AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Partagez|

La pudeur est une question d'éclairage ▬ Vladislas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Jeu 25 Fév - 21:14 Message | (#)

25 février 2016 — Aux environs de minuit

Les Ymir cherchaient toujours à se faire de nouveaux contacts et Jay avait rapidement compris qu'il devait se montrer plus amical et respectueux qu'auparavant. Bon, d'un autre côté, ce n'était pas spécialement compliqué à faire étant donné qu'il avait toujours été aussi aimable qu'une porte de prison, mais disons qu'il était sur la bonne voie ! Il avait même été capable d'entretenir un contact régulier avec la blondasse qui l'avait aidé lors du braquage de la soirée de gala. Elle achetait de temps en temps des filles et permettaient de faire vivre correctement les membres du groupe, même s'ils n'allaient pas s'arrêter là pour autant, bien entendu ! Les autres mercenaires avaient rapidement avancé le fait qu'ils devaient s'étendre, trouver de nouveaux acheteurs et s'offrir des alliés plus influents que les individus isolés qui faisaient actuellement appel à eux et Jay avait dû admettre qu'ils avaient raison.
Après tout, il n'était plus seul, il devait écouter les autres et prendre leurs avis en considération.

Cependant, même s'il était un peu plus sociable qu'à l'accoutumée, c'était tout de même Carmen qui s'occupait généralement des prises de contact avec les autres. C'était donc elle qui l'avait informé qu'un type était potentiellement intéressé par leurs filles puisqu'il avait un réseau qui en demandait pas mal. Des prostituées ou autre chose, honnêtement, Jay s'en contrefoutait. Pour lui, ce n'était que des marchandises sans prénom et sans visage qu'il revendait au plus offrant, il n'y avait pas de sentimentalisme ou de choses de ce genre. La seule qui avait eu droit à un traitement de faveur était l'agent Lawson, la nana qui lui avait parlé de sa frangine et qu'il avait finalement décidé de laisser partir par respect pour Charlie – et aussi pour qu'elle la ferme.

Accompagné de deux autres mercenaires du groupe, répondant aux doux prénoms de Mike et Tom, Jay avait sorti une nana d'une cellule après s'être assuré qu'elle avait été suffisamment droguée pour ne pas faire de vagues. Ce n'était que des calmants, rien de plus louche étant donné que Jay exécrait les drogues sous toutes leurs formes. Carmen leur avait donné l'adresse et leur avait dit d'entrer par l'arrière pour rencontrer le type qui passerait commande pour la suite. Enfin, si les choses se déroulaient bien et Jay était décidé à ce que ce soit le cas. C'était un contrat potentiellement juteux, il était donc hors de question de perdre bêtement de l'argent.

Mike s'installa à l'arrière de la voiture avec la fille tandis que Tom montait à l'avant avec le texan qui conduisait. Il ne connaissait pas l'endroit où ils se rendaient, mais grâce à l'adresse, ils purent arriver à bon port sans grande difficulté ! Lorsque le regard bleuté du trentenaire se posa sur le bâtiment en question, il se demanda si Carmen avait fait exprès de l'envoyer lui en sachant très bien qu'un club où les nanas se déshabillaient pour du fric ne serait pas du tout le genre d'endroit qu'il appréciait. Au contraire. Tom et Mike par contre avaient l'air particulièrement enthousiastes et vu les paroles de celui à l'arrière, il avait même déjà visité les lieux en tant que client. Au fond, c'était plutôt encourageant de voir que leur contact semblait avoir de l'utilité à acheter de nouvelles filles assez régulièrement, cela signifiait forcément qu'ils allaient avoir un contrat régulier avec lui !
Enfin, si tout se passait bien, encore une fois.

Ils quittèrent l’habitacle de la voiture avec la fille soutenue par Mike, puis se dirigèrent vers l'arrière du bâtiment. Carmen leur avait dit qu'ils seraient bien accueillis et ce fut assez vrai puisque quelqu'un semblait les attendre. Ils n'eurent qu'à s'annoncer et furent invités à entrer, mais cet accueil n'empêcha pas le texan de rester sur ses gardes. Ses yeux se promenaient sur les environs, ses capacités étaient activées et son sens du danger le préviendrait d'une potentielle attaque. Dans le pire des cas, ils se débarrasseraient de la fille avant de se barrer, il n'était pas question de tuer un contact potentiel ou ils risquaient d'avoir du mal à en trouver de nouveaux à l'avenir....

Alors qu'ils attendaient dans une pièce, quelqu'un daigna se présenter à eux. Le responsable, ou simplement un homme de main chargé de les accompagner jusqu'à lui . Jay n'aimait pas spécialement poireauter comme ça, aussi se montra-t-il peut-être un peu plus pressant – et sanguin – qu'il ne l'aurait dû. Son accent texan n'aidait pas vraiment à adoucir ses propos par ailleurs.

« Bon, c'bien gentil d'jouer les mystérieux là, mais c'serait cool qu'on puisse causer affaire, j'ai pas franchement envie d'me taper la visite guidée avant. »

Encore moins lorsque ça se passait dans un endroit pareil. Un musée aurait été plus acceptable selon ses critères bien particuliers !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Dim 28 Fév - 15:00 Message | (#)

Dans la vie il fallait manger à tous les râteliers. Et en pensant cela, Vladislas ne pensait pas véritablement au sang. Après tout il avait une préférence pour les femmes et ne se nourrissait quasiment jamais chez les hommes. Avant il avait même eut un faible pour les vierges, malheureusement, au vingt et unième siècle, c’était plus difficile à trouver à moins de s’amuser à les chercher dans des berceaux. Mais quand il parlait de manger à tous les râteliers, il pensait plutôt au petit commerce de chair qu’il effectuait dans les parties sombres de Star City.

Et par commerce de chair ce n’était pas non plus une sombre histoire de steak haché sous vide qui serait dealé dans un coin de rue. Mais plutôt de jolies jeunes femmes qui s’abandonnaient aux caresses grossières de quelques hommes en mal de compagnie en échange de pièces sonnantes et trébuchantes et d’un peu de sang dans certains cas. Il y avait différent types de prostituées. Il y avait celles qu’on emmenait dans un riche restaurant ou dans une chambre d’hôtel quatre étoiles et qui vous faisaient grimper au rideau tout en vous permettant de l’exhiber lors de vos voyages d’affaire. Puis il y avait celles qui vous taillaient des pipes dans un coin de rue sombre pour dix dollars. Si Vladislas pouvait se fournir les premières auprès d’une certaine blonde, il pensait bien pouvoir compter sur le contact de la Porte-Mort pour ce qui était des secondes, c’était d’ailleurs pour cela qu’il avait organisé sa petite rencontre du soir.

Le strip-club vivait tranquillement. C’est à dire au son d’une musique sur laquelle se déhanchaient de nombreuses jeunes femmes belles à se damner. Même si certaines étaient particulièrement pâles. Tout était dans les teintes rouges et noires et même les barmaids venaient exposer certaines parties de leur anatomie pour le plus grand plaisir de leurs clients. La sécurité était assurée par des bikers, tout un gang en fait que Vladislas avait vampirisé à travers ses filles et qu’il utilisait pour tout ce qui demandait du muscle. Comme accueillir un membre du Cartel Rouge au tempérament connu pour être assez instable. Abigaïl Faust lui avait beaucoup parlé de cet individu, notamment pour éviter quelques mauvaises surprises. Heureusement, le vampire ne comptait pas mettre ce bonhomme là dans son lit.

Un des bikers amena finalement les visiteurs jusqu’à la loge où se trouvait Vladislas. C’était une pièce élégante, avec un bar privé derrière lequel se trouvait une belle jeune femme. Une vitre leur donnait une vue imprenable sur la scène et finalement toute la salle. Un magnifique poste d’observation. Il y avait plusieurs fauteuils et une table basse. Plusieurs sièges étaient déjà occupés, par Vladislas bien entendu, mais aussi par Elise l’âme damnée du vampire. C’était une blonde dans un tailleur impeccable avec un dossier posé devant elle et qui semblait détonner dans ce milieu. Le biker laissa entrer les visiteurs avant de s’éclipser, fermant la porte derrière lui.

« Bienvenue au Bite Night ! »
Vladislas s’était levé, un large sourire aux lèvres, laissant son accent retentir dans chacun de ses mots. Il s’approcha de Jay pour lui serrer la main. « Quel plaisir de pouvoir faire affaire avec vous. Je dois dire que notre connaissance commune vous a chaudement recommandé. » Abigaïl Faust ne faisait jamais rien chaudement, mais elle avait été satisfaite du service offert.

« Je peux vous offrir quelque chose ? A boire, à manger ? Une femme peut-être aussi pour faciliter votre visite ? Je suppose que la jeune femme qui vous accompagne est un échantillon de la marchandise. Ah mais je m’oublie. Voici Elise Schade, qui s’occupe de mes transactions et gère toute la paperasse. Asseyez-vous, je vous en prie. »

Le vampire savait qu’il avait affaire à des membres du Cartel Rouge, ce qui expliquait peut-être aussi sa déférence. Et il avait beaucoup de choses à demander. Après tout il comptait bien s’implanter de manière pérenne dans le commerce du sexe à Star City. Ce qui signifiait risquer de froisser quelques clients du méta-humain.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Dim 28 Fév - 20:32 Message | (#)

Heureusement pour Jay – et pour son self-control – les individus face à lui semblaient être un minimum compétents puisqu'ils les guidèrent directement jusqu'à une autre salle où se trouvaient de nouvelles têtes. Une nana, mais qui n'avait rien d'une danseuse, puis un type qui devait certainement être le propriétaire des lieux. Qu'il y ait une autre personne ne l'enchantait pas spécialement, surtout si c'était une nana, mais il ne pouvait pas forcément négocier sur ce plan-là. La fille qu'ils avaient apportée avec eux était toujours debout aux côtés de Mike, les yeux légèrement dans la vague, mais toujours consciente. Logiquement elle serait droguée suffisamment longtemps pour ne pas devenir trop problématique, mais elle pourrait bien se montrer vive par moment si elle réussissait à se contrôler correctement.

Le regard du trentenaire se posa sur le type qui s'approchait de lui, un sourire aux lèvres. Un étranger vu l'accent. Super ! Ajoutez à cela que le gus voulait se lancer dans une poignée de main et vous réunissiez tout ce qu'il ne supportait pas, cependant il devait faire des efforts : la conclusion de l'accord en dépendrait certainement. Silencieux et sans le moindre sourire, Jay tendit donc la main pour serrer – très brièvement – celui de son interlocuteur qui sortait déjà son laïus. Chaudement recommandé ? Ils parlaient de la même blonde quasiment frigide ? Le texan en doutait légèrement, ou alors il avait affaire à un gars qui aimait bien exagérer la réalité ! Enfin, c'était sans importance : ils étaient ici pour discuter d'un contrat, non pour s'amuser, boire ou se faire des amis. D'ailleurs Jay comptait bien serrer la vis à ses hommes qui seraient certainement ravis de répondre positivement à toutes les offres de leur futur ami. Avant de s'asseoir, il déclina donc toutes les propositions.

« Rien. »

Pas de merci, ce n'était pas dans son genre et il n'avait jamais vu personne refuser de lui acheter une fille parce qu'il n'avait pas dit « merci » ou « s'il vous plaît ». Le trentenaire décrocha un regard aux deux gars qui faisaient déjà la tronche, mais aucun n'osa protester. Ils savaient trop bien ce qui arriverait s'ils décidaient de mêler le boulot et le plaisir et ils ne tenaient pas à énerver le texan. Le trio s'installa donc tandis que la fille se laissa tomber aux côtés d'un Mike attentif à d'éventuelles crises de nerf. Les yeux de Jötunn se posèrent sur le type à l'accent, ignorant superbement la gonzesse installée plus loin.

« La connaissance en question fait pas franchement dans la chaleur, donc pas besoin de modifier la réalité. » Autrement dit, il pouvait garder son « charme » pour d'autres contrats. « C'est un échantillon, ouais. Elle était pas mal agitée alors on l'a un peu calmée, mais y'en a des largement plus vives. »

Ce qu'il voulait dire, c'était qu'ils pouvaient lui fournir des gentilles filles obéissantes qui n'envisageraient jamais de se rebeller, même si on les forçait à danser nues devant des types louches qui les reluquaient, mais que s'il voulait de la marchandise plus vive pour certains clients, c'était aussi envisageable. Cependant, le trentenaire ne savait pas encore ce que son éventuel contact pouvait bien vouloir faire avec ces filles. Il n'aurait pas la même utilité d'une caractérielle s'il décidait de les faire danser dans son club peu fréquentable, tout devait donc être discuté.

Jay tourna la tête vers Mike qui hocha la tête pour confirmer que la marchandise apportée était encore assez dans le coaltar pour ne pas causer de gros problème, puis il reporta son attention sur le type. Ce gars le mettait un peu mal à l'aise, mais Jay aurait été bien incapable de dire pour quelle raison. Peut-être bien son amabilité apparente, il était plus habitué à se faire traiter comme de la merde que comme une personne respectable. Raison de plus pour se dépêcher de clore la discussion.

« J'sais pas pourquoi vous les voulez, mais faudra qu'on détermine c'que vous cherchez comme caractère ou comme physique. On a d'autres contacts dans votre style alors on s'arrange pour donner à chacun c'qui l'branche l'plus. » Une manière de satisfaire tout le monde à moindre effort. « Puis faudra qu'on cause rémunération aussi. »

Évidemment, les prix n'étaient pas déterminés par avance puisqu'ils dépendaient de nombreux détails, comme la marchandise ciblée. Les jeunes et jolies étrangères étaient un peu plus difficiles à avoir que des gonzesses plus banales, mais les Ymir se débrouillaient pour ne pas monter les prix au point d'effrayer les éventuels acheteurs. Si tout se passait bien entre eux, l'accord serait décidé en un rien de temps, mais Jay avait pris l'habitude de ne pas se réjouir trop longtemps à l'avance.
Les choses tournaient presque toujours mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Lun 29 Fév - 15:17 Message | (#)

Vladislas devait admettre que l’homme qui lui faisait face l’intriguait. Et pourtant il n’offrait que rarement un second coup d’oeil aux mâles, tout ce qui comptait pour lui, c’étaient les femmes. Pourtant, cet individu n’était pas un loubard comme les autres, un simple marchand de chair qui ne cherchait que le profit et le plaisir, non... Sinon il se serait probablement jeté sur l’occasion de profiter de la compagnie de quelques prostituées ou bien de pouvoir boire. Comme l’auraient fait ses hommes finalement dont la déception était évidente. Apparemment cet individu ne mélangeait pas plaisir et travail. Une preuve de professionnalisme qui était probablement plus appréciée par l’avocate humaine du vampire que par ce dernier. Pour lui tout était un jeu, même cet échange, mais l’homme avait au moins piqué son intérêt.

Tous se trouvaient donc bien installés dans les fauteuils confortables du Bite Night. Le perchoir de la chauve-souris comme certaines employées l’appelaient, même si elles n’auraient jamais osé le dire en face de leur seigneur et maître. Le Bite Night n’était pas véritablement entré dans le vingt et unième siècle, c’était une monarchie de droit divin où Vladislas avait tous les droits. Mais il savait traiter ses invités correctement.

« Quelle morosité... Je vois que vous tenez à être direct, alors autant l’être. Lady Death ne fait pas dans la chaleur, en effet, mais elle avait l’air satisfaite de votre travail. Sans cela je n’aurais pas vraiment cherché à faire appel à vous. » Il eut un léger sourire. Cet homme était peut-être finalement malpoli, un genre de grincheux qui devait se refuser tout plaisir dans la vie. Peut-être qu’il avait été violé par un oncle ivre lors de son enfance ? Cela avait tendance à laisser des cicatrices. Quoiqu’il en soit cela n’entama pas la bonne humeur apparente du vampire. « Ne vous inquiétez pas, j’ai senti l’odeur de la drogue dans son sang avant même que vous ne passiez la porte. La vivacité de vos femmes est assez peu importante de toute façon. »

Car ce qu’elles feraient ne dépendrait finalement que de lui, de ce qu’il ferait d’elles. Presque toutes ses employées étaient des vampires, de braves petites suceuses de sang, et parfois d’autre chose. Elles hypnotisaient leurs clients pour se nourrir discrètement et Vladislas se contentait de chapoter tout cela. Il était leur géniteur, mais aussi leur protecteur et tant que l’argent affluait et que tout le monde y trouvait son compte, c’était parfait. Bien entendu il voulait aussi s’étendre, chasser d’autres proxénètes et se lancer dans certaines autres industries plus légales ou carrément moins légales. Et pour ça il avait besoin de filles, toujours plus. Les prélever sur la population de Star City n’était plus une option.

« Je suis ce que vous devez appeler dans votre langage un pimp, un proxénète. J’emploie certaines filles comme danseuses dans ce même établissement, d’autres sont des prostituées, soit ici, soit dans des bordels dissimulés un peu partout dans la ville. J’ai aussi des établissements de plus haut standing avec des escorts, ou des employées qui se contentent de faire le trottoir. Je compte aussi me lancer dans la pornographie et je suis en phase d’acheter un studio pour y arriver. Bien sûr, tous les films que j’y tournerais ne sauront pas avec des stars connues et parfaitement consentantes, mais vous n’avez que faire de ce genre de détails. »

Vladislas sourit une nouvelle fois, révélant ses dents parfaitement blanches qui avaient tendance à rendre nerveux ses interlocuteurs. Il était parfaitement détendu alors même qu’il exposait toute l’étendue de ses activités criminelles.

« Je me fiche bien du caractère des femmes que vous m’apportez, mais je veux les plus jolies, les plus belles, les plus... Bandantes dirons-nous. De toute façon, je suis passé maître dans l’art de faire faire ce que je veux à ce genre de personnes. Regardez ma douce avocate... » Il caressa la joue de la blonde qui ne broncha pas. « Elle faisait partie d’une firme d’avocats renommée et avait une belle carrière, maintenant elle est la secrétaire du parrain du cul de Star City. Ce qui m’amène d’ailleurs à d’autres points que je souhaitais aborder avec vous. »

Le vampire croisa ses doigts devant lui, une lueur d’excitation, à moins que cela ne soit de folie dans les yeux.

« Mon commerce s’étend de plus en plus et j’accumule par la même occasion des ennemis. Ennemis qui peuvent d’ailleurs faire partie de vos clients. Autant dire que j’aimerais beaucoup pouvoir avoir l’exclusivité sur votre trafic de chair. Je suis prêt à payer en conséquence bien entendu et m’assurer que personne ne puisse remonter jusqu’à vous. J’ai des antennes partout dans le pays et je peux m’assurer que vos filles ne finissent jamais entre les mains de la police. Croyez-moi, elles finiront en cendres avant que cela ne soit le cas. J’aimerais beaucoup étendre notre partenariat à d’autres services, pour faire passer certains... Colis bien spéciaux d’un continent à un autre. Je peux vous garantir des revenus réguliers et au-dessus de toutes vos espérances en échange de vos services. »

En espérant que le méta-humain n’avait pas l’impression d’être en train de faire un pacte avec le Diable. Ce qui pouvait être compréhensible vue la façon dont lui parlait le vampire.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Lun 29 Fév - 20:16 Message | (#)

Encore un timbré. Jay aurait dû se méfier en sachant que c'était l'autre blondasse bizarre qui les avait mis en contact ! Une nana aussi tordue ne devait pas avoir des gens normaux dans ses relations – lui mis à part bien évidemment. Sentir l'odeur de la drogue dans son sang... il était croisé avec quoi ? Un chien de flic qui flairait la drogue dans les pneus des bagnoles ? Possible. On lui disait bien qu'il avait la tête d'un bouledogues, à croire que d'autres mecs en avaient aussi les sens. Mais lui ce serait plus le cocker ou le caniche que le pitbull vu la coupe de cheveux.

Tandis qu'il réfléchissait au totem canin de son interlocuteur, le trentenaire restait silencieux et l'observait calmement. Au fond, Jay aurait préféré éviter d'avoir autant de détail à ce sujet, il ne tenait pas à savoir que son interlocuteur était très intéressé par l'industrie du sexe, même si cela ne l'aurait absolument pas dérangé s'il avait été question de combat ou de choses de ce genre. C'était tout de même hallucinant de voir le nombre de personnes qui cherchaient des filles pour ce genre de « commerce », pourquoi est-ce qu'ils ne voulaient pas simplement leur prélever les organes ? Malheureusement, Jay semblait être le seul à trouver que l'on pouvait aisément se passer de ce genre de services et de tout ce qui en découlait.

Le sourire du type lui rappela une fois de plus un chien, il n'identifia pas vraiment les dents resplendissantes à celles d'un vampire pour la bonne et simple raison que dans son esprit, ça n'existait pas. De toute manière ce gars-là était complètement givré. Jay le classa dans la catégorie des types qu'il n'aimerait pas dès l'instant où il confirma qu'il comptait se centrer sur l'industrie du sexe. Les individus comme ça le débectaient toujours autant et il regrettait presque d'avoir décidé de venir là plutôt que d'y envoyer Carmen. Non, en fait il le regrettait réellement. Cela dit, lorsqu'il fut question de s'assurer l'exclusivité des filles, Jay se montra plus attentif. Il fronça les sourcils, pas vraiment chaud à l'idée de couper les ponts avec certains autres clients, mais pourquoi ne pas en discuter ?

Le trentenaire soupira légèrement avant de répondre d'un ton pas franchement amène, mais tout de même assez posé comparé à son intonation habituelle.

« J'sais pas. J'pense pas qu'ce soit une bonne idée d'se contenter d'un accord en matière de filles. C'pas l'genre d'domaine où les clients manquent et c'est là où on s'fait l'plus d'argent. » Ce qui signifiait que l'exclusivité reviendrait très cher. « On a pas d'mal avec les flics, on sait s'débrouiller et on a pas franchement envie d'devoir dépendre d'un autre type. On s'arrange entre nous et ça passe ou ça casse. » Il le regarda avec sérieux. « On est pas vieux, ça fait pas des années qu'on s'amuse à bosser dans l'milieu alors j'pense pas qu'se limiter à un client c'soit l'truc à faire. Ou alors dès qu'un truc vous arrivera – et ce sera l'cas un jour ou l'autre – on va s'retrouver dans la merde et on aura plus aucun contact parce qu'd'autres groupes auront envahi l'marché. »

Il était peut-être con et pas très évolué, mais il savait tout de même qu'il ne fallait jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. Bien sûr, ils faisaient encore des ventes avec les armes ou les choses de ce genre, mais ce n'était jamais aussi payant que les femmes.

« On peut s'trouver un autre accord. Qu'on vous refile les plus belles, 'fin, les plus adaptées à votre truc, puis on garde le reste pour les autres. » Il marqua une brève pause. « On peut s'limiter à vous dans c'domaine, mais on va pas arrêter d'vendre d'autres gonzesses à d'autres clients. Disons qu'on vous filera l'premium c'tout. »

Il le fixa, attendant de voir ce qu'il penserait de toute cette histoire. Au fond, Jay ne voyait pas vraiment ce qui changerait au fait qu'ils continuent à livrer d'autres clients en femmes, peut-être une question de territorialité, allez savoir... Quant à lui, tout ce qui l'intéressait, c'était de savoir combien ils seraient payés s'ils leur promettaient de leur faire l'exclusivité des jolies filles. De toute manière, s'il se contentait de livrer des cobayes pour des expérimentations ou pour servir de stand à organes, les personnes de l'autre côté ne se soucieraient pas de savoir s'ils avaient des canons ou de véritables thons. Ils s'intéressaient à la « beauté intérieure » si souvent délaissée !
Après quelques instants de silence, jay reprit.

« J'm'en fiche d'savoir pourquoi vous les voulez. Vous m'dites juste c'qu'on doit vous refiler et le reste j'm'en tape. Alors, on peut faire comme ça : j'vous refile les plus belles qu'on peut trouver en échange d'un petit supplément si vous voulez l'exclusivité, mais c'sera juste pour le domaine qu'vous visez, pas pour les livraisons d'humains d'manière générale. »

Peut-être que c'était à ça qu'il songeait dès le début et non à se contenter de livrer des humains dans ce club moisi, mais Jay préférait être certain qu'ils s'entendraient bien sur ce point. De toute manière, si cela ne tenait qu'à lui, le texan se serait contenté de livrer celle qu'ils avaient avec eux et aurait terminé là leur collaboration, mais ses goûts personnels ne devaient pas influencer les affaires du groupe, il se l'était promis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 1 Mar - 14:44 Message | (#)

Apparemment cet homme était tout de même capable de penser ! Ce qui était particulièrement surprenant quand on prenait en compte son air renfrogné ainsi que ses capacités d’élocutions apparemment diminuées par des siècles de consanguinité. Bien entendu le vampire, en parfait gentleman qu’il était ne dit rien de tout cela à son pas si charmant interlocuteur, se contentant de garder un sourire sur ses lèvres alors même que le méta-humain repoussait sa demande. Mais ce n’était pas surprenant, on ne faisait pas un pacte avec le Diable aussi facilement. Vlad n’était pas le Diable à proprement parler, mais le vampire était toujours convaincu d’être son meilleur agent dans la ville des super-héros. Après tout, il construisait un empire du sexe pour des créatures impies buveuses de sang. Le petit texan aurait juste une petite pierre à ajouter à l’édifice et le vampire comptai bien ne pas le brusquer ni l’effrayer.

« Ma foi, je comprends très bien vos réticences. L’exclusivité doit vous effrayer, après tout vous ne me connaissez pas, vous ne pouvez pas me faire déjà confiance. Rien ne garantit que mon petit empire ne s’écroulera pas d’ici quelques mois et que vous vous retrouverez sans aucun acheteur. »

Bien entendu le vampire ne comptait pas disparaître aussi rapidement, en tout cas pas sans en avoir lui-même envie. Arrivera un moment où Vladislas quittera Star City pour une autre ville, emportant avec lui Elena et ses groupies du moment. Mais ce n’était pas encore le cas pour le moment et autant dire qu’il se fichait bien de ce qui arrivait à Ymir le cas échéant. Seulement son pourvoyeur avait besoin d’être assuré, de savoir qu’il ne se lançait pas dans une affaire qu’il allait regretter. Ah les humains étaient si prudents, trop prudents... C’était ce qui avait gâché le dernier rendez-vous d’affaire semblable qu’avait eu Vladislas, mais il voyait que le texan était plus raisonnable et qu’il n’était pas en train de tendre un piège au vampire. En fait il ignorait même avoir affaire à un vampire, ce qui était tout à l’avantage de ce dernier.

« Je vois... Je pense que je pourrais m’accommoder de telles conditions. Avoir en quelque sorte la primeur sur vos différentes cargaisons. Je choisis celles qui me plaisent, les beautés justement et je vous laisse gérer le reste de la manière qui vous convient. Bien entendu je suis prêt à payer un supplément pour ce privilège. Je suis un homme d’affaire et je cherche à ce que nous construisions une véritable relation qui nous soit profitable à tous deux. »

Qui serait profitable à lui surtout. Mais essayer d’arnaquer ce groupe là n’avait véritablement aucun intérêt. Quand on négociait avec quelqu’un il fallait toujours s’assurer qu’il reparte avec quelque chose sur le dos, qu’il se sente satisfait. Sinon on se retrouvait rapidement sans personne avec qui faire affaire. Vladislas avait accès à une véritable fortune avec toutes les terres et bâtiments qu’il contrôlait en Europe et aux Etats-Unis. Par contre, le commerce d’humains risquait d’être dommageable à la réputation de ses épouses et il ne voulait pas qu’elles fourrent leurs nez dans sa petite affaire à Star City. Il avait déjà suffisamment de jouvencelles dans les pattes.

« Toutefois, j’ai une autre demande à formuler dans ce cas. Ce n’est pas que je ne fais pas confiance à vos sens pour déterminer le summum de la beauté féminine, mais je préfère avoir quelqu’un en qui je fais parfaitement confiance sur ce point. Une personne qui saura exactement ce que je désire à chaque cargaison, cela nous facilitera la vie à tous les deux. »

Bien entendu, il n’allait pas dire au texan qu’il faudrait que leurs réunions se passent uniquement la nuit. Sinon cela risquerait d’éveiller certains soupçons. Le vampire adressa quelques mots en roumain à Elise, qui sortit aussitôt un téléphone.

« De cette manière je suis certain qu’il n’y aura pas de déception à l’arrivée. J’ai eu quelques problèmes avec un autre fournisseur qui s’est révélé incapable de comprendre ce que je désirais. Ah, la voilà. »

La porte s’ouvrit et Elena entra dans la pièce, lançant un bref regard aux gens qui se trouvaient dans la pièce avant de se rapprocher de son père.

« Voici ma fille Elena, j’aimerais que ce soit elle qui s’occupe de sélectionner les filles que j’achèterais. C’est l’une des seules personnes en lesquelles j’ai confiance, je suppose qu’il n’y aura pas de problèmes avec cela, n’est-ce pas ? J’aimerais aussi évoquer une possibilité... Vous faites déjà traverser l’atlantique à des vivants, est-ce que faire voyager des cercueils et leurs habitants vous poserait un quelconque problème moral ? »
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 1 Mar - 15:33 Message | (#)

Le gars énonçait l'évidence et Jay ne vit pas l'intérêt de confirmer qu'il ne lui faisait pas assez confiance pour risquer toute son affaire. Il avait rapidement compris que dans cet univers, les gens se fichaient pas mal des autres et qu'il ne fallait pas espérer sur la gentillesse des inconnus pour s'en sortir. C'était d'ailleurs pour cette raison que le texan n'accepterait jamais aucun contrat qui puisse les mettre en danger par rapport à d'autres groupes. Ils avaient une certaine importance au sein du Cartel Rouge, mais certainement pas autant que le Circus Maximus ou la Triade, bien au contraire ! Ils devaient donc gagner en importance avant d'espérer pouvoir s'en sortir si quelqu'un décidait de s'en prendre à eux parce qu'ils marchaient sur leurs plates-bandes – même si le trentenaire s'était assuré que ce n'était pas le cas.

Le texan ne croyait pas une seule seconde au pipeau de l'autre type. Une véritable relation qui soit profitable à tout le monde, il avait l'air de postuler pour devenir maire de Star City. Jay n'était pas idiot, plus autant du moins, il se doutait que ce type voulait juste des gonzesses pour son industrie et qu'il se fichait pas mal de qui lui apporterait et pour quelle raison. Jay ne lui demandait pas de confiance ou de conneries de ce genre, il voulait simplement son fric et un contrat qui ne capoterait pas après quelques jours. Mais il garda ses pensées pour lui.

Lorsque l'homme reprit la parole pour poser une nouvelle condition, Jay ne fut pas vexé ou contrarié par ce qu'il entendit. La beauté féminine.... le trentenaire n'avait jamais trouvé aucune femme séduisante et la seule jolie fille de sa connaissance avait été sa sœur. Charlie était forcément parfaite puisque c'était sa frangine ! Mais les autres ? Des laiderons ou des péteuses enlaidies par leur vanité. Non, s'il devait trier les thons des sirènes, le texan s'en sortirait vraiment très mal, cette condition ne l'ennuyait donc pas. Toujours silencieux, le trentenaire le laissa baragouiner avec sa gonzesse avant qu'une autre ne se pointe. Jay la dévisagea, plutôt agacé de voir qu'ils allaient encore avoir affaire à une femme, puis il reporta son attention sur le type qui ne s'arrêtait jamais de parler.

« Vaut mieux qu'vous choisissiez si elle est censée être belle, parce qu'j'crois pas qu'nos goûts sont compatibles. »

Autrement dit, sa fille était moche et s'il cherchait des nanas comme elle, ce n'était pas Jay qui réussirait à les prélever parmi leurs filles. Certes, traiter la fille de son contact de laideron n'était pas une excellente idée, mais le texan avait toujours été franc et impulsif et malgré la puce qu'il avait dans le cerveau, il restait lui-même. Difficile de refouler tous ses instincts.

Enfin, le sujet était réglé vu qu'il avait accepté qu'elle vienne jouer les sélectionneuses chez lui. Bien évidemment, il allait y avoir des instructions strictes puisque Jay ne laisserait pas n'importe qui entrer dans l'enceinte de leur quartier général, pas sans s'assurer qu'elle ne pourra pas leur nuire du moins. Restait le problème que le mec venait de soulever. Des cadavres ? Sérieusement ? Sachant que ce type-là comptait ouvrir un studio pour tourner des films pour adultes, qu'il demande des corps n'était pas franchement rassurant. Le trentenaire fronça les sourcils en le dévisageant.

« J'vends des gens pour leurs organes, alors j'en ai pas grand-chose à faire d'transporter des cadavres. Mais les cercueils en plus, s'pas super discret, c'est indispensable ? » Il ne voyait pas vraiment pour quelle raison ils ne pourraient pas s'en passer. « M'enfin j'ai pas envie d'savoir c'qu'vous allez en faire, z'êtes pas très nets pour demander des trucs comme ça après avoir balancé qu'vous vouliez dominer c'commerce. »

Celui du sexe donc. Jay n'allait pas refuser de travailler avec lui sous prétexte qu'il n'approuvait pas ce qu'il voulait, mais il ne se gênait pas pour dire ce qu'il pensait. Son regard restait posé sur le type, les deux gonzesses étant superbement ignorées vu qu'elles ne servaient à rien – aux yeux du texan du moins – mais il préférait que les choses soient claires entre eux, aussi reprit-il la parole d'un ton légèrement lassé.

« Qu'les choses soient claires, du moment qu'vous demandez pas d'drogue, j'peux vous refiler tout c'qu'vous voulez. J'en ai rien à carrer d'pas approuver vos histoires, c'est pas mes affaires. J'fournis juste. » Il soupira légèrement. « Faudra juste payer en conséquence des risques. Pas besoin d'me faire croire qu'vous voulez la super entente et qu'on devienne potes, on sait tous les deux qu'on veut juste du fric ou d'la marchandise, alors autant aller à l'essentiel. »

Ça leur épargnerait les mises en scènes agaçantes à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mar 1 Mar - 20:19 Message | (#)

Elena finit par s’asseoir sur l’accoudoir du fauteuil de son père, braquant son regard sur le texan alors que ce dernier ouvrait la bouche pour sortir un commentaire désobligeant. Aucun sourire n’apparut à aucun moment sur le visage de la jeune femme, contrairement à celui de son père qui semblait étrangement figé sur ses lèvres. Vladisals ne le perdit même pas alors que l’homme en face de lui venait clairement de dire que sa fille bien aimée, sa seule descendance réelle était laide. Bien entendu il savait parfaitement que c’était faux. Il avait violé maintes femmes pour obtenir finalement une enfant dhampire, mais aucune d’entre elles n’avait été laide et la génétique avait donné cette précieuse jeune fille au caractère exécrable mais à la beauté ravageuse.

« Pourquoi m’appelles-tu pour me montrer un chimpanzé habillé en homme, père ? » Demanda-t-elle en russe à Vladislas. Ce dernier ne put s’empêcher d’élargir son sourire.

« Du calme ma chérie, tu vois bien que cet homme est juste stupide ou homosexuel. »


« Je ne l’aime pas. »

« Et je te demande de travailler avec lui, pas de coucher avec lui. »


Elle lâcha un profond soupir. Contrairement aux autres vampires, Elena n’était pas vraiment une mort-vivante. Son organisme était d’ailleurs plus proche de celui des humains à quelques détails près. Elle avait besoin de respirer mais son cœur battait beaucoup plus lentement, elle n’avait pas besoin de boire de sang humain, mais sans cela elle devenait aussi faible qu’une humaine.

« C’est exactement pour cela que j’ai besoin d’avoir ma fille à vos côtés, de cette manière je sais quelqu’un avec un minimum de goût pour les matières de la chair saura choisir avec soin les femmes que j’achèterais. Je ne doute pas une seule seconde que vous et Elena apprendrez à vous entendre. »

Il avait l’impression d’être un patriarche devant une bande d’enfants et qu’il devait les faire jouer par père malgré leurs réticences respectives. « Non je veux pas travailler avec elle, elle est laide ! » « C’est un garçon il sent mauvais ! » Autant dire que Vladislas appréciait grandement ce petit spectacle enfantin finalement. Il se demandait aussi comment Ymir faisait des affaires avec un homme possédant un tel caractère.

« Il est stupide ou il ne sait pas ce que nous sommes ? » Demanda Elena de nouveau dans son langage natal à la remarque du texan à propos des cercueils.

« Les deux. » Répondit son père dans la même langue avant de passer à nouveau à l’anglais. « Vous avez mal compris ce que je vous demande. La tâche que je cherche à vous faire accomplir s’apparente plus à de la contrebande qu’à autre chose. Je ne veux pas que vous me fournissiez des cercueils et des cadavres quelconques. Si je voulais cela j’irais simplement me servir dans n’importe quelle morgue de la ville ou je tuerais des clochards. »

Ce qu’il avait déjà fait. Mais contrairement à ce que pensait le texan, Vladislas ne comptait pas créer une branche nécrophile de son empire. Même si on pouvait considérer que coucher avec un vampire était déjà de la nécrophilie. De toute façon, si des gens riches voulaient coucher avec des cadavres, ils avaient déjà bien des façons de s’en fournir, sinon il y avait toujours la Porte-Mort de la Moisson.

« J’ai des contacts en Europe qui vous apporteraient des cercueils et leur contenu et vous aurez juste à leur faire traverser l’Atlantique et à me les livrer ici, tout simplement. Il ne s’agit que d’une tâche de transporteur, mais je suis prêt à payer cher pour que cela se passe sans accroc. Ce qui signifie que les cercueils ne doivent être ouverts à aucun moment du trajet et sous aucune circonstance. En échange de quoi je peux vous payer grassement donc. Je peux vous garantir aussi qu’il ne s’agit pas de drogue vu qu’apparemment vous êtes assez douillet sur le sujet. »

Ce qui était intéressant vis-à-vis des activités qu’il menait. Cet homme trafiquait des humains, il réduisait des innocents en esclavage, mais il se refusait à vendre de la drogue. Probablement un évènement traumatique de son passé. Peut-être qu’on lui avait enfoncé une capote remplie de cocaïne dans le rectum et que cela avait à jamais blessé son amour propre. Ce qui expliquerait bien des choses par ailleurs.

« Le danger est minime je vous assure, pas plus que le transport de votre marchandise classique. Et vous avez tort sur moi. Une bonne entente en affaire amène de la fidélité et de la loyauté, ce qui peut rendre nos échanges bien plus facile à l’avenir. Mais chaque chose en son temps, j’aimerais surtout savoir si nous avons un accord et quel prix vous voulez exiger. »
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mar 1 Mar - 21:42 Message | (#)

Autant Jay se fichait éperdument de se faire insulter – il en avait suffisamment entendu dans sa vie pour y être immunisé – autant il n'appréciait pas du tout, mais alors pas du tout, d'entendre des étrangers parler dans leur langue. D'une, cela signifiait qu'ils avaient forcément des choses à lui cacher, sans quoi ils parlaient en anglais, puis de deux, ils ne les assumaient pas puisqu'ils ne les exprimaient pas clairement. Malheureusement, aux yeux du texan, rien n'était pire que les individus qui ouvraient leur gueule, mais n'osaient pas assurer ensuite. Comme ces pétasses qui l'insultaient et le provoquaient, puis se plaignaient lorsqu'il leur en collait une en pleine poire. Comme si le fait d'être une gonzesse devait tout pardonner.

Le visage du texan s'était donc clairement refermé et il affichait une expression des plus contrariée. Certainement plus que s'il avait compris ce qu'elle avait dit à son sujet en fait. Même sans être un fanatique des animaux, il trouvait bien plus valorisant d'être comparé à un chimpanzé qu'à certaines personnes présentes dans cette pièce. Mais là n'était pas la question !

Il laissa le type débiter ce qu'il avait en tête, arborant toujours une expression agacée. Transporter des cercueils sans savoir ce qu'il y avait dedans ne l'ennuyait pas. Si ce gars lui disait qu'il n'y avait pas de drogue, il avait tendance à le croire. Il y avait suffisamment de transporteurs pour ce genre de choses au sein du Cartel, donc pourquoi prendre le risque de confier de pareilles marchandises à des gars qui n'étaient pas préparés et qui pourraient jeter la cargaison à la mer en voyant qu'on leur avait menti ? Non. Ce serait stupide.
La discussion s'orienta finalement vers un sujet intéressant : l'argent, mais Jay comptait bien régler un autre détail avant d'en arriver là.

« Je vais être clair : j'aime pas les étrangers, j'considère qu'chacun doit rester chez lui, mais j'vais pas refuser un contrat sous prétexte qu'vous avez pas l'bon accent. » Autrement dit le sien. « Mais si vous recommencez à baragouiner dans votre langue, on en reste là et vous vous démerdez pour trouver quelqu'un d'autre. On est en Amérique alors vous causez américain, sinon on s'arrête là. » Le ton de sa voix montrait clairement qu'il ne plaisantait pas. « J'en ai rien à carrer d'c'qu'vous avez dit, mais si cette gonzesse veut vérifier la marchandise, elle a pas intérêt à baragouiner dans sa langue ou à jouer la péteuse en s'ramenant là-bas. Chez nous c'est tout l'monde sur l'même niveau et si ça vous va pas, autant l'dire maintenant parce qu'ça marchera pas. »

Jay ne connaissait pas cette gonzesse, mais il ne l'aimait pas seulement quelques secondes après l'avoir vue. Rien que dans sa manière de se comporter, ça sentait la péteuse qui se croyait au-dessus de tout le monde et qui pétait plus haut que son cul. Autant dire que c'était tout ce qui débectait le texan et il n'avait pas l'intention de se laisser imposer une garce qui aurait en permanence l'air d'avoir une merde de chien sous le nez vu l'expression qu'elle se traînait. Peut-être qu'il perdrait beaucoup d'argent, mais c'était sans importance. Il n'avait pas fondé les Ymir pour devenir riche, mais bien parce qu'il en avait marre de se faire marcher sur les pieds et de devoir dire amen à tous les types qu'il croisait.

Ce sujet étant désormais réglé, il décida d'enchaîner en répondant à la question du prix. Si jamais l'autre type n'aimait pas ce qu'il entendait, ils en resteraient là et les Ymir rentreraient simplement chez eux avec leur nana. Cela dit, il resterait sur ses gardes à l'avenir, inutile d'être un génie pour comprendre que les personnes présentes dans cette pièce n'étaient pas des enfants de cœur.

« Si on est ok, ça nous va. J'vous crois sur parole quand vous m'dites qu'c'est pas des histoires de drogue, donc on transportera les cercueils et le reste nous regarde pas. » Et qu'ils ne comptaient donc pas les ouvrir. « Faudra juste qu'on sache c'qu'on fait si y'a un problème, qu'ce soit avec les cercueils ou avec les flics. » Autrement dit, s'ils se débarrassaient de la marchandise et filaient tout doux ou s'ils forçaient quitte à faire des morts. Certains clients aimaient la discrétion. « Pour l'prix, c'est l'même qu'les autres. » Il tira un papier de sa poche avant de le poser sur la table. C'était Carmen qui fixait les prix en général. « Avec un supplément de quinze pour cent. Ça pourra baisser si les choses s'passent sans encombre et qu'vous ferrez souvent appel à nous. »

Une sorte de bonus de fidélité en somme. Il ne trouverait pas forcément mieux ailleurs, sauf s'il retirait le bonus bien entendu, mais restait à voir si son petit laïus au début de la discussion n'allait pas leur fermer les portes de ce contrat. Pas que Jay se plaindrait de ne plus avoir à mettre les pieds dans un pareil rade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 2 Mar - 12:12 Message | (#)

Oh, apparemment en plus de posséder un absolu manque de goût en matière de femme, cet homme était raciste. Décidément, il avait tout pour plaire. Surtout que Vladislas soupçonnait que le manque de respect qu’il avait présenté à l’encontre d’Elena n’était pas seulement parce qu’il voulait afficher son manque de goût, mais peut-être aussi les résidus d’une certaine misogynie. Il ne manquait plus qu’un peu d’homophobie, qu’il soit un vaillant défenseur du port des armes et vous aviez face à vous l’américain caricatural issu des profondeurs consanguines de ce fantastique pays. Bien entendu le vampire ne précisa en rien sa pensée, il était bien plus courtois que son interlocuteur. Ce qui devait expliquer son succès monumental (à ses propres yeux) auprès de la gente féminine.

« Mon cher Jotünn, je peux vous appeler ainsi ? Je parlais « américain » avant même que vos parents ne soient conçus. » Vladislas venait de s’exprimer non pas avec son accent russe, ou slave, mais avec un accent texan parfait. Il avait participé à la conquête de l’ouest, avait participé à la guerre de sécession et le Texas n’avait aucun secret pour lui. Il devait même toujours y posséder quelques casinos et bordels, tout en ayan déjà croqué un ou deux Texas Rangers. « L’accent russe est juste pour épater la galerie, plusieurs personnes de votre pays sont toujours effrayées par les histoires de la Guerre Froide. Enfin, pour ce qui est de ma fille, j’ai bien peur qu’elle ne fasse pas preuve des mêmes talents linguistique que moi, elle est beaucoup plus jeune. Mais je suis sûr qu’elle ne parlera qu’en anglais à vos côtés si vous y tenez temps. N’est-ce pas Elena ? »

« Bien sûr. » Lâcha-t-elle d’un air laconique. Vlad pouvait toujours sentir l’irritation en elle, cette colère sourde qui nourrissait sa soif alors même qu’elle n’était qu’à moitié vampire. Probablement qu’elle avait envie de bondir sur cet individu et de le vider de son sang. Seulement à ce que Vlad avait compris, cela serait une terrible idée. Ce personnage n’était pas inconnu à Star City et en bon homme d’affaire, le vampire avait fait quelques recherches à son sujet. Lui-même n’était pas certain de pouvoir tuer ce méta-humain et c’était beaucoup dire de la part du vampire. Si cet homme était un peu plus poli, Vlad l’aurait même respecté pour les rumeurs d’actes guerriers qu’il avait accomplis.

Il y avait si peu de véritables combattants à cette époque. Plus de chevaliers en armures, de cow-boys prêts à dégainer leurs armes à midi pile, ou minuit dans le cas de Vladislas. Non, il n’y avait que des individus en costumes cravates. Heureusement que des prédateurs comme les membres d’Ymir et de ce que Vladislas comptait appeler Bloodfeud (après une conversation poussée avec son petit doigt) existaient.

Toutefois le vampire se demandait ce que son interlocuteur entendait par jouer la « péteuse ». Clairement il ne pouvait pas se porter garant du caractère de sa fille. Cette dernière avait été élevée en Europe comme une princesse dans la demeure parisienne de sa première épouse. Mais il espérait qu’elle saurait tempérer ses remarques acides au moins pour ces transactions.

« Croyez-moi, je ne vous ferais pas faire quelque chose contre votre gré. Je respecte vos conditions et vous respectez les miennes, de cette manière tout le monde est heureux. » Autrement dit : Vlad ne ferait pas traverser de drogues et le méta-humain ne s’amuserait pas à ouvrir les cercueils. Notamment parce qu’il comptait faire traverser l’Atlantique à des vampires, évitant ainsi toute la paperasse nécessaire lorsqu’on faisait voyager un cadavre. Mais il fallait être sûr que l’équipage ne s’amuse pas à ouvrir le cercueil en plein soleil. Surtout si Vlad faisait venir une de ses épouses de cette manière. « S’il y a un problème, vous n’avez qu’à leur laisser le cercueil s’il fait nuit, ou à le précipiter par-dessus bord s’il fait jour. » Une fois qu’il aurait rejoint les profondeurs que les rayons du soleil n’atteignaient jamais, un vampire pourrait toujours marcher ou nager jusqu’au rivage. Même si cela lui prenait des mois.

« Votre prix me semble acceptable. » Répondit le vampire en observant le bout de papier qu’il tendit à Elise. « Est-ce que vous désirez une avance ou préférez-vous que je paye une fois qu’Elena aurait fait son choix ? Il faudra me fournir une adresse où elle pourra vous retrouver à chaque livraison. Je peux aussi vous fournir un numéro de téléphone sécuriser où la contacter si le besoin s’en fait sentir. Je suis presque désolé de ne pas traiter directement avec vous, mais je pense qu’il est nécessaire pour ma fille d’apprendre comment fonctionnent les affaires. Je ne voudrais pas en faire une catin pourrie gâtée. »

Cette dernière leva les yeux au ciel à la remarque de son père, mais se garda bien de commenter.
Revenir en haut Aller en bas

Indépendant Neutre
avatar

Mikhaïl Yarochenko

Indépendant Neutre
Généralités
Никто

ϟ Nombre de Messages : 3139
ϟ Nombre de Messages RP : 58
ϟ Crédits : moi (gif et avatar)
ϟ Doublons : Renan Le Guerec, Adrian Pennington
ϟ Célébrité : Rupert Penry-Jones
ϟ Âge du Personnage : 384 ans
ϟ Statut : Célibataire
ϟ Métier : Mercenaire
ϟ Liens Rapides :
Feuille de RP
Feuille de personnage
ϟ Pouvoirs:
ϟ Niveau de Réputation: Niveau 1
ϟ Particularités Physiques:
Mer 2 Mar - 14:22 Message | (#)

Comme Jay refusait obstinément de croire en l'existence des créatures magiques, il ne crut pas les paroles de son interlocuteur lorsque celui-ci prétendit être plus vieux que ses propres parents. De toute manière, le texan ne connaissait pas son paternel ou il en gardait un souvenir tellement flou qu'il n'aurait pas été capable de dire quel âge il avait – ni même s'il était réellement texan en fait. Mais du moment que son interlocuteur était capable de parler sa langue et de lui épargner les interludes en charabia incompréhensible, Jay ne se plaindrait plus. Ou pas trop.

Le seul regret fut que l'autre gonzesse allait encore lui servir son accent merdique lors de leurs prochains accords, mais il n'allait pas demander une pure américaine pour discuter, non ? Puis franchement, qu'elle soit russe, arabe ou chinoise, Jötunn s'en fichait éperdument, tout ce qu'il voulait c'était ne pas avoir à des personnes qui baragouinaient dans une autre langue. Les détails l'indifféraient.

« J'savais même pas qu'c'était russe. Les accents, c'est tous les mêmes. » Pour lui du moins. « L'en faut plus qu'un accent pour m'effrayer. »

Il avait tout de même été capable de se battre contre un type qui prétendait être le dieu Anubis et lui foutre une pâtée dans grande difficulté. Bon, certains considéraient que c'était davantage de la stupidité que du courage et ils n'avaient pas franchement tort, mais seul le résultat comptait non ? Il lui avait déjà fallu un bon moment avant de croire que la magie puisse exister, il n'était pas près de gober l'idée que des vampires pouvaient se promener dans les rues de Star City. Même avec les preuves sous le nez il refuserait toujours l'évidence, la preuve : le dieu à tête de chacal était toujours un mec à tête de clébard dans son esprit !

Quoi qu'il en soit, même si la perspective d'échanger avec cette fille ne l'enchantait absolument pas, il savait qu'il devait faire des concessions avant de pouvoir se montrer réellement exigeant. Ce n'était qu'une affaire de temps et il savait se montrer patient. Parfois. Rarement, mais ça arrivait peut-être une fois tous les trente-six du mois.

Ils arrivaient enfin à un accord digne de ce nom et les closes convenaient parfaitement au texan. Ce dernier n'avait pas franchement envie de compliquer les choses et il trouvait normal de respecter les demandes de son interlocuteur, surtout qu'il en avait imposé quelques-unes lui aussi. Jay hocha donc la tête en signe d'approbation. Se débarrasser du cercueil si jamais il faisait jour et leur refiler s'il faisait nuit. Ce n'était pas bien compliqué, mais le texan espérait simplement qu'ils n'en arriveraient pas là. Jusqu'à présent, ils n'avaient jamais eu à abandonner des marchandises et ce n'était pas près d'arriver, même s’ils n'étaient jamais à l'abri d'une surprise.

Le prix avait donc été accepté et ils semblaient avoir un accord convenable. Pour ce qui était du paiement, Jay avait tendance à partir sur la base de la confiance, même s'il n'en avait aucune pour qui que ce soit. Payer d'avance était assez fréquent dans ce milieu, mais l'essentiel était de mettre les nouveaux contacts en confiance et d'après Carmen, il valait mieux leur faire croire qu'ils leur faisaient confiance. Bien sûr, le texan n'aimait pas les mensonges et les manipulations, mais il n'avait pas envie de se mettre la mercenaire à dos.

Son regard se porta brièvement sur la blonde lorsque son père parla d'elle comme d'une catin pourrie et gâtée. Il garda ses pensées pour lui, mais son regard exprimait assez clairement la chose : il songeait que c'était déjà trop tard. Ses yeux clairs se reportèrent finalement sur le gars.

« On sort pas les filles avant d'être payés. Enfin, celle-là c'est l'exception. » Il parlait de celle aux côtés de Mike. « Alors, elle viendra chez nous. Mais pas d'arme, pas d'gardes du corps ou des conneries comme ça. Généralement on laisse personne rentrer. » Elle était donc privilégiée. « On a un accord, donc personne la fera chier. »

Il avait toujours respecté sa parole et même si cette nana ne lui revenait pas, il ne laisserait personne lui faire du mal ou tenter quelque chose du moment qu'elle était sous son toit. Mais son partenaire ne le connaissait pas et il n'était pas exclu qu'il mette sa parole en doute.

« Vous payez à livraison comme ça on évite les complications si y'en a pas assez qui conviennent. » Mieux valait prévenir que guérir. « Et ça marche pour l'numéro, j'le filerai à l'autre responsable, c'est elle qui gère ça en général. » Inutile de préciser pour quelle raison. « Y'a pas d'raisons pour qu'ça s'passe mal si chacun respecte l'accord et c'est pas d'notre côté qu'ça va capoter. » Autrement dit, un éventuel problème viendrait du leur ! Il sortit une carte qu'il posa sur la table comme avec le papier. « Le lieu d'rendez-vous. Elle attendra dehors, quelqu'un la fera rentrer et on fera comme on a dit. »

Conditions très simples et qui signaient normalement la fin de la discussion sur l'accord, sauf si son interlocuteur avait quelque chose à ajouter bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur









avatar

Invité

Invité
Généralités
Feuille de RP
Mer 2 Mar - 17:40 Message | (#)

Vladislas n’était pas vraiment surpris que son interlocuteur soit parfaitement incapable de différencier des accents. Après tout il fallait pour cela un minimum d’ouverture culturelle et surtout s’intéresser un minimum à son interlocuteur. Cet homme devait haïr tous ceux qui ne parlaient pas anglais, et même ceux qui le parlaient mais venant de pays différents que les Etats-Unis. Ah, c’était pour cela que Vladislas s’était battu ? Etait-ce pour cela qu’il avait marché dans la boue, rampé au milieu des cadavres pour lutter contre l’ennemi qui les oppressait ? Oh c’était vrai, il avait été du côté des « méchants » pendant la guerre de sécession. Il avait tenté de garder ses esclaves, pas de les libérer, toutes ces choses là.

Quoiqu’il en soit tout semblait réglé. Le vampire était en plus suffisamment intéressé par ce partenariat pour ne pas tenter de tout gâcher avec une réplique stupide ou bien une démonstration de son autorité. Il aurait très bien pu demander à Elena de rouler un patin à son nouvel ami, mais il était convaincu que cela aurait fait tout capoter. De toute façon, il n’aimait pas tant que ça de voir la langue de sa fille dans la bouche d’autres personnes. Son instinct paternel était parfaitement déviant, malsain à l’image du vampire, mais cela restait un instinct paternel toutefois. Sinon il aurait précipité la dhampire entre les griffes de Raphaël sans se soucier de son sort.

« Aucune autre personne qu’Elena ne se présentera au point de rendez-vous, elle y sera juste déposée par un des miens comme vous vous en doutez. Mais le véhicule repartira et ne reviendra que pour la chercher. Je vous fais confiance pour prendre soin de ma fille. »


Le regard de Vladislas brilla légèrement, se teintant d’une lueur dorée pendant moins d’une seconde, comme une mise en garde. Oui, il avait un instinct paternel et si Elena possédait sa magie et ses capacités de dhampire pour se sortir de plusieurs situations, la laisser au milieu d’une bande de mercenaires qui vendaient des femmes restait risqué. Si jamais Jotünn tentait de le doubler en essayant de réduire sa fille en esclavage, Vladislas prendrait le temps d’éradiquer tout souvenir de son existence de la planète terre. Jusqu’à ce que plus personne ne puisse se rappeler de lui. Et il connaissait certains démons qui se feraient une joie de le torturer pour lui dans son après-vie.

« Parfait. Je vois que nous avons un accord solide maintenant. » Il remarqua qu’il était déjà en train de se délester du fardeau qu’était de devoir discuter avec Elena. Le vampire se redressa de son siège, son éternel sourire aux lèvres et tendit la main une nouvelle fois en direction du méta-humain texan. « Au plaisir de pouvoir goûter votre première livraison dans ce cas. Si vous voulez vos hommes peuvent rester et profiter d’une danse avant de repartir, quelque chose me dit que ce n’est pas le genre de spectacle qui vous plaît. »

Après tout s’il n’appréciait pas la plastique d’Elena, ni celle de Vladislas apparemment, il devait avoir des goûts très spéciaux. Le vampire pensait à des chèvres. En tout cas, il était grandement satisfait. Vlad allait pouvoir étendre son petit empire et enfin avoir quelque chose qui ressemblait à une véritable organisation criminelle dans les rues de Star City. Tout ça grâce à ce brave texan. C’était à en croire aux miracles.
Revenir en haut Aller en bas



La pudeur est une question d'éclairage ▬ Vladislas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» De la question de l'éclairage : lampes, lanternes...
» Le débat sur la question du protectorat
» Question à nos historiens
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star City Heroes :: Administration :: Archives :: Archives des Rencontres-