour la jeune héritière de suivre ses études au sein de la Star High et apprenne à contrôler pleinement ses pouvoirs. Si la jeune princesse, du haut de ses quinze ans, accueillit cette nouvelle avec un enthousiasme à peine contenu, la femme de cristal recueillit la nouvelle avec une vague de stress. Quitter son pays, sa nation, sa famille pour un endroit si dépaysant ne l’enchantait guère. Mais de par sa formation et son appartenance à Dakana, elle se devait de le faire comme un service rendu au peuple.

- - - - - -

C’est donc à 24 ans, pour la première fois de sa vie, que la jeune femme de cristal quitta les siens. Si l’héritière s’absorba dans ses études, la jeune femme devait mettre en veilleuse son profil d’accompagnatrice de l’émissaire. Elle se découvrit une seconde vie à Star City. La fille du peuple de Dakana se transforma en une femme sophistiquée et rigoureusement froide. Sur place à plein temps, elle fut chargée par M’Balla de diriger la traque aux cristaux volés au sein de Star City. Leader d’une équipe de trois personnes, elle infiltra avec l’aide de la Légion, toutes les structures qu’elle put sans pouvoir arriver à quelque chose de concret. Une année après son arrivée, en 2013, un cambriolage au Musée des Supers la força à changer de tactique : des artefacts de son pays avaient été dérobés. Comme planque, elle fit donc ouvrir une boutique spécialisée dans le marchandage d’objets provenant de Dakana. Elle fit tremper ses hommes dans le marché noir pour tenter de trouver des pistes sur les cristaux mais là encore, la traque était des plus risquées et rien de clair n’avait pu être avancé pendant plusieurs années.

- - - - - -

Voilà quatre longues années que l’héritière suit sa formation au sein de la Star High. La marchande d’art a trouvé sa place dans cette société si différente de la sienne. Elle aima sa sophistication et son confort mais se languit de la simplicité de sa vie africaine. Même si elle n’est désormais plus utile à l’héritière, si ce n’est pour son amitié, M’Balla ne songe pas à la rapatrier à Dakana tant qu’elle sera utile à la traque des cristaux. Position qui convient parfaitement à l’africaine qui ne peut s’empêcher de sourire en passant devant sa boutique et d’y voir inscrit sur l’écriteau de cuivre :

« Marchande d’art de Dakana
Jendayi Ndongo »


Dossier Médical
ϟ Description Physique : Descendante de lointains ancêtres des premières tribus africaines, Jeny en a gardé plus d’un stigmate lui permettant de survivre dans le climat aride et hostile du sud du Sahara. Sa peau est sombre, d’après les descriptions européennes, pourtant elle n’est plus aussi foncée que celle de ses lointains parents. Plus épaisse et lui permettant de résister aux rayons du soleil plus longtemps que la peau blanche et transparente des habitants des autres continents, elle a des reflets cuivrés. Ses longs cheveux qui n’ont plus les boucles fines et crépues des anciens, ont gardés la noirceur des ténèbres et l’épaisseur d’antan. Longs et en masse, ils sont aussi lisses que les cheveux des asiatiques. Ses yeux sont si sombres qu’il en est difficile de différencier la pupille du reste. En revanche, ses dents ont la couleur de l’ivoire, ce qui contraste avec sa peau.

Sa silhouette est celle des tribus masaï : tout en hauteur et fine lui permettant d’avaler des kilomètres à pied et d’être une très bonne coureuse. Souple et svelte, elle est très agile mais ne peut rivaliser en force brute avec ses homologues européennes ou américaines.

Si son nez est aussi évasé que ses frères, il n’en reste pas moins sculpté en finesse et se marie parfaitement avec le reste de son visage résolument africain. Mais comparée à ses voisines du Congo, Kenya et autres contrées sub-sahariennes, Jeny ressemble plus à une jeune femme métisse qu’à une véritable africaine. Ses parents ayant hérités des traits de leurs confrères, elle veut croire que cette particularité lui vient de son don pour la manipulation du diamant : ce matériau étant entièrement transparent (blanc) elle pense en avoir hérité certaines caractéristiques et vu ainsi sa morphologie légèrement se modifier. Ce qui n’est pas sans fondement, du moins d’après le chaman du village qui prétend qu’à sa mort, la jeune femme aura perdu toute la couleur de son corps pour devenir entièrement blanche.

ϟ Particularités : Non.
ϟ Description Mentale : De sa nation maternelle, Jeny garde une bonne moralité et une entraide sans fin envers les siens. Elle prend avec le sourire ce que la vie lui offre sachant plus que quiconque qu’elle est courte et reprend souvent ce qui est donné. Simple dans ses gestes et sa parole, elle a pourtant reçu une éducation poussée au sein du gouvernement de Dakana où on lui a inculqué le goût pour le raffinement et l’art. Intelligente de par ses pouvoirs, elle est pourtant une femme d’intuition et même si sa raison lui commande une chose, si son cœur ne suit pas le mouvement, jamais elle ne le fera. Opportuniste et séductrice par caprice, c’est une femme très sensible qui se cache derrière un visage stricte et froid à la manière de sa carapace de diamant. Elle utilise deux visages : celui de l’africaine inculte et rustre pour les habitués de son magasin d’art, et celui d’une femme cultivée et raffinée lorsqu’elle sort en compagnie du beau monde et de l’héritière du Lion Blanc.
Si elle aime par-dessus tout les landes de son pays natal, elle sait désormais apprécier le confinement de la ville tout comme le confort et la sécurité qu’elle offre. Charmante et agréable à vivre, elle sait se montrer caractérielle et mordante pour arriver à ses fins. Très peu habituée à perdre un duel quand le mental entre en jeu, elle est pourtant très sensible aux attaques personnelles. Ca fait peut-être bientôt quatre longues années qu’elle habite Star City, elle s’y sent toujours étrangère et sans attache. L’éloignement des siens met chaque jour son moral à rude épreuve et si elle se montre sous un visage avenant et tranquille, elle refoule en vérité une véritable tristesse à être seule. Attachée à son pays et à ce qu’il représente, son seul espoir est de trouver ici même des ressources capables de lui faire surmonter son mal du pays et lui permettre de continuer sa mission de traque sans faillir.
Super Dossier
ϟ Groupe et raisons : N’étant pas à même de décider de son appartenance, elle est actuellement simple citoyenne de Star City comme accompagnatrice de l’émissaire.
Sa nation ayant à plusieurs reprises collaboré avec la Légion (alors Alliance Héroique), il est fort probable qu’elle intègre un jour leurs rangs si M’Balla en décide ainsi ou si cette option devenait nécessaire à la traque des voleurs de cristaux.


ϟ Pouvoirs :
Télépathie : Capacité de lire les pensées d’autrui et de projeter les siennes. S’il lui est possible de lire facilement les pensées d’une personne, elle perçoit uniquement les pensées d’un groupe sans pouvoir les dissocier ou les associer à son émetteur. Elle arrive à projeter ses pensées uniquement à un individu à la fois mais il lui est possible d’envoyer une idée forte (émotion ou mot) à un groupe entier. Sans en avoir conscience, elle utilise parfois la manipulation de la séduction, capacité résultante de son pouvoir mental.
ϟ Capacités :
Corps de diamant : capacité de recouvrir la totalité de sa peau avec une matière cristalline semblable au diamant due au souffle de l’explosion. Sous cette forme, elle peut se doter d’une résistance physique surhumaine (températures extrêmes, pression, coups etc). Le seul élément capable de lui porter un préjudice physique sous cette forme est un cristal de Daka lui-même, seule matière plus dure que le cristal qui la compose. Une balle de cette matière la réduirait à peu de choses, l’impact se propageant dans tout son corps et la brisant en innombrables morceaux. Si cette explosion ne la tue pas à proprement parler, elle ne possède pas la conscience des fragments de son corps et serait incapable de se reformer. Cette forme physique a cependant un énorme défaut : il bride complètement ses pouvoirs mentaux. Si elle gagne une insensibilité complète aux émotions, elle n’a plus rien d’une télépathe et son esprit redevient celui du commun des mortels. De plus, cette faculté étant apparue par mutation de son propre corps au contact des cristaux de Daka, elle ne la maitrise que très peu et elle semble se manifester uniquement lorsque la jeune femme court un grave danger, sorte de volonté propre des cristaux qui activent un mécanisme d’auto défense qui reste en fonction le temps que le danger disparaisse. La transformation lui coûte énormément d'énergie et lui demande souvent plus d'une semaine de repos. De plus, son corps réagit à la présence d’autres cristaux de Daka et la brûle abominablement comme s’il cherchait à fusionner avec le nouvel élément. Ce qui n’a rien d’une partie de plaisir mais lui permet de trouver plus facilement les minéraux volés.



ϟ Surnom et costume : Son surnom au sein de son peuple est ADAMAS, la racine qui créa le mot diamant. Il est également traduisible par indomptable. Ce nom de code lui a été fourni au moment où elle a rejoint le cercle fermé de la royauté en devenant le bras droit de la fille de l’actuel Lion Blanc, actuellement émissaire à Star City. Elle ne l’utilise guère préférant de loin le diminutif de son prénom ; Jeny.
Elle ne porte pas véritablement de costume à proprement parlé étant donné sa capacité à recouvrir son corps de diamant.
Informations Complémentaires
Même si Jendayi se donne corps et âme à la traque des voleurs de cristaux et ainsi à la protection de son pays, avoir découvert Star City lui a offert de nouveaux idéaux et aujourd’hui, sans l’avouer à son roi et encore moins à elle-même, elle souhaite égoïstement arrêter la traque et se poser définitivement en Amérique pour vivre une vie tranquille. Et y fonder une famille.


Dernière édition par Jendayi Ndongo le Mar 8 Mar - 21:39, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cartel Rouge
avatar

Lukaz Le Guen

Cartel Rouge
Généralités
Solar

ϟ Nombre de Messages : 5861
ϟ Nombre de Messages RP : 659
ϟ Crédits : Eden Memories
ϟ Doublons : Ezekiel Nakamura
ϟ Célébrité : Tom Felton
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire libertin
ϟ Métier : Voleur du Cartel Rouge
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Lun 7 Mar - 13:48 Message | (#)

Soit à nouveau la bienvenue !

Je m'occupe de toi dès ce soir !
J'ai hâte de lire cette fiche parce que je suis plutôt content de voir le concept de Dakana enfin utilisé Tu nous offres un peu de diversité ethnique, c'est cool

Par contre, tu as changé l'avatar mais tu as oublié d'éditer ton profil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Lumos !

avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 7 Mar - 18:44 Message | (#)

Hey !
Rebienvenue !

Comme l'a dit Lukaz, c'est cool de voir un perso originaire du Dakana !

J'espère que nos personnages seront amenés à se rencontrer
Revenir en haut Aller en bas

Maître du Jeu
avatar

La Maire

Maître du Jeu
Généralités
Madame la Maire

ϟ Nombre de Messages : 9233
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Lun 7 Mar - 23:16 Message | (#)

Bienvenue à toi sur le forum !

Comme je le pensais, le personnage est plutôt intéressant ! Avant de parler plus en détail de ta fiche, je vais aborder un autre point, à savoir celui de l'héritier de Dakana. Je ne sais pas trop ce que tu prévois pour le lien que tu as avec ce personnage, mais il me semble quand même assez important ! Sache donc que si tu le veux, tu peux tout à fait en faire un scénario, par exemple, et donc imposer le fait que ce soit une fille tout en précisant clairement ce lien. Ça ne pose aucun souci et ça sera sans doute mieux pour toi ^^ Bien entendu, rien ne t'y oblige !

J'en viens maintenant à la modération, parce que je perçois quelques légers petits soucis, surtout au niveau chronologique, en fait. Star High est d'abord et avant tout un lycée privé et personne ne connaît sa nature secrète (même si le Lion Blanc peut effectivement le savoir). Cela étant dit, comme tu t'en doutes, ça implique que les élèves de l'école ne sont que des lycéens et quand on termine le lycée, on ira plutôt à l'Université de Star City ^^ Malgré tout, il y a des « cours » destinés aux supers plus âgés, mais ces derniers ne pourront pas se dissimuler parmi les élèves, forcément ! Dans le cas de l'héritière, donc, elle a bien 15 ou 16 ans quand elle rejoint l'école ? Si oui, c'est parfait mais dans le cas contraire, penses-y !

Au-delà de ça, je n'ai rien à dire sur le reste

Au niveau des pouvoirs, je vois aussi deux problèmes. Le premier n'en est peut-être pas un, en fait, puisque l'on ne sait pas si ton personnage est une mutante ou non. Il faut noter que dans le cas d'un mutant, on demande à ce que les pouvoirs soient liés autour d'un thème or là, tu en as deux (les pouvoirs mentaux et le corps de diamant). Il est bien entendu possible que les pouvoirs mentaux soient une mutation et que le corps de diamant soit lié à autre chose mais dans ce cas, il faudra le préciser ^^

De la même manière, je dénombre cinq capacités mais je ne sais pas si tu considères l'hypnose et la séduction comme des pouvoirs qu'elle possède déjà ou des pouvoirs à venir. Dans le deuxième cas, mieux vaut les retirer mais dans le premier cas, il te faudra faire un choix pour n'en rester qu'à quatre ^^

Enfin, pour le corps de diamant, comme il la rend pratiquement invulnérable, il faudrait préciser ses limitations, comme par exemple la durée pendant laquelle elle peut revêtir cette forme.

Voilà ! Ce ne sont que de petits détails mineurs mais si jamais tu as des questions, n'hésite pas à me contacter par MP ou à les poser à la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Super-Héros Indépendant
avatar

Jendayi Ndongo

Super-Héros Indépendant
Généralités
Protectrice de l'héritière du Dakana
Traque les voleurs des "Cristaux de Daka"

ADAMAS


ϟ Nombre de Messages : 184
ϟ Nombre de Messages RP : 54
ϟ Crédits : @ ACYDIC
ϟ Célébrité : Zoe Saldana
ϟ Âge du Personnage : 28 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Marchande d'art de Dakana, Protectrice de la Princesse du Dakana et du Dakana...
ϟ Liens Rapides :
. Histoire . Rps . Liens. Journal de bord

. La boutique . L'appart


2/3 RPs 0 en attente, open!
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 8 Mar - 21:39 Message | (#)

Merci pour la rapidité!

Alors en effet, tes remarques concernent des points qui étaient clairs dans ma tête mais visiblement pas du tout sur le papier!

Du coup, dans l'histoire (modifications indiquées en italique), j'ai modifié le passage de l'explosion dans la mine pour qu'on comprenne que sa capacité de recouvrir son corps de minéraux vient de là et non d'un pouvoir inné. Effectivement, l'héritière a tout juste 15 ans en 2012 quand elle arrive à Star High (contre 24 pour Jeny). Je l'ai également indiqué dans le texte pour éviter les quiproquos.

J'ai revu également la partie pouvoirs et capacités. Jeny est une télépathe avant tout et j'ai limité ses pouvoirs par rapport à cela. Pour le corps de diamant, je l'ai bridé aux cristaux vu que c'est de là qu'elle détient cette capacité (sous entendu que c'est une force étrangère qu'elle ne maîtrise pratiquement pas).

Du coup, j'espère que ce second jet de présentation saura vous convenir! Le cas échéant, je me ferai un plaisir de modifier ce qui ne conviendrait toujours pas!

Au plaisir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Maître du Jeu
avatar

La Maire

Maître du Jeu
Généralités
Madame la Maire

ϟ Nombre de Messages : 9233
ϟ Nombre de Messages RP : 1
ϟ Crédits : Renan
ϟ Célébrité : Viola Davis
ϟ Âge du Personnage : 52 ans
ϟ Statut : Mariée
ϟ Métier : Maire
ϟ Liens Rapides : Notice
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 5
ϟ Particularités Physiques:
Mer 9 Mar - 22:05 Message | (#)

C'est parfait pour les changements ! Il y a juste un point que j'ai zappé de mentionner la fois précédente. Vu que ton personnage a des pouvoirs, qu'il les utilise et qu'il peut collaborer avec d'autres héros, le groupe des Indépendants lui correspondraient mieux ^^

Tu commences avec un niveau 1, je te l'ajoute à ton profil. Tu pourras le faire augmenter en gagnant des points de réputation, alors n'hésite pas à te lancer immédiatement dans l'aventure.

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Ensuite tu pourras débuter le jeu, tu peux regarder si une des demandes de ce sujet t'intéresse, sinon tu peux toujours poster la tienne ou demander directement à un membre. Enfin, si tu en as l'utilité, n'hésite pas à aller faire certaines des demandes disponibles ici. En tous les cas si tu as des questions les administrateurs sont à ta disposition ! Je t'encourage aussi à venir flooder et à passer sur la ChatBox ! C'est comme cela que l'on trouve des liens et des sujets le plus facilement, d'autant que ça permet de faire connaissance avec les autres joueurs. Il y a toujours quelqu'un dessus alors n'hésite pas !

Bon courage pour ta chasse aux cristaux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Jendayi Ndongo - Nation de Dakana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Jendayi Ndongo - Nation de Dakana
» Dakana Forever [Jonas Cooper & Jendayi Ndongo]
» Jendayi Ndongo
» Constitution 1987: Réceptacle et promotrice du projet nation
» Pride Of nation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Présentation :: Cartes d'Identité :: Archives des Citoyens :: Indépendants-