AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Season of the witch Categorie_1Season of the witch Categorie_2_bisSeason of the witch Categorie_3
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 

Season of the witch

 
Message posté : Mar 1 Mar 2016 - 19:50 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Abigaïl ne pensait pas avoir à remettre les pieds à cet endroit de toute son existence. En fait elle avait été plutôt heureuse d’apprendre qu’il avait été réduit en cendres avec son propriétaire. Peut-être qu’elle aurait pu verser une petite larme pour la rouquine. Cette sorcière de sang n’avait pas été trop désagréable lorsqu’elle était venue au Necropolitan, folle de jalousie et convaincue qu’Abigaïl allait lui voler sa place de favorite auprès de l’Archidémon. Toutefois elle l’avait compris ainsi. Mais finalement, la compassion de la nécromancienne n’allait pas jusque là. Cette sorcière devait être en train de pourrir en enfer maintenant, se faisant allégrement torturer par Raphaël lui-même ou par un quelconque autre démon.

Ce qui ne signifiait pas que le Cirque des Damnés n’empestait pas toujours la magie démoniaque. Abigaïl pouvait le sentir tout autour d’elle alors qu’elle pénétrait à l’intérieur des ruines. Il allait sans dire que la Porte-Mort de la Moisson n’aimait pas être convoquée, même si cela avait plus tenu de l’invitation, et surtout pas dans un endroit comme celui-ci qui lui évoquait de mauvais souvenirs. Raphaël avait tiré meilleur avantage de leur accord qu’elle, car il n’était même plus là pour s’en prendre aux enfants de la nécromancienne et de toute façon, ces derniers étaient tout simplement mort-nés. Même si elle entretenait toujours le bon espoir de voir l’un d’entre eux s’éveiller à la vie ou à la morte-vie d’ici quelques semaines. En apparence la nécromancienne n’était pas accompagnée, vêtue comme à son habitude tout de noir, un linceul de la même couleur autour des épaules et son corbeau passablement décomposé sur l’épaule. Mais la vérité était tout autre entre les goules qui étaient cachées dans les ombres de ses vêtements et les légions spectrales prisonnières de Deuil.

La nécromancienne n’était jamais seule… Toutefois elle n’aimait pas qu’une personne qu’elle ne connaissait pas demande à la voir dans un tel endroit. Comme si elle savait qu’elle y était déjà allée pour le passer. A moins que cela ne soit que pour les résidus d’énergie magique qu’elle pouvait y sentir. Il y avait eu suffisamment de morts ici pour qu’Abigaïl puisse ériger une porte des goules, connectant ainsi le Cirque des Damnés à son réseau fantomatique. Mais l’idée de connecter cet endroit au Necropolitan et à Gallows End ne lui plaisait guère. Non, elle avait envie de voir qui avait eu l’impertinence de la convoquer. Car elle n’était plus Lady Death la petite vigilante qui s’amusait à traquer les meurtriers, ni Lady Death qui vendait encore ses services en tant que nécromancienne. Elle était la plus puissante nécromancienne foulant la Terre. Ou en tout cas était-ce ce qu’elle pensait. Personne n’avait été capable de lui prouver le contraire jusqu’à présent et elle avait vu tous ses ennemis tomber comme des mouches. Elle avait même le Necronomicon en sa possession.

« Ma reine, je suis toujours convaincu que vous auriez dû envoyer Lily à votre place. Cela pourrait être un piège. »

Abigaïl fronça les sourcils derrière son masque d’os à la remarque du Darach. Ce dernier était sous sa forme spectrale, invisible aux yeux des vivants il avait pour Abigaïl une forme sylvestre et verdâtre, comme si ses ossements se changeaient peu à peu en racines et en branches. Son plus fidèle conseiller, mais qui ressemblait de plus en plus à une nounou depuis Halloween. Quand il était allé prévenir Renan du sortilège qu’Abigaïl allait faire s’abattre sur la ville dans sa folie. L’esprit druidique ne voulait que son bien. Mais elle savait aussi qu’il pouvait la trahir pour la protéger d’elle-même.

« Lily n’est pas moi, qui que soit cette Mélusine elle a demandé pour Lady Death et si elle en sait suffisamment sur la Moisson pour nous contacter, je peux au moins lui offrir le bénéfice de ma présence. »

Et cela la sortait un peu du Necropolitan. Sous son identité civile Abigaïl s’était mise en tête d’ouvrir une entreprise d’investigation de phénomènes paranormaux. Notamment pour localiser des fantômes puissants et ainsi augmenter sa propre force. Seulement c’était plus ennuyeux qu’elle ne le pensait et l’immortelle cherchait d’autres moyens de s’amuser. Si cette Mélusine pouvait le lui offrir, pourquoi pas ? Bon, le Darach n’avait pas tort, Abigaïl aurait pu se renseigner un peu plus sur son interlocutrice avant de venir jusqu’aux ruines du Cirque. Elle s’attendait presque à voir débarquer une femme au corps de serpent. Ce qui ne l’aurait pas forcément déçue par ailleurs.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 1 Mar 2016 - 20:19 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
1er mars 2016 - milieu de la nuit.
Ruines du Cirque des Damnés.


Le Cirque des Damnés, un endroit étrange débordant de magie distique, qui brillait comme un phare au milieu de la tempête maintenant que ses protections magiques s’étaient effondrées. Un symbole de frustration, un agacement constant, un rappel jeté à la figure de Mélusine, la rendant coupable de son aveuglement. Un archidémon sévissait dans sa ville et pas des moindres, pourtant elle ne l’apprenait que sur le tard, lorsque le mal était fait. Les pièces d’un complexe puzzle se mettaient en place dans son esprit, lui donnant l’impression d’avoir été copieusement manipulée par la lignée de l’Envie, surtout du côté du père. Un mystère qu’elle résoudrait en son temps. Quant à savoir pourquoi cet endroit justement ce soir… Orianna répondrait : et pourquoi pas ? Hors de question d’inviter cette femme au Manoir d’Harcourt, principalement parce que si elle avait deux sous de bon sens, elle n’accepterait pas de s’y rendre. Inutile d’espérer pénétrer sur son territoire, un terrain neutre était donc nécessaire, mais où une magie suffisamment puissante pourrait encore masquer un éventuel affrontement. Si même quelqu’un remarquait quelque chose, on mettrait la magie distique sur le compte de l’endroit et non de la démoniste.

Mais t’as pas besoin de cette nana.
Tu avoueras qu’il y a quand même de quoi s’interroger, lorsqu’une vieille organisation ressort de l’oubli avec à sa tête, une femme mystérieuse qui se prétend être la nécromancienne la plus puissante non pas de Star City, mais bien du monde.
Mais elle te fait même pas de l’ombre, vous avez rien en commun.
Requiem, tu m’exaspères.
Quoi ? C’est vrai non ? En plus, lui donner rendez-vous ici, franchement. Je sens son odeur, sa magie, son essence partout, ça me file la frousse.
Il n’est plus ici.
Non, et heureusement pour ton cul !
Tu sais pourquoi je lui ai envoyé cette invitation. Je dois savoir si elle est aussi puissante que Kolchei et si c’est le cas, on pourrait peut-être raviver les vieilles alliances… Depuis sa disparition, personne n’a été capable de le remplacer.
Si elle est aussi puissante, elle doit être au moins aussi flippante.

Peut-être, peut-être pas. Orianna ne répondit pas, chassant les souvenirs désagréables qui lui revinrent à l’esprit en évoquant celui que l’on surnommait l’Immortel. La dernière fois qu’Orianna l’avait vu, du haut de ses dix ans, elle se souvenait de ce qu’il avait provoqué en elle. Une terreur profonde, qu’elle ne ressentait pourtant pas devant les puissants démons qui hantaient la cave. Quelque chose dans le fond de ses yeux, qui lui donnait envie de se frotter la peau jusqu’à se l’arracher, de se cacher sous la couette en laissant toutes les lumières allumées. Quel soulagement, en entendant la nouvelle de sa disparition ! Même si, hélas, cela amputait la famille d’Harcourt d’un allié de poids. Peut-être que cette Lady Death valait la peine, si ne fut-ce que la moitié de ce qu’elle avait entendu à son sujet se confirmait, Mélusine ne perdait pas son temps. Dans le cas contraire… Il restait l’option violente.

Ce soir-là, elle avait opté pour une tenue un peu plus excentrique que d’habitude. Elle portait évidemment une petite robe noire près du corps et des escarpins, mais personne n’aurait pu le voir à cause de l’épaisse cape en velours carmin qui la recouvrait entièrement. La capuche, brodée par des fils noirs de motifs distiques, cachaient ses cheveux blonds et son habituel masque vénitien dissimulait les traits de son visage. Seules ses lèvres étaient visibles, ainsi que le familier à ses pieds. Elle avait choisi de lever son bouclier d’aura, n’ayant rien à dissimuler à cette femme. Du moins pas tant que tout se passerait comme prévu.

Arrivée la première sur les lieux, Orianna avait eu le loisir de s’installer sur le bureau noirci de l’archidémon. L’explosion avait touché les sous-sols, mais personne ne semblait être descendu pour les vider. En même temps, sa société avait racheté le terrain.

Laissant les effluves de magie guider sa visiteuse, Mélusine contempla pour la première fois la fameuse Lady Death, dans son accoutrement très adapté à sa condition, quoi que peut-être un peu cliché. Mais elles pratiquaient toutes deux des arts ancestraux, leur donnant forcément des goûts rétros.

Je suis ravie de vous rencontrer enfin. J’ai beaucoup entendu parler de vous.

Et pas qu’un peu. Si Mélusine avait longtemps observé la Moisson de loin et ce depuis plusieurs mois, l’heure était venue d’entrer en contact. Pour le moment, personne ne marchait sur ses plates-bandes mais mieux valait prévenir que guérir.

Merci d’avoir fait le déplacement. J’ai songé qu’un lieu neutre serait le plus adapté, j’espère que vous n’avez rien contre les ruines.

Elle ignorait qu’un lien unissait l’archidémon et la nécromancienne, comment aurait-elle pu ? Parfois, le hasard joue de mauvais tours…

Brr, si j’en crois mon flair, c’est pas une petite joueuse, grogna Requiem en distique.
Un siège, peut-être ? Le bureau est un peu bancal.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 2 Mar 2016 - 11:54 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Le Darach scrutait les ténèbres de ses orbites vides et spectrales alors qu’Abigaïl s’avançait dans les profondeurs du Cirque.

« Vous savez ma reine, il est possible qu’il s’agisse d’un piège de l’Archimage. Rumeur est qu’il réside en ville et s’il était au courant de votre affaire avec l’Archidémon... Surtout que vous êtes plutôt connue maintenant. »


« Je suis tout aussi insaisissable que connue. Et je ne vois pas comment l’Archimage pourrait savoir que la graine démoniaque a servi de catalyseur pour la conception de mes enfants. Aux dernières nouvelles il n’a jamais eu la tête dans mon utérus. De toute façon, s’il s’agit effectivement de lui, il n’y a aucune garantie qu’il en ressorte vivant. »


« Il est le maître de la magie et il pourrait bannir vos légions fantomatiques au fur et à mesure que vous les invoquez. »

« Et je suis la maîtresse de la nécromancie... Pourrais-tu arrêter de te conduire comme ma nounou ? Je vais croire que tu crains plus pour ton ectoplasme que pour ma personne. De toute façon la piste est purement démoniaque. »

Ce qui n’était pas vraiment la signature qu’on attendrait d’un Archimage. Oh il y avait une possibilité que ce dernier utilise des démons, mais elle était mineure. Abigaïl l’imaginait plus en train d’invoquer des licornes et des petites fées pour lutter face aux grosses méchantes créatures tentaculaires venues des enfers. Caricatural ? C’était sûrement ce à quoi on était réduit quand on avait un ennemi puissant, mais dont on ignorait tout sinon. La Porte-Mort s’attendait de toute façon plus à tomber sur un sbire de Raphaël qu’autre chose. Ce qui serait surprenant, si de tels résidus avaient subsisté elle aurait espéré que Renan lui en aurait parlé, ce dernier semblait plutôt contrarié de la disparition de son animal de compagnie. Bien entendu elle aurait pu le renseigner sur le sort de l’archidémon, quitte à descendre en enfer jeter un coup d’oeil elle-même, mais elle préférait le voir demander, c’était bien plus gratifiant.

Finalement elle arriva face à cette fameuse Mélusine, dans l’ancien bureau du propriétaire apparemment, où elle n’avait jamais mis les pieds. Après tout lors de son unique visite il s’était contenté de lui montrer une loge VIP et sa scène. Ah, qu’est-ce qu’elle pouvait haïr cette entité, peut-être que si elle avait affaire à un de ses serviteurs elle se contenterait de le détruire complètement. Peut-être qu’elle n’en informerait même pas le méta-humain. La nécromancienne toisa du regard la femme qui lui faisait face et dont l’accoutrement cherchait à masquer son identité. Après tout Abigaïl faisait la même chose derrière son masque en ossement. Même si son linceul lui servait à autre chose.

« J’aimerais pouvoir en dire autant, mais je ne me tiens que peu au courant de l’état de la faune locale. » Répondit la nécromancienne. « Mais je suppose que vous êtes Mélusine. » Ce qui était un nom probablement plus subtil que Lady Death après tout.

« Un lieu neutre ? » Apparemment cette femme ne savait effectivement rien de la relation conflictuelle entre la nécromancienne et le démon. Ce qui devait la rayer de la liste des minions de ce dernier. Abigaïl ne savait pas comment elle devait réagir. « Cet endroit empeste la magie démoniaque, ce n’est pas vraiment un endroit que je considèrerais comme parfaitement neutre, mais je suppose que m’inviter dans un cimetière aurait été trop risqué. »

Abigaïl eut un léger sourire narquois. Si elle ouvrait ses sens nécromantiques dans le Cirque, elle savait qu’elle serait submergée par toutes les informations des gens morts ici. Mais cela signifiait aussi qu’elle pouvait avoir accès à leurs esprits et les invoquer si le besoin s’en faisait sentir. Deuil poussa un croassement de contentement à cette idée. Dérober des âmes aux enfers plaisait autant à la faux que de récolter celles des vivants. Le Darach quand à lui était étrangement silencieux, probablement à la recherche du moindre morceau de végétation qui lui permettrait de s’incarner si sa présence était nécessaire.

Si elle avait voulue faire un étalage de ses pouvoirs, Abigaïl aurait invoqué quelques goules et les aurait ordonnées de manière à former un siège mort-vivant, une sorte de trône de chair et d’ossements. Mais pour le moment elle voulait savoir à qui elle avait affaire avant de faire étalage de ses pouvoirs. Aussi la nécromancienne se contenta de s’asseoir en face de son interlocutrice. Comment est-ce que l’archidémon réagirait s’il voyait cette femme à sa place ?

« Je n’aime pas ce genre d’invitations, mais si vous avez suffisamment de connaissances pour pouvoir contacter la Moisson je suppose que vous méritez mon temps. Maintenant j’aimerais savoir pourquoi vous m’avez invité ici. »


Cette femme semblait connaître son affaire, ce qui signifiait que si elle avait une demande à formuler, cela serait quelque chose de difficile. Renan avait suffisamment répété à Abigaïl qu’il y avait de multiples nécromanciens à Star City au début de leur relation. Toutefois, elle savait que sa puissance dépassait la leur et elle ne s’était pas proclamée reine des morts et nécromancienne suprême pour rien. Bien sûr ces titres pouvaient ne rien signifier aux yeux de cette Mélusine, ce qu’Abigaïl n’apprécierait que peu... Elle avait appris récemment que tous ne craignaient pas son nom.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Mar 2016 - 11:14 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’endroit empestait peut-être la magie distique, mais inutile d’être nécromancienne pour sentir la vibration des âmes perdues, fauchées dans une mort beaucoup trop violente. Rien d’intéressant pour Mélusine, mais Lady Death y trouverait de quoi s’amuser, si toutefois leur rencontre dégénérait à ce point, et Orianna n’en éprouvait aucune envie. La première impression que lui fit l’autoproclamée souveraine des morts était celle d’une femme imbue de sa personne, mais Orianna l’était tout autant. Problème en vue ? Qui sait. Lui servant un sourire tout professionnel et donc dépourvu de chaleur, la démoniste entreprit de répondre à sa question sans y aller par quatre chemins.

Je vis à Star City depuis toujours, cette ville est mon territoire pour tout ce qui touche aux arts noirs et c’est ainsi depuis que mon grand-père a quitté l’Europe après la guerre pour venir s’y implanter. Cela étant, je ne suis pas mesquine, je n’ai aucune envie de vous chasser ou même d’essayer, il est probable qu’un affrontement entre nous détruise ce que nous cherchons justement à nous approprier.

Car même si elle n’en avait pas l’air, Mélusine possédait de grands pouvoirs, en plus de serviteurs dévoués. Requiem n’était que la partie visible, mais les tatouages recouvrant sa peau, dissimulée sous son épaisse cape, lui permettaient d’invoquer des démons d’un rang bien supérieur. Toutefois, il n’était pas question de jouer à qui a la plus grosse ou même de se vanter, Orianna énonçait simplement des faits, d’un ton qui n’était pas du tout méprisant ou condescendant. Davantage scolaire, en réalité, voir plutôt neutre, pour justement éviter tout type de malentendu. Ayant elle-même un gros ego, la démoniste connaissait la manière de prendre les gens comme elle pour éviter les ennuis. A moins qu’ils ne soient de mauvaise foi, comme Tesla au début de leur échange. Heureusement, elle avait arrangé les choses par la suite.

Je suis partisane des alliances. La nécromancie et la démonologie sont deux arts comptant parmi les plus noirs et ma famille avait pour habitude de s’allier au plus puissant des nécromanciens, pour diverses raisons, autant érudite que purement pratique. Hélas, ce dernier a disparu une décennie auparavant, nous forçant à tirer un trait sur ce genre d’aspirations. Il ne restait que des êtres au pouvoir tout à fait négligeable, à l’esprit encore trop humain, jusqu’à… Votre soudaine et mystérieuse apparition. Vous avez fait renaître la Moisson de ses cendres, vous êtes également très bien entourée…

Elle désigna le corbeau décharné sur son épaule, qu’elle soupçonnait ne pas être qu’un simple compagnon. Requiem lui grogna un assentiment en distique, puisqu’il sentait la magie et pouvait donc révéler les diverses entités en présence.

Bref, vous semblez, à première vue, digne du titre sous lequel vous vous présentez. A première vue, bien entendu… De mon côté, je peux me vanter d’appartenir à une lignée remontant au Moyen-Âge et qui a laissé sa trace dans l’Histoire. Mes pouvoirs, quoi que différents des vôtres, ne sont pas moindres. Ensemble, nous pourrions réaliser de grandes choses dans le monde de l’ombre, repousser les limites du possible. C’est la raison pour laquelle je vous ai invité à me rejoindre.

A Lady Death de voir si l’alliance l’attirait ou non.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Jeu 3 Mar 2016 - 15:38 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Ainsi donc cette Mélusine prétendait être la maîtresse des arts de noirs de Star City. Voilà qui était intéressant et cela aurait presque arraché un rictus dédaigneux aux lèvres de la nécromancienne si cette dernière ne mettait pas un point d’honneur à ne rien laisser transparaître quand elle endossait le costume de Lady Death. Apparemment, cette jeune femme qui lui faisait face devait avoir décidé, peut-être tardivement, de contacter la Moisson pour savoir ce que les maîtres des morts voulaient avec sa ville. Peut-être... Un an plus tôt, Abigaïl aurait probablement été impressionnée par cette rencontre, avec toute l’énergie démoniaque qui entourait ce lieu et cette personne. Sauf qu’elle n’était pas un an plus tôt et que depuis ce temps elle avait participé à la destruction d’une secte satanique et avait largement supporté son lot de démon.

« Je pense qu’il serait sage de ne pas trop vous offusquer rapidement ma reine, je sais que vous n’êtes probablement pas impressionnée, mais il ne faudrait pas répéter certaines erreurs. »

Les mots de son conseiller désincarné n’étaient audibles que d’elle. Ce qui ne l’empêchait pas d’être agacée par ces derniers. Abigaïl savait très bien à quoi le druide faisait référence. Les dernières discussions avec des pratiquants de la magie pour la nécromancienne avaient été loin d’être tranquilles. Mais elle aurait grandement apprécié voir cette femme tenter de la chasser de Star City et surtout tenter de l’empêcher d’y revenir si jamais elle y parvenait. Abigaïl croisa les mains sur ses genoux, parfaitement silencieuse, écoutant calmement ce que cette Mélusine avait à ajouter. La Moisson était universelle et la nécromancienne n’avait que faire d’une femme qui devait se sentir menacée par sa présence. Il était étonnant de voir le nombre de mages et créatures maléfiques qui pullulaient dans cette ville réputée pour abriter l’Archimage en tout cas.

Ah, ils y étaient, une alliance, c’était ce qu’elle voulait. Abigaïl resta de marbre, ne laissant aucune expression passer sur son visage, ne s’autorisant même aucun mouvement contrairement à Deuil qui offrit à Mélusine un regard noir quand elle la désigna. Un puissant nécromancien disparu une décennie plus tôt. La nécromancienne était encore dans son cercueil à ce moment là, donc elle ignorait de qui il pouvait bien s’agir. Anton serait probablement mieux renseigné qu’elle, mais le nécromancien ne serait pas de retour à Star City avant quelques jours encore, maintenant qu’elle avait l’assurance que Renan ne s’en prendrait pas à lui. En attendant, les paroles proférées par la démonologue faisaient apparaître Abigaïl comme une sorte de second choix. Ce qu’elle n’appréciait pas, pas avec son propre égo qu’elle avait façonné au fil des derniers mois en même temps que sa puissance.

« Je ne m’allie pas à n’importe qui juste sous couvert d’un prétendu pédigrée magique et d’une invitation dans une cave empestant la magie démoniaque. » Lâcha finalement la nécromancienne toujours aussi froide qu’à l’accoutumée. Plus Lady Death apparaissait dénuée d’émotions humaines, presque mécanique et mieux c’était. Elle aurait presque dû se tuer avant de venir, laisser la liche effectuer cette rencontre. Il y avait de nombreuses lignées de mages noirs, mais le nom de Mélusine n’évoquant rien à la nécromancienne, elle n’avait que la parole de son interlocutrice pour toute assurance. Ce qui ne valait pas grand chose de toute façon. Après tout Tesla n’était ni un mage et encore moins issu d’une lignée aussi ancienne et cela ne l’empêchait pas d’être l’un des alliés privilégier de la Moisson.

« Il faudra être plus précise sur ce que vous attendez d’une telle alliance et sur quels sont vos véritables objectifs. » Ce n’était pas parce qu’un nécromancien prétendument puissant avait accepté de s’allier à la famille de cette femme par le passé qu’Abigaïl allait sauter sur l’occasion. Déjà elle avait grandement changé la façon de procéder de la Moisson, abandonnant les trafics à d’autres pour se concentrer sur l’accumulation de la puissance, le contrôle des âmes des morts. Certains démons étaient des clients des nécromanciens, d’autres au contraire étaient leurs ennemis. Il y avait toujours une possibilité que tout cela ne soit qu’un piège élaboré. Ah, elle devenait aussi paranoïaque que son compagnon. A moins que cela ne soit à force d’entendre les mises en garde multiple du Darach. Ce dernier n’appréciait pas plus les démons qu’elle, mais la nécromancienne savait aussi que la magie infernale détenait une certaine puissance.

« Vous n’avez qu’à m’exposer vos projets un peu plus en détail et ce que vous attendriez d’un tel partenariat. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Sam 5 Mar 2016 - 20:44 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Si vous le faisiez, ce serait vraiment décevant, releva Orianna avec un petit sourire ironique.

La démoniste se doutait que ça ne serait pas aussi facile. Après tout, elle n’avait pas dit grand-chose sur les détails de ses motivations ni sur ses projets. Tout révéler serait une erreur, mais elle devait bien appâter un peu Lady Death.

Disons que les projets que j’envisage sont multiples. Le premier est avant tout pratique. Nous sommes confrontées toutes deux au même problème en tant que praticiennes des arts noirs : l’Archimage. Attirer son attention n’est souhaitable pour personne, aussi pourrions-nous couvrir chacune les arrières de l’autre. Mettons que l’on entende quelque chose d’inquiétant ou d’utile, pourquoi ne pas le partager ? Je suis pour l’entraide, après tout, nous appartenons au même monde. Et il n’est bon pour personne que l’un d’entre nous tombe bêtement aux mains de l’ennemi.

Plus ou moins.

Outre cela, au fil des siècles, ma lignée a rassemblé une grande et riche bibliothèque. Traitez moi d’aristocrate coincée, mais j’ai du mal à croire que vous sortiez de nulle part ou même ne possédiez aucun patrimoine. Certains de ses éléments ne vous sont peut-être pas utiles, tout comme je possède des ouvrages traitants de nécromancie qui pourraient vous intéresser.

Décroisant les jambes, elle se redressa sur ses escarpins et épousseta le derrière de sa cape d’un geste bref. A ses pieds, Requiem s’assit en toisant le corbeau d’un regard à la fois curieux et méfiant.

Avant toute autre chose, je suis une érudite. J’aime les expériences, repousser les frontières du possible pour le simple plaisir d’y parvenir. J’ai ma propre organisation, sa réputation n’est plus à faire de ce côté du pays, je n’ai aucune prétention sur votre domaine et j’espère que la réciproque est vraie. Ce que je veux dire, c’est que-
Orianna.

Requiem s’était redressé, le nez en l’air, inspirant par à coup.

Y’a un truc qui va pas.

La praticienne fronça les sourcils.

Y’a une autre magie ici. De la nécromancie, mais ça ne vient pas d’elle. J’ai déjà senti ça avant…

Le familier fouilla sa mémoire mais un frisson parcourut Orianna avant qu’il ne trouve, lui donnant la réponse à cette question inattendue. Comme sorti d’un cauchemar enfantin, l’ombre de Kolchei se matérialisa petit à petit. D’abord spectre, ou du moins lui semblait-il, il reprit consistance dans le dos d’Abigaël à une vitesse affolante, une fraction de seconde en fait.

Et bien et bien et bien… On part en vacances une petite décennie et on est remplacé par la première blonde venue ?

Sa voix était si basse qu’on l’entendait à peine. Un grand froid envahit la démoniste, qui tâcha de rester de marbre. Ce visage émacié aux dents pointues et aux traits de cadavre ambulant ne lui avait pas manqué. Ses longs cheveux blancs, filandreux, voletaient dans un vent nécromantique. Un rictus mauvais déforma ses lèvres fines.

J’en connais une sur deux. Je te vois, malgré ton masque, tu sais… ? Mais celle-là, souffla-t-il en inspirant ses mèches blondes. Nous n’avons pas été présenté.

L’apparition avait eu le mérite de réduire Mélusine au silence. Pourquoi ce soir ? Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? La cherchait-il elle pour une raison précise ou avait-il été attiré par Lady Death ? Les deux femmes l’apprendraient rapidement, mais un mauvais pressentiment secouait l’instinct d’Orianna, comme toujours lorsqu’il s’agissait du Kolchei. Son père lui-même ne l’appréciait pas, s’en encombrant uniquement pour ses incroyables pouvoirs, utiles dans certains cas bien précis, comme la récupération d’artefact ou quelques missions où leurs intérêts se rejoignaient. Parfois, un nécromancien ne pouvait tout accomplir seul, même le plus puissant d’entre eux.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 6 Mar 2016 - 13:02 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
L’Archimage était une menace. Cela Abigaïl ne pouvait pas le nier. Bien entendu elle aimait prétendre pouvoir le tuer si jamais ils se rencontraient, surtout auprès de son compagnon, mais cela ne signifiait pas qu’elle en avait la certitude. Loin de là en fait. Abigaïl ne savait rien de cet individu si ce n’était qu’il était le maître de la magie elle-même et qu’il pouvait sceller ses pouvoirs, qu’il devait être le seul à pouvoir le faire par ailleurs. Ce que disait Mélusine avait du sens, séparées, sa famille et la Moisson ne pouvaient probablement pas être aussi efficaces contre un tel adversaire que si elles étaient unies et surveiller leurs arrières. L’ennemi de mon ennemi est mon ami, non ? Certes, elle ne goûtait pas à la magie démoniaque, mais nier sa puissance était stupide et hypocrite de sa part. Son second plus grand ennemi se targuait lui-même d’être un démon. Même si elle doutait qu’il s’agisse là de la véritable nature de Méphistophélès.

« C’est d’une logique limpide. Je m’efforce déjà de fédérer les actes des créatures de la mort dans la ville pour éviter de trop attirer l’attention. Je pourrais très bien prêter un oeil à d’autres détails plus... Sulfureux pour vous éviter certaines déconvenues et vous pourriez faire de même pour mes amis en putréfaction par la même occasion. »

De cette manière, Abigaïl aurait une sécurité supplémentaire, un gain de discrétion qui ne serait pas de trop. Surtout que son alter-ego, avec le rayonnement croissant de ses sbires gagnait en popularité. Elle avait vu des comics à son effigie une fois. Et non, les dessinateurs avaient plus qu’exagéré la taille de sa poitrine ! Voilà qui devrait ravir Renan.

« Je vois... Vous seriez prête à me laisser consulter ces ouvrages pour le bien d’une alliance ? » Elle faisait preuve d’une plus grande confiance qu’Abigaïl n’aurait pu s’en targuer. Même si elle ignorait tout de cette femme, une telle proposition ne pouvait que cacher une certaine puissance. « Mes sbires récupèrent parfois des artéfacts qui me sont d’aucune utilité, de même que des grimoires. Peut-être que nous pourrions aussi là encore réaliser un échange de bons procédés. Nécromancie contre démonologie. » Un échange qu’elle avait déjà effectué par le passé, mais avec les Faucheurs de la Moisson écumant le monde à la recherche des miettes de pouvoirs, ils ne tombaient pas que sur les secrets des morts, mais aussi sur d’autres connaissances.

L’échange qui était proposé était assez simple et d’une certaine manière il rappelait à Abigaïl ce qu’elle avait avec le Mage-Dragon. Quand ce dernier avait besoin de la sagesse des trépassés, enfin, s’il en avait besoin un jour, Abigaïl ne serait que trop heureuse de l’aider, sachant qu’en échange de certains ingrédients, il lui avait déjà fait partagé ses connaissances en alchimie ou en démonologie. Une partie de son héritage qu’Abigaïl avait complètement abandonnée au profit de l’étude exclusive de la magie de la mort. Elle avait parfois pensée rectifier cette erreur, mais avec une alliance avec Mélusine, elle n’aurait pas à s’encombrer directement de démons.

Par contre, elle risquait de se retrouver face à des nécromanciens jaloux. Lorsqu’Abigaïl posa les yeux sur Kolchei l’immortel, ces derniers étaient totalement blancs. Elle lisait tout, tout ce qui traitait à la mort et cet individu était plus vieux qu’elle, avait tué plus de gens qu’elle. Oh elle n’avait pas besoin de ses pouvoirs pour savoir qui il était. Elle ne le connaissait pas personnellement, mais il était un nécromancien illustre. Un rictus de dédain se dessina sur les lèvres d’Abigaïl, elle s’était mise debout pour faire face à ce potentiel adversaire.

Un regard à Mélusine infirma un de ses doutes. La démonologue semblait particulièrement choquée. Effrayée ? Impossible à dire avec son masque. Mais elle n’avait pas l’air d’avoir prévue l’arrivée de la première liche dans leur petite discussion. Ce n’était donc pas un piège.

« Nous n’avons pas été présentés, mais je sais qui tu es Kolchei. Oh, je le sais même très bien. De la même façon que je sais que tu reconnaîtras cela. »

Abigaïl tendit la main et son corbeau décomposé disparut pour devenir une faux à la lame noire. Deuil était un sceptre pour les dirigeants de la Moisson. Si ce qu’elle avait lu sur Kolchei était vrai, alors il avait tenté de dérober le titre de Porte-Mort plus d’une fois à son grand-père puis à son successeur, le nécromancien surnommé le Roi-Corbeau. Quelles étaient les chances que le nécromancien anciennement allié à Mélusine et qui avait disparu pendant dix ans était un ancien rival des Faust ? Des lueurs vertes apparurent tout autour d’Abigaïl. Des lémures, des esprits protecteurs dont elle avait gagnée les faveurs et qui la protégeaient de la magie. Juste une précaution, parce que cela n’empêcherait pas l’épée qu’elle voyait à la ceinture du russe de la trancher en deux.

« Et honnêtement, je n’aime pas qu’on me renifle. » Cela lui rappelait trop une expérience désagréable avec un certain Archidémon. « Alors pourquoi ne pas simplement partir et me laisse continuer ma conversation avec Mélusine ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 6 Mar 2016 - 13:49 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Un rictus mauvais déforma les lèvres de l’Immortel quand Lady Death lui agita sous le nez l’objet de ses convoitises. Mélusine n’avait pas eu le temps de travailler, stricto sensu, avec Kolchei et son père avait probablement emporté bien des secrets dans sa tombe. Lorsque le nécromancien disparut dix ans auparavant, Orianna en profita pour le rayer de sa vie, de ses souvenirs, comme si l’enterrer profondément dans sa mémoire l’empêcherait de revenir. Un comportement quelque peu puéril, mais cet homme la mettait absolument mal à l’aise, déclenchant des réactions primaires en elle. Heureusement, elle n’était pas tétanisée d’horreur et déjà, elle réfléchissait à une manière de s’en sortir. Requiem, en position d’attaque, attendait un ordre ou même une impulsion de sa maîtresse pour agir.

Avec Mélusine ? releva-t-il, amusé.

L’un de ses yeux glissa sur Orianna, tandis que l’autre fixait Abigaël. Un tableau grotesque, certes, mais effrayant.

Quel mignon petit surnom.
Que faites-vous là ?

La question fusa, glaciale. Orianna ne comprenait pas pourquoi ici, pourquoi maintenant, et elle doutait d’obtenir des réponses. Il surveillait peut-être Lady Death depuis longtemps, à moins qu’il n’en ait après l’héritière d’Harcourt ? Ou les deux ? Et qu’il profite de leur rencontre pour faire d’une pierre deux coups ? Au fond, la raison importait peu mais permettait aux femmes de gagner du temps et d’élaborer, peut-être, un plan pour se débarrasser de lui. Du haut de ses six ans, à l’époque, Orianna le pensait invincible et voyait en lui le monstre absolu. Depuis, elle avait grandi et affronté son quota d’horreur. L’image d’Azazel passa rapidement dans son esprit, mais elle le chassa. Inutile de s’encombrer avec la créature à cause de laquelle elle n’aurait jamais d’enfant.

Et toi, qu’y fais-tu ? Tu me remplaces par ça ? Oh elle est mignonne, elle a une certaine puissance, mais, franchement… Il agita la main autour d’Abigaël. Tout ça, ce ne sont que des tours d’enfant.

Les esprits apparus autour d’Abigaël disparurent d’un coup et cela ne semblait pas normal, même si Mélusine ne pouvait le jurer. Après tout, elle n’apercevait pas son visage mais la crispation dans ses épaules la trahissait. Requiem se tendit davantage.

Tu as beaucoup d’orgueil, jeune fille. Mais tu n’es pas à la hauteur de tes ancêtres.

Mélusine tendit l’oreille, espérant qu’une information un peu plus précise puisse filtrer, genre le nom des ancêtres en question. Mais puisqu’il gardait son identité secrète, aucune raison qu’il n’agisse pas de la même manière avec Lady Death.

Il a l’air plus fort qu’avant, grogna Requiem. Il y a quelque chose en plus autour de lui, j’arrive pas à savoir ce qu’il fait précisément à cette fille. C’est pas mon type de magie, mais il se passe un truc.
Super, on avance bien avec ça, pesta Orianna en distique.

Même si Kolchei connaissait cette langue, du moins dans son souvenir. Mais il ne lui prêtait plus aucune attention, tout concentré sur la nécromancienne, qu’il observait d’un air gourmand, comme si elle était le plus beau gâteau chantilly du monde. Orianna ne se souvenait pas lui avoir vu ce regard un jour, ce qui la confortait dans son impression première : Lady Death possédait une rare puissance, que Kolchei allait maintenant s’approprier. Elle savait qu’il aspirait la magie des autres pour la faire sienne et se doutait que tout cela allait mal tourner. La question était de savoir si elle l’affronterait pour aider sa consœur ou si elle la laisserait se débrouiller. Avaient-elles une chance, à elles deux ? Pendant que l’air oscillait d’une étrange manière autour des deux mages de mort, Orianna se mordillait la lèvre inférieure. Requiem l’observait intensément.

La peste ou le choléra, c’est ça ? murmura-t-il.
La peste ou peut-être pas le choléra, en fait.
Message reçu.

Kolchei sortit son épée. Orianna n’avait pas prêté attention à un potentiel échange entre les deux nécromanciens mais visiblement, il semblait décidé à en finir. Ou à commencer, justement…
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Dim 6 Mar 2016 - 18:55 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Apparemment Mélusine n’était pas un pseudonyme récent de la mystérieuse démonologue. En même temps, si Kolchei avait effectivement disparu depuis plus de dix ans et si cette femme n’était pas beaucoup plus âgée qu’elle n’y paraissait il y avait fort à parier qu’elle avait été particulièrement jeune l’époque. Malheureusement la situation ne se prêtait pas vraiment à l’investigation d’une potentielle alliée. La nécromancienne laisserait cela aux fantômes qui la servaient. Si elle se sortait de cette situation qui semblait partie pour empirer.

Surtout qu’elle n’aimait pas vraiment qu’on la qualifie de « ça ». Quand on avait l’orgueil suffisant pour vouloir devenir une déesse, quand un nécromancien, certes réputé, ne vous appelait même pas par votre titre, ou au moins votre nom, c’était particulièrement insultant. Et bien entendu, les insultes, Abigaïl ne les pardonnait pas facilement. Elle avait déjà asservi les âmes d’individus pour beaucoup moins que cela et le nécromancien russe venait définitivement rejoindre la liste des entités qu’elle était bien décidée à réduire en esclavage. Ou bien à tout simplement annihiler. C’était une âme après tout, pourquoi ne pas simplement l’absorber dans Deuil ? Abigaïl sentait la puissance de la mort courir dans ses veines et le manche de Deuil frémir entre ses doigts. La faux avait faim, elle voulait se repaître d’âmes, les lier à jamais dans son métal sombre. Lady Death n’était parfois que l’instrument de son arme, mais en cet instant, cela ne la gênait pas particulièrement.

« Des tours d’enfant... Je ne sais pas où tu as passé les dernières années, Kolchei, mais je crois que tu ignores à qui tu t’adresses. »

Après tout, elle était la Porte-Mort de la Moisson. Ses pouvoirs de nécromancie avaient tant grandis qu’on ne pouvait même plus les lui dérober ou l’en priver. Seul l’archimage en avait le pouvoir. Kolchei était puissant, inquiétant et une menace, mais il n’était pas le maître de la magie pour autant. Et clairement pas le maître de la nécromancie. Non, Abigaïl avait clamé ce titre pour elle-même et n’allait pas laisser cet individu l’en déposséder.

« Je suis tellement plus que ce qu’ils n’ont jamais été... Tellement plus. Ce n’est pas en bannissant mes esprits protecteurs que tu auras raison de moi, loin de là. »

Même si elle n’appréciait pas qu’il puisse le faire. Ses lémures ne l’avaient jamais failli jusqu’à présent et les voir disparaître la laissait à la merci des sortilèges du russe. Mais aussi à ceux de Mélusine. Elle n’avait pas encore décidée si elle faisait confiance à la démonologue ou non. Elle allait probablement devoir vaincre Kolchei, puis voir ce qu’aura fait la jeune femme pendant ce temps là. Si elle l’aidait, tant mieux, si elle s’alliait à son adversaire, Abigaïl aurait sûrement beaucoup de mal à s’en sortir, mais elle trouverait un moyen. Toujours.

Lorsque Kolchei sortit son épée, Deuil se précipita vers lui et les deux lames s’entrechoquèrent. Abigaïl n’avait pas peur pour la faux. L’arme et elle étaient liées, même si le nécromancien parvenait à s’en saisir il ne pourrait pas l’utiliser contre elle, ce qui laissait à Abigaïl les quelques instants dont elle avait besoin pour invoquer ses serviteurs. Elle souleva le pan de son linceul, plongé dans l’obscurité, des grognements retentirent alors que les goules bondissaient en dehors de ces ténèbres. Cinq bêtes morts-vivantes, aux griffes allongées et aux crocs démesurés débarquèrent dans la pièce dans un grand renfort de grognements et de hurlements peu ragoûtants, juste avant de charger à leur tour le russe.

Seulement ces goules n’étaient pas vraiment suffisamment puissantes pour venir à bout d’une liche, même aussi orgueilleuse que Kolchei. Leurs griffes paralysantes n’auraient aucun effet sur la chair morte et il y avait fort à parier que s’il avait réussi à bannir les lémures d’Abigaïl, il pourrait faire de même avec ses morts-vivants corporels, ou tout du moins les rétablir à l’état de cadavre. Il fallait qu’elle trouve autre chose, malheureusement son arsenal était principalement tourné contre les vivants et non contre les morts. Si Kolchei n’invoquait rien, elle ne pourrait pas non plus tourner ses créations contre lui. Abigaïl lança un regard furieux dans la direction de Mélusine. C’était de sa faute à elle... Elle aurait pu se préparer pour affronter Kolchei, de manière à assurer la victoire, il lui aurait suffit d’utiliser ses golems de chair. Mais bêtement elle ne les avait pas cru nécessaires pour cet entrevu. La nécromancienne s’en voulait aussi à elle-même. Concentrant les feux de la morte-vie entre ses mains, elle les utilisa pour augmenter la force et la vivacité de ses goules qui luttaient toujours contre les coups d’épées de leur adversaire.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Mar 2016 - 11:57 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Toujours prise entre deux feux, Mélusine observa le début du combat sans intervenir. Lady Death invoqua des goules ou du moins, ce qui y ressemblait mais Kolchei agita la main, comme pour chasser des mouches, et les cadavres retombèrent, inertes. Ce n’était pas une question de puissance, simplement de logique : elle-même aurait du mal à affronter un mage pratiquant la même magie qu’elle. Cela se jouera à qui possède l’allié le plus puissant. Et en l’occurrence, dans la situation présente, Mélusine était celle qui ferait pencher la balance. Sans doute que la nécromancienne en avait conscience. En sentant son regard se poser sur elle, la démoniste se méprit sur ses intentions. Elle pensait que la Porte-Mort sollicitait son aide, alors qu’elle se contentait de la regarder de travers. Mais ce regard suffit à ce qu’elle bascule et choisisse son camp.

Peu importe comment les choses tourneraient avec l’actuelle cheffe de la Moisson, ça ne pouvait être pire qu’avec Kolchei.

D’un geste de la tête, Orianna envoya Requiem. Concentré sur son combat avec Lady Death et probablement persuadé que la Cardinale de la Géhenne ne bougerait pas, il ne sentit pas le familier et ce n’est qu’une fois les canines de Requiem plantées dans sa chair qu’il se rendit compte de son erreur. La morsure du familier annihilait la magie sur un court laps de temps, dépendant de la puissance adverse et Kolchei avait visiblement négligé de dresser un bouclier magique. Sans doute avait-il trop confiance en son corps mort, capable d’encaisser d’innombrables dégâts. A moins que l’idée ne lui ait même jamais traversé l’esprit. Orianna ne comprenait pas ces praticiens, qu’un ego surdimensionné poussait à ce genre d’erreurs, mais elle n’allait pas s’en plaindre.
Avait-elle bien faire d’intervenir ? Elle ignorait si Lady Death avait une chance ou même si Kolchei la possédait. L’affrontement aurait pu durer des heures, des jours, donnant la victoire au plus fort physiquement ou au plus endurant. Mélusine connaissait les travers des mages, puisqu’elle les possédait : son corps ne brillait pas par son athlétisme ou sa force physique. Pour une simple question de biologie et de centimètres supplémentaires, Kolchei aurait pu prendre l’avantage sur le long terme. Et avec quelles conséquences ? Un duel au sommet entre deux nécromanciens surpuissants aurait forcément attiré l’attention, même sur les ruines du Cirque des Damnés. Orianna ne tenait pas à voir débarquer l’Archimage, alors même qu’elle venait de proposer à Lady Death de l’aider à s’en protéger. Un comble, tout de même…

Il est sensible à tout ce que vous pourrez lui faire pendant au moins vingt secondes. Je vous suggère d’envoyer la sauce, grogna le familier à l’intention de Lady Death, cette fois dans un anglais très guttural.

Mélusine s’arma, elle aussi. Kolchei venait de tourner la tête vers elle, une expression meurtrière dans le regard. Dégageant son bras de sous sa cape, la démoniste révéla un membre gracile recouvert de tatouages noirs, qui s’illuminèrent d’un éclat vert corrompu. Des flammes recouvrirent sa peau, glissant vers sa main. Sans perdre de temps, elle lança la sphère de gangrefeu qui nécrosa la chair de l’Immortel à toute vitesse. Requiem enfonça ses griffes dans sa chair, diffusant le poison dans ses veines sans lâcher sa cuisse pour autant. Kolchei se débattit, sans doute à cause des hallucinations dont il était désormais la victime. Il arracha un bout de chair et se libérant du familier, dans lequel il donna un violent coup de pied. Lady Death allait devoir agir dans les cinq secondes, avant que sa magie ne revienne, à l’instar de son esprit. Un conseil que Requiem lui aboya avec une certaine agressivité, mais on pourrait le lui pardonner, vu les circonstances.

Je vous laisse le coup de grâce, mais faites ça vite.

Le feu gangréné continuerait de brûler tant qu’elle le souhaiterait, occupant une partie de son attention puisque sa chair se nécrosait littéralement sur ses os. Un feu infernal lui aurait été, sur le coup, bien utile mais pour cela, elle devait passer un accord avec un Bélial beaucoup trop silencieux à son goût depuis décembre dernier.
Elle espérait simplement avoir bien calculé le temps qu'il leur restait, car une contre-attaque éventuelle du nécromancien surnommé l'Immortel risquait d'être douloureuse.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Lun 7 Mar 2016 - 20:13 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Les goules ne retinrent pas l’immortel très longtemps. Comme Abigaïl l’avait supposée, il avait été capable de les détruire, probablement avec le même sortilège qui avait fait s’abaisser son propre bouclier magique. Une chose qu’elle n’appréciait pas forcément. Etait-ce ce que ressentaient les autres nécromanciens lorsqu’elle utilisait sa propre magie pour leur subtiliser leurs serviteurs et les retourner contre eux ? Non, cela devait être probablement pire, après tout Kolchei ne faisait que détruire les créations de la nécromancienne. Elle avait encore d’autres goules dans son linceul d’ombres, mais elle n’en avait pas relevées tant que cela avant de venir rencontrer Mélusine. Après tout elle n’avait pas pensée que plus d’une dizaine soient nécessaire.

Et peut-être qu’elles ne le seraient pas. Apparemment Mélusine s’était décidée à choisir un côté dans cette bataille de magie de mort. De la Faux et de l’épée elle avait choisie la première. Un choix sage aux yeux d’Abigaïl, surtout qu’elle pensait bien avoir une chance d’en finir avec son adversaire avec l’aide de la démonologue et surtout de son familier. Enfin en finir... Les choses étaient rarement aussi simples avec les liches, elle était bien placée pour le savoir. Kolchei avait été le premier nécromancien à créer un phylactère d’après la légende. Ce qui signifiait qu’il ne pouvait pas être tué sans que cet artéfact ne soit détruit lui aussi, même avec les pouvoirs combinés de la démonologue et de la nécromancienne. Heureusement, Abigaïl avait plus d’un tour dans son sac, elle avait juste besoin de gagner un peu plus de temps.

« J’ai quelque chose qui devrait fonctionner. » Siffla-t-elle entre ses dents à la remarque du chien démoniaque. La magie nécromantique frappa Kolchei de plein fouet et sur une créature aussi ancienne et cruelle, les effets ne pouvaient être que dévastateurs. Des formes noires et brumeuses commencèrent à s’extirper de son corps. C’étaient les spectres de ses victimes, de tous ceux qu’il avait tué et qui lui en voulaient encore depuis l’au-delà. Abigaïl se servait de son adversaire comme lien entre le monde des vivants et ceux des morts, liens que ces fantômes ne faisaient que remonter pour s’en prendre à leur assassin. Kolchei commença à battre de son épée pour repousser les apparitions toujours plus nombreuses qui s’évertuaient à lacérer ses chairs de ses griffes. Il en bannissait quelques uns mais toujours plus apparaissait.

Deuil profita de la faille pour s’abattre d’elle-même. La tête de Kolchei roula au sol, ce qui ne l’empêchait pas de continuer de vociférer, de lancer des sortilèges ou de se battre. Sauf que le feu gangréné et les spectres vengeurs commençaient à le submerger. Et il était particulièrement difficile de se battre avec la tête coupé, même en étant immortel. Abigaïl se pencha pour attraper la tête de son adversaire, la tenant de son propre visage. Les yeux de la nécromancienne devinrent deux puits de ténèbres.

« Oh mon petit immortel, je vois que tu es du genre à apprécier de cacher les choses à la vue de tous. » Autant pour la légende à propos de l’aiguille placée dans un oeuf, placée dans une poule, placée dans une chèvre elle-même sur une île perdue au milieu d’un océan inconnu. « L’épée s’il te plaît Darach. »

L’esprit druidique entra finalement en jeu, apparaissant à la vie de tous sous fa forme de fantôme sylvestre il se précipita en direction de l’arme du nécromancien. Ses doigts fantomatiques n’eurent qu’à frôler l’épée pour que sa propre magie entre en jeu. Tout ce que le Darach touchait retournait à la nature. Retournait à la poussière. L’épée se mit à rouiller, et rapidement il n’y eut plus que de la poussière qui s’écroulait au sol.

« Plus si immortel que cela. » Commenta Abigaïl avec un sourire. Elle entrouvrit ses lèvres comme pour un ultime baiser, mais elle utilisa son siphon vie pour subtiliser le peur d’énergie vitale qui animait encore les vieux os du nécromancien. Son visage déjà en parti décomposé poussa un hurlement avant de se flétrir et d’être réduit en poussière. Quant à son âme, n’étant plus retenue par un phylactère elle pouvait passer dans un autre monde... Quoique non. Comme toutes les victimes de la nécromancienne, elle fut absorbée par la lame noire de Deuil. Le corps de Kolchei fut finalement complètement consumé par les flammes de la démonologue. Un léger sourire aux lèvres, Abigaïl tendit la main et sa faux revint à elle.

« Voilà qui est fait... Je ne sais pas trop si je dois vous maudire ou vous remercier. Mais il me semble évident que l’arrivée de Kolchei ne faisait pas vraiment partie de votre plan. » Abigaïl était puissante, certes, mais sans l’ouverture que la démonologue et son chien avaient réussis à créer, elle doutait d’avoir pu réussir à vaincre le nécromancien russe. « Je suppose que vous êtes désespérément en besoin d’un nécromancien maintenant... » Abigaïl poussa du pied le tas de poussière qui avait été le crâne de Kolchei. « Où en étions-nous exactement ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Mar 2016 - 10:01 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
En voyant Lady Death décapiter Kolchei, Orianna ressentit à la fois du soulagement et une certaine appréhension, persuadée qu’une fin pareille ne pouvait être acceptable. Pourtant, parfois, il suffit du bon combo d’attaque au bon moment pour mettre à bas un terrifiant nécromancien. Grâce à Requiem, les deux praticiennes avaient eu l’opportunité d’agir et la Porte-Mort ne se contenta pas de cela. Elle aspira ce qui devait être l’essence de feu l’Immortel tandis qu’un de ses serviteurs faisait disparaître l’épée de ce dernier, la réduisant à l’état d’objet rouillé depuis des siècles, puis de poussière. Impressionnée ou du moins, très intéressée, Mélusine observa le phénomène puis celui qui en était l’auteur. Elle ne voyait pas les esprits de manière naturelle et au fond, s’en satisfaisait assez bien. Les démons, c’est déjà assez compliqué à gérer comme ça.
Ses flammes gangrénées achevèrent leur œuvre et elle ferma le poing pour les empêcher de continuer à ronger le sol, sur lequel elles s’étaient répandues. Tout redevint calme dans les entrailles du Cirque des Damnés, un peu trop pour être honnête. L’échange avait duré peut-être cinq ou dix minutes en tout et pourtant, beaucoup de choses avaient changé en si peu de temps. Notamment l’attitude de Lady Death à son égard.

Rassurez-vous, c’était la dernière personne que je souhaitais voir débarquer ici. J’ignore d’ailleurs pour quelle raison il a choisis ce moment ou laquelle de nous deux était précisément visée, mais je suis contente qu’il soit…

Elle agita la main à côté de son visage, cherchant le mot adéquat. Mort lui semblait risible pour un tel être et elle doutait qu’il le soit véritablement. Peut-être temporairement hors d’état de nuire ? Ou emprisonné ? Elle secoua la tête, l’équivalent d’un « bref ».

Disons que j’en suis au même point, puisque je pensais notre… ami… disparu pour de bon. Mais son intervention aura été bénéfique, il est la preuve que deux magies valent mieux qu’une pour éradiquer nos ennemis communs. Nous n’avons pas les mêmes objectifs, les mêmes ambitions, nous évoluons dans deux domaines distincts, je pense que l’on peut prospérer ensemble sans se faire de l’ombre et que ce serait une excellente chose. Enfin, un peu moins pour le monde, évidemment, mais qui s’en soucie ? plaisanta-t-elle avec un petit sourire.

Requiem éternua dans la poussière qui, jadis, constituait le corps de Kolcheï, puis revint près de sa maîtresse en gardant toujours un œil sur Lady Death. Des deux, pourtant, le familier était le moins paranoïaque et derrière son attitude détendue, Orianna continuait et continuerait longtemps d’être sur ses gardes avec cette femme. Après tout, on ne fait pas confiance au premier venu quand on dirige une organisation comme la Géhenne, encore moins comme la Moisson. Mais cela n’empêchait pas l’entente cordiale et l’entre-aide, du moins de son point de vue. La nécromancienne le partagerait-elle ? Chercherait-elle à discuter certains détails ? L’inviterait-elle quelque part pour tester ses pouvoirs ? Mélusine aurait pu faire de même, mais l’avant-goût lui avait suffi. Cette femme était effrayante, au sens le plus primaire du terme, mais elle ne la dérangeait pas, elle ne provoquait pas des frissons d’angoisse et de dégoût dans le corps de Mélusine, comme Kolchei avait pu le faire. Peut-être parce qu’elle ne l’avait pas connue enfant, peut-être parce qu’elles étaient toutes deux des femmes, ou peut-être simplement parce que les deux êtres, bien que d’une puissance extraordinaire, semblaient différents sur un plan plus psychologique. Orianna aurait tout loisir d’échanger avec son familier sur le sujet mais pour l’heure, elle attendait que la décision de son alliée (pour l’instant temporaire) tombe, afin qu’elles puissent avancer. Ou se quitter, en plus ou moins bons termes. Cela ne dépendait pas que d’elle.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mar 8 Mar 2016 - 16:04 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Kolchei était à elle maintenant. Son âme se retrouvait prisonnière aux côtés de toutes celles qu’elle avait asservies. Des fidèles sataniques, des chrétiens décimés au sein de leur propre église, des chasseurs de sorcières envoyée pour la tuer, de simples personnes qui avaient eu le malheur de croiser la nécromancienne au mauvais endroit, au mauvais moment. Et parmi elles maintenant, celles empoisonnées de la première liche, de Kolchei l’Immortel. Elle devrait faire attention, car c’était une âme qui risquait de lui jouer des tours si elle abaissait sa garde. Mais mieux valait qu’elle soit prisonnière de Deuil, même temporairement, qu’en train d’arpenter un autre monde à la recherche d’un moyen de revenir physiquement l’affronter.

« En effet... Quoiqu’il soit toujours possible que vous ayez pu prévoir tout cela. » Lâcha Abigaïl avec un sourire. Elle avait vue la surprise de Mélusine, mais elle avait croisé suffisamment de personnes retorses pour s’en méfier. Surtout vu qu’elle était habituée à traiter avec des démons. La nécromancienne lâcha sa faux qui devint à nouveau un corbeau, perché sur son épaule. « M’amener dans cet endroit en sachant que Kolchei n’apprécierait pas pour que je vous en débarrasse. Cela serait admirablement bien joué. Surtout en considérant qu’à deux nous aurions parfaitement l’avantage. Mais si j’avais échouée, oh, cela aurait été compliqué pour vous, non ? »

Et compliquée pour elle aussi. Heureusement elles avaient réussies à le vaincre. Ce qu’appréciait grandement la Porte-Mort. Un rival de moins et un pas de plus vers sa suprématie sur la mort. Même les plus sceptiques au sein de la Moisson se montreraient plus déférents face à elle maintenant qu’elle avait l’âme de Kolchei en sa possession. La preuve irréfutable de la défaite de l’Immortel. Elle qui avait crue que ce dernier avait été détruit par l’Archimage pendant qu’elle était dans son sommeil centenaire.

« Je pensais aussi que l’Archimage nous avait débarrassé de lui. Mais apparemment nous avons toutes deux sous-estimé l’Immortel. » Plus si immortel que cela maintenant. Il n’était même plus un mort-vivant, simplement un mort. Ce qui convenait parfaitement à la nécromancienne. « Je suis d’accord, la combinaison de nos magies a été redoutable face à cet adversaire. » Cela ne signifiait pas pour autant qu’Abigaïl allait tomber dans les bras de la démonologue. Après tout elle avait déjà une amie avec des talents magiques en dehors de la nécromancie... Même si elle ne l’avait plus revue depuis un bon moment, depuis leur week end dans le Vermont d’ailleurs. Les choses s’étaient tellement compliquées depuis. La Moisson avait failli s’engager dans une guerre ouverte contre les vivants après tout.

« Nous n’avons pas les mêmes objectifs, en effet. J’ignore tout des vôtres mis à part la recherche de connaissance. Mais je suppose qu’il s’agit là de quelque chose d’assez commun chez les sorcières. La puissance et la connaissance sont intimement liées comme vous ne devez pas l’ignorer. En ignorant nos objectifs respectifs, il me paraît difficile de savoir avec certitude que nous n’allons pas nous faire d’ombre. »

Abigaïl avait déjà des pactes avec d’autres organisations. Notamment celle que dirigeait Renan mais dont elle ignorait tout, mais aussi Ymir, qui l’avait longtemps fournie en filles pour les expérimentations d’Anton. Qui devraient d’ailleurs bientôt reprendre avec le retour de ce dernier à Star City. Même si elle ne se demandait si ce dernier n’avait pas surtout cherché à l’époque à se créer le parfait sextoy pour assouvir ses pulsions macabre. Quoiqu’il en soit, Ymir et la mystérieuse organisation de Renan travaillaient dans des sphères bien différentes de la Moisson. Ce qui n’était pas exactement le cas de cette Mélusine si elle travaillait beaucoup avec les démons. Une association n’était pas impossible, loin de là, mais elle devait se montrer méfiante.

« Mes précédents échanges avec des démons ou leurs adorateurs ne se sont pas déroulés dans les meilleures conditions. » Elle avait massacré une secte satanique aux côtés de Rosamund et avait eut un échange particulièrement désagréable avec l’archidémon des ombres et des cauchemars. Autant dire que l’idée de s’allier avec Mélusine devait être mûrement réfléchie. Même si l’affrontement qui venait d’avoir lieu jouait en sa faveur. « J’aurais besoin de savoir avec plus d’exactitude ce que vous accomplissez et ce à quoi je risque de me lier. La Moisson monnaye les âmes, accumule les cadavres et la puissance de la mort, nous récoltons les trépassés pour les subtiliser à d’autres entités bien souvent. Vous frayez avec les démons... Sont-ils vos maîtres ? Car dans ce cas notre association risque d’être particulièrement ardue. Certains d’entre eux ont une dent contre moi et ma foi... Je meurs d’envie de leur montrer ce qu’une « petite nécromancienne » peut accomplir avec suffisamment de volonté, même à une essence prétendument immortelle. »
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 9 Mar 2016 - 11:40 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Et pas qu’un peu. Orianna préférait éviter de penser à ce qui serait arrivé si leur alliance n’était pas venue à bout de Kolchei. Un frisson discret la parcourut et elle chassa ces sombres pensées pour se consacrer au présent, à cette fameuse alliance qu’elle quémandait pour le plus grand bien ou du moins, celui de la magie noire. Elle écouta Lady Death avec attention lorsqu’elle lui parla des objectifs de la Moisson, confirmant ce que la démoniste pensait : pas de risques que l’une et l’autre se marchent dessus. Néanmoins, elle devait désormais lui expliquer quelques détails sur ses pouvoirs et ses relations avec Dis, chose qu’elle n’appréciait pas, étant plutôt secrète. Mais puisqu’il le fallait, elle se lança.

Les démons ne sont pas mes maîtres, mais bien mes partenaires commerciaux. La Géhenne fonctionne ainsi : nous passons des pactes avec certaines familles ou certains types de démons, en fonction, et nous les aidons à s’incarner sur Terre moyennant un paiement plus ou moins important en fonction du type de corps exigé et fourni. Pour cela, je donne également dans le trafic humain mais pour des raisons différentes des vôtres. D’ailleurs, jusqu’ici, nous n’avons rencontré aucun problème.

A savoir que les fournisseurs de l’une n’avaient pas cherché à entuber l’autre ou à la doubler, du moins aucun problème de ce type n’était revenu aux oreilles de Mélusine. Et s’il y en avait eu, sa rencontre avec Lady Death se serait produite bien plus tôt.

Nous fonctionnons ainsi depuis des siècles, mais ils ne nous contrôlent pas. Ce serait plutôt l’inverse, en fait.

Mélusine possédait en effet un pouvoir d’asservissement, nécessaire dans certains cas au bon déroulement d’une transaction. Mais les démonstrations de force se révélaient de moins en moins utiles, chacun étant conscient que respecter sa part du contrat demandait moins d’effort qu’essayer d’entuber une d’Harcourt.

Des partenaires, donc. Ce qui ne signifie pas que je m’entends bien avec tous les démons de Dis. Comme vous, j’ai eu maille à partir avec certains d’entre eux.

Et l’absence d’utérus en témoignait, bien que la nécromancienne ne puisse le vérifier ou même le deviner.

Mais j’ai probablement moins de problèmes que vous à les comprendre et c’est normal, j’ai été élevée dans la culture distique. Leur comportement ne me choque pas, ne me dérange pas et je sais ce que valent leurs mots autant que leur ego. Bref, tout ceci est mon activité première, celle grâce à laquelle je gagne ma vie.

Un demi mensonge. Elle gagnait surtout sa vie grâce à son entreprise de pompes funèbres possédant des succursales sur plusieurs continents, mais se développant principalement en Amérique, en Europe et un peu en Asie depuis quelques années. Inutile, toutefois, que Lady Death puisse deviner son identité civile.

Comme tout le monde, j’ai des passes temps et mon préféré est la recherche du savoir. En partie pour acquérir plus de pouvoir dans mon domaine, mais je ne dédaigne pas le savoir pour le savoir. J’expérimente, la démonologie est un terrain plutôt vaste. Un peu comme la nécromancie.

Et impossible, sur une vie, d’étudier ces deux sciences occultes. D’ailleurs, Orianna devait toujours régler le problème de sa vie trop courte sans toutefois dépendre uniquement de sang démoniaque. Mais pour cela, elle avait le temps.
Enfin… Plus ou moins.

Ah, j’ai presque oublié. Mon organisation appartient au Cartel Rouge depuis sa création, je l’y maintiens et j’y suis une référence en matière d’arts obscurs, grâce au contenu de ma bibliothèque familiale. Cette fois, je pense que tout y est… Qu’en pensez-vous ?

L’exposé avait presque été scolaire, elle tournait en rond en énonçant des points précis, attendant que sa camarade d’une nuit réagisse. Tout se jouait maintenant.
 
Revenir en haut Aller en bas

Message posté : Mer 9 Mar 2016 - 23:20 Message
Obtenir l'URL : Cliquer ici

Invité
Invité

Anonymous
Invité

Invité
Personnage
Joueur
Bon, Abigaïl ne se trouvait pas avec la servante d’un Archidémon en particulier. Ce qui lui convenait parfaitement. Siobhan O’Reilly avait été l’âme damnée de Raphaël et la nécromancienne avait craint de tomber sur quelqu’un de la même trempe. C’est à dire qui aurait été incapable de mettre derrière elle sa fidélité à un maître pourtant abusif et qui se complaisait dans son rôle d’esclave. Enfin c’était ainsi qu’Abigaïl se souvenait de la sorcière rousse. Si Mélusine se contentait de marchander avec eux, elle n’était pas si différente que cela de la Moisson et devait posséder des aspirations bien humaines. Cela pouvait être compris et par conséquent, anticiper, c’était tout ce qui comptait. Abigaïl haïssait les fanatiques de toute façon... Qu’ils soient chrétiens ou sataniques.

« Je vois, de toute façon je ne m’intéresse plus vraiment aux vivants. La Moisson marchande les âmes mais récolte les corps comme vous devez le savoir. » Après tout elle ne doutait pas que Mélusine avait dû faire ses recherches avant de demander à la rencontrer. Les nécromanciens et morts-vivants au service d’Abigaïl utilisaient les âmes des défunts pour augmenter leurs pouvoirs ou les échanger à des dieux de la mort, démons ou autres créatures. Mais les cadavres quand ils ne servaient pas à nourrir les goules étaient utilisés comme recrues. Abigaïl ne stockait plus d’êtres vivants dans le Necropolitan ou Erehwon comme autrefois, c’était le domaine du vampire maintenant.

Autant dire que les deux sorcières pouvaient en effet prétendre collaborer sans empiéter sur leurs plates-bandes respectives. Bien entendu il y avait des risques. Notamment si un démon qui désirait des âmes en possession de la Moisson désirait par exemple aussi un corps de cette Mélusine. Quoiqu’il en soit il y avait tout de même peu de chance que cela mène à un conflit. A moins que... Elle espérait surtout que Raphaël n’allait pas utiliser cette femme pour revenir parmi les vivants et tenter de s’approprier une nouvelle fois l’âme de Renan. Le démon n’avait jamais su que le méta-humain possédait un phylactère et ne pouvait donc pas mourir... Son âme ne pouvait donc jamais tomber entre les mains de Raphaël.

« C’est possible. Je vais être honnête quand je dois traiter avec des démons j’ai tendance à déléguer pour ne pas avoir à les supporter moi-même. » Elle avait suffisamment de gens à ses ordres pour cela de toute façon. « Je me contente de fournir ce que certains veulent en échange de faveurs ou d’objets qui m’intéressent. Rien ne laisse donc supposer que nos activités soient incompatibles en effet. »

Sauf qu’elle avait prévue avec Renan de causer quelques troubles en enfer. Elle devait y descendre pour y récupérer l’âme de Jack et la ramener dans le monde des vivants. Bien entendu elle pouvait juste tenter de l’invoquer, mais la chercher elle-même pourrait se révéler bien plus efficace et surtout pourrait l’assurer que personne ne s’accrocherait à l’âme au passage. Mais normalement la nécromancienne devrait réussir à faire cela discrètement, sans trop attirer l’attention des démons et donc de Mélusine non plus. Aucune raison de lui en parler donc.

« Je n’en doute pas. » Commenta-t-elle. La nécromancie était un domaine vaste. Entre les ossements, la chair putréfiée, l’esprit et la mort elle-même, il y avait beaucoup à faire. Et Anton repoussait notamment beaucoup les limites de cet art avec ses expériences. Abigaïl avait plus tendance à récupérer des savoirs anciens, comme ceux contenus dans le Necronomicon. Tout cela n’avait qu’un seul et unique but toutefois : lui permettre de devenir une véritable déesse de la mort, de ne faire qu’un avec cette force de la nature. Ne plus craindre personne, ne plus être l’esclave de personne.

« Le Cartel Rouge, je vois. La Moisson n’en fait pas partie, mais je suppose que vous le savez déjà. Nous sommes plutôt discrets, mais j’ai quelques liens avec certains membres du Cartel. »
Avec Ymir principalement, vu que c’était toujours un fournisseur de cadavres. Elle avait même fait le lien entre eux et Vladislas Markov. « Je pense que nous pouvons collaborer sans mal... Dans la mesure où ne nous mettons pas des bâtons dans les roues. Il n’y a aucune raison que ce soit le cas d’après ce que vous venez de me dire. Si vous avez besoin d’expertise nécromantique je pourrais la fournir, moi ou un de membres de la Moisson bien entendu. » Abigaïl ne se déplaçait pas pour n’importe quoi non plus. « Et si j’ai un problème avec un démon, je pourrais vous contacter dès lors... Vous avez des besoins particuliers pour avoir initié cette réunion ? Ou c’était là juste votre manière d’anticiper les choses ? »
 
Revenir en haut Aller en bas

 
Season of the witch
 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantRevenir en haut 
Season of the witch Categorie_6Season of the witch Categorie_8


Season of the witch Categorie_1Season of the witch Categorie_2_bisSeason of the witch Categorie_3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Season of the witch Categorie_6Season of the witch Categorie_8
Sauter vers: